16juin 13

Ayrault et Hollande, les nouveaux Américains

Ce billet a été lu 41 069 fois.

Fanfares ! Fanfares ! Le mandat de la Commission européenne pour négocier avec les Etats-Unis la formation d’un Grand Marché Transatlantique, ne verra pas le régime des biens culturels inclus dans cette négociation. C’est une bonne nouvelle. Elle prouve que l’on peut bloquer les plus grandes machineries du moment où l’on a une volonté politique claire et affirmée haut et fort comme l’a fait Aurélie Filippetti. Le silence d’Ayrault et son absence de la scène a sans doute aidé à rendre crédible la détermination de la ministre de la Culture. Ceci étant posé, voyons la situation réelle : la France a accepté l’ouverture de la négociation et donc le principe même du Grand Marché Transatlantique ! C’est consternant ! Le candidat Hollande n’en avait jamais parlé dans sa campagne. Le premier ministre ne l’a jamais évoqué dans un de ses discours et notamment pas à l’occasion de celui qu’il a prononcé pour son investiture devant l’Assemblée. L’Assemblée Nationale elle-même n’en a jamais débattu. Cela ne dérange personne parmi les psalmistes de la démocratie et des droits de l’homme. C’est pourtant une bifurcation majeure du cours de l’histoire entre les deux rives de l’Atlantique. C’est l’annonce d’une révision de fond en comble de tout le système des normes commerciales, sociales et écologiques de nos pays. C’est la fin de l’espérance de pouvoir modifier le contenu libéral de la construction de l’Union européenne puisque le deuxième tour de verrou est donné avec les règles du Grand Marché Transatlantique. Tout cela est tellement consternant qu’on comprend mieux pourquoi la sonnerie des trompettes de victoire est si forte ! Elle constitue le stade suprême de l’enfumage ! Cherchez dans la presse la moindre référence au fait que cette négociation est ouverte sans que jamais le moindre mandat à ce sujet n’ai été débattu dans une assemblée française ! Voilà bien une démonstration de ce que dénonce Edwy Plenel : l’habitude de la servitude devient une culture active ! Le système médiatique, par paresse, par acceptation aveuglée de l’idéologie dominante, ne se contente pas de taire : il masque ! Il est vrai que les solfériniens ont joué fin pour tromper tout le monde. Ils savent qu’une partie des députés socialistes n’auraient jamais voté pour que ces négociations existent. Et ils savaient que les députés EELV non plus ne l’auraient pas fait. Donc ils ont tout simplement réservé le débat à la seule question de l’exception culturelle. La droite et les médias ont fait l’autre moitié du travail : enfumer et acclamer. Comprenons-nous bien, Aurélie Filippetti a fait son travail. Elle l’a fait dans le cadre créé par la capitulation décidée par Ayrault et Hollande. Ces deux-là sont responsables de cette première absurdité : la France dos au mur pour défendre son droit à avoir une production culturelle indépendante. Ça commence mal !

Ayrault et les retraites, le temps des adjectifs

Le temps des funérailles, ils s’étaient donné des mines d’héritiers de Pierre Mauroy. Certes j’avais bien souri de voir François Hollande, l’homme qui écrivait contre le programme commun et la politique de gauche de Mauroy dans les années 80, faire mourir une deuxième fois l’ancien premier ministre en faisant son éloge pour la politique de rigueur sans dire un mot des conquêtes sociale de 1981. Signé furax : il aurait dû parler de la retraite à soixante ans une semaine avant de l’enterrer elle aussi. Pas un des plumitifs de service ne fit le rapprochement. Quel petit filou ce François ! Depuis cette pantalonnade, le « rapport Moreau » est tombé. Il se confirme avant tout que les pleureurs professionnels n’étaient bien, une fois de plus, que des cyniques sans principes. Mauroy avait été le premier ministre de la retraite à soixante ans. Ayrault sera son fossoyeur. Non seulement il avalise toutes les lois scélérates de la droite en la matière mais il va les aggraver. Pire que Balladur et Fillon : Jean-Marc Ayrault. Pire que Sarkozy : François Hollande. Un gouvernement de "gauche" va pour la première fois en France décider de reculer l'âge du départ en retraite. Voilà la certitude. Le reste est un habillage. Car le gouvernement a beau jouer les Tartuffe en s'abritant derrière le « résultat des négociations entre partenaires sociaux », on sait déjà qu'il compte suivre les grandes lignes de ce « rapport ». En page 18 du « Monde », dans un coin sans importance, ce pauvre Ayrault débite ses habituelles phrases creuses sculptées comme de l’antique. Mais les dés sont jetés. Le rapport Moreau est un rabâchage sans imagination des mantras les plus éculés. Depuis vingt ans surgissent des gugusses de cette sorte qui prétendent « sauver notre système de répartition » en le démolissant. Les vieux refrains sont de retour : accroître la durée de cotisation et baisser les pensions. Une politique absurde et injuste par essence. Absurde car l'âge moyen de cessation d'activité en France étant inférieur à 59 ans ce sera au système de chômage et de pré-retraite de prendre en charge le différentiel toujours plus grand avec celui de départ à la retraite…

a174

Le plan de réforme des retraites est donc aussi un plan de ruine des comptes sociaux. Demain les mêmes menteurs et hypocrites viendront « sauver notre régime d’indemnisation » en supprimant les indemnités et « sauver notre système de santé » en réduisant l’accès aux soins de chacun. Mais en se gardant bien de dire que la principale cause de déséquilibre des comptes est leur politique. Et que le principal bénéficiaire de leur « réforme » est le secteur marchand : retraite par capitalisation, assurances privées, cliniques privées. Quant à la baisse des pensions, elle va mettre dans une situation toujours plus difficile des millions de retraités dont le niveau de vie ne cesse de se détériorer. Tout cela suit la rengaine de la droite : "on vit plus longtemps donc on doit travailler plus longtemps". Partout où de tels sottises ont été appliqués on observe un recul de l'espérance de vie en bonne santé. Parfois c’est l’espérance de vie tout court qui régresse. Il y aurait pourtant une toute autre logique à mettre en œuvre. D’abord développer l’emploi par une politique de la demande et des grands projets comme l’économie de la mer. Ensuite et à court terme : chercher les ressources là où elles se sont enfuies depuis trente ans c'est à dire dans les profits non investis. Il y a là largement de quoi combler les 20 milliard de déficit prévus d'ici 2020, si l’on accepte l’idée très audacieuse que les prévisions de déficit des soi-disant spécialistes vaillent mieux cette fois-ci que les précédentes. De toute façon l'équilibre du système par répartition est de l'aveu même du premier ministre, assuré dès 2035 en raison du dynamisme de notre démographie. Quelle bonne nouvelle ! Elle ne soulève pourtant guère de curiosité ni de commentaires… Nous y reviendrons le moment venu. Car c’est une bataille de mouvements et de pilonnage qui commence. Déjà le parti médiatique a commencé à asséner en boucle les habituels arguments pour pousser des cris catastrophistes, opposer les jeunes aux vieux, les fonctionnaires aux salariés du privé et ainsi de suite. Ce sont les préparations d’artillerie médiatiques classiques comme nous les avons déjà vécues. Il faut laisser passer ce premier feu. Il n’imprimera pas. Il est au contraire intéressant de laisser la médiasphère se déconsidérer une fois de plus par son embrigadement. Le dégoût et la méfiance sont déjà acquis dans la mesure où tout cela est de la redite. Les gens savent qu’on les prend pour des imbéciles et ils seront mieux disposer à écouter des solutions alternatives. Nous n’aurons aucun mal à les produire puisqu’il n’y a strictement rien de neuf dans le « débat ». Les syndicats vont se mettre en mouvement et nous aussi en charge progressive. Nous aussi, à leur suite. Il est possible que le gouvernement dispose du nombre de godillots suffisant pour faire passer cette nouvelle forfaiture. Mais les syndicats vont agir avant. La CGT, FO et SUD ne vont pas laisser faire. Et il n’est pas assuré que l’UNSA et la CFDT accepte de servir la soupe cette fois-ci. Venant après l’amnistie refusée, les cadres syndicaux vont finir leur décrochage d’avec le PS et ses arnaques et ils se tourneront franchement de notre côté à l’heure des bulletins de vote de représailles en mars et mai prochains. Nous avons un peu de temps devant nous. Pas beaucoup car le gouvernement veut avoir bouclé son affaire en septembre.

Bien sûr Jean Marc Ayrault a déjà pris la pause et sucé longuement ses mots pour annoncer et même exiger une « concertasssssion». Attention pas n’importe quelle « concertassssion» ! Une « concertassssssion » très spéciale. Qu’on en juge ! Le formidable premier ministre de François Hollande qui se prépare à liquider un acquis social historique de la gauche lui attribue quatre adjectifs, pas un de moins. Matin ! Quel haut niveau d’exigence ! Et quelle plume pour le dire ! Certes il est loin le temps ou le premier ministre ou ses séides disposaient de la page une du « Monde »  pour réciter ce genre de balivernes ! Ici ce texte fondateur et inoubliable dans l’histoire du PS au pouvoir doit être recherché page 18 du journal de révérence (quart gauche du haut de la page) ! Bref, peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse. La concertassssion de monsieur Ayrault, prise en sandwich entre la mauvaise volonté syndicale à se couper la gorge et l’urgence du calendrier parlementaire exige donc une pluie d’adjectifs palliatifs pour cache misère. Ce doit être une concertation : 1) « dense » 2) « construite » 3) « ouverte » et même, soyons fous : 4) « sincère » ! En tous cas l’essentiel est de se manier le train ! Car la loi de finances de la sécurité sociale en cours doit pouvoir intégrer les coupes qu’organisera la « réforme ». Car ne l’oublions pas : tout ceci n’a de sens que par rapport aux exigences de la « Commission européenne » pour les comptes publics de 2014 et 2015. Sinon quel besoin de se hâter de la sorte ? Comme dirait Hollande la Commission n’a pas à nous dire ce que nous devons faire puisque nous le faisons déjà !

Sondages : nouvelle percée des manipulateurs

bes (52)Avez-vous entendu parler du sondage qui donne le Front de Gauche à égalité avec le PS ? Il est bien possible que non. Le chiffre n’a pas été jugé digne d’être mentionné comme une information significative par nombre des commentateurs éthiques et indépendants. Pourtant, c'est le même sondage qui donne le Front National à 18%. Donc vous n'avez pas pu y échapper. En effet la « percée » du FN a été amplement annoncée, célébrée et agitée par les mêmes éthiques et indépendants. Ce sondage de l'institut YouGov pour Itélé et le Huffington Post a été publié le 13 juin et réalisé entre le 7 et le 12 juin. A la question "si les élections européennes avaient lieu dimanche prochain, pour quelle liste y a-t-il le plus de chances que vous votiez ?", il donne les projections suivantes : UMP 19%, FN 18%, Front de Gauche 15%, PS 15%. Chacun sait ici ce que nous pensons des sondages en général. Pour ceux qui ne le sauraient pas encore je vais y revenir en fin de chapitre. Mais pour l’instant je propose de faire comme font d’habitude ceux qui traitent le résultat d’un sondage comme une donnée équivalente à un vote réel. D’ores et déjà vous pouvez retenir une première leçon. La manipulation médiatique ne connaît aucune limite. A mes yeux, tous ceux qui ont présenté ce sondage comme une nouvelle preuve de la « percée » des Le Pen, qui n’existe pas, une semaine après le meurtre de Clément Méric, sont des agents lepénistes. Surtout quand, de surcroît, ils ont ignoré le fait essentiel qu’est la progression du Front de Gauche parvenu à égalité avec le PS. Voyons ce tour de passe-passe.

Pour justifier la soi-disante "percée" du Front National, les médias officialistes comparent ce sondage aux résultats … des élections européennes 2009 ! On compare une élection qui a eu lieu il y a six ans avec la situation politique du jour ? Admettons un instant. Pourquoi pas. Cette méthode a sa part de vérité. Comparer une élection à la précédente sur le même objet permet d’écrire l’histoire de cette élection. Mais l’analyse politique exige de partir de l’action des gens réels, ici et maintenant. Ceux qui votent d’une façon à une élection, font ils le même choix politique à l’élection suivante ? Ça c’est le concret vécu dans la réalité. Ceux qui ont voté PS aux présidentielles vont-ils voter PS aux prochaines élections ? Ou bien Front de Gauche ? Dans le cas qui nous occupe comparer le sondage à la précédente élection ne permettrait pas de parler de « percée » de la famille Le Pen ! Pas du tout ! Car les chiffres présents disent alors que depuis les élections présidentielles, le FN stagne. Piteusement. Entre le score de Le Pen à la présidentielle de l'an dernier et ce sondage, le FN progresserait de … 0,1% ! Bonjour la « percée » ! Encore oublierons-nous de dire que ce sondage anglais donne même un FN en recul par rapport au sondage français précédent à propos de ces mêmes élections européennes. Car celui réalisé du 29 au 31 mai pour Valeurs actuelles donnait le FN à 21% ! Le FN y était ainsi premier ex-æquo avec l'UMP et le PS ! Décidément il est temps pour ces sondeurs anglais de mieux comprendre les attentes des médias officialistes français. Heureusement leurs rédactions veillent à ce que la bonne compréhension soit donnée au pauvre peuple. Ainsi "Canal+" a su présenter les résultats dans le bon angle. La chaîne, jeune et impertinente, a donné toute la journée le score de l’UMP du FN et du PS, sans un mot du tremblement de terre à gauche que contenait le score du Front de Gauche. Quelle audace, quelle modernité, quel humour ! Quant au journal qui milite contre la dissolution des groupuscules d’extrême droite, « Libération » le mal nommé, il estime que nous n’avons pas à nous plaindre parce que nous dénonçons d’habitude les sondages. Hi ! Hi ! Pouet ! Pouet ! La rirette !

N’empêche : l'événement de ce sondage YouGov c'est le score attribué au Front de Gauche : 15% des intentions de vote ! Des quatre premières forces politiques du pays, le Front de Gauche est la seule à progresser par rapport à l'élection présidentielle de l'an dernier. Ce sondage nous donne en hausse de 4 points. Pendant ce temps l'UMP reculerait de 8 points. Et le PS s'écroulerait en perdant près de 14 points ! L'autre leçon de ce sondage : il place le Front de Gauche à égalité avec le PS ! Pour ceux qui croient à la valeur objective des sondages, l’élément politique d'importance dans ce sondage ce devrait être celui-là. La question posée n’est donc pas de savoir si nous-mêmes nous croyons ou non aux sondages. La question est : pourquoi ceux qui publient et croient aux sondages n’en mentionnent-ils pas l’événement le plus spectaculaire : pour la première fois depuis quarante ans dans une enquête d’opinion, une force de la gauche fait jeu égal avec le PS, parti au pouvoir. Et à peine à quelques points de l'UMP (quatre points) et du FN (trois points). Sans compter les marges d'erreurs ! Autre question : pourquoi le passage du FN de 7% à 18% d’une élection européenne à l’autre est considéré comme une « percée » et pourquoi le passage du Front de Gauche de 7% à 15% n’est pas mentionné ? Réponse ? Le médium c’est le message. Les médias ne sont ni un miroir ni même une caisse enregistreuse. Ils sont la deuxième peau du système et leur fonction est de le protéger. Et d’abord protéger le PS qui est le parti qui fait la « sale besogne » à cette heure.

Revenons à ce que valent les sondages. Avec le chantage au danger Front National, les sondages sont l'autre assurance-vie du système politico-médiatique. Nous avons déjà édité une note et un livre sur le sujet. Nous savons que les chiffres sont manipulés dans l'opacité la plus totale. Mais il y a une exception. C’est précisément le sondage dont je parle ici. Ici le fournisseur anglais prend plus de risques que ses collègues français. En effet, il publie des données brutes sur l'échantillon de sondés en plus des données pondérées, c'est-à-dire trafiquées. Je note que les principaux instituts français ne le font jamais. Le sondage qui nous donne à 15% serait-il un peu plus sérieux que les autres ? Que reste-t-il des arguments des sondeurs français d’après lesquels les « coefficients correcteurs » et autres potions magiques seraient des « secrets professionnels ».

C’est le moment de revenir sur les méthodes de fabrication des sondages en France. Vous vous souvenez peut-être que le Sénat avait adopté à l'unanimité une proposition de loi sur le sujet. C'était le 14 février 2011. Il y a plus de deux ans et quatre mois. C'était une proposition de loi du sénateur UMP Hughes Portelli et du sénateur PS Jean-Pierre Sueur. Elle visait à "mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral". Depuis, ce texte traine sur le bureau de l'Assemblée nationale. La Commission des Lois de l'Assemblée l'a examinée le 1er juin 2011. Il y a plus de deux ans donc. Cette proposition PS-UMP n'a jamais été inscrite à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale, ni du temps de l'UMP ni depuis que le PS y a la majorité absolue. Et son examen ne fait pas partie des multiples projets de loi annoncés par le gouvernement Ayrault pour toiletter la Constitution ou garantir la "transparence de la vie publique".

Il y en aurait pourtant bien besoin. La loi sur les sondages de 1977 renforcée en 2002 n'impose pas beaucoup de contraintes aux sondeurs et aux médias qui publient leurs sondages. Mais ceux-ci trouvent quand même le moyen de les violer en toute impunité ! Pourtant le non respect de ces obligations est puni d'une amende de 75 000 euros par le code électoral. Les innombrables violations constatées ne font curieusement l'objet d'aucune poursuite. Oui cela est très curieux. Très curieux. Pourquoi la très fumeuse Commission des sondages ne fait-elle pas son travail de contrôle ? Pourquoi le responsable de cette sinécure sans objet ne doit-il pas déclarer son patrimoine alors que les ministres et les parlementaires qui ont moins de pouvoir que lui y sont astreints ? Pourquoi les crédits de cette commission et les frais de ses postes de responsables ne sont-ils pas visés par les coupes budgétaires ? Curieux, vraiment ! Car ces gens ne font vraiment rien. Exemple. La loi oblige à mentionner "le droit de toute personne à consulter la notice" détaillée du sondage. Cette notice explique comment les résultats ont été obtenus. Cette règle est quasi-systématiquement violée ! La mention ne figure qu'exceptionnellement sur les sondages. La loi oblige aussi à faire figurer dans la fameuse notice "la proportion des personnes n'ayant pas répondu à chacune des questions". Mais là encore cette information, décisive pour apprécier la validité d'un sondage et sa portée, est la plupart du temps absente des « notices », quand il y en a.

b1-15

Pourquoi l'UMP ni le PS ne trouvent-ils le temps de faire voter une proposition de loi rédigée par des membres de leurs partis et approuvée par le Sénat ? Surtout que cette proposition avait fait grand bruit. Elle s'attaque frontalement aux manipulations des instituts de sondages et des médias qui les diffusent. En particulier, la proposition de loi prévoit d'obliger les sondeurs à publier leurs données brutes. Ces données brutes sont constituées des réponses spontanées des sondés. Comme on le sait, elles font ensuite l'objet de redressements et tripatouillages en tous genres pour arriver au résultat souhaité, soit par intérêt politique soit pour faire vendre du papier. C'est sûrement pour cela que la proposition de loi a été enterrée. Car les magouilles des sondeurs doivent rester secrètes. Sinon, leurs sondages ne vaudraient même plus l'encre et le papier nécessaires pour les imprimer. C'est déjà pour cela que les entreprises de sondages ne respectent pas la loi et ne font pas figurer la possibilité d'obtenir la "notice" ou ne donnent pas dans cette "notice" tous les éléments exigés par la loi. Cela les forcerait à expliquer leurs méthodes de « redressement » des résultats. Et on pourrait alors comprendre bien des bizarreries et aussi pourquoi les résultats sont si différents d'un sondage à l'autre, d’une entreprise de sondages à l’autre. Mais, bien sûr, rien de tout cela ne se fera tant que l’alternance officialiste continuera. Mentir et truquer est une nécessité du système et ses médias ont besoin qu’une partie de leur travail de décervelage soit pris en charge sous la forme de pseudo enquête aux apparences scientifiques.

Dimanche, ouf, le monde normal reprend. Trucage et enfumage comme mamelles communes du média de service. Ici c’est « Le Journal du dimanche ». Il s’agit d’un sondage pour le premier tour des municipales à Lyon, où l’on apprend qu’il y aurait « une liste de Gérard Colomb, du Front de Gauche et du PRG ». Premier bobard ! Il n’y aura pas de liste avec le Front de gauche au premier tour à Lyon car le Parti de Gauche, au moins, n’ira pas avec Colomb. Tout le monde le sait. Sauf peut-être le trafiquant de sondage qui pose la question sur une configuration qui n’existe pas ? Bien sûr que non ! Le truquage est volontaire. Mais il compte sur la stupidité du lecteur pour que celui-ci ne se rende compte de rien. Qu’on en juge. Le même génial sondeur passe à la question du deuxième tour. Mais cette fois-ci la liste de Colomb s’appelle « liste du parti socialiste du PRG et d’EELV ». Le Front de Gauche a disparu. Que cela serve de leçon aux amateurs d’une liste commune avec Colomb : au deuxième tour ils sont expulsés au profit des arrivants EELV qui auront fait une liste séparée au premier tour. Une liste séparée, comme le Parti de Gauche souhaite qu’il y en ait une.

De l'inflation comme remède à l'anémie

Il en est de certaines idées comme de l’eau sous terre. Elles avancent doucement mais imparablement. Sous la roche écrasante de l’idéologie libérale et monétariste, d’autres conceptions vont leur chemin. Elles finissent par toucher petit à petit des secteurs imprévus. Ainsi ce monsieur Kenneth Rogoff, ancien économiste en chef au FMI qui enseigne actuellement à Harvard. Nous ferait-il une mélenchonite aigüe dans le journal « Les Echos » ? Voyez le titre de sa tribune : « Et si l’inflation était le meilleur antidote au poison de la récession ? » Mes lecteurs les plus attentifs que la chose économique ne rebute pas trop et qui supportent mes pesantes explications dans ce domaine savent que c’est là la thèse que j’essaie de mettre en débat. Je m’explique de nouveau avec l’espoir d’être assez efficace pour rendre service à ceux qui me lisent. Comment purger une dette quand on est un Etat ? Car ici, et pour l’instant je ne parle que de la dette de l’Etat. Plusieurs moyens se présentent. D’abord on peut penser arriver à rembourser la dette en améliorant ses recettes et en faisant des économies. C’est la méthode en vigueur aujourd’hui. Naturellement cette stratégie n’a aucune chance d’aboutir et maintenant tout le monde comprend pourquoi c’est l’inverse qui se produit. Je résume. Plus on fait de coupes budgétaires et plus l’activité se ralentit ; du coup les comptes publics se dégradent car les recettes fiscales baissent. Donc la dette augmente et ainsi de suite. Deuxième méthode : la banqueroute volontaire. Si la dette nécessite des coupes trop violentes, et qu’on ne voit pas de bout du tunnel possible, on peut décider de ne plus payer. C’est la banqueroute. Toute sorte de préteurs sont ruinés, certes, puis l’activité redémarre, car la vie continue et avec elle toutes les activités qui lui sont indispensables. Bien sûr les conséquences de ces ruines peuvent être dévastatrices du système tout entier. C’est néanmoins une option rationnelle. Surtout si la ruine se produit pour l’essentiel chez les autres comme ce serait le cas pour nous français qui sommes endettés « sur les marchés » c’est-à-dire à 80 % auprès d’agents financiers mondiaux. Cette option fonctionne car l’activité économique est un fait automatique : tous les jours il faut manger, aller venir, et ainsi de suite. La production et l’échange se recréent spontanément. Peu importe le temps pendant lequel se notent des pénuries. Elles finissent par disparaitre et le mouvement général après le désastre est que chaque jour la situation s’améliore alors que dans le cas où l’on persiste à vouloir rembourser, tout va plus mal chaque jour. La situation peut même être tout à fait brillante après une asphyxie. L’inconvénient de cette stratégie est dans la violence qu’elle engendre. Je ne pense pas tant au choc que toute la société reçoit par une certaine désorganisation qui s’observe. En effet la désorganisation commence bien avant ! D’ailleurs la lassitude des gens devant la pagaille est un des arguments qui permet de prendre la décision de spoliation des financiers. C’est pourquoi en Espagne et en Grèce il n’y a pas grand danger à passer à cette mesure compte tenu du chaos grandissant que provoque la politique d’ajustement structurel pour payer la dette. Ce qui est plus couteux c’est le climat politique qui en résulte. Car les financiers et les médias font alors des campagnes incessantes de déstabilisation et de sabotage. Les possédant craignent un pouvoir capable d’une telle audace et font tout pour le renverser. Les Etats-Unis organisent des complots et leurs marionnettes locales n’hésitent pas devant les plus basses besognes. C’est le scénario observé en Argentine et dans les autres pays de la transition post libérale en Amérique latine.

bes (39)

Entre la médecine de cheval de la troïka et la banqueroute volontaire, il y a une méthode plus progressive pour liquider la dette de façon plus suave. C’est l’inflation. Avec un joli petit pourcentage d’inflation, petit à petit le stock de dette se dévalorise puisqu’il est établi dans une monnaie qui fond. L’inflation a aussi des inconvénients, cela va de soi. Son avantage est dans sa cause : l’injection de monnaie dans le circuit économique qui le revitalise et relance l’activité. La relance de l’activité peut être orientée cela va de soi. Il ne s’agit pas de prolonger la stupide politique de l’offre. D’abord on gèle la dette dans les coffres de la BCE puisqu’elle l’aura rachetée. Les comptes sont donc remis à zéro. Et on emprunte de nouveau, cette fois ci sur le marché intérieur. Les français stockent en effet l’équivalent d’un budget annuel de l’état sur leurs comptes épargne. Evidemment cette capacité ne se mobilisera que sur des projets connus et approuvés par les préteurs. C’est là que le plan de conversion énergétique par exemple trouve toute sa force. Et d’une façon générale le projet d’économie de la mer. A partir de cette courroie d’entraînement, toute l’activité redémarre. L’autre avantage de l’inflation provoquée est la stimulation des luttes de classes que cela déclenche. Les salaires aussi fondent et les salariés sont donc conduits à revendiquer ce qu’ils font d’autant plus facilement que la menace sur leur emploi recule du fait de la relance de l’activité. J’ai essayé de nombreuse fois de lancer cette hypothèse pour montrer qu’il n’y a pas qu’une seule politique possible, y compris du point de vue des normes de gens qui ne partagent pas du tout notre vision. Mes efforts n’ont pas abouti à ce jour. Chacun se souvient de la pauvreté des obsessions qui occupèrent mon échange avec monsieur Lenglet par exemple. Mais je crois que la propagation de climats insurrectionnels en Grèce et en Espagne va ouvrir des brèches…. « Comparée aux risques politiques sociaux et économiques que poserait la permanence d’une croissance lente après une crise financière telle qu’il n’en arrive qu’une fois par siècle la montée durable d’une inflation modérée n’est pas quelque chose à craindre, dit l’ancien économiste en chef du FMI ! Au contraire dans la plupart des régions elle devrait être adoptée »… C’est lui qui le dit !

Les USA par la porte arrière

On se souvient que François Hollande a ouvert son quinquennat en acceptant le principe du bouclier antimissile voulu par les nord-américains, rompant avec la doctrine française strictement dissuasive. Le Président a endossé la doctrine conçue par l’OTAN. Ce programme enferme chaque pays européen dans des capacités parcellaires, en sorte que seule l’OTAN, en tant que centre de commandement, disposera de capacités globales. Pire, au prétexte d’"inter-opérabilité" dans l’alliance atlantique, la nouvelle doctrine programme la mainmise de l’industrie de défense étasunienne sur ce qu’il reste d’indépendant en Europe dans ce secteur.

Un nouvel élément vient renforcer mes inquiétudes. Le 17 avril 2013, Le Canard enchaîné révélait que la Direction Interarmées des Réseaux d’Infrastructures et des Systèmes d’Information (DIRISI) et Microsoft Irlande étaient sur le point de reconduire pour quatre ans un accord cadre datant de 2009. Elle porte sur le maintien en condition opérationnelle des systèmes informatiques du ministère de la Défense. Pourtant, selon l’hebdomadaire, dès 2008, le rapport d’un groupe de travail de la Direction Générale des Systèmes d’Information et de Communication (DGSIC) du ministère de la Défense évoquait le risque d’une "perte de souveraineté nationale" vis-à-vis des Etats-Unis. Le rapport dit ouvertement que la NSA "introduit systématiquement des portes dérobées (back door)" dans les logiciels exportés.

Le contexte doit également nous inciter à l’extrême prudence. On doit se souvenir du récent scandale lié au Prism ! Ce programme nord-américain de surveillance électronique permet à la NSA de collecter des données d’étrangers. Notamment européens. Cette histoire allonge la longue liste des révélations sur l’espionnage des Etatsuniens en Europe. En 2000, la Commission européenne se disait ainsi « préoccupée » par les activités du réseau d’écoute mondial Echelon. Mais en 2010, elle a accepté que les Etats-Unis surveillent Swift, société basée en Belgique qui sécurise, au niveau mondial, les flux financiers entre les banques.

Alors qu’il avait pris l’engagement à faire de la cyber défense une priorité, François Hollande, Chef des armées a-t-il laissé le ministère de la Défense, dans des conditions particulièrement opaques, renouveler le contrat qui le lie à Microsoft Irlande ? Reste que les services de renseignement étasuniens ont bien la possibilité de s’introduire au cœur de notre sécurité nationale.

Tags: , , , ,


223 commentaires à “Ayrault et Hollande, les nouveaux Américains”

Pages : « 1 2 3 [4] 5 »

  1. 151
    Pierre Magne dit:

    Certains à gauche réfléchissent actuellement à leurs alliances pour les municipales. C’est tout à fait justifié de réfléchir. Il faut toujours réfléchir avant d’agir. Pour eux, il pourrait être important d’obtenir des avantages en faisant des listes communes avec le Ps dès le premier tour des municipales. Le Ps, dans sa situation actuelle, et elle ne risque pas de s’améliorer, est sans doute prêt à beaucoup promettre. C’est tout à fait leur droit de s’allier avec le partenaire le mieux disant. Mais c’est leur parti qui fera alliance avec le PS, ce n’est pas le Front de Gauche. C’est ce parti qui sera vu par les électeurs, comme un allié, comme un complice du PS, pour les municipales et pour les élections suivantes. Ce serait faire comme si rien n’avait changé au PS. Comme s'ils se sentaient tenus par leurs promesses. Ils ne respectent déjà pas ce qu’ont voté leurs adhérents (le non-cumul...), alors penser qu’ils vont respecter les engagements qu’ils prendraient avec d’autres partis qu’ils haïssent depuis toujours, semble totalement irréaliste.
    Il est prévisible que dans un pays d’Europe ou dans plusieurs, en Italie, en Grèce, en Espagne, au Portugal, ou en France, à un moment, tout va se bloquer. On ne sait où. On ne sait quand. On ne sait pas ce qui en sera la cause. A ce moment, il est important qu’un groupe de partis à gauche n’ait jamais cautionné la politique d’austérité actuelle, ait dénoncé sans relâche l’abandon de toute souveraineté de son pays et l’abandon d’une réelle démocratie. Ce groupe de parti pourra alors être un recours pour les électeurs.
    Pour que cela soit possible il ne faut pas s’allier aux municipales avec le PS. Ceux qui s'allieront apparaîtront comme les complices du PS. Le chemin de notre honneur est à ce prix. Au second tour, notre seule consigne pour nos électeurs devra être de battre la droite et l’extrême droite.

  2. 152
    le Prolo du Biolo dit:

    @ Citoyenne21
    "Le changement par les urnes, je n'y crois plus, désolée !... Alors je comprends oui ce ras de marée de colère et qui voteront bleu marine, par protestation avant tout, pour punir cette gôche pourrissante !"

    La panique est mauvaise conseillère apparemment, et guide vers des choix aussi simplistes que sans issue. Perso je ne les "comprends" pas ces gens qui votent FN. Les "comprendre", c'est les encourager. Ce n'est pas parce qu'on a des problèmes qu'on est obligé d'être con et de faire n'importe quoi.
    Si je puis me permettre...

  3. 153
    breteau jean claude dit:

    Camarade Poncet(130)
    Ta proposition concernant les prolo proprio m'étonne car cela voudrait dire que la situation des salariés serait la même qu'aujourd'hui avec le FdG. Les familles en difficulté le sont à cause de revenus trop faibles, ne leur permettant pas de faire face aux échéances. Dans le programme "l'humain d'abord", les revenus augmentent, les charges diminuent. Il n'y a pas besoin d'inventer des "usines à gaz" pour régler des problèmes résolus. Ta réflexion est intéressante, car je pense qu'il y a un blocage pour se projeter dans une autre logique politique qui bouleverserait la vie, notamment des plus modestes. Nous devons résonner avec une vision globale apportée par un vrai changement, n'est ce pas la la solution pour faire la différence et faire progresser nos idées généreuses en utilisant autrement les richesses créées ?

  4. 154
    citoyenne21 dit:

    @Prolo du biolo (153)
    Moi aussi je préfèrerais qu'ils aillent plutôt vers l'autre Front (celui du peuple) mais ce n'est pas la cas visiblement. Alors il est où le problème ? Tant qu'au FdG on n'analysera pas les raisons du rejet par la masse d'une politique de non austérité, les mots auront beau être magnifiquement mis en valeur par le discours Mélenchonnien, sourd le peuple restera parce que quand a faim, froid et peur, on ne peut être réceptif à la beauté des choses et on pense fatalement trivialement. C'est pas histoire d'être forcément cons !

  5. 155
    françois dl dit:

    Pour expliquer l'absence se conscience politique de nos compatriotes qui va de la paresse de s'informer (vraiment) à la désaffection des urnes voici un extrait de "la dictature lbérale " de JC Rufin "Si les militants des causes autoritaires, si les fanatiques religieux, si les hommes qu'anime la haine des démocraties consacrent volontiers toute leur énergie et jusqu'au sacrifice de leur vie pour faire agir leurs idées, les libéraux n'ont jamais groupé que des majorités silencieuses, peu actives, quand elles ne se détournent pas complètement de l'exercice des droits que la démocratie leur octroie. Les hommes continuent de se mouvoir librement, l'esprit civique s'affaiblit au point d'être pratiquement absent de la vie sociale "
    Ce consensus mou fait le lit des dérives libérales. Les citoyens nourris de l'idée bien instillée que ce système est le seul garantissant la liberté, sont dissuadés d'en explorer un autre. Cette absence d'esprit critique permet au libralisme de triompher. Combien de personnes savent ce qu'est le GMT et combien le sachant en connaissent vraiment les dangers ?

  6. 156
    le Prolo du Biolo dit:

    @ 155 citoyenne21
    On peut analyser les mauvais arguments des gens qui votent FN, mais de là à reprendre ces arguments à notre compte (genre sortie de l'Europe) pour ne pas en laisser le monopole au FN...

  7. 157
    FORT dit:

    Pour un constituante démocratique. En 1789 le tiers état a violé les états généraux et les a transformés en une assemblée nationale qui a voté l'abolition des privilèges féodaux. Aujourd'hui les parlements ne représentent plus la majorité du peuple, il est indispensable de procéder de quelque façon que ce soit à une transformation de ces assemblées parlementaires en une assemblée constituante qui vote et fasse appliquer l'abolition des privilèges financiers de nouvelles féodalités permettant de construire une Europe réellement démocratique.

  8. 158
    ventdebout-38 dit:

    @151 citoyenne21
    Ceux qui votent FN, malgré que ce "parti" assassine, le font parce qu'ils rejettent leurs problèmes du quotidien sur les immigrés. Ils sont racistes. Un point c'est tout. Ne chercher pas plus loin.

  9. 159
    Invisible dit:

    @Citoyenne21,
    Pour l'instant ceux qui votent FN n'ont ni froid ni faim, mais peur oui ! C'est le boulot du FN d'entretenir la peur. Son autre travail est d'instiller la fronde face à l'impôt (redistribution) face aux parlementaires (mépris des lois). Le résultat final sera à terme un état fort, totalitaire, sécuritaire et partial. Tout ce qui émane du FN se sent dans leurs petits pamphlets, leurs blagues bien grasses, leurs allusions graveleuses. Il faut développer une sensibilité à ces mauvaises odeurs et éviter de s'y laisser entrainer. Je vois très bien ce qui me parvient comme émanations simplement dans les mails de mon entourage qui se laisse embarquer sans trop s'en apercevoir.
    Attention également aux pétitions ! Certaines sont tellement bien imitées façon contestataire qu'on les signe les yeux fermés. Hé bien, réfléchissez-y à deux fois avant de signer. Cherchez l'organisation qui est derrière. Voyez s'il y a un militantisme authentique et fiable. La petite barre "recherche" est là pour ça au lieu de s'engouffrer sur l'émotion instantanée.

  10. 160
    pichenette dit:

    Ce matin sur France Culture, après les infos de 8h, surprise. Les propos-questions de B Couturier à S Royal et les réponses, l'ensemble détonant avec les discours actuels. A écouter!
    Comme le mot "gauche" perd de sa signification, peut-être que le Front de Gauche pourrait devenir le Front de l'Intelligence ou le Front de la Réflexion. La question de "l'élargissement" se posant, l'essentiel est de ne pas perdre ses convictions vis à vis de l'intérêt général qu'il soit humain ou environnemental. Les mots perdant leur sens, bases de manipulations, ainsi à démocratie il faut ajouter "participative", alors que le peuple gouverne en démocratie.
    Ce matin l'écoute de S Royale était assez tonifiante.

  11. 161
    Pierre34 dit:

    Je constate que les interprétations vont bon train concernant l'élection de Villeneuve sur lot. Celui là d'en tirer la conclusion que le FN est dans une montée extraordinaire et donc qu'il faut s'aligner sur ses arguments pour convaincre plus, cet autre pense que le recours au urnes n'est plus possible, un autre encore se lamente parce que le FdG ne progresse pas plus. Je pense que tous devraient se clamer et analyser les chiffres en dehors de toute réaction subjective. Commençons par dire que cette circonscription, comme celles qui ont eu des élections partielles récemment ne sont vraiment pas des endroits ou le FdG fait habituellement de gros scores.
    Ensuite nous pouvons constater que la politique du gouvernement sème un grand trouble dans l’électorat du PS qui, soit s'est affirmé par une très forte abstention, pire même par un vote FN de protestation.
    Enfin l'abstention dans ces partielles est toujours très important et il est très délicat de tirer des conclusions trop générales à partir de celles-ci.
    Les militants du FdG malgré leur mobilisation n'ont pas eu les forces suffisantes pour conquérir un électorat essentiellement rural, pas facile à convaincre. Cela doit nous conduire à entrer dans l'action, travailler sur le terrain, partout. Aller à la rencontre des gens, créer des évènements, grands ou petits dans ce but. L'heure n'est pas à nous désespérer mais à être conquérants et efficaces, bannière FdG déployée.

  12. 162
    alain dit:

    Il y a longtemps que ceux qui ont faim, froid et peur ont déserté les bureaux de vote.

  13. 163
    teresa dit:

    Cette France riche, si belle et si enviée, ce sont les ex-travailleurs, retraités d'aujourd'hui qui l'ont faite. Et leur retirer leur pain de la bouche est immonde. L’humain d'abord devrait être écrit aux frontons de nos écoles, mairies, à coté de Fraternité.
    Le FN aime l'Islam, les arabes, ses riches représentants du Cathare qui nous sponsorisent. Avez-vous entendu une seule critique d'eux à ce sujet ? Qui ne les aime pas ? Avez-vous vus de mauvais sentiments contre ses milliardaires et ceux qui nous gèrent ? Donc ils sont normaux et pas mauvais, comme toute la Droite et ce gouvernement, son président si empressé au G8 "normal".

  14. 164
    archerducher dit:

    Mettre un bulletin FN par punition est grave car, en cas de majorité absolue, il sera trop tard pour ce rendre compte de son erreur. Pour mémoire le FN est monté en puissance depuis l'après 81, car beaucoup de déçus de la gauche. Pour ceux qui ont fait ce choix de déçu, aujourd'hui, il y a le Front de Gauche mais seulement on doit avoir quelques qualités, ne pas être raciste, aimer son prochain, savoir partager avec ceux qu'on aime. Je sais que ce n'est pas facile avec les différents caractères mais quelques fois faut ce forcer un peu, et dès fois c'est jouissif.
    Archerducher

    Pour J-L Mélenchon j'ai envoyé un message sur le site du PS et j'ai repris vos propos. Hommage à Pierre Mauroy, celui-ci fut le 1er ministre de la retraite à 60 ans et J-M Ayrault en est le fossoyeur.

  15. 165
    jeannine dit:

    @ Ventdebout 38
    Rien a ajouter, c'est exactement ça. C'est tout. Inutile de sortir de l'ENA.

  16. 166
    Ouilya dit:

    Concernant les assises de Montreuil, je suis désolée, mais Lienemann n'est venue que pour tenter de culpabiliser la vraie gauche. Je n'ai pas aimé du tout ses propos ni ceux de Durand qui sous des airs de rassemblement font le forcing en prévisions des prochaines élections et comptent bien nous rouler dans la farine pour garder leur postes. Même si Hollande venait en direct supplier, à genoux, le Front de Gauche, il n'aura plus jamais une voix de notre part ni des socialistes honteusement trahis qui l'auraient décidé. Je me souviens des trahisons PS en l'encontre du PCF et de la divagation de tous les socialistes qui ont gérés le pays avec la droite sans aucune gêne, jusqu'à en venir directement à appliquer avec docilité et même anticipation toutes les décisions les plus criminelles contre le peuple. En un an, Hollande et le PS ont tourné définitivement le dos au socialisme. En se définissant "à l'aile gauche du PS", Lienemann confirme le virage à 180° de son parti qui n'est plus de gauche puisque qu'ayant besoin d'une aile gauche. CQFD.
    En l'état actuel de cette violente politique, voter PS, UMP ou FN, ne changera rien à ce qu'ils nous préparent tous. C'est terminé, plus personne ne pourra nous faire chanter, nous culpabiliser et nous faire peur avec leurs "votes utiles", car de Le Pen, nous ne craignons rien de plus grave qu'avec toute cette voyoucratie libérale.
    Vive la Gauche et tous ceux du Front de Gauche !

  17. 167
    rayana dit:

    Sur les retraites. Assemblée citoyenne FdG hier soir dans notre village de France profonde. Comme d'habitude tout le FdG était là, des gens qui connaissent déjà le sujet ou les arguments. Cette assemblée était présentée par un syndicaliste CGT spécialiste du sujet qui nous a fait un exposé très intéressant, et parfois un peu décalé des questions habituelles. Seul problème, après avoir tracté et fait savoir partout cette assemblée sur les retraites, nous avions un seul citoyen non FdG venu en apprendre un peu plus sur ce combat. Conclusion, dans nos villages où les vieux sont très nombreux, le futur des retraites ne semble intéresser personne. On continue la lutte.

  18. 168
    Femme d'aujourd'hui dit:

    En ce qui concerne "l'aile gauche" du PS il y a aussi le Collectif Roosevelt qui a fait des propositions qui ressemblent au programme du FdG tout en ne voulant pas le rejoindre clairement. En ce moment ils agissent de façon plus radicale avec des tracts, des rassemblements et plus récemment une grève de la faim de 3 jours suivie par des responsables mais aussi beaucoup de sympathisants. C'est vraiment dommage que toutes ces énergies n'arrivent pas à se fédérer pour créer une vraie force de changement capable d'entraîner ceux qui désespèrent et se sentent abandonnés. Globalement sans vouloir être trop pessimiste je constate que ça n'a pas l'air de vraiment prendre. Autour de moi la plupart des gens continuent leur vie en essayant de ne pas penser à tout ça. Et le FN semble apparaître comme la seule alternative de protestation et de vrai changement !

  19. 169
    Invisible dit:

    @Alain,
    pour moi, l'électeur FN est surtout mu par la peur, les peurs. Peur de perdre son petit capital, peur de perdre ses habitudes, sa culture, peur d'être envahi, peur de se faire fracturer sa voiture, peur se faire agresser, peur de perdre ses points de permis, peur de payer plus d'impôts, peur de pas pouvoir y arriver, peur pour ses enfants, peur pour son héritage, peur, peur, peur.

  20. 170
    ptitHom dit:

    Concernant les retraites, un de mes amis a été sondé et il a répondu "aller chercher l'argent dans les paradis fiscaux". Comme il n'y avait pas la case, il a été considéré comme "Sans opinion" !
    Tout simplement lamentable.

  21. 171
    jpp2coutras dit:

    @citoyenne21 9h15
    "Faudra donc attendre au moins 70 ans pour prendre sa retraite à taux plein pour la plupart.... se barrer de France pour espérer trouver un emploi correspondant à leurs attentes ! tout ceci est désespérant !"

    Surtout ne désespérons pas! Au contraire. Nous c'est la gauche réjouissante. Car c'est exactement ce qu'ils veulent (même si c'est parfaitement stupide et à très courte vue) mais ce qu'une poignée d'humains, ni plus forts, ni plus intelligents que nous, ont réussi à nous imposer sournoisement, le peuple debout et souverain peut le défaire instantanément par référendum et acculer les barbares réactionnaires dans leur cac'! Alors suivons l'exemple de Jean-Luc Mélenchon qui remet l'ouvrage chaque jour sur le métier avec toute l'énergie de ses convictions qu'il nous communique. Les cathédrales n'ont pas été construites en un an. Qu'il en soit loué, Monsieur Jean-Luc Mélenchon, rare homme à ne pas être acheté par les rapaces androïdes et à porter haut et fort les victoires humanistes. Merci mille fois. Egalement merci à tous pour vos commentaires et banzaï à "l'humain d'abord!

  22. 172
    ermler dit:

    Modeste contribution à l'usage de ceux qui "réfléchissent" à la "poussée" actuelle du Front National. Avez-vous remarqué que les principales poussées FN se sont produites quand la gauche était au pouvoir (en cours ou en fin de mandat) 1984 Gouvernement Mauroy, 2002 gouvernement Jospin, 2014 gouvernement Ayrault ?
    Par ailleurs, où se sont volatilisées les milliers et milliers de voix PS de l'élection de Villeneuve 21012 ? Pas une seule vers Front de Gauche, pas une seule vers EELV, pas une seule vers l'extrême gauche. Reste l'abstention et... le FN. A méditer pour ceux qui pensent, par principe, que le vote FN n'est qu'une radicalisation du vote de droite traditionnel. Quand à ceux qui expliquent finement que le vote FN est un vote raciste "un point c'est tout !", qu'ils m'expliquent donc pourquoi un millier de Villeneuvois sont subitement devenus racistes entre 2012 et 2013. Les votants FN sont racistes ? Oui. Comme les 65% de français qui pensent que la religion musulmane est "incompatible" avec la république. Comme les 80% de français qui pensent qu'il il faudrait stopper toute nouvelle immigration.

  23. 173
    Invisible dit:

    Se barrer de France pour espérer un emploi correspondant à leurs attentes ? Alors là, il s'agit de définir leurs attentes ? S'agit-il de vivre en harmonie avec les autres et en solidarité sans faire payer à la nature le prix de notre appétit insatiable ? Ou s'agit-il de faire fructifier son gros diplôme cher payé, vouloir une villa avec piscine et marbre dans la cuisine incarcérée, une école privée pour ses gosses et prendre l'avion 4 fois par an pour aller déformer l'esprit des gens du cru avec nos euros sonnant et trébuchant et modifier tous les équilibres en construisant des immeubles sur les côtes et des paquebots géants Costa Croisière ? Ceux qui veulent partir à l'étranger pour avoir mieux ne doivent être beaucoup préoccupés du vivre ensemble et du construire ensemble et de rechercher une meilleure façon de faire société. Partir à l'étranger pour partager, pour apprendre, pour échanger des solutions alternatives, cela me semblerait plus enthousiasmant.

  24. 174
    alain dit:

    @ invisible
    la peur n'évite pas le danger. J'ai le sentiment que personne n'est a l'abri, a divers degrés, des craintes que vous énoncez. Pour autant, font-elles de nous des racistes? Je suis entièrement d'accord avec ventdebout-38. Le seul point commun entre tous ces électeurs c'est le racisme. Aucune autre excuse, sinon on en arriverait presque a les plaindre.

  25. 175
    Xavier dit:

    Pour le traité transatlantique, on peut anticiper les résultats en regardant ce qui s'est passé avec le traité conclu par les US avec le Mexique. Laminage de l'économie locale (paysans cultivant le mais) qui permet de créer une main d'oeuvre bon marché et conciliante car affamée (esclavage moderne) pour les entreprises US que ce soit au Mexique ou aux Etats-Unis même.

  26. 176
    Genialle dit:

    Pourquoi aller chercher midi a quatorze heure pour l'élection de Villeneuvve ? Simplement, ceux qui votent FN n'ont aucune cervelle donc pas de conscience politique ni pour le reste d'ailleurs! Bornés ils sont, et je pense qu'ils le resteront. Il y a peut être cinq pour cent d'entre eux qui pencheront pour UMP et encore ? L'Humain d'abord est bien loin de leur préoccupation. Très loin.
    Merci a Jérome pour la "fiction" (car je l'ai écouté comme un film) de ce grand Monsieur qui nous informe de choses ahurissantes. En plus il se met en danger, mais pour lui c'est normal. Il en parle avec grande tranquillité. Chapeau. Comme d'autres j'ai envoyé ce chef d’œuvre a beaucoup de personnes.
    Courage à tous.

  27. 177
    tchoo dit:

    155@citoyenne21
    Ceux qui votent FN n'ont ni faim ni froid, mais essentiellement peur (et particulièrement dans le villeneuvois que je cotoie un peu) ce sont des gens de la classe moyenne basse ou moyenne qui ont peur de perdre leur petit confort qu'ils arrivent encore à préserver, mais dont ils voit autour d'eux de plus en plus de grignotage. L'eau monte et commence à venir leur lécher les pieds, alors bien évidemment plutôt que de remettre en cause tout le système source d'instabiolité, ils préfèrent trouver des boucs émissaires, que le FN leur désigne. De plus la parole se libère beaucoup depuis quelques années, et de plus en plus de ces gens n'ont plu honte de revendiquer cette xénophobie écoeurante

  28. 178
    Magda Corelli dit:

    @Bernard Hugo 150
    Je viens de revoir la vidéo signalée par Jerome 143 en compagnie d'un membre de ma famille. Oui cet homme est courageux et il est de droite (responsable local UMP en Suisse). Lorsqu'il justifie sans toutefois les cautionner les agissements qu'ils dénoncent, ils parlent d'hommes politiques insuffisamment payés et d'impôts trop élevés pour les dirigeants d'entreprise. Son idée pour rapatrier l'argent est aussi une idée de droite : ne pas appliquer des pénalités trop confiscatoires aux coupables et réinvestir cet argent dans la création d'entreprises. Même si j'admire le courage de cet homme je me permets de faire remarquer qu'un ouvrier ou un employé célibataire qui paye l'impôt sur le revenu en gagnant à peine plus que le smic ça c'est confiscatoire ! Je vois dans ces dérives décrites surtout la cupidité et ce besoin d'accumuler sans cesse qui doit relever d'une maladie mentale.

  29. 179
    Louis31 dit:

    @Ouilya à 11h41
    « Concernant les assises de Montreuil, je suis désolée, mais Lienemann n'est venue que pour tenter de culpabiliser la vraie gauche. Je n'ai pas aimé du tout ses propos ni ceux de Durand »

    Tout à fait d’accord avec toi, aussi bien Lienemann que Durand ne sont pas venu aux assises pour un rapprochement avec nous mais pour dire qu’ils restent et resteront aux sein de leurs partis respectifs et que c’est nous qui divisons le gauche. Quand à Durand, n’a-t-il pas dit qu’il ne votera jamais pour le FdG pour ne pas refaire un 21 avril ? Après ce qu’ils ont vu aux assises de Montreuil, les gens pensent de nous exactement ce que l’on pense des Lienemann et Durand, nous sommes là pour faire diversion, et nous serons allié du PS quoi qu'il arrive. Donc je ne sais pas si c’est une bonne opération que nous avons fait à Montreuil.
    Pour les retraites, après en avoir informé un retraité concernant la durée de cotisation et donc en conséquence le départ à la retraite, la seule réponse que j’ai eu c’est « moi je ne risque plus rien » même quand je lui parle de ses enfants il reste complètement indifférent, ils ont réussis à en faire des égoïstes individuels.
    Concernant le FN, comme le disait @invisible 159 quand on voit le nombre de mails que l’on reçoit avec des infos complètement déformé sur les agressions, ou les détournements des alloc ou aides, avec des familles de 30 enfants etc. et ou chaque faits divers est mis en exergue dans ces mails mal intentionnés, il ne faut pas étonné si certains faibles d’esprits se laissent embobinés.
    Vive la VIè Vive la VIE

  30. 180
    Lilly54 dit:

    Bonjour Amis
    A propos de Lienemann, j'ai écouté deux de ses dernières interventions médiatiques après les assises. Dans la première, le lendemain, elle n'y a fait aucune référence. Dans la seconde, peu après, elle a osé dire : "le FdG ne souhaite pas gouverner". P. Laurent a beau s'énerver quand ils se font siffler, c'est ainsi. Je n'ai aucune confiance en eux. Peut-être un jour me ferez-vous changer d'avis. Pas certaine. Hauts les coeurs et basta la sinistrose au FdG. Je lis des billets de nos amis très décourageants depuis les élections de Villeneuve sur Cahuzac. Alors je viens me ressourcer dans ceux de notre hôte et ça me revigore. Au Châtelet, lors de la soirée de soutien à la Grèce, le public a crié "résistance"! Et ça vaut tous les antidépresseurs !

  31. 181
    françois dl dit:

    Accumuler plus qu'on ne pourrait dépenser en plusieurs vies relève de la pathologie mentale, comme toutes les addictions. Si certaines (alcool, drogue, jeu) ne font de victimes que les sujets concernés, l'addiction à l'argent, quand elle atteint le déraisonnable, se traduit par des dérèglements économiques qui mettent en péril les fondements de la société. Or l'addition à l'argent qui cause de graves nuisances à l'ensemble des sociétés et des humains qui les composent n'a jamais fait, à ma connaissance, l'objet du moindre rapport des instances médicales. Si un individu est porteur d'un germe contagieux dangereux pour la collectivité, il est isolé et dans la mesure du possible soigné. Mais que les malades du fric génèrent des désastres humanitaires ne semble choquer personne. Que fait l'OMS ?

  32. 182
    vm dit:

    Mobilisation en Grèce et pour la Grèce. Suite au décret du premier ministre Samaras, décidant sous la pression de la Troïka, qui exige de nouveaux sacrifices, de supprimer le service public de radio-télévision(ERT), les manifestations et l'expression de la solidarité commencent à prouver leur efficacité. Samaras bredouille et revient sur sa décision, mais n'en prépare pas moins la suite. Restons vigilants. Chez nous, c'est moins spectaculaire, mais les services publics de santé, d'éducation et de recherche (sans même parler des honteux projets sur les retraites), sont eux aussi gravement mutilés par la soumission du pouvoir solférinien à la politique d'austérité dictée par Bruxelles. Démontrons inlassablement, l'Humain d'abord à la main, qu'une autre politique est possible et tout de suite réalisable.
    Voici la vidéo-replay de la soirée de solidarité organisée hier soir au théâtre du Châtelet par Médiapart, Politis et quelques autres. Les allocutions, toutes intéressantes,ont été suivies d'un concert. La chanteuse Katerina Fotinaki est excellente, et la musique mi-populaire, mi-moderne qui l'accompagne rappelle les compositions et le style d'Angélique Ionatos.
    Pour ce qui est (encore) du FN, je crois que la presse et les médias aux ordres, sachant que le FN ne peut pas gouverner tout seul, font surtout sa promotion pour maintenir en place le système du bi-partisme et du présidentialisme, qui s'est montré bien efficace pour infantiliser et anesthésier les populations. Ne crions donc pas trop au fascisme, car cela encourage le "vote utile", continuons notre combat autonome, anti-finance capitaliste française et "européenne". Dénonçons la politique d'austérité et ses causes, et exigeons de nouvelles institutions qui mettent fin au système UMP, PS et FN, comme l'ont dit déjà d'autres intervenants.

  33. 183
    Antraigues dit:

    Cher Jean Luc Mélenchon, je viens d’écouter votre intervention à la conférence « blog 6.0 ».
    Etant tout à fait convaincu par votre exposé, je me permets néanmoins de compléter cette analyse par le fait suivant. L’action via la « blogospère », twitter et compagnie est indispensable. Mais quelle que soit la fréquentation de ce blog, et quel que soit le tirage des journaux quotidiens, l’un et les autres peuvent ils être comparés ? Par exemple, les journaux gratuits, qui sont mis presque de force dans les mains des lecteurs aux sorties de métro, atteignent un public qui n’aura jamais l’idée de venir sur ce blog. Ceux qui y viennent, même s’ils sont nombreux, sont sans doute pour la plupart des sympathisants, parfois des camarades, et s’ils expriment souvent des divergences, aucun n’a vraiment besoin d’être convaincu de la nécessité de notre combat. En revanche, ça n’est pas le cas du grand public, c'est-à-dire la majorité de la population, qui ne vous voit qu’à travers le prisme déformant de la télé. Je sais que l’idée n’est pas nouvelle, mais un journal gratuit (pourquoi pas « à gauche » ?) distribué aux endroits stratégiques (pourquoi pas par des militants ?) aurait un immense impact, complémentaire du (des) blog.

  34. 184
    Poncet dit:

    Camarade Breteau Jean Claude (153, 19 juin 2013 à 9h41), se projeter en Utopie est un exercice agréable, évidemment utile, mais en l'occurrence je crois qu'il ne dispense pas de faire de la politique, au sens le plus tacticien du terme.
    Tu penses "qu'il y a un blocage pour se projeter dans une autre logique politique qui bouleverserait la vie" et tu as bien raison. Mais alors, comment comptes tu débloquer ce blocage ? Plus précisément, quand ces prolétaires qui se croient propriétaires de leur logement vont s'en voir dessaisis par leur banque, comment comptes tu leur expliquer que leur problème est résolu ? En leur disant que nous, nous aurions pu leur éviter le chômage ou la diminution de leur salaire, s'ils avaient eu la bonne idée de voter pour nous quand il en était temps ? Mais à ce moment-là, il sera trop tard (et ce que je propose n'aura effectivement plus aucun sens). Mon propos n'était pas d'imaginer une "solution" à un problème, mais de trouver un mot d'ordre susceptible d'être entendu par ceux qui risquent d'être confrontés au problème et qui, à défaut, risquent fort d'écouter d'autres mots d'ordre, dans un tout autre registre.
    Ceci étant dit, nous parlons là de gens qui sont principalement motivés par la peur, comme le dit fort bien Invisible. Ils ne feront jamais de bons soldats, ils ne s'engageront jamais derrière nous. Nous ne devons cependant pas les regarder comme des ennemis, mais comme un enjeu d'une bataille contre nos véritables ennemis. Ce sont les paysans dont il faut protéger les terres, non dans l'espoir d'en faire des soldats, mais simplement pour éviter qu'ils ne choisissent la protection de nos ennemis.

  35. 185
    bernard hugo dit:

    @179 - Magda Corelli
    Bien sûr, cela ne m'a pas échappé qu'il est de droite et qu'il défend aussi des intérêts de classe. Cependant il confirme avec une connaissance de l'intérieur très concrète, ce qu'est la fraude fiscale, son ampleur et la collusion entre l'oligarchie de gauche et de droite. Il confirme clairement que l'affaire Cahuzac est l'arbre qui cache la forêt.

  36. 186
    ermler dit:

    @ wm
    Il faudrait peut-être quand même, si possible, nous clarifier un peu votre position sur ce qui est toléré et ce qui ne l'est pas sur ce blog. Certes, il y a la charte et les hors sujets. Mais pourquoi laisser passer plusieurs commentaires traitant du vote FN et avoir supprimé le mien portant sur le même sujet ? (posté vers 12H30). Vous n'aurez sans doute pas le temps de me répondre. Dans ce cas, je resterai avec mon étonnement, ce qui n'est pas bien grave, allez...!

    [Edit webmestre : En principe, ces divagations sur le vote FN sont hors sujet et cette laborieuse discussion qui aboutit semble-t-il au fait que les électeurs FN sont des cons ou des racistes, n'avait pas sa place ici. Mais il faut également comprendre que j'ai par ailleurs des obligations professionnelles, familiales, et de manière générale, une vie à l'extérieur de ce blog, qui font que je ne pourrai jamais rivaliser en termes de présence avec une Citoyenne21 ou Invisible qui n'ont manifestement que ça à faire... Je modère donc à postériori, et ce que je lis est tellement consternant que le choix logique serait de tout effacer. Ce que je ne fais pas...]

  37. 187
    jerome dit:

    179 Magda Corelli
    Que les choses soient bien claires je n'ai pas déposé cette vidéo pour faire l'apologie des points de vue et solutions de ce monsieur qui surgissent à deux ou trois reprises durant son audition, évidement il est de droite comment voulez vous arriver à ce niveau de secret du secteur bancaire et financier sans l'être, malgré tout on peut lui reconnaitre un travail personnel impressionnant pour arriver à énoncer des vérités qui montre les dérives possible de son idéologie, sans parler du fait qu'il met en danger sa personne et ses proches. Comme le dit très justement 186-bernard hugo, nous avons devant nos yeux environ 40 minutes de déballage très concret des pratiques généralisées du secteur bancaire et pas seulement celui des "paradis fiscaux", qui montre l'ampleur et la facilité de l'évasion fiscale et du blanchiment d'argent avec en prime l'implication de politique de l'UMP et du PS et pour couronner le tout les partis politiques eux-même !

  38. 188
    Franck dit:

    @ jerome.
    Que des gestionnaires de fortunes et autres se mettent à table, c'est bien. Mais ça me fait penser à la mise en place d'une grosse "négo" en règle. Ne nous laissons pas endormir. Lorsque le volet technique sera démonté, il faudra vite en sortir pour ne pas se laisser noyer dans des considérations complexes et "hors-sol" qui sont plutôt leur terrain. Il faut absolument redéfinir les fondamentaux (notre terrain) et mettre en place de nouvelles institutions avec la 6è république. Sinon les marchés financiers appliqueront d'autres schémas qu'ils ont sûrement déjà dans leurs cartons "au cas où". Cela-dit oui, le travail de cette commission est intéressante, quoique très tranquille par rapport à celles Britanniques et américaines… en apparence.

  39. 189
    Vassivière dit:

    @166
    Entièrement d'accord avec toi. Ce n'est pas la première fois que M-N. Lienemann tient ce genre de propos. Lors d'un débat avec Pierre Laurent dans l'Humanité, elle avait déjà défendu de ce genre de positions, genre "il faut sauver le soldat PS". Comme horizon politique et credo de "gauche" c'est un peu court.

  40. 190
    turmel jm dit:

    Vous êtes plusieurs à avoir raison. Avec Lienemann c'est toujours la même rengaine, c'est franchement saoulant, elle conclut en guise de perspective par "un grand rassemblement de la gauche", dixit "tous avec le PS".
    Dans les années CERES ils avaient une excuse (même si je pense qu'ils n'ont pas changé), mais aujourd'hui il y a le choix dans le FdG non ?

  41. 191
    le Prolo du Biolo dit:

    Montreuil et majorité alternative. J'ai eu la même sensation désagréable que certains ici en regardant les débats de Montreuil. Et plutôt vu une tentative de M.N.Lienman de raccrocher le PC aux wagons du PS que la volonté de constituer une majorité alternative avec nous tous. Certains cris du coeur, "contre ceux qui à Gauche excitent les gens contre le PS" notamment (suivez mon regard...), laissaient peu de doutes sur son ouverture envers les autres composantes du FdG. Tant qu'elle sera dans l'idée, comme Filoche et d'autres, que la solution ne peut venir que du PS et qu'il faut faire l'unité pour l'unité autour de lui, à tout prix et sans savoir pour faire quoi, tant qu'elle ne se rendra pas compte qu'en soutenant une direction ("il faut aider Hollande à réussir", sic) qui désespére ses propres électeurs elle coule tout projet viable à Gauche, je crois que l'unité entre la Gauche du Ps et nous, par le haut, sera un brin difficile.
    Pour l'instant l'unité par la base et dans l'action, avec des militants qui s'aperçoivent que leur parti les mène dans l'impasse, et qui n'ont que leur peau à défendre, me paraît plus réaliste. Mais bon...

  42. 192
    ermler dit:

    @ wm réponse post 16H03
    ...ce que je lis est tellement consternant que le choix logique serait de tout effacer. Ce que je ne fais pas...]

    J'en déduis donc que mon post effacé était encore plus consternant que les posts consternants que vous n'avez pas effacés. Ou alors je n'ai rien compris. Mais peu importe. Ne faisant pas partie (j'espère) de la catégorie des monomaniaques, je m'en tiendrai là et éviterai dorénavant de m'exprimer sur ce sujet.

    [Edit webmestre : Soit Vous feignez d'être obtus, soit vous l'êtes... Je viens de vous expliquer que je n'étais pas disponible. Je n'ai donc pas effacé votre commentaire. Un enfant le comprendrait. Votre commentaire a tout simplement été filtré par l'antispam automatique et dès mon retour, je l'ai revalidé, n'ayant aucune raison de ne pas le faire. C'est des commentaires tels que celui-ci qui rendent ma tâche de plus en plus pénible et je suis déçu que ça vienne précisément de vous...]

  43. 193
    pascal des landes dit:

    Chers camarades, amis
    Les états d'âme des animateurs de la gauche PS ne sont importants qu'en tant qu'indicateur que le débat étouffe au sein de ce qui reste de leur parti. L'important est de défendre nos positions et de débattre de celles que nous pourrions élaborer pour le futur qui en ces temps d'accélération historique vient de plus en plus vite. Ce qui est frappant actuellement c'est l'exaspération, le désarroi, la colère autour de nous. Il y a une attente, forte de tous ces gens normaux dont nous sommes, et tout est fait pour les culpabiliser, les insulter, les souiller, pour les complexer quant à leur refus de voir une fois de plus leurs seuls bien, le bien social, entamé, abîmé. Nous au FdG on ose dire qu'il est inacceptable de faire de nouvelles concessions aux fossoyeurs du droit social, du droit du travail, et qu'il faut maintenant que les concessions changent de camp, que c'est justice. Ce n'est pas le vote ou les expression de cette colère qui sont importante mais bien cette colère et ce désarroi eux mêmes qui méritent notre attention. Chaque jour les grands médias explique qu'on ne peut rien faire, qu'il faut que l'on travaille plus, qu'on gagne moins, qu'on paye plus, et lorsqu'un leader syndical vient expliquer qu'il peut en être autrement, on le regarde avec des yeux ronds comme s'il était demeuré, et on tente de faire croire que tout le monde est d'accord pour faire les dits efforts Autrement dit ce qui s'y opposent sont des mauvais.. ceci explique pourquoi la colère s'exprime autrement, que par la juste revendication de leur dü. Notre boulot est de décomplexer ces gens qui nous entoure, et de les convaincre d'agir avec nous en toute bonne conscience. Combattre à gauche c'est réclamer le terre à terre, l'élémentaire, autant que de viser l'idéal. Certes, il faut refonder la REPUBLIQUE, mais c'est aussi un peuple qu'il faut refonder, et le réactiver collectivement. C'est ça l'urgence.

  44. 194
    ermler dit:

    @ Webmestre.
    Oh ! mille excuses ! Ni obtus, ni feignant de l'être, juste étourdi ! Je n'avais pas vu que mon message avait été revalidé ! (A ma "décharge", il n'y avait pas non plus l'habituel "en attente de modération"). Vraiment contrarié de vous avoir déçu.
    Bon courage et encore désolé d'avoir, malgré moi, rendu votre tâche plus pénible !

  45. 195
    Magda Corelli dit:

    Jerome 188 - Bernard Hugo 179
    Oui, oui, je suis admirative de la démarche de cet homme et croyez-moi la vidéo circule ! J'espère que des noms sortiront et vite.

  46. 196
    Nico 13 dit:

    Bonsoir à tous.
    Je sais que je suis un petit peu HS, mais je voulais vraiment parler de ça. Je viens de lire un article de la tribune qui parle de Chypre. Selon le FMI, le PIB va chuter de presque 15 % en 2 ans suite aux mesures que la troïka a prise. D'après l'article, même la Grèce n'a pas subit un tel régime drastique dés le départ ! Tu avais donc raison Jean-Luc. Pour les Chypriotes, c'est bienvenu en enfer.

  47. 197
    Claude Andrée dit:

    @Louis31
    Oui, ce sont malheureusement les +65 ans et plus qui sont le plus favorable à 1) Un relèvement de l’âge légal de départ à la retraite (44%) 2) Une augmentation de la durée de cotisations (26%) contre 19% pour une augmentation des cotisations retraites et 11% sans opinion. (Sondage Institut CSA pour BFMTV Les Français et la sauvegarde du système de retraites par répartition).
    Ça vaut tout ce que valent les sondages mais c'est quand même assez instructif de voir que ces générations qui ont bénéficié le plus de l'état social et qui en sont encore les principaux bénéficiaires sont les premiers à vouloir le remettre en cause pour leur enfants.
    J'espère qu'en écrivant cela je ne ferait pas bondir nos très chères têtes blanches de ce blog qui bien sûr ne sont pas concernées par ma remarque faisant partie de nos Front de Gaucheux et donc très solidaires des autres générations.

  48. 198
    juy raphael dit:

    Merci aux lecteurs avisés ou non de ce blog de ne pas perdre de vue pour ce qui concerne l'élection partielle de Villeneuve-sur-lot que la course de vitesse qui se joue avec le FN s'effectue justement par scrutins interposés (entre autres). C'est à dire que la cible qui nous permettra de vaincre cet ennemi politique est d'abord l'abstention. Or, il se trouve que nous avons fait plusieurs fois en un an la démonstration de notre capacité à maintenir la dynamique de l'élection présidentielle. Nos thèses deviennent peu à peu centrales. L'utopie et le pragmatisme vont inéluctablement finir par changer de camp. Aussi gardons nous de tout effroi ou stupéfaction et faisons de la politique pour accélérer le processus. Pas du commentaire. C'est bien sur le GMT qu'il faut alerter la population aujourd'hui pour entretenir la dynamique et impliquer plus largement, un par un, "au bouton de veste", l'ensemble de nos concitoyens. Pour le reste, portons un pin's en forme de triangle rouge, si j'ose, sans s'échauffer la bile.

  49. 199
    breteau jean claude dit:

    10 député-es ne veulent plus étre traité-es de pourri et propoent de supprimer leurs "priviléges ".Cette opération est honteuse,elle a pour but de détourner la réalité.Il y a des ps des eelv et ump .Ils mélangent tout,les crapuleries de certains élu-es,(comme par hasard les 3 partis sont concernés)pourtant et heureusement, rares.Leur initiative donne l'impression d'une généralité,elle est donc idiote car cela ne m'empéchera pas en parlant d'eux plus le FN sur la méme longueur d'onde de dire tous pourri d'avoir voté l'ANI,c'est là le fond du probléme pour ne prendre que cet exemple et d'abord là.C'est une faute politique ces élu-es sont dans le déni,c'est cette attitude constante qui discrédite.Se faire élire à gauche est s'allier avec la droite contre ses électeurs ne leur posent pas problèmes.A Villeneuve hollande et le ps font porter sur les autres (qui n'auraient pas du se présenter !) la défaite cinglante de leur candidat,c'est si facile,la forme jamais le fond,c'est à dire le refus de faire de la politique,au sens noble du terme.Cela conduit à l'abstention,mais c'est ce qu'ils cherchent,c'est une façon déguisée de réduire la démocratie.A qui profite le crime ? L'os c'est la démocratie et ils le savent le "travail" des média n'y suffira pas,écoeurer les électeurs est leur dernier recourt et le cartel des libéraux,du FN au ps est bien en phase,haro sur les élections et surtout sur les électeurs.L'urgence d'une nouvelle constitution se démontre chaque jour un peu plus,il faut remettre le couvert !

  50. 200
    JCM31 dit:

    La commissions d’enquête du sénat ou M.Gerbier est interrogé est consternante.Les révélations sont «explosives». C’est monstrueux, l’intelligence au service de la cupidité, du vice, utilisée allègrement par des menteurs, des spéculateurs, des voleurs et ce gouvernement, qui fait mine de ne pas savoir, ne pas connaître. Il y aurait donc d’autres « Cahuzac » ? Des politiques, des parlementaires, voir des ministres qui tremperaient dans la combine? Les mêmes qui viennent ensuite nous faire la leçon de morale et nous dire qu’il faut travailler encore plus longtemps,pendant que des détournements « légaux », des grosses entreprises du CAC 40 qui échappent à l’impôt, de l’énorme fraude fiscale organisée, cela coute très cher et ne produit que souffrance, désespoir, avec ce dégout et ce sentiment de «tous pourris» qui domine. Pourtant c’est simple à comprendre que cette crise c’est bien l'enrichissement des plus riches et l'appauvrissement des plus pauvres.Et c'est en plus les riches qui font payer au prix fort les plus pauvres, les frais de cette crise. Et cela sous un gouvernement de « Gôches ». On a la Gauche qu’on mérite, ce qui me fait hurler de rage. Hollande et son gouvernement porte une très lourde responsabilité de ce qui est entrain de se mettre en place. Jamais je n’aurai imaginé être spolié à ce point avec un tel niveau de mensonge, de tromperie par mon camp. Sur que la gauche et la droite, ce n’est pas pareil, ça ne sera jamais pareil, mais là ! C’est consternant, le boulevard que ce gouvernement avec la complicité de la plupart des médias et tous ceux qui s’y engouffrent sans trop réfléchir, sans mesurer les conséquences désastreuses, de la tragédie, qu’ils vont trouver au bout. Le temps joue contre la transparence. Les mécanismes du racket organisé seront de plus en plus sophistiqués. J’ai bien compris et même si les tricheurs ont encore un coup d’avance.N’empêche que quelques uns doivent avoir souvent la chemise humide et l’étau se...

Pages : « 1 2 3 [4] 5 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive