11jan 14

Merci Tunis !

Ce billet a été lu 52 183 fois.

Je suis de retour en France depuis Dimanche dernier. J’ai tâché toute la semaine d’amortir le choc du décalage horaire qui est très violent pour moi dans le sens inverse à la course du soleil. Six heures, ce n’est pas rien. J’ai travaillé chaque jour comme aux heures de bureau sur toutes sortes de documents à propos desquels mon avis est sollicité. En fait, en dehors de la lutte contre le sommeil décalé, j’ai passé le plus clair de mon temps sur les documents de l’écosocialisme et les correspondances qu’il génère. La préparation de notre prochaine réunion internationale sur ce thème et le bilan de mes rencontres récentes dans le nouveau monde m’ont absorbé. La vérité est que j’ai le plus grand mal à retourner dans le champ de mines confus créé par le lâchage des dirigeants communistes, qui nous ont quittés pour passer sous la direction socialiste dans la moitié des villes de plus de 20 000 habitants. Décalé, certes, mais conscient, j’ai siégé dès lundi soir au secrétariat permanent du Parti de Gauche. Nous avons eu une longue et salutaire discussion stratégique de plus de quatre heures. Je m’inspire de ses conclusions pour proposer mon coup d’œil.

Comme il n’y a pas moyen d’y échapper, je parle aussi de l’affaire Dieudonné, de Valls et du CRIF, le trio infernal. Entre un antisémite assumé, un politicien sans scrupule, une arrogante poignée communautariste, il est vrai qu’une conscience républicaine honnête ne trouve qu’un chemin étroit où il n’est pas facile d’éviter les faux pas. Arrive là-dessus une diversion, certes plus gaie, mais tellement consternante, sur la vie privée du Président. Ce sera le sujet que je n’aborderai pas. Bref, en retrouvant le débat politique en France je n’ai pas encore réussi à atteindre son altitude. Je continue donc à m’impliquer dans le monde qui m’entoure. Je veux achever mon compte-rendu de séjour politique en Équateur, revenir sur la violence en politique et faire le lien avec la visite au siège du Parti de Gauche de Hamma Hammami, le porte-parole du Front Populaire tunisien. C’était mon sujet de méditation. Le surlendemain, jour sublime, l’Assemblée constituante tunisienne a adopté la stricte égalité des droits des femmes et la parité obligatoire dans toutes les élections ! Ainsi est née une Tunisie, pays le plus avancé du monde arabe, du bassin de la méditerranée, et d’une bonne partie de l’Europe continentale dont la France. A vous tous, chers tunisiens l’expression de notre admiration, notre respect et notre gratitude.  Au cœur des pires difficultés et dangers, en dépit des meurtres et des menaces, vous avez montré qu’il reste toujours un passage pour le courage et ses lumières. Tunis fonctionne comme un appel. La révolution citoyenne ne meurt que si l’on renonce à elle. Merci Tunis ! Merci très chers député(e)s insoumis(es).

Comme tout ça est bien long, je rappelle qu’on peut faite son menu de lecture avec mes chapitres en utilisant le pavé à la droite de l’écran et ne lire que par chapitre, quand on veut, ce qu’on veut, quand on peut.

Dieudonné : la manip totale !

En atterrissant, j’ai trouvé l’affaire Dieudonné en débat dans des conditions qui puent la manipulation à plein nez. Mais puisqu’il y a débat public, pourquoi le contourner. Même si le sujet fonctionne comme une diversion gouvernementale. Au contraire, cela vaut la peine d’y prendre part et d’essayer d’en utiliser le moment pour faire avancer les esprits. Et combien de masque tombent ! Qui a entendu l’infâme Plantu sait dorénavant que les dix mille euros payés par le Qatar sous le nom de « Prix de la liberté de la presse » étaient un bon investissement salafiste. Je sais bien que ce point de vue se discute, mais je ne crois pas que ce soit une affaire de liberté d’expression, ni de spectacle. Dieudonné est engagé dans un combat politique sur le fond. C’est bien son droit. Et le nôtre est de vouloir qu’il perde ce combat. La République n’est pas un régime politique neutre. C’est un choix global. Dieudonné doit être politiquement vaincu par tous les moyens pacifiques et légaux dont nous disposons. Si nous ne disposons pas de tels moyens, il faut qu’il soit écrasé par un rejet civique de masse.

Pour moi, l’affaire a commencé quand j’ai pris position publique en défense de Patrick Cohen, bestialement agressé par Dieudonné. Là-dessus arrive la blague pourrie de Hollande contre l’Algérie devant le CRIF. Je condamne et la blague et l’ambiance de cette réunion communautariste. Loin de répondre à ma critique, le CRIF pense pouvoir m’assommer avec une de ses fameuses fatwas à répétition contre tous ceux qui ne se prosternent pas devant lui. Je suis donc aussitôt traité d’antisémite par tweet. Avec les grosses bottes mentales qui le caractérise, en réponse à ce que j’ai écrit sur l’ambiance des diners du CRIF, celui-ci réplique que je serai « bientôt l’invité d’honneur » de Dieudonné dont je dégagerais selon lui « les mêmes relents ». Et quelques jours plus tard, avec la même subtilité intellectuelle, le même aigle de la pensée déclare, encore une fois par twitter, que « l’anticommunisme est un humanisme ». C’est exactement « l’humanisme » que pratiquaient les nazis en expédiant à la mort nos camarades communistes, juifs ou pas, comme ceux, par exemple, de la MOI. Sans oublier les vingt millions de soviétiques morts pour vaincre les armées allemandes nazies. On me dira que j’accorde trop d’importance à une organisation au nom pompeux et d’ailleurs très discutable, dont les dirigeants sont désignés par moins de trois pour cent des électeurs de la communauté. La grande majorité des juifs de France ne se sentent en effet nullement représentés ni impliqués d’aucune façon par ce prétendu « conseil représentatif » des soi-disant « institutions juives » de France. Dans les synagogues, on prie pour la République française. L’immense majorité des citoyens français de toute religion sait que le Parti de Gauche, les Communistes et tout le Front de gauche sont la première ligne de défense contre l’antisémitisme. Et ils savent que cela ne se confond pas avec un blanc-seing donné à des énergumènes communautaristes vaniteux dont les injures irresponsables mettent en danger la cohésion de la ligne de défense qui protège la cohésion de la société et de la République française face a des tentatives comme celle de Dieudonné.

Vouloir interdire un spectacle, dans ce cas, n’est peut-être pas fondé juridiquement. Le point de vue des tribunaux a divergé sur ce point. Il est certain que la volonté de Valls d’instrumentaliser le rejet de Dieudonné a été si mal organisée que ce dernier est sorti renforcé du bras de fer. Nous aurions dû, nous aussi, tenir compte de l’avis de nos camarades avocats qui nous ont avertis du risque. Mais à nos yeux il ne s’agissait pas d’une question de liberté d’expression. Je sais que ce point est très discuté. Je lis ce qui se dit et je note que beaucoup d’arguments sont de bonne foi. Pour nous, l’idée du combat politique l’a emporté. A part la liberté de conscience, aucune liberté n’est illimitée dans notre pays. Exemple encore récent : la liberté de se vêtir à son goût est limitée par l’interdiction de circuler nu ou entièrement voilé. La liberté du culte est également limitée par des autorisations préalables, par exemple dans le cas des processions. La liberté d’expression est très encadrée. Il est interdit de diffamer, d’injurier, et ainsi de suite. La liberté d’opinion de même. Certaines affirmations sont considérées comme des délits et non comme des opinions. Bien sûr, chaque fois qu’on limite une liberté, il faut s’assurer que l’on ne crée pas un précédent qui atteindrait de façon imprévue d’autres libertés.

Mais au cas de Dieudonné, pour nous qui ne sommes pas gouvernants du moment, la bataille est exclusivement politique et idéologique. Pour nous, la République n’est pas un régime neutre. C’est une organisation de la société politique fondée sur des principes. En particulier la règle de l’absolue égalité en droit et en dignité de tous les êtres humains. Il est certain que nous n’aurions pas dû nous engager de cette façon sur cette question d’interdiction. Non parce que c’est une limite à la liberté d’expression, comme je viens de le dire. Mais parce que la base juridique n’était pas du tout assurée. Valls nous a emmenés dans le mur ! Non seulement il offert une formidable promotion au spectacle de Dieudonné, mais il affaiblit la bataille contre l’antisémitisme militant. Il s’est engagé de la pire des façons dans cette affaire, tournant tous les feux des médias sur cette décision sans s’assurer des moyens d’action. Une situation nouvelle aggravée est ainsi créée. Pour autant il ne faut pas perdre de vue l’essentiel. Cette histoire fonctionne d’abord comme une diversion gouvernementale. Certes. Mais il faut rester lucide et saisir les enjeux profonds de ce bras de fer. Dieudonné tient des « spectacles » qui ont un résultat politique : créer un antisémitisme décomplexé officiel. Pour cela il compte sur la force de propulsion que lui donnent le scandale médiatique plus ou moins sincère qu’il provoque, et l’instrumentalisation que font de lui un politicien sans vergogne comme Manuel Valls et des communautaristes arrogants. C’est donc une lutte politique globale qui est engagée. Cette défaite provisoire ne doit pas nous désarmer. Si la liberté d’expression de Dieudonné doit être garantie, elle ne peut inclure la liberté d’organiser une campagne antisémite. Rien ne peut faire oublier ce qu’il dit : cruel et insupportable au plan humain, honteux au plan républicain. C’est pourquoi nous continuons d'affirmer à propos de Dieudonné : une tournée de "rire antisémite" n'est pas tolérable en République. Nous continuons la lutte sans compromis ni concessions : la France aux républicains ! 

Le moment Équatorien

Bogota, Bucaramanga, Cúcuta, Merida, Caracas : l’océan n’est plus si loin. De retour des Andes, je fais la planche. L’éveil demi suspendu je me laisse traverser par les images et les visages qui ont marqué mes jours au point de revenir d’eux-mêmes à la surface des souvenirs. Au demeurant, l’avion me procure une aide merveilleuse : un formidable flot de musique « classique », absorbée à plein volume des écouteurs. Juste compensation si je tiens compte de l’état dans lequel mes oreilles sont mises par le jeu des décollages et des atterrissages, de l’altitude et de cette absurde climatisation qui m’inflige une sinusite devenue permanente avec le temps. Ce soir la houle de la mémoire est bien vive. Mes rencontres en Colombie ont remué des terreaux profonds de ma vie de militant. Mais je n’ai pas été le seul, je crois bien. Le simple récit de ma soirée avec Carlos Lozano aura beaucoup touché certains de mes lecteurs. Et, parmi eux, les vétérans de ma génération et de celle d’avant, qu’ils soient restés au combat sous toutes ses formes, ou bien qu’ils aient mis sac à terre. Je leur redis à tous mon affection profonde et ma fidèle fraternité. Le passé ne veut pas mourir. Plus d’un a voulu me dire son mot en passant par les canaux discrets les plus divers. Eux sont à fleur de peau. Ils pensent que notre tour viendra en France. Ils craignent de me trouver naïf en ce qui concerne la violence des dominants. Beaucoup soupèsent pour moi le bilan de ce qu’ils ont vécu. Ils saignent encore. Personne ne fait la leçon. Les visages des disparus et nos rêves saccagés valent meilleur usage.

Le contraire des aigreurs d’un Paolo Paranagua, le « journaliste » du Monde. Oui, celui qui me fait un procès pour avoir révélé son passé argentin au temps où le soi-disant groupe de gauche « fraction Roja », qu’il dirigeait, enlevait, séquestrait ou tuait, et cela même après la fin de la dictature du général Lanusse, dans l’intermède « démocratique » argentin, avant le retour des bouchers. Celui-là poursuit de sa vindicte les gouvernements de gauche de l’Amérique latine. A lui pourrait s’appliquer aussi le bilan de cette période et de ces méthodes: tous ses camarades sont morts. Qu’il soit l’étrange rescapé de cette hécatombe, zombie relâché par les militaires, n’est pas ce que je veux interroger ici. Au tribunal, il se dira ce qui doit l’être. Mais sa survie nous renseigne surtout sur la part qu’occupent dans les situations de ce type les provocateurs, les agents doubles, dénonciateurs et autres meneurs de discordes et d’entretueries qui s’ajoutent aux cruautés insupportables de ces moments. Démoralisante, au sens littéral, la violence, quand elle est une stratégie, reste en tout point contre-productive pour nous. A mes yeux elle abandonne l’essentiel : le travail d’auto-éducation populaire de masse. La libération de la société doit être l’œuvre de la société tout entière. Et pour les tâches qui nous incombent, aujourd’hui plus que jamais, cette règle est indépassable. Car l’objectif n’est pas seulement de changer les règles de répartition de la richesse produite et d’appliquer la violence politique que cela implique contre ceux qui refusent de partager ! Il s’agit bien de changer le contenu de cette richesse, les moyens de la produire, et donc en amont la formation du désir et du besoin, toutes choses qui ne se règlent pas à coup de fusil mais par la formation d’une conscience humaine élargie.

C’est cette conscience élargie que je vois se construire avec la gauche à l’œuvre en Equateur. Le gouvernement de Rafael Correa nous parle comme une source d’inspiration. Seuls les frivoles croient que c’est là une obsession exotique. Tout ce qui se fait là-bas, raccourcit la distance d’apprentissage qu’il faut parcourir dans tous les quartiers du monde pour reconstruire la gauche de ce nouveau siècle. Quel genre de dirigeant serais-je si je ne regardais pas, si je n’apprenais pas, si je ne prenais pas ma part d’étude sérieuse pour nous préparer à gouverner autrement, en analysant ce qui se fait de mieux dans le monde ? Un bureaucrate obsédé de réélection et de chasse aux places ! Dès lors, j’encourage les nôtres à voyager, à s’impliquer et à étudier de toutes les façons possibles. En particulier, les plus jeunes doivent s’avancer tête la première et s’engager, agir, pour apprendre et perfectionner notre aptitude au combat ! Cette vie-là vaut la peine, croyez moi. Comme je suis fier de retrouver sur place à Quito un comité du Parti de Gauche. Et ces militants éprouvés, venus se mettre au service de la Révolution citoyenne. Ainsi quand je vois au feu Celine Ménesses, responsable dans le gouvernement Correa pour la campagne politique de riposte à l’agression de Chevron. Ou bien Sophia Chikirou, qui fut la directrice du service de presse de ma campagne présidentielle, diriger la campagne de communication de cette même riposte à Chevron ! Et combien d’autres à toute sorte de postes de combat : Eduardo, Marie, et ainsi de suite ! Ils servent, mais ils apprennent. Nos ressources intellectuelles et militantes s’accroissent d’autant.

Et c’est d’abord la révolution concrète qui marque des points. Cette semaine, la cour d’arbitrage saisie par Chevron a accepté la demande de nos avocats de reporter son travail jusqu’à la fin des jugements en cours devant les tribunaux américains et Equatoriens ! La stratégie s’affine. Les nôtres, tout en durcissant le ton, ne s’égarent pas dans la vindicte abstraite. A présent, c’est aussi sur la responsabilité sociale dans la gouvernance de la pétrolière qu’ils appuient leur effort  de conviction. Les actionnaires de Chevron ne sont peut-être pas tous d’accord avec cette façon inhumaine, immorale, et compromettante de mener l’action de leur entreprise. Au demeurant, Chevron est présent partout en Amérique latine. Dites, camarades, ne regardez pas ailleurs quand je vous fais ce tableau de détail. Car vous devez savoir aussi que le quartier général de Chevron pour l’Europe est en France, au Havre !

La figure de Rafael Corréa s’impose à l’étude, non comme celle de je ne sais quel improbable prophète mais pour le travail de synthèse et de prospection concrète qu’il fait aux frontières des acquis de la réflexion de la nouvelle gauche mondiale. A mes yeux il est d’abord le praticien le plus accompli de la rupture institutionnelle comme stratégie de conquête du pouvoir et de nettoyage civique de l’Etat. En refusant de présenter d’autre candidat qu’à l’élection présidentielle sur l’engagement ferme de dissoudre toutes les institutions et de convoquer une assemblée constituante, il a mis en œuvre la plus brillante méthode de construction d’un peuple souverain et d’une révolution citoyenne.  Ce n’est pas une anecdote locale ! C’est un acquis tactique et théorique pour notre mouvement en général dans le monde. Sur ce point et avec toutes les réserves que cette expression a toujours soulevé en moi, c’est un modèle. Je crois qu’il n’est ni marxiste ni écologiste dans le sens où nous l’entendons en France. Pour autant, l’expression de sa pensée et sa capacité à la faire devenir des actes gouvernementaux signalent un visionnaire avancé, ancré dans la pesanteur du réel. Le contraire d’une pantoufle aussi dérisoire qu’un Jean marc Ayrault. Les larmes de Corréa à la télé, au moment d’annoncer qu’il renonçait au projet de gel de l’exploitation du gisement de pétrole de Yasuni, sont un moment de sincérité qui bouleverse par ce qu’elles nous apprennent de la situation et de l’homme.

L’équateur de Corréa avait pris une décision sans précédent dans l’histoire politique de l’humanité : renoncer à une richesse au nom de l’intérêt général humain. La Révolution citoyenne s’était engagée à ne pas exploiter un gisement pétrolier si les Etats dominants du monde acceptaient de mettre la main à la poche et de verser la moitié de la valeur marchande du stock sur un compte à l’ONU. Au bout de six ans, à peine quelques millions de dollars étaient promis. Il a fallu trancher et changer de cap car les sommes attendues sont vitales pour les tâches sociales du nouveau régime. Le gisement sera exploité. Il affectera 1% du territoire de Yasuni. Ceux qui ont vu fonctionner le champ pétrolier de Panacocha savent qu’une exploitation absolument propre est possible. Ils voient aussi comment l’attribution de 12% de la recette pétrolière aux communautés indigènes du secteur bouleverse de fond en comble la dignité des populations humiliées et abandonnées pendant des siècles dans les détours de l’Amazonie profonde. Je connais les airs supérieurs de ceux qui entendent parler de cette façon de gouverner. Vous souvenez-vous de cette morgue de tireur dans le dos, le ci-devant Michel Sapin, ministre du chômage et des accords anti sociaux ? « Nous ne sommes pas la gauche vociférant à la latino-américaine, nous sommes la gauche qui agit ! » Beuark ! Au nouvel an les camarades tonitruants faisaient le point : 324 000 adultes équatoriens ont appris à lire et à écrire. Ils sont sortis de l’illettrisme, cette affreuse humiliation, cette abominable discrimination. Et toi, Sapin, avec ta bande de la « gôche qui agit », combien en affiches-tu ? Il lève les yeux au ciel : « Pfff ! Quand même on est en France ! ». C’est que les solfériniens ignorent qu’il y a trois millions d’adultes cloués dans l’illettrisme dans notre pays ! Ce n’est pas leur souci ! Ah certes, Ayrault a proclamé en 2013 la lutte contre l’illettrisme « grande cause nationale ». Des mots. De la « com », comme d’habitude. « Compétitivité, flexibilité, bla bla ! » et chômage pour tous ! L’année prochaine sera pire. La récession pourrait revenir puisqu’elle n’a jamais vraiment cessé. Pendant ce temps, la gauche « tonitruante » en Equateur a sorti 34 000 personnes de l’extrême pauvreté cette année encore. Combien Hollande en a–t-il jeté dans la misère noire depuis qu’il « agit ». L’espérance de vie allonge chez les « tonitruants » ! En France elle recule, à mesure que Hollande « agit ». 

Depuis quelques jours, le gouvernement équatorien est inquiet. Les Etats unis montrent les dents et les réseaux sociaux liés aux nord-américains fourmillent d’allusions malsaines. L’effectif des militaires gringos présent à l’ambassade des Etas unis en Equateur est monté à 50 personnes. Corréa demande publiquement la raison de cette inflation ! « Soyons courageux, sans être provocant ni téméraires » déclare-t-il, en annonçant que son gouvernement n’accepte pas cette situation. Surtout quand elle coïncide avec une campagne qui commence aux Etats unis comme dans la droite et les médias gorilles contre « les menaces sur les libertés publiques » que ferait courir la politique de Rafael Corréa. Je suppose que les médias français liés aux agences nord-américaines vont s’y mettre bientôt. Il est vrai que Corréa vient de renvoyer chez eux les effectifs de USAID, cette soit disant ONG qui alimente en dollars l’opposition sous prétexte « d’aider la démocratie Equatorienne à se renforcer ». Argument d’autant plus offensant qu’il vient d’une nation qui espionne le monde entier et viole les libertés individuelles des citoyens de tous les pays ! L’Equateur prend ainsi la suite de la Bolivie pour cette expulsion. Le moment venu il faudra bien avoir aussi en France du courage. Au moins celui d’un Charles Pasqua ministre de l’Intérieur de Jacques Chirac. Il avait expulsé en son temps quarante-sept « diplomates » nord-américains accusés d’avoir corrompu des hauts fonctionnaires et espionné (déjà) le gouvernement ! Il ne faut pas avoir peur face aux USA. De la Colombie d’où j’observais quelques-uns des aspects des activités nord-américaines, j’ai vu quelques réalités peu flatteuses pour l’Empire. Les gringos sont… 2500 à l’ambassade US de Bogota. En fait, une noire bureaucratie où tout le monde se monte sur les pieds. Une inefficacité crasse. Et des manipulations délétères  générées par les bastons entre « services ». Pourtant, c’est là le deuxième poste nord-américain au monde, aux frontières du Venezuela et de l’Equateur.  Si vous y ajoutez l’activité de l’agence anti-drogue qui a ses réseaux interlopes, on devine quel chaos tout cela porte en soi, non seulement dans ce pays mais dans l’environnement régional. Dans l’immédiat, la vigilance est mère de solidarité. La sécurité du gouvernement Corréa est notre bien commun. Les bagarres entre services américains et les surenchères entre eux peuvent déclencher toutes sortes de dérapages violents. Il faut donc se tenir prêts si besoin est.

Mongi Rahoui, juste avec un gilet pare-balle

J’avais l’esprit plein de ce travail d’écriture sur les stratégies de la violence quand j’ai su que nous rencontrions au siège du PG Hamma Hammami, le porte-parole du Front populaire Tunisien. Quel homme mieux que celui-ci peut m’en apprendre davantage sur la violence et la riposte à la violence ? Car lui est confronté directement et concrètement a la question comme à une question de vie ou de mort. Hammami est un homme à qui nous portons un respect considérable. J’ai dit "respect" car c’est là un sentiment plus construit intellectuellement que l’admiration, par exemple. Ce n’est pas de cette rencontre à Paris qu’est né ce sentiment. Mais de Tunis. J’ai vu de près pour la première fois Hamma dans une réunion de format restreint, juste aux lendemains de l’assassinat de Chokri Belaïd. La Tunisie retenait son souffle. C’était des heures sombres d’angoisse et de peurs. Comme souvent l’impression première peut nous apprendre beaucoup si on la médite. Hamma était très marqué. Sa voix restait posée mais je le sentais, comme nous l’étions tous, envahi par l’idée du déferlement que le meurtre de Chokri pouvait déclencher. Les islamistes allaient-ils commencer un cycle du type des escadrons de la mort latino-américain ? Comment riposterait-on alors ? Quelques-uns des nôtres allaient-ils rendre coup pour coup ? Ou nous mènerait une telle escalade ? Le tour de table a eu lieu pour répondre avec amitié à nos questions. Une tâche de plus pour une équipe déjà éreintée de travail. Mais Hamma, dans cette situation, en portait plus que d’autres sur le dos. Parce qu’il est la figure de proue du Front. Il assume sa tâche avec un total engagement. Il s’est démis de ses fonctions de parti pour accomplir la tâche qui lui a été confiée par le Front. 

Ses camarades comme lui-même ont une longue expérience politique et tous leurs comportements sont encore profondément marqués par les réflexes de la clandestinité. J’ai d’ailleurs noté comment Hamma en appelle au dépassement de cette culture spontanée tout en étant vigilant à en conserver le réalisme. Car, en dépit du silence médiatique en France et du lamentable soutien de Hollande et de son gouvernement au pouvoir islamiste et à ses alliés, la Révolution tunisienne n'est pas terminée, 3 ans après son déclenchement le 14 janvier 2011. Et les rebondissements sont rarement tranquilles. Quelques meurtres le rappellent. Mais à chaque fois que certains ont tenté d'étouffer ou de "terminer" cette Révolution, le peuple tunisien s'en est mêlé. Par exemple, une véritable insurrection civique s'est déclenchée après l'assassinat du député Mohamed Brahmi. Le 6 août dernier, selon les comptages effectués sur des images satellites états-uniennes, 475 000 manifestants étaient alors dans la rue pour refuser la violence politique et dénoncer le coup d'Etat rampant des islamistes. Rapporté à une Tunisie de 10 millions d'habitants, c'est comme si 3 millions de Français descendaient dans la rue. Dans les 6 mois qui ont suivi ce nouvel assassinat, le Front populaire a concentré ses forces sur la lutte démocratique et pour les libertés. Il a pour cela été à l'initiative de la constitution d'un Front de Salut national, avec l'ensemble des composantes, y compris libérales, de l'opposition au pouvoir islamiste. Pour autant, il ne s’est pas dilué dans ce rassemblement. Et, en dépit du « danger-de-la-droite-et-de-l’extrême-droite » brandi par les « grands frères » français, qui les appellent à se cacher aux élections sous le logo grande taille du Front de Salut national, le Front populaire maintient l’autonomie de ses candidatures. Une forte pression sociale et populaire a été construite notamment avec le sit-in de la place du Bardo devant l'assemblée constituante et plusieurs marches civique. Je ne suis pas prêt d’oublier celle du 7 septembre dernier à Tunis. J’ai eu l'honneur d’y prendre la parole. Bref, cette stratégie, c’est celle de l’éducation populaire de masse et le refus clairement énoncé et argumenté de la violence. Cette stratégie qui a fini par payer. Le dialogue national engagé sous les auspices du puissant syndicat ouvrier UGTT a obtenu la démission du gouvernement islamiste. Ennahdha a donc dû quitter le pouvoir qu'elle occupe de manière illégitime depuis que l'Assemblée constituante a épuisé le mandat de un an qui lui avait été donné lors de son élection le 23 octobre 2011. Puis, coup sur coup, une série de victoires fondatrices ont été arrachées dans l’enceinte du Parlement. Le point de départ est une fois de plus une réplique à une tentative de passage en force des Enhadistes.

Le Front populaire et plus largement les Tunisiens, ont d’abord remporté une victoire remarquable contre la violence des religieux. C'est une nouvelle provocation haineuse d'un député d'Ennahdha qui l'a précipitée. Ce député se fait appeler cheikh Habbib Hellouze. Il a désigné samedi dernier son collègue député du Front populaire Mongi Rahoui comme "ennemi de l'Islam", en appelant "le peuple à prendre les mesures adéquates contre lui". Chez les extrémistes, cela constitue un appel religieux au meurtre pour apostasie, sous le nom de "takfir". Diffusé à la radio, cet appel au meurtre, a immédiatement suscité une émotion considérable. Mongi Rahoui, l’homme à abattre, je l’avais rencontré en septembre à Tunis. Il était déjà équipé en permanence d’un gilet pare-balle. Et je l’avais accueilli au Parlement européen en novembre, toujours aussi ferme et posé, cette fois ci sans gilet. Il se lève dans l’Assemblée et interpelle son accusateur fanatique : « Combien de temps encore faut-il que le sang coule pour revenir à la raison ? Aujourd’hui, ma femme ne peut plus vivre à la maison, mon fils est perturbé en cette période de révision pour ses examens ! Je suis musulman, mon père est musulman, mon grand-père est musulman ! Je n’attends pas que le cheikh des menteurs me le certifie ! » L’émotion fut considérable ! Dans l'impossibilité de cautionner publiquement un tel appel au meurtre, le parti islamiste Enahda fut obligé de prendre ses distances. Spectaculaire : il est alors obligé d'accepter ce qu'il avait toujours refusé jusqu'à alors : la proscription constitutionnelle du "takfir" et de toutes les incitations à la violence au nom de la religion. Cette avancée est aussitôt inscrite dans l'article 6 de la Constitution en cours de discussion à l'assemblée constituante. Cet article introduit aussi pour la première fois dans une Constitution d'un pays arabe la "liberté de conscience", en complément de la liberté de culte et de croyance. C'est une avancée historique non seulement pour la Tunisie, mais plus largement pour l'émancipation de l'humanité. Car cela peut servir d'exemples à d'autres. Certes, l'Islam est toujours reconnu comme religion de la société tunisienne comme elle l'était depuis le compromis adopté par Bourguiba après l'indépendance. Mais les tentatives des islamistes pour faire de la religion une source de droit ont toutes été mises en échec. La charia n'aura pas sa place dans la Constitution tunisienne, contrairement à ce qu'escomptaient au départ les islamistes. Une autre avancée historique vient de se produire dans la discussion de la Constitution : l'affirmation d'une stricte égalité entre "citoyen et citoyenne" et l'interdiction de toute discrimination entre homme et femme. Là aussi, il s'agit d'un texte unique dans le monde arabe. La discussion de la suite des articles de la Constitution se poursuit et devrait aboutir d'ici 4 semaines.

Une fois la Constitution enfin adoptée et le nouveau gouvernement formé, s'ouvrira une nouvelle phase civique pour le Front populaire pour porter son programme économique et social devant les électeurs. La relance de l'activité, le partage des richesses, le retour de l'Etat et de la planification dans le développement du pays sont autant d'axes d'action urgente qui distinguent le Front populaire de toutes les autres forces politiques tunisiennes. En l'état actuel des choses, le Front a décidé à l'unanimité des 13 forces qui le composent de partir uni comme Front populaire aux prochaines élections législatives et présidentielles. Selon les sondages, il est bien installé comme la 3ème force du paysage politique tunisien. Dans cette nouvelle phase, les mobilisations sociales et civiques, mais aussi écologiques joueront un rôle décisif. Le Front populaire a bien conscience qu'elles sont la clef du rapport de force dans la société qui déterminera le résultat des urnes. Alors que nos camarades viennent de traverser l'année la plus dure et meurtrière depuis le début de la Révolution, l'avenir est donc à nouveau ouvert pour la Révolution tunisienne. Nous leur avons dit toute notre disponibilité pour soutenir toutes les initiatives de solidarité et d'échange. Nous avons la conviction que nous formons avec les peuples du Maghreb une société commune méditerranéenne. C’est la thèse que j’ai développée au meeting de la plage du Prado à Marseille. Le peuple tunisien est le héros de notre temps en méditerranée car il est en train de démontrer concrètement que le monde arabe n'est nullement voué au despotisme. L'aveuglement du PS français et des sociaux-démocrates européens à ce sujet est définitivement consternante et criminelle. Nous savons qu'au-delà du soutien politique aveugle que François Hollande et son gouvernement ont apporté au gouvernement d'Enahda, le PS français a financé les alliés des islamistes, notamment le parti Ettakatol, sans lesquels ceux-ci n'auraient jamais eu de majorité à l'Assemblée. Bien des supplices auraient été épargnés aux Tunisiens et bien du temps aurait été gagné. Mais la Révolution citoyenne a été plus forte qu'eux.

Municipales, le Front de Gauche en piteux état

Martine Billard, qui dirige le travail de mise en place des listes auxquelles participe le PG, et Eric Coquerel, qui gère nos relations unitaires, ont préparé la discussion de notre Secrétariat national sur la base du bilan de notre activité et des accords locaux qui se sont conclus au dernier trimestre de 2013. Le lâchage du Parti Communiste dans la moitié des villes de plus de vingt mille habitants et la volonté de réduire le Front de Gauche à une étiquette donnée au plus offrant a rendu notre situation illisible. Cela est vrai sur le terrain, où l’usurpation du logo Front de Gauche dans les listes socialistes aggrave la confusion. Ce sera vrai dans les résultats finaux du ministère de l’Intérieur, qui comptabiliseront comme liste PS la moitié des villes ou le PCF est son bagage accompagné, diminuant ainsi de moitié le score national des listes autonomes labélisées Front de gauche. Comme si cela ne suffisait pas, les dirigeants du PCF veulent interdire l’usage du logo Front de gauche quand ils ne sont pas sur la liste. Et quand ils y sont comme à Montpelier, ou ailleurs, certains d’entre eux peuvent encore changer d’avis en cours de route pour mieux marchander leur postes avec les socialistes. Avec de tels amis, nous n’avons plus besoin d’ennemis. Le Front de gauche est en lambeaux. France Info pouvait dire qu’il est la première victime des municipales. On sait pourquoi et à cause de qui. Comment reprendre pied dans ce champ de ruines ?

Le nombre de listes où les communistes ont ralliés les socialistes est trop important pour que nous puissions espérer faire comme s’il s’agissait de retards à l’allumage ou de spécificités locales comme dans le passé. C’est une ligne qui se substitue à une autre. Sans le dire. Car dans le passé, à chaque élection, le Conseil national du PCF proposait une option stratégique. Pas cette fois ci. La ligne des « fronts » à géométrie variable, écartée après les européennes de 2009 est donc redevenue la règle. Elle commence avec ces élections, elle s’élargira aux régionales-cantonales de 2015. S’il s’agissait d’autre chose, les communistes auraient essayé de convaincre leurs partenaires du Front, ils auraient pu proposer de les embarquer pour négocier ensemble, ou que sais-je encore. Rien de tout cela. Le contraire : des négociations en double, des allers et retours pleins de secrets et sous-entendus trompeurs. A Paris, nous avons appris dans le journal « Libération », par une interview de Pierre Laurent, l’appropriation des résultats du Front de Gauche à la présidentielles par les négociateurs communistes parisiens, et le nombre des postes mendiés au PS. L’énormité du prix payé par les solfériniens, treize sièges de conseillers de Paris, trente-et-un conseillers d’arrondissement et un siège de sénateur, montre ce qui est visé. Les solférinien veulent bien autre chose qu’un apport électoral, puisque le PC parisien faisait 2 % dans la capitale la dernière fois qu’il s’est compté seul. Les solfériniens ont payé pour disloquer le Front de Gauche et ils ont trouvé des partenaires pour le faire. La preuve par un contre-exemple : rien n’a été dit ou fait pour éviter que les Verts fassent une liste autonome. Tout le monde sait que le premier tour est sans risque pour la gauche à Paris. C’est donc de propos délibéré que tout ce sabotage a été fait. Le mal est donc très profond.

Le Front de Gauche est une stratégie, pas un logo. La politique à géométrie variable du PCF a tué dans l’œuf le principal argument de crédibilité du Front de Gauche : sa cohérence et son indépendance depuis 4 élections consécutives. Elle porte un très rude coup au PCF lui-même et démoralise des milliers de militants communistes. Sa ligne devient illisible, elle aussi, passant du zig au zag comme on peut le voir en lisant « L’Humanité », qui tantôt affirme : « les communistes parisiens font le choix de l’union » et tantôt décrit avec précision comment les socialistes font tout pour effacer la signification nationale de cette élection pour sauver la peau du gouvernement. L’erreur serait de s’enfoncer dans des batailles de sigles, de logo et ainsi de suite. Ce qui ne fonctionne plus doit être changé, et les vieilleries inutiles abandonnée aux fétichistes. Nous savons bien que si le PCF était si sûr de son affaire et s’il croyait lui-même à sa ligne il ne se cramponnerait pas au sigle Front de Gauche pour aller sur les listes socialistes. Il se contenterait de dire qu’il est le PCF et qu’il propose ceci ou cela. Mais les solfériniens payent pour avoir le sigle Front de Gauche. Si le PCF croyait vraiment au « risque-de-droite-et-d’extrême-droite » dès le premier tour il essaierait d’en convaincre et d’associer les autres composantes de notre gauche. C’est tout le contraire. A Paris, il prétend que la liste Hidalgo est celle de « la gauche rassemblée ». Et celle qui regroupe tous ses alliés du Front Gauche, c’est quoi à ses yeux ?

Nous avons donc proposé une rencontre le 17 janvier prochain pour clarifier la situation. Nous allons faire des propositions à la direction communiste. Il y a deux lignes rouges. D’abord, la confusion doit cesser. Le sigle Front de Gauche ne peut sous aucune forme être associé aux listes du PS. Ensuite, cette situation ne doit plus se reproduire dans l’avenir. Pour cela, il y a un moyen simple : le vote de tous les électeurs du Front de Gauche qui le souhaitent. Ce n’est pas une primaire. Quand les autres proposent de trancher entre des personnes, nous proposerons aux nôtres de trancher entre des lignes d’action. Il est donc temps de reprendre l’idée d’une « association des amis du Front de Gauche », qui établirait cette liste électorale chargée de décider entre les orientations proposées. Cette idée avait été acceptée au début du Front de Gauche. Elle fut présentée au congrès extraordinaire du PCF en juin 2010 par Marie Georges Buffet. Elle y fut repoussée. Je suis certain que des milliers de communistes doivent le regretter amèrement aujourd’hui.

Le Front de gauche est notre bien commun. Un seul parti ne peut se l’approprier pour son avantage. Il nous a coûté de le construire. Surtout à nous qui avons quitté nos partis d’origine et remis tout en cause dans notre vie militante. La ligne conductrice de notre action ne peut pas être dans les micmacs d’appareil mais dans l’accompagnement de la situation du pays et des gens vers l’opposition de gauche. Les mois à venir vont être encore plus durs pour tous en France. L’économie va retourner aux limites de la récession ou même y replonger. Le chômage va s’aggraver. Les cadeaux au patronat vont s’accélérer. En Europe, l’alliance des sociaux-démocrates avec Merkel va faire peser une chape de plomb sur les peuples. Être collés aux solfériniens est la pire position pour porter un discours d’opposition de gauche crédible aux yeux du grand nombre. On a le droit de ne pas le penser et de croire aux balivernes sur « les politique locales » qui serait d’un autre ordre que la politique nationale. C’est gravement méconnaître l’intelligence politique des citoyens et les résultats électoraux de ces dernières années. Mais nous n’avons pas le droit, pour des raisons de diplomatie intergroupusculaire ou de peur du « qu’en dira-t-on dans la presse », de laisser la confusion s’installer et souiller tout le monde. D’une façon très personnelle, je veux dire que je ne me laisserai pas entraîner dans cette impasse.

Mais quel gâchis ! Car s’il n’y avait pas eu ce lâchage communiste parisien, ouvrant les vannes des ralliements aux socialistes dans tout le pays, que verrions-nous à la place de ce tableau pitoyable ? Non seulement il y aurait une liste Front de Gauche dans chaque ville, mais on verrait que notre énergie politique a élargi son espace. En effet, dans nombre de villes, l’alliance avec les structures de base d'EELV se réalise. C’est le moment de demander au lecteur assommé par la situation de regarder le tableau présent avec d’autres yeux.

La présence ou non du parti communiste n’est pas l’horizon ultime de l’autonomie ni de l’existence d’une opposition de gauche. La preuve ! Pour l’instant, le plan de marche que nous avons fixé fonctionne. L’opposition de gauche que nous voulons construire se met en place certes lentement, avec de gros revers parfois, à un rythme et sous des formes différentes selon les lieux. Mais ça avance. Avec ou sans PC, les listes autonomes incluant le Front de Gauche sont présentes dans une écrasante majorité de commune de plus de vingt mille habitants. En prenant appui sur cette réalité, Il faut faire un bond en avant. Cela va encore bousculer bien des routines. La stratégie qui a fondé le Front de Gauche (je ne dis pas le logo !) n’est pas un emballage pour ripoliner les vieilleries. C’est une stratégie de guerre de mouvement. C’est dur, nous sommes trompés et parfois trahis, mais ça avance. Il ne faut pas faiblir ni avoir la main qui tremble. Nous ne défendons pas une marque, un parti, ni des sièges, ni des ressources. Nous sommes appelés à rendre réel un rêve de renouveau humain dans la déchéance d’un monde voué à l’argent. Cette ligne dégage peu à peu un contour plus large d’année en année. Elle aura son heure si nous lui sommes fidèles.


101 commentaires à “Merci Tunis !”

Pages : [1] 2 3 »

  1. 1
    yann dit:

    Reviens vite Jean-Luc! La France a tant de besoin de ta voix et de vos lumières dans la pente rocheuse, escarpée et tranchante que nous poursuivons sans y tomber mais où l'on s'égratigne tout de même ! Que l'alternative de l'éco-socialisme soit dans un monde infecté et aveuglé par le vide argent !
    Fraternellement.

  2. 2
    sergio dit:

    Ce que décrit Jean-Luc concerne le lâchage dans de nombreuses villes par des cadres du PCF des listes FdG et ceci afin de rallier les listes PS. Comment ces cadres peuvent ensuite espérer être crédibles auprès des électeurs en dénonçant la politique réactionnaire et anti-sociale du gouvernement ?
    J'arrive à n'en souhaiter qu'une chose, si de notre côté au PG et au FdG, on travaille bien. Que les électeurs sympathisants ou membres du PCF ne votent pas pour les listes PS où sont associés leurs candidats et qu'un grand nombre d'hésitants et d'abstentionnistes choisissent les listes FdG anti-Hollande et anti-UMP/FN.
    Merci pour ces nouveaux comptes rendus, Jean-Luc. C'est mon oxygène.

  3. 3
    Flyskippy dit:

    Merci
    Nous ne défendront pas des hommes mais des idées. Vous, nos responsables politiques, vous êtes nos représentants. Les représentants de nos idées.
    Courage Jean Luc ! Courage à tous les militants qui se battent pour qu'enfin nos idées révolutionnent notre réel comme l'on fait avant vous les Jean Zay, les Ambroise Croizat, les Marcel Paul et tous les autres moins connu.

  4. 4
    Vinnie Reb dit:

    Bonne Année Jean-Luc !
    Sur Dieudonné, tout à fait d'accord, il s'agit bien là d'une diversion. Ce gouvernement a porté l'art de la diversion à des niveaux inégalés. L'année dernière, alors que se signait l'ANI, c'était le mariage pour tous (qui n'était pas franchement une urgence, vu la crise dans laquelle notre pays est plongé...). L'intervention au Mali avait eu aussi une fonction similaire en politique intérieure. Maintenant, Dieudonné, pour qu'on ne parle pas de la hausse de la TVA ? Ou d'autre chose que le gouvernement a dans sa manche et qu'il n'ose pas encore annoncer ? Je crois aussi que Dieudonné est la caution du PS pour montrer que ce gouvernement "lutte" contre l'extrême-droite, tout en ne faisant rien contre le FN, puisqu'il est notoire que le PS a besoin du FN car ils n'ont pas de programme qui tienne la route. En fait, Dieudonné est l'idiot utile du system PS. Il confère à ce parti les apparences de la lutte tout en ne touchant pas au FN. Pathétique.
    Quant aux municipales, je crois que vous avez raison aussi. Dans notre ville de +20,000 habitants, nous partons finalement sans les soces. C'est une bénédiction déguisée, car dans les tractages et autres contacts avec nos concitoyens, on voit bien que le PS n'est pas une bonne réputation. Vaut mieux donc éviter de s'y associer et pourtant chez nous dans le 06, c'est très dur pour nous autres de gauche, la vraie gauche.
    Bon courage à tous !

  5. 5
    Nicks dit:

    Notre intérêt à tous est de faire changer cette politique qui nous amène dans le mur. Nous n'y arriverons que si les solfériniens sentent qu'ils peuvent être battus. Toute alliance avec eux les renforce. Si le Pc refuse, nous nous passerons de lui malgré ce qu'il peut nous apporter...

  6. 6
    adrien dit:

    "Pour nous, l’idée du combat politique l’a emporté."

    Cette idée, il me semble, n'existe pas seulement dans la liberté illimitée de ma conscience, mais dans la réalité de ma liberté d'expression. Je ne partage pas votre point de vue, mais je me satisfais que vous preniez en compte le mien (celui de ceux qui pensent que la liberté d'expression ne doit pas être limitée). C'est là un débat qui doit rester présent au PG. Il y a bien d'autres choses plus urgentes sur lesquelles nous devons nous réunir.
    C'est la première fois peut-être, que je suis en désaccord avec vous. Cela me rassure. Je devenais gêné de n'avoir jamais rien à redire. Cela ne remettra aucunement en cause mon vote pour la ligne politique qui est la votre aux prochaines élections.

  7. 7
    Stéphane B. dit:

    "Priver un homm des moyens que la nature et l'art ont mis en son pouvoir de communiquer ses sentiments et ses idées, pour empêcher qu'il n'en fasse un mauvais usage, ou bien enchaîner sa langue de peur qu'il ne calomnie, ou lier ses bras de peur qu'il ne les tourne contre ses semblables, tout le monde voit que ce sont là des absurdités du même genre, que cette méthode est tout simplement le secret du despotisme qui, pour rendre les hommes sages et paisibles, ne connaît pas de meilleurs moyens que d'en faire des instruments passifs ou de vils automates."
    Maximilien de Robespierre.

  8. 8
    Alain44 dit:

    "Seuls les frivoles croient que c'est une obsession exotique"
    J'ai eu ce soupçon, je m'en excuse. Il faut savoir que nous aurions eus beaucoup à apprendre des peuples que nous avons passé au fil de l'épée et dont toute leur mémoire a été effacée.
    "Un antisémitisme décomplexé officiel" suivant un FN décomplexé officiel lui aussi. Il résulte de tout cela que les gens n'ont plus peur de s'afficher voyant dans le spectacle de Dieudonné une occasion de manifester contre le système mettant tous les partis dans le même sac. La Shoah, les gens ignorent donc ce que cela représente, une transgression, un impensable. On ne plaisante pas avec çà, on baisse la tête, on frissonne abasourdi dans notre humanité. Pour moi, la République a tous les articles de loi pour sanctionner cet homme sans toute cette mascarade humiliante.

  9. 9
    Francis Baldassi dit:

    Je partage l'analyse de JL Mélenchon sur la dualité de stratégie de la direction du PCF pour les municipales. Il s'agit bel et bien d'un sabotage de la stratégie de Front de Gauche qui est tellement indispensable au mouvement progressiste de notre pays. Comment sera t-il possible de présenter une liste commune aux Européennes si sur le fond la stratégie du Front de gauche n'est pas partagée par l'une des ses composantes essentielle ? Les dirigeants du PCF ne sont pas en phase avec la réalité du terrain. La vielle stratégie d'Union de la Gauche avec un PS dans l'opposition qui entretenait la confusion sur son positionnement réel est aujourd'hui rendue obsolète par la dureté de la politique néo libérale au service du capital mise en oeuvre par le gouvernement socialiste. Notons au passage l'extrême discrétion (pour rester poli) de la gauche du PS qui par son silence se fait complice de la mise en oeuvre de cette politique massivement rejetée par les électeurs de gauche.
    La direction du PCF ne partage donc pas l'analyse de l'état de la gauche aujourd'hui et du besoin de passer à autre chose, sans doute un autre mode d'organisation et de fonctionnement du mouvement progressiste. Un mode de fonctionnement dans lequel le monde associatif, syndical, les individus de gauche non encarté, les citoyens soucieux du devenir de la République et de la démocratie doivent avoir un rôle prépondérant.

  10. 10
    josé-angel dit:

    Ce qui bouleversera bien des routines c'est que les têtes pensantes des partis ne s'accaparent plus ce qui n'est à personne, à savoir les militants. une femme, un homme, une voix. Ce que je vois surtout, c'est une volonté délibérée de tout mélanger, d'user d'arguments peu scrupuleux.
    44% des communistes parisiens ont voté pour des listes FdG. Au lieu de prendre appui sur eux, on a mis en exergue une ville dont tout le monde s'en fout, parce que tout le monde l'a en horreur, Paris. Au lieu de nous appuyer sur les camarades communistes qui ont voté FdG on s'appuie sur les non convaincus pour jeter le PCF dans les bras du PS. Jolie stratégie qui nous mène où ?

  11. 11
    Pierre B dit:

    Merci à toi Jean-Luc pour ce nouveau post. Ta pensée lumineuse, précise, aidée par ton style alerte, nous guide dans cette période de turbulences. Décidément, il nous faut un grand homme pour relever le tête face aux antisémites de tout poil et à nos gouvernants aussi arrogants que stupides. Ce sera toi ! Bravo également pour le soutien que tu as apporté à Patrick Cohen. Que se vayan todos !

  12. 12
    françois dl dit:

    Affaire Dieudonné. N'est ce pas aussi un peu la faute des politiques qui ont instrumentalisé et exacerbé la xénophobie pour concurrencer le FN sur ce terrain ? Ça fait longtemps que les "informations" nous en donnent à manger sur les étrangers et à force les digues laborieusement mises en place se sont fissurées.

  13. 13
    Berger Pierre dit:

    Carton jaune, attention au rouge ! Ami Jean-Luc Mélenchon, tu as raison de parler de manip Dieudonné, le problème est que tu ne te rends pas compte que tu es toi-même manipulé par les mêmes qui travestissent régulièrement le discours du PG en utilisant exactement les mêmes procédés. Contrairement à ce que tu répètes, Dieudonné n'est pas plus antisémite que toi. La vision de tous ses spectacles pourrait t'en convzincre.
    Moi qui passe mon temps à essayer de convaincre mes relations de la validité de tes thèses et de ton engagement écrasé par le rouleau compresseur des média aux ordres, quelle déception je ressens, devant ton incapacité à voir que Dieudonné est traité exactement de la même manière.
    Quelque part les élites infaillibles et bien-pensantes nous refont le coup du traité européen, alors que tous les sondages effectués ces derniers temps montrent que la grande majorité des français est contre l'interdiction des spectacles de l'artiste même s'ils ne le connaissent ou ne l'apprécient pas. Cet évènement qui peut sembler anecdotique à certains est pourtant emblématique de la société dans laquelle je souhaite vivre. Je ne parle même pas de l'hypocrite Valls pris en flagrant délit de racisme sur le marché d'Evry !

  14. 14
    SandrineN dit:

    Je suis bien d'accord avec toi Jean-Luc, tout ça est un beau gâchis. P. Laurent nous a tués. Il a bousillé tous tes mois de travail et de lutte acharnée. Je ne lui pardonnerai jamais. Lui et les autres neuneus qui se rallient à lui. Je te suis entièrement dans l'idée de créer "l'association des amis du Front de Gauche". C'est la seule alternative pour qu'on puisse se différencier de ses arrivistes. Ils ont sali le FdG et nos idéaux on ne peut pas continuer sur ce terrain là on n'est plus convaincants.
    Je te suis également en ce qui concerne Dieudonné. Ce gar là est bel et bien haineux et diffuse dans ses spectacles la haine. Il est vrai qu'il faut laisser faire la justice car nous sommes pour la liberté d'expression mais ce gar là est avant tout une affaire politique. Il va trop loin. Et je proteste contre tous les gens qui te mettent dans le même panier que Valls. Ces gens là n'ont rien compris !
    Merci à toi pour ce billet, je l'attendais depuis longtemps. Je ressens beaucoup ce que tu ressens et je vois bien que cette histoire avec le PCF t'a touché, tout comme moi. J'ai eu du mal à m'en remettre aussi, moi qui ai toujours voté PCF. Je suis de tout coeur avec toi Jean-Luc et te remercie infiniment pour tout.

  15. 15
    jean dit:

    Bonsoir à tous. Je pense que le mal est fait. Je pense aussi que l'étiquette PS-PC fera perdre le Front de gauche. Quel gâchis en ce moment ! Heureusement que dans peu de temps va se produire un fait qui va nous poser, puis a nouveau nous rassembler. Ce message fort que nous avons envoyé. La parole humaine doit "prendre siège" face a la parole comptable. Je rappelle aussi L'Humain d'Abord.

  16. 16
    HIAS dit:

    Il ya différence entre "liberté d'expression" (en plus artistique), et liberté d'acte. Pas le droit de tuer ou d'être nu dans la rue, c'est évident. Limiter l'expression de la pensée, c'est de la censure. Il faut combattre les mauvais propos, mais pour cela il faut qu'ils soient tenus. Je suis un fan de Dieudonné, et je suis un acharné du front de gauche. Je suis un fan de son humour cinglant, qui n'a rien d'antisémite, mais qui est plutôt anti-sioniste. Et c'est là que le débat se ferme. Qu'est ce que c'est que cette organisation du CRIF qui se fait des frais de bouche avec nos impôts ? Dieudonné est un artiste, et dans ce rôle là tout est permi car il s'agit de crativité. Ca n'a jamais tué personne. Un humoriste aurait critiqué Hitler, on l'aurait fusillé. Or notre république fusille un humoriste parce que les médias et le PS on besoin de créer de la sensation et du détournement de sens. Cela révèle que la démocratie est belle et bien morte.

  17. 17
    MGB dit:

    En ce qui concerne les municipales, si nous assistons dans certains endroits endroits à un fiasco, partout des rencontres et des confrontations ont lieu à l'occasion de ces élections. Partout la composition ou recomposition de la gauche anti-libérale écologique et sociale est en marche. Cet épisode aura eu le mérite de préciser nos différences stratégiques. A nous tous de savoir en tirer les conséquences.

  18. 18
    Stéphane B. dit:

    Je précise que Robespierre est l'un des fondateurs de cette "république non-neutre" à laquelle M. Mélenchon fait référence. Et que comme il le mentionne c'est effectivement un choix global, on ne peut pas trier. Et encore effectivement, c'est non-neutre, je suis d'accord, Maximilien indique que la valeur est la liberté d'expression et non la censure a priori. Maximilien ne fait auncun amendement à sa déclaration en référent à des valeurs subjectives (forcément), de l'histoire, de la culture, de la bien pensance, de l'air du temps, ou je ne sais quoi. Lorsque Maximilien fait cette déclaration, la république naissante est en danger, de toute part. Des gens veulent sa mort, et ils l'auront. Pourtant il dit cela. je ne crois pas que M. Dieudonné soit une menace plus grande de les coalisés, les chouans ou les vendées, les royalistes, etc.
    Je ne vois pas en quoi les valeurs affichées par le Parti de gauche (liberté d'expression mis a part visiblement) doivent avoir peur d'un saltimbanque. Je ne vois pas de quoi la raison et l'humanisme ne pourrait venir à bout.

  19. 19
    jean ai marre dit:

    "Mais au cas de Dieudonné, pour nous qui ne sommes pas gouvernants du moment, la bataille est exclusivement politique et idéologique."

    Ouf, et grand merci à toi, Jean Luc Mélenchon pour cette position politique sans équivoque. Je constate que le Crif a une part importante en France. N'importe qui n'assiste pas au repas de fin d'année ! Existe-t-il les bons juifs et les autres ? La question que je me pose : ma liberté est elle prisonnière des idéologies politiques partisanes ? Défendons notre république, c'est ma seule religion.

  20. 20
    PIETRON dit:

    Nous sommes, comme jamais, en pleine déconfiture politique. Cette déconfiture qui, pour aliéner les populations, tente d'orienter la multitude humaine vers les tréfonds de la basse consommation culturel.
    Le communautarisme en est l'un des signes. Le détournement politique opéré par les socialos au travers de Dieudonné opposé à la LICRA (et vice versa) n'est qu'un avatar finalement de ce qu'est depuis des décennies le PS: un parti à géométrie très variable (Plein pouvoirs à Pétain mis à part quelques courageux, Jules Moch tueur de mineurs en grève, Guy Mollet en Algérie, etc.).
    Un PCF dégringolé par une globalisation économique capitaliste qui en a tué bien d'autres, ne tente plus que de survivre par son réseau d'élus (et peu importe les saloperies que cela peut induire pour les travailleurs).
    Nous voilà dans l'obligation, et plus que jamais, de revisiter l'histoire révolutionnaire au travers de Maximilien, de Babeuf, de la commune, et 1917 en ses fondements. La difficulté se situe dans l'énorme machine de guerre que le capital a pu s'approprier durant toutes ces années, et notamment les médias. Toutefois, c'est bien le quotidien du travailleur, du retraité, du chômeur, qui est finalement le meilleur allié de toute personne qui aurait la noble ambition de changer l'état des choses en profondeur.

  21. 21
    davesne dit:

    Bonjour
    Je suis une citoyenne et je ne suis pas adhérente à un parti politique mais je vote Front de gauche. Je ne suis pas d'accord avec l'idée d'une association des amis du front de gauche. C'est aux adhérents des partis de débattre et trancher. Association qui serait à géométrie variable.
    En ce qui concerne les municipales, il faut voir cas par cas en prenant en considération le caractère démocratique qui doit prévaloir et à partir d'une orientation stratégique qui doit guider, battre la droite et l'extrême droite et avoir des élus des composantes du Front de gauche. Et sur ces bases faire confiance à l'intelligence politique et à la capacite d'appréciation des situations locales des militants au plan local y compris des forces du Front de gauche. Oui, le Front de gauche rencontre un gros problème et ceci bien avant les disputailles. Plusieurs élections et le Front de gauche avec ses candidats ne progressent pas. Pas d'analyse.
    Amicalement.

  22. 22
    Eric J. dit:

    Merci Jean-Luc de tes billets qui me permettent à chaque fois un saut qualitatif dans ma vision du monde et du monde politique.
    Sur les municipales, c'est bien dans les actes que l'on peut voir le vrai visage des gens et de leur ligne politique. Et ce que le PCF a fait à Paris et dans de nombreuses villes, c'est de ramasser les miettes qu'on veut bien lui laisser. Cela veut dire qu'il ne pense pas pouvoir passer en tête de la gauche et faire changer les choses ou alors à la marge. Et de défaites en désespérance, on en vient à accompagner le système ultra libéral, non plus pour le changer mais pour atténuer le mieux qu'on peut et avec les faibles moyens qu'on nous laisse, la souffrance qu'il occasionne aux gens. Je suis entièrement d'accord avec vous, l'affaire des municipales est grave et cette idée de faire voter l'ensemble des membres des partis qui compose le front de gauche est la seule qui permette une sortie par le haut. Car notre force est d'être uni et ce vote permettrait de le rester par un acte démocratique.
    Ne lâchons rien !

  23. 23
    libre62 dit:

    "Être collés aux solfériniens est la pire position pour porter un discours d’opposition de gauche crédible aux yeux du grand nombre."

    Dans chaque commune, en effet, que vont penser les électeurs en ne trouvant pas de bulletin FdG en liste autonome ? La politique du PS est dans la ligne libérale de la droite. uel sens aurait pour eux d'aller voter pour les PCF (alias FdG) + solfériniens ? Une opposition claire, lisible et de Gauche doit être présente partout !

  24. 24
    Cathy M dit:

    Jean-Luc, tu ne te prosterne pas devant le CRIF, tu te fais traiter d'antisémite ! Ne crois-tu pas que c'est bien la même chose pour Dieudonné ? Ne crois-tu pas qu'il est là le vrai problème ? L'Etat français, le peuple français a encore son mot à dire ou c'est terminé, Israël tire les ficelles ? La blague pourrie de Hollande, tout le monde s'en fout, le CRIF a même du applaudir. Les propos de Valls à Evry, tout le monde s'en fout, il n'est pas inquiété.

  25. 25
    dom dit:

    Oui, le ralliement du PC au PS est regrettable. Il n'est plus question pour moi de voter pour le parti du vilain baratineur de l'Élysée. Je préfère m'abstenir en cas de candidat commun.

  26. 26
    Bof dit:

    Nous avons un gouvernement qui fait très bien (ou très mal) 2 choses. Interdire et taxer.
    M. Valls ne devrait-il pas interdire le FN ? Il ne le fera pas. Il compte avec le PS sauver des postes d'élus avec un FN à 10-15% voire plus.

  27. 27
    roussel dit:

    Merci Jean-Luc pour toutes les infos que vous nous transmettez. Cela me redonne du courage face au déferlement médiatique de la médiocrité. Je vis en Pologne ou j'assiste la aussi au nivellement par le bas des médias polonais. Le pire, a mes yeux, est que les familles dans une grande majorité, laissent l’éducation de leurs enfants a ces médias et a une école vidée de sa mission. Et par dessus tout cela, vous nous annoncez la traîtrise des communistes français. C'est a pleurer.
    Jusqu’à quand faudra t-il aux peuples de l'UE tomber dans la misère pour qu'ils se ressaisissent a la manière des Sud-américains ou des Tunisiens ? Jusqu’à quand ? Courage a nous tous qui aimons l’Humanité, courage au Front de Gauche, il nous faut continuer malgré les obstacles, courage Jean-Luc et encore merci.

  28. 28
    jean dit:

    Fidele d'entre les fideles aux idées de gauche progresistes mais aussi tres attaché aux libertés à la democratie et a la justice je me dois de d'intervenir sur l'affaire Dieudonné. En effet je lis dans ton article que tu condamnes les propos de l'artiste envers Patrick Cohen. Jusque l'à nous sommes en phase mais je dois dire que pour avoir suivi attentivement ce feuilleton je n'ai pas souvenir en amont d'une quelconque condamnation de ta part quand Patrick Cohen est venu sur les plateaux télé expliquer qu'il y avait une liste de gens que les journalistes se devait de na pas inviter au pretexte que c'etait des gens pourvu d'un cerveau malade. A la reponse d'une animatrice de télé qui revendiquait la liberté d'inviter et de donner la parole a qui elle le souhaitait la reponse de Cohen fut sans ambiguité "non vous ne pouvez pas". Frederic Taddéi se vu fermenent reproché également d'avoir donné la parole dans un debat contradictoire a des personnes présent sur cette liste. Ce monsieur a donc le pouvoir de faire pression sur les medias pour filtrer ceux qu'il estime digne de parole et les autres. Grave atteinte aux libertés quand même ! Mais etrangement pas de condamnation. Quand Valls est surpris tenant des propos après avoir serré la main d'un musulman je cite "Belle image de la ville d'Evry, tu me mets quelques blancs, quelques blancos !", propos scandaleux dans la bouche d'un ministre et là aussi pas de réaction des bien pensants. Réfléchis y.

  29. 29
    reneegate dit:

    "Notre intérêt à tous est de faire changer cette politique qui nous amène dans le mur."

    Faites vous référence au spectacle de Dieudonné ? Laissons les bornes aux bornés et ne nous trompons pas d'adversaire. Les "mauvaises fréquentations" sont toujours diversement interprétées (JL Mélenchon en a fait les frais lui aussi en déjeunant avec qui il ne fallait pas). Pas d'armes, ni violence chez nous, soit ! Mais sans provocation, ni dérision face à ce pouvoir toujours plus fort, homogène et agressif ? C'est pas gagné!

  30. 30
    Denis F dit:

    Merci Sébastien (10) pour cette citation d'un grand républicain s'il en est. Républicanisme Jacobin dont bon nombre au PG se réclame, se qui ne les empêche pas de dire, donc de penser, le contraire. Aujourd'hui dans cette 5ème république faut-il que l'humour passe par l'imprimatur du CRIF, de la LICRA ou des autres organisations communautaires juives de France ou d'Israël pour être républicain et acceptable ?

  31. 31
    maximilienR dit:

    Sur le terrain le FdG est un champ de ruine, l'électeur lambda n'y comprend plus rien. Comment expliquer que nous ferions différemment que les socialistes en s'associant avec eux dans les villes. Le PCF porte une lourde responsabilité, d'autant plus qu'il devait négocier depuis des mois en coulisse et en douce, dans le dos des travailleurs, ces accords municipaux. Leur stratégie suicidaire ne bénéficiera qu'aux Solfériniens qui emportent avec eux notre drapeau.
    M.G. Buffet ne représentait que 2% en 2007, ce ne serait pas une grande perte, sachant que d'autres électeurs de gauche réticents au FdG du fait de la présence du PC (pro nucléaire et productiviste) nous rejoindraient. Un nouveau FdG devrait voir le jour pour une gauche de gauche.

  32. 32
    françois 70 dit:

    Le FdG n'est pas seulement en piteux état, il est mort. L'appareil du PCF a choisi son camp, celui de la Vème république oligarchique qui distribue ses prébendes. Il faut rompre dès à présent avec lui, afin de pouvoir constituer des listes sur une ligne de rupture avec l'UE aux européennes. La constitution de ces listes doit être l'occasion de l'affirmation d'un nouveau regroupement incluant toutes les forces saines de feu le FdG, y compris naturellement les dizaines de milliers de communistes dignes de ce nom. Ce regroupement ne pourra s'élargir et toucher les couches populaires qu'à deux conditions: une rupture complète et définitive avec la mafia néolibérale solférinienne et l'acceptation (douloureuse !) du fait que le mot gauche est devenu mortifère et synonyme de droite aux yeux d'une partie grandissante du peuple.

  33. 33
    Oscar Marion dit:

    @Berger Pierre
    Je suis d'accord avec toi du début jusqu'à la fin. Désacraliser la Shoah, c’est peut-être son ultime but. Que l’on parle de l’esclavage, du génocide arménien, de celui des aborigènes, ou de celui des amérindiens comme on parle de la Shoah. Ou plutôt le contraire. Que l’on puisse rire de la Shoah comme de l’esclavage et de tous les autres génocides, parce qu’il n’y a rien de mieux que le rire pour faire réfléchir les gens. Les tabous en général sont nuisibles. Des parents qui ne parlent pas de sexualité avec leurs enfants les mettent en danger. Ne pas pouvoir parler de la Shoah sur le ton de l’humour encourage la paranoïa de l’antisémitisme.

  34. 34
    Carlos dit:

    Voir et entendre chaque fois que ce thème est abordé dans les médias, les participants faire des déclarations préalables pour protester de leur horreur du racisme et de l'anti sémitisme prouve qu'il y a quelque chose qui na va plus. Pourquoi toujours devoir se justifier d'avance ? D'où vient cette peur diffuse ? De qui et de quoi a-t-on peur ?

  35. 35
    LECOMTE dit:

    Depuis quelques jours gênée par le positionnement du PG au sujet de la polémique Dieudonné, cela me rassure de découvrir dans les commentaires une lueur de lucidité, aussi bien de la part de Jean-Luc Mélenchon que de la part des camarades qui s'y sont exprimés. La diversion étant flagrante, ce qui n'a pas échappé à beaucoup de mes proches, les avis au sujet de la proportion qui a été donné à cet affaire différent de beaucoup. Je pense comme Stéphane B (à travers les mots de Robespierre) et adrien. Punir Dieudonné de la sorte ouvre des précédents. Qui détermine les limites ? Ce monsieur n'est pas le seule humoriste en France et pas nécessairement le plus virulent. Et l'amalgame antisémite est un peu exagéré. Ce que nous voyons sont les agitations du CRIF et LICRA qui justement, comme signalé par Jean-Luc ne représentent pas les communautés juifs. En tout cas, il n'est pas le moment de se laisser prend à ce jeu. Nous avons beaucoup du pain sur la planche déjà, toujours avec le projet écosocialiste.

  36. 36
    Bernard Leprêtre dit:

    Salut Jean-Luc. Pas facile, le monde dans lequel on vit. Enfin, hier soir j'ai (enfin) vu "Les Jours Heureux", film qui démontre que quand tout paraît impossible tout reste possible. Avec beaucoup de courage.
    A propos de l'affaire Dieudonné, Plenel a écrit sur Mediapart un billet qui me semble intéressant, intitulé "Contre Dieudonné, mais sans Valls".
    Courage à tous !

  37. 37
    BoJo dit:

    Nous sommes appelés à rendre réel un rêve de renouveau humain dans la déchéance d’un monde voué à l’argent.

    Cette phrase ainsi que l'évocation des politiques si courageuses menées en Bolivie et en Equateur devraient servir de boussoles. Les citoyens sont assez intelligents pour faire le tri du reste, certes, à moins que la charge sans cesse recommencée de la fabrique médiatique de l'opinion ne brouille par trop cet entendement.
    La détérioration des conditions de vie vont se poursuivre, l'étouffement institutionnel de la Vème continuer à décrédibiliser la démocratie. Au "choc de simplification", on finira par souhaiter "la simplification du choc".

  38. 38
    Glières dit:

    On ne vote pas pour un homme, aussi méritant, courageux et respectable soit-il, on porte avec lui un programme politique. On peut ne pas partager toutes les réflexions de Jean-Luc Mélenchon sans pour autant marchander sa voix. Ce qui manque pour sortir de la confusion actuelle, c’est un objectif simple, à notre portée et clairement affiché: éliminer, coûte que coûte, les listes PS aux Municipales. Eliminer un parti qui, en menant une politique ultralibérale et antisociale, jette le discrédit et la confusion sur toute la gauche.
    S’abstenir, voter blanc ou voter nul, c’est subir. Cette attitude, moralement, intellectuellement, tactiquement, ne me convient pas. Ce qui frappera l’opinion dans ces Municipales, ce ne sont pas nos scores - quels qu’ils soient, ils seront minorés et dénaturés - c’est la claque que prendra le PS au travers de ses représentants les plus emblématiques que sont ses députés-maires, sénateurs-maires et autres apparatchiks, ceux dont il ne sera pas possible de taire la chute dans les médias. Pour que nous devenions le seul recours à gauche aux Européennes, les listes PS aux Municipales doivent absolument tomber, quelle que soit leur composition. Paris serait dans ce cas exemplaire.
    C’est pourquoi dans ma sous-préfecture je voterai contre le député-maire PS sortant. Le cœur serré mais résolu, je voterai donc à droite au 2ème tour. Ce n’est qu’après avoir fait le ménage à gauche, que nous pourrons aux Européennes nous retourner victorieusement contre la droite.

  39. 39
    naif dit:

    @jean ai marre à 17h53
    "Ouf, et grand merci à toi, Jean Luc Mélenchon pour cette position politique sans équivoque."

    Effectivement cette affaire est politique. Tous les médias, je dis bien tous, et tous les créneaux horaires possibles et imaginables sont utilisés pour zoomer à coté du problème FN. De tous ces débats il en ressort que A. Soral vient du PCF (ce qui n'est pas démontré). F Haziza (journaliste animateur de débat sur LCP) vient encore de le répéter sur canal chez Ardisson. Ce n'est pas le seul (cette assertion est dans presque tous les débats). Dieudonné, Soral, FN, PCF dans le même sac. Mais surtout le FN est protégé parce que MLP aurait condamné les propos de Dieudonné. Cette affaire est nauséabonde. Rien sur les Zemmour, les Ménard et son site internet "bien fréquenté" qui ne dépareille pas avec les spectacles du sus nommé plus haut. Au delà de l'opération d'enfumage, il se trame autre chose qui va nous retomber dessus, c'est certain. La plupart des gens ne font aucune différence entre antisémite et anti sionniste. Beaucoup ne savent même pas ce que ces termes veulent dire même en cherchant sur le dictionnaire. Il faudrait donc allumer les lumières sur cette religion et ce peuple qui est plus complexe que ce que pense le commun des mortels. Sortons des clichés.

  40. 40
    Lilly54 dit:

    Bonsoir Jean-Luc, bonsoir Amis.
    "Je ne sais pas où, je ne sais pas quand, mais la chaîne va craquer."
    Cette phrase résonne en moi chaque jour. Ailleurs, les peuples se lèvent. La France est encore anesthésiée. Pour combien de temps ? Les nombreuses diversions pour empêcher les citoyens de voir et de savoir font honte à voir. Je sens Jean-Luc meurtri au plus profond de lui-même. Nous le sommes aussi. Car nous sommes conscients du désastre qui se prépare et qu'en même temps nous avons à faire face au règlement de nos problèmes internes causés par le parti communiste. Je dis bravo à la proposition de la création d'une Association. Je dis bravo à la consultation au sein du FdG sur la stratégie à adopter. Cela aura le mérite de clarifier la situation. Mais il faudra faire vite. Tant de batailles et de luttes sont à venir. Les Solfériniens n'en ont pas terminé avec le saccage des acquis sociaux. Il leur reste peu de temps pour tenir les promesses qu'ils ont faites à Merkel et à toute la clique européenne. Hollande accélérera le rythme par ordonnances et décrets ! Tout ce qu'il a reproché à Sarkozy, il le reproduit puissance 1000. Courage camarades ! La ligne de Jean-Luc est la seule possible.

  41. 41
    Jeanne MOLL dit:

    C'est bon de vous retrouver et de puiser encore une fois une belle énergie à travers vos analyses.
    Instructif Equateur et espoir à Tunis, tout n'est pas sombre !
    Heureuse aussi de connaître votre position par rapport à la trahison du PCF. Nous ne pouvons plus nous permettre la confusion. L'opposition aux Solfériniens doit être patente. Et je soutiens carrément "l'association des amis du Front de Gauche", c'est une manière intelligente de regrouper autour de nous tous ceux qui nous témoignent leur sympathie et parfois leur aide.
    En ce qui concerne Dieudonné, connaissez-vous ses spectacles et ceux qui vous conseillent les connaissent-ils ?
    L'obsession de l'extrême-droite a pris le pas sur le souci de la République, même si vous vous en défendez, non ? Ce que Valls vient de mettre en place est la porte ouverte aux délits "à venir" et ce qui arrive à Dieudonné va nous arriver dans la tronche dans pas tard. Les associations ultra catho du genre "Mariage pour tous" s'engouffrent déjà dans la brèche. Valls est beaucoup plus dangereux pour la République que Dieudonné, qui, si nous faisons bien notre boulot, perdra sa crédibilité sur tout son versant facho, qui n'est pas le plus flagrant malgré ce que proclame les médias. J'espérais que vous défendriez très clairement la liberté d'expression de tous mise en cause par Valls, parce-que la loi a suffisamment de moyens pour punir les délits racistes ou antisémites.

  42. 42
    bernard hugo dit:

    Nous récoltons les fruits de notre complaisance vis à vis du PCF qui nous en remercie à sa manière avec le coup de pied de l'âne, car eux (les dirigeants) connaissent leur histoire singulièrement nauséabonde si l'on veut bien se souvenir de Barcelone 1937, de Berlin Est 53, de Poznan et de Budapest 56, de Prague 68... Aujourd'hui, il ne s'agit plus de voler au secours de la patrie du socialisme, il s'agit de sauver quelques positions et sinécures électorales. Finalement PS-PC c'est le même monde de la petite bourgeoisie fonctionnarisée et permanentée. Les militants de base sont toujours les mêmes gogos fidèles comme des béni-oui-oui dans leur croyance en leur église dégoulinante de trahisons et de crimes. Tout ce beau monde va rejoindre les poubelles du vieux-monde. Voici l'heure du néo-fascisme modernisé qu'ils auront contribué à mettre en place. Incapable de faire le bilan critique de leur histoire et leurs pratiques,les dirigeants de toute la gauche confirment l'appréciation de Rosa Luxembourg qui disait "qu'aucune question ne peut être posée ouvertement et honnêtement" à propos du parti social-démocrate allemand.

  43. 43
    humain d abord dit:

    Vous aviez au travers du PCF, du PG, de GU redonnez enfin l'espoir en créant le Front de gauche. Espoir de changement de la société, espoir de changement dans les rapports humains, espoir que l'argent ne gouverne plus le monde, espoir, espoir. Cet immense espoir, je l'ai vécu lors des dernières présidentielles avec des millions d autres citoyens. Le vrai changement devenait possible. Et les municipales sont arrivés, les apparatchiks du PCF, ceux de Paris, comme ceux de province ont voulus sauver les meubles, et leur place. En beaucoup trop d'endroits au nom de la démocratie interne (Paris) ou en la violant (Montpellier, Lyon), ils se sont précipités dans les bras câlins du parti socialiste. Qu'ils y restent puisque tel est leur choix, et a tant que faire qu'ils y restent au moins jusqu'aux européennes, ainsi logiquement ils pourront faire de jolies listes communes avec le Ps. Pierre Laurent entre Vincent Peillon et Manuel Vals, ça cela aurait de la gueule ! La révolution serait vraiment en marche quoi, pas vrai Pierre ?
    Quand aux autres composantes du Front de gauche, à ces milliers de militantes de militants sonnés mais debout à ces milliers de communistes indignés ou trahis, la lutte continue, en face ils ne désarment jamais.

  44. 44
    Guillaume dit:

    Nous savons tous que de nombreux communistes ne sont pas d'accord avec la ligne des dirigeants communistes et surtout de Pierre Laurent. Cependant, la situation devient intenable pour le Front de Gauche. Le Front de Gauche ne peut pas continuer à être l’otage du PCF et de son bon vouloir. On est Front de Gauche où on ne l'est pas ! Si le PCF et surtout sa direction persiste dans cette voie, je crois qu'il faudra envisager de continuer le chemin sans eux. Il y a urgence car la crédibilité du FfG est en jeu et au final on va tout perdre. Le PCF sans le FdG va à sa perte mais je suis persuadé que le FdG pourrait continuer sans le PCF. Arrêtons de tourner autour du pot et mettons le PCF devant ses responsabilités. Sont-ils avec nous ou avec les (sociaux)-libéraux?

  45. 45
    Nicole R. dit:

    Jean-Luc Mélenchon en a été malade du comportement de P. Laurent, il n'est pas le seul, beaucoup n'ont pas compris et en ont été perturbés, même malade parfois physiquement comme moi, c'est terrible ce coup ! D'abord on n'y a pas cru, puis la colère est venue et on a pensé au fauteuil de sénateur. C'est chouette d'avoir sa place au Sénat ! Plus tard, cerise sur le gâteau, l'effacement de l'ardoise de la dette de quatre millions du PC. Voilà ce qu'a valu notre formidable construction, ce formidable espoir de la gauche, la constitution du Front de Gauche et son programme l'Humain d'abord. L'Humain d'abord qui nous laisse un gout de nausée !
    Dans ma ville, nous espérons constituer une liste FdG pour faire face au maire UMP, un pur et dur. Et avec le PC dont ses membres sont très tristes. Oui, il y en a beaucoup de communistes désemparés et qui sauvent l'honneur. Bravo à eux ! On entend déjà les solfériniens qui auront leur liste dire que nous seront les responsable de l'échec "de la gauche" et les artisans de la réélection de l'UMP ! Eux, la gauche ? Foutaise ! La gauche oui, c'est nous, nous seuls avec ou sans le PC. P. Laurent ira-t-il jusqu'à accuser la liste de la gauche d'être responsable de l'échec des solfériniens si c'est NKM qui gagne ? Je voudrais pas être à sa place le matin quand il se regarde tout nu devant sa glace, le P. Laurent.

  46. 46
    Yann thir dit:

    Désolé l'ami, mais je ne te suis pas pour ce coup et je suis profondément décu. La personne qu'est devenu Dieudonné est très contestable mais ce mec est drôle, ces spectacles ne portent pas une quelconque atteinte a la dignité humaine ni un trouble a l'ordre publique, sauf quand quelqu'un comme Klarsfeld, garde frontiere israelien, nommé au conseil d'etat (le même conseil qui a debouté le tribunal de nantes) appel la LDJ a venir semer le trouble pour faire interdire le spectacle. Quelle 6em Republique prônez vous ? Une ou la séparation du pouvoir législatif et juridique n'existe plus ? Car c'est exactement ce qui ce produit, ne vous rendez pas complice de cette ignominie. Quand a Patrick Cohen, c'est lui qui a ouvert le feu en premier sur Dieudonné.

  47. 47
    maximilienR dit:

    Dieudonné ne fait pas de l'humour, il fait du fric avec la haine. Quand à Plantu il sert la soupe de ses maitres. La Republique doit etre inflexible. Pas de liberté pour les ennemis de la liberté. Saint-Just

  48. 48
    Gilboune dit:

    @Glières
    Merci de nous montrer où va la stratégie du PG : plutôt la droite que le PS. La politique du pire, dans l'histoire n'a jamais marché. Elle a toujours abouti au pire. Alors vous êtes sans doute convaincu d'être un pur, un "à qui on ne la fait pas". Mais vous allez voter à droite, voter pour le parti de Sarko, du Chirac, de Copé. Voter pour le parti de Cioti. N'oubliez pas que si le PS s'est converti aux idées du libéralisme, c'est bien la droite qui les a fait fructifier pendant des années. Et surtout, n'oubliez jamais qu'avec de tels propos vous vous coupez de ces électeurs de gauche qui hésitent entre le Front de Gauche et le PS. Vous venez de leur dire que l'ennemi premier est le PS. Vous les aurez ainsi convaincu de voter PS car pour eux, l'ennemi premier est la droite.
    Je dis haut et fort, qu'entre 2 libéraux, 1 de droite et 1 socialiste, je choisis le socialiste. Et ne choisirai pas le type de droite.

  49. 49
    fabrice dit:

    Le bilan de la semaine est désastreux. La démocratie se base sur 3 pouvoirs indépendants : législatif, judiciaire et exécutif. Là, en une semaine, on a vu dans l'affaire Dieudonné le judiciaire obéir au sifflet de l'exécutif et le législatif en refusant la levée de l'immunité parlementaire de Dassault continuer à se couvrir de honte. Je dis continuer car les sbires qui sont passés au dessus du vote des français par référendum contre la constitution européenne sont déjà depuis longtemps les spécialistes de la veulerie. Pauvre pays ou ce qu'il en reste.

  50. 50
    jihel dit:

    Il y a un 13 mois j'ai du à regret quitter le FdG local car les membres du PC me traitait non pas de gauchiste mais de gauchisant car j'ai osé dire que je ne me sentais pas comme eux dans la la majorité présidentielle et que je voulais l'échec du gouvernement. À 64 ans je ne vais pas renier mes convictions
    J'ajoute que je suis dans le Var et désolé que le PC se réfugie dans un pacte républicain qui n'a jamais existé. L'élection de Brignoles en est l'illustration déplorable d'un pc qui veut rallumer les étoiles en se satellisant autour d'un astre mort.
    Courage à toi Jean-Luc

Pages : [1] 2 3 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive