04jan 11

Manuel Valls, les 35 heures et le PS

Militants socialistes ! Demandez l’asile politique au Front de Gauche!

Ce billet a été lu 24  890 fois.

Quelle honte que ce propos de Manuel Valls lorsqu’il propose de remettre en cause les trente-cinq heures ! Honte quant au fond du sujet, bien sûr. Mais aussi par sa désinvolte ignorance du sujet ! Le fond d’abord, bien sûr. La diminution du temps de travail est le fil conducteur de la lutte qui a constitué le salariat en classe sociale revendiquant des droits collectifs. Rien de moins. Valls n’est plus dans cette histoire.

Mais ce qu'il dit tombe à pic pour l'aile la plus dure de la droite dans ce moment. Le "débat" sur ce sujet était en effet bloqué par le ministre Xavier Bertrand, qui n'est pourtant pas un petit saint en la matière et qui a déjà fait beaucoup de mal sur le sujet. La sortie de valls montre qu'il y a une faille dans l'opposition et qu'une partie peut être entrainée sur le terrain ou Copé voulait aller. Dans ce contexte, le propos de Manuel Valls n'est pas une bourde ni une sottise de plus mais un vrai coup de main donné à ce qu'il y a de pire en face de nous dans la majorité gouvernementale de droite.

La diminution du temps de travail est pour les travailleurs le retour sur effort des gains de productivité réalisés grâce à l’intensification du travail et l’élévation technique des procès de production. Quand cette diminution se fait sans perte de salaires cela correspond à une forme de répartition de la richesse entre capital et travail. Entre le début et la fin du vingtième siècle le temps de travail annuel des sociétés européennes a diminué de moitié tout en produisant une prodigieuse augmentation des biens produits. On travaillait trois mille heures par an au début du 20ème siècle, puis autour de deux mille deux cents heures par an dans les années 1950. On en est à mille six cents ou sept cents par an aujourd'hui. La même tendance est observée dans l'ensemble des pays développés. A qui doit revenir ce temps gagné ?  C’est la première fois qu’une personne se réclamant de la gauche, je n’ose pas dire du socialisme ni de son parti officiel, ose proposer que ce soit au capital au détriment du travail. C’est une nouveauté qu’un dirigeant socialiste propose d’annuler une conquête sociale d’un gouvernement socialiste au sein duquel il a travaillé. C’est inouï que ce soit sur un tel thème fondateur de la pensée socialiste. Mais le pire peut-être, compte tenu de l’outrage et de la provocation, c’est que tout cela soit fait sous une forme aussi désinvolte sans le minimum de connaissance technique sur le sujet pour argumenter. J’ai été parlementaire pendant le débat de ces lois sur les trente-cinq heures et j’y ai participé intensément. A l’époque le courant « la gauche socialiste » avait bataillé des années durant au sein du PS pour obtenir l’inscription de cette réforme dans le programme. Notre expert était Gérard Filoche. J’avais déposé avec son aide soixante quinze amendements au texte lors de son passage devant le Sénat. Je mentionne ce fait pour dire qu’une heure de révision de mes fiches m’ont replacé dans l’ambiance du débat d’alors. Comment se fait-il que Valls qui était à l’époque chargé de la communication du gouvernement Jospin ne se souvienne de rien et n’ait pas consacré dix minutes à s’informer du dossier si son intention était de remettre en cause une réforme aussi emblématique ? D’où vient cette désinvolture ?

Je demande que l’on examine attentivement ce qu’il dit ce dimanche 2 janvier 2011 : "Oui, nous devrons déverrouiller les 35 heures qui n'existent déjà plus réellement puisqu'elles ont été mises en cause progressivement depuis 2002" "Cela doit permettre aux Français, pour ceux qui ont la chance d'avoir un emploi, de travailler davantage -deux heures, trois heures…- sans avoir recours forcément aux heures supplémentaires qui ont beaucoup coûté à l'Etat". Tissu de sottises. Il n’existe aucun verrou aux trente-cinq heures. Trente-cinq heures c’est une durée légale. Au-delà on est payé en heures supplémentaires. La possibilité de travailler en heures supplémentaire n’a pas cessé d’être augmentée par la droite depuis le vote de la loi. Le contingent d’heures supplémentaires auquel peut être contraint un travailleur est passé de 130 heures à 220 ! Donc personne n’est jamais empêché de « faire deux ou trois heures de plus » comme l’insinue Valls ! Les français travaillent déjà plus de trente cinq heures en réalité. En moyenne ils travaillent quarante et une heures. C’est donc la rémunération de ces heures supplémentaires qui est en cause d’abord.

La diminution du prix de ces heures supplémentaires est l’obsession de la droite depuis 2003. Quatre lois y ont pourvu ! Jusqu'à l’abjecte loi de Xavier Bertrand en 2008. Je l’ai combattue au Sénat à l’époque et je vous jure que ce Bertrand s’est comporté comme le roi des tartuffes dans ce débat ! Elle a permis de passer tous les salariés aux « forfaits jours » (et non plus seulement les cadres). Elle a surtout ouvert la possibilité de fixer « par accord d'entreprise » le niveau du contingent d'heures supplémentaires et le prix de ces heures supplémentaires à tout juste 10 %, là où le taux légal par défaut est de 25 % pour les 8 premières heures et 50 % au-delà sans oublier les repos compensateurs. On imagine le genre « d’accord d’entreprise » qui permet aux travailleurs d’être d’accord pour être payé moins qu’avant. C’est ce qui s’est fait chez Continental avant que le patron ne ferme quand même la boite après avoir fait suer le burnous.

L’action de gauche ne peut-être de demander qu’on cesse de payer plus cher ces heures supplémentaires au-delà de la durée légale. C’est tout le contraire ! Il faut les renchérir pour que le salarié qui les fait soit mieux payé et que le recours aux heures supplémentaires soit dissuasif pour l’employeur. La phrase de Valls qui dit que les heures supplémentaires « ont beaucoup coûté à l’Etat » oublie de dire pourquoi il en est ainsi. Elle avalise donc la manœuvre de son auteur. Car si ces heures coûtent à l’Etat c’est parce que Nicolas Sarkozy a décidé de faire cadeau des cotisations sociales sur ces heures supplémentaires et de défiscaliser le revenu des travailleurs sur ces heures-là ! Enfin notre rôle à gauche est de lutter pour que la durée maximale de travail hebdomadaire soit raccourcie. Elle est aujourd’hui de 48 heures en France. « L’Europe qui protège » autorise 72 heures si un pays le décide ! Décision prise grâce à l’appui de Nicolas Sarkozy alors que tous ses prédécesseurs l’avaient refusé aux demandeurs, les… « socialistes » anglais ! Plus cette durée maximale légale  est proche de la durée hebdomadaire légale plus il est difficile de recourir aux heures supplémentaires plutôt qu’à l’embauche. Voila la ligne constante de la gauche syndicale et politique depuis plus d’un siècle de luttes sociales. Manuel Valls a  le droit de ne rien savoir sur le sujet. On ne peut pas tout savoir. Mais s’il décide d’entrer dans cette matière, il n’a pas le droit d’arriver, les mains dans les poches, pour proposer de faire du mal à des millions de travailleurs sans s’être même soucié des faits dont il traite !

En fait Manuel Valls est un symptôme révélateur de l’état du PS. Le parti s’est soit disant remis au travail. Et bien pas Valls et combien de dirigeants qui ne connaissent rien à la condition sociale du peuple réel. Ce parti est déserté par ses adhérents. Il n’en reste que 65 000 à jour de cotisations. Moins du tiers d’entre eux se déplace pour aller voter les textes d’un programme dont ils viennent de constater encore une fois qu’il n’engagera aucun de ceux qui sont candidats à être leur représentant dans l’élection présidentielle. A peine un tiers de ses dirigeants se déplace pour aller voter ce programme au conseil national du parti. La semaine de la rentrée, alors qu’un de ses dirigeants candidat déclenche une polémique inouïe, il n’y a pas de bureau national. Mais qu’est-ce que ça change ? Quand il y en a un la première secrétaire elle-même n’y vient pas toujours !

Manuel Valls montre que la décomposition politique de la direction socialiste continue. On pouvait penser qu’après avoir fourni 20 % du gouvernement Sarkozy le contingent des retourneurs de veste était épuisé. Non. Il y a pire. Pire que les opportunistes carriéristes, il y a ceux qui font leur la ligne dominante de la social-démocratie européenne. Elle détruit l’Etat providence qu’elle a créée en endossant les habits de la modernité et du « réformisme ». Papandréou, Strauss-Kahn, Valls, ce sont les faces d’une même réalité. Ce que j’ai démontré dans le livre « Enquête de gauche », réalisé en 2007 avec le journaliste Michel Soudais, est confirmé et amplifié. Le PS est un astre mort. Sans le chantage de ses dirigeants au « vote utile » et leur utilisation cynique du diable lepéniste, les militants et les électeurs viendraient par milliers demander l’asile politique au Front de gauche ! J’annonce à tous ceux qui en ont assez de vivre dans la honte de se demander chaque jour quelle horreur réactionnaire va débiter un de ses dirigeants qu’ils seront accueillis avec amitié au Parti de gauche où ils seraient bien plus utiles qu’à porter les sacoches de cette équipe de tireur dans le dos des travailleurs.

Illustrez mes prochains billets du blog, faites connaitre votre travail d’image ! Comme je vous l’ai annoncé, je propose de devenir les illustrateurs de mes prochains billets à ceux qui ont des images à montrer ! Il s'agit de me faire parvenir, par messagerie électronique, une petite série de photographies qui, selon vous, apportent un regard original, personnel ou tout simplement esthétique sur la vie. Je sélectionnerai ce qui me convient, selon mon humeur et ce que vos images m’auront inspiré de connexions lointaines avec mes thèmes. Car naturellement il n’y a aucune obligation à ce qu’il y ait un lien entre vos photos et mes textes. Vos photographies, vos images,  figureront tout au long d'un des billets, comme je le fais d'habitude avec mes propres clichés et ceux que j’emprunte au hasard de mes passages sur la toile où sont mes amis. Bien entendu, votre participation est bénévole. De mon côté,  je m'engage à ne faire aucun usage commercial de vos clichés et images, cela va de soi. En revanche, vous vous engagez à ne nous communiquer que des photographies dont vous êtes l'auteur et qui sont par conséquent libres de droits. Je les publierai donc sous licence Creative Commons.

Il vous appartiendra de vous assurer, le cas échéant, que toutes les personnes figurant sur les photographies sont informées que ces photographies seront publiées sur mon blog, et qu'elles y consentent librement, sans rémunération d'aucune sorte. Donc mieux vaut éviter les thèmes et sujets non maîtrisés… A noter, cette restriction ne s'applique pas à "l’image d’un groupe de personnes sur un lieu public … à la condition que l’image ne centre pas l’attention sur l’une ou l’autre d’entre elles". Vous devinez que dans tous les cas, nous éliminerons les photographies qui ne respecteraient pas la dignité et l'intimité des sujets photographiés. Je ne prends aucun risque sur ce point. Vous serez crédités pour votre témoignage : votre nom (et éventuellement un lien vers votre blog) apparaîtra en tête du billet où vous aurez été choisis pour illustrer. Format recommandé : Photographies numériques au format JPG (Jpeg), d'un format supérieur à 800×600 pixels, d'un poids n'excédant pas 1,5 Mo. Adresse d'envoi: illustration@jean-luc-melenchon.com


335 commentaires à “Militants socialistes ! Demandez l’asile politique au Front de Gauche!”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. Louis st O dit :

    Valls à dit (comme beaucoup d’autres au PS, cela prouve leur pugnacité) qu’il s’effacerait devant DSK au cas ou !
    Je pense que c’est un ballon d’essai lancé par DSK, pour nous rappeler son programme avenir, pour les socialistes (pour lequel j’ai toujours voté sauf en 2005 à l'occasion du referendum sur le TCE), il faut se rappeler que sous la gouvernance de L Jospin, DSK était alors ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie (seulement !) et que Jospin avec l’aide de DSK ont quand même privatisé – (en ne parlant que de ça)
    * Air France, 1999, ouverture du capital.
    * Autoroutes du sud de la France (privatisation partielle
    o Mars 2002 : mise en bourse de 49 % du capital, recette : 1,8 milliard d'euros.
    * Crédit lyonnais, 12 mars 1999 (décret)
    * France Télécom, 1997, ouverture du capital, 42 milliards de FF.
    o Octobre 1997 : mise en bourse de 21 % du capital
    o Novembre 1998 : mise en bourse de 13 % du capital
    * Eramet, 1999.
    * GAN, 1998.
    * Thomson Multimédia
    o 1998, ouverture du capital.
    o 2000, suite
    * CIC, 1998.
    * CNP, 1998.
    * Aérospatiale (EADS), 2000, ouverture du capital.
    Je pense qu’ils veulent finir le travail, commencé entre 1995 et 1997. en ce prenant aujourd’hui au travail et aux ouvriers-employés!
    Si, comme moi, vous avez la fibre socialiste, rendez vous à l’évidence, ce parti (ces dirigeants) n’a plus de socialiste que le nom, faite comme moi, rejoignez nous au PG et au FdG, vous vous sentirez mieux, de ne pas trahir vos idées. Et c’est en vous ralliant à ce parti que vous éviterez (comme le disait 2 @Lejeun) à sa groupuscularisation.

    Bonne année à tous.

    Louis

    [WebMaster- piqûre de rappel pour nos amis du parti socialiste-Privatisation déjà mentionné dans un autre billet]

  2. tenshu dit :

    Et encore, dans la plus par des PME les heures supp sont subies.
    Pour preuve je travail pour un employeur fièrement encarté au PS proche de Montebourg.
    Pourtant je travail entre 40 et 45H payé 35H et prié de la fermer, le monsieur juge que c'est à peine suffisant.
    Dur dur le monde du travail de nos jours.

  3. spartacus dit :

    N'en parlons plus de mister Valls. Il va passer dans le camp de Sarko ou plutôt il y est déja. Il est dans le blairisme. C'est un blaireau, il est a gauche parce que les places à droite sont prises. Je constate qu'il est souvent l'invité des médias. N'en parlons plus, c'est lui donner trop d'importance. A la poubelle la pastille.

  4. DURAND Gerard dit :

    Nous devons faire en sorte de n'accueuillir que des militants favorables à notre engagement pour ne pas dire doctrine et non des éléphants recherchant une place d'élu et profitant ainsi de notre potentiel électoral.
    Prudence.

  5. le Prolo du Biolo (PG 69) dit :

    Comme dit Gérard Filoche "au-dessus de 20 fois le Smic, je prends tout".

    Marrant, j'ai déjà entendu ça quelque-part...

    Ce que je me demande, c'est ce que fait encore l'ami Filoche au P.S.
    Avec des idées pareilles, on devrait pouvoir s'entendre...

  6. MIGNEAU dit :

    La lecture de ce dernier texte est édifiant et il l'est sur un point essentiel : la majorité de nos élus... politiques et syndicaux ne respectent plus ce que le fondateur du PG semble défendre bec et ongle... à savoir le système qui nous régit; la démocratie représentative. Je vis à la Réunion et je travaille dans un ex établissement public qui a fusionné avec une importante institution privée. Le constat que fait Jean Luc Mélenchon est le même que nous vivons au sein de notre nouvel établissement; des élus totalement déconnectés des réalités de terrain des "agents", embourbés dans leurs querelles intestines et de rivalités, pétris de certitudes et qui - pour 80 % d'entre eux - se figurent que parce qu'ils ont été élus à un moment "t" ils ont un blanc-seing pour signer n'importe quelle stupidité qui remet en cause fondamentalement les acquis sociaux et professionnels de ceux qu'ils sont sensés représenter.
    Nous avons dit "stop"... La réflexion de M. Mélenchon, ses vidéos, son livre... et d'autres biais nous ont amené à créer de façon spontanée un "collectif" pour nous réapproprier ce qui est si cher au coeur de l'auteur de ce blog; notre souveraineté et notre pouvoir de décision ! J'ai été à l'initiative de cette démarche et je la porte grâce notamment aux apports de ce blog; non dans la forme mais dans le fond ! L'effort porte ses fruits et la gestation est en cours... elle dure depuis 4 ans mais - face à des remises en cause fondamentales de nos acquis, face aux positions clairement corporatisme de certains syndicats - nous avons institué au niveau d'une agence locale un outil de consultation autonome, pourvoyeur de chiffres incontestables et fiables bien que les résistances soient plus que fortes de la part des organisations syndicales représentatives.
    Nous allons formaliser ce collectif pour l'étendre à toute l'île afin de créer ce qu'il convient d'appeler un contre pouvoir indépendant pour forcer les OS à un fonctionnement...

  7. Victor dit :

    Le vrai problème qui se pose ici n'est pas seulement de savoir si tel ou tel parti va rejoindre le front de gauche mais bien celui de convaincre les gens, à titre individuel, de vouloir changer leur comportement afin de se rendre aux urnes pour décider de l'amélioration de leur quotidient, tout simplement! Le Front permet de rassembler mais le peuple permettra de diriger le pays dans une direction opposée au seul profit.
    Un seul constat se fait jour lorsque l'on constate la réalisation des programmes électoraux mis en place depuis des décénies, à peine une moitié d'entre-eux ont eu des effets positifs sur l'amélioration de notre existence. Si le programme du FdG ne se fait qu'à moitié, nous serons déjà sur le chemin de l'égalité! Alors là, si certains veulent jouer, ils verront et ils perdront.
    N'oublions pas ceci : "les gens d'abord!" pour une liberté, une égalité et une fraternité.

  8. rosette siclis dit :

    On ne peux s'empêcher de penser qu'une fracture réelle s'est opérée au parti socialiste lors du référendum de 2005. Depuis nous assistons à un florilège de pirouettes suivis d'un florilège d'hésitations, suivis enfin de déclarations de la part de la direction pour ramener les troupes sur la voix "d'une vrai gauche". Voilà sur quel mécanisme opère Manuel Valls.C'est grave parce que on n'y croit plus. Il aurait mieux valu une franche scission entre ceux qui sont pour une Europe de "la libre concurrence et non faussée" et ceux qui pensent qu'une Europe ne peut s'appuyer que sur un traité ou la règle sera le combat contre le capitalisme que nous connaissons bien. Contre ce capitalisme qui évacue toutes nos conquêtes sociales durement gagnées. Si la scission ne se fait pas maintenant, elle se fera sur des ruines, après l'échec répété des socialistes. Ce sera désastreux. Encore un mot pour m'insurger contre cette idée reçue ou l'on voudrait faire croire que les Français sont déprimés. Non! ils ne sont pas déprimés ils sont révoltés. Mais cette réalité là, N. Sarkozy veut la masquer car elle représente un vrai danger pour lui et pour son équipe. Cette colère révèle au contraire une France qui possède un grand réceptacle de vitalité. Nous la déploierons en 2011.
    Fraternellement. Rosette.

  9. gilbertdenis dit :

    Hè, camarades, Valls est un imbécile, il aurait du écouter François Barouin sur France Inter la veille qui expliquait que les 35 hres avaient été tellement détricotées qu'il ne voyait pas l'intérêt de changer les choses.

    Faire payer les plus pauvres avec 2 points de TVA sociale, c'est pas mal comme idées non?

    Heureusement que LJM est là.

    Bonne années à tous

  10. Louis st O dit :

    Pour ceux qui voudrait, comme Valls (qui n’a jamais travaillé), casser les 35h, allonger la durée des retraites, ou tout autre loi du code du travail, (comme le disait 12 @lionel-pg44) Je pense à une nouvelle proposition sur le programme partagé pour tous les élus (peut être étendu à d’autres corporations):
    Un stage dans une entreprise de bâtiment, porter des sacs ce ciment, (il ont de la chance ils ne pèsent que 35 kg au lieu de 50 il y a quelques années)) faire du béton (avec une pelle pas avec une bétonnière) et pousser des brouettes de bétons (pas plus de 6 mois, si on ne veut pas charger les hôpitaux et la sécurité sociale).
    Je suis sûr que l'idée de modifier les acquis du travail ne leurs viendrait même pas à l'idée.
    Il faut quand même les excuser, certains n'ont jamais levé une pioche de toute leur vie de « travail ».

    C’était juste une petite brève.
    Louis

  11. La Grenouille dit :

    Quel choc pour moi, auteur photographe, (qui ne vend plus, ou presque, de photos comme les 2000 autres auteurs français et étranger exerçant en France), de lire votre appel au peuple pour fournir des photographies afin d’illustrer votre blog (que je lis assidument).
    Je vous rappelle que le « libre de droit » est illégal en droit français.
    Je vous rappelle que le « Créative Commons » est illégal en droit français.
    En France nous avons le CPI (Code de la propriété Intellectuelle) qui est, bien entendu, un obstacle de taille au copyright américain et aux pratiques illégales en vigueur sur les microstocks.
    Ces deux notions que vous utilisez pour justifier et règlementer votre appel au peuple, sont des notions Nord Américaines en cours sur les banques d’images hébergées en Amérique du Nord.
    De fait, vous cédez au dictat américain comme les chefs d’Etat cèdent au FMI.
    Vous ne pourrez vous garantir contre des tentatives d’intox venant de vos adversaires politiques en vous appuyant sur des notions qui n’existent pas en droit français. Vous leur ouvrez une porte dans laquelle ils vont s’engouffrer joyeusement pour vous faire des misères.
    Comment pourrez vous vous retournez vers un photographe anonyme qui a bidonné, si vous êtes poursuivi par la justice ?
    Comment allez vous prouver votre bonne foi contre une accusation de vol par le photographe B en combine avec le photographe A (qui a fourni la photo) et cela pour une simple photo d’illustration ? Pratique très courante aujourd’hui.
    Je vous conseille donc de respecter et de faire respecter la loi française. Certes, elle impose des contraintes (c’est une loi), mais elle est juste et sure.
    Vous trouverez des éléments utiles ci dessous:
    http://passionplus.free.fr/page56/page56.html
    Il trouvera tout ce qu’il faut pour connaître la loi française et pour aider les auteurs photographes.
    Vous pouvez également vous documenter sur le site de l’UPP (Union des Photographes Créateurs).
    http://www.upp-auteurs.fr/

  12. Lucas dit :

    Bonjour Mr Mélenchon,
    j'ai 20 ans, j'ai une sensibilité de gauche (même si je sais que dans votre esprit c'est votre parti qui décide qui est de gauche ou pas) et si je dois adhérer dans un parti ce qui est plus que probable ça sera au PS et certainement pas chez vous parceque je trouve qu'on ne " vit pas dans la honte " (pour reprendre votre expression injurieuse et méprisante) en militant dans un parti qui essaie de défendre des réformes plus justes et une politique sociale plus ambitieuse que celle de la droite, tout en prenant en compte quelques réalités économiques. Je ne suis pas d'accord avec Valls sur sa dernière sortie, mais sinon je le trouve mille fois plus à gauche que vous Mr Mélenchon car soucieux de l'efficacité de mesures justes. Votre sectarisme à l'intérieur même de votre camp, on en a plus que marre !

  13. jean ai marre dit :

    J L Mélenchon, le problème c'est Valls ou les 35 heures ?

    Il me semble que c'est le bonhomme qui pose problème.
    Dans ce cas pourquoi ne pas rédiger une pétition ou lettre au PS en lui signifiant que ces agissements sont intolérables.
    C'est trop facile pour les sous marins de parler en leur nom propre sans engager leur groupe et de rester dans la famille.
    Pour les heures supplémentaires, il faut les interdire, point à la ligne.
    Le partage du travail fait aussi partie de la solidarité.

  14. Jake dit :

    @ 59 Louis st O

    Ce qu'ils vont te répondre,c'est que les chinois font le même boulot pour 10% du smic, qu'ils ne connaissent pas la retraite, et qu'ils sont heureux ! Alors pas besoin qu'ils aillent pousser la brouette puisqu'ils ont la solution à tous tes problèmes.
    Quand, bientôt, on sera à 48 heures par semaine payés 35 (pour se rappeler le bon temps), tu vas devenir plus compétitif. Bon, ce ne sera pas suffisant pour éviter les relocalisations, et en plus tu risques de finir au chomâge car les 13 heures que tu feras en plus n'aura pas de commandes à réaliser, donc faudra réduire les effectifs.
    Mais, tu seras sur la bonne voie. Et puis, le chinois, va se retrouver à toucher 25 à 30% du smic, sans avoir touché un yuan de plus puisque c'est ton smic qui va baisser.
    C'est t'y pas formidable tout cela ?

  15. Pablito PG31 dit :

    @ 60

    Mais chacun est libre de rejoindre le parti qu'il veut. Moi j'ai 24 ans. A 20 ans j'ai failli rejoindre le ps (le pg n'existait pas) et je me suis barré en courant en voyant au plus près les petites luttes intestines entre les affidés des différents barons.

    Tu trouves Mélenchon sectaire? On parle donc du meme Mélenchon qui invite les gens de gauche qui ne sont pas dans son parti à oeuvrer ensemble à une vraie politique de gauche?

    Du meme Mélenchon qui exlique que le PG n'est qu'un outil et qu'on peut le dissoudre demain si ça sert la cause?

    De ce Mélenchon qui anime le front de gauche, c'est à dire l'inverse du sectarisme, un rassemblement de gens de plusieurs horizons dans un même but?

    Grand bien te fasse.

    Pour finir, médite ceci : tu prétends que le PS est un parti de gauche teinté de réalisme économique. Force est de constater que le "réalisme" est une qualité merveilleuse. Use donc de ton réalisme pour te demander à quel genre de politique nous devons la crise actuelle, et j'ai la conviction que tu trouveras ce libéralisme débridé que des "socialistes" si réalistes ont accompagné depuis des années.

  16. Gerard Blanchet dit :

    Je ne suis pas d'accord sur la façon de s'adresser aux militants socialistes. Ce n'est pas en leur disant que leur parti est en train de mourir qu'on va les convaincre. De la même façon aux communistes. Sinon leur réaction, puisqu'ils sont attachés à leur parti, va être de dire : celui-ci a besoin de moi donc je reste.
    Reprenons le cheminement de Jean-Luc Mélenchon lui-même et de PRS depuis décembre 2004 jusqu'à la création du PG et la création avec le PCF du Front de gauche, en passant par la période des collectifs, sa présence à Montpellier le jour de la désignation de Ségolène Royal comme candidate du PS, ou à la réunion de conciliation à St Ouen (au siège du PCF) où René Revol avait proposé que Jean-Luc soit le candidat des collectifs antilibéraux.
    Il faut reprendre ce cheminement auprès d'un côté l'extrême gauche et de l'autre la gauche du PS. Et le front de gauche, tel qu'il est et tel qu'il apparait de plus en plus comme une opposition entre PCF et PG chacun voulant en assurer le leadership, ne peut pas convaincre. Il faut que le front de gauche franchisse un saut qualitatif et pourquoi pas un nouvel appel des 200 et cette fois-ci en Pour :
    - Pour un programme de rupture avec le capitalisme et le productivisme
    - et un outil la force politique de transformation sociale et écologique capable de le porter et de le rendre majoritaire à gauche en 2012 (présidentielle et législatives). Le front de gauche est la matrice de cette force mais lui tout seul n'y arrivera pas.
    Nous avons toute l'année 2011 pour construire cela. Soyons à la hauteur de l'attente du mouvement social.

  17. Lucas dit :

    Je redis que cette tendance à accuser l'autre gauche d'être de droite là où elle a juste le malheur de tenter de rendre la justice sociale plus pérenne car assise sur des fondations économiques solides, c'est insupportable ! Merci de garder ce message cette fois !

  18. pablito PG31 dit :

    "Je redis que cette tendance à accuser l'autre gauche d'être de droite là où elle a juste le malheur de tenter de rendre la justice sociale plus pérenne car assise sur des fondations économiques solides, c'est insupportable ! Merci de garder ce message cette fois "

    De fait, camarade, tu ne dis rien de plus.

    Comprenons nous bien : Qu'est ce qu'être de gauche? chacun a sa définition. Difficile de s'entendre la dessus sans tomber dans le plus petit dénominateur commun.

    Par contre, il est facile de définir ce qui n'est pas de gauche. Pour moins satisfaisante, la "définition négative" comme on dit en droit n'en reste pas moins efficace.

    N'est donc pas de gauche l'idée selon laquelle la condition humaine doit s'effacer face aux exigences économiques.

    N'est pas de gauche l'idée selon laquelle on doit renoncer à des acquis sociaux gagnés de haute lutte, alors que le pays n'a jamais été aussi riche. (selon l'insee, pas vraiment des gauchistes).

    N'est pas de gauche l'idée selon laquelle la justice sociale s'analyse comme un genre de darwinisme du plus méritant, le mérite étant ici mesuré par la richesse. Ca pourrait être défendable si tout le monde partait avec exactement les memes chances dans la vie, ce qui ne sera jamais le cas.

    N'est donc pas de gauche le triste individu qui use d'une faconde néo-libérale (travailler plus pour gagner plus) par seul souci d'exister dans son parti, au détriment évident de la lutte sociale et pour le plus grand bonheur de la droite.

    Le front de gauche, contrairement à ce que tu sembles croire, n'est pas un rassemblement de vieux soviétiques illuminés coincés dans une idéologie utopique. C'est une authentique force de gauche, de progrès social et de révolution citoyenne, qui ne fait pas de concessions aux exigences des détenteurs du capital, car son REALISME la pousse a observer que le neo liberalisme a mené le monde à la crise, au chomage, à l'islamophobie et à l'oligarchisation...

  19. Thierry dit :

    Alain Duhamel sur RTL ce matin souhaitait que M Mélenchon argumente plutôt que fulminer....Alain Duhamel, mais au nom de quoi parle t'il ? Il aurait la science infuse ? Quand on écoute sa rubrique tous les matins, il ya de quoi pleurer.. Vous me direz "pourquoi écoute tu RTL" C'est vrai

  20. 4 Août dit :

    @ 67
    Lucas dit:
    5 janvier 2011 à 12h42

    Je redis que cette tendance à accuser l'autre gauche d'être de droite là où elle a juste le malheur de tenter de rendre la justice sociale plus pérenne car assise sur des fondations économiques solides

    On parle du PS d'antan qui se bornait à rendre le capitalisme supportable grâce à des mesures sociales, ou le PS d'aujourd'hui qui applaudi Papandréou, le patron de l'internationale socialiste qui saigne son peuple ?

  21. vicmarnin dit :

    Mr Mélenchon,
    je vous soutiens dans vos propos, je suis aujourd'hui enseignant (dans le privé tant pis,personne n'est parfait mais il faut bien vivre) et avant cela j'ai travaillé en usine ou surdiplômé j'étais capable de faire mon boulot et celui de mon petit chef...
    Je voudrais ici dire à tous ces petits jeunes qui adhèrent aux valeurs du PS,prétextant qu'ils défendent une certain idée de l'économie, qu'il faut aller dans les usines!
    Les financiers dirigent tout, les investissements, les négociations salariales annuelles.
    Je bossait dans une boite allemande et les financiers (reçus comme des dieux naturellement puisuqe plein de fric) n'avaient aucun scrupule à laisser des gens partir à la retraite avec comme salaire de base le smic (au bout de 40 ans de boîte).Par contre eux,c'était BMW, restos,etc. Ils ont même osé mettre sur le tapis la remise en cause des 35 h sous peine de devoir licencier, c'est inacceptable et scandaleux !
    Le front de gauche est l'avenir....

  22. Lucas dit :

    Mais au lieu d'insulter Papandréou, répondez à cette question : il aurait dû faire quoi une fois constatée le trucage empirique des comptes de son pays ? Fermer les yeux en attendant que ça passe, mettre la poussière sous le tapis ? N'oubliez pas le début de l'histoire quand même !

  23. Veytizoux Jean-Philippe dit :

    Le billet de Jean-Luc Mélenchon résume bien l'état d'esprit général des gens de gauche que j'ai entendus sur cette affaire Valls....c'est consternant!
    Plus consternant, la litanie des répliques de petits soldats du social-libéralisme qui continuent de japper sur le sectarisme du FdG et de Jean-Luc Mélenchon jusqu'à cette improbable "justice sociale plus pérenne car assise sur des fondations économiques solides"......parlons des fondations économiques solides du libéralisme!

  24. DuGNu dit :

    à Lucas

    Laisse tomber la Ségolangue et ne parle pas de choses que tu ne comprends pas. Avant de t'insurger et de venir ici déverser un fiel partisan, lis un peu et révise ton histoire.
    Tiens, essaye donc ça pour voir : http://www.amazon.fr/Indignez-vous-St%C3%A9phane-Hessel/dp/291193976X
    J'ajoute que la lecture régulière de ce blog te serait profitable. On ne peut pas tout comprendre à 20 ans jeune homme, même si on est très intelligent. Il va te falloir prendre du recul et arrêter de gober les phrases toutes faites et les concepts simplistes. Rien n'est simple en ce monde.

  25. Lucas dit :

    [...]

  26. CNR dit :

    Un PS à la dérive, décalcifié par des années de subordination au libéralisme et de luttes intestines, nous n'avons rien à attendre des dirigeants de ce parti dont quelques uns n'ont pas hésité à rejoindre Sarkozy ou sont en passe de le faire. J'ose espérer que devant ce triste bilan beaucoup de militants du PS sauront couper le cordon et rejoindrons la vrai gauche le FG ou le FdG et pourquoi pas le PCF ou le NPA.

  27. Gerard Blanchet dit :

    @Lucas
    [...]

  28. andré martin dit :

    « Pourquoi l’idéologie Valls-Sarkozy est à l’origine du chômage et de la crise ? », une réponse aux propos irresponsables de Manuel Valls à lire sur http://www.retraites-enjeux-debats.org/spip.php?article514
    Bonne année 2011 de luttes, d’indignation et de résistance.
    andré martin

  29. pichenette dit :

    Pitoyables,les propos venant d'un socialiste ayant des responsabilités dans le parti!
    Plutôt s'intéresser à l'usine FRALIN Gemenos du groupe Unilever Lipton..qui veut fermer dans le sud de la France, bénéfices insuffisants pour les actionnaires. Une pétition est proposée, voilà un des problèmes de fond que les partis politiques soucieux des intérêts du "peuple" et du pays, l'équilibre durable devraient prendre à coeur et se charger de peser dans le maintien des emplois sur le territoire. Aux citoyens de choisir ce qu'ils mettent dans leurs paniers et ne mettent pas.
    Si la majorité des Français est pesssimiste quant à l'avenir (sondage), cela doit la pousser à agir non pas dans la compétition qui ne se fait que par élimination mais dans la coopération de tous les niveaux partageant la même sensibilité, le même goût de l'échange...

  30. frederic dit :

    Content de vous voir en pleine forme pour cette nouvelle année !

    Je suis la plupart de vos interventions radiophoniques, télévisuelles, et malgré leur grand nombre vous arrivez encore à me surprendre. C'est du boulot, vraiment, bravo !

    Cette campagne commence à payer, je le vois autour de moi. Les gens tendent l'oreille, les journalistes se ré-alignent progressivement, les dénonciations prennent de l'ampleur !

    Seulement il faut s'attendre à une contre-offensive de l'oligarchie, ils ont loupé leur coup en tentant de vous caricaturer, ils sont en train de piétiner en vous comparant au FN... ils sont certainement en train de comprendre leurs erreurs et de réfléchir à quelque chose de plus d'envergure, j'espère que vous/nous serez/serons prêts pour y répondre !

    Autre chose : j'ai dévoré les conférences des "vendredis du PG" en vidéo, j'en diffuse les liens autant que je le peux. Si ça ne tenait qu'à moi je souhaiterais qu'il y en ait d'autres, plus ! et même plus longues ! avec plus d'interactions avec le public ! Le travail politique commence par le travail intellectuel, et le PG le montre admirablement !

    Je suis malheureusement sans le sou, ayant été intermittent dans la vidéo et le cinéma il y a peu de temps encore, je serais volontiers venu donner un coup de main à la télé de gauche si je le pouvais. J'arrive avec mon baluchon si quelqu'un me propose un pied-à-terre à Paris ! :)

  31. Antoine dit :

    Je vous remercie Jean-Luc Mélenchon pour ce billet ! comme d'habitude !

    Cependant, je veux juste rebondir sur la fin de votre post concernant votre recherche d'images. Etant photographe, je souhaite recadrer certaines choses. Tout d'abord, je ne conteste pas votre envie de publier bénévolement des images ici pour illustrer vos articles. Et le choix des photographes de diffuser gratuitement leur images leur appartient totalement.

    Par contre, être l'auteur d'une image ne signifie en rien qu'elle est "libre de droit" bien au contraire ! A partir du moment où une image existe, son auteur possède forcément les droits de cette image. Et le droit d'auteur est un droit inaliénable en France !... donc une image ne peut pas être "libre de droit". Bien que largement utilisée, cette mention n'existe pas dans le droit français. Ensuite, la mention de l'auteur, même si l'image a été acquise gratuitement, est obligatoire. Je vous invite donc à supprimer la mention "libre de droit", car ce ne sera pas le cas. Vous pourrez l'utiliser sur votre blog, d'autres personnes le peuvent à titre privé mais personne ne le peut de manière commercial sans autorisation de l'auteur lui même (ce que "libre de droit" invite à faire pourtant).
    Je profite de ce paragraphe pour vous inviter, partis de gauche, à réfléchir sérieusement sur la notion de la rémunération des artistes. Je sais que les licences Creative Commons ont le vent en poupe dans les milieux alternatifs. Mais cela ne défend aucunement notre travail et notre rémunération. Et vu l'état déplorable du marché de l'image en France (en partie à cause de voleurs comme Fotolia et consort), je pense qu'une réflexion s'impose pour garantir aux artistes (je prêche pour ma paroisse mais ça vaut aussi pour la musique et tout forme d'art) un revenu décent et pérenne. Ce qui n'est plus le cas actuellement et sans artiste, il manquera forcément quelque chose de primordial dans notre société.
    Pour le reste, Vals et co... tout a été...

  32. FREECHTI dit :

    salut et fraternité

    Je me reconnais dans les colères de Jean-Luc Mélenchon
    Je réside à Lille où je suis né depuis 1955, là bas le PS et ses satellites électoraux gèrent la région, le département et les communes "associées" comme des chrétiens démocrates allemands
    Il ont tout délégué les services publics de proximité à des filiales écran VEOLIA-KHEOLIS-EFFAGE et autres mammouths du CAC 40 qu'ils fustigent devant les médias nationaux et cajolent au niveau local pour entretenir leur cour de beni oui oui,pratiquent une politique communautariste dangereuse tout en enfumant les petites gens par des discours et des postures au nom des grandes figures du socialisme français.
    Cela relève pratiquement de la publicité mensongère et de l'escroquerie !
    En fait pour moi ouvrier, fils, petit-fils et arrière petits fils d'ouvriers de la région, électeur de gauche, républicain et laïque le vrai parti socialiste ce devrait le parti de gauche,et le PS : le Parti Social Démocrate Libéral
    Par contre, Jean-Luc fais gaffe, te laisse pas enfumer par le National-Communisme chinois qui essaie de nous faire oublier ses pelotons d'exécution en rachetant nos dettes et nos consciences

  33. Pierre34 dit :

    @Lucas

    Je trouve que l'accélération de la financiarisation de l'économie et plus généralement de toutes les facettes de notre vie permet de mieux comprendre les raisons de notre situation catastrophique.

    Chacun a pu comprendre facilement que nos dirigeants ont aggravé de manière exorbitante la dette publique du pays pour payer les dettes privées des banques et plus généralement du système financier international.

    Ces mêmes banques se permettent maintenant de spéculer sur les dettes publiques des états, soit directement, Grèce, Irlande, Portugal, Espagne, doit par le biais de l'intimidation des agences de notation à la solde des financiers.

    Le choix est donc clair, la solution consiste à remettre en cause cette finance internationale et ses alliés objectifs, l'Union Européenne par l'application du traité de Lisbonne, le FMI par ces recettes économiques désastreuses contre les peuples.

    Ainsi pour répondre à ton autre question au sujet de Papaandréou, ce qu'il aurait du faire c'était résister à la pression et défendre son peuple. D'autant que les possibles malversations du gouvernement précédent avaient été conseillées par ceux là mêmes qui spéculent maintenant contre la Grèce.

    Nous ne voulons pas de cela pour notre pays, c'est pourquoi nous doutons de la ligne de plus en plus libérale du PS et que nous soutenons le FdG.

  34. vicmarnin dit :

    J'ai lu pendant la période des fêtes le livre de notre camarade Jean Luc, je le conseille à tous.
    Il est très bien conçu,très lisible, truffé d'exemples concrets et en plus il n'est pas long...
    Même pour ceux qui n'aiment pas lire il est abordable.Bravo pour votre travail exceptionnel Mr Mélenchon.
    J'ai convaincu les gens autour de moi de le lire (c'est en cours), et pourtant mon beau père est un ancien du RPR (burk). Je vous annonce d'ors et déjà qu'il votera Mélenchon en 2012 si....
    PS: qu'est ce qu'une rencontre avec Mr Mélenchon et une discussion autour d'une table doit être enrichissante ! Perso j'adorerais.

  35. Antoine dit :

    @La Grenouille

    Les Creative Commons ne sont pas "illégales" en France, il y a même des versions adaptées spécifiquement au droit français. Ceci dit il est vrai que la Licence Art Libre (chercher sous Google) est plus simple à lire et directement applicable (elle fut créée entre autres par des juristes français).

    Quant à dire que les licences libres ou de libre diffusion sont une invention américaniste pour spolier les photographes... Ceux qui apposent ces licences sont les auteurs, qui les choisissent de leur propre gré, non par traîtrise ou bêtise, mais au contraire pour favoriser la circulation et le partage des oeuvres et des connaissances. A l'heure du numérique, des pans entiers du copyright et du droit d'auteur (qui, de plus en plus, consacrent principalement le pouvoir des éditeurs) deviennent obsolètes ; autant en prendre acte et s'en réjouir (et se réjouir des nouvelles possibilités offertes à tout un chacun), en utilisant une des licences pré-citées.

  36. dupuis dit :

    Sans parler du fond mais plutôt de la forme, qu'est ce que c'est que ce parti,où chacun prend la parole au nom de tous,en faisant oublier le porte-parole et la première secrétaire?
    Tout comme le syndicat de police "alliance" commente les fais divers dans la presse en lieu et place des responsables légitimes...
    Où va-ton avec ces gens là ?
    Vivement le Front de Gauche !

  37. Nestor Boyau dit :

    @Lucas et @Gérard Blanchet
    [...!]

  38. Descartes dit :

    @JLM

    La diminution du temps de travail est pour les travailleurs le retour sur effort des gains de productivité réalisés grâce à l’intensification du travail et l’élévation technique des procès de production. Quand cette diminution se fait sans perte de salaires cela correspond à une forme de répartition de la richesse entre capital et travail.

    Oui. Mais c'est là qu'un choix se pose: on peut choisir de repartir la richesse issue des gains de productivité sous forme de réduction du temps de travail ou sous forme d'augmentation de salaires. Or, le choix n'est pas neutre socialement. Les classes moyennes, qui ont leurs besoins fondamentaux satisfaits et qui disposent des moyens de financer des loisirs de qualité préfèrent la réduction du temps de travail. Les couches populaires, qui peinent à satisfaire leurs besoins fondamentaux et n'ont pas les moyens de financer des activités de loisir préfèrent l'augmentation de salaire. En choisissant la réduction du temps de travail plutôt que l'augmentation de salaire le gouvernement de la "gauche plurielle" a fait un choix lourd de conséquences: celui de privilégier les intérêts des classes moyennes plutôt que ceux de l'électorat populaire.

    Mais ce choix a une autre conséquence. L'augmentation de salaires a un effet de relance sur l'économie, puisqu'elle distribue du pouvoir d'achat qui se traduit en demande. C'est une politique qui crée de l'emploi par la croissance. Par contre, la réduction du temps de travail est une politique de partage du travail existant. C'est une politique fondamentalement malthusienne qui aboutit à la stagnation. Là encore, ce n'est pas le choix le plus judicieux.

    Et finalement, la réduction du temps de travail a un effet secondaire, qui est celui de dévaloriser le travail et de valoriser le loisir... mais cela c'est une autre histoire.

  39. Antoine dit :

    @ Antoine... (pas moi l'autre... mince on ne s'y retrouve plus ;))

    Tu sais... il y a aussi des tonnes de photographes qui se ruent chez Fotolia en pensant trouver là une source de revenus non négligeables... j'aimerais connaitre leur retour après qqes années d'exercice précaire.

    De même, qu'il y a plein d'employés qui sont contre les 35h....

    Bref, les photographes ne sont pas les seuls fautifs.

    Et même si ces licences existent, il y a quand même une grosse réflexion à avoir sur le respect de NOS droits d'auteur, sur la pérennisation de notre activité et de nos revenus. Et quand je vois la spoliation qu'opère notre gouvernement sur l'image (on ne compte plus le nombre de pb de récupération d'images sans l'autorisation de l'auteur... ou la fameuse entente entre Fotolia et le ministère de l'industrie... au mépris des négociations entre l'UPP et le ministère de la culture), je me dis qu'il est particulièrement urgent de protéger les artistes d'une manière ou d'une autre (et pas sous forme de l'infâme Hadopi). Sans ça, il y aura à coup sûr une sorte d'uniformisation de l'image, insipide, standardisée... réalisée par les qqes rares photographes qui auront trouver le créneau "bankable" chez Fotolia (il y en a...).

    Mais bon, cela ne change rien au fait que "libre de droit" est illégal en France. Ce serait con de se faire avoir pour un truc si bête ;)

  40. JCM dit :

    Puisque le sujet du moment est les 35 heures, je recommande ce DVD documentaire paru en 2007 de Jean Michel Carré "J'ai très mal au travail" dont tous les Valls de poche et compagnie feraient bien de s'inspirer pour comprendre à quels points désastreux nous sommes rendus et pourquoi beaucoup de travailleurs tiennent tant aux 35 heures&RTT à la retraite à 60 ans (avant d’envisager la case suicide)avec les créations d'emplois correspondant au partage du travail restant disponible et surtout pour les jeunes en priorité, avec à la base, un salaire décent pour tous.(Voilà un vrai projet&progrès ambitieux de gauche)
    Une année exceptionnelle s’annonce, sous le signe de la castagne et là dessus il n'y a plus de doutes, puisque la casse des services publics, de la protection sociale et autres acquis sociaux ainsi que les bons cadeaux au MDEF&Banques, vont malheureusement se poursuivre en 2011.D'ailleurs pourquoi s'arrêter en si bon chemin? Puisque la voie est libre et non faussée.(sic)Pas tout à fait !
    Pour ceux qui ne se laissent pas endormir par le son de la flûte des dominants, pour dénoncer et lutter contre toutes ces attaques en règles. Il y a les interventions régulières de Jean-Luc Mélenchon, qui apportent une nouvelle fois, ce matin sur France Inter, la meilleur façon de comprendre ce qui nous arrive par son analyse et sa connaissance des dossiers et de l'histoire, ainsi que les solutions pour y remédier.
    http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/sept-neuf/
    http://sites.radiofrance.fr/franceinter/chro/billet-sophia-aram/
    Le deuxième lien concerne le billet de l'humoriste "Sophia Aram" qui sous couvert de la plaisanterie met l’accent sur une réalité désespérante qui pourrait être lourde de conséquences, sur lesquelles il va bien falloir y réfléchir à deux fois, car il reste encore de nombreuses consciences à éveiller et sur tout réveiller, hormis les âmes perdues et à la dérive du PS, pour qui le Front de Gauche reste la...

  41. maxou dit :

    Bonjours à vous,
    Dans un concours de conneries, dans la partie droite du PS, Manuel Valls arrive en tête...

  42. Gilbert Duroux dit :

    Il y a une chose que n'a toujours pas compris certain "philosophe", c'est que la diminution du temps de travail ne s'oppose pas aux augmentations de salaires. Les 35 heures, c'est la durée légale. Rien n'empêche d'en faire plus, et c'est même théoriquement plus avantageux pour le salarié puisque qu'au delà de 35, c'est des heures supplémentaires majorées. Le problème, c'est que les 35 heures ont été massacrées aussi bien par la gauche que par la droite. D'abord avec la flexibilité imposée aux salariés. Ensuite avec les exonérations de charges sociales sur les heures supplémentaires (moins d'argent pour la sécu et les retraites), puis la défiscalisation. Puis la baisse du taux des heures supplémentaires.
    Je crois que la meilleure explication est à trouver sur le blog de Gérard Filoche (ici et ), dont on se demande jusque quand il va jouer les idiots utiles au PS.

  43. Jonathan L. dit :

    @ DuGNu [74];

    Tu m'enlève les mots de la bouche! J'ai peut-être qu'un an de plus que ce Lucas mais j'ai déjà appris (à mes dépends) qu'il est trop facile de se fourvoyer en s'entichant d'un savoir non-maitrisé pour se permettre de déblatérer à tord et à travers. Y'a rien de mieux pour égarer les consciences.

    Heureusement le courant idéologique contemporain encore flou dans lequel s'inscrivent le FdG et ses militants/sympathisants (des citoyens "modernes"?) nous en préviens et nous exhorte même à aller de l'avant en souhaitant donner lieu à un réveil des consciences apparemment endormies mais pourtant couchées sur un lit de bonne volonté intègre.

  44. jean ai marre dit :

    @ 87 Descartes,

    L'argumentation est bonne c'est la conclusion qui est drôle.
    ''Et finalement, la réduction du temps de travail a un effet secondaire, qui est celui de dévaloriser le travail et de valoriser le loisir... mais cela c'est une autre histoire"
    Les ouvriers et employés devraient ils donc travailler plus et les cadres moins ?.

    On peut constater que dans d'autres pays,qui ont diminués le temps de travail pour tts les catégories, le taux de chômage a baissé.Peut être faut il l'associer à d'autres mesures ?
    Par exemple l'Allemagne, qui a réduit le T. de T. a aussi réussi à réduire son coût du travail., et sa réforme a été portée sur la réduction des charges patronales et salariales, avec augmentation de la TVA.
    Le pb c'est que chez nous, tout a été fait n'importe comment, et nous n'avons plus de marge de manoeuvre, la TVA étant trop haute.
    En outre,notre productivité (PIB créé par heures travaillées) est une des meilleure du marché, difficile à améliorer.
    Reste le partage du travail et la suppression des Heures sup.

  45. Antoine dit :

    @Antoine (l'autre ! :-))

    Je suis d'accord sur l'inanité de l'expression "libre de droits" (sauf à la rigueur pour du domaine public). Effectivement, chaque auteur a des droits inaliénables (et même ses ayant-droits après sa mort, ce qui est plus problématique...), que les licences type CC ou LAL ne peuvent enlever.

    Quant à la rémunération des photographes, je ne suis pas spécialiste, mais étant donné la montée en puissance de la photo comme hobby (y compris semi-professionnel, cf. Flickr), il me semble que la concurrence s'organise de facto contre ceux qui voudraient vivre de leur métier. Effectivement, le revenu universel serait une solution (mais pour tous, pas seulement pour des "artistes" sélectionnés par l'Etat ou une autorité indépendante ! il ne s'agit pas d'organiser l'insécurité sociale, la précarité et l'obéissance...) ; j'en ai glissé quelques mots sur le wiki du programme partagé mais cela n'a pas eu l'air d'être repris / pris en compte pour l'instant.

  46. jpduf dit :

    Après avoir entendu le prétentieux (cf. Thomas Legrand...) Jean-Luc Mélenchon ce matin sur France Inter, M. Cohen avouer qu'il n'a lu que partiellement un texte sur lequel il s'autorise ensuite à poser des questions... et Sophia Aram jouer la fine mouche du coche... j'en viens à me demander si Jean-Luc Mélenchon, après avoir été le révélateur du PG, n'est pas en train de devenir l'obstacle au but fixé : l'accession du FdG aux deuxième tour des présidentielles.
    Pourtant, plus il s'exprime et plus je suis d'accord avec ses diagnostics, ses analyses et ses remèdes !
    Mais combien resterons-nous au moment du vote à nous régaler de ses sorties tonitruantes, de ses revers cinglants, de ses saillies drolatiques ?
    Combien, la bien pensanse inculquée par TF1, révulsés par le discours révolutionnaire citoyen, n'écoutent plus son argumentaire...?
    Il est temps de s'en tenir à la présentation du mode de gouvernance et du projet de gouvernement...
    Le doute m'habite !

  47. « Les socialistes révolutionnaires ont à recommencer le combat qu'ont combattu les philosophes et les pamphlétaires de la bourgeoisie ; ils ont à démolir, dans les têtes de la classe appelée à l'action, les préjugés semés par la classe régnante ; » (Le Droit à la paresse, 1880)

    1936 congés payés
    1981 Ministère du temps libre

    entre temps, Gébé commettait l'an 01, Moustaki chantait le droit à la paresse.

    Et le "travail" (plus exactement l'esclavage salarié) est devenu "rare" donc désirable et plus personne n'ose dénoncer ce "désir". Même Jean Luc Mélenchon emploie la métaphore des "petits plaisirs simples" pour ne plus avoir à dire ouvertement que l'esclavage salarial n'est pas désirable.
    Et Valls enterre, avec les 35 heures la dernière "utopie" qu'ait porté le PS, celle du temps libéré de l'esclavage salarial.
    Et malheureusement personne dans notre camp n'ose reprendre ouvertement le combat !

    "Je veux rendre toute-puissante l'influence du clergé, parce que je compte sur lui pour propager cette bonne philosophie qui apprend à l'homme qu'il est ici-bas pour souffrir et non cette autre philosophie qui dit au contraire à l'homme: "Jouis"."
    Monsieur Thiers a gagné...

  48. argeles39 dit :

    @Descartes # 88
    Par contre, la réduction du temps de travail est une politique de partage du travail existant. C'est une politique fondamentalement malthusienne qui aboutit à la stagnation. Là encore, ce n'est pas le choix le plus judicieux.

    La réduction du temps de travail n’a jamais provoqué de stagnation, elle s’est, au contraire, toujours accompagné de gains de productivité sans cesse croissants. C’est toujours le cas.
    Si on ne partage pas le travail et les richesses, on accepte qu’une partie sans cesse croissante de nos concitoyens soit sans travail, à fortiori dans le cadre néolibéral du libre échangisme.
    Alors qu’elle solution pour les exclus du travail, RSA et restaurants du cœur ?
    Je crois qu’il y a d’autres solutions que la compassion, un autre modèle de civilisation est possible.
    Le « travailler plus gagner plus » de Sarko, associé à la loi TEPA, est une impasse, ce n’est plus à démontrer, l’expérience parle d’elle-même.
    La gauche radicale doit avoir comme objectif la réduction du temps de travail, 32 h en 4 jours (8 x 4) c'est du bon sens eu égard aux gains de productivité sans cesse croissants. Mais est-ce que ça sera suffisant pour revenir au plein emploi ? Je ne le crois pas si on reste dans le cadre du libre échangisme néolibéral, et si on ne modifie pas la répartition des richesses. A mon sens il faut passer aux 32 heures mais avec une reconquête du tissu industriel et agricole et en augmentant les salaires pour donner du pouvoir d'achat. Cela impose des ruptures (ou une révolution citoyenne pour reprendre le slogan du PG), à mon sens il faut modifier la clef de répartition des richesses et opter pour un petit peu de protectionnisme intelligent, si possible coordonné avec les autres nations, dans l'esprit de la charte de la havane en 1948.

  49. Suticos dit :

    Comme l'explique fort bien Jean-Luc Mélenchon dans son billet, ce n'est pas le temps de travail réel qui a été réduit à 35 heures, mais l'unité de mesure du salaire qui a été ramené à 35 heures - 35 heures, c'est le seuil déclencheur des heures supplémentaires, en tout cas jusqu'à ce qu'on "forfaitise" tout le monde.

    Bien évidemment dans le monde réel, tout le monde ne fait pas 35 heures, entre la masse immense qui fait des heures qui ne sont jamais payées (et qui ne pourront qu'être très difficilement prouvées en cas de litige) et de toutes celles et ceux qui ont des contrats précaires à temps partiel avec des horaires impossibles à tenir mais limités dans le temps...

    Donc quand on parle de revenir sur les 35 heures, on est déjà dans du débat théorique et c'est en fait sur les salaires et leurs majorations que l'on entend revenir. Il ne s'agit donc nullement de privilégier le salaire au détriment du loisir mais bel et bien d'appauvrir les salariés en réduisant ou en empêchant toute idée de majoration de salaire.

  50. Gombald dit :

    La Valls des 35 heures
    Dans l'ensemble je suis d'accord avec Jean-Luc Mélenchon. Valls semble avoir sorti une ânerie. Soit il veut dire que les salariés devraient travailler 2 ou 3 de plus gratuitement (Ce qui en effet enrichirait -peut-être- un peu les entreprises à condition qu'il y ait du travail salarié supplémentaire à donner) soit il compte demander aux entreprise de payer ces 2 ou 3 heures au tarif normal... Pour les salariés, ca ferait tout de suite un supplément de salaire. Mais est-ce que les entreprises ont vraiment envie de payer 2 ou 3 heures de plus même au tarif normal ?
    Les entreprises ne sont pas du tout dans cette logique. Elle veulent ce qu'elles font déjà,
    Premièrement : avoir des gens sous la main quand elles ont besoin et les mettre "au repos" (à bon marché) quand elles n'en n'ont plus besoin.
    Deuxièmement :
    Elles veulent faire des économies sur les couts de productions. Ce qui passe par des restructurations et automatisations des taches (sans parler des délocalisations).

    C'est là où j'ai une question :
    Ces gains de productivités vont dans le sens de la modernisation et de l'efficacité des moyens de productions.
    On ne peut pas à la fois les condamner et vouloir s'en approprier les bénéfices sous la forme "d'acquis sociaux" qui d'emblée serait à redonner aux salariés. Car où ira t on chercher la motivation nécessaire à cette modernisation ?

    Si le Front de gauche arrive au pouvoir en 2012, c'est probablement qu'il aura une réponse à ce genre de question.
    Et comme le Monde autour de nous sera resté ce qu'il est, il faudra une réponse qui puisse s'intégrée de façon efficace voir exemplaire pour nos semblables.

    De mon point de vue, l'entreprise de type "féodale" devrait être abolie ou, la rigueur, mise en concurrence avec de nouvelles formes d'organisations du travail.

    En est-il question au Front de gauche ?
    Plus que de la crispation sur les acquis sociaux, "on" aimerait voir le projet économique en grand pour...


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive