06juin 12

Le lendemain du jour d’avant

Ce billet a été lu 92 879 fois.

Dans cette note il est question d’Europe. L’actualité accélère les rythmes de décomposition. Puis je viens sur la campagne que je mène dans la 11ème marche-emiliennemopty-05circonscription du Pas-de-Calais. Avec la marche du dimanche 3 juin, c’est une véritable renaissance du mouvement populaire qui s’opère sur place. Des forces considérables, hier éparpillées et combattant chacune de son côté, convergent. Elles ont commencé à se donner à voir dans un flot joyeux de chansons, de pancartes et de drapeaux rouges. Tout cela s’est immédiatement prolongé, dès le lendemain, dans une assemblée sans précédent réunissant plus de deux cent cinquante travailleurs sociaux de toutes professions dans le bassin minier. Quoiqu’il arrive cette campagne aura rallumé ce feu ! Et il n’est pas prêt de s’éteindre, pas davantage que celui allumé à la présidentielle.

En cours de semaine, ce jeudi, j'ai mis à jour mon récit de la campagne pour tenir compte des derniers événements peu réjouissants qui nous sont arrivés ici.

En illustration de ce billet des images de la marche du 3 juin 2012 en hommage à la résistante Emilienne Mopty. Six mille participants ont arpenté la parcours depuis Montigny-en-Gohelle jusqu'à Billy-Montigny où le Front de Gauche tenait un meeting. Photos : N. Messyasz et Remy Blang.

Mise à jour du jeudi.

Les dernières heures de la bataille du premier tour de l’élection dans le Pas-de-Calais sont spécialement glauques. Nous en sommes à six tracts anonymes. Outre les injures connues et les fantasmes sur mes revenus, on en arrive par-dessus le marché aux montages vraiment nauséabonds. Notre protection est voisine de zéro. Nous sommes seuls face à cette déferlante. Les socialistes, les associations proches d’eux, personne ne trouve rien à dire. Trop heureux ! Jusqu’au jour où se sera leur tour et alors qui les défendra ? La campagne est donc totalement pervertie. Quels sont mes véritables tracts, lesquels sont desdsc00395631 faux ? Et quand je dois voir au journal de 20h sur France 2 un de ces tracts où ma photo a été montée pour faire de moi un Adolf Hitler devant la porte d’un camp de concentration je me demande où je vis.

Là-dessus arrive une offensive de sondages ! Faute de présence et même de campagne, le socialiste Philippe Kemel, mon concurrent à gauche dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais en fait son principal argument. Les sondages le décrivent meilleur candidat de second tour que moi ? Quel miracle ! Il s’agit de démontrer que la stratégie « Front contre Front » fait monter le FN. Que les progrès du FN se fassent au détriment du candidat de l’UMP n’atteint pas le cerveau du socialiste. Pour lui, la cible c’est moi. Pas le FN, pas la droite : moi. Revoilà donc le refrain du « vote utile » qui nous est servi en boucle. Puis jeudi, deuxième miracle, pour la première fois un sondage, commandé par le Figaro et TF1, le place en tête de la gauche. Il me devancerait d’un point. Joie, joie sans bornes ! Evidemment le sens critique déjà peu développé de certains commentateurs finit de s’effondrer. Que la différence d’un point n’ait pas de sens statistique, même dans le bidon habituel, n’est pas interpellé. Pourtant si l’écart est d’un point, compte tenu de la marge d’erreur le sondeur aurait pu aussi bien me placer moi devant. Devinez pourquoi il a choisi le contraire ? Pourtant je suis prié de commenter « rapidement » ces merveilles d’études scientifiques qui prouvent scientifiquement qu’il faut voter pour un socialiste. J’avoue ma consternation. Toutes les lois de la physique politique sont défiées. La semaine où le socialiste reconnaît dans le « Canard Enchaîné » avoir triché aux élections internes pour se faire investir, il serait plébiscité. La semaine où l’infâme Dalongeville, l’ancien maire socialiste d’Hénin-Beaumont par qui tous les scandales sont arrivés, lui apporte son soutien, le sondé hurle de plaisir ! La semaine où paraît le tome deux du livre « Rose mafia » qui l’inscrit dans le paysage des connexions que ce livre dénonce, le sondé s’enthousiasme. A l’inverse, trois jours après la plus importante manifestation politique des trente dernières années sur place je reculerais ? Après quatre meetings bondés, je peinerais face à quelqu’un qui vient de mettre quarante personnes dans une salle pour la visite de Jean-Marc Ayrault ! Si c’est le cas je n’y comprends rien. Car en plus de Martine Aubry, il y a aussi le Premier ministre qui est venu sur place soutenir l’impétrant. Chez les dirigeants socialiste, pour me battre, rien n’est trop beau. Et pourquoi ? La clef est révélée dans le « Canard Enchaîné » : la hantise des socialistes est que le groupe du Front de Gauche soit le groupe charnière de l’Assemblée et de la majorité. Et ma présence ajouterait à leur cauchemar. dsc00785637L’indépassable Alain Duhamel, récitant social-libéral en chef, a même décrit en détail le désastre à redouter. D’après lui, si la majorité dépend des députés communistes (notez le distinguo subtil) alors le système sera bloqué et la dissolution sera nécessaire ! Rien de moins. On n’a pas élu l’Assemblée que Duhamel prévoit sa dissolution… à cause des « rouges » ! Comme c’est moderne et neuf que cette vieille peur aigre des bien-pensant !

Bon, je reviens aux sondages parus ces temps-ci sur ma circonscription ! Il y en a eu trois : IFOP 18 Mai – IFOP 5 Juin – OpinionWay 7 Juin. Deux m’ont placé en tête de la gauche. Le dernier paru me place derrière le socialiste. Mais les trois sont plus proches du boniment que de quoique ce soit d’autre. Qu’on en juge. Ces sondages se basent sur un échantillon entre 550 pour le dernier et 600 personnes pour les deux précédents. La marge d’erreur est alors de +2% à +4% ou -2% à -4%, ce qui fait une étendue d’erreur de 8% maximum. Ainsi, concernant les deux candidats de gauche, ces sondages ne peuvent en rien prédire qui des deux sera devant l’autre. Ils ne veulent donc rien dire. Plus précisément, étant donné que les scores de ces candidats sont situés entre 20% et 30%, la marge d’erreur sur ces scores est d’environ +3,3% ou -3,3%. Autrement dit, concernant cette élection, selon les méthodes des sondeurs eux-mêmes, tout ce que nous savons c’est que nous ne savons rien. Mais nous savons cependant au moins une chose qui finit de tout décrédibiliser. C’est qu’une « intention de vote » ne peut pas évidemment se décrire sur la seule base des inscrits sur les listes électorales. On ne peut à la limite compter que les répondants qui se déclarent certains d’aller voter. Combien sont-ils ? Devinez pourquoi, cette information n’est pas communiquée par les instituts de sondage ! Pourtant c’est en réalité à partir de cette proportion que la marge d’erreur doit être calculée. Compris ? Démonstration. Quand on sait que le taux dsc00415632d’abstention aux élections législatives est de plus de 40%, cela voudrait dire que seulement 350 personnes parmi l’échantillon interrogé iront réellement se déplacer pour voter. A ce niveau-là, la marge d’erreur peut atteindre +6% ou -6%…

Nous avons une bonne preuve de l’ineptie de ces sondages par le simple fait que les deux derniers, dont les dates de terrain sont, à deux jours près, les mêmes, présentent des résultats aussi différents : un écart de 5 % sur Le Pen, 3,5% sur Kemel, 2% sur Urbaniak, et ainsi de suite. Cela suffit à prouver que la méthode est biaisée. Car logiquement, au moins l’un des deux est dans l’erreur. Donc la méthode du sondage qui se trompe ne peut être dite fiable. Or non seulement nous ne savons pas lequel des deux se trompe, mais surtout ils ont la même méthodologie d’enquête… Voila le comique de situation : c’est parce qu’il y a deux sondages qu’il est prouvé que les sondages se trompent ! Trop drôle !  

Le plus grotesque dans sa construction est évidemment le sondage OpinionWay réalisé sur un échantillon de 500 personnes. Il annonce un taux d’abstention au premier tour de 14%. Or aux élections législatives de 2007, l’abstention était d’environ 42% dans les communes de cette circonscription du Pas-de-Calais ! Il y a donc un nombre très important de personnes ayant donné une intention de vote alors qu’ils n’iront certainement pas voter dimanche. Tandis que, inversement, comme pour tous les enquêtes par téléphone, on sait qu’il y a de nombreuses personnes qui ont refusé de répondre à ce sondage (l’ordre est habituellement de 9 personnes appelées sur 10 qui refusent de répondre) alors même qu’elles iront voter… L’IFOP, quant à lui, préfère cacher ce gouffre méthodologique en ne donnant pas une estimation de dsc25865596l’abstention. Il donne seulement les résultats en suffrages exprimés. Il suffit de faire confiance. Mais avons-nous des raisons de le faire ?  

On aurait pourtant tort de croire qu'OpinionWay publie son chiffre estimé d’abstention dans un souci de transparence méthodologique. Cela sent fort la combine. En effet, après avoir annoncé le chiffre absurde d’une abstention à 14% au premier tour, l’institut annonce une abstention à 27% en cas de second tour entre le PS et le FN et à 38% en cas de second tour entre le Front de Gauche et le FN ! Or, l’abstention au second tour de l’élection législative de 2007 dans cette circonscription était aussi d’environ 42% : elle était donc non seulement très élevée, mais elle était aussi strictement égale à l’abstention du premier tour. Ainsi OpinionWay veut prétendre que l’abstention ferait un bond de 24% si j’étais présent au second tour ! Une manière de dire – en cœur avec le message médiatique du moment – qu’un duel entre ce dernier et Marine Le Pen « ennuierait » les habitants de cette circonscription. Une manière aussi d’expliquer pourquoi il y aurait un écart beaucoup plus serré entre Le Pen et moi qu’entre elle et le Kemel socialiste. Et pourquoi le sondeur annonce-t-il, en dépit de la faiblesse de l’échantillon, que la moitié des électeurs du centre préfère voter Le Pen plutôt que Mélenchon ? Ou que quatre-vingt-dix pour cent des électeurs communistes voteraient pour ce Kemel qui leur a pris une mairie avec la droite ! Surtout quand on sait que les dits communistes siègent dans l’opposition de son conseil municipal ! Mais ces petits détails sont inconnus des manieurs de coefficient correcteur. Et la taille et la localisation de leur échantillon ne leur permet pas de l’apprendre ! Tous ces biais ne seront naturellement jamais signalés. TF1 a fait son boulot. Au journal de 20 heures la conclusion a été servie sans autre indication et précédée d’une information décisive : dimanche je voterai par procuration afin de cacher que je n’habite pas Hénin-Beaumont. Subtil et délicat comme les bottes des petits camarades de madame Le Pen.

 

Sarkozy est tombé mais le Merkozysme continue. Et même, il contre-attaque. Après que le peuple français a eu l’insolence de voter contre le meilleur ami de madame Merkel, il est admonesté. Mercredi 30 mai, la Commission européenne a transmis au gouvernement français une série de « recommandations ». Celles-ci portent notamment sur les finances publiques et le marché du travail. En pleine campagne je me suis cependant donné le temps d’étudier ce document avec mes camarades les mieux informés. Je ne voudrais pas qu’il passe sans qu’il soit rien dit de son exceptionnelle arrogance. Car la Commission n’y hésite pas à faire peser la menace de « sanctions » si son programme de choc n’est pas appliqué. Je croyais lire la proclamation marche-emiliennemopty-08de ce duc autrichien qui menaçait les Français de représailles s’ils ne rétablissaient pas immédiatement la monarchie.

Voyons le contenu. En résumé, on le devine sans avoir besoin de lire, la Commission appelle à davantage d’austérité et de rigueur budgétaire. Dit dans la langue des libéraux de Bruxelles, cela donne : « La consolidation budgétaire reste un des principaux défis de la politique économique de la France ». La Commission exige : « La stratégie de consolidation doit être davantage spécifiée » et prévient : « La correction du déficit excessif pourra requérir des efforts additionnels ». Ces « efforts additionnels » sont une provocation. Ils méritent examen. Il s’agit bien d’en rajouter par rapport aux plans d’austérité du gouvernement Sarkozy ! La Commission ne saurait mieux dire qu’elle se moque du vote qui vient d’avoir lieu. Elle exige du nouveau gouvernement français qu’il « précise les mesures nécessaires pour s’assurer que le déficit excessif soit résorbé d’ici à 2013, comme recommandé par le Conseil» de l’Union européenne. Pour tenir cet objectif, la Commission européenne propose toujours la même vieille recette cruelle et absurde. Elle juge « important que la hausse des dépenses publiques reste située sous le taux de croissance potentiel du PIB, avec une attention particulière portée à la tendance de l'évolution des dépenses sociales et des collectivités locales ». En bref, coupez dans les budgets publics et les prestations sociales. Car une « hausse des dépenses marche-emiliennemopty-13publiques sous le taux de croissance du PIB » revient en fait à faire reculer la part de dépenses publiques dans le PIB. C’est la même méthode qui a poussé la Grèce vers le chaos et qui est en train de faire de même en Espagne.

Mais ce n’est pas tout. Les libéraux ont élargi la cible depuis plusieurs mois. Ils visent à présent systématiquement la question des salaires et des contrats de travail. C’est même le cœur de leur projet. La Commission estime que les salariés français sont trop payés ! Pour elle « depuis 2000, les salaires nominaux ont augmenté plus vite que la productivité ». Mais moins que la vitesse des ascenseurs a-t-on envie de répliquer tellement ce genre de comparaison n’a pas de sens ! Et elle met en garde à l’avance contre toute hausse du SMIC. Mais oui. Ils ont dû entendre parler de notre insistance à obtenir le contraire. Concernant le « marché du travail », marche-emiliennemopty-09la commission radote l’appel à des « réformes structurelles ». Comme on le devine, il ne s’agit pas de la sécurité sociale professionnelle. Pour la Commission européenne comme pour le FMI, c’est exactement le contraire. La Commission critique la « segmentation » et le « cloisonnement » du marché du travail entre contrats précaires et CDI. Mais dans le sens diamétralement opposé à nos préoccupations. Pour elle, le problème n’est pas la précarité mais le « haut degré de protection légale » incluse dans le CDI. C’est dorénavant un thème permanent des recommandations libérales. Et à l’avenant, la Commission demande que soit élargi le champ des licenciements économiques. Elle demande qu'ils soient autorisés pour améliorer la rentabilité des entreprises et leur compétitivité. Rien de moins. De telles outrances consternent par leur violence et leur profonde stupidité compte tenu du contexte dépressif dans lequel s’enfonce déjà l’économie du vieux continent. Mais que tout cela soit exigé sur ce ton, quinze jours après la défaite de Nicolas Sarkozy montre ce que j’ai déjà décrit cent fois ici à propos du mécanismemarche-emiliennemopty-12 autoritaire qui est à l’œuvre dans le délire européen actuel.

Il y a là un exemple caricatural de la méthode qui anime cette Europe libérale devenue folle d’aveuglement. La Commission propose de poursuivre les mêmes méthodes qui ont échoué partout en les aggravant encore. A l’inverse, le Front de Gauche propose de changer radicalement de paradigme. Quelle ligne va choisir François Hollande ? Disons-le clairement, s’il veut appliquer les « recommandations » de Barroso, ce sera sans nous et même contre nous. A l’inverse, s’il s’y oppose et qu’il veut résister, nous sommes prêts à l’aider. Je devine déjà la réplique des puristes : « Comment pouvez-vous douter qu’il cédera, comment pouvez-vous croire qu’il puisse vouloir résister ? N’avez-vous pas vu déjà ce qu’ont fait Papandréou en Grèce, Zapatero en Espagne, Socratès au Portugal ? ». Si, bien sûr, j’ai vu. J’ai même annoncé à l’avance. Ou est alors la différence ? La différence est précisément que tout cela a déjà eu lieu. Et que les survivants et les nouveaux élus en Europe le savent. Pour eux aussi trop c’est trop. Aussi portés qu’ils soient à la marche-emiliennemopty-10capitulation, ils savent qu’elle ne sert à rien, ne mène nulle part, ne produit aucun effet autre qu’une agonie économique et politique vite dénouée dans le désastre. Rajoy en Espagne et même cet ectoplasme de Mario Monti n’en peuvent déjà plus. Obama lui-même appelle à la relance en Europe. Je crois qu’il y a des points d’appui avant la catastrophe et il faut faire savoir que ceux qui s’y cramponneront seront aidés. Car la résistance elle aussi à sa propre dynamique interne. Aucun des mécanismes prévus, à commencer par le fameux mécanisme de stabilité financière d’ailleurs bloqué du fait qu’il n’a pas été adopté en Allemagne, ne peut faire face à la faillite de l’Espagne ! Aucun. La mascarade approche de la fin. Une étape essentielle va avoir lieu le dix sept juin prochain avec le vote des Grecs. Et avec le vote des Français. Le nombre de députés du Front de Gauche dans les deux pays va donner le sens des événements en Europe. Si nos amis de Syriza gagnent et si nous sommes le groupe charnière à l’Assemblée, toute la situation peut basculer. Deux « si », certes. Mais à portée de main. Dans ces conditions nous n’avons pas intérêt à confondre nos relations avec le Président de la République avec celles, détestables, que nous impose la direction du Parti socialiste. Le premier a l’initiative. Il doit nécessairement se confronter à un dispositif international hostile. Le second est un vague ramassis de supplétifs hargneux qui fera bien ce qui lui sera dit de faire par ceux qui distribuent les bonnes places. De tous les points de vue, au plan institutionnel comme politique, la clef est à l’Elysée pas à Solférino. S’il existe un espoir de voir commencer une résistance du pays, personne ne peut croire qu’elle puisse venir d’un seul marche-emiliennemopty-04hiérarque du PS ! Mais le Président ? C’est la question.

En attendant, pas un jour ne passe sans que la mystification de cette Europe-là n’éclate aux yeux de tous. Voyez le récent référendum en Irlande. Il était impossible au gouvernement d’y échapper. En effet, la constitution oblige le gouvernement à réaliser un référendum pour tout transfert de souveraineté. Les irlandais ont donc pu voter mercredi sur le traité Merkozy. Au Danemark aussi la constitution permet la tenue de référendum en cas de transfert de souveraineté. Mais les socialistes veillaient au grain. Le gouvernement à majorité social-démocrate a refusé la demande de référendum posée par nos camarades de l’alliance Rouge-Verte. Le traité a donc été ratifié sans que le peuple n’ait eu son mot à dire. La social-démocratie et la démocratie sont dorénavant fâchées. Tel est l’aboutissement de la ligne social-libérale.

En Irlande, la campagne a été rude pour les partisans du « non ». Comme lors du deuxième référendum sur le Traité de Lisbonne, en 2009, ils ont dû affronter la propagande de terreur des partisans du « oui », composé de l’inévitable tandem que forment dorénavant la droite et les sociaux-démocrates. Tout y est passé : du prétendu isolement dans lequel se retrouverait l’Irlande si elle votait « non », en passant par le fait qu’elle ne pourrait plus bénéficier des « aides » de la Troïka au titre du Mécanisme européen de stabilité puisqu’elles ne sont pas versées si le pays n’a pas ratifié le traité Merkozy. Le ministre des Finances a même menacé d’augmenter les coupes budgétaires en cas de rejet du traité. Quant au Premier Ministre, il s’est lancé marche-emiliennemopty-14dans des prédictions hasardeuses en annonçant triplement des intérêts de la dette en cas de victoire du « non ». Les irlandais ont donc cédé. D’autant qu’ils se souviennent que la dernière fois on les a obligés à revoter jusqu’à ce qu’ils disent « oui ».

Le « oui » l’a donc emporté. Les eurocrates exultent ! Peu leur importe que ce soit sur un abîme de haine et de dégoût pour eux. Car on peut d’ores et déjà tirer plusieurs enseignements de ce scrutin. Le premier est que la majeure partie des Irlandais n’adhère pas au traité. La participation est effectivement en chute libre : seuls 50% de la population se sont déplacés. La seconde c’est que ce vote est un vote de classe. Comme en 2009, la cartographie des votes montre que dans les quartiers populaires, c’est le « non » qui l’emporte. Bientôt nous commencerons la bataille en France. Le Front de Gauche prendra des initiatives dès la composition de l’Assemblée connue.

Dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais la bataille politique fait rage. Au plan local c’est une vraie joute à l’ancienne avec ses polémiques et rebondissements. Pour ma part je combats à la romaine. Petit bourg ou grande place : deux marche-emiliennemopty-19fossés, deux palissades ! Nous sommes partout, tout le temps, selon une technique qui fait mes délices et ceux des communistes locaux qui ont la même tactique de combat que moi. Nous avons tenu une réunion par semaine sauf celle-ci où il y en aura trois. La marche a été un gros succès qui a fait éclater de rage le pauvre Steeve Briois qui n’y a compté que cinq cents personnes au contraire de la police, ce ramassis de bolcheviks, qui en a compté trois mille, la presse locale quatre mille et nous, bien sûr, six mille ! Nous couvrons les murs âprement, nous faisons toutes les arrivées de gare, tous les marchés quotidiens, toutes les cités au porte à porte. Pas un instant nous n’oublions que nous partons de 15% à la présidentielle et qu’il faut doubler le score pour passer dans le duo de tête. Bref, nous ne gérons pas une rente de situation. Aucun sondage ne nous a grisé, ni la mauvaise foi de ceux qui ont annoncé que c’était gagné pour moi pour mieux se réjouir du contraire le cas échéant.

Au plan national on ne voit que ce que les médias en retiennent. Comme d’habitude je pars avec deux mains attachées dans le dos sous un flot d’injures et de bienpensance bouffie. La lecture de la « Charente libre », ou pire, de l’ignoble « Ouest-France » donne la mesure de l’infection des élites de droite par la sympathie pour l’extrême-droite. Par-dessus le marché je dois affronter le déséquilibre des temps de parole dans les médias audiovisuels. Une part d’entre eux sont présents sur place dans la durée. L’autre vient au seul marché du vendredi à Hénin-Beaumont faire les clichés qui pourraient être écrits depuis le pôle nord ou la planète Jupiter. Je ne peux m’empêcher de sourire en coin quand je vois la Le Pen jouer les prix de vertu, elle et son parti. Mais depuis son avènement à la tête du parti d’extrême-droite et en vertu du brevet de dédiabolisation qui lui a été attribuée par certains, il semble qu’elle bénéficie d’une large amnistie. Pas de notre part, on s’en doute ! Les méthodes délinquantes du FN sont avérées de longue date et l’actualité les a confirmées. Ainsi quand Marine Le Pen s’est « félicitée » de la diffusion d'un tract anonyme produisant un faux appel à voter pour moi. Mon camarade Hervé Poly a déposé plainte pour « engagement illégal de dépenses électorales ». En effet, comme ce tract anonyme comporte ma photo et se termine par l’appel « Votons Mélenchon », il pourrait être considéré comme du matériel de ma campagne. Il n’en est rien bien sûr et c’est là le cœur de la question au plan légal. Or l’article L 113-1-III du code électoral est très clair. Voici ce qu’il dit: « Sera puni d'une amende de 3 750 euros et d'un emprisonnement d'un an, ou de l'une de ces deux peines seulement, marche-emiliennemopty-23quiconque aura, pour le compte d'un candidat ou d'un candidat tête de liste, sans agir sur sa demande, ou sans avoir recueilli son accord exprès, effectué une dépense » électorale. Le délit est clairement établi et les faits correspondent parfaitement. La difficulté de ce genre d’affaires est généralement que les « anonymes » qui diffusent ce genre de tracts restent anonymes pour la justice aussi.

Mais là, ce n’est pas le cas. Nos camarades ont pris sur le fait des clochards politiques en train de le diffuser. Ces « anonymes » circulaient dans une camionnette immatriculée dans les Hauts-de-Seine. Et dans cette camionnette se trouvait un écriteau avec la mention « DPS » suivi d’un nom et d’un numéro de téléphone. Pour ceux qui ne le savent pas, « DPS » signifie « département protection sécurité » et c’est le nom du service d’ordre du Front National. Les anonymes sont donc démasqués ! Et comme une plainte a été déposée, voici que les amis de Marine Le Pen ont paniqué. D’où d’importants cafouillages dans la réplique qu’ils ont dû produire ! S’ils niaient, ils étaient vite démasqués au moins par l’enquête sur la propriété du véhicule. Ils ont donc commencé par reconnaître « avoir été informés » de l’idée de ce tract anonyme. Tout en reconnaissant l’avoir approuvé. Immédiatement après que nos camarades ont coincés leurs gorilles, voici ce que déclarait les principaux dirigeants du FN. Je vous livre la version donné par l’AFP : « Bruno Bilde, directeur de campagne de Mme Le Pen, a expliqué que cette initiative "individuelle", dont le FN "se félicite", émanait de "proches" du parti. (…) M. Bilde a par ailleurs indiqué que le FN avait été consulté avant l'impression et la distribution du tract, qui n'a pas été financé par le FN mais par des "proches", selon lui. ».

Cela ne tenait pas debout. Quelle bande de bons a rien. Dès le retour du chef, changement d’angle de riposte. Car entre temps les avocats avaient fait le point et les nouvelles n’étaient pas bonnes. Grosse colère de la dame. Marine Le Pen a dû reconnaître son implication directe dans le délit. Définitivement coincée, elle a déclaré « assumer pleinement » ce tract. Contradiction évidente avec la première version des faits. Logiquement il lui a fallu surenchérir pour amortir le ridicule de cette pitoyable équipe qui se fait prendre la main dans le sac. Sur Canal+ elle déclare donc que c’était un « coup médiatique, un coup de communication ». Cet aveu ne manque pas de piquant venant de celle qui dénonçait ma venue dans le Pas-de-Calais comme un « coup médiatique »

Quelle guignolade ! Pour essayer d’éviter l’enquête, Madame Le Pen a même déclaré qu’elle intégrerait ce faux tract dans ses propres comptes de campagne. Intégrer dans son compte de campagne un document anonyme appelant à voter pour moi ! Je jubile ! Ce que cet épisode révèle, c’est l’état du FN sur ce terrain que la madame et son armée de bras cassés est censée « labourer » et même avoir pour « fief » ! Le grand n’importe quoi est servi ! La voiture est immatriculée dans le 92 et le militant a reconnu avoir été payé pour faire le sale boulot. Ils le font en plein jour parce qu’ils sont une poignée de militants à gage qui militent aux horaires de bureau et sont dirigés par des permanents rentiers de situation électorale acquise. Quant à elle, même en pleine campagne électorale, elle est peu présente dans la circonscription, comme en témoigne son agenda envoyé aux médias. Lesquels sont bien souvent peu regardant à propos de la réalité de son implantation. Tout ça fait beaucoup d’improvisations et couacs d’autant plus spectaculaires qu’il s’agit du haut état-major du parti : la présidente, son directeur de cabinet et le secrétaire général du parti. Rien de moins que ça et au bout de la chaîne une poignée d’ahuris qui se fait serrer en marche-emiliennemopty-24train de distribuer des tracts anonymes. Rigolade !

Nous, par contre, nous sommes présents partout, tout le temps ! La campagne est un moment qui ne se mégote pas. Je suis là en permanence ou presque. Mon suppléant Hervé Poly est là continuellement. Dans toutes les communes, le tractage, le boîtage et les marchés se font chaque jour et chaque soir grâce au réseau de nos partis et principalement celui des communistes sans oublier la masse de citoyens et de syndicalistes qui se sont présentés spontanément à la permanence pour se porter volontaires. Nous avons tenu au moins une réunion publique par semaine dont une marche de masse dans les rues de deux communes. La dernière semaine nous avançons au rythme d’une réunion par jour. Les initiatives fleurissent parfois drôles et provocantes. En voici une très spéciale que j’ai découverte en roulant vers Lille pour le débat de France 3. De facétieux anonymes ont installé sur un terril un triangle rouge de cent mètre carré et les drapeaux rouges du PG et du PCF ! Les fascistes ont passé la journée à essayer d’enlever cette magnifique décoration. On m’a raconté qu’à l’inverse de courageux citoyens s’efforçaient de les en empêcher, révulsés qu’ils étaient par leurs affreux tatouages nazis et leurs mines patibulaires !

Sur le marché d’Hénin aussi sont arrivés d’étranges personnages vraiment très inquiétants. Nous leur avons aussitôt infiltré une taupe car ce sont aussi des amateurs en dépit de leurs airs de gros durs. Il s’agissait de militants d’extrême-droite identitaires venus soutenir madame Le Pen depuis Roubaix où ils animent une « maison des Flandres » me dit-on. Mauvaise pioche pour la dame que ce genre de renforts trop voyants qui font peur aux passants sur le marché. Elle les a donc reniés et insultés elle-même sur France 3. Pour le citoyen lambda, ces faux tracts, ces vrais supporters patibulaires qu’elle récuse, tout cela donne le tournis. Surtout qu’elle-même est entourée de grands costauds qui se la jouent avec des airs de grands féroces. Cette ambiance glauque est aggravée par les encouragements que donne Marine Le Pen. Ainsi quand elle « se félicite » et « assume pleinement » les méthodes de voyous des fabricants et diffuseurs de faux tracts ! Elle a même indiqué qu’elle était prête à recommencer ! « Le prochain tract va arriver la semaine prochaine, vous aurez la surprise » a proclamé l’amie des faussaires. Mais le plus insupportable, sous prétexte peut-être que faute avouée est à demi pardonnée, la diffusion du tract de faussaire a continué, justifiant une nouvelle plainte. En effet, dès son retour d’Amérique du sud, Raquel Garrido, mon avocate, qui faisait campagne pour le siège de député de l’étranger, a repris l’affaire en main et une nouvelle plainte a été déposée qui implique le fond du procédé. Peut-être cela devrait-il dissuader les distributeurs de faux tracts de continuer leur sale besogne. En tous cas les naïfs qui la croyaient quand elle dénonçait les voyous et le laxisme de la Justice, n’en reviennent pas de la voir faire désormais l'apologie d’un faux et des délinquant qui le distribuent. Car il n’y a pas besoin d’être grand clerc pour savoir que faire un faux tract et engager ainsi une dépense électorale sans l'accord du candidat auquel on l’attribue est un délit puni par la loi. Cette publication d’un montage est une manœuvre frauduleuse. Ces deux actions sont punies par le code pénal. Quant au code moral c’est pire. Qui peut croire que des marche-emiliennemopty-25élections honnêtes soient possibles si chacun publie des tracts sous le label de ses concurrents ?

L’ampleur de cette fraude et l’énormité du procédé laisse pantois certains amis trop naïfs. Le moment est venu de faire un bref rappel d’un fait perdu de vue, ces temps-ci ! Ces délinquants sont des multi-récidivistes. Au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, 2 des 16 candidats élus sur la liste de Marine Le Pen ont été condamnés par la justice :  Marine Le Pen, condamnée en 2011 pour diffamation, Philippe Eymery, condamné en 1996 à de la prison avec sursis et 5 ans d'inéligibilité pour « provocation à la discrimination raciale ». Il faut aussi rappeler le palmarès des rares élus du FN à la tête de municipalité. En effet les principaux maires élus sous l'étiquette FN ont tous été condamnés ! Jacques Bompard, fondateur du FN et maire d'Orange, mis en examen pour prise illégale d'intérêts le 13 décembre 2010. Le 18 octobre 2011, la chambre régionale des comptes de Provence-Alpes-Côte-d'Azur pointe des irrégularités dans sa gestion municipale à Orange : « Une grande partie des dépenses correspondent à une consommation personnelle ou familiale et sont sans rapport avec la fonction de représentation du maire ». Marine Le Pen devait le rencontrer le lendemain (source : France-Soir). Avez-vous oublié aussi Jean-Marie Le Chevallier, ancien bras droit de Le Pen, maire de Toulon, élu sous l'étiquette FN. Condamné en 2001 pour détournement de fonds publics. Et Daniel Simonpiéri, maire de Marignane, élu sous l'étiquette FN. Condamné en 2011 pour emploi fictif, fausses factures et favoritisme. Et Catherine Mégret, ancienne maire de Vitrolles, élue sous l'étiquette FN. Condamnée pour détournement de fonds publics. En tous cas, il y en a un ici qui ne devrait pas avoir oublié ce genre d’exploit c’est le fameux Steeve Briois, le porteur de sac de madame Le Pen à Henin-Beaumont. En effet en 1998, Daniel Simonpiéri, Bruno et Catherine Mégret ont quitté le FN pour créer le MNR. L'un de leurs principaux soutiens était alors Steeve Briois. C’est un tout petit monde que celui de ces donneurs de leçons si mal placés pour jouer les prix de vertus civiques.

La semaine passée a été particulièrement ardente pour moi. J’ai ajouté a mon programme deux escapades hors de ma circonscription. L’une d’abord en direction des deux circonscriptions de l’Essonne où sont candidats les hommes clefs de ma campagne présidentielle, François Delapierre, le directeur de la campagne et Gabriel Amard, l’organisateur des événements de masse du Front de Gauche dans la présidentielle comme la Bastille et ses répliques à Toulouse et Marseille. Puis mardi j’ai établi un record. J’ai été présent dans sept circonscriptions de la capitale. Là encore c’était une participation en forme de remerciement pour des personnages essentiels de mon équipe de campagne. Le duo Ian Brossat et Danielle Obono dans le 18ème arr., Leila Chaïbi dans le 13ème, Alexis Corbière dans le 12ème, Danielle Simonnet et Didier Le Reste dans le 20ème, et enfin ma complice Martine Billard, tous ont été au cœur du dispositif qui a créé et alimenté sans trêve la dynamique dont on se souvient. En revenant ensuite dans le Pas-de-Calais faire campagne avec Laurence Sauvage du Front de Gauche des luttes juste avant le meeting de Calais, j’étais dans le même état d’esprit. A Calais, aux côtés des marins de SeaFrance, puis devant cette place de meeting, avec mon camarade de banc au Parlement européen Jacky Hénin, je ne faisais que côtoyer des partenaires de toujours, en quelque sorte. Une bataille politique comme celle que nous venons de mener et celle que nous prolongeons ne peut se concevoir si l’on ne sait pas que c’est aussi, et parfois surtout, une aventure humaine. Des gens très différents s’assemblent, souvent par hasard, et ne peuvent plus se quitter ensuite. Dans ces mois de coude à coude, l’effort à fournir impose une cadence et une synchronisation de gestes qui tissent entre les camarades des liens de connivence d’une force exceptionnelle. Je suppose que c’est ce que doivent ressentir des gens qui ont été sur une même cordée en montagne. A présent nous sommes en limite d’épuisement. Chaque jour je passe quelques coups de fil pour savoir où en sont les camarades, ici où là dans le pays. Ils sont loin d’avoir la chance d’une médiatisation aussi intense que celle dont je bénéficie. Je sens à leur voix la violence du choc qu’ils subissent sur place. Le bonheur des rencontres et du travail politique n’efface pas l’angoisse de la vie personnelle malmenée par cette terrible épreuve d’un engagement si long, si intense et si épuisant.

Pendant longtemps, parmi les nôtres, ceux qui ont été membres du PS autrefois se sentaient blessés par la hargne méprisante des anciens camarades. A présent il n’y a plus aucun affect. Le PS est universellement ignoré et méprisé par tous. Je crains les conséquences sur les deuxièmes tours. Mais en tous cas tel est le bilan depuis que le dispositif des législatives face au FN a montré que les chefs du PS préfèrent voir n’importe qui élu plutôt que l’un des nôtres. Le cas de la circonscription de Sylvie Andrieux est spécialement démonstratif. Ce sont les socialistes et personne d’autre qui, en pleine campagne, lui retirent l’investiture. Ils veulent donc ainsi signifier qu’elle n’est pas digne de les représenter du fait de son renvoi en correctionnelle. Qui est alors digne de les représenter ? Ils ne le disent pas. Pourtant ils pourraient annoncer leur soutien à la candidate du Front de Gauche puisqu’ils ne peuvent pas déposer d’autre candidature ! Non, ils préfèrent mettre en danger la circonscription. Car celle-ci est menacée par la droite et l’extrême droite. L’exclusion de Sylvie Andrieux donne des arguments à ses accusateurs. Elle rend donc service à la droite et surtout à l’extrême droite. Alors pourquoi refuser de proposer le vote marche-emiliennemopty-30pour Marie Batoux, la candidate du Front de Gauche ? Toute cette hypocrisie est destinée à avoir le beurre et l’argent du beurre. Si Andrieux est battue, le PS ne sera pas concerné par la déroute et si elle est élue, elle sera autorisée à courir s’inscrire au groupe PS avant réintégration comme c’est la tradition. C’est exactement la même chose pour Kucheida dans le Pas-de-Calais dans la circonscription limitrophe avec la mienne. Le PS a exclu Kucheida et nommé un autre candidat. Que fait Martine Aubry le jour où elle vient dans le bassin minier ? Va-t-elle aider le jeune challenger de Kucheida ? Non, elle se présente cinq kilomètres plus loin pour faire campagne en faveur de mon concurrent socialiste. Il n’y avait rien de mieux à faire ? Comme le dit le maire socialiste de Oignies tel que le rapporte le journal « le Monde » : « Elle a peut-être plus peur de Mélenchon que de le Pen ». Ce n’est pas moi qui l’ai dit ! En tous cas ici Kucheida est annoncé réélu. Donc il sera réintégré au PS, lui et tous les autres exclus du secteur. Pourquoi l’avoir exclu alors ? Pour pouvoir échanger sa réintégration et celle des autres contre la démission de Daniel Percheron de sa présidence régionale. Le remplaçant est déjà annoncé, il s’agit du camarade De Saintignon, le premier vice-président et homme lige de la maire de Lille. Tout ça pour ça ! Comédie !

La semaine passée, la droite imposait à l’ordre du jour du Parlement européen le vote d’une résolution condamnant le Vénézuela. Le moment était bien trouvé : le Venezuela est en pleine période pré-électorale. Le prétexte à cette résolution? La décision du gouvernement vénézuélien de quitter la Commission Inter-américaine des Droits de l'Homme (CIDH) et la Cour Inter-américaine des Droits de l'Homme. Ce sont les deux organismes de protection des droits de l'homme de l'Organisation des Etats américains (OEA). La droite, qui n’a jamais condamné le coup d’Etat au Honduras, se précipite pourtant pour condamner cette décision. Je pourrais m’en tenir à ce constat sans rien dire de plus. Mais je tiens à faire jusqu’au bout la pédagogie de ce genre de situation, condamnations et indignations de commande, dont les Droits de l’Homme sont le prétexte toujours chéri par les réactionnaires contre les gouvernements de révolution démocratique. Préparez-vous. Car après cela et la condamnation contre la nationalisation du pétrole en Argentine vous allez voir bientôt arriver les indignations sur les Droits de l’Homme en Grèce sitôt que cessera le martyr actuel des Grecs et commencera celui des banquiers. Pour l’heure, avec cette nouvelle attaque contre le Vénézuela, on va déjà découvrir un excès de zèle. Car la dénonciation arrive avant la décision. En effet le processus législatif suit son cours. C’est l'Assemblée Nationale qui décidera en dernière instance. Et ce n’est pas fait.

Mais cette Cour des Droits de l’Homme, que vaut-elle ? Notons que seuls 24 pays sur les 34 de l’OEA y adhèrent. Ni les États-Unis, ni le Canada ne les ont ratifiées ! Mais oui ! Mais cela ne semble pas émouvoir la droite européenne. Elle n’a pas davantage présenté de protestation contre les Etats-Unis qu’elle ne le fait contre leur violation répétée des résolutions quasi unanimes de l’ONU contre l’embargo sur Cuba. Ni contre les autres états qui sont sortis eux aussi de cette « Cour ». Car ce n’est pas non plus la première fois qu’un pays décide de sortir de ces instances. En 1998, Trinité-et-Tobago l’a fait. Qui protesta en Europe dans ce saint siège des vertus humaniste qu’est le noble parlement de l’Union européenne ? Personne bien sûr ! Au Vénézuela on a quelques raisons de ne pas avoir de regrets à propos de cette « Cour » et de sa conception des Droits de l’Homme. Pendant les trente années de répression qu’a vécu le Vénézuela entre 1969 et 1999, la CIDH n'a admis que 5 pétitions contre l'État Vénézuélien. Pourtant d’innombrables violations des Droits de l'Homme, répression violente, disparitions, tortures, assassinats étaient dénoncée de tous côtés. Par contre, depuis l'élection de Chavez en 1999, c'est-à-dire en 12 ans, la CIDH a admis plus de 36 pétitions en ignorant les avancées significatives qui ont eu lieu au Venezuela en matière des Droits de l'Homme. Mais voici pire. Voici qui vous dira mieux que tout qui sont ces nobles juges des Droits de l’Homme. Le 11 Avril 2002, la CIDH a reconnu et a essayé de légitimer le coup d'État contre le président Chavez ! C’est pas beau ça pour une cour des Droits de l’Homme, d’approuver un putsch ? C’est donc en toute logique que depuis 2002 le Vénézuela refuse de recevoir des visites de la CIDH sur son territoire. La CIDH en outre a admis de nombreuses dénonciations contre le Vénézuela en dépit du caractère plus que bâclé de ces dénonciations remplies d'imprécisions, sans noms, dates, lieux en relation avec les faits dénoncés. Elle s'est souvent faite l'écho des affirmations de la presse et des organisations politiques ouvertement hostiles au gouvernement. Elle a en outre admis et diffusé des dénonciations fielleuses contre d’hypothétiques conséquences de l'adoption de certaines lois par le parlement. Mais jamais personne n’a lu quel bilan elle tirait ensuite de leur mise en œuvre effective. Bref cette Cour est un machin hostile et sous influence. Il existe d’autres références en matière de Droits de l’Homme sur place et elles disent tout autre chose.

Ainsi ces prises de position contrastent singulièrement avec celles du Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU. Ce dernier reconnaît que le Vénézuela a adopté la majorité des recommandations faites par le Conseil. Parmi celles-ci d’ailleurs, il y a notamment les recommandations de notre chère Union européenne. Le Conseil a également reconnu que le Vénézuela continue à approfondir ses efforts pour faire avancer les Droits de l'Homme dans le pays. La résolution des sociaux-démocrates, des Verts et de la GUE/NGL, mon groupe au Parlement européen, présentée au Parlement européen, se fait l’écho de cette reconnaissance par l’ONU. Mais celle de la droite constitue une attaque en règle à visée électorale. Ce texte n’est destiné qu’à fournir de quoi écrire sur place dans les journaux éthiques et indépendants : « L’Europe dénonce le Vénézuela de Chavez ». Les agences d’influence de la CIA qui organisent ce genre de numéro peuvent ensuite justifier leur existence et réclamer de nouveaux crédits. Là, c’est très réussi car la motion de la droite a été adoptée. De nombreux crétins vont se dire « troublés » et ainsi de suite. Bien joué oncle Sam !  Je n’étais pas présent lors de ce vote. J’étais dans le Pas-de-Calais. Là où les mêmes agences font susurrer des mots doux pour madame Le Pen.


934 commentaires à “Le lendemain du jour d’avant”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1119 »

  1. 1
    olivp dit:

    Bon courage pour cette dernière semaine de campagne avant le premier tour. J'espère que vous l'aborderez en tête et que les habitants de Hénin et de ses environs déjà verront le nombre de leurs problèmes se réduire dès la fin du vote avec cette défaite du FN, en attendant la suite.

    Résistance !

  2. 2
    libre62 dit:

    Présents lors de la marche pour Emilienne Mopty, nous avons tenus à te serrer la main: non pas pour simplement te dire" Bonjour" ou "Bon courage"...mais surtout te remercier pour tout ce que tu nous auras appris depuis que nous te connaissons! Merci aussi pour tout ce que tu continueras de nous enseigner, car c'est cette éducation populaire qui nous permet de grandir, encore et encore! Continue ainsi en "maître éclairé" et nous te suivrons! On lâche rien...

  3. 3
    jeannine dit:

    Bonjour et merci monsieur pour toutes ces informations sur ce nouveau billet, qui remplacent avantageusement, toute la désinformation d'une certaine presse, tant sur le local, le national, l'international. Nous suivons ainsi en particulier toute la campagne des législatives, le travail formidable que vous accomplissez avec votre équipe bien sur et c'est très motivant, et émouvant parfois (cette marche en l'honneur de cette femme héroique) m'a touchée (pardon) aux tripes. Vous allez gagner, monsieur, parce-que vous le méritez. Je vous souhaite courage et force.

  4. 4
    ROUSSEL ERIC dit:

    Aller/retour Grenoble-Hénin Beaumont pour, usant mes chaussures pencarte à l'épaule (Emilienne, notre vie est la tienne!) être au coeur et de tout coeur avec ces gens au coeur gros comme ça!
    D'un côté, les "pelleteurs de la pensée nauséabonde", de l'autre ceux des nôtres qui travaillent inlassablement à "déméler la mort de l'avenir".
    A n'en pas douter, à chaque occasion où l'histoire se répète, le prix augmente! C'est exponentiel.

    Amis et camarades qui tenez la tranchée (là où croît le danger, croît aussi ce qui sauve), je vous salue.

  5. 5
    benzy dit:

    Nous sommes nombreux à être de plus en plus écoeurés par la propagande des médias bien pensants en faveur du FN.
    On se croirait revenu pendant la Première Guerre mondiale, quand les valeureux soldats français "se riaient des gaz asphyxiants ennemis" selon la presse. Avec les épouvantables résultats que l'on sait.
    La bourgeoisie et leurs médias n'ont pas évolués. Toujours aussi lourds, toujours contre nous. Courage Jean-Luc, on est fiers de toi.

  6. 6
    LAURET GILBERT dit:

    Bon combat pour les législatives en espérant que le peuple nous place haut à l'issue de ce scrutin pour que le FdG fasse contrepoids au PS à l'Assemblée Nationale. Le MES ce fameux mecanisme européen de l'austéritaire intégrale sera l'épée de Damoclès sur les têtes des députés et l'alpha et l'oméga de la politique de l'Union et devra être combattu avec fermeté et une bonne dose de députés du FdG donnera du fil à retordre à ces nouveaux maîtres des Forges du XXI eme siècle. Amitiés de Gauche.

  7. 7
    olivier dit:

    Et ce coup là pas de blabla...on vote front de gauche au premier comme au deuxième tour, quelque-soit les candidats présents au deuxième tour.

  8. 8
    Annie Laute dit:

    Cher camarade Mélenchon. Je te souhaite bon courage pour cette longue semaine qui s'annonce difficile pour toi mais pour nous tous aussi dans chacun des villages où Le Pen a fait un score. Mais ne lâchons rien ! Nous allons gagner grâce à notre détermination.

  9. 9
    Laurent dit:

    Bonjour,
    Ce que je vais dire n'est pas un conseil, rien n'étant plus ridicule que les stratèges en chambre qui peuplent les arrières de tous les fronts de guerre.
    Toutefois, la lecture des résultats détaillés des sondages montrent que l'électorat féminin vote moins pour le FdG que les hommes. Ceci mérite réflexion il me semble. Quelques éléments de réflexion:
    - les femmes subissent la précarisation plus encore que les hommes, ainsi que vous l'avez souvent et justement fait remarquer. Cependant cette précarisation s'accompagne aussi d'une misère familiale, la monoparentalité qui laisse ces femmes seules face à une éducation d'enfants et avec pour corollaire une propension plus grande de ceux-ci à la délinquance, ainsi que le montrent nombre d'études
    - les femmes se sentent plus agressées que les hommes par les populations d'origine arabe. Ce sentiment est le résultat de 2 données incontournables: la peur d'un islamisme conquérant, fantasme instillé par le FN et L'ump, et le développement du machisme de quartier, dont on impute la responsabilité à l'islam mais qui est à mon sens plus complexe, avec une résurgence de préjugés plus anciens et plus nationaux. Cette peur est accrue par l'isolement de ces femmes seules, appauvries, ayant en charge des enfants qu'elle ne peuvent encadrer faute de temps et de moyens.
    Il me semble que les femmes sont dès lors plus sensibles au discours trompeur de Marine Le Pen et du FN qui se pose faussement en défenseur de la laïcité et de l'ordre.
    L'axe de campagne adopté un temps visant à dénoncer la position rétrograde du FN sur l'avortement était très bon. De façon plus générale, le fdg gagnerait peut-être à mieux mettre en avant ces propositions pour les femmes en expliquant pourquoi la présence de l'islam en France et de populations pratiquant l'islam n'est pas incompatible avec le maintien et l'accroissement des droits de la femme. Le programme du fdg prévoit ces mesures, mais faire publiquement le lien entre les deux permettrait de désamorcer l'une des recettes du succès personnel de Marine Le Pen, qui joue à la femme moderne. Réaffirmer un discours progressiste et de défense des atteintes faites aux femmes, y compris dans les milieux populaires pourrait peut-être avoir un impact profond sur cette catégorie.
    Pour le reste, bon courage. Quoiqu'il en soit, l'avenir est plus rouge que l'an dernier. Graâce à vous.

  10. 10
    Vallerustie dit:

    Bonjour Jean Luc.
    Merci, encore et toujours.
    J'ai lu plutôt en diagonale, magistral comme d'habitude. Je vais poursuivre.
    Bon courage... et... on ne lâche rien !

  11. 11
    DOMINIQUE dit:

    Un regret, que dans ce long texte aussi passionnant que d'habitude, Jean-Luc n'évoque pas sa rencontre avec le président de la République. D'une part tout le monde n'a pas eu cet honneur et enrage (n'est-ce-pas Mme de Montretout?) tandis que d'autres n'étaient même pas raccompagnés sur le perron (les temps changent M.Copé), d'autre part surtout c'était la démonstration que le président ne peut négliger l'apport décisif du Front de Gauche à son élection. Et cela ne pourra que continuer dans cette voie si notre groupe occupe une place charnière à l'Assemblée nationale.

  12. 12
    Denis F dit:

    Concernant le résultat du vote du peuple irlandais sur le TSCG, il est affligeant, alors qu’ils pouvaient tout remettre à plat, ils ont décidés, enfin les épargnants irlandais pas les prolétaires, de se faire broyer par l'Europe, courte vue encore une fois !…
    Nous savons tous que François Hollande ratifiera ce traité, nous savons tous que ce traité mettra les peuples d’Europe à genoux, nous savons tous que ce diktat scélérat est imposé par l’oligarchie financière internationale, cette crise de la dette étant un artefact de la construction européenne tel que la conçue et mise en place Mr Jacques Delors ; tant que la France n’abrogera pas la loi dite Rotschild du 3 janvier 1973, même si cela ne change rien au règlement actuel, cela aura au moins le sens symbolique du refus de notre dépendance aux marchés financiers et aux banques privées.
    Nos directions politiques doivent demander non pas un audit de la dette, mais son effacement pur et simple, nous avons payé depuis presque 40 ans plus de 1700 milliards D’INTÉRÊTS aux banques, cela suffit !...
    Et je préconise qu’un appel soit fait à tous les peuples d’Europe pour qu’ils exigent la même chose de la part de leurs représentants, Grèce, Espagne, Portugal, Irlande, Italie, Belgique, etc... Certains me diront que cela fera s’écrouler le système bancaire en Europe, et alors !... Moi ça ne me dérange pas, ce sera une manière de rétablir la balance des injustices.
    Que vive la révolution citoyenne !...

  13. 13
    Céline dit:

    Bon courage pour ces derniers jours, bravo pour cette campagne réussie, heureusement que des gens comme vous et tous les sympathisants du front de gauche existent pour défendre nos valeurs. Vos billets sont toujours appréciés.

  14. 14
    jacques bounoume dit:

    Bonjour à tous,
    Jean-Luc Mélenchon écrit "le ps est universellement ignoré et méprisé par tous,je crains les conséquences pour les seconds tours".
    En effet ! Voter pour les auteurs de la forfaiture du traité de Lisbonne : jamais ! Le minimum pour un représentant du peuple c'est de respecter la volonté du peuple ! Marre de cette caste politique qui nous confisque le pouvoir au prétexte qu'ils sont les "élites" et qu'ils "savent". Marre de ce PS qui se dit de gauche et fait une politique de droite dès qu'il a le pouvoir. Cette fois ce sera sans nous.
    Qu'ils s'en aillent tous !

  15. 15
    gravillon laurette dit:

    Merci pour toutes ces infos; je suis sidérée par cette histoire de faux tracts ! Cette " femme" est plus que dérisoire !
    Courage à vous; bien évidemment je voterai Front de Gauche.
    On est toujours debout, prêt à réagir !

  16. 16
    Michel777 dit:

    Bonjour à toutes et à tous.
    Merci Jean-Luc pour ce billet: les nouvelles attaques de l'europe libérale et le passage sur les "droits de l'homme" et le vénézuella m'ont particulièrement interressé.
    Cependant, je regrette qu'il n'est pas été question aussi du rendez-vous avec le nouveau Président de la République mardi à 15h00. Comment à réagi FH à cet entretien? quels sujets ont été traités? Quelles sont les positions de FH sur des sujets comme l'abandon des charges contre les syndicalistes? Que peut-on attendre de bon pour le peuple de la part du nouveau président? bref, un petit (ou même conséquent) compte-rendu de cet entretien serait le bienvenu...
    Merci d'avance et Bon courage Camarade.

  17. 17
    henri dit:

    Une campagne éléctorale c'est épuisant pour tous les militants surtout quand certains travaillent en moyenne dix heures par jour, déplacements inclus!

  18. 18
    rabat-joie dit:

    Si l'Irlande avait voté "non", cela n'aurait rien changé puisqu'il n'y a pas besoin de l'unanimité, même pas de la majorité (ah! les malins!); la seule chose qu'elle aurait décidé c'est de se couper de l'éventualité de "profiter" de la belle solidarité de l'Europe libérale. Faire cela pour l'Irlande, me semble-t-il, aurait été un acte beaucoup plus révolutionnaire même que celui de l'Islande puisque l'Islande est hors du jeu européen. Et puis: lisons bien: " les PIGS"!
    C'est tout dit. Tout le monde s'en fout! Oui, elle est belle l'Europe mais pas très rebelle, il n'y a pas de Tsipras et des Mélenchon partout!

  19. 19
    Dim dit:

    Gros message d'encouragements pour les camarades du Pas-de-calais qui jettent leurs dernières forces dans la bataille, sans compter les heures en moins passées en famille ou avec les proches. Vous êtes l'honneur de nôtre pays.

  20. 20
    jacques chanéac dit:

    100% OK avec Jacques Bounoume (14). Cette fois, c'est définitif, ce sera tout pour moi. Arrivant à 60 ans dans quelques semaines, je ne vais pas aller jusqu'à la fin de mes jours en votant PS au 2e tour par défaut ou "discipline républicaine" (ça veut dire quoi ?). Donc pour ces" forfaiteurs" en chef (Lisbonne) pour ces méprisants, ces notables rois du copinage et surtout ces traitres accompagnateurs du libéralisme, champions de la rustine, là où il faut remplacer toutes les roues et même provoquer de toute urgence le changement de moyen de transport et la destination, ce sera non, no, niet, nada, nein.
    Jean-Luc a donc de bonnes raisons de penser que nous serons nombreux dans ce cas à ne plus vouloir nous faire indéfiniment mettre à l'envers par des gens qui au mieux nous prennent pour des rigolos ou des doux rêveurs et au pire nous ignorent souverainement du haut de leur suffisance. Terminé donc.
    Je préfère que nous restions entre gens de bonne compagnie, honnêtes, fiers de nos valeurs, même si elles peinent à être comprises par le plus grand nombre. Au moins, garderons nous la tête haute. Qui peut, en conscience, en dire autant?

  21. 21
    Ingo dit:

    Merci, Jean-Luc pour toutes ces précisions indispensable ! Courage, courage on est avec Toi Camarade ! Ensemble !

  22. 22
    Galland dit:

    Un excellent billet comme d'habitude où l'on apprend toujours quelque chose.. Mille fois.... merci.... J'espère, j'espère de tout cœur que vous serez élu.

  23. 23
    tchoo dit:

    On a beau écouter d'une oreille distraite les "informations" à peine entrevoir les images distillés par nos médias si libres et indépendants, il reste néanmoins un certain malaise sur ce qui est dit ou vu, laissant un sentiment diffus d'inachevé, de non dit et de manipulation.
    Et puis votre billet arrive et replace chaque pièces du puzzle au bon endroit, celui que confusément on avait imaginé.
    merci pour ça!

  24. 24
    Jean Louis CHARPAL dit:

    Je savais que Jean-Luc, un jour ou l'autre, aborderait le référendum irlandais. Comme Denis F, j'ai été catastrophé par le résultat. Cela étant, même si j'aurais mille fois préféré que le "non" l'emporte, il faut relativiser les choses. D'abord c'est une minorité qui a approuvé l'austérité affichée par cette Europe qui n'est pas la nôtre : 60% de la motié des électeurs. C'est à dire 30% ! De plus il a été dit et répété que si le "non" m'emportait, ça ne changerait rien, mais qu'un "oui" serait bien, car ça donnerait un signal positif au Veau d'Or, notre idole vénérée, c'est à dire aux marchés, qui comme chacun sait, nous gouvernent sans que nous ayons voté pour eux. Pour que les marchés soient contents, il faut qu'ils aient leur lot de victimes innocentes sacrifiées sur l'autel de l'ultra libéralisme, et de plus en plus nombreuses : les emplois,les salaires, les services publics, la protection sociale. Les dieux ont soif ! Et puis leurs grands prêtres (les médias) ont consciencieusement lavé les cerveaux. Résultat : le "oui" est sorti, comme un diable, de sa boite.Même s'ils ont des circonstances atténuantes, la majorité de nos semblables dans toutes les démocraties d'Europe subissent de plein fouet le syndrome d'une servitude volontaire particulièremnt stupide. Le problème, c'est qu'une minorité est dans le vrai et que ce sont les majorités soumises qui comptent. Mais gardons l'espoir malgré tout !

  25. 25
    carlo dit:

    Il y a là un exemple caricatural de la méthode qui anime cette Europe libérale devenue folle d’aveuglement
    Bien sûr, mais "cette Europe libérale" est l'Europe tout court, car l'Europe telle qu'elle existe du fait des traités dont elle est issue est d'essence libérale.

  26. 26
    Malène dit:

    Merci pour cet excellent (comme d'hab !) billet.
    Concernant les médias, j'ai trouvé fort pertinente l'interview suivante sur les médias et la "fabrication du consentement" de Noam Chomsky. On peut ne pas être d'accord avec l'ensemble des idées développées, mais son "décorticage" pose les bonnes questions, me semble-t-il.
    Bon courage pour la fin de cette interminable campagne.

  27. 27
    pascal 75 dit:

    Bravo Jean Luc et courage à tous, on lâche rien. Il faut que le parti socialiste sache que s'il ne fait pas des réformes qui vont dans le sens du programme du front de gauche, c'est la dernière fois que je vote socialiste, et je ne serais pas le seul. Après les législatives quel est le programme? car il va falloir les pousser à gauche.
    amitiés

  28. 28
    hugo dit:

    Courage pour la campagne que tu as le courage de mener face au FN. Cette affaire de faux tract est scandaleuse et résume bien les moyens déloyaux de ce parti de pourris. Jean Luc Mélenchon et le Front de Gauche à l'Assemblée ! Rien n'est possible sans vous. Résistance !

  29. 29
    Magda Corelli dit:

    De retour de la Vallée d'Aoste (Italie) j'ai parlé de la situation de nos pays respectifs avec des amis et de la famille. J'ai pu me rendre compte que la responsabilité des financiers et des politiques était bien prise en compte mais que chacun aussi rendait responsable tel ou tel compatriote qui essayait d'échapper à l'impôt. Il me semble qu'il faut vraiment insister sur les vraies responsabilités. L'exemple du fonctionnaire grec faisant le taxi (sans déclarer son revenu) m'a été cité. Je relèverai une autre fois. Je suis bien désolée pour l'Irlande, Bruxelles cherche à faire peur mais en effet les petits boursicoteurs ne vont pas tarder à les perdre leurs économies! Je suis écoeurée par le comportement des journaux que vous citez mais j'espère bien que vous serez élu au grand dame des socialistes!
    Je vous souhaite bon courage et pensez à vous reposer.Nous avons besoin de vous pour nous informer et pour nous motiver!

  30. 30
    Nicks dit:

    L'objectif de cette élection pour le FdG, c'est de priver le Ps de majorité absolue à lui seul. Ce n'est qu'à cette condition que nous pourrons peser sur la politique du gouvernement. Pour ce qui est du candidat Mélenchon, une fois encore, tout est fait pour qu'il ne gagne pas. Il ne faudra rien lâcher jusqu'à la dernière seconde pour obtenir cette victoire hautement symbolique et qui permettrait au FdG d'avoir un porte-voix d'une rare qualité à l'assemblée.

  31. 31
    jo5k dit:

    A écouter maintenant : France Inter "Là-bas si j'y suis" : à propos de H-Beaumont, la bataille Samsonite et éloge à la campagne de Jean-Luc Mélenchon.
    Notre combat nous FdG toujours et encore sur le devant de la scène - courage résistance !

  32. 32
    Maignial dit:

    Voici un article intitulé "De la Grèce au Niger, comment le FMI favorise l’austérité et la pauvreté". Peut être rien de plus que les participants sur ce blog ne savent déjà, mais intéressant tout de même pour les militants. Pour se remettre les idées en place et pouvoir plus facilement détromper ceux de droite qui soutiennent l'ignoble réaction de Lagarde qui a affirmé que l'urgence était surtout aux pays les moins développés d'Afrique, sous entendu que la Grèce n'a qu'à se débrouiller seule (et tenir ses "engagements" bien sûr...).
    Je ne suis pas d'accord pour minimiser le oui irlandais au traité. Non pour sa signification sur l'attachement des irlandais à cette politique absurde, puisque, nous l'avons vu, la participation fut historiquement faible. Mais bien pour ses conséquences. Peut être que les marchés se seraient quand même imposés, après un non. Peut être que le peuple aurait été ignoré momentanément. Mais il faut résister, toujours! Un non non pris en compte aurait tout de même eu son influence pour freiner les ardeurs d'un système qui s'épanouit d'autant plus qu'il ne rencontre aucune opposition.

  33. 33
    bernard hugo dit:

    Qu’on me comprenne bien, je ne remet pas en question la confiance dans nos dirigeants, mais je reste cependant critique et je m’interroge sur la stratégie qui se dessine avec l’élection de F. Hollande. Sans doute la constitution d’un groupe parlementaire Front de gauche sans lequel il n’y aurait pas de majorité à gauche peut changer le rapport des forces en Europe, pour peu que Syriza triomphe en Grèce. Cependant je trouve que Jean-Luc Mélenchon et les dirigeants du Front de gauche manquent de clarté (et retombent parfois – tactique électorale oblige - dans le double langage) en laissant entendre (sur le perron de l’Elysée ou à la télévision – le discours est différent dans les meetings, quand Jean-Luc se réclame de Robespierre…) que les dirigeants socialistes seraient des partenaires, alors qu’ils sont les adversaires les plus redoutables de la classe ouvrière et des classes populaires, dont ils ont trompé les espoirs, les attentes et la confiance en pratiquant le double langage et un système de rouerie très sophistiqué, fruit de la longue expérience de l’exercice du pouvoir politique. En tous cas ce billet montre que que l'interrogation est bien présente et Jean-Luc fait nettement la différence entre le pouvoir de Hollande et du gouvernement au niveau de l'Etat et les manoeuvres de l'appareil socialiste.
    Le gouvernement Ayraut utilise le bluff de la com, l’effet d’annonce de mesures sociales qui ne concernent qu’une minorité. Quant aux stratèges de Solférino, ils sont les principaux responsables de la montée du Front National dont ils encouragent en sous-main la médiatisation pour faire échec au Front de gauche.. Le pouvoir socialiste appartient à l’oligarchie néo-libérale. Le peuple souffre mille misères, la lutte des classes fait rage et transcende le débat démocratique. Nous allons en avoir la confirmation éclatante dès le lendemain du 17 juin, pour peu que Syriza en Grèce accède aux responsabilités gouvernementales. Ce n’est pas pour rien que la Commission Européenne martèle ses recommandations budgétaires et antisociales, que Moscovici est monté menaçant au créneau. Alors Hollande devra se positionner face à l’Union Européenne, contrainte (notamment par la menace de krack bancaire en Espagne) d’accélerer le processus d’intégration économique et politique, dans l’union bancaire et monétaire, dans la casse des droits du travail et le renforcement des traités européens. (Ainsi que l’a montré Patrick Le Hyaric). Et nous aussi face au gouvernement socialiste et aux tentations autoritaires sur toute l’Europe…

  34. 34
    Lilly54 dit:

    Bonjour Amis ! Merci Jean-Luc pour ce nouveau billet que nous allons diffuser comme d'habitude sur tous les réseaux sociaux. Car sans nous l'information n'existe plus. Alors merci également à vous tous qui diffusez les vidéos qu'on ne verra jamais sur nos téléviseurs. Les nouvelles d'Europe et celles d'Espagne sont très alarmantes. Le pire est devant nous. Quant à Hollande, je suis perplexe également. Pas plus confiance en lui et à son entourage gouvernemental qu'à l'astre mort du PS mais encore nocif à notre encontre. Nous verrons bien. Mais compte tenu de ce qu'ils nous ont concocté pour la retraite à 60 ans, aucune illusion sur le changement. Ils font rire la twittosphère de gauche avec leurs deux trimestres accordés aux chômeurs et aux femmes. Résistance plus que jamais !

  35. 35
    Hélène dit:

    Merci M. Mélenchon! On était à Billy-Montigny et c'était très émouvant! Nous vous suivons chaque jour, vous êtes devenu notre compagnon de pensée et de bataille, notre inspiration, notre expression. Bravo pour votre campagne dans le Pas-de-Calais. Cependant, la guerre menace du côté du Proche-Orient. Là est le vrai danger: USA + Israël (plus encore que l'Iran, qu’on ne peut réduire purement à une “république islamique menaçante” puisque le gouvernement, qui comporte cinq branches autonomes et a depuis la chute du Shah favorisé de très nombreuses avancées féministes et sociales, ne semble pas poser de véritable menace extérieure autre que d'auto-défense – d’où les réactions bien légitimes de soutien par les gouvernements russe, chinois et vénézuélien). Bravo d’avoir, même en cette période délicate entre les deux élections présidentielles et législatives, condamné la prise de parti de Hollande en faveur du bouclier anti-missile de l’OTAN. La Syrie sert de prétexte à l'empire américain, qui d'ores et déjà contrôle l'économie privée d'Irak et d'Aghanistan, malgré son soi-disant “retrait”. Bravo encore de vous être positionné clairement contre l'ingérence en Syrie, où la situation est très complexe, avec des mercenaires embauchés contre le gouvernement aussi bien que par lui.

  36. 36
    Alain Tétart (60)(73 ANS) dit:

    Voyez cette bête immonde que l'argent a engendré, voyez le malheur que répand cette société ou l'argent est roi, voyez ces gens mourir de faim, voyez ces enfants de dix ou douze ans travailler dans ces ateliers de tous ces pays asiatiques, voyez, regardez, scruter tous les jours et à chaque instant mais surtout......faites tout pour tuer cette bête et changeons la en une société ou l'humain aura son rôle ou il ne sera plus une machine ou un numéro, ou il pourra se promener la tête droite et le regard droit devant lui, et bien dans ses pompes..
    Manger que des patates des mois durant avec un morceau de volaille de la basse cour de temps en temps, j'ai connu ça pendant la dernière guerre, hé bien je suis prêt à le subir à nouveau si il faut que pour retrouver notre liberté et notre dignité en nous fâchant avec nos voisins si il le faut, de toutes façons je suis comme la plupart d'entre nous en sur-poids alors un remède forcé ne me fera pas de mal, et si c'est pour assurer une vie digne à mes enfants et petits enfants, je suis pour ce sacrifice !
    Continuez de vous battre comme vous le faîtes Jean-Luc Mélenchon, et représentez nous. Je suis sur que vous saurez le faire, à l'assemblée avec j'espère un groupe de femmes et d'hommes dignes de nous représenter Mettez les pieds dans le plat nous sommes là avec vous, et plus DE 4 MILLIONS de personnes c'est pas rien ! courage foncez tous !

  37. 37
    Denis F dit:

    Je ne prends jamais personnes pour des imbéciles surtout pas mes adversaires avérés, même si le non ou le oui irlandais ne change rien à l'affaire du TSCG ou du MES, le symbole est là : un peuple réputé rebelle c'est agenouillé devant la commission européenne, voilà tout.

    Est ce que les gens se rendent comptes que se sont des fonctionnaires et administratifs qui gèrent l'Europe et la France, se sont des gens nommés pour leur servilité et leur goût du pouvoir ; ces gens là se cooptent entre eux, tant au niveau européen qu'au niveau français, voyez comme l'ENA est présente au gouvernement.

    Normalement ces personnes devraient être dans les corps de la fonction publique à exécuter les ordres et les tâches pour lesquelles ils sont censés être formés. Cela fait plus de 40 ans que ces énarques nous pourrissent la vie, nous sommes dans la mer.. (mouise) depuis qu'ils occupent les postes ministériels. Ils n'ont aucunes formations de gestionnaire, comment voulez vous qu'ils gèrent correctement un pays, je suis persuadé que si vous leurs confiez une entreprise rentable, à l'égal des banquiers, il ne leur faut pas plus d'une année pour la mettre dans le rouge, mais pendant ce temps là, ils auront réussi à ce créer un joli pécule au soleil.

  38. 38
    Malnoury dit:

    Bonjour
    je reviens de tractage devant une usine, et un courageux militant du FN nous à insulté et fait un doigt d'honneur une fois bien à l'abri dans sa voiture. Quelle classe, quelle élégance et quel courage! Rien d'étonnant ils n'ont pas d'argument. A un des ouvriers qui nous disait être séduit par le FN, nous avons détaillé notre programme point par point (spécialement emploi et salaire) voy

  39. 39
    Thomas Linard dit:

    Bonjour Monsieur Mélenchon,
    Vous avez évoqué l'histoire de Thomas Paine dans votre discours à Billy-Montigny dimanche. Le texte du décret qu'il l'a fait français était difficilement trouvable à une époque, et peu connu dès lors. Je ne sais pas si vous l'avez lu, il est très beau, et pourrait vous servir. Il est maintenant dans Wikisource : Décret du 26 août 1792.
    Bon courage pour le reste de la campagne !

  40. 40
    christine 93 dit:

    Vous êtes le seul, je dis bien le seul à faire connaître clairement et agréablement parce qu'écrits comme dits (certains avec humour) les sujets dont on n'entend pas parler ailleurs. Soit ils sont déformés, soit ils sont tus et même s'ils sont traités (par l'huma par ex) il n'y a pas votre liberté de ton et vos expressions si originales. Votre prose est un vrai cours d'éducation politique et permet de mieux comprendre les évènements et le monde qui nous entoure. Ne pourriez vous pas continuer en faisant des conférences publiques régulières sur les sujets d'actualité ou sur des thèmes à approfondir afin de maintenir la vigilance politique des militants et des sympathisants qui risque de se relâcher après ces campagnes successives. Après avoir pris du repos bien mérité bien sûr. L'année 2012/2013 s'annonce difficile, l'avenir du FdG n'est pas traçé d'avance et votre acuité de vue et votre sureté de jugement sont indispensables à l'avançée du mouvement que vous avez impulsé. Je vous souhaite d'être élu et de garder toujours cette énergie optimiste

  41. 41
    fitz31 dit:

    Le problème avec l'Europe, c'est que l'on vous demandera de voter, jusqu'à ce que vous disiez "oui"...

  42. 42
    NousPartîmes500 dit:

    A vrai dire j'hésitais, mais un camarade m'a convaincu, j'ai fait mon choix, FdG au1er tour...j"hésitais car le député UMP sortant était passé au 1er tour en 2007 (électorat rural fasciné par les "notables"), peu de candidats, Fn faible, et en plus le candidat "hollandiste" n'est pas un apparatchik PS, c'est un ancien Vert passé au PRG pour raisons de cumuls de mandats...donc à la fois je sais bien que le seul moyen d'avoir un député de "gauche" serait de voter pour ce canasson-là dès le 1er tour, mais en même temps si tout le monde se dit ça, le FdG ne passera jamais devant, donc plus on vote FdG, et plus les indécis se sentiront autorisés à le faire un jour,à mesure que les "scores" progressent...
    au lieu d'une "discipline républicaine" pourquoi pas appeler à "l'abstention républicaine",ie ne voter au second tour que pour les candidats n'ayant jamais été condamnés et s'engageant à démissionner de leurs autres mandats s'ils sont élus et s'engageant à voter une loi sur le RIC et contre le TSCG...ce constructif "chantage à l'abstention" ferait un bon thème de campagne pour la VIème République, et s'il y a une (peu probable) cohabitation...que sa majesté convoque la constituante!

  43. 43
    COLLONGE Madeleine (Maddy) dit:

    Merci Monsieur Jean-Luc Mélenchon, de nous éclairer de vos lumières sur ce qui se passe exactement soit au plan mondial, que national et localement pour votre campagne électorale. Je rejoins les commentaires de Jacques Bounoume N° 14 et Mr Chaneac N° 20, je ne voterai que Front de Gauche au premier et au deuxième tour de ces législatives. Ainsi d'ailleurs que chaque fois que l'occasion se présentera. Marre de devoir s'incliner devant un désistement républicain pour des des député-es socialistes qui par leur attitude ont contirbué à l'adoption du M.E.S., et ce malgré tous les courriers qui leur sont parvenus. Marre de leur arrogance.
    Vive le Front de Gauche et la VIème République.

  44. 44
    la pavana dit:

    Comme toujours ce billet est aussi passionnant qu'instructif....Je souhaite que les coupables de faux tracts soient punis et condamnés.
    Pour ce qui est des droits de l'Homme je découvre le CIDH aux orientations tendancieuses.

  45. 45
    mercure40 dit:

    Bonjour à toutes et à tous et à toi Camarade Jean Luc,
    Merci pour ce nouveau billet éclairant, instructif comme toujours, et tant attendu, il arrive pour nous libérer l'esprit. La déontologie des médias français, comme la concurrence économique européenne, libre et non faussée ! Grosse rigolade. Les castes dirigeantes du PS et leur arrogante hégémonie, ils oublient, ou se le cachent que, sans le report du Front de Gauche, seraient encore dans l’opposition pour 5 ans. Alors aux législatives Front de Gauche au 1er tour, Front de Gauche au deuxième qu’il soit présent ou pas.
    Vive la 6ème République ! Vive La Sociale ! Et vive le Front de Gauche.

  46. 46
    cadenaJ. dit:

    J'espérais bien que tu trouverais un peu de temps pour alimenter ton blog. Merci mille fois, c'est un moment précieux que de te lire et continuer à apprendre. J'avais trouvé en toi un ami, j'ai découvert que tu étais aussi un Camarade indéfectible... comme le chantait Ferrat :" c'est un joli nom camarade, c'est un joli nom tu sais"
    Merci pour tout ce que nous partageons et que rien ni personne ne pourra détruire. Prends bien soin de toi.

  47. 47
    dulle dit:

    Hier 20h35 sur Arte, documentaire intéressant "Survivre au Progrès (Canada 2011), d'après le livre de Ronald Wright "Brève histoire du progrès", (à revoir pour ceux qui l'ont raté pendant 7 jours sur Arte+7) ou comment la course aveugle au progrès pourrait conduire à la destruction de la civilisation. Sont évoqués les problèmes économiques, financiers, écologiques, démographiques ainsi qu'un retour à l'effondrement d'anciennes civilisations pour en comprendre le mécanisme. A la fin de l'émission, j'ai eu un sentiment de fierté en me disant que les voies alternatives envisagées ressemblent beaucoup à celles qui figurent dans notre programme "L'Humain d'abord". Merci Jean-Luc,prends soin de toi et bon courage !

  48. 48
    breteau jean claude dit:

    Attention, il n'y a pas que le nombre de députés qui comptent, mais aussi le nombre de voix recueiliesi au premier tour, donc chaque voix est importante méme dans les circonscriptions sans espoir il faut voter FdG peu importe qu'il manque des députés PS qui se ficheront de leurs électeurs une fois élus. Le poids du front de gauche ne peu se mesurer qu'au premier tour. Pas d'état d'âme, Aubry préfére le FN qu'elle en paie le prix.

  49. 49
    genevieve dit:

    Merci M. Mélenchon pour ces écrits dont je tiens à vous dire qu'ils remontent le moral après un tractage sur le marché d'un village où Mme Le Pen a fait un très bon score aux présidentielles et où le peu d'enthousiasme devant le nôtre est désespérant ! Vos informations nous sont extrêmement précieuses car où serions-nous informés en détail comme nous le sommes après vous avoir lu ? tant les médias mettent d'énergie à mentir par omission ou carrément tout à fait délibérément. Quant à la médiatisation du Front de Gauche sur le terrain, c'est soit la diabolisation, soit l'ignorance. Sur notre circonscription (2ème de l'Ardèche), à l'émission de FR3 "La Voix est libre", seuls les représentants du PS, de l'UMP et du FN ont été invités, pour un duel de trentenaires avec le FN en embuscade.
    Et puis, si en plus on peut sourire à votre style et vos bons mots, c'est la cerise sur le gâteau...(jusqu'à ce jour je croyais le mot "ectoplasme" une invention du vocabulaire du Capitaine Haddock et c'est un régal de le voir appliqué à M. Monti ! Vous enrichissez notre vocabulaire et ça c'est de l'éducation populaire !)

  50. 50
    Denis F dit:

    @ 47 Breteau JC
    Oui tout à fait d'accord, mais ce n'est pas seulement qu'au premier tour !… Aux élections législatives un bulletin de vote rapporte en 2007 1,63 € pour le parti politique, donc environ 1,80 € en 2012, c'est entre autre la manière de financer les partis politiques. Mais à ce propos, au front de gauche comment va se faire la répartition des gains entre les partis qui le compose ? Aïe, je crois que j'ai posé la mauvaise question ?

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1119 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive