07oct 07

Par la fenêtre du TGV de retour de la Dordogne je vérifiais mon impression de la veille. L’automne ne fait que commencer dans la campagne. Les grands flamboiements sont à venir. Je me disais qu’il me faudrait trouver le temps cette année pour une belle virée dans les bois au bon moment. J’hésitais : dans le Jura où dans l’Ariège.



J’en étais là de mes projets, tout en bavardant, quand la convocation de la commission des Finances du Sénat pour l’audition de l’ancien ministre des Finances Thierry Breton m’a été transmise par SMS. Tout cela pendant que je menais avec Claude Debons une conversation détendue à propos de la force politique nouvelle prolongeant celle que nous avons eu la veille au soir en, public. Il fallait répondre. J’ai plongé sur mon micro clavier pour faire mon texto de réponse. Et lui en a profité pour en faire autant?Telles sont les moeurs de notre époque: on révasse en bavardant et on s’interrompt pour écrire à de mystérieux absents.



Prévenu par SMS?.C’est dire que l’évènement a été brusqué. Puisque mon emploi du temps le permettait, j’ai décidé de m’y rendre car la réunion était ouverte à l’ensemble des Sénateurs. J’ai suivi l’affaire de la crise EADS Airbus, comme le savent les lecteurs assidus de ce blog sur lequel je me suis exprimé à plusieurs reprises à ce sujet. Je la trouve en effet emblématique du gâchis sur lequel débouche la gestion des grandes entreprises crées par l’Etat et inscrites dans le temps long quand elles sont soumises au management financier L’apparition d’une « affaire dans l’affaire » visant le fonctionnement de l’Etat m’a semblé d’entrée très suspecte. Elle tombe trop bien. Juste au moment ou s’ouvre l’enquête sur le délit d’initié des « partenaires privés » qui ont pillé le vaisseau avant de l’abandonner à la première alerte industrielle. J’y ai vu une diversion. J’ai noté qu’elle tombait aussi en pleine période de restructuration de la « forteresse Bercy » comme dit la presse. Et aussi à un moment où plusieurs sièges importants à la direction de la direction de la Caisse des dépôts aiguisent des appétits concurrents.. Mieux vaut avoir tout cela à l’esprit car ce dossier est depuis toujours la mer des sargasses des coups tordus. Souvenons nous que les fameux listings de l’affaire Clearsteam sont, au point de départ, un règlement de compte entre prébendiers à la tête de EADS, avant qu’un gros malin rajoute des noms d’homme politique pour d’autres raisons?

L’affaire aujourd’hui consiste à demander à l’ancien ministre des finances s’il connaissait les raisons pour lesquelles les opérateurs privés allaient vendre leurs actions quand ils lui ont annoncé qu’ils allaient le faire. Cela signifierait qu’il avait partie liée au délit d’initié. Et ensuite il s’agit de savoir si la Caisse des dépôts et consignations a racheté 2,25% du capital mis sur le marché au prix fort de l’époque en ayant reçu l’ordre de le faire pour faciliter le travail des vendeurs initiés. Au passage on cherche à savoir pourquoi l’Agence de gestion des participations de l’Etat (APE) a suggéré de vendre les actions de l’Etat dans cette société à ce moment là, c’est-à-dire si elle aussi participait au délit d’initié. Je ne discute pas la pertinence de ces interrogations. Je trouve qu’elles sont si évidemment fléchées que j’y vois malice. Exemple. Qu’a fait où dit monsieur Breton, d’une part aux actionnaires privés, d’autre part à la Caisse des dépôts. Réponse : rien. Pourquoi ? Parce que le pacte d’actionnaire entre la partie française (l’Etat, Lagardère) et la partie allemande (Daimler) interdit expressément à l’Etat français de se mêler de la gouvernance d’entreprise. D’ailleurs, la part de l’Etat a été confinée dans une société pallier (Sogead) que Lagardère représente au conseil d’administration d’Airbus. Vous avez bien lu : l’Etat n’est pas présent es qualité, c’est Lagardère qui y représente à la fois ses intérêts privés et ceux de tous les citoyens français ? Qui a monté cet incroyable système ? Réponse : le gouvernement de gauche de Lionel Jospin. Cibler Breton c’est donc ramener la gauche dans le dossier. On voit tout l’intérêt de la chose. Au lieu de parler du délit d’initié, et de la légitimité des intérêts privés dans ce type de pacte léonin, on parle de Strauss-Kahn, Fabius et Jospin. On démoralise la gauche, on lui dit vous voyez où vous nous avez amené et ainsi de suite. D’ailleurs Thierry Breton ne s’est pas gêné pour le faire en réponse à la première question qui lui a été posée. Evidemment vous vous demandez pourquoi le gouvernement Jospin a accepté ça. Parce que c’était la condition des allemands. Sinon ils partaient s’allier avec les anglais et ce serait la marginalisation d’Airbus sur la scène aéronautique mondiale. Ca, c’est ce qu’on m’a expliqué a ce sujet. Mais je n’ai pas eu le temps de le vérifier. Même scénario quand on va parler de la Caisse des dépôts. Le ministre a sa réponse toute prête : statutairement le gouvernement ne peut donner d’ordre et la Caisse ne peut en recevoir. Comme la banque centrale européenne. Dès lors voici quelle est la musique qui se prépare : décidément ça prouve que quand l’état se mêle d’industrie son rôle est ambigu et la confusion des genres s’impose. Conclusion : il faut définitivement que l’Etat ne se mêle plus de tout ça. C’est là un tour de passe passe aussi énorme que le scandale en cours dans cette affaire où c’est l’asservissement de l’Etat à des intérêts privés irresponsables et prédateurs qui est en réalité la cause des nos malheurs. Dans cette affaire, pour moi, ce n’est pas parce qu’il a trop d’Etat que tout va mal mais parce qu’il n’y en a pas assez !


Aucun commentaire à “EADS: pendant l’affaire dans l’affaire, la manoeuvre continue”

Pages : [1] 2 »

  1. 1
    adonis dit:

    Bonjour Mr le Sénateur, j'espère que vous allez bien.....Je suis entièrement d'accord avec ce que vous avez écrit.......et il est certain que l'on as le scandale financier d'EADS, parcequ'il n'y as pas assez d'état, et non l'inverse......Quand l'Etat n'est pas assez présente, il n'y as pu de réel contrôle, c'est le libéralisme économique qui prends le-dessus, avec ses nombreuses dérives que ce système génère..... L'état as des valeurs, un éthique, le Libéralisme économique n'as rien de tout ça [...]

  2. 2
    adonis dit:

    [...] le libéralisme économique n'obéit qu'à un seule loi....le "toujours plus de profit à n'importe quel prix"......et aussi "engraisser" à maximum les gros actionnaires et les fonds de pensions américains....Bon je sais que ça peut paraître très caricatural ce que j'écris....et pourtant, c'est la réalité......D'ailleurs, ce n'est pas pour rien si même Jacques Chirac avait déclaré que le libéralisme (économique) est une perversion de l'esprit...... Sur ce, Bonne soirée à vous

  3. 3
    adonis dit:

    MSG POUR NATLEVAL: Bonjour, ça bugge toujours sur le Blog de Clémentine Autain,....Ça vas faire quasiment une semaine que le Blog est paralysé....et que par conséquent, l'analyse politique est interrompue....plus de débats contradictoires.....et quand Clémentine écrit que son Blog est "envahit de spasms" dans son avant dernier post consacré au bug de son Blog, on peut donc en déduire que ce Bug n'est pas dû à un banal problème technique mais as,bel et bien, été "provoqué" [...]

  4. 4
    adonis dit:

    MSG POUR NATLEVAL (suite) [...] et j'avais pensé à un coup de la droite parisienne mais apparemment Nicolas Sarkozy as fait une croix sur la Mairie de Parie lors des prochaines élections municipales, considérant que la Mairie de capitale est "imprenable"

    par la droite. Enfin, c'est ce que disent les spécialistes politiques.....donc reste le pouvoir en place.....Nicolas Sarkozy qui ne respecte déjà pas l'opposition, et qui n'est plus à un coup tordu près.....Qu'est-ce que tu en penses Natleval?

  5. 5
    franceschi jean-marc dit:

    Bonjour mr le sénateur, nous sommes beaucoup à gauche qui pensons que votre parti le PS est un devenu un parti de droite, en effet les stocks options ont été légitmé par la gauche si je me souviens bien par DSK la droite en révait la gauche l'a fait les exemples sont nombreux retraites,privatisations,stocks options,déregulation et j'en passe.

    votre discours est un véritable discours de gauche mais on vous entend peu et c'est bien dommage. Il faudrait dire à ce qui reste de la direction du PS que nous ne voulons pas d'une alliance avec le modem car elle ne fera que faire fuir les nombreuse personnes qui croient encore en vous et que nous ne voulons plus voir les socialistes tenir des discours de droite voir d'extreme droite Dray,Vallset consorts et s'il veulent aller à droite que la porte leur est grande ouverte sans quoi vous allez vers de graves déconvenues aux prochaines éléctions et il sera trop tard pour se plaindre nous nous apercevons que pour avoir un discours et un programme de gauche il faut voter à l'extrème gauche ce qui n'est pas pour améliorer vos scores aux éléctions

    et ce qui favoriste la droite brune.

    Je suis Socialiste et j'ai beaucoup d'espoir que vous fondiez un courant affin que l'on puisse de nouveau éspèrer

    Sinon dites à mr Hollande qu'il peut commencer à trouver un acquereur pour la rue de SOLFERINO car le PS disparaitra comme le PC malgrés de nombreux militants. En attendant j'espère que vous allez bien car je vous ai trouvé amaigri dans l'émission n'ayons pas peur des mots qui est un régal quand vous y ètes pour apporter la contradiction et nous avons grand

    besoin de gens comme vous.Veuillez me pardonner les nombreuses fautes d'hortographe et de grammaire je vais lire votre livre et cela m'aidera surrement à moins en faire.

    amitiées socialiste.

    ps: pour en revenir à EADS il faut rappeler que le "grand" patronnat c'est toujours comporté comme cela je suis LORRAIN et je sais de quoi je parle.

  6. 6
    Michel dit:

    Cette histoire de délit d'initiés est évidemment extrèmement grave. Si je doute que les Lagardère, Forgeat... et tous les prédateurs sans scrupule soient un jour inquiétés je suis certain que cela viens nourrir le dégoût profond que suscitent ces rapaces qui voudraient, en plus, nous faire la morale... "Ce qu'il y a d'embêtant dans la morale, disait Ferré, c'est que c'est toujours la morale des autres".

    Je n'ai pas l'habitude d'intervenir ainsi sur les blogs. A vrai dire je trouve cela assez vain. Mais je me permets d'intervenir car je me pose une question : que se passe-t-il en Allemagne à propos de cette histoire ? Apparemment le PDG et quelques autres dirigeants ont pu empocher le pactole. Y a-t-il une enquête diligentée ? Le traitement parallèle de cette affaire en France et en Allemagne peut être instructif. Quoique que...

    D'autre part, si les déclarations de Thierry Breton sont contredites par les faits, ce monsieur va se révéler un spécialiste es-mensonges. pour un monsieur qui a exercé les plus hautes fonctions et qui n'a pas cessé de faire la morale à la populace, c'est un peu fort...

  7. 7
    Anne dit:

    L?héritier de l?empire de médias assemblé par son père Jean-Luc (avec l?aide du pouvoir politique) a été entendu le 29 mai pendant neuf heures par l?Autorité des marchés financiers (AMF) dans le cadre d?une enquête sur un éventuel délit d?initiés, le groupe Lagardère ayant vendu pour 2 milliards d?euros d?actions EADS en avril 2006 quelques semaines seulement avant l?annonce de gros retards assortis de lourdes pertes opérationnelles du nouvel appareil A380.

    Le « gendarme de la bourse » ayant pour réputation de ne jamais inquiéter les grands patrons, tout le monde s?interroge sur cet accès de zèle. Le président de l?AMF, Michel Prada, et son numéro deux, Gérard Rameix, ont-ils voulu faire plaisir à Nicolas Sarkozy pour faire oublier leur chiraquisme ? Car, dans les milieux d?affaires on en est désormais convaincu : le nouveau maître de l?Élysée - qui n?a pas hésité à dire « La fidélité c?est pour les sentiments. L?efficacité pour le gouvernement » au lendemain de son élection - a lâché Arnaud Lagardère. Pourquoi ? Parce qu?il le considère comme « pas fiable », incapable de tenir ses journalistes et, peut-être plus important, ne faisant pas le poids face aux Allemands chez EADS, selon un habitué des allées du pouvoir. Selon un autre, « Sarkozy est du genre à réagir violemment s?il considère que quelqu?un lui a manqué, même si ce quelqu?un lui a fait plaisir dix fois ».

    Traduction : Sarko a ainsi proposé, il y a quelques semaines à Martin Bouygues de réfléchir à un rachat des 7,5% de Lagardère dans EADS. Le bétonneur a décliné, préférant se concentrer sur Areva, qui doit être privatisé dans les prochains mois. Depuis, des proches de l?Élysée réfléchissent à un moyen de virer le jeune Lagardère d?EADS. Mais cela va plus loin puisque certains patrons pensent qu?il faudrait aussi le déloger carrément de son groupe de médias. « Arnaud n?a pas la carrure pour diriger un groupe de cette taille. Il n?a pas de stratégie alors que les médias sont en plein bouleversement. Il est incapable de prendre une décision. Les dirigeants du groupe attendent plusieurs semaines avant d?avoir un rendez-vous. Il se n?intéresse qu?aux sports », juge un conseiller de plusieurs patrons. Il faut dire que c?est un peu la pétaudière au sein de l?empire. Les salariés ne digèrent pas les réductions d?effectifs (7,5% à 10% des 3 500 emplois en France doivent être supprimés) alors que le groupe gagne de l?argent (268 millions d?euros hors EADS en 2006). Surtout, personne ne sait ce que veut Arnaud Lagardère. Il passe sa vie devant sa télévision à boire du coca light dans son bureau qui donne sur la Place de l?Étoile alors que le papy réac australo-américain Rupert Murdoch n?arrête pas de racheter des boites pour renforcer son empire, notamment sur Internet. Or, Sarkozy veut que la France puisse avoir un champion Internet. Il a cru un temps que son pote Arnaud était en mesure de mettre en ?uvre une telle stratégie. Il se rend compte que ce n?est pas le cas. Or, il ne peut pas compter sur Serge Dassault, qui a déjà du mal à gérer Le Figaro, ni sur Bouygues, qui a d?autres cibles en tête. Les journaux, radios, et télés de Lagardère constitueraient un bon point de départ pour créer ce géant Internet qu?il appelle de ses v?ux. Mais il faut un pilote. Si vous avez des idées, écrivez à l?Élysée.

    source : http://www.bakchich.info/article1249.html

  8. 8
    Anne dit:

    "Evidemment vous vous demandez pourquoi le gouvernement Jospin a accepté ça. Parce que c?était la condition des allemands. Sinon ils partaient s?allier avec les anglais et ce serait la marginalisation d?Airbus sur la scène aéronautique mondiale. Ca, c?est ce qu?on m?a expliqué a ce sujet. Mais je n?ai pas eu le temps de le vérifier."

    Tout le mic-mac est expliqué en partie dans le document remis au juge par Dominique de Villepin, document publié sur le site de l'Est républicain :

    http://www.estrepublicain.fr/static/media/dossier.pdf

    En particulier, dans l'annexe 4. C'est ardu pour les non-initiés, mais c'est très intéressant.

  9. 9
    natleval dit:

    @Robert

    En réponse au message de l'autre post. Oui l'analphabétisme a été éradiqué en moins d'un an au Vénézuela. je ne rigole pas, c'est selon les critères de l'UNESCO et c'est l'UNESCO elle même qui l'a décrété.

  10. 10
    natleval dit:

    @ADONIS

    Je n'en sais rien pourquoi ça bugge chez Clémentine Autain, sans doute des gens qui lui veulent du mal mais qui?

    Tu as écrit spasms au lieu de spams,lapsus en lien avec son etat?!?

  11. 11
    HACQUART Didier dit:

    Tout cela pour en arriver là !

    Ce qui arrive me rend amère, car cela a été initié par nos amis JOSPIN, DSK et Alain RICHARD. Laurent FABIUS n'est arrivé qu'après. Ce n'est pas faute d'en avoir parlé à l'époque aux intéressés et à leurs cabinets à de très nombreuses reprises en tant que Secrétaire du GSE National Aéronautique du PS.

    Avant EADS, il faut se rappeler qu'il y a eu la fusion d'AEROPSATIALE avec MATRA de Jean Luc LAGARDERE. Non seulement l'entreprise nationale a été bradée, en sauvant par ailleurs l'entreprise MATRA.

    L'argument pour la création d'EADS c'est effectivement le risque de voir les allemands s'allier avec les anglais au détriment des français. La raison c'était que l'état français était au capital de l'entreprise. Info, intox, coup de poker, peut - être.

    Mais ironie de l'histoire, en 2007 MERKEL voit aujourd'hui des vertus à faire rentrer le gouvernement allemand au capital d'EADS. Les Landers y sont d'ailleurs déjà. DSK, le nouveau patron du FMI, a - t-il défendu "un modèle" à la française ? Quelle a été l'influence de Jean - Luc LAGARDERE, le grand capitaine d'industrie, qui savait si bien préserver ses intérêts personnels, dans la décision ?

    La participation de l'Etat au capital de la SNECMA n'jamais empêché une alliance sur les moteurs CFM avec General Electric, le symbole même du grand capitalisme américain !

    Et sans l'état Français, il n'y aurait pas eu d'industrie Aéronautique en France ni en Europe. Il ne faut pas l'oublier.

    Un autre reproche que l'on peut faire à nos amis, c'est de ne pas avoir imaginé que Jean - Luc LAGARDERE n'était pas éternel... C'est après son décès en 2003 que les choses ont commencé à dérayer.

    Si les socialistes ont leur part de responsabilités, il n'en demeure pas moins qu'ils ne sont pas responsables de tout ce qui s'est passé après 2002 : la guerre sans merci entre Forgeard et Camus au détriment des intérêts de l'entreprise, le scandale Forgeard, les stocks options, la CdC, le nouveau pacte d'actionnaires, etc.

    L'affaire n'est pas finie, mais malheureusement, ce sont encore les salariés d'EADS et de ses filailes AIRBUS, Eurocopter, SOCATA, ASTRIUM, etc. qui font en faire les frais.

    Didier HACQUART

    Maire adjoint Vitrolles 13

    Secrétaire du GSE National Aéronautique du PS de 1997 à 2005

  12. 12
    natleval dit:

    @Michel

    Tu dis qu'il est assez vain d'ecrire dans les blogs, je ne trouve pas. Je viens de lire le post de Ann sur le jeune Lagardère, et j'ai appris des choses. Je pense que cela sert à ça les blogs: à apprendre des choses qu'on aurait du mal à trouver seul dans les journaux, à profiter des connaissances et lectures des autres et aussi à débattre ce qui nous permet de mieux comprendre grâce à la polémique et à l'échange d'idées. Bon parfois on s'entend pas mais souvent on affine ses idées pour convaincre et cela approfondit de le débat.

  13. 13
    regis dit:

    Je ne sais si l'Allemagne a posé la condition d'écarter ou non l'Etat de la gestion d'EADS mais je crois pouvoir affirmer que celà correspond à l'orientation du gouvernement Jospin à l'égard de la (non)conduite de l'économie.

    Jospin s'était engagé du côté des salariés de Renault Wilvorde durant la campagne électorale.

    Arrivé au gouvernement, il a pris une position de "neutralité", la justifiant par des paroles où il ressortait que l'Etat ne devait pas tout prendre en charge (je cite de mémoire, le propos exact peut être retrouvé).

    Cette position se confirme par les nombreuses privatisations opérées sous son gouvernement qui a conduit "Le Monde" a titrer qu'il avait plus privatisé que le gouvernement Balladur.

    Enfin, lors du désastre financier résultant de l'éclatement de la bulle boursière relative aux télécoms, la presse s'est interrogé sur l'étrange passivité des représentants de l'Etat au CA de France Télécom.

    La droite va bien sûr chercher à rendre la gauche responsable de ses propres turpides actuelles mais peut-on souscrire à ce qui n'est au fond qu'une variété, inavouée de "laissez faire, laissez aller" ?

  14. 14
    Michel dit:

    @natleval

    Je conviens de la qualité des échanges sur ce sujet. J'apprends bien sûr bien des choses que j'ignorais et que j'avais peu de chance de trouver ailleurs. J'apprécie les messages de Anne et de Didier Hacquart. Je crois que c'est la première fois que je trouve des échanges aussi intéressants. Pourvu que ça dure... Si les blogs peuvent nous informer ainsi, alors vive les blogs !

  15. 15
    adonis dit:

    MSG POUR NATLEVAL: Bonjour. Oui j'ai fait une erreur de frappe ^^.....je voulais, bien évidemment, écrire spams ^^.....autrement, nous sommes Lundi, et le Blog de Clémentine Autain Bugge toujours. Apparemment, les salauds qui sont à l'origine de ce Bug,....ont mis le paquet.....ça fait quasiment une semaine que ce Bug dure....... Quand le Blog de Jean-Luc Mélenchon avait été victime d'un Bug provoqué par du hack (piratage), cela avait duré combien de temps?....Sur ce, Bonne journée à toi

  16. 16
    Tom- dit:

    Pour accéder à la page 2 :

    -Cliquer sur la page 2 en bas des commentaires.

    -Dans le bandeau en haut de votre navigateur (l'url, autrement dit le http etc), supprimer le premier zéro(ou le un) celui qui est juste avant "parent".

    -Appuyer sur enter

    C'est parti : la page 2 vous ouvre son Sésame !

  17. 17
    Fab dit:

    Jean Luc, (vous permettez que je vous appel Jean Luc?)

    Le probléme n'est pas de remettre en question l'économie de marché (vos amis du PS pourrons vous expliquer pourquoi), mais de faire en sorte que ce genre de grand banditisme soit sanctionné comme il se doit. un peu comme, une fois n'est pas coutume, Aux USA... (20 ans de prison pour délit d'initiés.

    Ainsi on découragera peut être ces anti robin des bois et le travail des honnétes gens sera respecté sans pour autant revenir à l'age de peirre, pardon, au communisme.

    Au fait, avez vous un Négre comme Me Royal?

    Si oui est'il aussi illustre que le sien (vous savez de qui je parle, ne faites pas semblant :))

    Je sais je suis hors sujet, mais je n'ai pas pu m'empécher...

    Amicalement,

    Fab

  18. 18
    pepito della pampa dit:

    Les constats lucides de M.Mélenchon sont bien tardifs pour etre suivis d'effets...un train de sénateur qui lui permet d'entamer sa 3ème décennie sous les ors de la République...sociale bien sur!

    Du mensonge de "la parenthèse" (Jospin-Mauroy.1982-1983) à "mon programme n'est pas socialiste", il y a bien eu la libéralisation des marchés financiers (Delors, 1983), la règle des déficits budgétaire à 3% (Mitterrand 1984), l'Acte unique (Delors, Mitterrand, 1985,1986);sans parler de la gestion "moderniste" de Fabius et de l'obsession monétariste de Bérégovoy à la meme époque.Je constate;je ne dis pas qu'il fallait faire différemment.

    "une théorie des années 80" de P.A. MUET fournit une bonne intro. en la matière.

    Lorsque notre ami Mélenchon adhère au PS et devient sénateur en 1986, ce qu'il dénonce aujourd'hui est déjà mis en place par le groupe dirigeant dans lequel il se reconnait.

    A l'inverse, des dizaines de milliers de militants commencent alors à quitter le PS (Pourris Salauds), ses clans, cliques et clubs caporalisés par les élus et les alimentaires, les crapules et les naifs de tout acabit dont le principal souçi est d'organiser l'évanescence du conflit social et la montée de l'insignifiance politique.

    Par conséquent GP 91 (cf. "l'ère des pourris"), le fait que je boursicote ou non n'a absolumment aucune importance (je tiens cpdt à préciser que je n'ai jamais acheté de trucs pareils) et qu'il est contre-productif de jouer au petit bureaucrate révisionniste, surtout quand Mélenchon se refuse à tirer un bilan honnete de Jospin 1997-2002 (cf."en quete de gauche").

    Il serait en revanche FORT utile de se documenter quant à l'histoire financière des années 1970-2005 (avant et après l'étalon-or) et plus largement des régimes étatiques modernes (lire par ex.B. THERET "régimes économiques de l'ordre politique")pour ne pas se contenter de se pamer devant les -justes- indignations morales de Jean-Luc Mélenchon, approuver derechef ses belles harangues jauresiennes et nier la vérité historique.Car, au bout du compte, n'a-t-il pas TOUJOURS, en dernière instance choisi de soutenir la politique qu'il prétend contester?

    C'est peut-etre aussi cela qui déprime les individus de gauche.Leur libre-arbitre,autonomie, aversion et révolte contre la société consumériste, carriériste et conformiste et apologie de l'argent-roi (Tapie, "placer à gauche, c'est adroit","l'argent:récompense du talent".Mitterrand à 7/7 en pleine affaire Pelat...j'en passe et des meilleures) que LA "Gauche" A PRODUIT DEPUIS 1981.

    Une autre trajectoire était possible qui aujourd'hui reste la seule voie possible pour remonter le chaos:une société écolo-libertaire où l'autonomie individuelle et collective sont promues,corollaires à la préservation de la planète.En plus des multiples initiatives militantes en ce sens (chacun pourra s'informer et échanger sur le net, dans sa ville etc.) On peut à cet effet (re)lire les bouquins de nos amis disparus CASTORIADIS, DELEUZE, GORZ etc.pour consolider sa cervelle pensante et arreter de faire l'apologie de l'Etat, "béquille du capitalisme" pendant si longtemps et souvent instrument de domination et d'oppression.

    C'est bien joli "la république sociale":qu'en pensent les 3 millions de nouveaux pauvres/chomeurs crées dans les années 80 (rappelons les faits:1 million en 1981, 3 millions en 1993, après 10 ans de "gauche de gouvernement", 11 millions de précaires en 1991 selon le feu CERC)et tous les autre qui aspirent à UNE AUTRE SOCIETE?

    Que Mélenchon vaille mieux que les croque-morts(la "gauche morale") qui de BHL à Kouchner s'autocélèbrent depuis 1968 sur le dos des victimes et des cadavres, c'est une chose; pour le reste, circonspection.

  19. 19
    pepito della pampa dit:

    Au "bon vieux temps" de l'industrie ou dela finance nationales,les régulations nationales étaient possibles.

    Certaines demeurent aujourd'hui, qui permettent aux dirigeants des clientèles et corporatismes divers (dont les principaux partis et syndicats de "gauche" notamment) de faire croire que nous sommes en démocratie, i.e. d'inclure salarialement ou par la pol. sociale une masse critique - qui diminue chaque année - permettant la reproduction du système.

    En réalité, nous sommes toujours dans une oligarchie économique et politique mais de plus en plus caricaturale et donc les mensonges ("le projet émancipateur" du PS par ex.)finissent par sauter au visage de ses soutiers qui se retournent contre leurs chefs.

    C'est une belle et grande satisfaction que de voir les imposteurs/ures démasqués par les faits (l'inanité de CETTE "gauche")mais l'inconvénient c'est la victoire des menteurs les mieux armés(Sarko en France).

    Transnationalisée et donc déconnectée de l'espace politique qu'elle domine largement, la finance n'a plus ses souçis fonctionnels.

    Voilà pourquoi,après les ouvriers dans les années 70, les employés dans les années 80, les cadres du privé ensuite, ce sont maintenant les secteurs "protégés"(fonction publique surtout) qui vont commencer à morfler pour de bon et évidemment la grande majorité de la population avec.

    Il n'y a aucune raison que cela s'arrete rapidement car "hormis quelques calories et heures de sommeil par jour, rien n'est vraiment nécessaire".

    Celles et ceux qui se sont accomodés de cette évolution n'ont évidemment plus aucune autorité ni crédibilité.

    Car, c'est une grande responsabilité que d'avoir soutenu/participé aux gouvernements rouges,roses(ou verts) tout en sachant qu'on ne pouvait en aucune manière influencer leur politique.

  20. 20
    H2 dit:

    Merci à Pepito della pampa. C'est mieux en le disant.

    Mais s'il n'est pas question de faire l'apologie de l'Etat (en ayant parfaitement à l'esprit sa potentielle nocivité) comment faire pour ne pas accèlerer l'ultime corrosion de l'Etat Social ?

    Cette grande oeuvre de destruction orchestrée par ceux qui en ont étonnamment grassement bénéficié depuis plus de 35 ans !

    Comment permettre le réaiguillage de l'Etat vers des missions d'intérêt général - pour les Citoyens - et enrailler son dévoiement actuel en Centrale Sécuritaire pour tous ?

    Parce que si les "Sociaux-démocrates" ont, avec la complicité des "Libéraux" et leur bénédiction active, dissout peu à peu l'Etat Social, il est clair que c'est bien pour le remplacer par un grand Comissariat Général et réactiver toute la panoplie de la sociète disciplinaire, en plus de la socièté de contrôle.

    Sarkozy est la personnification de cette synthèse :

    Socièté de contrôle pour les "agents productifs et consommateurs " :

    Nous vous avons à l'oeil, mais tant que vous consommez et travaillez, ça baigne.

    Mais gare ! Si vous déraillez, vous irez rejoindre le dispositif disciplinaire que je compte remettre en place et que je compte définitivement vérouiller, sans possibilité de retour.

    Travaillez plus pour aller vous faire foutre sinon la prison ou l'asile !

    Et demain ? Lorsqu'il n'y aura plus que le droit privé et que le droit public aura été détricoté, que se passera t-il ?

    Après le totalitarisme religieux, monarchique, bourgeois, fasciste, révolutionnaire, connaîtrons -nous le totalitarisme des multinationales, un absolutisme capitaliste définitif car sans plus aucun pôle de "contre -pouvoir " ?

    Qui résistera aux puissances privées des multinationales qui dicteront le droit sans le rempart d'un Etat qui était jusqu'à maintenant l'acteur majeur des nations ?

    Que seront les Citoyens dépouillés de la puissance publique et du droit qui s'y rattache au regard de la suprématie demain du droit privé et de la force de coercition que ces puissances dégageront sans plus aucun garde-fou, fusse t-il imparfait ?

    Si ce ne sont plus les peuples souverains qui feront les loix au travers de leur représentants librement élus quid de la Démocratie tant vanté par les libéraux d'hier et tant bafoué par les (néo)libéraux d'aujourd'hui ?

  21. 21
    G?rard dit:

    VOILA ! braves gens dormez en paix, nous on "se farcit"

    EADS !

    D'un côté des "notables républicains" gavés, de l'autre des salariés, des ouvriers jetés à la rue.

    M. Sarko dine au Fouquet's, séjourne sur le yacht de Bolloré, cire les pompes à G. Busch.

    Dormez en paix.......

  22. 22
    Robert dit:

    @ Natleval

    Je tiens à (re)-préciser que je ne mets pas en cause ta bonne foi concernant les résultats obtenus par Chavez. Toutefois j'aimerais bien savoir comment son gouvernement s'y est pris pour éradiquer l'analphabétisme "en moins d'un an".

    @ Pepito della pampa et H2

    Je sens dans vos écrits une sorte de défiance envers l'Etat. Ce qui me paraît quelque peu déplacé par les temps qui courent.

    Permettez-moi donc de préciser mon opinion en ce qui concerne l'économie de marché.

    Prétendre anéantir l'économie de marché, comme le sous-entendent encore parfois nos "alliés" trotskistes de la "gauche de la gauche", c'est une pure et simple perversion intellectuelle. Depuis le néolithique, les hommes font du bizness. Tout ceux qui ont voulu prendre leurs fantasmes sectaires pour des réalités possibles et nécéssaires ont fini par être absorbés de manière inéluctable par? la mafia. Voyez les dirigeants "communistes" de l'URSS brejnevienne : des mafieux ; les dirigeants cubains : des mafieux ; le gouvernement nord-coréen : des mafieux.

    Eh bien pour moi, la vision des capitalo-nihilistes relève exactement de la même perversion. Depuis le néolithique, les hommes ont bâti des structures étatiques pour diriger l'économie de marché, de sorte que celle-ci se conforme à des objectifs communs, à un plan défini par le Prince, plus tard par le corps électoral.

    Eh bien figurez-vous que le résultat est le même. Voyez les sbires de Poutine : des mafieux. Et ce n'est pas seulement la même perversion, et le même résultat : ce sont les mêmes hommes !

    Pour conclure : l'Etat DOIT DIRIGER l'économie de marché, il ne doit en aucun cas chercher à l'anéantir.

    Notez bien que jusqu'à aujourd'hui tous les dirigeants de gauche ayant tenu ce genre de discours ont été ou bien "retournés" (voir la "parenthèse" post-mai 81), ou bien assassinés (voir Allende). Mais il semble qu'en Amérique latine aujourd'hui il se passe des choses?

    J'en profite pour regretter ici le pessimisme absolument navrant dont font souvent preuve les intervenants de ce blog.

    Affirmer avec force que c'est l'Etat qui doit diriger l'économie de marché, et non l'inverse ; que l'économie de marché doit être un outil au service de l'Etat, et non l'inverse, ce n'est quand même pas si compliqué.

    Les capitalo-nihilistes nous accuseraient-ils de vouloir anéantir l'économie de marché, et de vouloir ainsi plonger la France dans le soviétisme ? Engageons-nous à inscrire l'économie de marché dans la Constitution. Cela ne nous pose aucun problème d'aucune sorte, et ça les calmera.

  23. 23
    H2 dit:

    Robert, je partage bien evidemment ta vision ! C'était bien l'esprit de mon dernier message. je crois aussi en l'économie Sociale et aux forces Citoyennes créatives !

    Je ne suis pas pour un Etat omnipotent qui règlerait tout ! Je suis bien d'accord ! Le soviétisme c'est le retour d'une caste, d'une oligarchie corrompue et criminelle !Je ne cesse de le répéter !

    Et quand je dis que L'Etat est "potentiellement nocif" c'est à ça que je fais allusion mais aussi à Pinochet, Pétain ou Bush (Le nazisme étant le parangon de la formule bien evidemment).

    Tu me dis que dans le contexte qui est le notre, je ne devrais pas parler comme ça... mais si précisément !

    La Démocratie finit lorque l'Etat n'est vu que comme outil pur et simple de répréssion, sans le contrat social adéquat qui équilibre en théorie la force répressive de la Loi.(la loi légitimée par le Parlement, bien evidemment, je parle de celle là).

    Sarko défait l'Etat Social et renforce son appareillage répressif en devoyant la Police à des fins de basses oeuvres, où 45 ans après la seconde guerre mondiale, l'étranger, le sans-travail, l'associal et l'aliéné reviennent en première ligne et sont à nouveau la cible d'une politique spécifique !

    Voilà pourquoi je parle de la

    " potentialité " nocive de l'Etat lorsqu'une oligarchie quelconque se l'accapare pour mener "à mal " la Démocratie qui lui a été provisoirement livrée par le suffrage populaire.

    face à la majorité désirante de la force, la conscience morale reste à la minorité.

    Pour mémoire :

    "L'angoisse infinie des âmes libres "

    Albert Camus

  24. 24
    natleval dit:

    @Robert

    Oui, l?alphabétisation c?est une des plus belles réalisations au Vénézuela et qui a été prise en charge par la population elle-même. C?est une des « missions sociales » mises en place au Vénézuela en 2003 qui sont un des moteurs dynamiques de la révolution bolivarienne où on a vu la population prendre ses propres affaires en main. Là pour le coup, il s?agit bien de démocratie participative.

    La méthode d?alphabétisation utilisée est un livre cubain « yo si puedo » qui utilise aussi un support audiovisuel. Apparemment c?est une méthode très rodée et très efficace. La mission a été aidée par 70 pédagogues cubains qui ont formé des gens qui eux savaient déjà lire et écrire et qui se sont portés volontaires (100 000). J?ai vu dans un film une de ces alphabétisatrices volontaires. Une jeune femme à qui sa famille et quelques voisines (essentiellement des femmes) demandent de leur apprendre à lire et écrire, en tout une quinzaine de personnes. Et voilà : elles forment un groupe d?alphabétisation et la tâche a été menée à terme. Tout cela se passe dans un bidonville de Caracas.

    J'ai retrouvé les chiffres: il y avait auparavant 1,5 millions d?analphabètes et seuls 59% des enfants allaient à l?école.

    un des facteurs fondamentaux qui explique le succès des missions c?est surtout le désir des gens et leur enthousiasme vers toutes ces nouvelles choses que la révolution leur apporte. C?est un cercle : plus les gens prennent leurs affaires en main, plus ils ont confiance en eux et plus ils veulent entreprendre de nouvelles choses.

    Il y a plein de missions au Vénézuela mais les plus spectaculaires sont évidemment les missions éducatives (car après la mission d?alphabétisation appelée « Robinson » il existe des missions pour récupérer le niveau de fin de primaire, puis le niveau secondaire et enfin pour avoir le niveau pou raller à l?université) et les missions de santé (Barrio adentro au sein des bidonvilles) car elles ont permis au gens d?avoir accès aux droits fondamentaux que sont les droits à l?éducation et à la santé pour tous (ceux que Sarko veut justement remettre en cause).

    Ces missions-là au début ont peu coûté sauf en facteur humain (les volontaires). Elles sont ensuite complétées par des réalisations plus chères (construction d'écoles, bourses pour aller à l'université etc...) et ça c'est grâce à l'argent du pétrole qui ne va plus dans les poches de tous ses parasites qui se payaient avant leurs villas à Miami et menaient un train de vie à la Dallas quand le peuple (je répète 80% de la population)vivait dans la misère.

  25. 25
    julie dit:

    vous avez déjà épuisé le sujet d'EADS?

    moi, j'attends toujours vos réactions à mon post dans le fil des commentaires au précédent article du blog "l'ère des pourris".

    je le recolle ici:

    je vais retourner le couteau dans la plaie, mais il le faut:

    Est-ce que quelqu'un aurait lu ou entendu une prise de position d'un des syndicats représentatifs au sein d'Airbus France (plus concerné qu'EADS) qui condamne plus que pour la forme? si ce n'est que pour mette en garde contre une nouvelle "déstabilisation d'Airbus"...

    L'ennui majeur consiste dans le fait que parmi les 1200 cadres concernés il doit y avoir également quelques syndicalistes, et non seulement du syndicat des cadres.

    Par ailleurs, habitant dans une des villes avec usine Airbus et donc en contact direct avec des salariés du groupe dans la vie quotidienne y compris familiale, je peut vous confirmer que sur place le retard du A380 était un secret de polichinelle dont tout le monde parlait ouvertement, sans arrière pensée financière bien sûr, mais dans la bonne vielle tradition "aéro" par souci de l'ouvrage bien fait. Le monde des Lagardère boys uniquement motivés par l'argent facile contre le monde des héritiers du Concorde.

    Et maintenant? Qui va bouger?

    Posté par : julie | 04.10.2007 à 13:12

  26. 26
    Claire Strime dit:

    M.Mélenchon, vous qui rappelez que vous vous opposez depuis 15 ans à la direction du PS lors du dépôt des motions de congrès, avez-vous défendu alors la seule perspective qui vaille pour quelqu'un se réclamant du Socialisme, la nationalisation ou à tout le moins le contrôle public réel d'Airbus/EADS?

    Parce que le "pacte d'actionnaires" façon Jospin-Schröder on voit bien ce que ça donne...Qui croit par ici au côté moral du capitalisme?

    Je n'ai pas un bon souvenir des années Jospin-Gayssot-Voynet (1997-2002) et l'électorat populaire non plus semble-t-il.

  27. 27
    La v?rit dit:

    Bon sang, mais c'est bien sûr, il faut faire payer les revenus du capital !

    Nous y voilà. Les parlementaires de l?UMP proposent de taxer les stock-options pour redresser les comptes de la sécurité sociale. Comme personne ne semble admettre qu?il faut stopper le dérapage des dépenses - et donc s?attaquer aux causes structurelles des déficits - on cherche de nouvelles recettes, c?est-à-dire que l?on nourrit un dérapage des recettes elles-mêmes. Pourtant, l?expérience nous montre qu?un tel dérapage des recettes n?a jamais empêché le creusement du déficit, et l?accumulation d?une dette qui est une véritable bombe à retardement.

    Et quoi de plus populaire, pour ne pas dire populiste, que de faire payer les riches patrons ? A ce propos, je ne saurais trop vous recommander la lecture du décapant ouvrage de Eric Brunet [1].

    C?est désormais devenu un réflexe national, compréhensible de la part d?un leader de la L.C.R ou de Monsieur Mélenchon pour qui un patron ou un entrepreneur ne saurait être qu?un parasite exploitant la sueur des ouvriers. Mais il laisse songeur quand une telle proposition émane de grandes personnalités de l?U.M.P., sans doute en quête de légitimité auprès de ceux qui se sont attribués le monopole du c?ur et de la morale.

    C?est à croire qu?ils ne savent pas que la banque en particulier, et la finance en général, ont été inventé pour transformer les petites gouttes improductives que sont nos épargnes individuelles en fleuves, puis océans, c?est-à-dire en capitaux productifs. Si chacun stérilise de son côté 1 ou 50 euros, il n?aura guère d?autres choix que de les consommer. Mais que survienne un intermédiaire avisé pour réunir ces 1 ou 50 euros issus de la poche de 20 ou 30 millions de petits épargnants, alors ils transforment ces gouttes éparses en un fleuve puissant : les capitaux. Qu?ils mettent à disposition ces capitaux à des entrepreneurs, à des managers, à des innovateurs, et ces fleuves donneront naissance à un océan.

    Jacques Marseille observe judicieusement que si l?on confisquait les salaires des patrons du CAC 40 pour redistribuer cette cagnotte aux français les plus pauvres, chacun toucherait une fois pour toutes?50 euros. Une goutte qui aura vite fait d?être évaporée puisqu?un ménage français dilapide cette somme en moyenne en 1 mois dans un bureau-tabac. Et une fois la goutte évaporée, il n?y aura plus d?océan. Certes les plus riches seront moins riches (ou seront partis ailleurs), mais les plus pauvres ne seront pas moins pauvres (et seront toujours là à attendre qu'on leur donne une autre goutte).

    Ainsi, une redistribution aveugle contribue à défaire le processus financier. Au lieu d?assembler les gouttes improductives pour en faire des fleuves créateurs de richesses, on revient à l?envers : on brise le fleuve, on le décompose en ses gouttes initiales pour les rendre aux petits épargnants?Chacun retrouve sa gouttelette désormais improductive. S?attaquer aux stock-options, c?est encore s?en prendre à ce qui se voit, à la pointe insignifiante de l?iceberg, et ne pas prendre la mesure du travail invisible ? mais tellement indispensable ? des marchés financiers et de leurs acteurs.

    Et croyez-bien que je ne cherche pas à défendre les riches patrons. Ils n?ont pas besoin de moi et je ne suis pas de leur monde (je ne touche aucunes stock-options !). De toute façon, ils auront leur armada de conseillers financiers et d?avocats d?affaires, et sauront délocaliser leur patrimoine sous des cieux plus accueillants. Et c?est bien là le problème. Je prends la défense du français d?en bas. Ce sont eux qui paieront la facture. Car la fuite des capitaux, qui accompagnera nécessairement (et accompagne déjà) la saignée des managers, des innovateurs et des entreprenants, cette fuite là est désastreuse pour la vitalité économique de notre pays, sans laquelle aucun système social ne peut tenir.

    Il y a quelques années, l?Etat de la Floride voulait faire payer les riches en instituant une taxe sur les bateaux de luxe. Les riches en ont-ils soufferts ? Pas le moins du monde, ils ont acheté moins de bâteaux. Par contre, tout l?artisanat qui prospérait autour de la fabrication et l?entretien des yachts est parti en lambeaux, mettant sur le carreau des ouvriers qui vivaient de cette activité.

    [1] Eric Brunet, Etre riche, un tabou français, Albin Michel, Paris 2007.

  28. 28
    La v?rit dit:

    Pour une économie libérée des politiques.

    « L?économie n?est ni de droite, ni de gauche ». (Tony Blair à l?assemblée nationale)

    Les hommes et femmes politiques français de ce pays n?auront pas tous appréciés cette leçon de pragmatisme entonnée par Tony Blair il y a quelques années à l?assemblée nationale. Elle rappelle cette position morale de Ronald Reagan pour qui, à force de pencher tantôt à gauche, tantôt à droite, les responsables politiques oubliaient que l?homme aspirait à s?élever, s?arrachant du bas pour tendre vers le haut. Mais l?intelligentsia française ? qui s?attache à fabriquée l?opinion publique - n?est pas en mesure de comprendre ces avertissements récurrents.

    L?histoire de notre pays montre, en effet, que la question de la production/répartition des richesses a, chez nous, surtout fait l?enjeu de luttes partisanes et de déchirements passionnels plutôt que l?objet de raisonnements et de considérations logiques. Dans les années 70, les leaders de gauche se réclamaient d?un programme commun en vertu duquel on s?était donné « 100 jours pour rompre avec le capitalisme ». Dans les années 90, la gauche plurielle s?attribuait le « retour de la croissance ». Du « grand soir » au mythe du plein-emploi, quel chemin parcouru ! Tant de temps perdu en fait pendant que les nations anglo-saxonnes, refusant la fatalité du déclin, montraient la voie des réformes et du redressement. Et cette voie est suivie aujourd?hui par un grand nombre de pays autrefois prisonniers du rideau de fer ou englués dans l?hérésie du développement alternatif.

    Il y a un grand danger pour les politiques de s?avancer sur le terrain économique qu?ils ne pourront jamais maîtriser sauf à détruire complètement la dynamique de l?économie. Si ceux qui nous gouvernent font de la croissance économique un objectif en soi, alors il n?y a pas trente six manières de restaurer les conditions d?une croissance durable. Notre société gagnerait en dynamisme et optimisme retrouvés si l?Etat abandonnait à la société civile et au citoyen quelques-unes de ses prérogatives, notamment en matière économique. Il est temps de faire confiance à nouveau aux individus plutôt que de décliner toutes les dimensions de la vie sur le thème du « social » comme si, de surcroît l?Etat avait le monopole du « fait social » lui-même, avec les prétentions de régulation ? et donc de contrôle social ? qui en découlent.

    Les prélèvements « sociaux », les mouvements « sociaux » ou la justice « sociale », la social-démocratie ou le tourisme « social », l?économie sociale et les tarifs sociaux? ces termes insidieux sont aujourd?hui entrés dans le langage courant. Mais une telle banalisation témoigne d?une emprise croissante du collectif sur l?individuel, toujours néfaste à l?initiative privée et à la dynamique économique elle-même. Le problème du chômage ne trouvera jamais de réponse tant que nous n?aurons pas intégré le fait que la plupart des décisions économiques relèvent davantage d?arbitrages individuels qui impliquent des citoyens réellement libres et totalement responsables que d?une gestion administrative de l?économie qui étouffe la responsabilité individuelle. Comment s?étonner des taux d?abstention élevés lorsque les politiques perdent toute identité claire en déclinant leurs programmes par rapport à des enjeux économiques qui transcendent les découpages traditionnels gauche-droite ?

    Cela ne signifie nullement la fin du politique car sur d?autres terrains que l?économique lui-même (éducation, famille, science, religion?etc.), il existe une multiplicité d?opinions que les sensibilités politiques ont le devoir de refléter. L?économie a besoin d?un environnement institutionnel particulier pour son propre épanouissement. Il a fallu des siècles et des siècles pour mettre en place ces institutions, qui relèvent d?un Etat de droit, et qui laissent toute leur attitude aux individus dans l?expression de leurs choix privés et de leurs projets personnels. Les politiques doivent reconquérir leur légitimité en prouvant qu?ils sont réellement au service d?une morale publique insoupçonnable en agissant dans des domaines dans lesquels leurs compétences sont réelles et leur autorité reconnue. Ce n?est certainement pas en gérant des « clientèles » par la distribution sélective de subventions - sur le dos du contribuable toujours plus sollicité -, ce n?est pas non plus en lançant des promesses qu?ils sont de toute manière incapables de tenir tant la réalité économique ne se décrète pas en haut lieu, nourrissant par là-même des frustrations contre-productives que les politiques pourront convaincre à nouveau de leur bonne foi et de leur engagement pour la cause publique.

  29. 29
    Carolo dit:

    La vérité, on est finalement d'accord sur un certain nombre de points, notamment sur la difficulté à réformer l'Etat-Providence : des charges sociales élevées entretiennent le chômage de masse qui à son tour creuse les déficits des systèmes sociaux. Comment le réformer ? Je n'ai malheureusement pas de réponse. Je suis cependant convaincu qu'il faut maintenir des dispositifs sociaux d'inspiration rawlsienne, qui permettent de prévenir beaucoup de maux collectifs (voir la délinquance beaucoup plus élevée aux US qu'en Europe continentale) et qui relèvent aussi d'un souci de justice et d'humanité.

    Par ailleurs, tu parles du clientélisme en politique, qui pèse d'un poids très lourd sur les contribuables et l'économie. Admettons. Mais Tony Blair a bâti la croissance anglaise sur une démarche clientéliste que personne ne conteste : franchise d'impôts pendant 3 ans pour tous les expatriés (système supprimé l'année dernière). Il a ainsi consolidé l'importance de la place financière de Londres, attirant beaucoup de jeunes continentaux très diplômés (grâce à l'investissement éducatif de leurs pays d'origine), au prix d'un véritable scandale : pour un même accès aux services publics, un trader dérivés exotiques millionnaire ne payait pas un centime d'impôts, quand un professeur se voyait taxé à hauteur de 20/25% de son salaire.

    L'Etat anglais s'est également porté garant des dépôts effectués à la Northern Rock, institution financière sans foi ni loi qui a frôlé la faillite suite à la crise immobilière US. Que penses-tu de cette intervention ?

    Enfin que penses-tu du comportement du libéral Lagardère qui fait racheter ses actions EADS par la CDC aux frais du contribuable français et avec la complicité d'hommes politiques français venus du privé et fiers de l'être (Breton et Sarkozy) ?. Lagardère est pour moi un voleur qui doit 1) rembourser l'Etat français (les contribuables) 2) payer une amende conséquente aux autorités de marché, 3) faire une peine de prison ferme 4) ne plus jamais avoir le droit de diriger une société (listée ou non).

    Quant à ta sortie sur les stock-options, elle est amusante. On empêcherait les gens talentueux de s'enrichir ? Mon dieu... Serge Tchuruk est talentueux ? Pourtant, il tend à se servir copieusement dans les plans de stock-options des sociétés qu'il dirige. Fiscalité pour tous les revenus, cela doit être la règle. Tu cites Eric Brunet ? Pour quelles sociétés privées a-t-il travaillé ? Que connaît-il à l'économie, au marché ?

    Ce qui tue le débat politique, c'est le manichéisme. Le gauchisme et le libéralisme sont deux manichéismes. Simplement, le premier prend le parti des plus faibles. C'est déjà ça.

  30. 30
    Anne dit:

    @ Julie

    Je confirme que le retard de l'A380 était un secret de polichinelle. Un haut cadre de la boîte m'en avait informé plusieurs mois avant que ça sorte par voie de presse.

    D'après mes infos, c'était les allemands qui merdaient. Gros Problèmes sur les câbles à l'intérieur de l'avion, ils n'y arrivaient pas. Les Français étaient obligés d'aller les aider pour tâcher de rattraper le retard. Tout le monde était au courant, très très longtemps avant.

  31. 31
    Anne dit:

    "Je n'ai pas un bon souvenir des années Jospin-Gayssot-Voynet (1997-2002) et l'électorat populaire non plus semble-t-il."

    Bah, moi non plus. J'ajouterai même Buffet à la liste, Buffet qui disait à peu de chose près, à l'époque que "L'Etat ne peut pas tout". Pas un bon souvenir du tout. Cette période, moins dure que celle que nous vivons, certes, fut le début de la fin. Je n'ai pas aimé davantage les années Chirac, mais au moins on avait un gaulliste à la tête du pays, pas un aligné à la botte des Américains et de l'Europe la plus libérale et laisser-fairiste qui soit.

    Hélas, je finis par me dire que même si on avait eu Fabius à la place de Sarko, il aurait rapidement cédé, malgré son changement de cap. Notamment, quand je vois le faste du mariage de Weber.

    L'argent, et les lobbies financiers, plus que le pouvoir personnel, sont nos pires ennemis. Un miracle que Denis Robert soit encore vivant.

  32. 32
    sedreen dit:

    le problème de câble du A380 était du à une erreur de conception. Le signal entre l'ordinateur qui gère l'ensemble des signaux (qui n'est qu'un simple PC!) et le clavier de commande devait passer par un câble USB simple en lieu et place d'un câble coax blindé spécifique.

    Nombre d'ingenieurs internes ont remontés le problème et leurs craintes. Mais à chaque fois ces ingénieurs ont été renvoyés dans leur 22mètres (déjà le rugby).

    Le coût du câble USB simple est 57 fois moins élevé que le coût du câble coax blindé et il faut un paquet de mètres.

    Seulement voilà le câble USB simple ne peut pas transmettre le signal sans répétiteur. Or un répétiteur aurait faussé la qualité des informations transmises.

    A vouloir économiser sur tout et n'importe quoi on fout des milliers d'ouvriers à la porte et en prime on enrichit des voleurs qui sont comme des frères pour président Sarko (remarquez voilà qui le rapproche encore un peu plus de Rachida Dati).

    Comme quoi qui se ressemble s'assemble :)

    Sedreen.

  33. 33
    Carolo dit:

    L'affaire Lagardère est symptomatique du système Sarko, ou le copinage tient lieu de principe de gouvernement. Il a fait racheter les titres EADS de son ami Lagardère par la CDC (l'Etat) aux frais du contribuable, rien que de très normal pour lui.

    Il s'apprête, dans le même registre, à saborder le modèle de l'excellence républicaine au profit du clientélisme. Piètre étudiant, malgré ses origines huppées, il souffre d'un complexe d'infériorité vis-à-vis des premiers de la classe, et a donc décidé de supprimer une partie importante des postes à pourvoir sur concours à l'ENA, pour augmenter le nombre de recrutements (nominations serait un terme plus approprié) au tour extérieur, c'est-à-dire sur recommandation (Rachida Dati est d'ailleurs entrée par cette voie à l'ENM, et n'a donc aucune légitimité à parler de méritocratie, n'ayant jamais passé le moindre concours de sa vie). Nous allons donc avoir de plus en plus de hauts fonctionnaires incompétents (100 mots de vocabulaire comme Dati) et totalement inféodés à leurs bienfaiteurs...au lieu d'être au service de l'Etat. Le réseau contre l'excellence. La cooptation contre le mérite. Le copinage contre le travail.

    C'est ça Sarko.

  34. 34
    HACQUART Didier dit:

    Pour en savoir plus sur EADS, je vous conseille l'analyse du journaliste François RUFFIN, diffusée dans l'émission "La bas si j'y suis" :

    « Lagardère pour les nuls » :

    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1271

    sans oublier l?article paru dans le Monde Diplomatique en mai 2007 repris sur mon blog :

    http://didier-hacquart.over-blog.com/article-11253883.html

    Didier HACQUART

    Maire Adjoint PS - Vitrolles 13

  35. 35
    andr? 69 dit:

    @ La Vérité

    Vous nous recommandez l?ouvrage d?Eric Brunet « Etre riche, un tabou français ». Je cherche donc qui est ce BRUNET que je ne connais point et je lis sur http://www.vsd.fr/contenu_editorial/pages/magazine/kiosque/duel/duel257.php :

    « Le journaliste Eric Brunet, qui vient d'écrire un pamphlet sur ce "tabou français", s'inquiète pour la mixité des idées en France et dénonce la soft dictature de la gauche. "C'est de la paranoïa", lui répond Laurent Joffrin, directeur du "Nouvel Observateur". Diantre, se faire traiter de parano par Joffrin ne vous classe pas immédiatement dans la catégorie des gens qui argumentent avec rigueur.

    Pour des infos plus sérieuses et argumentées sur « l?utilité des riches », je vous suggère plutôt un livre dont le « Mot de l'éditeur » copié sur le site de la FNAC est le suivant :

    « Nous sommes à un moment de l'histoire qui pose un défi radicalement nouveau à l'espèce humaine : pour la première fois, son prodigieux dynamisme se heurte aux limites de la biosphère et met en danger son avenir. Vivre ce moment signifie que nous devons trouver collectivement les moyens d'orienter différemment cette énergie humaine et cette volonté de progrès. C'est un défi magnifique, mais redoutable. Or, une classe dirigeante prédatrice et cupide, gaspillant ses prébendes, mésusant du pouvoir, fait obstacle au changement de cap qui s'impose urgemment. Elle ne porte aucun projet, n'est animée d'aucun idéal, ne délivre aucune parole mobilisatrice. Après avoir triomphé du soviétisme, l'idéologie néolibérale ne sait plus que s'autocélébrer. Presque toutes les sphères de pouvoir et d'influence sont soumises à son pseudo-réalisme, qui prétend que toute alternative est impossible et que la seule voie imaginable est celle qui conduit à accroître toujours plus la richesse. Cette représentation du monde n'est pas seulement sinistre, elle est aveugle. Elle méconnaît la puissance explosive de l'injustice, sous-estime la gravité de l'empoisonnement de la biosphère, promeut l'abaissement des libertés publiques. Elle est indifférente à la dégradation des conditions de vie de la majorité des hommes et des femmes, consent à voir dilapider les chances de survie des générations futures. Pour l'auteur de ces pages incisives et bien informées, on ne résoudra pas la crise écologique sans s'attaquer à la crise sociale concomitante. Elles sont intimement liées. Ce sont aujourd'hui les riches qui menacent la planète. »

    Le livre, au titre certes un peu trop schématique, s?intitule "Comment les riches détruisent la planète" d?Hervé KEMPF, journaliste au Monde.

  36. 36
    H2 dit:

    Ouf merci André 69 !

    Heureusement que tu veilles au grain !

    Depuis que la PRAVDA néolibérale vient sévir sur ce site à coup de gourdin sur la tête des gens, pour leur estorquer leur consentement, on n'en pouvait plus !

    Car lire la PRAVDA nous assèner que le criminel de guerre Tony Blair avait dans un discours rappeller "la position morale de Ronald Reagan pour qui, à force de pencher tantôt à gauche, tantôt à droite, les responsables politiques oubliaient que l?homme aspirait à s?élever, s?arrachant du bas pour tendre vers le haut " on commençait à trouver un peu le temps long !

    Je ne sais ce qu'en pensent les noyés de Katrina et ceux assassinés par la Garde Nationale pour "cause de pillage".

    "Librement" abandonnés des autorités fédérales au pays de la sacro-sainte propriété privée, ceux qui cherchaient à se nourir pour ne pas complètement crever de faim, auront eu hélas à peine le temps de "s'élever" au pays du libéralisme triomphant.

    Ronald Reagan a depuis longtemps perdu la raison. Il paraîtrait cependant que les deux phénomènes n'ont pas directement de rapport de cause à effet.

    Ni mêmes, coupables ou innocents, les crucifiés sur les chaises électriques ou les torturés lethaux.

    Quand à la niaiserie qui voudrait nous faire croire que le salarié est "totalement libre face à l'employeur ", ce passage de peu d'invention m'a fait sacrément bailler.

    Visiblement, La PRAVDA (alias "La Vérité") n'a pas du beaucoup travailler dans sa vie !

    Encore un qui pense librement par lui-même en citant ce pauvre Jacques Marseille, ancien stalinien du temps de Staline et néocon du temps de Bush.

    Hélas "La Vérité", suçer les bites des puissants ne fait pas une Pensée.

    Ni même une Vérité.

    A part pour soi-même.

    Une toute petite et pitoyable vérité. Une minuscule vérité.

    Une si petite vérité qu'on ne la voit pas.

    Et en plus ça s'excuse de ne pas gagner de stocks-options !

    C'est plus de la microvérité, c'est une vocation au larbinat !

  37. 37
    H2 dit:

    45 ans après, Les Néovichystes reprennent leur billes !

    Denis Kessler Du Medef (source Challenge) vient de faire cette déclaration :

    " Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d'importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme...

    A y regarder de plus près, on constate qu'il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! "

    Voilà à quoi les nostalgiques de Pétain de droite et de Gauche sont arrivés ! Ils reprennent leurs billes et défond l'héritage de 45 où le pays s'était relevé des décombres et de la défaite par l'esprit de Solidarité, l'Education, la Santé et la redistribution plus équitable des richesses !

    Demain grâce à Kessler et aux autres, nous pourrons à nouveau librement crever comme des chiens !

    Après tout, Madame Parisot l'a dit elle-même, toute l'existence est précaire !pourquoi se soucier des autres ?

    Va falloir tous faire gaffe alors !

    Le Peuple risque de redevenir "méchant" et pas "gentil-gentil". Le précariat général, fort de millions de personnes, à force d'être prit pour des cons, relèvera la tête. Comme toujours en France !

    Nous sommes un Peuple qui faisons l'Histoire - parmi d'autres, certes - mais nous ne suiverons pas aveuglèment la bétise et la la bête immonde, fusse t-elle internationale, tout le temps !

    Camps de retention, goulags américains, Sous -traitance de la torture, Chasse à l'Etranger jusque dans les écoles ! Ministère de l'identité et de l'Immigration, Contrôle ADN (bientôt pour tous, dès la naissance !) Chasse aux pauvres ! Et bientôt le retour au droit du Sang ?

    Pas de doute, Pétain est de retour !

    A ce propos, Le Medef vient de proposer que les entreprises ne participeraient plus à la cotisation des caisses de chômage, et que celà devaient être payé en totalité par la population !

    Bein voyons !

    Ces connards licencient à tour de bras, et ils ne veulent plus être responsables de ce qu'ils font !

    Déjà que Rachida Dati va les exonérer de la Justice démocratique en cas de fraude, ou malversations et autres oprérations maffieuses, ces messieurs en redemandent!

    Ah! Ah! Que les Français sont cons !

    Ils ont élu le Medef en votant Sarkozy !

    Les donneurs d'ordres ont remplaçé le Peuple Souverain !

    La police néolibérale anti -républicaine fait son tri. On lui a déjà appri à ne plus être Républicaine à la mode "1945" mais d'opter pour le style "Rupture" / Révolution nationale !

    Ces Français qui s'imaginent tous que pointer à L'ANPE ne leur arrivera jamais dans leur vie !

    Ils verront par eux -mêmes !

    Peut-être qu'un jour ils arréteront d'élir les cons et les salauds !

  38. 38
    jennifer dit:

    Je voulais réagir à un article du Monde sur le contrôle des ONG humanitaires en Russie. Sur ce coup, il faut bien donner raison à Poutine car c?est sous couvert du concept d?humanitaire qu?une certaine propagande pro-« démocratie » (entendez pro US qui se sont toujours présentés en Russie comme ceux qui amenaient les « réformes », entendez rétablir le capitalisme néolibéral et participer au pillage (comme les mafias locales) de tout ce qui était nationalisé (à commencer par les ressources, pétrole, gaz) et de l?Etat social. Kouchner avec son droit « humanitaire » d?ingérence ne fait pas autre chose, violant la souveraineté des peuples et s?implantant là où on peut exploiter au maximum les pays sous développés.

    Certes toutes les ONG ne sont pas à classer sous le même chapeau, mais il est certain qu?un certain nombre financées par des « généreux » donateurs très intéressés, et aussi par le NED (National Endowment for Democracy) émanation de la CIA, ne sont pas « si neutres » que cela.

  39. 39
    natleval dit:

    L'ouverture fonctionne. la journée d'action du 18 octobre qui a l'origine devait être avec la fonction publique va se réduire à celle des transports.

    C'est la seule riposte syndicale depuis l'offensive d'ampleur de Sarkozy.

    Je pense que nous devions tous y aller que nous soyions du transport ou non. Si les directions syndicales sont plus intéressées à "négocier" avec Sarko et à trouver dans quelle commission, elles pourraient se reconvertir, montrons-leur que nous ne l'entendons pas de cette oreille, que c'est notre avenir qui est en jeu, que l'heure est grave. Moins il y a de réaction à ses attaques, plus Sarko les multiplie, ose de plus en plus. Réveillons-nous

    Personne n'est dupe: après régimes spéciaux des transports (qui ne représentent que 2,5% des retraites et qui n'implique pas toutes les autres retraites à régimes spéciaux tels les parlementaires, les flics etc... mais centre sur un des bastions du mouvement ouvrier afin de mieux le casser. On casse l'avant garde), ce sont toutes nos retraites qui y passeront car il faut "harmoniser" vers le bas!

    ne serait-ce que parcequ'en 95 les cheminots sont descendus dans la rue pour nous défendre tous, défendre notre sécurité sociale, on leur doit bien cela. Mais la vraie question c'est de les casser eux, de les isoler de nous et nous de ne pas nous diviser. la vraie question c'est que nous allons en baver si on ne se bat pas, que notre pouvoir d'achat va gravement chuter, que nos retraites seront ridicules, que nous travaillerons comme des dingues, n'auront plus de santé gratuite, plus de profs dans les écoles, que apr contre les riches en auront plus dans leurs poches et nous ne pourrons plus nous battre car nous n'aurons plus le droit de grève. Mélenchon a dit dans sa vidéo que c'est une régression de 30 ans en arrière! Peut être allons nous même vers une régression à la fin de la deuxième guerre mondiale quand on a gagné la sécurité sociale et un certain nombre de droits élémentaires.

    Montrons que nous n'allons pas nous laisser faire, et descendons dans la rue jeudi 18 octobre.

  40. 40
    Claire Strime dit:

    "Pas de doute, Pétain est de retour ! "

    Pétain n'était pas néolibéral...(re)Lire les "Mémoires politiques" de Marcel Déat (Denoël) sur son passage au ministère du Travail début 1944 et le corporatisme de la Charte du Travail.

  41. 41
    marsouin dit:

    Pour conclure : "comment Lagardère et ses amis politiques s'en mettent plein les poches sur le dos des français"

    Les caisses de l'Etat via la caisse de dépôts et consignations ont perdu 200 millions d'?uros en rachetant les actions de Lagardère pendant que lui par cette action empochait des millions de plus values!

    Cherchez l'erreur ?mais pas du côté du gouvernement puisque tous les ministres jurent la main sur le coeur que personne ne savait!

    dernière nouvelle ici : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3234,36-966166,0.html

    Donc ils mentent tous !

  42. 42
    julie dit:

    @marsouin

    "Donc il mentent tous!"

    et on fait confiance aux menteurs!

    lire la suite:

    EADS: plus forte hausse du Cac, soutenu par analyste.

    (Cercle Finance) - EADS signe la plus forte hausse du Cac 40 ce vendredi (c'est même l'un des rares titres affichant des gains à Paris), alors que les responsables du Ministère de l'économie et des finances répètent ces derniers jours que la gestion du dossier relatif aux éventuels délits d'initiés par Bercy a été'irréprochable'.

    Le bureau d'analystes qui recommande toujours la valeur à Surpondérer et relève son objectif de cours de 26 euros à 28 euros est en fait optimiste sur les perspectives du groupe.

    'EADS dispose d'un potentiel de hausse de 21%. Le groupe devrait bénéficier de l'accélération de ses commandes et pourrait ainsi dépasser son objectif de 2 600 commandes sur l'ensemble de l'exercice 2007'déclare le broker.

    Et d'ajouter'Nous pensons que la livraison du premier A380 lundi et son premier vol commercial le 25 octobre prochain devraient ouvrir la voie à de nouvelles commandes dans les prochains mois. La fin de l'année pourrait notamment profiter du salon de Dubaï à partir du 11 novembre. Nous tablons sur une commande de 50 Airbus A350 à cette occasion'.

    'Les retards de livraisons du Dreamliner annoncés mercredi par Boeing rappellent que les problèmes relatifs à la réalisation de grands programmes ne sont pas propres à Airbus'concluent les experts de JP Morgan.

    Le titre EADS progresse de 3,60% à 23,98 euros à la Bourse de Paris.

  43. 43
    jennifer dit:

    Et alors vous y irez au zenith contre les tests ADN ce dimanche a 18h? C'est appele par Libe, SOS racisme et je ne sais plus qui. C'est mieux que rien. Ils ont recule sur les centres d'urgence cf Libe de ce jour. C'est un premier pas

  44. 44
    4 Ao?t dit:

    Pas mal votre prestation sur LCI aujourd'hui !

  45. 45
    H2 dit:

    @ Claire Strime

    Parfois je crois qu'il faut laisser ses bouquins et ne pas faire dans les subtilités d'usage. Pétain était pour la force, l'autoritarisme étatique, contre les droits sociaux, et a mis en place une politique criminelle, xénophobe.

    Il a aboli l'héritage des conquêtes sociales de 1936.Pétain était soutenu par les grands financiers de l'époque et les capitaines d'industrie.Il avait à sa botte le patronat Français dans sa grande majorité.

    Rappelez-vous la parole de François Mauriac qui disait en substance que l'honneur de la France avait été racheté par les classes populaires.

    La bourgeoisie au trois-quart ayant collaboré avec Pétain et Hitler.

    Je ne confonds pas l'hier et l'aujourd'hui. Mais comme en Espagne, il y a comme des relents de fascisme. Zapaterro s'est fait huer aujourd'hui par des militaires nostalgiques de Franco. C'est tout. Comme un climat. Sauf qu'aujourd'hui les Juifs sont Africains, Arabes et Chinois. Et qu'en France nous n'avons pas encore aboli les Droits de L'homme et que nous respectons encore les conventions de Genève à la différence des Américains qui ont mis fin à l'Habéas Corpus et ne respectent plus les conventions de Genève.

    Nous n'avons pas encore compris ce qu'il se passe. Celà se met en place par petites touches. On en reparle dans Dix ans !

    Quand ça pue, ça pue!

    Mes rapprochements ne sont pas abérants. Je sais parfaitement que l'Histoire ne se reproduit jamais à l'identique. Les salauds sont de retour c'est tout ce que je voulais dire. Ils ont pris de nouveaux détours mais on les repère de loin. Le problème c'est que le Peuple désirait cela et qu'il a donné les pleins pouvoirs à une bande de connards.

    Le ressentiment de race Française, du Peuple de droite, revanchard en diable. 1968 était comme une arête de poisson bloqué dans leur gorge depuis 40 ans. Remettre en cause le Programme du Comité National de Résistance c'est bien revenir en arrière du temps de Pétain. C'est pas moi qui le dit c'est Kessler Le gros porc de big brother du MEDEF.

    Nous verrons bien comment nous le paierons dans le futur.

    Hortefeu a déjà deux morts sur la conscience. Sarko avant son élection en avait déjà un : Un jeune turc de 27 ans s'était pendu dans un centre de rétention au mois de Mars 2007.

    Evidemment, je sais parfaitement, que chez ces gens là, en ce qui concerne leur conscience, c'est aux chiottes qu'ils la chient tous les jours.

  46. 46
    Robert dit:

    EXERCICE DE CALCUL

    Le "paquet fiscal" de Sarko =

    15 000 000 000 euros.

    QUESTION 1 : si l'on redistribue cette somme aux 60 000 000 de Français, ça fait ?

    Réponse : 250 euros par Français et par an.

    QUESTION 2 : si l'on affecte cette somme aux 20% de Français les plus pauvres et aux réfugiés politiques et/ou économiques, ça fait ?

    Réponse : 1 250 euros par personne et par an.

    QUESTION 3 : que peut-on par exemple financer avec 1 250 euros par personne et par an ?

    Réponse : des crèches gratuites + des prothèses dentaires gratuites.

    QUESTION 4 : si l'on affecte les 15 milliards d'euros aux 10% des Français les plus pauvres et aux réfugiés politiques et/ou économiques, ça fait ?

    Réponse : 2 500 euros par personne et par an.

    QUESTION 5 : que peut-on financer avec 2 500 euros par personne et par an ?

    Réponse : des logements gratuits pour tous les pauvres, sans-logis ou mal-logés, y compris les réfugiés.

    QUESTION 6 : Si l'on augmente de 150 euros en moyenne (en respectant une vraie progressivité) les impôts de la classe moyenne (salaires nets compris entre 1 500 et 5 000 euros par mois), de quelle somme l'Etat pourra-t-il disposer ?

    Réponse : au bas mot, 150 milliards d'euros par an.

    QUESTION 7 : que peut-on financer avec 150 milliards d'euros par an ?

    Réponse :

    -L'abolition du ticket modérateur, la gratuité des prothèses dentaires pour tous (réfugiés compris), et le comblement du trou de la Sécu.

    -Une baisse très significative des loyers partout en France, et en particulier en région parisienne, par la construction de logements sociaux gratuits partout en France (y compris pour les réfugiés).

    -Un vrai programme d'enseignement des langues et cultures étrangères, européennes, arabes, africaines et orientales.

    -Un vrai programme de Recherche publique.

    -Un vrai programme de développement industriel fondé sur la création d'entreprises publiques et sur des nationalisations d'entreprises privées dans les secteurs stratégiques.

    -Un vrai programme de défense nationale.

    -L'embauche d'un milion de nouveaux fonctionnaires pour mener à bien cette politique. Ce qui aurait pour effet de mettre fin à la précarité sociale, et de tirer les salaires à la hausse dans le secteur privé. Car on sait très bien à qui profite le chômage?

    QUESTION 8 : y a-t-il un risque de torpiller l'économie française en réduisant ainsi le pouvoir d'achat (via une telle augmentation de la fiscalité sur les classes moyennes) ?

    Réponse : c'est absurde. Un exemple. Je gagne 1 600 euros par mois. Si je paye 80 euros d'impôts de plus par mois, mais que par ailleurs je peux économiser mes 40 euros mensuels de complémentaire santé + 100 euros de loyer, et si je suis de surcroît à l'abri du chômage, eh bien mon pouvoir d'achat augmente considérablement, sans parler de mon pouvoir syndical !

    @ La Vérité

    Ça va, y fait chaud près du radiateur nihilo-capitaliste ? Si tu ne veux pas te faire appeler "La Mystification", sache qu'il y a une interro-surprise la semaine prochaine, et fais en sorte que ton cerveau soit à nouveau disponible pour des réflexions politiques ; ne te contente pas de re-vomir cette mixture soi-disant "libérale" dont tu as visiblement été gavé à l'entonnoir.

    Je me permets d'insister, à propos des crèches gratuites pour TOUS. C'est un scandale monstrueux. On nous bourre le mou avec des histoires de "parité". Mais le fait est que les femmes portent les enfants, pas les hommes. La vraie parité, ça commence donc par des crèches gratuites. Sinon, ce n'est qu'une parité censitaire, pour les riches qui ont les moyens de payer une "nounou" (souvent au lance-pierre, et souvent au black).

  47. 47
    Le Militant du P.S. dit:

    H2 : " Kessler ce gros porc " : celà me rappelle en fait les jours sombres de nos années noires. Il faut savoir assumer ses pensées haineuese d'extrêm gauche (rejoigant pratiquement toujours celles d'extrême-droite), pourquoi ne pas avoir ajouter le qualificatif de " juif " ?

    Quant à 1968 : la majorité de la Direction du P.S. pense, effectivement, qu'il s'agissait, pour le moins, d'un miroir aux alouettes. un peu de réalisme, que diable ! D'autre part, votre argumentaire volontairement abject, insultant, extrémiste, non humaniste démontre fort à propos un manque de discernement et de raison.

    Tout en restant rationnel.

  48. 48
    b?ber dit:

    Tant que les médias ne seront pas libres, toute opposition sera vaine.

    Le libre arbitre des électeurs se nourrit de ce que veulent bien leur donner les médias.

    EADS, adn, franchise médicale, enfants sans papiers, etc...combien d'injustices et d'épreuves avant que l'opinion publique comprenne véritablement les enjeux actuels?

    Sans oublier que les sondages sont là pour lui faire croire que le peuple pense...

    En attendant, vaut mieux en rire.

    http://vazimonga.over-blog.com/article-7179861.html

  49. 49
    H2 dit:

    Quand je clique sur " le Militant du PS" je tombe sur "hollande@Yahoo.fr".

    Je ne sais pas si c'est une blague ou si Monsieur le Premier Secrétaire vient de me parler, en m'accusant de " pensées haineuses d'extème gauche qui rejoint pratiquement toujours celles d'extrème droite ", sous prétexte que j'ai effectivement usé d'une parole sans détour pour condamner un Homme du MEDEF qui s'enthousiasme de la fin du programme du Comité National de la Résistance.

    Cette personne est heureuse que l'Etat Social soit définitivement aboli. Elle jouit que des milliers d'autres soient mis à la rue, y crèvent rapidement ou à petit feu. Elles est contente de voir que toutes ces personnes n'auront plus la même qualité d'Education, de Santé et de Formation, autant de conquêtes sociales qui permettaient d'équilibrer les inégalités de classes et la reproduction sociale selon les loix d'airin capitalistes, qui commandent de toujours rester à sa place selon son rang et son compte en banque.

    Ces fantastiques conquêtes sociales ont permis à des millions d'individus de se libérer du joug de leurs origines sociales défavorisées, voire aussi des discriminations ethniques qui s'y rajoutaient, et leur a permis de prétendre à d'autres destinées que le simple "naturalisme " capitaliste strict, leur permettait : la misère ou la pure employabilité. Sans possibilité de se dépasser en changeant de métier ou en garantissant à sa progéniture de meilleurs lendemains.

    Pour moi Monsieur Kessler est un infâme individu, lorsqu'il applaudit, sans vergogne et sans lui rendre aucunément hommage, au démentellement du programme du Comité National de la Résistance.

    La personne qui signe sur ce blog " le militant du PS " et dont l'adresse e-mail est "hollande@yahoo.fr" m'insulte à son tour en me dévoilant que Monsieur Kessler est Juif.

    Qu'en savais-je ? Comment pouvais savoir que Monsieur Kessler était Juif !

    Oserait-il dire que l'on reconnaît les Juifs selon leur visage et leur corpulence ?

    Pour moi, Monsieur Kessler est Français, celà ne m'empèche pas de juger de ses paroles.

    C'est la qualité de l'Homme dont j'ai jugé au regard de ses paroles, pas au niveau de ses racines diverses, auxquelles celui-ci se rattache par son histoire personnelle, dont je n'avais aucune connaissance.

    Il me serait, d'un point de vue de la logique agumentaire, paru incongrue et évidemement raciste d'y faire référence, ou allusion, si jamais j'avais su que ce Monsieur était d'origine Juive (!)

    J'ai trouvé ignoble ses propos que j'ai jugé durement - sans effectivement donner mon obole au "politicaly correct"

    qui arase tout.

    Ces gens là, quand il condamne à mort ou à la déchéance des millions d'hommmes et de femmes sont t-ils politiquement corrects au pretexte qu'ils se disent " Néolibéraux "?

    Monsieur Kessler est Juif. Très bien. Et alors ? En quoi celà, par rapport à l'objet qui nous occupe sur ce blog, a t-il une quelconque importance ? Aucune !

    Glisser que mes propos étaient antisémites alors que je ne faisais que commenter une politique, c'est véritablement déguelasse !

    Mais je ne suis pas dûpe du subterfurge. Je sais que dès que l'on attaque une politique, plutôt que de parler de l'essentiel de cette même politique, il est préférable de "botter en touche " et d'oublier ce qui pose problème et fait débat dans la République Française.

    Ce n'est pas moi qui fait la Chasse aux Etrangers devant les écoles pour faire "du Chiffre " !

    Ce n'est pas moi qui les enferme pendant des années dans des camps de rétention avant leur expulsion, vers un pays d'origine et vers une misère définitive - voire une mort certaine pour certains d'entre eux.

    Ce n'est pas moi qui demande la bioligisation des liens de parenté par la biologisation de ceux-ci (Test ADN),et qui oeuvre à étendre cette mesure à toute la population française.

    Ce n'est pas moi qui dépénalise les crimes en "cols blancs" tout en renforçant la pénalisation des petits larcins pour calmer le "Peuple" et lui donner son petit frisson de " fausse justice" sous pretexte de la vraie.

    Ce n'est pas moi qui veut la fin de la République Française, Démocratique et Sociale, en privilégiant la force et les prébendes contre le droit.

    Mais c'est en mon Nom que tout celà se fait ! Et il faudrait que je reste poli ?

    Je suis serein par rapport à la manière dont "Le militant socialiste"(Si tant est qu'il en soit bien, un) a essayé de me culpabiliser en me jettant un seau de m**** sur la tête. Je sonde ses motivations aux douteux relents. Je m'interroge sur la nature de ce : "un militant socialiste" qui signe hollande@yahoo.fr

    S'il est vraiment du PS, alors il a du soucis à se faire, tant sa vacuité philosophique, idéologique est définitive.

    Je ne parle même pas de la bassesse humaine qui instrumentalise les propos d'une autre personne, en détournant ceux-ci de leurs significations initiales, afin de servir une pauvre mentalité de châtré :

    Celle qui ne veut plus rien nommer, plus rien défendre, plus rien inventer.

    Ce n'est plus la vie qu'il va falloir changer, Monsieur le " un militant du PS "!

    C'est votre propre mort. Votre grand décès.

  50. 50
    La v?rit dit:

    Merci à H2 de montrer sa vraie nature, celle de l'intolérence.

    Il est la parfaite illustration, à lui tout seul comme un grand, sur ce coin de blog, de l'immuable et terrible équation :

    démarche égalitaire "de gôche" = disparition des libertés publiques et individuelles.

    C'est ainsi. C'est pour ainsi dire "mathématique".

    C'est ce brave (façon de parler, je trouve son intolérence glaçante) H2 qui nous en administre la preuve !

    Merci également à Carolo pour sa contribution censée à laquelle j'adhère à 95 %.

    Ciao la compagnie

Pages : [1] 2 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive