03déc 10

Le directeur du FMI se prononce pour une Europe autoritaire en matière de budget des nations.

Strauss-Kahn et l’arnaque socialiste

Ce billet a été lu 31 049 fois.

D ans cette note il est question de Dominique Strauss-Kahn pour l’essentiel. Et de l’arnaque socialiste d’une façon générale. Car c'est le moment où ses dirigeants et adhérents illustres, du genre Bernard Henri Levy, sur Canal plus, m’agonissent d’injures pour me comparer à Le Pen. Il me parait d'autant plus important de montrer ce qui serait un vrai danger pour la démocratie. Lui, plutôt que moi. Manuel Valls s’alarme à mon propos. Que dit-il des trouvailles de son camarade? A Francfort, Strauss-Kahn a proposé un système autoritaire pour l’adoption des budgets nationaux. Et à l’assemblée nationale, ses camarades locaux approuvent la mise en place du contrôle préalable de la commission européenne sur le budget de notre pays. Cette dérive semble laisser les commentateurs éclairés absolument indifférents. Il est vrai que ça demande de lire et de comprendre de quoi il est question. Ce n’est pas aussi facile à commenter qu’une bonne partie de gifles dans les primaires, hein coco ?

« Hou !-Hou !-Mélenchon-a–encore-mal-parlé-pujadas-petite-cervelle-comme-Georges-Marchais-ne-craintez-vous-pas-de-idiot-utile-deuxième-tour-que-fera-vous-concrètement ?». Je vais vous répondre aussi clairement que possible.

D'abord autre chose. Nous venons de commencer nos réunions sur le programme partagé du front de gauche. Pour cette première soirée, admettons que ce n’était pas ce qui était espéré question fréquentation. Il faisait froid et c’était dissuasif ? C’est sûr. Je connais trois ou quatre co-voiturages de banlieue annulés pour cette raison. C’était un sujet rebattu que celui des retraites sur lequel nos parlementaires nationaux se sont largement exprimés avec leur proposition de loi ? C’est sûr, également. Mais pour moi, le principal problème est plus « grave » : nous sommes d’accord sur à peu près tout. Dès lors se disent des gens qui ont mille autres activités politiques et syndicales : «à quoi bon ?». C’est une erreur ? Certainement. Le débat n’est jamais clos. Mais il faut aussi entendre le message qui nous est adressé. Gagnons du temps en faisant des propositions communes au débat quitte à les amender après confrontation avec les acteurs de terrain. Et sachons bien que cette confrontation a souvent besoin d’une technicité et d’un souci de la précision  qui ne s’accordent pas toujours avec le format « grande réunion, grande salle », deux minutes de temps de parole pour les « questions et interventions ». L’expertise de nos camarades syndicalistes, le regard critique des intellectuels, tout cela s’organise avec beaucoup de soin du détail dans le travail d’élaboration. Bon on va s’y mettre et bien faire le bilan de cette première rencontre.  

Ce jour là, lundi 15 novembre, sur France Inter, Dominique Strauss-Kahn répétait en boucle son appartenance à la gauche. Soit. Il est membre du PS c’est sur. Puis il vantait le caractère social du FMI. J’ai dit par dérision qu’il aurait présenté le FMI comme une succursale de l’internationale socialiste. Il est vrai que l’internationale socialiste a pour président Papandréou le lâche.  DSK avait assuré crânement "les intérêts des banquiers n'ont jamais été mes intérêts, ce ne sont même pas les intérêts de l'institution que je dirige, le FMI". Gauchiste, va ! Quatre jours plus tard, vendredi 19 novembre,  à peine après être intervenu pour vanter les mérites du "nouveau FMI" tel qu’il le dirige, Dominique Strauss-Kahn était à Francfort. Il intervenait  devant le European Banking Congress. Cette institution est animée par deux grandes banques allemandes : Deutsche Bank et CommerzBank. Elle regroupe les plus grandes banques européennes. Ce cénacle leur permet d'échanger avec les dirigeants politiques et économiques et de relayer les intérêts des banquiers lors de grandes réunions. Devant les banquiers, DSK a prononcé, en anglais of course, un discours sur l'Europe : "Europe's growth challenges" c’est à dire  « Les défis de la croissance européenne ».  Le Contenu est consternant. Il y appelle à une réforme libérale du marché du travail et à enterrer la souveraineté des peuples sur le budget des Etats. Mais cette intervention n’a été relatée que par quatre journaux français : Le Figaro samedi 20 novembre et Les Echos, La Tribune et La Croix, lundi 22 novembre. Les autres organes centraux du pavlovisme Strauss-Kaniens ont pieusement détourné les yeux. Et pourtant ça valait le coup d’œil.

Pour DSK, c’est la réduction du temps de travail qui est la cause du chômage. « L'Europe a aujourd'hui un sérieux problème de croissance », déclare-t-il. C’est sûr ! Peut-être les politiques démentes de contraction de la demande imaginée par ce petit génie ?  Non ! Lisez. « Le niveau de vie de l’Europe a cessé de s’améliorer pour une raison clé : les citoyens ne sont pas à leur potentiel. Cela reflète un choix social conscient de travailler moins. Il n’y a rien de problématique là-dedans ; après tout le bonheur ne vient pas seulement du revenu. Mais il y a un côté sombre. Le chômage en Europe est chroniquement élevé et le taux d’activité est bas de manière persistante.» Mis à part le côté ridicule de la tautologie finale, le diagnostic demeure.  « un choix social conscient de travailler moins ». Fainéants ! Le tout dit avec le ton badin qui autorise de fausses bienveillances : « rien de problématique ». Après quoi vient le sérieux. Le remède est dans le style des cruautés dont le FMI est coutumier. La solution, un marché unique du travail harmonisé sur le modèle du marché unique des biens et services. « Pour impulser la réforme du marché du travail, il serait bénéfique de lancer au niveau européen une initiative pour un « marché du travail unique », sur le modèle du « marché unique » qui a harmonisé les marchés des biens. La zone euro ne peut pas atteindre son véritable potentiel avec un patchwork ahurissant de marchés du travail segmentés.» Ah ! Peut-être avec un Smic européen ? Ou bien avec des Smic régionaux, comme l’a voté à de nombreuses reprises  le PS du temps que Strauss Kahn siégeait dans ses instances ? Non. Rien. La main invisible de la concurrence libre et non faussée. Point barre. Alors que le marché unique des biens s’est traduit par un dumping général des conditions de production, DSK propose d’emprunter le même modèle régressif pour le marché du travail.

Mais ce n’est encore rien à côté de ses « propositions » à propos des budgets nationaux. Sur ce sujet, DSK enterre sans hésitation la souveraineté budgétaire des peuples. Pour mettre en œuvre le "programme de réforme" qu’il estime nécessaire et qui ferait de tous les peuples des Grecs et des Irlandais, DSK imagine de dessaisir complètement les Etats de leur politique budgétaire. Il imagine de renforcer encore les pouvoirs de la Commission européenne. Il ne dit pas un mot du problème démocratique que cela poserait. Ignore-t-il donc la dimension autoritaire d'un tel modèle politique ? Pour aller dans ce sens, il présente l'expérience du "marché unique" et de l'"Union monétaire" comme des modèles : "Quand l'agenda est conduit par le centre, les choses avancent. Voyez le programme du marché unique ou l'union monétaire. Mais quand l'agenda est laissé aux nations, les choses n'avancent pas. Voyez les réformes du marché du travail et des services, en particulier via l'agenda de Lisbonne." Et il en conclut : "Le centre doit prendre l'initiative dans tous les domaines clés pour assumer l'avenir commun de l'union, en particulier en matière de politique financière, économique et sociale. Les Etats doivent être prêts à céder plus d'autorité au centre. » Le centre ! Quel mot pour décrire le pouvoir de la Commission ! C’est la même réification du pouvoir la même désincarnation que « l’organisation » des pol-potiens ! Une entité sans nom et sans visage qui déciderait ce qui est bien. « Les mécanismes doivent être redéfinis pour leur donner des motivations pour la réforme. Beaucoup d'enjeux tournent autour des budgets. »

Et pour qu’il n’y ait aucun doute sur le caractère autoritaire de la conception Strauss-Kahnienne du pouvoir, voici la phrase exacte de sa proposition : « La solution la plus ambitieuse serait de créer une autorité budgétaire centralisée, dotée d'une indépendance politique comparable à celle de la BCE. Cette autorité établirait le cadre budgétaire de chaque Etat et allouerait les ressources depuis un budget central pour atteindre au mieux la double cible de la stabilité et de la croissance." Je vous invite à lire plusieurs fois la phrase pour bien la comprendre et l’assimiler. Cet homme propose tranquillement qu’un centre « indépendant » comme la BCE, hors de tout contrôle politique décide « centralement » de la répartition des sommes dans les budgets nationaux. C’est cela sa proposition. Et après quoi son ami Huchon dit que je suis « pire que Le Pen » et son ami Valls dit que je suis « un danger pour la démocratie ». Et la meute de charognards qui passe son temps à m’insulter en abusant de leur monopole professionnel sur les médias parce que j’ai mal parlé d’un membre de la classe sainte des vaches sacrées parmi les médiacrates n’a rien à dire d’une trouvaille pareille. Les « grands » journalistes qui « explorent l’actualité », « révèlent », commentent, s’indignent à qui mieux mieux dès qu’un vénézuélien reçoit  une amende pour avoir appelé au meurtre du chef de l’état, ceux là n’ont rien à dire quand le favori des sondages propose de ramener son pays en dessous de ce qu’il vivait sous l’absolutisme monarchique. La même cohorte d’importants qui pérorent sur « l’Europe mal aimée » parce que  « mal expliquée » est également muette sur la construction du « grand marché transatlantique » quand bien même la réunion se tient le même jour et au même endroit que le sommet de l’Otan pourtant couvert par leurs rubricards. Tout ce petit monde est entré dans une nouvelle convulsion et transe de paresse utile : ne rien voir, ne rien dire, montrer un spectacle et le laisser vivre sa vie. 

Rassurons-nous. Strauss-Kahn lui-même ne  croit pas son rêve totalitaire à portée de main. Pour autant ce qu’il propose pour le court terme ne vaut guère mieux. Pour l’instant, faute de mieux, il appelle à renforcer les pouvoirs de la Commission. Dans le but assumé de rester « dans la même direction » autoritaire.  "Un tel bon dans l'intégration politique européenne semble improbable dans un futur proche, mais nous devrions explorer d'autres voies d'aller dans cette direction. Il y a au moins deux voies. » Accrochez vous. « L'une est d'enlever au Conseil la responsabilité principale du maintien de la discipline budgétaire et des réformes structurelles fondamentales. [...] Dans le contexte institutionnel existant, la Commission – en tant que gardienne des traités – pourrait jouer ce rôle. » Ce qui est déjà un déni monstrueux de démocratie puisque les gouvernements sont la seule instance représentative des peuples en Europe et que de toute façon Strauss-Kahn ne propose pas que ce soit le parlement européen (quelle horreur) qui reçoive ce pouvoir.  Et même la commission ce serait encore peut-être trop proche des gouvernements. C’est pourquoi il propose froidement : «Une institution séparée, indépendante, pourrait aussi fonctionner. » C'est-à-dire à peu près la même chose que cette « autorité indépendante » déjà mentionnée.  

J’entends déjà les grands esprits socialistes et notamment ses concurrents au grand prix des primaires, nous expliquer que tout ceci est bien loin d’eux et que pour leur part, ici, occupés à gratter la terre avec leurs ongles comme dit Emmanuelli, les bons socialistes du cru restent de parfait amis de la démocratie en matière de vote des budgets. Pendant que lui, ce cher Dominique, arriverait en voiture de golf, eux défendraient la plèbe comme de bons petits pégistes, sans l’étiquette. Ils mentent une fois de plus. Car que font-ils face à la décision européenne d’installer un système de contrôle « a priori » sur les budgets nationaux ? En parlent-ils seulement ? Non. Motus et bouche cousue. Ils soutiennent ! La preuve ils ont annoncé qu’ils voteraient tous mardi prochain contre la proposition de loi du PG et du PCF qui vise à maintenir la souveraineté complète du parlement français sur le contenu du budget. Pourtant celle-ci n’a rien d’une dénonciation nationaliste de l’Union européenne. Lisez ces extraits du rapport de Martine Billard sur cette proposition de loi présentée mardi 2 décembre dernier. Ils vont vous permettre de comprendre le détail de l’affaire en cause.

« Nous faisons face aujourd'hui à une absence complète de volonté politique des États membres sur les besoins d'une unification et d'une coordination en matière fiscale. Cela serait pourtant possible en renforçant les pouvoirs du Parlement européen, qui n'a aujourd'hui aucune des prérogatives budgétaires nécessaires. Or, ce qui nous est proposé n'a rien à voir et fait fi de toute coordination fiscale. La réforme en cours doit être étudiée avec la plus grande attention car elle nous semble relever d'une procédure en opposition avec les principes de souveraineté du peuple en matière budgétaire. La Commission européenne a formulé des propositions pour élargir la surveillance économique, accroître la discipline budgétaire et mettre en place un cadre renouvelé pour la gestion des crises. Sur sa proposition, le Conseil Ecofin du 7 septembre 2010 a d’ores et déjà modifié les lignes directrices encadrant les règles de préparation et de transmission des programmes de stabilité ou de convergence des États membres, pour instituer une procédure désignée par les termes de « semestre européen de coordination des politiques économiques ». Il s’agit, par le biais d’un calendrier modifié, d’assurer une intervention des institutions communautaires, avant même la transmission par les États de leurs programmes de stabilité ou de convergence. Le Conseil émettrait des recommandations horizontales, que les États devraient prendre en compte pour élaborer leurs programmes de stabilité ou de convergence ; puis le programme transmis ferait l’objet de recommandations à prendre en compte pour l’élaboration du budget national de l’année à venir. »

« Plus encore, le Conseil européen des 28 et 29 octobre 2010 a avalisé le fait que la législation communautaire doit être modifiée rapidement et que le président du Conseil doit engager des consultations sur une modification limitée du traité de Lisbonne afin d’établir un mécanisme permanent de gestion de crise. En la qualifiant de limitée, le Conseil européen veut ainsi éviter l'obligation d'examen et de ratification par chaque pays membre. » Vous avez bien lu. Le traité de Lisbonne, soi-disant intouchable en raison de la complexité des procédures prévues pour sa réforme, va être amendé, vite fait bien fait, pour permettre une nouvelle violation des droits démocratiques des peuples. Il faut que la cause le mérite, non ? C’est pourquoi les importants de « l’Europe qui nous protège » se prennent les pieds dans le tapis de leurs explications, comme le pointe le rapport de Martine Billard. «D'un côté le président du Conseil Herman Von Rompuy affirme qu'il s'agit « de la plus grande innovation » et de l'autre, qualifie le processus de modification de « limité ». Sans attendre cette modification prévue par la directive et qui suppose donc une transposition dans notre législation, ce contrôle a priori du budget s'exercera dès 2011. La crise financière que l'Europe a traversée sert ainsi de prétexte facile pour instaurer de manière subreptice un contrôle a priori sur l’élaboration des budgets nationaux. Aussi, la présente proposition de loi constitutionnelle a pour objet de réaffirmer, dans le titre de la Constitution consacré à l’Union européenne, le fait que les transferts de compétences consentis au profit de l’Union européenne ne doivent pas mettre en cause l’exercice de la souveraineté budgétaire par le Parlement français, principe constitutionnel dont l’origine remonte à la Révolution française. » Les socialistes ont annoncé qu’ils vont voter contre cette proposition de loi.

Dans ce contexte, la partie de bras de fer qui m’oppose aux dirigeants et journalistes socialistes prend une autre tournure. Ces gens ne cessent de m’interroger sur ce que nous ferons « au deuxième tour, si c’est Strauss-Kahn ». Le but est de me faire sortir du débat sur ce que dit, écrit et défend Strauss-Kahn. Exit le débat sur les programmes, vive la tactique. En décembre 2010 dire ce que l’on va faire en mai 2012. Sans savoir qui sera candidat, ni quel sera le programme. La ficelle est grosse ? Etrange pour des journalistes de tuer tout le débat de la présidentielle ? C’est sûr ! Mais elle fonctionne en boucle. Cet angle a de nombreux avantages. Le journaliste n’a pas besoin de lire les textes des uns et des autres, ni de vérifier ce qui est dit. Gain de temps, facilité à briller avec des questions à deux balles qui font de la reprise AFP facile. Ca, c’est le gain pour le taff. Politiquement, c’est du même tonneau. Il s’agit de faire passer le « vote utile ». Pour cela, quelle que soit ma réponse, il s’agit de stigmatiser quiconque refuse de se coucher. M’interroger sans relâche sur le sujet n’a pas d’intérêt pour ma réponse mais pour créer l’ambiance « vote utile, ça va de soi ». Je deviens alors dans leur mise en scène l’affreux diviseur. Et personne ne discute un seul instant le fait qu’avec le programme politique de Strauss-Kahn les socialistes ne peuvent pas gagner l’élection. Ce sont donc eux les principaux facteurs de défaite. C’est exactement ce que l’on voit depuis trois élections.  Raison pour laquelle ils veulent parler d’autre chose.

Tout ce pauvre calcul ne recule devant aucun moyen. Y compris une nouvelle grossière instrumentalisation de Le Pen. Par ceux-là même qui font semblant d’en craindre l’impact. Comme si le vote Le Pen n’avait rien à voir avec l’effet repoussoir de la politique social-libérale !  Ainsi m’interroge-t-on souvent sur le fait que je « prends le risque de faire passer le Pen au deuxième tour ». En prenant l’exemple de ce qui est advenu en 2002. Et ainsi est resservie que la défaite viendrait de Chevènement. Pas de Taubira, pas de l’extrême gauche. De Chevènement, et pas un autre. Pour que le parallèle fonctionne bien dans l’imaginaire et que soit accréditée la thèse stupide qui tient lieu d’explication au désastre de 2002. Personne ne demande si en resservant la politique social-libérale aggravée de Strauss-Kahn on ne va pas recréer la même situation. Ce n’est plus de la politique, c’est du pur marketing. Du marketing  à deux balles, précisons le. Si Strauss-Kahn est candidat il se fera déchiqueter par la droite et l’extrême droite, dix fois pire que Ségolène en 2007.

Chers candidats à la primaire socialiste, si vous voulez que j’étudie une réponse pour le deuxième tour, commencez par dire si vous voterez pour le candidat du Front de gauche au second tour s’il arrive en tête de la gauche. Et puisqu’on en est aux hypothèses, commencez par répondre au cas où je serai ce candidat. D’autant que nos chances augmentent. Moi je me réjouis du bazar des primaires qui commencent si tôt au Parti Socialiste. Tous les vaincus abonderont le vote pour le Front de gauche. Les tricheries, les humiliations que vont subir les « petits candidats » vont fabriquer autant de drains vers nous. Ces messieurs dames le savent. Et certains bons connaisseurs du terrain mettent en garde. Ainsi Marylise Lebranchu. Voici ce que publie l’express.fr

Marylise Lebranchu ? « La socialiste estime que son parti a besoin d'une aile gauche forte. » Dit le titre de la brève. Et pourquoi ? A cause des idées ? Parce qu’elle s’y rallie ? Non. Juste pour améliorer l’arnaque socialiste. Lisez : « Avertissement de Marylise Lebranchu: "Jean-Luc Mélenchon fait des dégâts y compris au sein de notre propre parti"». C'est pourquoi cette proche de Martine Aubry estime que le PS a besoin d'une aile gauche forte en son sein pour éviter l'hémorragie. « "Je reproche à certains strauss-kahniens – je ne parle pas de DSK lui-même – de ne pas considérer l'aile gauche représentée par Benoît Hamon comme un élément important de la primaire et de la présidentielle", souligne la députée du Finistère. » De son côté, Benoit Hamon va répétant d’un « indiscret » à l’autre que tout cela finira par le fait que j’irai au gouvernement avec les socialistes en déclarant vouloir le « marquer à gauche ». Mais tout le monde se marre car c’est exactement ce que lui voudrait faire. Comme il le dit de son action: « je rougis le tampon avec lequel je vais marquer Strauss-Kahn ». En tous cas moi je peux dire une chose : si Benoit Hamon est en tête du premier tour de la présidentielle j’appellerai sans mal à voter pour lui au deuxième tour. A condition qu’il dise que la réciproque est vraie. Ca ne devrait pas être trop difficile. Je lui propose comme programme commun minimum le texte qu’on a défendu ensemble pour le congrès de Reims. Alors vous voyez ! C’est ce que je vous disais : c’est une affaire de programme ! 


473 commentaires à “Strauss-Kahn et l’arnaque socialiste”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 »

  1. 1
    kalamar31 dit:

    Bravo Jean-Luc pour ta performance ce matin sur France Info

    Quel calme olympien!
    On sentait un début de "force tranquille", continue ainsi, tu vas cartonner

  2. 2
    pacault dit:

    Bonjour monsieur Mélenchon
    Je lis votre blog avec passion et intérêt, il vaut bien mieux tous ces journaux dits de gauche qui se libéralisent et se sarkosisent au fil du temps.
    Ne lâchez pas l'affaire.

  3. 3
    Descartes dit:

    @JLM

    Et sachons bien que cette confrontation a souvent besoin d’une technicité et d’un souci de la précision qui ne s’accordent pas toujours avec le format « grande réunion, grande salle », deux minutes de temps de parole pour les « questions et interventions ». L’expertise de nos camarades syndicalistes, le regard critique des intellectuels, tout cela s’organise avec beaucoup de soin du détail dans le travail d’élaboration.

    Bravo! Je suis ravi de te voir reprendre ce que je répète (sur ce blog et ailleurs) depuis longtemps: on ne fabrique pas un projet dans des meetings. Il faut pour cela "une technicité et un soucis de la précision" qui ne sont pas à la portée de tout le monde. Cela ne veut pas dire qu'il ne faille pas discuter, expliquer et in fine faire ratifier le projet par les citoyens. Mais pour qu'ils puissent discuter et ratifier un projet, encore faut-il qu'un tel projet existe. Et cela, c'est un travail d'experts. Et "tout cela s'organise".

    Aujourd'hui, pour avancer, la priorité n'est pas de discuter sur les alliances avec tel ou tel groupuscule, mais d'élaborer une véritable méthodologie de travail. Ce qui suppose de dépasser le réflexe gauchiste qui voue "les experts" ou "ceux qui savent" aux Gémonies sous prétexte que "le peuple, les citoyens ont toujours raison". L'expertise est nécessaire, et il faut l'organiser. Pas pour donner le pouvoir aux experts, mais pour leur permettre de faire leur travail...

    Malheureusement, je ne vois pas une véritable prise de conscience sur ces questions ni au PG ni au PCF... on continuera donc à organiser des meetings déguisés en séances de débat...

  4. 4
    David dit:

    Cher Jean-Luc,

    En tant qu'ancien sénateur de l'Essonne, responsable politique dans ce département, ne serait-il pas utile que vous publiez un article pour soutenir la candidature de rassemblement de Bruno Piriou, pour faire gagner la gauche dimanche aux municipales à Corbeil-Essonne, face au système Dassault. Vous devez avoir gardé une certaine influence dans le coin, un article sur le blog ne pourrait avoir que des aspects positifs, vu la façon dont ça se joue à chaque fois, dans un mouchoir de poche, tout est bon à prendre, surtout quand il s'agit du meilleur (vous êtes très médiatique, très connu, et très respecté à gauche).

    A bientôt,

  5. 5
    Zapping dit:

    Voici deux petits films diffusés par la "Télé de Gauche", portraits à leur manière des deux Co-Présidents du PG pleins de force tranquille, et loin des petits pas de candidat et grands coups de hache sociale du directeur du FMI :

    Jean-Luc Mélenchon sur "Jaurès, l'Amérique Latine, la Révolution, le Socialisme, la Nation, l'immigration" :
    http://www.lateledegauche.fr/index.php?pge=emission&id_departement=23&id_video=331&tag=Jaur%C3%A8s

    Martine Billard dans "La fabrique des amendements" :
    http://www.lateledegauche.fr/index.php?pge=video&id_rubrique=13&id_departement=13&id_video=319&tag=Billard

  6. 6
    Fritsch Daniel dit:

    Je suis adhérent du PG (93). De ce coté, pas de problème.
    Mais à la lecture de votre blog (je vouvoye à cause de mon grand âge), j'ai une crainte; celle d'une trop grande personnalisation. Je sais, c'est un blog, donc quelque chose de personnel, mais c'est plus que ça; c'est aussi de fait, au moins en partie, le site du PG. C'est pourquoi il ne me semble pas nécessaire de tout ramener à Jean-Luc Mélenchon. Le PG pourrait être plus souvent invoqué.
    Quand des attaques personnelles sont perpétrées, il n'est pas toujours utile d'y répondre: l'ignorance et le mépris marchent tout aussi bien.
    Pour le reste…allez le PG !

    [Edité par Webmestre : "c'est aussi de fait, au moins en partie, le site du PG"
    NON ! Ce n'est pas parce que vous le dites que c'est vrai. Le site du PG est http://www.lepartidegauche.fr/]

  7. 7
    tritonique dit:

    Merci beaucoup Jean-Luc Mélenchon, pour tout ça, et pour le reste !
    Je profite des commentaires du blog pour réitérer une demande faite par message et qui n'a pas été prise en compte (en tout cas restée sans réponse). Peut être aurais-je plus de chance ici... J'ai proposé de sous-titrer en Français vos discours qui sont diffusé en vidéo sur le net (en particulier celui de Dejazet et celui de clôture du congrès). Il y a plus de 7 millions de français qui ont des troubles de l'audition ! ça fait un paquet de gens qui n'ont pas accès correctement à l'info. Les gens qui font l'effort 1°) de sous titrer leurs discours publics, 2°) de les faire traduire en Langue des Signes (pour les 300 000 sourds qui ne lisent pas et qui n'ont accès à l'info que par la LSF) leur permettent d'être des citoyens ordinaires (quel joli mot). Je suis prête à y apporter ma contribution, il faudrait juste qu'on me réponde ! et que quelqu'un transcrive (en version informatique texte) les discours en question : je peux me charger de produire le document vidéo sous titré et de le diffuser. En ce qui concerne l'interprétariat LSF : je vous suggère de contacter l'AFILS (association Française des Interprètes de Langue des Signes). C'est la troisième fois que j'essaye de vous interpeler sur ce sujet, j'espère que celle-ci sera la bonne.
    Avec tout mon respect.

  8. 8
    ED dit:

    Jean-Luc je te soutiens, et je ne suis pas le seul... On a confiance en toi.
    EN AVANT ! et bien sur : qu'ils s'en aillent tous !

  9. 9
    Fred dit:

    Allez va ! Le temps n'est plus à la tergiversation et au calcul politique. L'Histoire s'accélère et les bas compromis ne sont plus de mise. Merde au politiquement correct et à la culpabilisation permanente ! En ce qui me concerne je voterai au premier tour pour le candidat de mon choix (à priori Jean-Luc Mélenchon) et je m'abstiendrai au second si c'est DSK ou Royal, et ce quelles que soient les consignes de vote données par les un et les autres. Le vote utile (c'est à dire par défaut) n'est pas un vrai vote et je préfère me fader Sarko le petit 5 ans de plus que de me faire le complice de l'imposture "Socialiste". Aux armes citoyens ! Merde aux despotes néolibéraux.

    Rappelons en outre que l'Europe fut le laboratoire du totalitarisme et que ceux là même qui prétendent le combattre, sont de fait en train de le ressusciter.

  10. 10
    Jules dit:

    Et le Nouveau Parti Anticapitaliste, pourquoi n'est-il pas mentionné une seule fois ?
    Si le Front de Gauche ne considère pas ce parti comme une force nécessaire pour la victoire des idéaux socialistes, alors les capitalistes ou les libéraux-démocrates triompheront.

  11. 11
    AnnaS dit:

    Cher Jean Luc,

    Je voudrais vous poser une question qui n'est pas uniquement liée de ce post mais est plus générale.

    Supposons que le Front de Gauche arrive à faire connaitre et apprécier son programme et que vous deveniez notre prochain président de la République. Comment comptez vous vous y prendre pour reprendre aux grandes entreprises ce qui leur a été indûment donné? Je pense à Vinci très précisément. Jusqu'à présent on voyait ce nom dans un nombre de plus en plus grand de parkings. Mais maintenant on le voit aussi sur l'autoroute Lyon-Marseille et je lis à l'instant sur yahoo à propos du futur aérodrome de Nantes " Vinci a été désigné comme concessionnaire de l'équipement à compter du 1er janvier prochain. "

    Croyez vous réellement qu'il serait possible de faire marche arrière et de rendre à la nation ce qui lui appartient?

  12. 12
    christian berthaut dit:

    Bravo ! M Mélenchon il faut continuer ! Aujourd'hui je vais avoir du mal à voter socialiste au deuxième tour de 2012, si vous n'étiez pas présent, je n'ai plus confiance en eux on les voit s'entrebattre, leur ego énorme (pour la plupart) est toujours au premier plan.
    C'est une honte de vous comparer à Le Pen.
    Y'en a marre de toutes leurs magouilles, et de nous prendre pour des c..s !
    Il faut vraiment que le véritable changement arrive !

  13. 13
    esteban(el conquistador) dit:

    Jean-Luc

    J'aime ta façon d'expliquer les concepts en partant du postulat que le peuple comprend tout si la démonstration est claire.
    A la radio il y a quelques semaines tu parlais de l'effet papillon: "5 personnes se présentent a la banque pour retirer leur économie et par cascades successives, le système bancaire s écroule..."
    C'est la démarche que propose Cantona, il a du t'entendre.

    Et puis continue a parler avec ton cœur... et la mayonnaise va prendre.

  14. 14
    nico dit:

    Super Jean Luc. Et effectivement, comme le dit kalamar31, tu as été impeccable ce matin sur France info. Clair, net, précis. Super !

  15. 15
    Meligh dit:

    Cher Jean Luc,

    Texte très intéressant. Mais autour de nous comme il est dit peu s'intéressent aux programmes. Tout peux se résumer en un espèce de combat que l'on cherche à diviser en deux camps bien défini, sans chercher à savoir qu'est ce qui rassemble ou peu rassembler.
    Belle prestation également sur France Info, agréable à écouter, calme et claire.

    Encore beaucoup de travail pour amener les français à nous suivre, mais c'est à chacun de nous et je m'y applique aussi d'aller vers les gens, discuter, partager et leur montrer qu'une alternative existe. Ils ne demandent que ça !

  16. 16
    argeles39 dit:

    Si Strauss-Kahn est candidat il se fera déchiqueter par la droite et l’extrême droite, dix fois pire que Ségolène en 2007.

    A priori DSK ne devrait pas être candidat car effectivement Sarko n'en ferait qu'une bouchée si (ce que je ne crois pas) DSK parvenait au second tour, sarko aurait beau jeu de lui rappeler qu'il est son obligé pour son juteux poste au FMI. Par ailleurs Sarko est en phase avec le FMI, je ne vois pas bien ce que DSK pourrait lui reprocher.
    "L'idiot utile" de sarkosy c'est DSK, ce n'est pas pour rien qu'il a eu sa carotte au FMI, il n'y a qu'à observer les médias au service de l'oligarchie pour s'en convaincre.
    mais avec DSK le PS risque de ne pas être au second tour, comme en 2002 avec Jospin, et dans ce cas c'est le FdG qui pourrait tirer les marrons du feu à condition que ce soit Mélenchon le candidat et que toute la gauche radicale fasse bloc autour de lui. Je crois que l'oligarchie a pris la mesure de ce risque, pour s'en convaincre il n'y a qu'à observer le déchainement de haine qu'il suscite dans les médias. Aphatie, Huchon, Cohen-Bendit, Valls, BHL..... Ce n'est qu'un début, la meute va grossir et amplifier le message avec des « éléments de langage » de plus en plus dégueulasses. C'est un espoir car si la meute se déchaine c'est que l'oligarchie a peur, depuis le "NON" au TCE et la réaction populaire face à la réforme des retraites elle sait que tout peut arriver.
    Mais encore une fois, je ne crois pas que DSK soit candidat.

  17. 17
    Pierre34 dit:

    @Jules

    Ce billet, si j'ai bien compris, est destiné à mieux expliquer la dérive libérale du PS en général et de DSK en particulier.
    Pourquoi le NPA devrait-il être "mentionné" dans ce contexte ?

    Jean-Luc Mélenchon est co-président du Parti de Gauche, membre du Front de Gauche. Il s'exprime dans ce cadre là, et sa réflexion, très bien exprimée, est partagée par de nombreux citoyens, membres ou non membres du PCF, de GU, du PG.
    Ce n'est pas pour cela que le NPA n'existe pas !

    Pour ma part, j'ai déjà eu l'occasion de le dire sur ce blog, je partage complètement cette analyse concernant la dérive du PS, et j'aspire à ce que le NPA, qui représente un courant de pensée non négligeable à gauche, entre avec ardeur dans le Front de Gauche.

    Avec cette entrée, le Front de Gauche ne serait pas qu'une addition arithmétique mais permettrait, d'une part à tout un peuple de croire de nouveau qu'une vraie alternative politique est possible à gauche, d'autre part de reléguer au rang d'idiot utile le PS.

  18. 18
    bertgil dit:

    Bonjour Mr Mélenchon,
    Vous critiquez et dénoncez la duplicité de DSK. Il est socialiste lorsqu'il parle en France et néolibéral quand il s'exprime à Francfort, et ailleurs. Européiste convaincu, il souhaite confier à des bureaucrates à Bruxelles le contrôle,et l'examen des budgets nationaux. Bien entendu le parti socialiste, les verts sont d'accords
    Lorsque vous n'envisagez pas de sortir de l'euro, vous êtes sur la même ligne que DSK, le ps et les verts. Vous savez,mieux que quiconque, étant député européen, que vous ne changerez rien. Ou alors vous croyez comme les socialistes à une Europe qui pourrait être sociale.
    Arrêtez de rêver. Nous devons récupérer notre souveraineté pleine et entière sur nos problèmes monétaires, discutez avec les Allemands et autres des moyens de se protéger des dumpings que nous subissons et qui oblige nos entreprises à délocaliser.
    Vous parlez de reports de voix au 2éme tour au bénéfice de Hamon. C'est comme cela que ça commence on y met des conditions de réciprocité et programme. Je croyais que la stratégie du PG était la parité avec le PS puis un programme. Sans cette condition, je ne voterai pas au 2éme tour pour le PS.
    Pour résumer, il faut regarder les choses en face c'est à dire la réalité. Il y a le peuple qui est désabusé peut être plus et qui attend de vous et de votre PG des propositions claires,qui pourrait lui redonner un peu d'espoir.

  19. 19
    JULES IMPRÉCATEUR dit:

    Amicalement vôtre,

    J'ai regardé la vidéo de France info, et je voudrais vous indiquer quelques attitudes à corriger:
    - La mimique devrait être mieux contrôlée, déjà que vous avez un visage sévère, certaines expressions vous donnent un aspect hautain et dédaigneux, voire méprisant qui vous dessert, et altèrent votre propos.
    - Vous avez, comme Mitterrand, la fâcheuse habitude de malaxer vos mains et vos doigts qui n'est pas du meilleur effet et tendent à faire penser que vous n'êtes pas attentif à ce que dit votre interlocuteur, alors qu'il n'en est rien.

    Ce que vous dites m'intéresse beaucoup, mais je ne parviens pas à voir ce qui vous empêche d'accueillir, dans un "Front Unitaire Anti Libéral" le NPA, voire Michel Onfray, avec le Front de Gauche.
    Si vous pouviez me préciser ce point....

    Salut et Fraternité.

  20. 20
    amcb.81 dit:

    Bonjour,
    Candidature en 2012 : pourquoi faire? quel programme? avec qui?... Faut-il commencer à en parler ? ou bien, y va t'on pour essayer d'être une force de gauche d'appoint : pour qui et surtout pour quel candidat du PS? beaucoup de questions, du travail en perspective. Faut-il se contenter d'y aller pour compter les suffrages, faire passer des idées, rassembler une gauche de la gauche, répondre aux attentes et à l'espoir de ceux qui voudrait voir changer les choses ?
    Encore des questions. On à constaté que les campagnes se jouent sur des idées forces, une dynamique, pas forcement un programme : les français s'en moquent un peu ! Malheureusement ! et alors faut-il rester sur une ligne d'attaque sur les sujets qui font le buzz de l'actualité,...
    Au risque de se faire traiter de populiste, démagogue, etc...
    Dans tous les cas il faut une alternative au PS, en être le garde fou surtout si un vrai front de gauche unis arrive à 13% au premier tour.
    Que faut-il faire, que faut-il répondre aux riches intellectuels de gauche, VIP socialistes, qui se perdent en verbiages donneurs de leçon du haut de leur égo et de leur présumée supériorité de classe ?
    Insupportable tout cela ! MELENCHON; vous restez le garant de cette gauche honorable, digne et populaire, celui qui doit y aller pour montrer qu'une autre route est possible.
    La désespérance est grave et dangereuse : vous incarnez l'espoir d'une classe : restez en le porte drapeau.
    Continuez !
    Respect et salutations.
    AMCB81

  21. 21
    Marcailloux dit:

    Bonjour tout le monde,
    à 9-Fred en particulier et à tous en général,
    Partageant votre point de vue sur l'hypothèse d'un deuxième tour " piège à cons" je vous suggère néanmoins de transformer votre éventuelle abstention en vote blanc.
    Car en vous abstenant vous allez grossir la cohorte des qualifiés de j'en ai rien à foutre ou des indifférents et des non concernés. Cela fait le lit des oligarques de tous poils. Voter blanc, alors que tout est fait pour vous en dissuader, marque votre ferme volonté de participer au peu de démocratie qui nous reste.
    Et çà, demandez leur en haut, ça craint !

  22. 22
    Pierre34 dit:

    @JULES IMPRÉCATEUR

    Le Motion du Congrès du PG affirme que le Front de Gauche devrait être ouvert à ceux qui le désirent, à gauche bien sur !
    Déjà la FASE et Mpep ont demandé à intégrer celui-ci, pourquoi pas le NPA ?

    Je regrette simplement que les comités locaux du Front de Gauche ne se développent pas plus, ce serait un appel à tous les citoyens qui adhèrent à la démarche en étant adhérent ou pas à un parti.

    Je crois que tant que cette démarche unitaire n'aura pas pris corps, nous aurons des difficultés à mettre en oeuvre un dynamique de victoire.

    Allez camarades du PCF, de GU, du PG de l'énergie unitaire dépend la réussite du FdG.

  23. 23
    Fred dit:

    @ Marcailloux - 21

    Deux remarques : D'accord avec l'esprit de ce que vous avancez, mais toutefois, dès lors que l'on se déplace au premier tour, peut vraiment être taxé d'indifférence. Dans un tel cas l'acte de vote est bien présent mais non reconduit au second tour pour cause de non représentation.

    Et enfin, la Mairie d'Antony a mis en place des machine de vote électronique et sauf erreur de ma part je ne crois pas qu'il y ait la possibilité de voter blanc.... donc hélas pas de bureau de vote pour moi au second tour.

  24. 24
    Simon Bolivar dit:

    Fred
    Et enfin, la Mairie d'Antony a mis en place des machine de vote électronique et sauf erreur de ma part je ne crois pas qu'il y ait la possibilité de voter blanc... donc hélas pas de bureau de vote pour moi au second tour.

    Eh bien, erreur !
    La loi impose la présence d'un bouton "vote blanc" sur les machines à voter.
    Les premières observations à l'issue de quelques scrutins tenus à l'aide de machines indiquent qu'elles favorisent même le vote blanc.
    En effet, l'option est explicitement proposée, alors que dans un scrutin traditionnel, il n'y a pas de pile de bulletins blancs, et on doit se les fabriquer soi même (nuls) ou laisser l'enveloppe vide (blancs).

  25. 25
    Didier dit:

    Bonjour Mr Mélenchon,

    Je ne sais pas si vous serez présent aux présidentiels de 2012. Quoiqu'il en soit j'aurais quelques réflexions de communications à vous faire. A quoi sert de parler sur BFM TV du manifeste du parti communiste de 1847. En quoi cela va t'il résoudre un des problèmes des Français ? Enfin vous parlez des précaires mais les petits employés en CDI sont eux aussi menacés ? Quid de l'expatriation des entreprises françaises dans des pays à bas couts etc etc ? Enfin si pour vous Straus Khan c'est pareil que Sarkozy dites le ! Car si finalement Straus Khan est le candidat du parti socialiste il sera sans pitié pour ces concurrents et donc vous même !

  26. 26
    Fred dit:

    @ Simon Bolivar - 24 et Marcailloux

    Et bien merci de cette précision, et je suivrai le conseil de Marcailloux en me déplaçant au second tour pour appuyer compulsivement sur le bouton vote blanc. Et pan dans la façe à DSKHOLLANDEROYALE !

  27. 27
    rosay dit:

    Bonjour à tous,

    Nous pouvons être tous d'accord sur un programme, mais le souci c'est à mon avis l'abstention.
    Les dernières élections locales des cantonales, c'est du 60 %, d'abstention ! nous devons tous y réfléchir et faire beaucoup d'effort pour obtenir une forte participation électorale avant 2012.
    Rosay à +

  28. 28
    Michel Matain dit:

    D'ici 2012, beaucoup de choses peuvent évoluer.

    Avant de de préparer à voter blanc ou nul pour le second de la présidentielle, il y aura les cantonales en 2011.
    Et dimanche, dans deux jours, à Noisy-le-Sec et à Corbeil, il y a deux élections municipales très importantes où la vraie gauche a toutes les chances de l'emporter sur Dassault et sa mafia d'un côté, sur les socialistes de l'autre.

    La crise a démarré en 2007. Nous n'avons eu droit jusqu'à présent qu'aux hors d'oeuvres. Les plats de résistance sont pour maintenant et les années à venir. Alors le destin du deuxième tour de 2012 n'est pas encore écrit.

  29. 29
    marco polo dit:

    Avec DSK, le PS se démarque, il s'oriente d'ores et dèjà vers un programme de centre, je dis même de droite avec un habillage guignolesque de gauche.
    Bof, faut-il s'étonner ? oui mais en fait ce serait perde son temps.
    Passons à plus sérieux : le Front de gauche a-t-il la capacité de passer devant le PS, mais pas seulement un peu devant, beaucoup devant ! Dans l'état de la constitution du programme, rien ne peut être dit, mais il va falloir la jouer très forte.
    En tout cas, il va falloir l'élargir ce Front, c'est une des conditions de la victoire. La FASE et le M'PEP ont demandé à y entrer, qu'attend-on ? Le NPA fait le vieux loup solitaire et à continuer ainsi, il va disparaître. Les verts sont encore partis sous la férule d'un mouvement qui va à coup sûr se poster vers le centre et vraisemblablement avec le PS. Autre chose, des mouvements comme ATTAC, l'Appel des Appels, la Ligue des droits de l'Homme et bien d'autres encore devraient entrer de plain-pied dans le Front pour participer à l'élaboration et même pourquoi pas être acteurs au sein même du Front, bien sûr il ne faut pas s'arrêter là.
    Comment expliquer le peu de retentissement du forum du 2 décembre, étant loin de tout je n'ai pas réussi à capter plus d'infos...

  30. 30
    Antoine dit:

    Bravo,

    Ce n'est qu'une question de programme!

    Sur le fond de nos propositions, il faut y aller, on peut tous les briser et en faire des omettes.

    1) Une analyse concrète (je crois qu'on ne s'est pas trop trompé jusqu'à maintenant)
    2) un programme court et long terme de transformation sociale, le socialisme du 21ème siècle? (je crois qu'on est les seuls à porter un truc viable)
    3) Rassembler nos forces et toutes nos forces dispos (PCF, PG, GU, syndicalistes, associatifs, intellectuels, dissidents du PS, dissidents du NPA, FASE et les salariés...)
    4) Campagne idéologique (débat, conférence, meeting, apéro politique, tracts, affiches, médias, livres, porte à porte,...)
    5) Un bon candidat : Jean-Luc Mélenchon, why not?
    6) Des bons candidats aux législatives : faut bien appliquer les mesures après (PCF surtout, PG, GU... la garanti pour mettre en place nos propositions). Faudra pas trembler après... Lol.

    Un coup à la Hugo Chavez en 1998 "le fléau de l'oligarchie, le héros des pauvres!" face à ce "Carmona Français", Sarkozy.

  31. 31
    Descartes dit:

    @marco polo (#29)

    En tout cas, il va falloir l'élargir ce Front, c'est une des conditions de la victoire. La FASE et le M'PEP ont demandé à y entrer, qu'attend-on ?

    Franchement, quel est l'intérêt ? La FASE, le M'PEP et les autres groupuscules ne représentent rien. Ces structures ne sont un général qu'un ramassis de "personnalités" (souvent en rupture avec leur organisation d'origine...) qui se donnent l'illusion d'exister et lorgnent sur un poste d'élu quand ils ne tentent pas de sauver celui qu'ils ont. Même du point de vue de la réflexion, leur apport est quasi nul. Alors ?

    Faut regarder les choses en face: politiquement, ces organisations ne représentent rien. Elles n'apportent rien, ni idées, ni électeurs. Les faire entrer au FdG ne fera qu'introduire dans le Front une flopée d'égos surdimentionnés qui demanderont des places et des prébendes et qui menaceront de partir - et de présenter des candidats contre ceux du FdG - si on ne leur donne pas satisfaction. L'expérience des CUAL ne vous a pas suffi ?

    Au lieu de chercher à rallier les Autains et les Nikonoffs (qui, il ne faut pas se leurrer, vous enfonceront le couteau dans le dos dès qu'ils n'auront plus besoin de vous), il vaudrait mieux concentrer les efforts pour produire un projet crédible qui séduise les couches populaires. C'est là la seule "condition de la victoire".

  32. 32
    Marcailloux dit:

    à Fred et Simon Bolivar,
    Petite inversion de Simon, me semble t-il: pour le vote blanc reconnu comme tel, il faut confectionner soi même son bulletin blanc, sans aucun signe distinctif, sinon il est considéré nul. Cette contrainte constitue aussi un atout car il montre la détermination de l'électeur à ne pas être mis dans le fourre tout des non exprimés et pêcheurs à la ligne.

  33. 33
    gerlub dit:

    Pour ceux qui douteraient des propos exacts tenus par DSK et dont JL MELENCHON nous a fait part, vous les avez ci-après in-extenso et en V.O. et c'est édifiant !

    http://www.imf.org/external/np/speeches/2010/111910.htm

  34. 34
    Delbrayelle Gilbert dit:

    JL Mélenchon chez Calvi à Mots croisés lundi !? J'ai hâte d'y être.
    Emission à ne pas rater... et que Jean-Luc Mélenchon ne doit pas rater.
    Qui sont les autres invités ?

  35. 35
    Michel Matain dit:

    Voici ce qu'a écrit l'éxécutif de la FASE le 26 novembre :
    La Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique n'a pas demandé une « adhésion au Front de Gauche ». Elle continue, pour autant, à s'investir dans la construction d'un front de l'autre gauche.(qu'elle intitule Front d'Unité Populaire).

    C'est clair. La FASE explique bien par ailleurs qu'elle ne veut pas rallier le Front de Gauche. Alors pourquoi vouloir les faire entrer de force au Front de Gauche ? Les militants de la FASE auraient plutot leur place au sein du Parti de Gauche. La FASE a peu ou pas d'élu : à part ceux de l'ADS en Limousin qui ont rallié le PS contre la liste du Front de Gauche élargi au NPA ; à part quelques personnalités élus avec l'étiquette du PCF (pas celle de la FASE) et qui ont démissioné de leur parti depuis. Je ne suis sur que l'élargissement du Front de Gauche passe par la FASE.

  36. 36
    Bruno solo dit:

    Bravo-Jean Luc,
    je suis consterné de voir comment la caste journalistique vous traite,(provocation,déni,phrases assassines, mépris condescendance...).
    Preuve que la FdG est sur le bon chemin...
    En tant que simple riverain, je vous invite a venir vous investir dans le média participatif qu'est Rue89,débattre de votre programme,histoire de contrebalancer l'avalanche d'éditorialiste proPS
    le FdG est notre seul espoir, a nous peuple!

  37. 37
    christophe p dit:

    Bonjour Monsieur Mélanchon,
    Je viens d'écouter en podcast votre émission sur inter avec Stéphane Bern. Je partage vos idées même si la forme est discutable, mais ne faut-il pas - pour être audible - élever la voix ?
    En tout cas, vous dites bien haut ce que nous constatons tout bas, un laissez aller des politiques, et surtout, surtout une volonté claire que nous perdions nos particularités et notre système social. quel gâchis !

  38. 38
    Duval dit:

    Je recommande à tous la lecture de cet article de Fréderic Lordon. Attention, il faut s'accrocher, c'est costaud, mais ça vaut le coup.
    http://blog.mondediplo.net/2010-12-02-Ne-pas-detruire-les-banques-les-saisir

  39. 39
    le Prolo du Biolo (PG 69) dit:

    Classement des banques par "les Amis de la Terre"

    Selon leurs responsabilités et types d'engagements financiers:
    http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/Guide_banques_VSite.pdf

  40. 40
    Jean-Philippe VEYTIZOUX dit:

    D'accord sur tout sauf sur le début, oui on a besoin de frotter nos propositions à l'épreuve de la discussion, au feu de salles militantes et même au delà.
    Nous avons connu le succès à Limoges pour notre première réunion et une équipe se met en place pour installer partout des débats multiformes sur le programme partagé.

    Les attaques des médias officiels sont insupportables ; j'ai lu quelquepart que ta marionnette va arriver en même temps que celle de Marine Le Pen aux Guignols, si la grossièreté est au rdv, il est clair que je résilie mon abonnement dans l'instant et le fait savoir.

  41. 41
    F.P-A. dit:

    Voici ce que je pense de l'aboutissement où nous nous trouvons de la construction européenne (et je n'ai mis aucun copyright !) :

    Si Jean Monnet et Robert Schuman étaient encore de ce monde, ils seraient europhobes.

    Amitiés.

  42. 42
    jean ai marre dit:

    Cher JL M,
    Combien vous avez raison de répéter que : tout cela s’organise avec beaucoup de soin du détail dans le travail d’élaboration.

    Nous attendons un programme précis, intuitivement saisissable par tous.

    Vos déclarations, vos affirmations, vos solutions rassemblées suffisent à produire ce Programme.
    Je languis de vous voir sur un plateau de TV ou à la radio brandissant ce Programme et dire : tout est là. avec votre sourire.

    La droite sait qu'elle va perdre les présidentielles, alors elle préfère amender DSK plutôt que de se retrouver avec une Gauche radicale.
    La droite ne sait pas qui sera son candidat. Son soucie est de créer des réservoirs de voix, avec les centristes, ou avec D. Villepin.en dit long sur sa méditation.

    Quand au PS : Chers candidats à la primaire socialiste, si vous voulez que j’étudie une réponse pour le deuxième tour, commencez par dire si vous voterez pour le candidat du Front de gauche au second tour s’il arrive en tête de la gauche. Et puisqu’on en est aux hypothèses, commencez par répondre au cas où je serai ce candidat
    On attend la réponse.....

  43. 43
    Michel Bourdeau dit:

    Je comprends votre colère (et vos réactions) M. Mélenchon, mais ne tombez pas dans ce piège. Argumentez et argumentez encore, vous êtes le meilleur sur ce terrain puisque vous révélez la vérité.
    Le leader (indispensable) est là, le parti va encore s'étoffer, la meute s'affole et vous injurie: c'est bon signe.

  44. 44
    marc dit:

    J'ai écouté JL M chez le fou du roi.

    Sur le fond rien à ajouter.

    Sur la forme : Il ne sert à rien de répondre à un journaliste. L'estime qu'ils méritent ne vaut pas qu'on se fatigue à leur répondre. D'ailleurs ils se foutent de la réponse, il ne s'agit pour eux que de briller, faire un bon mot, caser une réplique, etc.
    En revanche il faut rebondir sur la question du journaliste pour s'adresser aux auditeurs. Prendre le temps, et parler dans le but que celui ou celle qui est derrière le poste, saisisse et comprenne.
    A plusieurs reprises tu t'es laissé emporté par la passion de celui croit à ce qu'il dit (je suis comme cela aussi). En abuser se fait au détriment de la compréhension.

    Le projet politique et tes idées se suffisent à elles-mêmes pour assurer la force de conviction.

  45. 45
    miele dit:

    Bravo Jean-Luc,votre blog est très enrichissant, j'apprécie vos analyses, concret, simple pour nous, comme Georges marchais, continuez vous gagnez des voix, aussi quand je vais dans les magasins je mets en évidence votre dernier livre "qu'ils en aillent tous" sur plusieurs gondoles et j'invite les camarades en faire autant surtout sur les livres de Henry Levy et Valls...
    J'ai hâte d'être a lundi soir pour l'émission Mots Croisés....
    Cordialement votre..

  46. 46
    Gilbert Duroux dit:

    39
    le Prolo du Biolo (PG 69) dit:
    3 décembre 2010 à 18h07

    "Classement des banques par "les Amis de la Terre"

    Selon leurs responsabilités et types d'engagements financiers:
    http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/Guide_banques_VSite.pdf"

    C'est des conneries. La Nef travaille avec Natixis, qui est dirigée par Pérol, nommé grâce à son ami Sarkozy. Il n'y a pas de banque réellement indépendante et "propre".

    Source : la Nef elle-même.

  47. 47
    marco polo dit:

    Descartes (31)
    Les différents courants de pensée qui traversent la gauche sont intéressants dans ce sens qu'ils montrent une compréhension de la société différente et à ce titre enrichissante et constructive. Les courants actuels constituant le Front de gauche, s'ils représentent l'essentiel de la gauche marxiste peuvent-ils progresser sans regarder comment les autres vivent leur pensée ? je ne le crois pas. Faut-il réduire les autres organisations à une simple représentation il est vrai peu importante sur le plan électoral ? D'autant que ceux-ci ne sont pas des partis politiques, ce serait sous estimer la capacité de la dynamique que représente de tels rassemblements. Non, ils ne valent pas rien, bien au contraire. S'ils existent, c'est parce qu'il y a une demande politique pour cela. Le Parti de gauche était-il crédible aux yeux de l'opinion publique au moment même de sa fondation ? Et maintenant après un 2e congrès il en est tout autrement. Je crois même que sa fondation correspond parfaitement à la création du Front de gauche et à son essor. C'est le combat d'idée qui sort victorieux de tout cela et il faut continuer.

  48. 48
    Jean Louis CHARPAL dit:

    Je trouve incroyable cette langue de bois des ultra-libéraux. Bien sûr,on a l'habitude : tout bond en arrière réactionnaire est qualifié automatiquement de "réforme", alors qu'une reforme est faite pour améliorer les choses au bénéfice du plus grand nombre et non pour les aggraver.

    Mais DSK n'a aucun scrupule. A la tête d'un organisme, le FMI, qui avec l'OMC, a commis dans ces 20 dernières années en Amérique du Sud et en Afrique, un véritable crime contre l'Humanité (cf le livre "La grande désillusion" de Joseph Stiglitz, ancien dirigeant de la Banque Mondiale), DSK est un petit dictateur. Il a le pouvoir d'humilier des peuples entiers. C'est dire son pouvoir !

    Il ne peut supporter, car il n'a plus l'habitude, qu'on lui résiste. Donc établissons en Europe une dictature, budgétaire dans un premier temps. C'est bien plus pratique et efficace pour imposer aux peuples les saignées dont ils ne veulent pas, les sots et les tenir en laisse.

    Car tel est bien le sens de sa "réforme". Mais comme le mot n'est pas très heureux médiatiquement, on en invente un autre : le "centre". Alors là, il faut le faire ! Chapeau l'artiste !

    Je ne suis pas un dictateur qui foule aux pieds les prérogatives des peuples et de leurs réprésentants, je suis "centriste".
    C'est y pas mignon ?

  49. 49
    le Prolo du Biolo (PG 69) dit:

    @ - Descartes - 3

    Choix et orientations du Programme du PG :

    "Il faut pour cela "une technicité et un soucis de la précision" qui ne sont pas à la portée de tout le monde. Pour qu'ils puissent (les adhérents) discuter et ratifier un projet, encore faut-il qu'un tel projet existe. Et cela, c'est un travail d'experts"

    Un truc que je me demande dans ce règne des experts "je sais tout mieux que vous" que tu nous proposes:

    Comment juger qui sont les "bons" et qui sont les "faux" experts, choisir entre les "vrais" et les "auto-proclamés" (genre J.M.Sylvestre en économie), entre les indépendants et les lobbystes (genre scientifiques à la mode Monsanto, Bachelot ou Areva) ?

    Personnellement je serais plutôt pour demander leur choix de société exclusivement aux citoyens (qui ne sont pas forcément des ignards en tout), et de ne donner ensuite aux "experts" et aux techniciens que la seule mission de mettre ces choix en forme et de les traduire en réalités.

    Le règne des experts me semble aussi être la ruine de la Démocratie.
    Mais ce que j'en dis...

  50. 50
    VCLR - PG 06 Nice dit:

    Cela fait de nombreuses années déjà que je ne me fais aucune illusion sur DSK. Je pourrais même dire qu'avec ses grands airs de bourgeois parvenu, membre de la "Haute" et du "milieu" comme du "Tout-Paris", il m'insupporte carrément. Depuis qu'il est au FMI, il ne fait qu'accentuer à mes yeux la mauvaise image que j'avais de lui. Mais ces derniers jours, ses interventions dont vous relayez les passages les plus odieux, ont pour effet de me renforcer dans mon jugement très négatif. Je ne veux pas revoir SARKOZY en 2012. Je ne veux évidemment pas imaginer que le candidat du FN - fusse-il Marine et non Jean-Marie LE PEN ou quiconque d'autre - puisse renouveler l'exploit de 2002, je ne veux pas plus d'un candidat de la droite ou du Centre et je serais donc logiquement enclin à voter pour n'importe quel candidat de la gauche au second tour de la présidentielle pour barrer la route à la droite (qu'il s'agisse d'une droite UMP, extrême ou centriste). MAIS le personnage DSK, en raison de ce qu'il a déjà fait et surtout ce qu'il veut encore faire est désormais un obstacle majeur, absolu même, à un vote en sa faveur, quelles que soient par ailleurs les circonstances, en dépit de ses promesses à venir, quelles que soient ses éventuelles futures évolutions. Pour la raison que je ne le croirai pas sincère et que je ne vois décidément aucune différence avec SARKOZY. Peut-être même qu'avec DSK, ce serait pire car si SARKO est l’ami fidèle et dévoué des puissants, DSK semble bien être leur exécutant docile et convaincu. On pourrait penser que DSK, s'il a le projet de mettre en oeuvre la même politique économique que SARKO, se distinguerait de lui entre autres par un respect accru de la démocratie avec tout ce que cela implique or il faut se rendre à l'évidence. Ce ne sera pas le cas vu ses projets européens. Vous avez raison de relever qu'il n’espère rien d'autre qu'un nouveau totalitarisme qui ne dit pas son nom. Alors DSK c'est plus que jamais NIET...

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive