25fév 14

De Nantes à Florange, le temps des dégoûts

Ce billet a été lu 62 891 fois.

Ce matin-là, en roulant vers France Info à l‘arrière de la moto taxi, j’ai vu le jour à peine levé colorer, en rasant l’horizon, les monuments de la place de la Concorde et le fond du paysage. Le pyramidion de l’obélisque, le toit des Invalides et les chevaux du pont Alexandre III avaient pris la couleur de l’or rouge. La beauté des choses dilua l’amertume des mauvaises nouvelles du matin. Elles venaient de l’Amérique latine. Nous venions de perdre Quito aux élections municipales en Equateur et quelques autres villes d’importance. Du Venezuela aussi m’était arrivé un flot d’informations très contrariantes sur le déroulement de l’offensive putschiste de la droite contre le gouvernement. L’écœurante agressivité des médias, leurs méprisables truquages montrant des scènes de rue filmée en Syrie ou ailleurs pour les imputer au Venezuela, tout cela me faisait mesurer le niveau de l’adversité que nous affrontons. On venait de vivre en France le lamentable numéro des provocations dans les rues de Nantes. C’est assez pour savoir comment un système d’information docile peut détourner un débat de la question d’un grand projet inutile vers une injonction à tous de condamner ses opposants criminalisés. Notre camarade Françoise Verchère, conseillère générale du canton où Ayrault veut construire son aéroport, pointe les bizarreries de la situation qui font penser à une manipulation de la violence dans les rues de Nantes. Mais, lundi, l’occasion d’être écœuré avait déjà changé d’accroche avec l’adoption de la loi Florange, pauvre reste sans consistance du candidat Hollande.

Fort heureusement, madame Le Pen est allée au salon de l’agriculture. Elle y a dénoncé le grand marché transatlantique. Les médias habituels ont aussitôt relayé sa précieuse parole. Les mêmes n’avaient pas consacré une ligne aux motions que nous avons déposées et faites adopter aux conseils régionaux d’Île-de-France et de PACA. Les mêmes, bien sûr, n’ont pas poussé la curiosité jusqu’à se demander ce qu’a voté le FN. Les mêmes viendront ensuite nous lancer finement : « vous dites comme madame Le Pen : vous dénoncez le grand marché transatlantique ». « Le Monde » devrait donc bientôt s’intéresser à une question dont il obère l’existence depuis dix ans. Il faut comprendre : en difficulté financière et en panne de lectorat, « Le Monde » essaie de regagner des parts de marché à droite en consacrant de nombreux publi-reportages sur madame Le Pen. Encore une belle page ce mardi ! Pour ma part, je reviens sur la question car nous venons d’entrer dans une nouvelle phase de notre campagne contre ce nouveau traité.

Mais c’est aussi l’international, mon sujet, ce jour encore. Je n’évoque pas cette fois ci l’Amérique du sud mais l’Ukraine et la Tunisie où se joue, d’une façon ou d’une autre, le sort de nos sociétés !

La loi Florange est aussi froide que les hauts fourneaux abandonnés.

L'Assemblée a adopté la proposition de loi PS dite "loi Florange". Je crois utile de revenir sur ce sujet très instructif. En effet d’aucuns pleurnichent que ce serait «mieux que rien ». Une fois de plus est mise en cause notre « opposition systématique ». Elle nous conduirait à sous-estimer les « petits pas » qu’un de tel texte comporterait ! Mauvaise plaisanterie ! L’intitulé emphatique du texte gouvernemental souligne Manifestation contre la privatisation du railbien l’ampleur de la fumisterie dont il est question ! En effet, il s’agirait ni plus ni moins que d’une "loi pour reconquérir l'économie réelle". Pauvre vestige verbeux du temps où Hollande prétendait faire la « guerre à la finance » et parodiait mes discours sur la nécessité de « définanciariser l’économie ». En réalité, c’est une « loi prétexte », un simple affichage. Faute de pouvoir l’amender, le groupe Front de Gauche au Sénat avait déjà fait rejeter le texte en s’abstenant à chacune des deux lectures. Peine perdue : le gouvernement est resté fidèle à sa méthode du passage en force.

Il est vrai que c’est au Sénat que s’est joué la volteface solférinienne sur ce sujet. Au Sénat notre groupe avait déposé une proposition de loi contre les licenciements boursiers. Les socialistes dans l’opposition l’avaient votée. Puis, de retour de Florange, touchés par la grâce, Hollande et Ayrault avaient pris la pose. Ils avaient déposé à l’Assemblée nationale une proposition de loi bien avancée. C’était le 28 février 2012. Hollande en était le premier signataire, Ayrault le second. Mais tout était bidon ! Ce texte ne sera jamais discuté. En effet c’est un tout autre document qui est arrivé à l’ordre du jour des assemblées. Il a été déposé le 15 mai 2013. Son seul dépôt est déjà un enfumage. Car, à l’époque, le PS, dorénavant, gouverne. Et, pas de chance pour lui, il se trouve mis au pied du mur par le Front de Gauche. En effet le 16 mai arrivait en débat à l’Assemblée notre texte déjà adopté par les sénateurs socialistes. « Comment se sortir de là ? », se sont demandé les hiérarques menteurs. Un d’entre eux, plus cynique que les autres, trouve la parade : déposer un nouveau texte. De cette façon, les solfériniens se sont donné le moyen d’exiger des députés de la majorité gouvernementale qu’ils ne confirment pas le vote de leurs camarades du Sénat. Il suffisait de leur promettre un « riche débat » sur la nouvelle proposition. Bien sûr, personne n’était dupe. Mais tous ont pu faire semblant. La gauche du PS a tout avalé comme d’habitude et avec le même cynisme que lors du renvoi en commission de la loi sur l’amnistie sociale. Après avoir passé cet obstacle, il ne restait plus qu’à finir de diluer le projet dans l’eau tiède.

Hollande promettait « l'obligation » pour un industriel de céder un site rentable qu'il souhaite fermer si un repreneur se manifeste. Montebourg avait ensuite évoqué une loi qui serait "parfaitement applicable aux deux hauts-fourneaux du site de Florange" et parlait de "procéder à la transmission forcée [du site] par la voie de justice". Tout cela, c’est fini. La loi qui vient d’être votée ne prévoit pas « d'obliger » à céder un site rentable. Elle prévoit seulement : l'obligation de « rechercher » un repreneur pendant 3 mois et de transmettre les éventuelles offres de reprise au Comité d’Entreprise. Si le CE estime les recherches insuffisantes, il peut saisir le Tribunal de commerce. La belle affaire ! La peine maximale est à disposition du tribunal de Commerce. Mais est-ce là un vrai organe de justice ? En toute hypothèse, c’est une condamnation bien vénielle. Le tribunal peut condamner le propriétaire du site à une pénalité de 20 SMIC par emploi supprimé (28 000 euros). Mais, dans le débat parlementaire, les zélés ont pu encore restreindre la peine. Le total des pénalités a été plafonné à 2% du chiffre d'affaires. Où sont passés les zélés socialistes qui affirment « c’est de l’intérieur qu’on est le plus utile et efficace » ? Puisqu’il n'y a aucune obligation de Manifestation contre la privatisation du railcéder un site rentable, il suffira de payer pour contourner l’esprit de la loi. Comme la loi ne s’applique qu’aux groupes de plus de 1 000 salariés, on peut dire sans exagérer que cette loi vient d’instaurer une nouvelle taxe sur les licenciements, un point c’est tout.

Le meilleur réquisitoire prononcé contre ce texte prétendument « anti fermeture de site » a été prononcé par Edouard Martin. Il était alors responsable CFDT de Florange. Le nouveau texte venait d’être déposé. « Elle a été pas mal vidée de sa substance », avait-t-il déclaré. Or, depuis lors, elle a encore été édulcorée. Qu’en dit-il ? A l’époque il était plus bavard : « C’est bien de voter une loi, mais servira-t-elle à quelque chose ? Je ne sais même pas si elle conserve encore un peu de l’esprit de l’origine. (…) On ne parle même plus de sites rentables ni d’obligation de céder au repreneur. Je sais que des pénalités financières sont prévues mais, compte tenu de la puissance des groupes en question, ils s’adapteront et provisionneront l’argent nécessaire. Exemple : avant même la fermeture de Gandrange, Mittal avait provisionné les 35 M€ dont il avait besoin pour le plan social. Ces sommes-là, 20 fois le Smic, ne les feront pas reculer. » Nous faisons la même analyse. Et j’ose dire que nous en tirons les mêmes conclusions que celles d’Edouard Martin lui-même à l’époque : « Si c’est seulement la traduction de ce qu’est Hollande, je me dis que la démocratie permet d’en changer aux prochaines élections. » Ces fortes paroles ont été prononcées par Edouard Martin, le 18 septembre 2013. Depuis, il est devenu la tête de liste du PS dans la circonscription européenne du grand est. Il prétend aller défendre au Parlement européen des idées que son parti abandonne au même instant au niveau national ! Il ferait mieux de suivre son propre conseil électoral. Mais ira-t-il jusqu’à voter contre lui-même ?

17 millions de Français hors GMT

On se souvient que Hollande l’Américain a co-signé un texte avec Obama où il appelle à une prompte adoption du nouveau traité instituant un marché unique avec les Etats Unis d’Amérique. On se souvient que sa hâte est motivée par la crainte d’une « diffusion des peurs » et des « résistances » que sa majesté républicaine juge inacceptable. Pour nous, c’est évidemment tout le contraire. Nous sommes en campagne pour faire s’accroitre le rejet de ce terrible projet. Et cela depuis le premier jour. Et tout au long de la longue séquence très discrète et enfumée de ce processus. En 2009, seul dans toute la campagne européenne, leManifestation contre la privatisation du rail Parti de Gauche avait édité une brochure d’information récapitulative. Plus de six cent journalistes en reçurent un exemplaire, comme 100 000 Français. Nous ne sommes pas parvenus à percer le mur a peu près total de l’indifférence médiatique. Nous avons donc entrepris d’ouvrir la brèche en partant d’un autre point du tableau. C’est ce qui a été entrepris en région Île-de-France. Et après la région Île-de-France la semaine dernière, le Conseil régional PACA à son tour vient d’adopter une motion exigeant l’arrêt des négociations du grand marché transatlantique (GMT). Ainsi, les deux plus grandes régions françaises, soit 17 millions d’habitants au total, se sont désormais déclarées zone hors GMT. La campagne lancée par les élus du Parti de Gauche passe d’une assemblée à l’autre. Elle donne lieu à d’intéressantes convergences et de non moins révélatrices opposition. Convergences ? Sur proposition du groupe PG-Alternatifs en Île-de-France  et du groupe FDG en PACA, à chaque fois on a retrouvé côte à côte les partis du Front de gauche, les groupes EELV et, dans le sud, beaucoup de socialistes pour voter ensemble. Rappelons qu’il s’agit d’un vote contre un projet pourtant défendu par le chef de l’Etat. A l’inverse, en votant contre cette motion en PACA, le FN a montré sa duplicité : pour la souveraineté populaire et contre le libéralisme sur les plateaux, à l’heure des votes, il est atlantiste et défenseur du « système mondialisé » !

L’objectif à poursuivre est évidemment d’élargir sans cesse le nombre des assemblées locales qui se déclarent « hors GMT ». Il faut ainsi construire une légitimité démocratique qui isole le président de la République et mette en cause son droit à refuser la saisine du peuple : lorsque les élus de la République sont appelés à s’exprimer sur cette négociation anti-démocratique, ils votent contre.

Ces votes dans les assemblées locales sont la preuve que la mobilisation citoyenne peut arriver à percer le mur du silence médiatico-politique sur la question en le contournant. Ce genre d’initiative est donc un vecteur de prise de conscience tout à fait fondamental. Bien sûr, ces votes ne remplacent pas l’action moléculaire sur le terrain. Nous nous y appliquons. A lui tout seul, notre camarade Raoul Manifestation contre la privatisation du railMarc Jennar aura tenu plus de trente-sept réunions d’information sur le sujet dans tout le pays. Ce travail méthodique va trouver une occasion exceptionnelle de se développer avec les élections européennes. Voyez le dispositif qui se met en place. Le Front de Gauche est hostile au projet, le NPA et les autres groupes trotskistes aussi. EELV a changé de pied sur ce sujet : lui-aussi a pris courageusement position contre le projet. Partout, ses élus votent avec les nôtres pour instituer des zones hors grand marché. On peut penser qu’EELV en fera un axe de sa propre campagne électorale européenne. Tout comme nous. Nous allons donc prendre en tenaille les solfériniens avec l’aide de tous ceux-là. Ainsi va naître un nouveau « non » de gauche au nouveau traité. A la sortie des urnes, le total des opposants de gauche sera plusieurs fois supérieur à celui des votes socialistes en faveur du marché unique Europe-USA. Le président Hollande y perdra sans doute le peu de légitimité qui lui reste, et cela avec l’aide d’une partie de sa majorité parlementaire et gouvernementale. Le front que nous sommes parvenus à faire émerger contre l’aéroport Notre-Dame-des-Landes et le Premier ministre, nous pouvons le constituer sur ce sujet crucial face au président de la République. La consigne est donc lancée : il faut faire de l’élection européenne un référendum contre le projet. Il faut aussi tout faire pour agir conjointement avec EELV sur le sujet, sans frilosité ni préalable d’appareil. Unir sur des contenus, il n’y a pas de meilleures préparation de masse à la construction d’une nouvelle majorité de gauche.

L’Ukraine, nouvelle frontière américaine

Ukraine. Cette fois ci c’est un putsch ! Et une nouvelle fois, la propagande tourne à plein régime et c’est bien normal. L’enjeu géopolitique est énorme. L’offensive contre la Russie que mènent les Nord-américains, Manifestation contre la privatisation du railen compétition avec les allemands, bat son plein. Comme d’habitude dorénavant, la France n’a pas de politique indépendante, sauf d’ineptes gesticulations « pour la paix et le dialogue » opportunément dosées pour servir toujours le même camp : celui choisi par les Allemands ou les Nord-américains. Il faut se demander si Fabius n’est pas parti si vite de Kiev parce qu’il s’attendait au putsch. Car le fait est que ses bonnes paroles et celle de son collègue allemand peuvent être considérées comme des appoints de la préparation du putsch. Soi-disant venu pour trouver « une conciliation », les deux enfumeurs ont surtout réussi à faire admettre que le pouvoir n’était pas légitime et devait passer devant les urnes. Le lendemain, le coup d’Etat avait donc l’air d’une formalité, d’une anticipation. Le « Journal du Dimanche » pousse l’audace jusqu’à titrer et illustrer sa une avec la corrompue Ioulia Timochenko, icône de la presse occidentale, affairiste pourrie jusqu’à la moelle. La voici dorénavant auréolée d’un « Ioulia, la voix de la liberté ». C’est incroyable ! Un peu comme si les Balkany étaient à l’Elysée après une nuit d’émeute de l’extrême droite. L’ampleur d'une telle manipulation souligne la force des enjeux.

La violence atlantiste de la diplomatie de Hollande, alignée sur la droite des Etats-Unis, a déjà été démontrée en Syrie. On se souvient des appels à la guerre sainte pour la démocratie, lancée par Hollande et Fabius. Les djihadistes ont répondus à l’appel ; mais ce n’est pas ce qui était prévu… Mais on se souvient aussi que, malgré toutes les mises en garde, Fabius et Hollande avaient déjà volontairement occulté la nature violemment islamiste de l’opposition armée syrienne. Il est vrai que celle-ci disposait d’un sauf-conduit bien apprécié par le gouvernement actuel comme par le précédent : son financement par le Qatar et l’Arabie saoudite. Ces deux pays, il est vrai, étaient déjà des clients par ailleurs déjà concernés de près par le déclenchement de la guerre en Lybie ! Comment oublier que le PS en Tunisie participe à un gouvernement avec les islamistes ? L’atlantisme a des voies décidément très dangereuses. Manifestation contre la privatisation du railOù est l’intérêt de notre pays dans cette attitude ? De qui notre diplomatie est-elle devenue le bras armé ?

Avec ce cas Ukrainien, nous voici revenus au sommet de la vague des manipulations des opinions. Ici, il s’agit de valider un coup de force dont l’unique contenu est l’hostilité à la Russie. En France, comme d’habitude, pour connaître en direct le sens du vent d’ouest, observez les voiles du vaisseau amiral de la presse sous influence nord-américaine : « Le Monde ». Celui-ci ressort le grand jeu ! Il n’en finit plus de mettre en scène le Disneyland du bien et du mal qui lui tient lieu de récit géopolitique. Entendons-nous bien : la mise en cause du gouvernement Ianoukovitch est fondée. La corruption, le surplace économique et tout le saint frusquin des « démocraties » issues de la fin du « camp socialiste » à l’est sont insupportables. Mais ce n’est pas une raison pour encenser l’opposition, mentir sur son identité, amnistier des criminels et des délinquants, tout cela pour participer à une manœuvre contre la Russie contraire aux intérêts de la France. Le même scénario s’était observé quand on avait vu les mêmes belles consciences encenser le gouvernement totalitaire géorgien parce qu’il venait d’attaquer les enclaves russophones de son pays. C’était pourtant le jour même de l’ouverture des jeux.

Cette vidéo a été consultée 6 307 fois

En Ukraine, la kleptocratie était tout autant au pouvoir sous l'équipe libérale "pro-Europe" au pouvoir auparavant. Loulia Timochenko, soi-disant voix de la liberté, était en prison pour des détournements de fonds exactement comme son mari l'était aux Etats-Unis pour fraude fiscale. On verra très bientôt qu’il ne suffit pas que les Mickeys des médias inventent une figure tutélaire pour que les rudes barbares qui agissent en veuillent et pour que les princes charmants soient d’accord. Les combattants prétendument « indépendantistes », « pro-Europe », c’est-à-dire le gros de ceux qui ont affronté réellement la police de Kiev en première ligne et ratonnent dans les rues de Lviv à Kiev sont politiquement très clairement identifiables. Les prétendus partis de la « liberté » et de « l’Europe » sont des partis qui s’affichaient encore il y a peu comme des partis de la plus extrême droite. Tel ce « Svoboda », ex-Parti National-Socialiste d'Ukraine ! Leurs partisans se sont déchaînés. On a vu le retour des pogroms antisémites comme dernièrement à la sortie d'une synagogue du quartier de Kiev de Podil. Mais les attaques contre les musulmans ne se comptent plus non plus ! C’est dans cette ambiance que fut révélée le contenu de la conversation où l’on entendit la secrétaire d’Etat nord-américaine faire son commentaire sur l’action des allemands et parler comme si elle s’apprêtait à désigner les membres du prochain gouvernement ukrainien !

Mais ceux qui, en Europe et aux Etats Unis valident les putschs et les insurrections, nous préparent des lendemains furieux d’un bout à l’autre du continent. La Russie ne va pas se laisser faire. C’est bien normal. Le peuple Ukrainien non plus. Sa fraction saine, débarrassé de la tutelle des corrompus qui s’étaient imposés comme leur porte-parole et leur gouvernement, va reprendre l’initiative. On peut donc compter sur une mise en cause populaire de l’extrême droite putschiste qui ce soir tient le haut du pavé aux acclamations de « l’Occident ». Le danger vient de la violence que tout cela peut déclencher et du risque de partition du pays que l’offensive « occidentale » peut provoquer. Sans oublier les traditionnels effets de dominos.

Tunisie : c'est le moment d'aider !

Vendredi j'ai eu la joie d'accueillir au siège du Parti de Gauche notre camarade le député tunisien Mongi Rahoui. J'ai déjà parlé de lui sur ce blog après notre rencontre à Paris avec le leader du Front populaire Hamma Hammami en janvier. J'avais déjà rencontré Mongi deux fois. A Tunis, en septembre, où il dormait avec un gilet pare-balle sur la place du Bardo occupée. Et en novembre, quand j'ai accueilli au Parlement européen une délégation de l'opposition tunisienne. Figure parlementaire du Front Populaire, Mongi a joué un rôle de premier plan dans la résistance des députés d'opposition après l'assassinat de Mohamed Brahmi. C'est cette résistance obstinée d'élus militants qui, combinée à de puissants mouvements populaires, a permis de sortir la rédaction de la constitution tunisienne de l'ornière islamiste où elle s'enfonçait. J'ai déjà raconté ici que c'est à Mongi que nous devons l'avancée décisive opérée par la constitution tunisienne en matière de liberté de conscience et d'interdiction des appels à la violence au nom de la religion. Mongi a dédicacé au Parti de Gauche un exemplaire en français de la nouvelle constitution tunisienne. Il est à la fois fier d'avoir contribué à empêcher la confiscation religieuse de la constitution et en même temps lucide sur les difficultés d'interprétation du texte de compromis adopté. A peine la constitution adoptée en Tunisie, Mongi a entamé une tournée en France. Partout, les camarades du Parti de Gauche se sont mobilisés pour Manifestation contre la privatisation du railcontribuer au succès de ses passages : une réunion de 200 personnes dans le local de campagne de notre camarade Marie Batoux à Marseille, une réunion avec notre camarade Elisa Martin à Grenoble et une participation active du PG à la réunion de Mongi à Paris.

Comme celle d'Hamma Hammami en janvier, cette visite d'ampleur en France traduit un double objectif. D'abord, cultiver l'ancrage méditerranéen et francophone de la Tunisie là où les islamistes voudraient la tirer vers le Golfe persique qui les finance. Ensuite, impulser la structuration militante du Front populaire en France où résident 625 000 Tunisiens. Cette population est un grand enjeu politique pour les prochaines élections qui se tiendront d'ici la fin de l'année 2014. Les Tunisiens de France, qui sont aussi souvent des binationaux Français, représentent 400 000 électeurs inscrits dans 144 bureaux de vote. Ils élisent 10 députés. Mais seulement 30 % d'entre eux se sont déplacés pour les élections de 2011, contre plus de 50 % en Tunisie. Et les islamistes y ont dépassé les 30 %, avec un pic à 44 % en Seine-Saint-Denis. Si la percée des islamistes doit être respectée comme expression de la libre volonté des électeurs, il n’y a pourtant aucune raison de s’y résigner. Car cette percée des islamistes s'explique très largement par l'absence d'organisations et de moyens des partis laïques lors de la dernière élection. Et aussi par leur inexpérience totale à la sortie de la clandestinité dans ce domaine si particulier des campagnes électorales et de l’agitation publique. Pendant ce temps, les islamistes s'appuyaient sur les réseaux des mosquées, l'argent du Qatar et l’expérience du quadrillage social des Frères musulmans. Pouvons-nous cette fois-ci faire la différence ? C’est possible. Nous avons pour nous, dorénavant, la bonne identification du Front populaire, ses réunions régulières, notamment en Île-de-France, et sa structuration militante. Cela devrait changer la donne. J’appelle tous ceux qui me lisent à faire ce qui est en leur pouvoir pour aider matériellement nos amis à organiser et tenir leurs réunions, faciliter leur déplacements, assister bénévolement leurs efforts.

D'ores et déjà, nous avons la joie d'accueillir dans nos campagnes municipales et européennes des militants de plusieurs partis du Front populaire. A Paris, Paul Vannier et Ramzi Kebaili travaillent à préparer un évènement départemental commun du Front Populaire et du Front de Gauche. Nos militants feront de même à leur tour dans les campagnes tunisiennes de l'automne, comme ils l'ont fait lors de précédentes missions d'études et de solidarité. La dernière, effectuée pendant les vacances de fin d'année, a conduit mon directeur de cabinet et un groupe de jeunes camarades de notre parti à partir à la rencontre Manifestation contre la privatisation du raildes militants de la Tunisie révolutionnaire de l'intérieur. Notamment à Sidi-Bouzid, Siliana et dans le bassin minier de Gafsa.

Aucun autre parti n'avait jamais fait cela avant nous. A partir de ces échanges et du travail de notre commission Maghreb-Machrek sous la houlette d'Alain Billon, nous développons une coopération pérenne dans le domaine clef de la formation militante. Si je donne ce luxe de détails, c’est que je veux faire sentir qu’il s’agit d’une bataille concrète à laquelle nous pouvons pleinement participer. Bien sûr, il faut le faire à notre place, sans vouloir se substituer. Nous avons pour tâche d’être les petites mains de nos camarades. Nous devons les soulager de toutes les façons possibles du poids de la gestion matérielle ordinaire de leurs activités politiques. N’oublions pas non plus qu’en travaillant à la défaite démocratique de l’extrême droite en Tunisie, nous travaillons aussi à la libération de notre propre société, qu’elle travaille aussi sous le masque du communautarisme religieux. Lequel conforte à son tour les prétentions communautaristes de l’extrême droite ethniciste « française ». Dans la bataille politique que mène le Front populaire pour exister comme alternative politique, nous croisons les enfumeurs habituels. C’est-à-dire le parti solférinien qui soutient la coalition gouvernementale avec les islamistes. François Hollande ne vient-il pas de remercier le parti islamiste pour sa participation à la rédaction de la Constitution ? Bref : il s’agit de faire vivre concrètement notre solidarité humaine et civique au moment où elle est nécessaire. Il s’agit de faire vivre concrètement la société commune que nous formons avec les Tunisiens, et plus largement les Maghrébins, par-dessus la Méditerranée.


219 commentaires à “De Nantes à Florange, le temps des dégoûts”

Pages : [1] 2 3 4 5 »

  1. 1
    Le webmestre dit:

    Suite à un dysfonctionnement lié à une mise à jour, les commentaires ont été neutralisés pendant 36h. C'est désormais réparé.

  2. 2
    archerducher dit:

    Si avec tout ça on n'a pas compris, qu'est-ce qu'il va nous rester... Merci J- Luc de te battre becs et ongles, le PG est la seule voie à suivre !

  3. 3
    Guillaume dit:

    Salut à toi Jean-Luc, bravo pour ce billet ultra instructif. A la fin de la lecture, ta vision des évènements mondiaux, de la scène politique française et de l'action concrète du PG est parfaitement claire et limpide. Merci encore pour ces idées et ces arguments bien exposés, le flot d'infos qui arrivent de partout est tout de suite bien plus compréhensible quand il est organisé et pensé intelligemment.

  4. 4
    Hélène Lacheret dit:

    Nyons, 7500 habitants, Drôme provençale. Une assemblée citoyenne à l'initiative du parti de gauche a réuni 43 personnes le jeudi 20 février sur le thème du Grand Marché Transatlantique. Les personnes présentes étaient médusées par l'ampleur des conséquences que la signature d'un tel accord aurait sur nos vies, dans tous les domaines.
    Nous avons pris la décision de continuer l'information par des initiatives de rue : tendre des cordelettes sur les places, sur lesquelles seraient affichées les principales conséquences prévisibles pour alerter les citoyens. La stratégie de Dracula avait fonctionné pour stopper l'AMI, elle pourrait aussi empêcher le GMT.

  5. 5
    fadila dit:

    Le vrai-faux de l'info d'Europe 1 : Jean-Luc Mélenchon affirme qu'il y a dans l'opposition ukrainienne "des nazis". C'est vrai !

  6. 6
    martin dit:

    On entend parfois déplorer l’absence de politique étrangère de l’Union européenne. C’est pourtant la 2e plus brutale de la planète, il est vrai au service de la première (les USA). De la Libye à l’Ukraine, du Mali à la Syrie, de l’Iran à la Centrafrique sans oublier le récent déplacement au grand complet du gouvernement allemand à Jérusalem, pour un Conseil des Ministres commun israélo-allemand (mesure immédiate : les consulats d’Allemagne vont prendre soin des intérêts israéliens dans les pays où il n’y a pas de représentation israélienne – voilà un soutien de poids pour l’extrême-droite israélienne au pouvoir).
    L’UE a aussi mis au point des systèmes d’écrasement des peuples (genre la troïka FMI-BCE-Commission qui a étranglé la Grèce) utilisables dans l’Union et en dehors.
    Il faut noter d’ailleurs que l’Union européenne n’est pas un organisme unique, plutôt un sac fermé rempli de bestiasses qui se battent entre elles, et elle a développé un style particulier sur la scène internationale. Ultra-libéralisme, discours bien-pensant pseudo-humaniste, carapace de bureaucratie incompréhensible, et mépris des bonnes manières (les vraies, celles du respect desautres).

  7. 7
    reneegate dit:

    Autant ta sincérité et ton engagement sont vecteurs de nombreuses prises de conscience / responsabilité autant des personnages comme Martin font des dégâts. J'ai de la peine à imaginer le dépit de ses (anciens?) camarades. J'ai été beaucoup moins magnanime que toi lorsque j'ai appris cette désertion (la rage vraiment).
    De plus ce torpillage systématique des lois censées contraindre les industriels et financiers leurs donnent de nouvelles voies pour les contourner en "optimisation". Car même la loi originale était ambiguë, il est facile de rendre une entreprise déficitaire avant de la fermer. Martin pourra ensuite se vendre une nouvelle fois (quand on commence...) comme conseil en optimisation de mise en sommeil d'activités.
    Je comprends que tu sois parfois si "gentil" laisse nous donc faire le boulot. Car l'attitude de Fabius est à rougir pour tout républicain français. Et cette politique étrangère dépravée nous a permis d'évaluer très tôt les motivations inavouables de ce gouvernement, mais aussi sa dangerosité.
    Enfin quelle que soient vos divergences politiques avec les Bolivariens, n'oubliez pas ce qui nous unis profondément avec eux : l'humain d'abord.

  8. 8
    Michel Matain dit:

    Pour n'importe quelle transmission normale d'une PME (de 10 à 1000 salariés) dans le cadre d'un départ à la retraite du dirigeant, il y a au moins un an de négociation. Comment peut-on imaginer qu'en trois mois, un repreneur soit trouvé dans une situation d'urgence ? Comment en 3 mois les salariés auront-ils le temps de monter un projet de reprise en coopérative ? C'est strictement impossible. De plus la loi demande juste de justifier qu'en trois mois des démarches ont été entreprises pour trouver un repreneur. Il n'y a aucune obligation de résultat. Il sera donc très facile de prouver que l'on a cherché sans trouver : il suffira de mandater un cabinet spécialisé dans les transmissions d'entreprise. Aucune amende ne sera payée.

  9. 9
    seniorenforme dit:

    Tout fout le camp ! La gauche, les valeurs, le monde et pendant ce temps le gouvernement fait comme si de rien n'était ! Jean-Luc Mélenchon dit toujours "mes propositions cela coûte des sous, oui, mais à la fin cela rapporte du bonheur." Et quels responsable politique parle encore du mieux vivre, de l'avenir et du bonheur ? La doxa ultra-libérale est en oeuvre et renverse tout sur son chemin mais il y a encore des résistants !

  10. 10
    Franck dit:

    Tout à fait d'accord pour axer la campagne des européennes sur de GMT : une adaptation 3D de la campagne du NON de 2005 !
    Je te rejoints aussi sur l'urgence de fédérer toutes les énergies bienveillantes autour de ce sujet, sans frilosité ni préalable d’appareil, car le FN commence la même opération d'enfumage qu'à l'époque. Ils sont prêt à tout pour maintenir la compétitivité de leur boutique de sinistres farces et attrapes. De plus les média font maintenant mine de découvrir le GMT grâce à la blonde, comme une révélation !
    Le NON de 2005 était pollué par la sur-médiatisation du vote FN, il ne faut pas leur laisser l'occasion de remettre ça. Alors oui, enroulons tous notre énergie autour de cet axe fondamental pour l'avenir géopolitique, les élections européennes, quoiqu'on en pense, sont une occasion unique de s'en approprier pour imposer très fermement ce débat essentiel, écarter les sujets de diversion et balayer le FN qui a une durée de vie très courte dans un contexte de débat sérieux et cohérent.

  11. 11
    marianne31 dit:

    Il est grand temps de constituer une vraie gauche dans ce pays en partout en Europe pour sauver la démocratie. Ils ont tout fait (les médias et les politiques aux ordres des multinationales et des financiers) pour empêcher l’émergence d'une vraie gauche proche du peuple. Ils ont même réussi a faire croire (pas longtemps) que Hollande et tous ses faux-cialistes étaient de gauche. L'entourloupe commence a se voir qu'ont ils inventé encore pour berner le pauvre populo ? Le FN ! Plutot Hitler que le Front populaire c'est la devise des millardaires.

  12. 12
    Courrierlecteur dit:

    France Info. Parmi l'un des nombreux points forts de cette excellente communication sur FI, (recadrage du journaliste pour aborder les vrais sujets, clarification des évènements à Nantes pour ne pas être associé aux actes de violences, respect des partenaires actuels et potentiels, clarification Perpignan...) il a été vraiment très habile de mettre dans l'embarras le premier Ministre, face à son autoritarisme excessif qui condamne toutes protestations dans son propre camps. Cette incitation à encourager des personnalités du PS ou d'EELV à exprimer leur opposition à un projet contesté de toutes parts est très subtile. JMA semble l'avoir compris puisqu'il a fait machine arrière, le jour même, sur les reproches adressés à EELV au sujet de l'aéroport. On le sent faible. L'unanimité de façade, au gouvernement et bientôt peut-être, à l'assemblée, semble prête à se fissurer.
    De même si l'affaire du GMT se dégoupille bien, cela peut faire une belle une grenade capable de faire exploser cette unité de façade et pourquoi pas le gouvernement?

  13. 13
    Antraigues dit:

    Souhaitons que tous les leaders du PG qui prennent la parole dans les médias dénoncent la supercherie du FN à propos du GMT. C’est l’occasion de prouver leur duplicité !
    Ukraine : J’ai eu hier une longue conversation avec des Ukrainiens qui m’ont bien confirmé la manipulation médiatique dont nous sommes les victimes.

  14. 14
    sebidf dit:

    Bonjour, très intéressante votre note encore une fois et je suis dégoûté qu'on donne tant d'importance aux propos de Mme le Pen sur le GMT alors que vous l'évoquez depuis bien longtemps et surtout après les votes de l'IDFet de la PACA (félicitations d'ailleurs).
    Sinon, petite réflexion perso, j'apprécie vos interventions, je les comprends très bien, j'y adhère mais malheureusement beaucoup ne comprennent rien car c'est tout simplement trop compliqué pour eux. Il faut l'admettre, une grande majorité n'a pas vos compétences intellectuelles. Je me permets d'en parler car dans ma famille, beaucoup m'ont fait cette réflexion. "Mélenchon a raison bien sur, mais combien, dans la majorité, comprennent ce qu'il dit ? Le Pen sait s'adresser aux couches populaires, sujet, verbe, complément (bien qu'elle mente certes), du coup l'immense majorité des électeurs la comprennent plus facilement alors qu'elle a tort plutôt que Mélenchon qui lui a raison pourtant". (discussion de ce dimanche midi). Sinon, votre intervention de FI est un modèle à suivre pour la suite. Même le journaliste semblait adhérer ou du moins ne vous coupait pas. Excellent !
    Bon courage pour la suite.

  15. 15
    naif dit:

    Faut-il être doté d'un certain aveuglement pour ne pas comprendre que c'est un coup d'état soutenu par l'UE et les USA. Désormais il suffit de quelques snipper mercenaire sous contrat US pour aller dans n'importe quel pays et y semer le trouble. Un brouillard de fumée exalé par des pneus, un tir sur un manifestant, un tir sur un policier et c'est parti. Des médias en trompette pour sonner la charge et le tour est joué. Que veut dire un gouvernement qui tire à balles réelles sur son peuple? Par qui tenez vous cette info? Posez-vous quelques questions! Pourquoi cette "révolte" en plein jeux de Sochi?
    Duflot et Ayrault en froid, J.Kerry est arrivé hier dans la nuit à Paris pour demander la dissolution du gouvernement Français, car des policiers ont "refroidi" à Nantes des manifestants générant une épidémie de rhinite qui se propage aux USA. Les tarifs des ophtalmos ont aussi doublé en quelques heures.

  16. 16
    Daniel Mérino dit:

    Ce qu'il faut savoir sur l'Ukraine, c'est que les forces d'extrême droite, se revendiquant du nazisme, étaient aux avant- postes du putsch opéré à Kiev et que le déroulement des événements s'est opéré selon un scénario élaboré depuis le début des années 1990 et que l'on peut lire dans une brochure à couverture rose éditée en 1993 et distribuée aux activistes de la place de l'Indépendance. Rien donc de spontané dans ce mouvement, mais la manipulation par une minorité extrêmement déterminée d'une foule excédée par la dérive d'un pouvoir corrompu s'appuyant sur des oligarques sans vergogne. Les images vues par moi à Moscou dans les émissions consacrées aux événements montraient avec quel cynisme opéraient ces hommes cagoulés : jets de cocktails-molotovs, coups de barres de fer sur des policiers ayant l'ordre de ne pas utiliser d'armes à feu, snipers allant jusqu'à tirer sur des manifestants de la place de l'indépendance. Tout cela nos journalistes occidentaux pouvaient le vérifier sur place mais ils ont préféré entonner un couplet antirusse à l'unisson des nationalistes russophobes. L'occidentalisme pro-américains joue avec le feu : le fascisme renaît de ses cendres.

  17. 17
    Herve CRUCHANT dit:

    Concernant les accords commerciaux avec les EU. Comment peut-on faire valoir les positions "contre le traité" des élus régionaux et ne pas tomber dans le trou d'un "refus de considérer" comme lors du rejet du traité européen ? Peut-on désamorcer le rejet prévisible de notre position "contre" en dénonçant a-priori cette manœuvre ? Quels moyens avons-nous de faire opposition effective à cet accord scélérat ?

  18. 18
    Au sud nulle part dit:

    Ouf ! Enfin quelqu'un qui rétablit publiquement la vérité sur les événements qui se déroulent en Ukraine. C'est pas trop tôt et ça soulage. Toute cette écoeurante propagande médiatique tourne au numéro de cirque. Je serai curieux de connaître le nombre de nos concitoyens qui accordent encore du crédit à ces pitreries de clowns médiatiques. La Pravda était exemplaire d'honnêteté en comparaison.

  19. 19
    jean ai marre dit:

    Un point qui n'est pas un détail, L'Ukraine n'est pas que Kiev ! Les émeutes ont rassemblées 40 % de la population. Ce pays se trouve divisé, d'un coté Kiev et de l'autre, la Crimée. C'est sur la mer noire, en Crimée que se trouve la flotte Russe. Il serait étonnant que Poutine, laisse faire. La Crimée ne partage pas les mêmes vues politiques que Kiev. Jean-Luc Mélenchon a une vision réaliste de la situation.
    Un autre phénomène est en train de couver, c'est en Bosnie, 40 % de chômeurs, alors que l'Europe devait être l'eldorado.

  20. 20
    marianne31 dit:

    De quoi ont peur les "hommes d'affaire" US ? Que la gauche se réveille et gagne le peuple qui renverse les dictateurs partout dans le monde. Partout le peuple souffre de l'austérité l'austérité pour les plus faibles pas pour le milliardaires bien sur. Ils agissent partout dans le monde pour étouffer toute contestation populaire et avec l'aide de leurs médias ils leur flanquent les nationalistes ou les intégristes comme pseudo-contestataires. Les émissions sur la Russie soviétique ne se comptent plus. Même les radios religieuses s'en mêlent. Cependant ils oublient de dire que dans les années soixante il y avait des prêtres ouvriers et communistes. Monsieur Mélenchon et Monsieur Généreux ont raison de parler d'éco-socialisme car c'est l'avenir. Et absolument pas le productivisme.

  21. 21
    Sylvain dit:

    Beaucoup d'Européens quittent le continent pour l'Amérique du Sud avec des cas de figure étranges comme ces ingénieurs qui ne touchent pas plus de 350 euros par mois, là-bas, quand ils en gagnaient entre 2500 et 3000, ici. Mais comment cela est-il possible et quels sont les ressorts de ces situations? Je m'en interroge chaque jour de plus en plus. Serait-ce, au final, le manque de cohésion qui conduit inexorablement au chaos ? Mais alors, l'extrême-droite américaine qui pousse, à travers institutions et médias, à une franche compétition ouvertement et parfaitement assumée comme étant cruelle est à ce point-là au fait de son vice pour n'offrir au monde qu'une seule issue fatale ? La consommation comme exutoire aux plus forts et l'assassinat organisé des plus faibles. Et M. Hollande viendrait nous faire la leçon sur le manque de cohérence de la notion de lutte des classes : "Messieurs-dames, ce monde fou et criminel vous a d'ores et déjà placés sur la liste noire de ses prochaines victimes mais ne le prenez pas mal, vous pourriez mal le vivre...". Le capitaine de pédalo n'est pas seulement incompétent à gouverner. C'est plus que ça et c'est plus grave.

  22. 22
    archerducher dit:

    Je ne suis pas étonné de la fulgurante ascension d'Edouard Martin, tous ceux de la CFDT ont été récompensés, Notat, Chérèque, l'homme à la pipe de 68 (?) avant c'était FO Bergeron, maintenant c'est CFDT et CGC.

  23. 23
    Franck dit:

    @ Herve CRUCHANT
    Bonne question. Peut-être pourrions-nous nous inspirer de la démarche du CNR en mettant en avant un programme d'action qui couperait l'herbe sous les pieds des US qui cherche de nouveau d'annexer la France dans son drapeau à étoiles. Il y a visiblement une opération d'ampleur de l'empire à renouveler et à étendre son emprise sur le monde. Seuls les États qui, outre la dénonciation des manœuvres, auront un plan d'action concret et donnant un horizon aux peuples s'en sortiront. Mais encore faut-il avoir accès aux manettes du pouvoir. Dans la configuration actuelle des choses, profitons de la campagne des européennes pour nous faire entendre haut et fort sur les solutions. Le FN a beau jeux de dénoncer mais est incapable de proposer quoique ce soit de sérieux. Les US et leurs larbins européens comptent sur la montée des extrêmes pour faciliter leur plan, il faut que nous soyons capable justement de les discréditer par l'explication et… la bonne humeur ! Les gens en ont vraiment besoin, peindre en noir un tableau déjà noir, ne fait que rajouter une couche. Y proposer nos couleurs, pétillantes et humaines, pourrait en intéresser beaucoup.
    Why not !

  24. 24
    Francis dit:

    En vérité, cette idée de faire de l'élection européenne un référendum contre le GMT me gêne un tantinet. Le sujet de l'Europe et de l'euro sont des sujets majeurs et le risque est grand d'occulter le débat sur la refondation de l'Europe en plaçant le débat sur le GMT. Il est impératif de faire échec à ce traité. Il nous faudra donc trouver la bonne articulation entre les thèmes européens et celui du GMT.

  25. 25
    françois dl dit:

    Mermet a fait une émission trés didactique sur le GMT hier avec Jennar. Celui ci a dit que seul Jean-Luc Mélenchon mettait en garde le public contre les dangers de ce marché. Tout le monde devrait avoir connaissance de ce qu'on nous prépare en grand secret mais seul Jean-Luc Mélenchon en parle (quand on lui en laisse la possibilité) et "là bas s'y j'y suis".

  26. 26
    carlo dit:

    @ Francis
    Le sujet de l'Europe et de l'euro sont des sujets majeurs et le risque est grand d'occulter le débat sur la refondation de l'Europe en plaçant le débat sur le GMT.

    Avec le GMT, l'austérité, la privatisation du rail..., le sujet n'est certainement plus la refondation de l'Europe. De très nombreux électeurs l'ont compris. C'est un tout autre discours qu'il faut aujourd'hui leur tenir.

  27. 27
    Papa dit:

    Pour votre information, L'Humanité d'hier titrait en 1er page "L'Europe déraille". Et une manifestation de cheminots avait lieu à Strasbourg ! Que les socialistes et les verts joignent leur voix à la droite n'est aucunement une surprise. Et Jean-Luc n'est pas le seul à mener le combat. Soyez objectif, les amis !

  28. 28
    Franck dit:

    @Francis
    D'accord avec vous, mais ne pensez-vous pas que le fait d'ouvrir un débat sur le GMT, serait une bonne porte d'entrée ou un bon format pour y clarifier les questions européennes ?
    Je dis ça car j'ai l'impression que dans un souci d'opacité de la part des différents gouvernements, la population n'a justement pas encore été embrouillée par tout un tas de propagandes mensongères, elle n'est au courant de rien, elle est encore vierge. Alors que sur l'Europe, chacun y a mis sa contre vérité, sa mauvaise fois, ses arguments intéressés, beaucoup plus difficile à rendre visible un raisonnement responsable et bienveillant pour les peuples dans un tel bazar pour le commun des mortels. Mais bon, ça n'est qu'un sentiment…

  29. 29
    jorie dit:

    Mélenchon, le seul à avoir pointé depuis 2009 le danger du GMT dans un silence sidéral des média. J'enrageais hier de voir BFM attacher cette lutte à MLP ! Cependant, nous n'avons publié qu'un mini tract illisible pour le lambda, alors qu'il aurait fallu de gros titres parlants. Les gens ne sont pas au fait de la politique. L'info se résume à BFM, I-télé, point barre. Malgré les nombreuses déclarations de Jean-Luc Mélenchon, à ce sujet, jamais en prime time, il faut que son staff réalise que MLP reprend nos arguments et surfe avant nous sur ces thématiques, avec l'appui des média.
    Pour l'Ukraine, je ne suis pas aussi péremptoire. Ce régime était pourri et corrompu, comme le précédent ! Depuis 2004, les gens manifestent pour un autre régime, pour des droits et il ne faut pas les réduire aux 11% d'extrême droite parlementaire, comme les média ont réduit les révolutions arabes à un retour de l'islamisme. L'Ukraine doit protéger avant tout son unité territoriale entre l'Europe qui n'a rien à offrir, les magouilles US et la Russie. Rompre avec la Russie serait une erreur fatale pour cette intégrité, le risque d'une guerre civile et du dépeçage en règle du pays, du fait de l'imbrication totale...

  30. 30
    pichenette dit:

    Très bien le courrier de Françoise Verchère au premier ministre. Dans cette manifestation, un jeune militant a eu une condamnation à vie, à jamais il ne verra que d'un oeil ! Un message vers lui.
    Rendre sourd, aveugler les populations par ce qui se décide en coulisses et qui engage à long terme le pays, joli programme pour tous ces affairistes. "Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend".
    Mais la politique, c'est vraiment du contorsionnisme: article lu dans médiapart: "les réseaux russes de Marine Le Pen"...
    De très nombreux reportages se recoupent ainsi que le témoignage de Jean Yves (26) pour montrer que l'Ukraine est gangrénée par la corruption rendue visible et que le tiraillement c'est entre la dignité ou l'esclavage quelque soit le maître. Poutine a bien dit qu'il ne fallait pas d'ingérence dans le pays, on est rassuré. Si le FMI et sa grande générosité tombe sur le pays, c'est encore une cata. C'est le monde de la consommation énergétique qui doit éclater, l'instauration d'une dette écologique, pas le marché du carbone, pas les compensations! La dignité pour tous dans une sobriété joyeuse, non aux corruptions mortifères!

  31. 31
    jmr dit:

    Qui est pour l'entrée de la Russie dans l'union Européene ? En tout cas pas les USA. Car l'UE est un empire créée par et pour les nord-Américain. Et pourtant si la France doit rester dans cette union ce que je ne souhaite pas, il faudrait que les Russes y soient aussi. La création de l'empire Européen qui ne sera bientôt qu'une annexe de l'empire Nord Américain engendre des réactions dangereuses à long terme: création ou tentative de création d'autres empires autour de la Russie, ou de l'islam... Et les guerres mondiales se déclarent entre grands ensembles de nations.
    Il est temps Jean Luc d'avoir un débat ouvert sur notre participation à cette Union Européene qui ne sera jamais ni républicaine ni démocrate mais lobbyiste. Il est temps que notre pays retrouve sa souveraineté pour avoir une action pacificatrice en parlant avec tous sur cette terre, sans être contraint par maint traités à se ranger sous la bannière étoilée (laquelle?).
    Amitié.

  32. 32
    Fabien-20e dit:

    Quel plaisir de voir un dirigeant politique qui appelle un chat un chat, un coup d'état un coup d'état, une corrompue une corrompue et des fascistes des fascistes ! Oui, il y a de quoi être inquiet du jeu des apprentis sorciers de l'UE dans l'affaire ukrainienne. Et on ne peut que s'indigner du manichéisme imbécile des médias (il n'y a pas que Le Monde, France Inter aussi). Dans la plupart des pays d'Europe, en Amérique latine ou au Maghreb, il y a des forces progressistes organisées et significatives dont on peut se sentir proche. Rien de tel en Ukraine à ma connaissance, et cela ne facilite pas l'analyse. Mais très clairement, la clique qui a pris le pouvoir à Kiev parait constituer le danger le plus redoutable. Héritiers des collabos, néo-nazis, groupes violents d'extrême-droite faisant passer le sieur Ayoub pour Gandhi ou Mandela. Les médias ont du finir par admettre qu'il y avait bien ces gens-là sur le Maïdan. Bientôt ils finiront peut-être par nous dire qu'ils sont clairement au centre du jeu, aux côtés de la droite conservatrice et libérale.

  33. 33
    turmel jm dit:

    Merci d'avoir édité les photos dans ce billet du rassemblement devant le parlement Européen à Strasbourg. Nous sommes venus une cinquantaine depuis Bordeaux retraités et actifs. J Luc Mélenchon est sorti pour apporter son soutient je crois, je n'ai pu qu'apercevoir P Le Hyaric sur la tribune. Moment de fraternité également avec un cheminot Belge qui s'est terminé par un échange de nos boissons respectives liées à notre terroir.
    Autre point, nous devrons dire à d'éventuelles électeurs du FN que nous pourrions rencontrer, cette juste réflexion concernant le GMT et l'attitude de ce parti : Souverainiste et contre le libéralisme sur les plateaux télé, mais à l'heure des votes, atlantiste et défenseur du "système mondialisé".

  34. 34
    Francis dit:

    @carlo 26 et Franck 28
    Je pense que mes dernières phrases ne prêtent pas à confusion : "Il est impératif de faire échec à ce traité. Il nous faudra donc trouver la bonne articulation entre les thèmes européens et celui du GMT."

  35. 35
    Nicolas dit:

    Les néo-nazis d'Ukraine donnent raison à postériori, aux divers gouvernements soviétiques qui ont toujours cherché à se protéger, de manière coercitive, de tels mouvements. Ces mouvements ne sont pas nés aujourd'hui et sont les descendants des collaborateurs SS ukrainiens.
    Au Vénézuela si Maduro ne prend pas de mesures sévères contre les putchistes en puissance, le régime ne durera plus longtemps. Seule la neutralisation par la manière forte des ennemis du peuple, peut assurer la survie d'un régime socialiste, fut il éco, ceci à l'heure d'internet avec la mainmise de la droite sur ce moyen de communication, et la propagation de fausses nouvelles pour salir le régime de Maduro. Les pénuries et l'inflation organisées me font penser aux koulaks en URSS. Staline les a vite remis au pas !
    La droite et les exploiteurs savent toujours où se trouvent leurs intérêts et, à moins d'être réduit au silence, n'abandonneront jamais. Désolé mais on ne peut en dire autant de la classe ouvrière qui se fourvoie parfois avec les fascistes, qu'ils soient du FN ou de Svoboda

  36. 36
    pascal des landes dit:

    Bonjour Camarades,
    Dénoncer l'allégeance de l'Europe à l'OTAN, et le GMT doit être au centre de la plate forme aux Européennes et de notre programme. L'UE par la purge libérale qu'elle impose, casse les services publics et l'industrie. Le vote FN n'est pas étonnant en PACA, rappelons que Le Pen avait pour modèle Reagan. Refonder l'Europe est bien au centre des débats que nous devons avoir, car l'Europe est une idée de gauche dont nous sommes héritiers. Pour une Europe Sociale, une Europe dans un monde multipolaire, ni GMT, ni OTAN, politiquement dirigé par un ou des peuples souverains, contrôlant leur monnaie l'euro, autonome aussi dans sa défense. La France et son peuple ont des arguments de poids : non seulement nous sommes la 5ème puissance, mais aussi, nous sommes moteur d'une communauté francophone partout dans le monde qui croit plus que n'importe quelle autre. C'est aussi pour cela, que les liens tissés avec le Maghreb et l'Afrique notamment, sont l'avenir de l'Europe et non les petits intérêt de rentiers bavarois, ou pilote du Medef. Tourner le dos à l'Europe ferait l'affaire du libéralisme. La France dans un seul pays... ça n'existe pas.

  37. 37
    HYBRIS dit:

    Ah ! La couverture de l’Ukraine par la grande presse, journaux radio et télé confondus… Quelle merveilleuse leçon de probité journalistique ! Il faut vraiment des esprits mal tournés pour incriminer quelques nazis certes un peu virils, mais braves dans le fond. Des policiers tués par balles ? Ils ont dû se tirer dessus entre eux sans doute. On se demande vraiment pourquoi les Français vomissent les médias. C’est trop injuste…

  38. 38
    Denis F dit:

    La loi Florange n'a pas eu d'adversaire au FdG pour la bonne raison qu'au lieu de voter contre, les députés élus du FdG et assimilés se sont abstenus, le courage des traîne-savates. Cette loi est une hérésie doublée d'un déni économique de plus.
    Il faut quand même donner quelques explications. Pourquoi déni économique ? Par ce que je défie quiconque de trouver un repreneur en moins de 3 mois, même monsieur Montebourg. Ensuite, aucun montage juridique et financier n'est possible dans ce délai, quel qu'en soit la forme. Bien que je sois ravi que l'on écorcha la propriété lucrative, il est fort à parier que cette loi sera invalidée par le Conseil constitutionnel, car elle met à mal la propriété privée, les autres valets UMP vont s'en occuper, faites leur confiance.
    La seule loi qui pourrait valoir serait une loi d'urgence de réindustrialisation pour effectivement « redonner des perspectives à l'économie réelle et à l'emploi industriel », elle dirait que toute société industrielle ou groupe industriel visant à abandonner des travailleurs et des emplois serait immédiatement réquisitionnée par l'état et ceci sans aucune indemnité.

  39. 39
    Noël dit:

    En lien des photos de Jean-Luc Mélenchon lors de sa venue à Bergerac qui fut un succès.

  40. 40
    Denis F dit:

    Nous ne voulons plus de l'Europe des lobbys et du néolibéralisme. Nous voulons d'une Europe des peuples et de leurs gouvernements. Nous ne voulons plus de l'euro monnaie unique. Nous voulons d'un euro monnaie commune d'échanges intra-européens doublé d'une monnaie nationale émise par les banques d'État ; monnaie commune sous le contrôle d'une chambre de compensation exclusive sous le contrôle de la BCE elle-même sous le contrôle d'un gouvernement européen. Nous ne voulons plus d'une Europe du libre-échange. Nous voulons d'une Europe des mélanges humains.
    Nous ne voulons pas du GMT. Nous voulons un SMIC européen d'égale valeur. Nous voulons un rééquilibrage des échanges Nord-Sud. Nous ne voulons plus du capitalisme, du communisme, du socialisme tel que nous les avons connus. Nous voulons un véritable humanisme. Nous voulons une écologie responsable. Nous nions toutes valeurs aux traités signés outre le jugement populaire, nous refusons le TCE de Lisbonne et donc Maastricht. Nous refusons tous les traités non acceptés par référendum.
    Ce doit être là notre programme pour les élections européennes, et non l'un des quelconques arrangements habituels.

  41. 41
    educpop dit:

    En ce qui concerne la situation en Ukraine, on comprends bien la volonté de ne pas cautionner l'extrême droite qui représente environ 10% de la population, mais faut-il à cause de ça abandonner la masse de la population qui aspire à une vie meilleure ? Les Ukrainiens croient à la promesse de l'europe mais nous aussi on y a cru il n'y a pas si longtemps, et il y a longtemps qu'on ne croit plus que la Russie est un modèle de civilisation. Ce n'est pas parce qu'on se méfie de la Russie qu'on se précipiterait dans les bras de l'Amérique, non ? En France l'extrême droite fait 15%, d'autres seraient alors fondés pour dire qu'une révolution citoyenne y serait l'oeuvre du fascisme. C'est ce que les avocats et dirigeants sans scrupules de ce mouvement essaient de faire passer comme message et ils doivent avoir du mal à croire eux même à quel point les médias les aident pour cela. Il ne faudrait pas que les les militants ne parlent que le langage des partis, ces derniers pensent en termes de stratégies inspirées par les tragédies du passé. Le langage du peuple est différent, il ne croit que ce qu'il voit.

  42. 42
    André dit:

    Comme le souligne Jean-Luc Mélenchon, après la Yougoslavie, la Lybie, la Syrie c'est maintenant le tour de l'Ukraine. L'Allemagne se montre aux premières loges en raison de son rôle de puissance centrale. Avec en prime les États Unis qui veulent imposer le Grand Marché Transatlantique. La France, comme les autres pays européens, est engluée dans cette Europe néolibérale et de plus en plus comme une mouche qui se débat dans une toile de la finance et des entreprises multinationales, de Bruxelles et de ses dirigeants non élus et de l'OTAN.
    En 1793, Robespierre et le Comité de Salut Public n'ont pas attendu le bon vouloir du roi de Prusse et de l'empereur d'Autriche pour agir. La question centrale des municipales, s'il y a rupture avec les solfériniens et donc avec leur politique est de définie une politique claire, car l'attentisme ne suffit pas. Le FN est en train de voler des voix par des propos mensonger alors que ce parti vote avec la Droite.

  43. 43
    maris dit:

    A propos du GMT. On ne peut pas dire 17 millions de français hors du GMT. C'est très bien que des politiques/élus locaux prennent conscience de l'énorme attaque contre les droits des citoyens se prépare mais il ne suffira pas de se déclarer "hors GMT" pour que cela fonctionne. Cette démarche/vote aura la qualité de faire réfléchir à ce grave problème lors des européennes mais ce n'est qu'une étape. Ces gens-là ont déjà vu très loin et compilé des outils pour anéantir toute velléité de résister de cette façon. Une semblable sécession est facilement démontable grâce à des mécanismes prévus, sinon utilisables, en pareille circonstance. Les tenants du GMT auront très vite l'occasion de rappeler que tout accord signé par un pays s'étend à l'intégralité du territoire, et que par conséquent cette situation correspond à une entrave au libre échange, et que le différent doit être réglé par un tribunal d'arbitrage, qui tranchera en faveur du plaignant, un groupe de pression ou une multinationale. Forcés de faire machine arrière ou de payer une amende, impossible à régler.
    Il ne faut pas que le que le GMT puisse être signé ! Rappelez-vous d'ALÉNA !

  44. 44
    Adrien dit:

    Que reste-t-il de notre France, notre pays phare, issu de notre philosophie des Lumières, de notre Révolution républicaine qui a débouché sur les Droits de l'Homme, et de notre Indépendance post conflits mondiaux, de notre 3ème place de puissance mondiale rétrogradée depuis à la 5ème et ce n'est pas fini ?
    Entre l'alignement Atlantiste avec en perspective le GMT de 2015 très bien assumé par les partis politiques qu'ils soient de droite, du centre ou du PS Solférinien sans oublier de préciser les relations très étroites de l'extrême droite Le Peniste avec les mafias des pays de l'ancienne URSS, il ne nous reste plus qu'un seul programme humaniste, progressiste d'indépendance nationale assumé en temps que nation : le Front de Gauche.

  45. 45
    Nicks dit:

    @educpop
    Le problème des ukrainiens c'est que leur pays est au centre d'enjeux géostratégiques majeurs. Or l'Union sert les Etats-Unis, qui ne valent pas mieux que la Russie. Tout cela sent la révolution vaine, comme la première, orange du nom, le fut. Triste mais implacable, tant que l'Union ne s'affirme pas comme une puissance alternative, ce qu'elle ne saurait être tant que la France se reniera.

  46. 46
    Christian B dit:

    Il y aurait es militants d extrême droite et même des nazis ? Sans doute est-ce vrai. Mais en quelle proportion ? Et Poutine, il est quoi ? Un grand démocrate ? Entre la peste et le choléra, il faut les rejeter en bloc et soutenir le peuple. Sans discernement nous ne sommes que des marionnettes.

  47. 47
    Claude B dit:

    @Christian B
    Peut être Poutine n'est pas un grand démocrate à l'image de notre flamby national.
    Mais il a les plus grandes raisons de s'inquiéter de la politique occidentale notamment de L'OTAN qui ne pense qu'a installer des bases de missiles (anti...) aux portes et a rendre particulièrement agressifs les anciens alliés de l'URSS et de continuer à considérer la Russie comme étant un reliquat de l'ancienne URSS. Je me demande si a force de jouer avec le feu on ne finira pas par se brûler. Ne pas oublier que se trouve en Russie encore plus de 6000 charges nucléaires a bon entendeur salut et que la modernisation de leur arsenal est en plein boum. 13 milliards de dollars d'armes vendues en 2013. Plutôt la coopération et la discussion avec la Russie, que la langue de bois pratiquée par nos politiciens occidentaux.

  48. 48
    Willy du Sud-est asiatique dit:

    Le traité de partenariat trans pacifique ou PTP le pendant pour 12 pays du Partenariat trans atlantique ne sera pas signé avant la visite d'Obama en Asie en avril prochain comme espéré. Cela fait 5 ans qu'il est négocié en secret. Ça coince avec le Japon et avec la Malaisie sur la baisse des taxes douanières, sur les marchés publics et les entreprises d'état et sur la propriété intellectuelle. Les démocrates au congrès etats-unien regimbent à signer un chèque en blanc en étant privé du droit d'amender le texte. Weakileaks a publié une partie du texte négocié en novembre dernier d'où il ressort qu'il ne s'agit que marginalement de libre commerce mais surtout de pouvoirs nouveaux donnés aux multinationales pour polluer sans contraintes, pour augmenter les prix notamment des médicaments en prolongeant la période de validité des brevets des grands groupes pharmaceutiques, pour échapper aux contraintes des lois et règlements nationaux, bref un droit d'exploiter sans entraves sociales, politiques ou environnementales. Il s'agit plus de protectionnisme des intérêts des firmes multinationales que de libre marché. Ce n'est pas plus destiné à isoler la Chine qu'à créer des...

  49. 49
    françois 70 dit:

    Conformément à ce qu'il est devenu, un parti néolibéral, le PS vient de voter la privatisation du rail au pseudo-parlement européen avec ses compères de l'UMP. Et nous on continue, contre toute évidence, de dire que ce parti est de gauche! Comment le citoyen-travailleur peut-il s'y retrouver ?

  50. 50
    educpop dit:

    Ce qui est arrivé à Nantes fait partie d'un lot d'incidents qui se généralisent depuis les premiers forum mondiaux. D'un côté les altermondialistes et de l'autre les multinationalistes. D'un côté les tenants du respect de la nature et de l'autre les tenants d'un ordre moral qui s'en fout comme de sa première chemise. L'ordre moral est celui des milliardaires il peut donc se payer des services qui protègent ses intérêts. On a vu que les services d'ordre, normalement des services publics, se comportent comme une milice privée puisque le pouvoir se comporte comme le patronat. Quelle illusion peut-on encore avoir concernant l'attitude de ce pouvoir face à la mobilisation populaire ? La répression augmentera dans les mêmes proportions que la mobilisation. Ce phénomène n'est pas localisable, il est une réponse généralisée du conservatisme à ceux qui lui demandent des comptes, pour le système oligarchique la citoyenneté n'existe pas. On ne nous reconnais donc pas la qualité de citoyens et nous discute comme si elle nous était acquise...

Pages : [1] 2 3 4 5 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive