17juil 13

A Lima avant Quito

Ce billet a été lu 26 804 fois.

Cette deuxième carte postale du mois de juillet prend l’allure d’une interminable lettre. Elle vous arrive de Lima au Pérou. Depuis que je m'y trouve je n'y ai vu qu’un ciel gris. Le bleu et le soleil n’ont jamais percé. Un petit crachin glacé est venu parfois donner l'impression que l'humidité mortelle de l'air se purgeait d'elle-même. En fait, ici, je me trouve dans l’hémisphère sud et c’est donc l'hiver. Les témoignages de l'an passé prétendaient qu'il n'y avait pas vraiment d’hiver ici. Erreur complète. On devine donc combien j'ai hâte de revenir en été. Ce sera chose faite quand je serai en Équateur, au moment où ces lignes seront publiées. De plus je ne suis pas certain de parvenir à m'accoutumer à ces petits tremblements de terre qui sans cesse agitent le sol de la  capitale péruvienne. Encore moins depuis ce qu’on m’a dit. Les scientifiques prévoient, sans pouvoir dire si c'est pour demain ou pour dans cent ans, un événement qui atteindra le niveau huit sur l'échelle de Richter !

À présent, je raconte ma rencontre avec le président de ce pays, Ollanta Humala. Cela s'est passé samedi 13 juillet au palais présidentiel Plaza Mayor. Notre entretien a duré une heure et quart. Il m'a commenté les grands axes de la politique qu'il met en œuvre, analysé l'événement qu’a été l'interception de l'avion du président bolivien et la réponse qu’y ont apporté les pays de l'UNASUR dont il exerce la présidence. Du coup je n'avais plus envie de me faire démolir le moral en écoutant François Hollande le 14 juillet. Selon ce qu’on m’en a dit, je crois que j'ai bien fait. A la fin de cette très longue note je fais quand même un écart pour parler d’un beau livre et d’une histoire de Français dans ces parages. Une histoire bouleversante. Ma prochaine carte postale viendra de l'Équateur où je me trouverai déjà quand cette note sera publiée. Elle sera davantage historique car je suis aussi sur les traces des hommes et des femmes des lumières et de la grande révolution de 1789, ici dans le nouveau monde. Et par-dessus tout je dirai où nous en sommes de la construction du Forum Mondial de la révolution citoyenne qui se prépare en lien direct avec les équatoriens.

perou0001Dimanche matin 14 juillet, je me trouvais place de France à Lima pour la cérémonie des Français. Ici nous pratiquons sur une place publique et en grande solennité. Y viennent les enfants des écoles françaises, le corps de sapeurs-pompiers soutenus par la France, tous les responsables des diverses activités que les Français ont ici en matière de recherche et de développement ou de travail scientifique. Sans oublier les représentants des Français de l'étranger et leurs associations. Bien sûr les autorités péruviennes y sont fortement représentées. Au milieu de la place une statue de la Liberté, son flambeau à la main. On a chanté à pleins poumons la Marseillaise et l'allocution de l'ambassadeur de France a célébré l'universalisme français avec un mot de Montesquieu : « avant d’être français, je suis un être humain ». Bref, la France des lumières. Le soir venu, à la résidence de France, on a encore chanté la Marseillaise. La réception a été un énorme succès qui a réunis mille deux cent personnes. Parmi tous ceux qui se trouvaient là, toutes sortes de jeunes Français, étudiants, stagiaires, professionnels divers se trouvaient là dont un bon nombre de ceux qui sont venus au-devant de moi partagent notre engagement de valeurs politiques. On s'est retrouvé entre gens positifs, qui font des choses utiles et en sont fiers

L'honnête homme

Maudits embouteillages ! Lima qui m'était pourtant parue plus fluide que bien des capitales sud-américaines, ce soir-là s'était embouteillée. J'ai fini le trajet, que j'avais commencé en taxi, au petit pas de course, dans l'état de stress que l'on devine quand on abandonne son véhicule pour courir à un rendez-vous présidentiel avec un quart d'heure de retard déjà sur l'heure prévue. Le parcours à l'intérieur du palais entre les divers contrôles me permit de reprendre mon souffle et de faire bonne figure le moment venu. Au demeurant, le président Ollanta Humala sait mettre son monde à l'aise. Après un abrazo sans façon, et perou0003après m’avoir rappelé qu’on se tutoyait, on entra dans la conversation comme si on s'était quittés hier. La simplicité tranquille de cet homme est extraordinairement contagieuse. Il n'y a en lui ni pompe ni superbe. Et ce qu'il dit concentre toute son attention.

Je ne suis pas venu à sa rencontre pour vérifier des accusations et encore moins entendre une défense. Je m’intéressais à l’homme et à sa perception des problèmes et des solutions. La sympathie personnelle qu’il m’inspire au plan humain depuis que je le connais ne se dément pas. Et si je sais bien que cela n’a pas de valeur politique, il me semble néanmoins que cela a du sens. Je place l'élection de ce président dans la vague démocratique qui a couvert toute l'Amérique du Sud compte tenu des conditions dans lesquelles il a dû faire campagne et de l'adversité médiatique bestiale qui s'est opposée à lui. Je pense que notre privilège d’observateur engagé est de pouvoir écouter et observer des façons d'agir et de penser différentes qui nous apprennent beaucoup de toutes les manières possibles. Nous savons depuis le début que chaque pays connaît des processus de transformation différents. C'est pourquoi, dans le passé j’ai toujours refusé le prétendu clivage entre le « bon » Brésil et le « méchant » Venezuela. Il faut en faire de même dans le cas du Pérou et de son président par rapport aux autres pays de l'Alba ! D’une façon plus générale il faut que je répète ce qu’est à mon avis la bonne manière d’appréhender notre relation aux gouvernements de la vague démocratique d’Amérique du sud. L’enjeu n’est pas de les soutenir ou pas. Répétons-le : il n’y a pas de modèle pour nous. Seulement des sources d’inspiration. A partir de là nous ne devons « soutenir » aucun gouvernement, aucune personnalité ce qui reviendrait à nous identifier à eux et donc à en faire des modèles. Nous soutenons des politiques en particulier et nous participons à des campagnes perou0004de défense commune contre l’oligarchie, le parti médiatique et l’Empire. Notre esprit critique ne doit jamais désarmer, et pas davantage le devoir d’apprendre avec modestie de ceux qui sont en mode action ! Tant qu’on se parle, nous formons une même mouvance, ce qui n’interdit ni les débats, ni les critiques. En me recevant, moi qui ne suis rien, sinon le symbole d'une certaine gauche européenne, le président péruvien donne un signe de connivence et de volonté de dialogue avec nos forces politiques. Je ne l'oubliais pas au moment où nous nous fîmes un abrazo final et qu’il me fit l'amitié de me raccompagner en me tenant par l'épaule. Au moins puis-je dire une chose : c'est que sur le plan personnel cet homme est moins pusillanime dans ses relations que bien d'autres qui me tournèrent le dos sitôt que François Hollande fut élu ! Que ceux-là soient revenus depuis à de meilleures sentiments après avoir découvert le personnage peu fiable du président français ne me fait cependant rien oublier.

Pour situer l’état d’esprit dans lequel se trouve Ollanta Humala, je vais citer la comparaison un peu provocante qu’il m’a faite. « Tu comprends, me dit-il, c'est un peu comme ceux qui se passionnent pour le foot. Ils sont dans l'euphorie et l'enthousiasme du match à ce moment-là et ne se posent pas d'autres questions. Mais ensuite il faut rentrer à la maison et savoir si demain tu vas travailler ou pas, si les enfants vont aller au collège et s'il y a quelque chose à manger. Moi je me sens responsable de savoir si dans mon pays il y a du travail et s'il y a à manger». Je présente là les choses comme il me les a dites avec assez d'insistance pour que je me rende bien compte que c’est là perou0005une conviction très forte pour lui. À un autre moment, peut-être parce qu'il s'est souvenu de la personne à laquelle il s'adressait, il m'a dit : « l'idéologie c'est très important, bien sûr, mais ça ne doit pas remplacer le réel ». Je pense qu’il m’a dit tout cela parce que j’étais accompagné par un camarade de la gauche de son parti et qu’il a croisé dans la pièce attenante avant de me rencontrer dans ce salon particulier qui avait été prévu pour cela. Mais moi je n’étais pas venu faire des reproches. Juste me donner la chance de pouvoir parler de l’exercice du pouvoir avec un homme que j’estime et qui est dans la deuxième année de son accession au pouvoir sur nos bases politiques communes. Ça ne m’a pas empêché ensuite d’entendre aussi ce que m’ont dit les camarades du nouveau « Frente Amplio de Izquierda ». Ils se définirent : « c’est comme le Front de Gauche en France ». Eux attribuent la responsabilité de leur rupture avec la majorité présidentielle à Ollanta Humala. D’autres aussi sont venus me voir : ils participent aux élections en cours dans le parti du président en se définissant comme la gauche de ce parti. J’ai remis mon commentaire à plus tard, quand j’aurai le temps d’approfondir ce que j’ai entendu. D’une façon générale je ne me mêle pas des discussions qui opposent les nôtres là où je vais. Je vois tous ceux qui veulent bien me parler. J’enregistre ce qu’on me dit et ensuite je réfléchis en me demandant comment je m’y prendrais moi-même si j’avais à décider sur le sujet. C’est ma forme de réalisme gouvernemental : je me demande toujours comment nous devrions faire nous-même chez nous. L’étude des autres est donc un carburant précieux.

Je sais que Humala a dû souffrir quelques empoignades avec ses amis sans que ceux-ci aient su lui proposer un autre cadre d’action global si je comprends bien. J’ai connu cette situation en France en 1983. Nous réclamions alors à cors et à perou0006cris « l’autre politique » pour nous opposer au « tournant de la rigueur ». Mais aucun de nos chefs n’avaient la moindre proposition concrète dans ce sens. Je n’ai pas oublié la leçon. Si la radicalité n’est pas concrète ce n’est qu’un songe creux. Cela ne veut certainement pas dire qu’il faut en rabattre de nos ambitions mais qu’il faut les formuler avec un mode opératoire. C’est ce que nous avons voulu faire avec notre premier forum du parti de gauche intitulé : « gouverner face aux banques ». Le programme d’action qui s’en est déduit, le livre que Jacques Généreux a donné sur le thème (« nous on peut »), tout cela est notre réponse méthodologique au danger de l’abstraction futile. Je m’en tiens toujours fermement à cette ligne d’action. Je pense que notre tour viendra et qu’il faudra être prêt. D’ici là il faut agir, sans oublier d’apprendre, et d’écouter ceux qui peuvent nous aider à comprendre, a tous les niveaux.

L’action du nationalisme de gauche au Pérou

Voici donc ma synthèse de ce que j’ai compris de mon échange avec le président péruvien. Ici, il n’est question ni de rupture avec le capitalisme ni d’éco-socialisme. La politique du président Humala est celle d’un nationaliste de gauche. Il ne s’agit de rien d’autres que de donner a la communauté péruvienne, conçue comme un tout, son indépendance collective et personnelle. Cette position lui vaut la solide haine du parti médiatique qui l’accable ici comme le sont tous nos amis partout. Cela lui vaut aussi l’incompréhension de plusieurs secteurs de gauche et de sa majorité. Mais ce qu’il fait mérite attention et nous apprend aussi perou0007beaucoup de choses. A son sujet comme au sujet de beaucoup d’autres dirigeants et de beaucoup d’autres gouvernants de la vague démocratique il faut absolument renoncer aux vieilles habitudes mentales du passé qui voudraient voir partout ou bien des modèles ou bien des traitres. Ollanta Humala dans ses pires manques est dix mille fois plus à gauche que n’importe quel jour de la vie de François Hollande ou de l’un quelconque des membres de son gouvernement. Par de nombreux aspects de sa politique, il est aussi une source d’inspiration pour notre action.

Toute la politique mise en œuvre au Pérou repose sur la bonne santé de l'économie minière. Ce que l'on appelle « l'extractivisme » a donc encore ici de beaux jours devant soi. La croissance est de six points par an. La croissance reste un horizon indépassable pour nos gouvernements dans cette région. L'intensité de la misère à laquelle il leur faut arracher la société explique cette fixation. Je crois pourtant qu'il faut y ajouter quelque chose qui ne fait pas plaisir à entendre. Je veux parler du retard qui a été pris partout à gauche pour penser un modèle alternatif concret de production et d'échange. Ce genre de travail ne se commence pas quand on accède au pouvoir. Il faut l'avoir fait avant. Sinon tout ce qu'on peut dire ensuite reste des phrases creuses et abstraites que les urgences du quotidien renvoient toujours à demain. En regardant faire ce que fait le gouvernement Ayrault, on comprend plus facilement en quoi consiste le retard de prise de conscience de la vieille gauche. Dans l'Amérique du Sud, nos amis ont pris la direction de leur pays après une période terrible d'ajustement structurel imposé par le FMI. Une immense extension de la pauvreté et surtout de l'extrême pauvreté a été le résultat de cette période. La vague démocratique a perou0008d'abord été une rupture avec les politiques de coupes budgétaires et de privations dont le néolibéralisme est le prescripteur.  Mais on ne doit pas perdre de vue que si cette urgence et la protestation contre elle ont permis de fédérer des mouvements sociaux et des électeurs de toutes sortes, pour autant, il n'a pas permis de formuler à soi seul un projet d'organisation économique réellement, c’est-à-dire complètement, alternatif. C'est pourquoi dans tous ces pays j'ai pu observer que la sortie de la misère, la formation d'une classe moyenne, l'extension de droits humains concrets, n'ont cependant fait remettre nulle part en cause les fondamentaux des modèles de consommation dominant. C’est un fait extrêmement important qui doit nous servir de leçon. Il ne suffira pas d'en finir avec les options politiques d'austérité et d'ajustement structurel qui dévastent l'Europe. Il faudra rompre aussi  avec le modèle de consommation et d'échange. Il ne suffit pas d'en avoir conscience. Il faut se préparer effectivement avec des propositions concrètes et des modes opératoires. Sinon nous ne réglerons aucun des problèmes que rencontre aujourd'hui l'écosystème humain ni aucune des impasses existentielles que construit la société de frustration consumériste. Mais surtout si nous perpétuions les modes et les usages de la société de consommation néolibérale, nous reproduirons en même temps l'ensemble des valeurs et des comportements qui y sont attachés. Dés lors, la révolution citoyenne ne met pas seulement à l'ordre du jour la question du partage de la richesse et des formes de l'exercice du pouvoir. La définition et le contenu de cette richesse, l'objet du pouvoir à exercer et les domaines auxquels ils s'appliquent sont les dimensions qualitatives sans lesquelles le reste ne prend pas de sens de façon durable.

En tout cas, je dois préciser qu’Ollanta Humala ne fait pas de l'activité minière l'horizon indépassable de l'économie péruvienne. Il s'est réjoui de pouvoir me dire que, pour la première fois, le commerce compte davantage que la mine dans la contribution fiscale. Je comprends bien le circuit économique qu'il me décrit et j'admets que tous perou0009les plans du gouvernement dépendent de l'alimentation fiscale dont la source est dans les mines. Pour autant je ne sais pas quel est le rapport de force social et donc quelle est la proportion de ce qui est prélevé dans les mines qui revient dans les caisses de l'État. J'ai bien compris que Humala ne veut pas tuer la poule aux oeufs d'or.  Il me l’a assez dit. J'ai trouvé qu'il avait tendance à reprendre à son compte des antiennes connues : il y a d'une part l'idéal et d'autre part le réel. Mais dans sa bouche cela ne m’a jamais semblé aussi plein de cette hypocrisie que l’on note sur ce thème en Europe où ce refrain sert de prétexte pour justifier que l’on ne fasse rien d’autres que de continuer «  la seule politique possible ». J’ai lu que Manuel Valls avait réitéré son numéro sur ce thème en faisant l’apologie du « réformisme assumé » de François Hollande, pour faire semblant de recommencer le débat entre réforme et révolution qui a fait les grandes heures de ce type de droitier complexé. Aucun journaliste n’a eu l’insolence de lui demander de quelle réforme progressiste accomplie par François Hollande il parlait. Il est vrai que beaucoup de ses auditeurs ne comprennent même pas de quoi il est question, tout simplement.

J’en reviens à Ollanta Humala. Il ne se résigne sur aucun thème. Je l’ai trouvé très pointu sur bien des questions concrètes concernant les moyens d'agir. Son souci sincère est de parvenir à ce point ou l’activité minière ne sera plus l’alpha et l’oméga de la politique de ce pays. Du coup, il souligne avec beaucoup perou0010d'insistance ce fait que l'économie péruvienne ne dispose ni de cadres intermédiaires techniques ni d'ouvriers hautement qualifiés. Il voit bien quelle dépendance en résulte à l'égard du capital étranger qui s'investit au Pérou et amène avec lui des techniques que personne d'autre ne sait mettre en oeuvre. Je crois que les capitalistes concernés savent faire sentir par ce biais là que leur présence est indispensable. J’avais pu m'en rendre compte à l'occasion d'un voyage en Bolivie en rencontrant  des professionnels du gaz et du pétrole. Ceux-là plaisantaient sur le fait qu’en toute hypothèse, nationalisation ou pas, les Boliviens ne sauraient pas faire les trous comme eux savent les faire pour sortir les matières premières. Du coup j’ai senti Ollanta Humala bien plus avancé dans la compréhension de l'importance de l'enseignement technique qu'aucun autre des dirigeants latino-américains que j'ai rencontré. Ni même que la plupart des dirigeants européens que je connais. À ce qu'on m'a dit c'est là un thème récurrent de ses interventions en matière d'éducation. Pour ma part je l'ai entendu faire plusieurs développements sur le sujet. Il m'a fait la démonstration classique pour prouver qu'une carrière technique assure un métier et qu'elle est souvent mieux rétribuée qu'une autre, plus généraliste. Il m'a dit qu'il voulait combler le fossé de ce manque « à marche forcée ». « Nous ne dépendrons plus de l'économie minière le jour où nous serons capables de faire autre chose », m'a-t-il dit. Il faut mesurer ce que ce propos a d'extraordinaire. L'enseignement technique et professionnel est la partie du système éducatif la plus méprisée et la moins connue des dirigeants de tous les pays du monde et davantage dans le monde latin que nulle part ailleurs. J’affirme que nous avons exactement le même problème de mépris de caste dans notre pays.  Entendre le président du Pérou en parler comme d'une urgence absolue est pour moi un fait sans précédent. Ce n'est pas tout, sur le sujet.

À propos de la jeunesse, le plus grand problème pour lui, me dit-il, c'est cette énorme quantité de jeunes qu’il nomme les « ni-ni ». Ni étudiant, ni travailleurs. Il s'agit des jeunes perou0011qui n'étudient pas et qui ne travaillent pas. « Alors que peuvent-ils faire, me dit le président ? Rien, ou de la violence, ou de la délinquance ! Ou alors faire les fourmis pour le trafic de drogue. On leur met un sac sur le dos avec quelques kilos de drogue, ils mettent une capuche par-dessus et ils passent des jours et des nuits dans la montagne à essayer de traverser avec leur cargaison. Nous en capturons beaucoup. Vraiment beaucoup. Nous en avons déjà trois à quatre mille en prison. Et bien sûr ils ne sont pas condamnés à vie. Que veux-tu qu'ils fassent ensuite en sortant de la ? Ils retournent à la vie quotidienne et ils recommencent la seule chose qu'ils savent faire, de la violence et des trafics, jusqu'à ce que mort s'ensuive. Nous préparons un programme de formation technique pour ceux qui seront volontaires. Ceux-là passeront leur temps de peine à étudier. Sinon quel avenir peuvent-ils espérer ? En Amérique du Sud, le phénomène des bandes de «ni-ni » qui se répartissent des territoires de délinquance est maintenant généralisé. C'est un fléau dont personne ne sait comment sortir une fois qu'il a commencé. Comment convaincre un jeune d'aller chercher du travail quand il peut gagner grâce au trafic de drogue davantage en une journée que son père en un mois de travail honnête ? Il faut régler le problème avant d'en arriver à la cartelisation des zones de délinquance. Il faut que les jeunes aillent directement au travail après leurs études. Pour ça il faut qu'ils finissent leurs études et qu’ils trouvent du travail. Ça c'est notre responsabilité ». Je partage complètement, cela va de soi. J'ai été heureux de l'entendre formuler ce diagnostic. Je sais que nous n’échapperons pas en Europe à ce qu’il décrit. D’une certaine façon je crois que cela est commencé en France et que la récession va précipiter le mouvement. Je n'ai pas relancé cette discussion. Je sais comme lui que le Pérou est devenu le premier pays producteur de cocaïne. Je sais ce qu'il m'en aurait dit et je sais aussi qu'il est sincère.

Je me suis renseigné. Les gens avec qui j'ai pu échanger attestent du fait que les autorités péruviennes au sommet de l'État et du gouvernement sont totalement déterminées et ne font aucun compromis avec le narcotrafic. Ce n'est pas si courant !  Au cours du premier semestre de l'année 2013, presque 300 laboratoires de production de pâte base de cocaïne ont été détruits ainsi que 529 puits de macération et trois pistes d'atterrissage clandestines. Plus de 10 000 hectares de surface de cultures de la coca ont été éradiquées. 10 tonnes perou0012de cocaïne ont été saisies et détruites. C'est bien, c'est spectaculaire. Mais ça ne suffit pas. Au Pérou sont produites 325 tonnes de cocaïne par an. Il faut comprendre ce qui se cache derrière ce chiffre, le défi que cela représente pour l'autorité de l'État et même pour la construction d'une société organisée. La culture et le commerce de la drogue pourrit tout ce qui l'approche et l'entoure. En 2011, il y avait eu 11 pistes clandestines d'aviation repérées par satellite. En 2013 il y en avait déjà plus de 75 repérées à la moitié de l'année. Ainsi de tous côtés l'État est mis au défi ! Son espace aérien, son espace fiscal, ses ports, sa jeunesse, les instruments de l'État comme la police, tout est rapidement contaminé. Sans oublier la dimension politique. Car 60 % des cultures sont actuellement sous le contrôle de la pseudo guérilla maoïste « Sentier lumineux ».

Cet aspect ne saurait être négligé. Le lien qui existe entre la culture et le commerce de la cocaïne et la prétendue guérilla « Sentier lumineux » n’est pas anecdotique ici. Il fait ressurgir le fantôme d’un passé qui a laissé un terrible souvenir : celui des années de guerre qui ont défiguré la société péruvienne pendant une décennie. Les gens que j'ai rencontrés, porte-paroles des associations de victimes, parlent de 70 000 morts et 4000 disparus. Comme je m'ébahissais du nombre des morts et du fait que cela se sache si peu, même de gens comme moi qui suivent l'actualité de l'Amérique du Sud depuis tant d'années, on me demanda de bien prendre en compte qui sont ces morts et ces disparus ! Au contraire de la situation du Brésil, de l'Argentine ou du Chili dans le cadre des meurtres planifiés par les dictatures et les nord américains avec le plan Condor, ici toute la bataille a eu lieu dans les campagnes. Les protagonistes dans tous les autres pays étaient urbains. Ils venaient de toutes les classes sociales, certes. Mais beaucoup étaient des cadres, des étudiants, des enfants de la classe moyenne. Ils avaient une voix, des relais et se firent entendre. Rien de tel ici. L'armée patrouillait dans les campagnes, le «Sentier lumineux » et le Mouvement Révolutionnaire Tupac  Amaru de même. Les paysans étaient seuls devant eux. Tous seuls. « Tupac Amaru était mieux équipé, m’a raconté un témoin. Ils avaient des armes et certains étaient en uniforme. Ils fusillaient les gens qu’ils condamnaient. Les militaires aussi. Ceux du « Sentier lumineux » étaient plus pauvres, en haillons. Souvent ils n'avaient pas de perou0014chaussures. Ils tuaient les gens leur écrasant la tête avec une pierre ou en leur coupant la gorge avec un couteau ou une machette.» Il y avait aussi des attentats en ville qui tuaient les gens à l'aveuglette. Mais pour l'essentiel les victimes sont de pauvres paysans illettrés, sans relation, coupés du monde. Il y a une commission admirable qui a fait le décompte des morts et qui s'est efforcé de rétablir la vérité. Tant d'années après, évidemment, la société veut tourner la page. Il faut le comprendre. Mais beaucoup de familles des victimes ne lâchent pas la prise. Elles se battent encore pour la vérité et les réparations. Ce sont de pauvres gens. Ils méritent notre aide.

Ce 14 juillet, au terme de la cérémonie place de France à Lima, pour la fête nationale des Français à laquelle participent de nombreuses personnalités péruviennes, il y avait un groupe de représentantes des familles des victimes. Elles se sont groupées devant nous pour nous présenter une modeste pancarte large comme une feuille de papier sur lequel était écrit : « familles des victimes ». Rien de plus. L'ambassade de France avait organisé une exposition de photographies qui donnaient des témoignages de cette époque. Je pense que c'est ce qui explique la présence de ces personnes. Quand on voit les photos on comprend mieux… Et on comprend surtout pourquoi le narcotrafic est aussi vécu comme un ticket de retour du passé de guerre civile. Dans ce domaineperou0015 encore il n'y a pas d'autre issue que la reconstruction de l'État, de son autorité et des moyens qu’il peut mettre en œuvre pour donner à la population une autre issue que la production de coca qui finira dans les puits de macération et les sentiers de fourmis.

C'est tout cela l'arrière-plan d'une discussion comme celle que j'ai pu avoir avec le président péruvien. Un passé terrible, un présent incertain, surplombent toute la décision politique. Le programme le plus simple prend alors une dimension qu’il n'a pas ailleurs ! Il s’agit de construire un État et de le mettre à la disposition de toute la population et non pas seulement de quelques secteurs. Il faut développer massivement les infrastructures pour unifier le marché péruvien et par ce seul moyen offrir des débouchés aux régions enclavées qui s'en tiennent à une économie de subsistance. Par-dessus tout, l’objectif est d’élever le niveau d'éducation et de santé du peuple. Le but est d’éradiquer la très grande pauvreté et de réduire massivement la pauvreté ordinaire. Voilà les quelques axes essentiels auxquels Ollanta Humala s'accroche. En deux ans les résultats sont solides, sérieux, avérés. Pour faire tout cela, il dit qu'il a besoin de la rente minière. « Et tout cela, rappelle-toi, nous sommes en train de le réussir dans la démocratie ». Il aurait pu ajouter : et dans… l'honnêteté. Car ses pires adversaires ne lui disputent pas ce point d'honneur : pour la première fois depuis bien longtemps le président de la république du Pérou est un homme honnête.

Ici, la nouvelle hiérarchie du monde est faite.

La discussion sur l'interdiction de survol de la France par l’avion d’Evo Morales a été rapide. Pour Ollanta Humala, comme pour ses collègues, si j'ai bien compris, cela est assimilé à une grosse bourde ridicule commise sous la pression des nord-américains. L’image de la France sort terriblement amoindrie de cette affaire. Désormais nous sommes classés dans la catégorie des petites mains de l’Empire. L’effet Villepin perou0016est mort. Il m'a rappelé qu'en tant que président de l’UNASUR, il a fait adopter un communiqué unanime des chefs d'État de l'Amérique du Sud pour condamner cette décision. C’est un texte dur. À ce moment-là, je lui ai demandé s'il ne s'était pas isolé des autres chefs d'État de la « vague démocratique » en n’acceptant pas l'idée d'un sommet de tous les chefs d'État. Il m'a répondu très calmement et très tranquillement. « Je travaille bien avec tout le monde. Je me suis toujours bien entendu avec Chavez et maintenant avec Nicolas Maduro. Je n'ai pas de problème avec eux. En tant que président d’UNASUR, je devais arriver à un résultat unanime. Il n'y avait pas unanimité pour tenir un sommet de tous les chefs d'État d’UNASUR ! Je pense que si nous avions fait voir de la division, la situation aurait été très mauvaise. Bon, après cela, il y a eu un sommet à Cochabamba où se sont retrouvé un certain nombre de chefs d'État, mais ce n'était pas dans le cadre d’UNASUR. Ils étaient quatre en tout! Maduro lui-même était en Biélorussie.» La « chancelière », ministre des affaires étrangères a beaucoup insisté sur le fait qu’il fallait retenir la condamnation unanime et sans ambiguïté plutôt que les critiques et disputes éventuelle à propos de la tenue ou non d’un sommet des chefs d’Etat de l’UNASUR. Elle souligne que la convocation d’un tel sommet répond à des règles de convocation qui s’impose en tout premier chef à celui qui préside à ce moment-là l’UNASUR. Je livre ces arguments à l’appréciation de ceux qui me lisent et sont très attentifs à tout ce qui s’est passé ici autour de cette affaire où notre pays s’est si mal comporté. Je le fais pour éviter la sale besogne de tous ceux qui ont intérêt à diluer le problème posé par l’abaissement atlantiste de la France dans une autre discussion, qui n’a pas lieu d’être, à propos du degré de condamnation réel que la décision française a provoqué, ici en Amérique du sud ! 

Nous sommes allés aussi un peu davantage sur le fond à propos de géopolitique. Pour bon nombre de nos amis, l’alliance privilégiée par Ollanta Humala est vécue comme un axe opposé à celui qu’ils défendent. Pourtant, lui présente sa participation à l'alliance pour le Pacifique avec le Chili et la Colombie comme une décision sans contenu idéologique. Pour lui, cet accord résulte des intérêts du Pérou « en tant qu'économie ouverte », selon sa façon de nommer les choses. D’après lui, les géants de la région commeperou0017 l’Argentine ou le Brésil ne sont pas dépendants comme le Pérou de leur ouverture sur le reste du monde. Je lui ai demandé si c’était un problème que la vie au côté d’une superpuissance comme le Brésil. Il m’a répondu que c’était à eux, tous les autres, de trouver la façon positive de vivre avec cette situation.

Il m'a rappelé que dorénavant la Chine était le premier partenaire du Pérou devant les États-Unis d'Amérique. La bifurcation du monde est commencée ici. Dans ces conditions, selon lui, certaines batailles, ne sont pas celles du Pérou. J'ai bien compris qu'il classait la polémique et les bras-de-fer avec les États-Unis d'Amérique dans cette catégorie de faits qu'il nomme « idéologiques ». Bien-sûr, je ne suis pas d’accord. Les Chinois n’espionnent pas tout le monde, ils ne déclenchent pas de coup d’état, ils n’essaient pas d’assassiner les chefs d’état qui leur déplaisent, ils ne font d’embargo sur aucun pays au monde, ils n’ont aucune base militaire en Amérique du sud. Ils n’ont jamais colonisé personne ici. Les Chinois posent d’autres problèmes. Ollanta Humala le sait bien, j’en suis certains. Mais à plusieurs occasions il a précisé sa pensée : « le Pérou ne peut pas être un simple  fourgon dans un train dont il n'a pas la direction ». Je pense que dans la conscience nationaliste du président perou0018péruvien, aucun leadership régional n’est acceptable. Je pense que sa priorité est là.

J'ai trouvé le président péruvien très serein et détendu. Aucun sujet de notre conversation n'a créé de tension en lui ou dans ses propos. Il n'avait pas de cravate, il était très souriant. Il parlait bien assis au fond de son fauteuil et son visage ne portait aucun des stigmates du stress ou de la grande fatigue des personnes qui agissent à son niveau de responsabilité. Pourtant c’était samedi, le soir, et il était de retour d’un déplacement en province. Il est sec physiquement et ses mouvements sont très déliés. Il se tient très droit et cela m’a impressionné comme le premier jour où je l’ai rencontré dans la gare de Strasbourg, il y a deux ans. Il me dit en début de la conversation que lui et sa femme, Nadine, avaient un bon contact populaire. De fait dans les enquêtes d'opinion, aucun président péruvien n'a été aussi haut deux ans après son élection. A l’évidence il surplombe une scène politique confuse où la corruption bat encore son plein. Sa réputation d'intégrité le place à part de ce monde. Sa politique a quasi éradiqué l'extrême pauvreté et fait monter une classe moyenne qui avait été détruite dans les années précédentes par l'hyper inflation et le chaos politique. Il sait que cette classe moyenne nouvelle présente à son tour des exigences impatientes en matière de qualité du service public et de présence de l'État. Il a bien capté l'exemple de la situation brésilienne. « Il n'y a rien d'autre à faire que de continuer à développer un niveau de bien-être et une qualité de service public et d'infrastructures. Pour cela il me faut une économie en ordre et beaucoup de recettes fiscales. » C'est sa manière de voir et de dire les choses.

Quelques leçons de choses

Je veux revenir sur un point qui doit nous servir de leçon. Cette diversité des situations que j'observe en Amérique du Sud, je sais qu'elle nous concerne nous aussi. On ne peut mettre un signe égal entre ce que disent Die Linke en Allemagne, Syriza en Grèce, Izquierda Unida en Espagne et le Bloco au Portugal. Le perou0020moment venu, je crois bien qu'ils n'appliqueront pas la même politique s’ils gouvernent leurs pays respectifs. La singularité du Front de Gauche en France, de ses méthodes et de son programme sont aussi une réalité. Cette différence tient à l’histoire bien sûr, aux traditions politiques particulières de chacun de nos pays, mais aussi à la place qu'ils occupent dans les rapports de force en Europe et dans le monde. On ne peut rayer tout cela d'un trait de plume et il faut s'attendre à ce que cela pèse lourd le moment venu. Le rythme et les conditions auxquelles s'opèrera le changement ne pourra effacer toutes ces différences. Cela peut paraître une évidence mais il faut bien mesurer l'impact concret de ces sortes d'évidence. Nos gouvernements doivent impérativement obtenir des résultats concrets car c'est sur la base d'une urgente nécessité qu'une majorité se tourne vers nous, dans tous les cas que j'ai pu observer. Obtenir des résultats oblige à placer le curseur des compromis du mieux que l'on peut, là où il peut être placé dans les conditions particulières de chaque pays. Nous n'échapperons pas à cela. Et nous devons être conscients que ce qui est plus accessible à la France, deuxième économie de notre continent et cinquième puissance du monde, ne le semble pas autant pour nombre d'autres pays.

Le procès des étoiles

En 1735, trois personnalités de l'Académie royale des sciences de Paris sont envoyées en Amérique du Sud pour mesurer de Quito à Lima, chemin inverse du mien, un morceau du méridien terrestre. Il s’agit de trancher un débat crucial sur la forme de la terre et permettre, entre autre, d’étalonner les mesures qui se feront pour les cartes. Une expédition est envoyée en Laponie, l’autre en Amérique du sud. Celle-ci comptera jusqu’à 10 personnes! Deux d'entre eux seulement reviendront à Paris. Les autres mourront sur place ou sombreront dans la folie. Godin, chef d’expédition, La Condamine, Bouguer, Seniergue, Jussieu avaient prévu quelques mois de présence loin de leur pays. En fait, lorsque commença la troisième année de leur travail, ils n'en étaient qu'à la moitié de leur calcul. Leur parcours a représenté un terrible exploit physique qui les a vu passer par des chemins quasi impraticables, des régions que les Indiens eux-mêmes craignaient, attelés à une tâche absurde consistant à mesurer les distances entre une étoile et deux tas de cailloux laborieusement constitués pour servir de repère ou entre deux points remarquables du paysage qu'un brouillard, des nuages ou une tempête de neige pouvaient tout d'un coup dissiper dans le néant…

Dans cette équipe, c'est Jussieu qui se montre le plus proche de nous par sa sensibilité, son intérêt et sa proximité avec les Indiens. Les autres finirent bien ou mal comme lui. L'un se dissipa en aventures féminines quand l'occasion s'en présentait, l'autre fut assassiné, celui-ci mourut en tombant d'un échafaudage tandis qu'il réparait l'horloge de la cathédrale de Lima parce qu'un très petit tremblement de terre se fit sentir à cet instant. Tous connurent toutes sortes de démêlés avec les autorités espagnoles. Pour autant nul ne fut plus méticuleux que ces hommes pour faire leurs mesures. Ici la rigueur scientifique est à la racine d’exploits et de démêlés inouïs et qui le resteront jusqu’à la fin ! Leurs aventures sont en effet à peine croyables, bien des fois.

Ainsi le 28 octobre 1746, 11 ans après leur départ, alors que Jussieu et Godin se trouvent à Lima et font leurs ultimes préparatifs pour le retour en France, un tremblement de terre rase toute la ville. Leur maison est en décombres et tous leurs papiers concernant l'expédition sont sous les gravats… Ces papiers si précieux, qui ont déjà failli être emportés avec les mules dans les torrents ou dans les précipices du parcours dans les Andes. Ils parviendront encore à les récupérer. Mais le voyage du retour est reporté : toute la population vivante est réquisitionnée pour reconstruire Lima. Godin est nommé ingénieur en chef de travaux à accomplir et c'est lui qui décide du nouveau plan de la ville de Lima. Après quoi, deux ans plus tard, en 1748, enfin autorisés à partir, ces deux-là décident de rentrer en traversant tout le continent par les plateaux pour s’embarquer à San Paolo. Ils se sépareront en fait à La Paz, car Jussieu disparaît, incapable de quitter le pays, en laissant tout l'argent commun à ce pauvre Godin. Lequel ne 9782228894470parviendra pourtant à reprendre pied en Europe, au Portugal, qu’en 1751, 16 ans après son départ, d'où il ne pourra plus sortir. La Condamine eut les honneurs et le lycée français ici porte son nom.

J’ai accumulé toutes sortes de récits sur ce sujet qui m’excite d’enthousiasme. Il s’est fait en Equateur un colloque sur le thème. Mais je recommande un livre passionnant. Il raconte l’expédition, écrit comme un beau roman. Il a été publié à la « petite bibliothèque Payot » sous le titre : « le procès des étoiles ». C'est Florence Trystram qui en est l'auteur. Je m'amuse de penser que, de cette façon, avec ce livre, toutes les tentatives faites par l'absurde justice espagnole locale pour effacer les traces du passage des Français, que les hidalgos locaux détestaient tandis que les créoles les soutenaient selon une heureuse préfiguration de ce qui adviendra bientôt, auront été vaines. Au milieu du récit des exploits de ces hommes, on sent bien sans cesse la trace bien racontée de leur humanité. Enfin, La Condamine avait fait construire de petites pyramides pour graver la mémoire du passage de notre expédition. La jalousie de ses collègues espagnols et de grotesques démêlés judiciaires aboutirent à ce qu'elles soient détruites. Mais en dépit de tout, par la légende, le livre publié et peut-être même ces quelques lignes, l'esprit parvenant jusqu'à vous, le néant de l'oubli aura été vaincu.

Tags: , , , ,


93 commentaires à “A Lima avant Quito”

Pages : [1] 2 »

  1. 1
    Jean-François91 dit:

    Merci, Jean-Luc, pour ce récit si riche, si instructif... comme d'habitude !

  2. 2
    christine dit:

    Que du bonheur ce matin de lire cette nouvelle carte postale toujours aussi instructive. Continuez de nous écrire, nous voyageons avec vous.
    Profitez en bien.

  3. 3
    Julian Augé dit:

    Très intéressant la précision sur ce que c'est qu'un "nationalisme de gauche" en Amérique Latine. J'ai cru comprendre que cette composante de l'Autre Gauche était majoritaire dans d'autres pays comme au Mexique par exemple. Or l'homogénéisation et l'accord de ces mouvements avec ceux de la Révolution Citoyenne ne va pas de soi, et pourtant semble une nécessité face à l'Empire.
    C'est donc une belle preuve d'ouverture des deux côtés, le fait que cette rencontre ait eu lieu. Bravo à ceux qui l'ont favorisée ! Et puis merci pour l'analyse...

  4. 4
    Denis F dit:

    Bien belle carte postale d'un pays où il semble désespérément vain de vouloir y établir la justice démocratique. Il n'est pas dans mon intention de mettre en cause la bonne volonté de son Président qui fait un travail de fond indiscutable en faveur de son peuple et surtout de tout son peuple, l'idée de former les délinquants plutôt que de les enfermer dans des prisons, le prouve s'il en est besoin.
    Néanmoins, la pauvreté et l'inculture du plus grand nombre interdit de prétendre à une réelle démocratie. Quand arrêtera-t-on de nous vendre une démocratie inatteignable, est ce par manque de lucidité ou par duplicité ?
    Nous devrions faire preuve d'imagination, car beaucoup de terminologies ne signifient plus rien, notamment celles déterminant les inclinations politiques et philosophiques, telles que gauche, droite, centre, démocratie etc… Soit tout se mélange, soit tout se recouvre et se dilue, soit la pertinence est édulcorée ou carrément perdue. Malheureusement d'autres termes longtemps oubliés reviennent de mode notamment la barbarie, par exemple.

  5. 5
    Citoyen93 dit:

    Formidable carte postale. ça m'a remué des souvenirs d'un voyage au Pérou il y a 5 ans. Mon premier voyage dans ce qu'on appelle "le Sud" pour faire court, une baffe énorme, mal de crâne et nausées devant l'ampleur du désastre ultra-libéral et extrême pauvreté. Bien sûr ici notre société y accoure à toute allure mais bigre comment on en est encore loin! sentiment trouble de se retrouver vers Puno, à 20 000 km de la maison, de discuter avec un Péruvien au sujet d'un site inca visité quelques jours avant, et que lui-même m'explique qu'il n'a jamais eu la chance de pouvoir aller le visiter... L'Humanité est déchirée, le Pérou a un travail colossal à faire et heureusement qu'il vient de commencer.
    Je m'étais retrouvée à boire un maté chez une famille pauvre. Dans la cuisine si petite et vétuste, je remarque un autocollant rouge avec le nom d'Humala. on échange quelques mots là-dessus, sourires un peu génés comme si on parlait d'un jardin secret, une petite utopie intime. A cet époque ce petit autocollant rouge semblait plein de candeur irréaliste, comme exactement les premiers tracts du Front de Gauche au même moment, comme un rêve d'ado attardé mais un peu pour de rire, je pouvais pas croire encore à la possibilité de vraiment ébranler la marche des choses. Et pourtant regardez, au Pérou ils l'ont fait, ils commencent, ils s'y mettent enfin. Jean-Luc nous parle de la responsabilité écrasante d'un gouvernement devant tant d'horreur sociale à juguler, par quel bout attraper un problème si vaste, mais je pense aussi au bien fou qu'a dû ressentir cette famille à se sentir enfin récompensée d'avoir été citoyens, de son effort surhumain à réfléchir pour le Pays, voter et même faire voter! alors qu'il y a tant à faire et tant de problèmes à gérer déjà à la maison, au travail, pour les enfants.
    Amitiés à tous, il faut croire en nos forces plus que jamais!

  6. 6
    palumbo dit:

    Merci Jean-Luc, un passage sur l'histoire de ce pays, avec ce livre que j'ai acheté et dévoré "le procès des étoiles" quel bonheur de te lire, de voyager avec des mots car avec toi on se passe d'images souvent trafiquées et trompeuses, les mots eux ne mentent pas !

  7. 7
    semons la concorde dit:

    Voyage intéressant et instructif, merci à M. Mélenchon de faire le pont entre deux continents. Je pense qu'une grande difficulté de la vie politique repose sur le fait qu'on utilise des étiquettes qui ne recouvrent pas les mêmes idéologies, ni chez les adhérents des partis, ni dans la mentalité populaire. Notre pays a été soigneusement dépolitisé dans les médias comme dans les écoles. Si les partis politiques ont un programme, je ne vois pas au nom de quoi ce programme ne pourrait pas être connu de tous et discuté, de manière à faire d'un vote un vrai choix. Au lieu de quoi les média nous bassinent avec des querelles intestines de notables élus ou éligibles. C'est le degré zéro de la politique. Il est temps de rendre à la politique ses lettres de noblesse et de la démocratiser pour permettre au peuple de choisir vraiment un mode de fonctionnement de la société.

  8. 8
    Thierry_M dit:

    Jean-Luc, l’observation des pays d’Amérique du Sud permet de vérifier grandeur nature comment les choses se comportent entre-elles, révèle les erreurs ou les choix qui peuvent être décisifs.
    Ce travail effectué depuis des années et le retour que tu en fais, sont je pense les fondations pour la suite. Si un jour le Front de Gauche doit diriger ce pays, les plans pour le faire sont prêts.
    Ton appréhension de la chose publique fait que tu as la stature d’un vrai homme d’Etat.

  9. 9
    ada chem dit:

    Bonjour à tous,
    "l'idéologie c'est très important, bien sûr, mais ça ne doit pas remplacer le réel".
    « Il faut agir en homme de pensée et penser en homme d’action" disait Bergson, pas franchement marxiste par ailleurs.
    Juger les hommes sur leurs actes et sur leurs paroles. Merci de ces lignes qui nous font faire la connaissance du chef de l'état péruvien, via le prisme de son comportement, ses attitudes, les métaphores verbales qu'il emploie.
    J'ai été très choquée par les "je veux", "j'ai demandé" de Hollande lors de sa communication lors de la catastrophe ferroviaire de Brétigny : «Pendant trois jours, il n’y aura plus de circulation dans cette gare donc ça va entraîner des conséquences sur un certain nombre de trains, et notamment RER. Et je veux que tous ceux qui empruntent ces voies de communication comprennent de quoi il s’agit et que ça aura des conséquences sur leurs propres moyens de transports pendant trois jours. Ça ira très vite car j’ai demandé là encore que les travaux puissent être engagés dans un délai le plus prompt possible». Cela fait fi de la blessure morale infligée à tous les salariés SNCF en tel cas, atteinte à leur sens de la responsabilité professionnelle, leur engagement de service public bien mis à mal. Cet homme se prend pour dieu ou ? La place du chef de l'état est de soutenir et de reconnaître l'effort de tous ceux qui vont faire en sorte que cette horreur soit gérée le plus intelligemment/humainement possible. Nous devons respect à la fonction incarnée dans la personne élue démocratiquement à cette fonction. En retour, respect est du aux citoyens, sauf à glisser vers la figure du Tyran, dirigeant illégitime.

  10. 10
    Magda Corelli dit:

    Comme c'est intéressant de découvrir le Pérou sous la plume de Jean Luc Mélenchon. J'ai retenu principalement une chose : un président honnête qui fera tout son possible pour améliorer le sort de ses concitoyens. Mais quel boulot !
    Ici en France, si les beaux jours sont enfin venus, on ne voit que des gens malhonnêtes partout. C'est déprimant.
    Revenez-vite Jean Luc purifier notre air.

  11. 11
    Lionel Parisot dit:

    Bonjour,
    Encore un article intéressant sur un pays d'Amérique Latine. Certes "ce n'est pas le Pérou", mais comme le disait Jean-Luc dans un autre post "Ici on ne se réjouit pas de l’existence des riches : on répare leurs dégâts en s’occupant des pauvres et en trouvant le chemin du développement humain de la société en dépit de toutes les difficultés. Au lieu de leur interdire le survol de l’espace aérien français, François Hollande ferait mieux d’inviter les chefs d’état d’Amérique du sud à lui donner des conseils. Eux éradiquent la pauvreté lui la développe. Leur pays ne prennent plus de consigne à Washington. Et ils sont respectés pour cela."
    Je vais bien sûr le relayer sur mon forum (que je vous invite à découvrir)

  12. 12
    Fauve dit:

    Bonsoir Je vous remercie Mr Mélenchon pour votre 2éme carte postale, en vous lisons nous avons l'impréssion d'etre du voyage que vous effectuez. Merci de vos écrits malgrés que vous soyez en vacances grace a vous nous découvrons un continent plein de ressource de volonté. La France devrait s'inspirer de certains pays d'Amerique du sud au niveau social. Néanmoins je vous souhaite un excellent séjour par la suite et surtout beau temps.

  13. 13
    patricia de souza dit:

    Je ne peux pas m'empêcher de laisser un message. Je ne reconnais pas mon pays dans tout ce qui dit Jean-Luc Mélenchon. Certes, Ollanta Humala était le président de "gauche" encore que dire de gauche au Perou equivaut a la droite en France. Pour l'instant je ne vois aucune reforme importante ni dans l'éducation, ni dans la santé, encore moins dans le prestations sociales, les droits de salariés, etc. Il n y a pas de pollitique sociale visible. Tout est économique et cette économie est ultralibérale, elle croit a "la main invisble"! je suis deroutée. L'éducation dans des écoles est catastrophique, Humala a soldé l'éducation dans les écoles et dans les universités, on voit des universités partout et n'importe comment. Pas de "plan vivienda" au Pérou, ni des allocation familiales, sauf "pension 65" dont je ne connais que le nom. Si on parle avec les jeunes, sil sont vraiment indignés de leur situation. Non, je crois qu il faut pas dire que c'est un exemple. Il est proche d'un gouvernement de Piñeira ou de Santgos en Colombie, mais jamais a la gauche de continent. Nada que ver!
    Désolé des fautes, j'écris dans un clavier en espagnol. Bonne route en Equateur !

  14. 14
    pmjtoca dit:

    Bien ces vacances en Amériques du Sud et vos comptes rendus d'été en hiver.
    Ici, en France depuis 1946, nous avons des institutions révolutionnaires (cotisations sociales et qualification) et opérationnelles (santé, retraites, allocations familiales, chomage) depuis malgré la contre-réforme systématique. Prenons nous le temps d'expliquer à ces pays en cours d'émancipation, ce que nos vieilles institution ont de profondement anti-capitaliste et d'exemplaire?
    Les succès sud-américains sont très fragiles et très récents. Les notres plus robustes et toujours actifs sont ils oubliés, ignorés ici même en France ? Il suffirait de presque rien pour...

  15. 15
    Huet Annie dit:

    Super chouette.
    Ça, c'est de l'éducation politique ! merci

  16. 16
    Jean Jolly dit:

    @ patricia de souza.

    C’est assez frustrant pour nous autres européens de devoir nous fier aux dires des uns et des autres. Toujours est-il que Jean-Luc ne semble pas brosser un portrait idéal du président Humala dans son billet, D’après ses explications il semblerait que ce pays ne peut se permettre de rompre la chaîne du système capitaliste du jour au lendemain sans compromettre la survie même du pays.

    Chaque pays est plus ou moins achalandé de matières premières sur notre planète selon un tas de paramètres non forcément liés au progrès humain mais simplement à la situation géographique de ce pays et de la région. Le Pérou ne peut se développer autrement que par l’extraction minière dans un premier temps et passer rapidement à l’éducation technique et technologique grâce aux fonds monétaires tirés des mines.

    D’après Jean-Luc, ce président Ollanta Humala semblerait sincère dans son désir de vouloir améliorer son pays, nous allons voir. Combien de fois m’a-t-on dit que Paris ne s’est pas fait en un jour ?

  17. 17
    Fabien dit:

    Mon séjour d'une demi-année au Pérou comme stagiaire agronome m'a permis de découvrir 2 figures de la littérature sociale. Le premier est José Carlos Mariategui, le premier écrivain/philosophe du Pérou à avoir analysé l'économie et les relations sociales de son pays en utilisant la méthodologie marxiste dans les années 1910. Cela ressemble à une étude comme celle de Eduardo Galleano (les veines ouvertes de l'Amérique Latine) mais avec un focus sur le Pérou.

    La 2ème est Flora Tristan que j'ai découvert dans la biographie écrite par le désormais très libéral Vargas Llosa (biographie croisée entre elle et Gauguin "le paradis de l'autre côté"). Elle raconte la condition des femmes péruviennes au XIXe siècle dans "itinéraire d'une paria". Ce fut un vrai choc de connaître cette dame que je considère comme l'égal d'une Louise Michel.

  18. 18
    Carlos Gonzalez Palacios dit:

    Superbe note et superbe initiative de Jean-Luc Mélenchon que de voyager au travers des États non pas à donner des leçons de morale politico-économique, mais plutôt à observer ce qu'il se passe avec un œil critique, c'est à dire un œil attentif mais averti, c'est un travail d'auto-pédagogie.

    Je connais très bien le Pérou tout comme je connais la France, ses recoins les plus reculés, beaucoup de ses traditions, son Histoire mais aussi sa vie politique et le fonctionnement institutionnel de chacun de ses deux États. Je reconnais assez bien le Pérou dans la description de Jean-Luc Mélenchon, très lucide, rien de ce qui est dit est anodin ici même pas les détails qui sont le vif reflet de la construction culturelle péruvienne.

    Quant-à la politique de Ollanta Humala, bien entendu qu'on peut lui reprocher des choses, la lenteur dans l'installations des programmes sociaux, la faible institutionnalisation des services sociaux dans les villes les plus lointaines du Pérou... Pourtant le travail pour sortir 10 millions de peruviens de la précarité sociale est immense et il ne peut pas être réalisé de n'importe quelle façon juste pour remplir des quotas de popularité. Il est certain qu'il faut que le gouvernement agisse de façon urgente envers des Populations vulnérables. C'est d'ailleurs ce qu'il fait avec les prestations sociales qui viennent d'être mises en place de façon effective après plusieurs hésitations lors des gouvernements précédents. C'est aussi ce qui est fait avec la création du programme "pension 65" qui cherche octroyer une retraite à tous nos doyens de plus de 65 ans même lorsqu'ils n'ont pas cotisé (et beaucoup n'ont pas cotisé car l'informalité de la vente à la sauvette, du travail paysan ou de femme de ménage ne lui ont pas permis de cotiser ou économiser un euro pour les vieux jours). En résumé, oui le Pérou avance socialement et il avance constamment. Or si ces programmes constituent un début et ils pallient à l'urgence des personnes en état de vulnérabilité.

  19. 19
    Fab dit:

    Après vérification, j'ai retrouvé le nom du bouquin de Mariategui. Il s'agit de 7 ensayos sobre la realidad peruana et a été écrit dans les années 1930. Wikipedia raconte l'anecdote qu'Ernesto Guevara aurait été initié au marxisme par ce livre. En tout cas, c'est mon cas! Il m'a aidé à y voir un peu plus clair entre le fait agraire et les problèmes de pauvreté des quechuas des Andes même encore aujourd'hui.
    Et merci pour ces posts, et les détails sur le Sentier Lumineux. A mon arrivée à Cusco, on me les avait présenté comme ayant une idéologie similaire à celle des Khmers rouges. En tout cas tout le monde me disait (notamment des APRISTA qui ont bien changé...) qu'il ne faisait pas bon être de gauche à cette époque, puisqu'ils étaient pris entre le feu du Sentier et celui de l'armée (qui les assimilait à des gens du sentier). Le Pérou est vraiment un pays facinant.
    Cordialement

  20. 20
    archerducher dit:

    Ce qui a de sur à la lecture de cette carte postale de J-Luc est que les dirigeants de ces pays, ne sortent pas de l'ENA, sont confrontés à divers populations, démocrates, paysans, ouvriers mais aussi une grosse partie de narcotrafiquants, et à en croire J-Luc sont honnêtes car cela doit-être difficile de diriger un pays envahi par la culture de la cocaïne avec les corruptions qui vont avec.
    En tout cas J-Luc me parait être reçu comme un chef d'État et cela me convient.

  21. 21
    JaB dit:

    L’œil attentif et averti des lecteurs aura vu que... « c’est pas le Pérou » ! (je m’interroge d’ailleurs sur cette expression et de son sens). Mais aussi, entre les lignes de cette carte postale, l’œil attentif et averti aura également lu, vu, senti, touché, transcrit, decodé un tout autre message de JL qui me fait reprendre la plume ici, depuis bien longtemps.
    « ……ajouter quelque chose qui ne fait pas plaisir à entendre. Je veux parler du retard qui a été pris partout à gauche pour penser un modèle alternatif concret de production et d'échange... (..)Il faudra rompre aussi avec le modèle de consommation et d'échange. Il ne suffit pas d'en avoir conscience. Il faut se préparer effectivement avec des propositions concrètes et des modes opératoires. Sinon nous ne réglerons aucun des problèmes que rencontre aujourd'hui l'écosystème humain ni aucune des impasses existentielles que construit la société de frustration consumériste. Mais surtout si nous perpétuions les modes et les usages de la société de consommation néolibérale, nous reproduirons en même temps l'ensemble des valeurs et des comportements qui y sont attachés...
    Ha ! Nous y voilà ! Enfin ! Penser un modèle alternatif concret de production et d'échange. Un modèle basé sur les ressources écologiques serait bien. Et, pour porter ce nouveau paradigme, entre mes propre lignes, j’y glisserai un projet,par exempleun chantier, un dessein unifiant comme <« les nouvelles frontières de l’humanité » … No ? Par exemple.

  22. 22
    ARAMIS dit:

    Bien évidemment, le réel de terrain avant l'idéologie, le proche avant le lointain, l'essentiel avant le superflu, la racine avant la cime. Défendons donc bien nos barricades sociales avant d'en exporter les valeurs, pour mieux les partager réciproquement.

  23. 23
    Michèle dit:

    Cette carte postale est aussi belle qu'explicite dans ses photographies comme dans cette manière d'analyser ce en quoi la différence est source d'inspiration pourvu que l'honnêteté l'autorise. Dans ce temps de vacance, favorable au libre cours de la pensée créative, penser un modèle alternatif concret de production et d'échange qui remet en cause les fondamentaux du modèle de consommation dominant, implique de "prendre la mesure" à l'instar de Jussieu pour le morceau de méridien terrestre. La situation de dégradation sociale, ponctuée par la cynique perte de la note tripleA, nous invite à concrétiser notre radicalité à gauche dans nos actes et projets. Comme je travaille à notre projet associatif de centre de santé, alternatif au modèle marchand qui régit le centre mutualiste rescapé ainsi que l'hôpital, ces paroles me parlent et m'encouragent.
    Par ailleurs je prends note qu'un "parti médiatique" dominant existe de fait, qui collabore avec l'oligarchie et l'Empire.

  24. 24
    mad Madeleine dit:

    @Fabien 17
    Flora est l'auteur de "L'Union Ouvrière". Elle a sa tombe à Bordeaux cimetière de la Chartreuse.
    Lire "La révolte d'une paria" de Gerhard Leo (Editions Le Temps des Cerises)

  25. 25
    Invisible dit:

    Ah ! Jean-Luc, je vous aime en philosophe des lumières en voyage auprès des chefs d'états des pays lointains. Et quelle chance que vous soyez hispanophone quand c'est d'Amérique Latine que vient l'espoir ! Le destin.
    J'ai relu dans la profondeur du blog votre billet du 15 juillet 2009 sur Ollanta Humala, et votre constance et votre cohérence font mon admiration et ma joie.
    Merci de nous sortir de notre crasse intellectuelle quotidienne. Merci de nous emmener voir ailleurs au cœur de là où quelque chose se passe. Vos récits nous ramènent à la grande tradition écrite entre marquise de Sévigné et JJ Rousseau. N'auriez-vous pas déjà écrit deux tomes de la Pléïade, tout mis bout à bout ? Quel Œuvre !
    Vous êtes un des rares à entretenir l'utopie et ce n'est que par elle que l'Homme peut progresser. C'est l'utopie qui fait surmonter les peurs. Elle nous rend fiers.
    (J'en avais ras-le-bol des guéguerres franco-françaises, des batailles électorales, des prises de becs entre sympathisants, des merdouilles Le Pen. Cette expédition estivale tombe à point nommé. On va respirer.)

  26. 26
    Denis F dit:

    Afin de chagriner un peu les ravis de tous ordres, je ferais simplement remarqué aux lecteurs de ce blog que monsieur Ollanta Humala n'a rien d'un Président de "gauche" comme nous l'entendons en France, il n'est même pas au niveau de Bouffi Ier, c'est peu dire !
    Que ce Président décrit comme un réaliste, l'est tellement qu'il fait mieux qu'aux heures glorieuses du dictateur Fujimori, il fait donner la troupe contre son peuple pour défendre les intérêts d'une multinationale américaine minière.
    En réalité il est bien dommage que ce ne soit pas un homme de gauche véridique, car il eut nationaliser la seule richesse péruvienne, les mines d'or, 40% de la production mondiale ! Cela c'est de la réal politique, puisque l'on parle de politique est non de la beauté du pays et de son folklore, que je sache Jean-Luc Mélenchon n'est pas parti en voyage organisé "Fram".

  27. 27
    Jean-Baptiste dit:

    Selon un rapport de la CIDH, depuis 2011, année de l'arrivée d'Ollanta Humala au pouvoir, 24 manifestants ont été assassinés et 649 personnes ont été blessées par la police et l'armée, qui ont utilisé même des armes de guerre contre eux.
    C'est aussi ça le socialisme d'Humala! J-L Mélanchon produit ici un texte qui rappelle ces intellectuels français maoïstes qui voyageant en Chine dans des visites soigneusement encadrées faisaient l'éloge de la Révolution Culturelle. Peut être que Mélanchon aurait pu rencontrer les paysans de Celendin et Bambamarca qui luttent dans des conditions terribles depuis plus d'un an contre le projet minier Conga au lieu de passer tout son temps dans le Palais présidentiel et à chanter la Marseillaise. Étrange conception du socialisme en vérité!

  28. 28
    Denis F dit:

    @ Jean-Baptiste (27)
    Ne vous méprenez pas monsieur … Tout d'abord pour attaquer une personne encore faut-il orthographier correctement son nom, ensuite le moindre des respects et de lui garder son prénom pour l'interpeller. De plus vous présumez un emploi du temps que vous ne connaissez pas, que savez vous exactement pour accabler Jean-Luc Mélenchon d'un parti pris qui n'est en aucun cas traduit dans son texte, texte qui donne précisément la teneur de son analyse : " Pour bon nombre de nos amis, l’alliance privilégiée par Ollanta Humala est vécue comme un axe opposé à celui qu’ils défendent. Pourtant, lui présente sa participation à l'alliance pour le Pacifique avec le Chili et la Colombie comme une décision sans contenu idéologique. Pour lui, cet accord résulte des intérêts du Pérou « en tant qu'économie ouverte », selon sa façon de nommer les choses. D’après lui, les géants de la région comme l’Argentine ou le Brésil ne sont pas dépendants comme le Pérou de leur ouverture sur le reste du monde. Je lui ai demandé si c’était un problème que la vie au côté d’une superpuissance comme le Brésil. Il m’a répondu que c’était à eux, tous les autres, de trouver la façon positive de vivre avec cette situation." Ne trouvez vous pas qu'il y a une lucidité certaine dans cette analyse brève mais suffisante. La correction et la diplomatie faisant le reste nous ne nous éterniserons pas sur le Pérou, laissons aux péruviens l'arbitrage de leur avenir.

  29. 29
    Frederic dit:

    Cher Jean-Luc, j´ai lu une fois que les autochtones avaient recommandé aux colons espagnols de s´installer sur le futur site de Lima pour construire la ville, tout en sachant que le climat y était gris, monotone et humide toute l´année. Une belle blague qu´ils leur ont fait !
    Du reste, merci pour le récit de cette rencontre avec Humala, et vos reflexions qui en découlent. J´attends le billet sur l´Equateur avec impatience, ayant une grande estime pour le président Correa, et ayant moi-même vécu quelques mois dans ce pays. Je vis au Venezuela et j´espère que votre périple vous amènera ici à nouveau, car il se passe quelques changements actuellement, notamment dans la lutte contre la corruption et la violence. Ce serait un honneur de pouvoir se rencontrer.

  30. 30
    Shiva dit:

    Le courrier est instructif, mais les conclusions sont hâtives et non précises. Quoi différencie la France en sa tendance FdG/PG des autres pays énumérés ? Et quelles seront les conséquences et les solutions de telles situations ?

  31. 31
    Citoyen93 dit:

    La vérité se trouve bien quelque part entre une admiration inconditionnelle et cette sorte de Humala-bashing, non ? Moi je me demande comment se fait-il que l'Argentine ait attendu 5 longues années avant de nationaliser le pétrole ? Social-traitrise, asservissement yankee ? Non je donne plutôt crédit aux éléments de réponse de Jean-Luc Mélenchon sur la souveraineté technique. Et on pourrait aussi ajouter la souveraineté tout court, si l'on veut bien considérer ici la situation d'un président objet de tous les complots médiatiques possibles, un contrôle non assuré de l'état-major militaire sous l'influence de la droite et des états-unis depuis 30 ans. Considérez aussi que certains se sentent capables de compter d'ici 24 victimes de l'armée dans un pays où un quart du peuple est coupé de tout service public, et où l'on est pas capable, à 10 000 victimes près, de juger correctement des crimes des guérillas et des militaires. Pour finir le tableau, un président de gauche qui n'a même pas la majorité et doit donc gouverner avec la droite.
    A partir de là, je veux bien comparer avec Bouffi Ier et je me demande comment lui, président d'une France si riche, gouvernée à 100% par la gauche, sans militaires qui rôdent, n'a même pas réussi à augmenter le SMIC de 25% comme Humala? A relever 10% de son budget pour s'assurer qu'au minimum tout le monde puisse à la fin du mandat avoir l'eau, l'électricité, accès aux transports. Le minimum pour déjà instaurer l'Etat. Au Pérou, j'ai vu des sectes évangélistes installer l'eau et l'électricité dans des maisons contre denier et adhésion. J'imagine qu'ailleurs ce sont les narcotrafiquants qui occupent la place de l'Etat absent.
    Il ya peu en Bolivie, ce sont des "syndicalistes" qui attaquaient le palais présidentiel à coup d'explosifs pendant plusieurs jours, tu parles d'un mouvement social ! Partout, la droite complote, manipule, suscite la division et le désordre pour justifier son retour.

  32. 32
    jeannine dit:

    Quelques leçons de chose. Je veux revenir sur un point qui doit nous servir de leçon... On ne peut mettre un signe égal entre ce qu'ils disent, De Linke, Syrisa, Izquierda, le Bloco. Le moment venu, je crois bien qu'ils n'appliqueront pas la même politique s'ils gouvernent leurs pays respectifs...

    Bien sur, cela coule de source, chaque pays a sa spécificité et ne sont pas clonés, et c'est très heureux ainsi, alors ne jugeons pas "rapidos". Pour ma part, n'étant pas informée de toute les données nécessaires pour engager une appréciation sur l'ensemble des situations différentes en Amérique du Sud, je me contenterai avec joie de votre carnet ou cartes postales de voyage, car c'est un grand bonheur de lire ce que vous estimez être le plus près d'une véritable information. C'est très éclairant, Monsieur.

  33. 33
    Menjine dit:

    [...]
    C'est en plein le sujet politique de notre époque !

    [Edit webmestre : Oui mais c'est en plein hors-sujet du billet de ce blog. Si vous voulez communiquer sur tout et n'importe quoi, ouvrez votre propre blog, mais respectez les règles de celui-ci.]

  34. 34
    Flora dit:

    "En tout cas, je dois préciser qu’Ollanta Humala ne fait pas de l'activité minière l'horizon indépassable de l'économie péruvienne. "

    Pourtant plus de 20 personnes ont été tuées et plusieurs centaines ont été blessées lors d’affrontement entre les populations et une police mise au service des grandes compagnies minières (essentiellement nord-américaines). Aujourd'hui plus de 50% du territoire est concessioné à des compagnies minières et pétrolières et les dernières barrières concernant la protection environnementale et la protection du patrimoine archéologique ont été levées.

  35. 35
    gloop dit:

    Toutes les ONG et organisations humanitaires qui travaillent sur le Pérou dénoncent ce qui s'y passe, la répression policière, les arrangements facilitant l'expropriation au profit des industries minières, la corruption, l'enrichissement des oligarchies, le racisme envers les populations indigènes, l'abandon dans lequel se situe le système éducatif et sanitaire du pays et j'en passe. Faire l'éloge d'un tel système me parait bien étrange, voire surréaliste.

  36. 36
    Yann Largoen dit:

    C'est déjà pas facile de se construire une opinion sur les stratégies à développer pour rendre le pouvoir à son propre peuple dans son propre pays, alors les débats au sein du mouvement démocratique péruvien... Tout à fait d'accord pour dire qu'il est le mieux placé pour en décider. Mandela avait déjà été confronté à cette question de la sous-qualification des travailleurs héritée du régime d'apartheid et avait dégagé une voie originale pour faire progresser la souveraineté populaire en dépit des obstacles. D'autres ont essayé de faire autrement, il ont eu raison aussi. La révolution est un art du possible, il faut toujours en laisser à ses successeurs. Le plus important, dans les phases de prise de contrôle du pouvoir de l'Etat, c'est de préserver l'unité du peuple qui les ont rendues possibles en lui rendant immédiatement son dû et ses droits. Après, il y a toujours des divergeances, mais les bonnes solutions sont toujours celles qui fédèrent le peuple tout entier.

  37. 37
    tersa dit:

    La diversité des situations d'un pays à l'autre fait que nous n'avons pas de modèle de référence. C'est tant mieux, et ces échanges avec d'autres peuples qui se prennent en main, avec leur propre histoire. Pour faire l'adhésion à ce front commun, il nous faut des résultats urgents, concrets. Éradiquer la pauvreté qui fait vivre des gens dehors, sans toit. Ne plus avoir des salaires minables, inexistants, des loyers trop chers ou incertains, une mauvaise alimentation. Nous avons aussi nos Ni-Ni. Un pouvoir d'achat austéritaire nous tue ainsi que l'économie. Notre société n'est pas avancée pour tous ! Sur des réalisations concrètes les gens seront d'accord et se souderont pour leur vraie cause. Ce gouvernement doit nous écouter et lutter avec nous, contre les trafiquants Banquiers qui nous appauvrissent. Le droit des peuples est un droit naturel, qui doit s'opposer à l’oppression et au servage. Notre conscience et notre solidarité sont notre force. Merci pour cette 2ème carte postale vacancière très riche d'un autre regard.

  38. 38
    Toto34 dit:

    Vous parlez des 70 000 morts de la guerre civile péruvienne puis vous enchaînez sur le Sentier Lumineux et le Mouvement Révolutionnaire Tupac Amaru. On croirait presque que ces deux mouvements ont fait tous ces morts à eux seuls... Petite correction : la moitié fut victime de l'armée. Les populations rurales ont été les victimes collatérales d'une guerre ultra-violente alimentée des deux côtés. Je pense que se remettre dans le contexte politique de l'époque est nécessaire avant de condamner ces mouvements de guerilla en oubliant face à quoi ils se battaient. D'autre part, il me semble qu'il y a une grande différence entre le MRTA, qui s'attaquait surtout à des intérêts étrangers, et le Sentier Lumineux, qui a été beaucoup plus sanglant. Au passage, Abimael Guzman, le chef du SL, est-il toujours enterré-vivant dans sa prison spéciale à côté de l'aéroport de Lima ? Et la prison-camp-d'extermination de Challapalca (5200m d'altitude !), a-t-elle été fermée ? Je ne crois pas. Il a raison Ollanta, il faut regarder le réel.... Et attention, le Pérou, c'est violent.

  39. 39
    perrier dit:

    Merci monsieur Mélenchon, avec vos cartes je peux au moins voyager. Merci beaucoup.

  40. 40
    louis dit:

    Je vis au Pérou depuis 5 ans. Je vis au milieu des péruviens, comme un péruvien. Je suis fier de mon pays, la France pour son passé, sa culture. J'aime le Pérou pour son envie d'aller de l'avant. J'ai l'impression que dans 50 ans, si rien ne change, la France de demain sera le Pérou d'hier. Je regarde sur internet le parcours de Mr Mélenchon, il doit être surement du calibre de Mr Humala que j'ai rencontré. Il y a peu de politiques qui savent ouvrir les yeux sur les autres et parlent avec sincérité. Merci Mr Mélenchon d'être venu au Pérou.

  41. 41
    Denis F dit:

    Vouloir faire une révolution par les urnes comme en Amérique latine est une tromperie à l'endroit du peuple, l’oligarchie financière ne le permettra jamais.
    L'insurrection est elle aussi impossible, car les répressions policières amèneront le chaos et la guerre civile qui précédera la prise de pouvoir du fascisme. Que faire alors ?…
    Le seul moyen de s’opposer au capitalisme financier européen est de l'attaquer au cœur, la BCE étant ce cœur, comment ?
    En réalisant un coup de force au Parlement européen (ne pas attendre les élections), en prenant le contrôle de celui-ci et en déclarant la Commission et le Conseil européen forclos et révoqués, en nommant en son sein un Gouvernement européen provisoire ayant pour tâche de réaliser une Constitution européenne couvrant les nécessités régaliennes de l’Union des États et Nations indépendantes d’Europe, constitution devant être approuvée, article par article, auprès des peuples européens par référendum, dont notamment le contrôle total de la BCE lui retirant son indépendance pour la mettre au seul service du gouvernement européen et de ses mandants (les Peuples au travers de leur États et Nations), en abolissant tous les traités et accords depuis celui de Rome, celui-ci compris, et en créant une véritable fédération des Peuples et des États européens, chaque État ou Nation ayant retrouvé sa totale indépendance de gouvernement et sa capacité à se fédérer ou non à la nouvelle Union Européenne ainsi réalisée. Pour ce faire il faut que tous les partis radicaux humanistes d’Europe s’unissent dans un seul mouvement (GHUE) qu’ils soient secondés par un bras armé suffisament conséquent afin de se débarrasser des services de sécurité et d’assurrer leur protection physique. L'oligarchie financière européenne n’a aucune possibilité de réagir puisque n’ayant ni police, ni armée attachées aux institutions européennes.
    Renversons Von Rompuy, Barroso et sa clique, les peuples retrouveront ainsi leur liberté.

  42. 42
    luz11 dit:

    Fabien17
    J'ai lu depuis de nombreuses années et je garde près de moi le livre qui m'a toujours suivi dans mes pensées: "Les pérégrinations d'une paria " écrit par Flora Tristan, elle même, édition La découverte. Il vaut mieux s'adresser directement à elle.

  43. 43
    lilou 45 dit:

    @ Denis F (17h22)
    Entièrement d'accord avec vous. Si les peuples ne prennent pas le pouvoir par la force les élections ne le lui donneront pas. Voila 200 ans qu'on vote, jamais le peuple n'a été au pouvoir. L'oligarchie a verrouillé toutes les manières permettant au peuple d'y parvenir par une voie pacifique.

  44. 44
    tilk dit:

    Oui, mais non, la révolution est impossible semble t'il mais ce n'est pas Français, impot cible, c'est pourtant si simple qu'on veut le compliquer !

  45. 45
    Rodrigo dit:

    On peut comprendre que Ollanta Humala puisse tenir un discours séduisant, mêlant nationalisme indien et indépendance vis à vis des géants du continent. Ce militaire de carrière sait parler simplement de choses compliquées et c'est plutôt une qualité dans un monde politique dominé par la langue de bois. Mais le camarade Jean Luc ne peut ignorer que l'explosion minière qui permet au Pérou de brandir des chiffres de croissance à la chinoise ne va pas sans provoquer quelques heurts qui ont pris une telle ampleur depuis l'accession au pouvoir d'Humala que ses deux premiers gouvernements ont du jeter l'éponge. C'était d'ailleurs dans ses promesses de campagne que de rendre la terre et le sous-sol, la Pachamama à ceux qui la travaillent. La mine fait rentrer des devises à court terme et qui servent à financer le développement de Lima, mais à quel prix social et environnemental sur le long terme dans les régions d'extraction ? Combien de fleuves et de nappes phréatiques détournées, ravagées, polluées. Combien de paysans contraints de quitter leur région, leurs champs. Combien de biodiversité agricole, de faune et de flore détruites à jamais ! Combien de morts aussi dans les affrontements qui ont opposé l'armée aux paysans et aux habitants des régions le plus dans la ligne de mire des grandes compagnies minières internationales.
    La mine est une activité humaine nécessaire, indispensable même, à condition cependant qu'elle répondent aux besoins vitaux des humains - en premier lieu des locaux- et non pas seulement à cette soif absolue de consommation qui ravage la planète, en même temps que le coeur et le cerveau des hommes. Il y aurait encore beaucoup à raconter sur le Pérou, le Sentier, les vagues de guérillas. Humala n'est pas Evo. Loin s'en faut.

  46. 46
    Caouec dit:

    à Denis F, 19/07 17h22
    "Vouloir faire une révolution par les urnes comme en Amérique latine est une tromperie à l'endroit du peuple, l’oligarchie financière ne le permettra jamais."

    Malgré leurs oligarchies locales ou internationales et la très forte pression étatsunienne (et c'est peu dire) sur ces pays depuis des décennies, les peuples latino-américains ont réussi à s'en sortir par la voie des urnes. Et nous nous n'y arriverions pas?

  47. 47
    Denis F dit:

    @ Caouec (46)
    Oui eux s'en sont sortis, effectivement, mais par où sont-ils passé, dictatures à répétition, répression policière permanente ! etc… etc…
    Est-ce cela que vous nous souhaitez ? Car à n'en pas douter, notre futur est dores et déjà programmé si nous misons sur les urnes, auriez vous la naïveté de croire que nous allons faire un raz de marée aux prochaines élections ? Quelque soit les élections d'ailleurs !
    Je suis atterré par mes contemporains. Le vide sidéral qu'ils ont entre les oreilles et entre les jambes m'attriste au plus haut point, reconnaissons que le lavage de cerveaux qu'ils ont subis depuis plus de trente ans porte magistralement ses fruits, la propagande (publicité) consumériste les a rendu plus veaux encore qu'à l'époque du "Grand Charles", quelle misère !

  48. 48
    Gerald dit:

    La voie des urnes
    On peut rêver dans des pays ou l'essentiel des médias est au main d'une petite oligarchie, et en plus comme c'est le cas ici, quand un candidat promet un changement de politique à 180° et une fois élu poursuit strictement la politique de ces prédécesseurs. (Bon quelque part c'est la même chose en France, c'est vrai). On peu comprendre le découragement du peuple péruvien, comme de tous les peuple d'ailleurs, face aux trahisons et aux promesses non tenues.
    C'est pour cela que le "fraternal abrazo" avec Ollanta Humala ne passe pas.

  49. 49
    Poncet dit:

    A propos de l'appréciation de ce qui est une politique (ou un dirigeant) "de gauche" ou "de droite", on ne peut pas la porter indépendemment du contexte historique et de la trajectoire qu'il implique. Lorsque les règles du marché ont corrompu toute une société, nul dirigeant, nulle assemblée (pas même constituante) ne saurait abolir d'un décret cet état de fait. Je ne connais pas le cas particulier du Pérou, mais en la matière l'Amérique du Sud en général revient de loin. N'oubliez pas que le Chili, l'Argentine et le Brésil (au moins) ont servi d'expérimentation grandeur nature à la thèse de Milton Friedman. De ce que je lis ici où là, il me semble que beaucoup de pays de ce continent ont subi la même influence, et sans doute avec la même violence bien que ce ne fut pas toujours (comme nous l'apprend Jean-Luc) avec la même publicité.
    Comment juger un dirigeant politique "ultra libéral" parce qu'il n'a pas fait accomplir à son pays la moitié du chemin qui reste à parcourir pour retrouver des normes sociales comparables aux notres ? Et comment ignorer que nos dirigeants "de gauche" (ou "de droite complexée") nous font suivre le chemin inverse ?
    "Seule compte la démarche. Car c'est elle qui dure et non le but, qui n'est qu'illusion du voyageur quand il marche de crête en crête comme si le but atteint avait un sens." (je cite de mémoire, qu'on me pardonne les approximations).

  50. 50
    Cécile 63 dit:

    Tout à fait d'accord avec Yann Largoen (36). Même si pour nous il est toujours intéressant (voire passionnant) d'aller voir les situations politiques en Amérique du Sud, il me semble que les éléments les plus significatifs là-bas tiennent à l'implication des peuples et à l'apport de solutions concrètes à leur problèmes, en partant de la prise en compte de réalités nationales diverses. Une fois qu'on a dit ça, il me semble qu'on en a tiré le principal enseignement pour une action politique efficace en France et en Europe et que la lucidité sur nos moyens humains et financiers face à la tâche à accomplir et sur l'analyse de l'impact réel de notre discours auprès de nos concitoyens devrait conduire le Parti de Gauche à faire attention à ne pas trop s'"éparpiller" géographiquement (et intellectuellement?) chez nos camarades sud-américains. Des liens politiques et humains précieux ont été créés grâce au travail incroyable de Jean-Luc Mélenchon, Céline et Eduardo Meneses, Raquel Garrido, entre plein d'autres. C'est un acquis précieux en matière d'internationalisme. Mais j'aurais tendance à penser que cet acquis doit maintenant être entretenu "à peu de frais", notamment en matière de voyages financés par le parti, et que le meilleur moyen de s'inspirer du boulot de nos homologues latino-américains est de faire chez nous ce que certains ont si bien su faire chez eux, à savoir redonner envie au peuple de faire de la politique. Ici, dans le contexte de désespoir, de résignation et de dépolitisation, c'est notre action politique exemplaire, radicale, concrète (et joyeuse!) qui peut déclencher une prise de conscience chez les citoyens. Et pas l'inverse. Comme le rappelle Denis F., nous n'avons pas vécu ce qu'ont subi nos camarades sudaméricains en terme de dictature et de néolibéralisme sauvage et je ne crois pas qu'on puisse nous le souhaiter...

Pages : [1] 2 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive