08oct 10

Sénat, Télé, Europe et réunification allemande, Front de gauche dans l'Humanité

Dans l’odeur de la poudre

Ce billet a été lu 11 009 fois.
Exporter ce billet au format pdf Envoyer ce billet à un ami Imprimer ce billet

J e fais une note brève avant mon passage au grand jury RTL ce dimanche car je suis enfoui dans mes fiches. Et je prépare aussi un petit texte pour ce blog à propos de la situation financière du pays. En ce qui concerne l’actualité, j’avance à pas de loup, tant je sens que l’atmosphère se tend de tous côtés. Mais c’est certain que nous sommes dans un moment d’accélération de l’histoire. Et j’ai le sentiment avec mes amis du Parti de Gauche que nous sommes en phase avec le moment. J’ai assez roulé ma bosse pour savoir que ce n’est pas si souvent que c’est comme ça dans une vie politique. Au Sénat les camarades sont mobilisés à fond. L’équipe réalise elle-même un film tous les deux jours en plus des taches dans l’hémicycle. Le passage en force du gouvernement et de ses larbins sénatoriaux ne suffira pas à faire retomber la pression du 12, c’est certain. Je vous livre ici des réactions et des documents. On se retrouve lundi sur cet écran pour la note suivante.

Je suis parti à Bruxelles, mercredi, sans que l’adrénaline ait vraiment été évacuée de mon sang, après l’épreuve de l’émission de Guillaume Durand « face aux français ». Une épreuve, en effet, car seuls des naïfs peuvent croire que ce soit une promenade de santé de passer deux heures sur un plateau de télé. Surtout quand vous savez pourquoi vous y êtes et qu’il s’agit de donner tout en prenant. Tout ce que j’avais à dire, j’ai pu le dire dans ce contexte. Et je ne me plains donc pas, sinon de mes propres faiblesses et des erreurs que je commets dans le combat quand j’enchaîne mal deux mouvements, ou que je rate une parade, ou que je surestime une ouverture dans la défense adverse. J’ai donc eu de beaux moments et des beaucoup moins bons. Il faut croire que cela a intéressé puisque l’émission a gagné cinq cent mille téléspectateurs supplémentaires par rapport à la précédente. Au total donc c’est une sorte de meeting avec un million cinq cent mille participants. Je ne me les attribue pas, cela va de soi. Mais je sais que si Ferry-Mélenchon (la révolution de l’amour contre la révolution citoyenne) rassemblent davantage que Kouchner-Bruel, même dans le monde si spécial de l’industrie de l’information et du spectacle réunis, cela veut dire quelque chose à propos de l’attente des gens qui regardent.

Dès lors les petits coups de griffes inacceptables ne sont rien d’autre que le rappel du fait que ce système médiatique ne peut que nous être intrinsèquement hostile. Ce qui n’est pas une découverte, convenons en. Je me suis donc accommodé des comparaisons injurieuses avec un comique pour la deuxième fois de la part de Durand, du panel extravagant de « français » sans ouvrier ni femme, en proportion de la population, du reportage sur moi le jour de la mobilisation sur les retraites réduit à quarante secondes au lieu des deux minutes trente prévues et ainsi de suite. Rien ne s’est passé comme prévu et travaillé avant. Mais qu’est-ce que ça peut faire ? La parole est passée, elle a fait son chemin. Des gens y ont trouvé des raisons de retourner au combat ou de voir différemment les choses de la vie. A l’heure où l’on serre les poings dans les poches, n’oublions jamais la phrase amusante de Lénine : « les capitalistes nous vendront la corde pour les pendre ». Ainsi soit-il. Le plan de marche de notre petite cohorte audacieuse se déroule comme prévu, pour l’instant.  

Quelle ambiance dans ce parlement européen ! C’est de la propagande à jet continue. Mercredi, nouvelle cataracte de bons sentiments et de propagande anti communiste. Il s’agit d’un lot de résolutions bêlantes et d’une séance de vulgarité totale à propos de la réunification allemande. Madame Merkel n’est pas là. C’est dire l’intérêt que soulève la séance chez les importants. Mais on a sorti de la naphtaline Lothar De Mazière, le dernier premier ministre de l’Allemagne de l’est. Un bigot qui se réclame de son identité de « huguenot », cire les pompes du pape comme vainqueur du communisme et ainsi de suite. Un flot de bla bla prétentieux qui se garde bien d’aborder le bilan de cette réunification pour les allemands eux-mêmes. Et pour l’Europe qui l’a financée. Et sur les raisons qui conduisirent ces messieurs-dames les gouvernants allemands de l’époque à trainer plus d’un mois pour reconnaitre la frontière à l’est du nouvel état unifié. La fameuse ligne Oder-Neisse. Hésitation qui manifeste mieux que tout ce que les permanences de l’histoire veulent dire. Et après ça, voila Jacques Delors invité à nous édifier. Un compatriote. Un socialiste. Mis en place par François Mitterrand à la tête de la Commission. Mais lui ne dira pas un mot du président défunt. Il n’hésitera pourtant pas à se citer lui-même, en toute modestie bien sur, et après avoir fustigé l’ingratitude des successeurs qui ont oublié leurs devanciers. Il faut l’entendre pour le croire. Je garde pour moi ce que m’inspire la démocratie chrétienne internationale qui aujourd’hui fait la fête à ses patriarches sous prétexte d’unité allemande. A la fin de ces ondées lénifiantes on joue un prétendu hymne européen en présence d’un prétendu drapeau européen. On se lève sur nos bancs, mais on n'en pense pas moins. Et voila Gollnish député d’extrême droite qui fait l’habituel numéro de circonstance. C'est-à-dire rappeler que le drapeau et l’hymne ont été retirés du traité de Lisbonne. Cris, tumulte…Le président du groupe de droite Parti populaire européen, le français Joseph Daulhe vocifère et déclare que ceux qui soutiennent cette position n’ont qu’à renoncer à leur indemnité. « Profite et tais-toi », en quelque sorte ! C’est rafraichissant. Mon voisin, Jacky Henin, qui se contenait à grande peine depuis le début de ce bal de faux cul, explose de colère : « donc on a juste le droit d’être d’accord, sinon on doit rembourser ! » Moi je n’en peux plus non plus.

Vite, on fait encore une cinquantaine de votes à la chaine. On vote une résolution contre la peine de mort dans le monde en exigeant de tous les pays qui la pratiquent des comptes. Tous, sauf les Etats Unis d’Amérique, bien sûr. Et, ouf, ça y est c’est fini ! Pas un mot sur le coup d’état en équateur, bien sur ! Si le dalaï lama s’était fait voler une sacoche à sa mobylette le parlement européen aurait dénoncé un complot communiste. Mais un président élu qui se fait tirer dessus par des policiers qu’est ce que c’est ? Une mutinerie de la police, pas davantage. Indigne d’une délibération de notre noble rassemblement des amis des droits de l’homme !

Je résume la vision de l’histoire qui nous a été assénée cette fois ci comme les autres. L’Europe a été libérée par les américains sans l’aide de personne ni que l’URSS et ses vingt millions de morts au combat y soit pour quelque chose. Puis, l’Europe a été victime du communisme dont elle a été libérée par le pape disant aux polonais « n’ayez pas peur ». L’Allemagne a été réunifiée par enchantement et les français n’avaient rien à dire sur le sujet. Grâce à Jacques Delors au pape et à Helmut Kohl, et un peu Georges Bush l’essentiel a été réalisé sans verser une goutte de sang ce qui prouve bien le côté fondamentalement pacifique de l’ouest. Ah, la réunification ! Quel « cela-va-de-soi-tout-est-bien ». De son côté, nos camarades de Die Linke ont un autre bilan de cette bonne action fondamentale de l’ouest bienveillant à l’égard de l’Est martyrisé. En effet, le rapport annuel du gouvernement allemand sur l’état de l’unité allemande arrive à la conclusion que la réunification serait en très bonne voie. C’est une estimation erronée,  selon la présidente de Die Linke, Gesine Lötzsch. Je publie donc son texte, traduit par Claudine Girod. 

20 ans d’unité allemande? Un regard réaliste. « L’ « unité allemande » est évoquée et fêtée à grands renforts d’argent par le gouvernement fédéral. Mais dans les têtes et dans la vie de millions d’hommes, elle n’a pas réussi parce que tous les gouvernements fédéraux des 20 dernières années ont tout fait pour semer la discorde entre l’Est et l’Ouest. CDU/CSU, FDP, SPD et Verts ont fait de l’Allemagne de l’Est un « pays Hartz IV ». (Il s’agit d’une réforme  extrêmement dure du gouvernement du socialiste Schröder qui a notamment réduit drastiquement les indemnités des chômeurs). La rénovation des centres villes, la construction d’une infrastructure de réseaux et de voies de communication sont sans doute aucun des progrès. Mais ceci ne doit pas cacher l’aspect le plus important : les personnes, en Allemagne de l’Est trouvent moins de bons emplois, les salaires et les retraites ne sont toujours pas au même niveau. Il y a un manque de places en formation pour les jeunes, et ceux-ci n’ont aucune chance de promotion. C’est pourquoi par exemple plus de la moitié des soldats qui sont engagés dans la guerre en Afghanistan viennent de l’Est.

La chancelière vient de l’Est. Mais elle non plus – comme tous les gouvernements qui l’ont précédée- n’a rien fait pour donner aux allemands de l’Est une chance de bonne formation et de promotion dans cette société. Il n’y a aucun ministre ou secrétaire d’état, aucun directeur de chaîne publique de télévision, aucun rédacteur en chef de la presse nationale, aucun général de l’armée fédérale, aucun ne juge au tribunal constitutionnel fédéral, qui vienne de l’Est. On aurait pu parler d’une vraie unité entre Est et Ouest si au moins quelques acquis de la RDA avaient été introduits à l’Ouest, comme par exemple les crèches et les polycliniques.

Casse sociale à l’Est et à l’Ouest. Tous les gouvernements fédéraux soignent tant bien que mal l’Allemagne de l’Est, sans véritable succès. Si on mesure les résultats à l’aune des moyens investis, alors le résultat est honteux. Les gouvernements fédéraux ont porté la casse sociale à l’Ouest. Depuis la chute du mur beaucoup de gens des anciens Länder ont vu leurs conditions de vie empirer. Les salaires baissent, il y a de plus en plus d’emplois qui ne permettent pas de vivre. Pour les indemnités de chômage, il y a eu la réforme Hartz IV. Avec la perte de compétitivité du système, c’est l’économie sociale de marché elle-même qui est mise en pièces. Plus la situation sociale empire pour les citoyens de l’Est et de l’Ouest, et plus les attaques contre la RDA, disparue depuis 20 ans, ont tendance à disparaître. Die Linke a tiré les leçons des erreurs de la RDA et des 20 dernières années. Nous avons compris que le capitalisme d’aujourd’hui ne peut pas résoudre les problèmes des allemands de l’est et de l’Ouest, pour ne rien dire de ceux du monde. DIE LINKE lutte pour une société où ce ne sont ni les profits ni la peur qui gouvernent, une société qui n’exclue pas, qui n’humilie pas les hommes, une société qui mise sur la solidarité et la justice. »

Et nous ? Que faisons-nous ? Comment voyons-nous la suite des évènements ? J’en viens donc au Front de Gauche. Le journal l’Humanité m’a proposé un entretien et j’ai accepté avec plaisir de le faire. Par ce moyen je peux expliquer aux communistes –mais pas qu’à eux- comment je vois ce qui les préoccupe et dont rendent compte les questions que me pose leur journal favori. Je pense que questions et réponses ont une portée large. En tous cas moi j’ai agi avec ce soucis. C’est pourquoi je veux placer ici le texte de cet entretien réalisé par Mina Kaci                                 

L’Humanité : « Comment expliquez-vous l'acharnement du pouvoir à vouloir faire passer coûte que coûte sa réforme des retraites ? »

Jean-Luc Mélenchon. Le programme de Sarkozy était de faire Mai 68 à l'envers. On a cru que c'était une affaire de mœurs. Non, c'est le renversement du rapport de forces créé à la deuxième grande vague de conquête ouvrière et sociale, qui va de 1968 à 1983. C'est la rupture avec la clé de répartition des richesses. L'enjeu des retraites, venant après le démantèlement de la santé, de l'éducation, des services publics, est de savoir qui va avoir la mainmise sur cette énorme masse d'argent que représentent les cotisations de chaque travailleur. Le but avéré est de ruiner le système actuel des retraites pour contraindre les salariés à la capitalisation. La bataille des retraites est donc centrale pour Sarkozy. Et tout autant pour le salariat. A la fin, ce qui est en cause, c’est une manière de vivre en société.

« Que faire pour contraindre le gouvernement à renoncer à son projet de réforme ? »

Jean-Luc Mélenchon. Les partis doivent être à la fois sur le front social avec les syndicats et avoir une action politique spécifique. Pour que la dignité de notre démocratie soit respectée, j’ai proposé, avec d’autres, l’organisation d’un référendum. Je m'aperçois que cette idée fait du chemin. C'est d’autant plus légitime que le président de la République lui-même avait dit qu'il n'avait pas mandat pour toucher à la retraite à 60 ans, puisqu'il n'en avait pas parlé quand il était candidat à la présidentielle en 2007.  

« La gauche, unie dans les luttes, peut-elle être crédible sur cette question sans un projet alternatif commun ? »

Jean-Luc Mélenchon. La gauche n'est pas unie: elle est rassemblée derrière les syndicats qui, eux, sont unis sur des consignes communes. Il ne faut pas se bercer d'illusions ni endormir les consciences : on a besoin, au contraire, qu'elles soient en éveil. Les différences entre les partis de gauche ne sont pas anecdotiques. Depuis le début, Martine Aubry affirme qu'elle est à la fois pour la retraite à 60 ans et pour l'allongement de la durée de cotisation. Or, en allongeant cette durée, on ne peut plus parler de retraite à 60 ans pour la plupart des cotisants, qui n'ont pas le nombre d'annuités suffisant pour prétendre partir à taux plein à 60 ans. Quand les Français voteront en 2012, ils devront aussi nous départager sur les durées de cotisations pour l’avenir.  

« Mais avant 2012, ne peut-on infléchir la politique du Parti socialiste ? »

Jean-Luc Mélenchon. Nous devons, nous le Front de gauche, tenir les deux bouts de la chaîne : la particularité de notre point de vue politique d'une part, de notre radicalité concrète et, de l'autre côté, le devoir d'unité. Mais rien ne doit se faire au prix de passer sous les fourches caudines du PS et d’Europe Ecologie. Oui, la tâche est difficile. Mais nous devons résoudre cette difficulté, et non la contourner. L'unité derrière les syndicats ne doit pas être le cache-misère des turpitudes de la gauche. Nous devons être capables de marier très étroitement le moment politique, le moment social et la vision à long terme. Une stratégie de conquête du pouvoir pour appliquer un programme de radicalité concrète se prépare de longue main. C’est la méthode de la révolution citoyenne que le PG propose. Il faut sans cesse lier tous les aspects de la lutte dans la rue et dans les urnes.

« Comment comptez-vous faire vivre le « programme partagé » du Front de gauche, que vous avez lancé à la Fête de l’Humanité ? »

Jean-Luc Mélenchon. Les composantes du Front de gauche vont recenser leurs propositions et celles que le mouvement social met sur la table, avant de les mettre en débat.  Il faudra trouver un point d'équilibre qui permette, par grands thèmes, d'avoir 5, 6 ou 7 propositions essentielles qui dessineront le programme. Mais ce qui est au moins aussi important, en dehors du travail collectif et intellectuel, c'est la capacité de mobilisation des secteurs populaires concernés. Il faut donc être synthétique et précis dans les propositions et, par-dessus tout, être dans l'implication populaire avant pendant et après le programme.

« S’il s’agit d’un programme de gouvernement, il devrait donc être discuté avec le PS ? »

Jean-Luc Mélenchon. Rien n’y oblige. Il n’y aura pas de candidat commun avec lui à l’élection présidentielle de 2012. L'essentiel de notre travail doit consister à rassembler le plus de forces possibles sur la ligne de la radicalité concrète que nous proposons pour tirer les Français de l’impasse où la politique de la droite les enfonce. Le Front de gauche doit d'abord avoir une ébauche bien avancée de son programme. Il le mettra en débat partout. Sur cette base nous pouvons constituer des fronts de gauche dans tous les grands domaines impliqués par nos propositions. Par exemple l'éducation, les droits des femmes, la santé. C’est la condition pour ramener au vote des millions de citoyens qui ne se reconnaissent pas dans la tambouille de la gauche hésitante. Il faut donner son temps à cette implantation  et assumer tranquillement la compétition avec le PS et Europe écologie. Nous la mènerons de façon responsable. La victoire de la gauche est à ce prix.

« Etes-vous candidat pour porter les couleurs du Front de gauche ? »

Jean-Luc Mélenchon. Une candidature au titre du Front de gauche n’est pas une aventure individuelle. J’ai dit que je m’en sentais capable. Mais je ne m’autoproclame pas.

« Que pensez-vous de l’éventuelle candidature d’André Chassaigne, le député communiste ? »

Jean-Luc Mélenchon. Il se sent capable comme moi d’assumer ce rude travail. A mes yeux, il en est digne. A nous de savoir  maîtriser le processus, trouver un point d’atterrissage, une méthode pour conclure qui doit aussi être respectueuse de la dignité des personnes, que ce soit pour moi comme pour André.

« Etes-vous déterminé à ce que qu’il n’y ait qu’un seul candidat pour le Front de gauche ? »

Jean-Luc Mélenchon. Ma proposition est parfaitement claire et André Chassaigne a fait la même dans le journal « La Montagne » : nous pensons que les composantes du Front de gauche doivent s’accorder pour proposer une candidature commune. Les directions doivent assumer leur responsabilité ! On ne s’en remet pas à je ne sais quelle démocratie directe ou à une assemblée générale des comités. La candidature doit ensuite être soumise au vote des adhérents de chaque composante de l’alliance. André et moi nous ne voulons pas faire durer une espèce d’ambiance type primaires entre nous. Cela peut finir par cristalliser. Nous n’avons rien à y gagner.


165 commentaires à “Dans l’odeur de la poudre”

Pages : [1] 2 3 4 »

  1. 1
    Michel Matain dit:

    Excellente conclusion en réponse à la dernière question de l'interview de l'Huma !

  2. 2
    Alin dit:

    @ Jean-Luc Mélenchon:

    Vous avez été bien courageux sur le plateau de l'émission dont vous parlez. Tenir deux heures dans un milieu hostile comme nous le savons, ce n'est pas chose facile, en effet.

    Je pense que vous ne pouvez pas vous exprimer convenablement dans ce genre d'émission, mais je pense également que vous devez participer à ce genre d'émission. Ce n'est pas la façon la plus rêvée, mais il faut se faire connaitre par un maximum de gens, que vous existiez dans leur conscience.

    Continuez, nous vivons des moments historiques, tant au niveau français et européen qu'international. Le monde va basculer et il basculera de notre côté, tant que nous intensifions la lutte.

    Nous gagnerons.

  3. 3
    F.P-A. dit:

    L'Union européenne...
    Si Jean Monnet et Robert Schuman étaient encore de ce monde, ils seraient europhobes, n'en doutez pas.

  4. 4
    jorie dit:

    Mention assez bien, faut dire que c'est pas simple dans ce genre d'émissions, d'estocade en estocade, alors je vous félicite de votre courage. J'aurais bien aimé que vous citiez à nouveau les chiffres exorbitants du pillage fiscal de notre pays, que vous expliquiez davantage le moyen concret de lutte que l'on pourrait avoir contre les délocalisations qui expliquent la société post industrielle dans laquelle nous nous trouvons et qui condamne à terme notre modèle social. Mais il faut absolument vous faire connaître, parce que malgré votre combat incessant, vous ne passez pas encore auprès des masses, vous êtes très marginalisé sur les heures de grande écoute. Alors oui, j'approuve que vous alliez chez Drucker. Même si ce compromis au formatage médiatique est déploré par certains, je suis sûre que vous arriverez à faire passer autre chose que du sociétal. N'oubliez pas, surtout, de ne pas vous laisser enferrer dans la pipolisation drucker. J'espère aussi que vous arriverez à vous présenter aux présidentielles, parce que les français sont peut être encore, (et pas pour longtemps, si on se ramasse un centre insipide ou une droite alliée au FN), aptes à voter pour un programme partagé, mais ils ne voteront jamais pour un communiste avéré. J'en appelle à nos camarades communistes. Bien penser et bien réfléchir là-dessus. Au niveau international, que pensez-vous de la démission européenne face à la grèce et du fait que la chine s'installe en grèce. Elle a déjà confisqué le pyrhée,les ports et les armateurs, tête de pont encore pour les produits de dumping social ? J'aimerais vous entendre là dessus. Je partage à fond vos idées sur l'empire américain et belliciste, mais je n'approuve pas le dumping social pratiqué par la chine et qui envahit nos rayons et reçoit nos délocalisés....qu'en pensez-vous ?
    Bravo pour nous faire connaître l'évolution des pays d'amérique du sud.

  5. 5
    Lionel 36 dit:

    Cher Jean-Luc Mélenchon,

    à propos de l'émission :

    Certains vont encore te reprocher tes "colères". Mais quand on entend rabâcher les mêmes arguments de la pensée unique, avec le même mépris depuis tant de temps ; quand le "journaliste" n'écoute même plus les réponses (ou ne les comprend plus, ou fait semblant de ne pas les comprendre), il y a évidemment de quoi avoir envie de "renverser la table".
    D'autant plus que, contrairement à celles de bien d'autres, tes "colères" sont argumentées et finalement toujours recadrées par un rappel de la philosophie Républicaine qui les inspire (non, le PG ne coupera pas de têtes !).

    Ces colères ne sont pas des "pétages de plombs" personnels, mais, des réactions justes face au mépris affiché et provocateur du raisonnement, de l'argumentation "différents" sans cesse pratiqué par le monde politico-médiatique dont nous avons eu encore quelques beaux exemples chez Durand.

    Ces "colères" sont la partie immergée de notre immense envie de retourner la situation.

    Alors c'est vrai, et certains le regrettent, tout cela donne à Jean-Luc Mélenchon un air tendu et à ses interventions une ambiance un peu lourde qui cadrent parfaitement avec la gravité de la situation actuelle.

    Non merci, on ne peut avoir avoir une attitude tiède et bienveillante et "utile", on n'a déjà donné.

    La France de 2010 n'est-elle pas hérissée des épines que les pétales fanés des roses d'hier nous ont laissées en héritage ?

  6. 6
    lambda dit:

    Une vidéo tirée du documentaire de Pierre Carles "Fin de sécession" montre Jean Luc Mélenchon dénonçant le traitement médiatique par David Pujadas des mouvements sociaux autour de Continental en avril 2009.

    Très révélateur du traitement défavorable réservé aux mouvements sociaux.

    A la fin de la vidéo s'ensuit une discussion ouverte sur les possibles action à mener ou Jean-Luc Mélenchon retranché dans sa méfiance des journalistes a du mal à croire en l'existence du club du Siècle...naiveté touchante.

    http://www.youtube.com/watch?v=aDX_jVs7mPQ&feature=player_embedded#!

  7. 7
    Lionel-PG44 dit:

    Qu'est ce que je lis, on a volé la sacoche de la Mob'du Dalaille Serge Lama au parlement européen ? Et c'est les communistes qui ont fait ça ? Mais que fait le pape ? Je croyais qu'il avait tué le communisses, le pape. On m'aurait menti ? Et que fait donc Hortefeux ? Strasbourg, c'est toujours en France, non ? Pauvres de nous !

  8. 8
    Alain dit:

    Jean-Luc, pas de critiques sur l'émission autres que celles que tu fais toi-même. Tu as été bon face au philosophe en vogue dans la droite.
    Sur ton interview dans l'Huma j'ai peur ! « Mais avant 2012, ne peut-on infléchir la politique du Parti socialiste ? " question significative...
    "Jean-Luc Mélenchon. Nous devons, nous le Front de gauche, tenir les deux bouts de la chaîne : la particularité de notre point de vue politique d'une part, de notre radicalité concrète et, de l'autre côté, le devoir d'unité. Mais rien ne doit se faire au prix de passer sous les fourches caudines du PS et d’Europe Ecologie. Oui, la tâche est difficile. Mais nous devons résoudre cette difficulté, et non la contourner."

    L'expression de mes craintes ? Le "devoir d'unité" ne nous entraine-t-il pas vers un second tour qui nous fera avaler une nouvelle couleuvre genre DSK ? Ce devoir et ne pas passer sous les fourches caudines du PS sont incompatibles, SAUF... si tu es le candidat du FdG seul capable de fédérer toute la gauche radicale et de faire un score à deux chiffres pour peser et poser des conditions de participation à un gouvernement.
    Sinon... Faire tout ça (PG, FdG...) pour en arriver à un vote dit "utile", quelle horreur !

  9. 9
    Gumpel David dit:

    J'ai regardé cette émission jusqu'au bout; Je vous remercie monsieur Mélanchon; malgré les éternelles obstructions, la pensée unique et les insipides questions du "panel des Français" (sic), vous vous en êtes extrêmement bien tiré.
    Que répondre à L Ferry et sa "fraternité" si non que c'est du collé, copié tardif de S.Royal!
    Je suis tous vos passages sur les médias; je trouve que seul vous avez les arguments clairs et incontournables.
    Continuez, vous êtes notre voix, nous les humbles, les sans grades, les transparents....le peuple, quoi.

  10. 10
    serge dit:

    bonsoir

    l'important c'est de rassembler tout ces gens en perdition dans la société.
    ces gens qui sont oubliés des politiques habituels dont la seul capacité est de faire le Paon devant des journalistes triés sur le volet et qui raconteront bien ce qui est écrit sur les documents préparatoires.

    on va sortir d'une société " endormi" par le discours politico-méditique pour aller vers un rassemblement de citoyens. ce rassemblement nous l'avons connu ! c'était la lutte du "NON" à cette Europe ultra libéral et anti sociale qu'on essaye de nous vendre de force.

    la responsabilité des politiques est de donner les moyens comme ce blog aux gens de venir dire ! " on est avec vous et au soir de l'élection nous y étions "

    sachons passez les étapes avec claire voyance.la dernière élection fût l'acte de naissance du FdG dans les Urnes.

    le Parti Socialiste encrouté dans son apathie actuelle aura un choix simple soit il veux réellement porter un message de Gauche ! soit ses électeurs ont intérêt à rejoindre le FdG qui lui est dans la lutte pour contrer le Sarkozysme finissant.

    lorsque personnellement j'ai mener la campagne du Non à l'Europe, une année avant l'élection nous étions à 60% de OUI. vous connaissez le résultat final.
    ce qui veut dire qu'il faut commencer maintenant de nous rassembler. le rassemblement c'est déjà la victoire.
    ne rougissons pas de nos succès, ni de nos revers. seul le résultat global sera chiffrable.çà risque d'un surprendre plus d'un...haut les Coeurs les amis...

    cordialement.

  11. 11
    Tenshu dit:

    Allez on sert les poings bien fort en espérant que cette reforme saute en décapitant la crédibilité de ce régime.
    Courage les lycéens se mobilisent, les étudiants de chauffent. La jonction social éducation va se faire et elle fera mal!

  12. 12
    Toto dit:

    Je ne regarde plus ce genre d'émissions où les mercenaires de la cause médiatique invitent des flagorneurs sans idée et un repoussoir contre lequel il lève la patte pour se soulager...Tout ca est couru d'avance entre les plus âgés qui votent Sarko à 80 % et les médias qui ont changé leur affection en préférant DSK à Sarkozy(DSK, c'est quand même Sarkozy mais en grand, Sarkozy à l'échelle de la planète), la voie est étroite...Et l'on peut compter que d'ici à 2012, elle le soit de plus en plus afin que les croisés de la cause libérale perpétuent leur privilège à la tête de l'opinion...les libéraux ont inventé un truc génial : La social-démocratie et il y ont mis suffisamment de socialistes dedans pour qu'il n'y ait plus de mauvaise surprise au soir de l'élection...Je ne regarde plus ce genre d'émissions alors même que les rares fois où jusqu'à présent je pouvais les supporter était du aux très rares invités qui n'étaient pas là simplement pour la brosse à reluire (Que les médias en ordre de bataille apprécient toujours qu'on leur passe dans leur perruque duhamélienne)...A ce sujet, vive "Le point" ! Du grand journalisme...

  13. 13
    Dominique (pas SK) dit:

    DSK candidat du PS c'est le choix du nabot car j'imagine qu'il a dans ses cartons une partie de jambes en l'air pour le décredébilser pendant la campagne. En fait peu importe qui sera le candidat PS car les tergiversations des dirigeants lors des questions cruciales du moment ne trompent personne: comme le dit Copé ils ne reviendront pas sur ce qui a été voté ! Alors oui c'est vrai il n'y a rien à espérer de ce PS qui se croit incontournable au second tour (c'est fou ce qu'ils manquent de mémoire !). La difficulté c'est qu'il n'y a pas non plus grand chose à attendre d'Europe écologie, dommage ! J'approuve JLM: taillons notre route au risque de passer un tour.

  14. 14
    serrano dit:

    Le bouclier fiscal crée par un des portes parole de Sarkozy : M.JeanFrançoisCOPE (ancien ministre du budjetet président du groupe UMP)coûte actuellement plus de 60milliards d'euros,le déficit de la Sécurité Sociale est en grande partie due au non paiement par l'ETAT DES SOMMES DUES / PLUS DE 12 MILLIARDS D EUROS EN 2006 voir le petit bouquin d'un ancien directeur de la CRAM du Languedoc Roussillon : A.FELINE et de la Cram de Montpellier,la cram doit emprunter pour remlalcer le non paiement du gouvernement (aujourd'hui, plus de 18milliards de dette du gouvernement !.la débauche des cadeaux fiscaux de Sarkozy et Cie coute plus de 18 milliards par an depuis 10 ans5Alternetives Economiques N° 284 d'octobre 2009.On oretends que les français les plus riches payent plus d'impots que dans le reste du monde : FAUX aux ETATS-UNIS PAR EXEMPLE LE TAUX marginal de l'impot est de 80% contre 40% en france le bouclier fiscal a été remforcé par Sarkozy en 2007 et passé de 60% à 50% ce qui a causé le rembourse mant de presque 1 milliard de trop perçu aux plus riches (exemple mme bétancourt)

  15. 15
    bertgil dit:

    Bonjour Mr Mélenchon,
    -L'Europe: si ça continue il ne restera rien de la souveraineté de la France.J'ai suivi le débat sur l'euro dans l'émission de Taddei.Ce fut un trés bon débat.Quel est votre position sur l'euro et les traités européen.Ca intérresse les français.Il faut quand méme rappeler,que le ps est pour tous les traités et l'euro,méme chose pour la cfdt,le pc est il pour ou contre ?, la cgt est elle pour ou contre ? le parti de gauche est il pour ou contre.Pourquoi ces questions, parce qu'elles sont fondamentales.Les problémes rencontrés par notre économie sont directement liés à ces choix.Dumping des pays de l'est européen, dumping de la chine et de l'inde etc...Que pensez vous des protections qu'il faudrait mettre en place.Sinon nos industries fermeront et délocaliseront les unes aprés les autres.Et une des premiéres protection serait de sortir de l'euro pour redonner de l'air à notre économie.
    -Le référendum:Est ce possible, ou pas possible?Si pas possible,la question est close.Mon avis c'est une façon de botter en touches pour gagner du temps.Mme Royale roule pour le ps ou pour elleLa question d'un référendum c'est de la poudre aux yeux
    -appel "touche pas à ma nation"Le parti de gauche ferait bien de regarder à deux fois avant d'aller aux cotés de ceux qui sont contre la souveraineté de la france.
    -votre participation à l'émission de G Durand: La premiére heure ç'était mention bien,ensuite mention assez bien.Je crois que le terme révolution est à employer le moins possible.Méme en le faisant suivre du mot citoyenne.
    -candidat front de gauche ou parti de gauche. Je pense que vous devez étre candidat à l'élection présidentielle, soit pour le fdg ou le pdg.Si vous n'étiez pas le candidat, ce serait l'effacement assuré du pdg

  16. 16
    yannick dit:

    L'analyse de l'émission est pertinente.
    Si le candidat PS est DSK, alors il faut d'attendre à un très haut score de front de gauche.
    Pourvu que PDG et PC s'entendent jusqu'au bout

  17. 17
    thierry dit:

    Moi Monsieur Mélanchon, je vous trouve extremement courageux. La pensée unique des pseudos chroniqueurs, analystes et consorts qui nous servent leur soupe ultra-libérale, sur toutes les radios et autres médias détenus par cette oligarchie proche des nantis et donc très très près du pouvoir (Lagardère, Pinault, Dassault, etc) Vous avez décidé de vous y frotter. Un Berger Allemand contre une meute de loups, c'est un peu comme cela que je vous vois ou vous entend. Des coups de gueules contre des coups de crocs face à la meute. Faut etre vachement fort.Bon, faite gaffe à votre santé, parce que c'est usant d'avoir avoir affaire sans arret à des cons et que nous avons besoin de vous.

  18. 18
    jean-jacques dit:

    Bravo et courage pour la suite Jean-Luc Mélenchon !
    Tu as raison d'être sur tous les fronts de la TV de Drucker à Durand, la bataille est et sera rude mais cela te permet de toucher un public plus vaste.
    Sur l'Europe, quand on voit ce triste spectacle du pitoyable parlement européen, quand on voit la Grèce qui en est réduite à se vendre aux chinois sans que cela ne suscite l'indignation de messieurs Barroso et Cie, je me dis qu'il n'y a pas d'autre voie que celle de la souveraineté retrouvée et ce sera l'honneur et la mission de la France que de mettre fin à cette parodie !
    S'agissant du Front de Gauche, pourquoi ne pas l'appeler Front Populaire par référence à notre Histoire ?
    Pour moi Jean-Luc Mélenchon, tu es le seul candidat possible et surtout crédible pour 2012, le seul en situation de rassembler et de constituer cet arc républicain, car n'en doutons pas chers camarades, le PS à la sauce DSK ou autre va éclater sur l'autel de ses divergences, d'ailleurs ce ne sont pas les militants qui trancheront ni mêmes les fumeuses primaires mais l'électorat populaire.
    Voilà la feuille de route pour 2012 : retrouver l'électorat populaire, l'élection présidentielle dans le cadre des institutions de la Vème République c'est la rencontre entre un homme et le peuple (comme Chavez au Vénézuela ou Moralès en Bolivie...) et cet homme c'est toi Jean-Luc Mélenchon !
    J'ose espérer que le PC fera passer l'intérêt général devant l'intérêt boutiquier, mais j'ai de sérieux doutes car le rapport des forces au sein du FdG, c'est 120000 militants PC et 10000 militants PG, je crains l'instrumentalisation du FdG.
    C'est pourquoi dans l'esprit de la Vème République tu dois Jean-Luc Mélenchon te détacher de cette structure et incarner l'homme du rassemblement des forces populaires, la chance est historique et il n'est pas exclu que les circonstances (crise aigüe, mouvements sociaux...) se prêtent à ce canevas.
    Seras-tu cet homme providentiel ? je sais que ce n'est pas dans ta culture mais il y a dans le gaullisme, qui peut aussi s'incarner à gauche des perspectives qui peuvent donner un avenir à la France, et ce n'est pas un vieux de la vieille mais un quadra qui ne connaît que le gaullisme littéraire qui te l'écrit !
    Merci pour ton combat

  19. 19
    Eric dit:

    Je ne regarde pour ainsi dire jamais la télévision, et suis tombé par hasard sur l'émission "Face aux Français".
    "la révolution de l’amour contre la révolution citoyenne": tout est dit: l'individualisme, le repli sur soi pathétique, contre la volonté collective, contre l'expression populaire et la démocratie, contre la Cité.
    Ta prestation "chez" M. Durand fut ce qu'elle devait être: claire, précise, argumentée, et ce qu'un commentaire appelle "colères" ne furent à mes yeux que des indignations républicaines.
    Voilà, le gros mot est dit: République..!
    Des deux, tu fus pour ainsi dire le seul à remettre M. Durand à sa place quand il le fallait, lui qui interrompt ses invités, n'écoute pas la réponse quand celle-ci ne lui convient pas, fait semblant de ne pas comprendre, ou encore s'indigne de façon "théâtrale" (pour reprendre le terme utilisé par un de ces "français représentatif" visiblement à côté de la plaque (sans doute un discours préparé à l'avance chez lui, et qu'il voulut absolumen ressortir, sans voir ce qu'avaient justement de différent tes propos), et surtout à côté de ses pompes!
    Fraternellement

  20. 20
    Fabrice64 dit:

    Vous avez été très bon, comme toujours, dans l'émission de Guillaume Durand. Mais il y a quelque chose, je crois, que vous devriez éviter: dire qu'au dessus d'un certain niveau de revenus, on prend tout. Cà rappelle trop Georges Marchais et çà effraie tout le monde, même si 97% de la population n'a rien à craindre. Je crois que c'est vraiment une formule contre productive, même si je suis d'accord sur le principe. Vous pourriez rappeler qu'au Etats-unis, dans les années 60, le taux supérieur d'imposition était de 91% et proposer quelque chose de semblable. La hausse des impôts que j'appelle de mes voeux (même pour moi) sera nécessaire après la parenthèse Sarkozy, mais ce sera une difficulté considérable pour le (les) candidats de gauche: il seront obligés, d'une façon où une autre d'avouer leur intention d'augmenter les impôts. Et même si çà ne concerne qu'un ménage sur 2 par exemple, même les plus modestes se méfie en entendant parler de hausse d'impôts. Il sera difficile de faire croire qu'une majorité de gens bénéficieront d'une forte redistribution fiscale.

  21. 21
    Sophie dit:

    Pourquoi nous empressons-nous si peu contre ce vieux monde ?

    Trop pressés nous sommes
    comme des citrons
    Mais l'acidité qui en sort
    va ronger ceux qui nous pressent

    Pressons pressons une course de vitesse est en cours
    qui gagnera ? Pas l'escargot molasson.

    Le ressentiment
    ne peut être notre programme
    Impératif catégorique : Inventer autre chose
    que la mort à tous les étages
    dont le puissants se gobergent
    Mémo pour sortir de la sidération
    "Nous sommes le peuples", disaient-ils
    nous aussi
    Ne pas oublier : ils ne sont rien nous sommes tout !
    Et aussi :
    Pour qu'on s'en tire
    Faut pas consentir !

    Pressons, pressons
    et relire Maïakovski : "aujourd’hui il faut s’armer d’un casse-tête pour fendre le crâne du monde !"
    et
    "Votre pensée
    Rêvant dans votre cerveau ramolli
    Comme un laquais repu se vautre au gras du lit
    Je la taquinerai sur un morceau de cœur sanglant
    J’en rirai de tout mon saoul, insolent et cinglant"

  22. 22
    marietta dit:

    Oui, attention à ne pas dire qu'au-delà d'un certain seuil on prend tout. Même si nous ne sommes pour beaucoup loin de cela, ce discours ne passe pas bien. D'autre part, j'ai été deçue au cours de cette émission. Des questions parfois banales ne m'intéressaient pas. Les mouvements de "mèches" de Ferry étaient énervantes et il parlait trop. Une impression que vous n'avez pas pu vous exprimer autant que vous l'auriez souhaité.

  23. 23
    JM dit:

    Pour l'emission de Durand, je suis assez sceptique. En effet il faut absolument prévoir un argumentaire court et efficace aux questions du type :
    _ comment on vendra des airbus aux chinois si on impose des taxes écologiques à l'importation;
    _ comment aider les PME si on augmentait les cotisations patronnales(taxes, taxes et pâtati et patata...) pour contribuer à sauver le système des retraites (à partir de combien de salariés, toutes les PME?...:)argumentaire à vraiment approfondir pour convaincre;
    _ dire qu'il s'en aillent, les futurs exilés fiscaux, bien sur mais pour l'électeur landa, les médias lui disant si les riches s'en vont qui payent les impots nécessaires? Les entreprises s'en vont avec eux?
    Désolé mais le mépris pour les footballeurs (ou tennismen. ou autres sportifs grassement rémunérés.) millionnaires donneurs de leçon, (fort compréhensible) est à mon avis à expliquer avec tact : le sport (et les sportifs) rassemblent toujours nombre de francais... c'est regrétable mais c'est comme ça.
    Sinon, à mardi et avec bcp d'espoir.

  24. 24
    VERGNES dit:

    C'est officiel, le Sénat approuve le report de l'âge de la retraite de 60 à 62 ans..
    L'article 5 tant contestée quant au report de l'âge légal de la retraite de 60 à 62 ans vient d'être voté au Sénat.
    A l'issue d'un débat précipité par l'Elysée aujourd'hui, l'article 5 du projet de loi de réforme des retraites a été adopté par 186 voix contre 153.

    Et dire qu'il y en a qui croyaient encore qu'avec les sénateurs, l'affaire n'était pas dans le sac...Il serait grand d'atterrir

  25. 25
    jaban dit:

    J'ai regardé l'émission de Guillaume Durand (pas celle avec Kouchner et Patriiiiiiick). J'ai adoré votre phrase "Ils ont peur (les + riches) et ils ont raison parce que je ferai ce que je dis". Dommage que vous n'ayez pas pu vous exprimer davantage.
    Ce qu'il faudrait remettre dans le débat public c'est cette idée fausse de l'argent roi qui seul ferait le bonheur. Vous en avez parlé un peu par le biais des filières professionnelles dans l'éducation. N'oublions pas pas que demain encore nous apprécieront d'avoir des artisans/commerçants boulanger, boucher, poissonnier... dans nos quartiers et nos villes, si importants pour le lien social. Je n'ai rien contre la richesse tant qu'elle n'est pas concentrée dans les mains de quelques uns qui décident de faire la pluie et le beau temps en priorité pour eux. Et ce n'est pas l'Europe actuelle qui remédiera à ça.

  26. 26
    J'Empierre dit:

    Il était très bien, ce plateau-télé. Evidemment, on se rend bien compte de la difficulté à faire passer un message qui sort de l'ornière libérale quand les autres participants, les" représentants du peuple" et même l'animateur y pataugent avec délices...
    Bof, tant pis, on a une télé de gauche, maintenant, c'est déjà ça...
    Tiens, au fait, à quand une radio de gauche, histoire de ne pas laisser Daniel Mermet se démener seul ?

  27. 27
    Christian B dit:

    Je ne regarde jamais ces émissions de m...., avec un animateur qui s'écoute parler pour ne rien dire et coupe la parole des ses invités toutes les 15 secondes. C'est nullissime de crétinerie, lourd et non avenu.

    Là j'ai regardé du début à la fin et je trouve Jean-Luc très courageux d'avoir subi cette épreuve pour faire passer nos idées. Evidemment le panel de français était choisi sur le volet sympathisant du Chanoine de Latran,
    Durand fait son minable numéro, recadré à juste titre par Jean-Luc quand il dépasse la mesure.
    La cerise sur le gateau c'est l'ami Ferry, une merveille de contradictions ! La fraternité et la misère sociale organisée ne sont pas pour lui antagonistes. En plus il a refait le coup du'si on prenait tout l'argent des riches cela ne changerait rien', ce qui démontre une profonde méconnaissance de la répartition des richesses actuelles ou une mauvaise foi limite pathologique. Déjà ce n'est pas rien 170 milliard euros par an depuis une vingtaine d'années ajouté aux quelques miettes de milliard d'euros d'évasions fiscales. Mais admettons comme lui que cela soit vrai, ne faudrait-il quand même pas partager ses miettes au nom de la Fraternité dont il se regorge, de l'amour et du saint esprit; amen !
    Ecouter ce grand adolescent, qui dit tout et son contraire'le capitalisme c'est super mais le rapport de 1 à 500 entre le plus petit et le plus grand revenu c'est pas bien'etc. franchement navrant.
    Pour lui, c'est'la fraternité dans les salons mais pas dans les salaires'.

    Heureusement que Jean-Luc est bien armé et qu'il tire vite et juste.
    Continue Jean-Luc, en prenant soin de toi, tu nous est précieux.

  28. 28
    Arnaud dit:

    Une prestation intelligente, c'est un vrai bonheur de se découvrir politiquement avec vous. J'ai trouvé Luc Ferry très adroit aussi. Chacun défend ses idées et pour une fois ce n'était pas le cirque bien que le chapiteau, le maître de cérémonie et le public étaient présents.
    Question bête je suppose (je découvre) mais si vous Jean-Luc ou André Chassaigne soyez candidat à la présidentiel, vous le serez en tant que FG ou bien PG ou PCF?

  29. 29
    bastille dit:

    « Die Linke a tiré les leçons des erreurs de la RDA »
    Le régime de la stasi n’aurait commis que des « erreurs » cherchez l’erreur, je ne goûte guère ce « socialisme » là.

  30. 30
    Nuno dit:

    ça y est on dirait qu'une nouvelle campagne médiatique contre JL Mélenchon se met en place car il aurait insulté D. Pujadas en le traitant de "salaud", quand on regarde la vidéo on comprend mieux l'indignation de Jean-Luc Mélenchon et trouve pour le coup l'attitude de Jean-Luc Mélenchon très mesuré. C'est vrai qu'à l'époque en regardant le JT j'avais été révolté par l'attitude de D. Pujadas faisant la morale contre le combat des ouvriers de continental pour leurs survies. Merci Jean Luc de m'avoir rappelé ce moment d'indignation ou l'on voit combien ce journaliste est un larbin lèche botte révoltant.

    Courage. Comme le dit Duhamel dans son article du point au sujet de votre livre "qu'ils s'en aillent tous" cela risque de vous attirer des ennuis.

  31. 31
    kalos dit:

    Cela nous fait du bien que d'entendre traiter les soldats de la COM (Commission de l'obscurité mondiale) de larbins et de salauds ! À mon sens ils ne méritent que notre mépris ! On en a assez de leur dicature ! !

  32. 32
    Jo dit:

    Salut Jean Luc,
    Je dirai "juste colère" j'aime comme toi les gens "vrais".
    Lors de l'émission de Durand nous avons tous senti, dés le début, qu'il n'appréciait pas votre accord sur le respect entendu entre vous.
    Difficile....je souffrais pour toi...
    Ne pas se laisser embarquer...peser...bref, tu t'en es super bien tiré.
    Sauf...concernant les petites entreprises...les représentants des télespectateurs avaient été soigneusement choisis pour te mettre en difficulté. Ainsi tu n'as pas pu répondre clairement que nous ne confondons pas les grandes entreprises capitalistes avec les petites entreprises que nous aiderons si nécessaire. Le but de ce genre d'.émission étant de faire
    peur. Bon courage pour la suite et surtout ne rate aucune occasion de te faire connaitre et de défendre le programme du front de gauche.
    On est là, avec toi...

  33. 33
    Alin dit:

    @ Jean-Luc Mélenchon:

    Je vous ai vu dans la bande d'annonce de "Fin de concession " de Pierre Carle qui sortira fin octobre. A la fin de cette bande d'annonce, Pierre Carle vous parlait du club "Le Siècle" qui se réunit chaque dernier mercredi du mois et vous étiez surpris, vous ne le connaissiez pas.

    Il va falloir y jeter un coup d'oeil, si ce n'est déjà fait. Je suis étonné que vous n'étiez pas au courant.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Si%C3%A8cle

    http://www.strategies.fr/emploi-formation/management/r36900W/14-le-pouvoir-a-la-table-du-siecle.html

    Plus tragiquement encore: le groupe Bilderberg. De même, si vous ne le connaissez pas, intéressez-vous de près à ce groupe. DSK y fait partie...

  34. 34
    zip dit:

    bonjour,

    je vous en prie: dites leur a tous ces animateurs vedette que le debat s'en porterait mieux s'ils ne cessaient de couper sans arret leurs invites. Pas moyen que vous alliez au bout d'une idee ou bien trop rarement.

    Du coup on ne comprend pas tout et on assiste davantage a un spectacle qu'a une emission de debat. Ne me dites pas que c'est ce qu'ils veulent? du spectacle. Si? ah bon

  35. 35
    carlo dit:

    En visite officielle au Vatican, le PR a fait le signe de croix devant les caméras de télévision. Qu'en pense Jean-Luc Mélenchon, Est-ce bien compatible avec le principe de laïcité?
    Selon moi, ce n'est pas la burqua qui menace la laîcité mais le fait que les dépositaires de l'autorité politique affichent leur religion es qualités ou même qu'ils acceptent, ainsi qu'une nouvelle norme de civilité semble l'exiger, d'accomplir les gestes de la foi alors qu'ils ne sont pas croyants eux-mêmes ou qu'ils ont une autre religion. Les gestes de la foi ont une signification symbolique. Les accomplir, c'est, qu'on le veuille ou non, cautionner, voire approuver, les valeurs véhiculées par les religions. Mais c'est aussi conforter les autorités religieuses dans leur idée que leur message est universel alors qu'il ne s'adresse en réalité qu'à leurs coreligionnaires. C'est la raison pour laquelle on a bien tort de reprocher au pape ce qu'il dit sur le préservatif. Ce qu'il faut lui reprocher, c'est de se comporter comme s'il avait une autorié morale sur l'humanité.

  36. 36
    Bric à brac baroque dit:

    Je vous soutiens bien sûr, comme toute "la gauche de la gauche", mais cette expression est bien significative d'un état de fait lamentable. Personne pour nous défendre vraiment au jour le jour...

    Je me bats aussi, depuis trente ans, pour garder contre vents et marées nos acquis, mais le flot est devenu trop fort à cause de la très grande naïveté de nos directions, pour être gentille, de leur trahison politique, pour être juste.
    Alors je pose la question:
    A quand un programme clairement énoncé, distribué aux masses, discuté dans des assemblées?
    Et à quand l'armée populaire et néanmoins pacifique constituée pour contrer au jour le jour ce gouvernement?
    A quand la remise en cause claire d'un système qui broie tous ceux qui apportent leur critique à cette" façon de marcher", à la politique de la schlague et à la rentabilité?
    Car tout est dépendant de ce SYSTEME, le reste, les moeurs, les conditions de travail, les lois.... en découlent.
    Merci pour votre attention à tous, au 12, dans la rue, au 13, au 14, au 15, etc. jusqu'à la victoire!

  37. 37
    gerard patrice dit:

    Je me permet de signaler aux camarades recevant france 3 ouest, la diffusion de " Les ouvriers se cachent pour mourir" à 15 heures 25 ce samedi. La date de la diffusion nationale n'est pas encore fixée.
    Bon visionnage.

  38. 38
    Christian dit:

    Pour revenir sur l'émission de Durand, le jour où Ferry aura réglé son problème d’Ego sur-dimensionné, il sera peut être un interlocuteur à ta hauteur !... Pathétique, il ne lui manquait plus qu'un miroir, suis-je le plus beau ? ou le plus Bo ?...

  39. 39
    nicotine dit:

    Comme nous n'avons même plus assez d'argent pour leur acheter la corde qui les pendra et que sans nous, ils ne sont rien, alors nous gagnerons. Logique.

  40. 40
    Maxime Vivas dit:

    « Si le dalaï lama s’était fait voler une sacoche à sa mobylette le parlement européen aurait dénoncé un complot communiste. Mais un président élu qui se fait tirer dessus par des policiers qu’est ce que c’est ? Une mutinerie de la police, pas davantage. Indigne d’une délibération de notre noble rassemblement des amis des droits de l’homme ! »

    La mobylette du Dalaï Lama.

    Comme c’est amusant, au titre de journaliste et co-administrateur du site legrandsoir.info (où Jean-Luc Mélenchon ne compte que des amis) je rentre du Tibet pour un voyage d’étude avec des journalistes du Figaro et du Monde et je travaille à l’écriture d’un livre sur le dalaï-lama (sortie souhaitée, premier semestre 2011).
    Je vous en livre en exclusivité (si, si !) un court passage relatif à une histoire de… mobylette.

    (Rappel, sous les dalaï-lamas, y compris l’actuel, (le 14ème), les serfs et les esclaves étaient tenus à d’épuisantes corvées, dont celles du transport des marchandises, parfois des nobles et moines, sur leur dos).
    « Sur leur dos, car l'usage de la roue, pratiqué ailleurs depuis des millénaires, était interdit. Il n’était pas question d’autoriser même des charrettes tirées par des bêtes car elles « laisseraient des cicatrices à la surface sacrée de la terre ». Non seulement les hommes s’épuisaient et mouraient à la tâche, mais le commerce s’en trouvait bridé, le niveau de vie stagnait et il n’existait aucune route au Tibet, hormis un ruban, aménagé sur la Colline Rouge du Potala à Lhassa pour que le 13 ème dalaï-lama puisse jouer à y faire rouler ses 3 automobiles, probablement douées du pouvoir divin de ne rien abîmer du tout.
    Des vélos et des mobylettes vont pourtant apparaître sou son règne. Après sa mort, le régent, (le 14ème dalaï-lama a 8 ans), en 1943, en interdit l’usage sous le prétexte déjà évoqué (et que les moines se chargent de répandre) des cicatrices sacrilèges sur le sol. Au demeurant, il n’était pas question de tracer des routes. Quand les occupants britanniques voulurent s’y risquer, il leur fut expliqué que les dieux en seraient offensés et puniraient le voisinage ».

    A suivre…

    Quant à la mutinerie dans la police en Equateur, legrandsoir.info a donné l’occasion à son billettiste Théophraste R. de se déchaîner dans le sarcastique. Faites un saut sur ce lien. Rire garanti :

    Allez, RV dans la rue le 12 octobre.

    Maxime Vivas,
    http://www.legrandsoir.info/

  41. 41
    YHélène dit:

    Bravo! Merci! J'ai appelé maman qui arrivait d'Espagne en voiture ce jour là:" il y a Mélenchon vite regarde la télé!" Et Nous avons regardé jusqu'à la fin, malgré la fatigue de la route: Madrid Montpellier, nous avons ri, parfois compati. Mais que de moments vrais ! si vrais, de la difficulté qu'il y a à faire passer un message et nos idées, de l'urgence de la situation aussi, de sa gravité par en regard de la légèreté (tipo divino encanto de la burguesía) de Ferry. Mais vous! vous... Vous me faites presque le même effet de que Chavez!
    En un mot, Seguimos! Adelante comandante!
    Uh ah Victoria popular!

  42. 42
    AG91 dit:

    Nous sommes de l'autre coté de leurs barrières, et il faut déferler mardi pour leur faire prendre conscience qu'ils ne décideront plus pour nous,déferler avec des mots d'ordre constructeurs, et avec NOUS LUTTE DES CLASSE (et pas JE).
    Ah vous dirai je Mr Mélenchon mon admiration et ma confiance en vous et les vibrations intellectuelles et politiques que vous déclenchez, j'en ai convaincu quelques uns ces temps ci en leur faisant lire votre blog.
    Ah oui aussi insister sur le fait que "ressortir" JAURES c'est de la pure actualité, c'est le faire connaitre encore mieux (en parle t on dans les lycées ?)et ça ne parle que d'avenir et d'humanité et d'internationalisme, car dans le milieu à la rose palichonne on glose là dessus comme si vous ressortiez ces discours trop anciens pour l'actualité du monde à construire aujourd'hui, eh oui ils en sont là, à chercher une sorte de "modernité " ;c'est dire comment ils s'égarent.A vous saluer mardi.

  43. 43
    fouray dit:

    Contraindre le monde du travail à la capitalisation, remarque fort intelligente et rarement évoquée.
    Je trouve par contre le blabla des syndicats, sans relief par rapport à l'analyse de M.MELENCHON et de celui du P.S.

  44. 44
    Malain dit:

    Bravo Jean-Luc Mélenchon ! Je suis nouveau venu sur le blog, mais c'est très bien. Il faut continuer la lutte, c'est la seule façon de nous en sortir. J'attends avec impatience votre dernier livre que je ferai circuler aux citoyens ouverts.
    A bientôt et Bon courage.

  45. 45
    Nicolas B dit:

    "Ils" nous ressortent un fait du 21 mai 2009 et ne retiennent que les mots "Larbin"," salaud" pour dénigrer Jean Luc.
    Le traiter de comique, de George Marchais new look puis Jean Gabin,..... "ils" ne veulent pas entendre, ni informer qu'il y a une autre voie possible. Ça marche tellement bien comme ça, pourquoi changer la situation, plus d'usine, plus de service public, plus de sécu, quand on aura plus rien, et qu'Ils auront tout pris, tout détruit, tout vendu comment on fera ?
    Mardi je vais à la manif à Nîmes, pour que cela cesse, et qu'"ils" sachent que " ça suffit ! "
    Encore bravo Jean Luc,et merci pour cet espoir de changement.

  46. 46
    Cyril dit:

    Bonjour,

    Tout d'abord félicitations pour votre prestation dans l'émission de Guillaume Durand.
    Pour moi vous ne vous trompez pas lorsque vous vous engagez avec sincérité et force dans votre discours. Ceux qui vous pointent du doigt sont ceux qui ont peur du changement. Vous êtes à la politique ce qu'on pu être des Gildas, De Caunes et Garcia à la télévision. Aujourd'hui la télévision est formatée, la politique voudrait faire pareil de nous et de vous. NON! Votre analyse de la télévision est vraie. Pour avoir la parole dans les médias, il faut se faire remarquer. C'est pas vous qui l'avez inventé, c'est eux! Le phénomène du Buzz leur éclate au cigare. Ils veulent vous prendre en flagrant délit avec des "vidéos caniveaux-trottoirs" pour vous dénigrer et vous montrer du doigt. Soit. Mais plus il y a de buzz, plus ils sont obligés de vous inviter sur les plateaux (pour ça et d'autres raisons plus sérieuse quand même!). Plus vous êtes invité sur les plateaux, plus vous pouvez secouer le cocotier de l'intérieur en restant égal à vous même. Ils n'ont que le retour de bâton, et vous ne faites pas de jeu théâtral, qu'on se le dise. Attention quand même, il faut savoir sortir de ce jeu médiatique avant que les choses ne deviennent stériles cependant...Non? Mais je pense que maintenant vous allez pouvoir agir au-delà des buzz, car les gens commencent à vous entendre.

    Concernant Mr Ferry, j'ai un certain respect pour cet homme et sa liberté. Toutefois dans l'émission, j'ai trouvé que son discours (qui va bien avec le titre de son livre, La révolution de l'amour...), n'a été qu'une succession de lapalissades dégoulinantes de bons sentiments propre à charmer mais pas à convaincre, ainsi qu'une vraie succession de lieux communs. Cela a été la batailles des lieux communs contre les idées neuves. Les premiers rassurent, mais nous anesthésient. Les secondes font peur, mais sont fécondes!. Continuez Mr Mélenchon. Les gens sérieux sont avec vous. Il y a des moments pour tout. Faire l'amour ou faire de la politique. Après on peut aimer la politique, mais il ne s'agit pas de romantiser la bataille!.Mr Ferry a cru soulever certaines choses intéressantes quant à une cette fameuse réalité chinoise qui nous collerait tous à la peau et qui devrait avorter la lutte dans l'oeuf, ainsi que nous faire prendre fatalement le pas de leur foutue réalité économique. Mais Il n'a toujours pas compris ce monsieur Ferry, pourtant philosophe, que pour qu'un rêve se réalise, la lutte que l'on doit mener ne peut pas se permettre d'incorporer dans sa marche des choses impropres à la faire avancer.C'est ce qui différencie un centriste d'un homme de gauche.
    Mr Mélenchon, vous n'êtes pas un présidentiable, mais un révolutionnaire, l'un n'allant pas avec l'autre pour moi. Je préfère à mes souvenirs d'histoires ceux des révolutionnaires que ceux sur Louis XVI, le reste est une histoire d'égo.
    Continuez Mr Mélenchon, et comme l'a dit Christian B. plus haut, prenez soin de vous.
    On a besoin de vous entier. Prenez du repos pour la grande bataille !

  47. 47
    JC dit:

    M Mélenchon, je crois que vous devez être le représentant du FdG à la présidentielle. Vous en avez beaucoup d'avantage, mais surtout vous êtes médiatique. Evitons une candidature Lajoinie, elle ne saurait fédérer l'ensemble d'un vote de gauche radicale et permettrait un éparpillement vers Nulle Part Ailleurs ou autres.
    On voit l'offensive qui se dessine : DSK meilleur candidat pour battre Sarko. Le représentant du FMI contre son digne exécutant. ce serait à pleurer de rire si ce n'était nos vies et celles de nos enfants qui étaient en jeu. Et les hiérarques socialistes, au sujet des retraites, qui disent que les positions du FMI ne prennent indiféremment de son président. Ah bon, mais il sert à quoi le président du FMI ? Et s'il était président de la République DSK, ce serait pareil ? les décisions seraient prises contre lui ? Il faut à un moment arrêter de dire des conneries. Déjà ministre des finances du gouvernement Jospin, il pronait une politique libérale, ce n'est pas neuf et aujourd'hui Jospin n'est plus là.
    Alors oui, il faut un représentant au FdG qui soit capable de cristalliser l'ensemble du vote réellement de gauche et qui au delà de ses compétences, ai aussi un impact visuel et médiatique important. Nous sommes nombreux à compter sur vous.
    Cordialement Jean Luc et bon courage parce qu'il va vous en falloir.

  48. 48
    riad dit:

    Bonjour Mr Mélenchon

    Je tiens à vous dire que j'ai suivi cette pitoyable émission, et que cela me conforte dans l'idée que le pouvoir doit avoir peur de vous et de la progression de la sympathie que vous témoignent les français. Pour organiser dans l'urgence un tel lynchage et de façon aussi méticuleuse ça ne fait pas de doute. Tous les "français" de leur panel imaginaire étaient contre vous avec des arguments type MEDEF, on aurait dit les marionnettes du ventriloque Sarkozy, c'était honteux...

    Pendant ce temps ce blaireau de Ferry était avaché sur le canapé comme chez lui avec son sourire plein de suffisance et sa complicité avec Guillaume Durand crevait les yeux il se permettait même de lancer des "Guillaume, voyons ! " comme s'il était au bistrot avec son pote, avec se petites expressions de bourgeois Parisien dans sa chemise prada "elle était sublimissime" je lui aurais mis des claques !

    Même si il y avait des choses à prendre dans ce genre d'émissions je pense quand même qu'il aurait été plus judicieux de ne pas y participer, parce que malheureusement beaucoup de gens ne décryptent pas encore assez vite les procédés de fachistes qu'utilisent les médias aujourd'hui.

    En tous cas merci pour votre action et pour vos nombreuses autres interventions télévisées où le débat était plus élevé.

  49. 49
    micmousse dit:

    - au moins 1 spectateur de + car j'ai regardé sur Internet
    - G Durand ne veut pas parler de politique mais faire du spectacle, c'est pour cela qu'il invite des trolls ;malgré cela tu as raison d'y participer.
    - A Chabot est bien membre du siècle comme Martine Aubry, Rachida Dati, Copé... et Luc Ferry :Jean-Luc Mélenchon n'a qu'à lui poser la question (cf Wikipedia)
    - le 12 10,je serai encore dans la rue mais je sais que la division est proche pour en avoir déjà parlé avec des élus PS pour lesquels (je le leur ai dis) il est totalement hors de question que je vote (DSK, Aubry, Royal, Besson, Kouchner, Valls : même panier) mais je comprends le PC,le PG, le NPA... pour lesquels l'urgence est de faire plier Sarko
    - Je trouve Jean-Luc Mélenchon mou du genou (ce qui apparait peut-être pour certains comme caution et donc alimente le tous pourris) et il devrait mettre un peu plus d'ardeur (et son talent) à dénoncer Woerth dans l'affaire Bettencourt car il est parfaitement évident qu'il a beaucoup à se faire reprocher (Wildenstein, cesar, peugeot, PMU, l'embauche de sa femme,W19, ses conseillers...) mais que la aussi Woerth couvre des pratiques de l'empire Sarkosien

  50. 50
    JeanLouis dit:

    Mr Mélenchon, je suis un supporteur de votre démarche et après avoir voté socialiste toute ma vie je vote PG maintenant. Je veux que vous réussissiez aussi je pense qu'il faut que vous travailliez beaucoup plus votre argumentation quand quelqu'un comme l'autre soir sur France 2 vous dit que vous faites peur, oui vous faites peur, et pas qu'aux très riches, même au pauvres gens qui n'ont pas de culture suffisante pour comprendre que l'avancement d'une société, sa cohésion repose sur la juste contribution de chacun à la solidarité nationale en fonction de ses revenus et donc que "taxer les riches", qu'un impôt confiscatoire au dessus d'une certaine somme, 20 fois le SMIC dites vous, pourquoi pas, est chose possible, normale, que ça a déjà été fait y compris aux EU après 1929, etc, etc,..Et ceux qui choisiraient la désertion et bien ils prendrait le package social complet du lieu ou ils choisiraient d'émigrer, qu'ils ne comptent pas profiter en plus du système de santé français par exemple... Il faut aussi mieux argumenter sur les risques liés au retour à la fiscalité des entreprises ne serait ce qu'avant 2000, et expliquer l'évolution des profits pour les actionnaires, les délocalisations de plus en plus nombreuses, même si il y a quelques relocalisations, la fragilisation du tissu industriel, et en quoi le protectionnisme ce n'est pas isoler la France mais une des conditions de notre survie, de la création d'un autre modèle de développement, comme un économiste pas particulièrement de gauche comme M Allais ou le sociologue E Todd essayent de l'expliquer dans l'indifférence générale. Bon courage!

Pages : [1] 2 3 4 »

Blog basé sur Wordpress © 2009/2013 INFO Service - V4
Générateur de miniatures