20mai 10

D'autoritaire à totalitaire l'union européenne. A propos des retraites! Vive l'euro faible!

Un moment dangereux

Ce billet a été lu 22 599 fois.

J'ai rédigé cette note partie dans l’hémicycle du parlement européen Strasbourg, partie dans le train entre Paris et Strasbourg, à l'aller, au retour et à l’occasion de ma navette pour participer mercredi soir à l’émission de "France Inter" animée par Thomas Legrand et Françoise Fressoz. L'extract résumé qui est fait de cet entretien dans "le monde" est sous la responsabilité de ce journal. Je ne l'ai pas relu. Ceux qui m'auront écouté où qui décideront de le faire sur "daily motion" apprécieront sa fidélité aux propos tenus. Il est question ici du moment présent, si grave, avec l’évolution malsaine du fonctionnement de l’union européenne, ses pratiques autoritaires et sa pente totalitaire. Puis j’analyse le plan du gouvernement sur les retraites en vous proposant des démonstrations par l’absurde de ses sottises. Et enfin je vous démontre l’intérêt de la dévaluation de l’euro. C’est le morceau que j’ai pris le plus de plaisir à écrire. Véritablement je jubile sur le thème depuis que mon précédent billet s’est vu confirmé de mille manières ! J’ai fait, de cette façon, une sorte d’introduction pour une analyse que je vais développer ensuite, de note en note, sur ce que je crois bon pour notre pays et que nous pourrions faire le moment venu.

Dans le moment, les gens censés de tous bords, voient bien monter, avec la contagion de la « crise », les dangers globaux que ce genre de séquences déclenche dans l’histoire. Mardi matin, au parlement de Strasbourg j’ai croisé Jean Marie Cavada qui est dans cet état d’esprit alors que nous ne siégeons pas du tout sur les mêmes bancs. Et combien d’autres ? Pas besoin d’être grands clercs. Juste un peu de culture politique et historique sont nécessaires. Ce que l’on nomme par euphémisme « la crise » se diffuse dans tous les compartiments de la vie en société. Et, comme c’est évident, elle reformate la politique et le fonctionnement des institutions qui en sont les organes humains. Par exemple, beaucoup notent la montée des partis extrémistes en Europe. Oui, c’est vrai. Mais que dire de la série des coups d’états sociaux et politiques qui se déroulent sous nos yeux et que nombre font mine de prendre pour des mesures d’évidences, de « bon sens économique » totalement neutres politiquement ? Je pense au programme infligé aux grecs. Une fois ces prémices avalées la suite est venue sans tarder. C’est la proposition inouïe de soumettre les budgets nationaux à la commission européenne pour accord  préalable à leur examen par les parlements nationaux. Bon nombre d’entre nous y ont vu une telle caricature de tout ce que nous avons dénoncé pendant le débat sur la Constitution européenne que dans les premières heures nous n’avons pas cru que telle était vraiment la proposition des eurocrates. Mais est-ce vraiment si surprenant ?

Vraiment nous ne vivons plus dans le même monde eux et nous. L’hégémonie culturelle du monétarisme et du libéralisme est intacte ici dans les institutions européennes et aussi sur les bancs parlementaires. Le doute n’existe pas. Ce sont des fanatiques. Jeudi en séance nous avons pu voir le socialiste français Liêm Hoang-Ngoc être contraint de demander le retrait de son nom de son propre rapport sur « la viabilité à long terme des finances publiques dans le contexte de la relance économique ». Les libéraux avaient amendé ligne à ligne tout son texte pour lui faire dire, point par point, verbe par verbe, le contraire de ce qu’il avait écrit ! A la sortie le texte a été transformé en une sorte de manifeste libéral grotesque et déshonorant de grossièreté ? Pourquoi infliger sans autre nuance ni compromis une humiliation pareille au rapporteur social démocrate, certes de gauche, sinon parce que ces libéraux sont des illuminés !

Les plus avancés suggèrent à présent une « gouvernance économique ». Mais sans se demander un seul instant quelle serait la légitimité démocratique d’une telle « gouvernance » si elle devait décider de mesures qui s’imposent aux peuples. Ce n’est pas le problème ici. La démocratie est seulement un argument anti chinois, anti Cuba, anti Venezuela et ainsi de suite suivant les saisons, les campagnes de collectes financières des ONG spécialisées et les cycles de l’administration américaine. Exemple. Après un débat verbeux sur les causes et les solutions à la crise actuelle, la même assemblée vote une aide à l’Ukraine en décidant de la conditionner à la surveillance de l’application par ce pays des injonctions du FMI et de la banque mondiale ! Le dixième de cette arrogance de la part de la Russie aurait immédiatement mobilisé « reporters sans frontières » et toutes les agences américaines d’aides aux « révolution orange », «  révolution pourpre » et ainsi de suite. Mais cette prétention aveuglée à décider de tout sans discussion possible, au nom de l’évident modèle unique, se conjugue à présent a un niveau de brutalité sociale administrée d’en haut et du dehors qui fait muter l’ordre politique. Il passe de l’autoritaire au totalitaire. Autoritaire parce que procédant d’une volonté sans légitimité démocratique et accompagné de mesures de coercition. Totalitaire parce qu’elle impose la mise au silence au propre et au figuré de tout ce qui serait en état, qu’il le fasse ou  non d’ailleurs, de perturber la logique du système. Dorénavant la démocratie est réellement perçue comme la perturbation majeure potentielle pour le système. Ainsi s’accomplit dans des conditions imprévues le destin potentiel de ce que nous avions nommé « l’ordre globalitaire ». Ce système qui a mis à ses normes tous les domaines ne s’encombre même plus des apparences si celles-ci doivent être si peu que ce soit une faille par où la contestation pourrait passer. Les parlements nationaux, même corsetés par de traités iniques comme le traité de Lisbonne, sont encore trop poreux aux cris de la société. Ils sont l’ennemi pour le système. Cette pente anti démocratique s’accélèrera à mesure que l’instabilité financière s’accroitra. Le moment venu, il est inéluctable qu’elle passe à l’usage de la force.

Le danger se voit. L’avantage ne doit pas être méconnu. Car si de telles mesures et de telles violences peuvent être commises contre le quotidien des peuples, c’est alors une école qui introduit dans les esprits de nouveaux réflexes. Il nous sera plus facile le moment venu de réquisitionner, socialiser et punir les récalcitrants. Chacun y verra la réplique en sens inverse infligée au petit nombre de ce qui la veille était appliqué au grand nombre !  Aujourd’hui, proposer de nationaliser les banques  est acclamé dans nos réunions. Planifier le progrès et la reconversion écologique du modèle productif de même. Il y a peu encore ce n’était pas du tout l’ambiance et le scepticisme régnait dès qu’il était question de « dépasser », transformer le système et davantage encore s’il était question de le révolutionner. Ce temps est déjà passé. Dès lors l’idée d’un gouvernement de Front de Gauche ne soulève plus de problème de principe quand au fond de son programme. Personne ne dit plus que c’est une prétention illégitime. L’objection question qui pèse est la  crédibilité électorale. C’est pourquoi une fois sortie de son ancrage dans la ritournelle du vote utile, le poids du PS à gauche n’est plus insurmontable. A condition bien sur d’en avoir l’ambition. A condition aussi d’en assumer la responsabilité c'est-à-dire d’avoir un comportement qui en témoigne. Cela signifie avoir autre chose a opposer à son hégémonie que des querelles byzantines de groupuscules, des injures d’un autre âge, pour ne rien dire des pudeurs de comédie contre les dangers de la personnalisation que l’on s’interdirait au niveau national pour les pratiquer plus ardemment que jamais au niveau local. Car tout cela condamne au rôle médiocre de force d’appoint. Et cela le tout venant le sens et le sais au premier coup d’œil. Dans la crise ce qui compte c’est ce qui est fort, sait où il va et en assume les conséquences.

Le gouvernement ménage ses effets pour entrer dans le vif de sa réforme des retraites. Peut-être pour ne pas perturber le congrès de la CFDT que des annonces trop claires radicaliseraient. Ce qui a été annoncé laisse en effet une drôle d’impression d’inachevé. Evidemment je savoure de constater que notre communiqué à l’issue de la rencontre avec Woerth avait correctement interprété le contenu de l’entretien : l’essentiel du plan repose sur l’âge de départ légal. Mais avant d’entrer dans cet aspect il faut noter un comique de situation. Le plan actuel situe son horizon vers 2020 ou 2030. Hum ! Primo ce n’est déjà plus les délires pour 2050 de la bande du Conseil d’orientation des retraites (COR). Tout de même 2020 ou 2030 ce n’est pas pareil puisque c’est plus ou moins dix ans. On parle donc alors de besoins de financement oscillant entre 45 ou 70 milliards par an. Une paille que cet écart de 25 milliards, sans doute… Mais ça nous fait de l’air par rapport aux 100 milliards avec lesquels ont nous a battu le tapis pendant toutes ces semaines. Et bien sur c’est sans commune mesure avec les 2600 milliards évoqués par le journal « Le Monde ». Une autre drôlerie est que le plan propose cet horizon de 2020. Ce qui est drôle c’est que ce soit le gouvernement dirigé par monsieur Fillon qui le propose. Car le monsieur Fillon, alors ministre en 2003, avait déjà réformé la loi sur les retraites en 2003 ! C’était la « der des der » ! Dans l’exposé des motifs de sa loi  il était extrêmement catégorique: « le projet de loi présenté par le gouvernement permet de rééquilibrer le système d’ici 2020 ». Tel quel ! Peut-on croire que les qualités de prévision du monsieur ce soient améliorées, compte tenu de ses exploits précédents ?

Parlons de cet âge de départ repoussé. Depuis le début de notre campagne sur le thème nous pointons l’absurdité qui consiste à penser la question des retraites indépendamment des autres paramètres qu’elle affecte directement. C’est une question globale que pose l’âge de départ à la retraite. Prenons un exemple : le niveau de santé des populations retraitées. Plus ils partiront tard plus ils seront usés. Par conséquent c’est autant de soins plus lourds, plus tôt supplémentaires. Autre exemple : les fonctions sociales accomplies par les ainés, dorénavant retenus, qui entreront dans la sphère marchande et pèseront sur les budgets familiaux. Et ainsi de suite. Je me souviens avoir soulevé régulièrement la question toute bête suivante : que ferez vous de ceux qui ne seront ni a la retraite ni au travail ? En effet c’est un fait bien connu que le taux d’emploi des 55/64 ans est de 38%. On vire beaucoup les seniors dans les boites. Les gens ne sont plus au travail par contrainte et non par gout. Je sais bien qu’il s’agit d’une moyenne avec de très fortes variations par tranche d’âge. Mais quand même ça donne une idée.  Par conséquent il est facile de répondre à ma question. Ceux qui ne seront ni à la retraite ni au travail seront au chômage.

Combien ça fait de monde ça ? On peut faire un petit calcul d’évaluation en allant glaner des chiffres. Le nombre des départs à la retraite est aujourd’hui autour de 350 000 par an. Trois ans de plus avant le départ égale 1,05 millions de personnes. Si on reporte la proportion moyenne actuelle au chômage avant la retraite cela veut dire que les deux tiers de ces gens seront au chômage. Ca fait 650 000 personnes. Combien ça coute en indemnisation ces chômeurs ? On peut encore faire un calcul à la louche. L’allocation moyenne actuelle est de 13 000 euros par ans. Donc pour cette nouvelle armée de chômeurs ca fait un cout supplémentaire de 8,4 milliards d’euros pour les Assedic. Regardez bien ce chiffre ? C’est le doublement du déficit actuel de l’assurance chômage ! Une trouvaille non ? On se colle un super bond du chômage, et 8 milliards de déficit. Et tout ça pourquoi ? Pour boucher un trou évalué en année ordinaire, hors crise, à…. 5 milliards ! Dépenser 8 pour payer cinq, voila une gestion intelligente mon cher Ubu !  Et encore, on ne dit rien ici du fait que ce genre de situation, soit au chômage soit au boulot après soixante ans, ca n’arrange pas la santé ! Combien ca va couter à l’assurance maladie?

Zut, les gens sont mêmes capables de mourir plus tôt ! Ce qui serait assez logique, vu que l’allongement de l’espérance de vie doit aussi, quand même, au départ à la retraite qui adoucit la vie au moment où l’organisme est le moins résistant. D’ailleurs ça se lit dans les chiffres parce que l’espérance de vie sans handicap de santé est en moyenne à 63 ans pour les hommes. Paradoxe : est-ce que le raccourcissement de l’espérance de vie permettra de ramener l’âge de la retraite à soixante ans ? Ce n’est pas une blague ! Ce serait l’application inversée du prétendu théorème « plus on vit vieux plus il faut travailler longtemps » ? Qu’en pensez-vous ? Ca tourne à la farce cette affaire ! Et pourtant, oui, figurez vous, c’est écrit dans la loi de 2003. Elle oblige à cotiser un nombre d’année double de l’espérance de vie moyenne après l’âge de départ à la retraite !  Si cette durée se réduit, le nombre d’années de cotisations réduira d’autant ! Je n’évoque tous ces paradoxes que pour mieux souligner l’absurdité des raisonnements purement comptables appliqués au déroulement d’une vie humaine. Comme s’il ne s’agissait plus de personnes réelles, nos pères et mères, nos conjoints, nos enfants, nos anciens et nos bébés,  mais juste de chiffres abstraits. Les chiffres appliqués à ces réalités pour les découper en morceaux irréels forment un chemin d’humour noir indépassables. Rions de la sottise de ces fous qui nous proposent des plans aussi ridicules. Faisons une proposition chiffrée dans leur style. Les gens réalisent les deux tiers de leur dépenses maladie dans les six mois qui précédent leur morts. Incitons les  à faire des économies en mourant six mois plutôt en bonne santé ! S’ils avaient par-dessus le marché le bon gout de mourir bien avant l’âge moyen actuel ils permettraient d’abaisser l’âge de départ à la retraite des suivants.

Les bizarreries de ce plan gouvernemental ne s’arrêtent pas là ! Donc, le gouvernement prétend que ce recul de l’âge légal est la solution financière pour le retour à l’équilibre du financement des retraites. Ah ! Est-ce vrai ? Il faudra qu’il le démontre, le crayon à la main ! Car pour l’instant, quand se reporte au rapport du COR, on y lit que le recul de l’âge légal de départ de 60 à 63 ans ne permettrait de couvrir que la moitié de la somme nécessaire en 2030 ! Zut alors ! Monsieur Fillon se sera encore trompé dans ses prévisions ! Son plan ne règle rien pour « 2020 ou 2030 ». Emmerder tant de monde, fiche une telle pagaille martyriser tant de gens, creuser tout ce déficit à l’assurance chômage, pourrir la santé de tant de personne que nous connaissons personnellement : tout ça pour rien !  C’est trop bête, ça, monsieur Fillon !

Nous sommes des brutes en matière d’économie, tandis que les belles personnes sont très intelligentes et subtiles. Nos solutions ne valent rien, elles sont  irréalistes et dangereuses. Au contraire, celles des importants sont non seulement justes mais les seules possibles. Pourtant en quelques jours, après tous les cris d’orfraie et les grosses larmes de crocodile versées sur la baisse de l’euro des voix de plus en plus nombreuses s’expriment pour dire avec les formes appropriées ce que j’ai écrit ici, avec d’autres à gauche, dans mon style de barbare à ce sujet : la baisse de l’euro est une bonne chose. Elle nuit aux rentiers, tant mieux et profite à l’économie réelle productive, tant mieux. Bien sur, je veux souligner que cela s’entend dans le cadre du  fonctionnement du modèle économique actuel  fondé sur le libre échange généralisé que je conteste radicalement par ailleurs. Ce que je veux démontrer c’est l’absurdité totale du système de pilotage de la machine y compris du point de vue de ceux qui comptent en profiter sur le dos de tout le monde.

 

Les eurocrates en particulier signalent leur insondable sottise et les limites intellectuelles de leurs cervelles de perroquets quand ils continuent à psalmodier le catéchisme monétariste. « Le Figaro » aussi il est vrai ! Une pensée économique en pilotage automatique! Ca prouve que le Serge Dassault n’a pas beaucoup d’influence sur les pages saumons de son canard ! Car je doute que la baisse de l’euro handicape la vente des Falcone où celle des Rafales ! En tous cas tous les grands prêtres de l’austérité indéfinie ont l’air pas mal désuet ces temps. Ces gens veulent bloquer ou baisser les salaires directs et différés, diminuer les revenus sociaux, augmenter la productivité sans trêve et accroitre leurs prélèvements privés sans pause. Les gouvernements qui les écoutent maintiennent toutes les manettes rigidement bloquées ! Que reste-t-il pour respirer, dans la logique de ce modèle ? Seulement de s’accrocher à la dynamique extérieure, les dépenses des autres, dans les autres pays. Etroite fenêtre. Mais quand même ! Ca laisse une belle marge ! Le commerce international de l’Europe c’est 40 % du commerce extérieur de ses composantes.  Baissons la monnaie pour mieux rivaliser avec les autres et vendre moins cher ! Pas question hurlent les rentiers, gorgés d’avoirs pillés en euros ! Ceux-là tueraient leur propre mère pour un taux de change fort. Plus aucune respiration n’est alors possible. Juste des sacrifices sans fin, un taux de croissance anémique mais des bons gros sous, aussi solides que des lingots d’or ! Heureusement nous sommes là, nous, les défaitistes de l’euro, les sans orgueil monétaire, les tireurs dans le dos des rentiers ! Notre impunité est garantie. En effet personne ne peut sortir de l’euro, ni chez ceux d’en bas car les dettes resteraient libellées dans la monnaie dans laquelle elles ont été financée, c'est-à-dire en euros. Asphyxiant ! Faillite garantie. Et personne ne sortira chez ceux « d’en haut » car tous ses voisins seraient ruinés et comme le commerce extérieur de chaque pays est pour l’essentiel entre pays européens…tout le monde est coincé ! C’est exquis !

Pourquoi la baisse de l’euro est elle une bonne chose et non une mauvaise ? Parce que sans faire un effort de plus, sans mouiller la chemise d’une goutte de sueur supplémentaire, on gagne en compétitivité sur les marchés mondiaux.  Le journal gauchiste bien connu, « les Echos », note même, comme un écho à ma dernière note que cette « baisse est « une des rares bonnes nouvelles par les temps qui courent » selon Jean-Michel Six, économiste Europe chez Standard and Poor’s. Ce dernier note avec malice qu’il est en train de se passer exactement ce que les détracteurs  de l’euro croyaient désormais impossible à cause de la monnaie unique : une dévaluation de fait de la monnaie européenne. La Grèce notamment n’aura pas besoin de sortir de l’euro pour retrouver de la compétitivité car la chute de l’euro lui a déjà fait atteindre cet objectif ». Vous avez bien lu mes chers lecteurs. Sans un effort de plus les grecs ont déjà comblés les gains de productivité que les eurocrates et docteur FMI comptaient leur faire cracher à coups de gourdins, avec du sang et des larmes ! Ce qui est vrai pour les grecs est vrai pour toute l’Europe.

Une baisse de dix pour cent du taux de change de l’euro entraine au bout de deux ans une hausse de 5 points de pourcentage des exportations. Ce qui augmente le produit intérieur brut de un point de pourcentage sur la même période. Un point ! Jusqu'où peut-on envisager de faire baisser l’euro ? J’ai écrit ici que l’on devait se souvenir du démarrage de l’euro en 1999  à 1,17 dollars avant de passer en 2000 au taux de 0, 88 dollar pour un euro. Sous la main de fer de la politique favorables aux rentiers et aux spéculateurs ce taux de change est monté jusqu’au niveau irresponsable de 1,60 dollar pour un euro ! Tout ce qu’on achetait aux américains, où à n’importe qui vendait en dollar, valait deux fois moins cher ! Evidemment tout ce qu’on leur vendait valait deux fois plus cher ! Le rentier jubilait, le producteur s’étouffait. Pas malin comme combine. Alors, avais je écris ici, moi qui ne suis pas un économiste mais juste un citoyen un peu éclairé, ayant lu mes classiques altermondialistes, on doit envisager de descendre jusqu'au niveau le plus bas, pas plus loin que celui déjà atteint (un moment de modération utile à ma démonstration) pour se donner de l’oxygène. Ricanements de maints biens pensants, toisant les misérables marxistes dépensiers irresponsables figés dans leurs archaïsmes. Et maintenant quelle évolution ! C’est presque une révolution intellectuelle ! Certes l’archi archaïque « Figaro » hurle au meurtre dans ses pages saumons! Mais je le trouve bien isolé ce matin ! Le gauchisme monétaire souffle à pleins poumons dans les bonnes feuilles du capital. Violente conversion. Ainsi le journal néo-bolchevik « Les Echos », interroge une néo-anarchiste hirsute, Agnès Bénassy-Quéré, directrice du centre d’études prospectives et d’informations internationales. Il lui pose la question : «jusqu’où l’euro pourrait-il baisser ? » Et voici la réponse : « Pourquoi pas jusqu'à son niveau le plus bas historique à 0,82 dollar en 2000 ? Je pense qu’il n’y a pas de plancher : si la zone euro va mal il faut que l’euro baisse. » Et voila qui est dit ! Savourez, vous autres qui me lisez !

Du moins vous direz vous que je ne vous induis pas en erreur autant que les pitres prétentieux de la pensée unique avec leurs remèdes de cheval qui ne marchent pas. Et maintenant, vérifions s’il vous plait. Ne croyons rien sur parole. Si c’est vrai que la baisse de l’euro relève le niveau de l’activité, vu que la baisse de l’euro est constante depuis décembre 2009, ca doit se constater sur le niveau des ventes à l’étranger, nos bienfaisantes exportations, non ? Voyons ! Hourra ! Partout la hausse des exportations européenne se vérifie : chez ces gros cachotiers d’allemands, Italie, Espagne, et même Portugal ! Et dire que personne ne nous en parlait !

Et nous, et nous, les français ? Hourra !  Nous aussi ! Le premier trimestre s’est traduit par un boum de 16% des exportations vers l’Asie et de 23% vers l’Asean ! Dire qu’on nous avait caché tout ça pendant que le journal « Le Monde » et sa bande de déclinistes professionnels nous fouaillaient tous les jours avec des « retards français » de toutes sortes ! Là où le désespoir va changer de camp c’est quand ils vont devoir constater à regrets que sans un « sacrifice courageux » supplémentaire d’avantage acquis, ces fainéants de français vont produire 0,7 points de plus cette année puis 0,8 point de plus les deux années suivantes selon les analystes. Rien que cela produira, en dépit de notre école qui ne vaut rien, de notre culture de la grève et de nos privilégiés de fonctionnaires 40 000 emplois de plus en 2010. Je conclu ce chapitre sur une traduction du journal d’ultra gauche « Financial Times » parue dans le journal trotskiste français « La Tribune ». « Le Financial Times de Londres titre ainsi l’un de ses éditos de son édition de lundi « il n’y a aucune honte à ce que l’euro baisse » Et d’ajouter : « c’est même une bénédiction pour la zone euro, d’autant que la prétendue faiblesse de l’euro doit être mis en perspective. Souhaiter un euro fort quand la croissance est au point mort, c’est faire preuve d’une arrogance qui s’apparente a de la perversité ». Salut les pervers du Figaro!  Surtout que la Tribune de son côté titre son papier : « Malgré sa baisse, l’euro reste surévalué » ! Dégonflons la baudruche des rentiers, camarades ! Pas d’hésitation ! Les trois meilleures années les plus récentes, en France, pour l’emploi et pour les comptes publics et sociaux, tous passés à cette époque au vert, sont celles du gouvernement Jospin entre 2000 et 2002. Ce sont aussi les trois années où l’euro s’échangeait en dessous de la parité un euro un dollar !

Dès lors revenons à nos marges de dévaluation utile. De combien raboter ce gros prétentieux d’euro sans exagérer ? Si on suit le raisonnement de la gauchiste Agnès Bénassy-Quérré qui dirige le centre d’études prospectives  et d’informations internationales, passer de 1,2 dollar pour un euro actuellement à 0,88 c’est 35 % de baisse ! Et nous avons lus que Standard and Poor’s dit que 10% de baisse de la monnaie unique c’est 1 point de PIB supplémentaire. Par an ! Donc là il y en a pour trois points et demi sous le pied! Une croissance de 3,5 % ! Mazette ! Mais bigre, c’est le double de ce que prévoit dans l’hypothèse la plus favorable notre cher COR dans ses prévisions pour assurer le financement de notre système de retraite en 2050 ! Hé ! Hé ! On n’a pas finit de rire ! Oui, mais une dévaluation de 35% de l’euro ce serait énorme ! Vraiment énorme, non ! Pas de panique, les amis ! On l’a déjà fait et vous n’en êtes pas morts, loin de là. Entre le pic à 1,6 dollar pour un euro pendant l’été 2008 et le niveau actuel, c’est précisément 35% de dévaluation. En partant des 1,2 dollar actuels  pour un euro pour revenir au niveau de 0,88 dollar pour un euro comme en 2000, c’est pile poil la même chose : 35% ! Entre le pic absolu et le creux le plus profond déjà observé, nous sommes donc exactement à mi-chemin. La marge est là ! Courage, camarades, dégonflons la baudruche !


807 commentaires à “Un moment dangereux”

Pages : « 14 5 6 7 8 [9] 10 11 12 13 1417 »

  1. 401
    ydaho dit:

    @ Jennifer : dans mon esprit, je dit que tu t'égosilles" parce que cela ne sert a rien.. J'aurais pu aussi bien écrire a propos de don Quichotte.. C'était pas péjoratif pour toi mais pour ceux a qui tu t"adresse.. Il n'entendent pas, tout a leur bon droit.. Vois tu, ils sont comme tous les bourreaux, ils demandent aux victimes d'oublier et de passer a autre chose.. c'est ainsi !

    Tu veux lutter contre la montée du facho ? travaille pour un monde meilleur ! c'est pas leur truc "le monde meilleur", ils peuvent pas s'y reproduire.. Ce sera leur fin !
    Oh si, ils te lisent, ça c'est clair qu'ils te lisent, ils peuvent pas s'en empêcher... Même s'ils le voulaient pas, ils le feraient quand même ! c'est leur nature ! Ils voudraient bien, t'ignorer, mais la non plus ils n'y arrivent pas.. Il faut qu'il aient quelque chose a dire, a prétendre, a argumenter.. A chaque fois que tu les obliges a te répondre, tu gagnes ! si tu regardes bien, "ça" ne tarde jamais.
    Amicalement

  2. 402
    jennifer dit:

    JM

    Il faut lier la burqa a la crise. Non pas en n'en parlant pas car ca permet que se repande le rejet des musulmans, et les attaques contre eux. Oui le gouvernement veut faire des musulmans les bouc emissaires comme en 1929, on a detourne la colere des peuples vers les juifs. Il faut lier sans cesse cela et non le separer comme vous le faites.

    Vous avez tout faux en ignorant l'islamophobie car c'est justement ce que le gouvernement veut. Il faut absolument lier les 2 combats, pour empecher que les musulmans soient les nouveaux juifs. Il faut combattre le mal a sa racine et resolument. Et marcher sur deux pieds. Apprenons du passe. Ne recommencons pas les memes erreurs. Il faut etre resolument antiraciste si on veut avancer dans cette situation ou le FN et ses idees deviennent de plus en plus influents. Il se nourrit de la crise mais aussi du racisme.

  3. 403
    ydaho dit:

    @ JM : yes c'est bien, on est tous d'accord ! Le nucléaire, la burka, c'est sans importance.. On abandonne le nucléaire, on laisse tomber la loi, et on se concentre sur la crise ! ok ?

  4. 404
    Hold-up dit:

    @ Darthé-Payan

    Il y a un hic à ta belle histoire, c'est que nous répétons les mêmes crimes dans de lointaines contrées pour les mêmes raisons et en 2090 un type te ressemblera et demandera à certains d'arrêter de battre leur coulpe sur un blog inter-galactique. Ne serais tu pas un peu nietzschéen au fond Dartagnan ? Un éternel retour.

  5. 405
    jennifer dit:

    Cher Hold-up

    Je t'ai repondu deja hier ou je ne sais quand en recitant ce bout de phrase sur les combats d'arriere garde qui est ta phrase a toi. Tu peux chercher. Je n'ai pas compris pourquoi tu as dit cela. Oui tu es pour la candidate voilee, oui tu es contre la loi, oui le truc du predateur ca ne te cause pas mais pourquoi dis-tu que c'est un combat d'arriere garde. J'aimerais bien que tu t'expliques car c'est incomprehensible. Donc j'ai ecrit un autre post sur ce theme auquel tu n'as pas repondu et donc je recidive. Je te pose la question. Pourquoi dis-tu que c'est un combat d'arriere garde.

    Merci de me repondre

    En toute amitie

  6. 406
    jennifer dit:

    Pour ceux qui n'auraient pas suivi un debat d'il y a quelque temps (Mario Morisi et Ydaho), sachez que Darthe Payan n'est pas seulement jacobin mais pense que la colonisation a eu des effets emancipateurs. Je m'etonnais qu'il n'ait pas encore reagi au debat sur le film "hors la loi" mais c'est chose faite. Ensuite il va nous dire que Jean-Luc Mélenchon pense comme lui sur la guerre d'Algerie etc... Debat deja eu mais qu'il ne faut pas oublier chez cet "internationaliste" jacobin dont l'universalisme consiste a repande la francophonie (j'allais mettre la france afrique mais ca il ne l'a pas encore dit)

    Quand je dis que les idees colonialistes reviennent, je ne pense pas qu'a la droite et l'extreme droite mais aussi a D-P

  7. 407
    jennifer dit:

    Il etait chouette Don Quichotte. D'apres Francoise Delavoine Cervantes avait ete un traumatise de guerre et fait prisonnier et torture. L'histoire de Don Quichotte c'est l'histoire d'un trauma qui ne passe pas, quon n'arrive pas a digerer.

    Toujours pareil ceux qui n'ont pas vecu sont incredules

  8. 408
    Hold-up dit:

    Non, je ne vais pas encore parler de la Burqa ! non ! J'ai largement digressé l'autre soir et je pense qu'Annie y faisait allusion. Je tombais moi aussi dans un piège grossier. Je suis étonné moi que tu l'alimentes aussi et encore. C'est ce qu'ils veulent. Tu crois toi éteindre l'incendie, il est décuplé. Ce n'est pas le racisme qui est d'arrière- garde, la belle affaire ! Je n'ai jamais dis ça, quelle blague ! Ce qui est d'arrière garde c'est l'arrièrisme ! Tu ne mobiliseras personne à Gauche sur l'arriérisme d'autrui. Il n'y aura que les arriérés du cru que cela fera marrer. Les vrais connards, les vrais fascistes. Ces femmes ne sont pas en danger de mort que je sache. Il ne faut pas délirer non plus. Par contre à vouloir sauver le non sauvable: " l'arriérisme ", on ne fait que faire monter la pression et exacerber la tension dont les cons de tous bords se satisfont parfaitement. L'UMP en premier lieu. Le FN en même temps. Je crois avoir été clair là.

  9. 409
    ydaho dit:

    T'inquiète, pour ma part, je savais pour l'émancipation..

  10. 410
    JM dit:

    @ jennifer
    Je ne sais pas ou ne pense pas avoir tout juste ou tout faux... ces mots me semblent d'ailleurs plutôt inappropriés. Je n'ignore pas l'islamophobie présente dans une certaine partie de la société francaise mais je pense qu'elle est tt de même à relativiser notamment chez les plus jeunes. Concernant la burqa, je pense que le gouvernement a pour le coup lui tout "juste" : un sujet médiatique très porteur, pouvant véhiculer des idées nauséabondes et pouvant semer le trouble dans la gauche : le temps passé à traiter ce sujet dans mes médias me semble mais peut être suis je de mauvaise fois quasi plus important que celui concenrné à la réforme des retraites et aux propositions de la gauche. Concernant la fin de votre propos permettez moi d'être sceptique : je pense que si il faut être qqchose comme vous le dites, je pense qu'il faut être du côté des citoyens qui galèrent (sans papiers,chomeurs, rmistes, travailleurs pauvres, retraités précaires....) qu'ils soient musulmans, juifs, chrétiens athés: car les victimes du système ce sont eux.
    @ Ydaho :
    Je n'ai pas dit que le nucléaire, la burqa c'était sans importance : pas de caricatures svp. Je rappelle juste que bcp de nos concitoyens sont en lutte, en souffrance et qu'ils attendent de l'aide, des propositions bref une gauche unie sur des sujets (retraite / emploi/ éducation et donc sécurité) qui normalement doivent la fédérer.

  11. 411
    Hold-up dit:

    Et puis aussi franchement je ne confonds pas pour ma part des " Montagnards" fussent -ils hiératiques de 2010 et rocambolesques avec les salauds qui nous gouvernent. C'est quoi cette dérive sur le blog à force ? C'est nocif.
    Allons-nous rater nos vraies cibles ? Qui nous tuent à petit feu en ce moment ? Qui nous assomme ? Ce ne sont pas la bande à Darthé Payan que je sache non plus ! On devient tous un peu ridicule là je trouve. ça m'arrive aussi.

    Au fait Jacques Attali nous prévient qu'après c'est à la Sécurité Sociale, l'Assurance maladie, à l'Assurance chômage et aux minimas sociaux qu'ils comptent s'attaquer. Qu'on se le dise.

    Jacques Attali applaudit bien sûr !

    " Qu’Est-Ce Que C’Est Que Ça, « Les Transferts Sociaux » ? par Sébastien Fontenelle
    http://www.politis.fr/Qu-Est-Ce-Que-C-Est-Que-Ca-Les,10586.html

  12. 412
    4 Août dit:

    @ tous

    Les droitiers doivent bien se marrer en lisant ce blog. Rien sur les retraites, rien sur l'Europe, rien sur la "rigueur". Par contre sur la burqa...

  13. 413
    Nipontchik dit:

    Desfile militar con tropas bolivianas, ecuatorianas, venezolanas y por supuesto argentinas, la policia federal, las reinas de belleza, y clase de tango a una esquina de los festejos. 1 presidenta que tiene instincto de sobrevivencia politica y sentido de la comunicacion. Periodo ideal para volver a Buenos Aires (despue...s de algunos años de ausencia)The show must go on (por lo menos hasta el 25 de mayo)

  14. 414
    Annie dit:

    jennifer post 384 tu demandes : La Chine et la Russie seraient d’accord pour empecher l’Iran de se procurer des armes lourdes? Donc Israel pourrait l’attaquer et l’Iran ne pourrait pas se defendre…
    On parle pas de nucleaire la mais de sanctions. Je pense que les USA ont fait pression sur la Russie en echange de ne plus mettre de base antimissile en Ukraine (ou Pologne?). Pulcherie t’a suivi l’affaire?

    Je ne sais pas où ça a pu être dit, mais je te conseille de prendre de la hauteur par rapport à ce genre de commentaire un peu simpliste (les USA feraient pression sur la Russie pour attaquer l'Iran, et Poutine se coucherait malgré lui - mouarf, mouarf, mouarf) et de lire d'autres sources, car j'ai suivi "l'affaire" sur Dedefensa, et je trouve leur vision de "l'affaire" Iran très subtile et très originale, le genre de commentaires que je ne lis pas (ou peu) sur des sites dits "anti-impérialistes".

    Déjà as-tu entendu parler de l'accord du Brésil et de la Turquie avec l'Iran sur sur la question de l'uranium enrichi ? C'est Historique. 2 pays dits "émergeants" ont pris d'eux-mêmes l'initiative de rencontrer les dirigeants iraniens et de négocier directement avec eux. Et Lula avant d'aller à Téhéran était passé à Moscou, et bien que Medvedev était assez sceptique dans ses chances de parvenir à un accord (avec Erdogan), le président brésilien était lui très optimiste. Et Lula après son passage à Téhéran a réaffirmé que "La crise financière mondiale, qui a montré le besoin d'un nouveau système commercial multilatéral, a accru notre intérêt pour l'Iran".
    Alors que vont faire nos meRdias ? Traiter maintenant Lula d'islamiste judéophobe enragé ? Et il fait ça juste avant la fin de son 2ème mandat, pour son (ou sa) successeur.

    Quand je dis que Dedefensa fait parfois des analyses très subtiles, ils qualifient des pays comme la Turquie et le Brésil (mais aussi la Chine ou la Russie) de pays "à la fois en dehors et en dedans" (du système américaniste-occidentaliste) dont les actions de contestations ne sont pas conscientes (d'un point de vue historique) mais accelereront la fin du système.

    Les réactions des dirigeants nors-américains ou européens "déçus" par Lula sont mécaniques, on dirait des automates. Washington scribouille sans doute une énième résolution au Conseil de Sécurité anti-iranienne, mais l'Histoire est en marche. Il ne faut pas se fier aux apparences, moi la nouvelle de l'accord turco-brésilien est sans doute un véritable évènement et c'est ça qu'il faut commenter.

  15. 415
    Nipontchik dit:

    mais si l euro baisse comment je ferai pour payer mes cours de tango AOC de Buenos Aires, vous y avez pense, senateur?

  16. 416
    ydaho dit:

    JM j'ai très bien compris ce que tu as dit, Le nucléaire, c'est important faut pas l'abandonner, la burka c'est important, faut faire une loi.. C'est ça je suis dans les clous ? Et moi pendant ce temps, je dois pas m'occuper de ça, parce que je serais pas apte, et donc tu me conseille de détourner mon regard vers des trucs plus importants comme par exemple (je te cite) : "retraite / emploi/ éducation et donc sécurité" (tient, il a pas pu résister.. il y a collé la sécurité..) Je suis toujours dans les clous ? oui ? j'ai bien compris mon catoche ? :-) J'arrête mes enfantillages quoi ?

    Bien.. Sur ce je file au pieu.. Bonne nuit a tous !

  17. 417
    ydaho dit:

    @ Jennifer :

    http://www.lepoint.fr/actualites-monde/2010-05-18/iran-accord-sur-un-projet-de-sanctions-a-l-onu-dit-hillary/924/0/456239

  18. 418
    Mario Morisi dit:

    POUR EN REVENIR AU POST DE JLM
    Devinette, qui a répondu ce qui suit...

    La baisse de l'euro serait donc une bonne chose ?
    — C'est la meilleure chose qui puisse arriver à l'Europe. C'est à la France, et plus encore à l'Allemagne qu'elle profitera le plus. Mais la Grèce et l'Espagne, pour qui le tourisme est une source de revenus importante, en seront également bénéficiaires.
    (...)
    Pensez-vous que la viabilité de l'euro soit menacée ?
    — J'espère que non. Il est tout à fait possible d'éviter que la monnaie unique ne périclite. Mais si on continue comme ça, rien n'est exclu. Même si je pense que le scénario le plus probable est celui du défaut de paiement. Le taux de chômage des jeunes en Grèce s'approche de 30 %. En Espagne, il dépasse 44 %. Imaginez les émeutes s'il monte à 50 % ou 60 %. Il y a un moment où Athènes, Madrid ou Lisbonne se posera sérieusement la question de savoir s'il a intérêt à poursuivre le plan que lui ont imposé le Fonds monétaire international (FMI) et Bruxelles. Et s'il n'a pas intérêt à redevenir maître de sa politique monétaire.
    Rappelez-vous ce qui s'est passé en Argentine. Le peso était attaché au dollar par un taux de change fixe. On pensait que Buenos Aires ne romprait pas le lien, que le coût en serait trop important. Les Argentins l'ont fait, ils ont dévalué, ça a été le chaos comme prévu. Mais, en fin de compte, ils en ont largement profité. Depuis six ans, l'Argentine croît à un rythme de 8,5 % par an. Et aujourd'hui, nombreux sont ceux qui pensent qu'elle a eu raison."

    Eh bien, the winner, je veux dire, le locuteur is...

    J. Stiglitz, prix nobel d'économie...

    Et si on lui demandait de parrainer le comité de soutien du Super Front de gauche hyperélargi qui est en train de naître ?

    en tout cas, bravo JLuc, Généreux et the lads !

  19. 419
    Darthé-Payan dit:

    @ Jennifer

    La chasse au Républicain et jacobin est ouverte et tout particulièrement au Darthé-Payan assimilable à un bon colonialiste.

    Au lieu de dire des anneries relit en entier le manifeste jacobin et notamment la partie consacrée à la république universelle.

    Ensuite et au risque de me répéter (ce qui appelera le webmestre à dire que je radotte) sur la guerre d'Algérie relis le paragraphe du livre de Jean-Luc Mélenchon "causes républicaines" et notamment le chapitre "c'était une guerre civile" à propos de la guerre d'Algérie et je partage ce point de vue. Le combat était perdu d'avance car la république faisait la guerre à son propre peuple.

    Lis aussi les écrits et correspondances de Louise Michel. Institutrice qui fera l'école aussi bien aux enfants des colons qu'aux enfants kanaks et surtout, elle demandera a être nommée institutrice à Nouméa alors qu'elle était déportée depuis trois ans dans un camp dans la campagne de la terre française de calédonie.

    Léopold sédar senghor, ancien député socialiste et ministre de l'union française ne cessera de défendre la francophonie, les idéaux des lumières, la révolution française, la république française avant et après l'indépendance de son pays dont il deviendra président. Pourquoi cet homme cultivé, généreux, socialiste, défendait-il la france et la république ?

    Idem pour Aimé Césaire.

    Je m'arrête là, mais je pourrais parler de Félix Eboué, Gaston Monnerville et tant d'autres. Ils ont défendu la France républicaine qui a pourtant colonisé.

    Aller, si vous voulez refaire une bonne petite guerre d'Algérie dans les têtes et dans les coeurs libre à toi, libre à vous. Je pense qu'il est temps de grandir et d'oeuvrer à la coopération des Etats méditerranéens. L'universalisme ce n'est que la francophonie, c'est aussi la solidarité et la coopération entre nations pour le développement autonome, partagé ou de coopération, solidaire.

    Oui, je le répète, historiquement, le long processus qu'est la république fait que la colonisation fut terrible pour ce que l'on sait mais aussi émancipatrice. Tu peux me traiter de tout les noms et adjectifs que tu veux et d'autres par la même peuvent si essayer. Le Webmestre donnera qu'un avertissement à Darthé-Payan pas à vous. Insultez moi c'est gratuit et cela vous défoulera et vous aurez aucune remontrage de qui vous savez.

  20. 420
    André Assiétoi dit:

    373
    Darthé-Payan dit:
    22 mai 2010 à 20h44

    @ Webmestre

    "J’en ai un peu ras le bol d’être ostracisé par certains"

    C'est l'hôpital qui se fout de la charité. je me demande ce qu'en pensent ceux qui se font traiter de bobos écolos gauchards libertariens et particulièrement ma copine Martine (Billard).

  21. 421
    Darthé-Payan dit:

    @ Jennifer

    Je reposte mon dernier paragraphe.

    Oui, je le répète, historiquement, le long processus qu’est la république fait que la colonisation fut terrible pour ce que l’on sait mais aussi émancipatrice. Tu peux me traiter de tout les noms et adjectifs que tu veux et d’autres par la même peuvent si essayer. Le Webmestre donnera qu’un avertissement à Darthé-Payan pas à vous. Insultez moi c’est gratuit et cela vous défoulera et vous aurez aucune remontrance de qui vous savez.

  22. 422
    Hold-up dit:

    @ Darthé Payan

    Pourquoi on t'insulterait puisqu'au final c'est la vérité historique ? Une république en crise, enchâssée dans une économie capitaliste prédatrice gouvernée par une confrérie catholique de droite conservatrice ou modérée voire même " de gauche", regonflée, raciste, missionnaire, idéaliste ou hypocrite. Il est vrai que l'avidité au vu des richesses à voler commandait tous les sacrifices moraux et tous les reniements. C'était la logique du capitalisme et du mouvement de la révolution industrielle. Celui de la modernité technologique de compétition qui faisait que des Empires capitalistes de traditions chrétiennes diverses et variées (Britannique, Français, Allemand, Hollandais ) se faisaient la guerre pour le pouvoir absolu sur le monde. Et sur le dos des autres peuples de la planète qui n'en demandaient pas tant. L'esclavage ayant été aboli par contrition "christianniste" tardive après plusieurs siècles de crimes, il fallait pour les temps nouveaux du pillage un nouveau sacerdoce et un autre " storytelling " plus adapté au siècle de "la fée électricité". La guerre de 14 viendra brouiller les cartes du dépeçage en règle des pays que l'on dira par la suite " colonisés". Après une telle " émancipation " comment n'y aurait-il pas eu d'apports de toutes sortes de part et d'autre ? Comment cela aurait-il pu ne pas arriver ? Nous avons bien nous aussi hérité à un moment de notre histoire des sciences et technologies d'Égypte, de Babylone, des civilisations Arabes, Chinoises, Africaines pour nous développer et aussi nous civiliser notamment par " l'amour courtois" issu de
    l'héritage arabe du royaume d'Al-Andalus ; comment des apports n'auraient -ils pas eu à s'opérer dès lors ? Tu ne sembles toi n'y voir qu'un grand continuum sans ruptures ni contradictions avec les idéaux de la révolution française de 1789, c'est là que c'est plus inquiétant. La république à coup de marteau ? Il y a eu des ruptures et un nombre incalculables de trahisons. Ce qui est étrange c'est ton nouveau message, j'ai l'impression de l'avoir déjà lu. Un copié-collé ?

    Là bas ailleurs, maintenant, la guerre, la nôtre, en des terres étrangères. Le capitalisme et la prédation encore et toujours. http://www.lefigaro.fr/medias/2010/05/22/739fa08c-65d8-11df-bba2-5f095d531f3a.jpg
    Comment reprocher après l'invasion et la destruction de l'Irak et de l'Afghanistan à l'Iran de vouloir se doter de l'arme nucléaire. Franchement ? Un peu comme nous quoi... si du jour au lendemain on nous envahissait.

  23. 423
    Demetrio dit:

    @ MARIO MORISI

    t'as vu L'INTER a gagné ! tu dois être content ?
    Je lis et relis le Monde selon Baggio et je trouve toujours
    que son auteur est bien différent de ce Mario qui en veut aux jacobins...
    Au fait quand reviens tu au Salon du Livre de Voiron ?
    J'y serai cette année et nous pourrions nous expliquer...
    tanti carissimi saluti
    da un rital diventato Jacobino

  24. 424
    Demetrio dit:

    @ Darthe-Payan

    salut et fraternité mon frère,
    l'autre jour tu m'avais donné l'adresse du blog feusurlequartiergeneral.
    Je suis allé pour mon plus grand plaisir. Il est fort ce camarde Leroy que je lisais sur le blog le Causeur. J'ai bien apprécié son article sur le mariage du rouquin avec la Venus Callipyge des flots de la marée verte (des algues en bretagne)
    Sous le bobo on trouve le libéral, écrivait notre ami Descartes,pire, je serais tenté de dire, sous le bobo on trouve le pétainistes qui fleure bon le fascisme catholique de l'espagnol Franco !
    Une mauvaie lecture de Freud, une plus mauvaise lecture du marxisme-freudisme des respectables Reich et Marcuse, a conduti nos bobos-écolos vers une nouvelle religion de la Nature, et donc comme toute religion la leur est aussi délirante et aliénante.
    En voici quelques exemples concrets que j'ai eu à connaître et contre lesquels je me suis battu ent tant que républicain et laïc.
    Un nommé Stiner ou Steiner, à ne pas confondre avec le Stirner de L'Unique et la propriété, ni avec le philosophe
    Georges Steiner aux excellents livres, avait fondé ici et là des écoles privées dont le fonctionnement s'inspire de l'autre illuminée Marie Montessori et de son acolyte Meirieu, dont tu n'es pas sans ignorer le mal qu'il a fait à l'école républicaine et laîque !
    Ces dites écoles délivrent des diplömes de psychothérapeute.... rien que ça !
    Une des ces diplômées donnait une conférence à laquelle j'assistais. et voilà ce qu'elle affirmait :
    1) les femmes doivent accoucher à la maison
    2) les enfants ne doivent pas être vaccinés
    3) la médecine n'est pas une science et les médicaments sont des poisons
    4) les enfant doivent être scolarisés le plus tard possible
    5) le veloppement de l'enfant ne se fait pas selon Wallon, Piaget ou Wallon
    etc. etc..
    Cette soi disant thérapeute ne se contentait pas de proférer des insanités dans ces conférences mais elle s'occupait à fonder des écoles ! Une de ces écoles avait lieu dans une ferme, créée par des écolos de la première heure, avait une pseudo institutrice non diplömée, et des enfant entre 7 et 12 ans avaient été rétirés de l'école publique par des parents adhérents à la secte ! Il yavait 2 heures de cours (de quoi on se le demande) dans la matinée, le reste du temps on pouvait voir les enfant se promener dans les champs !
    Inutile de te dire que j'ai dénoncé vivement cet état de fait et qu'avec d'autres camarades jacobins républicains et laïcs nous sommes intervenus auprès des pouvoirs publics afin qu'ils fassent cesser ce pitoyable cirque séctaire !

    Ceci devait faire réfléchir tous ceux qui nous moquent ou nous insultent quand nous parlons des bobos-écolos.
    Tiens bon mon frère, je suis à tes côtés !

    Salutations fraternelles

    demetrio

  25. 425
    Annie dit:

    @Mario Morisi post 416 : dans l'interview de Stiglitz qui a été postée, je souhaite commenter 2 choses :

    Mais la Grèce et l’Espagne, pour qui le tourisme est une source de revenus importante, en seront également bénéficiaires.

    Justement, je pense qu'au delà de la crise et des remèdes de cheval du Dr Frankeinstein FMI, c'est un des problèmes à soulever. Il y avait un bloggeur ici (j'espère qu'il se reconnaitra) qui avait fait un très bon post sur la fausse modernité du développement de tous ces pays d'Europe du Sud (mais on peut aussi ajouter l'Irlande, les pays Baltes -merci à Jean-Luc Mélenchon d'avoir rappelé leur cas et la condescendanes de l'UE envers leurs retraités ex nazis- et le Magreb), qui ont une part trop importante du tourisme dans leur création de richesses. Ces pays ne développent pas vraiment leurs capacités productives. Ils ont souvent en commun d'avoir connu la spéculation immobilière, d'être devenu les petites mains des sous-traitants qui ont délocalisé vers eux.

    Rappelez-vous ce qui s’est passé en Argentine. Le peso était attaché au dollar par un taux de change fixe. On pensait que Buenos Aires ne romprait pas le lien, que le coût en serait trop important. Les Argentins l’ont fait, ils ont dévalué, ça a été le chaos comme prévu. Mais, en fin de compte, ils en ont largement profité. Depuis six ans, l’Argentine croît à un rythme de 8,5 % par an.

    Je serais bien moins optimiste que Stiglitz, car l'Argentine est loin d'être sortie d'affaire. Je suis d'accord sur le fait qu'ils aient très bien fait de dévaluer, mais les dirigeants n'ont pas attaqué les structures. Je trouve d'ailleurs que la présidence de Nestor (même si on ne peut le considérer comme un socialiste), fut plus audacieuse que celle de Cristina, qui se trouve en grosse en difficulté maintenant (avec toutes ces affaires de corruption, et les revandications des piqueteros).
    L'exemple argentin devrait faire réfléchir la gauche ici en France : comme je l'ai dit pages précédente, ce que propose Jean-Luc Mélenchon (la dévaluation pour attaquer la rente) ne peut être qu'une mesure de court terme, et ne saurait être une finalité d'un programme à venir du FdG.

  26. 426
    jean ai marre dit:

    @ 308 Jean Jacques

    Battre la droite,est bien sur l'objectif. Mais pourquoi faire ? Et avec qui ?

    Si c'est pour faire la même politique que Jospin.(Privatiser les entreprises ou permettre les plans de restructuration )
    Je crois que l'on assez donné. Si nous voulons autre chose, mettre un grand mouvement en marche, nous devons nous montrer pugnace, rien lâcher, affirmer notre volonté.

    Nous savons que tous les mouvements de notre société passent par le plein emploi.

    Au delà des grands mots, de grandes déclarations, qui va proposer un plan industriel ?
    Qui va mettre en place les conditions pour développer les entreprises à fortes valeurs ajoutées ?

  27. 427
    emma78 dit:

    NS veut économiser 100 Md et cela va se faire par l'abandon des normes réglementaires dans tous les domaines, un étau financier pour les collectivités territoriales, la baisse de 10 % sur 3 ans de tous les transferts sociaux et un désengagement dans tous les services publics (écoles, santé,...) avec une mise en avant de la concurrence privée...

    Déjà fait pour la poste et en cours dans le transport,la santé, l'éducation...pour la justice, cela a toujours été le parent pauvre donc il n'y a plus trop d'économies à faire (regroupement des tribunaux déjà effectué)

    Il lui reste 2 ans pour le faire et il va s'appuyer aussi sur les forces réactionnaires de ce pays puisque les gens aisés pourront mettre leurs enfants dans des écoles privées, se faire soigner dans des clinqiues privées et bénéficieront de toutes les niches fiscales pour participer le moins possible aux finances publiques,les examens seront basés sur le contrôle continu et bien sûr, un diplôme obtenu dans le 93 vaudra moins que celui issu d'un établissement sélectif...pour devenir chômeur, pas besoin d'excellence !

    Un vrai dumping social et humain, voilà l'avenir qu'il nous réserve et tout çà pour que les banques puissent regonfler leurs bénéfices et disposent d'assez de réserves pour continuer à spéculer dans les secteurs encore rentables en France et accaparer la richesse ailleurs (dans tous les pays émergents).

    Les bobos écolos vont encore soutenir l'abandon des notes à l'école, pour la santé, ils nous diront de bien manger et de boire de l'eau propre donc si on est malade, c'est de notre faute et pour les transports, les pauvres gens doivent arrêter de polluer en prenant leur voiture et s'ils arrêtaient de faire des enfants, on serait moins nombreux à polluer.. quant au progrès technique, à quoi çà sert, une éolienne au bout de son jardin ou autre énergie'propre',, c'est quand même mieux qu'une centrale nucléaire... La réaction à tous les étages !

    Le PS va dénoncer mollement cette attaque à tous les niveaux et les gauchistes vont continuer à espérer que le peuple va se réveiller et mettre à bas spontanément ce système...

    En effet, on a du souci à se faire et si on ne propose aucune perspective pour en sortir, il ne restera à la majorité de la population qu'à subir et à baisser la tête en attendant des jours meilleurs que les religions de tous bords leur proposeront dans leur grande bienveillance...

  28. 428
    jean ai marre dit:

    @ 382 Bric à brac baroque, @ Jennifer

    Je n'ai pas vu le film " Hors la loi "

    En 2006 à Cannes, 5 garçons acteurs, chantent " c'est nous les africains nous revenons de loin"
    En 2010 les mêmes moins Samy Nacéri présentent le film " hors la loi ", alors que sur la croisette défilent avec drapeaux la droite réact.avec comme devise " croisade sur la croisette "

    Le cinéma dérange. Le cinéma qui retrace l'histoire nationale dérange.

    Qui n'a pas vu un film sur le Viet- nam ?

    Alors pourquoi les Français seraient ils différents des américains ?

    Pourquoi en France a t on tant de difficultés à retracer notre histoire ? Dire et montrer d'où on vient ?
    Qui a peur de montrer le passé?
    Pourquoi avoir peur ?

    Qui est hors la loi ?

    je vous donne ce lien :
    http://www.mediapart.fr/journal/france/300410/la-polemique-sur-le-film-hors-la-loi-au-pays-de-lhistoire-officielle

  29. 429
    Mario Morisi dit:

    Lu sur le parisien en ligne :

    "Depuis quarante-huit heures, les partenaires du PS se déchaînent contre… Dominique Strauss-Kahn. Le socialiste voulait, grâce à l’émission « A vous de juger » sur France 2 jeudi soir, corriger l’image de Monsieur Plan d’Austérité que lui vaut son poste de directeur général du Fonds monétaire international (FMI).

    Mais la gauche de la gauche ne s’est pas laissé convaincre par sa prestation. Pis, en estimant que « la retraite à 60 ans n’est pas un dogme », DSK a déclenché un torrent de réactions hostiles, devenant la bête noire de la gauche de la gauche qui n’attendait que cela. (...)

    La secrétaire nationale des Verts, Cécile Duflot, a déjà expliqué qu’une candidature de DSK « lui chiffonnerait un peu le nez ». Actuellement en recul dans les sondages et toujours loin derrière son ancien collègue au sein du gouvernement Jospin, Martine Aubry entend donc bien jouer la carte de la meilleure « rassembleuse » de la gauche. Si la première secrétaire du PS a choisi de ne pas s’en prendre à DSK après ses déclarations, elle réaffirme son soutien à la retraite à 60 ans pour ne pas froisser l’aile gauche du PS et ses partenaires extérieurs. Pour l’instant, Strauss-Kahn préfère, lui, cultiver son image de gestionnaire. Et ses fidèles assurent ne pas être inquiets pour le second tour en cas de candidature de leur champion. « Dans les sondages, DSK est bien placé dans l’électorat écolo, plaide un proche. Quant à Mélenchon, en cas de second tour Sarkozy - Strauss-Kahn, vous le voyez prendre le risque de faire gagner Sarkozy ? »

    Clair et net : les stratèges du Ps sont tellement habitués à "posséder" les voix de leurs électeurs qu'ils imaginent que Jean-Luc Mélenchon sera automatiquement capable de convaincre les électeurs du PG/FdG.GU/Assoces + des NPA, LO, etc... de voter DSK au deuxième tour...

    Pour ma part, je mettrais à la réflexion une déclaration à transmettre à ces chers socialolibéros du margouillat...
    Juste avant leurs primaires à la noix Si vous choisissez DSK, la gauche de la gauche ne donnera pas de consigne.
    Cela servirait d'appel du pieds aux socialistes de gauche, si, si, il en reste un bon nombre dans la population...

  30. 430
    le Prolo (PG 01) dit:

    @ 423 -Demetrio

    Un chef-d'oeuvre du genre...

    Tout en nuances ce cher Demetrio.
    Et toujours très calé pour repeindre ses adversaires de la façon qui l'arrange, c'est-à-dire très loin de la réalité, histoire d'avoir raison envers et contre tout.

    Mais bon, on est habitués maintenant... Perso, ça ne me fait plus ni chaud ni froid.

  31. 431
    patrice dit:

    Que Martine et sa clique ne se fassent pas d'illusions.....Aucune chance de me voir voter pour le Monsieur qui dirige le FMI...avec le succès et les bienfaits qui en résultent pour les peuples qui en sont les victimes........Inutile également de nous refaire le coup de sauver la démocratie face au péril extrême.....Je n'étais déjà pas client en 2002....et pas davantage en 2012......Et j'ai comme l'impression....que je ne suis pas tout seul....dans cette perspective.

  32. 432
    jcmig dit:

    @emma78
    22 mai 2010 à 20h02

    Je ne partage pas du tout ton avis. J'espère que Jean-Luc Mélenchon ne suivra pas toutes les idées de Darthe-Payant notamment sur ce qu'il appelle les écolos et sur l'école et sur bien d'autres points également. Je ne suis pas libertaire, ni un écolo borné mais je suis pour une évolution des mentalités en ce qui concerne la façon d'enseigner et des rapports entre enseignant et enseigné. Je suis contre les centrales nucléaires qui pourrissent notre paysage, nos terres et surtout la terre des autres. Je suis pour la protection de l'eau qui est notre source de vie même. Oui je pense que la protection de la planète est une priorité.
    Tu vois, j'appartiens à une troupe de théâtre amateur et nous préparons une pièce "fin de terre" de Georges De Cagliari, une fiction écologique mais qui montre bien l'absurdité de l'homme. Nous sommes exactement en train de vivre ce qui est dit dans cette pièce : la folie des hommes !

  33. 433
    le Prolo (PG 01) dit:

    @ Demetrio - 426 8h25

    Sur les éclos bobos libertariens machin truc vilain tout c'est caca heureusement que je suis là pour sauver la République etc...

    Un chef-d’oeuvre du genre … question manips et présentations tronquées.
    Bravo l'artiste.

  34. 434
    Le webmestre dit:

    @DP
    Bon, c'est fini votre petit caprice?
    Tant que vous vous limitez à vous invectiver (dans les limites du raisonnable) entre commentateurs réguliers de ce blog, je n'y vois aucun problème.
    Chacun a la possibilité de prendre connaissance de ce qui est dit de lui ou d'elle et, le cas échéant, d'y répondre.
    Par ailleurs, la plupart du temps vous êtes cachés derrière des pseudos et vos insultes ne concernent que le pseudo.
    Celui-ci étant difficilement identifiable, la qualification "ad hominem" ne tient pas vraiment, même s'il m'arrive de l'évoquer pour la facilité.

    Ce qui est inacceptable, c'est que vous ayez ici même des termes insultants à l'égard de membres du PG qui ne fréquentent pas ce blog et par conséquent n'ont aucune possibilité de vous répondre.
    Il est à mon avis complètement inapproprié d'écrire "Billard" (l'emploi du nom à l'exclusion du prénom ou de tout autre civilité est en soi insultant), pas plus qu'il ne l'est de faire référence à "sa clique de jésuites écolo libertariens" qui "polluent" le PG. (de mémoire)

    D'où mon avertissement.

    Je vois poindre la réponse qu'il vous arrive souvent à tous d'avoir le même genre de commentaires sur d'autres personnes publiques sans que je réagisse alors pourquoi faire une exception pour Martine Billard ?
    En réalité, je n'ai pas à connaitre cette personne pour en décider. Il me suffit de savoir que son blog figure dans la liste des "Blogs amis" de Jean-Luc Mélenchon, ce qui guide ma ligne de conduite.

    Quant à mon avis personnel sur vos méthodes et votre message sur ce blog, je ne vous le donnerai plus.
    Et pour finir, vous suivez le conseil d'Ermler. Vous me lâchez.

  35. 435
    Alain Chancogne dit:

    Pour dire un amical ADIEU à ce genre de faux Forum
    (ce qui ne m'empêchera pas, bien entendu de continuer, en militant du communisme non encarté..de venir ici pour lire ce que Jean-Luc Mélenchon écrit, par souci de me cultiver et de mieux armer mon combat pour un Futur de changement REEL, anticapitaliste....)
    -----
    D'abord une opinion: ce genre d'échanges ne durera pas. Jean-Luc Mélenchon quand il sera vraiment (ce n'est pas le cas, je le pense) lecteur de son BLOG, ne tolèrera pas le trollage d'un outil de communication serieux par les éternels pseudo "républicains", hier chevenemento-villeristes, l'invasion par secte d'intégristes laïcards adeptes de Riposte L., ayant choisi la chasse aux voiles moins périlleuse que la lutte de classes avec fondamentaux marxistes.
    Ni l'insupportable présence ici de ceux qui viennent "re-coloniser" l'Histoire!
    !
    Adeptes du "bilan positif de la colonisation".. : Celle du napalm, de passage à la gégène de cette partie de "France", émancipation par ratissage, centaines d'Oradours, le viol, l'analphabétisme entretenu, la surexploitation de la majorité d'un peuple martyrisé ou on t'apprenait à lire pour que tu puisses respecter l'Ordre du Maitre, ou on te soignait pour que tu restes vivant et esclave moderne et rentable dans les propriétés des "Européens" et que tu sois assez vitaminé pour être en première ligne des guerres de 14-18 ou à Monte Cassino...
    "L'algérie" explique les fantasmes sur l'"Arabe" nourrit le racisme affirmé des fachos, et tricote le cache sexe pitoyable de l'islamopohobie rampante des "bobos" républicains.

    Darthé-Payan, comme tous ceux qui ne reconnaissent le crime de guerre, le crime contre les Humains que lorsque cela se pratique ailleurs (principalement autrefois à l'EST) ose écrire
    "Oui, je le répète, historiquement, le long processus qu’est la république fait que la colonisation fut terrible pour ce que l’on sait mais aussi émancipatrice."

    Emancipatrice de QUOI.?
    Le long processus de "ta" République c'est aussi la Commune, Charonne, la kollaboration droite gauche, c'est tout sauf "MA FRANCE" de notre Jean FERRAT.
    On n'a rien en commun.
    Ciao.

    RDV le 27 mai à ceux ceux qui, majoritaires ici, sont avec moi et des millions du côté d'une barricade qui n'en a que deux, mes Amis.
    Aux autres : avec un dernier sourire de pitié moqueuse mais pas haineuse du tout:
    "attention ce matin au marché: il risque y avoir une femme voilée, un prolo, un Arabe mutilé venant provoquer un ex para qui l'a "interrogé" en 1960. C'est l'insécurité.
    Que fait la police républicaine?

    Wouarff!"
    AC
    Assez.
    Adios.
    Quant aux autres.
    pauvre ami
    Au delà de la polémique, salutations cordiales pour

  36. 436
    argeles39 dit:

    DSK :
    Je ne serais pas surpris qu'on lui donne un prix Nobel de la paix ou de l'économie après son labeur au FMI (On la bien donné à Obama pour son action en Afghanistan). Pour le reste j'attend de voir si le PS lui donnera l'investiture pour 2012, ce sera le meilleur indicateur sur la réalité de son programme.

    BURKA :
    Je me demande si ce n'est pas un fumigène pour nous enfumer et masquer les coupes sombres (ou plutôt claires) sur nos acquis sociaux, profits financiers obligent...... Je ne sais pas exactement ce que représente le phénomène burka, on parle de quelques centaines de cas ? Je me demande si faire des lois et de longs débats sur le sujet n'est en définitive pas contre productif, car plutôt que d'éradiquer un phénomène insignifiant ne risque-t-on pas de le développer. Je crains que toute la publicité faite à la Burka ne suscite en définitive des vocations, alors que notre mode de vie est déjà de facto incompatible avec la Burka (récupérer ses enfants à l'école, passer un examen, aller à la banque retirer de l'argent....... sont déjà des actes quotidiens incompatibles avec la burka).

    CHANGEMENTS CLIMATIQUES :

    Corrélation entre CO2, réchauffement climatique, fonte des glaciers et in fine hausse du niveau des mers ?
    Je n'en sais rien, je n'ai pas les compétences pour avoir de quelconques certitudes, et difficile de se faire une idée car dans les deux camps opposés on trouve des scientifiques reconnus.
    Modestement j'ai toutefois observé qu'il y a quelques milliers d'années le niveau des mers devait être nettement plus élevé qu'aujourd'hui. En Andalousie, dans le parc naturel de Cabo de Gata, il y a des montagnes calcaires où on peut observer le travail de sape des vagues et des coquillages fossilisés, une dizaine de mètre en dessus du niveau actuel. On peut donc supposer que notre planète a déjà connue des périodes de réchauffement climatique indépendantes des émissions de CO2 ?

  37. 437
    Darthé-Payan dit:

    @ Webmestre

    Bonjour,

    Ce n'est pas un caprice ! Je relève seulement le deux poids deux mesures !

    Je vous cite :" vous me lâchez".

    Restons corrects s'il vous plaît !

    Fabien

  38. 438
    Descartes dit:

    @argeles39 (#438)

    Je me demande si [la burqua] ce n’est pas un fumigène pour nous enfumer et masquer les coupes sombres (ou plutôt claires) sur nos acquis sociaux, profits financiers obligent…… Je ne sais pas exactement ce que représente le phénomène burka, on parle de quelques centaines de cas ?

    Je suis en total désaccord avec cette vision. D'abord, parce que l'importance d'une question n'est pas nécessairement liée au nombre de personnes concernées. La peine de mort concernait bien moins de personnes que la burqua (à peine quelques individus par an), et pourtant la question est l'objet d'un débat passionné depuis des siècles. Encore en 1981, Mit-terrand fit de cet élément un argument de campagne. Mais peut-être s'agissait-il d'un "fumigène" pour masquer la crise économique ?

    Je pense au contraire que le débat sur la burqua est important, parce que derrière le débat sur le morceau de tissu en question se profilent deux questions essentielles. L'une est celle de la liberté individuelle et de ses limites, l'autre le rapport que la France veut entretenir avec les étrangers. Et aucune de ces deux questions n'est triviale.

    Sur la question de la liberté, beaucoup a été écrit sur ce blog et ailleurs. Quel est le droit de la société d'imposer dans l'espace public des règles de "vivre ensemble" ? Faut-il considérer que les individus sont "seuls" dans l'espace public (au sens qu'ils peuvent se comporter comme si les autres n'existaient pas), ou devons nous au contraire déférence au regard de l'autre ?

    Sur la question du rapport à l'étranger, les questions sont similaires: existe-t-il une hiérarchie entre les coutumes et les habitudes "locales" et celles que l'étranger amène avec lui ? Est-ce à l'étranger à s'intégrer dans la société locale, qui le préexiste, ou bien est-ce à la société de s'adapter (et jusqu'à quel point) pour permettre à chacun de vivre selon ses "coûtumes ancestrales" ? Et dans ce contexte, existe-t-il un droit des populations "autochtones" à conserver (ou d'imposer) leur "vivre ensemble" lors de l'arrivée d'une population qui ne le partage pas forcément ?

    Aucune de ces questions n'est évidente. Il est malheureux que la "gauche" et particulièrement la "gauche radicale" aient devant toute question compliquée (et potentiellement source de divisions) le réflexe de rejeter la question sous prétexte qu'elle "n'est pas importante" ou "c'est un rideau de fumée". Non, ces questions ne sont pas imaginaires, elles ne sortent pas d'on ne sait quel complot. Elles ont depuis toujours passionné notre peuple, et si la "gauche radicale" continue à refuser d'en discuter (ou pire, répond avec des slogans) d'autres s'en occuperont.

  39. 439
    emma78 dit:

    Si DSK représente le PS, il y aura de toutes les façons une grosse déperdition des votes des électeurs de gauche ; pour ma part, je ne pense pas qu'il se présente, il est grassement payé au FMI, le gendarme de l'ensemble des Etats et il se traîne qq casserolles que des petits malins lui renverront gratuitement à la figure.

    A JCMIG post 434 qui dit que'Oui je pense que la protection de la planète est une priorité'; ce genre de primauté permet de faire l'impasse sur les causes réelles de la pollution et ton discours sur l'école renforce ce que je pense des écologistes: la connaissance permet de dépasser sa propre exploitation et d'appréhender ce qu'est la lutte de classes.

    C'est sûr qu'en menant des classes d'âge à un univers où l'histoire se résume à des BD, où en seconde, on en est encore à l'époque des romains et en terminale au 20 ème siècle, il y a de quoi décerveler pas mal de monde !

    D'où l'obligation dans les partis politiques et dans les meetings de replacer les luttes dans leur contexte historique et de privilégier la formation sur des fondamentaux..

  40. 440
    JM dit:

    @ Ydaho
    Je ne conseille pas de détourner le regard, de réviser ton catoche (ce blog est de plus en plus surprenant concernant le vocabulaire employé..). Pour en finir avec ces deux sujets (en ce qui me concerne) et peut-être comprendras-tu un peu plus mon intervention sur ce blog :
    1° concernant la loi sur la burka, je n'ai pas de position tranchée (peut-être suis-je plus partisan de la loi quoique..), j'avoue par faiblesse, que j'aurais aimé ne pas avoir besoin de réfléchir à cela, les arguments des partisans et des opposants (Mélenchon et Fourest pour citer ces deux là ) à cette loi me semblent pertinents, bref je suis dans l'embarras et concernant les camarades qui voteraient cette loi en aucun cas je les amalgamerais avec des islamophobes même s'ils voteront avec des députés peu fréquentables (j'ai voté moi même NON au traité constitutionnel avec le FN, De Villiers et leurs amis...).
    2° pour le nucléaire c'est pire, mon incompétence en la matière est criante! Désolé, je promets de m'intéresser à la question, mais pour le momment j'essaie de comprendre la crise, ses conséquences européennes et nationnales et de convaincre à mon échelle mes amis que d'autres voies sont envisageables.
    Ces deux sujets ne sont pas anecdotiques, loin de là, je pense juste qu'ils prennent une part disproportionnée sur ce blog.
    Sinon, à part ça, Jeudi, test important, je suis pour ma part inquiet sur la mobilisation, va falloir tous s'y mettre non?
    Sincères salutations camarade.

  41. 441
    Le webmestre dit:

    @DP
    Manifestement, vous n'avez pas lu ma réponse à l'exception de ce qui vous arrange.

    Quoi? Deux poids deux mesures? Ai-je effacé la moindre de vos diatribes? Vous ai-je indûment censuré?
    Je vous ai seulement averti que je ne pouvais pas accepter que vous vous livriez à des insultes envers des personnes qui ne sont pas en capacité de vous répondre et vous en faites, comme d'habitude, tout un roman dont vous occupez la vedette.

    Vous n'êtes pas ici chez vous.
    Ne confondez pas la "liberté d'expression" et la "liberté d'expression sur le Blog de Jean Luc Mélenchon".
    L'une n'est sensée connaître aucune limite, l'autre si.
    Celles de la décence. Mais cette notion vous échappe vraisemblablement.
    Jusqu'à votre publicité tapageuse pour la fondation "avant fin-juin" d'un nouveau parti qui balayera le PG si pollué...

    Et puisqu'il faut vous parler "correct", sachez que ce message n'appelle aucune réponse de votre part.
    C'est ce que je voulais dire avec "lâchez moi!".

    Et épargnez moi votre signature, frère. Elle ne qualifie en rien vos propos.
    Vous n'êtes pas Fabien, vous êtes "Darthé-Payan". C'est votre choix, du moins sur ce blog.

  42. 442
    JM dit:

    @Ydaho
    Concernant, la fin de ton message et donc du mien j'ai effectivement écrit (retraites / emploie / éducation et donc sécurité) - j'avais d'ailleurs oublié Santé, on risque malheureusement d'en reparler très bientôt avec un nouveau plan de rigueur la dessus aussi - , rapport à un message précédent lu sur ce blog (où sur celui d'un des intervenants de ce blog) où l'on faisait état d'un problème majeur des francais : sécurité (bien sur étroitement liée à immigration!) et que les gens de gauche devait savoir parler de sécurité (on aurait dit du Valls!) Bien sur que j'ai glissé sécurité dans le mien comme conséquence des deux points précédents. A relire sans interprétation, juste pour ce qui écrit!
    Encore merci!

  43. 443
    Descartes dit:

    @Alain Chancogne (#437)

    Adeptes du « bilan positif de la colonisation ».. : Celle du napalm, de passage à la gégène de cette partie de « France », émancipation par ratissage, centaines d’Oradours, le viol, l’analphabétisme entretenu, la surexploitation de la majorité d’un peuple martyrisé ou on t’apprenait à lire pour que tu puisses respecter l’Ordre du Maitre,

    Faudrait te décider: "analphabétisme entretenu" ou "on apprenait à lire pour que tu puisses respecter l'ordre du Maitre" semblent difficilement compatibles...

    Ce paragraphe est un bon exemple de ce que j'appelais ailleurs "terrorisme intellectuel". Avec ce genre de tirades, tout débat sérieux sur le phénomène de la colonisation devient impossible: d'un côté on déclamera sur le napalm, la gégène, les oradours et les viols de l'armée française, de l'autre côté les assassinats d'instituteurs, les bombes dans les marchés, la destruction des villages "fidèles" et les viols par les fellaghas. Lorsque l'échange consiste à se jeter les morts à la figure, ça devient vite lassant et surtout peu productif.

    La colonisation est un phénomène complexe, et d'autant plus que tous les peuples ou presque ont été à diverses périodes de leur existence "colonisateurs" et "colonisés" à tour de rôle. Les arabes aujourd'hui installés en Algérie ne sont pas moins "colonisateurs" (ils sont arrivés vers le VIIIème siècle) que les français qui s'étaient installés au XIXème siècle. Nous mêmes, français, nous sommes issus de la colonisation de la Gaule par les romains. Qui n'étaient pas des tendres à l'heure de soumettre les populations locales... Refuser de faire un bilan sérieux de ce processus de colonisation, postuler par avance et au mépris des faits que la colonisation est toujours et partout un recul pour le colonisé n'aide pas à voir clair.

    La gauche a un problème: elle a oublié que l'histoire a un caractère essentiellement tragique. Que les mouvements historiques ne se prêtent pas à un jugement moral, et que les révolutions sont inséparables de leurs terreurs et de leurs guillotines. Condamner la colonisation sur le thème des "napalms, gégènes, oradours" revient à condamner la révolution française sur le thème "guillotine, massacres de vendée, terreur". Et à cette aune, aucune grande geste historique ne sera préservée. C'est ce genre de révisionnisme qui a détruit, un à un, tous les paradigmes sur lesquels on peut fonder une politique. Les seuls qui ont les mains pures, ce sont ceux qui n'ont pas de mains.

  44. 444
    Descartes dit:

    @Mario Morisi (#431)

    Pour ma part, je mettrais à la réflexion une déclaration à transmettre à ces chers socialolibéros du margouillat…
    Juste avant leurs primaires à la noix Si vous choisissez DSK, la gauche de la gauche ne donnera pas de consigne.

    Je te donne la réponse du PS: si la "gauche de la gauche" ne donne pas consigne aux présidentielles, aux législatives qui suivent il y aura un candidat PS dans chacune des circonscriptions ou le sortant est PCF ou PG, et si ce candidat n'arrive pas en tête au premier tour, "on ne donnera pas consigne" pour le second. Et pour les sénatoriales, même chose. Est-ce que la "gauche de la gauche" est prête à perdre sa représentation parlementaire pour se "payer" DSK ? C'est un choix...

  45. 445
    Darthé-Payan dit:

    @ Tous

    Je voudrais revenir dans ce premier post sur l'idée émise par Jean-Luc Mélenchon dans l'une de ces précédentes notes au sujet de l'inflation pour tuer la rente et faire disparaitre la dette.

    D'abord, il faut savoir que l'inflation peut avoir différentes origines

    L'inflation par la monnaie

    L'inflation peut être due par un excés de monnaie (exemple : augmentation des crédits) qui provoque un relèvement général des prix par une augmentation de la demande par une offre qui ne suit pas.

    La masse monétaire augmente dans des proportions telles que les agents économiques se retrouvent avec plus d'argent.Si sur le marché, ils ne trouvent pas assez de produits, les entreprises vont augmenter leurs prix.

    En parallèle, il y a augmentation des importations (nous sommes dans la mondialisation et le libre échange) pour satisfaire cette demande, d'où un déséquilibre du commerce extérieur.

    En consèquence, l'évolution de la masse monétaire doit être liée à l'évolution de la production donc en rapport avec la croissance du PIB.

    L'inflation par la demande

    C'est ce que l'on pourrait nommé l'analyse Keynésienne. L'excès de demande et l'excès de l'offre.

    Pour Keynes, l'excésd e demande à trois types de responsables :

    - Les ménages par une hausse de la consommation soit par : Plus de crédit, une déthéaurisation, une désépargne

    - l'Etat qui uagmente des dépenses publiiques par la création monétaire. Un exemple : le déficit budgétaire.

    - les entreprises qui ont recours au crédit pour augmenter leurs investissements.

    L'analyse Keynésienne parle égalemetn de l'excès de l'offre.

    3 types de facteurs déclenchants

    - l'environement : facteurs accidentels
    - les entreprises manque ou insufisance de production
    - l'Etat : manque d'infrastructures, formation inadaptée de la main oeuvre, obsoléscence du capital technique.

    L'inflation par les coûts.

    Elle résulte d'une augmentation :
    - du coût du facteur capital : (% d'intérêt élevé).
    - du coût d'approvisionnement des matières premiers (pétrole, métaux,....)
    - du coût généré par les interventions de la puissance politique (hausse de la fiscalité, normes techniques onéreuses,...)
    - du coût de la masse salariale (augmentation des cotisations...)

    Pour conclure ce premier post :

    L'inflation est un phénomène structurel liè au dysfonctionnement structurel des marchés (entraves aux lois du marché, interventions de l'Etat...) ou comportemetn des parties prenantes à l'activité économique (lutte des groupes sociaux pour partager de la plus value ajoutée et dégagée).

    L'inflation peut avoir un phénomène conjoncturel : lié à des affectations temporaires qui entrainetn un dysfonctionnement des règles du marchés (grand froid qui agit sur les prix des fruits et légumes, hausse du prix du pétrole dù au fait de tension dans telle ou telle région du...

  46. 446
    le Prolo (PG 01) dit:

    @ 438 - Argeles39

    "On peut donc supposer que notre planète a déjà connue des périodes de réchauffement climatique indépendantes des émissions de CO2 ?"

    Il y a effectivement déjà eu des changements climatiques.

    Ce qui pose problème c'est la rapidité du changement actuel: quelques décennies là où l'on comptait pour le moins en milliers d'années. Et donc un changement de l'écosystème trop rapide et un délai trop court pour que l'adaptation des espèces puisse se faire à temps et leur évolution se poursuivre normalement.

  47. 447
    le Prolo (PG 01) dit:

    Une remarque assez surprenante...

    "Est-ce que la « gauche de la gauche » est prête à perdre sa représentation parlementaire pour se « payer » DSK ? C’est un choix…"

    C'est un choix effectivement, soit on défend des idées (quitte à perdre provisoirement) soit on défend des places.

  48. 448
    Descartes dit:

    @jean ai marre (#430)

    Qui n’a pas vu un film sur le Viet- nam ? Alors pourquoi les Français seraient ils différents des américains ? Pourquoi en France a t on tant de difficultés à retracer notre histoire ? Dire et montrer d’où on vient ? Qui a peur de montrer le passé? Pourquoi avoir peur ?

    Parce qu'en France on n'a pas (et c'est heureux) la monumentale bonne conscience des américains. Oui, nous avons tous vu des films sur le Vietnam. Mais il faut savoir que l'immense majorité des films américains sur le Vietnam montrent la guerre américaine comme une guerre "juste", perdue par la faute des politiciens veules et des jeunes imbéciles, et dont les combattants sont les véritables héros. Les films montrant la "mauvaise conscience" américaine ont beaucoup de succès à Paris, France. Mais à Paris, Texas, ce n'est pas ce genre de film qu'on va voir. Et en dehors d'une petite minorité d'intellectuels new-yorkais, le consensus sur la "justesse" de l'action des armées américaines est écrasant.

    Si en France il existait un consensus écrasant sur la "justesse" des guerres coloniales, si en France on faisait des centaines de films "populaires" montrant l'héroïque armée Française défendant en Algérie la veuve et l'orphelin devant les infâmes fellaghas ivres de sang et d'horreur (style Rambo), beaucoup de nos concitoyens toléreraient certainement plus facilement quelques films intellectuels sur les horreurs de la colonisation. Mais ce n'est pas le cas: contrairement aux américains, les français se posent des véritables questions étiques et morales sur l'action de leurs armées. Et nous avons en France une école qui reste "positiviste", et qui arrive encore à faire passer le message comme quoi l'histoire n'est pas une fiction, et qu'on n'a pas le droit de faire ce qu'on veut dans ce domaine. Faut-il le regretter ?

    Pourquoi on a "peur de montrer le passé" ? Mais... parce qu'on est profondément divisés sur le sens à donner à ce passé, pardi. Parce que celui qui fera un film sur cette question peut-être sur qu'il y aura des manifestations colériques et des interpellations des élus. Et cela, que le film soit favorable à la colonisation ou au contraire qu'il la critique. Ce n'est pas le cas aux Etats-Unis, ou la cause est entendue et le consensus inébranlable: une guerre faite par les US ne peut être que juste. "Right or wrong, my country".

  49. 449
    Descartes dit:

    @jean ai marre (#428)

    Nous savons que tous les mouvements de notre société passent par le plein emploi. Au delà des grands mots, de grandes déclarations, qui va proposer un plan industriel ? Qui va mettre en place les conditions pour développer les entreprises à fortes valeurs ajoutées ?

    Très bonnes questions... ;-)

  50. 450
    Descartes dit:

    @Le Prolo (#449)

    C’est un choix effectivement, soit on détend des idées (quitte à perdre provisoirement) soit on défend des places.

    Un choix fondamental. Si l'on défend des idées, le meilleur endroit c'est l'université ou les sociétés savantes et autres "think tanks". Un parti politique n'est pas là pour "défendre des idées", mais pour conquérir le pouvoir. Et dans un régime démocratique, le pouvoir, ce sont les "places" que tu sembles mépriser tant. Les groupuscules qui ont méprisé les "places" pour se consacrer aux "idées" ont beau avoir gardé leurs mains propres, ils n'ont jamais construit grande chose (au hasard, regarde la LCR). Tu devrais relire "Les mains sales".

    Il y a un choix à faire: soit on veut peser dans le réel (et cela suppose de passer des compromis et de se salir les mains), soit on se réfugie dans la tour d'ivoire des idées, ce qui donne la satisfaction de pouvoir faire la leçon à tout le monde du haut de sa supériorité morale. On ne peut pas avoir les deux.

Pages : « 14 5 6 7 8 [9] 10 11 12 13 1417 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive