24août 12

Avant dire

Ce billet a été lu 41 549 fois.

Si mon propos dans « Le Journal du Dimanche » a soulevé une telle tempête, c’est me semble-t-il parce qu’il entre en résonance avec un état d’esprit dans le pays et surtout parmi les nôtres, dans le peuple du commun. De ce fait, depuis dimanche, j’ai donc retrouvé un rythme d’interventions qui m’a tenu loin du clavier. La préparation de nos travaux à Grenoble a dévoré le reste de mon temps. Je vous avoue que je n’avais pas imaginé une reprise à ce rythme. A présent j’écris dans le train qui me conduit vers le Remue-méninges du PG et vers « les estivales du Front de Gauche ». Je vais beaucoup parler sur place. Je vais donc me limiter, ici, à quelques remarques. Et je vous donne rendez-vous soit pour la retransmission de mon discours vendredi soit pour celle de nos interventions collectives dimanche en clôture de nos estivales. Merci d’accepter mes chers lecteurs, une fois de plus, un texte qui va son chemin à « sauts et gambades ».

Bien sûr d’abord voici des remarques à propos de l’entretien de presse au  « Journal du Dimanche » qui a déclenché l’orage. J’avais écrit ici même que je m’exprimerai là où on me proposerait de parler du fond, sans pugilat ni traquenard. C’est le genre de relations que cet hebdomadaire entretien avec moi. Sa parution structure souvent le débat politique du week-end quand c’est la politique qu’il choisit de mettre au premier plan. Ce fut le cas. Je crois utile de vous donner le lien avec cet entretien pour mieux comprendre de quoi le débat est parti. De cette façon tous ceux d’entre vous qui n’ont pas lu ce journal, ce jour-là, sauront exactement ce que j’ai dit. Hum ! Non, pas ce que j’ai « dit » mais ce que j’ai « lâché » et « lâché encore », « tonné », « jeté » et ainsi de suite comme l’écrivent certains de mes commentateurs médiatiques attribués qui, puisqu’ils disent tous la même chose, ont sans doute raison car on ne peut pas avoir raison tout seul et que de toute façon il n’y a pas de fumée sans feu !  Bien sûr, je plaisante. Mais j’ai été frappé par l’écart entre la violence attribuée à mon texte et ce que je crois avoir dit. Que révèle cet écart ? L’état d’atonie de la parole politique d’où nous partons ! En plaine, tout fait vite relief ! Si ce n’est l’intervention de Pierre Laurent la semaine passée et les alertes de « L’Humanité », on aurait pu croire que toute la gauche était contente et repue et ronronnait, « apaisée », « normale ». Une bonne part de la gauche en particulier a été poussée gentiment dans l’eau tiède la plus émolliente. Naturellement je n’ai pas l’intention d’en rabattre, bien au contraire, compte tenu du niveau des répliques socialistes et de leurs éditocrâtes que renforce dorénavant la cohorte des cire-pompes de tout gouvernement. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de préciser ma pensée dans une interview pour « Nice matin », « Var matin » et « Corse matin ».

Dans ces journaux, l’expression qui a été retenue de mon propos pour résumer notre positionnement c’est : « Nous sommes les ayant droits de la victoire de la gauche ». J’en suis très satisfait, car cela décrit bien notre état d’esprit. Pour ceux qui n’auraient pas la patience de tout lire je surligne ici un moment de l’entretien qui décrit bien mon état d’esprit personnel. « Etes-vous déjà en campagne pour 2017 ? » demande André Fournon de « Nice Matin ». Voici ma réponse et je vous demande de bien la noter : « Non, je veux des résultats tout de suite ! J’essaie de réveiller l’appétit politique en mettant des idées concrètes sur la table ! Les socialistes répondent sur la forme jamais sur le fond. Ils rêvaient de se débarrasser de nous, pendant la campagne des législatives. Ils ont une pratique brutale et monarchique de la République. Et là ? Cent jours et ils sont déjà dans leur tour d’ivoire ! » Pourquoi s’inquiéter de cela, m’a-t-on dit parmi mes amis. Est-ce que cela ne va pas nous servir au contraire ? Précisément non ! Pour moi les stratégies du pire sont toujours perdantes pour toute la gauche. Voyez comment le torpillage de la campagne de Ségolène Royal par l’état major socialiste en 2007 nous a coûté cher pendant cinq ans ! Je sais qu’un certain nombre de mes lecteurs ne voient pas les choses de cette façon. Je le comprends d’autant plus facilement que l’arrogance des dirigeants du PS braque un nombre considérable des nôtres. Vous écrivez beaucoup pour dire que vous n’attendez rien d’eux et que dans ces conditions je perdrais mon temps à les interpeller. Funeste erreur selon moi. C’est renoncer au sens de la victoire contre Sarkozy que nous avons rendue possible. Nous avons fait la victoire, nous voulons notre dû. Pas des « places » ou des « postes » comme le pensent les caciques du PS qui sont incapables d’imaginer que les autres aient d’autres motivations que les leurs. Notre dû, cela signifie le fruit social et écologique du rapport de force démocratiquement obtenu avec la droite, la finance, le Medef. Ce sont des choses très concrètes, des lois très précises comme celles contre les licenciements boursiers, l’amnistie des syndicalistes condamnés pendant le règne de Sarkozy et ainsi de suite. Nous ne demandons pas l’application de notre programme. Celui-ci forme une cohérence globale. On ne peut en détacher des petits bouts comme s’il s’agissait d’un catalogue de mesures à prendre sur étagère. La cohérence économique de la relance de l’activité que nous proposons s’appuie sur un modèle économique global où la planification écologique et la reconstitution d’un secteur public nouvelle génération jouent un rôle central. Rien de tout cela n’est dans le programme socialiste. L’élection a eu lieu. Nous respectons sa décision. C’est la règle de la démocratie. Mais pour nous le débat n’est pas clos, il ne le sera jamais. Il ne faut pas qu’il le soit. Pour nous la démocratie ne se limite pas au jour du vote ! Le vote fait la décision légitime. Il n’impose pas une conviction. Faire vivre la diversité c’est aussi maintenir des voies de recours en cas de difficulté ou d’échec. Notre démarche reste donc bien globale, puisque nous continuons à vouloir convaincre de notre programme dans son ensemble et que nous sommes prêts à l’appliquer nous-mêmes à tout moment, si nous y sommes appelés. Mais notre action est aussi inscrite dans le concret immédiat.

Pour cela nous partons du possible c’est-à-dire de ce sur quoi le plus grand nombre à gauche peut se retrouver. Le but est à la fois d’unir le grand nombre et de le dynamiser. Mais on ne peut ni l’un ni l’autre si l’on ne part pas du sens politique que les électeurs ont donné à leur rejet de Sarkozy. Et on ne peut agir efficacement et dans la durée si on n’a pas la lucidité de réaliser combien la victoire a été acquise de justesse, c’est à dire à quel point la société a pu être travaillée par les thèses de la droite extrémisée. Un pouvoir de gauche doit être sans cesse à la conquête de la conviction s’il veut durer et agir. Il dure parce qu’il agit, il agit parce qu’il peut durer. Au cas présent, nous partons de ce que les socialistes affirmaient vouloir faire et qui correspond à cette double exigence de dynamisation et de résultat.

Comment me répondent-ils ? Par le mépris. Aucun ne répond sur le fond, c’est-à-dire a propos des projets de lois ou des décisions que je suggère. Bien sûr, avec les heures le ton est monté. Je n’en suis pas surpris et je ne leur en veux pas. D’une façon générale je vois bien que la réplique quand elle ne se limite pas à la forme se concentre sur le flingage personnel. La loi contre les licenciements boursiers par exemple ? Je l’évoque, je la réclame dans cet entretien de presse. Que répondent-ils ? Rien. Absolument rien. Habituel. Il ne faut pas s’arrêter à l’aspect tour de passe-passe ni aux agressions personnelles. Personnellement celles-là me sont dorénavant indifférentes. Il ne faut retenir que leur refus de répondre sur les mesures concrètes. Ce qui les aide, évidemment, c’est qu’aucun journaliste ne leur pose de question à ce propos. Beaucoup de bavardages donc à propos de la forme de mon intervention. Et beaucoup d’attaques personnelles, parmi les plus burlesques. Je m’amuse ainsi de voir que mes vacances au Vénézuéla deviennent un argument à charge contre mon argumentation. Michel Sapin, Jean-Marc Ayrault, Daniel Cohn-Bendit, y reviennent, lourdement persuadés qu’ils sont de me diaboliser. Grand renfort : « Le Monde » publie même une nouvelle fois son papier de cet été sur mon passage dans la campagne de Chavez ! Le ridicule de ce genre de répétition ne doit pas faire perdre de vue le but visé. Il s’agit d’établir la suite que voici : qui fait du social et se prononce contre le traité est pour Mélenchon, or Mélenchon c’est Chavez et Chavez comme tout le monde le sait c’est le diable ! On ne saurait mieux nous aider. A notre tour de retourner le théorème. En posant la question du bilan des révolutions démocratiques de l’Amérique latine, et notamment, bien sûr, de celle du Vénézuéla. Ce bilan ne nous fait pas peur. Au contraire.

Si je le propose ce n’est pas seulement parce que c’est l’intérêt de la démonstration de l’efficacité de nos politiques. C’est un enjeu du débat à gauche. Car c’est bien ainsi que le posent les sociaux-libéraux eux-mêmes. C’est ce que fait Michel Sapin. Il commence par dire que mon propos est « hors de la réalité ». Son interview au « Figaro » met les points sur les « i ». « Les Français ne sont pas à la recherche d'un affrontement de plus. Ils sont lassés des discours fracassants, ils apprécient au contraire le climat d'apaisement que leur apportent le président et le gouvernement ». Sur Europe 1, il a complété sa pensée en la situant sur un terrain plus large. Voici ce que j’en ai lu sur le site d’Europe 1. « Interrogé sur la réponse que le gouvernement compte apporter à l'équation "rester compétitif et garder une approche socialiste de l’emploi",  Michel Sapin a opposé deux gauches : celle du gouvernement… et celle de Jean-Luc Mélenchon » Ah ? Donc il y a deux gauches ? Lesquelles cher Michel ?  "Mais c’est nous. C’est ça la social-démocratie. C’est la gauche d’aujourd'hui. La gauche qui réforme, la gauche qui apporte des solutions". Et le journaliste qui rend compte de ces déclarations, Geoffroy Bonnefey, ajoute : « Il a ensuite embrayé, expliquant que "[ce n'est] pas la gauche tonitruante. Pas la gauche qui manie uniquement le verbe, pas la gauche d’Amérique du sud". Oui, vous avez bien lu. La social-démocratie, le nouveau gouvernement, fait quelque chose et la gauche latino ne fait rien, sinon  parler ! Le monde à l’envers ! Certes. Mais acceptons la confrontation entre ces deux conceptions de la gauche. Ne laissons pas passer cette disqualification méprisante de la lutte et de l’action des peuples de l’Amérique du sud passer comme une évidence ! Nous avons tout intérêt à la comparaison des résultats et des politiques.

J’en reste là et vous donne rendez-vous à la retransmission de mon discours ici même vendredi à 18 heures ! 


276 commentaires à “Avant dire”

Pages : « 1 2 3 4 [5] 6 »

  1. 201
    Diogene dit:

    L'Humain d'abord c'est aussi le retour vers l'article 1er de notre constitution : " La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée. La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales. »
    Rajoutons le cadre de la planification écologique dans une VI république. En gros, notre chemin est : retour vers la Bastille! 2/3 sont déjà inscrit, pas de quoi faire peur, sauf qu'un simple rappel passe pour une utopie ! C'est quoi cette amnésie ? Une République sociale c'est pour quand, et c'est par qui ? L'enfumage de cette crise qui dure depuis des décennies, savamment entretenue par la finance se heurte aujourd'hui au mur de la fin du roi pétrole. Les USA et la Chine vont tenter jusqu'au bout de s'accaparer les sources d'approvisionnement par tous les moyens, quitte a provoquer des conflits...
    Mais la fin du modèle de la croissance infinie est inexorable, d'où la nécessite d'une nouvelle voie, précisément la notre. Cette lutte pour la survie, nous seront deux camps a la mener, le nombre d'un cote et la finance de l'autre. Le nombre gagne toujours !
    On ne lâche plus rien, ça prendra le temps qu'il faudra !

  2. 202
    pirotte dit:

    Tenez bon, même en Belgique, vous représentez quelque chose de positif qui nous fait du bien. On a besoin d'utopie. Connaissez-vous Ricardo Petrella du groupe de Lisbonne ? Vous êtes mes deux phares.
    Courage vous êtes dans le bon.

  3. 203
    Courrierlecteur dit:

    @jacques chanéac dit: 26 août 2012 à 19h07 "le choix de faire intervenir Julian Assange dans un duplex poussif avec une traduction approximative n'était pas forcément l'idée du siècle."

    Bonjour,
    Même si beaucoup de monde ignore qui est Julian Assange, beaucoup de personnes ont entendu parlé de WikiLeaks et surtout chez les jeunes ("les jeunes restent bien trop rares dans nos rangs.") Les médias eux, ne peuvent ignorer le rôle important qu'a joué le fondateur de WikiLeaks puisque beaucoup d'informations provenant de ce réseau fiable ont été reprises par les médias. C'est donc un événement important (le duplex avec Julian Assange) qui a été fort bien relayé par tous les médias.
    Sur la forme, d'un point de vue médiatique ou de communication, on peut donc considérer cette intervention de Julian Assange, comme un événement d'appel qui peu entrainer des personnes peu ou pas attentives à un "meeting" du FdG à s'y'intéresser. (J'ai lu, suite à un article du Figaro sur les estivales du FdG, des réactions positives de personnes qui déclaraient ne pas avoir voté pour Jean-Luc Mélenchon mais trouvaient des choses très intéressantes dans ses propos.)
    Maintenant, sur le fond, prendre la défense d'un grand défenseur de la liberté d'expression, de la liberté d'information, en invitant (en duplex) cette personne dans un "meeting" et en interpellant le gouvernement pour l'appuyer dans ses démarches... N'est-ce pas démontrer par les actes, que le FdG n'est pas un parti totalitaire, comme certains médias et politiciens cherchent à le faire croire mais bel et bien, au contraire, un mouvement pour la défense des libertés?
    En ce qui concerne les problèmes techniques, aucunes critiques à ce sujet dans les médias. En fait, sur le plan technique, malgré les petits problèmes de retransmission (coupures d'électricité depuis l'ambassade...) ce duplex a été une véritable prouesse. Les professionnels de la communication le savent bien. C'est même une folie d'avoir eu l'audace de l'entreprendre et de la réaliser en direct! Bravo!

  4. 204
    Espéranza dit:

    Hier soir et ce matin j'ai désespéremment regardé les info à la télé(j'ai zappé) écouté à la radio ! rien sur les meeting du FdG à Grenoble.Les seuls événements politique repassés en boucle:les rassemblements PS et UMP.
    Edifiant non ! Heureusement que je vais acheter mon huma ce matin afin d'être informée.

  5. 205
    etienne dit:

    @ tous
    bon,on a compris...Le ministre Montebourg s'installe dansson fauteuil!Et il fait fort:
    le nucléaire est une filiere d'avenir
    il est impossible de ne pas voter le pacte europeen qui est un pas positif qui fait progresser
    les syndicalistes doivent etre économiquementresponsables
    Difficile de faire pire en si peu de mots
    Et dire que j'ai voté pour ce mec aux primaires socialistes.....
    vive le front de gauche

  6. 206
    Alain Tétart (60)(73 ANS) dit:

    Tout d abord merci au participant qui nous a donné l'info que le discours de Jean-Luc Mélenchon passait sur LCP à 15 heures, cela m'a permit après ma sieste de regarder ce grand et bon discours qui a été suivi par celui de l'ami Laurent, en tout plus de trois heures d'enthousiasme à retenir !
    j'ai retenu que pour faire parti du FdG il n'était pas nécessaire d'être membre d'un parti frère genre PC,FdG,PG, NPA, etc mais qu'il suffisait d'adhérer à sa philosophie et se battre pour ses idées ! ouf ! je suis bien à ma place ici !
    Enfin j'aimerais donner mon avis aussi sur le développement que tout le monde réclame pour faire de la relance, et j'aimerais rappeler en ce jour ou le premier homme qui a marché sur la lune et qui vient de nous quitter nous donne la preuve qu'il n'est pas nécessaire de continuer d'avancer pour relancer l'économie ! voyez les américains qui ont mis le pied sur la lune, hé bien ces gens là ont stoppé cette aventure faute de moyens et ils sont toujours vivants, alors je crois que pour nous cela devrait être pareil, il faudrait arrêter cette course en avant dans beaucoup de domaines car nous n'en avons plus les moyens et changer notre fusil d'épaule ! Faute de moyens il faut que l'on réapprenne par exemple à manger des tomates qu'à la période ou les tomates poussent dans nos jardins d'une part cela évitera les frais de transports (en terme d'économie de carburant mais aussi en termes d'économie de gaz carbonique dans notre air environnant !) et en plus on retrouvera le bon et vrai goût de ce fruit si succulent et qui maintenant à le goût d'une éponge rouge ! on pourrais aussi arrêter d'acheter cette cochonnerie de téléphone portable qui de téléphone n'a plus que le nom tellement il contient tout un environnement qui en fait un ordinateur portable, à tel point que la majorité des gens qui achète ces appareils ne se servent au maximum qu'au mieux 20% des fonctions tellement c'est devenu compliqué, de plus il faut des doigts comme des pattes de mouches tellement cela est devenu petit ! ridicule oui oui ! SVP proposez moi un téléphone portable qui ne fasse que téléphone portable cela m'évitera de chercher en roulant la recette de la confiture d'abricots parce que je veux expliquer à ma voisine avec quelle recette j'ai fabriqué la mienne, trop c'est trop et au lieu de payer mon appareil 6 à 800 euro j'aurais un portable pour 15 euro et je pourrais téléphoner et être joint de même !

  7. 207
    jacques87 dit:

    Pour moi, l'organe central du PG c'est ce blog plutôt que faceboock.
    Attention à ne pas confondre l'internet dans son ensemble avec les réseaux "sociaux", nous n'utilisons pas assez internet pour développer des sites de fonds, proposant des contenus élaborés, par exemple il serait possible de transcrire les vidéos des ateliers du remue-méninges de l'an dernier - et de celui de cette année, pour développer des argumentaires à l'usage de tous, pour y mettre à disposition de quoi animer des débats, des assemblées citoyennes, un ou des sites pour travailler sur des solutions de fond - par exemple faire avancer les idées sur l'organisation possible de la démocratie sous la VIème république, (et tous les autres grands sujets), et des sites locaux, etc et pas se cantonner à de l'éphémère qui disparaît hors de la vue après quelques jours voire quelques heures.

    Pour ce qui est de l'intervention de Julian Assenge, je l'ai trouvé assez ratée, la traduction a été plus que sommaire, si bien que les gens ne parlant pas suffisamment anglais n'ont rien compris à un propos qui n'était déjà pas clair de la part de l'intervenant, c'était plus du "sensationnel" que de l'"efficace" dommage, mais bon ce n'ai qu'un début, cela dit ce n'est peut être pas nécessaire de copier à tout prix ce que fait Chavez dans ses meeting.

    Pour ce qu'il faut attendre des socialistes, il faudrait arrêter d'être naïf. l'idée de poser des questions au premier ministre pour qu'il réponde depuis La Rochelle lui a donné l'idée de répondre aux questions des jeunes socialistes, pas de chance, aucun jeune socialiste n'a posé les questions de Jean-Luc, dommage.....

    Moi, je me sens résolument dans l'opposition de gauche à ce gouvernement de collaboration de classe, roué et manipulateur, mais pétri de culture romaine puisque qu'il faut se coucher pour venir à la table du gouvernement, n'est-ce" pas ma cocotte......

  8. 208
    Charles dit:

    Oui, merci à Lilly54 pour son info du passage sur LCP! Ca fait du bien, un bon bol d'air frais, ça requinque!
    C'est triste de voir que le prévisible est en train de se réaliser: pas de renégociation du TSCG, qui passera de force. Pas de rapports de force avec les industriels et financiers cupides, une belle politique de néolibéral socialo-centriste!
    La sortie de Montebourg est à pleurer de rire! Que peut faire EELV maintenant? Se retirer du gouvernement -alors qu'ils sont allés jusqu'à sacrifier leur candidate pour avoir des maroquins? Pff! c'te blague!
    Il faut tout faire pour que les électeurs comprennent enfin qu'il n'y a pas de changements possible sans une volonté de fer une détermination à tout crin, donc un minimum de véhémence et non des déclarations à la "I'm not dangerous". En s'y prenant bien, nous parviendrons peut-être à faire prendre conscience aux socialistes et verts de gauche que le seul choix qui leur reste est de se rallier au front de gauche et l'enrichir de leurs propositions, idées et énergie!
    Sinon à court terme, la mobilisation pour la manif pro-référendaire va être difficile à mettre en place, on a du pain sur la planche... On ne lâche rien! Résistance!

  9. 209
    Jean-Marc en 29 dit:

    La force des socialises est de rendre, du moins en apparence, ou momentanément, inopérant les gens portant la contestation et porteur du progrès social.

    Franchement, je ne me vois plus voter socialiste, ni nationalement, ni localement. Je vote toujours après mûres réflexions et donc par conviction. Je ne veux plus voter contre quelque chose, ni contre quelqu'un. Je veux voter pour un projet dans lequel je me reconnaisse suffisamment et pour des gens qui me sembleront le porter avec honnêteté, responsabilité et intelligence.

    Et je ne veux plus voter par tactique ou par protection-réaction. Je ne veux vraiment plus du "globalement positif" des soirée électorales perdues. D'où la nécessité absolue de se battre contre les comme celles du FN ; ne plus devoir voter à droite ou socialiste pour protéger et la démocratie, et la République. Car depuis Mitterrand, socialiste et droite ont tous joué ce jeu avec le FN pour continuer l'aliénation, la soumission et nôtre pauvreté.

    Alors comment vivre au quotidien avec ces socialistes de nos campagnes et de nos villes ? J'en ai l'amère expérience que dans les associations, dans toutes les lieux de la démocratie et de la vie politique -la vie de la Citée- ils pratiquent la même attitude clientéliste et antisociale ; qu'ils soient encartés ou sympathisant, voire dépendant comme nombre de professionnels des associations à caractère sociale ou culturel. Se battre, pensez-vous. Certes. Mais plus en se mêlant à eux. Ma pratique et ma réflexion me portent à continuer ces activités de bénévolat ou militantes, soit en solitaire, soit avec des gens honnêtes et progressistes, en démontrant ainsi qu'autre chose est imaginable, pensable et réalisable.

    Nous n'avons pas besoin d'eux pour oser être et faire. Seul le chemin et le résultat compte.

  10. 210
    JM77 dit:

    Sondages CSA (paru dans l'huma de ce matin) : 72% des français souhaitent un référendum (80% dans l'electorat FdG,, 66 au PS et 75 à droite).
    A faire tourner dans les réseaux sociaux.
    Manifestation Nationnale à Paris pour un référendum le Dimanche 30 Septembre (à vérifier car entendu sur France culture de loin ce matin).

  11. 211
    Louise dit:

    Je suis contente de vous retrouver en si bonne forme et je crois plus que jamais en " l'Humain d'abord ". Bonne rentrée Jean-Luc, le combat continue...

  12. 212
    Jean Louis CHARPAL dit:

    L'écologie officielle de gouvernement est en déroute.Comment concilier relance économique et préservation de l'environnement ? Ca paraît être la quadrature du cercle et bon nombre d'entre nous, à mon avis à tort, pensent qu'il faut absolument choisir entre ces 2 notions qui leur semblent incompatibles. Je crois qu'avec notre programme ça n'est pas fromage ou dessert, mais fromage et dessert (rien à voir avec "demain on rase gratis!"). Jean-Luc le dit souvent, et je partage cette analyse : notre programme est un tout. C'est son application intégrale, comme l'application intégrale du programme du CNR dès 44 (et tant pis s'il s'agissait d'un mélange de keynes et de socialisme républicain à la Jaurès - les corniauds sont des chiens très intelligents !) qui peut seule permettre une issue vers le haut à la situation actuelle, qui est tout sauf une "crise". Rappelons qu'il y a plus de 30 ans le niveau de vie du peuple dans son ensemble, l'efficacité des services publics, étaient bien supérieurs qualitativement qu'actuellement. C'était le plein emploi, quasiment pas un seul mendiant dans les rues, des banlieues pas très sexy, mais paisibles, pas de sous prolétariat, mais un prolétariat debout et fier de l'être. Tous les espoirs de progresser encore était permis. Et puis l'ultra libéralisme vint au début des années 80.
    Depuis les richesses produites ont doublé, et les inégalités et la misère ont explosé. Quant on parle de relance, il ne s'agit pas de tripler le PIB ou d'hurler comme des imbéciles à la "croissance", mais de permettre à tous de vivre mieux en patageant les richesses. Se loger, se nourrir, se soigner, s'éduquer correctement, avoir des loisirs et accès à la culture ne nécessitent nullement de massacrer encore plus la planète, mais par contre exigent une redistribution des cartes au plan économique et social. C'est ce qu'il faut entendre par relance et celle là est non seulement légitime, mais indispensable pour mettre en pratique "L'Humain d'abord". C'est alors, une fois l'oligarchie mise au pas comme en 36 et en 44, en inversant le rapport de force, que des changements sérieux au plan écologique pourront être envisagés. Tant que les financiers dirigeront tout, les meilleures intentions du monde resteront des voeux pieux. L'économique et l'environnement doivent marcher ensemble et non s'exclure. Il faudra toujours produire.Pas plus, plutôt moins, mais mieux.

  13. 213
    lou passejaïre dit:

    dans la série des sondages, ce matin :
    sondage OpinionWay pour Le Figaro, le meilleur opposant à François Hollande est Jean-Luc Mélenchon...
    ça va devenir de plus en plus difficile de faire passer le message selon lequel nous ne sommes pas dans l'opposition, AMHA...
    et je dis rien des réactions à venir aux propos du "bel Arnaud, phare de la gauche solférinienne" !

  14. 214
    Charles dit:

    @Lou passejaïre (10h10): oui, c'est clair que ce serait la tactique la plus adaptée pour nous mettre des bâtons dans les roues, nous faire passer pour des méchants extrémistes qui ne savent que critiquer, parler fort mais ne font rien, n'ont pas de responsabilités ni de pouvoir!
    En outre, nous taxer "d'opposition" permet également de rendre l'UMP moins visible et moins audible... Donc tout bénef pour le PS...
    C'est pourquoi à terme je pense qu'il faudra les coincer là-dessus en expliquant que s'il nous considèrent comme "opposants", c'est tout simplement qu'ils ont opéré leur mue en parti de centre droit néolibéral social, car nous, nous n'avons pas changé de cap, nous sommes la gauche raisonnable, celle de l'humain d'abord!

    Lorsque l'on définit comme son opposition la droite et la gauche, c'est bien qu'on est au centre, non? CQFD!

  15. 215
    JM77 dit:

    Le courageux Arnaud? L'économiquement-responsable Arnaud plutôt ! Content de ne me pas m'être déplacé à cette supercherie de primaire soit disant socialiste !
    Voilà Lou passejaire.. Ce n'est qu'un début-plutôt soft- avant une probable modération ?

  16. 216
    Lucy 2 dit:

    Alain Tétart (60)(73 ANS)
    Hier soir (tard) sur France Ô, excellente émission sur le Congo, les mines de coltan dans les zones tenues par la rébellion, les ignobles massacres, l'esclave, le viol comme arme de destruction massive. Tout cela pour que nous puissions tous avoir un (ou plusieurs) téléphone portable! Et bien qu'une résolution de l'ONU recommande de ne pas acheter ce minerai rare là-bas, avec cynisme, nos entreprises occidentales continuent comme si de rien n'était, dont Bolloré, entre autre.
    Eduquer, ne serait-ce pas expliquer à nos marmots, des qu'ils réclament leur 1er téléphone ce que cela implique pour d'autres humains?

  17. 217
    Aline dit:

    Bonjour à tous,
    Je cherchais la date de la mobilisation pour un référendum au TSCG... Le 30 à Paris... Cependant j'avais cru entendre que les signatures aurait lieu le 17 du même mois! Me trompè-je?
    Il y aura donc du travail pour tout le FdG auparavant, dès maintenant, informer pourquoi un non s'impose, sur toutes les places publiques et réunions qui devraient joyeusementt se mettre en place: Allez l'usine, avalanche d'affiches et dépliants, tracts, pour soutenir l'action FdG contre le TSCG!
    Premières assemblées citoyennes délocalisées démontant et démontrant, la justesse de la solidarité contre l'injustice du libéralisme, néo ou pas, de gauche ou de droite, et même du centre, il faut aller au combat, sur ce sujet car, vous le savez, il annule la souveraineté nationale. Et moi qui ne suis pas souverainiste, je crains que, de fait, le concept de peuple ne soit plus à l'ordre du jour en "démocratie" parlementaire ou pas. Il n'y aura donc plus qu'à se taire?
    Il y a déjà ces 16 700 et quelques signatures sur un site pour ce référendum en place depuis 2011... Insuffisant, non?
    J'ai entendu parler des ces 72% des Français qui seraient pour un référendum, il ne s'agit que d'un'échantillon dit représentatif!
    Et si notre action était de rassembler nous-mêmes les signatures, donc pétitions en contact réel avec les "gens", et de déposer tout à notre groupe parlementaire: question au gouvernement. Ce n'est pas un possible institutionnel?
    Bon, plein de questions mais si nous n'entrons pas tout de suite dans l'action d'information publique, j'ai peur que nous soyons dépassé-es. Hier "ils" parlaient TSCG, vite fait, aujourd'hui, quoi? Alors demain...
    Ben oui, je piaffe un peu...

  18. 218
    Mycroft dit:

    Bonjour Jean-Luc,
    "Ayant droit" est une bonne expression. Mais, nous sommes les titulaires du droit "à aiguiller" l'actuelle majorité de centre gauche. Malheureusement, nous ne sommes pas "ayant cause" de la victoire de Monsieur Hollande (ou en d'autres termes bénéficiaire d'un droit). Il a toujours été clair : c'est "son programme" et ce n'est pas négociable.
    Vive donc l'autonomie conquérante ! La réalité devrait impliquer que certaines de nos propositions dont certaines partagées par les néo-molletistes soient adoptées si nous le lâchons rien au cours de ce quinquennat! Comme tu l'as dit, le peuple à trancher pour l'instant en faveur de l'opportunisme social-démocrate. La 2ème gauche par sa coalition opportuniste (incluant huiste, chevènementiste, verdiste et radicaux) nous a défait temporairement.
    Attention à la vue "présidentialiste" des "4 millions de voix". Ce fut un beau rassemblement. Nous devons tous persévérer à le reproduire et à le renforcer, chacun à notre niveau et avec nos moyens. Mais, la réalité politique actuelle est 1,7 millions de voix des législatives et que 10 députés, pour aiguiller le centre gauche. Il ne faut donc pas se bercer d'illusion sur les choix du PS (y compris son "aile gauche") sur les sujets stratégiques comme le TSCG.
    Je te félicite, comme tous les autres dirigeants du FdG, d'avoir pris vos responsabilités républicaines dès le soir du premier tour. Au pouvoir, ils n'ont guère d'éthique de conviction et encore moi notre éthique de responsabilité. Tiens bon !

  19. 219
    Denis F dit:

    La richesse existante appartient à ceux qui la possède, il ne s'agit pas de la redistribuer, que chaque propriétaires de pavillon de banlieue, d'appartement et même de maison secondaire se rassurent, il n'est pas question de leur prendre leurs biens.
    Mais par contre, la richesse produite appartient à ceux qui la produise, je ne vois pas pourquoi il faudrait la PARTAGER …
    Les outils du travail et de la production manufacturière ne doivent plus appartenir au capital mais aux travailleuses et aux travailleurs qu'ils soient indépendants (artisans, commerçants, scoop), industries d'état ou société à capitaux privés (industries lourdes strictement encadrées).
    Les services d'intérêts publics doivent être nationalisés, santé, éducation (suppression des écoles privées), énergies, tous types de transports publics, autoroutes, communication et télécommunication etc…
    C'est le seul postulat possible pour sortir du système capitaliste. Mais il est nullement question d'entrer dans un système collectiviste.
    Et pour réduire cette soit disante crise de la dette, l'état doit retrouver sa capacité à battre monnaie, afin de ne plus être tenu de financer ses investissements par l'emprunt privé (abrogation de la loi de 1973 dite "Rotschild") ; dans le même ordre d'idée le paiement par carte bancaire doit être uniquement réservé au paiement en euro et pour des retraits d'argent liquide aux distributeurs, une monnaie dite nationale (retour du franc) servant pour le paiement en monnaie papier, par billet à ordre et en chèque.
    De même, obligation pour les banques de rembourser immédiatement n'importe quelle somme d'argent réclamée par son propriétaire, ce n'est pas le leur c'est le sien.
    C'est la seule méthode pour sortir des griffes des banquiers et de la finance internationale.
    Sont-ce des propositions folles, irréalistes et infaisables, c'est ce que prétendront les "solférinos boys" du gouvernement Ayrault en tête, je prétends que non !…
    Nous avons le droit d'abroger une loi française.
    Nous pouvons et devons rester dans l'Europe et créer une monnaie nationale équivalente à l'euro.
    Nous pouvons et devons demander, par référendum, la re-nationalisation et la nationalisation des entreprises d'intérêt national, payable en franc.
    Nous pouvons et devons établir une grille d'impôts telle que le prévoit le programme du Front de Gauche.
    Nous pouvons et devons remettre en question tous les traités signés avec l'OMC,...
    Nous pouvons et devons remettre en question tous les traités signés avec l’OMC, l’OTAN et l’UE.

  20. 220
    CM28 dit:

    Bon retour de tes périples ! A peine revenu parmi nous, je constate que tu n'as pas chômé. J'ai loupé la diffusion hier sur LCP des interventions. Je le regrette. Tu nous reviens en pleine forme en tout cas. Merci pour l'interview à Var matin. Merci aussi d'avoir préciser que ceux qui cassent des biens publics sont des "crétins". Sans repère, ils sont effectivement les larbins objectifs de la réaction et de son bras armé, le fascisme. Je vois que tu passes ce soir sur Canal+. Pour cette rentrée, tu auras certainement beaucoup de choses à dire et à essayer de faire passer. A cette occasion, j'espère que tu pourras parler nos combats pour la liberté de la presse, l'égalité homme-femme et l'universalisme du principe de laïcité notamment en considération de l'arrêt par la chaîne tunisienne Ettounsiya TV de l'émission satirique politique inspirée des Guignols de l'info, après des pressions du pouvoir selon le syndicat des journalistes tunisien. La réaction ne doit pas priver le peuple tunisien de sa révolution pacifique et démocratique! Vive l'internationalisme prolétarien ! Résistance !

  21. 221
    DAVID JV dit:

    @ Denis F et @ tous
    Salut à toi. Tu reviens dans ton post dont je partage les lignes, sur la question très importante me semble-t-il et négligée par le FdG du retour au Franc / maintien dans l'euro. Cela fait déjà de nombreux mois que la position du FdG sur ce point me semble difficile à tenir car rester dans l'euros signifie obligatoirement mettre fin à la souveraineté des peuples en matière de politique budgétaire et donc suivre les orientations libérales actuelles cautionnées par Hollande... En effet, comment maintenir la stabilité d'une monnaie et la possibilité pour les Etats de se financer directement auprès de la BCE (ce que nous revendiquons cqfd) avec des Etats non intégrés et autant de politiques fiscales / sociales différentes...? c'est impossible.
    Un monnaie unique impose que les Etats se concertent et fusionnent leur politiques fiscales sinon, cela ne marchera jamais ou plutôt si, cela donne ce que l'on voir actuellement : une guerre monétaire menée par l'Allemagne pour préserver un euro fort ! Donc, il faut tirer les conséquence de ce constat simple...et donc il me semble plus que souhaitable de renouer avec une monnaie nationale, quitte à avoir une monnaie commune (et non unique i.e dont on ne se sert que pour les échanges internes à l'UE).
    Qu'en pensez vous tous ?

  22. 222
    Tonya dit:

    Pour ceux qui ont raté le Remue-méninges du Front de Gauche :
    http://www.lcp.fr/emissions/evenements/vod/139481-discours-de-pierre-laurent-jean-luc-melenchon-et-pascal-durand
    Pardon je ne sais pas faire mieux.

  23. 223
    christian de B dit:

    Ne rien attendre des député-e-s dit de gauche PS, ni des sénatrices et sénateurs qui étaient de gauche pour contrer le président sortant.
    Alors que faire?
    Ne lâcher rien, ni au travail, ni entre ami-e-s, ni au syndicat, ni dans la rue. Ce qui a eu lieu en Espagne, en Grèce (et aussi en Syrie) me fait craindre le pire: leurs plus grands profits ou nos vies (au travail épuisées, réprimées dans les rues, par la justice et leurs chiens de garde, par la prison muselées ou par la force dit républicaine!).
    Nos sociétés sont de moins en moins au service des peuples...elles pourraient être contre nous sans plus nous consulter. Leurs profits ou le cahot, une stratégie d'état connue dans le monde.

  24. 224
    gerard du70 dit:

    Je ne ferai plus jamais confiance au PS car ils endorment les gens de France et de Navarre tous les ténors de ce parti de gauche droite sont des tonitruants et malhonnêtes. Oui, Hollande a répété dans les meetings que le changement c'etait maintenant mais une fois élu, les socialistes ont tout oublié de la campagne. Français, baisés, vous repasserez dans 5 ans
    LE FdG doit vite organiser des manifestations contre un faux pouvoir de gauche car nous sommes le changement de demain si le peuple en décide par les urnes et referendum pour une 6è république. Je ne suis pas riche mais mes impôts sur le revenu ont été multiplie par 2 (25000 euros par an de revenu). Honte à Hollande et les siens. L'argent n'est pas dans les poches des bas salaires.
    Résistance et courage.

  25. 225
    naif dit:

    Pour les sceptiques de la croissance.
    Je vous conseille le lecture de'L'équation du nénuphar d'Albert JACQUARD - édition Calman Levy de mars 1998" Page 71.
    Il démontre "qu'une augmentation de 2% par an, qui semble bien modeste et raisonnable, correspond à une véritable explosion lorsque l'on raisonne à long terme: le doublement étant obtenu en moins de trente-cinq ans, il y a multiplication par huit au bout d'un siècle, soixante quatre après deux siècle."
    "Pour sensibiliser les jeunes, je leur raconte l'histoire édifiante du nénuphar que l'on plante dans un grand lac et qui a la propriété héréditaire de produire chaque jour un autre nénuphar. Il se trouve qu'au bout de trente jours, la totalité du lac est recouverte par les descendants de ce nénuphar et que l'espèce entière meurt étouffée, privée d'espace et de nourriture. Question: Au bout de combien de jours les nénuphars ne couvriraient-ils que la moitié du lac?"

    Réponse 29 jours !
    De quelle croissance faut-il donc parler ? l'humain d'abord et de planification écologique ? Certainement. C'est bien l'histoire de la voiture électrique et bien d'autres processus de extraction/transformation/production/transport/consommation !
    Nous sommes dans le vrai.
    Sauf à voir dans la division du travail au sens des Smith, Ricardo, Say, et autres économistes/philosophes libéraux ou sociaux démocrates que le capitalisme débridé est le système le plus efficace et économe puisqu'il recherche sans cesse les coûts de production les plus bas pour les revendre le plus cher possible. Le vice plus fort et plus économe que la vertu ! Aux objecteurs que nous sommes, à nous les vertueux ils nous démontreront que l'enfer est toujours pavé de bonne intention !
    Débat intéressant non ?

  26. 226
    Paisgresinhol dit:

    @JM77 à 9h41
    "Sondages CSA (paru dans l'huma de ce matin) : 72% des français souhaitent un référendum (80% dans l'electorat FdG, 66 au PS et 75 à droite)."

    80% pour le FdG "seulement"? J'aimerais connaître les arguments des 20% restant... Par contre, la bonne nouvelle si elle est vérifiée, vient des électeurs de droite. Je pensais qu'ils souhaitaient plutôt sa ratification sans référendum.

  27. 227
    Poncet dit:

    Naif, tu as tort de mettre Smith, Ricardo et Say dans le même panier. Quant à la métaphore du nénuphar, elle me fait peur. L'espèce humaine ne croît pas aussi vite, et croît de moins en moins vite. Les démographes de l'ONU estiment que la population mondiale devrait commencer à décroître à partir de 2050, après être passé par un "pic" de 9 milliards d'êtres humains sur terre. Je passe sur les explications théoriques de ce phénomène.
    Faut-il éradiquer une partie de la population humaine ? C'est ce que disent certaines personnes (en général, ils pensent aux populations les plus déshéritées). Pour ma part je pense que non. Il faut donc se faire à l'idée que ces 9 milliards d'être humains auront une "empreinte écologique" non négligeable. Il faut espérer (=se battre pour et espérer gagner...) que d'ici à 2050, on puisse faire en sorte que l'empreinte écologique de 9 milliards soit inférieure à celle de 6 milliards aujourd'hui. Mais ces chiffres doivent être présents à l'esprit quand on parle de "décroissance".
    A propos, j'ai adopté les toilettes sèches. Ne ris pas, c'est une des premières choses à faire. Qui d'autre ici ?

  28. 228
    lou passejaïre dit:

    @ naif

    Cette question de la croissance est centrale à gauche... je pense entre autre à nos camarades du PCF qui ont du mal à penser un marxisme du XXI siécle (et à pas mal au PG remarquez...).
    Depuis les années 60, on vit une courbe de croissance du PIB quasi constante.
    Depuis les années 60, on nous bassine avec la croissance nécessaire pour le maintien de l'emploi.
    Depuis les années 60, l'emploi salarié disparait.
    Si une bonne part d'entre nous n'affichaient pas une adhésion de fait à ce rideau de fumée qui est la croissance et à cette escroquerie intellectuelle qu'est la lutte pour l'emploi (alors que la seule lutte pertinente et justement l'émancipation face à l'aliénation de l'esclavage salarial), on entrerait dans un vrai discours de rupture avec le capitalisme. Et cependant, le prolétariat, la grande classe qui embrasse tous les producteurs des nations civilisées, la classe qui, en s'émancipant, émancipera l'humanité du travail servile et fera de l'animal humain un être libre, le prolétariat trahissant ses instincts, méconnaissant sa mission historique, s'est laissé pervertir par le dogme du travail. Rude et terrible a été son châtiment. Toutes les misères individuelles et sociales sont nées de sa passion pour le travail.
    Et aprés le mythe utopique des années 70 de "l'an 01" au ministère du temps libre, revoilà que le discours critique et provocateur de notre camarade Paul Lafargue redevient d'une actualité brulante.

  29. 229
    jean ai marre dit:

    225 gerard du70
    Je ne ferai plus jamais confiance au PS car ils endorment les gens de France et de Navarre tous les ténors de ce parti de gauche droite sont des tonitruants et malhonnêtes.

    Jusqu'à la prochaine......
    Il nous reste le Front de Gauche, les syndicats, et les associations
    Pourquoi tes impôts ont ils doublé ?

    J-L Mélenchon et le Front de Gauche ne pourra pas tout. Il va falloir aller dans la rue et surtout ne plus entendre, allez lePG, nous avec vous , il faut être devant pas à coté.

  30. 230
    Damien dit:

    Quelles journées fantastiques ces Estivales du Parti de Gauche puis du Front de Gauche, on a retrouvé l’effervescence de la séquence électorale du printemps !
    Quelques photos ici également: http://www.partidegauche-7807.fr/estivales-du-parti-de-gauche/
    On lâche rien: tractage, collage, porte à porte pour le maximum de participants à la marche du 30 septembre. N'oubliez pas de solliciter vos parlementaires et de le faire savoir (sur vos blogs, tracts, etc.) ainsi que de vulgariser leur réponse (ou leur silence). La démocratie meurt de cet "entre-soi"; exigeons transparence, débat et référendum.
    Action !

  31. 231
    Lucy 2 dit:

    Je n'étais pas aux estivales, ma santé ne me le permet pas (mes moyens très très moyens non plus). On entend, on lit "c'était fantastique". Je vous crois volontiers mais on (enfin je, les autres je sais pas) aimerait avoir quelques échos sur le fond, une synthèse quoi. C'est prévu?

  32. 232
    Poncet dit:

    L'intervention d'Assange dans le meeting de Jean-Luc semble avoir "calmé" Raphaelle Besse-Desmoullières. Mais je ne sais pas s'il faut voir cela comme un résultat positif ou comme le symptôme d'une erreur de choix. Ceci étant dit, je partage totalement le soutient à Julian Assange. Qu'il soit de notre bord politique ou non n'a aucune importance : c'est un trublion de l'impérialisme et les ennemis de nos ennemis sont, au moins conjoncturellement, nos amis !

  33. 233
    jean ai marre dit:

    220 Denis F
    Mais par contre, la richesse produite appartient à ceux qui la produise, je ne vois pas pourquoi il faudrait la PARTAGER …

    J'ai lu vos posts que certains trouvent hilarants, désolé, pas moi. Celui ci est drôle.
    Que vous le vouliez ou non, l'argent investi, dans l'outil industriel produit de la richesse, faut il rétribuer ce capital ! Pourquoi le partage ? Au nom de l'intérêt général et pensez à tous ceux qui ne peuvent pas produire.
    Au lieu de proposer un catalogue perso, je vous propose modestement de valider le programme du Front de Gauche ; l'humain d'abord, il est suffisant...

  34. 234
    Jean-François91 dit:

    @229 lou passejaïre

    Vendre un maximum de 4x4, c'est de la croissance.
    Ouvrir des dispensaires dans les quartiers dépourvus, isoler les logements qui ne le sont pas, recruter des enseignants..., c'est aussi de la croissance.
    Sauf que ce n'est pas du tout la même chose.

  35. 235
    naif dit:

    Poncet dit à 15h00
    "Naif, tu as tort de mettre Smith, Ricardo et Say dans le même panier. Quant à la métaphore du nénuphar, elle me fait peur. L'espèce humaine ne croît pas aussi vite, et croît de moins en moins vite. Les démographes de l'ONU estiment que la population mondiale devrait commencer à décroître à partir de 2050,"

    Tu as raison lorsque tu parles de démographie. Mais c'est d'économie (de PIB) dont il est question dans la métaphore du nénuphar.
    Tu as tort par contre lorsque tu dit qu'il ne faut pas mettre ces 3 économistes dans le même panier " la richesse des nation, la loi des débouchés et l'internationalisation du libre échange" de ces trois personnages contribuent bien à produire là où les ressources sont les moins chères et où les savoirs faire sont les plus efficaces. (glorifiant ainsi les délocalisations et l'interdépendance des pays)

  36. 236
    Denis F dit:

    Rejoignons le discours de Lou passejaïre et approfondissons le notre, je suis en accord total avec le fait de la décroissance et le partage du travail et ceci ne sera pas la première fois que je l'expose sur ce blog, mais il vrai que mille fois répété une idée fait mieux son chemin, d'ailleurs n'est-ce pas la meilleure technique éducative, la répétition permanente du "dis bonjour à la dame, mouche ton nez, laves toi les mains" on fait de moi quelqu'un de poli (eh oui !…) et de propre.

    Je n'ai jamais cru à l'idée généreuse que l'on pouvait vivre de l'air du temps et de l'amour partagé, je me suis vite mis au travail, dés 15 ans, et j'ai beaucoup travaillé. Ma vie n'ayant aucun intérêt pour les lecteurs de ce blog revenons au gens qui n'ont ni le bonheur d'être né avec une cuillère en or dans la bouche, ni la chance d'avoir gagné une quelconque somme d'argent à la loterie ou au casino, et qui de ce fait doivent honnêtement gagner leur pitance et pour certain aisance, c'est à dire travailler.

    Effectivement de nos jours le travail est une denrée rare et le restera définitivement, les progrès techniques y aidant, aussi le peut restant doit-il être réparti entre les gens en ayant besoin, pour ce faire une chose simple est a réaliser - le partager - nous constatons que la durée légale du travail (35h) fait qu'il y a un chômage important, réduisons la à 32, 30, 28, 24 heures semaine et interdisons le fait des heures supplémentaires et de l'intérim ; rémunérons correctement les travailleuses et travailleurs au lieu de grèver les entreprises de charges sociales qui doivent être payées par l'impôt. Nous devons réglé le manque de main d'œuvre de certaines catégories d'activités par une formation réelle, et non fictive comme c'est le cas actuellement, cette formation étant payée par les entreprises des activités concernées, les personnels a former étant recrutés et rémunérés par les dites entreprises, ses frais engagés par les entreprises seraient financés par un fond d'entraide national abondé par l'état, cette charge lui revenant par le fait du manque de prévision faite au niveau de la scolarité qui elle est totalement gratuite et obligatoire jusqu'à obtention d'un diplôme permettant une embauche, a contrario de la présentation d'un certificat d'embauche pour ceux désirant terminer leurs études.

    Ainsi vous distribuez la richesse réalisée aux salarié(e)s et à l'état.

  37. 237
    Edgard Robinot dit:

    Bravo et merci pour le retour attendu! C'est un vrai bonheur de lire tes textes parfaitement structurés et dans un français somptueux, naturel et sincère. Merci pour le vieux libertaire qui a enfin trouvé le porte idées qu'il aura cherché une bonne partie de sa vie.

  38. 238
    Ouilya dit:

    @ Tonia,
    Merci infiniment pour l'excellent lien, tout y est.
    salutations amicales et fraternelles à tous et toutes.

  39. 239
    lou passejaïre dit:

    @ denis f
    Il faut aller au delà, et prendre en compte l'utilité sociale. Un chômeur qui anime bénévolement un club de foot, de pêche à la mouche ou de pétanque, un jeune ou moins jeune qui va bosser bénévolement à la restauration d'un monument historique, à l'entretien de chemins de randonnées, le voisin qui file un coup de main pour réparer une bagnole, un vélo ou une machine à laver, le gars qui partage gratuitement son savoir et son savoir faire, ils produisent aussi de la richesse, même si elle échappe aux comptables !
    Le jour ou la gauche cessera de penser comme des comptables nous serons en bonne voie de guérison !

  40. 240
    Blanche de Marseille dit:

    Bonjour Monsieur Mélenchon , contente de vous avoir un peu entendu à nouveau - le PS n'a jamais été ma tasse de thé, j'ai horreur de l'eau tiède ! Fallait-il attendre autre chose qu'une inertie voulue ? Aucune illusion à se faire et tout nous démontre que la haute Finance est protégée... " on temporise..." alors que chaque jour qui passe est dangereux pour le tissu social composé essentiellement de citoyens ordinaires en situation difficile - je suis dégoûtée de leur attitude, bien que j'ai apprécié de voir JM Ayrault premier ministre...MAIS...voilà que le bât blesse cruellement...le ministre de l'Intérieur reprend la chasse aux sorcières, Manuel Valls qui est un homme de gauche comme moi je suis une bonne soeur ! Colère...déception parce qu'un petit temps j'avais espéré...quoi en fait ?...il n'y a rien à espèrer de ces gens-là qui en plus ont l'audace scandaleuse (ils vous doivent la victoire ! ) de nier tout ce qui vient du Front de Gauche ! Je suis persuadée que le Gouvernement, par sa dolence, nous mets en danger de revoir la sarkozie (les médias s'en occupent ardemment) Courage à tous et merci à vous de ne pas baisser les bras -

  41. 241
    naif dit:

    Denis F dit à 16h06
    "Effectivement de nos jours le travail est une denrée rare et le restera définitivement, les progrès techniques y aidant, aussi le peut restant doit-il être réparti entre les gens en ayant besoin, pour ce faire une chose simple est a réaliser - le partager -"

    Hum! je pense que cette vision est restrictive et non fondée. Le travail productif créateurs de richesses existe, mais il n'est pas forcément en France ou dans les pays dits développés. L'économie de service, stratégie en action depuis les années 80, s'est substituée à l'économie industrielle et créatrice de valeur. L'économie de service ne transforme pas la matière première en produit de consommation répondant aux besoins de la population, elle ne fait que transférer de la richesse d'une poche à une autre. Mais elle ne crée pas de la véritable richesse. Exemple la maintenance, les assurances ou les commerces n'existent que parce qu'il y a des produits à maintenir ou des personnes à prévenir des risques, à vêtir ou à nourrir. Mais si ces clients ne produisent pas de richesses véritables ils ne peuvent pas payer ces services ou alors ils exploitent inconsciemment les richesses créées par quelqu'un d'autres ailleurs (intérêts d'épargne, d'actions, ventes, salaires ou allocations "tertiairisés",... et autres % de vent..). Si une autre économie de proximité respectueuse de l'environnement et des besoins humains était possible dans notre pays alors oui nous pourrions créer de nouveaux emplois. Quant aux progrès technologiques ils sont créateurs d'emplois qualifiés puisqu'il faut produire les machines, systèmes, et intelligence artificielle associées. Je ne suis pas sûr qu'ils en détruisent autant qu'ils en créent.
    Je ne partage donc pas cette vision "Malthusienne" de l'économie. Il y aura d'autres activités nouvelles, d'autres métiers, d'autres voies de progrès à inventer. Partager, cela indique que l'intelligence globale humaine est finie. Nous serions les générations qui d'un seul coup en moins d'1 siécle aurions provoqué cette raréfaction. Nous serions au bout du rouleau. Cette fin "du monde" tomberais justement sur nous ! reconnaissez que nous n'avons pas de chance. Pile sur nous ! C'est tout simplement faux ! Sachez que je n'aurais jamais partagé mon emploi lorsque j'étais en activité, car il aurait fallu qu'un autre finisse l'après midi ce que j'avais commencé le matin. Cela ne répondait justement pas à mon besoin de...

  42. 242
    Lilly54 dit:

    Bonjour Amis ! Le seul bonheur de la journée sur les ondes sera le passage de Jean-Luc sur Canal ce soir ! Enfin j'espère que pas de traquenard ! Car ce matin je me réveille avec Trichet invité par Rance Inter, le ton est donné sur cette radio par le premier invité politique (hum) de la rentrée ! Bulletins d'infos de 6h, 7h, 8h, 9h, rien sur le Front de Gauche ! Puis la sortie de Montebourg. Les sorties devrais-je dire : il va voter le traité, il affirme que le nucléaire c'est l'avenir et demande aux syndicats d'être raisonnables. Puis ce sont les camps de Roms pulvérisés sans décision de tribunal à Evry et à Lyon. Plus l'aile gauche du PS (lol s'il y a une aile gauche c'est que le PS n'est pas à gauche) essaie de tirer à gauche, plus le PS vire à droite. Vivement la manif ! Les twittos interpellent tous les socialos de gôooche à nous rejoindre, les Filoche, MNL et cie. C'est marrant, ils ne répondent pas !

  43. 243
    henri Barde dit:

    Bravo Jean-Luc pour ton argumentaire de vendredi 24 que j'ai suivi sur LCP. Pas beaucoup de mots sauf résistance - luttes à venir - pédagogie auprès de nos concitoyens avec les assemblées citoyennes. Certains, c'est vrai, sont amorphes et se demandent ce que l'on fait maintenant. C'est pourquoi il faut mettre rapidement les arguments en place pour convaincre du bien fondé de nos idées socialistes et humaines.

  44. 244
    ducono69 dit:

    Attention au titre de "meilleur opposant" ! Ne nous trompons pas d adversaire ni de stratégie: nos idées ne progresserons pas dans le pays si nous nous contentons de nous réjouir des malheurs de Hollande, Ayrault et Cie. Leurs cotes de popularité s'effondrent, les verts sont aux choux, Montebourg se ridiculise mais les partis du FdG reçoivent ils pour autant des millions de demande d'adhésion ?
    Le risque premier est que le contentement finisse dans l'abstention et le vote Le Pen.
    Le gouvernement fera tout pour expliquer aux français qu'il n'y peut rien, que cela ne sert à rien de lutter et l'histoire le montre. Dès que la gauche est au pouvoir, la combativité des travailleurs est moindre. 2014 est encore loin, cultivons notre jardin, travaillons sur l'organisation et la formation et allons à la rencontre des victimes de leur politique. Le reste viendra avec !

  45. 245
    Denis F dit:

    naif dit :
    Hum! je pense que cette vision est restrictive et non fondée. "

    Bien sûr que mes propos sont restrictifs, il me faudrait 120 pages en caractère 9 pour expliquer les tenants et les aboutissants, qu'ils soient fondés là je vous laisse juge, est-on dans la moise oui ou non ?
    Ensuite vous vous contredisez durant tout un chapitre, mais foin de polémique.
    Bien heureusement d'autres métiers et d'autres horizons vont s'inventer, le progrès et l'évolution ne sont pas un frein ni antinomique avec la décroissance souhaitée, et peut-être bien que ma vision est "Malthusienne" c'est qui celui là un abruti comme moi ?
    Et pour finir, et j'en resterais là en ce qui nous concerne, "Sachez que je n'aurais jamais partagé mon emploi lorsque j'étais en activité, car il aurait fallu qu'un autre finisse l'après midi ce que j'avais commencé le matin." si vous avez travaillé dans des métiers utilisant des produits périssables, et votre seul savoir faire, votre charge de travail serait calculé en conséquence, si vous estimez qu'un travail commencé par une personne doit être terminé par la même personne, celui ci sera repris demain matin à votre retour au travail, les délais en seront plus long, ce n'est pas grave nous devons arrêter de courir après le temps, cela aussi fait parti de la décroissance ; et si le travail en question est standardisé, c'est un collègue qui le finira.

  46. 246
    Jean Jolly dit:

    Comme certains ici viennent à parler d’écologie et de décroissance ou du moins de future fabrication intelligente, voici une anecdote de ce matin qui coïncide avec cette incontournable révolution. Tout ce qui suit est textuellement rapporté et fait froid dans le dos.
    Je décide de me débarrasser d’un vieil écran d’ordi HS et me rends donc dans un magasin d’informatique pour faire ça dans les règles, je demande donc au patron de ce petit magasin (très sympathique en l’occurrence) en ces termes :
    – Bonjour, reprenez-vous les écrans HS parce que j’hésite à le jeter à la poubelle à cause de l’environnement ?
    Lui – Oui, mais je ferai comme vous, je le mettrai à la poubelle car il n’existe aucun organisme recyclant les écrans pour la simple raison qu’aucun des composants utilisés ne sont rares, en revanche, les composants de la centrale (l’ordi en lui-même) sont recyclés !
    Moi– Que dois-je faire alors ?
    Lui– Comme tout le monde, le déposer dans une décharge, il sera envoyé vers les pays du tiers-monde où les gamins le démonteront pour survivre et mourir prématurément !

    Je suis sorti un petit peu déboussolé du magasin et ai déposé ce produit empoisonné au centre Leclerc informatique. Ce n’est pas valeureux n’est-ce pas ? Mais quoi faire d’autre ?
    N’oublions pas que nous payons un ou deux euros sur chaque appareil acheté pour le recyclage… Où va cet argent si ce n’est toujours dans les mêmes poches ?

  47. 247
    Martine13 dit:

    De retour des Estivales.... Merci pour ces grands moments de fraternité, de reflexion, de partage qui donnent envie de poursuivre le combat ! Bravo pour la qualité des intervenants dans les ateliers, et toutes l'énergie déployée par les militants ! L'actualité de ce jour démontre combien tes propos sont pertinents Jean Luc....

  48. 248
    Gerard Blanchet dit:

    De retour des Estivales regonflé à bloc et encore plus avec le sondage de l'Huma. Je pensais en arrivant à Grenoble que les français avaient oublié 2005. Eh bien non et il va être obligé de le prévoir ce référendum l'Hollande surtout si on lui fait une bonne manif à La Bastille avec Eva en tête et Jean-Luc en queue.
    Bon mon propos ce soir. On a eu hier une belle rencontre le front de gauche du Numérique. On se retrouvera à la fête de l'Huma sur le stand du front de gauche. Une copine nous a indiqué une vraie alternative à facebook, thechangebook.org. Allez voir c'est autogéré, sans pub, mis en place par actualutte et il y a déjà une page Front de gauche. Il faut maintenant que chacun y amène ses "amis" facebook et ça peut devenir un vrai réseau social tel qu'on le conçoit au front de gauche.

  49. 249
    dani46 dit:

    Super heureuse de vous voir de retour Jean Luc. Nous sommes toujours là, avec vous et avec le FdG ! Y a du boulot, mais rien n'est impossible et, vive la révolution citoyenne et sociale. Je continue d'y croire et de l'espérer, car la réalité, c'est vous qui la décrivez dans vos interventions, contre les mensonges et hypocrisies. Alors, on tient bon !
    Cordialement.

  50. 250
    Vylsain dit:

    Aphatie rouge de colère ce soir ! Quel pied. Et un très bon sujet sur Ayrault qui demande à l'avance les questions qu'on va lui poser.

Pages : « 1 2 3 4 [5] 6 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive