06mai 15

Le 8 mai, fête de l’Humanité universelle

Ce billet a été lu 27 858 fois.

Beuark ! A la veille de la célébration de la capitulation sans conditions du régime raciste nazi, il faut subir l’ignominie de Robert Ménard triant les enfants des écoles par religion. Et tout ça à Béziers, une terre marquée par l’histoire des luttes pour la liberté ! Le même jour à l’Assemblée, le naufrage moral du PS solférinien continue avec l’adoption de la loi « tous suspects, tous écoutés ». Un salut a tous ceux qui ont voté contre. Mais surtout à ceux de gauche, à ceux des socialistes et ceux des écolos qui l’ont fait, abandonnés par tant des leurs dont on n’aurait jamais pensé qu’ils soient capables de tant de reniements. Il ne leur restait que le prétexte d’être meilleurs que l’UMP pour la défense et la promotion des libertés individuelles. Même ça c’est fini.

Après tant de raisons de se démoraliser, je veux marquer aujourd’hui d’une pierre blanche un évènement certes secondaire par rapport au royal baby et aux démêlés de la dynastie Le Pen. Il s’agit de l’évolution de l’alliance politique de 40 % de l’humanité regroupée dans ce que l’on appelle les BRICS. Un sujet trop dérisoire pour retenir l’attention de la caste médiatico-politique et des divers services de farces et attrapes. Je m’amuse de voir les professeurs ragnagna (« le monde change, il faut changer ») ne s’intéresser à rien de ce qui change pour de bon et en rester aux commentaires de ce qui est là depuis toujours : les rois, les racistes et la famille Le Pen. En fait je suis injuste. Il est vrai que les BRICS font tous leurs coups pendant les vacances des chefferies : juillet pour décider leur accord, Pâques pour approfondir le processus. Le mauvais goût total. Pareil pour Merkel qui est démasquée comme espionne en pleines vacances de Pâques, si bien qu’il n’y a pas eu un mot sur la télé du service public. Heureusement qu’en Allemagne ils ne s’en laissent pas compter et que cet espionnage déclenche une tempête politique.

Ici, je commence par évoquer la date du 8 mai 1945 et l’anniversaire de la victoire sur les nazis. Et de l’offense que nos dirigeants sans mémoire historique et totalement inféodés aux caprices des USA infligent à la Russie. Hollande baise toutes les babouches à l’enterrement du roi d’Arabie saoudite. Mais il est absent de Moscou le jour du souvenir pour les 20 millions de Russes morts dans les combats contre l’extrême droite au pouvoir ! Le 8 Mai est la victoire de l’Humanité universelle contre ceux qui prétendaient la trier par religions ou ethnie et donner aux uns le droit de massacrer les autres.

8 mai : « L’exemple du grand peuple russe »

Vendredi 8 mai et samedi 9 mai, la France et la Russie commémorent les 70 ans de la Victoire sur l'Allemagne nazie et de sa capitulation sans conditions. Le décalage de date ne tient pas au fait que chaque pays célèbrerait une étape différente de la fin de la seconde guerre mondiale. L'écart de jour tient uniquement au décalage horaire entre Paris/Berlin et Moscou. Les actes de capitulation des nazis signés à Reims et Berlin prévoyaient en effet qu'elle serait effective à 23h01 le 8 mai, heure de Paris, c'est-à-dire 1h01 le 9 mai heure de Moscou.

Les commémorations prévues en France sont désagréablement bien discrètes. Depuis 1945, ce jour de mémoire a connu bien des aléas. Férié de 1953 à 1959, il a ensuite été supprimé partiellement par De Gaulle puis totalement par Giscard. Avant d'être rétabli par François Mitterrand en 1981. Et il n'est férié qu'en France… et en Russie, le 9 mai donc. Cette célébration est donc un trait d'union qui distingue la France et la Russie dans leur rapport à la mémoire de l'Europe.

C'est pour cela que François Hollande aurait dû accepter l'invitation de la Russie à se rendre à Moscou le 9 mai. Hollande a été invité comme les chefs d'État de 68 autres pays. Une trentaine de chefs d'État y assisteront, dont ceux de la Chine et l'Inde, signe de la solidité de l'entente forgée par le groupe des BRICS. Dans l'UE, seule la Grèce et la République tchèque enverront leur chef d'État. L'absence de Hollande est un affront diplomatique autant qu'historique. J’appelle cela par son nom : c’est une honte. Je souffre pour mon pays qui donne à voir un visage insupportable de sectarisme. Victor Hugo s’adressant aux Mexicains qui lui avaient écrit pour protester contre l’invasion de leur pays par les troupes française de napoléon III leur répondit : ce n’est pas la France qui vous fait la guerre, c’est l’Empire. Je dis à mes amis Russes : ce n’est pas la France qui vous traite de cette façon, c’est l’amicale des anciens de la « French American Fondation » qui dirige notre gouvernement.

Car la commémoration du 9 mai n'est pas qu'une affaire russe. Les soviétiques ont libéré 16 pays occupés par les nazis, près de la moitié du territoire actuel de l'Europe à 27. Au prix de terribles et meurtriers combats. On commémore ce jour là la capitulation d'un régime responsable de 65 millions de morts. Une telle victoire face à un régime d'extermination de masse hors de ses frontières a donc une valeur universelle. Et on se doit d'honorer la mémoire de ceux qui ont payé le prix le plus lourd pour notre liberté en Europe et en France. 27 millions de soviétiques furent tués dont 16 millions de civils. Si l'on compare les seules pertes militaires des vainqueurs, pour un soldat américain tué, on compte 60 soldats soviétiques tués.

L'absence de François Hollande est une faute politique autant qu'historique. Elle est d'autant plus incompréhensible que Vladimir Poutine avait assisté aux commémorations du 70ème anniversaire du débarquement en Normandie en 2014, à l'invitation du même Hollande. Il a donc la mémoire courte. Sait-il que lors de la précédente grande commémoration, pour le 50eme anniversaire, le 9 mai 1995, François Mitterrand avait fait le déplacement à Moscou ? Ce fut même son dernier et très symbolique déplacement comme président de la République. Ce jour là il déclara en notre nom : « Je suis venu ce soir au nom de la République française pour saluer le peuple russe, le grand peuple russe, celui d'une grande histoire, un peuple créateur, un peuple patriote. Je suis venu saluer le soldat russe, mais aussi le soldat appartenant à d'autres nationalités qui combattait à ses côtés. Quel exemple de force et de courage ! Il s'agit d'une vieille tradition russe : quand tout paraît perdu dans ce pays, tout peut être encore sauvé ».

Et Mitterrand d'ajouter cette leçon que Hollande ferait bien de méditer aujourd'hui : « l'exemple du grand peuple russe, l'héroïsme de ses soldats, le respect dû à ses morts, à tous nos morts, doit avoir un sens ou bien le monde est fou. »

Les BRICS changent le monde

L’alliance des BRICS avance et vient de franchir un grand pas. On le sait, ce sigle désigne un groupe de pays à partir de la première lettre de leur nom : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud. L’été dernier à Fortaleza au Brésil, ils se sont accordés pour créer une banque mondiale commune. J’écrivais alors mon livre « L’Ère du peuple » et je l’ai aussitôt relevé comme un évènement décisif pour la grande bascule de l’ordre géopolitique en cours dans le monde. Cette banque commune assumera deux fonctions : un fonds de développement et une réserve de devises. C’est bel et bien un système alternatif à celui de FMI et de la banque mondiale, deux leviers de la domination nord-américaine. Pour compléter ce système monétaire alternatif, la Chine a aussi proposé la création d’une monnaie commune mondiale. L’idée est de mettre un terme à l’hégémonie du dollar. Et surtout d’en sortir en douceur.  Quel dommage que la France soit embourbée dans les alliances de François Hollande avec les Etats-Unis et étouffée dans l’Europe allemande. Sa place est avec les BRICS.

Le 2 mai, l’alliance des BRICS a franchi une nouvelle étape. Le président russe Vladimir Poutine a ratifié l’accord portant sur la création du fonds commun de réserves de monnaie. Ce fonds sera doté de 100 milliards de dollars. La Chine l’abondera à hauteur de 41 milliards, la Russie, l’Inde et le Brésil à hauteur de 18 milliards chacun, et l’Afrique du Sud à hauteur de 5 milliards. Le but est de pouvoir faire face aux tensions sur les monnaies des pays participants en faisant jouer la coopération et la solidarité. La réserve de devises permettra d’acheter de la monnaie d’un pays si celle-ci est attaquée ou se déprécie trop fortement, avec comme objectif de maintenir le cours à un niveau équilibré et soutenable par l’économie du pays. Et, inversement, si une monnaie s’apprécie trop, la vente de réserves de cette devise permettra de faire baisser le cours. Au-delà de cet aspect technique, l’objectif est bien évidemment de renforcer la coopération monétaire, économique et diplomatique entre ces pays.

L’idée centrale c’est donc de construire une alternative à la fois à la Banque mondiale et au Fonds monétaire international. C’est une manière de s’émanciper de ces institutions dominées par les États-Unis où les BRICS sont marginalisés. Rappelons que ces cinq pays représentent ensemble 40% de la population mondiale et 20% de la richesse produite dans le monde chaque année. C’est plus que les États-Unis d’Amérique ou l’Union européenne. Mais au FMI, les BRICS cumulent à peine 11% des droits de vote contre 17,7% pour les Etats-Unis. La Chine seule y a autant de droit de vote que l’Italie. La situation est un peu moins scandaleuses à la Banque mondiale mais le déséquilibre reste fort : 15,9% des droits de vote pour les seuls États-Unis contre 13% cumulés pour les BRICS. Dans les principes, la rupture est claire. La nouvelle structure sera dirigé sur le principe « un État = une voix ». Le siège sera en Chine, le directeur-général sera indien, le président du conseil d’administration sera brésilien et le président inaugural du conseil des gouverneurs sera russe. La doctrine d’intervention de ces nouveaux outils devrait aussi se distinguer des méthodes libérales des « plans d’ajustement structurels » du FMI et de la Banque mondiale qui ont détruit l’économie de nombreux pays.

À ce stade, les moyens du FMI et de la Banque mondiale restent évidemment supérieurs au projet des BRICS. Mais les structures en cours de création par les BRICS pèseront un poids réel. Le fonds de développement aura un capital représentant près d’un quart des capacités de la banque mondiale avec 50 milliards de dollars. C’est encore plus vrai pour la réserve de devises. Dotée de 100 milliards de dollars, sa force de frappe représente le tiers du FMI. Les premières interventions sont prévues pour 2016. Mais le projet est bien plus large. Les statuts de la cette nouvelle banque prévoient qu’elle est ouverte à l’accueil de nouveaux membres. La seule limite fixée est que la part des BRICS dans son capital ne descende pas en-dessous de 55% afin qu’ils ne soient pas dépossédés de leur projet. Autrement dit, l’idée qui paraissait d’abord abstraite, que j’ai développé dans la campagne présidentielle, d’une nouvelle alliance mondiale, a trouvé ses bases concrètes. Pas besoin de se fatiguer monsieur le président ! Juste regarder ailleurs qu’en direction des USA !

Cette nouveauté décisive est un point d’appui pour la construction d’un nouvel ordre international fondé sur le droit et la coopération. Dans la campagne présidentielle, j’ai proposé que notre pays participe à la création d’une alliance altermondialiste aux côtés des BRICS. J’ai encore développé cette proposition dans mon dernier livre « L’Ère du peuple ». C’est le moyen de retrouver notre indépendance. Bien sûr, pour être cohérents, nous devons aussi quitter l’OTAN pour retrouver notre indépendance militaire et remettre en cause le libre-échange pour organiser la coopération dans le cadre d’un protectionnisme solidaire. Mais les démarches engagées par les BRICS sur le plan financier et monétaire sont des jalons posés sur cette route. Il faudrait s’en saisir !

Je suis inquiet de voir que cette alliance se construit pas à pas sans la France. L’Histoire avance et François Hollande regarde ailleurs. Il préfère nous laisser arrimés au char de l’OTAN et écrasés par les pantoufles des riches retraités allemands, électeurs de Madame Merkel. La France, par sa puissance, son Histoire, ses principes politiques de Liberté, d’Égalité et de Fraternité a tout pour participer au projet des BRICS. Elle aurait même dû le proposer la première comme sa puissance le lui permettait. Elle a tout à y gagner. Elle s’émanciperait du vieux monde agonisant et belliqueux sous domination états-unienne et de la tutelle austéritaire de l’Allemagne en Europe. Elle se tournerait vers le monde de demain, y apporterait sa contribution politique, ses atouts comme son imbrication avec les peuples méditerranéens et sa participation à la francophonie. Notre pays poserait ainsi les bases d’un autre ordre du monde, plus juste et plus sûr. Un monde ordonné. Où les dirigeants français auraient de la fierté pour leur pays et du respect pour leur fonction dans l’Histoire.

L'Allemagne espionne la France mais Hollande ne dit rien

La réaction du gouvernement français à l’espionnage allemand est une humiliation de plus pour notre pays. Le ministère des Affaires étrangères et la présidence de la République ont été espionnés ! La France espionnée par l’Allemagne au service des États-Unis : un espionnage entre prétendus alliés de premier rang ! La réaction du gouvernement français est lamentable. Il aura fallu 10 jours avant qu’une parole officielle ne soit prononcée ! Et encore, le ministère des Affaires étrangères a seulement fait fuiter aux journalistes quelques éléments de langage mais ne s’est même pas donné la peine de rédiger un communiqué officiel. Que dit la fuite ? Que cette affaire d’espionnage appartient au passé, que la France ne demande ni excuses ni enquête. « Les informations évoquées dans la presse sur des activités de renseignement entre alliés ne sont pas nouvelles. L'Allemagne a fait le nécessaire pour rétablir une confiance mutuelle ». Bref, la France accepte d’avoir été, et peut-être d’être encore, espionnée par l’Allemagne. Une honte. L’Autriche porte plainte. La France se tait.

Du côté de François Hollande, le silence est assourdissant. Voici désormais plus de 10 jours que les premières révélations sur l’espionnage de la France par l’Allemagne ont été publiées. Qu’en pense François Hollande ? Vous n’en saurez rien, il n’a pas d’avis. François Hollande manque à ses devoirs les plus élémentaires. Car l’article 5 de la Constitution précise pourtant que le Président de la République « est le garant de l'indépendance nationale [et] de l'intégrité du territoire ». Confier un tel devoir dans les mains d’un seul homme, c’est prendre trop de risques !  On voit la limite quand celui-ci ne fait rien. La monarchie présidentielle de la 5ème République limite la force du pays a celle de la personne qui le représente.

Un désastreux encouragement est ainsi donné à tous ceux qui veulent nous espionner. Seule l’entreprise Airbus à choisi de porter plainte. Je la félicite. Mais quelle tristesse d’être réduits à attendre la décision d’une entreprise privée pour que s’ouvre une enquête après de telles révélations ! Et que penser d’un gouvernement qui laisse ses fleurons industriels comme Alcatel et Airbus être espionnés par ses prétendus alliés sans les défendre ? Car l’Allemagne est partie prenante de la gestion d’Airbus, ancien EADS rebaptisé. Et la période d’espionnage, correspond justement à une période où l’Allemagne cherchait à renforcer sa position dans ce groupe. En Allemagne, cette forfaiture est dénoncé comme un acte de trahison ! En France ? Rien dans la presse. Rien. Royal baby et Le Pen a tous les plats

L’attitude de François Hollande est d’autant plus condamnable que l’affaire fait scandale en Allemagne. Le gouvernement est sommé de s’expliquer. Nous savons ainsi que le BND, le service de renseignement allemand a espionné des entreprises, des responsables politiques et des hauts fonctionnaires européens, « notamment Français », pour le compte des Etats-Unis d’Amérique. Angela Merkel est directement visée par ces révélations. En effet, les services de renseignements allemands, le BND, sont placés directement sous l’autorité de la chancellerie et donc de la chancelière. Le gouvernement essaie de se défausser sur les services en parlant de « faiblesses techniques et d'organisation ». Comme si le choix d’espionner la présidence de la République française pouvait avoir été prise sans autorisation politique ! Et, si la pression est trop forte, Angela Merkel essaiera sans doute de se cacher derrière le ministre qui est rattaché à la chancelière. Les fusibles existent aussi de l’autre côté du Rhin.

En Allemagne, mes camarades de Die Linke ont réclamé l’ouverture d’une enquête pour trahison. Les Verts allemands exigent aussi de savoir la vérité. Les sociaux-démocrates allemands eux, font des phrases comme d’habitude. Ils critiquent Angela Merkel, mais ils participent à son gouvernement. Et ce sont eux qui, au début des années 2000, ont développé le système actuel d’espionnage et les liens avec les services des États-Unis après le 11 septembre 2001.

La France devrait hausser le ton. Madame Merkel doit s’excuser. Au moment où Edward Snowden a révélé que les États-Unis avaient espionné son propre téléphone portable, Madame Merkel s’était exclamé « l’espionnage entre amis, ça ne se fait pas ». En fait, elle faisait la même chose pour le compte des États-Unis contre la France. Les liens étroits entre l’Allemagne et les États-Unis derrière le paravent de l’OTAN ne sont pas une nouveauté. J’y consacre d’ailleurs un chapitre de mon livre qui parait jeudi 7 mai.

La complaisance à l’égard des États-Unis et du gouvernement allemand a assez duré ! Mais plusieurs médias ont souligné les causes profondes du silence gêné des autorités françaises. Le quotidien allemand Tageszeitung se permet d’ironiser sur notre devise républicaine en titrant « liberté, égalité, ça m’est égal(ité) ». Il s’étonne du « silence stratégique » du gouvernement français. Et explique qu’ « il n’est pas surprenant que le gouvernement se taise. Car mardi [5 mai], il fait adopter une vaste loi élargissant les compétences des services secrets en terme de surveillance. Par conséquent, il n’a simplement aucun intérêt à réagir à un scandale d’espionnage ».

Une autre raison aussi peu glorieuse est avancée. Le gouvernement français ne proteste pas trop fort contre l’Allemagne car… son budget et ses plans de réformes doivent être validés par la Commission européenne et les chefs d’Etats européens dans les prochaines semaines ! Et Hollande, Valls et Sapin comptent sur le fait que le gouvernement allemand ne sera pas trop sévère avec eux. Car eux savent bien de quel poids pèse Madame Merkel dans les décisions de l’Europe allemande. Le gouvernement français est tenu en laisse. En l’occurrence, le caniche est consentant puisque François Hollande n’a pas renégocié ce traité budgétaire. La soumission au traité budgétaire, à l’austérité et à l’ordolibéralisme n’en finit pas de rabaisser la France.


106 commentaires à “Le 8 mai, fête de l’Humanité universelle”

Pages : [1] 2 3 »

  1. 1
    Badiou Marie-Andrée dit:

    Chez ces gens là, ceux énumérés dans ce dernier blog, chez ces gens là il y a confusion entre virilité et courage. Aliénés et morts de peur, ils sont hagards ! Nous sommes prêts à leur expliquer la sémantique ?

  2. 2
    Donato Di Cesare dit:

    J'ai honte pour nous, et je rage chaque jour de voir notre grand pays aux mains de ces guignols. Puisse la raison gagner nos citoyens pour 2017. Merci Jean-Luc.

  3. 3
    Jean-Paul B. dit:

    Bonjour,
    Une fois de plus les dirigeants du parti socialiste font la preuve que plus rien ne les différencie de la droite libérale. Leur soumission à la Commission de Bruxelles, au gouvernement allemand et aux USA doit conduire ceux qui incarnent les valeurs de la gauche, à cesser de leur servir de force d'appoint pour conquérir le pouvoir ou s'y maintenir (2ème tour de la présidentielle 2012 et des législatives comme derniers exemples en date). Faire barrage à la droite ou au FN ne peut tenir lieu de programme. Si le FdG n'arrive pas à sortir de ce piège il sera, dans l'esprit des citoyens, associé au PS puisque d'une façon ou d'une autre il le perpétue au pouvoir.
    Conclusion, le FdG doit maintenant cesser de jouer les supplétifs du PS, sinon il ne sert plus à rien et il va disparaitre.

  4. 4
    dumas catherine dit:

    Vive le 10 mai commémoration de l'abolition de l'esclavage. Quoique dans ces bateaux ils sont encore nombreux à venir travailler, comme chantait si bien Pierre "elle est venu à Paris, Lili..."

  5. 5
    Desbois Christian dit:

    L'accord sur la création du fonds commun des BRICS est une chance pour le monde !
    Oui, la France devrait être partie prenante des BRICS, je suis d'accord avec toi, camarade Jean-Luc.

  6. 6
    NICO 75 dit:

    Merci Jean-Luc pour ce billet comme d'habitude très intéressant. Belle prestation ce matin chez Bourdin que j'ai trouvé bien, pour une fois. Y aura t'il une suite au 9 avril ?
    Vive la 6ème république.

  7. 7
    BRUNO dit:

    Ce matin sur BFM, Jean-Luc Mélenchon face a Bourdin a été plus que brillant. Mon impression, même son interlocuteur a été tétanisé par sa prestation. C'était un moment de bonheur, j'aime le voir dans cette forme. Merci Mr Mélenchon.

  8. 8
    Hervé LAUNAY dit:

    Ouaouh ! Bourdin s'est ému de ton dernier bouquin "Les harengs de Bismark" ! Tout doux et tout respectueux. Chapeau l'artiste ! C'était bien.
    Sur le 8 mai, nous devrions tous y être quelque part à le commémorer. Et puis, sur l'intéressante initiative des BRICS. Est-ce qu'on aurait pas avantage à construire nous aussi dans nos campagnes et dans nos villes, des "fonds communs de réserve de monnaie" ? Des petites banques "alternatives" qui appartiennent aux gens d'en bas. Appeler ça "la martingale" ou la "Bric et Broc". Des banques pour s'entraider vraiment et pour préparer à couper l'herbe sous le pied des banquiers, si prêts à tout nous prendre (faucher!), tôt ou tard. Faudra de la radicalité concrète avec ceux-là !
    [...]

  9. 9
    Jean-Marie Liégeois Belgique dit:

    Bonjour à tous,
    Bonjour Jean-Luc et merci pour ce billet qui est comme d'habitude très instructif, cela nous change des débats grotesques sur les Le Pen. Nous vous soutenons.

  10. 10
    Lévêque Jean-Pierre dit:

    Ce matin, en lisant les infos sur le web, j'ai eu honte en apprenant que seul Laurent fabius représenterait la France à Moscou aux commémorations de la victoire sur les nazis, Alors que Poutine avait accepté l'invitation de la commémoration du débarquement allié en Normandie. Quand je parle de honte, le mot n'est pas assez fort. Je ne me reconnais pas en tant que Français de gauche dans la personne de François Hollande qui pourtant me représente. J'ai été lire le blog de Jean-Luc en suivant. Je me suis senti un peu mieux en le parcourant, et un peu moins seul en constatant que je faisais toujours partie d'une humanité moins abjecte, que nous étions encore un certain nombre à respecter certaines valeurs. Heureusement aussi que certaines émissions de télévision proposent le rétablissement de vérités concernant l'Armée Rouge. Parce que la télé publique, en retraçant rapidement le parcours de celle-ci, a glissé subrepticement mais de manière appuyée au journal de 20 h sur France 2, qu'elle avait commis quelques exactions. Ce qui est certainement vrai. Mais pas un mot sur les horreurs commises dans l'autre sens et les millions de morts civils ukrainiens et russes.

  11. 11
    Sylvain dit:

    François Hollande réussit le considérable exploit de devenir haïssable au-delà de ce que l'on peut haïr un Nicolas Sarkozy et comme tout lui glisse dessus sans que ça ne l'émeuve plus que ça, je pense que c'est de l'inconscience. Le président normal est débile. Débile d'arrogance camouflée, débile d'autosuffisance, débile d'incompétence rédhibitoire. Il est un gong qui résonne de vide quand on lui met le nez dans son propre excrément parce qu'il n'y a pas la moindre substance d'intelligence et de sensibilité dans sa cervelle dérangée. Tous ces roitelets modernes, ambitieux et corrompus, ne peuvent respirer autre chose que l'obéissance aux diktats, obsédés qu'ils sont d'obéir aux forts pour mieux frapper les faibles. Ce sont les rapaces du monde en déclin qui se pare des atours de la puissance quand il n'est qu'une représentation de la boursouflure purulente de la méprisable fratrie des petites frappes, putréfaction et abjection en étendard et héraldique. L'Histoire les appelle, ils n'y répondent pas. La grandeur les rappelle, ils ne la reconnaissent pas. Je pense qu'un Russe, aujourd'hui, peut être plus fier de son président qu'un Français du sien.

  12. 12
    Gilles dit:

    Déçu mais pas surpris, Marc Dolez a voté pour la loi des suspects.

  13. 13
    DUBARD Philippe dit:

    Bravo Monsieur Mélenchon pour votre émission à RMC chez Bourdin. C'était brillant et tellement rassurant de se dire que je ne suis pas seul à penser et de trouver dans votre parole et vos exemples une manière fine et subtile d'exprimer ma révolte intérieure. Merci pour ce moment apaisant.
    "Il faut se hâter lentement" comme me le disait un de mes employeurs que j'ai beaucoup apprécié. Alors hâtez vous lentement Monsieur Mélenchon.

  14. 14
    Yohann V dit:

    Félicitation monsieur Mélenchon, belle émission.

  15. 15
    Pierre 30 dit:

    Bonjour à tous. Excellent billet et excellente intervention chez Bourdin de Jean-Luc Mélenchon. Merci de nous éclairer toujours avec la même pugnacité. Merci pour votre travail de longue haleine. Effectivement la BRICS se fait sans nous et nous allons le payer le prix fort quand le dollar s'écroulera.

  16. 16
    Mat dit:

    La CIA se vante ouvertement d'avoir simulé une attaque navale de la principale base de sous-marins nucléaires russe sous la présidence de Reagan en 1983, un épisode qui a failli déclencher une guerre nucléaire. Les USA avaient calculé que, le cas échéant, l'Allemagne serait rasée. De plus, ne pas oublier que le CDU, parti de Madame Merkel, compte dans ses rangs un chancelier au passé nazi, peut-être protégé et manipulé par les services Américains. Donc je pense que Monsieur Mélenchon n'exagère pas le danger présenté par ces entités.

  17. 17
    jerome dit:

    3 membres du GRD qui votent pour la loi de renseignement, chapeau bas, mention particulièrement pour ton ami Marc Dolez.

  18. 18
    Francis dit:

    Très bonne émission que je viens de visionner sur le blog. Il faut continuer à cogner sur le clou car ça commence à rentrer dans les têtes françaises et européennes. Le gouvernement droite/socdem allemand doit cesser de régenter la politique européenne au nom des ses seuls intérêts. Le secrétariat politique de Syriza vient de lancer un appel aux peuples d'Europe pour qu'ils se lèvent pour réclamer le respect de la démocratie. La question de la souveraineté populaire doit être au cœur de notre combat. Le communiqué est ici.

  19. 19
    jean ai marre dit:

    Décidément lorsque Hollande doit affirmer sa présidence par un geste qui risque de déranger les USA ou Merkel, il est aux abonnés absents ! J'attends que ceux qui n'ont pas eu le courage de lui déplaire pendant les 3 ans de son quinquennat, prennent fortement position et dénoncent toutes les attaques anti sociales. La survie du Front de gauche est engagée.

  20. 20
    gabriela dit:

    Bonjour
    Je me demande si la Grèce ne peut pas demander de l'aide au BRICS. Qu'en pensez vous?
    Chez Bourdin je vous ai adoré.

  21. 21
    Georges ROULLIER dit:

    Je viens de vérifier, demain vendredi 7 mai à partir de 11 heures " Le Hareng de Bismarck " sera en rayon des grandes surfaces. Merci Jean-Luc pour ce nouveau livre.
    Le 8 mai 45, j'avais 12 ans. Je m'en voulais de n'avoir que 12 ans. En 44 j'avais vu mon père en uniforme participer à la Libération de Lyon. J'étais fier, pensez Lieutenant, puis rapidement Yves Farges, communiste, haut commissaire de la République, devint pour moi le plus grand libérateur. De Gaulle l'avait désigné pour organiser l'épuration, mon père fut sous ses ordres. Mes yeux me piquent, je pense à nos chers disparus.
    Oui bien sûr sortir de l'OTAN est une nécessité, mais est-ce possible de sortir de cette Europe de, un qualificatif me manque, retrouver notre monnaie, nos frontières même ouvertes, retrouver le sens de notre patrie, nos valeurs républicaines de solidarité ?

  22. 22
    Fred dit:

    "Un salut a tous ceux qui ont voté contre"
    Un salut à ceux qui ont voté pour, en tête Marc Dolez et Gabriel Serville, lui dont on se demande toujours ce qu'il fout dans le groupe communiste.

  23. 23
    THOMAS Marcel dit:

    Bonjour Jean Luc,
    Merci pour le contenu de ce nouveau billet et bravo pour ta prestation de ce matin sur RMC. C'est du franc parlé, clair et net qui rompt avec la langue de bois et le blabla habituel des autres. Quant à Hollande et les solfériniens (comme tu les appelles si justement) ce n'est plus du reniement, mais de la trahison pure et simple de la gauche.

  24. 24
    Stef dit:

    La priorité absolue est de quitter l'OTAN. La doctrine gaullienne de dissuasion nucléaire faisait le choix de la souveraineté pour éviter d'être entraîné dans un conflit d'alliances non désiré. Car De Gaulle avait compris qu'une troisième guerre mondiale, nucléaire de surcroît, se déroulant en Europe serait fatale au continent. A la vitesse où vont les choses, notamment en Ukraine avec des "conseillers militaires" US, l'encerclement de la Russie etc. la France ferait bien de renouer avec ses fondamentaux dont vous seul semblez vous souvenir. Il nous faut un homme avec de l'estomac, de la détermination et de la gouaille pour nous dépêtrer de cette situation, vous pouvez l'incarner en vous appuyant temporairement sur les textes de la Veme. Ensuite, il sera temps de passer à la VIeme.
    Vive Mélenchon et vive la France !

  25. 25
    cousin hub dit:

    Bonjour Jean-Luc, ça faisait un moment que je ne vous avais pas vu aussi bon dans une émission que ce matin, bravo.

  26. 26
    semons la concorde dit:

    J'achèterai aussi demain "Le hareng de Bismarck" qui, j'en suis sûre sera d'une aussi agréable lecture que les précédents ouvrages de Jean Luc. Je suis très heureuse de voir que les BRICS progressent et qu'ils soient dans un projet de coopération et non d'asservissement des peuples. J'espère que cet outil monétaire ne sera pas juste un contrepoids à l'hégémonie du dollar et du FMI, mais bien la possibilité pour les états de préserver l'économie réelle au service des citoyens. Le Brésil devrait repenser son agro-business et stopper la déforestation de l'Amazonie, mais le fera-t-il ? Avoir un outil monétaire fiable en main, c'est super, mais que va-t-on en faire ? On en revient à la primauté du politique sur l'économie. Pour répondre à la question peut-on sortir de l'OTAN et des traités européens, la réponse est oui. A voir sur ce thème la conférence de Gilles Ardinat (en 2 parties) sur le thème Altermondialisme et démondialisation.

  27. 27
    RV dit:

    La France ne réagit pas tout comme elle n'avait pas vraiment réagit quand les écoutes Étasuniennes avaient été révélées. La raison pourrait la même dans les deux cas, la France aurait une oreille grande ouverte sur une partie substantielle des "tuyaux" internet qui alimentent l'Afrique, et réagir est à double tranchant, son rôle sur le continent africains pourraient être mis sur la place publique plus ouvertement qu'il ne l'est aujourd'hui. Les méta données africaines serviraient entre autre de monnaie d'échange avec nos grands amis outre atlantique, donc, pas de vague. Une commission d'enquête en France ne devrait pas se concentrer sur les écoutes allemandes, mais aussi sur les écoutes françaises !

  28. 28
    samira rais dit:

    Le 8 mai 45, c'était aussi les massacres de Setif, Guelma et Kherrata. 70 ans pour reconnaître un crime, c'est bien trop long.

  29. 29
    Sylvia dit:

    @21 gabriela
    Effectivement, je me pose les mêmes questions. Quand Tsipras était allé en Russie, j'avais espéré... mais Tsipras a démenti avoir demandé de l'aide à Poutine. Poutine, peut-être, mais qui nous dit qu'il n'y a pas eu des négociations avec la BRICS via Poutine ! J'adorerais que ce soit le cas et que la Grèce soit sauvée par la BRICS. Un joli doigt d'honneur à l'UE et aux USA. Et surtout un grand message d'espoir pour les pays qui veulent sortir de cette tutelle nord américaine. Qu'attendent les pays d'Amérique Latine pour rejoindre la BRICS (Je dis "la" mais je ne sais comment dire autrement).
    Vivement 2017. On compte sur toi Jean Luc !

  30. 30
    Caliban dit:

    La France devrait être avec les BRICS ? La France aurait même dû être à la manoeuvre ? Moi je veux bien, mais comment fait-on si on est dans l'Union européenne ? Si quelqu'un peut m'expliquer le paradoxe, je suis tout ouie !

  31. 31
    Le Masson dit:

    Bonsoir à toutes tous
    Un petit commentaire par rapport à l'entreprise FN, un tout petit message pour relever le fait qu'il conviendrait d'enfoncer les clous face au FN. Comme bien d'autres, j'ai toujours considéré qu'une fois autorisé, un tel parti ne pouvait-être détruit que par deux armes, le rire, la force. A ce jour, un espace, à mes yeux s'ouvre. Pour le rire et la dérision, usons de leurs propositions économiques improbables (sortie de l'euro et tutti quanti), usons du rire et une réconciliation avec "Le petit journal" serait souhaitable.
    Quant à la force, alors là, un boulevard. Un parti qui dans une tradition d'extrême droite fait de la famille la cellule de base de la société, parcourons nos rues, allons, allons et simplement rappeler que finalement ce parti n'est rien d'autre qu'un rassemblement de ceux qui "s'aiment de détester ensemble" (A. Tristan). C'est sidérant, ce qui se passe, il faut taper dessus comme le fait le président du Toulon Rugby club. Il faut prendre à la gorge les électeurs et les militants du FN. Vous avez cru quoi, vous croyez quoi ? Vous n'avez point compris ? Il s'agit d'une entreprise, "sans...

  32. 32
    arnaud dit:

    Il est vrai que pour un dirigeant allemand on ne se rend pas en Russie sur invitation mais par violation. Merci encore une fois Jean-Luc de parler à la fois à ma tête et à mon cœur.

  33. 33
    Nicolas.B dit:

    Très belle intervention chez M Bourdin, ouais ça fait du bien d'entendre d'entendre notre porte parole de cette manière. Pour une fois M Bourdin a été très bien. Un seul regret j'ai trouvé l'intervention trop courte. Et merci de dire que ce que fait le gouvernement ne nous intéresse plus, tout ce qu'il fait partira dans les poubelles de l'histoire, à notre grande honte pour ce si beau pays et ce grand peuple. Si rien n'est fait contre ces écoutes, c'est la preuve que nos dirigeants sont complices, aveugles, corrompus, vendus ou idiots, ou capitulard tout simplement. Quand au trieur d'enfant, l'ignominie est atteinte, le pire c'est qu'il y en a qui pensent que c'est normal, j'espère qu'il sera destitué de ses fonctions, c'est indigne de la France. Vive la VIe, sortons de cette nasse européenne.

  34. 34
    JeanLouis dit:

    @31 Caliban
    Je ne pense pas que ce soit si compliqué que ça. C'est d'abord une volonté politique. Nous avons notre monnaie, l'euro, comme d'autres ont la livre ou le dollar. Et il y a la Banque Mondiale, le FMI... Pourquoi n'y aurait il pas d'autres alternatives que ce FMI, et cette Banque Mondiale qui assurent la suprématie du dollar, avec la création d'une autre monnaie commune (et pas unique) organisée par d'autres pays comme les BRICS pour organiser différemment les échanges internationaux.

  35. 35
    Sylvain dit:

    On ne touche pas à l'enfant parce qu'il est sacré sur cette terre, d'où qu'il vienne et où qu'il aille. "Sacré" veut dire que nous sommes prêts à donner nos vies pour que vive l'enfance. Si des millions de personnes ont déjà accompli ce sacrifice, c'est parce qu'il dissout l'absurdité de l'existence en une fulgurance purificatrice. Ménard, en commettant l'irréparable, est devenu un traumatisme pour ce pays. Une maladie dont le symptôme tient à la lâcheté de ses dirigeants et au mensonge récurrent de l'impuissance et du renoncement. Alors, la communauté s'étiole et les prédateurs s'en prennent aux plus faibles en pleine lumière du jour, comme un scandale, comme une saloperie supplémentaire des bâtards de la République. La haine comme pain quotidien en plus du désarroi du chômage et des difficultés à survivre, c'est le bilan à se coltiner. Je rêve d'une pluie salvatrice qui nous inonderait du courage d'édifier de cette ribambelle de sinistres individus en carton-plâtre le cénotaphe de l'imbécilité et de la méchanceté. On jetterait dessus des feuilles de papier froissé où l'on écrirait qu'on veut s'aimer dans notre beau pays de France où on ne veut plus d'eux.

  36. 36
    dMc dit:

    La création de la banque BRICS est effectivement un changement important dans le paysage financier mondial, et à malheureusement la France rate le coche. Mais de là à dire que cela préfigure un monde ordonné ! La Russie où le peuple a été spolié par les privatisations sauvages au profit de crapules qui avaient investi l'appareil politique sclérosé, et la Chine où de la même manière le capitalisme est triomphant sous la direction d'un parti unique qui n'a plus de communiste que le nom, ne sont pas les garants au dessus de tout soupçon de l'équité ni du respect des individus et de la planète. A l'évidence la France non plus ! Et je ne sais pas si ce que je ressens le plus c'est de la honte ou de la colère.

  37. 37
    vallerustie dit:

    Bonsoir à toutes et tous.
    Bravo et merci une fois de plus Jean Luc. On ne lâche toujours rien !
    Bien sur je vais me procurer cet odorant Hareng.

  38. 38
    BOUZIN Patrick dit:

    Pourquoi reprocher à Robert Ménard les statistiques ethniques alors que l'ignoble Valls proposait dans la plus grande indifférence une loi les autorisant ? Deux poids, deux mesures ?
    Cordialement

  39. 39
    Valenti Francis dit:

    Le 8 mai, salutaire rappel historique de Jean-Luc, initiative opportune du PG d'organiser une commémoration à Paris. Sans vouloir détourner le sujet, ni attiser la "concurrence des mémoires", pourquoi ne pas évoquer aussi les massacres de Sétif et Guelma en Algérie ?
    Grand merci!

  40. 40
    Hélène Lacheret dit:

    Jean-Luc, merci d'avoir protesté en notre nom, à propos de l'absence de Hollande aux commémorations du 9 mai à Moscou. Tant d'hommes et de femmes sont morts (mortes) pour nous débarrasser du nazisme. Près d'un million de femmes ont servi dans l'armée soviétique (voir Svetlana Alexievitch La guerre n'a pas un visage de femme). Et nous ne rendons pas hommage à leur courage ! J'ai vraiment honte de celui qui nous représente si mal. Merci de dire en notre nom que tous les Français et Français ne partagent pas sa manière de voir.

  41. 41
    gege dit:

    Moi aussi je pose la question de savoir si justement les BRICS ne pourraient pas venir en aide à la Grèce par un prêt bancaire, mais sur quel terrain les différents pays qui le compose sont-ils ?

  42. 42
    JeanLouis dit:

    Cher JL Mélenchon, je me demande bien ce que vous allez faire sur Europe 1 pour "débattre" avec A Minc, toujours invité partout alors même qu'il s'est toujours et sur tout trompé, qui n'a jamais rien fait par lui même, le parfait représentant d'une caste qui se croit supérieure, ennemi de la souveraineté populaire, ultra libéral qui donne des leçons aux Grecs, bref un triste sire nuisible. Pourquoi lui donner la moindre importance ?

  43. 43
    archerducher dit:

    Ce boycott du président de la République, du 8 mai 45 à Moscou me rappelle celui des JO de 1980, haïssable est ce personnage, bon courage à ONPC.

  44. 44
    Francis dit:

    Le PS sort la grosse artillerie pour flatter les dirigeants du PCF lors de la rencontre PS/PC lundi prochain. Manque plus que Valls et Bartolone. Objectif ? S'assurer que le PCF sera aux côtés du PS lors des régionales ? Le PG a décliné à juste titre l'invitation à rencontrer le parti sollandiste. Le compte rendu de la réunion PG/PC laisse augurer quelques défaillances sur le principe de l'autonomie lors des régionales au prétexte qu'il ne faut pas laisser passer les régions à droite. Cette manière de présenter les choses laisse à penser que le PS est toujours un parti de gauche. Que faut-il donc au PCF pour prendre définitivement ses distances avec le parti des lois Macron/tous suspects/cadeaux au MEDEF/dépeçage du droit du travail. Tout cela devient fatiguant. On a le droit de se tromper, j'ai moi-même fait campagne pour F. Hollande lors de la primaire et ensuite, mais on a pas le droit de persister dans l'erreur.

  45. 45
    Marc dit:

    Merci pour l'intelligence et la richesse de vos analyses. Merci de mettre en avant des alternatives dont peu, trop peu, de personnes parlent. Cela offre des points d'appuis très forts pour des débats avec des collègues qui me rebattent les oreilles avec la réussite du modèle allemand. Ils ne savent même pas qu'il y a des millions de pauvres en Allemagne. Ils ne sont même pas choqués que le gouvernement allemand espionne Airbus pour le compte de Boeing. Ils n'avaient tout simplement pas réfléchi à ce que cela trahissait. Alors qu'ils sont éduqués (tête bien pleine), entièrement formatés par la télé et la presse officielle. Aucune curiosité historique ou économique. C'est très dur de les amener à réfléchir par eux-mêmes, de les pousser à faire l'effort de chercher des informations et des analyses sur d'autres supports que des infos style SMS. Les livres, quelle idée ! Cela prends trop de temps ! Mes propos semblent désabusés mais je tire la force de continuer à pousser mes proches à réfléchir dans vos billets et dans la fougue que vous mettez à défendre vos idées. Vous poussez à réfléchir et à s'informer. Alors un grand merci pour le réconfort apporté.

  46. 46
    Invisible dit:

    Je garde en moi l'aventure exceptionnelle de 2012, mais avec un certain recul maintenant. En 2017, allons-nous repartir sur des promesses électorales aussitôt copiées-collées par MLP au micro de France Inter, comme la retraite à 60 ans ? J'ai bien l'impression que les médias dans un silence unanime nous ont réduits à l'absence totale du PAF. Alors, perdu pour perdu, pourquoi ne pas choisir le mieux, la grandeur, l'internationalisme, le pacifisme ? Pourquoi ne pas démarrer directement sur la sortie de l'OTAN ? Pourquoi ne pas envisager un virage dans la politique étrangère et la culture de relations courtoises avec notre voisin immédiat, la Russie, fièrement et sans se défaire de nos bases de socialisme (bolivarien) ? L'écologie et la décroissance ne sont pas dans nos gènes. Pourtant, ce sont les seules issues. Il ne suffit pas de l'afficher en tête de gondole, c'est un bouleversement de mentalités. Sommes-nous en lien avec les petits paysans (je ne donne pas de sigle, pour ne pas risquer la modération) ? Autre : avons-nous des dates pour commémorer les 70 ans de la sécu ?

  47. 47
    killevan dit:

    Le 8 mai n'a pas que du mauvais. Et pendant que nos maires se courbent devant les monuments aux morts pour y déposer une gerbe, en même temps ils donnent l'autorisation aux professions libérales d'ouvrir leur magasin pour se faire un peu de gras en ce jour de mémoire. C'est un honneur de mourir pour la patrie reconnaissante, décidément il n'y a pas de petits profits.

  48. 48
    Normandie-Niemen dit:

    Bonjour Jean-Luc,
    La traduction de "Rabenmutter" de l'article de Die Welt auquel tu fais référence dans ton tweet ne signifie pas mère, mais mère "indigne". Je ne sais pas si ce terme correspond à ce que tu écris dans ton livre.
    Bien à toi et bon courage.

  49. 49
    Noel dit:

    Pourquoi le gouvernement Grecs de Tsipras continue de négocier avec l'union européenne ? La Grèce doit rejoindre les BRICS.
    Emmanuel Todd accuse tout simplement le premier ministre de "pétainiste" le jour de l'anniversaire de la capitulation des forces nazies. L'optimisme de Valls est l'optimisme du Maréchal Pétain. [...]

  50. 50
    Jean-Pierre Gallèpe dit:

    A l'occasion du 75ème anniversaire du 8 mai 1945, je propose en lecture libre mon documentaire inédit « Gervaise et Jean, des lycéens dans la résistance ». Ils se sont engagés très jeunes au Front National Lycéens Étudiants (c'était auparavant un nom honorable), ont vécu la résistance tout au long de l'occupation, s'y sont rencontrés, ont survécu. Ils racontent leur histoire, et celles de leurs amis, pour la plupart disparus. Ce sont mes parents. N'hésitez pas à partager ce lien qui permet de voir le film.

Pages : [1] 2 3 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive