20fév 11

Sondages surnaturels, obsession anti-islam de Sarkozy, Verts au Parlement européen

Hallucinations

Ce billet a été lu 17 691 fois.

Çimg12a c’est une note un peu longue parce que je vais être absent quelques jours. Je vais me reposer. Ici je parle des sondages surnaturels et manipulatoires de Dominique Strauss-Kahn et de madame Le Pen. Puis de la dernière crise idéologique de Nicolas Sarkozy avec le multiculturalisme, enfin de mon séjour au parlement européen. Comme ma note était trop longue, je l’ai coupée et j’ai prévu d’en faire paraître une suivante pendant mon absence pour raconter ce que j’ai appris en passant par Marseille où je me trouvais pour le forum partagé sur le travail et compléter ce que je dis sur le multiculturalisme.

Les photos qui illustrent ce billet sont de Stéphane Lemaitre, que je remercie.

Cette fin de semaine, Strauss-Kahn était à Paris. Donc sa machine de propagande s’est mise en mouvement. L’armée de communiquants qui l’entoure et influence divers médias frappe tout azimut. Je suis dans les cibles. L’artillerie m’a pilonné préventivement. Valls et Huchon en première ligne comme d’habitude. Non pour me faire taire, ils savent que c’est impossible.  Mais pour intimider les concurrents internes dans le PS. Et la machine à bétonner l’espace médiatique s’est mise en route. Une batterie de sondages est tombée, plus aberrante que jamais, à couper le souffle !  Un succès total. Pas une voix pour contester les résultats de ces étranges « enquêtes ». Mais d’abondants commentaires ont été produits pour discuter les cas de figure annoncés et en « tirer les enseignements ». La palme au journal “Marianne”, dont la satisfaction img17fait plaisir à lire ! “Après quinze jours de tabassage par l’extrême gauche, la gauche et la droite, quinze jours aussi de tintamarre sondagier d’où il ressortait un chuintement de chute, voilà Dominique Strauss-Kahn encore plébiscité comme champion de la gauche et, plus largement, des oppositions à Nicolas Sarkozy. Ah, certes, reconnaissons-le sans fard, il dégringole… d’un point au premier tour, et de 3 au second par rapport à la précédente enquête de l’institut CSA du 20 janvier dernier. Mais le patron du FMI demeure à des hauteurs himalayennes, autrement dit surréalistes, en tout cas dans l’hypothèse… hypothétique du duel final où il écrabouillerait le président sortant : 61 % à 39 %. Vingt-deux, v’là l’écart abyssal entre le tenant du titre et le challenger socialiste ! » Tout y est ! Le « tabassage d’extrême gauche », la brèche colmatée de la chute annoncée quelques jours auparavant, l’écart avec les autres socialistes, la négation de la fragilité structurelle du candidat. Tout ça parce qu’il est là, et qu’il va aller sur France 2 dimanche soir. Et parce qu’il faut enrayer la montée des concurrents socialistes. Ça passe ou ça casse ! Pourtant, la seule lecture attentive devrait faire réfléchir. La gonflette pour Strauss-Kahn oblige à procéder à un véritable cul par dessus tête de la carte politique. Comment cette carte peut elle avoir évolué au point de placer l’extrême droite au seuil de remplacer aussi bien le candidat de droite que celui de la gauche si le roi des sondages nous fait l’honneur de nous illuminer par sa candidature ?

Pour nous au Parti de gauche, cette opération est la manipulation de trop. Il est temps de réagir si nous ne voulons pas nous faire voler cette élection par une bande de trafiquants professionnels. Nous engageons donc une campagne sur le thème. Note-brochure, affiches, tracts. Il faut briser l’autorité de ces rebouteux. Car ils s’apprêtent à nous faire sauter à la corde pendant toute l’élection ! Sans oublier les règlements de compte annexes que cela permet. Ainsi sur radio Arlette Chabot, Europe 1, un zélé nommé Ludovic Vigogne a déjà annoncé que j’allais hurler à la manipulation à cause de mon « mauvais classement » qui me mettrai à la peine. Une grande cervelle de cette sorte ne peut imaginer que j’ai d’autres raisons d’agir que mon intérêt personnel. Ni que je puisse me moquer de ces sortes de consultations de rebouteux de la politique. Mais il a tort de sous estimer mon orgueil. Je suis très fier de ma position unique et singulière dans ces nobles enquêtes scientifiques. Je suis un prodige. Surtout quand je me compare à mon camarade Olivier Besancenot. Je suis estimé à un niveau inférieur au résultat électoral du Front de Gauche et à mon propre résultat dans les urnes. Olivier lui, par contre est estimé au double du résultat de son parti et au sien propre ! C’est pas beau ça ? En regardant le détail je vois que son choix en faveur de femmes voilées est le bon puisqu’il a le double de femmes que d’hommes dans ses électeurs et le double de mon cas, cela va de soi. Sans oublier que je n’ai aucun électeur parmi les 18/24 ans. Un fait frappant aussi estimg14 que dans cette enquête aucun électeur communiste de Marie-George Buffet ne voterait pour moi, pas davantage l’une quelconque des personnes proches politiquement du NPA ou de LO. La science des sondages  permet des découvertes stupéfiantes.

Donc, et pour faire bref, je ne prends rien au sérieux dans ce genre d’élucubrations ! Sinon leur impact sur ceux qui les découvrent et les croient. Car elles sont payées pour produire l’effet « push » comme disent les américains qui ont inventé cet art. Ça c’est pour le client qui paye directement ou par l’intermédiaire de ses amis. Quant à l’officine, cet exercice téléphoné est exclusivement destiné à faire vendre du papier et à recueillir de nouvelles commandes. Mais ces enquêtes font du mal à la démocratie qu’elle nient et ridiculisent. Elles provoquent une accoutumance du public à des classements ubuesques qui semblent obéir à des règles mystérieuses. Elles ont un effet démoralisant sur les militants et les citoyens engagés qui se paie cher à la sortie, en abstention. Le soir du vote, les instituts de sondage sont tous démentis. Il ne leur en coute qu’un jour où deux de honte. Puis la vie et les bonnes affaires repartent. Comme disait Ben Ali : « pourquoi ca ne durerait pas toujours ».

Mais si une question innocente pouvait posée ce serait la suivante : « pourquoi faites vous des sondages sur une élection présidentielle qui aura lieu dans quinze mois et pas sur les cantonales  qui vont avoir lieu dans un mois ? » Evidement je connais la réponse : un sondage sur les cantonales avec ces scores sera démenti par les urnes. Le Front national à 20% aux élections cantonales ça n’existe pas. Tout simplement. Je ne nomme personne d’autres pour ne pas faire trop de peine. De même un résultat aux présidentielles annoncé quinze mois avant n’a pas davantage de signification. Donc ce trafic ne veut rien dire. C’est un bobard. Il faut le faire payer aux intéressés. D’où notre colère. Pouvons-nous agir ? Oui. D’abord en faisant campagne pour discréditer ces boites à bidonnage. Dans les réunions, les meetings il faut les faire huer comme nous l’avons fait pour d’autres jusqu’a ce que devienne un lieu commun des plaisanteries populaires de dire « menteur comme un sondeur », « acheté comme un sondage » et ainsi de suite. Il faut retourner l’arme de la disqualification contre ceux qui la manient. Dans le court terme nous avons un excellent argument.

Une proposition de loi a été adoptée par le Sénat pour règlementer l’activité des instituts de sondages. Elle émane d’un sénateur socialiste, Jean Pierre Sueur, et d’un sénateur UMP, Portelli. Elle a été adoptée à l’unanimité. Ce texte img15prévoit notamment d'obliger les entreprises de sondages à publier les chiffres bruts qu'ils recueillent. Car ce sont ces chiffres qui sont ensuite bidouillés pour produire des prédictions d'intention de votes conformes à ce que le consensus médiatique juge plausible. Ou qu’elles tripotent pour produire des scoops qui feront parler d'elles. Ce texte a été adopté malgré l'opposition du gouvernement. L'Assemblée nationale ne semble pas pressée de l'examiner. Nous pouvons la faire connaitre car la lire c’est comprendre aussi de quoi sont capables les entreprises concernées. Evidemment nous devons réclamer son application. D’ores et déjà nous mettons au défi ces instituts de publier les résultats bruts de cette vague d’enquête comme si la loi était déjà votée !

De notre côté nous diffusons une note d’étude dans tout notre parti et parmi les médias pour rappeler un peu d’histoire sur le sujet des sondages. Nous allons éditer une affiche et faire un tract de grande diffusion. Est-ce disproportionné ? Non. Ce n’est même pas au niveau de ce qu’il faudrait faire contre ce hold-up de la démocratie que sont ce type de fabrication de l’opinion. Evidemment cela ne marchera que sur le mode de la gouaille et moquerie. Faites nous confiance.

En terminant ma précédente note, j’ai posé la question de savoir où Sarkozy voulait en venir avec son étrange dénonciation du « multiculturalisme ». Maintenant on le sait. Il s’agit de revenir sur la question de la place de l’islam en France. Bonjour les dégâts avec ce genre d’inepties. A ce moment, je veux juste aider ceux qui veulent résister à avoir quelques éléments de compréhension. On va y revenir hélas, si souvent, que je compte faire un travail, par petites touches ici même. Voyons par le commencement. Le multiculturalisme. Première question : qu’est ce que c’est ? Personne ne sait le dire précisément, en réalité. Il existe des centaines d’occurrence différentes pour le mot. Aucune définition ne rassemble. L’expression est aussi floue que les mots qu’elle contient. Car déjà qu’est ce qu’une « culture » ? Il y a aussi des centaines de définition de cette expression. Dans les faits nous avons le sentiment de savoir. Mais si nous devons en donner une définition nous sommes vite enfermés dans des généralités. Alors « multi» par dessus le marché ! Une difficulté playmo01supplémentaire s’oppose à ce travail de définition. Certes, on peut vite décrire des rites, mythes, habitudes et coutumes totalement partagés par un groupe humain fermé et isolé. Alors tout ceci peut constituer une véritable identité, c'est-à-dire une définition de soi, pour ceux qui y participent. Mais il en va tout autrement des sociétés ouvertes où les groupes communiquent et échangent. Dans nos sociétés de communication et de brassage, aucun groupe humain n’est défini par un mode unique de comportements et de références comme aux âges des sociétés fermées. Les modes et coutumes sont poreux. De plus tous sont revisités par l’effet de nivellement de l’usage des objets produit en masse, des réflexes communs qu’ont créés les injonctions de la publicité.  Et pour compliquer le tableau, aucun individu ne se définit plus d’après une référence unique ou permanente. On change volontiers de « tribu », ces temps ci. C’est bien pourquoi la théorie du « choc des civilisations » avait besoin de donner un fondement si délimité aux civilisations qu’elle opposait. Bien sur elle commençait par tout fonder sur les différences de « cultures ». Mais comme ce socle montre vite combien il est flou et friable, Huntington s’évertua à faire reposer chaque « culture » sur une assise plus solide pensait-il. Ce fondement chez l’auteur de la théorie c’était la religion. En effet, la religion, parce qu’elle est nécessairement dogmatique est une injonction qui semble plus structurante. Au fondement de toute civilisation et de sa culture dit Samuel Huntington, il y a une religion. Sarkozy ne dit pas autre chose. Trois jours après avoir mis en cause le « multiculturalisme » il parle d’organiser la religion, au prétexte de la place de l’islam en France. Ce que vaut un tel amalgame entre la culture et la religion pour décrire les peuples nous est montré dans les révolutions en cours. Musulmans et arabes, les tunisiens et les égyptiens ne revendiquent pourtant des droits universels : la démocratie et la justice sociale.

L’islam est une obsession pour Nicolas Sarkozy. Dès le mois d’aout qui suivi son élection il réunit les ambassadeurs de France et leur présenta le risque de confrontation entre l’islam et l’occident comme le premier des risque pesant sur la paix du monde. On sait ce qu’il faut en penser dorénavant. Il n’en est rien, la clef de compréhension des évènements n’est pas là. Et cela en dépit de la campagne des officines d’influence pour replacer les révolutions du Maghreb et du moyen orient dans le cadre du conflit entre Israël et Palestine, islam et Occident. Comme l’ont si lamentablement mis en scène Le Point et l’Express la semaine passée avec leurs « Unes » provocatrices. A plus forte raison l’islam n’est pas un problème dans notre société. Mis de côté quelques énergumènes qui font de leur religion un projet politique et se livrent à des provocations, et quelques autres qui en ont une vision intégriste, que voit-on ? Des millions de gens qui pratiquent plus tiruou moins, vivent en se conformant aux habitudes communes qu’ils observent autour d’eux. Rien de plus, ni rien de moins que ce que l’on constate dans les autres religions. Et surtout la grande masse est en voie de déconfessionnalisation plus ou moins avancée, comme le reste de la population. Le problème ce n’est donc pas l’islam mais l’usage qui en est fait par ceux qui se l’approprient politiquement pour le combattre où s’en réclamer dans l’ordre politique.

Ce parallélisme est un indice d’un fait de portée plus large. Il faut noter la connivence entre les points de vue différentialistes. D’un côté ceux qui ne veulent pas d’une présence ostensible et de l’autre ceux qui l’admettent par a priori, et quelque soi le contenu de cette ostentation. Ils ont en commun une vision réduite de l’être humain définit par ses différences plutôt que par ses ressemblances. On retrouve ici la différence qu’il y avait entre l’église et les humanistes dans les premier temps du combat des « Lumières ». Les catholiques exaltaient l’amour « d’autrui ». Les humanistes défendaient les droits universels de leurs « semblables ». De la sorte il y a un commun dénominateur philosophique entre Nicolas Sarkozy et les signataires du « manifeste pour la diversité » que j’ai déjà évoqué ici. Les uns et les autres partent et restent sur la différence pour construire leurs options et décisions politiques et produire du droit. A l’inverse nous partons, nous, des similitudes pour construire l’ordre politique. L’ordre politique laïque en séparant strictement les religions et l’Etat s’oblige à s’instituer à ne connaitre et à ne délibérer que sur ce qui est commun. Dans cette façon de faire, aucune différence ne fonde de droits permanents. Sauf une. Mais c’est parce que c’est la seule différence qui soit universelle : la différence des genres.

De toute façon le multiculturalisme est un fait. Il est antérieur à la présence des musulmans. Les cultures basques, bretonne, parisienne, occitane sont présente de longue date et de façon très évolutive en France. Ce qui n’est pas un fait c’est que cela fonde des droits politiques. C’est pourquoi la situation est absolument différente avec l’Allemagne où l’Angleterre. Dans ces pays, au nom du « multiculturalisme » des droits sont reconnus ou retirés. En Allemagne, le multiculturalisme réservait aux seuls allemands le droit du sol. En Angleterre de même. Mais divers droits  « communautaires » sont reconnus. Rien de tel en France. La République est une et indivisible. Par conséquent, recopier les mots d’ordre deimg21 la droite de ces pays va à l’inverse de ce qu’eux mêmes ont en tête. Car Outre Manche comme Outre Rhin, la question est celle de l’instauration d’un « droit commun ». Si les communautés protestent c’est parce que leurs droits vont être réduits et parce que l’annonce se fait sur un mode dénonciateur, négateur qui est offensant et discriminant. J’y reviendrai. En fait Sarkozy le sait. Il use de cette conjonction pour revenir à ses propres objectifs. Ceux qu’il assume depuis le discours de Latran, le rapport Machelon et les innombrables interviews et discours sur le sujet : la remise en cause de la loi de 1905. En apparence il s’agira des musulmans, en réalité il s’agira de la place du religieux dans l’ordre politique et de la fin de la séparation des églises et de l’Etat.  J’y reviendrai, on s’en doute.
 
A présent donc, la propagation du virus de la démocratie se poursuit en Libye, au Yémen et même à Bahreïn. C’est jubilatoire. On attend Qatar, histoire de voir si Plantu va renvoyer son chèque comme un enseignant renvoie ses palmes académiques ! De façon tout à fait significative, les Etats-Unis d’Amérique se positionnent dans cette situation comme une  poule devant un couteau. Ils ne savent que faire et tout le monde voit bien que ces grands amis de la liberté ne sont guère enchantés par cette situation. Elle met à nu tous les mensonges qui ont servis de prétexte aux guerres du golfe et à l’invasion de l’Irak et de l’Afghanistan. Comme je me suis déjà bien exprimé sur ce sujet j’en reste là sur ce point. Mais je ne lâche pas l’occasion de faire un rappel. Mesurons une fois de plus l’ampleur du système de l’indignation à géométrie variable du parlement européen et des prétendues hautes autorités morales de l’Union Européenne qui n’ont pas soufflé mot, il y a un mois, alors même que les évènements de Tunisie battaient leur plein, sur les éventuels problèmes de droits de l’homme qui se posent en Libye, alors même que tous ces gens votaient un accord de libre échange ! Et ne cessons jamais de rappeler que s’il y a trois prix Sakharov à Cuba qui est à 10 000 kilomètres, il n’y en a pas un dans ces pays limitrophes de l’Europe !  On sait donc que les membres du jury ne prenaient pas leurs vacances en famille à Cuba, pas vrai ! Fidel ne sait pas acheter les gens. Pire : il n’essaie même pas.
 
Je poursuis la réflexion à propos des révolutions tunisienne et égyptienne. Je traite du sujet par petites touches depuis plusieurs billets déjà, vous l’avez vu je crois bien. Pendant mon séjour à Strasbourg j’ai eu l’occasion de plusieurs discussions avec des camarades du groupe GUE qui réfléchissent et veulent en penser davantage tout comme moi. Ce sont des discussions à bâtons rompus, où l’on ne met en jeu que des intuitions.  Par exemple avec Patrick Le Hyarric, le directeur de l’Humanité. Lui  s’intéresse à la dimension sociale de ce mouvement. Comme le quotidien et l’hebdomadaire ont beaucoup produit sur le sujet, la discussion est bien ancrée dans les faits. D’un argument à l’autre mon tableau se précise. J’ai déjà montré ce que j’avais appris du caractère « citoyen » de ces révolutions. Je disais dans ma précédente note qu’il fallait voir aussi comment s’organisait l’articulation avec le mouvement social ouvrier. Avec Le Hyarric c’était le sujet de notre discussion. Lui voit une importance première à cet aspect du déroulement révolutionnaire. Je livre mes conclusions img09personnelles sur ce point. La question sociale déclenche la révolution citoyenne qui en est la forme élargie, le mode opératoire de masse en quelque sorte. Et la revendication de droits universels et de démocratie se présente comme la façon d’organiser le règlement des problèmes sociaux. D’où la bizarrerie, soit dit en passant, de la formule de Besancenot déclarant pour s’opposer à ce qu’il croit être ma « révolution par les urnes » que «  la Tunisie a montré qu’on n’avait pas besoin des urnes pour faire la révolution ». Peut-être Olivier peut-il se rendre compte que la révolution tunisienne ou égyptienne revendique des urnes ? Krivine devrait peut-être faire lire à Olivier un chapitre ou deux de « la révolution permanente » de Léon Trotski qui contient des choses tout à fait intéressante sur ce type de problème. Je reviens à notre schéma de lecture. Une fois que la révolution s’est renforcée par une victoire dans le domaine démocratique, elle fait retour sur ses tâches sociales initiales. Alors l’unanimité des débuts sur les objectifs démocratiques est mise en cause. C’est le moment des classes et de leur façon de se projeter dans l’avenir. S’il n’y a pas de parti, ni de porte parole identifié pour assumer cette deuxième phase de la révolution, la révolution elle-même peut être confisquée. Cela ne veut pas dire qu’elle sera « seulement démocratique » sans s’élargir à des tâches sociales plus amples. Non. Les acquis de la phase démocratique elle-même peuvent être remis en cause pour contrer le front social qui cherche à se constituer sur ses propres objectifs. C’est pourquoi je  ne crois pas que madame Alliot-Marie ait fait une erreur de langage en disant qu’elle voulait aider le gouvernement tunisien à se « reconduire », avant de se reprendre et de dire « à se reconstruire ». Pour elle c’est la même chose en effet. Comme pour les Etats-Unis. Ils se méfient de la révolution démocratique parce qu’ils se méfient de la révolution sociale pourrait on dire.

Madame Eva Joly présentait ce mardi un rapport concernant la modification de l'accord entre l'Union européenne et l'Afrique du Sud. Un accord sur le commerce, le développement et la coopération. En abrégé : ADC. Pour bien comprendre la situation de vote, il faut savoir que : qui vote pour le rapport adopte du même coup l’accord dont il traite. Du coup le rapport, de madame Joly était en fait une recommandation demandant aux députés européens d'adopter la modification de l'accord. Et donc l’accord lui-même. Vu ? Le Parlement pouvait soit adopter soit rejeter cette recommandation. Et du coup, en le faisant, il acceptait ou rejetait l'accord tel que modifié. La majorité du parlement a suivi Madame Joly de façon écrasante: 521 voix pour. Je sais bien que des propositions appréciables étaient faites par les additifs inclus. Il n’en reste pas moins que voter ce rapport c’est accepter l'Accord de Partenariat Economique que la Commission européenne cherche à conclure avec l'Afrique du Sud. C'est donc cela qu'il faut examiner.

Vous ne le savez peut-être pas : un APE (accord de partenariat économique) c'est un accord entre l'Union européenne et une grande région du monde. Le contenu comporte toujours un volet commun quel que soit le coin du monde. Vous devinez lequel. Qu’est ce qui est universellement vrai et bon ? Notre chère « concurrence libre et non faussée ». Bien sûr ! C’est pourquoi cet accord avec l’Afrique du sud comporte le volet habituel d’injonctions libérales : la suppression progressive des droits de douanes à l'importation et l'interdiction de toute augmentation, rétablissement ou création de ces droits ; l'interdiction de tout quotas d'importation ou d'exportation ; la mise en place à terme d'une zone de libre échange complète, services compris. Ce qu’il y a de spécialement pervers dans le comportement de l’Union Européenne, c’est qu’elleglace oblige ainsi ses partenaires à importer le libéralisme. Et que, pour y arriver elle n’hésite pas à faire tout ce qu’elle peut pour démanteler les accords d’union ou de coopération qui peuvent exister localement entre pays voisins. Au cas particulier, l’Union a du contourner l’existence de l’Union douanière  d'Afrique australe (la Sacu !). Voici comment elle s’y est prise. Ce scénario est toujours le même, où que passe notre chère Europe bienfaisante et pleine de grands principes. Elle arrive et négocie, en tête à tête, avec chacun des pays qui compose l’union douanière locale pour les forcer à céder, un après l’autre. Oui mais, voilà: si le Botswana, le Lesotho et le Swaziland ont fini par céder aux pressions, l'Afrique du Sud et la Namibie, eux refusent toujours de signer. Voilà pourquoi, pour les cruels eurocrates de la Commission, il était urgent d'inscrire dans l'Accord de Coopération et de développement entre l’union européenne et l’Afrique du Sud que les négociations commerciales sont toutes suspendues à la conclusion d'un de ces maudits accords  de partenariat économique global. Comment quelqu'un comme Madame Joly a-t-il pu en arriver à la conclusion qu'il fallait approuver un tel chantage? Retenez votre souffle: la phrase d'explication fait dix lignes! " Votre rapporteure suggère, au vu de ce qui précède, que la commission du développement recommande au Parlement d'approuver la conclusion de l'accord et souhaite que les nouvelles dispositions de l'accord liées au développement ainsi que les nouvelles coopérations qu'il prévoit soient pleinement appliquées et fassent l'objet, dans la phase de mise en œuvre de l'accord, d'un suivi attentif à la lumière de l'article 208 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, c'est-à-dire dans le respect des objectifs de l'Union en termes de coopération au développement, objectifs dont l'Union doit tenir compte dans la mise en œuvre de toutes ses politiques susceptibles d'affecter les pays en développement, le principal de ces objectifs étant la réduction et, à terme, l'éradication de la pauvreté." On se demande bien comment, en signant un accord qui oblige à ouvrir toutes grandes les frontières, l'Afrique du Sud pourrait « éradiquer » la pauvreté. Madame Joly ne s'est visiblement pas posé la question au moment de nous appeler à voter « pour » avec elle. J’ai donc voté contre. Mais mon voisin communiste portugais s’est abstenu, faisant valoir que « malgré tout » il s’agit de l’Afrique du sud ! Et je lui ai dit que pour moi c’était une raison supplémentaire de voter « contre » par fidèle affection pour ce pays.

Ces Verts ont d’étranges idées ces temps ci. J’avais lu ce papier de Gérald Andrieu dans « Marianne 2 » à propos de José Bové signant une déclaration écrite avec un grave extrême nationaliste bulgare du parti ATAKA. Je n’avais pas été étonné de constater que ce concierge de Quatremer n’en avait soufflé mot car je sais que ses indignations sont à géométrie variable. N’avait-il pas déjà tu soigneusement la spectaculaire embrassade du président du groupe de la droite européenne, l’UMP français Joseph Dauhl avec le « néo-populiste » hongrois Victor Orban qui persécute la liberté de la presse et des citoyens de son pays? Cette fois-ci je découvre que vient au vote un texte que signent Europe écologie avec la droite, les img16nationalistes les libéraux et les sociaux démocrates à propos de la « stratégie pour 2020 » de cette chère « Europe qui nous protège ». Il s’agit d’une de ces verbeuses « résolution » avec lesquelles ce parlement perd son temps puisqu’elles n’ont aucune valeur législative. Cette « stratégie Europe 2020 » c’est le titre du document qui prend la suite de la fumeuse  « stratégie de Lisbonne 2000 », de pitoyable mémoire, que Lionel Jospin fit l’erreur de signer aux côtés de Jacques Chirac. Ce nouveau document est juste une surenchère dans les orientations du précédent texte. Son objectif est seulement d’imposer davantage d’austérité et l’approfondissement du contrôle de l'Union sur les Etats membres. En effet « la stratégie de Lisbonne » a été un échec. Aucun des objectifs fixés n’a été atteint en matière de déploiement de la supposée « économie de l’intelligence » et autres sornettes de cet acabit qui faisaient tout le chic verbeux du document. Avec « Europe 2020 » recommencent les phrases creuses sur la croissance "intelligente, durable et inclusive" et « l’économie sociale de marché durable". Mais je sais lire la nov-langue européenne. Une phrase peut vouloir dire le contraire de ce qu’elle annonce. C’est le cas ici. Le texte se donne des airs de combattre les difficultés. Mais en le faisant il avalise la situation insupportable qu’il dénonce. Ainsi quand il affirme vouloir remonter le taux d'emploi à « au moins 75 % ». Merci pour le taux de chômage à 25 %. Ou lorsqu’il « réaffirme les objectifs de l'Union européenne en matière de lutte contre le changement climatique » inférieurs aux prescriptions admises par le GEC ! Ou encore quand il propose de « réduire le taux de pauvreté de 25 % » ce qui laisse quand même 75 % de ce dernier et sans jamais dire pour autant comment les premiers 20 millions de personnes seraient arrachés à la pauvreté ! On voit le genre de document. Bien dans le style hypocrite de la maison.
Peu importe, en fait, pour ceux qui l’ont écrit ce que dit et promet ce document. Ce qui compte c’est que s’imposent les moyens proposés pour arriver à ses objectifs. Il s’agit de renforcer le contrôle de l'Union Européenne sur les Etats membres, au mépris de la souveraineté populaire. Ainsi quand il est affirmé que « les Etats membres adoptent des objectifs nationaux » avant de préciser qu’ils « sont validés par la Commission ». Le « semestre européen », ce processus de vérification préalable des budgets nationaux par la Commission est la concrétisation de cette formule. Ou bien,  quand la « la stratégie Europe 2020 » pose comme préalable à toute croissance une réduction des déficits. On trouve là l’origine de l'obligation des plans d'austérité.

Que propose la résolution commune d’Europe Ecologie, de la droite, des nationalistes et des socialistes ? De belles et bonnes choses, nobles et dignes. Bien sûr. Mais dans le fouillis des bonnes intentions, la droite a inscrit ses mantras fondamentaux et les autres ont signé. Et d’abord un acte d’allégeance. C’est ainsi que la résolution commence en "considérant que la stratégie Europe 2020 devrait aider l'Europe à sortir renforcée de la crise". Dans un style néo brejnévien enthousiaste, elle n’hésite pas à enfoncer le clou hardiment : « les mesures prévues par la stratégie "Europe 2020" sont d'une importance capitale pour la concrétisation des espoirs que nourrissent les citoyens européens". Hurrah ! Et après cela on trouve encore pire. Ainsi quand il est asséné que "l'examen annuel de la croissance et le cadre du semestre européen sont des outils essentiels à une meilleure coordination des politiques économiques". La croissance et le contrôle a priori des budgets nationaux par les grands prêtres du libéralisme comme modèle pour des écolos et des socialistes ! Bigre ! Mais que dire ensuite quand on lit qu’ils souhaitent ensemble "réaliser le marché intérieur de l'énergie, améliorer la sécurité des approvisionnements et atteindre nos objectifs en matière d'énergie et de climat", parmi lesquels le marché carbone, qui n’est pas cité. Le plus nul, si c’est possible, c’est l’aval donné à l’impérialisme maintenant ordinaire de l’Union européenne. Le texte claironne en effet vouloir "la mise en place d'une stratégie européenne efficace dans le secteur des matières premières, afin d'améliorer leur accessibilité et l'utilisation efficace de l'énergie et des ressources, tout en garantissant l'approvisionnement en matières premières essentielles à travers le développement d'accords de libre-échange et de partenariats stratégiques". Fermez le ban. En une phrase l’écologie politique et le socialisme ont mis les pouces.
Cette façon de rédiger et de voter des textes entre chiens et chats, eau et feu, est le moyen par lequel est produit une sorte de « doxa européenne » partagée et énoncée ensuite comme évidente, sur le style « nous savons tous que » ou bien « nous le disons tous ». Alors ensuite, évidemment, seuls des fanatiques ou des fous peuvent n’en pas vouloir. Pour comprendre combien cette méthode du désarmement insidieux est goûtée des eurocrates et de leurs griots, il faut lire cette présentation que fait l’eurolâtre frénétique Jean Quatremer, du livre d’entretien avec José Bové qu’il vient d’éditer. Lisez cette prose humble et sans prétention, mais tellement significative : « Surtout, l’homme ne s’est pas figé dans son combat de 2005, comme un certain nombre de nonistes, mais a su évoluer : après avoir constaté l’impossibilité de bâtir un projet européen alternatif de gauche (échec des « comités anticapitalistes » puis du NPA), il a rejoint Europe Écologie et s’est présenté aux élections européennes de juin 2009 avec Daniel Cohn-Bendit, avec le succès que l’on a vu. Depuis, l’homme est devenu l’un des députés qui comptent au Parlement européen, pratiquant à merveille l’art du compromis et parvenant à réunir des majorités afin de faire bouger les lignes. Un anti-Mélenchon par excellence, le député du Parti de gauche campant sur son Aventin depuis 2005, d’où il lance des fatwas contre ceux qui ne partagent pas ses vues. » A l’inverse de moi donc, qui persiste en effet à vouloir n’avoir rien à faire avec les eurocrates, heureusement, il y a entre le Larzac et Bruxelles, un chemin de Damas toujours ouvert aux repentis. « C’est donc à la découverte de cet homme que j’ai été et je ne regrette pas le voyage que nous avons fait du Larzac à Bruxelles. Et j’avoue que José et moi-même sommes ravis d’avoir fait exploser les lignes : comment un « eurobéat ultralibéral » a-t-il pu travailler avec un « altermondialiste noniste arracheur d’OGM et démonteur de McDo », entendons-nous régulièrement ? Réponse dans ce livre qui montre que l’Europe peut réunir » Alléluia ! Moi aussi je me demandais « régulièrement » comment un tel miracle était possible compte tenu du fait que tout le monde me parle « régulièrement » de Quatremer et du monsieur avec des moustaches qui est sur la couverture de son bouquin. Et maintenant je sais ! C’était encore cette brave Union qui non seulement nous protège mais nous réunit ! « God’dam chiet » ! Comme on dit en globisch vulgaire!


185 commentaires à “Hallucinations”

Pages : « 1 2 [3] 4 »

  1. 101
    Michel Matain dit:

    @ 79 marc @ albert 77
    - aujourd'hui refus d'union parce que le candidat du FdG est Jean-Luc Mélenchon.

    Si le candidat était André Chassaigne, ça ne changerait rien à la décision du NPA de présenter son candidat de toute façon. Cette décision est cohérente avec toute la politique du NPA depuis sa création. Pourquoi le leur reprocher ? C'était écrit dès leur premier congrès et depuis le NPA a été fidèle à ses règles fondatrices. Ceux qui sont déçus aujourd'hui le sont parce qu'ils n'ont pas voulu lire les textes fondateurs du NPA (reliser le discours de Krivine - Jean-Luc Mélenchon à l'époque en avait parlé), n'ont pas voulu regarder l'histoire et l'origine du NPA, c'est à dire la LCR.

  2. 102
    Lyendith dit:

    @Descartes
    Pourquoi ? Rien n'empêche de consommer des choses "utiles"... d'ailleurs, qui juge ce qui est "utile" et ce qui ne l'est pas ?

    « Créer du besoin » implique de créer toujours plus de choses, sans lesquelles on vit très bien au départ… Mac Donald's par exemple, quel service rend cette formidable société aux gens ? Elle crée de l'emploi précaire et de la bouffe irradiée hors-de-prix, mais sinon… les parfums «grande marque» promus par des publicités dont on ne sait pas trop ce qu'elles vantent exactement, sont un autre exemple. Sans cette création permanente de choses « inutiles mais indispensables » on consommerait beaucoup moins, c'est une évidence.
    Après je ne dis pas qu'il ne faut consommer que de l'utile − la vie serait drôlement austère sinon ! − Mais la quantité de choses produites en masse qui ne servent absolument à rien est stupéfiante dans notre système… écologiquement et socialement, ça n'est pas idéal…

    @Jérôme
    D'ailleurs allez dire aux petits africains qui meurent de faim que la consommation de masse est un "mauvais" modèle et qu'il va falloir apprendre à changer ses habitudes... La consommation de masse est un très bon principe de société tant qu'elle est de masse, c'est à dire égalitaire.

    Entre un crève-la-faim et un riche Américain il y a une marge quand même ! On peut vouloir vivre bien sans forcément vouloir une console de jeux, un iPhone, un écran plat ou un 4x4. On peut aussi avoir des infrastructures décentes sans construire des tours de 800 mètres de haut.
    Dire que les pays du nord doivent consommer moins ne veut pas dire qu'on doit tous vivre au pain sec et à l'eau. Seulement c'est une chimère de croire que 7 milliards d'humains peuvent consommer 700 litres d'eau par jour sans que ça pose aucun problème.
    Et puis, au-delà d'un certain seuil la surconsommation apporte bien plus de frustration que de satisfaction. Est-on plus heureux avec 3 télés qu'avec 1 ou même...

  3. 103
    Jérôme dit:

    @ Lyendith (103)
    On peut vouloir vivre bien sans forcément vouloir une console de jeux, un iPhone, un écran plat ou un 4x4. On peut aussi avoir des infrastructures décentes sans construire des tours de 800 mètres de haut.

    Comme le dit Descartes, qui êtes-vous pour juger de ce qui est utile et de ce qui ne l'est pas? Répondez plutôt à ma remarque précédente sur la théorie: il n'y a aucun lien entre consumérisme et capitalisme. Croire le contraire, c'est tomber dans le piège classique des écologistes intégristes selon qui le problème n'est pas l'inégalité, mais la sur-consommation. C'est un argument non seulement puéril, mais dangereux, qui peut rapidement amener à des conclusions darwinistes du genre "il y a trop de monde sur terre" ou "il sera impossible de nourrir tout le monde en 2050".

    Du reste, si vous pensez sérieusement ce que vous dites, il n'est pas étonnant que vous ne compreniez pas Jean-Luc Mélenchon. Pour lui, comme pour les communistes depuis longtemps, "vos emplettes sont nos emplois". Il n'y a pas plus terre-à-terre que cela. Une société heureuse est une société où tout à chacun peut consommer ce que bon lui semble. Les problèmes débutent lorsque la concentration du capital est trop importante, c'est-à-dire lorsque les plus pauvres doivent se priver. Ce qui est précisément la situation qui a conduit à 2008...

  4. 104
    Clama dit:

    Lyendith

    Oui ! Nous ne devons passer par un redéfinition de notre mode de vie.
    Un changement d'habitudes mais pas dans la restriction ou le déni des hommes et femmes. Il faut respecter les citoyens dans toute leurs diversités et difficultés.
    Il n'y a qu'au cœur des grandes villes que l'on peut croire que le vélo et la voiture électrique sauveront nos enfants !
    L'évolution ne se fera vraiment que, par une évolution progressive, véritablement scientifique et "responsable" !
    Je met le mot responsable entre guillemets car il a déjà été pris en otage par les communicants de tout bords.
    Et, surtout pas par la démarche des écologistes qui sont dans une opposition "nature contre humanité",
    Une formulation de bonnes causes pour justifier de mauvaise solutions, avec en plus la volonté d'y associer une conscience populaire
    Historiquement, les germes d'une dictature !

  5. 105
    polnareve83 dit:

    Ce sont des Mirages fournis par la France qui mitraillent à Tripoli.
    Honte au VRP des marchands de canons.
    Comment Dassault peut-il avoir le droit de voter les budgets de la France ?
    Les silences politiques sont assourdissant toujours pas de déclarations des différentes forces de gauche et (ou) démocratique.
    "On" se félicitera quand Kadhafi aura été battu (ou "on" le blâmera s'il arrive à réprimer son peuple avec les armes que la France lui aura procurées ?)
    Quid du rôle d'Ollier à Tripoli après celui de MAM à Tunis ?

  6. 106
    yanhel dit:

    @105
    "Une société heureuse est une société où tout à chacun peut consommer ce que bon lui semble. "

    Si c'est votre définition du bonheur...Booofff. Moi un centre comercial plein de trucs inutiles, ce n'est pas mon bonheur. Je reviens de vacances d'une île simple où les gens se parlent, font attention à l'autre et partagent où chacun cultive son lopin de terre et j'y ai été plus heureuse qu'un samedi de courses à Carouf... c'est sûr!

  7. 107
    lepierrot dit:

    Vraiment lamentable ces journalistes ! ce soir dans l'émission "on refait le monde" sur RTL, tous à boulets rouge sur J L Mélenchon à propos de l'émission de ce matin, et en plus en le traitant de stalinien. Ecoutez à partir de 11'37.

    http://www.rtl.fr/emission/on-refait-le-monde/ecouter/on-refait-le-monde-du-21-fevr-2011-7662262293

  8. 108
    Jérôme dit:

    @ yanhel (106)

    Si c'est votre définition du bonheur... Booofff.

    En effet je me suis un peu enflammé. Je voulais surtout dire qu'une économie qui (semble) fonctionner, est une économie où chacun est à même de consommer ce que bon lui semble. On est d'accord ou pas, mais c'est l'idée qui domine, à droite comme à gauche, depuis longtemps. Bienvenue aux idées nouvelles...

  9. 109
    Télépiplettophobe dit:

    Je me permets d'ajouter une remarque au post de Marc Archent (#92).

    Surtout méfiez-vous des vicieux. Je sais bien qu'en politique, vous n'êtes pas un petit garçon. D'accord. Mais méfiez-vous tout de même de ces porteurs-de-micro qui cherchent le scoop, le gros dérapage bien gras, notamment en sortie de studio... Quand la pression est à son comble. A mon avis, c'est là qu'est le vrai danger. J'ai vu le petit épisode presque touchant du 14 février dans le couloir après le face-à-face avec la fille Le Pen. La mistinguette-reporter vous en a servi du Môsieur Mélenchon dites-donc... pour mieux seriner sournoisement ses questions empoisonnées de provocation et de fausse naïveté. Ces minuscules journalistes-mercenaires, tous issus de la même couveuse, vous considèrent comme une cible potentiellement très rentable.

    Je me demande si votre tête à un prix... Une promesse de CDI à celui ou celle qui parviendra à vous discréditer durablement?

  10. 110
    Meligh dit:

    @Remi #99

    (...) certaines injonctions étant écrites limite en langage SMS, ce qui prouve que la jeunesse est aussi sous le joug.

    Je suis tout à fait d'accord avec ton analyse. Et j'ai même l'impression que ce sont eux les plus actifs sur internet. J'ai réalisé cela il y a peu, mais j'avais des doutes. Et que j'en parle avec mon cousin encore au lycée, dans une zone tout sauf difficile, il est consterné et se demande comment se battre contre les faux lieux communs et idioties qui pourrissent leur cerveau. Et c'est malheureux.
    Ces enfant finalement sont le fruit de la société dans laquelle nous vivions. Et c'est leur manière à eux de la nier en bloc.

  11. 111
    JULIA dit:

    @Didier
    "Regarde le débat MLP/Jean-Luc Mélenchon quand elle pose la question précise du soutien à DSK (pape du libéralisme) au 2ème tour, là il y a du louvoiement. C'est cette contradiction là qui va se voir de plus en plus."
    Oui, et alors ?
    La masse des socialistes est à gauche, et leurs dirigeants se piègent à droite dans leurs ruses... Si je vomis le réformisme du PS, je cotoie dans les luttes concrètes de bons camarade soc pas dupes. Le Front de Gauche doit se renforcer et s'élargir jusqu'à devenir la forme politique du mouvement social, révolution citoyenne en vue !... Nécessité urgente de rassembler politiquement le tous ensemble attendu du monde du travail, agressé par une attaque frontale du petit monde dirigeant en place (sarkoland corrompu)... Les cantonales dont on parle trop peu (et pour cause) doivent fournir un point d'appui proche pour le peuple de gauche décuplant sa rage d'intervenir dans le cours des évènements sans s'en laisser imposer aucun monarque élu du système vicié : l'espoir nécessaire vient de la dynamique du FdG, tandis que les luttes sociales redoublent, car le peuple salarié n'attend pas les présidentielles pour se révolter, face à ce qu'on lui assène ! DSK ? Bingo ! ce roi sera nu dès son intronisation, face à la révolte sociale exaspérée : le Front Populaire dans la rue pour obtenir son dû : ce en quoi le FdG sera métamorphosé ! Les citoyens auront voté DSK pour crier contre la politique de droite, DSK le FMiste convoqué comme roi nu ! Bel exemple pour tous les peuples, que de convoquer le FMI en personne à nous entendre ! Autre ambiance que si on redemande un tyran qui nous a déjà humiliés !
    Nous sommes au coeur d'une crise systémique sans précédent ! Votes de résistance et de défi ! Car la situation sociale ne permet plus de ballader les pôv'cons comme avant. Aux législatives, sous pression du mouvement social, raz de marée FdG en vue si nous...

  12. 112
    yan dit:

    Cher Jean-Luc Mélenchon,
    Je viens d'écouter ce faquin d'Aphatie et j'avais envie de venir vous dire: "Bon courage, car vous avez maintenant le fieffé méditerranéen et toute la clique de mange-petit sur le dos". J'espére que cette attitude changera quand viendra le temps de discuter sérieusement (sans trop y croire...)
    Et donc, encore une fois: Que se vayan todos!

  13. 113
    Descartes dit:

    @Lyendith (#102)

    « Créer du besoin » implique de créer toujours plus de choses, sans lesquelles on vit très bien au départ…

    "Au départ", on vivait sans rien: une petite caverne, un feu, un bout de mamouth, et c'était le paradis. Est-ce que cela veut dire que tout le reste est "inutile" ? Qui décide quels sont les "vrais" besoins et ce qui est superflu ? Est-ce que les livres sont un "vrai" besoin ? Après tout, nous arrière-arrière-arrière grands parents s'en sont passés pendant des générations.

    Je voulais pointer dans ton raisonnement le point faible de tous les raisonnements "décroissants": si les gens consomment un certain nombre de biens, c'est parce qu'ils les jugent "utiles". En quoi leur jugement serait-il moins pertinent que le tien ? Si tu veux faire une critique de la consommation "inutile", il te faut une théorie qui te permette de décider objectivement ce qui est "utile" et ce qui ne l'est pas. Et c'est là que réside la difficulté.

    L'histoire humaine est parsemée de sectes de "purs" prêchant le détachement des biens matériels et la vie "simple". Aucun n'a véritablement prospéré.

  14. 114
    didier dit:

    @JULIA
    « Oui, et alors ? »
    Alors ?: cette attitude discrédite le discours du FdG. C'est incompatible. Cette contradiction sera couteuse en voix, ceci ne fait aucun doute. Voter à gauche, pour avoir une politique libérale en retour, on a déjà trop donné. Ce système est en fin de vie, sans avenir, pourquoi se salir à son contact. S'aménager des portes de sortie est un jeu de gagne petit. Timide renversement de table.
    Il y a des choses que l'on finit toujours par payer, la ratification du traité de Lisbonne par le PS en est une. On ne joue pas impunément avec la démocratie. Mais là aussi il y a des aveugles.

    « La masse des socialistes est à gauche, et leurs dirigeants se piègent à droite dans leurs ruses... »

    Allons bon ? La masse des socialistes vote des motions en congrès, il sont pas à gauche gauche.

    « DSK ? Bingo ! ce roi sera nu dès son intronisation, face à la révolte sociale exaspérée : le Front Populaire dans la rue pour obtenir son dû : ce en quoi le FdG sera métamorphosé ! »

    Le FdG sera mort, discrédité par sa compromission avec le PS. Le reste est de la politique fiction.
    Cette porte laissée ouverte sonne comme un aveu de faiblesse voir un début de renoncement, là ou il devrait y avoir force et clarté.

  15. 115
    Nicolas B. dit:

    @107 pierrot :
    Effectivement on prend le thème de Cuba pour traiter au final Jean Luc de " stalinien, dire que c'est inquiétant pour un candidat à la présidentielle ", le plus drôle c'est qu'une fois cela fait, Hondelatte dit : "...on passe à autre chose, la messe est dite... ". Faut pas en faire trop, ça se verrait messieurs les journaleux.
    Y'en a marre de cette propagande ! si encore il y avait des radios et des télés libres.
    que se vayan todos

  16. 116
    Yacine2029 dit:

    Claro!

  17. 117
    Télépiplettophobe dit:

    @ Descartes [2/2]

    Tu ajoutes: "si les gens consomment un certain nombre de biens, c'est parce qu'ils les jugent "utiles"."

    3) Tu ne connais donc pas le phénomène d'achat compulsif? Ni le véritable traquenard que constituent les grandes surfaces? Qui ne s'est jamais retrouvé avec un machin inutile? Parce qu'aujourd'hui, tu sais bien: "avoir, c'est être", "parce que tu le vaut bien", etc.

    4) Il ne s'agit pas de revenir à l'âge de pierre ni d'interdire les ambulances au gazole, allons allons. Pas plus que les anticapitalistes ne sont pour l'interdiction des comptes bancaires personnels... Soyons sérieux. Il faudra demander aux gens par référendum ce qu'ils souhaitent en priorité. Un écran plat par pièce (et même jusque dans leur baignoire!) ou une nourriture et une vie saines avec un équipement convenable? Les deux ne seront pas possibles. Enfin, c'est vrai que Claude Allègre n'est pas d'accord avec moi et que pour lui, le réchauffement climatique, c'est la faute au soleil... Ahaha! Celui-là alors! C'est mon préféré.

    Non, en réalité tout reste à inventer.

    Tu termines: "L'histoire humaine est parsemée de sectes de "purs" [...] Aucun n'a véritablement prospéré."

    Sectes? Je te le répète, tes "purs" sont très peu nombreux. Résister aux sirènes de la société de consommation n'est pas une mince affaire... Je suis objecteur de croissance, je subis ma voiture et la société du pétrole, et je voterai Jean-Luc Mélenchon. Et pourtant, il parle même parfois du TGV... Quel curieux sectaire je fais quand même. :)

    Bon courage à tous.

  18. 118
    Descartes dit:

    @Rémi (#99)

    une ignorance totale et aveugle envers le programme partagé, qui est réaliste et réalisable,

    Si ma mémoire ne me trompe pas, le "programme partagé" n'existe pas encore. Il est en cours de rédaction. Comment quelque chose qui n'existe pas peut-elle être "réaliste et réalisable" ?
    Désolé d'insister, mais ce n'est pas parce qu'on répètera mille fois chaque matin devant la glace que le FdG (ou le PG, la GU ou le PCF, parce que de ce côté-là, ce n'est guère mieux) a un programme réaliste et réalisable que ce sera le cas. En fait, la seule chose qu'on voit ce sont des listes de propositions qui font plaisir à tout le monde. Aucun chiffrage, aucune étude de faisabilité ne les accompagne. A partir de là, dire que ce "programme" est "réaliste et réalisable" relève de l'article de foi.

    Si on continue à traiter ces questions en dilettante, il faut pas s'étonner que Jean-Luc Mélenchon (et je le dis avec le plus grand des regrets, hélas...) finisse par se "guignoliser". A force de sortir des propositions sans les avoir travaillées et analysées à fonds ("géothermie pour remplacer le nucléaire", "rester dans l'euro pour avoir le SMIC européen") on finira par persuader l'électorat que le FdG n'est qu'un nouveau moulin à paroles de l'extrême gauche, toujours prompt à promettre tout et n'importe quoi pour faire plaisir à ses différentes "tribus". Il faut accepter une triste réalité: un programme "réaliste et réalisable" ne pourra jamais, jamais faire plaisir à tout le monde, parce que le propre de la réalité est d'exiger de hiérarchiser les problèmes et d'arriver à des compromis entre les différentes contraintes.

  19. 119
    JULIA dit:

    @didier (114) suite (111)
    "Allons bon ? La masse des socialistes vote des motions en congrès, il sont pas à gauche gauche".
    -Vous aurez peut-être raison, hélas, mais : Une dynamique, surtout quand on parle de "la masse d'un collectif", cela ne se limite pas à prendre des clichés statiques, de ce qui se passe dans les appareils et ce serait mépriser les masses (électeurs "socialistes" compris, qui n'appartiennent à personne) que de ne pas entrer dans une fréquentation de proximité qui seule permet de saisir le "possible", ce qui peut bouger: si l'analyse de ce qui se passe à Tunis s'était contentée de clichés, on ne s'étonne pas du décalage Sarkoland-réalités, et les "crimes" de MAM s'excusent : "la masse des arabes sont soumis à la philosophie résignée de l'Islam" etc...racismes et préjugés.
    - Nous cotoyons dans les luttes des gens qui tout en gardant leurs rêves personnels admettent s'influencer les uns les autres. Dans la "dynamique du front de gauche", si les "électeurs du PCF" commencent à dire: "je voterai pour le candidat du FdG quel qu'il soit", c'est qu'une dynamique est possible, justement si on ne reste pas spectateur des clichés que nous suggèrent les médias arc-boutés contre cette dynamique !
    -Pas de racisme de parti: "les soc" ont aussi une condition salariale qui les harcèle, ils sont libres de lâcher DSK, dans les urnes, donc "s'il y a un roi DSK au lendemain du vote présidentiel, il sera nu, car élu par la droite libérale aux abois "...(celle dont les médias préférés fabriquent les sondages bidouillé actuels).
    -Il faut que le "Front de Gauche" soit présent dans les luttes concrètes en cours, cantonales comprises, où peut s'exprimer la dynamique que les médias cachent comme on le voit: personne n'en parle et c'est bien plus "déterminant" présentement que les présidentielles. D'ailleurs c'est à çà que DSK pense avant d'éventuellement replonger dans les bois du FMI...

  20. 120
    Descartes dit:

    @Télépiplettophobe (#117)

    Tu ne connais donc pas le phénomène d'achat compulsif ?

    Oui, mais je ne vois pas trop le rapport avec ce qu'on est en train de discuter. L'achat compulsif est une pathologie mentale relativement rare, somme toute.

    Qui ne s'est jamais retrouvé avec un machin inutile ? Parce qu'aujourd'hui, tu sais bien: "avoir, c'est être", "parce que tu le vaut bien", etc.

    Toi, cela t'est arrivé souvent de te "retrouver avec un machin inutile" ? Curieusement, ceux qui achètent les "machins inutiles" c'est toujours les autres. Ce qui devrait nous amener à nous poser la question de savoir quelle est notre légitimité pour juger de l'utilité que les autres trouvent dans tel ou tel produit. Et contrairement à ce que tu sembles croire, une dépense "de status" n'est nullement "inutile" et elle n'a pas attendu la société de consommation pour apparaître. Le Partenon d'Athènes ou les plafonds peints du Palais de Versailles étaient-ils "'utiles" ?

    Il faudra demander aux gens par référendum ce qu'ils souhaitent en priorité. Un écran plat par pièce (et même jusque dans leur baignoire !) ou une nourriture et une vie saines avec un équipement convenable ?

    Ce référendum, il a quotidiennement lieu dans tous les supermarchés. Les gens ont parfaitement le choix entre "la nourriture et vie saines" ou (ce que tu considères être) le sur-équipement. Et ils choisissent tous les jours. Qu'est-ce qui te fait penser qu'un "référendum" donnerait un résultat différent ?

    Sectes ? Je te le répète, tes "purs" sont très peu nombreux. Résister aux sirènes de la société de consommation n'est pas une mince affaire... Je suis objecteur de croissance, je subis ma voiture et la société du pétrole, et je voterai Jean-Luc Mélenchon. Et pourtant, il parle même parfois du TGV... Quel curieux sectaire je fais quand même.

    Un sectaire des plus sages: celui qui condamne le vice tout en s'y adonnant...

  21. 121
    pichenette dit:

    Sujets à aborder, sujets à impliquer, tenter de clarifier, d'ordonner: oui il est ceux qui voient en premier les différences et ceux qui considèrent les ressemblances, là se creuse un fossé. Les uns séparent, les autres regroupent.
    Trouver ce qui unit plutôt que ce qui isole. Un seul estomac, un coeur, une tête pour tout homme, les mêmes besoins vitaux à satisfaire, injustifiables les immenses écarts subis déjà en France.
    Définir un bien commun et construire un projet de vivre ensemble, tout en sachant que le mal est présent et que des gens sont mauvais. Tout ça semble "niaiseux", mais une petite balade au coeur des choses, des gens, de la matière pour reprendre du souffle, car il en faut pour faire jaillir des clés.
    Agir par petites touches. Le coeur humain, une pompe en interaction avec toutes les autres parties du corps et de l'esprit. Le coeur des choses, le sens, les semences graines d'avenir de plus en plus confisquées. Le coeur de la matière son noyau de particules si liées qu'elles enragent quand on les sépare, ceraines irradient corps et esprits, jusqu'à les illuminer en dieu solaire justicier. Noyaux durs à digérer mais qui dirigent le monde, vu les armes nucléaires prêtes à calmer les esprits épris de liberté. Les ventes d'armes marchent bien et facile d'alimenter la demande, plein de vertus dans les armes.
    S'attaquer aux sources du mal incarnées chez certains hominidés semble délire matinal alors que ce n'est que piqure de moustique abandonné dans une soucoupe humide.
    Enjeux majeurs mondiaux, l'autosuffisance alimentaire, le nucléaire imposent un débat national, entre autres. Centrales en fin de vie sous perfusion en attendant l'immortalité!
    Moins de sérieux:
    Sondeurs, carotteurs, carottent nos votes pour leurs potes.
    Fanes de carottes, lapins, médias excités.
    Démocrates se grattent la tête.
    Carottes au pôle, sondage des âges passés
    glaces, climats réchauffés
    consommation obscène, anthropocène.

  22. 122
    argeles39 dit:

    @ Descartes (#120) et @Télépiplettophobe (#117)

    Sujet passionnant et complexe.
    Voir le billet de Paul Trehin "Adapter équitablement les besoins aux moyens de les satisfaire" sur le blog de Paul Jorion.

  23. 123
    Sébastien dit:

    Jean luc
    Je suis nouvel adhérent au Parti de Gauche.Je me considère plus communiste que socialiste mais plus en phase depuis longtemps avec ton combat sur la laicité et ton radicalisme que nos camarades du PCF qui j'espère continuerons la lutte du front de gauche seul levier politique pour espérer un changement à gauche.
    Je suis admiratif de ta combativité face aux journaleux complices de le niaiserie des débats et des primaires PS UMP dont on ne pourrait se débarrasser.Concernant Cuba, sujet par lequel on t'attaque systématiquement je pense qu'il serait de bon ton de mettre dans la figure des journalistes un petit condensé de l'histoire révolutionnaire cubaine passée et actuelle que la majorité des français même de gauche ignore.
    Parle leur par exemple du fait que Nelson Mandela a effectué son premier voyage hors d'afrique après sa libération à Cuba pour remercier Fidel et le peuple cubain pour leur engagement et sacrifice (plusieurs milliers de combattants tués en angola et namibie) pour la lutte contre l'apartheid.
    Parle leur aussi des profs et médecins cubains qui participent à des missions internationalistes dans le monde entier pendant que nous on achète des cd des enfoirés....
    Parle leur de l'aura qu'a Cuba dans tout le tires monde !
    Et pour finir parle leur de la fierté du peuple cubain que j'ai la chance de connaitre un peu et qui même sous un embargo criminel a un taux de mortalité infantile inférieur à celui des états unis. Cuba qui forme gratuitement des milliers de médecins du monde entier et a un taux de diplomés a faire rougir nos chères démocraties occidentales.
    Un pays qui éduque,nourrit et soigne son peuples n'est pas une dictature.
    Cuba a son histoire, sa culture, sa souveraineté chèrement gagnée,son fonctionnement politique propre et nous devons respecter ceci et les défendre.
    Ce n'est peut etre pas la société idéale mais qui sommes nous, nous puissance impérialiste pour donner des leçons !
    On peut...

  24. 124
    lilou dit:

    @yan 112
    Cher yan
    Aphatie, voix de la Sarkozye et de UMP sur les ondes, n'est pas méditerranéen mais basque. Nous avons Gaudin et sa clique de réacs sur les Bouches du Rhône et c'est largement suffisant. Cette enflure combat les dockers et a soutenu le patron Irlandais de Ryanair qui croyait faire sa loi sur l'aéroport de Provence.
    A Marseille on dit : Qu'ils se cassent tous.
    lilou, Marseillais, coco de père en fils, soutien indéfectible de JL Mélenchon.

  25. 125
    clop dit:

    "...Et parce qu’il faut enrayer la montée des concurrents socialistes. Ça passe ou ça casse ! Pourtant, la seule lecture attentive devrait faire réfléchir".(Jean-Luc Mélenchon)
    Ce qui ferait réfléchir les socialistes sur le choix de leur candidat à la candidature me paraît évidente : ce sont les résultats des cantonales : que le parti de gauche ou le Front de gauche fassent un carton, que les résultats soient au-delà de toutes les espérances, cela vaut tous les sondages... mais apparemment ce test électoral est très sous-estimé. Emploi et pouvoir d'achat, service public en perdition (éducation, santé, logement et l'après Jospin : transport, poste, EDF...) devraient être les thèmes prioritaires ponctuant une campagne musclée, car ils touchent notre quotidien, où et quand sont ils clairement abordés ?

  26. 126
    Télépiplettophobe dit:

    Que le webmestre m'excuse si j'ai du éclater ma réponse en deux, mais je ne sais pas comment répondre en faisant plus court. C'est la seule et unique fois. Promis. Ensuite ok, je sors. :)

    @ Descartes [1/2]

    Tu dis: "Au départ", on vivait sans rien: une petite caverne, un feu [...] s'en sont passés pendant des générations."

    1) Je ne m'attendais pas de ta part à des commentaires aussi dépourvus de profondeur, dignes d'M6 lorsqu'ils font un "reportage" sur la "décroissance". Si tu n'as jamais vu de quoi je parle, je te le schématise.
    D'abord, tu prends un ou deux excentriques, bien extravertis, si possible vêtus en rose fluo ou pantalon panthère. Tu les choisis parmi les ultras-puristes. Important: il faut qu'ils soient entourés, dans une hutte, d'une véritable basse-cour avec chiens, poules, lapins, etc.
    Ils ne représentent qu'1% des objecteurs de croissance? Pas grave, au contraire! La représentativité ne doit pas être pas un critère dont on s'embarrasse à la TV-qui-ment.

    Bon. Ces 1% ne manqueront pas d'aller faire leur besoin au fond de leur cour ou jardin. Obtenir de leur part, l'aveu qu'ils ne jettent rien et que tout ça ferait un excellent compost n'est qu'une formalité. Ah, et puis tu n'oublies pas d'agrémenter tout ça d'une petite musiquette bien ridicule!
    Et voilà c'est fait. L'écologie politique vient d'être assassinée. Comme toi, des millions de gens pensent que les objecteurs de croissance sont des doux dingues totalement irréalistes. En bonus: c'est sensationnel, ça flatte l'ego des voyeurs et ça coûte rien à produire! Que voilà de gras euros facilement gagnés!

    2) Personne n'a envie d'être "décroissant" en quoi que ce soit. Surtout aujourd'hui. N'est-ce pas? Les objecteurs de croissance sont, entre autres, pour la croissance de l'humain et la décroissance de la folie technoscientiste[*] qui s'est emparée du monde. C'est "légèrement" péjoratif comme terme. Laisse donc ça à Aphatie et ses amis...

  27. 127
    Meligh dit:

    @Télépiplettophobe
    La suite de ton message m'intéresse : voila qui te permettra de poster la suite sans flooder (que le webmestre me pardonne).

  28. 128
    Aubert Dulac dit:

    Ce qui me frappe c'est la difficulté à penser deux choses en même temps. Nous sommes marqués par la pensée unique. D'où dialogues de sourds à propos d'une autre « croissance »...

  29. 129
    dud87 dit:

    bonjour à vous,
    Je me demande parfois sur quelle planète la majorité d'entre vous habite. Vous avez le même langage que Martine Billard qui, lors d'un meeting à Limoges à propos des retraites, nous déclarait que: "qu'on nous volait du temps de loisirs en repoussant l'âge de la retraite" Plusieurs d'entre nous lui ont répondu qu'il y avait encore de nombreux ouvriers/es qui "travaillaient à la chaine" et que les loisirs seraient rares vu leur état de santé et leur moyen financier! Vous parlez vraiment pour votre catégorie...les classes moyennes, ceux qui ont profités des 30 glorieuses comme le disait un bloggeur en oubliant que les conditions de travail et les salaires étaient excécrables dans les entreprises pour ceux du bas de l'échelle.

    Alors, les millions de chômeurs/es, les millions en dessous le minimum vital (même DSK en parle!) on s'en occupe!

  30. 130
    Télépiplettophobe dit:

    Merci Meligh. J'avais préparé ça ce matin de bonne heure et je manquais de temps pour retoucher le début tout de suite, d'où le manque de clarté. En fait tu as:

    #126 partie [1/2] et #117 partie [2/2].

    Et puis, je viens de voir entre temps la réponse #120 de Descartes... Donc j'apprends comme beaucoup d'entre nous que Michel-Edouard Leclerc, pour ne citer que lui, organise chaque jour des référendums dans ses surfaces de vente. Comme si les français avaient réellement le choix... Pfff. Est-il nécessaire de répondre à ça?

    Devant son refus d'être sérieux, j'arrête là. Comme promis précédemment d'ailleurs.

    @+ Partisans.

  31. 131
    clop dit:

    126
    Télépiplettophobe
    La décroissance n'est pas un concept ridicule, ni écolo-bobo, ni confiné à une ultra minorité, c'est simplement une prise de conscience personnelle, comme l'écologie d'ailleurs, c'est en cela que continuer à faire vivre un parti "écologie", vert et autre, c'est disperser des voix, des opinions. Aujourd'hui, chaque grand parti politique qui a un projet ne peut pas faire autrement que d'inscrire un volet environnemental dans son programme. Les écologistes ont fait leur boulot, car ils ont éveillé cette conscience. Ma décroissance à moi, c'est limiter les déplacements en voiture, on allait prendre le café tous les jours pour entendre les brèves ici et là, on n'y va moins, on baisse de deux degrés le chauffage dans la maison, je fais de la soupe avec les restes du repas, nous n'avons pas de téléphone portable, je recycle l'eau de vaisselle pour laver parterre, je fais moins de machines à laver. Tout devient plus simple, aussi, quand les enfants ne sont plus là. Et naturellement on s'offre quelques bons petits plaisirs quand on peut. Nous sommes de cette classe moyenne qui trinque, mais on ne se plaint pas, car il y a vraiment pire, le chômage, la maladie, les familles avec enfants qui sont omnivores dans cette société de consommation où il suffit de pousser le chariot sans se poser de questions, sinon sur un portable pour demander : je suis devant les nouilles, je prends quoi ?

  32. 132
    Cronos dit:

    @ Descartes 95

    @Lyendith (#95)
    Ce «merveilleux système» a débouché sur Mai 68, c'est donc qu'il n'était pas si merveilleux que ça… c'est vrai qu'à l'époque il y avait du travail pour tout le monde (enfin pour tous les hommes), une protection sociale décente, etc… alors pourquoi est-ce que ça a pété aussi violemment ? Parce que le travail était devenu une fin en soi :

    Certainement pas. Le système des "trente glorieuses" était entré en crise avant les évènements de mai 68. Il suffit de regarder les courbes de la croissance ou celles de la productivité pour voir que l'inflexion avait déjà eu lieu.

    Bravo les matheux, si on suit votre raisonnement, les 30 glorieuses ont commencées pour Lyendith en 1938, et pour Descartes certainement sous le front populaire, donc la guerre a participer à redresser les dégâts faits durant le front populaire de Léon Blum, c'est merveilleux comme on réécrit l'histoire, méfiez vous on risque de vous traiter de révisionnistes.

    Mais alors, comment expliquer qu'il n'y ait aucun "mai 68" en vue ?

    Parce qu'il est prévu de faire un "juin 2012" gros malin, faut se renseigner un peu et sortir de son trou, saviez vous qu'il à un machin ou un truc qui s'appelle Front de Gauche qui est à l'œuvre actuellement !…

  33. 133
    alain44 dit:

    Il faut avoir en tête que le pétrole va devenir rare et cher très bientôt et que tout ce que nous produisons et achetons est à base de pétrole. Aussi c'est l'emploi qui va devenir rare et, inévitablement la décroissance nous l'aurons.
    Alors nous avons le devoir d'organiser politiquement cette décroissance, sans cela se sera la loi de la jungle.
    Les oligarches dont DSK fait partie veulent organiser la décroissance à leur manière, un cheval une alouette, en nous réduisant à la pauvreté par des mesures de réduction des ressources de plus en plus fortes imposées aux peuples. DSK est un homme du passé d'aucune utilité pour des citoyens qui se réclament de gauche. Une bonne gouvernance passe aujourd'hui par une réforme politique et donc une constituante pour organiser un véritable débat au parlement.

  34. 134
    chipotin dit:

    Je poste pour la première fois sur votre blog pour vous dire que c'est toujours un plaisir de vous lire et, qu'après un petit moment d'adaptation, on y retrouve une pensée dynamique, une fois qu'on s'est débarrassé du fatras de mots-valise engendrée par la presse aux ordres.
    Votant d'habitude pour des idées plutôt que pour des partis (pris?), je vous remercie de tenir un cap qui se révélera, j'en suis sûr, payant à moyen terme.
    Juste une petite proposition: je pense qu'il serait bien efficace d'opposer l'action et la réaction qu'on vous demande toujours d'avoir (un comble pour un non réactionnaire!). Du style: "vous me demandez une réaction, je vous parlerai d'action, en commençant par celle de ceux qui ont été au pouvoir depuis une dizaine d'année maintenant."
    Je sais que vous tentez de faire cela mais, très souvent, vous tombez tout de même dans l'ornière proposée de la réaction "à chaud".
    "Proposez-moi des questions pertinentes, je vous donnerai des réponses pertinentes".

  35. 135
    Descartes dit:

    @Télépiplettophobe (#130)

    Donc j'apprends comme beaucoup d'entre nous que Michel-Edouard Leclerc, pour ne citer que lui, organise chaque jour des référendums dans ses surfaces de vente. Comme si les français avaient réellement le choix...

    Bien sur qu'ils ont le choix. Ils ont le choix entre acheter et ne pas acheter. Que je sache, personne ne leur cours derrière avec une mitraillette pour les obliger à acheter des écrans plats et autres produits que tu considères "inutiles". La "vie simple", c'est à la portée de tous, puisqu'on nous affirme que c'est moins cher que la "consommation". Tu peux toujours te dire que tu sais ce qui est le mieux pour les gens, mais le moins qu'on peut dire c'est que les gens n'ont pas l'air d'être d'accord avec toi. Et croire qu'un référendum donnerait un résultat différent, c'est se fourrer le doigt dans l'œil.

    @clop (#131):

    La décroissance n'est pas un concept ridicule, ni écolo-bobo, ni confiné à une ultra minorité,

    Si tu le dis... mais si tu crois que c'est un concept partagé par les majorités, tu vas au devant de cruelles désillusions.

  36. 136
    argeles39 dit:

    @ Alain (#44)
    Il faut avoir en tête que le pétrole va devenir rare et cher très bientôt et que tout ce que nous produisons et achetons est à base de pétrole. Aussi c'est l'emploi qui va devenir rare et, inévitablement la décroissance nous l'aurons.

    Le pétrole rare est cher c'est certain à plus ou moins longue échéance, l'inconnue c'est le terme. On découvre encore des gisements de pétrole "conventionnel" (pétrole liquide facile à extraire) car tout le sous sol de la planète n’a pas encore été exploré. Par ailleurs, le potentiel de pétrole "non conventionnel" (pétrole mélangé à du sable ou des roches) est énorme et les techniques d'exploitation sont de plus en plus performantes (en coût et en impact sur l'environnement). Bref, pas facile de déterminer l'horizon du pétrole rare et cher.
    La fin du pétrole ne signifiera pas forcement la raréfaction de l'emploi, on peut même penser le contraire.
    En effet, un litre de pétrole représente environ une énergie de 11 kWh, soit l'équivalent de 55 personnes qui développent chacun une puissance de 200 W pendant une heure (ceux qui ont déjà fait une electrocardiogramme d'éffort aprécieront la puissance de 200 W pendant une heure).
    Par contre si nous ne trouvons pas des énergies de substitution, la fin du pétrole engendrera forcément la décroissance et une vie moins confortable pour l'immense majorité de l'humanité.

  37. 137
    clop dit:

    134
    Descartes
    Pour le téléphone, portable, nous faisons partie de la minorité, et tant mieux. Pour la décroissance, nous sommes de plus en plus nombreux à réfléchir sur ce sujet, à cause du pouvoir d'achat. Il suffit de voir sur la RN145, la célèbre transeuropatlantique, 8000 camions par jour, le nombre de voitures qui stationnent dès 6 heures du matin et le nombre d'automobilistes qui pratiquent du co-voiturage. Mais la décroissance, démarche personnelle, est un luxe, celui de pouvoir encore faire des choix. Je suis d'accord avec 133alain44, "Alors nous avons le devoir d'organiser politiquement cette décroissance, sans cela se sera la loi de la jungle" le pétrole va s'épuiser, il est déjà cher, les révolutions dans le bassin méditerranéen ont fait monter les cours, cela nous promet une véritable révolution personnelle et ce sont les plus petits, les plus faibles, les plus sots aussi qui vont en pâtir.

  38. 138
    vicmarnin dit:

    Quid de la Lybie,
    A l'heure où les portugais rapatriaient déjà les leurs cette nuit, la France décide enfin d'envoyer des avions pour rapatrier nos compatriotes. Qu'est-ce que c'est que ces décideurs qui hésitent à décider !
    On nous annonce déjà l'augmentation du gaz, de l'essence, sans parler de l'augmentation des prix à la consommation !
    La révolution ne nous touchera-t-elle pas? Nos oligarques se croient tous à l'abri de tels soulèvements, pourtant les dominos chutent les uns après les autres et les ménages à faible revenus sont déjà pris à la gorge par les banksters ! Je dis attention ! Je suis un ch'ti et chez nous on dit : " quand in a pu rin dins'nassiette, in a pu rin à perte". traduction: "quand on a plus rien à manger,on a plus rien à perdre!"
    Sur un plan géopolitique, une chose très suspecte est entrain de se produire, l'Iran fait passer deux navires en Méditérannée, chose qu'on n'a pas vu depuis 30 ans. Il faut rester vigilant et prendre des positions claires,agir s'il le faut. Mais encore une fois rien n'est dit ou entrepris à ce sujet.

  39. 139
    ecocolo dit:

    Mama mia.
    Article intéressant mais craignos. J'espère que ce cas de figure reste une exception. En tout cas il parle de Mélenchon.

    [Edit Webmestre : On l'a déjà dit et redit. Pas de liens poubelles sur ce blog. Merci !]

  40. 140
    Jéjé dit:

    @ vicmarnin (138)

    Il faut rester vigilant et prendre des positions claires, agir s'il le faut.Mais encore une fois rien n'est dit ou entrepris à ce sujet.

    Comme je le répète ici depuis que je connais ce blog, les dirigeants actuels ne font rien car il n'y a rien à faire. Non qu'on ne pourrait pas "décider" quelque chose. Par exemple, Israel pourrait penser à lancer une attaque sur ces deux navires. Ou au contraire, contacter Ahmanidejad par téléphone pour essayer de renouer des relations diplomatiques. Mais au final, aucune de ces décisions ne résoudra le problème. Car comme pour l'économie ou la politique, on peut "changer" les choses dans le "périmètre des possibles", mais le problème aujourd'hui est justement que ce périmètre des possibles est rétréci à un niveau dramatique.

    C'est écrit en rouge partout dans l'attitude des gouvernements face aux révoltes du monde arabe: plus personne ne sait quoi proposer pour résoudre le problème. C'est écrit partout dans les politiques de relance économique ou d'austérité. On propose, on avance des idées, on les applique et surprise! RIEN ne fonctionne. Même Roosevelt avec son New Deal et la redistribution des richesses n'est jamais parvenu à faire passer le chomage en dessous des 15%. L'impuissance s'écrit dans ce blog même, où des gens osent défendre l'idée que pour résoudre la crise économique... il faut décroître!
    Enfin, c'était écrit partout à l'arrivée d'Hitler au pouvoir en 1933: chomage de masse, pas de consommation, déflation, dettes, misère, marasme politique etc. On désespérait de trouver LA bonne idée, sans tomber dans l'extrémisme, et pourtant en 12 ans personne n'avait réussi. Aussi fort qu'il y croyait, Hitler n'a pas trouvé davantage de solutions, puisqu'il n'y en avait pas... De ce point de vue, la situation de l'Allemagne d'alors est la situation du monde d'aujourd'hui.

  41. 141
    Cronos dit:

    @ Argeles 135

    … la fin du pétrole engendrera forcément la décroissance et une vie moins confortable pour l'immense majorité de l'humanité.

    Voilà bien un discours de nantis.

    D'une part l'immense majorité de l'humanité (5 milliard de personnes) n'a pas ou peu accès au pétrole, et n'a d'autre part pas la vie aussi confortable que puisse être la vôtre, même si vous êtes chômeur en France, allez donc demander aux nigérians qui vivent dans le golf du Niger ce qu'ils en pensent, profitez en pour leur demander aussi combien leur voiture consomme 8,10,12 ou 15 litres comme les Dodge ou Plymouth de nos amis nord-américains qui ont déclenché deux guerres immondes (Irak et Afghanistan) pour garder leur suprématie sur le dit pétrole, il me reste en travers de la gorge nos 52 concitoyens (militaires certes, mais morts quand même) pour permettre aux pétroliers américains de protéger la construction du pipe line qui lui est une réalité, car Ben Laden et les Talibans ne sont que pretexte, les américains se contre fichent des afghans.

    Ne vouliez vous pas dire, plutôt, que nous consommateurs et consommatrices d'occident (1 milliard) allions subir la raréfaction du pétrole et donc avoir une vie moins confortable.

    Je pense que vous n'ignorez pas que l'immense majorité de l'humanité n'est pas surconsommatrice comme l'est la minorité possédante (300/400 millions de personnes), pas plus qu'elle ne peut envisager la décroissance, car il lui aurait fallut d'abord passer par la croissance, chose qu'il lui reste à faire, bien évidemment à notre détriment, je pense sincèrement que le milliard d'occidentaux peut perdre un peu de graisse à leur avantage ; là maintenant nous pouvons aborder sereinement le problème de la décroissance occidentale, de la raréfaction du pétrole, et sortir des discours soporifiques sur les référendums des supermarché Leclerc ou des sectes d'illuminés, dixit Descartes.

  42. 142
    Meligh dit:

    Tout cette discussion me fait penser à une petite phrase de Jean Rostand :

    "La science a fait de nous des dieux, avant même que nous méritions d'être des hommes."

    Discutons des choses qui pourront faire de nous des hommes aux yeux de tous avant de discutailler de notre pseudo-divinité !

  43. 143
    jean ai marre dit:

    @ Jean -Luc Mélenchon, interroge sur le " multiculturalisme "
    Ceux qu’il assume depuis le discours de Latran, le rapport Machelon et les innombrables interviews et discours sur le sujet : la remise en cause de la loi de 1905. En apparence il s’agira des musulmans, en réalité il s’agira de la place du religieux dans l’ordre politique et de la fin de la séparation des églises et de l’Etat. J’y reviendrai,

    En toute objectivité, il faut admettre que les adeptes de la religion islamique sont français. Ils sont nés en France et sont les enfants de notre République, au même titre que les catholiques, les protestants et les juifs. Focaliser sur les musulmans c'est un moyen de pouvoir se donner la possibilité de remettre en cause la loi de 1905., sur la séparation de l'église et de l'Etat.
    L'Etat se permet- il de s'insérer dans les affaires du Vatican pour la nomination des évêques ? Faut il faire de même avec les Imans ?
    Et que dire de la communauté juive qui a réussi à tisser un réseau dans l'hexagone à tel point que l'on trouve à la tête des hiérarchies un juif ?
    Lorsqu'on demande aux Français quelles sont leurs préoccupations, les réponses sont : le chômage, le pouvoir d'achat, la santé, la régulation du flot migratoire. La question de l'Islam ne vient pas spontanément, c'est en grattant que nous parlons des religions.
    Dans notre République il y a la séparation des Eglises et de l'Etat, au travers du débat proposé sur le multiculturalisme il va falloir être vigilant...

  44. 144
    argeles39 dit:

    @ Cronos (#141)
    Voilà bien un discours de nantis. D'une part l'immense majorité de l'humanité (5 milliard de personnes) n'a pas ou peu accès au pétrole, et n'a d'autre part pas la vie aussi confortable que puisse être la vôtre,

    Certes, on est toujours le nanti de quelqu'un, mais à quoi bon utiliser ce ton dans le débat, c'est stérile et inutile.
    Mon propos n'était pas de mettre sur le même plan les niveaux de vie des pays riches et des pays sous-développés, ni de mettre tous les peuples à égalité de responsabilités dans l'appropriation des richesses naturelles, ce serait absurde; mais je peux comprendre votre réaction si c'est ce que vous avez compris de mon intervention (j'avoue que le terme « confort » était inapproprié).
    Dans les pays du tiers monde les activités liées à la survie sont aussi dépendantes du pétrole, même si cette dépendance n'a rien à voir avec celle des pays développés, la fin du pétrole sans énergie de substitution entrainera forcément un surplus de difficultés pour ces peuples.
    Le Niger consomme 10000 barils de pétrole par jour, la fin du pétrole serait aussi une difficulté pour le peuple Nigérien ; le niveau de vie au Niger n’est en rien comparable au notre, mais il reculera aussi si il n’y a pas d’énergies de substitution lorsque ce sera la fin du pétrole.

  45. 145
    Michel Pernes dit:

    Une brève spécialement à l'attention de M. Aphatie (bon débarras!) : écouter le jeu des mille euros sur Inter ce jour juste au début. La candidate parle de Cuba. Une dictature où le peuple est chaleureux, accueillant, joyeux et où l'on écoute de la musique à tous les coins de rue. Il faudra inviter Canal+ à contacter M. Alain Rey pour savoir s'il n'y a pas d'autres définitions pour dictature...

  46. 146
    Cronos dit:

    @ jéjé 140

    Décidément vous signez et persistez dans le nauséabond et le défaitisme, après l'apocalypse, nous voilà en 1933 avec Hitler aux manettes, ce que vous insinuez est ni plus ni moins qu'il nous faudrait une bonne guerre, vous êtes c.. ou quoi ? Peut-être vaudrait-il mieux que vous arrêtiez de fumer la moquette, non !…

    Bon revenons à des considérations plus réalistes et plus harmonieuses concernant notre problématique, qui est, dois-je vous le rappeler, de positionner le Front de Gauche gagnant au premier tour des élections de 2012, pour remporter la victoire, et rien d'autre !… Ce n'est pas en tenant des discours tel que vous nous les tenez que nous risquons d'avancer ; vous qui êtes ou avez été dans la finance, trader si j'ai bien lu vos précédents libelles, vous pourriez apportez ici des connaissances qui ne courts pas le blog de Jean-Luc Mélenchon, nous nous en serions rendu compte, et ayant ainsi éclairé nos lanternes sur les dessous des cartes que manipulent les "banksters", nous pourrions grâce à vous fourbir des armes capables de résoudre bon nombre des problèmes qui semblent vous encombrer, comme dirait une vielle camarade de parti cela serait "gagnant-gagnant".

    En espérant avoir calmé votre désarroi, car nous le sentons bien, vous êtes dans des doutes terribles, nous souhaitons mes camarades et moi même vous lire heureux de donner, et, rempli d'espoirs pour le FdeG

  47. 147
    marc dit:

    @michel matain 101

    Que le NPA veuille présenter son candidat coute que coute C'est son droit.
    Mais alors qu'il l'assume politiquement. Il n'y a pas de Honte.
    Pourquoi cherchent-ils à faire croire qu'ils sont pour l'union avec une motion (qui n'a finalement pas été votée) pour une candidature unitaire anticapitaliste issue du Mouvement social" ?
    Ils n'ont qu'a dire "Nous présenterons notre candidat", Point final.
    Ce qui est suspect c'est cette façon de ne pas dire ouvertement qu'ils refusent toute candidature unitaire avec le FdG.
    C'est incontestablement le signe d'une certaine duplicité.
    J'ai été membre du NPA, nous avons parlé d'union tout au long du processus de construction du NPA, nous avions souligné à juste titre qu'un mouvement populaire serait nécessaire pour une bonne union.
    Résultat en mars 2009, alors qu"il y avait une forte mobilisation sociale depuis plusieurs semaines, refus d'union pour les européennes.
    A ce moment j'ai compris ce que tu expliques aujourd'hui, je m'étais fait berné ou j'avais pris mes propres souhaits pour une vérité politique.
    J'ai alors quitté le NPA.
    Et au fur et à mesure des refus successifs d'union, les yeux s'ouvrent et l'hémorragie se poursuit.
    Jusqu'à quant ? quel gachis !

  48. 148
    la concierge dit:

    CORREZE - Cantonales. Soixante-et-onze postulants déclarés, aucun du FN
    Peu de surprises dans la liste finale des candidats au premier tour des Cantonales. Hormis la totale absence de l'extrême droite..../...
    http://www.lamontagne.fr/editions_locales/tulle/correze_cantonales_soixante_et_onze_postulants_declares_aucun_du_fn@CARGNjFdJSsBEhMGBx4-.html
    un dommage collatéral du débat MLP - Jean Luc Mélenchon ?

  49. 149
    redline69 dit:

    Bonsoir
    En effet le NPA, ainsi que certains communiste hostile au FdG doivent assumer les choix qu'ils viennent de faire.
    En effet on peut rejeter un rassemblement comme le FdG sans après assumer ce choix qui laissera des traces à ceux qui viennent de le faire.
    Qu'on ne veuille pas du FdG pourquoi pas ! mais comme André Gerin que le FdG n'est pas crédible me laisse interrogateur.
    Comment être dans un parti qui est au front de gauche et après rejeter ce FdG?
    La force centrale du front de gauche repose sur deux événements majeurs. le premier est le non au TCE, le deuxième est le premier bon score du FdG lors des dernières élections.
    Nos atouts sur les mois qui viennent est d'avoir été très solidaire du mouvement des retraites et notamment en soutenant du début jusqu'a la fin provisoire les syndicats.
    Le PS qui pense tirer les marrons du feu de la mésentente entre le NPA et le FdG en seront pour leur frais car une chose est sûr ! on les oubliera pas dans leur basses manoeuvres.
    Rappelons que sur la base des sondages le FdG et le NPA représentent environ 13%. et ses 13% ne peut être pas près d'aller à DSK.
    Alors qu'après DSK soit élu par des gens de droite clarifira définitivement son statut de successeur désigné par les médias et Sarkozy.
    Une sorte de Sarkozy bis (du canada dry)
    Mon vote ne cautionnera jamais çà.
    Par contre le premier tour sera important pour chiffrer hors des médias (genre le faiseur de météo politique d'Aphatie) et savoir où nous en sommes arriver de notre combat et de notre soutien au FdG.
    On jugera au soir de l'élection et je doute pas d'être au plus haut à la surprise des médias.
    La gauche c'est le FdG ! le PS n'est qu'une conciergerie de l'UMP.

    cordialement

  50. 150
    Cronos dit:

    @ Argeles39 - 144

    Le Niger consomme 10000 barils de pétrole par jour, la fin du pétrole serait aussi une difficulté pour le peuple Nigérien…

    Consommation des USA 22.000.000 baril/jour, population 309 000 000 soit 0,071 baril/personne/jour
    Consommation de l'Europe 17.500.000 baril/jour, population 438 000 000 soit 0,039 baril/personne/jour
    Consommation de l'Afrique 3.100.000 baril/jour, population 1 000 000 000 soit 0,0031 baril/personne/jour
    Consommation de la France 2.300.000 baril/jour, population 64 700 000 soit 0,035 baril/personne/jour
    Consommation du Niger 10.000 baril/jour, population 15 300 000 soit 0,00065 baril/personne/jour

    maintenant comparons et regardons qui est le plus dans la m....e, et qui doit songer à décroître et rapidement à mon avis. L'américain du nord consomme 109 fois plus que le nigérien, le français 54 fois plus, étant donné qu'il y a un paquet de 4x4 aux USA, tu comprends peut-être mieux pourquoi il font la guerre en Irak et en Afghanistan.

    Admettons que 20% des nigériens aient quelques difficultés, n'oublions pas qu'ils sont producteurs et que pour l'instant il payent le pétrole 13 fois moins cher que nous, alors eux ils peuvent relativiser, pas vraiment nous !…

Pages : « 1 2 [3] 4 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive