24août 12

Avant dire

Ce billet a été lu 41  461 fois.

Si mon propos dans « Le Journal du Dimanche » a soulevé une telle tempête, c’est me semble-t-il parce qu’il entre en résonance avec un état d’esprit dans le pays et surtout parmi les nôtres, dans le peuple du commun. De ce fait, depuis dimanche, j’ai donc retrouvé un rythme d’interventions qui m’a tenu loin du clavier. La préparation de nos travaux à Grenoble a dévoré le reste de mon temps. Je vous avoue que je n’avais pas imaginé une reprise à ce rythme. A présent j’écris dans le train qui me conduit vers le Remue-méninges du PG et vers « les estivales du Front de Gauche ». Je vais beaucoup parler sur place. Je vais donc me limiter, ici, à quelques remarques. Et je vous donne rendez-vous soit pour la retransmission de mon discours vendredi soit pour celle de nos interventions collectives dimanche en clôture de nos estivales. Merci d’accepter mes chers lecteurs, une fois de plus, un texte qui va son chemin à « sauts et gambades ».

Bien sûr d’abord voici des remarques à propos de l’entretien de presse au  « Journal du Dimanche » qui a déclenché l’orage. J’avais écrit ici même que je m’exprimerai là où on me proposerait de parler du fond, sans pugilat ni traquenard. C’est le genre de relations que cet hebdomadaire entretien avec moi. Sa parution structure souvent le débat politique du week-end quand c’est la politique qu’il choisit de mettre au premier plan. Ce fut le cas. Je crois utile de vous donner le lien avec cet entretien pour mieux comprendre de quoi le débat est parti. De cette façon tous ceux d’entre vous qui n’ont pas lu ce journal, ce jour-là, sauront exactement ce que j’ai dit. Hum ! Non, pas ce que j’ai « dit » mais ce que j’ai « lâché » et « lâché encore », « tonné », « jeté » et ainsi de suite comme l’écrivent certains de mes commentateurs médiatiques attribués qui, puisqu’ils disent tous la même chose, ont sans doute raison car on ne peut pas avoir raison tout seul et que de toute façon il n’y a pas de fumée sans feu !  Bien sûr, je plaisante. Mais j’ai été frappé par l’écart entre la violence attribuée à mon texte et ce que je crois avoir dit. Que révèle cet écart ? L’état d’atonie de la parole politique d’où nous partons ! En plaine, tout fait vite relief ! Si ce n’est l’intervention de Pierre Laurent la semaine passée et les alertes de « L’Humanité », on aurait pu croire que toute la gauche était contente et repue et ronronnait, « apaisée », « normale ». Une bonne part de la gauche en particulier a été poussée gentiment dans l’eau tiède la plus émolliente. Naturellement je n’ai pas l’intention d’en rabattre, bien au contraire, compte tenu du niveau des répliques socialistes et de leurs éditocrâtes que renforce dorénavant la cohorte des cire-pompes de tout gouvernement. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de préciser ma pensée dans une interview pour « Nice matin », « Var matin » et « Corse matin ».

Dans ces journaux, l’expression qui a été retenue de mon propos pour résumer notre positionnement c’est : « Nous sommes les ayant droits de la victoire de la gauche ». J’en suis très satisfait, car cela décrit bien notre état d’esprit. Pour ceux qui n’auraient pas la patience de tout lire je surligne ici un moment de l’entretien qui décrit bien mon état d’esprit personnel. « Etes-vous déjà en campagne pour 2017 ? » demande André Fournon de « Nice Matin ». Voici ma réponse et je vous demande de bien la noter : « Non, je veux des résultats tout de suite ! J’essaie de réveiller l’appétit politique en mettant des idées concrètes sur la table ! Les socialistes répondent sur la forme jamais sur le fond. Ils rêvaient de se débarrasser de nous, pendant la campagne des législatives. Ils ont une pratique brutale et monarchique de la République. Et là ? Cent jours et ils sont déjà dans leur tour d’ivoire ! » Pourquoi s’inquiéter de cela, m’a-t-on dit parmi mes amis. Est-ce que cela ne va pas nous servir au contraire ? Précisément non ! Pour moi les stratégies du pire sont toujours perdantes pour toute la gauche. Voyez comment le torpillage de la campagne de Ségolène Royal par l’état major socialiste en 2007 nous a coûté cher pendant cinq ans ! Je sais qu’un certain nombre de mes lecteurs ne voient pas les choses de cette façon. Je le comprends d’autant plus facilement que l’arrogance des dirigeants du PS braque un nombre considérable des nôtres. Vous écrivez beaucoup pour dire que vous n’attendez rien d’eux et que dans ces conditions je perdrais mon temps à les interpeller. Funeste erreur selon moi. C’est renoncer au sens de la victoire contre Sarkozy que nous avons rendue possible. Nous avons fait la victoire, nous voulons notre dû. Pas des « places » ou des « postes » comme le pensent les caciques du PS qui sont incapables d’imaginer que les autres aient d’autres motivations que les leurs. Notre dû, cela signifie le fruit social et écologique du rapport de force démocratiquement obtenu avec la droite, la finance, le Medef. Ce sont des choses très concrètes, des lois très précises comme celles contre les licenciements boursiers, l’amnistie des syndicalistes condamnés pendant le règne de Sarkozy et ainsi de suite. Nous ne demandons pas l’application de notre programme. Celui-ci forme une cohérence globale. On ne peut en détacher des petits bouts comme s’il s’agissait d’un catalogue de mesures à prendre sur étagère. La cohérence économique de la relance de l’activité que nous proposons s’appuie sur un modèle économique global où la planification écologique et la reconstitution d’un secteur public nouvelle génération jouent un rôle central. Rien de tout cela n’est dans le programme socialiste. L’élection a eu lieu. Nous respectons sa décision. C’est la règle de la démocratie. Mais pour nous le débat n’est pas clos, il ne le sera jamais. Il ne faut pas qu’il le soit. Pour nous la démocratie ne se limite pas au jour du vote ! Le vote fait la décision légitime. Il n’impose pas une conviction. Faire vivre la diversité c’est aussi maintenir des voies de recours en cas de difficulté ou d’échec. Notre démarche reste donc bien globale, puisque nous continuons à vouloir convaincre de notre programme dans son ensemble et que nous sommes prêts à l’appliquer nous-mêmes à tout moment, si nous y sommes appelés. Mais notre action est aussi inscrite dans le concret immédiat.

Pour cela nous partons du possible c’est-à-dire de ce sur quoi le plus grand nombre à gauche peut se retrouver. Le but est à la fois d’unir le grand nombre et de le dynamiser. Mais on ne peut ni l’un ni l’autre si l’on ne part pas du sens politique que les électeurs ont donné à leur rejet de Sarkozy. Et on ne peut agir efficacement et dans la durée si on n’a pas la lucidité de réaliser combien la victoire a été acquise de justesse, c’est à dire à quel point la société a pu être travaillée par les thèses de la droite extrémisée. Un pouvoir de gauche doit être sans cesse à la conquête de la conviction s’il veut durer et agir. Il dure parce qu’il agit, il agit parce qu’il peut durer. Au cas présent, nous partons de ce que les socialistes affirmaient vouloir faire et qui correspond à cette double exigence de dynamisation et de résultat.

Comment me répondent-ils ? Par le mépris. Aucun ne répond sur le fond, c’est-à-dire a propos des projets de lois ou des décisions que je suggère. Bien sûr, avec les heures le ton est monté. Je n’en suis pas surpris et je ne leur en veux pas. D’une façon générale je vois bien que la réplique quand elle ne se limite pas à la forme se concentre sur le flingage personnel. La loi contre les licenciements boursiers par exemple ? Je l’évoque, je la réclame dans cet entretien de presse. Que répondent-ils ? Rien. Absolument rien. Habituel. Il ne faut pas s’arrêter à l’aspect tour de passe-passe ni aux agressions personnelles. Personnellement celles-là me sont dorénavant indifférentes. Il ne faut retenir que leur refus de répondre sur les mesures concrètes. Ce qui les aide, évidemment, c’est qu’aucun journaliste ne leur pose de question à ce propos. Beaucoup de bavardages donc à propos de la forme de mon intervention. Et beaucoup d’attaques personnelles, parmi les plus burlesques. Je m’amuse ainsi de voir que mes vacances au Vénézuéla deviennent un argument à charge contre mon argumentation. Michel Sapin, Jean-Marc Ayrault, Daniel Cohn-Bendit, y reviennent, lourdement persuadés qu’ils sont de me diaboliser. Grand renfort : « Le Monde » publie même une nouvelle fois son papier de cet été sur mon passage dans la campagne de Chavez ! Le ridicule de ce genre de répétition ne doit pas faire perdre de vue le but visé. Il s’agit d’établir la suite que voici : qui fait du social et se prononce contre le traité est pour Mélenchon, or Mélenchon c’est Chavez et Chavez comme tout le monde le sait c’est le diable ! On ne saurait mieux nous aider. A notre tour de retourner le théorème. En posant la question du bilan des révolutions démocratiques de l’Amérique latine, et notamment, bien sûr, de celle du Vénézuéla. Ce bilan ne nous fait pas peur. Au contraire.

Si je le propose ce n’est pas seulement parce que c’est l’intérêt de la démonstration de l’efficacité de nos politiques. C’est un enjeu du débat à gauche. Car c’est bien ainsi que le posent les sociaux-libéraux eux-mêmes. C’est ce que fait Michel Sapin. Il commence par dire que mon propos est « hors de la réalité ». Son interview au « Figaro » met les points sur les « i ». « Les Français ne sont pas à la recherche d'un affrontement de plus. Ils sont lassés des discours fracassants, ils apprécient au contraire le climat d'apaisement que leur apportent le président et le gouvernement ». Sur Europe 1, il a complété sa pensée en la situant sur un terrain plus large. Voici ce que j’en ai lu sur le site d’Europe 1. « Interrogé sur la réponse que le gouvernement compte apporter à l'équation "rester compétitif et garder une approche socialiste de l’emploi",  Michel Sapin a opposé deux gauches : celle du gouvernement… et celle de Jean-Luc Mélenchon » Ah ? Donc il y a deux gauches ? Lesquelles cher Michel ?  "Mais c’est nous. C’est ça la social-démocratie. C’est la gauche d’aujourd'hui. La gauche qui réforme, la gauche qui apporte des solutions". Et le journaliste qui rend compte de ces déclarations, Geoffroy Bonnefey, ajoute : « Il a ensuite embrayé, expliquant que "[ce n'est] pas la gauche tonitruante. Pas la gauche qui manie uniquement le verbe, pas la gauche d’Amérique du sud". Oui, vous avez bien lu. La social-démocratie, le nouveau gouvernement, fait quelque chose et la gauche latino ne fait rien, sinon  parler ! Le monde à l’envers ! Certes. Mais acceptons la confrontation entre ces deux conceptions de la gauche. Ne laissons pas passer cette disqualification méprisante de la lutte et de l’action des peuples de l’Amérique du sud passer comme une évidence ! Nous avons tout intérêt à la comparaison des résultats et des politiques.

J’en reste là et vous donne rendez-vous à la retransmission de mon discours ici même vendredi à 18 heures ! 


276 commentaires à “Avant dire”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. marechal dit :

    @ Zinga
    bah non moi il me fait marrer l'ami Denis, et même si j'étais le seul à rire...c'est communicatif paraît-il cette choses là...
    @ Denis FBon ben voilà le soudard c'est exprimer … Qu'est ce qu'on a foutre de la gauche ou de la droite, vraiment ? Hein !
    Rien du tout en fait, je crois qu'il y a des pays où on appellerait tout ça de l’astiquage de cafetière pour le dire poliment, tiens je t'en donne une qui vise dans le mile : Artaud disait que tous ceux qui ont des repères dans l'esprit sont des cochons...
    Devinette : à quelle genre d'animalerie ressemble une société capitaliste ?

    ah si les étiquettes politiques pouvaient voler en éclats, vivement que les gens ne s'intéressent qu'aux propositions concrètes...mais oui je rêve, et alors ?
    idéaliste un jour, idéaliste pour toujours...

  2. Jean Jolly dit :

    @ Denis.

    Je me marre à chacune de tes interventions, effectivement, je tente de poncer les angles afin de les arrondir ou plutôt de ne pas les accentuer. Je comprends ton impatience mon camarade et la partage, mais malgré mon âge inférieur au tien j'ai la chance d'appartenir justement à une tranche d'âge capable de faire le lien entre trois générations... c'est du boulot malgré ce que l'on peut en dire.

    Bref, tu prônes le "rentre dedans", perso je suis partant... mais contre qui et avec qui ? C'est typiquement le leitmotiv de l'ex LCR (c'était mon choix de vote avant puisqu'il n'existait rien d'autre entre la monarchie républicaine et l'anarchie).

    Le plus compliqué est de rassembler un maximum de personnes vers la conscience de la survie de leurs enfants puisqu'ils se foutent éperdument de leur propre vie.

  3. Diogenr dit :

    @Denis.F
    Arrêtes si possible de prendre le blog de JL pour ta tribune, distribuant les bons points ou les critiques des intervenants qui s'expriment ici.
    Ceci dit, JL nous rappelle que ce n'est pas la gauche que l'on doit rassembler, mais le peuple.
    A nous de persuader celui ci qu'une autre voie est non seulement possible mais qu'il n'en existe pas d'autre menant vers le bonheur.
    Et lis bien la fin du post de Zinga (149): n'oublie pas l'Amour...
    Amitiés fraternelles,

  4. Denis F dit :

    @ Zinga

    Ne voyez-vous pas que c'est d'une tristesse lamentable que tout cela, qu'il vaut mieux en rire que d'en pleurer, oui je rigole, oui je me marre… Ñon je ne m'amuse pas… Seriez-vous une pisse vinaigre madame ? Ma condescendance est un moindre mal, mon narcissisme est patent sinon je ne m'exprimerais pas sur ce blog, par contre je réfute totalement un quelconque mépris, je me moque que des gens qui se pense et qui se croit, pas de ceux qui s'implique et qui espère. Voyons madame un peu de gaieté que diable, la vie en sera plus légère à porter, par les temps qui court cela devient presqu'un luxe, ne pensez vous pas ?

    Pour le reste de vos insultes et de vos visions je vous laisserais croire à ce quoi bon vous semble, mais sachez tout de même que les humbles, et j'en connais certainement plus que vous, se font bouffer un peu plus chaque jour chère madame.

  5. DAVID JV dit :

    @ Theirsite69 et @ Christine
    Christine, j'approuve ton principe d'utiliser à fond les nouveaux outils de communication, mais je suis plus du côté d'une patiente et tenace éducation populaire citoyenne que de toute agit'prop comme on disait autrefois. Je pense que tu utilises les réseaux Facebook en plus des rèunions du FdG local.

    ET bien moi, je ne suis pas en phase avec vous sur ce point pour plusieurs raisons dont :
    - la capacité de fichage des individus grace justement aux réseaux dits "sociaux"
    - La capacité en elle même de sensibiliser (je ne parle même pas de convaincre) une personne à nos idées via internet et notamment FB. J'ai beaucoup de mal à croire que cela soit possible.
    - Mon aversion pour ce type de fonctionnement : tu mets tes photos, tes propos, tes idées, tes sentiments, etc à une organisation qui vend cela à des clients privés et je ne parle pas de toutes la basse pratiques de FB en matière d'aide à la police, de delation, de repérage par incitation à la délation du vrai nom de personnes inscrites,etc. La, moi, je dis : boycott FB !
    - Enfin, pour moi, "lHumain d'abord", c'est pas du virtuel, c'est aller sur le marché, dans les réunion FdG, parler aux proches, familles, amis, collègues, passants, comerçant, etc. bref, c'est tous les jours mais surtout, c'est du physique, du vrai, c'est le contacte. Quand on voit combien il est difficile de désintoxiquer les gens, j'imagine le gars non FdG, endoctriné par les médias faisant de l'anti-mélanchonisme primaire, à qui on dit - par internet - "mais si camarade, avec nous, c'est le SMIC à 1700 eur." Zéro chance de succès.
    La proximité et le contacte - non virtuel - avec les gens, il n'y a que cela de vrai : "L'humain d'abord" c'est quand même + ça que FB non ?
    La démocratie, ça commence à un échelon essentiel, le plus important de tous les échelons : celui d'une petite commune ou d'un arrondissement pour les grandes métropoles. C'est la meilleure échelle pour faire progresser nos idées, discuter, nouer des liens et, avant de faire la révolution, aller vers les autres, sortir de chez soi. l'humain d'abord !
    C'est tout ce que j'avais à dire à propos de ça !

  6. thersite69 dit :

    Bravo Denis F de jouer les Colluche, on apprécie la mise en dérision!
    Ouilya ensuite écrit "Il fut un temps où la terre était plate ! Aujourd'hui le gouvernement est de gauche !"
    Alors là je dis :" Le temps n'est pas venu de dire "...et pourtant elle tourne!"

  7. turmel jm dit :

    J'ai pu visionner la réunion du PG avec JL Mélenchon. Je ne ferai aucun commentaire, j'ai seulement pensé ceci : Quel bonheur si tous les adhérents (e) de mon parti (PCF), et mieux encore, celles et ceux qui ont voté Hollande au second tour pouvaient avoir la même chance que moi. Je suis certain que les exigences de fond se feraient davantage entendre dans le pays, et que Sapin et consort du coté de La Rochelle,auraient d'autres soucis que celui du joli look de la force tranquille qu'ils essaient de nous monter.

  8. Colombini Loris dit :

    Simplement pour vous remercier de m'avoir en quelque sorte conforté dans mes pensées politique. Je n'attends plus qu'une chose, que le mouvement auquel nous appartenons prenne le pouvoir pour entrer en vrai démocratie et arrêter de donner plus de pouvoir aux puissances financière.
    Bravo Jean Luc et s'il vous plaît continuez.
    Liège (Belgique).

  9. Damien dit :

    Ici à Saint Martin d'Hères aux Estivales du PG (puis FdG), je diffuse l'expérience (apparemment peu tentée par les autres camarades) que nous conduisons sur notre circo et notamment à Conflans Sainte Honorine de "campagne permanente" d'éducation populaire/conscientisation/politisation:
    - collage systématique de tous les panneaux ad hoc (il reste plein d'affiches sur l'Europe ou la taxation des riches au siège du PG), nous les tenons sans relache depuis le début de l'été et continuerons jusqu'en 2017 nous espérons;
    - tractage une fois par semaine minimum en gare SNCF (6-9h) et/ou marché avec les résidus de tracts de campagne/fête de l'Huma 2012/derniers tracts PG (nucléaire, Europe, SMIC), T'cho Fakir ou encore notre propre "A4 local";
    - porte à porte pour encarter/retrouver des sympathisants (commencez par analyser les zones "favorables" de votre commune via les résultats électoraux par bureaux de vote);
    - création d'un blog de votre comité régulièrement animé (je peux vous aider);
    - suivi législatif/politique des vos élus (sénateur des Yvelines pour nous -PS- ou de notre député -DVD- ainsi que de votre conseiller général/conseillers régionaux) pour les interpeller (lettre ouverte relayée sur votre blog/presse locale/affichage-tractage) sur la négation au quotidien dans leur action des thèmes portées par le programme "l'Humain d'abord" pour montrer notre force propositionnelle et de radicalités concrètes.

    Vous serez surpris de constater, une fois dissipé la surprise et/ou l'agacement de nos concitoyens (qui vous diront d'abord: "Les élections sont terminées!Pourquoi êtes-vous encore là?"), qu'ils n'ont jamais vu de militants politiques "agir" hors période électorale et sont du coup bien plus réceptifs qu'on ne pourrait le penser assis derrière son clavier.

    Bref, n'attendez pas les consignes: action!

  10. jorie dit :

    Enfiiiin le retour de Jean-Luc! franchement, à mes camarades communistes, je dis "ne faîtes pas la fine bouche". On a un représentant génial capable de toucher au coeur, d'instruire l'intelligence,de réveiller le plus grand nombre.Ne lâchez pas le pg ni Mélenchon, c'est la locomotive,mais nous avons besoin de vos rouages, du train et des rails pour faire un voyage et recevoir tout le monde. Ya pas meilleur rassembleur. Il dit ce qu'il pense et il croit à ce qu'il dit. Nous aussi. Cela nous change des langues de bois. De l'espoir concret et possible. Une vision. Celle du FdG. Maintenant,cette année, jean luc, il va falloir imposer tes copains dans les média, notamment coquerel, Généreux, Delapierre. Tu ne résisteras pas longtems à ce train d'enfer, ni aux vacheries épuisantes de tes anciens copains du ps, donc les coups les plus durs te seront portés de ce côté là, parce que la sincérité de notre mouvement réveille leur mauvaise conscience. Moi aussi, j'ai remarqué une plus grande prudence des journalistes, un plus grand respect. Etrange d'entendre parler de "cris,éructations,vociférations" pour des démonstrations claires et précises du point de vue du FdG. Espoir :Marie noelle Lienemann a tapé du poing sur la table sur l'université d'été du ps à la Rochelle. Avec ses 5% (motion de gauche),elle croit encore au PS,mais je me dis qu'elle ne va pas avaler cette arnaque de traité et qu'elle finira peut être par nous rejoindre. Montebourg parle bien, mais dans le vide, tout le monde applaudit son discours radical mais tout le monde finira par voter le TSCG, selon le même schéma : c'est pas l'idéal, mais après...on pourra faire mieux". C'est ce qu'on a fait en 92, en 2005, sansoublier l'odieux traité de lisbonne imposé de force et voilà où on en est: la grande casse. Quand tous ces gens auront-ils ton courage ? Ils ne voient donc pas que le PS est totalement verrouillé par les néolibéraux de gauche sociétale, mais jamais politique? Ils pensent que l'europe va s'en sortir sous la coupe de Merkel ? il est clair que l'Allemagne conservatrice,disciplinée, ne saisit pas la gravité des enjeux géopolitiques si l'europe s'écroule. Elle ne fait que compter ses sous dans une dérive autoritaire suspecte à la solde de la finance internationale. La résistance, c'est dur, c'est aller à contre courant d'une énorme vague. Il faut aller plus vite qu'elle. Plus fort. Pour ça,je ne vois que le FdG. Merci pour tous ces éclairages sur l'amérique...

  11. Mgharbiakhay dit :

    Bravo Monsieur Mélenchon. Venez nous réveiller et éveiller certains dans votre pays d'origine.

  12. Courrierlecteur dit :

    Bonjour les amis,
    Un grand bravo à notre Porte Parole, pour son retour magistral et à toute l'équipe pour l'organisation des "Estivales citoyennes du Front de Gauche". Bravo pour ce "meeting"... "Remue méninges" est bien la formule qui convient le mieux. Ce fût (en partie) et c'est encore, une véritable séance d'interpellation du gouvernement, de l'opinion publique; une tribune pour intervenants divers afin qu'ils puissent exposer et interpeller le gouvernement sur leurs problèmes; une interpellation républicaine, argumentée, pour que chacun puisse se faire une opinion et alimenter ainsi le débat démocratique. Tout ceci pour, "appuyer le gouvernement*" de gauche (*boutade dans le contexte actuel)... s'il gouverne dans l'intérêt général, mais aussi et surtout, pour le mettre face à ses engagements passés, reniés, ou face à ses contradictions.

    Cette séance d'interpellations est tellement riche, tellement nécessaire pour défendre la notion d'intérêt général, qu'il serait bon de pouvoir retrouver tous ces outils, toutes ces différentes interpellations par écrit, afin de pouvoir les relayer, conquérir, amplifier, l'opinion publique. En effet, ces "Remue méninges" sont en fait un véritable appel à la mobilisation. Ce gouvernement prétendu de "gauche" ne doit pas continuer ainsi à fuir le débat démocratique pour laisser pourrir des situations inacceptables ou faire passer en douce, dans la somnolence, des mesures fort discutables. Le réveil, à la diète, risque d'être bien glauque, effroyable si, par exemple, le pacte européen de l'austérité se met en place.
    Voici venu le temps de la bataille "contre le traité de l’austérité et pour le référendum". Message bien reçu. On lâche rien!

    @Zinga 25 août 2012 à 18h08
    Merci beaucoup pour ce lien et pour celui du 25 août 2012 à 22h55. J'ai eu une coupure, ordinateur en surchauffe, le traitre. Attention: si je ne me trompe l'enregistrement est incomplet*, il manque à la fin, l'interpellation du Premier Ministre (* si je ne me trompe, je n'ai pas revisionné le début de l'enregistrement)

  13. Josiane dit :

    Je n'ai pu participer aux Estivales malgré toute le désir que j'en avais. J'ai beaucoup apprécié de pouvoir suivre le "meeting" de JL sur ce blog.
    Mais quelle tristesse de ne pouvoir suivre quelques moments des Estivales du Front de Gauche ! Rien sur le site de Place au peuple. Et la revendication que j'exprime ici, je ne peux même pas l'écrire sur son site ! Prochaine réunion du Front de Gauche, j'en parle ! Le silence des médias sur les estivales est assourdissant, alors sachons utiliser nos propres moyens de communication !

  14. DAVID JV dit :

    Super ce meeting ! Impec ! Dommage qu'il n'y ait pas la fin. Excellente interpellation, je rejoins les autres blogueurs, ça regonfle le moral à bloc pour la rentrée et la reprise des mouvements.

    A Damien
    Merci pour toutes tes idées ;il y a par contre un hic. Tout cela, c'est bon lorsqu'il y a déjà une antenne locale du PG. Dans le village ou j'habite dans l'Ain (Trévoux, à tout hasard...), il n'y a pas d'antenne, pas d'affiches ou de tracts "en rab"...etc et quasiement personne pour distribuer quoi que soit d'ailleurs. Si tu savais comment faire pour se procurer des tracts / affiches. Donc il y a tout à faire. C'est long mais c'est en marche.

    Je vais à une réunion FdG qu'on va essayer de faire tous les mois... on est une quinzaine au grand grand max. Bref, chacun continue la lutte comme il peut et je crois beaucoup aussi comme toi au militantisme hors les élections, dans des moments ou il n'y a "rien à vendre", c'est le meilleur gage de notre sincérité et de notre engagement.
    Résistance

  15. turmel jm dit :

    Des divergences apparaîtraient au FdG selon un quotidien. Les uns pencheraient pour une autonomie conquérante, les autres, pour une liberté d'action afin d'obtenir des inflexions majeures (?) J'avoue que je ne "pige" pas la nuance de fond.

  16. Je ne suis pas du tout d'accord pour dire que les échanges qui ont eu lieu ici sur la notion de droite et de gauche sont sans intérêt et sans portée concrète. Il y a un temps pour tout. Celui pour militer, autour de nous, chacun selon ses moyens et ses capacités, un temps pour rigoler aussi (il m'arrive encore d'avoir des fous rires, et ça fait un bien fou !), mais aussi un temps pour réfléchir ensemble, en levant le nez du guidon. Cette réflexion est d'une actualité brûlante, puisqu'une majorité des électeurs ont cru porter au pouvoir un parti de gauche qui ferait donc une politique progressiste en faveur de l'intérêt général, alors que nous savons tous qu'il n'en est rien. Et que, sauf coup de théâtre bien improbable, la "plaisanterie" va continuer, jusqu'çà ce que la droite revienne au pouvoir. Mais nos chers sociaux libéraux seront contents, ils auront goûté pendant 5 ans aux délices du pouvoir et retourneront, jusqu'à la prochaine, dans leurs fiefs féodaux où là aussi, la vie est belle (réceptions, bonne bouffe, voitures de luxe avec chauffeur, courtisans zèlés et aux petits soins, médias locaux la brosse à reluire constamment à la main, prête à l'emploi, l'ego et l'autosatisafaction savamment entretenus etc...). Tout ça en attendant la prochaine alternance bidon.
    Pour ceux qui veulent du concret, voilà un exemple parmi d'autres : croyez vous vraiment, si la pensée unique ultra libérale n'avait pas triomphé partout dans le monde, c'est à dire, si toutes les "gauches" du monde étaient restées elles mêmes,à leur place,et n'avaient accepté une circulation anarchique des capitaux et des biens que serait toléré que des officines de spéculateurs gagnent des millions en spéculant sur les aliments et condamnent à mourir des populations entières ? Je sais pertinnement que ce phénomène a toujours existé. Mais avec les nouvelles technologies le mal commis est foudroyant et d'une ampleur jamais atteinte, alors que les progrès des sciences économiques permettraient d'enrayer et même d'interdire de telles pratiques. Voilà ce qui arrive quand la vraie gauche n'existe plus ! NB: @ 135 Hold-up -19h01. Ta synthèse est excellente et j'aurais souhaité la prolonger; mais je ne le ferai pas car je crains d'être "finement" accusé d'embêter en plein vol certains insectes volants...

  17. Damien dit :

    DAVID JV: dommage qu'on ait pas eu cet échange avant, j'aurais eu le temps de trouver ici aux Estivales quelqu'un qui repart vers ton bled et aurait pu te déposer du matériel militant.
    Sinon en contactant le siège du PG tu peux probablement te faire livrer des affiches/tracts qui restent à écouler. Si tu es encarté chez nous: crée un comité PG dans ton coin. 15 en réunion FdG c'est plus que bien je trouve, mais c'est certain qu'en milieu moins urbanisé, les surfaces à couvrir nécessitent plus de militants.
    Pensez aussi à developper votre propre contenu local (tract A5) dans la ligne nationale. Je sais: "et le nerf de la guerre? on finance comment ces tracts?" Système D je dirais dans un premier temps, mais une fois ton comité local PG créé tu peux obtenir un peu de sous du comité PG de l'Ain.
    Bref, nos faibles moyens financiers doivent sans cesse être compensés par notre créativité et motivation. Ça marquera d'autant plus les esprits des gens qu'on veut réveiller.

  18. Sébastien dit :

    Cher Jean-Luc, je sais c'est hors sujet mais j'apprécie beaucoup que vous ayez fait tomber la cravate, si rouge fut elle.
    Belle rentrée au taquet, ça fait plaisir.

  19. Eric Joufret dit :

    Merci à vous Jean Luc, pour avoir réveillé tout ce petit monde et de remis un peu nos idées sur le devant de la scène politique pour cette rentrée.
    Pour répondre à M Sapin, on dirait que l'unique but de "sa gauche", c'est d'arriver au pouvoir et après ? Ben rien, c'est tout, on fait fonctionner le système pépère, enfin "normalement" sans changer la vie des gens. On met des pansements là où ça fait trop mal en espérant que cela va suffire ! Il est donc normal, sous le prétexte du principe de réalité, de ne rien faire, de laisser le smic si bas, de faire passer un traité européen qui va nous emmener dans le mur. Bien triste la vie promise par ceux qui croient qu'il faut abandonner ses idéaux pour gouverner. Surtout quand on donne ses idéaux en pâture aux requins de la finance. J'ai voté Hollande sans faux espoirs et je ne suis pas surpris du résultat.

    A nous de les mettre en face de leurs responsabilités, sur les licenciements boursiers, sur la renégociation du traité, sur la possibilité à la BCE de prêter directement au états notamment. Je croix qu'ils ont besoin de piqures de rappel régulières avec beaucoup de vitamine dedans pour ne pas oublier que le changement c'est maintenant. Merci encore à vous, Jean Luc, de porter si bien nos idées en étant toujours aussi clair et simple dans vos propos !

    Courage, on ne lâche rien !

  20. citoyenne21 dit :

    J'en ai de plus en plus la certitude que même des citoyens non à gauche et carrément de droite reconnaitront comme crédibles les propositions du FdG car la récession qui s'annonce les oblige à penser autrement et quittant leur oeillères, ils en viennent à lire le programme du FdG et à ne pas le trouver si utopique cela ! je lis les commentaires de gens qui il y a deux ans, me riaient au nez quand je parlais du FdG qui aujourd'hui ont carrément changé d'avis !
    Comme quoi Monsieur Mélenchon doit s'acharner à avoir un discours qui s'adresse à toutes les catégories sociales et je rejoins ceux qui lui conseillent de faire intervenir des économistes pour appuyer ses dires ! Plus il paraitra concret et mieux il emportera l'adhésion d'un maximum de citoyens de tous horizons !

  21. jacquelin dit :

    Ça réveille, ca réveille... oui, mais nous on fait quoi ?

  22. jean ai marre dit :

    135 Hold-up
    il nous faut inventer de nouveaux " outils conceptuels "pour avancer au delà des impasses rencontrées.

    Comme toujours, pile-poil dans le sujet et plein de clarté. Clarté dans le sens de l'éclairage politique. Mais difficile pour les anciens de lâcher la bible, celle qui nous sert de référence. En fait nos fondamentaux. L'environnement qui se dit de gauche, et contre qui nous luttons, a le même age que nous, avons passé ensemble les mêmes épreuves, et voir comment ils retournent leur veste nous agace.
    Tu as raison de dire que notre discours doit être au dessus de la mêléE et qu'il nous faut inventer de nouveaux outils. C'est aussi cela d'être constructif pour aller vers les plus jeunes et leur faire prendre conscience des mutations.
    La VI République est un bon exemple.

  23. Lucy 2 dit :

    thersite69
    "Toutefois Facebook c'est bien pour convoquer rapidement aux manifs!"

    Et est-ce que ça vaut la peine pour celà d'aller, pieds-nus, la corde au cou, en chemise, remettre notre fichier militant, avec photos, la notre, celle de toute notre famille, du chien, du poisson rouge, au grand marchand de données personnelles qui ne nous veut pas que du bien ? (et par la même occasion aux sbires de la DCRI). Avec Facebook, Jean Moulin n'aurait pas tenu une heure!
    Et non, je ne suis pas parano, je ne vois pas des complots partout.

  24. Luc dit :

    J'ai voté pour vous, mais là je ne suis plus en phase car taper sur la gauche, même molle, n'est pas judicieux. Pensez ce qu'il y aurait eu si NS était repassé! Flinguez plutôt le FN, l'UMP, Copé and co.
    Cordialement
    Luc

  25. Pierre de Marseille dit :

    @Luc 26 août 2012 à 13h15
    Bonjour Luc,
    Le temps reviendra de taper sur les opposants de droite. Aujourd'hui, il,s'agit de faire respecter les 4 millions d'électeurs du Front de Gauche qui ont voté FH au second tour, donc de prendre pour parts leur revendications. Dans ce sens Merci à Jean-Luc Mélenchon de prendre ce parti. Si les électeurs du FdG s'étaient abstenus, vous diriez quoi aujourd'hui?
    Cordialement, Vive la 6ème République! Vive la Sociale

  26. STRATÉGE dit :

    Un jour il faudra peut-être s'intéresser aussi à la question de la guerre et de la paix car Hollande et son Fabius sont en train de prendre un mauvais chemin.

  27. marechal dit :

    @ JL CHARPAL
    Je ne suis pas du tout d'accord pour dire que les échanges qui ont eu lieu ici sur la notion de droite et de gauche sont sans intérêt et sans portée concrète. et plus loin @ Hold-up. Ta synthèse est excellente et j'aurais souhaité la prolonger; mais je ne le ferai pas car je crains d'être "finement" accusé d'embêter en plein vol certains insectes volants.

    Mais tu ne déranges personne mon cher Jean-Louis, manquerait plus que ça que certain camarade ne dérangent d'autres...camarades, que ce soit pour leur humour, leurs arguments, leur forte personnalité qui ferait des jaloux, (?) meuh non, on a jamais vu ça nulle part, surtout pas pour une cause aussi juste que la notre, n'est-ce pas ?
    Bref, permet moi d'insister par rapport à mon post 151 : je n'en changerai pas une ligne.
    Autant hold-up a raison, autant nos arguments au FdG ne peuvent plus supporter l’étiquette que la médiacratie et les politicards de bas étage leur coltinent ; n'est-il pas insupportable de se voir taxer "d’extrême gauche" ou de "gauche de la gauche" sans le moindre argument pour étayer ce type de repères fielleux destiné à un public pourtant las des petites phrases ?
    Je m'explique :
    Il y a un argument que j'utilise souvent pour faire comprendre qui nous sommes vraiment. Il s'agit tout simplement de dire à mon interlocuteur que notre programme de redistribution des richesses est avant tout keynésien, que c'est un programme de sortie de crise semblable à ce qui fut appliqué aux USA après 29 : s'il s'agit d'une personne qui a quelque chose entre les oreilles j'enfonce le clou avec Bernard Friot, si c'est un insecte en mal de lumière, j'insiste sur la mauvaise foi des médias : les USA sont un pays bien connu des bolchéviques... (Au besoin je lui écrits un post-it pour frigo, avec marqué dessus "la gauche c'est pour les pauvres, la droite pour les riches", hélas on en est à ce point...)
    Rebref, d'autres arguments de ce type contribuent il me semble à faire vaciller les repères actuelles, bien sûre cela n'empêche pas de conclure en insistant que la vraie gauche c'est nous.... mais cela n'est pas le fond du problème... le problème ne serait-il pas que tous ces repères gauche/droite contribuent à l'infantilisation les électeurs ?
    Autant que je sache ce sont les enfants qui ont besoin de repères, les adultes peuvent réfléchir..
    Sinon on fait quoi pour gagner le pouvoir? on fait voter les enfants?

  28. Lilly54 dit :

    Bonjour Amis ! Juste une info vite fait : le discours de vendredi de Jean-Luc Mélenchon passe à 15 h sur LCP aujourd'hui. Bon dimanche à tous !

  29. thersite69 dit :

    @Marechal- Chaptal et à tous
    Je suis en plein accord avec ce que tu écris :"que notre programme de redistribution des richesses est avant tout keynésien, que c'est un programme de sortie de crise semblable à ce qui fut appliqué aux USA après 29". Même Jean-Luc Mélenchon proposait la connaissance ces océans entre autre voie de recherche contre le réchauffement climatique et verss d'autres ressources d'énergie, renouvelables. Un programme social-démocrate modèle 1929 passe pour ringard pour les uns, bolcheviste pour les autres? Et pourquoi somme-nous conduits à critiquer les partis socialistes actuels? Notre camarade du Pg désormais Raoul Marc Jennar explique depuis ce matin sur son blog comment l'idéologie conservatrice Anti-Lumières s'est imposée comme contre celles héritée des Lumières: L’héritage des Lumières, un legs en péril.

  30. "Pourquoi s’inquiéter de cela, m’a-t-on dit parmi mes amis. Est-ce que cela ne va pas nous servir au contraire ? Précisément non ! "
    Effectivement, cela risque très fort de servir au F.N....
    Toujours au "diapason" avec toi Jean-Luc... Ne lâchons rien...
    A bientôt à la fête de l'Huma, au stand de Tarn et Garonne!
    Daniel GPx Hon.

  31. tchoo dit :

    Dans votre interview au Journal du Dimanche, je n'ai rien entendu de moins que je ne savais déjà, et je n'en attendais pas moins de vous. Bref, juste de quoi agité le microcosme médiatique qui a une mémoire de poisson rouge. Je suis d'accord avec vous, nous avons tout intérêt à pousser les socialos à agir, tout atermoiement ne serait qu'une façon de pousser les électeurs vers l'autre versant politique, dans une dynamique de balançoire qui finira par éjecter chacun du mouvement.
    Que se vayan todos !

  32. nath dit :

    Je comprends bien que tout le staff FdG ne soit pas encore rentré de vacances ou alors très occupé par les Estivales, mais quelle déception de ne trouver ni sur ce blog, ni sur placeaupeuple les interviews de la semaine (France Inter...) ou la retransmission du meeting. Ils sont où nos chers webmasters ? N'oublions pas que l'immense majorité du "peuple de gauche" choisit internet pour s'informer. Bon courage à tous pour une rentrée en forme et en rouge !

    [Edit webmestre : Toutes les interviews presse écrite de la semaine sont en ligne sur ce blog dans la rubrique appropriée. Quant aux passages média, encore faut-il qu'ils soient enregistrés et disponible dans un format téléchargeable ce qui n'est pas toujours le cas en été. Ainsi, la matinale de France Inter est en ligne en podcast dans la rubrique idoine mais n'a pas été produite en vidéo du le site de l'antenne. Quant au meeting de clôture du remue-méninges du PG, il a été diffusé en direct sur ce blog et sera en ligne lorsque les équipes techniques auront fini leur mission de support aux Estivales du Front de Gauche et auront regagné leur base. Pour finir, le webmestre est singulier, et il n'a pas quitté le pont un seul instant.]

  33. estivill jean dit :

    Chavez 12 élections, toutes gagnées par Chavez celle qu'il a perdue, il s'est soumis contrairement à Sarkozy- Hollande.(2005- traité de Lisbonne) on sait depuis des mois que les USA feront tout contre l’élection démocratique d'octobre :il n'y a pas que les coups d'état à la Pinochet, aujourd'hui le drame de la plus grande raffinerie vénézuélienne est imputé à la gestion de Chavez. L’impérialisme us ne reculera devant rien. Lisez les commentaires de ses valets.

  34. educpop dit :

    Il se dégage une sorte de camaraderie consensuelle de ces remarques et échanges, celle de gens qui sont au début d'une aventure. Ce qui est fort, c'est que beaucoup des protagonistes ont par contre vécu d'autres aventures du début à la fin, avant. Donc on a une impression de nouveauté et c'est super. Ne faut-il pas se rappeler quand même que d'autres groupes partagent aussi une forme de camaraderie consensuelle, basée sur une longue expérience, et que c'est cette longueur de temps qui a peut-être tempéré en partie leur enthousiasme, afin de pouvoir tenir la distance. C'est aussi le fait d'être dans une forme d'opposition qui semble rendre plus fraîches et plus justes les convictions. Bref, organiser à long termes la résistance, rester fidèle au poste pour gérer aussi bien les contraintes et les déceptions que les joies et les espoirs, ça va être l'enjeu bientôt. Je crois qu'il faut économiser nos forces en ce qui concerne la critique de nos faux ou ex partenaires, et se concentrer sur les actions à conduire librement pour qu'elles s'appuient sur des bases solides. Par ex. il serait plus utile de s'opposer fermement et sereinement au traité avec les arguments logiques, techniques, économiques, humains de notre programme, plutôt que de dénoncer sans cesse la traîtrise et la faiblesse des dirigeants qui nous conduisent dans la mauvaise direction. Pour une majorité de gens, cela semble être une manifestation de vanité plutôt qu'une indignation fondée sur des valeurs.
    Nous n'acceptons pas le proverbe :"la fin justifie les moyens", parce qu'on peut soupçonner derrière cette stratégie la tentation d'attitudes inhumaines, et on veut rester libre. OK. Mais on peut quand même poser la question : Qui veut la fin du capitalisme veut les moyens de le combattre, non ? La position du président Mélenchon est claire:, il marche devant, il dit pourquoi, il démonte les mécanismes de l'iniquité, il fait référence à l'histoire, c'est formidable. Durkeim disait : "il faut considérer les faits sociaux comme des choses ". Nous, comment on considère la chose ? Une cause plus grande que nous qui peut nécessiter des sacrifices, où une lutte mesurée dans laquelle on ne s'engage que si toutes les précautions ont été prises ?

  35. Courrierlecteur dit :

    @ Luc à 13h15
    "...taper sur la gauche, même molle, n'est pas judicieux."

    Il ne s'agit pas de "taper sur la gauche molle", mais bien au contraire de l'appuyer. On l'appuie où ça fait mal! (pour qu'elle ne vire pas à droite...) N'est-ce pas judicieux?

  36. Menjine dit :

    Enfin !
    Oui! une manifestation contre le traité européen tel qu'il se présente, toujours inchangé malgré les dires de notre mol président. Je serai devant vous si vous êtes à l'arrière et que d'autres (!) sont à l'avant comme vous venez de le suggérer et derrière vous ce qui serait infiniment plus logique car vous ne sauriez être à l'arrière-garde ! Prouvons le mouvement en marchant comme d'autres prouvaient le pudding en le mangeant et tout le monde en lutte !

  37. Lilly54 dit :

    Holà Amis ! J'espère que vous êtes bien branchés sur LCP car deux heures du discours de Jean-Luc Mélenchon et une heure de discours de PL d'affilée ça ne se rate pas !

  38. Victor dit :

    @Luc 174
    Je n'ai jamais soutenu le PS mais je respecte ceux qui ont cru qu'il fallait voter pour ce parti pour faire barrage à NS. Je reste convaincu que la droite au pouvoir aurait accéléré ce que nous attendons tous, cette révolution citoyenne. Ici la confusion règne et l'espoir est déçu et le sera de plus en plus. La page des élections est tournée, nous devons reprendre notre programme, l'humain d'abord et continuer à convaincre autour de nous ceux qui discréditent JL Mélenchon en leur prouvant noir sur blanc que toutes les prédictions de notre mouvement se vérifient jour après jour et que l'avenir de nos enfants n'a eu d'échos que dans les propos du FdG.
    Restons motivés et faisons revivre les valeurs de respect et d'égalité.

  39. jean le hussard dit :

    C'est la rentrée ! Mais pour certains il n'y a pas eu de "départ" en vacances, plus de 47% de nos compatriotes ne partent jamais en vacances...
    Mr Mélenchon a bien raison de remettre au feu le fer du "M.E.S." et il est certain qu'au sein du P.S. le débat est loin d'être clos, chez les leaders et surtout chez les militants de base !
    Oui il existe des passerelles entre le Front de Gauche et le PS : l'objectif est de redresser, reconstruire la France. Soyons coopérants, ouverts et surtout ne faisons pas le jeu des médias qui sont encore aux mains des amis de l'ex-pouvoir! Les rencontres ds nos régions et nos campagnes entre militants du FG et du PS doivent être encouragées et surtout que les propositions faites soient remontées aux organes de direction des partis.

  40. jacques chanéac dit :

    Tout d'abord un grand merci à toutes celles et ceux qui ont organisé hier samedi la "Faites du Partage", à l'initiative du comité Presqu'iIe Côte et Brière du PG 44. Un grand moment de fraternité entre simples militants et sympathisants. Le webmestre me pardonnera ce qui peut paraître un léger "hors sujet" mais n'en est pas un puisque cette fête fut aussi l'occasion de...partager et échanger nos idées au lendemain du remue-méninges de Grenoble et de sa conclusion par Jean-Luc Mélenchon. Si la motivation et la conviction des participants à cette fête sont intactes, beaucoup se sont interrogés au cours d'échanges informels sur certains aspects de la stratégie de Jean-Luc en cette période de reprise. A ce point, je reprends ce propos uniquement à mon compte pour ne pas impliquer des camarades qui ne m'ont pas mandaté pour écrire ce qui suit. Toutefois, il ressort de plusieurs discussions que le choix de faire intervenir Julian Assange dans un duplex poussif avec une traduction approximative n'était pas forcément l'idée du siècle. Les références permanentes à Chavez suscitent un débat plus contrasté. Non pas sur le fond des réformes mises en oeuvre dans plusieurs pays d'Amérique du Sud ou centrale mais sur l'efficacité de la stratégie notamment (hélas) au niveau médiatique et donc auprès du plus grand nombre. Il faut en effet être lucide. Que voulons-nous ? Prêcher des convaincus ou intéresser, "éduquer" des millions de personnes au fait que le FdG est le seul à apporter des réponses à leurs priorités qui ne sont ni Assange (la majorité ignore qui il est ou pense que c'est un homme impliqué dans une affaire de moeurs) ni Chavez (trop lointain, trop équivoque, merci les médias)....Car soyez persuadés que les points sur lesquels le PG et d'une façon plus large le FdG sont attendus sont : le pouvoir d'achat, le chômage, la vie quotidienne et, avec des explications accessibles à tous : la question européenne. Je conclurai ce texte en évoquant aussi un autre point. Même si nous en avons vu arriver au cours de la campagne, les jeunes restent bien trop rares dans nos rangs. On ne leur a pas assez parlé jusqu'ici. Là encore, ils ont besoin de propositions simples, concrètes pour tourner le dos à leur résignation, leur repli sur eux-mêmes souvent, et trouver des raisons de s'impliquer auprès de ceux qui défendent les valeurs de partage, de solidarité et, au delà, des projets comme l'humain d'abord et la planification écologique. Leur apport sera capital.

  41. lou passejaïre dit :

    @ jacques chaneac
    Si, en effet, les conditions techniques de l'intervention de Julian Assange étaient en effet à 10 000 lieues de la perfection technique des exercices de communication des grands messes du parti solférinien (mais le PG reste un parti de militants, reposant sur le bricolage militant et non sur les euros et les boites de com... et c'est aussi un choix politique...) il était important de marquer le retour de la solidarité internationale ! solidarité avec le peuple Equatorien, et tous les peuples d'Amérique Latine, mais aussi solidarité avec des victimes des diktats US !
    Je trouve même assez insultant envers Jean-Luc Mélenchon de gommer son explication claire et synthétique qui a suivi l'intervention d'Assange !
    Les peuples européens, sous l'influence conjointe des nationaux-libéraux et des sociaux-libéraux de tous poils ont fini par prendre le reste du monde comme un fardeau, un boulet, une concurrence !
    Eduquer, c'est permettre de ne plus "ecouter des prêches" (pour reprendre vos termes) mais éclairer (ou parfois allumer) l'intelligence chez ceux qui écoutent avant de réfléchir et d'agir...
    Eduquer ce serait expliquer, apprendre que la solidarité internationale est un des piliers du mouvement ouvrier.
    Eduquer ce serait expliquer que partout ou un peuple s'émancipe de l'oppression, ce sont tous les peuples de la planéte qui progressent...
    Eduquer, ce serait expliquer que le monde n'a plus de journaliste en amérique latine mais a recours aux services de la presse de droite de ces pays, spécialisée, comme chez nous dans le mensonge, la calomnie et la désinformation !

    Si certains d'entre nous ne voient pas l'impérieuse nécessité de la solidarité internationale; nos ennemis, les Banksters, les Mittal, les Unilever, les Apple, la liste est longue, eux ils ont compris qu'il fallait qu'ils entretiennent l'étroitesse d'esprit de clocher... mettre en concurrence les chinois et les roumains, les picards et les trucs, les polonais et les espagnols, faire mépriser les PIGS par les allemands, les hollandais et certains français... ce genre de chose...

    Mais en même temps, comme d'habitude, je dis ça je dis rien...

  42. jacques chanéac dit :

    @ lou passejaïre
    Merci pour ta réponse fort intéressante. Et n"imagine pas que "tu dis ça, tu dis rien !"
    Mon propos ne vise nullement à démoraliser ni à renoncer. Il est juste le reflet de ce que je vois, de ce que j'entends autour de moi dans un milieu assez hétérogène intellectuellement au sujet de la politique en général, du FdG et de Jean-Luc Mélenchon.
    Tes arguments sont bien évidemment fort intéressants. Toutefois, je crains que tu ne surestimes le niveau de réflexion des gens dans leur immense majorité (les médias et la com que tu évoques avec juste raison ont bien fait leur boulot de conditionnement) et leur capacité voire leur envie à s'investir dans un travail d'information personnelle, leur soif d'éducation.
    J'espère me tromper mais je n'en suis pas certain. Je persiste et signe donc : pour être efficaces, parlons plus directement à ceux que nous souhaitons toucher ou reconquérir de leurs préoccupations quotidiennes plutôt que de sujets qui -à tort ou à raison- leur semblent tellement éloignés de leurs problèmes. Sinon, d'autres se chargeront de le faire, de les enfumer ou de stimuler l'égoïsme, l'indifférence, le repli, le rejet, avec la complicité implicite ou assumée des médias majeurs.

  43. NANOU 50 dit :

    "Rame, rame, rameurs, ramez, on n'avance à rien dans c'canoe" comme le chante si bien Souchon. Ce couplet s'adresse à Montebourg qui ce soir sur BFM, a essayé de nous convaincre du bien fondé du traité Merkpzy devant le Parlement. Non, MR Montebourg, nous on veut un référendum. Et nous serons aux côtés du FdG pour la grande manif nationale qui se prépare afin que le peuple puisse donner son avis.

  44. Marie dit :

    Merci à Lilly54 pour son info, cet après-midi sur LCP. C'est sûr qu'on aurait aimé, nous aussi, être à Grenoble et donc voir ce qui s'y passait durant tout ce WE, à défaut d'y participer. Je suppose qu'on en saura plus dans les jours à venir. Dans un premier temps, donc, campagne pour le référendum ! dixit PL.
    Et merci au Front de Gauche d'exister ! Ouf !

  45. DAVID JV dit :

    @ jacques chanéac
    Car soyez persuadés que les points sur lesquels le PG et d'une façon plus large le FdG sont attendus sont : le pouvoir d'achat, le chômage, la vie quotidienne et, avec des explications accessibles à tous
    Ouais peut être mais cela me semble encore plus difficile ce pari qui est le notre. Car aujourd'hui, il ne s'agit nullement de refaire un pacte de relance keynesienne comme j'ai pu le lire sur ce blog...relancer la croissance...sacré croissance ! plutot saloperie de croissance oui...Il s'agit de se développer, de réunir chemin faisant les conditions d'émancipation de l'homme : le sens de l'utile, la proximité, les liens sociaux. tous ces "liens qui libèrent" et donc de bâtir une sociaté qui soit autre chose que du PIB ++.
    Tu vois, c'est encore plus balèze camarade, cela implique aussi la remise en question de tout un chacun, et une certaine forme de simplicité. Sans cela, point de planification écologique...Il ne s'agira pas de faire des tv écran plat à impact environnemental neutre ! mais de concevoir autrement la consommation

  46. andré Verlaine dit :

    Content de retrouver cette justesse d'analyse et cette courageuse combativité. Merci J-L Mélanchon.

  47. JulietteLFC dit :

    Je sors du Remue-méninges et Estivales du front de Gauche, et je voudrais transmettre à tous ceux que les obstacles matériels ont empêchés de nous rejoindre, que nous, les chanceux qui étions là-bas, les participants et les bénévoles organisateurs (dont j'étais, alors je suis vannée ce soir!) nous comptons aussi sur vous tous, pour continuer à lire ce blog formidable, écouter cette pensée lumineuse, lire le plus possible de la documentation qui est accessible (financièrement, 5 euros le livre) et parfois en ligne sur les sites de Place au peuple. Courage à des femmes comme toi, camarade Christine Duplaissy (n°50)! Nous sommes des millions, et il faut tenir le cap. Expliquer ce que nous avons compris même si c'est difficile, l'imbrication de la politique et de la finance, l'infâme collusion des banquiers et de leurs "contremaîtres" de droite, la duplicité et les arrangements entre amis de grands groupes comme Suez par exemple, avec des politiciens de notre gouvernement que les scrupules n'étouffent pas, que leur conscience n'empêche pas de faire le contrairele lendemain de ce qu'ils ont promis de changer "maintenant" la veille...Enfin, il va falloir se mobiliser pour être présents à l'appel et actifs chacun à sa mesure,lors des grandes mobilisations qui se préparent très bientôt si nous ne voulons pas chez nous en France, un des pays les plus riches du monde, des interventions en Grèce de Médecins du Monde contre la malnutrition dans la population, avec des gosses qui s'évanouissent dans les écoles parce qu'ils n'ont pas mangé, interventions nécessaires en conséquence des mesures d'austérité prises contre le peuple grec...II va falloir continuer à dire NON au Pacte Européen de Stabilité qui nous condamne au même sort, faire payer au peuple l'enrichissement déraisonnable de quelques uns...Oui au partage de richesses, c'est nous qui produisons, sans nous rien ne tourne, alors donnez nous notre dû! Arrêtons la spoliation du peuple organisée par quelques gens fous d'avidité!Exigeons le Référendum sur le pacte européen de stabilité! A lire pour comprendre mieux le problème de la "règle d'or"

    Courage Camarades!

  48. Madeleine Baroukhel-Moureau dit :

    Je suis rentrée des Estivales complètement sur les rotules, pleine de coups de soleil et j'ai dormi 5 heures d'affilée après avoir jeté ma valise en rentrant. Overdose d'impressions, de rencontres, de savoirs. Quelle expérience fabuleuse ! Et vous, M. Mélenchon, quelle forme éblouissante vous tenez ! Plus l'omerta fait rage, plus vous vous démultipliez, plus grand vous l'ouvrez, plus fort vous vibrez ! Oui, nous sommes conscients des enjeux, nous serons aux rendez-vous que vous nous avez donnés pour jeter la volonté du peuple à la face de ces roitelets socialistes si méprisants, si méprisables et si méprisés. No pasaran le TSCG ! Et maintenant, ah... Je vais retourner dormir...

  49. Noëlle Molinelli dit :

    Quatre journées inoubliables : merci d'avoir contribué à me rendre plus intelligente (grâce aux ateliers ouverts à tous les militants), plus déterminée, plus optimiste (en voyant votre enthousiasme et celui des copains/copines, j'y crois aussi !) et plus confiante en la nature humaine (parce que de vraies "belles personnes", j'en ai croisé des milliers ces derniers jours...).

  50. Odile dit :

    Nous devons obtenir un référendum sur le TSCG. Pas le choix : sans lui, le nouveau Traité européen sera ratifié par la majorité présidentielle et par la droite. Je passe sur le dégoût que cette alliance m'inspire. Nous allons donc nous retrouver, ensembles, pour battre le pavé parisien ! C'est une excellente nouvelle mes ami(e)s. Qui a dit que l'élection d'un socialiste (je sais : un "soi-disant" seulement) à la tête de l'état français risquerait d'endormir la mobilisation ? Je n'y crois pas une seconde, au contraire. Nous ne sommes pas en 1983. C'est 2012, nous voyons nos voisins et amis européens souffrir à cause des plans d'austérité et le pire est que nous sommes parfaitement informés des causes et des effets de telles politiques. J'ai dépassé le stade de l'indignation, car si Hollande ne fait rien pour tous ces représentants syndicaux maltraités sous Sarkozy, alors il est logique de penser que Hollande n'a pas intérêt à défendre l'action syndicale. La situation est pire que je l'imaginais, j'en suis très triste mais pas terrassée. Résistons donc. Fraternellement.


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive