01nov 13

343 salauds, et 7 héros

Ce billet a été lu 59 853 fois.

Les « 343 salauds » se sont-ils rendu compte du point auquel ils le sont en effet ? Plagier le titre courageux des femmes héroïques qui ont assumé leur avortement pour que le droit d’en pratiquer un ne soit plus considéré comme un crime, il fallait oser ! C’est au fond recommencer les injures de l’époque contre ce qu’elles faisaient ! Et puis quel parallèle ! Elles luttaient pour qu’une aptitude sexuelle cesse d’être un destin social. Ils y ramènent les prétendues volontaires. Que la prostitution ait toujours existé est le refrain parallèle à celui qui rabâche « il y a toujours eu de la misère ». C’est pour y mettre fin qu’est né le socialisme. Vous me direz : il y a toujours eu des salauds, également. Par exemple celui qui recommande à la femme ou la fille de son voisin de se prostituer mais n’en fera jamais la proposition aux siennes. Peut-on les convaincre ? On peut en douter. Mais en argumentant il me semble qu’on doit pouvoir éviter la banalisation de la traite des êtres humains, de la bêtise cruelle, et des démissions intellectuelles. Quand bien même y aurait-il des volontaires pour se prostituer, nous serions en droit de ne pas l’accepter davantage que bien d’autres choses que nous ne permettrons pas quoiqu’il y ait des gens pour le vouloir. Tout simplement parce que nous savons qu’il n’y a pas de prostitution sans espace ouvert au proxénétisme et à la traite des êtres humains. Et d’autre part qu’il n’y a pas de prostitution sans une définition de soi et du rapport aux autres que nous n’acceptons pas. La société a le devoir de prescrire les normes de la vie commune. 

Témoignage devant le congrès US du directeur de la NSA, le général Keith Alexander : "Les affirmations (…) selon lesquelles la NSA effectuait des dizaines de millions d'écoutes téléphoniques sont complètement fausses. Pour être parfaitement clair, ce ne sont pas des informations que nous avons collectées en espionnant des citoyens européens. Ce sont des infos que nous et nos alliés de l'OTAN avons obtenu pour protéger nos pays et soutenir des opérations militaires". Il a précisé qu'il s'agissait de "données fournies à la NSA" par les services de renseignement des autres pays. Qui ment ? Si le directeur de la NSA dit vrai, les autorités françaises et européennes doivent s'expliquer sur leur complicité dans l'espionnage de leurs propres citoyens pour le compte d’une puissance étrangère. S'il ment et que les Etats-Unis ont eux-mêmes espionnés, qu'attend la France pour répondre à ce qui serait une provocation insupportable ? La timidité de François Hollande est inacceptable : la souveraineté nationale et les libertés individuelles sont en cause ! Il doit faire mieux que ses pauvres soupirs excédés actuels.

Vendredi 25 octobre, Aulnay a produit sa dernière voiture. L’Histoire retiendra que c’est sous la présidence de François Hollande que la famille Peugeot aura fermée l’usine symbole de son groupe où s’exprimait le plus fortement la capacité ouvrière à faire respecter sa dignité. Le gouvernement Ayrault a laissé faire. Comme il a laissé PSA annoncer la suppression de huit mille emplois l’an dernier (dont la moitié dans la recherche et développement). Comme il a laissé la direction de PSA mépriser la grève de la faim des sept de Poissy. C’est pourquoi je vais parler de la victoire médiatiquement invisible de la lutte de ces sept psa_01hommes si courageux. Mais avant cela je veux dire un mot d’autres hommes qui ne brillent pas par leur courage. Les Dupon et Pondu qui nous gouvernent ! 

Ces gens-là n’étaient-ils pas la raison incarnée, le bon sens et l’esprit de mesure faits hommes ? La rondeur aimable du chef n’était-elle pas la garantie qu’il ne saurait jamais être aussi abrupt que moi ? La face perpétuellement navrée de Jean-Marc Ayrault ne prouvait-elle pas quel ennemi des excès ont trouverait toujours avec lui ? Eux c’était la gauche réaliste, efficace, gestionnaire et bla bla bla. L’encens était fourni par « le Nouvel Observateur » et « Libération », chœur enchanté de tous les reniements. Nous ? « La gauche tonitruante » (Michel Sapin), qui « carbure à la coca » (Harlem Désir) et tutti quanti. N’ont-ils pas répété cent fois en me toisant de très haut que « tout ce qui est excessif est insignifiant »? Cette maxime est à présent retournée : que tout en eux soit aussi insignifiant est terriblement excessif. Qui ne parvient pas à les ridiculiser doit se tenir soi-même en piètre estime. L’exercice est devenu moins compliqué que de trouver un bonnet rouge qui ne soit pas fabriqué en Chine. Ils vont tomber. Soit sur la taxe sur les yaourts à la crème, soit sur l’interdiction de tousser en public : n’importe laquelle des grandes réformes du quinquennat Hollande peut lui être fatale pour peu qu’un syndicat de marchands de saucisses s’y oppose. Comme gestionnaires donc ils ne valent rien, non plus. Je vais parler de la farce patronale des bonnets rouges et de la nouvelle cagade gouvernementale.

Ils sont cuits

Quoiqu’ils disent, quoiqu’ils fassent, ils sont cuits. Les grands gestionnaires étaient juste des petits bras sans souffle, sans imagination et pas seulement sans ambition ni fierté de leur pays ! Déjà la débandade est commencée. A preuve les offres de service. Le nombre des informateurs du PG dans les rangs socialistes s’accroit de jour en jour, de bureau en bureau. Le double langage s’installe à tous les étages. Les maires et candidats, à l’instar d’Anne Hidalgo, se sauvent en criant bien fort pour se « mettre à distance du gouvernement », tout en donnant des garanties du contraire aux émissaires inquiets. Les ministres examinent déjà les points de chute de leurs collaborateurs. Les députés qui doivent voter le budget s’interrogent. Gare au vote final de l’Assemblée. Bref, nous vivons l’intermède avant la chute. Au minimum, Ayrault s’en ira. Tout le monde finit par s’en aller, c’est la règle. Mais un départ sur un désastre est un aliment de crise politique et non une solution à celle-ci. Surtout quand celui qui le fera partir n’a aucune espèce d’idée surpsa_02 ce qu’il pourrait faire ensuite. Et surtout parce qu’il compte en réalité continuer ensuite la seule chose qu’il a toujours fait et su faire : contourner les problèmes, suivre les américains et imiter la droite allemande.

Restons-en là : Ayrault est sur le départ. Son bilan est tellement insignifiant dans l’histoire du pays et tellement désastreux dans l’histoire de la gauche qu’un tel excès sera puni d’une disparition immédiate et définitive de tous les radars. Après lui, un nouvel avatar sera nommé. Hollande choisira entre deux manières de continuer. Premier cas : user un Premier ministre aux apparences de gauche pour lui faire couver le reste des œufs pourris pondus par la Commission européenne. Deuxième cas : de nouveau un personnage transparent, navré et délétère, sur le modèle d’Ayrault, pris dans le sérail. Quels suspens ! Tenons-nous en à ce qui est assuré. La fin approche. Nous le savons. Ils le savent. Ils savent que nous savons. Et nous savons qu’ils savent que nous savons. Leur seule vraie hantise serait que la chute vienne de notre côté. Mais pour l’instant ils se disent qu’ils n’ont rien à craindre. Ils se rengorgent même d’avoir fait passer les pires horreurs anti sociales sans trop de vagues. Voyez comme ils sont fiers d’avoir refusé l’amnistie sociale, d’avoir rallongé les retraites, matraqué les ouvriers en lutte, abandonné les sidérurgistes, méprisé les sodimédical, ignoré les fralib, et laissé crever les PSA. Ils croyaient que les maîtres féliciteraient leur « courage » comme ils disent quand il s’agit de tromper son camp ! Ils sont touchant de stupide naïveté sur ce point. Voyez ce pitoyable Moscovici. Il a annulé la taxe schmoldu pour faire plaisir au MEDEF et celui-ci lui a même dit par quoi la remplacer ! Et quoi ? Plaf ! Le patronat le gifle et lui adresse un carton jaune. Il couine dans une interview aux « Echos » ! Il pleurniche qu’il a fait exactement ce que le MEDEF lui demandait. Et en séchant ses larmes il demande au MEDEF la « même loyauté » que celle dont il a fait preuve ! Tel quel ! Et le monsieur est de « gauche » ! A présent, voici la farce soit disant bretonne des bonnets rouges ! Banalement le gouvernement a de nouveau cédé sans condition devant le patronat local. Juste avant la prochaine reculade que prépare Michel Sapin sur la représentativité patronale dans l’espoir d’attendrir les dinosaures du MEDEF. Et ainsi de suite.

La farce des bonnets rouges

Oui, c’est une farce de mauvais goût que cette histoire de bonnets rouges. Certes, l’écotaxe ce n’est tout de même pas la panacée d’une politique écologique ! C’est même assez largement un leurre. Car elle ne s’attaque pas vraiment aux motivations du recours massif au transport routier des animaux. Il sera toujours plus profitable de faire voyager dans des conditions abominables 45000 porcs par an sur les routes européennes plutôt que de les abattre sur place tant que l’on permettra le dumping social en vigueur en Europe, qui permet de profiter par exemple du tarif des abattoirs allemands. De cela, le gouvernement ne se préoccupe d’aucune façon. D’ailleurs, il ne s’occupe de rien de planifiable, par idéologie autant que par aveuglement. Voyez. La taxe était censée inciter au report modal vers le fluvial et le ferroviaire. Oui mais aucun plan de développement du fret n’était mis en œuvre pour endiguer le flot toujours plus dense des camions sur les routes. Je précise : au contraire ! En effet, le gouvernement est servilement aux ordres de la Commission européenne qui a été très exigeante sur ce point. En échange d’un délai de deux ans de plus pour atteindre les objectifs de réduction du déficit, elle a exigé une accélération de la libéralisation des psa_03réseaux. La réforme libérale a donc été présentée en Conseil des ministres le 16 octobre dernier. Quant au transport fluvial, l'une des premières mesures du gouvernement Ayrault aura été d'abandonner le projet de canal Seine-Nord. Bref, tout cela n’était « ni fait ni à faire », comme d’habitude sous le gouvernement Ayrault.

Il n’en demeure pas moins que la reculade du gouvernement sur ce point est un cadeau fait au patronat. Sous couvert de défendre l'emploi, c'est en réalité la liberté de continuer à produire toujours plus loin des lieux de consommation qui est affirmée. Bruno Gentil, président de la fédération France Nature Environnement a eu les mots justes : "C'est lamentable, il n'y a aucun courage politique. Une mesure votée par la droite comme la gauche est remise en cause à partir du moment où un groupe d'individus cassent des biens publics. Je ne pense malheureusement pas que cela va résoudre les problèmes de l'élevage… L'environnement devient le bouc-émissaire des problèmes économiques. On est en train de planter le financement de la transition énergétique".

Il aura en effet suffit que quelques centaines de patrons et de militants du syndicat agricole FNSEA fassent une démonstration de violence pour que le gouvernement Ayrault cède. Ceux qui sont d'ordinaires sans complaisance avec le moindre jet d'œuf d'un ouvrier ne se sont pas émus de voir la FNSEA et le MEDEF jeter des pierres sur les CRS. On attend encore les roulements de mécaniques de l’immense Manuel Valls, roi des matamores ! Il est vrai que, même de droite, un patron breton c’est psa_04un gibier plus coriace qu’une gosse de Rom en voyage scolaire ! L’armée de guerre contre les pauvres n’est pas équipée pour faire respecter l’ordre public à ceux qui ont l’habitude de faire obéir les autres.

Cette affaire a été une farce du début à la fin. Alors qu'il licencie à tour de bras en Bretagne, le patronat a trouvé une belle occasion de se faire passer pour le défenseur de l'emploi. Cela aura impressionné quelques répondeurs automatiques de la presse nationale. Mais sur place, il en a été tout autrement ! Les syndicats de salariés ne se sont pas laissé tromper. La CGT, Sud et FSU de la région Bretagne ont ainsi rendu publique une déclaration commune pour marquer leur distance. Elles dénoncent « le détournement du mécontentement, réel, d’une grande partie de la population à des fins politiciennes » qui « met en cause l’intégrité et l’indépendance des salariés dans un combat qui n’est pas le leur ». Pour ces syndicats « les "bourreaux" sont aux commandes de cette manœuvre et se servent de leurs victimes pour faire en même temps bouclier et bélier. Ils voudraient que les salariés oublient qu’ils ont toujours soutenu les politiques néolibérales responsables de la crise actuelle et que leur "modèle agricole breton" est aujourd’hui une faillite économique, sociale et environnementale. Les manipulations sont lourdes puisque ce sont les "seigneurs de jadis" qui portent maintenant le bonnet rouge contre le peuple ». Peut-on mieux dire ?

Cette déclaration vise juste. En particulier sur la dénonciation du productivisme agricole aujourd'hui en crise. Elle appelle les salariés à ne pas participer à la manifestation organisée samedi 2 novembre à Quimper autour du patronat, des agriculteurs productivistes et de certains régionalistes bretons et de l’extrême droite. Les syndicats de salariés appellent au contraire à manifester le même jour mais dans une autre psa_05ville à Carhaix. Les salariés s’y rassembleront autour de leurs propres revendications ! 

Ouf ! Cet appel à une manifestation distincte des salariés remet de la clarté dans une situation bien confuse. L'alliance de certains agriculteurs avec la grande distribution qui les étrangle à longueur d'année n'a par exemple pas fini de surprendre. Sur le plan politique, c'est pire. La droite, qui avait proposé l'écotaxe, demande maintenant sa suppression. Le PS, qui avait aussi voté sa mise en place décide désormais sa suspension… Et Le Pen appelle à manifester avec les bonnets rouges ! Elle n’a peut-être pas vu la couleur ?

A mes yeux, l’essentiel dans cette comédie est ailleurs. Cet épisode aura permis de lever le voile sur un scandale d'Etat : la privatisation par le gouvernement Sarkozy-Fillon de la collecte d'un impôt, l'écotaxe. Je me souviens très bien que lors des Etats-généraux de la douane auxquels j’ai participé le 18 septembre dernier, les syndicalistes douaniers avaient alerté sur ce sujet. Ils dénonçaient et dénoncent toujours cette situation qui ne se limite pas au cas pitoyable de l’écotaxe ! Ils ont raison. C'est une question de principe : confier le soin de prélever un impôt à une entreprise privée est anti-républicain. C'est le retour au modèle des fermiers généraux de l'Ancien Régime. Premièrement, l'Etat a donc choisi de confier le prélèvement d'un impôt à une entreprise privée. Deuxièmement, cette entreprise est à 70% étrangère, en psa_06l'occurrence italienne. Troisièmement, en amont, parmi les actionnaires de cette entreprise, on trouve la famille Benetton mais aussi la banque vampire Goldman Sachs, qui possède 10% du capital. 

Mais à supposer qu’un procédé pareil soit accepté, peut-il être de surcroit léonin comme celui-ci ? Car le contrat signé en 2011 par le gouvernement Fillon avec la société Ecomouv est absolument inique ! Il provoque une gabegie d'argent public. Les conditions sont si favorables au groupe privé au détriment de l'Etat qu'il est légitime d'avoir des soupçons sur la manière dont ce contrat a été conclu, comme l'a relevé « Bastamag ». Même le journal « Le Monde », bréviaire de la bourgeoisie la plus confite en révérence devant les droits de l’argent, écrit poliment que « l'Etat est pieds et poings liés, du fait d'un contrat de partenariat public-privé unanimement jugé très avantageux pour le prestataire, et dont les conditions d'attribution posent certaines questions ». Que c’est dit avec délicatesse et précaution : « certaines questions ». C’est déjà beaucoup pour Geoffroy et Frédégonde, du 16ème arrondissement de Vichy, abonnés type de ce journal ! Que ne suis-je un contrat pourri comme celui-ci au moment où « Le Monde » parle de moi ? Au moins serait-il poli. 

« Certaines questions » ? Posons-nous les en voyant les faits. Le contrat prévoit un véritable pillage. L'Etat s'est engagé à verser à l'entreprise un loyer de plus de 18 millions d'euros par mois à compter du 1er janvier 2014. Cela représente 20% des recettes totales espérées de cette écotaxe, environ 85 millions d'euros par mois. 220 millions d'euros sur une année complète ! Et le loyer devra être versé même avec la "suspension" annoncé par Jean-Marc Ayrault, alors que l'Etat ne prélèvera aucun centime. Les douaniers ont expliqué qu'ils auraient été capables de mettre en place et gérer la psa_07même taxe avec au maximum 5% de frais de gestion seulement au lieu de 20% pour cette entreprise privée. Le recours au privé coûtera donc ici au moins quatre fois plus cher que le service public ! 

Pour le prix d’un investissement de départ de 650 millions, le ramassage final au bout de quatorze ans de cette belle affaire était spécialement coûteux. Ecomouv aurait récupéré 3,2 milliards d'euros. Soit, tous frais payés, un rendement total de 2,5 milliards d'euros ! Un pur scandale ! Dorénavant il s’accompagne d’un autre, tout aussi insupportable : si le gouvernement décide de supprimer cette taxe, il devra verser 800 millions d'euros à l'entreprise ! Qu'attendent François Hollande et ses amis pour exiger une enquête judiciaire ou créer une Commission d'enquête parlementaire ? Un troupeau de moutons bêlants gouverne le pays ! 

Cette semaine, « Marianne » a publié une tribune, que j'ai co-signée avec Martine Billard et d'autres élus, contre le pillage qu'a constitué la privatisation des autoroutes par le gouvernement Villepin. L'écotaxe est un autre exemple de pillage de l’Etat. Les deux sujets sont liés. L'écotaxe avait en grande partie pour but de dégager des recettes pour financer les infrastructures de transports. Et pourquoi ? Parce que la privatisation des autoroutes a réduit les recettes utilisées pour cela ! Les bénéfices faits sur les Autoroutes par Vinci ou Eiffage sont autant d'argent qui aurait pu soit rester dans la poche des automobilistes, soit financer ces infrastructures. Encore une fois, la preuve est faite que la privatisation est l'ennemi de l'intérêt général. Le libéralisme, ça ne marche pas quand il s’agit de faire fonctionner une société civilisée qui a le goût de l’efficacité. Le libéralisme coûte cher à la société et tout fonctionne mal.

PSA a dû céder face aux sept de Poissy

J’ai sous le coude une analyse de la situation de PSA que je publierai bientôt. Car je suis cette affaire depuis maintenant plusieurs années, comme je ne lâche pas des cas tels que Sanofi ou surtout Alcatel Lucent. Mais pour aujourd’hui, ma priorité va à la lutte victorieuse des sept syndicalistes grévistes de la faim qui ont tenu bon, jusqu’au bout de leurs forces, face aux monstres froids et cruels qui dirigent l’entreprise. J’ai évoqué chaque fois que je l’ai pu en média ce conflit très peu couvert par la presse. A présent c’est la victoire, après qu’on ait craint le drame. Plutôt que de produire mon résumé, je vais me contenter de reproduire le texte que m’a transmis Laurence Sauvage, la secrétaire nationale du PG aux luttes. Elle a été présente sur place, avec Philippe Juraver et Jean Michel Mespoulède, deux autres animateurs de ce secteur de notre parti. Ils étaient aux côtés des grévistes avec les camarades de la zone qui se relayaient, y compris pour dormir sous la tente des grévistes. Voici le texte écrit à plusieurs mains que Laurence m’a envoyé. Je le reproduis tel psa_08quel, plein de la ferveur du moment, à la gloire des hommes qui ont affronté cette épreuve et de mes magnifiques camarades qui ont été à leurs côté parfois nuit et jour pendant toute leur épreuve.

« Ce matin, en me levant, j'avais un air de Pagny dans la tête : "Y a pas un homme qui soit né pour ça". Non. Personne ne mérite le traitement que subissent les salariés au sein de PSA. Harcèlement moral, répressions syndicales, inégalités de traitements entre les organisations syndicales dites "non représentatives", sous-évaluation des compétences donc des salaires, etc… Le protocole d'accord de fin de conflit signé ce matin entre les grévistes et la direction dénonce cette situation. Aucun mot n'existe pour exprimer le courage, la fierté, la détermination et la ténacité des 7 grévistes de la faim de Poissy. 44 jours. Des négociations en trompe l'œil. Des reculs de la part de PSA au moment de signer le protocole afin de laisser pourrir la situation. C'était sans compter sur la détermination de ces indomptables. Jamais à un seul moment ils n'ont cédé. Ils ont par leur combat prouvé à PSA que la dignité n'est pas achetable. Et que leur volonté de justice était inébranlable. Et les Lions ont gagné. Pas uniquement pour eux. Pour tous. En négociant pour 7, ils ont combattu pour tous les salariés de PSA. En exigeant une enquête de l'inspection du travail au sein du site de Poissy. En exigeant la ré-évaluation des postes de travail en fonction des compétences, de l'expérience et donc la révision des salaires. En exigeant l’égalité et le respect des droits pour toutes et tous. En exigeant l’équité au sein des organisations syndicales « non-représentatives ». Tous ces points figurent dans l’accord signé par la direction.

La grève de la faim n’est pas une action anodine. Ce n’est pas une lutte comme les autres. Elle est lourde de conséquences pour la santé des hommes ou des femmes qui entrent dans cette action ultime. Ils savent qu’ils ou elles peuvent subir de graves séquelles et mettre leur vie en danger de mort. A l’appel des 7 grévistes de PSA, nous avons pris nos responsabilités politiques en répondant présents et en leur apportant toute l’aide et le soutien que nous pouvions leur fournir. Appui auprès des médias, aide matérielle, aide humaine. Nous avons vécu auprès d’eux une belle aventure humaine. Nous sommes passé-es par tous les sentiments. Des moments de douleurs, lorsque nous les voyions allongés, affaiblis, tomber après des négociations qui se terminaient par des malaises et des hospitalisations. Chez PSA, 10 médecins travaillent sur le site. Et pourtant… Pas un n’est venu évaluer une seule fois leur état de santé. Pas un n’est venu lorsque le SAMU ou les pompiers étaient présents, arrivés sirènes hurlantes, et parfois hospitalisation de l’un des grévistes. Il leur fallait l’autorisation de la direction… Serment d’Hippocrate contre serment d’hypocrites. Des moments de joie lorsqu'ils se mettaient a chanter et nous entraînaient dans la danse (hein Abdi ? «Qu'est-ce qu'on a ? Qu'est-ce qu’on n’a pas ?», LE tube des grévistes ! -:))". Ou que l’on engageait une partie de dame, sur un damier dessiné sur un carton et ou les bouchons de bouteilles servaient de pions. Des moments d'admiration quand, têtes hautes, ils renvoyaient les DRH dans leurs bureaux rutilants alors qu'eux reprenaient possession de leurs lits de camps ou de leurs tentes. Des moments d’émotions lorsqu’ils commençaient à nous parler de la famille, des épouses et des enfants. Au vu des photos que nous avons partagé, les petites bouilles qui entraînaient chez le papa le souvenir rigolo d’une anecdote ou d’un bon tour de la petite fille ou du petit garçon.

Des heures de silence, assis auprès de l’un ou de l’autre, et ou les mots silencieux n’avaient pas besoin d’êtres exprimés. Etre là. Juste là. Nous avons vécu des moments de très grandes inquiétudes face à l’affaiblissement et de la perte de poids. Lorsque nous étions bouleversés et que le doute était trop fort, c’est eux qui ont su trouver les mots pour nous rassurer, qu'ils menaient un combat dur mais que face à Psa, ils ne pouvaient pas laisser continuer la dictature patronale continuer le massacre humain.

La force de leurs convictions n'a elle jamais faiblit. Alors on a tenu. Je ne vais pas citer tous les noms des militant, garçons et filles qui ont soutenu la lutte. Mais il serait juste d’en citer au moins deux : Georges et Olivier, présents jours et nuit avec eux. Hicham, Ahmed, Said, Ahmi, Houceme, Abdi, Hokrim, Vous avez mené une sacré lutte. Celle de la classe ouvrière face aux patrons voyous, prêts à vous laisser crever sur le trottoir. Vous l’avez menée avec classe, fierté et dignité. Hicham nous a dit "Avec le soutien et la solidarité de vous tous présents encore aujourd'hui j'ai rencontré une autre France. "Non Hicham. Ce n’est pas une autre France. C’est juste celle de celles et ceux qui luttent, comme vous, pour un autre monde. Un monde juste, équitable, ou l’humain est au centre des décisions, syndicales, politiques et associatives.

Ce matin, lors de l’annonce de la signature du protocole d’accord, toutes celles et ceux qui étaient présents on laissé couler les larmes. Les éclats de rires, les sourires, les embrassades, puis le départ. Discret, nous sommes repartis comme nous sommes venus. Mais définitivement changés et enrichis de cette expérience humaine que nous avons vécue près de vous. Une belle aventure les amis. Une très belle histoire humaine. Oui, nous vous avons soutenu, vous les 7 de Poissy, des hommes vainqueurs aujourd'hui, car comme le dit la chanson, y a pas un homme qui soit né pour "ça", ni chez PSA, ni ailleurs. »


173 commentaires à “343 salauds, et 7 héros”

Pages : [1] 2 3 4 »

  1. 1
    tchoo dit:

    Vous savez que vous m'énervez au plus haut point! Voila que en quelques mots, une vingtaine de ligne sur ce blog, vous dites tout sur les 19 connard qui se sont crus tellement intelligent et important pour pondre une ineptie pareille, je ne comprends pas pourquoi je ne puis traduire aussi bien ce que j'ai ressentis à la lecture de ce torchon qu'ils ont signé. Il me semble, tout de même que vous oubliez dans le tableau celle qui le publie. Il me reste au moins cette consolation de l'inclure dans les propos. Sans rancunes!

  2. 2
    ydaho dit:

    Oui Tchoo, tu as raison, finalement ils ne seraient que 19, dont un se répand sur les ondes en disant qu'il a signé sous l'emprise de l'alcool. Et parmi ces 19, E. Levy et Zemmour. ça donne le "ton" ou plutôt la couleur. Abject quoi ! Comme d'habitude, de la part de ces gens fervents adversaires du voile ou de la burka mais adeptes du "les femmes a la maison et aux fourneaux et les hommes aux péripatéticiennes". Une autre forme d'enfermement mais plus subtile.
    Puisque ici on parle des 7 héros de PSA, perso je voudrais rappeler que le 5 Novembre a Roanne est prévue une grande manifestation dans le but de défendre les droits syndicaux particulièrement attaqués en ce moment. En effet ce jour la 5 militants syndicaux vont comparaitre pour avoir refusé le prélèvement ADN imposé par la justice. Eux n'ont pas fait grand chose, ni cassé ni brulé, ils ont simplement écrit quelques graffitis a l'attention d'un élu nabot local sur les murs de la sous préfecture. Voilà ! Alors avec les camarades du FdG, hé bien j'irais marcher pour eux, et parmi tous les gens qui marcheront ce jour, il y aura beaucoup de communistes. Hé oui ! Et beaucoup de PG aussi, ainsi que des gens de la FASE, de GU et tutti quanti. Et comme il est prévu au moins 20 000 personnes, je suppose qu'il y aura beaucoup de sympathisants électeur des partis cités ci dessus regroupés sous la bannière du FdG. Peut être même que ces cinq malheureux persécuté sont communistes tient. Je me suis jamais posé la question, d'ailleurs je crois que pas grand monde se la soit posé cette question. Parce que ce sont simplement de braves gens, prompt a défendre les droits des travailleurs. Ce jours la a Roanne (lorsqu'ils ont été arrêtés) en septembre 2010, ils manifestaient contre la réforme des retraites.

  3. 3
    pascal des landes dit:

    Bonjour à tous camarades et amis,
    Un véritable Munich social, c'est ce que nous vivons sous ce gouvernement PS. A ne pas combattre les orientations européennes, à capituler en rase campagne devant les patrons, c'est le peuple tout entier qui doit montrer l'exemple, comme notamment devant ces braves de PSA qui au péril de leur vie viennent de l'emporter chez PSA. Une autre illustration de ce Munich Social est bien l'exemple de l'écotaxe. Il aura fallu 18 mois pour s'apercevoir que le contrat avec ECO MOUV était une ineptie? 18 mois, dont les premiers auraient suffit, pour tout annuler et repenser cette disposition, et revoir la carte qui bizarrement ne prévoit que très peu de prélèvement par les portiques aux frontières ? Notamment celles de l'Italie ? L'extrême droite et la droite qui la suit, ne manque pas une occasion pour provoquer dans la rue, casser des équipements publics, sans pour cela qu'on ne les inquiète jamais. L'amnistie sociale est impensable pour le PS dès qu'il s'agit des ouvriers, par contre, l'impunité totale des insurgés de pacotille est devenue la règle de Versailles à Rennes, du mariage pour tous, à l'écotaxe. Plus affligeant encore les appels du pied de l'UDI de Borloo, et la bienveillance affichée quant à l'ajournement de l'écotaxe. Oui, le gouvernement compte ses derniers jours le temps que le Président, se décide. Mais il y a fort à parier, que la prochaine coalition de gouvernement se fera avec l'UDI et le Modem et que les verts seront éjectés, à de rares exceptions près. A cela la seule réponse possible est la lutte. Et ce sont les 7 de PSA qui montrent la voie du courage et l'exemple. Ce n'est pas le moment de baisser les bras, mais bien celui d'intensifier la lutte.

  4. 4
    alain dit:

    Formidables patrons qui manifestent uniquement le samedi pour ne pas trop gêner leurs business. Salariés et chômeurs bretons, bloquez les routes en semaine, et je vous parie que vous ne verrez pas beaucoup de bonnets rouges.

  5. 5
    SIMON dit:

    Bonjour,
    J'ajoute à propos de l'écotaxe que celle-ci favorisait indirectement le fret aérien de frais qui est une hérésie écologique entre autres.

  6. 6
    orchidee dit:

    Je vois que des journées de revendications sont prévues du coté de Carraix pour ne pas confondre les manifestants de Quimper et ceux de Carraix. Je ne vois pas d'organisations locales prendre en main les choses pour aller manifester au coté de ceux de Carraix. Savent-il que tout est déjà fichu ? Est-on obnubilé par les municipales ? Attendra-t-on qu'il y ait des groupes non organisés à lancer des manifs pour ne plus savoir les gérer ? Allons nous de façon innexorable vers une guerre civile si les politiques ne s'en melent pas et laissent faire juste les syndicats pour des appels à la résistance ?
    Je lis aussi bien des bagarres internes sur les pages politiques du FdG, c'est pourquoi cela renforce mes peurs. Et je vous remercie encore malgré toutes les dissonances au sein du front de gauche, de venir ici, Jean Luc, nous entrainer à y croire toujours car on en a besoinde vous comme le FdG a besoin de vous, même si certains esprits chagrins incitent à penser le contraire.

  7. 7
    François dit:

    Bonjour. J'ai juste deux interrogations en lisant ce billet. "Tout le monde finit par s’en aller, c’est la règle.". Ben, sauf le précédent. Fillon a tenu tant qu'a tenu son maître. Et le prochain aura "une apparence de gauche" ou sera "un personnage transparent". Dens quelle catégorie est Valls ?
    Sinon, sur le retour à l'Ancien Régime, tout à fait d'accord! Quant aux héros de PSA, depuis le temps qu'on n'avait plus vu de victoire syndicale, c'est d'autant plus précieux. Merci encore à eux.

  8. 8
    Le Bars Hervé dit:

    Le PG des Côtes d'Armor l'a bien compris. Il appelle par communiqué à participer très nombreux à la manifestation de Carhaix, demain samedi 2 à 15h, place du Champ de foire. Les adhérents du PG 22 seront nombreux avec leurs drapeaux !

  9. 9
    chris dit:

    Super bon billet qui remet les choses en contexte s'agissant des bonnets rouges. Le gouvernement ne règle aucun des problèmes en amont, et laisse faire les déséquilibres liés à l'absence de règles sociale dans l'union européenne créant le transport de porcins pour abattage. C'est lamentable.
    De plus en privatisant l'ecotaxe et en octroyant un cadeau royal à un cartel de personnes "autorisées", un véritable pillage institutionalisé par contrat. A quand la responsabilité pénale et sur ses biens propres aux signataires qui ont engagé la république dans un contrat aussi déséquilibré ? Et pendant ce temps, c'est la démocratie qui est réellement en train de sombrer: l'europe que l'on vit doit être condamnée, avec force. [...]

  10. 10
    Léna dit:

    Je viens de comprendre, Jean-Luc, l'aéroport de Notre dame des landes, c'est ça l'innovation pour envoyer les cochons se faire trucider dans les abattoirs allemands à 2€ de l'heure. Je viens de comprendre à quoi ça pouvait servir.
    Tous à Carhaix demain à 15h, avec les paysans, les pêcheurs les ouvriers bretons, avec des drapeaux rouges et des nez rouges pour faire la nique aux patrons qui viennent de découvrir la couleur rouge. Front de gauche de Vannes (PCF, PG, Fase, alternatifs etc.)
    Question, que va faire l'ami Poutou et le NPA à Quimper demain ? Une étude sociologique pour voir comment ça manifeste un patron à côté d'un identitaire fasciste breton, avec un bonnet rouge sur la tête ? Il s'est trompé de manif ou alors, on ne lui a pas expliqué. Dommage, il peut encore tourner 35kms, à gauche, vers le centre Bretagne, il sera moins seul.

  11. 11
    Stéphane dit:

    La révolte des gueux s'est transformée en révolution avec l'apport de la bourgeoisie. Que Marine Le Pen défende les bonnets rouges, n'est pas un problème, si nous traçons le chemin. Ni écotaxe, ni délocalisation, mais la planification écologique !

  12. 12
    JeanL dit:

    Savez vous que la maire de Carhaix, PS bon teint, soutient lui je pense les manifestations type Quimper ainsi que la suspension de l'ecotaxe décidée par le gouvernement, là j'en suis sur, comme beaucoup de socialistes locaux. Et j'ai fait un petit calcul 220M€ par an c'est le salaire de plus de 5000 pour traiter les informations relevées par 180 portiques environ installés, à mon avis il y a en aurait même pas le tiers, vous imaginer le bénéfice ?

  13. 13
    loulou61 dit:

    Et oui le gouvernement plie depuis deux ans face a la droite et au patronat. Mais a quand des mots d'ordres clair des syndicats pour l'action !
    En 1995, on bloquaient les rond points et Juppé a cédé, là sur les retraites meme la CGT et FO voir Sud ont juste voulu qu'on se promene en manif. La manif n'impressionne plus les gouvernants, c'est juste complemenataire si on bloque ou on retarde l'économie ! Et on s'est berné avec le soi disant débat parlementaire, aucun amendements FdG n'as été voté. Il faut investir les syndicats pour inverser le rapport de force, et du coup donnera des billes à nos élus!

  14. 14
    Hélène Lacheret dit:

    Quelques arguments pour vous, Jean-Luc, qui avez courageusement pris parti contre le "manifeste des 343 salauds", ce qui ne va pas manquer de susciter des attaques et d'entretenir la confusion. Celle-ci commence déjà. Donc, il ne s'agit pas de morale mais de faits. La plupart des prostitués ont été victimes d'abus sexuels, viols ou incestes à un moment de leur vie où ils étaient trop vulnérables pour se défendre. La conséquence est généralement une estime d'eux-mêmes lamentable, objets souillés, indignes de respect et non sujets de droit puisqu'ils ont généralement subi ces violences dans le silence. Voir ce très bon article. De plus, notre société a tendance à banaliser le viol, à oublier que c'est un crime, à inciter les victimes à ne pas porter plainte. Plusieurs excellents articles du magazine Causette dénoncent cet état de fait. Les associations pâtissent du manque de subventions et l'aide aux victimes est insuffisante. Donc, nous qui défendons "L'humain d'abord", nous avons raison de dire que la prostitution est rarement un libre choix et que nous avons une responsabilité collective envers les humains victimes d'abus ou de crimes. Merci de l'avoir énoncé avec tant de vigueur. Merci aussi à tous ceux qui résistent.

  15. 15
    mad madeleine dit:

    Je trouve que les hommes qui disent "aller aux putes" méritent d'être jugés et sanctionnés. L'expression est insultante méprisable s'adressant à des êtres humains. Les bénévoles qui aident ces filles et ces garçons à sortir de là savent à quel point leur souffrance mérite mieux que ce manifeste de rigolards. Je partage tout à fait le commentaire d'Hélène. Comment va réagir le journal Elle dans lequel Nicolas a une tribune. Si c'est une blague elle est du plus mauvais gout.

  16. 16
    chatel dit:

    La société a le devoir de prescrire les normes de la vie commune.

    La société a surtout le droit d'interdire des activités économiques qu'elle jugent néfastes : la prostitution, mais aussi, pourquoi pas, la vente d'armes, de gros 4X4 etc.

  17. 17
    Abel dit:

    Avec mon mauvais esprit habituel, je voudrais souligner que dans le combat contre la prostitution on a oublié les Call-Girls, vous savez, ces dames qui viennent décorer les repas d'affaires et même bercer ces beaux messieurs dans leurs chambres d'hôtel. Dans les milieux affairistes on appelle ça repas avec table "garnie" et chambre "garnie". Il faudra prévoir dans la loi de taxer aussi ces gros bonnets.

  18. 18
    léna dit:

    Christian Troadec, maire de Carhaix a un gros problème d'orientation dans l'espace. A gauche, quand il défend les services publics en milieu rural, à droite quand il flirte avec les patrons de l'agro alimentaire, au milieu quand il ne tranche pas avec les milieux bretons proches des identitaires. On ne peut pas plaire à tout le monde. Mais être du coté du plus fort, ça permet d'être réelu.

  19. 19
    Jeanne Moll dit:

    J'ai eu peur, peur que le cynisme et l'apathie laisse les 7 de PSA mourir et je respire en saluant leur victoire. Je suis heureuse aussi de lire votre position à propos des 19 connards qui voudraient être 343.
    Je m'alarme de voir toutes ces luttes dispersées et vaillantes ne pas se regrouper, ne pas devenir une force plus globale. Depuis quand les syndicats ne devraient pas faire de politique, engagés comme ils sont dans une véritable lutte de classe ? Pourquoi ne savons-nous pas fédérer nos forces ? Le tunnel électoral mobilise une énergie beaucoup centrée sur la cuisine des alliances et je le déplore. Cela n'aide guère à réveiller l'intérêt pour la chose publique de nos concitoyens. Au contraire. Et on s'enlise. Retrouvons vite le souffle qui s'adresse aux gens, à leur vie, à leur préoccupations réelles et continuons l'éveil des consciences.

  20. 20
    Alain dit:

    Utile la mise au point sur les Bonnets Rouges. Les possédants ont su détourner cette révolte de 1675 qui était celle des paysans et des classes populaires urbaines, principales victimes des nouvelles taxes d'alors. Ils s'opposaient à la grande bourgeoisie d'ancien régime. Il est affligeant de voir le Medef manipuler ainsi une désespérance. Voilà le risque de récupération que font courir des politiques libérales antisociales.

  21. 21
    HH dit:

    Merci pour la lucidité à propos de ce qui se passe en Bretagne, elle ne me surprend pas, mais j'ai vu des gens se revendiquant du FdG sur le net se réjouir de la chute des portails écotaxe et du mouvement des bonnets rouges. La manipulation était flagrante dès les premières heures, tant elle ressemblait aux précédentes manifestations réactionnaires précédentes, car avez-vous remarqué, il y en a une chaque week-end depuis que le grand ministre de l'économie a lui-même théorisé le ras-le bol fiscal. Nous avons donc eu droit aux "pigeons", aux "travailleurs du dimanche", aux bretons "bonnets rouges", etc. etc. Et sur le net toujours les mêmes comptes issus de la "droitosphère" que moi j’appelle fachosphère tant on peine à la différencier de l'extrême-droite. Et les médias plongent les deux pieds dans le plats à chaque fois.
    La défaite idéologique de la gauche est en train d'être totale et ce gouvernement va la faire plonger dans des profondeurs jamais atteintes. Car oui il tombera mais malheureusement, tout montre que le mouvement ne va pas vers la gauche radicale, mais vers l'extrême droite. C'était d'ailleurs écrit tant la médiocrité du chef de l'Etat était connue, ce n'est pas à vous que je vais le dire Jean-Luc Mélenchon, vous l'avez longtemps côtoyé au PS. D'ailleurs si j'ai une critique à vous faire, je me souviens que vous aviez critiqué Aubry au moment de la campagne, en disant qu'elle n'était pas honnête. Certes elle a ne vous a pas fait de cadeau et a mis un candidat face à vous à Hénin-Beaumont. C'est le jeu de la politique. Mais vous avez été le seul à dire cela, quand tout le monde rappelait qu'elle au moins faisait ce qu'elle disait, et tenait ses engagements, quand Hollande a instauré le louvoiement permanent en doctrine. Je me souviens très bien de cet intervenant politique expliquer "quand on sort d'une réunion avec Hollande, on ne sait pas s'il a dit oui, s'il a dit non, alors qu'en fait il a dit peut-être"

  22. 22
    alinber dit:

    Respect aux sept de PSA. Prenez soin de vous.

  23. 23
    jpp2coutras dit:

    Jusqu'où pourront-ils aller cachés derrière leurs rideaux de fumée ?
    Privatiser les impôts ? Et pourquoi pas privatiser l'état au profit du cartel des trans-nationnales financiarisées ? N'est-ce pas ce qui est en gestation en Grèce, au Portugal et ailleurs où oeuvre notre bonne Europe qui saccage, aidée par l'Empire qui pille partout. On doit s'interroger sur la parfaite convergence des attaques organisées par l'oligarchie auto-privilégiée. Impôts inégalitaires, dette provoquée, PPP (Pillage du Public par le Privé) tel l'écotaxe qui privatise en consortium flouté des taxes ineptes, casse (volontaire?) de l'outil industriel et mise à mort lente des entreprises et administrations publiques. Tout est fait pour mettre en faillite totale les états souverains, dans quel but ? Leur solution finale qui se dessine en cauchemar, n'est-elle pas de tout mettre en coupe réglée en privatisant tout, les taxes, les impôts, l'armée, la police, la santé. Presser le citron en esclavagisant le peuple pour le réduire drastiquement au dixième de sa population pour ne conserver que le nombre d'esclaves jugé utile et un parterre de courtisan(e)s poudré(e)s prêts à toutes les bassesses. Un monde privatisé idéal pour cette caste de canidés de luxe qui deviendra un désert genre "Soleil vert" (le film) où ils finiront par s'entretuer! Basta.
    Leur travail principal, passer doucement le noeud coulant autour du cou du gros crocodile populaire qui peut à tout moment mordre à dix mille contre un malheureux privilégié, puis ferrer violemment au coup de sifflet des bonnets rouge sang. Leur violence est bien compréhensible et ne doit donc pas être sanctionnée par leur sbires, car TINA rien à dire contre. Stop! Chassons ce cauchemar avec l'Humain d'Abord et la joie qu'il soutend. Y'a pas d'autre alternative aujourd'hui.

  24. 24
    PrNIC dit:

    Curieuse réaction de certains élus PCF qui, se retrouvant minoritaires, trouvent que le vote de leurs camarades, en faveur d'une liste FdG autonome, doit être considéré comme un désaveu de leur gestion municipale. C’était donc un plébiscite ce vote ?

  25. 25
    REMY dit:

    A la collecte de votes aux municipales 2014, quant à votre note de blog du 4 septembre, nous réitérons vos propos à savoir que la stratégie d’alliance coute que coute au sein du Fdg du PG avec un PC hégémonique à géométrie variable cela existe aussi. Et vos propos restent aussi dans ce cas pleinement en vigueur : « en fait c’est une bunkerisation dans un système d’alliances pauvre et étroit avec une équipe à la ramasse solférinienne. Elle nous couperait de toutes les jonctions possibles avec les forces qui s’en détachent et avec les mouvements sociaux qui l’affrontent déjà et l’affronteront demain davantage sous toutes les formes...

  26. 26
    Nicks dit:

    Nous sommes à la croisée des chemins. Nos adversaires concentrent leurs efforts pour finir la destruction de notre modèle. La Bretagne est à ce titre un laboratoire de l'opportunisme qui voit se tester une sorte de néo-chouanerie, maquillée comme il se doit de mouvement quasi révolutionnaire par les médias, pour en cacher l'expression au contraire très conservatrice et manipulée par les intérêts financiers et régionalistes. A l'affut, le Fn entend bien profiter de ce contexte. Pour le moment, si un mouvement de contestation pointe, il n'est manifestement pas de notre bord. Le travail de terrain est bien sûr primordial pour former les esprits et diffuser nos idées, mais pour qu'une masse populaire nous suive il faudra également, n'en déplaise à beaucoup, une solide avant-garde, unie, visible, cohérente, inflexible. Le travail d'éclaircissement doit être fait avant les municipales si nous voulons pouvoir mobiliser dans les urnes, pour les européennes, et en dehors. A défaut, il est fort probable que l'extrême droite et la droite extrême ne fasse plus qu'une après le scrutin de juin. Il sera alors sans doute trop tard pour nous. Jean-Luc Mélenchon en est forcément conscient. J'espère que les militants communistes le sont aussi.

  27. 27
    naif dit:

    "Pour ces syndicats (La CGT, Sud et FSU) « les "bourreaux" sont aux commandes de cette manœuvre et se servent de leurs victimes pour faire en même temps bouclier et bélier."
    C'est clair, et c'est même une stratégie patronale offensive que l'on constate avec les "bricoleurs du dimanche" et l'entreprise GAD mais aussi à Good year, PSA, et les autres. Voyez les commentaires sur PSA dans le journal libération ou le monde et tous les torchons libéraux même dans l'Huma. Je dirais qu'on a les lecteurs que l'on mérite. Quand on a pas de cap la boussole ne sert à rien sauf peut-être à rentrer à la maison. Si vous n'avez pas le tropisme des luttes des classes dans vos analyses vous louvoyez à vue et à l'émotion et vous ne comprenez rien à rien. Et si ceux qui surfent sur l'air du temps sont en embuscade alors l'air du temps devient mauvais.

    Jeanne Moll à 19h10
    "Pourquoi ne savons-nous pas fédérer nos forces ?"
    Poser la question n'est-ce pas déjà y répondre. En physique toute force engendre une réaction égale à la force exercée, c'est le principe de conservation. Toute force exercée par la CGT reçoit une réaction égale de la part de la CFDT. L.Berger a déclaré "qu'il souhaite une CGT forte" Pas pour lutter mais pour pouvoir être incontournable dans les négociations. C'est aussi de la physique "donnez moi un point d'appui et je soulèverais des montagnes voire la lune". La CGT se bat (le point d'appui) et la CFDT négocie à minima (le levier) avec le rapport de force créé par la CGT. L'objectif est de démontrer que la négociation prime sur les luttes dites passéistes et que l"association capital/travail est gagnant/gagnant. Pas besoin de boussole pour le comprendre. D'ailleurs où est-elle en ce moment la CFDT. L'ANI c'est eux, les retraites c'est eux, la rupture conventionnelle c'est eux, dans les entreprises en liquidation ils tapent sur la CGT. Bref si l'on ne fédère pas c'est qu'il n'y a...

  28. 28
    Daniel Fleury dit:

    Merci de revenir sur la "crise" politique et sociale, et d'insister sur son ampleur, malgré la division extrême des ripostes et la démoralisation rampante. C'est un point qui n'est pas toujours intégré dans les choix politiques récents, parce que je suis justement persuadé qu'en notre sein, je veux parler du Front de Gauche, certains camarades relativise l'ampleur de la crise, nie l'analyse pourtant simple de l'impossibilité qu'il y a aujourd'hui à mener des politiques sociales démocrates sans s'échouer dans le social libéralisme face à la finance. Cette sous estimation, tout comme une "amabilité" maintenue pour la Ve république quand ça arrange, est source aussi de glissements qu'on connaît bien. Après, il est facile de déguiser cela sous des polémiques autour du parler dru, contre la politesse des tables rondes. Enfin, cela n'est pas si simple, mais en si peu de lignes. Les derniers godots devraient arriver cette semaine. On y verra plus clair bientôt pour enfin revenir vers les"vrais gens" et reprendre notre bâton de berger ou de pèlerin, c'est au choix.

  29. 29
    ydaho dit:

    @naif
    La CFDT a trahi en 79 déjà, puis ensuite ce n'était que la prolongation. Voilà aussi pourquoi les syndicats d'aujourd'hui ne veulent plus prendre de positions politiques (je résume). Laissons les syndicats défendre leurs intérêts et défendons les nôtres a travers le FdG. Chacun y reconnaitra les siens.

  30. 30
    Hold-up dit:

    6 - @ SIMON
    A propos de la dite Ecotaxe, nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Il faut lire cet article sur le site Basta! : "Les dessous de l’écotaxe : quand Benetton et Goldman Sachs collectent l’impôt français"
    Sa lecture sera profitable pour celles et ceux qui douteraient encore non seulement de l'insignifiance de ce pauvre gouvernement solférinien mais aussi de sa triste infamie. "Pour la première fois, la collecte d’un impôt est confiée à des entreprises privées. Un système choisi sous Sarkozy et mis en œuvre par un gouvernement socialiste et écologiste". La finance a aussi comme visage, celui de M. Hollande.

  31. 31
    Titoune dit:

    Encore un billet riche d'informations importantes, ça fait du bien d'être entre nous, pas besoin d'être nombreux pour bien penser mais bon plus serait pas mal surtout en ce moment. Les bobos célèbres sont prêts à tout pour faire parler d'eux tout doit être drôle dans leur univers mais je ne les envie pas. Sur France inter le lendemain du passage de la fille Le Pen, il y a eu une riposte intelligente et vous avez été cité ainsi, au moins Mélenchon lui lit la presse économique c'était par rapport à "l'autre libérale" qui ne dit que des âneries simplistes, hum c'était doux a entendre. Sa place est bien auprès des bonnets rouges elle pense peut être s'encanailler qui sait ? Le grand débat sur médiapart au sujet de comment combattre le FN était intéressant mais nous n'avons rien appris de plus que nous ne savions déjà, sauf peut être le besoin de plus de syndiqués dans les petites entreprises mais dans le même temps vu le silence des médias sur les luttes des travailleurs qui aboutissent il y a là aussi du souci a ce faire, mais ça bouge, chaque jour ce gouvernement est contesté, il eut été si simple de mettre la barre à gauche comme le souhaitait la majorité des Français, ceux qui ont cru au changement sont très inquiets aujourd'hui, même au cimetière les gens parlaient de la situation catastrophique dans laquelle les solfériniens nous ont plongé, mais puisque les reculades sont leur mode de fonctionnement face au Médef, nous devrions pousser le bouchon un peu plus loin en invitant des millions de français pour demander poliment leurs démissions genre place au peuple maintenant ? Quand on a plus rien a perdre on ne peut que gagner le tout c'est d'oser !

  32. 32
    magda corelli dit:

    Excellent titre ! Tristes sires ces individus, ils ont tout mon mépris. Merci d'apporter un maximum d'informations sur le sens de la manifestation demain à Quimper. Ces bretons là me déplaisent beaucoup. Souhaitons que les ouvriers, les employés,les petits agriculteurs, les consommateurs, tous victimes de cette agriculture là ouvrent les yeux. Un récent article dans Médiapart traite de ce fameux contrat que dénonce Jean-Luc Mélenchon et pendant ce temps là nos hôpitaux partent aussi à vau-l'eau. Ce n'est peut-être pas encore comme en Grèce mais on y arrive.
    Bon rétablissement aux 7 grévistes. Bravo à eux et à leurs soutiens. Les larmes me sont venues aux yeux en lisant le texte envoyé par Laurence. Cela réconforte et on oublie les coups de poignards dans le dos de certains.

  33. 33
    FDG69 dit:

    Billet très intéressant, Merci.
    Le bilan social de ce gouvernement d'incapable est tellement pourri que je suis près à supporter que des patrons détruisent les 3 portiques de cet impôt privé. Ce gouvernement prend les gens pour des esclaves et tout ce qui détruira ce gouvernement sera bon à prendre.
    Franchement, je serais moins patient et moins regardant de ce qui va permettre de scier le Sénior Ayrault qui prend les Français pour des "petits". Je pense que Hollande n'aura rien comme résultat. Son projet de Président "Normal" est mort et je suis pas loin de penser que Sarkozy aurait fait mieux (pour dire!). La première étape consiste de partout à lessiver le PS et à chaque élection de bien nous tenir loin et à gauche du PS et ses deux partis alliés (PCF, EELV). Je suis désolé, mais lorsque l'on parle d'association avec le PG de EELV, je préfère qu'on emploi le terme "d'écologistes" car EELV c'est un élément clé et contrôlé depuis solférino. On a rien à voir avec EELV ! par contre j'écoute et j'entends les écologistes qui commencent à nous rejoindre pendant que d'autres battent en retraite jusqu'à le porche des Solfériniens. Vous l'aviez dit et çà se vérifie : Hollande est un astre Mort !

  34. 34
    carlo dit:

    "Et surtout parce qu’il compte en réalité continuer ensuite la seule chose qu’il a toujours fait et su faire : contourner les problèmes, suivre les américains et imiter la droite allemande."
    Plus exactement la gauche allemande qui elle-même limite la droite et s'apprête à gouverner avec celle-ci au sein d'une nouvelle Grande Coalition.
    Pour continuer à appliquer cette politique, avec la bénédiction de la droite, FH sera peut-être tenté de nommer MV 1er ministre.

  35. 35
    Saturnin51 dit:

    Concernant l'effarant contrat Ecomouv, n'existe-t-il pas un moyen de trainer tous ces gredins devant la justice ? Pour beaucoup moins que cela, n'importe qui d'entre nous serez déjà au trou. Aux armes citoyens !

  36. 36
    madovsky dit:

    Wall Street veut detruire le savoir faire Francais. Et depuis 10 ans ils s'y prennent a merveille.

  37. 37
    Sylba dit:

    Si je souscris au contenu global du billet, une phrase m'a fait tiquer : "l'une des premières mesures du gouvernement Ayrault aura été d'abandonner le projet de canal Seine-Nord". Personnellement, je milite activement pour réduire le transport par camion et développer les autres modes, en particulier le fluvial, mais en ce qui concerne le canal Seine-Nord, il vaut mieux y aller voir de près. Explosion des coûts, alimentation en eau mal assurée sur le long terme, intérêt économique surévalué en regard du ferroviaire. Il a tout de ces Grands Projets Inutiles, juteux pour certains acteurs, promus à toute force par des caciques régionaux dont on peut s'interroger sur les motivations (ou illusions ?). Le projet n'a pas été abandonné, mais suspendu, le temps de négocier une part accrue de financements européens (il manquait dans les deux milliards, une paille !) et il semble que ce soit sur le point d'être obtenu. Si c'est bien le cas, on s'achemine vers un autre scandale de pillage de fonds publics (français et européens, tant qu'à faire…), au détriment de projets bien plus nécessaires et efficients pour la transition énergétique et la revitalisation des régions concernées.

  38. 38
    Vienne Raphaël dit:

    Écoutez les travailleurs du sexe ! Le projet de loi sur la pénalisation des clients est dangereux. Jean-Luc Mélenchon devrait écouter les associations qui s'occupent des prostitué-es et répondre à leur "Manifeste contre la pénalisation des prostituées et de leurs clients" signé par une centaine d'organisations :
    Quelles que soient nos opinions sur la prostitution, nos organisations sont unanimes pour affirmer que les prostituées ne doivent pas être pénalisées. Pour cela, le délit de racolage public doit être abrogé au plus vite et sans conditions.
    Nous sommes également unanimes à considérer que la pénalisation des clients ne fera pas disparaitre la prostitution, mais accentuera la précarisation des prostituées en les forçant à davantage de clandestinité, et en les éloignant des associations de soutien et de santé communautaire, et des structures de soins, de dépistage et de prévention.
    Isolé-es les un-es des autres, les prostitué-es seront davantage exposé-es à des risques de violences, d’exploitation, et à des contaminations au VIH sida et IST. Cette mesure va renforcer le statut d’inadapté-e social-e des prostitué-es, statut stigmatisant qui doit être supprimé. Considérer que les prostitué-es doivent être traité-es comme des mineur-es sans capacité d’exprimer leur consentement, les place dans une catégorie de citoyen-nes à part, favorise le stigma et les pratiques de discriminations. Au contraire, nous voulons qu’elles et ils soient protégés par le droit commun.
    Nous, organisations signataires de ce manifeste, demandons l’abrogation immédiate du délit de racolage public et nous opposons à toute pénalisation des clients des prostitué-es, sous quelque forme qu’elle soit.
    (voir collectif Droits et Prostitution)

  39. 39
    Stéphane dit:

    Je ne comprends pas pourquoi les syndicats veulent se séparer des bonnets rouges. Les portiques à péages et les délocalisations d'abattoirs sont les symptômes du même problème, le libéralisme. La république est une et indivisible. Et ça commence par ne pas demander à un manifestant son étiquette politique. Poutou a raison. Les choses se passent du côté des portiques. L'autre manifestation n'aura pas plus d'effet que celle des retraites.
    Les patrons sont bien imprudents de lancer leurs chauffeurs devant. Ceux-ci y vont pour leur pouvoir d'achat, pas pour la culture intensive. Que les patrons se méfient, la conscience vient en marchant. Dommage que les syndicats ne marchent pas aux côtés des bonnets rouges.

  40. 40
    mimi dit:

    Cher J-Luc,
    Je suppose que vous ne lisez pas les commentaires de votre blog, peut-être ont vous les rapporte. Vous êtes absent des plateaux TV, ne laissez pas votre place aux grands présents, le FN, les bonnets rouges patronaux. Que va apporter la manif à Carhaix ? Pas grand chose... [...]

  41. 41
    HH dit:

    @Stéphane
    Parce que les Bonnets rouges ce sont la FNSEA, le Medef, les nationalistes bretons, l'extrême droite. Ces gens sont tout à fait conscients, et ils sont de l'autre côté. Il ne faut pas être naïf comme ça, tout ce qui manifeste n'est pas bon, la réaction a toujours existé, ils en sont le dernier avatar.

  42. 42
    SandrineN dit:

    Excellent billet Jean-Luc, comme d'habitude.
    Mon souhait ? Que ce quinquennat s'achève avant la fin. Tu es encore sympa lorsque tu dis Dupon et Pondu. Moi j'aurais dit les Ducons. Oui ils ne font rien, rien de bon, des bons à rien ! Dans ce gouvernement tout est à jeter.
    Et là on voit Poutou dans sa splendeur, monsieur manifeste avec les patrons à Quimper. [...] Lui et son neuneu Besancenot ne servent vraiment à rien non plus. Que les militants du NPA rejoignent le FdG et basta. Ce parti est juste là pour énerver le monde. Entre les bonnets rouges et l'écharpe rouge de Barbier, décidément le rouge est sali. On ne lâche rien. Merci à toi.

  43. 43
    durluche dit:

    On sent bien que la situation commence à sérieusement à te gonfler, y'a de quoi, comme tu le dis, ils ne font rien de bon ces pantins qui nous gouvernent et l'opposition faiblarde qu'ils rencontrent fait mal à voir. [...]
    Je passe chaque mercredi par le pont de Charmes sur Rhône ou il y'a de jeunes femmes qui attendent le client, en plaine cambrousse, j'ai un pincement au cœur à chaque fois mais comme pour tout trafic, je pense qu'il vaut mieux attaquer les causes en priorité plutôt que pénaliser les acteurs de base du trafic. Le proxénétisme et les réseaux de prostitutions doivent être combattus avec un arsenal juridique fort mais ce qui met des prostitué(e)s sur le marché, c'est la misère.

  44. 44
    semons la concorde dit:

    Je plains sincèrement la position très inconfortable du staff gouvernemental qui se trouve (mais il s'y est mis tout seul) le cul entre deux chaises. D'un côté la majorité des petits contribuables qui sont étranglés par les impôts et taxes etc. et de l'autre les grands patrons qui n'en auront jamais assez.
    Ce matin sur F Inter, le patron de St-Gobain venait présenter son livre. Il se dit juste libéral, pas ultra libéral, mais il pense qu'on n'est pas allé assez loin sur la réforme des retraites et que la France est le mauvais élève de l'Europe parce qu'elle n'a fait les réformes courageuses effectuées par l'Allemagne, l'Espagne, le Portugal, etc. Il pense lui aussi, qu'il n'y a pas de lutte des classes en France ! Mais si, il y en a malheureusement une. C'est la lutte que mène le grand Capital contre le petit peuple qui ne demande pourtant qu'une chose toute simple, vivre simplement et dignement de son travail.

  45. 45
    naif dit:

    SandrineN dit à 8h04
    "Tu es encore sympa lorsque tu dis Dupon et Pondu. moi j'aurais dit les Ducons. oui ils ne font rien, rien de bon, des bons à rien !"

    Désolé de vous contredire. Si vous raisonnez en terme de lutte des classes, ils en font plutôt beaucoup dans l'intérêt de leur classe. La preuve est qu'ils font ce que la droite n'aurait soi-disant pas osé faire.

  46. 46
    carlo dit:

    "Il aura en effet suffit que quelques centaines de patrons et de militants du syndicat agricole FNSEA fassent une démonstration de violence pour que le gouvernement Ayrault cède"

    Je comprends la défiance de JL Mélenchon à l’égard d’un mouvement soutenu par des forces éminemment réactionnaires (la FNSEA, les routiers etc.)
    Mais ce mouvement, qui ne suscite d’ailleurs pas le rejet de l‘opinion, traduit une contestation qui, pour une part, est fondée. Celle-ci exprime en effet :
    - le rejet de l’Europe (l’écotaxe est issue d’une directive européenne)
    - la dénonciation de l’alliance objective du PS et de l’UMP (qui ont voté ensemble cette écotaxe) communiant dans la même foi européiste
    - des doutes quant à la légitimité d’une fiscalité écologique punitive (alors que l’impôt n’a pas vocation à punir mais à financer les dépenses publiques et à réduire les inégalités) fondée sur le principe libéral du pollueur-payeur (qui, paradoxalement, reconnaît de facto un droit à polluer, droit à polluer qui peut même se monnayer sur le marché)
    - des réserves quant à la privatisation de la collecte d'un impôt - scandale dénoncé par Jean-Luc Mélenchon dans son billet- confiée de surcroît à une entreprise étrangère
    - le rejet de l’institution d’un péage supplémentaire (dans une région où les autoroutes sont gratuites) qui pourrait en précéder d’autres, par exemple pour pénétrer dans certaines agglomérations
    - le ras-le-bol de l’austérité qui va s’accentuer avec l’augmentation de la TVA destinée à financer le coûteux et inutile CICE dont la création a signé la conversion de FH à l’économie de l’offre…

  47. 47
    educpop dit:

    Il est facile de voir comme Jean-Luc Mélenchon donne le ton à travers ses analyses. Dans ses derniers billets Jean luc a opéré une évolution dans la tonalité de sa critique, ceux qui jouent avec l'intérêt général par opportunisme ou par conservatisme sont plus volontiers qualifiés de mauvais joueurs. Ses doutes renforcent-ils le découragement ou au contraire la détermination pour une prochaine étape de la lutte ? Il reste à savoir comment la fermeté des propos de ceux qui ne trouvent pas de mots pour dénoncer les renégats peut se traduire dans l'action. Il semble que la situation en Bretagne où se dévoile une réalité des systèmes d'appartenance est exemplaire, il faudrait s'engouffrer dans le passage.

  48. 48
    Invisible dit:

    Mimi,
    La manif à Carhaix rapportera au moins de démontrer que la gauche et l'écologie ne sont pas aux côté des réactionnaires. Cet aprème à Quimper, grosse incantation druidique à la pluie de fric pour relancer la machine productiviste bretonne. A moins qu'ils ne demandent l'indépendance de la Bretagne ?

  49. 49
    François 70 dit:

    Posons-nous lucidement la question: pourquoi le peuple, et plus précisément le peuple de gauche, n'est-il pas descendu massivement dans la rue pour défendre les retraites comme il l'avait fait en 2010 sous la droite ? C'est à priori d'autant plus surprenant que la contre-réforme Hollande va plus loin encore dans la régression sociale que celle de Sarkozy. Il faut donc chercher la réponse ailleurs que dans le contenu de la contre-réforme elle-même. Il faut la chercher dans l'idée, héritée de l'histoire, que la gauche est du côté du peuple et qu'il ne faut donc pas se mobiliser contre elle. Cette idée est évidemment un déni de réalité et une illusion mortelle qu'il faut combattre. Mais pour cela il faut commencer par s'adresser au peuple de façon claire. De deux choses l'une. Ou bien il faut dire que ce gouvernement n'est pas de gauche, c'est un gouvernement de droite, le PS n'est plus un parti de gauche, c'est une deuxième droite. Conclusion, il faut reconstruire la Gauche de fond en comble! Ou bien, prenant acte du sentiment grandissant dans les couches populaires que la gauche et la droite c'est la même chose, il faut cesser de se réclamer de la gauche et se revendiquer de la Révolution Citoyenne. Il faut faire un choix stratégique clair, qui passe aussi par les mots.

  50. 50
    Daniel dit:

    La droite qui a honte de s'assumer, voila ce qu'est l'équipe actuellement au pouvoir, c'est pour cette raison que continuer la politique de Sarkozy ne lui a posé aucun problème. Les déclarations de la gauche du PS sont au mieux une preuve d'impuissance, au pire une tentative de tenter d’empêcher les électeurs de voir clair. Je ne crois pas au changement de cap de l'équipe Hollande, et les Lienemann et consort resteront bien au chaud à la gamelle. Il faut de la clarté pour faire échec à la montée de thèses dangereuses. Les listes communes au premier tour de municipales n'y contribuent pas.

Pages : [1] 2 3 4 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive