06nov 13

Après Quimper, avec mon foulard rouge

Ce billet a été lu 28 707 fois.

La réforme des retraites vient d'être rejetée à l'unanimité au Sénat. Tant mieux ! Une loi de régression sociale est ridiculisée. Il est désormais possible de la couler. Voici comment. Lors du 1er passage à l'Assemblée nationale, elle n'avait, en effet, pas obtenu de majorité absolue. Il suffit donc, lors de son passage final, que les 47 députés de gauche abstentionnistes – dont le groupe EE-LV et plusieurs socialistes – aillent jusqu'au bout. Il suffit qu'ils aillent au fond de leur conviction. Il suffit qu'ils votent comme ceux du Front de Gauche et cette loi, alors, ne passe pas ! Ces parlementaires du PS et d'EE-LV n'ont pas été élus pour voter une réforme des retraites pire que la réforme Sarkozy. Amis, camarades, ne laissez pas faire quelque chose dont vous savez tous que cela n'est ni nécessaire, ni urgent, ni moral ! Montrez que vous n'êtes pas élus pour jouer le rôle de soldats de plomb ! Montrez que la politique peut agir. Souvenez-vous des camardes avec lesquels vous avez tant de fois défilé et tracté, ceux qui vous ont élus pour que vous les représentiez ! Votez contre le texte ! Et alors vous aurez au moins tenu une promesse majeure de votre élection : ne plus suivre les logiques libérales de l’ère Sarkozy !

Depuis Quimper, nous sommes entrés à présent de plein pied dans un temps plein électoral jusqu'à juin prochain avec les élections municipales et européennes. L'enjeu de ces élections impliquera en réalité une recomposition générale de la scène politique et tout le monde le sait. C'est donc un moment particulièrement dense qui se présente devant nous, où se combinera en un processus unique tout ce qui d'habitude vit sa vie séparément : mouvements sociaux, faits divers, actualité internationale, fait micro-local. Si l'on prend un peu de hauteur sur les événements et qu'on regarde la scène vue depuis son ensemble européen, l'enjeu est singulièrement simple : où la chaîne du néolibéralisme à bout de souffle va-t-elle craquer ? Dans quel pays, et de quel côté politique ? La rupture à venir sera-t-elle de notre côté ou d'extrême droite ? C’est dans ce cadre que les manifestations dans les départements bretons prennent leur place.

Les grands patrons se gavent, les salariés, eux, se serrent la ceinture. Caricatural mais vrai. Sous Hollande comme sous Sarkozy, la situation ne change pas. Le cabinet privé Poxinvest a en effet publié des chiffres sur la rémunération des présidents des 120 plus grandes entreprises cotées à la bourse de Paris. Le résultat est clair : les revenus des patrons concernés ont augmenté de 6% en 2012. Pendant ce temps, François Hollande aura augmenté le SMIC d'un carambar par jour : à peine 0,6%… Dix fois moins que les salaires des grands patrons ! C’est ça la politique des solfériniens !

Depuis Quimper

Tout le contexte de la vie du pays se dénouera dans les élections politiques majeures qui viennent. C’est la grande vertu de la démocratie de mettre sur notre chemin des moyens pacifiques et raisonnés de régler les problèmes majeurs et des situations de blocage comme celle que nous vivons avec des instruments politiques ordinaires. Pour entrer sainement dans cette situation, il faut commencer par se prémunir contre quelques illusions tenaces qui refont surface à chaque période comparable de l’Histoire. La première d’entre elle serait de croire que l'aggravation des difficultés sociales conduit mécaniquement l’esprit des victimes du côté de nos solutions. Ce serait de croire que toute manifestation, toute mobilisation sociale produirait par elle-même une conscience sociale élargie et une plus grande lucidité politique sur les objectifs à atteindre ! mai-116Non, n’importe quelle émeute n’est pas mécaniquement révolutionnaire. Bien sûr, certains mouvements peuvent déferler hors de tout cadre et se chercher un contenu chemin faisant. Bien sûr que ces débordements s’expliquent toujours par l’incapacité d’un système à contenir une énergie sociale qui le dépasse.

Mais ce n’est pas du tout le cas de ce qui s’est passé à Quimper. Les mots d’ordre, les forces qui appellaient au rassemblement et les contenus revendiqués sont essentiels pour le comprendre. Il faut toute la naïveté du monde pour croire qu’une manifestation comme celle de Quimper, convoquée par le MEDEF, l’UMP, les évêques, le Front national, les régionalistes identitaires, est un mouvement populaire à vocation d’intérêt général, voire même progressiste, dont il faudrait disputer la direction sur son propre terrain d’action ! Comment une telle erreur d’évaluation a-t-elle pu être faite par tant de bons esprits ? Il y a bien sûr ceux pour qui la seule injonction régionaliste est un label de qualité suffisant. Ceux-là voient dans cette nouvelle ligne d’horizon une garantie permanente de bonne fin. C’est ce qu’a fait le NPA. Je le regrette beaucoup. L’absurdité de la situation ne le retient pas davantage que l’affaire de sa candidate voilée ne l’avait retenu. Même cause, même effet : l’exaltation en faveur de la place publique des particularismes culturels conduit tout droit à l’indifférence sur les contenus qu’ils portent. Le NPA admire les drapeaux des régionalistes, ce qui est bien son droit. Mais pas au point, selon moi, de se moquer de savoir si celui qui le porte est un évêque, un membre du Front national, du MEDEF ou de l’UMP. En réalité cette présence minoritaire est très utile aux chefs réels de ce type de mouvement. Ils peuvent dire « vous voyez bien que notre mouvement n’est ni de droite ni de gauche puisque tout le monde est là ! » Tout le monde ! Alors le piège se referme sur les naïfs enrôlés de force dans un combat dont ils ne partagent ni les mots d’ordre ni la direction ! 

Inutile de croire que la pudeur retiendra les tireurs de ficelles. Ceux-là sont de droite décomplexée. Ils tiennent leur tranchée, habilement déguisés en amis du « peuple en colère » contre les taxes et « l’Etat jacobin ». Combien de leurs partisans, dans les bons esprits médiatiques, m’avaient avant cela trainé dans la boue pour cause de « populisme flattant les bas instincts du peuple » et « surfant sur les colères les plus primaires ». Ceux-là, dorénavant, admirent les destructions de biens publics, les bagarres délicieuses entre ouvriers d’une même usine pour se prendre le pain de la bouche à l’appel du patron. Quelle noblesse, quelle hauteur de vue ! Et tout cela pour faire durer l’agriculture productiviste qui détruit les sols et les rivages, maintenir les subventions sur les poulets surgelés qui ruinent l’agriculture du sud et poussent des masses humaine vers l’immigration. Bref, tout cela pour continuer et amplifier un système a bout de souffle qui ruine tout le monde à la fois : les gens, la nature et la région. Et, bien sûr, eux sont les raisonnables et nous les excités ; eux sont le peuple et nous les bobos, comme a osé le dire ce pauvre Maurice Szafran. Celui-là s’est offert le luxe facile de dénoncer mes « injures » contre « les Bretons ». La vision ethniciste, habituellement portée avec élégance dans ce genre de milieu, s'applique ici aveuglément à une situation qui ne lui correspond pas mieux que d’habitude. Plutôt que de s'intéresser à mes arguments, Maurice Szafran mai-95s'en tient exclusivement aux mots « nigauds » et «esclaves» pour feindre l’indignation ! Dans un journal capable de traiter le chef de l’Etat de fou, et de combien d’autres abus de langage du poujadisme mondain qui est devenu son fond de commerce, où le meilleur côtoie le pire ! Mais pour moi ce n’est pas l’essentiel. Maurice Szafran doit beaucoup se faire pardonner dans les milieux qui organisaient Quimper.

Mais pourquoi attribuer Quimper aux « Bretons » ? Car alors, qui sont les manifestants de Carhaix ? Des musulmans islamistes, des Roms sans papier, des syndicalistes apatrides ? Et que sont les innombrables voix sur place de ceux qui ont dit les mêmes choses que moi, et parfois plus durement comme c'est le cas du tract de l'intersyndicale qui appelait à la manifestation de Carhaix ? Mais Maurice Szafran comme la plupart de ses collègues n'a rien fait d'autre que de suivre les chaînes d'information en continu. Il ne sait pas ce qui est écrit dans les tracts, il n'a pas pris la peine de noter qui étaient les appelants à chacune de ces manifestations. Pour lui comme pour d'autres, tout cela n'a pas d'importance ! Ce qui compte, c'est l'image toute faite d'avance où le folklore rejoint le goût de l'exotisme et où l'ethnique mythique efface le social. Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse. Qu'importe qui tient le haut du pavé, convoque et encadre la manifestation ? Du moment que le peuple bouge pour mettre en cause l'État et que les petits se mettent sagement en rangs derrière les gros, l'ordre du monde auquel croit Maurice Szafran est indemne ! Et c'est cela, cela seulement qui compte à ses yeux. Qu'est-ce qu'un tel personnage comprend aux ravages de l'agriculture productiviste, vu depuis son balcon parisien ? Que peut-il comprendre à la surexploitation du petit producteur par la grande distribution, lui dont le principal souci est d'obtenir que les magasins ouvrent le dimanche ? Et ainsi de suite. En s'en prenant à moi pour deux mots choisis, il lui est permit de masquer l'économie de la réflexion sur tous les arguments de mon communiqué de presse et de mon précédent post. Fallait-il choisir d'autres mots ? Il y a toujours des esprits fragiles et des trolls habiles pour le répéter en jetant de grosses larmes, et se faire ainsi les auxiliaires d'une basse besogne bien calculée. Chacun sait bien que non ! Mes textes ne sont repris par cette sorte de rustres de l'esprit que pour cette part piquante qui leur permet d'assaisonner leurs plats. Que serait la pâle diatribe de Szafran sans ma mise en cause personnelle ? Rien, sinon une banale défense de l'ordre libéral ! Ma diabolisation, dont cette invective procède, n’est en aucun cas une affaire personnelle. C'est une façon de disqualifier un angle d'analyse, une vision du monde et des relations sociales. Je connais bien la ligne d'argumentation de cette sorte de personnage. Pour « ne pas abandonner le terrain Mme Le Pen », il faudrait répéter ce qu'elle dit et voir même en dire pire. Ultime ruse du néant !

La machine à dissimuler

Une autre illusion est mortelle dans une période comme celle-ci, et tout spécialement en année électorale. Celle qui consiste à croire que les rouages du système médiatique et sondagier sont autre chose que des moyens de protection de l'ordre établi. Ils en sont au contraire la pointe avancée. C'est le moment de renouveler une mise en garde qui s'applique dorénavant de façon plus intense que jamais. Il faut savoir que nous allons être mis à très rude épreuve. Politiquement, nous marchons sur un chemin de crête. D'un côté, la droite et l'extrême droite en embuscade permanente, prêtes à tirer les marrons de tous les feux ; de l'autre, les sociaux-libéraux et leurs divers alliés de circonstances acharnés à faire disparaître toute alternative à leur domination. Et sur la scène, nous marchons au coeur d'une agitation permanente de la société mai-93dans lequel le meilleur et le pire voisinent et s’écoulent souvent dans les mêmes eaux. La capacité de discernement est vitale dans un tel environnement.

Tout ce que je vois me replonge dans l'ambiance particulière que j'ai connue tout au long de la campagne des élections présidentielles, à mesure que nous avons paru menacer l'hégémonie de sociaux-libéraux. Les mêmes figures de combat sont à l'œuvre. Pour en rappeler les traits essentiels, je commence par ce qui me touche de plus près : ma diabolisation personnelle. Signal évident de cette entreprise : ce recours à l'image pour stigmatiser. Depuis le mois de juin dernier, la même photo disqualifiante a été utilisée dix-sept fois par sept titres différents, sur tous les sujets ! L'étude réalisée sur ce point est confondante. Mais la diabolisation, c'est aussi une façon de construire une image symbolique en répétant en boucle l'usage des mêmes mots pour décrire ma façon de m'exprimer. Ici, tout se concentre en quelques mots qui permettent de faire l'économie de toute réflexion sur ce que je dis : « invective », « outrance », et ainsi de suite. Tout cela vous le savez. Mais cela finirait par faire oublier une méthode très brutale qui nous est appliquée en permanence. C’est celle de l'occultation.

Elle se traduit par un écart d'accès aux médias absolument stupéfiant, compte tenu des résultats électoraux, entre l'un quelconque des partis du Front de Gauche, ou même le Front de Gauche dans son ensemble, d'un côté, et, de l'autre, le Front National, l'UMP ou le PS. Mais cela ne suffit pas. Souvent, les prétendus grands esprits « éthiques », « indépendants » et ainsi de suite doivent piétiner leurs propres chartes déontologiques lorsqu'il s'agit d’empêcher qu’on nous repère comme une alternative politique possible. Ainsi quand BFM nous élimine des infographies concernant un sondage pour les élections européennes qui nous plaçait à 10 % des intentions mai-91de vote. Ou bien quand ils faisaient la même opération à propos de notre présence politique dans l'élection municipale de Marseille et se faisaient prendre en flagrant délit de trucage sur le plateau par Patrick Menucci. Des exemples de cette sorte, nous en avons des dizaines ! Ils sont spécialement violents dans les zones du pays où règne le système du média monopolistique sous pilotage politique unique, comme c'est le cas avec « Ouest-France ». Cette semaine, au sommet du ridicule caricatural, la morgue faite journal : « Libération » ! Celui-là fait réaliser un sondage sur les municipales à Paris dans le quatorzième arrondissement de la capitale. Ce sondage nous place à 11 % des intentions de vote des sondés, c'est-à-dire au niveau de mon résultat de l'élection présidentielle. Un résultat d'autant plus remarquable que la question posée était particulièrement biaisée : notre liste était en effet présentée comme la « liste soutenue par le Parti de Gauche et Jean-Luc Mélenchon », brutale façon de servir la soupe à la coalition du PS et du PC parisien qui prétendent avoir annexé le « Front de Gauche ». Bien sûr, la manœuvre ne nous concerne pas directement. Libé roule pour Hidalgo contre NKM. Il s'agit donc de montrer que NKM a perdu dans tous les cas. Impossible d’avoir le bon résultat sans nous ! Que faire ? L'édition papier du quotidien bourreur de crâne réussit ce tour de force d'annexer nos suffrages pour la victoire du deuxième tour sans mentionner notre résultat au premier ! C'est à peine croyable, mais c'est vrai. A sa suite, les collègues recopient avec le même manque. A voir : le site de TF1, qui cite même les 16 % attribués à Marielle de Sarnez ( ah bon ? Elle fera une liste dans le 14ème ?) et les 7 % du FN, mais pas les 11 % attribués à notre liste. Pourquoi ? Par calcul ? Complot ? Non : bêtise et fainéantise. Ces « journalistes » se recopient les uns les uns les autres et ne se donnent même pas le mal de vérifier si le total de ce qu’ils « annoncent » fait 100 %. Le seul manipulateur est celui qui, au départ, truque mai-133l’information : le journal « Libération », qui sait très bien pourquoi il agit de la sorte. « Libé » n’informe pas mais il peut désinformer. C’est sa niche d’efficacité.

On peut faire encore pire, bien sûr. Ainsi quand l'institut de sondage de Mme Parisot, l'IFOP, donne notre liste à Toulouse à 5 % des intentions de vote des sondés alors qu’un autre institut nous donnait à 10 % peu auparavant. Dans ce cas il s'agissait de prouver « la percée » du Front National. L'IFOP, qui connaît de très (très) près ce milieu, triple donc le niveau du FN. Et, pour nous diminuer de moitié, invente une « autre liste d'extrême gauche », aussitôt pointé à 3 %, alors qu'elle n'a ni sigle, ni tête de liste, ni bien sûr d'existence annoncée ! J'ai signalé ces quelques exemples, qui sont dorénavant tout à fait ordinaires, pour alerter les esprits. Chacun d'entre nous abordera depuis sa position personnelle le combat d'ensemble que nous avons engagé. La diabolisation, l'occultation, et ce que vous verrez ensuite à mesure que ceux qui payent vont commander, toujours plus directement, pourront paraître à plus d'un comme un mur infranchissable. Il ne l'est pas. C'est un monde de pacotille qui peut retarder notre marche, abattre les plus faibles, dégoûter davantage les plus fragiles. Mais il n'a pas les moyens de bloquer les progrès de la prise de conscience à laquelle nous travaillons. Les deux prochaines élections donneront la victoire à ceux qui seront les mieux mobilisés. Dans un océan d'abstention, ceux qui se déplaceront pour voter auront le dernier mot. Aucun d'entre nous ne doit jamais oublier : 4 millions de personnes ont fait ce geste de notre côté dans l'élection présidentielle. Elles savent ce qu'elles ont fait et pourquoi elles ont agi de cette façon ! Cela alors même que les clairons du « vote utile » et de la peur de l'extrême droite sonnaient du matin au soir dans tous les journaux, tous les sondages, tous les moyens audiovisuels ! La difficulté n'est pas plus grande aujourd'hui qu'elle l’était alors. Au contraire ! La disqualification des solfériniens alimentera certes une marée incroyable d'abstention et de radicalisation de la droite dont va bénéficier l’extrême droite. Mais elle ouvre aussi les yeux à beaucoup d'autres, écœurés par tant de reniements, et qui voient dans ce que fait Hollande la négation de leurs convictions les plus profondes. Ceux-là nous aiderons le moment venu. Nous ferons donc des additions, pas des soustractions !

Pour eux tout va si bien !

Les salariés, eux, se serrent la ceinture. Sous Hollande comme sous Sarkozy, la situation ne change pas. Le cabinet privé Poxinvest a ainsi publié des chiffres sur la rémunération des présidents des 120 plus grandes entreprises cotées à la bourse de Paris. Le résultat est clair : les revenus des patrons concernés ont augmenté de 6% en 2012. Pendant ce temps, François Hollande aura augmenté le SMIC d'un carambar par jour, à peine 0,6%… Dix fois moins que les salaires des grands patrons !

Certes, les 40 patrons du CAC40 ont vu leur revenus baisser de 6,3% en 2012. Mais, dans le même temps, les patrons des 80 plus grosses entreprises suivantes ont vu leurs revenus progresser de 9,3%. Un patron du CAC 40 a ainsi gagné en moyenne 3,96 millions d'euros en 2012. Quant aux 80 suivants, ils ont gagné en moyenne 2,2 millions d'euros au cours de l'année. Pour un patron du CAC 40, cela mai-59représente un gain de 10 849 euros….. par jour ! Et pour les 80 suivants, cela représente 6 027 euros par jour !

En moyenne, les 120 premiers patrons de France se sont donc adjugé chacun 2,79 millions d'euros pour la seule année 2012, soit 7 634 euros par jour ! Sachant qu'un smicard travaillant à temps complet gagne environ 17 000 euros bruts par an, cela signifie que chacun des 120 premiers patrons du pays a touché en 2012 l'équivalent de 164 années de SMIC !

Au premier rang, on trouve Bernard Charlès, directeur général de Dassault Systèmes. Il a gagné 14,9 millions d'euros en 2012, en hausse de 36%. Cela représente 876 années de SMIC ! Tout de suite derrière, on trouve le fossoyeur de Renault, Carlos Ghosn. Il a gagné 13,4 millions d'euros. Soit 788 années de SMIC. Dans les grandes entreprises, l'écart entre les plus hauts revenus et les plus petits salaires atteint des montants faramineux.

Hollande n'a rien fait contre ces salaires indécents à part des pleurnicheries. Plus que jamais, notre proposition de fixer un salaire maximum autorisé dans les entreprises montre sa pertinence. C'est la seule solution pour limiter l'écart entre le salaire du patron et le salaire du salarié du bas de l'échelle à un niveau moralement moins insupportable. Nous proposons de 1 à 20. Ce qui, dans une entreprise où le salarié le moins payé est payé au SMIC, laisse la possibilité au patron de se payer 28 600 euros bruts par mois ! Certains trouvent que ça fait encore trop. En Suisse, les Jeunes socialistes ont rassemblé assez de signatures pour qu'un référendum d'initiative populaire soit organisé le 24 novembre prochain. La question ? Êtes-vous d'accord pour limiter les écarts de salaires dans les entreprises de 1 à 12 ? Leur argument ? Dans la même entreprise, personne ne doit gagner en un mois plus que ce gagne lemai-106 salarié le moins bien payé en un an.

Les grands patrons se gavent, les salariés se serrent la ceinture. La réalité est bien une caricature ! Les Smicards ont dû se contenter de l'aumône faite par François Hollande avec sa hausse de 20 centimes nets par jour, soit à peine un carambar, décidé en juillet 2012. Au 1er janvier 2013, le SMIC a augmenté de 0,3%. Soit à peine 3 centimes bruts par heure. Et encore, cette micro-hausse ne doit absolument rien aux bontés sociales des solfériniens : c'est le seul effet automatique du mode de calcul du Smic.

Ce gel des salaires n'est pas réservé au Smicards. L'INSEE a récemment publié des chiffres pour 2011. Hors inflation, le salaire moyen net mensuel n'a progressé que de 0,2%. Autrement dit, il a stagné. Pour 2012, il faudra attendre pour avoir les chiffres en détail. Mais on sait déjà que le pouvoir d'achat des Français a reculé cette année-là pour la première fois depuis 1984. Tout pour les autres, rien pour les nôtres. En huit mots, voilà résumée la politique de François Hollande depuis son élection. Pour notre malheur, si les patrons peuvent se payer aussi le luxe de se mettre des bonnets rouges et de faire marcher derrière eux leurs employés à Quimper, les nôtres hésitent à se mettre le foulard rouge au cou.


122 commentaires à “Après Quimper, avec mon foulard rouge”

Pages : « 1 2 [3]

  1. 101
    Ifig dit:

    @alain31
    Ton analyse du Front de Gauche comme interdisant toute alliance avec le PS est une interprétation, mais d'autres organisations/militants auront/ont déjà une autre interprétation et pour trancher ce désaccord, il vous faudrait justement des statuts/règles juridiques.

  2. 102
    chris dit:

    Il me semble pour ma part que P.Laurent et consorts se sont marginalisés tout seuls, car l'essentiel des camarades et sympathisants connaissent maintenant les motivations de leur manoeuvre, et dans la majeure partie de municipalités, c'est le FdG qui est mis en avant avec une liste autonome. Les péripéties parisiennes sont un pseudo problème car on a identifié les vraies raisons du pourquoi, et on n'est pas dupes. Que cette liste soutenant Hidalgo contiennent des éléments FdG y compris dans la signalétique prouve si besoin est combien le FdG et ses idées sont un risque pour le parti solférinien.
    Ce ne serait pas une rupture que de décider qu'il y a un code de conduite valable pour tous dans le FdG et qui préconnise comment utiliser et manipuler les symboles du FdG, qui est notre bien commun. Ceux qui de fait se mettraient en marge par une utilisation abusive se marginaliseraient donc eux-mêmes : et il ne s'agit que d'une poignée de personnes, à ne pas confondre avec la majorité de nos camarades communistes.
    L'essentiel à mon sens est de dépasser ce pseudo conflit qui ne concerne que cette poignée de gens intéressés, pour vraiment aborder le fond de la politique et des problèmes économiques. Car Jean-Luc Mélenchon a raison : çà va craquer quelque part, ils sont cuits. Ils se raccrochent aux branches. Et la dégradation de la dette de la France par S&P ce matin est significative du fait que ce gouvernement est bloqué s'il persiste dans cette non politique.

  3. 103
    SimplyLeft dit:

    N'avez-vous pas trouvé Aphatie beaucoup mieux disposé envers Jean-Luc ce matin ? Pratiquement bienveillant ! Du coup, Jean-Luc était calme, souriant, précis, et son message (moins de 8 mns, un unique message clair est bien suffisant) est, à mon avis, très bien passé.

  4. 104
    Denis F dit:

    @ 91 et 101 Ifig
    Mais de quoi je me mêle l'observateur extérieur ? Pour participer, il faut en être l'ami, c'est un choix ! Sinon, on ne sème pas la zizanie, ok... Merci !
    Concernant l'utilisation du logotype du Front de Gauche par le PCF/PS parisien, à la réflexion, et contrairement à ma première réaction qui fut la colère et la vindicte, je pense que ces imbéciles vont travailler pour nous, plutôt qu'autre chose, car les plus voyants du FdG ce sera nous au final. Je m'explique, il nous suffit de répéter le plus fréquemment possible que le PS n'est pas du FdG puisqu'il n'est plus de gauche, et d'argumenter sur la politique désastreuse et de droite faite depuis 18 mois par F. Hollande et sa clique. Aux listes officielles du Front de Gauche d'exploiter le processus, et la stupidité des félons.

  5. 105
    Poncet dit:

    L'appel à la manifestation début décembre est une excellente initiative. C'est ce qu'il fallait faire.
    Je n'en revendiquerai pas la paternité, ni ne réclamerai aucunes royalties, malgré un commentaire publié hier à 10:35 sur Médiapart.

  6. 106
    durluche dit:

    La ligne Hollande s'écroule, c'est vrai que plus ça va moins ça vient. Les retraites ne sont pas passées au sénat à cause d'amendements de la droite qui avaient dénaturé le texte du parlement, d'après Marie Solange, et quel texte vont voter les députés en deuxième lecture? Un nouveau texte pour lequel le sénat ne sera pas consulté mais qui pourra se dire un bon texte car retravaillé dans le bon sens nananère, le sénat n'existe pas! Je suis persuadé que les députés qui se sont abstenus en première lecture n'iront pas plus loin en deuxième,
    Nous avons donc nos amis de l'aile gauche du PS dont personne ne réclame la place de premier ministre, ils ferait bien d'y songer pour voir...
    Et du coté de Paris, "c'est la misère ma pov'dame alors la dame Hidalgo, elle se met avec les cocos et ils se la jouent Front de Gauche". On devrait pas fusionner notre liste avec le PS/PC genre 1/3PS, 1/3 PC, 1/3 FdG véritable.

  7. 107
    ermler dit:

    @ mimi 89
    Ca devient lassant les attaques où réflexions sur la position du PCF, car partout en France,ce n'est pas la même position qu'à Paris, un peu de respect pour les militants de base leur feront du bien

    Ce qui devient lassant c'est de faire croire qu'en attaquant la direction du PCF et notamment son positionnement sur les municipales parisiennes, nous attaquerions l'ensemble des militants PCF envers qui "nous manquerions de respect" ! Nous savons très bien que la majorité des militants PC sont favorables à un FdG autonome donc hostiles à toute alliance avec le PS. J'ai envie d'ajouter : encore heureux ! Votre commentaire suggère qu'il faudrait taire les critiques sur Paris et sur l'attitude de Pierre Laurent puisque "partout en France" (hélas pas partout) il y a aura des listes autonomes. Comme si Paris, capitale de la France, n'était qu'une exception insignifiante. Comme si Pierre Laurent, numéro un du PC, n'était qu'un communiste parmi d'autres ! Désolé, mimi, mais ce n'est pas en mettant le couvercle sur la marmite qu'on empêchera cette mauvaise soupe de macérer.
    J'ai un grand respect pour les militants PC sincèrement attachés à "l'Humain d'abord" incarné par le Front de Gauche. J'en ai beaucoup moins pour ceux qui privilégient leurs postes, leurs carrières et leur esprit de boutique. Et je n'insulte pas les militants en disant que Pierre Laurent et ses cadres sont, à mes yeux, discrédités pour parler au nom du FdG !

  8. 108
    françois dl dit:

    @simplyleft
    En effet quel changement, un vrai journaliste cette fois. Mais attendons de voir comment le reste des médias va relayer ou passer sous silence l'info concernant la marche de décembre. Bon, tous à nos foulards rouges !

  9. 109
    naif dit:

    Bien vu, la manifestation pour le 1er week end de décembre. Les "bonnets red" appellent à une manif pour le samedi 30 novembre. Ils ont du écouter RTL ce matin. Ils ne sont pas contents des offres de trésoreries et d'investissements : 15 millions de trésorerie + 300 millions de subventions + 1 milliard de prêt de la BDP. Ils réclament avec et surtout la "libération des énergies des contraintes administratives et sociales". En langage économique libéral cela veut dire: "laissez nous exploiter les salariés comme nous le voulons. Supprimez les taxes, les charges sociales et autres impôts ainsi que les contrôles associés. Laissez nous licencier comme nous l'entendons". Voilà ce que réclament, de fait, les nigauds de salariés prévenus qui s'associeraient demain à leurs manifestations.

  10. 110
    educpop dit:

    Denis, la visibilité doit être maxi. Si les militants manifestent chez eux il n'y aura pas d'effet de masse et chacune des actions singulière sera présentée comme un épiphénomène local. Qui va se charger de la comptabilisation pour arriver à un total significatif, le ministre de l'intérieur ? Il faudrait que dans ce défilé l'idée de résistance prenne forme d'une manière plus visible que d'habitude, Vous avez vu par exemple ce qui se passait en Argentine ? Des dizaines de milliers de gens assis par terre dans la capitale et criant tous ensemble pendant des heures "Peron !" sur un ton monocorde. C'était magique et ça a marché. J'imagine la même chose à Paris, devant le ministère des finances la foule scandant "dégage !" d'une seule voix.

  11. 111
    jpp2coutras dit:

    Il y a ce qu'ils disent avec les mots à contre-sens ou en oxymore comme par-exemple nommer "actions" des rentes gagnées en roupillant (placement serait plus approprié). Et il y a l'omerta sur les gens qui alertent et qui remettent en cause radicalement le système pourri qu'ils tentent de maintenir sur les rails quelqu'en soit le prix pour la grande majorité des citoyens. Oyez braves gens " Le FdG n'existe plus, effacé du PAF, la preuve: nous l'avons digéré tout cru et dru à la parisienne" Sauf comme le fait remarquer finement G-Y. Ganier d'Emilion (88-11h) la marque FdG apparaît comme un gisement de Valeur et s'en réclamer comme éclairé FdG quand il y a un gros morceau de PS dedans, c'est pas du pur boeuf bien rouge mais une sorte de minerai patouilleux. C'est totalement contre-productif à mon sens, la holding marine dirait qu'on préférera l'original au remake. PSychotiques?
    Après les bonnets rouges (bénets rouges compris), vont venir les bonnets verts contre la taxe transports en commun qui passe de 7 à 10% (là c'est déjà plus compréhensible) Le foulard rouge noué autour du cou est chargé de sens historique. Pourquoi pas un carton rouge de la main gauche et une sentence sur une affiche de la main droite? ou un bonnet phrygien rouge du côté gauche et vert de l'autre...ou un béret rouge à la main ? En tout cas oui, il faut se montrer déterminés et sans haine et partout.
    Quand au coup du sombre Ayrault sur RTL en toute fin, chapeau JLM!

  12. 112
    françois dl dit:

    Si le nigaud défile le 30 il confirmera que sous le bonnet il n'y a décidément rien à sauver. Mais la contre attaque n'a pas tardé et gageons que grand bruit médiatique sera fait autour de la manif des bonnets avec un silence inversement proportionnel concernant celle des foulards rouges du dimanche. Les paris sont ouverts. Il y a pourtant des syndicats sensés expliquer à ces pauvres salariés que leur intérêt n'est pas de manifester avec leurs exploiteurs non ? Ou alors c'est à désespérer. La problématique est simple si on ne peut compter ni sur les médias ni sur les syndicats pour remplir les bonnets, qui le fera ?

  13. 113
    Denis F dit:

    Le patronat breton réclame à J.M Ayrault de faire mieux que G. Shroeder avec ses lois Hartz I à IV. Les patrons bretons CGPME, FNSEA, et les pêcheurs réclament plus de libéralisme social et suppression des taxes et impôts. Bientôt les Bretons pourront continuer à travailler au pays pour moins de 4 € de l'heure comme en Allemagne. Ils seront très contents d'avoir manifesté à Quimper le 30 novembre. Grâce à leur bravoure les usines vont toutes réouvrir, elles vont pouvoir s'agrandir pour faire des élevages de 2000 têtes, les abattoirs vont être plus compétitifs que les Allemands, on va réembaucher à tour de bras et si les autochtones bretons ne sont pas contents, on fera venir des Roumains ou des polonais. Les patrons bretons seront très contents de continuer à faire fortune sur le dos des "nigauds" de salariés bretons qui se seront transformés volontairement en esclaves à 4€ de l'heure, pour survivre au pays. Les petits commerçants, les artisans bretons eux seront certainement moins contents. Les touristes vont fuir la Bretagne, car vu l'augmentation des quantités de lisiers et la puanteur environnante, vu l'état des plages avec les algues vertes, bienfait des nitrates. La Bretagne deviendra rapidement une terre morte et hyper polluée et les Bretons seront contents de travailler au pays pour ces braves patrons qui aiment tant la Bretagne et les Bretons. Ils ont des bonnets rouges, vive la Bretagne, ils ont des bonnets rouges, vive les Bretons.

  14. 114
    pascal des landes dit:

    Camarades,
    Une bonne initiative que cette marche pour une révolution fiscale. Pour... on est à l'offensive. L'heure est à l'offensive, car à droite, on ne se gène pas et ce depuis des années. Ca suffit de subir. Hausse de la TVA en janvier, c'est environ 400 euros de plus pour les ménages les plus modestes qui n'en peuvent plus déjà de donner à fonds perdus pas pour tout le monde, et toujours pour les même, ceux qui les tondent jusqu'à la moelle et les jettent une fois vidés. A fonds perdu car cette austérité, cette hausse est tout simplement le financement de la mise au chômage de centaines de milliers de nouveaux travailleurs, par un ralentissement net de la consommation intérieure déjà malade de ce régime destructeur. L'austérité et le libéralisme, c'est la mise en concurrence des faibles avec les puissants, depuis les entreprises jusqu'aux individus, c'est l'anéantissement de l'intelligence face à une puissance cupide. L'heure est au rassemblement, de ceux qui veulent mutualiser, partager, développer, face à une poignée qui divise ou pille. A être docile, à jouer le "bon élève" bien sage, bien servile, le gouvernement donne l'exemple avec la dégradation prononcée par ceux qu'il entend servir. Camarade, c'est justement ce qu'il ne faut pas faire. La preuve. C'est une bonne idée que cette marche, il est grand temps en effet, que nous marchions ensemble contre toutes les bastilles pour sortir des tranchées de l'austérité.

  15. 115
    Mr Gimblette dit:

    Pour la marche du 1er décembre pourquoi pas prendre pour symbole un foulard rouge, un Chiffon Rouge, ça ferait un bon pendant aux Bonnets Rouges, non?

  16. 116
    jean ai marre dit:

    Belle et bonne initiative cette marche du 1 décembre. Le foulard rouge sera de mise, mais attention, ne pas faire comme les benêts, dont leurs bonnets sont importés d'Ecosse !

  17. 117
    rodfab dit:

    Le Fdg a porté plainte à Henin Beaumont pour faux tract est ce que c'est possible d'en faire autant pour Paris?
    Une autre réplique est de dire que Paris n'est pas toute la France. Je sais qu'avec nos médias le Parisiocentrisme est ultra présent, mais la province (quel mauvaise expression la province, comme s'il y avait une autre France en dehors de Paris) prouve que Paris n'est qu'une exception.

  18. 118
    Xavier Marchand dit:

    Oui, na lâchons rien. Et surtout pas notre trésor commun. Et ne croyons pas que tout est si brouillé sur l'affaire des municipales. A Montpellier par exemple, rien n'est encore joué. Le conseil départemental PCF s'est prononcé pour l'union avec le PS au premier tour, c'est bien connu, mais voyez ici comme le Front de Gauche de Montpellier poursuit son chemin pour une rénovation démocratique.

  19. 119
    Serge Palestine dit:

    Alors que 56% des communistes du Mans votent pour l'autonomie avec le FdG, François Edom (adjoint PG au sports) a déclaré qu'il irait sur la liste du maire sortant PS, Boulard ! Alors camarades PG intègres (et tout, et tout), que vont faire tous les élus du groupe "progressistes" de la mairie du Mans. Je ne doute pas que cette info va faire long feu sur ce site ouvert aux sympathisants et aux militants du FdG et non du seul PG.

    [Edit webmestre : De quel site ouvert aux sympathisants et militants du FdG parlez-vous ? Ce blog est ouvert à tout le monde à condition de ne pas raconter n'importe quoi, ce qui n'est qu'assez rarement votre cas. Par exemple le commentaire ci-dessus où vous semblez avoir raté une étape pourtant importante.]

  20. 120
    Eric dit:

    La Révolution Française a effectivement été initiée par une taxation indue et injuste mais, et c’est là où les syndicats patronaux jouent avec le feu, aussi par la pression faite pas les grands Féodaux voulant réinstaller leurs privilèges, et ont tout simplement ouvert la porte à la contestation qu’ils pensaient pouvoir contrôlée… On connait la suite.
    Point de détail. Le traité de Versailles est loin qu’être aussi intransigeant que celui suivant la 2 Guerre Mondiale (si si, comparez) et n’est nullement responsable pour celle-ci… Cette légende fait partie de la politique qui consiste à faire porter le blâme de la 2 Guerre Mondiale à la France, et non à l’Allemagne. Elle est inclue dans la même ligne politico-historique que la France capitularde ou la France Vichy, dont l’apogée se fera avec le «Cheese Eaters Surrendering Monkeys», les Singes Capitulards Mangeurs de Fromage de George W. Bush et est celle préférée par ceux que vous qualifier de déclinistes.

  21. 121
    pb dit:

    Des Laurent Mauduit, il y en a dans l'Huma quotidienne et dans l'HD. Alors, laissez tomber Marianne et le Nouvel Obs et abonnez-vous à l'Huma dimanche, camarades. Même si PLaurent a mal agi, il n'est pas tout le PCF à lui tout seul et la presse communiste est celle qui va à contre-courant de toute cette fausse presse de "gauche" à laquelle vous faîtes allusion. Faîtes comme Jean Luc, lisez l'Huma.

  22. 122
    Sophie Clerc dit:

    Le "Discours sur la guerre et la paix prononcé à Barbaste le 11 novembre 2013" est la perle absolue face au désastre qui approche. Or sur 65 millions de personnes, pour ne parler que des Français, 30 000 peut-être l'écouteront. Ce discours dans lequel tout est dit, tout est compris, tout est clair. Il faut que les millions l'entendent et pas seulement les milliers pendant qu'il est encore temps. A la minute 40:47, Jean-Luc Mélenchon dit "Quelle est notre force à nous ? C'est que nous sommes le grand nombre". Et Jaurès "C'est au peuple qu'il faut faire appel". Contre ce discours, ceux qui ont tué Jaurès se serviront avant tout de l'occultation. Leurs deux armes, comme le dit Mélenchon, sont la diabolisation et l'occultation. Des deux, c'est l'occultation la pire. C'est l'occultation qui doit être combattue et annihilée par des mesures originales. Les millions en Europe et ailleurs doivent entendre ce discours. Qu'on développe des idées simples, des idées folles, des idées originales, innombrables, tout est bon - pour que les gens entendent à temps ce message, ces explications simples et terribles, cet avertissement. 1914, 1939-40, 2013-14.

Pages : « 1 2 [3]


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive