08nov 13

En marche pour le 1er décembre

Ce billet a été lu 60 628 fois.

En dégradant une nouvelle fois la note de la France, l'agence de notation nord-américaine démontre que tous les « sacrifices », «efforts» et autres spoliations sociales imposées par Nicolas Sarkozy puis François Hollande ne servent à rien. Si l’avis de cette agence de notation était suivi, la France devrait payer beaucoup plus cher à chaque renouvellement d'une partie de sa dette. Autant dire que Standard and Poor’s déclencherait une crise sociale supplémentaire en France. On peut donc se demander quelle est la valeur économique d'un avis qui aggrave la situation qu'il prétend décrire ? Tout cela est politique, bien sûr. Le capital financier mondial veut continuer à trouver en Europe des rendements sur la dette publique aussi extraordinaires que ceux qu'il a pu obtenir déjà en Espagne au Portugal en Grèce ou en Italie. L'économie politique, c'est d'abord de la politique. Donc des rapports de force. Mais chacun alors, surtout ceux qui étaient bien intentionnés à l'égard du sacro-saint marché, est obligé de faire le constat par lequel nous avons commencé toute notre réflexion dès que le cas de la Grèce a éclaté ! Aucun des sacrifices infligés au peuple n'attendrira jamais les crocodiles de la finance. Alors à quoi bon payer encore un tribut ? Pourquoi offrir 20 milliards de crédit d’impôt aux actionnaires, sans contrôle fiscal, si c’est pour que les gardes chiourmes des agences de notation en réclament encore davantage ? Jean marc Ayrault doit cesser de cajoler les puissants. Il doit renoncer à prendre 7 milliards d’euros supplémentaires avec sa hausse de la TVA qui finance une partie de ce cadeau insupportable. Bercy doit cesser d’être le portique du MEDEF ! On va le lui dire le 1er décembre prochain en marchant pour la Révolution fiscale !

Quelques heures après que j’ai proposé sur RTL la manifestation du premier décembre à Bercy pour la révolution fiscale et contre l’augmentation de la TVA au premier janvier, la FDSEA, porte-parole des organisateurs de la manifestation de Quimper décide d’appeler la veille, 30 novembre, à un défilé contre l’écotaxe qui toucherait les routiers. Où est la défense de l’intérêt général ? Où exprimer sa colère et ses objectifs ? A Paris, on marchera contre la fiscalité qui favorise les actionnaires et parasite le travail de tous les salariés du pays. On marchera contre l’augmentation de la TVA qui va ponctionner tous les ménages à hauteur de 7 milliards d’euros, plus de 100 euros pour chacun des soixante-cinq millions de Français. Je forme le vœu que les salariés de tout le pays manifestent leur communauté d’intérêt et d’exigence de justice. Ils viendront marcher contre le portique du MEDEF à BERCY qui va ponctionner tous les Français.

Dites, François Hollande, vous savez qui est Jean Jaurès ? Dites, François Hollande, pourquoi ont-ils tué Jaurès ? Parce qu'il fallait qu'il meure pour que la guerre puisse commencer la fleur au fusil ! Il fallait qu’il n’y ait plus une voix pour appeler à la résistance, plus de point d’appui pour que les esprits ne soient pas emportés par la passion et la fureur de la guerre. Sans point d’appui, sans message de combat clair, il n’y a rien qui vaille pour construire une conscience socialiste populaire de masse. Il ne faut pas commémorer Jaurès, il faut le célébrer ! Lui. Pas ses contradicteurs ! Ni ceux qui ont applaudi à sa mort et ensuite à l’acquittement de son assassin. Il faut accepter que ce personnage ne se dissolve pas dans l’eau tiède des consensus soi-disant nationaux. Dans la vie de la gauche, dans sa durée, dans ses représentations et ses figures symboliques tout se tient : la mémoire n'est jamais une matière inerte. Elle est notre terreau d’expérience pour penser des futurs possibles. Que les indolents, les velléitaires, les insouciants fassent cohue avec les ignorants, les lâches et les réactionnaires quand il s'agit de lâcher Maximilien Robespierre, j'arrive à le comprendre, même si je ne l'ai jamais admis. Mais qu'un président de la République qui a été socialiste parle de la Grande Guerre sans dire pourquoi et comment celui-là, notre Jaurès, lutta jusqu'au bout, et contre qui, pour empêcher la tuerie, tout de même ! Et que le même soit capable d'évoquer en apologiste sans nuance la figure du seul Clémenceau, fusilleur de mutins, réprimeur d'ouvriers et responsable du traité de Versailles, qui contribua tant au déclenchement de la guerre suivante, c’est petits bras ! Et qu’il soit toujours impossible de proclamer la réhabilitation pleine et entière des mutins fusillés pour l’exemple, c’est nul, tout simplement. Rien ne dit mieux la distance morale qu'il faut prendre avec les solfériniens. Jean Jaurès est l’anti-Hollande par excellence, c'est-à-dire qu'il en est l'exact contraire quant au tempérament. L’un et l’autre connaissent l’aboutissement de ce qui est en cours. L’un accompagne le mouvement sous prétexte de réalisme, et même court devant : c’est Hollande. Il a pour lui la force d’inertie de l’ordre établi et l’assemblée générale des partisans du moindre effort. L’autre s’y oppose de toute la force du seul pouvoir dont il dispose : sa capacité d’argumenter et de mobiliser.

Jaurès ne voulait pas de l'aboutissement terrible que contenait la situation de son temps. C'est lui qui dit : « le capitalisme porte la guerre comme la nuée porte l'orage ». Alors, il s’est donné tous les moyens d'éviter le pire. L’Internationale devait déclencher la grève générale en cas de guerre. Il y avait comme d’habitude ceux qui n’aiment jamais dire franchement les choses. En 1912, la motion du congrès de Bâle de l’Internationale dit « tous les moyens » contre la guerre pour ne pas dire « la grève générale ». Comme d’habitude, l’ambiguïté devait permettre la synthèse « entre tous les points de vue ». Comme d’habitude, elle servit à faciliter la duplicité, et pour finir la trahison. Un an plus tard, le SPD allemand vote à son congrès d’Iéna qu’il n’y aura pas de grève générale en cas de déclaration de guerre. Nous sommes en 1913. Derrière les traditionnels flots de bonnes paroles, la vérité était nue sous les yeux de celui qui analyse sans céder aux clameurs du jour. Cela veut dire qu’il y aura la guerre. Jaurès le sait, il le dit. Jaurès se bat le dos au mur pour empêcher l’atroce dénouement. Son dernier éditorial, la veille de la déclaration de guerre, continue d’appeler à la raison. Alors, ils ont tué Jaurès. La voix de la résistance est éteinte. Chacun se rangea derrière son drapeau national plutôt que derrière celui de sa classe : la guerre peut avoir lieu tranquillement. Les socialistes allemands votent les crédits de guerre du Kaiser. Quelques heures plus tard, les députés socialistes français en font autant pour répliquer.

Des millions de morts après, éclate la grande Révolution de 1917. C’est-à-dire le peuple russe se saisissant lui-même de la décision d’arrêter la guerre, quoi qu’il en coûte. Le peuple en révolution essaye l’une après l’autre toutes les solutions politiques gouvernementales avant de prendre le pouvoir lui-même, dans le cadre de l’assemblée nationale des comités d’action citoyens des usines des quartiers de campagnes et des régiments, nommés là-bas « soviets ». Leur dernier président, un fantoche fanfaron et impuissant, le socialiste Kerenski, choisit la fuite et l’étranger dans l’indifférence générale. Mais parce qu’ils voulaient la paix contre leurs maîtres, ceux-ci leur firent la guerre civile et extérieure pendant encore quatre interminables années. Des millions de morts, des pays dévastés de fond en comble, famines et misères de toutes sortes, rien n’a arrêté la déraison. Juste la Révolution et l’action du peuple. Celle qui a éclaté en Russie, celle qui a mûri dans le mouvement des mutins fusillés pour l’exemple, celle qui se lisait et s’entendait partout depuis l’Octobre rouge. Celle sur laquelle comptait Jaurès pour empêcher tout cela. Amis, n’oubliez pas Jaurès, même si votre lamentable président lui préfère la mémoire de son adversaire politique.

TVA : tout va augmenter

Le 1er janvier prochain, tout va augmenter. Les chaussures, les vêtements, l'abonnement internet et téléphone, la consommation d'électricité, les transports en commun, la collecte des ordures ménagères… La liste est interminable. Le responsable, c'est François Hollande. Il a décidé d'augmenter la TVA. Le taux principal passera à 20%. Et le taux intermédiaire passera de 7% à 10%. Sarkozy l’avait déjà fait passer de 5% a 7%. Avec Hollande, au total, ce sera donc un doublement de ce taux en trois ans !

Au total, le gouvernement va ponctionner 7 milliards d'euros dans les poches du peuple. Une division rapide sur les 65 millions de Français aboutit au résultat suivant : la TVA Hollande va prendre en moyenne 107 euros par an à chaque Français, enfants compris ! Un couple avec deux enfants va donc voir son pouvoir d'achat privé de 428 euros par an en moyenne !

Le peuple paiera. Car la TVA est un impôt particulièrement injuste. C'est un impôt qui frappe plus fortement les plus pauvres que les plus riches. L'INSEE a calculé que les 10% des ménages les plus pauvres consacrent 8,1% de leur revenu à la TVA, contre seulement 3,4% pour les 10% les plus riches. Cette injustice se retrouve quand on prend le sujet par l'autre bout, dans l'origine des recettes de TVA perçues : "10% des revenus les plus bas acquittent 11,5% des recettes de la TVA, et les 10% les plus élevés n'en supportent que 5,2%". Cette affirmation est de Mathieu Plane. Elle date de janvier 2012. Il était alors économiste à l'Office français des conjonctures économiques. Il est désormais conseiller au cabinet d'Arnaud Montebourg !

Tout ça pour payer le cadeau de 20 milliards d'euros par an fait au MEDEF. Les 7 milliards d'euros de TVA doivent en effet financer une partie du "crédit d'impôt compétitivité". Le reste sera payé par 10 milliards d'euros de coupes dans les services publics et par 3 milliards d'euros de taxes écologiques, c'est-à-dire d'écotaxes diverses.

Avec ce système, Bercy devient en quelque sorte le portique du MEDEF : le ministère des Finances est privatisé pour devenir la caisse enregistreuse qui ponctionne le peuple pour reverser aux grandes entreprises. Car ce "crédit d'impôt compétitivité", c'est le jackpot pour le patronat, et en particulier pour les grands groupes. Ils toucheront 20 milliards d'euros par an ! Ces 20 milliards viendront s'ajouter aux 30 milliards d'euros d'exonérations de cotisations sociales déjà accordés chaque année sans aucune contrepartie.

C'est un chèque en blanc donné au MEDEF. Toutes les entreprises ayant un salarié ou plus bénéficient du crédit d'impôt. Il n'y a aucune contrepartie sociale. Ni en termes d'emplois, ni de salaires, ni d'égalité hommes-femmes, ni de formation professionnelle. Rien. Aucune. Si bien que ce "crédit d'impôt" est dans bien des cas une prime aux licencieurs. Ainsi, le groupe PSA toucherait environ 70 millions d'euros chaque année alors qu'il supprime 8 000 emplois et ferme l'usine d'Aulnay. Le groupe Sanofi, leader du CAC 40, toucherait entre 40 et 60 millions d'euros. Pourtant, le groupe supprime 900 emplois dans la recherche. Et il a réalisé 8 milliards d'euros de bénéfices l'an dernier !

Ce crédit d'impôt est anti-écologique. Le "crédit d'impôt" n'est assorti d'aucune condition écologique. C'est donc un encouragement au productivisme le plus destructeur. C'est un élément majeur de la "politique de l'offre" de François Hollande, qui consiste à demander aux entreprises de produire n'importe quoi, n'importe comment, pourvu qu'elles produisent quelque chose. Même si ça ne sert à rien d'utile socialement, même si ça pollue énormément. C'est une vision totalement archaïque, à mille lieues de l'indispensable conversion écologique du système productif. Ainsi, l'un des premiers bénéficiaires est le groupe Vinci. Le groupe qui construit l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes après avoir fait main basse sur les autoroutes. Il empocherait 80 millions d'euros par an selon certaines estimations.

Aucune contrepartie, donc. Aucun contrôle non plus ! Au passage, ce crédit d'impôt donne déjà lieu à un véritable racket entre entreprises. Les grands groupes donneurs d'ordre exigent que leurs sous-traitants cassent leurs prix, puisqu'ils bénéficient du crédit d'impôt. Les PME en bout de chaîne sont sommées de rétrocéder à leurs donneurs d'ordres ce qu'elles croyaient avoir obtenu. Quant aux salariés, ils n'auront pas leur mot à dire sur l'usage des fonds. Ils seront à peine informés.

Et, en apothéose, Pierre Moscovici a annoncé le 29 août dernier, devant l'université du MEDEF, qu'il n'y aurait "aucun contrôle fiscal" sur l'usage des fonds ! 20 milliards d'euros d'argent public distribués sans aucun contrôle ! Où sont les pleurnicheurs habituels sur la "bonne gestion" des comptes publics ? Quand « L'Express », l’accro aux Le Pen, dénoncera-t-il "l'assistanat" dont profitent indûment les grands groupes ? On dirait qu’ils s'accordent très bien de ce privilège patronal qui consiste à vider les caisses de l'Etat et du peuple pour se remplir les poches "sans contrôle fiscal". Le grand journaliste Barbier, qui a tout vu et tout compris sur les abus aux caisses d’allocation familiale, n’a pas eu une minute pour détecter « Ecomouv ». Il n’est donc pas prêt de consacrer une seule de celles qu’il réserve à la surveillance des musulmans au racket de 20 milliards d’euros en faveur des actionnaires. 

Dommage, car cette affaire est une gabegie d'argent public ! Le crédit d'impôt est totalement inefficace. Ce n'est pas moi qui le dit. C'est un organisme créé par le gouvernement Ayrault lui-même : le comité de suivi du crédit d'impôt. Ce crédit d'impôt était censé aider la "compétitivité" des entreprises qui sont dans la concurrence internationale. Je ne donne que deux chiffres. A peine 9% des 20 milliards d'euros profitent aux entreprises qui réalisent plus de 35% de leur chiffre d'affaire à l'exportation. Alors que 38% des 20 milliards vont à des entreprises qui n'exportent pas du tout. Parmi les principaux bénéficiaires, on trouve beaucoup d'entreprises qui ont des activités non délocalisables : EDF, GDF, Carrefour… Pour celles-ci, c'est un pur effet d'aubaine !

Voilà ce qu'est ce crédit d'impôt. Une mesure inefficace. Une gabegie fiscale. Une mesure coûteuse qui prolonge les privilèges du MEDEF et des grands groupes. Et qui sera payée par le peuple avec des services publics en moins et la hausse de la TVA. Voilà ce que nous voulons mettre en échec en manifestant à Paris le 1er décembre pour la Révolution fiscale et contre la hausse de la TVA.


240 commentaires à “En marche pour le 1er décembre”

Pages : « 1 [2] 3 4 5 »

  1. 51
    rayana dit:

    En passant, si on réactualisait notre contre budget 2013, et qu'on le diffuse massivement lors des prochaines manifs ? C'est simple: d'un côté les recettes, de l'autre les dépenses, à comparer avec le budget solférinien. Je pense que beaucoup d'abstentionnistes comprendraient ces quelques chiffres et pourraient nous rejoindre sur ce simple constat.

    @denis F
    " qui aura le courage de lancer un appel général à la grève de l'impôt? "
    Ce n'est pas une question de courage mais de légalité, donc aucun homme politique ne fera cet appel, qui au passage profiterait plus aux gros contribuables qu'aux rmistes ou aux smicards. Par contre chacun peut de son côté réduire ses dépenses au minimum, retirer son argent de la banque à chaque début de mois, payer le plus possible en cash, boycotter certains produits. D'autres actions concrètes sont possibles, mais pour être efficaces elles devront être réfléchies et massives.

  2. 52
    Dionys dit:

    La marche pour la Révolution fiscale ! Que d'arguments concrets nous pouvons apporter aux discussions et débats, autour de nous, pour bien préparer ce 1er décembre. Nous sommes au coeur même de ce qui fonde la République : un impôt selon ce que gagne chacun pour l'intérêt général, pour le "buen vivir" de tous. A bas les privilèges pour les uns, et la gabelle pour les autres !
    Marchons ! Marchons !

  3. 53
    Denis F dit:

    @ 52 rayana
    Entièrement d'accort avec toi camarade, je me suis mal exprimé. Il faut préconiser de ne pas payer ce que l'on doit, mais de suspendre les paiements. Efficacité garantie, bien mieux qu'une promenade à Paris. Cela s'appelle radicalité.
    Autre radicalité concrète, chaque début de mois vous retirez, tous, tout l'argent qui se trouve sur vos comptes bancaires en y laissant que les prélèvements du mois, croyez-moi les banquier vont faire la gueule, plus aucun paiement par carte bleue, que par chèque ou en liquide, là aussi nous mettons une branche du système capitaliste en péril.
    À tous les frontaliers, cessez de faire vos courses dans les supermarchés français, passez la frontière prés de chez vous pour faire vos courses de l'autre côté de la frontière si c'est moins cher bien sûr, vous verrez que les prix alimentaires et autres vont vite baisser dans votre supermarché habituel.
    Toutes ces actions individuelles faites en masse sont plus positives que de se promener à Paris, et bien plus efficace pour faire plier le gouvernement et les capitalistes de la distribution par exemple.

  4. 54
    mb_49 dit:

    Un relai au camarade Denis F : en allant travailler Vendredi 8 j'entendis sur F.Inter un reportage sur l'élevage en Bretagne. Le paysan, éleveur de porcs "bio" disait en substance : "Mes bêtes, elles son saines, je les travaille sur place et les clients se déplacent. Bien sûr le kilo de filet de porc est un peu plus cher qu'en grande surface mais elle est plus saine. Pas d'antibiotiques,etc". Nous dans notre campagne, à 5 km, on a la même chose. En été on peut aller faire son marché en vélo. En hiver, c'est moins facile, mais l'impact CO2 est insignifiant. Idem avec les légumes que l'on ne cultive pas, il y a un maraîcher bio (moins cher qu'a supermarché du coin), et un boucher bio idem (5€ le bif haché si on le prend par 2kg ! qui dit mieux ?). Bon, c'est plus simple d'aller dans les grandes surfaces du coin et il nous a fallu chercher et faire l'effort d'y aller. Mais les AMAP se multiplient dans le secteur.
    Mais en ville ? Il faut aller plus loin pour trouver ? Tellement de gens habitent en périphérie des villes, il suffit de faire l'effort pour se renseigner et (hélas) faire prendre son auto le chemin inverse de celui du boulot : s'éloigner du centre, aller vers la campagne et là on trouve. Nombre de producteurs, qui en ont marre de faire du "catfood" (bouffe à chat) se sont mis à des productions honnêtes et saines. Bon pour les nouilles... le supermarché a encore sa chance. Mais ma grand-mère(italienne) faisait les siennes propres.

  5. 55
    lemetayerv dit:

    A tous ceux qui pensent que descendre dans la rue ne sert à rien. Ben qu'ils restent chez eux, personne ne les forcent mais ce n'est pas la peine d'en dégouter les autres. Il y des marches qui resterons historiques dont on ne se rend pas compte maintenant mais qui auront un sens plus tard. Le rassemblement de la Bastille, le rassemblement du Prado, le rassemblement du 5 mai 2012 sans compter les meetings, car beaucoup de choses y sont dites et surtout entendues et les idées se propagent aussi dans la rue. Ce n'est pas à la radio, ce n'est pas à la télé, ce n'est pas dans les journaux que nous seront entendu, qu'on se le dise. Cela s'appelle l'éducation populaire et comme elle est populaire, elle ne peut rester confinée dans l'entre soi ou dans des locaux quel qu'ils soient. Et comme elles et ils (les meetings, réunions publiques, assises...) sont filmés, elles/ils peuvent ressortir pour dire que l'on avait dénoncé ou proposer d'autre choses depuis longtemps et donc nous donnerons raison. Et aussi les rapport de force n'est pas à négliger, le nombre ça compte quoiqu'on en dise. L'objectif de la 6ème république et de la constituante pour qu'il fonctionne, il faut que les gens soient au courant.

  6. 56
    naif dit:

    Denis F dit à 12h10
    "...chaque début de mois vous retirez, tous, tout l'argent qui se trouve sur vos comptes bancaires..."

    Vous pensez faire le buzz comme Eric Cantona en 2009. Drôle de références et de manière de faire de la politique éducative et populaire. C'est comme les appels aux boycottes, ça défoule mais ce n'est pas tenable dans le temps. La colère s'estompe face aux vicissitudes du monde réel.

  7. 57
    Ouahrani dit:

    Cher Jean Luc et chers amis,
    Le lien que tu fais, en ce mois grégorien de la célébration de la Grande Révolution d'Octobre, entre l'assassinat de Jaurès et la Révolution des Soviets dirigés par les Bolcheviks, est hautement apprécié par tous ceux, qui comme moi, sont attachés au marxisme et au léninisme.
    Ta synthèse sur la vérité du "crédit d'impôt compétitivité" que Hollande et la social-démocratie bourgeoise, le PS en tête, ont offert aux amis les riches de Sarkozy, me donne des arguments tangibles dont le Front de Gauche doit se saisir pour développer d'avantage notre campagne contre l'austérité: marche du 1er décembre à Paris, projets démocratiques du Front de Gauche à l'occasion des élections municipales, régularisation des travailleurs et travailleuses sans-...papiers, interdiction des licenciements dans les entreprises qui font des milliards de profits, égalité des salaires entre femmes et hommes dans la distribution et ailleurs, l'interdiction du travail de nuit et du dimanche, et j'en passe.
    Garde le cap que tu as défini pour une révolution citoyenne contre les requins de la finance, de l'industrie et des services. Aujourd'hui, l'ami du peuple, c'est toi.
    Jean Luc, poursuivons ensemble les objectifs gravés dans notre programme "L'Humain d'Abord".

  8. 58
    Titoune dit:

    Ne nous flinguons pas sur la toile c'est inutile car a cette allure là tous les boycottes se feront tout seul par force, tout pour les impôts et plus rien ou presque pour la consommation, nous aurons la joie cet été de ne pas culpabiliser sur les plages avec nos rondeurs (enfin ceux qui y vont et qui en ont) et il sera inutile aussi de nous empoisonner avec les régimes minceurs Hollande s'en sera chargé, elle est pas belle la vie ? J'attend impatiemment qu'ils s'en aillent tous et pour cela il faut du monde beaucoup beaucoup dans la rue avec Jean Luc, ce que les médias ne disent pas il faut qu'ils le voient, l'humain d'abord n'est pas qu'un slogan, c'est un but c'est le notre si nous voulons réussir sachons mobiliser, en route pour une marche aussi belle que le cinq Mai et plus si nous le pouvons. Jaurès n'est mort que pour les Solfériniens, il vit en nous nous sommes ses héritiers il demeure dans nos coeurs et jusqu'au bout.

  9. 59
    mb_49 dit:

    En terme de militantisme j'ai déjà tout fait, entre tracts sur le marché, réunion publiques, manifs, collage d'affiches, décollage d'affiches (celles d'Occident, futur FN), tracts contre la guerre au Viet Nam à la sortie de l'église. Le seul fait de se mobiliser, même si ce n'est pas relayé dans les médias de façon rationnelle ça sert ! Oh, il ne faut pas s'attendre à des effets immédiats et surtout ne pas s'attendre à ce que les groupes que l'on fustige prennent peur ou nous encensent. Le seul fait de notre présence dehors fait de l'éducation populaire. On se fera peut-être conspuer, traiter d'imbéciles, d'inconséquents ou d'utopistes, si le message est clair on se fera entendre de toute façon.
    Nous sommes à un virage, que nous voudrions à 180°, tournant le dos à la société que les néolibéraux ont réussi à construire en passant par dessus la tête des peuples, en shuntant la démocratie, mais si nous n'occupons pas l'espace la peste brune occupera cet espace et adieu toute avancée démocratique. On en prendra pour 10 ans, 10 ans pendant lesquels l'aggravation de l'écologie planétaire nous conduira à la catastrophe ultime. Alors tout le monde dans la rue et faisons savoir que nous ne sommes pas d'accord. [...]

  10. 60
    Messines ch. dit:

    Bonjour à tous
    Une marche contre l'augmentation de la tva est nécessaire. Savez-vous que le monde équestre est également concerné par un passage de leur TVA de 5,5 à 20 % à compter du 1/1/14 (donc fermeture programmée pour tous les petits centres équestres). Et qu'ils lancent eux aussi des manifs avec chevaux lachés dans les rues. Savez-vous que le monde de l'élevage est vent debout contre l'interdiction faite aux vétérinaires de délivrer certains médicaments, délivrance donnée aux pharmaciens, etc. Ne serait-il pas possible de fédérer toutes ces manifs qui concernent toujours une fiscalité toujours plus injuste.

  11. 61
    Humbert dit:

    Mince alors, me voici rabat-joie !
    Je lis beaucoup sur Facebook (qui n'est pas "Le Monde" mais qui est très populaire) que beaucoup (en tout cas, un grand nombre) d'amis et camarades sont au bout du rouleau, financièrement parlant. Ils souhaitent pourtant se manifester ! Pourquoi ne pas faire des rassemblements régionaux ? Le co-voiturage et les transports en commun seraient accessibles, et cela nous permettrait de nous compter plus nombreux, bien qu'un peu moins visibles, mais si c'est pour être peu nombreux à Paris...

  12. 62
    GAILLOT dit:

    Merci monsieur Mélenchon pour vos écrits qui expliquent si bien l'actualité et les raisons qui font que nous devons agir ensemble. Notre force c'est la détermination de nos idées et notre rassemblement.

  13. 63
    FDG69 dit:

    Il est important de ce mettre en ordre de bataille contre le pouvoir en place qui opprime le peuple Français. En soit, les actions qui de partout commencent à naître sont les plus à craindre par Ayrault et Hollande. En effet, l'explosif est dans nos veines. Reste plus que l'allumette. De toutes les manière possible, et sous toutes formes, il nous faut montrer de la résistance. Le 1er décembre sera pour sûr une belle gifle à la gauche de droite de Hollande !
    Moi Président, je serais la honte de tout un pays. Hollande choisi ! Soit le Medef, soit nous.

  14. 64
    Nicks dit:

    Il est illusoire de penser que la multiplication d'actions individuelles peut déboucher sur une force collective. Celle ci doit être pensé dès l'origine comme telle pour pouvoir fonctionner. La marche du 1er décembre sera à la fois une action d'éducation populaire, une étape dans la formation d'un esprit révolutionnaire et une façon de montrer que réunis nous sommes nombreux. Le pouvoir et les médias étant à Paris, il faut tout faire pour que les gens puissent se déplacer. Pourquoi ne pas lancer une souscription pour financer les trajets et l'hébergement ? Je donnerai volontiers. Cela dit, en cas d'impossibilité avérée, rien n'interdit d'organiser des manifs satellites partout en France.
    Pour gagner le pouvoir, il faut d'abord remporter la bataille des idées. Nos opposants nous ont pris de vitesse. Il est crucial que nous rétablissions le rapport de force en nous réappropriant des notions fondamentales comme l'impôt et l'Etat, montrer que ce sont des outils pour l'égalité, la justice et la liberté.

  15. 65
    Nadia MOISSET dit:

    @ Jeff 64 et à Denis
    Du spectaculaire simple, tout de suite, sans prise de tête, entraîner famille et amis à la manifestation du 1er décembre ! Tous nous savons que seule l'union fait la force alors mobilisons nous et mobilisons autour de nous. Puis bien entendu d'autres formes d'actions peuvent toujours s'imaginer.
    Du concret tout de suite. Cela urge.

  16. 66
    nicole dit:

    Je lis tous les courriers de Jean-Luc Mélenchon jusqu'à me fatiguer les yeux tellement ils sont nombreux et longs. Mais ils me font chaud au cœur, ils me remontent le moral.
    Et celui-ci encore plus que les autres. Quelle belle leçon d'histoire, merci de remettre les choses en place, de dire la vérité sur Jean Jaurès et de nous expliquer clairement ce que va être notre quotidien à partir du 1er Janvier 2014. Je l'ai même imprimé pour pouvoir le relire de temps en temps !

  17. 67
    MBA dit:

    Quelques idées / slogans pour la manif du 1er décembre.
    Pour dénoncer l'augmentation de la TVA sur les transports en commun (qui passe de 7 à 10 % au 1er janvier 2014), mesure anti-écologique s'il en est : non à l'anti-écotaxe !
    Pour dénoncer le mécanisme infernal "baisse des impôts / creusement des déficits publics / emprunts sur les marchés" qui dure depuis des années et qui fait que les riches gagnent sur tous les tableaux. Non seulement ils s'arrangent pour faire baisser leurs impôts mais après ils font payer des intérêts à la collectivité pour l'argent qu'ils lui prêtent : cessons d'emprunter de l'argent aux riches, faisons-leur payer leur juste part d'impôt !
    Au 1er décembre

  18. 68
    Louis31 dit:

    @adarr à 10h51, rayana à 11h54, Michel à 22h33
    Entièrement d’accord avec rayana diffusant massivement lors des prochaines manif notre Budget 2013 actualisé et mettant dans le même tract l’infographie du budget Hollande 2013 que nous indique adarr, sans oublier de montrer la somme que rapportera l’impôt direct 2014 (72 Milliard d’€) par rapport à la fraude fiscal (80 à 120 Milliards d’€).
    Personnellement, vu mon état de santé, il me sera impossible de monter à Paris, comme moi, pour des raisons de maladies, d’âges, ou simplement de moyens financiers, beaucoup ne feront pas le voyage, (avec regret, parce que nous préfèrerions être avec vous tous à Paris) et donc comme le préconise Humbert à 15h04 définir une grande ville par département ou région, sachant que les journaux locaux ne peuvent pas ne pas en parler dans leurs éditions du lendemain (même si c’est avec rancœur) ferait du bien de voir que le mouvement se propage dans toute les grandes villes de France et bien sûr je demande à tous ceux qui le peuvent de monter à Paris comme je l'ai fait moi même dans presque toutes les manifestations précédentes.
    [...]
    Vive la VIè Vive la VIE

  19. 69
    Law dit:

    Pour des raisons financières que chacun comprendra tout le monde ne peut pas monter à Paris. En revanche, je ne vois pas ce qui nous empêche de faire devant chaque perception des marches identiques le 1er décembre

  20. 70
    PR dit:

    Merci Jean-Luc pour ce très bon résumé du combat de Jaurès contre la guerre. Je soulignerais aussi l'ironie de l'histoire : lui qui avait longtemps été contre la grève générale, il en était devenu un des rares et courageux promoteurs pour empêcher la guerre impérialiste.
    Et merci de faire si justement le lien avec la révolution de 1917 et d'en rétablir la vérité, loin de la version de l'Histoire officielle du "coup d'Etat" d'une poignée de bolcheviques. Le peuple russe a bien pris le pouvoir en Octobre 17, un peuple de travailleurs, de paysans et de soldats qui était organisé dans ses propres assemblées, les soviets, et qui a voté pour choisir les bolcheviques comme dirigeants de leur mouvement. Un peuple qui s'est levé pour mettre fin à la guerre, à la misère, et au système basé sur l'exploitation qui engendrait cette barbarie: le capitalisme. Le courage de Jaurès et l’héroïsme des masses russes, voilà de bonnes boussoles pour les temps qui courent. J'aimerais que mon parti, le PCF, ait également un message aussi clair sur le sujet.
    Sinon ok pour une marche début décembre. Comme communiste parisien, j'en serai. Cependant, j'aurais aimé aussi des mots d'ordre plus large, intégrant la question des licenciements et du pouvoir dans les entreprises, où nous marquons une rupture nette avec l'ordre établi.

  21. 71
    Aubert Dulac dit:

    Non non, surtout ne te réveille pas, Jean Jaurès ! Pas la peine. Ce n’est rien, juste rien, le discours qu’a pondu M’sieur Hollande qui, une prestation après l’autre, s’abîme dans l’insignifiance... Il a eu beau invoquer un patriotisme exsangue, c’est comme si pour lui le 20ème siècle n’avait pas eu lieu. Aucune leçon à en tirer ! Esprit critique, passe ton chemin. Que l’impérialisme y ait instauré une nouvelle unité de mesure des humains, le million de morts, quelle importance ? Car nouveau siècle, nouvel ordre du jour et du monde. Et donc « de mobilisation », a-t-il eu l’insigne toupet d’avancer. Au profit de qui, si ce n’est à nouveau des forces de l’argent qu’il cajole ? Quelle dérision, quelle honte !
    Je pense au mien, de grand-père maternel, qui a fait cette « Grande » Guerre, mangeuse d’êtres humains. En sa mémoire, je n’accepte pas qu’aux mutins de 1917 ne soit faite qu’une place au musée de la Guerre, sans que cette Histoire soit rejugée.

  22. 72
    j-jour dit:

    En train de visionner la vidéo de l'émission sur France3 Paris qui recevait Jean-Luc Mélenchon ce matin, je ne résiste pas au plaisir de faire remarquer que le journaliste utilise non pas le conditionnel, mais bien le futur et donc accrédite le fait que le programme du Front de Gauche sera un jour appliqué (le plus tôt étant bien sûr le mieux). A partir de la 11'26 exactement. Transcription :
    Journaliste: "Parce qu'avec votre système de tranches d'impôt il y aura quand même des augmentations d'impôt qui seront moins brusques parce qu'il y a... l'effet de seuil est atténué mais il y aura quand même des augmentations d'impôts".
    Jean-Luc Mélenchon: "Pour ceux qui sont le plus haut évidemment".
    Ce à quoi le journaliste, ayant beau chercher en vain à réfuter, se trouve bien obligé de dire oui, et y joignant un mouvement d'acquiescement de la tête et des yeux.

  23. 73
    Communiste06 dit:

    Quand est-ce que les tetes pensantes parisiennes cesseront elle de considérer Paris comme le centre du monde, sans aucune consultation ? Comment mobiliser l'ensemble du pays quand les conditions matérielles pour se joindre au mouvement sont si difficiles ? Surtout quand c'est pour faire du sectarisme anti pcf75 comme on le lis déjà ici ou là.
    Entre les manifestations ultra décentralisées peu motivantes car ne rassemblant que quelques dizaines de personne et la manifestation unique de Paris, n'y aurait-il pas un juste milieu ? Réaliser le même jour des manifestations à Paris, Marseille, Lyon, Strasbourg, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Rennes, Lille ne serait-il pas le moyen de reunir le maximum de monde, en faisant en sorte que chacun soit à moins de 3h d'une manif et que chaque manif soit à meme de faire un "gros" chiffre susceptible de motiver le plus grand nombre de s'y joindre ? Les leaders du FdG, y compris nationaux se repartiraient sur tout le territoire (pas tous à Paris). [...]

  24. 74
    Maryse MERCEREAU dit:

    Merci Jean-Luc pour ce billet sur Jaurès qu'ils essaient tous de s'accaparer a droite et dont Hollande n'a même pas évoqué la mémoire dans son discours. Je suis d'accord avec toi, honte a lui. Dans la droite ligne de la pensée de Jaurès manifestons nombreux le 1er décembre contre l'augmentation de la TVA impôt injuste s'il en est et qui le sera encore un peu plus.
    Avec mon mari, artisans toute notre vie professionnelle, nous avons bien gagné notre vie et donc payés les impôts en conséquence, nous ne nous en plaignions pas. C'était notre participation juste a l'action de l'état "providence".
    A notre époque d'activité en milieu artisan nous avons subi les actions du CDCA, dont le dirigeant M. Poucet a fini assassiné dans la rue. En l'ocurence ce monsieur prônait le refus de payer les cotisations de retraite et d'assurance maladie, et ses sympathisants ont attaqués plusieurs caisses des AVA (devenu RSI) causant énormément de dégâts qui nous ont coûté très cher, il a également trompé nombre d'artisans crédules a qui il faisait prendre une assurance en Angleterre qui s'est avérée être une vaste escroquerie. Ceux qui manifestent aujourd'hui avec le MEDEF, la FNSEA et autres syndicats poujadistes devraient se méfier. Leurs intérêts sont beaucoup plus proches de celui des salariés et ouvriers que ce qu'ils imaginent et ils auraient tout intérêt a marcher avec eux main dans la main.

  25. 75
    lemetayerv dit:

    @ PR.
    Les mots d'ordre, les slogans, ont peut se les faire nous-même. Les consignes : pas de consignes, si elles vont dans le sens des luttes. A chaque fois que je descends dans la rue, j'ai mes propres slogans, explications sur pancarte ou je distribue des tracts fait maison qui explique notre action ou des listes de documentaires très intéressants sur internet sur tous les sujets de société. Je vais voir les gens qui ne manifestent pas et leur demande si ils savent pourquoi nous manifestons ou ils viennent me voir spontanément après avoir lu mes arguments sur mes pancartes et on en parle. Je revois ces personnes dans les manifs suivantes et ça me réconforte car se sont des personnes qui ne manifestaient jamais avant.
    En réponse à Denis F, en ce qui concerne notre changement personnel face à la consommation, c'est aussi important. Consommer moins mais mieux fera changer le système vers l'écologie car si tous le comprenaient c'est nous les consommateurs qui en définitive avons le pouvoir, cela ferait changer la manière de produire, de travailler aussi, si les salariés se rendaient compte que le travail peut exister sans patron ou changer le rapport de force s'ils n'acceptaient pas tout. Pour changer le système, il faut connaître comment il fonctionne mais aussi individuellement et collectivement faire ce qu'il faut.

  26. 76
    Jean Jolly dit:

    Jean Jaurès était un fin analyste politique quand il disait que "le capitalisme portait la guerre comme la nuée portait l'orage", mais il ne se doutait pas que le capitalisme allait muer vers la spéculation à la nano-seconde dans une mondialisation sans foi ni loi, « une planète prometteuse réduite à la taille d’une réserve africaine » se dirait-il certainement devant le désastre actuel.
    J’imagine que Jean n’aurait jamais songé, il y a un siècle, que le capitalisme allait inventer la guerre permanente, allant jusqu’à fabriquer des ennemis et tant qu’à faire autant se servir des religions pour créer le choc. Il y aura toujours des couillons pour s’entretuer sous le prétexte que « dieu » n’est pas barbu mais imberbe et asexué, ou mille autres raisons aussi farfelues qu’inutiles… ces couillons n’ont toujours pas percuté sur le fait avéré qu’ils s’égorgent mutuellement pour le même « dieu » puisque les trois principales religions sont monothéistes et, hasard du calendrier humain, sont aussi les trois principales à s’étriper pour un oui ou un non… cherchons l’erreur.
    Enfin, conjugué à ce dilemme religieux insoluble vient s’ajouter celui du sacro-saint « patriotisme » (cité plus haut). Les USA sont au top de la perfection au niveau de la fabrication des guerres et donc de faux ennemis… Il est le seul continent (ou fédération de pays) à n’avoir jamais subit d’invasion, il en invente et se dit que l’intendance suivra (comprendre « le reste du monde...

  27. 77
    L'écossais dit:

    Re-merci Jean-Luc ! Le billet précédent sur les nigauds, dont je suis globalement sans avoir mis les pieds à Quimper, m'avait déja beaucoup amusé. Avec celui-ci on avance carrément par dessus la petite bisbille instillée par Christian Troadec, Bonnet Rouge en chef, et son con-père Merret. Ces Benêts médiatiques qui réclament l'argent public des français pour engraisser des incapables de toutes sortes pour quoi faire ? Il faut stopper toutes les subventions. Ceux qui ont des bonnes idées doivent trouver des financements publics solidaires pour déveloper ces idées de manière solidaire !

  28. 78
    lecanut dit:

    Je viendrai aussi le 1er décembre, mais pas avec un balai, avec un pavé. Y en a marre de ces sociaux libéraux de malheur, qu'il s'en aillent tous !
    "Vivre en travaillant ou mourir en combattant"

  29. 79
    ROLLAND dit:

    Je m’inquiète. Mr Jean-Luc Mélenchon a déclaré qu’il est « pour le moment » porte-parole du Front de Gauche. Je souhaite que cette voix unique dans le paysage politique de notre pays continue à assumer cette responsabilité : la gauche a besoin de cette voix, de ce talent, de ses analyses, de ses propositions, de ses envolées, de ses embardées, de sa sensibilité et de son humanité. Etre de gauche, être unitaire, c’est avoir toujours le souci de ne perdre personne en route, d’emmener tout le monde vers l’objectif commun. Nous avons besoin de toutes ces voix identiques et différentes, celle de Clémentine et de Myriam comme celle de Laurent et Marie-Georges et des autres, car toutes sont l’expression de ce qui existe dans notre pays. Pourquoi faudrait-il avoir peur de cette diversité, de sa richesse ? Nous ne pouvons la rassembler que si elle s’exprime, que si elle peut s’exprimer. Ce serait donc désespérant, pire mortel, que de contraindre à se taire l’une de ces voix, quelle que soit la manière ou la manœuvre utilisée.
    Je souhaite que chacun mesure bien dans ses interventions écrites que le semblable ne se réduit pas à l’identique, et entende chez les autres la différence qui pousse à l’union par la richesse qu’elle apporte à l’un et à l’autre.

  30. 80
    Yann LARGOEN dit:

    Si on leur avait demandé leur avis avant de les fusiller, je doute que les mutins de 1917 auraient aimé être honorés par les héritiers de leurs assassins.

  31. 81
    gariguette dit:

    Les Alsaciens seront là, vive la viéme république. Peuple reprend ton pouvoir, il t'appartient.

  32. 82
    ermler dit:

    Allons bon ! Voici que sur le blog de Jean-Luc Mélenchon, certains en appellent à la grève générale de l'impôt. Plus un chèque pour le trésor public, disent-ils. En voilà une grande idée "de gauche" ! C'est les riches qui vont être contents. Ils n'auront même plus besoin de frauder ! Quant aux pauvres qui ne payent pas leurs impôts par chèque, mais par le peu qu'ils consomment via la TVA, ben... ils n'auront qu'à payer pour les autres, n'est-ce pas ? Alerte ! Les nigauds à bonnets rouges se sont infiltrés sur ce blog.

  33. 83
    Nicolas B dit:

    Vraiment incroyable cette promo de bonnets rouge au journal de 20 h, ce doit être l'hiver qui se prépare. La manipulation de ces benêts fait peine à voir effectivement, et tout ces radars et autre portiques détruits, c'est vrai que les troupes de l'ordre doivent être concentrées pour défendre l'ayrauport. La répression n'est pas la même pour tout le monde, il doit y avoir des critères qui m'échappent.... Chez nous on dit pas nigauds, on dit couillon et on en fait pas tout un fromage. Je pourrais pas venir sur Paris cette fois ci, mais l'idée de faire des dons pour que d'autres puissent y aller, ou aider à l'intendance serait sympa. J'ai pu en profiter une fois, grâce à la solidarité des camarades. Merci de garder le cap vers la VIe République et l'humain d'abord, M Mélenchon, dans toutes cette mélasse médiatique et politique il est bon que votre parole éclaire la route. Les benêts rouges comprendront peut être plus tard la portée de celle ci. Quand à ceux qui organisent ça pour déstabiliser le gouvernement, m'étonnerait fort qu'ils soient du coté de l'intérêt général et de la République une et indivisible. Y'a vraiment du soucis à se faire, déjà comment on va faire pour payer les 20 milliards d'étrennes au Medef et consort ? avec 4 ou 5 millions de chômeur, soit 12 à 15 millions de personnes dans la galère,(si on compte la famille pour 3), l'offrande hollande se montera à 560 Euros pour quatre personnes. En tout vive la VIe, et vite, l'Humain...

  34. 84
    Michel Matain dit:

    A Lille, le PCF choisit le Front de Gauche et ne se représentera pas avec les socialistes.

  35. 85
    KFM dit:

    C'est vrai que cette mise en avan des bonnets rouges est pénible à supporter. Les conditions sont favorables pour ce délire médiatique. On montre que la contestation est forcément violente (dégradation de matériel) en oubliant la répression sélective. Aussi le gouvernement peut laisser faire un mouvement dirigé en arrière plan par les puissants locaux. Un recul sera pas mal perçu nationalement. Une reculade de plus, même si cette taxe privatisée est à supprimer, ça permet de laisser une bataille locale pour gagner la guerre. Quelle misère politique.

  36. 86
    Moricio dit:

    Certes une manif populaire de mécontentement est nécessaire, une de plus. J'y serai. Mais quid de la visée au delà des doléances vis à vis des cadeaux fiscaux gouvernementaux.
    Jean-Luc Mélenchon (député européen) aurait il oublié les réelles causes qui sont issues des traités constitutionnels, Mastrich entre autres, et les dictacts de L'UE ! Il est temps de lancer une campagne pour sortir des systèmes euros, alors que le FN surfe sur cette vague. Le PG et le FdG qui devraient être à l'offensive sur ce registre maintenant que tout le monde sait que l'on ne peut transformer l'UE de l'intérieur et que l'Europe sociale ne peut être qu'un vœux pieux. Allez Jean-luc, de l'audace change ton fusil d'épaule dans notre combat commun.
    Faut changer les règles du jeu néo-socialo libérales au service des financiers, bien ficelées par la troika, et imposer notre souveraineté politique, monétaire et sociale.

  37. 87
    mb_49 dit:

    Quid de la fiscalité au niveau de l'Europe ? Faire reculer le gouvernement sur l'augmentation de la TVA serait jeter un sacré caillou dans la mare du budget 2014 ! Ce n'est pas gagné d'autant qu'il faudra à ce gouvernement trouver de quoi remplir ses promesses ! Pour un peu que les députés socialistes hésitants ne votent pas la "réforme des retraites", j'en connais deux qui sont bien dans... une situation inextricable dont les marchés sauront tirer les ficelles pour leur faire payer leur manque d'obéissance. Dans toute ce bazar néolibéral, la commission et la BCE + le FMI ne sont que les bras armés des spéculateurs. Avec le refus de la TVA ajoutons des slogans demandant l'interdiction de la spéculation, qui l'était jusqu'en 1886(?) en France. Tout le problème vient de cet aspect du capitalisme et ensuite on peut s'attaquer à une réforme écosocialiste de l'Europe. On pourrait aussi exiger une dévaluation de l'euro et refuser de compter dans la dette publique les liquidités englouties par le renflouage des banques... Imposer le capital et refuser la dette (Banqueroute ?) sont les seules solutions pour mettre à genoux les marchés. Il faut bien comprendre que le capital est malade de trop de capital. Pour le soigner, saignons-le d'autant que de la déflation pointe son nez. Déflation = récession et c'est ce que les financiers essaient de cacher à tout prix, car eux savent et essaient coûte que coûte tirer leurs derniers marrons du feu.

  38. 88
    DUMARTIN JEAN PIERRE 40 dit:

    Un vent de luttes positives, un vent d'espérance est plus que nécessaire pour relancer la mobilisation citoyenne du front de Gauche. Attention cependant, des initiatives de ce genre ne se lance pas à la cantonnade, mais doivent être préparées en amont, avec l'ensemble des forces qui composent le front de gauche. Il me semble qu'il aurait été judicieux en effet de programmer cette initiative à l'échelon régional ou sur deux régions. Paris c'est loin pour la province et ça coûte. Ce qui coûte au pays c'est le capital, et non le travail. Bravo pour les analyses de fond que je partage. Il faut que le front de gauche se ressaisisse et que chacun fasse l'effort dans son camp de ne pas provoquer ou encore de s'empoigner pour le plus grand plaisir de la bourgeoisie. Je n'aime pas par exemple ce qui se passe à la région politique d'Aquitaine avec les péripéties de ceux et celles qui représentent le PG à l'assemblée régionale. Reprenons les discussions sereinement et sérieusement, afin d'éviter tout déchirement. Le Peuple de gauche se désespère de l'attitude des uns et des autres, qui peut emporter dans l'abîme l'espérance des présidentielles de 2012. VI République, répartition des richesses et reprenons vite le chemin "tous ensemble".

  39. 89
    jcmig dit:

    JLuc je ne supporte plus de voir les photos de vous telles que celle d'aujourd'hui dans "le Télégramme" qu'attendez vous pour porter plainte contre ces journaleux. Je trouve que ces photos discréditent toute l'action du Front de Gauche et du PG

  40. 90
    avantipopolo dit:

    Bravo! Il fait radicaliser!Et montrer que Jean-Luc n'a peur de rien ni de personne. Et si on faisait un rassemblement à Quimper et un autre à Hénin-Beaumont?

  41. 91
    henri dit:

    Bien avant l'annonce de Jean-Luc Mélenchon, le comité citoyen de ma commune a lancé une action contre la hausse de la TVA au 1er janvier 2014 avec explications et arguments. Le Front de Gauche est dans l'obligation de mobiliser la population sur ce qui fait sa vie quotidienne, prix de l'énergie, des loyers, de la nourriture, faiblesse du pouvoir d'achat, propositions pour mettre fin au chômage de masse etc. nous pouvons ainsi développer notre programme partagé "l'humain d'abord", démasquer le Front National, l'UMP et le gouvernement et ses partis alliés. Revenons aux fondamentaux!

  42. 92
    Aubert Dulac dit:

    Oui, Jean-Pierre Dumartin, ce qui coûte et a coûté aux pays, c'est le capital, et non le travail, guerres comprises !

  43. 93
    jeannine LE MANS dit:

    Bonjour Jean-Luc
    Merci pour cette initiative qui réjouis mon coeur trop triste. Mais où a donc été donnée cette info pour le 1er décembre ? Je l'envoie à mes amis.
    Qu'en est-il de la position du PCF, il y a là un moyen de se dépêtrer des situations locales. En tout cas je vois que leurs militants savent choisir. Bravo à eux. Entrainons les salariés des entreprises dans cette importante initiative. Une non encartée du front de gauche 72.
    Fraternellement à tous.

  44. 94
    Serge Maurin dit:

    Bravo pour cette initiative de réclamer une plus grande justice fiscale à travers ce symbole d'inégalité qu'est la TVA.
    Toutefois, attention car beaucoup confondent proportionnalité et progressivité de l'impôt. La progressivité que propose Jean-Luc Mélenchon avec 14 tranches est une mesure radicalement novatrice et révolutionnaire. Je regrette simplement la complexité de cette progressivité induite par les 14 tranches alors qu'un élève de première connaît déjà la fonction mathématique qui permet à l'aide de 2 simples paramètres de régler à la fois le taux de progressivité et le volume total des prélèvements fiscaux pour un revenu total donné, fonction logistique en S. Je suis convaincu que l'univers de la fiscalité auto-entretient une sorte d'usine à gaz dans laquelle il existe une alliance objective entre les techniciens de la fiscalité (dont les fonctionnaires) et les grands possédants.
    La simplification de l'impôt est aussi à mon avis une bataille à mener. Imaginez que chaque année le pouvoir démocratique puisse décider d'un et un seul taux de progressivité fiscal et d'un et un seul taux de prélèvement, les 2 étant indépendants. Ceci associé à la suppression de la TVA conduirait à une véritable maîtrise de l'impôt par le citoyen. Dans ce système simplifié, l'incitation fiscale se résoud encore plus simplement par défalcation sur le revenu déclaré d'une partie de l'investissement (taux fiscal d'incitation associé à la nature de l'investissement comme l'isolement.

  45. 95
    at dit:

    C’est toujours un plaisir de lire vos billets qui me permettent de mieux comprendre les choses et de trouver des informations qui sont passées sous silence dans les médias. J’admire votre courage d’organiser cette manifestation. C’est un grand défi de mobiliser la population sur le sujet très technique de la fiscalité. Quand on voit le peu de mobilisation qu’il y a eu pour les retraites, on peut mesurer l’ampleur de la tâche! J’ai le sentiment qu’il y a beaucoup de résignation dans la société. La propagande médiatique entretient l’incompréhension et répand un sentiment d’impuissance.
    Malheureusement les journalistes ne retiennent de vos notes que deux mots, pas forcément les mieux choisis, qui font polémique et occultent l’ensemble de votre analyse. Hélas c’est cela que le grand nombre retient de vous. Je rêve que l’on entende à la radio le matin que le patron de Renault gagne en un an l’équivalent de 788 années de smic alors que dans le même temps se signent des accords de compétitivité ! Vous devriez provoquer le buzz médiatique sur des sujets comme ceux là qui sont tellement scandaleux qu’ils interpellent tout le monde. C’est peut être des informations comme celle là qui peuvent permettre aux gens d’ouvrir les yeux. La grande difficulté est de parvenir à faire de l’éducation populaire dans les médias qui vous sont très hostiles et vous offrent peu de place.

  46. 96
    reneegate dit:

    Jaurès s'est battu comme un beau diable contre le capitalisme et sa stratégie du choc (guerres, crises financières). Hollande et son gouvernement eux sont des prévots du capitalisme.
    L'histoire (Annie Lacroix Riz) nous apprend que l'europe de la finance s'est créée avec cette guerre et que ce projet capitaliste hégémonique s'est gavé du sang et de la misère depuis lors.
    Si Jaurès a été un politique socialiste engagé et lucide, alors Hollande est un collaborateur libéral.
    Et tu as bien raison de souligner toutes les réformes promises et remisées. Après la réforme bancaire Moscovici non seulement oubli la réforme fiscale mais avec Sapin (on y croit avec un tel nom) torpille les services des controles fiscaux (80 milliards d'évasion fiscale). Si on ajoute toutes les réformes mal ficelées et baclées, on se demande ce que ces ministres peuvent bien foutre durant la journée.
    A l'instar, 2 militants (bénévoles) du PG sont venus frapper à ma porte hier, samedi, dans le Paris 18. L'esprit de Jaurès était avec eux et certainement pas au gouvernement.

  47. 97
    pb dit:

    J'y serai comme communiste attachée au front de gauche. P Laurent a eu tout faux, mais je n'accepterai pas de le voir insulté. Il faut que les communistes soient nombreux à ce RDV.

  48. 98
    Julien_M77 dit:

    Tout à fait OK pour la marche du 1er décembre, j'y serai !
    N'oublions pas cependant le retour à l'assemblée de la réforme des retraites. A-t-on baissé les bras au FdG ?
    Concernant la révolutuon fiscale et nos propositions, pour en avoir parlé avec pas mal de connaissances, si les 14 tranches et le revenu maximum (écart 1 à 20) sont pour eux-elles une vraie mesure de justice sociale, l'idée de la dernière tranche à 100% reste, même pour moi d'ailleurs, problématique et contreproductive. En effet, le 1 à 20 réduit obligatoirement les gros salaires dans les grandes et moyennes entreprises et permet surtout aux petits alaires d'augmenter, mais quel intérêt à fixer le dernier taux d'imposition à 100%? Il est de mon point de vue rédhibitoire pour certains électeurs (le fameux côté "Stalinien qu'on traîne depuis longtemps). Un 85/90 comme dernière tranche, n'aurait pas ce fameux côté confiscatoire tout en gardant la logique de la réforme.
    Une dernière chose, il faudrait prendre du temps pour expliquer avec des mots simples le coût du capital et expliquer à nos concitoyens que l'idée n'est pas de taxer les 10000 euros de leur livret A qu'ils ont mis de côté pour les études du petit dernier.
    Encore merci de nous représenter si bien.

  49. 99
    Michel dit:

    Mais enfin, qui prend cette initiative ? Le Parti de Gaiuche ? Mélenchon tout seul ? Le Front de Gauche ?
    Car si la fiscalité c'est bien une question essentielle dont s'est emparée fallacieusement la droite, elle ne saurait être détachée de celle du partage des richesses et du contrôle publique de leur production. Elle doit donc être rattachée à un projet global de société alternatif au capitalisme et non être mise en avant comme une réforme aménageable dans le cadre du système, pour au final préserver le capital. Ou pire, instrumentalisée dans le cadre d'une "bataille" politicienne interne aux forces de gauche.
    Parce qu'on ne s'y retrouve plus sur ce terrain là : les uns reprochant aux autres quelques alliances locales avec le PS lors des municipales du fait de la politique du gouvernement qu'il soutient, tandis qu'ils s'allient eux avec les Verts qui me semble-t-il sont aussi de ce gouvernement. Les autres reprochant à ceux-ci leur absence de clarté sur la base de l'intérêt de la population de gauche tandis que la gestion de certaines de leurs villes ne sont pas un exemple de participation démoctarique lorsqu'iuls y sont majoritaires. Les batailles politiques internes auraient du sens si elles n'étaient pas instrumentalisées autour de dessseins personnels un peu trop flagrants mais placées sur le fond des enjeux.
    Ainsi la fiscalité serait davantage intéressante à poser dans le cadre du Front de Gauche en la reliant à la...

  50. 100
    julien g dit:

    Le 1er décembre?
    Ah ça j'irais ça j'irais ça j'irais......

Pages : « 1 [2] 3 4 5 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive