08oct 10

Sénat, Télé, Europe et réunification allemande, Front de gauche dans l'Humanité

Dans l’odeur de la poudre

Ce billet a été lu 11 093 fois.

J e fais une note brève avant mon passage au grand jury RTL ce dimanche car je suis enfoui dans mes fiches. Et je prépare aussi un petit texte pour ce blog à propos de la situation financière du pays. En ce qui concerne l’actualité, j’avance à pas de loup, tant je sens que l’atmosphère se tend de tous côtés. Mais c’est certain que nous sommes dans un moment d’accélération de l’histoire. Et j’ai le sentiment avec mes amis du Parti de Gauche que nous sommes en phase avec le moment. J’ai assez roulé ma bosse pour savoir que ce n’est pas si souvent que c’est comme ça dans une vie politique. Au Sénat les camarades sont mobilisés à fond. L’équipe réalise elle-même un film tous les deux jours en plus des taches dans l’hémicycle. Le passage en force du gouvernement et de ses larbins sénatoriaux ne suffira pas à faire retomber la pression du 12, c’est certain. Je vous livre ici des réactions et des documents. On se retrouve lundi sur cet écran pour la note suivante.

Je suis parti à Bruxelles, mercredi, sans que l’adrénaline ait vraiment été évacuée de mon sang, après l’épreuve de l’émission de Guillaume Durand « face aux français ». Une épreuve, en effet, car seuls des naïfs peuvent croire que ce soit une promenade de santé de passer deux heures sur un plateau de télé. Surtout quand vous savez pourquoi vous y êtes et qu’il s’agit de donner tout en prenant. Tout ce que j’avais à dire, j’ai pu le dire dans ce contexte. Et je ne me plains donc pas, sinon de mes propres faiblesses et des erreurs que je commets dans le combat quand j’enchaîne mal deux mouvements, ou que je rate une parade, ou que je surestime une ouverture dans la défense adverse. J’ai donc eu de beaux moments et des beaucoup moins bons. Il faut croire que cela a intéressé puisque l’émission a gagné cinq cent mille téléspectateurs supplémentaires par rapport à la précédente. Au total donc c’est une sorte de meeting avec un million cinq cent mille participants. Je ne me les attribue pas, cela va de soi. Mais je sais que si Ferry-Mélenchon (la révolution de l’amour contre la révolution citoyenne) rassemblent davantage que Kouchner-Bruel, même dans le monde si spécial de l’industrie de l’information et du spectacle réunis, cela veut dire quelque chose à propos de l’attente des gens qui regardent.

Dès lors les petits coups de griffes inacceptables ne sont rien d’autre que le rappel du fait que ce système médiatique ne peut que nous être intrinsèquement hostile. Ce qui n’est pas une découverte, convenons en. Je me suis donc accommodé des comparaisons injurieuses avec un comique pour la deuxième fois de la part de Durand, du panel extravagant de « français » sans ouvrier ni femme, en proportion de la population, du reportage sur moi le jour de la mobilisation sur les retraites réduit à quarante secondes au lieu des deux minutes trente prévues et ainsi de suite. Rien ne s’est passé comme prévu et travaillé avant. Mais qu’est-ce que ça peut faire ? La parole est passée, elle a fait son chemin. Des gens y ont trouvé des raisons de retourner au combat ou de voir différemment les choses de la vie. A l’heure où l’on serre les poings dans les poches, n’oublions jamais la phrase amusante de Lénine : « les capitalistes nous vendront la corde pour les pendre ». Ainsi soit-il. Le plan de marche de notre petite cohorte audacieuse se déroule comme prévu, pour l’instant.  

Quelle ambiance dans ce parlement européen ! C’est de la propagande à jet continue. Mercredi, nouvelle cataracte de bons sentiments et de propagande anti communiste. Il s’agit d’un lot de résolutions bêlantes et d’une séance de vulgarité totale à propos de la réunification allemande. Madame Merkel n’est pas là. C’est dire l’intérêt que soulève la séance chez les importants. Mais on a sorti de la naphtaline Lothar De Mazière, le dernier premier ministre de l’Allemagne de l’est. Un bigot qui se réclame de son identité de « huguenot », cire les pompes du pape comme vainqueur du communisme et ainsi de suite. Un flot de bla bla prétentieux qui se garde bien d’aborder le bilan de cette réunification pour les allemands eux-mêmes. Et pour l’Europe qui l’a financée. Et sur les raisons qui conduisirent ces messieurs-dames les gouvernants allemands de l’époque à trainer plus d’un mois pour reconnaitre la frontière à l’est du nouvel état unifié. La fameuse ligne Oder-Neisse. Hésitation qui manifeste mieux que tout ce que les permanences de l’histoire veulent dire. Et après ça, voila Jacques Delors invité à nous édifier. Un compatriote. Un socialiste. Mis en place par François Mitterrand à la tête de la Commission. Mais lui ne dira pas un mot du président défunt. Il n’hésitera pourtant pas à se citer lui-même, en toute modestie bien sur, et après avoir fustigé l’ingratitude des successeurs qui ont oublié leurs devanciers. Il faut l’entendre pour le croire. Je garde pour moi ce que m’inspire la démocratie chrétienne internationale qui aujourd’hui fait la fête à ses patriarches sous prétexte d’unité allemande. A la fin de ces ondées lénifiantes on joue un prétendu hymne européen en présence d’un prétendu drapeau européen. On se lève sur nos bancs, mais on n'en pense pas moins. Et voila Gollnish député d’extrême droite qui fait l’habituel numéro de circonstance. C'est-à-dire rappeler que le drapeau et l’hymne ont été retirés du traité de Lisbonne. Cris, tumulte…Le président du groupe de droite Parti populaire européen, le français Joseph Daulhe vocifère et déclare que ceux qui soutiennent cette position n’ont qu’à renoncer à leur indemnité. « Profite et tais-toi », en quelque sorte ! C’est rafraichissant. Mon voisin, Jacky Henin, qui se contenait à grande peine depuis le début de ce bal de faux cul, explose de colère : « donc on a juste le droit d’être d’accord, sinon on doit rembourser ! » Moi je n’en peux plus non plus.

Vite, on fait encore une cinquantaine de votes à la chaine. On vote une résolution contre la peine de mort dans le monde en exigeant de tous les pays qui la pratiquent des comptes. Tous, sauf les Etats Unis d’Amérique, bien sûr. Et, ouf, ça y est c’est fini ! Pas un mot sur le coup d’état en équateur, bien sur ! Si le dalaï lama s’était fait voler une sacoche à sa mobylette le parlement européen aurait dénoncé un complot communiste. Mais un président élu qui se fait tirer dessus par des policiers qu’est ce que c’est ? Une mutinerie de la police, pas davantage. Indigne d’une délibération de notre noble rassemblement des amis des droits de l’homme !

Je résume la vision de l’histoire qui nous a été assénée cette fois ci comme les autres. L’Europe a été libérée par les américains sans l’aide de personne ni que l’URSS et ses vingt millions de morts au combat y soit pour quelque chose. Puis, l’Europe a été victime du communisme dont elle a été libérée par le pape disant aux polonais « n’ayez pas peur ». L’Allemagne a été réunifiée par enchantement et les français n’avaient rien à dire sur le sujet. Grâce à Jacques Delors au pape et à Helmut Kohl, et un peu Georges Bush l’essentiel a été réalisé sans verser une goutte de sang ce qui prouve bien le côté fondamentalement pacifique de l’ouest. Ah, la réunification ! Quel « cela-va-de-soi-tout-est-bien ». De son côté, nos camarades de Die Linke ont un autre bilan de cette bonne action fondamentale de l’ouest bienveillant à l’égard de l’Est martyrisé. En effet, le rapport annuel du gouvernement allemand sur l’état de l’unité allemande arrive à la conclusion que la réunification serait en très bonne voie. C’est une estimation erronée,  selon la présidente de Die Linke, Gesine Lötzsch. Je publie donc son texte, traduit par Claudine Girod. 

20 ans d’unité allemande? Un regard réaliste. « L’ « unité allemande » est évoquée et fêtée à grands renforts d’argent par le gouvernement fédéral. Mais dans les têtes et dans la vie de millions d’hommes, elle n’a pas réussi parce que tous les gouvernements fédéraux des 20 dernières années ont tout fait pour semer la discorde entre l’Est et l’Ouest. CDU/CSU, FDP, SPD et Verts ont fait de l’Allemagne de l’Est un « pays Hartz IV ». (Il s’agit d’une réforme  extrêmement dure du gouvernement du socialiste Schröder qui a notamment réduit drastiquement les indemnités des chômeurs). La rénovation des centres villes, la construction d’une infrastructure de réseaux et de voies de communication sont sans doute aucun des progrès. Mais ceci ne doit pas cacher l’aspect le plus important : les personnes, en Allemagne de l’Est trouvent moins de bons emplois, les salaires et les retraites ne sont toujours pas au même niveau. Il y a un manque de places en formation pour les jeunes, et ceux-ci n’ont aucune chance de promotion. C’est pourquoi par exemple plus de la moitié des soldats qui sont engagés dans la guerre en Afghanistan viennent de l’Est.

La chancelière vient de l’Est. Mais elle non plus – comme tous les gouvernements qui l’ont précédée- n’a rien fait pour donner aux allemands de l’Est une chance de bonne formation et de promotion dans cette société. Il n’y a aucun ministre ou secrétaire d’état, aucun directeur de chaîne publique de télévision, aucun rédacteur en chef de la presse nationale, aucun général de l’armée fédérale, aucun ne juge au tribunal constitutionnel fédéral, qui vienne de l’Est. On aurait pu parler d’une vraie unité entre Est et Ouest si au moins quelques acquis de la RDA avaient été introduits à l’Ouest, comme par exemple les crèches et les polycliniques.

Casse sociale à l’Est et à l’Ouest. Tous les gouvernements fédéraux soignent tant bien que mal l’Allemagne de l’Est, sans véritable succès. Si on mesure les résultats à l’aune des moyens investis, alors le résultat est honteux. Les gouvernements fédéraux ont porté la casse sociale à l’Ouest. Depuis la chute du mur beaucoup de gens des anciens Länder ont vu leurs conditions de vie empirer. Les salaires baissent, il y a de plus en plus d’emplois qui ne permettent pas de vivre. Pour les indemnités de chômage, il y a eu la réforme Hartz IV. Avec la perte de compétitivité du système, c’est l’économie sociale de marché elle-même qui est mise en pièces. Plus la situation sociale empire pour les citoyens de l’Est et de l’Ouest, et plus les attaques contre la RDA, disparue depuis 20 ans, ont tendance à disparaître. Die Linke a tiré les leçons des erreurs de la RDA et des 20 dernières années. Nous avons compris que le capitalisme d’aujourd’hui ne peut pas résoudre les problèmes des allemands de l’est et de l’Ouest, pour ne rien dire de ceux du monde. DIE LINKE lutte pour une société où ce ne sont ni les profits ni la peur qui gouvernent, une société qui n’exclue pas, qui n’humilie pas les hommes, une société qui mise sur la solidarité et la justice. »

Et nous ? Que faisons-nous ? Comment voyons-nous la suite des évènements ? J’en viens donc au Front de Gauche. Le journal l’Humanité m’a proposé un entretien et j’ai accepté avec plaisir de le faire. Par ce moyen je peux expliquer aux communistes –mais pas qu’à eux- comment je vois ce qui les préoccupe et dont rendent compte les questions que me pose leur journal favori. Je pense que questions et réponses ont une portée large. En tous cas moi j’ai agi avec ce soucis. C’est pourquoi je veux placer ici le texte de cet entretien réalisé par Mina Kaci                                 

L’Humanité : « Comment expliquez-vous l'acharnement du pouvoir à vouloir faire passer coûte que coûte sa réforme des retraites ? »

Jean-Luc Mélenchon. Le programme de Sarkozy était de faire Mai 68 à l'envers. On a cru que c'était une affaire de mœurs. Non, c'est le renversement du rapport de forces créé à la deuxième grande vague de conquête ouvrière et sociale, qui va de 1968 à 1983. C'est la rupture avec la clé de répartition des richesses. L'enjeu des retraites, venant après le démantèlement de la santé, de l'éducation, des services publics, est de savoir qui va avoir la mainmise sur cette énorme masse d'argent que représentent les cotisations de chaque travailleur. Le but avéré est de ruiner le système actuel des retraites pour contraindre les salariés à la capitalisation. La bataille des retraites est donc centrale pour Sarkozy. Et tout autant pour le salariat. A la fin, ce qui est en cause, c’est une manière de vivre en société.

« Que faire pour contraindre le gouvernement à renoncer à son projet de réforme ? »

Jean-Luc Mélenchon. Les partis doivent être à la fois sur le front social avec les syndicats et avoir une action politique spécifique. Pour que la dignité de notre démocratie soit respectée, j’ai proposé, avec d’autres, l’organisation d’un référendum. Je m'aperçois que cette idée fait du chemin. C'est d’autant plus légitime que le président de la République lui-même avait dit qu'il n'avait pas mandat pour toucher à la retraite à 60 ans, puisqu'il n'en avait pas parlé quand il était candidat à la présidentielle en 2007.  

« La gauche, unie dans les luttes, peut-elle être crédible sur cette question sans un projet alternatif commun ? »

Jean-Luc Mélenchon. La gauche n'est pas unie: elle est rassemblée derrière les syndicats qui, eux, sont unis sur des consignes communes. Il ne faut pas se bercer d'illusions ni endormir les consciences : on a besoin, au contraire, qu'elles soient en éveil. Les différences entre les partis de gauche ne sont pas anecdotiques. Depuis le début, Martine Aubry affirme qu'elle est à la fois pour la retraite à 60 ans et pour l'allongement de la durée de cotisation. Or, en allongeant cette durée, on ne peut plus parler de retraite à 60 ans pour la plupart des cotisants, qui n'ont pas le nombre d'annuités suffisant pour prétendre partir à taux plein à 60 ans. Quand les Français voteront en 2012, ils devront aussi nous départager sur les durées de cotisations pour l’avenir.  

« Mais avant 2012, ne peut-on infléchir la politique du Parti socialiste ? »

Jean-Luc Mélenchon. Nous devons, nous le Front de gauche, tenir les deux bouts de la chaîne : la particularité de notre point de vue politique d'une part, de notre radicalité concrète et, de l'autre côté, le devoir d'unité. Mais rien ne doit se faire au prix de passer sous les fourches caudines du PS et d’Europe Ecologie. Oui, la tâche est difficile. Mais nous devons résoudre cette difficulté, et non la contourner. L'unité derrière les syndicats ne doit pas être le cache-misère des turpitudes de la gauche. Nous devons être capables de marier très étroitement le moment politique, le moment social et la vision à long terme. Une stratégie de conquête du pouvoir pour appliquer un programme de radicalité concrète se prépare de longue main. C’est la méthode de la révolution citoyenne que le PG propose. Il faut sans cesse lier tous les aspects de la lutte dans la rue et dans les urnes.

« Comment comptez-vous faire vivre le « programme partagé » du Front de gauche, que vous avez lancé à la Fête de l’Humanité ? »

Jean-Luc Mélenchon. Les composantes du Front de gauche vont recenser leurs propositions et celles que le mouvement social met sur la table, avant de les mettre en débat.  Il faudra trouver un point d'équilibre qui permette, par grands thèmes, d'avoir 5, 6 ou 7 propositions essentielles qui dessineront le programme. Mais ce qui est au moins aussi important, en dehors du travail collectif et intellectuel, c'est la capacité de mobilisation des secteurs populaires concernés. Il faut donc être synthétique et précis dans les propositions et, par-dessus tout, être dans l'implication populaire avant pendant et après le programme.

« S’il s’agit d’un programme de gouvernement, il devrait donc être discuté avec le PS ? »

Jean-Luc Mélenchon. Rien n’y oblige. Il n’y aura pas de candidat commun avec lui à l’élection présidentielle de 2012. L'essentiel de notre travail doit consister à rassembler le plus de forces possibles sur la ligne de la radicalité concrète que nous proposons pour tirer les Français de l’impasse où la politique de la droite les enfonce. Le Front de gauche doit d'abord avoir une ébauche bien avancée de son programme. Il le mettra en débat partout. Sur cette base nous pouvons constituer des fronts de gauche dans tous les grands domaines impliqués par nos propositions. Par exemple l'éducation, les droits des femmes, la santé. C’est la condition pour ramener au vote des millions de citoyens qui ne se reconnaissent pas dans la tambouille de la gauche hésitante. Il faut donner son temps à cette implantation  et assumer tranquillement la compétition avec le PS et Europe écologie. Nous la mènerons de façon responsable. La victoire de la gauche est à ce prix.

« Etes-vous candidat pour porter les couleurs du Front de gauche ? »

Jean-Luc Mélenchon. Une candidature au titre du Front de gauche n’est pas une aventure individuelle. J’ai dit que je m’en sentais capable. Mais je ne m’autoproclame pas.

« Que pensez-vous de l’éventuelle candidature d’André Chassaigne, le député communiste ? »

Jean-Luc Mélenchon. Il se sent capable comme moi d’assumer ce rude travail. A mes yeux, il en est digne. A nous de savoir  maîtriser le processus, trouver un point d’atterrissage, une méthode pour conclure qui doit aussi être respectueuse de la dignité des personnes, que ce soit pour moi comme pour André.

« Etes-vous déterminé à ce que qu’il n’y ait qu’un seul candidat pour le Front de gauche ? »

Jean-Luc Mélenchon. Ma proposition est parfaitement claire et André Chassaigne a fait la même dans le journal « La Montagne » : nous pensons que les composantes du Front de gauche doivent s’accorder pour proposer une candidature commune. Les directions doivent assumer leur responsabilité ! On ne s’en remet pas à je ne sais quelle démocratie directe ou à une assemblée générale des comités. La candidature doit ensuite être soumise au vote des adhérents de chaque composante de l’alliance. André et moi nous ne voulons pas faire durer une espèce d’ambiance type primaires entre nous. Cela peut finir par cristalliser. Nous n’avons rien à y gagner.


165 commentaires à “Dans l’odeur de la poudre”

Pages : « 1 [2] 3 4 »

  1. 51
    Antoine dit:

    A propos de l'émission de Guillaume Durand, je suis étonné que vous n'ayez pas tout simplement relevé que le panel (ou ses questions) était tout simplement fabriqué - et non seulement biaisé. Les questions posées n'étaient pas celles de citoyens ; elles ruisselaient du jargon journalistique et des questions oiseuses que se posent seulement les éditorialistes et donneurs de leçons professionnels. De plus, les intervenants en question étaient étonnamment à l'aise, non seulement pour poser les questions, mais aussi pour riposter à vos réponses ; alors qu'on sait l'effet inhibant et déstabilisateur qu'a normalement l'intervention télévisuelle pour quelqu'un qui n'y est pas habitué.

    Il n'y avait rien là-dedans, il me semble, que de la parole journalistique habituelle assénée par de faux "citoyens lambda".

  2. 52
    pichenette dit:

    Pédagogiquons un peu: ce n'est pas la mer qui pollue les rivières, c'est en allant vers les sources que l'on trouve les causes.
    Idée venue à propos des propos de M L Chatel, "les manif sont dangereuses."..
    Pourquoi y a-t-il nécessité de s'engager dans des manifestations? Quelle magnifique et charitable intention serait de les interdire!

    Des coups de gueule, choquant (?), mieux vaut la Cour courbée pliant le futur et la réflexion.

    Entre absolution et dissolution..

  3. 53
    Marie dit:

    à carlo, @35

    La première chose à remettre en place est la Laicité, Loi 1905, càd le respect de chacun par rapport à ses convictions personnelles...
    Car, derrière l'ostentation, purement de comédie, du Chânoine, il y a un désir de division de la Population...ce qui lui permet de "régner"...plus de "peuple uni" = qu'est-ce que cela devient facile ! =) or, c'est bien à cela que nous devons oeuvrer : un sentiment commun et justifié d'injustice, et un désir de s'unir pour lutter contre cette politique dégradante : c'est bien ce que l'on ressent au milieu des manif°.
    Cela lui permet aussi des manoeuvres douteuses - j'alerte les jeunes là-dessus - de stigmatiser une partie de la population...[on en a vu quelques beaux aspects récemment, et ce n'est pas fini : il faut tenir bon !]

  4. 54
    claudine dit:

    Bonjour Monsieur Mélanchon,
    J'ai apprécié votre présence dimanche, surtout vos réactions face à Guillaune Durand. Je suis toujours sidérée d'écouter de jeunes journalistes nous expliqeur, de force, ce qu'a été mai 68... j'avais 20 alors et était bien consciente de tout, compte tenu de la censure de l'époque. Non, pas de grogue, la société de consommation... mais on n'y avait même pas encore accès, sinon dans la bourgeoisie, etc... Il reste 18 mois pour bouger, nos espoirs vont vers vous. Merci et restez vous-même surtout, sans conseils de communication ! bon courage.

  5. 55
    lou passejaire dit:

    Ce matin, dans cette Corréze terre de gauche qui nous est chêre, 400 à 500 manifestants ont signifié au ministre Hortefeux qu'il n'était pas le bienvenu sur notre terre de résistance...

  6. 56
    Cathare dit:

    salut à tous
    Je sors du forum de libé,c'est la transe la melenche y est cité ; pas pour ces propositions bien sur, juste pour un vague "salaud" illustrant une fellation médiatique courante.
    C'est la transe chez les inventeurs de l'eau tiède et autres traqueurs de fautes de français presque 500 réactions vas y jean luc, une autre, je me régale de les voir mouiller leur slip la secte des ségoliens moyens transpire à grosses goutes.
    Ta cote monte jean luc faut envoyer !

  7. 57
    Fred dit:

    Plein de nouveaux noms dans ce blog... ça bouge. J'essaie de convaincre les gens autour de moi de voter Front de Gauche. Doucement les gens se rendent compte qu'il y a un autre monde que celui que les médias dominant essaient de nous imposer, qu'il y a autre chose que le ps(si vous voulez savoir ce que le ps nous réserve, observez la Gréce, l'Espagne, le Portugal. Ce parti n'a pas de courage).
    Quant à Pujadas, il ne mérite pas sa carte de journaliste. Il déshonore sa profession. J'ai regardé son interview du syndicaliste et je trouve que Mr Mélenchon a été trop gentil envers Pujadas. Mr Mélenchon n'a rien à regretter quant à ses propos.

  8. 58
    lenoir dit:

    Bonjour Jean Luc Mélenchon,
    J'ignore, si comme la plupart des créateurs de blog doté d'une quelconque notoriété, vous lisez les commentaires déposés sur celui-ci ou les faites lire par un de vos collaborateurs, mais peu importe.
    Pour ce qui est de 68, j'étais en 6ème au collège, en province, et, à vrai dire, peu intéressé si ce n'est par le charme de l'école buissonnière....puisque je ne suis revenu au collège que une semaine plus tard, n'ayant pas suivi l'actualité locale, je n'avais pas appris que les cours avaient repris. Et ils n'ont pas repris immédiatement pour moi et un de mes acolytes: virés 3 jours. J'aimais déjà feuilleter un vieux livre traitant de la période révolutionnaire de 1789, avec de nombreuses reproductions de gravures et autres documents en tous genres. IL m'est toujours resté cette image du fermier général (me semble-t-il) dont la tête tranchée a été promenée au bout d'une pique dans tout Paris; avec la bouche garnie de foin. Il avait eu le malheur de dire aux parisiens réclamant du pain qui était devenu introuvable "ils n'ont pas de pain, ils n'ont qu'à manger de l'herbe". Ma citation est approximative. Soit dit en passant, si le ratio actuel salaire journalier prix du pain avait eu cours à certaines époque, tout le monde aurait été dans la rue. Mais, le pain n'est plus l'aliment essentiel qu'il était; heureusement pour les boulangers et les" autorités" qui veillent à notre bien être.....Dans ma généalogie familiale, mon arrière grand père a été un des premiers à créer une SCOP, a migré de commune libre en commune libre pour arriver dans celle de la butte aux cailles et a fini sa vie dans la commune du Val de Marne de ce cher Maurice. Libre Penseur par tradition familiale et conviction, je suis comme dirait Cioran " divaguant de jour en jour comme une dans un monde sans trottoir". A-t-on jamais vu un changement d'importance sans que le clash soit de même ? Jusqu'à preuve du contraire, nos gouvernants ont été élus. Et il a bien fallu qu'une majorité de nos concitoyens le veuille. La majorité qui se plaint présentement de la majorité....Hélas, plus le temps passe et plus le changement d'importance qui pourrait mettre fin à cette injustice sociale qui est la notre, devient difficile à envisager. En 1789, une nation pouvait changer en partie, quitte à se mettre à dos les nations alentours. Mais en 2012, ce serait se mettre à dos l'internationale qui possède tout partout. Et, qui approuverait notre changement....les plus de 95% de la population mondiale.........qui possède moins de 5% de la richesse mondiale. Je crains que la lutte ne soit fort inégale. Mais, cela ne m'empêche pas de le souhaiter.Je préfèrerai toujours l'action aux discours.
    Cordialement.

  9. 59
    Alin dit:

    Oulaaaaaaaaa, ça va encore chauffer, les journaleux vont se ramasser quelques claques supplémentaires (et bien méritées).
    Pierre Carles sort donc son nouveau documentaire et il y a des bandes d'annonce qui circule. On y voit Mélenchon réagir à chaud en regardant un extrait d'un JT présenté par Pujadas et dire "salaud" et "larbin".
    Imaginez-vous que la presse a trouvé de quoi s'agiter encore un peu et de nombreux articles titrent: "Mélenchon insulte Pujadas".
    France Télévisions monte même au créneau et réagit pour défendre Pujadas.
    Tout est bon pour faire le "buzz", tout est bon pour raconter des âneries. Le problème pour les journaleux c'est que les gens ont ouvert les yeux. Les réactions de Mélenchon (et je dis bien réactions) sont partagées par un bon nombre de citoyens.

  10. 60
    Michèle dit:

    Ce matin à Martigues la place Jean Jaurès s'est colorée d'un bariolé de drapeaux, s'est animée de discours brefs et incisifs de camarades du Collectif de Défense des Retraites. Le micro est passé de main en main comme une solidarité à l'œuvre, un souci de faire place à l'autre. C'était inédit, beau,vif et vigoureusement applaudi.
    Le contraire de la "dépression", mot que vous avez revendiqué "face aux français" dans sa dimension de souffrance extrême désignant le degré où les choses sont "prises à cœur"- oui mais pas en vain, j'y pensais ce matin, le Front de Gauche est né et se réalise là, concrètement, un micro de main en main.

  11. 61
    VERGNES dit:

    En souhaitant que ce post, soit perçu comme une contribution critique constructive sur les risques et dérives de la place que peut occuper un leader politique dans l’opinion, et non comme une attaque personnelle contre l’intéressé.

    Comme après chaque apparition télévisée de Jean-Luc Mélenchon, le blog fait le plein de commentaires émerveillés, où les éloges et superlatifs rivalisent.

    Les commentaires portent d’ailleurs le plus souvent sur la façon dont Jean-Luc Mélenchon répond aux attaques des journalistes et chacun de se pâmer sur telle ou telle réplique que leur champion a pu faire pour renvoyer dans les cordes le journaleux belliciste.

    Cela ressemble plus au résumé d’un match de boxe, qu’à une analyse lucide du role de bon client dans lequel Jean-Luc Mélenchon s’enferme au grand bonheur de ces mêmes journaleux dont la fonction est de détourné l’attention du téléspectateur vers la forme pour ne pas aborder le fond et bien évidemment de faire monter l’audience, seule garantie de garder leur gagne-pain rémunérateur.

    Dénoncer en permanence la soumission des médias c’est bien, mais c’est quand même sur le fond enfoncer une porte ouverte et on ne peut passer son temps à enfoncer des portes ouvertes, surtout lorsque que la petite lucarne s’ouvre si peu à la gauche de la gauche.

    Comparé à Chavez, voire De Gaulle on frise le culte de l’homme providentiel avec toutes les dérives que cela peut entrainer, et à commencer par dénaturer le propre message et stratégie de Jean-Luc Mélenchon.

    Ainsi puisqu’il est présenté (par de nombreux post) comme l’unique représentant crédible de la gauche de la gauche (et qu’il peut même passer devant le PS à lui tout seul), des glissements purement électoralistes commencent à apparaitre.
    Cà commence par :pas de candidat communiste, çà fait peur, puis dans le prolongement, inutile de s’embarrasser du PC puisqu’ils sont plus nombreux qu’au PG et donc ne voudront pas de Jean-Luc Mélenchon comme candidat (seul capable)…et les glissements continus « Jean-Luc Mélenchon fais gaffe à tes propos, tu fais peur » donc vas-y mollo et ce qui améne tout naturellement à demander à Jean-Luc Mélenchon de ne plus utiliser le vilain mot « révolution » même suivi de citoyenne.

    En deux mots les afficionnados te demandent non pas de convaincre le plus grand nombre, mais de ne pas déplaire au plus grand nombre. C’est la conséquence inévitable de présenter les urnes comme seul moyen d’aboutir à une alternative.

    Camarade Jean-Luc Mélenchon, je ne partage pas complètement ta vision des choses, mais il m’apparait que ton message initial a été étouffé par des admirateurs dont les commentaires exagérément laudateurs donnent du PG plus une image de fan-club autour de toi que d’un parti.

  12. 62
    levantis josette dit:

    Tenez bon ! nous sommes nombreux à croire en vous ! votre parti est l'alliance avec notre parti communiste.
    Vous êtes le seul à parler de nous comme l'on voudraient que les socialistes le fassent.
    Nous avons entièrement confiance à votre politique franche et nette.

  13. 63
    le Prolo (PG 01) dit:

    Le nouveau buzz de Jean-Luc :

    Avec les Conti en introduction, personnellement je trouve ça super pour remettre à l'heure les pendules de certains journaleux de la pensée unique...

    http://www.dailymotion.com/video/xf4807_jean-luc-melenchon-traite-david-puj_news

  14. 64
    argeles39 dit:

    La vidéo est plus complète ici :
    http://www.rue89.com/2010/10/09/conflit-des-conti-melenchon-traite-pujadas-de-salaud-170304

    J'ignorais, comme jean-luc Mélenchon, ce qu'est le club "le Siècle"
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Si%C3%A8cle

    Une belle brochette au service de l'oligarchie.......

  15. 65
    Humaniste dit:

    Oui je reconnais en Jean-Luc Mélenchon le franc parlé, la transparence, l'honnêteté, pour une fois qu'un politique ne parle pas le langage de la « langue de bois » alors les gens s'offusquent.

    M. Pujadas comme beaucoup d’autres trop nombreux sont aux ordres des pouvoirs en place.
    Il me semble qu’il a été décoré de la « laisse d’or »!

    qui détient la totalité des pouvoirs en matières de presse écrite et parlée ?
    qui veut regrouper certains journaux pour mieux contrôler l’information ?
    qui organise les « débats pipés » où lorsqu’on analyse l’émission on se rend compte qu’en sémiologie de l’image les invités sont traités différemment en fonction de leur appartenances. Regardez bien les cadrages des plans, les sujets traités, les apostrophes, les interventions qui n’ont rien à voir avec les thèmes, les coups bas, etc.
    Alors oui, la presse dans sa quasi majorité porte et portera longtemps une grande responsabilité de s’être tue sur les vrais débats de fond de notre société pour plaire aux « saigneurs » de notre République.
    Par son allégeance aux pouvoirs, les médias dit « grands » n’en sont pas moins très minables et contribues au climat malsain que la grande majorité des citoyens dénoncent sans pour autant s’exprimer.

    Jean-Luc Mélenchon par son charisme remet les pendules à l'heure pour le bien de tous comme d'Ab !

    Une brève :
    Le PS va devoir être le plus grand spécialiste en matière de contorsions avec la satisfaction du FMI sur le vote au Sénat concernant le rallongement à 62 ans des retraites !
    Grand merci toujours au FMI qui vend la Grèce à la Chine !

  16. 66
    JR PG84 dit:

    L'essentiel J-Luc c'est que cette émission à fait un score plus qu'honnorable en taux d'écoute. Le thème était plus que nul, et le public aussi (ce que bcp d'internautes ont relevé ici). Chacun a pu se rendre compte que tu étais la bête à tuer ds cette galère et tu t'en es sorti magnifiquement. N'hésites pas à contrecarrer ces présentateurs ignares et indigestes. Ils auront besoin de ta participation à leurs émission de m...pour faire grimper leur audimat...très prochainement...alors fait toi désirer et ménage tes absences voulues du petit écran.Courage camarade, on est avec toi et préserve ta santé pour être au mieux de ta forme lorsque le moment sera venu.Amitiés.
    José du PG84

  17. 67
    Gilbert Duroux dit:

    Antoine

    "A propos de l'émission de Guillaume Durand, je suis étonné que vous n'ayez pas tout simplement relevé que le panel (ou ses questions) était tout simplement fabriqué - et non seulement biaisé".

    Bien vu, Antoine. Acrimed a fait la démonstration que les émissions de Guillaume Durand étaient bidonnées et que les intervenants étaient cornaqués avant et qu'on leur soumettait les questions que la production avait préparées à l'avance.
    Voir ici.

  18. 68
    jennifer dit:

    Dans le journal anglais The Independant, ils parlent de l'acceptation par le conseil constitutionnel et prédisent une réaction vive du milieu musulman, voire des violences. Si cela était vrai mais ce n'est pas ce que je sens et bien Sarko aurait réussi a diviser le mouvement ouvrier si uni pour les retraites. Quand des tas d'horreurs ont été actées ces derniers mois roms, déchéance de la nationalité. Il fait tout pour implanter la graine du racisme en France et diviser cette belle unité. Et vu certaines réactions ca marche.

  19. 69
    VERGNES dit:

    @ Prolo 69

    Relis les posts de ce billet et des billets précédents tu verras qu'il n'y a aucune exagération.

    Et j'ai même remarqué que de plus en plus les posts se concluaient du style "Jean-Luc Mélenchon prend soin de ta santé, on a besoin de toi ".

    Face à tant de sollicitude Jean-Luc Mélenchon doit commencer à flipper sur son état physique. Un peu comme quand tes amis proches et bien intentionnés te déclarent "t'as mauvaise mine, tu sais "

    A mon humble avis c'est surtout d'organisations de la gauche radicale unies et en bonne forme dont nous avons besoin. La santé de chacun est une affaire personnelle, et Jean-Luc Mélenchon comme tout politique rémunéré doit se donner à fond.

  20. 70
    pierre MAURY dit:

    J'ai 79 ans Merci Jean Luc
    Je rajeunis à chacune de vos interventions
    A 15 an j'y croyais fermement après j'ai moins cru et j'avais presque renoncé à croire.
    Mais chaque fois que je vous lis dans mon Huma ou que je vous entends à la radio ou à la télé je me remets à croire.
    Je savoure vos colères et votre entêtement a recentrer vos réponses a l'essentiel malgré la perfidie de vos intervieweurs bravo merci j'ai presque envie de remiliter.

  21. 71
    Pierre dit:

    Des affiches avec la photo de Jean-Luc Mélenchon pour annoncer la sortie de son livre... Attention à la grosse tête...

  22. 72
    Simon Bolivar dit:

    Jennifer

    Le journal The Independant n'a d'anglais que le nom.
    Il appartient depuis le début de l'année au russe Alexandre Ievguenievitch Lebedev, qui l'a racheté pour une livre symbolique !
    Je te rappelle qu'il n'est ni un philantrope, ni un progressiste et que sa fortune personnelle est estimée à plus de 3 milliards de dollars.

    Mais quand bien même ce journal serait aussi indépendant que l'affirme son nom, depuis quand devons nous accorder le moindre intérêt à ce qu'écrit la presse britannique ? Et depuis quand le rôle d'un journal est de "prédire" l'avenir ?

    Quant à la graine du racisme, je ne suis pas d'avis qu'il a fallu attendre Sarkozy pour l'implanter. Je te rappelle que le 21 avril 2002, Le Pen avait recueilli 4 804 713 suffrages et Maigret 667 026 c'est à dire, à eux deux, le double du "mouvement ouvrier si uni pour les retraites" selon l'évaluation des syndicats.
    D'ailleurs, qu'est-ce qui peut laisser supposer qu'aucun des manifestants ayant pris part aux derniers rassemblements contre la réforme des retraites n'est raciste? Il n'y a pas un rapport évident entre les deux.

  23. 73
    LEFEBVRE dit:

    Bonsoir Jean Luc, bonsoir à tous
    D'abord, bravo et merci pour ton intervention télévisée de l'autre soir, face à Ferry. Tu nous montres une nouvelle fois ta compréhension du monde, de la vraie vie. Tu nous parles de nous, dans notre langage et pas dans la langue de bois habituelle. En plus, tu t'y es montré sensible. On a eu un Mélenchon à la fois combattif et humaniste, merci pour cet exemple.
    Quand à ceux qui trouvent maintenant (pourquoi ça sort maintenant?) que peut-être tu n'as pas suffisamment fait allégence à M. Pujadas, qu'ils s'en aillent aussi! Cette star du show-biz télévisé, payé une somme indécente émettait il y a quelques semaines que peut-être certaines personnes seraient contraintes de différer des soins, ou d'y renoncer, faute d'argent! Ce conditionnel, ce peut-être, sont une insulte à tous de la part de celui qui est payé par notre argent pour nous présenter le journal. Qu'il s'en aille aussi!
    Nous sommes nombreux à tes côtés,
    A bientôt,

  24. 74
    le Prolo (PG 01) dit:

    @ - 68 - VERGNES à 19h50

    En substance: "Les posts idolâtres"

    C'est juste que des citoyens reprennent confiance, en sont heureux et l'expriment.
    Parfois un rien démonstratifs et peut-être pas assez analytiques, ok avec toi.
    Mais pas si dramatique... Et plutôt réconfortant.

    Et de là à dire qu'il n'y a que de la forme et pas de fond dans les interventions de Jean-Luc, et qu'il est juste dans une posture creuse et sans signification quand il croise le fer avec un journaliste...

  25. 75
    Michel D. (PG11) dit:

    Bonsoir,
    Personne ne semble relever ici - mais il faut dire qu'il y a tellement de sujets qui font bouillir - les paroles de Fillon sur la France "courageuse" (les militaires blessés en Afghanistan à qui il a rendu visite) et "constructive", par opposition à la France "revendicative".
    C'est de la provocation ou quoi ?
    Les gens qui triment et qui en bavent tous les jours méritent infiniment plus de respect.
    Mais ce type et ses sbires nous humilient tous les jours, avec des remarques de ce genre et leur arrogance et leur mépris.

  26. 76
    Marie dit:

    à jennifer,@67

    Je n'ai pas lu cet article de The independant...
    Mais, s'ils ont bien dit "musulmans" : si c'est le cas,c'est dû au regard anglo-saxon et US, sur leurs sociétés, et leur façon de fonctionner...
    Ce n'est pas le regard français. Qui est un regard Laic : donc chaque personne est citoyen(ne) du Pays. Point barre.
    Il y a eu un glissement trés dangereux, dès l'arrivée de qui nous savons, d'abord comme ministre de l'intérieur, qui a bien manoeuvré, pour mettre la zone...Puis, quand il est devenu président : ce n'est pas anodin qu'il ait fait" le Coup de Latran" [et, il réitère].../ aucun Président français, élu démocratiquement, n'avait osé cela...Car, c'est un poste où il est nécessaire de prendre de la hauteur : Ce n'est pas être chef d'un clan ; c'est être élu du Peuple dans son entier...<nul doute qu'il y aura manoeuvre douteuse et manipulations pour semer le trouble dans les esprits.
    Espérons que la majorité de la population y résiste, et ne s'en laisse pas compter;
    Car, il y a un problème de non répartition des richesses, de perte des acquis sociaux : la population dans son ensemble va trinquer pour la upper-class. Il faut faire bloc : jeunes, moins jeunes, et vieux...
    Nos valeurs perdues de solidarité, nous devons les retrouver ensemble.
    Cramponnons-nous !

  27. 77
    Mario Morisi dit:

    Personne n'est parfait, je me suis joint aux r-m-istes pour voir jouer la nouvelle équipe de France...
    Je leur trouve une bonne tête, ils m'ont l'air dans l'esprit, concentré, assez normaux...
    Jusqu'à ce qu'une mer de huées, de lazzi, de vociférations monte...
    Je cherche à lire sur le visage du larbin en chef qui mène la danse avec le bon et brave et sain et gentil Lizarazu, je cherche à comprendre dans le ton de la voix d'Arsène Wenger...
    Il y a de la gêne...
    Je me dis, pour que ça vocifère aussi violemment avant que le match commence au SDF (et oui, c'était au stade de France...), il doit au moins y avoir un sbire de Sarko...
    La gêne passe, on cause d'autre chose...
    Puis, à la dérobée, le réalisateur et ses cadreurs font un bref panoramique sur la tribune d'honneur...
    Où l'on voit la Dame Bachelot furieuse et ne sachant plus où se mettre...
    Ces laquais, ces larbins de TF1 n'ont même pas eu le cran de faire leur métier de journaliste, c'est à dire expliquer aux 8 ou 10 millions de téléspectateurs que la VRP en vaccin, membre du gouvernement félon vendu au Capital mondial venait de se faire anéantir de sifflets et de hurlements...
    Comme d'hab

    Alors bravo Jean Luc, et même bravo Montebourg
    Le monde des faux semblants est en train de se disloquer...

  28. 78
    jennifer dit:

    Simon Bolivar

    Quelle agressivité!
    Je dis moi-même que je ne sens pas qu'il y aura des troubles à propos de cette interdiction de la burqâ. J'ai retrouvé l'article et ils parlent du fait que le gouvernement serait inquiet d'une réaction dans les milieux islamistes (des sites web) et font un lien avec des menaces terroristes.

    je répète donc ma phrase que si vraiment c'était le cas, comme personne n'aime le terrorisme (sauf erreur!) cela aurait réussi à diviser la population, ce que le gouvernement souhaiterait à tout prix.

    http://www.independent.co.uk/news/world/europe/frances-highest-legal-authority-removes-last-obstacle-to-ban-on-burka-2101002.html

    Personnellement j'aime plus The independant que The Guardian. Je le trouve plus à gauche, si tant est qu'on peut appeler ces journaux "gauche". Mais rassure-toi je ne les achète pas, il se trouve que je les ai sous la main. J'ai bien le droit de lire ce que je veux, non?

    En parlant d'unité et de division, j'ai vu que l'UNSA RATP n'appelle plus à la grève reconductible mardi, alors que par contre la FSU appelle à la généralisation de la grève. C'est fort gênant ce retrait de l'UNSA. Est-ce un début du front qui se lézarde?

    Comme Vergnes nous parle de ces 450 syndicalistes qui eux veulent le retrait total et la grève générale, j'espère que on ne va pas être écartelés entre ceux qui poussent à gauche et ceux qui se retirent. Notre force c'est l'unité de masse. Pour éviter de fausses polémiques Vergnes, moi aussi je pense qu'il faut aller vers la grève générale et qu'il faut le retrait du projet de loi mais je suis soucieuse de l'unité. En même temps si on attend trop avant de prendre des mots d'ordre nécessaires pour faire reculer Sarko et la grève générale l'est, les gens vont se fatiguer. Mais il faut arriver à convaincre tout le monde et ne pas y aller seuls! Bon tout cela est délicat comme toujours...

  29. 79
    matinbrun dit:

    Pour PIERRE (commentaire 71)
    je suis fier de coller l'affiche du livre de Jean Luc MELENCHON, car je sais que les droits iront au PARTI de Gauche et je ne connais pas beaucoup de personne capable d'un tel cadeau. Même Luc Ferry a été étonné que Jean-Luc Mélenchon n'encaisse pas les royalties. Une affiche qui fait parler de Jean-Luc Mélenchon donc du PARTI de Gauche, qui apporte des finances supplémentaires me donne encore plus de courage à coller pendant 2 heures le soir.
    Pujudas, pardon PUJADAS le fils d'Arlette CHABOT et de MONSIEUR ELKABACHE (monseigneur des ondes depuis l'ORTF) ne reçoit que ce qu'il mérite.
    Ce jour là j'ai gueulé la même chose devant mon écran mais je n'ai pas été filmé et je ne m'appelle pas MELENCHON.
    Combien avons nous été à vouloir ou à le traiter de salaud à l'écoute de ses questions ignoblement orientées?
    Il est capable d'aller demander aux mineurs chiliens, du haut du trou, s'ils n'ont pas peur dans le noir, s'ils ne regrettent pas de faire un métier de m.... dangereux et de les culpabiliser de mobiliser autant de moyen pour sortir d'un trou dans lequel ils sont entrés de leur plein gré.
    PIREJuDAS voulait rivaliser avec PPDA dont les interviews "surnaturelles"et l'allégeance à la BOUYGUES family nous ont tant donné la nausée, il le dépasse copieusement et son haleine propage un doux parfum de crème à reluire les chaussures à talonnettes.
    Sur internet ABONNEZ VOUS à MEDIAPART, lisez RUE89, BAKCHICH, achetez FAKIR et le SARKOPHAGE et si vous voulez avoir de gentilles nouvelles de SARKOLAND alors regardez notre nouvel ami DAVID P. et ses questions
    incisives et dérangeantes face au président (humour), ses questions provocantes et insultantes face aux français qui crèvent (colère).

  30. 80
    Poupou dit:

    J'avais déjà vu sur wikipédia l'existence du club Le Siècle et j'avoue que c'était le seul endroit où j'en avait entendu parler. Ca fait peur quand même de voir tous ces puissants se réunir comme cela pr discuter de la vie politique française, "dans notre dos". Sans en tirer des conclusions complotistes, cela en dit long du conformisme idéologique qui sévit parmi les puissances économiques, politiques et médiatiques. Honte à nos camarades socialistes qui y sont présent. Ceci est à relier au fait que j'ai lu ds Marianne que Rocard a fêté son anniversaire avec Parisot et Seillères entre autres! et lu ds le Figaro qu'Aubry avait invité Alain Minc et Guillaume Pépy (psdt de la SNCF) au sien! Ils ont les amis qu'ils veulent ms ça en dit encore long sur les compromissions idéologiques que certains peuvent faire avaler à leurs militants sincères.
    Le "qu'ils s'en aillent tous" est plus que jamais de mise. Notre pays mérite mieux!

  31. 81
    Rok Feller dit:

    Du courage,

    j'ai vu l'emission avec Durand.

    Le format de l'emission et le concept est tres lent et pas le moyen de vraiment debattre ou de rester longtemps sur un sujet.
    Et si on ajoute un Durand qui essait de mettre des piques ca aide pas. Surtout qu'il ne mene pas tres bien son truc.
    Heureusement que vosu avez su prendre la main pour repondre et debattre un minimum, malgres le zapping de Durand qui detriut tout.

    Ce n'est pas l'emission du Siècle, il y en a de meilleur...

  32. 82
    un membre du PCF dit:

    Pour votre Révolution citoyenne, un exemple.

    La constitution du 19 avril 1946 s'inspirant du conseil national de la résistance avait un bon programme après l'organisation d'un assemblée constituante. Elle n'a pas été approuvé (dommage) mais voté par 8 millions de français pour le Oui et 9 millions pour le Non avec un De Gaulle mettant tout son poids pour que cela ne passe pas. Nous avons eu ensuite une 4ème République ratée.

    Un bon exemple peut inspirer des arguments. Ensuite, les exemples Latino-Américains sont plus récents mais si éloignés.

    Je vois que vous augmentez votre popularité 34% autant que Ségolène Royal. Plus 5 points

    Vos coups de gueule sont appréciés. On commence avec le PCF, GU et le PG (Front de Gauche) a leur faire peur peut être. Mais j'espère que ce sont les arguments concernant notre quotidien (Emploi, Salaire, Démocratie, Santé, Retraite, Education, Laïcité, Environnement, Paix) qui resteront votre objectif principal.

    Une bon meeting auprès de salariés en lutte soit dans un port, dans l'automobile, chez les Metallo ou chez les cheminots un peu médiatisé gagneraient encore plus en popularité et convaincrait sûrement surtout avec les Grandes Manifestations qui arrivent.

    Bonne continuation et courage.

  33. 83
    L dit:

    L'angoisse et la colère me prennent à la gorge.
    Rien à f****** de cette clique de têtes à claque des plateaux télé parisiens.
    Mais allez, je vais en dire trois mots qui j'espère me soulageront. En feintant les grossièretés qui ont tendance à envahir tous mes mots ces temps-ci. Ca n'a pas grand intérêt, ces gens n'ont pas grand intérêt.
    Les protestations du médiacratique Guillaume Durand dans le rôle du méduseur faussement médusé de poulailler d'acajou frisaient le ridicule.
    La poule à crinière blonde dans le rôle d'hypnotiseuse de plateau était raccord avec l'animateur fumé au bois de hêtre. Hein quoi qu'al a dit? Je sais pas, qu'est-ce qu'elle est bêêêlle!
    Frédéric Bonnaud en Mary Poppins, la nurse des beaux quartiers n'a rien de mieux à proposer que son panel...représentatif? Remarquez on progresse, la dernière fois c'était l'avocat fiscaliste belge et le bijoutier de la place Vendôme. De quoi se plaint-on?
    Ferry l'aristocrate...original pour un républicain. Je ne développe pas je vais être mauvaise.
    Quelle épreuve!
    Donner tout en prenant, c'est exactement ça. Quelle épreuve et quelle leçon. J'ai apprécié le soucis de vérité du débat et j'ai apprécié la finesse du combat face aux...heureux panélisés du plateau.

    Malheureusement, ou heureusement, le vernis craque. Et là, je n'ai vraiment pas goût à me plonger dans la littérature philosophique d'un conducteur de Jaguar. Bizarre. Ils se rendent pas compte, c'est ça le pire...

  34. 84
    fabrice dit:

    55% des électeurs avaient dit non au référendum sur la constitution européenne : le pouvoir est passé outre.
    71 % des Français (des "bons" ou des "mauvais" Français ?) désapprouvent le projet de réforme des retraites de l'UMP : le pouvoir n'en tient pas compte.
    Sarkozy et toute sa majorité (c'est-à-dire chacun des députés, des sénateurs UMP) ne tiennent compte ni des urnes, ni de la rue. Comment se fait-il qu'ils puissent continuer à gouverner notre pays ? (question naïve qui n'attends pas de réponse....).

  35. 85
    Guillot dit:

    Jennifer@78

    Comme le rappelle l'historien Gui Groux cette semaine,la CFDT était absente en 1995 des mobilisations contre la reforme Jupe. Et cela n'a pas empêche le recul de Jupe..L'UNSA RATP se retire de l'appel de l'intersyndicale a une grève reconductible en expliquant sur FR3 que cette contre reforme ne les concernera pas avant 2017! Certainement qu'à eux seuls en 2017 ils feront reculer un gouvernement, qu'il soit de droite ou de gauche. Déjà en 93, puis en 2003, les gouvernements de droite s'étaient d'abord attaques au prive, puis aux fonctionnaires avant de s'en prendre aux régimes spéciaux en 2007. Leurs stratégies sont efficaces: attaquer séparément pour vaincre séparément et éviter un rapport des forces défavorable.

    Pour le NPA il ne s'agit pas de briser l'unité syndicale en faisant des propositions radicales mais de gagner cette bataille que nous livre la classe au pouvoir.Jusqu'à présent, je vois encore Fillon reconnaitre que l'intersyndicale est restée responsable pour le moment et dans l'Huma Mélenchon lui maintenir sa confiance.

  36. 86
    PIERRE FOURTEAU dit:

    Fabrice #84 pretend que son commentaire, que je partage entièrement, ne nécessite pas de réponse...
    He bien, là je pense le contraire !...
    Il décrit tout à fait des conditions de lois, comportements, décisions qui sont tout à fait "scélérates" au sens exact historique de ce terme à savoir "est scélérat tout ce qui porte atteinte à l'intérêt public". C'est ainsi que l'on peut parler de "lois scélérates" sans que l'expression n'ait une connotation criminelle...
    La seule réponse à sa question est donc : faisons sans plus tarder la révolution !

  37. 87
    DUFOUR Jean-Pierre dit:

    De plus en plus cher Jean-Luc Mélenchon,
    Merci de vous faire mon porte-parole à l'insu de votre plein gré !
    Votre parler vrai dans le cloaque médiatico-politique me fait un bien fou.
    Vos propos font peur parfois ? Sans doute...
    Mais à qui ? Aux timorés, aux velléitaires, aux inconséquents, qui sont attirés par le fond et effrayés par la forme, lesquels s'enfuiront comme une volée de moineaux au premier coup de vent (voir l'armée évaporée des ségolènistes).
    Restez clair et précis, sans concession à la démagogie, pour compter ensuite le moment venu sur la solidité de ceux qui vous auront rallié, c'est indispensable. Mais n'en faites pas trop quand même ! Maîtrisez votre faconde...
    Quant à la peopolade de Durand, que de baffes perdues !

    PS (c'est pas d'la provoc !) : Je viens de m'offrir 1 h 30 de lecture spinoziste du "capitalisme waoow !" par Fédéric Lordon grâce à "Arrêt sur images" : très instructif et jouissif ! Tous ceux qui s'interrogent sur la société de substitution à construire devrait pouvoir étudier cette vidéo. Malheureusement, il faut s'abonner ; le savoir, même le savoir alternatif, reste payant dans cette économie sociale de marché libre et bla bla bla...

  38. 88
    Lionel-PG44 dit:

    69 VERGNES

    Tu n'as pas complètement tort, mon camarade. Sauf que ça a toujours existé ! Imagine ce qu'aurait été les laudations sur le blog de Mitterrand, de Rocard, de Marchais... et même de Krivine si les blogs avaient existé il y a 30 ans. A un certain moment, un phénomène groupie inconscient peut s'instaurer chez des citoyens qui attendent que quelque chose qui changera leur quotidien se produise. Je ne sais pas si Olivier a un blog "participatif", tel celui de Jean Luc, mais je ne serais pas étonné que quelques posteurs aient la même attitude. A moins qu'un modérateur ne les virent... Tu peux me répondre mardi à la manif...

  39. 89
    Lionel Mutzenberg dit:

    A Jean-Luc Mélenchon
    Je voudrais savoir comment vous avez pu entendre ce que j'ai dit lorsque ce même soir j'ai pesté, une fois de plus, contre l'un de ces journalistes de luxe, qui ne cache même plus leur parti pris à l'antenne ?
    De toute façon, merci, pour moi, pour nous, pour cette expression de raz le bol, cette représentativité vous honore.
    Continuez de dire ce que vous avez à dire, n'en déplaise aux représentants de la mondialisation heureuse.
    Rendez-vous en 2012.

  40. 90
    Descartes dit:

    @jennifer (#68)

    Dans le journal anglais The Independant, ils parlent de l'acceptation par le conseil constitutionnel et prédisent une réaction vive du milieu musulman, voire des violences.

    On recommence à jouer à fais-moi-peur ? Si ça peut te rassurer, la presse anglaise avait déjà prédit toutes sortes de troubles suite au vote de la loi sur le port des signes religieux à l'école. Comme on peut le constater, ces vaticinations se sont révélées sans aucun fondement en fait. Et il y a de grandes chances pour que l'interdiction de la burqua provoque la même réaction, c'est à dire, aucune.

    Une bonne partie de la gauche se trompe profondément quant au rapport que les musulmans entretiennent avec la République. Beaucoup de musulmans qui souhaiteraient s'assimiler se sentent pris en otage par une minorité agissante qui provoque la République puis demande d'eux une solidarité sans faille sous la menace de les faire rejeter comme des "mauvais musulmans". Pour ces musulmans, qui sont de loin les plus nombreux, "c'est la liberté qui asservit et la Loi qui libère". Tant qu'il n'y a pas de texte, ils sont soumis aux pressions. Lorsque le texte apparaît, ils peuvent répondre à leur communauté "je veux bien, mais je peux point". Et dévoiler leurs filles ou leurs femmes sans pour cela passer pour des rénégats

    (#78)

    je répète donc ma phrase que si vraiment c'était le cas, comme personne n'aime le terrorisme (sauf erreur !) cela aurait réussi à diviser la population, ce que le gouvernement souhaiterait à tout prix.

    Si "personne n'aime le terrorisme", alors l'activité terroriste, loin de "diviser la population", aurait au contraire tendance à l'unir, non ?

    Faut arrêter le complotisme: le débat sur la burqua n'a pas été lancé par le gouvernement, et la loi avait été mise dans les tuyaux bien avant qu'on connaisse le calendrier de la reforme des retraites. Loin de "diviser", la loi sur la burqua emporte un large soutien des couches populaires...

  41. 91
    jennifer dit:

    Guillot

    Je n'avais pas entendu cette déclaration de la ratp UNSA sur 2017. Je pensais que c'était seulement la sncf qui était concernée en 2017. Es-tu sûr de toi?

    Personnellement j'ai pensé que l'UNSA a surtout réagi au fait que la retraite à 62 ans a été votée en urgence vendredi pour désarmorcer le mouvement et qu'ils s'ajoutent à tous ceux qui disent (dans les directions syndicales surtout) que de toute façon on ne gagnera pas contre Sarko. Il me semble que c'est seulement dans le Figaro où j'ai lu une autre analyse, à savoir que Sarkozy sait plier quand il le faut. C'est lui qui avait pris en main le CPE au dernier moment.

    Bon ils ont capitulé et je pense qu'il y aura sans doute d'autres défections. Par exemple la CFDT a accueilli favorablement l'amendement sur les mères de 3 enfants nées avant 1955. Sarko sait jouer sur la division, il sait bien que dans le mouvement il y en a qui sont pour amender le texte et d'autres pour le retrait total du texte mais notre force c'est justement d'essayer de maintenir le front malgré les divergences, ou en tout cas de ne pas nous entre déchirer entre nous sur ces divergences. Cette force en fait elle vient du mécontentement immense de la population. J'ai lu quelque part que le seul capital qu'ont les travailleurs c'est justement leur retraite. Bon enfin c'est vite dit d'appeler cela un capital quand on voit les miettes que touchent déjà beaucoup de gens. Mais la réforme elle sera pire.

    Par ailleurs DSK fait un travail de sape qui j'espère lui retombera dessus en disant qu'il est pour le report de l'âge de la retraite à 62 ans car c'est mieux que baisser le montant des retraites! De toute façon le report de l'âge de la retraite à 62/67 ans aboutit à une baisse des retraites dans les faits!

    Ce mec c'est le cancer du mouvement ouvrier, ce qui fera qu'on perdra les élections s'il est candidat car le peuple ne votera pas pour quelqu'un d'aussi compromis avec le capital!

  42. 92
    Carlos dit:

    En reponse à 87: on peut voir Frédéric Lordon à Arrêt sur image gratis ici http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3405

  43. 93
    Michel Matain dit:

    Heureusement qu'on ne m'enregistre pas quand je regarde les infos télévisés, ce que raconte Jean-Luc Mélenchon ça n'est rien... Mais je sais que personne ne m'enregistre, et si on m'enregistrait, de toute façon, je ne suis pas une personnalité politique publique qui aspire à la fonction suprême.

    Sur ce, il y a quand même un problème : c'est la dégradation du vocabulaire par les hommes politiques. Je vais finir par regretter les de Gaulle et Mitterand (sans compter Raymond Barre et sa fabulaise utilisation des subjonctifs plus que parfaits). Bref je suis pas très fier de l'image globale donné par les "casse toi pov'con" ou les "salaud larbin" (même si le comportement et la façon de travailler de Pujadas sont ignobles et honteux). Là aussi il y a peut être à révolutionner le vocabulaire utilisé. Surtout lorsque l'on sait que l'on est filmé et enregistré pour un documentaire à venir. Je crois qu'il est possible d'exprimer de saines colères autrement.

    Dans le même registre, il faut bien se dire que TOUT ce qui s'écrit sur ce blog pourra un jour être utilisé contre Jean-Luc Mélenchon lorsqu'il sera notre candidat du Front de Gauche à la présidentielle. Il sera considéré comme le responsable direct de ce qui a été publié ici. Il y a des fois où je serai, pour des raisons de forme, bien plus sévère que le Webmestre sur certains messages. Le Webmestre devrait censurer certains messages, les renvoyer à leurs auteurs en leur demandant simplement d'en changer la forme. Il est toujours possible de dire les choses autrement.

  44. 94
    Marie dit:

    Au sujet des retraites,

    Le livre de Bernard Friot : " L'enjeu des retraites" permet de revoir tout l'historique de nos anciens qui ont inventé(1853) cette merveille...des différentes avancées et pourquoi..;et de la régression récente...
    Chapitre premier : "Les retraites, une réussite historique à contre-pied du capitalisme"
    En fait, les derniers salariés à avoir eu un bon taux de remplacement, étaient ceux nés en 1930 (pensions liquidées entre 1990 et 1995)...ensuite,les effets négatifs des différentes "réformes" montrent le bout de leur nez...
    Evidemment, toutes ces **manoeuvres n'ont pas pour but de maintenir un système par répartition, mais par le biais de la difficulté d'entrée dans le travail des jeunes, et par la façon dont les entreprise balayent les quinqua, d'avoir une pension trés basse (décotes trés importantes par années non cotisées, et impossibilité de racheter ses années d'études...car coût astronomique pour un smic, et même un salaire moyen)...donc,de pousser au système par capitalisation, qui n'est qu'une gigantesque arnaque : voir les retraités anglais ruinés par la catastrophe du golfe du Mexique, les fonds de pension étant "sécurisés" (!), car en partie, placés chez BP !
    **pour ma part, c'est ce que j'ai le plus de mal à expliquer aux gens ! peuvent pas y croire ! on radote ! veulent pas savoir ! faut dire qu'ils regardent encore la TV...

  45. 95
    Annie pensée libre dit:

    Sur les blogs de gauche se pose déjà la question de 2012.

    DSK est en question évidemment. On n'en veut pas. Jamais je ne voterai pour ce mec. Et comme ne je ne me suis jamais abstenue dans ma vie et qu'une abstention serait donner poids à la droite, comment on va faire, c'est impensable.

    Pas question non plus de voter pour un candidat du PC. qui ne représenterait que eux-mêmes c'est à dire rien. Pourront-ils un jour, les PC, l'accepter, voir la réalité que le PC est mort ? Les adhérents PC sont vieux (j'ai rien contre la vieillesse, j'y suis) et restent dans une ligne stalinienne. c'est assez déprimant, et surtout irrécupérable, après tous les évenements s'ils restent encore sur une ligne pareille on ne peut rien faire avec eux.

    La seule solution est d'arriver à ce que le PG arrive à "recruter" des militants… comment faire autrement, nous n'arrivons jamais à 160 milles adhérents, mais enfin comment faire autrement ? Ils pensent ces temps-ci aux cantonales. Mais c'est troubler le principal : le fond et surtout le faire savoir.

    On nous rebat les oreilles avec la candidature DSK, jamais je ne voterai pour ce mec. Ce serait comme voter Sarkozy.

    c'est de ces choix impossibles qu'il faut nous sortir

  46. 96
    simon dit:

    Regarder l'émission dégoulinante du bobo Durand, permettait de voir comment Jean Luc allait éviter les pièges du présentateur avec ses acolytes Bonnaud et Blakowski (on les a vu à l'œuvre sur d'autres sujets comme le 9/11 ou le réchauffement climatique). Résultat plutôt positif, regrettant qu'il soit nécessaire d'en passer par là pour mieux faire connaitre le parti de gauche. Cette émission pourrait être décortiquée en détail - façon Acrimed - pour montrer comment elle est orientée, manipulatrice, et bien représentative de la sphère médiatique actuelle. Rien que le choix du panel d'invités est grossièrement malhonnête, dont certains ne posent pas de questions mais profèrent des invectives.

  47. 97
    Michel Matain dit:

    @ 97 Annie pensée libre

    le PC est mort

    Annie, si le PC est mort comme tu l'écris, et qu'il ne représente rien, et qu'en plus c'est un regroupement de vieux staliniens (soyons clairs ça veut dire des criminels tortionnaires ou bien je n'ai rien compris à ce que fût le stalinisme),

    Pourquoi le premier geste politique de Jean-Luc Mélenchon lorsqu'il a quitté de PS a été de former une alliance avec un parti mort formé de vieux criminels qui ne représentent plus rien ? Si ce que tu dis est vrai, il est urgent que le PG rompe avec le PCF, mette fin au Front de Gauche, ne serait-ce que pour des raisons d'éthique et de cohérence politique.

    Annie, il serait par contre temps, surtout si tu es au PG, que tu rompes avec ces préjugés primaires d'une autre époque. Et que dans le cadre d'une pensée libre, tu te détaches un peu d'une idéologie anti-communiste qui visiblement te domine.

  48. 98
    serge dit:

    Un point important pour bien comprendre le comportement des "journalistes du pouvoir"
    En effet comment justifier une information impartiale et précise lorsque ses journalistes défilent en costumes lors de soirée mondaine organisées en soirée à l'Elysée.
    Des journalistes compromis et qui doivent leur place qu'a leur rôle dans le circuit médiatico-politique et people.
    Traiter un journaliste de tel ou tel mot et peut être moins performant que de le montrer sur les marches du palais venant pencher la tête devant le monarque pour après repartir avec les bonnes recommandations du prince.

  49. 99
    Tagore dit:

    Je suis choqué mais,hélas,peu étonné par la différence de traitement médiatique entre vous et Strauss Kahn.On cherche à nous imposer ce dernier comme seule alternative après avoir épuisé la carte Sarkozy.Autour de moi je ne vois aucun électeur de gauche y compris socialiste désirant voter pour lui en 2012.Bizarre,non?Alors?Sans virer parano et complot mondial parlons un peu plus des liens de Strauss Kahn avec le groupe Bilderberg entre autre!Il en découlerait comme un explication logique!J'ai beaucoup apprécié et appris de votre article sur la situation et les relations de l'Argentine avec le fmi et tout ce que vous en dites m'a été confirmé par des amis argentins.
    Quand à la télévision votre force mais aussi votre faiblesse est d'y être sincère face à des "journalistes"sans scrupules ni déontologie minimum et je pense qu'avec le temps et au vu de vos analyses confirmées par la situation vos idées gagnent du terrain jour après jour auprès de tous les électeurs de gauche notamment

  50. 100
    Julien dit:

    Attention quand vous lirez la dépêche AFP concernant l'interview de Jean-Luc Mélenchon à Sud-Ouest, il y a une énormité (qui sera sans doute reprise ailleurs puisque tout ce que dit l'AFP vaut parole d'évangile). L'interview en question se trouve ici :
    http://www.sudouest.fr/2010/10/10/j-appelle-a-une-revolution-citoyenne-207769-4585.php

    Le passage original en question dit : "Je suis républicain, je crois à la démocratie représentative et à l'élection."

    La dépêche AFP est ici :
    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ik0rAvEW3goeksoC3yFc8RMZSyCA?docId=CNG.dd9b99f6ea16856d7f13547203c44ec4.371

    Le passage transformé est : "le président du Parti de gauche (...) dit son attachement à la "démocratie participative et à l'élection""

Pages : « 1 [2] 3 4 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive