« Articles plus anciens

Résultats pour le mot-clef «Révolution citoyenne»

24juil 13

Pour la deuxième fois on tue l'un des nôtres en Tunisie

Déclaration de Jean-Luc Mélenchon le 25 Juillet 2013

Pour la deuxième fois c'est l'un des nôtres qu'on assassine en Tunisie.

Mohamed Brahmi a reçu 11 balles dans le corps. Le meurtre politique est avéré son intention terrorisante absolument évidente ! Mohamed Brahmi et les tunisiens du Front populaire sont les empêcheurs de penser en rond dans la comédie de l'opposition entre laïques obligatoirement silencieux sur les questions sociales pour ne pas diviser, et islamistes prétendument représentatifs de la religion musulmane des Tunisiens mais qui appellent sans réplique à « rassurer les investisseurs ». Notre camarade Mohamed Brahmi était un laïque, musulman pratiquant, engagé sans concession pour la lutte des droits sociaux et démocratiques des Tunisiens. Sa personne, son combat, son engagement partisan, son action de député, n'entraient pas dans le jeu de rôle prévu. En ce sens il incarnait bien ce que nous sommes là-bas et ici.

Lire la suite…

J'étais en hiver lorsque je me trouvais à Lima. Je suis revenu en été en arrivant à Quito. Mais comme c'est ici l'Équateur, selon le lieu où l’on va dans le pays on se trouve tantôt en été tantôt en hiver. Ici les saisons sont aussi des lieux. Et ces lieux sont tantôt fort hauts puisque c’est la montagne andine et d’autrefois aussi bas que possible puisque la côte est là, sur l’océan Pacifique. J'ai par principe un maigre paquetage, mais j'ai trouvé le moyen de faire face aux deux situations, ajoutant cependant à mon maillot de bain une sorte de châle d’alpaca qui m’apporte sitôt que je le mets, en plus des réconforts d’une douce chaleur, les senteurs mièvres d’une bergerie. Mon séjour en Équateur est bien plus intense politiquement que celui au Pérou. Il est vrai que j'avais à faire ici, ce qui n'était pas le cas là-bas. Avec trois conférences en espagnol, un meeting et deux séances de travail sur le forum mondial de la Révolution citoyenne, dois-je parler de vacances studieuses ou d’études vacancières ? L'essentiel de ce post est consacré au contexte des conférences auxquelles j'ai participé ici. J’y ajoute des premières impressions de mon entrée dans le chaudron politique régional avec le meeting de soutien à Evo Moralès qui s’est tenu ce mardi 23 juillet. Le matériel des notes que j’accumule me fait obligation de couper mon récit en plusieurs épisodes. Je laisse donc pour cette fois ci tout ce qui se rapporte à mon immersion dans la discussion sur la cosmogonie des indigènes. Croyez que je ne me suis pas contenté de discussion. J’ai aussi arpenté ici et là le pays, sur les pas de notre compatriote La Condamine. C'est ici une star dans le pays qui lui doit son nom. Je suis allé au point touristique du degré zéro de latitude et j’y ai fait les photos d’usage, à cheval sur la ligne équatoriale. Puis on en vint aux choses sérieuses et on m’amena sur la montagne en face, là où La Condamine avait lui-même positionné ce point. Sur ce mont pelé, on trouve un bloc doré au point de La Condamine et, à quelques mètres de là, le lieu où les indigènes pré-incaïque avaient eux-mêmes situé la chose. Verdict du GPS : les indigènes avaient le bon endroit, pile poil, et La Condamine le rate de peu.

Mais, mieux que tout, j’ai aussi eu l’honneur d’être une des rarissimes personnes qui ait pu se rendre à Malki Machaï, un recoin du pays où l’on pense avoir trouvé la dernière demeure de l’inca Hatahualpa. KJ’ai voulu y aller après avoir lu un article de « Sciences et vie » au retour d’une des sessions à Strasbourg. Encore un de ces détours compliqué de mon existence où tout finit par se tenir dans un récit unique que je m’amuse à croire assez magique. Le prix de cette visite est d'avoir dû faire dix heures de voiture dont un bon paquet sur des pistes défoncées, mais dans un paysage inouï qui entrait spontanément en dialogue avec mes paysages oniriques les mieux ancrés. De tout cela et de bien d’autres choses, point de nouvelles pour cette fois-ci. Notez aussi, si vous avez pour moi des fidélités de lectures cet été, que j’aurais à dire encore bien des choses politiques sur ce séjour ici. En effet, le calendrier de mes interlocuteurs et les circonstances m'ont permis à la fois de franchir l'étape prévue concernant la préparation du forum mondial de la révolution citoyenne mais aussi de participer à un événement politique de grande importance : le sommet des chefs d'État de l'Alba et la tenue du forum des réseaux sociaux des pays membres de cette alliance politique. Du fait de l'agression qu'a représentée l'interdiction de survol d'une partie de l'Europe à l'encontre du président Evo Morales, l'ambiance est assez chaudement politisée. On pardonne moins à la France qu’à d’autres, car on l’aime davantage. Ici François Hollande a ruiné des mois de travail de sa propre administration et des années de prestige français. Je tâche de faire du mieux que je peux pour rappeler qu’il n’est que lui et que nous autres nous sommes là aussi, nous qui sommes la France comme on l’aime ici.

Victor Hugo répondant aux révolutionnaires mexicains après l’invasion française organisée par Napoléon III leur disait « ce n’est pas la France qui vous fait la guerre c’est l’empire, c’est Napoléon le petit ». Ce n’est pas la France qui insulte l’Amérique du sud c’est seulement Solferino et François le petit.

Pour ce qui est de ce blog, rendez-vous dans une semaine.

Les illustrations de ce billet proviennent d'une exposition de photographies à l'Alliance française de Cuenca. Elle sont l'oeuvre du photographe français Mathieu Rousseau.
 
Ces photos et bien d’autres sont présentées à l’Alliance Française de Cuenca en Equateur dans le cadre d’une exposition réalisée avec l’appui de la fondation municipale Bienal de Cuenca. Les danseurs sont Sandra Gomez, Carla Altamirano, Franko et Johnny Cabrera. Cette exposition est le résultat d’un beau et long travail mené avec l’équipe de l’Alliance française. Il a consisté à investir certains lieux de Cuenca pour en exprimer, en situation, « l’esprit ». J’ai décidé de publier quelques clichés repiqués avec l’accord de l’Alliance. Ce qui a été fait par celle-ci, par les danseurs et par le photographe, constitue une œuvre d’art collective d’une incroyable force et constitue désormais une composante importante du patrimoine local.

Lire la suite »


12juil 13

Première carte postale

Ce billet a été lu 25 590 fois.

Ce post fonctionne comme une carte postale politique. Je suis sur les routes, en quelque sorte, et je passe un instant sur mon clavier. Je propose un petit coup d’œil sur quelques évènements récents. Depuis l’Egypte en passant par l’Amérique du sud, avec une pause pour dire son fait à la pitoyable équipe des solfériniens. Elle s’est, en effet, encore distinguée par son atlantisme compulsif dans le dernier épisode de l’affaire Snowden. En fait, il s’agit de bien assimiler à quel point le monde est globalisé et de faire des efforts concrets pour assumer les responsabilités de notre temps.

Merci à «Arrêt sur Images» qui rend accessible à tous la vidéo du débat que le site a organisé entre Jacques Sapir et moi à propos de l'Euro. L'émission est longue, autant vous en prévenir, puisqu'elle dure deux heures. Elle est aussi assez technique nous dit-on. Mais ce fut un bonheur pour moi d'y participer. Je souhaite qu'il en soit de même pour ceux qui auront la patience de s'y intéresser.

Lire la suite »


28juin 13

Quand vous découvrirez cette note, je serai en route vers Perpignan et ensuite vers Lézan, dans le Gard, où je vais conclure des fêtes populaires qu’organisent mes amis communistes. Puis je remonte à Paris et je vais en session à Strasbourg. De là je reviens pour accompagner Jérôme Kerviel aux prud’hommes, jeudi matin. Jeudi soir une émission importante pour moi à découvrir dans mon agenda. Vendredi, j’embarque pour aller conclure l’université d’été du Parti de la gauche européenne (PGE) à Porto au Portugal. On voit que la pause n’est pas pour tout de suite.

Pendant que je vais et viens mon pauvre pays continue sa descente dans le néant. Les égouts des affaires débordent, empuantissant l’atmosphère, qu’il est interdit de vouloir purifier sous peine de pilori médiatique, comme il est interdit de vouloir y passer un coup de balai. Pour le médias dédiabolisateurs et lepenisés, seule madame Le Pen a le droit de le faire ! Ses complices dans les salles de rédaction, les Barbier et autres seïdes, s’en claquent de joie les genoux. Ladite madame Le Pen annonce qu’elle va supprimer le droit du sol en France pour l’acquisition de la nationalité française. Une disposition en vigueur depuis François 1er. C’est dire qu’on deviendrait français « par le sang » comme des allemands pour le bonheur des communautaristes ethnicistes. Deux siècles d’identité républicaine effacés. Cela fait moins de buzz que ma préférence pour la classe affaire. Mais, sans désemparer, « Le Monde » publie son énième publi-reportage avec photos souriantes de la chef et de son sergent Garcia, le renégat chevènementiste Philippot. Les deux dédiabolisés annoncent des conquêtes municipales. Je note que le fait qu’elle ait osé traiter France Inter de « radio bolcho » à beaucoup ému la caste et fait du rebond ! Pensez, traiter de « bolchos » les passe-plats des fachos !

© Fabio Rodriguez Pozzebom / ABr
© Fabio Rodriguez Pozzebom / ABr

Mais que mon avocate, maître Raquel Garrido, soit inculpée dans le cadre de son action pour ma défense n’émeut ni la buzzosphère ni les médiacrates. Heureusement, la mouvance des organisations de défense des libertés et leurs militants est là. Une pétition circule qui réunit un arc de force incroyable en faveur de Raquel Garrido. Je vous appelle à le rejoindre.

Dans ce post je ne traite que de deux sujets, plus ou moins  décollés de l’actualité immédiate. L’un me fait résumer ce que je veux dire pour vous mettre en garde sur la nouvelle fable à propos des « emplois non pourvus » qui sert de prétexte à de nouvelles coupes dans les droits des salariés. L’autre est destiné à tous ceux qui s’intéressent aux questions de stratégie politique de gauche. Je m’arrête un instant sur la situation au Brésil où sous un gouvernement de gauche a éclaté une insurrection civique de grande ampleur.

Lire la suite »


17mar 13

Invité de « C Politique » sur France 5

Ce billet a été lu 19 934 fois.

Dimanche 17 mars 2013, Jean-Luc Mélenchon était l'invité de l'émission "C Politique" sur France 5. Interrogé par Caroline Roux, il a notamment évoqué la situation syrienne, le plan de sauvetage de Chypre et la révolution citoyenne en Europe.

Cette vidéo a été consultée 27 995 fois


06mar 13

conférence de presse

Hommage à Hugo Chavez

Ce billet a été lu 20 449 fois.

Mercredi 6 mars 2013, quelques heures après l'annonce du décès du Président vénézuélien Hugo Chavez, Jean-Luc Mélenchon donnait une conférence de presse à l'Usine.

Cette vidéo a été consultée 37 068 fois




« Articles plus anciens

Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive