06juin 12

Le lendemain du jour d’avant

Ce billet a été lu 93  031 fois.

Dans cette note il est question d’Europe. L’actualité accélère les rythmes de décomposition. Puis je viens sur la campagne que je mène dans la 11ème marche-emiliennemopty-05circonscription du Pas-de-Calais. Avec la marche du dimanche 3 juin, c’est une véritable renaissance du mouvement populaire qui s’opère sur place. Des forces considérables, hier éparpillées et combattant chacune de son côté, convergent. Elles ont commencé à se donner à voir dans un flot joyeux de chansons, de pancartes et de drapeaux rouges. Tout cela s’est immédiatement prolongé, dès le lendemain, dans une assemblée sans précédent réunissant plus de deux cent cinquante travailleurs sociaux de toutes professions dans le bassin minier. Quoiqu’il arrive cette campagne aura rallumé ce feu ! Et il n’est pas prêt de s’éteindre, pas davantage que celui allumé à la présidentielle.

En cours de semaine, ce jeudi, j'ai mis à jour mon récit de la campagne pour tenir compte des derniers événements peu réjouissants qui nous sont arrivés ici.

En illustration de ce billet des images de la marche du 3 juin 2012 en hommage à la résistante Emilienne Mopty. Six mille participants ont arpenté la parcours depuis Montigny-en-Gohelle jusqu'à Billy-Montigny où le Front de Gauche tenait un meeting. Photos : N. Messyasz et Remy Blang.

Mise à jour du jeudi.

Les dernières heures de la bataille du premier tour de l’élection dans le Pas-de-Calais sont spécialement glauques. Nous en sommes à six tracts anonymes. Outre les injures connues et les fantasmes sur mes revenus, on en arrive par-dessus le marché aux montages vraiment nauséabonds. Notre protection est voisine de zéro. Nous sommes seuls face à cette déferlante. Les socialistes, les associations proches d’eux, personne ne trouve rien à dire. Trop heureux ! Jusqu’au jour où se sera leur tour et alors qui les défendra ? La campagne est donc totalement pervertie. Quels sont mes véritables tracts, lesquels sont desdsc00395631 faux ? Et quand je dois voir au journal de 20h sur France 2 un de ces tracts où ma photo a été montée pour faire de moi un Adolf Hitler devant la porte d’un camp de concentration je me demande où je vis.

Là-dessus arrive une offensive de sondages ! Faute de présence et même de campagne, le socialiste Philippe Kemel, mon concurrent à gauche dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais en fait son principal argument. Les sondages le décrivent meilleur candidat de second tour que moi ? Quel miracle ! Il s’agit de démontrer que la stratégie « Front contre Front » fait monter le FN. Que les progrès du FN se fassent au détriment du candidat de l’UMP n’atteint pas le cerveau du socialiste. Pour lui, la cible c’est moi. Pas le FN, pas la droite : moi. Revoilà donc le refrain du « vote utile » qui nous est servi en boucle. Puis jeudi, deuxième miracle, pour la première fois un sondage, commandé par le Figaro et TF1, le place en tête de la gauche. Il me devancerait d’un point. Joie, joie sans bornes ! Evidemment le sens critique déjà peu développé de certains commentateurs finit de s’effondrer. Que la différence d’un point n’ait pas de sens statistique, même dans le bidon habituel, n’est pas interpellé. Pourtant si l’écart est d’un point, compte tenu de la marge d’erreur le sondeur aurait pu aussi bien me placer moi devant. Devinez pourquoi il a choisi le contraire ? Pourtant je suis prié de commenter « rapidement » ces merveilles d’études scientifiques qui prouvent scientifiquement qu’il faut voter pour un socialiste. J’avoue ma consternation. Toutes les lois de la physique politique sont défiées. La semaine où le socialiste reconnaît dans le « Canard Enchaîné » avoir triché aux élections internes pour se faire investir, il serait plébiscité. La semaine où l’infâme Dalongeville, l’ancien maire socialiste d’Hénin-Beaumont par qui tous les scandales sont arrivés, lui apporte son soutien, le sondé hurle de plaisir ! La semaine où paraît le tome deux du livre « Rose mafia » qui l’inscrit dans le paysage des connexions que ce livre dénonce, le sondé s’enthousiasme. A l’inverse, trois jours après la plus importante manifestation politique des trente dernières années sur place je reculerais ? Après quatre meetings bondés, je peinerais face à quelqu’un qui vient de mettre quarante personnes dans une salle pour la visite de Jean-Marc Ayrault ! Si c’est le cas je n’y comprends rien. Car en plus de Martine Aubry, il y a aussi le Premier ministre qui est venu sur place soutenir l’impétrant. Chez les dirigeants socialiste, pour me battre, rien n’est trop beau. Et pourquoi ? La clef est révélée dans le « Canard Enchaîné » : la hantise des socialistes est que le groupe du Front de Gauche soit le groupe charnière de l’Assemblée et de la majorité. Et ma présence ajouterait à leur cauchemar. dsc00785637L’indépassable Alain Duhamel, récitant social-libéral en chef, a même décrit en détail le désastre à redouter. D’après lui, si la majorité dépend des députés communistes (notez le distinguo subtil) alors le système sera bloqué et la dissolution sera nécessaire ! Rien de moins. On n’a pas élu l’Assemblée que Duhamel prévoit sa dissolution… à cause des « rouges » ! Comme c’est moderne et neuf que cette vieille peur aigre des bien-pensant !

Bon, je reviens aux sondages parus ces temps-ci sur ma circonscription ! Il y en a eu trois : IFOP 18 Mai – IFOP 5 Juin – OpinionWay 7 Juin. Deux m’ont placé en tête de la gauche. Le dernier paru me place derrière le socialiste. Mais les trois sont plus proches du boniment que de quoique ce soit d’autre. Qu’on en juge. Ces sondages se basent sur un échantillon entre 550 pour le dernier et 600 personnes pour les deux précédents. La marge d’erreur est alors de +2% à +4% ou -2% à -4%, ce qui fait une étendue d’erreur de 8% maximum. Ainsi, concernant les deux candidats de gauche, ces sondages ne peuvent en rien prédire qui des deux sera devant l’autre. Ils ne veulent donc rien dire. Plus précisément, étant donné que les scores de ces candidats sont situés entre 20% et 30%, la marge d’erreur sur ces scores est d’environ +3,3% ou -3,3%. Autrement dit, concernant cette élection, selon les méthodes des sondeurs eux-mêmes, tout ce que nous savons c’est que nous ne savons rien. Mais nous savons cependant au moins une chose qui finit de tout décrédibiliser. C’est qu’une « intention de vote » ne peut pas évidemment se décrire sur la seule base des inscrits sur les listes électorales. On ne peut à la limite compter que les répondants qui se déclarent certains d’aller voter. Combien sont-ils ? Devinez pourquoi, cette information n’est pas communiquée par les instituts de sondage ! Pourtant c’est en réalité à partir de cette proportion que la marge d’erreur doit être calculée. Compris ? Démonstration. Quand on sait que le taux dsc00415632d’abstention aux élections législatives est de plus de 40%, cela voudrait dire que seulement 350 personnes parmi l’échantillon interrogé iront réellement se déplacer pour voter. A ce niveau-là, la marge d’erreur peut atteindre +6% ou -6%…

Nous avons une bonne preuve de l’ineptie de ces sondages par le simple fait que les deux derniers, dont les dates de terrain sont, à deux jours près, les mêmes, présentent des résultats aussi différents : un écart de 5 % sur Le Pen, 3,5% sur Kemel, 2% sur Urbaniak, et ainsi de suite. Cela suffit à prouver que la méthode est biaisée. Car logiquement, au moins l’un des deux est dans l’erreur. Donc la méthode du sondage qui se trompe ne peut être dite fiable. Or non seulement nous ne savons pas lequel des deux se trompe, mais surtout ils ont la même méthodologie d’enquête… Voila le comique de situation : c’est parce qu’il y a deux sondages qu’il est prouvé que les sondages se trompent ! Trop drôle !  

Le plus grotesque dans sa construction est évidemment le sondage OpinionWay réalisé sur un échantillon de 500 personnes. Il annonce un taux d’abstention au premier tour de 14%. Or aux élections législatives de 2007, l’abstention était d’environ 42% dans les communes de cette circonscription du Pas-de-Calais ! Il y a donc un nombre très important de personnes ayant donné une intention de vote alors qu’ils n’iront certainement pas voter dimanche. Tandis que, inversement, comme pour tous les enquêtes par téléphone, on sait qu’il y a de nombreuses personnes qui ont refusé de répondre à ce sondage (l’ordre est habituellement de 9 personnes appelées sur 10 qui refusent de répondre) alors même qu’elles iront voter… L’IFOP, quant à lui, préfère cacher ce gouffre méthodologique en ne donnant pas une estimation de dsc25865596l’abstention. Il donne seulement les résultats en suffrages exprimés. Il suffit de faire confiance. Mais avons-nous des raisons de le faire ?  

On aurait pourtant tort de croire qu'OpinionWay publie son chiffre estimé d’abstention dans un souci de transparence méthodologique. Cela sent fort la combine. En effet, après avoir annoncé le chiffre absurde d’une abstention à 14% au premier tour, l’institut annonce une abstention à 27% en cas de second tour entre le PS et le FN et à 38% en cas de second tour entre le Front de Gauche et le FN ! Or, l’abstention au second tour de l’élection législative de 2007 dans cette circonscription était aussi d’environ 42% : elle était donc non seulement très élevée, mais elle était aussi strictement égale à l’abstention du premier tour. Ainsi OpinionWay veut prétendre que l’abstention ferait un bond de 24% si j’étais présent au second tour ! Une manière de dire – en cœur avec le message médiatique du moment – qu’un duel entre ce dernier et Marine Le Pen « ennuierait » les habitants de cette circonscription. Une manière aussi d’expliquer pourquoi il y aurait un écart beaucoup plus serré entre Le Pen et moi qu’entre elle et le Kemel socialiste. Et pourquoi le sondeur annonce-t-il, en dépit de la faiblesse de l’échantillon, que la moitié des électeurs du centre préfère voter Le Pen plutôt que Mélenchon ? Ou que quatre-vingt-dix pour cent des électeurs communistes voteraient pour ce Kemel qui leur a pris une mairie avec la droite ! Surtout quand on sait que les dits communistes siègent dans l’opposition de son conseil municipal ! Mais ces petits détails sont inconnus des manieurs de coefficient correcteur. Et la taille et la localisation de leur échantillon ne leur permet pas de l’apprendre ! Tous ces biais ne seront naturellement jamais signalés. TF1 a fait son boulot. Au journal de 20 heures la conclusion a été servie sans autre indication et précédée d’une information décisive : dimanche je voterai par procuration afin de cacher que je n’habite pas Hénin-Beaumont. Subtil et délicat comme les bottes des petits camarades de madame Le Pen.

 

Sarkozy est tombé mais le Merkozysme continue. Et même, il contre-attaque. Après que le peuple français a eu l’insolence de voter contre le meilleur ami de madame Merkel, il est admonesté. Mercredi 30 mai, la Commission européenne a transmis au gouvernement français une série de « recommandations ». Celles-ci portent notamment sur les finances publiques et le marché du travail. En pleine campagne je me suis cependant donné le temps d’étudier ce document avec mes camarades les mieux informés. Je ne voudrais pas qu’il passe sans qu’il soit rien dit de son exceptionnelle arrogance. Car la Commission n’y hésite pas à faire peser la menace de « sanctions » si son programme de choc n’est pas appliqué. Je croyais lire la proclamation marche-emiliennemopty-08de ce duc autrichien qui menaçait les Français de représailles s’ils ne rétablissaient pas immédiatement la monarchie.

Voyons le contenu. En résumé, on le devine sans avoir besoin de lire, la Commission appelle à davantage d’austérité et de rigueur budgétaire. Dit dans la langue des libéraux de Bruxelles, cela donne : « La consolidation budgétaire reste un des principaux défis de la politique économique de la France ». La Commission exige : « La stratégie de consolidation doit être davantage spécifiée » et prévient : « La correction du déficit excessif pourra requérir des efforts additionnels ». Ces « efforts additionnels » sont une provocation. Ils méritent examen. Il s’agit bien d’en rajouter par rapport aux plans d’austérité du gouvernement Sarkozy ! La Commission ne saurait mieux dire qu’elle se moque du vote qui vient d’avoir lieu. Elle exige du nouveau gouvernement français qu’il « précise les mesures nécessaires pour s’assurer que le déficit excessif soit résorbé d’ici à 2013, comme recommandé par le Conseil» de l’Union européenne. Pour tenir cet objectif, la Commission européenne propose toujours la même vieille recette cruelle et absurde. Elle juge « important que la hausse des dépenses publiques reste située sous le taux de croissance potentiel du PIB, avec une attention particulière portée à la tendance de l'évolution des dépenses sociales et des collectivités locales ». En bref, coupez dans les budgets publics et les prestations sociales. Car une « hausse des dépenses marche-emiliennemopty-13publiques sous le taux de croissance du PIB » revient en fait à faire reculer la part de dépenses publiques dans le PIB. C’est la même méthode qui a poussé la Grèce vers le chaos et qui est en train de faire de même en Espagne.

Mais ce n’est pas tout. Les libéraux ont élargi la cible depuis plusieurs mois. Ils visent à présent systématiquement la question des salaires et des contrats de travail. C’est même le cœur de leur projet. La Commission estime que les salariés français sont trop payés ! Pour elle « depuis 2000, les salaires nominaux ont augmenté plus vite que la productivité ». Mais moins que la vitesse des ascenseurs a-t-on envie de répliquer tellement ce genre de comparaison n’a pas de sens ! Et elle met en garde à l’avance contre toute hausse du SMIC. Mais oui. Ils ont dû entendre parler de notre insistance à obtenir le contraire. Concernant le « marché du travail », marche-emiliennemopty-09la commission radote l’appel à des « réformes structurelles ». Comme on le devine, il ne s’agit pas de la sécurité sociale professionnelle. Pour la Commission européenne comme pour le FMI, c’est exactement le contraire. La Commission critique la « segmentation » et le « cloisonnement » du marché du travail entre contrats précaires et CDI. Mais dans le sens diamétralement opposé à nos préoccupations. Pour elle, le problème n’est pas la précarité mais le « haut degré de protection légale » incluse dans le CDI. C’est dorénavant un thème permanent des recommandations libérales. Et à l’avenant, la Commission demande que soit élargi le champ des licenciements économiques. Elle demande qu'ils soient autorisés pour améliorer la rentabilité des entreprises et leur compétitivité. Rien de moins. De telles outrances consternent par leur violence et leur profonde stupidité compte tenu du contexte dépressif dans lequel s’enfonce déjà l’économie du vieux continent. Mais que tout cela soit exigé sur ce ton, quinze jours après la défaite de Nicolas Sarkozy montre ce que j’ai déjà décrit cent fois ici à propos du mécanismemarche-emiliennemopty-12 autoritaire qui est à l’œuvre dans le délire européen actuel.

Il y a là un exemple caricatural de la méthode qui anime cette Europe libérale devenue folle d’aveuglement. La Commission propose de poursuivre les mêmes méthodes qui ont échoué partout en les aggravant encore. A l’inverse, le Front de Gauche propose de changer radicalement de paradigme. Quelle ligne va choisir François Hollande ? Disons-le clairement, s’il veut appliquer les « recommandations » de Barroso, ce sera sans nous et même contre nous. A l’inverse, s’il s’y oppose et qu’il veut résister, nous sommes prêts à l’aider. Je devine déjà la réplique des puristes : « Comment pouvez-vous douter qu’il cédera, comment pouvez-vous croire qu’il puisse vouloir résister ? N’avez-vous pas vu déjà ce qu’ont fait Papandréou en Grèce, Zapatero en Espagne, Socratès au Portugal ? ». Si, bien sûr, j’ai vu. J’ai même annoncé à l’avance. Ou est alors la différence ? La différence est précisément que tout cela a déjà eu lieu. Et que les survivants et les nouveaux élus en Europe le savent. Pour eux aussi trop c’est trop. Aussi portés qu’ils soient à la marche-emiliennemopty-10capitulation, ils savent qu’elle ne sert à rien, ne mène nulle part, ne produit aucun effet autre qu’une agonie économique et politique vite dénouée dans le désastre. Rajoy en Espagne et même cet ectoplasme de Mario Monti n’en peuvent déjà plus. Obama lui-même appelle à la relance en Europe. Je crois qu’il y a des points d’appui avant la catastrophe et il faut faire savoir que ceux qui s’y cramponneront seront aidés. Car la résistance elle aussi à sa propre dynamique interne. Aucun des mécanismes prévus, à commencer par le fameux mécanisme de stabilité financière d’ailleurs bloqué du fait qu’il n’a pas été adopté en Allemagne, ne peut faire face à la faillite de l’Espagne ! Aucun. La mascarade approche de la fin. Une étape essentielle va avoir lieu le dix sept juin prochain avec le vote des Grecs. Et avec le vote des Français. Le nombre de députés du Front de Gauche dans les deux pays va donner le sens des événements en Europe. Si nos amis de Syriza gagnent et si nous sommes le groupe charnière à l’Assemblée, toute la situation peut basculer. Deux « si », certes. Mais à portée de main. Dans ces conditions nous n’avons pas intérêt à confondre nos relations avec le Président de la République avec celles, détestables, que nous impose la direction du Parti socialiste. Le premier a l’initiative. Il doit nécessairement se confronter à un dispositif international hostile. Le second est un vague ramassis de supplétifs hargneux qui fera bien ce qui lui sera dit de faire par ceux qui distribuent les bonnes places. De tous les points de vue, au plan institutionnel comme politique, la clef est à l’Elysée pas à Solférino. S’il existe un espoir de voir commencer une résistance du pays, personne ne peut croire qu’elle puisse venir d’un seul marche-emiliennemopty-04hiérarque du PS ! Mais le Président ? C’est la question.

En attendant, pas un jour ne passe sans que la mystification de cette Europe-là n’éclate aux yeux de tous. Voyez le récent référendum en Irlande. Il était impossible au gouvernement d’y échapper. En effet, la constitution oblige le gouvernement à réaliser un référendum pour tout transfert de souveraineté. Les irlandais ont donc pu voter mercredi sur le traité Merkozy. Au Danemark aussi la constitution permet la tenue de référendum en cas de transfert de souveraineté. Mais les socialistes veillaient au grain. Le gouvernement à majorité social-démocrate a refusé la demande de référendum posée par nos camarades de l’alliance Rouge-Verte. Le traité a donc été ratifié sans que le peuple n’ait eu son mot à dire. La social-démocratie et la démocratie sont dorénavant fâchées. Tel est l’aboutissement de la ligne social-libérale.

En Irlande, la campagne a été rude pour les partisans du « non ». Comme lors du deuxième référendum sur le Traité de Lisbonne, en 2009, ils ont dû affronter la propagande de terreur des partisans du « oui », composé de l’inévitable tandem que forment dorénavant la droite et les sociaux-démocrates. Tout y est passé : du prétendu isolement dans lequel se retrouverait l’Irlande si elle votait « non », en passant par le fait qu’elle ne pourrait plus bénéficier des « aides » de la Troïka au titre du Mécanisme européen de stabilité puisqu’elles ne sont pas versées si le pays n’a pas ratifié le traité Merkozy. Le ministre des Finances a même menacé d’augmenter les coupes budgétaires en cas de rejet du traité. Quant au Premier Ministre, il s’est lancé marche-emiliennemopty-14dans des prédictions hasardeuses en annonçant triplement des intérêts de la dette en cas de victoire du « non ». Les irlandais ont donc cédé. D’autant qu’ils se souviennent que la dernière fois on les a obligés à revoter jusqu’à ce qu’ils disent « oui ».

Le « oui » l’a donc emporté. Les eurocrates exultent ! Peu leur importe que ce soit sur un abîme de haine et de dégoût pour eux. Car on peut d’ores et déjà tirer plusieurs enseignements de ce scrutin. Le premier est que la majeure partie des Irlandais n’adhère pas au traité. La participation est effectivement en chute libre : seuls 50% de la population se sont déplacés. La seconde c’est que ce vote est un vote de classe. Comme en 2009, la cartographie des votes montre que dans les quartiers populaires, c’est le « non » qui l’emporte. Bientôt nous commencerons la bataille en France. Le Front de Gauche prendra des initiatives dès la composition de l’Assemblée connue.

Dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais la bataille politique fait rage. Au plan local c’est une vraie joute à l’ancienne avec ses polémiques et rebondissements. Pour ma part je combats à la romaine. Petit bourg ou grande place : deux marche-emiliennemopty-19fossés, deux palissades ! Nous sommes partout, tout le temps, selon une technique qui fait mes délices et ceux des communistes locaux qui ont la même tactique de combat que moi. Nous avons tenu une réunion par semaine sauf celle-ci où il y en aura trois. La marche a été un gros succès qui a fait éclater de rage le pauvre Steeve Briois qui n’y a compté que cinq cents personnes au contraire de la police, ce ramassis de bolcheviks, qui en a compté trois mille, la presse locale quatre mille et nous, bien sûr, six mille ! Nous couvrons les murs âprement, nous faisons toutes les arrivées de gare, tous les marchés quotidiens, toutes les cités au porte à porte. Pas un instant nous n’oublions que nous partons de 15% à la présidentielle et qu’il faut doubler le score pour passer dans le duo de tête. Bref, nous ne gérons pas une rente de situation. Aucun sondage ne nous a grisé, ni la mauvaise foi de ceux qui ont annoncé que c’était gagné pour moi pour mieux se réjouir du contraire le cas échéant.

Au plan national on ne voit que ce que les médias en retiennent. Comme d’habitude je pars avec deux mains attachées dans le dos sous un flot d’injures et de bienpensance bouffie. La lecture de la « Charente libre », ou pire, de l’ignoble « Ouest-France » donne la mesure de l’infection des élites de droite par la sympathie pour l’extrême-droite. Par-dessus le marché je dois affronter le déséquilibre des temps de parole dans les médias audiovisuels. Une part d’entre eux sont présents sur place dans la durée. L’autre vient au seul marché du vendredi à Hénin-Beaumont faire les clichés qui pourraient être écrits depuis le pôle nord ou la planète Jupiter. Je ne peux m’empêcher de sourire en coin quand je vois la Le Pen jouer les prix de vertu, elle et son parti. Mais depuis son avènement à la tête du parti d’extrême-droite et en vertu du brevet de dédiabolisation qui lui a été attribuée par certains, il semble qu’elle bénéficie d’une large amnistie. Pas de notre part, on s’en doute ! Les méthodes délinquantes du FN sont avérées de longue date et l’actualité les a confirmées. Ainsi quand Marine Le Pen s’est « félicitée » de la diffusion d'un tract anonyme produisant un faux appel à voter pour moi. Mon camarade Hervé Poly a déposé plainte pour « engagement illégal de dépenses électorales ». En effet, comme ce tract anonyme comporte ma photo et se termine par l’appel « Votons Mélenchon », il pourrait être considéré comme du matériel de ma campagne. Il n’en est rien bien sûr et c’est là le cœur de la question au plan légal. Or l’article L 113-1-III du code électoral est très clair. Voici ce qu’il dit: « Sera puni d'une amende de 3 750 euros et d'un emprisonnement d'un an, ou de l'une de ces deux peines seulement, marche-emiliennemopty-23quiconque aura, pour le compte d'un candidat ou d'un candidat tête de liste, sans agir sur sa demande, ou sans avoir recueilli son accord exprès, effectué une dépense » électorale. Le délit est clairement établi et les faits correspondent parfaitement. La difficulté de ce genre d’affaires est généralement que les « anonymes » qui diffusent ce genre de tracts restent anonymes pour la justice aussi.

Mais là, ce n’est pas le cas. Nos camarades ont pris sur le fait des clochards politiques en train de le diffuser. Ces « anonymes » circulaient dans une camionnette immatriculée dans les Hauts-de-Seine. Et dans cette camionnette se trouvait un écriteau avec la mention « DPS » suivi d’un nom et d’un numéro de téléphone. Pour ceux qui ne le savent pas, « DPS » signifie « département protection sécurité » et c’est le nom du service d’ordre du Front National. Les anonymes sont donc démasqués ! Et comme une plainte a été déposée, voici que les amis de Marine Le Pen ont paniqué. D’où d’importants cafouillages dans la réplique qu’ils ont dû produire ! S’ils niaient, ils étaient vite démasqués au moins par l’enquête sur la propriété du véhicule. Ils ont donc commencé par reconnaître « avoir été informés » de l’idée de ce tract anonyme. Tout en reconnaissant l’avoir approuvé. Immédiatement après que nos camarades ont coincés leurs gorilles, voici ce que déclarait les principaux dirigeants du FN. Je vous livre la version donné par l’AFP : « Bruno Bilde, directeur de campagne de Mme Le Pen, a expliqué que cette initiative "individuelle", dont le FN "se félicite", émanait de "proches" du parti. (…) M. Bilde a par ailleurs indiqué que le FN avait été consulté avant l'impression et la distribution du tract, qui n'a pas été financé par le FN mais par des "proches", selon lui. ».

Cela ne tenait pas debout. Quelle bande de bons a rien. Dès le retour du chef, changement d’angle de riposte. Car entre temps les avocats avaient fait le point et les nouvelles n’étaient pas bonnes. Grosse colère de la dame. Marine Le Pen a dû reconnaître son implication directe dans le délit. Définitivement coincée, elle a déclaré « assumer pleinement » ce tract. Contradiction évidente avec la première version des faits. Logiquement il lui a fallu surenchérir pour amortir le ridicule de cette pitoyable équipe qui se fait prendre la main dans le sac. Sur Canal+ elle déclare donc que c’était un « coup médiatique, un coup de communication ». Cet aveu ne manque pas de piquant venant de celle qui dénonçait ma venue dans le Pas-de-Calais comme un « coup médiatique »

Quelle guignolade ! Pour essayer d’éviter l’enquête, Madame Le Pen a même déclaré qu’elle intégrerait ce faux tract dans ses propres comptes de campagne. Intégrer dans son compte de campagne un document anonyme appelant à voter pour moi ! Je jubile ! Ce que cet épisode révèle, c’est l’état du FN sur ce terrain que la madame et son armée de bras cassés est censée « labourer » et même avoir pour « fief » ! Le grand n’importe quoi est servi ! La voiture est immatriculée dans le 92 et le militant a reconnu avoir été payé pour faire le sale boulot. Ils le font en plein jour parce qu’ils sont une poignée de militants à gage qui militent aux horaires de bureau et sont dirigés par des permanents rentiers de situation électorale acquise. Quant à elle, même en pleine campagne électorale, elle est peu présente dans la circonscription, comme en témoigne son agenda envoyé aux médias. Lesquels sont bien souvent peu regardant à propos de la réalité de son implantation. Tout ça fait beaucoup d’improvisations et couacs d’autant plus spectaculaires qu’il s’agit du haut état-major du parti : la présidente, son directeur de cabinet et le secrétaire général du parti. Rien de moins que ça et au bout de la chaîne une poignée d’ahuris qui se fait serrer en marche-emiliennemopty-24train de distribuer des tracts anonymes. Rigolade !

Nous, par contre, nous sommes présents partout, tout le temps ! La campagne est un moment qui ne se mégote pas. Je suis là en permanence ou presque. Mon suppléant Hervé Poly est là continuellement. Dans toutes les communes, le tractage, le boîtage et les marchés se font chaque jour et chaque soir grâce au réseau de nos partis et principalement celui des communistes sans oublier la masse de citoyens et de syndicalistes qui se sont présentés spontanément à la permanence pour se porter volontaires. Nous avons tenu au moins une réunion publique par semaine dont une marche de masse dans les rues de deux communes. La dernière semaine nous avançons au rythme d’une réunion par jour. Les initiatives fleurissent parfois drôles et provocantes. En voici une très spéciale que j’ai découverte en roulant vers Lille pour le débat de France 3. De facétieux anonymes ont installé sur un terril un triangle rouge de cent mètre carré et les drapeaux rouges du PG et du PCF ! Les fascistes ont passé la journée à essayer d’enlever cette magnifique décoration. On m’a raconté qu’à l’inverse de courageux citoyens s’efforçaient de les en empêcher, révulsés qu’ils étaient par leurs affreux tatouages nazis et leurs mines patibulaires !

Sur le marché d’Hénin aussi sont arrivés d’étranges personnages vraiment très inquiétants. Nous leur avons aussitôt infiltré une taupe car ce sont aussi des amateurs en dépit de leurs airs de gros durs. Il s’agissait de militants d’extrême-droite identitaires venus soutenir madame Le Pen depuis Roubaix où ils animent une « maison des Flandres » me dit-on. Mauvaise pioche pour la dame que ce genre de renforts trop voyants qui font peur aux passants sur le marché. Elle les a donc reniés et insultés elle-même sur France 3. Pour le citoyen lambda, ces faux tracts, ces vrais supporters patibulaires qu’elle récuse, tout cela donne le tournis. Surtout qu’elle-même est entourée de grands costauds qui se la jouent avec des airs de grands féroces. Cette ambiance glauque est aggravée par les encouragements que donne Marine Le Pen. Ainsi quand elle « se félicite » et « assume pleinement » les méthodes de voyous des fabricants et diffuseurs de faux tracts ! Elle a même indiqué qu’elle était prête à recommencer ! « Le prochain tract va arriver la semaine prochaine, vous aurez la surprise » a proclamé l’amie des faussaires. Mais le plus insupportable, sous prétexte peut-être que faute avouée est à demi pardonnée, la diffusion du tract de faussaire a continué, justifiant une nouvelle plainte. En effet, dès son retour d’Amérique du sud, Raquel Garrido, mon avocate, qui faisait campagne pour le siège de député de l’étranger, a repris l’affaire en main et une nouvelle plainte a été déposée qui implique le fond du procédé. Peut-être cela devrait-il dissuader les distributeurs de faux tracts de continuer leur sale besogne. En tous cas les naïfs qui la croyaient quand elle dénonçait les voyous et le laxisme de la Justice, n’en reviennent pas de la voir faire désormais l'apologie d’un faux et des délinquant qui le distribuent. Car il n’y a pas besoin d’être grand clerc pour savoir que faire un faux tract et engager ainsi une dépense électorale sans l'accord du candidat auquel on l’attribue est un délit puni par la loi. Cette publication d’un montage est une manœuvre frauduleuse. Ces deux actions sont punies par le code pénal. Quant au code moral c’est pire. Qui peut croire que des marche-emiliennemopty-25élections honnêtes soient possibles si chacun publie des tracts sous le label de ses concurrents ?

L’ampleur de cette fraude et l’énormité du procédé laisse pantois certains amis trop naïfs. Le moment est venu de faire un bref rappel d’un fait perdu de vue, ces temps-ci ! Ces délinquants sont des multi-récidivistes. Au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, 2 des 16 candidats élus sur la liste de Marine Le Pen ont été condamnés par la justice :  Marine Le Pen, condamnée en 2011 pour diffamation, Philippe Eymery, condamné en 1996 à de la prison avec sursis et 5 ans d'inéligibilité pour « provocation à la discrimination raciale ». Il faut aussi rappeler le palmarès des rares élus du FN à la tête de municipalité. En effet les principaux maires élus sous l'étiquette FN ont tous été condamnés ! Jacques Bompard, fondateur du FN et maire d'Orange, mis en examen pour prise illégale d'intérêts le 13 décembre 2010. Le 18 octobre 2011, la chambre régionale des comptes de Provence-Alpes-Côte-d'Azur pointe des irrégularités dans sa gestion municipale à Orange : « Une grande partie des dépenses correspondent à une consommation personnelle ou familiale et sont sans rapport avec la fonction de représentation du maire ». Marine Le Pen devait le rencontrer le lendemain (source : France-Soir). Avez-vous oublié aussi Jean-Marie Le Chevallier, ancien bras droit de Le Pen, maire de Toulon, élu sous l'étiquette FN. Condamné en 2001 pour détournement de fonds publics. Et Daniel Simonpiéri, maire de Marignane, élu sous l'étiquette FN. Condamné en 2011 pour emploi fictif, fausses factures et favoritisme. Et Catherine Mégret, ancienne maire de Vitrolles, élue sous l'étiquette FN. Condamnée pour détournement de fonds publics. En tous cas, il y en a un ici qui ne devrait pas avoir oublié ce genre d’exploit c’est le fameux Steeve Briois, le porteur de sac de madame Le Pen à Henin-Beaumont. En effet en 1998, Daniel Simonpiéri, Bruno et Catherine Mégret ont quitté le FN pour créer le MNR. L'un de leurs principaux soutiens était alors Steeve Briois. C’est un tout petit monde que celui de ces donneurs de leçons si mal placés pour jouer les prix de vertus civiques.

La semaine passée a été particulièrement ardente pour moi. J’ai ajouté a mon programme deux escapades hors de ma circonscription. L’une d’abord en direction des deux circonscriptions de l’Essonne où sont candidats les hommes clefs de ma campagne présidentielle, François Delapierre, le directeur de la campagne et Gabriel Amard, l’organisateur des événements de masse du Front de Gauche dans la présidentielle comme la Bastille et ses répliques à Toulouse et Marseille. Puis mardi j’ai établi un record. J’ai été présent dans sept circonscriptions de la capitale. Là encore c’était une participation en forme de remerciement pour des personnages essentiels de mon équipe de campagne. Le duo Ian Brossat et Danielle Obono dans le 18ème arr., Leila Chaïbi dans le 13ème, Alexis Corbière dans le 12ème, Danielle Simonnet et Didier Le Reste dans le 20ème, et enfin ma complice Martine Billard, tous ont été au cœur du dispositif qui a créé et alimenté sans trêve la dynamique dont on se souvient. En revenant ensuite dans le Pas-de-Calais faire campagne avec Laurence Sauvage du Front de Gauche des luttes juste avant le meeting de Calais, j’étais dans le même état d’esprit. A Calais, aux côtés des marins de SeaFrance, puis devant cette place de meeting, avec mon camarade de banc au Parlement européen Jacky Hénin, je ne faisais que côtoyer des partenaires de toujours, en quelque sorte. Une bataille politique comme celle que nous venons de mener et celle que nous prolongeons ne peut se concevoir si l’on ne sait pas que c’est aussi, et parfois surtout, une aventure humaine. Des gens très différents s’assemblent, souvent par hasard, et ne peuvent plus se quitter ensuite. Dans ces mois de coude à coude, l’effort à fournir impose une cadence et une synchronisation de gestes qui tissent entre les camarades des liens de connivence d’une force exceptionnelle. Je suppose que c’est ce que doivent ressentir des gens qui ont été sur une même cordée en montagne. A présent nous sommes en limite d’épuisement. Chaque jour je passe quelques coups de fil pour savoir où en sont les camarades, ici où là dans le pays. Ils sont loin d’avoir la chance d’une médiatisation aussi intense que celle dont je bénéficie. Je sens à leur voix la violence du choc qu’ils subissent sur place. Le bonheur des rencontres et du travail politique n’efface pas l’angoisse de la vie personnelle malmenée par cette terrible épreuve d’un engagement si long, si intense et si épuisant.

Pendant longtemps, parmi les nôtres, ceux qui ont été membres du PS autrefois se sentaient blessés par la hargne méprisante des anciens camarades. A présent il n’y a plus aucun affect. Le PS est universellement ignoré et méprisé par tous. Je crains les conséquences sur les deuxièmes tours. Mais en tous cas tel est le bilan depuis que le dispositif des législatives face au FN a montré que les chefs du PS préfèrent voir n’importe qui élu plutôt que l’un des nôtres. Le cas de la circonscription de Sylvie Andrieux est spécialement démonstratif. Ce sont les socialistes et personne d’autre qui, en pleine campagne, lui retirent l’investiture. Ils veulent donc ainsi signifier qu’elle n’est pas digne de les représenter du fait de son renvoi en correctionnelle. Qui est alors digne de les représenter ? Ils ne le disent pas. Pourtant ils pourraient annoncer leur soutien à la candidate du Front de Gauche puisqu’ils ne peuvent pas déposer d’autre candidature ! Non, ils préfèrent mettre en danger la circonscription. Car celle-ci est menacée par la droite et l’extrême droite. L’exclusion de Sylvie Andrieux donne des arguments à ses accusateurs. Elle rend donc service à la droite et surtout à l’extrême droite. Alors pourquoi refuser de proposer le vote marche-emiliennemopty-30pour Marie Batoux, la candidate du Front de Gauche ? Toute cette hypocrisie est destinée à avoir le beurre et l’argent du beurre. Si Andrieux est battue, le PS ne sera pas concerné par la déroute et si elle est élue, elle sera autorisée à courir s’inscrire au groupe PS avant réintégration comme c’est la tradition. C’est exactement la même chose pour Kucheida dans le Pas-de-Calais dans la circonscription limitrophe avec la mienne. Le PS a exclu Kucheida et nommé un autre candidat. Que fait Martine Aubry le jour où elle vient dans le bassin minier ? Va-t-elle aider le jeune challenger de Kucheida ? Non, elle se présente cinq kilomètres plus loin pour faire campagne en faveur de mon concurrent socialiste. Il n’y avait rien de mieux à faire ? Comme le dit le maire socialiste de Oignies tel que le rapporte le journal « le Monde » : « Elle a peut-être plus peur de Mélenchon que de le Pen ». Ce n’est pas moi qui l’ai dit ! En tous cas ici Kucheida est annoncé réélu. Donc il sera réintégré au PS, lui et tous les autres exclus du secteur. Pourquoi l’avoir exclu alors ? Pour pouvoir échanger sa réintégration et celle des autres contre la démission de Daniel Percheron de sa présidence régionale. Le remplaçant est déjà annoncé, il s’agit du camarade De Saintignon, le premier vice-président et homme lige de la maire de Lille. Tout ça pour ça ! Comédie !

La semaine passée, la droite imposait à l’ordre du jour du Parlement européen le vote d’une résolution condamnant le Vénézuela. Le moment était bien trouvé : le Venezuela est en pleine période pré-électorale. Le prétexte à cette résolution? La décision du gouvernement vénézuélien de quitter la Commission Inter-américaine des Droits de l'Homme (CIDH) et la Cour Inter-américaine des Droits de l'Homme. Ce sont les deux organismes de protection des droits de l'homme de l'Organisation des Etats américains (OEA). La droite, qui n’a jamais condamné le coup d’Etat au Honduras, se précipite pourtant pour condamner cette décision. Je pourrais m’en tenir à ce constat sans rien dire de plus. Mais je tiens à faire jusqu’au bout la pédagogie de ce genre de situation, condamnations et indignations de commande, dont les Droits de l’Homme sont le prétexte toujours chéri par les réactionnaires contre les gouvernements de révolution démocratique. Préparez-vous. Car après cela et la condamnation contre la nationalisation du pétrole en Argentine vous allez voir bientôt arriver les indignations sur les Droits de l’Homme en Grèce sitôt que cessera le martyr actuel des Grecs et commencera celui des banquiers. Pour l’heure, avec cette nouvelle attaque contre le Vénézuela, on va déjà découvrir un excès de zèle. Car la dénonciation arrive avant la décision. En effet le processus législatif suit son cours. C’est l'Assemblée Nationale qui décidera en dernière instance. Et ce n’est pas fait.

Mais cette Cour des Droits de l’Homme, que vaut-elle ? Notons que seuls 24 pays sur les 34 de l’OEA y adhèrent. Ni les États-Unis, ni le Canada ne les ont ratifiées ! Mais oui ! Mais cela ne semble pas émouvoir la droite européenne. Elle n’a pas davantage présenté de protestation contre les Etats-Unis qu’elle ne le fait contre leur violation répétée des résolutions quasi unanimes de l’ONU contre l’embargo sur Cuba. Ni contre les autres états qui sont sortis eux aussi de cette « Cour ». Car ce n’est pas non plus la première fois qu’un pays décide de sortir de ces instances. En 1998, Trinité-et-Tobago l’a fait. Qui protesta en Europe dans ce saint siège des vertus humaniste qu’est le noble parlement de l’Union européenne ? Personne bien sûr ! Au Vénézuela on a quelques raisons de ne pas avoir de regrets à propos de cette « Cour » et de sa conception des Droits de l’Homme. Pendant les trente années de répression qu’a vécu le Vénézuela entre 1969 et 1999, la CIDH n'a admis que 5 pétitions contre l'État Vénézuélien. Pourtant d’innombrables violations des Droits de l'Homme, répression violente, disparitions, tortures, assassinats étaient dénoncée de tous côtés. Par contre, depuis l'élection de Chavez en 1999, c'est-à-dire en 12 ans, la CIDH a admis plus de 36 pétitions en ignorant les avancées significatives qui ont eu lieu au Venezuela en matière des Droits de l'Homme. Mais voici pire. Voici qui vous dira mieux que tout qui sont ces nobles juges des Droits de l’Homme. Le 11 Avril 2002, la CIDH a reconnu et a essayé de légitimer le coup d'État contre le président Chavez ! C’est pas beau ça pour une cour des Droits de l’Homme, d’approuver un putsch ? C’est donc en toute logique que depuis 2002 le Vénézuela refuse de recevoir des visites de la CIDH sur son territoire. La CIDH en outre a admis de nombreuses dénonciations contre le Vénézuela en dépit du caractère plus que bâclé de ces dénonciations remplies d'imprécisions, sans noms, dates, lieux en relation avec les faits dénoncés. Elle s'est souvent faite l'écho des affirmations de la presse et des organisations politiques ouvertement hostiles au gouvernement. Elle a en outre admis et diffusé des dénonciations fielleuses contre d’hypothétiques conséquences de l'adoption de certaines lois par le parlement. Mais jamais personne n’a lu quel bilan elle tirait ensuite de leur mise en œuvre effective. Bref cette Cour est un machin hostile et sous influence. Il existe d’autres références en matière de Droits de l’Homme sur place et elles disent tout autre chose.

Ainsi ces prises de position contrastent singulièrement avec celles du Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU. Ce dernier reconnaît que le Vénézuela a adopté la majorité des recommandations faites par le Conseil. Parmi celles-ci d’ailleurs, il y a notamment les recommandations de notre chère Union européenne. Le Conseil a également reconnu que le Vénézuela continue à approfondir ses efforts pour faire avancer les Droits de l'Homme dans le pays. La résolution des sociaux-démocrates, des Verts et de la GUE/NGL, mon groupe au Parlement européen, présentée au Parlement européen, se fait l’écho de cette reconnaissance par l’ONU. Mais celle de la droite constitue une attaque en règle à visée électorale. Ce texte n’est destiné qu’à fournir de quoi écrire sur place dans les journaux éthiques et indépendants : « L’Europe dénonce le Vénézuela de Chavez ». Les agences d’influence de la CIA qui organisent ce genre de numéro peuvent ensuite justifier leur existence et réclamer de nouveaux crédits. Là, c’est très réussi car la motion de la droite a été adoptée. De nombreux crétins vont se dire « troublés » et ainsi de suite. Bien joué oncle Sam !  Je n’étais pas présent lors de ce vote. J’étais dans le Pas-de-Calais. Là où les mêmes agences font susurrer des mots doux pour madame Le Pen.


934 commentaires à “Le lendemain du jour d’avant”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. obermeyer dit :

    Front de gauche sur tous les fronts ! National, européen ou international, l'humain a les même aspirations partout. Les combats sont les même et il faut les gagner rapidement sans quoi les oligarchies auront fait beaucoup trop de dégâts. Notre lutte est juste et s'il faut aller jusqu'à l'insurrection : voir l'article 35 de la constitution de 1793'
    Courage camarades, le FdG et rien que le FdG pour l'humain d'abord !
    Encore un grand bravo et merci à Jean Luc pour la clarté de son discours, merci à tous les militants, les syndicalistes, les sympathisants, les blogueurs éclairés, merci à tous ceux qui mènent la lutte, merci à tous les candidats du FdG pour cette belle campagne. De tout cœur avec vous.
    Ne lâchons rien de rien.

  2. éducpop dit :

    A lire l'analyse qui est contenue dans les lettres de Jean Luc, à chaque fois un regain de motivation se produit. L'indignation face aux iniquités des riches semble pouvoir tout surmonter, la détermination pour condamner les manigances de leurs valets paraît sans faille, et le refus des politique d'exploitation et d'oppression a l'air d'être pour demain. Dans la réalité complexe et confuse du quotidien, on dirait que ces messages font office de phare qui guide les bateaux pour qu'ils ne s'égarent pas ou pour qu'ils ne se télescopent pas. J'ai l'impression que nous sommes une force de débarquement du monde libre et que les vigies des camps fortifiés du capitalisme n'ont pas encore compris ce qui se passe. ça restera dans les mémoires ces coeurs battants, comme à chaque révolution. Et si la vague allait plus loin que là où on l'attendait, modelant un nouveau rivage plus vaste et plus accueillant ?

  3. Dedifun29 dit :

    Bonjour Jean Luc,
    Je te félicite pour la campagne que tu mènes dans la 11ème circonscription du Pas de Calais face à la haineuse. Tu n'es vraiment pas aidé, d'un coté tout la bande de cette semi-démente qui ne cesse de monter des opération tentant de te décrédibiliser avec ces faux tracts ou exercer une pression par une bande de gros bras. D'un autre les médias qui ne te respectent même plus te laissant très peu de temps de parole, bafouant bien évidemment l'équilibre. Dernier exemple en date, la Voix du Nord, le quotidien qui jusqu'à il y a peu était encore objectif, s'est mis à publier un article avec un sondage fabriqué ayant pour but manipuler les consciences.
    Bon courage, et dimanche, que toutes ces manoeuvres politique abjectes soient mises à néant avec le peuple qui aura parlé aux urnes.

  4. Pierre Pifpoche dit :

    Merci à notre leader du Front de Gauche, Jean-Luc, pour son édifiant et pédagogique billet.
    Reprenant une phrase de son billet, dans leurs commentaires, certains camarades s'en réclament pour justifier qu'ils voteront pour le MEDEF et Merkozy au second tour, dans le cas où le Front de Gauche n'y serait pas présent.
    Je voudrais leur dire ceci, en signe de rappel : Libre à eux de voter pour le retour de Nicolas Sarkozy et de Jean-François Copé de Le Pen à l'assemblée nationale, et pour une cohabitation de droite, mais pas avec moi.
    Ce n'est pas la peine de faire deux ans de campagne pour chasser Nicolas Sarkozy, et ensuite pour démolir tout le boulot entrepris après le 10 juin, quelque soit notre dégoût devant des pratiques à vomir.
    N'oublions pas de garder, quelques soient les événements, une position de classe au service du peuple, quelques soient les contradictions extrêmes du combat.
    Notre talent de résistants est aussi de savoir unir, tel Jean Moulin, et par delà toutes les contradictions, toutes les forces plus ou moins hostiles, quoique ambigües, à Sarkozy et Le Pen.
    Car nos voix, comme les 4 millions de voix qui ont battu Sarkozy, ne se mélangeront pas indistinctement aux autres, mais pourront se décompter presque une à une, et nous pourrons nous en servir pour exiger ce qui est dû !
    Mais bon, c'est ma position.
    Et je préfère que les nôtres du Front de Gauche soient présents et en position de l'emporter au second tour, avec les voix de nos...

  5. Ydaho dit :

    "De facétieux anonymes ont installé sur un terril un triangle rouge de cent mètre carré et les drapeaux rouges du PG et du PCF !"
    Je ne sais pas si ce "terril" la, mais en tous les cas, voilà une superbe photo d'un terril en terre de résistance !

  6. Christianne dit :

    Bonne chance, cher Jean Luc pour la dernière étape ! Merci pour ces billets qui nous expliquent si clairement l'actualité !

  7. Chapeau Jean Luc (tant d'énergie m'épate !) et merci à tous !
    Liberté, égalité, fraternité !

  8. naco dit :

    Accoutumé à vous lire avec plaisir depuis plusieurs mois, et à y apprécier votre franchise, ayant bien sûr constaté que vous n'êtes pas sûrement pas tombé de la dernière pluie, je me suis également habitué à devoir lire un peu vos propos "entre les lignes".
    Je comprends donc ici que vous mettriez un certain espoir dans une relation critique dynamique avec le pouvoir exécutif fraichement élu, voir à l'encourager.
    Plutôt qu'à espérer quoi que ce soit venant des instances dirigeantes du PS.
    C'est à mon avis un calcul (déjà) parlementaire que vous avez déjà raison de faire.
    Et je vous fait confiance dans la façon dont vous pourriez expliquer à l'avenir le détail de ces stratégies.
    Par contre, permettez moi d'être un peu dubitatif sur la forme que pourraient prendre les débats à l'Assemblée, avec un Front de Gauche désirant soutenir malgré tout un gouvernement devant résister aux assauts des diktats européens, mais détesté cordialement par la totalité des courants politiques, dont un PS sans majorité, ce qui risque totalement de se produire si ses électeurs s'abstiennent aux second tour des législatives, ce qui à l'air bien parti quand on se promène ici, ou dans les cités ou il a fait plus de 15%.
    Sinon, merci pour la marche Emilienne. Pas réussi à y traîner mon père, qui aurait apprécié, puisque c'est cet ingénieur des Houillères qui a mis au point la première et seule usine pour sortir le méthane des puits pour en faire des $ pour EDF.

  9. Carole de Lille dit :

    Bonjour à tous, comme plusieurs d'entre vous j'ai aussi décidé de voter front de gauche au premier et au deuxième tour et si personne au deuxième tour, ce sera de l'écrit sur le bulletin du PS. Je suis dans la circonscription voisine d'Hénin-Beaumont et regrette de ne pas habiter 10 kms plus loin, j'aurais eu le plaisir de voter Jean Luc au premier et au deuxième tour! J'étais à la marche pour la fraternité et en l'honneur d'Emilienne Mopty et hier à la soirée à Henin. J'ai aimé les deux même si j'ai préféré la marche, plus d'échanges avec les marcheurs (un couple de belges aussi qui nous disaient venir pour montrer qu'il trouve très dangereuse la montée de l'extrême droite en europe et qu'il soutient Jean Luc dans sa campagne) et les personnes sortant sur la rue pour nous faire signe et de super discours de tous (va falloir que je m'informe sur Robespierre et Payne). lors de la marche, à un moment, une maison avait tous ses volets roulants baissés et un drapeau français dépassant, un ou une frontiste nationale devant vomir dans ses toilettes voyant tous ces rouges passer, je suppose. Sinon plein de sourires aux fenêtres ou des signes sympas.

  10. Mireille dit :

    Bon courage pour votre campagne et bonne chance. Merci pour l'élan que vous continuez à donner à la vrai gauche.
    Amitiés.

  11. miele jean dit :

    Je voulais remercier mr Guy Bedos d'être venu soutenir le Front de gauche et ses chetemis, contre le front des haineux, je l'avais vu son spectacle [...], et il avait annoncé qu'il irait soutenir Jean-Luc Mélenchon, ce qu'il a fait bravo et allez on lâche rien!

  12. Sylvain dit :

    Bonsoir! Je suis dégoûté des manoeuvres minables hostiles au Vénézuela et j'aimerais savoir comment adresser un courrier au parlement européen pour leur dire ma façon de penser. Quelqu'un peut-il m'indiquer comment on procède en tant que citoyen européen? Merci.

  13. jacques chanéac dit :

    A Pierre Pifpoche (56)
    Me sentant -parmi d'autres- concerné par ton billet, je me permets en toute amitié de rectifier certains points :
    -ne plus vouloir voter PS au 2e tour : quand les "idéalistes gauchos se sont calmés, ils reviennent gentiment à la niche" ne veut pas dire que nous souhaitons le retour de Sarkozy, du Medef, la cohabitation ou que sais-je encore. Nous savons que ces gens là sont et resteront des ennemis c'est le mot juste.Nous avons amplement contribué à les chasser...pour quels remerciements? quelle considération ?
    -car pour beaucoup d'entre nous, accorder "par discipline ?" notre voix au PS, faire élire ses députés comme de bons camarades revenant les pieds sur terre n'est surtout pas "une position de classe" pour reprendre ton expression.
    -enfin, je ne souhaite absolument pas contribuer à ce que ces gens tellement imbus d'eux-mêmes disposent de la majorité absolue à l'assemblée. Ce serait une catastrophe si c'était le cas. Le FdG n'aurait que ses yeux pour pleurer;
    -alors pour reprendre une autre de tes phrases "nous n'avons pas fait tout ce travail" pour disparaitre, être engloutis, car sois bien persuadé que si nous contribuons à l'élection de députés PS en masse, nous serons dilués dans cette masse, et personne ne saura si la voix en question venait d'un électeur PS ou FdG.
    Donc pour moi, qui a suffisamment donné, c'est fini, basta. C'est FdG au premier tour et promenade, musique et lecture au 2e.

  14. PatFdG dit :

    Je suis persuadé que la bataille engagée à Henin sera gagnée par le Front de Gauche. Merci M. Mélenchon pour ce texte qui forge comme à chaque fois la matière a'une réflexion politique sur ce monde tellement malmené par le libéralisme et le cynisme de la finance.
    Quelle honte ce tract FN, bien représentatif du terreau fiéleux qui l'a conçu, quel contraste avec ces visages attentifs, décidés vus sur la vidéo du meeting de dimanche en l'honneur d'Emilienne Mopty.
    Il faut de nombreux élus du Front de Gauche pour que le PS n'est pas la majorité absolue, alors continuons partout ce combat entamé depuis des mois. On lâche rien et on prépare la VIème république.
    Et merci pour ce bon mot appliqué a M. Monti !

  15. joan pere dit :

    Je profite que Mr Mélenchon parle de l'"OEA" mais que dire du cas de la Colombie que je connais particulièrement bien car j'y ai vécu deux années et par ma femme qui est Colombienne aussi. Quand on voit les violations incessantes des Droits de l'Homme en Colombie. Les asssassinats et massacres incessants de paysans, de chômeurs avec les falsos positivos, les assassinats systématique des defenseurs des droits de l'homme et des avocats qui les defendent tant bien que mal, les assassinats de journalistes, de militants de gauche et de tout les syndicalistes systematiquement et que penser de ce silence assourdissant sur cette guerre sans fin qui dure depuis plus de 40 ans et qui à fait des dizaines de milliers de morts civiles et militaires et dans les guerillas et des millions de personnes déplacés à cause du conflit !. Et que dire des differents pouvoirs de droite fascisant qui se succedent au pouvoir depuis toute ces anneés en refusant la paix et en encourageant par tout les moyens la guerre à outrance et ces gens-là et Santos comme Uribe avant lui sont des dangereux fascistes qui refusent la paix !. Et que dire des groupes paramilitaronarcotraficants que l'etat Colombien lui-même couvre et protège et qui massacrent à tour de bras et autant en 2011/12 qu'en 1990 par exemple et qui denonce toute ces horreeurs en france ou manifeste pour arrêter ce massacre sans fin et l'impunité de cette oligarchie qui dirige ce pays la plus reactionnaire du monde ?.

  16. jennifer dit :

    J'ai du mal à suivre cette différence entre le président et le PS. Surtout que la personnalité et son orientation politique en général ne l'ont jamais porté à gauche mais au centre. Alors quel centre peut-il y avoir entre un respect du budget, comme il a dit à Merkel, il faut du "sérieux", et une croissance. Le respect du budget c'est diminuer les dépenses pour ne pas être "en déficit" comme ils disent. Et cela n'est ni plus ni moins que l'austérité. La croissance s'il en veut vraiment une suppose à l'inverse de piocher dans les dépenses de l'Etat pour investir au moins dans le domaine public. Cela veut dire créer des emplois dans la fonction publique au lieu de les diminuer. Donc ce sont deux logiques complètement contradictoires, qui en fait représentent deux types d'intérêts contradictoires, car deux classes différentes. L'une souhaite que la crise soit payée en baissant en gros les salaires (par le chômage c'est donc la masse des salaires qui est visé, les impôts indirects, les prestations sociales) et l'autre logique c'est relancer la production, créer des emplois, augmenter les salaires de façon globale et individuelle pour relancer la consommation.
    Hollande est coincé entre ses 2 logiques, comme il est coincé entre les deux classes fondamentales, et je ne vois pas pourquoi cela change parce qu'il est président. Certes les capitalistes auraient mieux fait de faire du keynésianisme pour sauver leur propre système mais je dois que Hollande soit...

  17. herve92 dit :

    Bonjour a tous et bravo a Jean Luc pour son combat contre le FN.
    Comme suite à l'actualité sur l'europe libérale dans ce billet de Jean Luc, je me permet de vous recommander un documentaire réalisé par l'equipe grecque de "debtocracy" il s'agit de "catastroika" qui vient de sortir en VF sous titrée. Ce documentaire, visible gratuitement sur Internet, revient sur les effets des privatisations dans plusieurs pays développés et sur ce qui attend la Grèce et peut être nous même si nous ne réagissons pas !
    que se vayan todos...

  18. Jean Jolly dit :

    Les militants et sympathisants du PS n'ont plus aucune excuse pour les élections législatives, leur rêve du six mai a été exaucé, leur nouveau monarque quinquennal a été élu et grâce à nous. Alors, s'ils ont une once d'intelligence, qu'ils réfléchissent que cinq années d'austérité de plus en France nous amèneront au niveau grecque avec comme seul gouvernement la "troïka" (les "M.I.B" selon l'acronyme anglais bien connu).
    Il est indispensable que le Front de Gauche soit représenté d'une manière significative à l'Assemblée Nationale car sinon c'est comme signer un chèque en blanc aux bourreaux de la souveraineté "démocratique" (désormais je mets tout entre guillemets ce qui est affilié à la "démocratie").
    Véritables amis socialistes, nous avons voté avec vous le six mai pour écarter le danger d'une politique foncièrement inéquitable et suicidaire, ne retombez pas dans le même piège et assurez vous à gauche les 10 et 17 juin... deux précautions valent mieux qu'une.

  19. JM77 dit :

    A l'instant sur LCP Le Guen annonce un RDV (sommet social) pour les retraites en 2013/2014 pour revoir le nombre d'annuités à cotiser avec in fine le passage de 41 à 42 ou 43 ou... car c'est d'après lui inévitable (peut-être vont-ils nous refaire le coup de la droite un trimestre supplémentaire tous les ans).
    Qu'on se rassure, grâce à nos camarades socialistes, ceux qui auront commencé à travailler à 16 ans pourront peut-être partir à 60 ans. En plus faudra dire merci et surtout ne pas dire du mal de la CFDT !
    Quand j'ai passé mon concours pour être professeur de mathématiques en 1998, le nombre d'annuités requises était 37,5 et l'âge légal 60 ans. Ayant commencé à 23 ans, je devais ainsi cotiser 37,5 années et partir en retraite à taux plein à 60,5 ans.

  20. Doudou dit :

    J'avoue être allée voter Martine Aubry au 2e tour de la primaire socialiste. Pour éviter que mes ex camarades de la gauche du PS, comme Gérard Filoche, Marie Noelle Lienneman, Henri Emmanuelli, Benoît Hamon, et les idées qu'ils défendent, ne soient complètement marginalisés. Mais cette femme, au demeurant forte femme, ne s'est positionnée à la gauche du PS que parce que la place à droite était prise et archi prise. Un peu comme Fabius en 2005. Et je n'oublie pas qu'en poussant Hélène Mandroux aux régionales contre Frêche, elle voulait avant tout affaiblir le Front de Gauche, qui était dans une vrai dynamique, élargie y compris au NPA et à la FASE. Cette volonté hégémonique révoltante n'ira pas loin car les Français vont comprendre que, de nouveau, le PS au pouvoir ne va pas au bout de ce qu'il prône.
    François Hollande serait il capable de se transcender en certaines circonstances ? J'en doute quand même un peu. Je comprends surtout que Jean-Luc aimerait peut être avoir avec lui le même type de relation au plan personnel qu'il a eues avec Mitterrand par le passé.

  21. Chris dit :

    Je partage complètement votre colère contre ces "recommandations" de la Commission, qui semblent avoir été dictées par Alain Madelin. J'ai également halluciné de voir la réaction de Moscovici répondant qu’il était « tout à fait en accord avec l’analyse de la Commission sur la situation française«, et ajoutant « Nous partageons les mêmes fins – équilibre budgétaire et compétitivité.» C'est pas gagné, il faut espérer une forte représentation Front de gauche à l'assemblée pour tenter de faire évoluer ce PS assez désespérant. Sur le même sujet, à noter un article en 3 volets très intéressant sur le Blog de Nico, qui montre qu'en dehors de la Commission, absolument toutes nos élites, des médias aux organismes internationaux, de la finance aux banquiers européens, des économistes aux technocrates; proposent encore et toujours ces mêmes réponses en boucle, rigueur et réformes structurelles, C'est connu mais la vision d'ensemble est vraiment flippante, et laisse peu d'espoir de changement sans un effondrement complet du système au préalable, malheureusement parce que je souhaiterais que ça se passe moins violemment mais j'y crois de moins en moins.

  22. jacques bounoume dit :

    @jacques chaneac
    Je m'associe complètement à ton post de 21h07 et aux quatre points que tu developpes.
    J'ajouterai que nous avons commencé à prendre le pouvoir le 22 avril avec nos quatre millions de votants, nous avons l'occasion de faire usage de ce pouvoir dans une action politique forte : faire savoir au PS que les temps anciens sont finis, la cuisine politicienne aussi et faire savoir aux Français qu'ils peuvent compter sur nous, parce que nos principes nous les appliquons, et que les combines de circonstances ne peuvent rien contre la rectitude de ces principes ! Un élu qui trahi ses électeurs prend la porte. Point barre.

  23. jean luc dit :

    Il est effectivement temps de dire que le FN n'est pas en position de donner des leçons en matière de morale publique encore un exemple, extrait d'un jugement : L'ancien adjoint Front National de la mairie de Toulon, reconnu coupable de corruption, devra également verser 250.000 € de dommages et intérêts à l'office HLM Toulon Habitat qu'il présidait au moment des faits (contre 160.000 € en première instance). Il était notamment accusé par la justice d'avoir favorisé l'octroi de logements sociaux à plusieurs femmes et d'avoir mis en place un système de fausse sous-traitance. Quatre entrepreneurs varois ont d'ailleurs été condamnés solidairement par la cour d'appel. Des faits de népotisme étaient également reprochés à l'ancien élu toulonnais.
    En l'an 2000, il avait déjà été condamné à douze ans de réclusion criminelle pour viols, harcèlements et agressions sexuelles par la cour d'Assises du Var.
    Comme pour tout les problèmes de notre société le FN répand mensonges et rumeurs et personnes ne leur mat le nez dans leur contradiction, la seule façon de lutter contre la corruption de façon efficace c'est renforcer le controle citoyen, la démocratie participative la transparence, le FN parce qu'il est un parti fonctionnant sur le nepotisme, très antidémocratique ne peut qu'aggraver les problèmes, la preuve en est le nombre d'affaire pour le peu de mairies gérées, il est temps de le dire.

  24. Marie-Christine dit :

    Quelque soient les résultats, je suis contre notre participation au gouvernement dirigé par les socialistes actuels.
    Pour moi, comme bien d'autres dans mon entourage, nous sommes persuadés que notre lutte sera plus efficace en étant à l'extérieur de ce gouvernent : plus d'amalgames !

  25. Pulchérie D dit :

    Merci, Jean-Luc, de reparler du Vénézuéla.
    En fidèles soutiens du système prônant un nouvel ordre mondial (cette imposture dont la réalité a été confirmée par une récente déclaration du sieur Van Rompuy), les médias occidentaux continuent leurs attaques contre le gouvernement de Chavez. Ils dépeignent ce leader comme un dictateur imposant sa volonté à un peuple asservi.
    La réalité est que Chavez se dresse contre la dictature des organisations de domination mondiale, telles que le FMI, l’OMC etc., et que le peuple vénézuélien est devenu bien plus libre que celui des States, où la liberté est de plus en plus restreinte.
    On peut se demander si, sans son exemple, la Bolivie et l’Equateur auraient pu échapper à la tutelle des USA.
    Merci ausssi d’avoir dépeint la Cour des Droits de l’Homme sous son jour véritable. La CDH, toute au service de Washington, comme bien d’autres institutions soi-disant internationales, se comporte souvent de manière caricaturale, au nom de ces Droits. L’adjectif « droitdelhommiste » qualifie bien les abus commis sous le couvert de ces Droits.
    Merci, J-L, de nous l’avoir rappelé.
    Les victoires du Front de Gauche stimuleront le développement de partis frères chez les voisins de la France.
    En avant, le FdG ! Résistons, mais aussi attaquons !

  26. Pierre de Marseille dit :

    Bonsoir Jean-Luc,
    Le pote Ray, il est parti au paradis d'la Fantasy dans une navette spéciale. Pet ben qui f'ra des allez r'tour dans nos têts, mais qu'ça t'empêche pas toi d'nous faire tes chroniques terriennes. Salut l'ami Ray, va r'trouvez l'pote VV et son homme qui va sain (saint?). Enfin si ça chauffe à Hénin n'oublie pas ton thermomètre. Aller va faut que j'mis r'mette. Vive la 6ème République! Vive La Sociale! Vive les Martiens

  27. Denys (54) dit :

    Le lendemain du jour d'avant. C'est marrant ce titre pour ce billet. Cela me fait penser au titre d'un roman Norvégien de Jorn Riel: "Le jour avant le lendemain". Dans les deux cas, on parle d'aujourd'hui.
    Ce roman est un très bon souvenir pour moi. Et aujourd'hui, qu'ais-je fait? J'ai tracté dans mon immeuble, et j'ai rencontré des voisins: "Qui c'est les tracts? Ah! Mélenchon! C'est un type bien!"
    Bonne fin de campagne pour tous!

  28. ISABEL.T dit :

    Mreci une fois encore Jean Luc, pour ce billet qui met en évidence toutes les épreuves que vous traversez de part et d'autre.ON ne lache rien! Bon courage pour dimanche. La réussite de notre lutte restera fondée sur nos convictions et l'espoir d'un avenir meilleur pour tous car vous représentez la force et le bonheur d'un homme vrai!

  29. Jean Jolly dit :

    Que reste t-il du putsch de la C.I.A contre Chavez dans les colonnes des journaux bien-pensants ? Que dalle !
    Chavez est ce qu'il est dans le pays qu'il habite, avec ses ressources et ses priorités, il est donc inutile de comparer le Venezuela avec la Suisse, les intérêts ne sont pas les mêmes alors que nous devrions être logiquement composé de deux jambes, deux bras, soudés sur un torse, le tout couronné d'une tête.
    Il paraît clair que lorsqu'un État gêne le mouvement de l'écrasante majorité, il est temps d'en changer.

  30. Françoise 32 dit :

    Bravo Jean-Luc pour tout ce travail que tu fais avec tant de conviction et de courage.
    Je sais que l'adversité peut être très féroce et se nourri de presque rien, ou même de rien.
    Tu leur fais de l'ombre à tous.
    Et c'est cela qui nous aide à maintenir le cap, ton ardeur et ta pugnacité.
    Je suis une accro de tes billets toujours très instructifs et pleins d'arguments pour porter le programme qui est le nôtre.
    Encore merci et... on ne lâche rien !

  31. jean luc dit :

    Les Le Pen doivent ausi être dénoncés pour ce qu'ils sont des fraudeurs, des boursicoteurs, des tartuffes.

  32. Cannelle dit :

    Au soir du 1er tour, nous aurons nécessairement un certain nombre de triangulaires où sera présent le Front de Gauche. Dans le cas où le candidat du Front de Gauche arrive avec un score qui lui permet de se maintenir au second tour, il ne faudra pas nécessairement se désister au profit du socialiste mieux placé mais négocier un retrait au profit d'un de nos candidats bien placé ici ou là, et en cas d'entêtement du PS à ne pas vouloir, peut-être serait-il bon de se maintenir quitte à mettre en péril la victoire de ce PS. Ils seront pris à la gorge, obligés de négocier, ils ont besoins d'une majorité, fusse avec le Front de Gauche. Il faut un maximum d'élus du Front de Gauche.
    Merci à Monsieur Mélenchon pour tout ce qu'il nous apporte.

  33. Mad dit :

    Ceux qui n'ont jamais tracté, distribué, discuté... ne se doutent pas que malgré les coups de fatigue, c'est un ressourcement. Accueil chaleureux ou mitigé ou refus, rencontrer les gens c'est du vivant, du tonique. J'imagine parfois cette France des marchés, des places, des villages et tous ces camarades amis qui font la même chose que moi, toi, les uns, plus les autres, les jours de tractage, comme une force qui se lève.

  34. Paul dit :

    Courage Jean-Luc, ainsi qu'à tous les militants FdG qui luttent et résistent à travers la France, pour cette dernière ligne droite avant les législatives. En revanche pour ma part, je voterai FdG uniquement ; abstention amère au 2ème si ça tourne mal dans ma circonscription. Terminé les compromis, et les votes aux "moins pires".
    L'humain d'abord ! Ou battre le pavé...

  35. el gaucho dit :

    Mode d'emploi du référendum dans les démocratie reculées...

    Partageons !

  36. P_i_e_r_o_ dit :

    Donc dans cette note "il est question d'Europe".
    De nombreuses dénonciations, justes, apparaissent. Mais aucune mention au "Pacte budgétaire" (le fameux TSCG). Et ça pose quand même des questions. S'indigner de ce que préconise la Commission Européenne, et donc de ce qu'il se passe en Grèce et en Espagne, c'est bien. Dénoncer et appeler publiquement à combattre c'est mieux.
    Il ne faut pas sortir de Polytechnique pour savoir qu'une des clés de notre futur (asservissement) est la bataille contre ce pacte budgétaire qui instaurera la règle d'or dans la constitution (a priori par loi organique dans la version Hollande). En gros trouver en 2013, 80 Milliards d'euros pour réduire le déficit à 3% du PIB, et 80 Milliards supplémentaire pour réduire la dette de 5%. Et où sera trouvé tout cet argent ? Via des coupes dans la Sécu et les collectivité territoriales. Le peuple trinque.
    Est-ce acceptable ? Non ! Est-ce que lorsque l'on se dit combattre pour la démocratie et la classe ouvrière on peut ne pas appeler publiquement à combattre ce "Super Maastricht" ? Non. Comment expliquer que le FdG n'utilise pas tout cet espace médiatique pour se positionner clairement contre ce pacte, ce TSCG ?
    Nombreux sont les militants du FdG qui localement signent l'appel lancé par le POI contre la ratification du traité. A ce jour plus de 50 000 signatures partout en France. Il est temps d'être clair sur ce point avant qu'il ne soit trop tard. S'abstenir quand on est contre, ce n'est pas une solution.
    Amicalement.

  37. jean luc dit :

    chers camarades,
    La bataille a lieu aussi sur le net l'extrème droite s'est organisée pour être présente sur les sites lus, ils n'ont honte de rien et développe en toute impunité, leur thése raciste et révisionniste. [...]
    J'ai déjà mentionné ce que je considère comme une façon identitaire et narcissique de faire de la politique cela peut se comprendre réenracinner nos pratiques dans une culture et une perspective historique justifie l'approche très culturelle mais cela nous coupe aussi d'un combat bien contemporain, ce n'est pas de mythologie dont on a besoin mais d'histoire. Il ne sert à rien de répeter en se sentant relier à nos ancêtres no passaran, en se regardant le nombril, quand on les laisse répandre leur fange sur le net.
    Il ne s'agit pas de débattre sur ces forums avec les militants FN mais de porter notre discours, déconstruire le leur pour ceux qui les lisent.

  38. erlea2904 dit :

    @jean luc
    Les réseaux sociaux sont saturés de calomnie et d'insultes révisionnistes et autres insanités...Quand j'ai la possibilité et surtout le temps, j'essaie de répondre en argumentant. Mais attention, j'ai constaté que parfois en voulant répondre à ces saletés, on fait circuler les insultes. On se demande parfois si ces réseaux dits sociaux ont vraiment une utilité à part véhiculer des rumeurs et des injures. J'espère franchement que le Pas-de-Calais ne se choisira pas un député avec des méthodes de corbeau et qu'il choisira l'Humain plutôt que la peur et la calomnie.
    On lâche rien.

  39. Alain Tétart (60)(73 ANS) dit :

    Le FN c'est comme la varicelle, on ne soigne pas cette maladie en perçant les boutons et si on le fait tellement ça nous démange hé bien, l'on fini par avoir une cicatrice à vie !
    Pour soigner cette maladie qu'est le FN il faut traiter à la base, c'est à dire expliquer aux gens malades donc enclins à voter pour ce parti, que leurs raisons ou du moins ce qu'ils pensent être une raison, n'est en fait que la méconnaissance de ce sujet ! à nous de leur expliquer !
    Notre police ou notre justice ne sont pas plus mauvais qu'ailleurs, par contre quand on voit les multirécidivistes se foutre de la gueule des gendarmes à la sortie du juge plus vite que ces gendarmes sortent, obligés de remplir des papiers pour rien, alors oui les éruptions cutanées nous grattent et la varicelle se manifeste ! alors qu'il serait trés simple de prendre ces multirécidivistes les mettre dans un bateau et les envoyer en Guyane pendant trois ans pour apprendre obligatoirement un métier, sous la surveillance de nos légionnaires capables de faire respecter la discipline ! Quand ces personnes reviendront en métropole ils auront un métier donc assurément un emploi, ils sauront lire et écrire normalement et leur caractère se sera modifié, et le FN n'aura plus d'arguments donc automatiquement il se résumera en une peau de chagrin, ce qu'il devrait être et pas plus !

  40. thierry dit :

    Pour soigner cette maladie qu'est le FN il faut traiter à la base, c'est à dire expliquer aux gens malades donc enclins à voter pour ce parti, que leurs raisons ou du moins ce qu'ils pensent être une raison, n'est en fait que la méconnaissance de ce sujet ! à nous de leur expliquer !

    Entièrement d'accord et pour cela l'insulte et le mépris ne sont pas les meilleurs arguments.

  41. Michel matain dit :

    @ 90 thierry 7 juin 2012 à 9h09
    ...Pour soigner cette maladie qu'est le FN il faut traiter à la base, c'est à dire expliquer aux gens malades...

    Et si les malades résistent aux traitements, que fait-on ? On les enferme dans des hôpitaux psychiatriques ? Ca a déjà été essayé dans le passé et ce sont des pratiques à condamner. Je crois qu'il faut se résoudre à faire de la politique sans vouloir soigner des pathologies. Il faut essayer de convaincre des gens qui ont d'autres opinions (même les pires), et non pas guérir des malades. De même, à une époque, on disait d'un camarade en désaccord "il ne comprend pas, donc on va lui expliquer". Eh bien si, il pouvait très bien comprendre mais avoir un désaccord politique de fond. Les divergences et/ou oppositions d'opinion sont des réalités à traiter politiquement, sur le seul terrain politique (y compris au niveau du langage que nous employons). Sinon tous les dérapages sont permis et le socialisme dont nous révons n'admet pas ce genre de dérapage.

  42. pichenette dit :

    Ceux qui choisissent Fn n'entendent pas, ils voient.

  43. olmaca dit :

    Pour moi c'est très clair. FdG au 1er tour. Candidat de gauche au 2ème. Pas de ministre FdG au gouvernement.

  44. jeannine dit :

    @michel matain 7 juin 2012 a 9h09
    Entièrement d'accord avec cette façon de voir la situation. Seul bémol, comment s'y prendre pour expliquer quoi que ce soit a des gens sourd-dingues, butés et bornés comme une route nationale. J'ai essayé toute ma vie, sans succès et maintenant j'ai parfois envie de donner des baffes. Si quelqu'un a une recette ? je suis preneuse, car là il y a urgence, non?

  45. michel de toulon dit :

    D'aprés le dernier sondage cela se resserre dans la circo de Jean-Luc, me fais un peu de soucis, les médias recommencent comme au premier tour de la présidentielle a lui taper dessus et l'ont voient la milliardaire de Montretout sur toute les TV et radios, cette fois ci nous avons vraiment compris plutôt Hitler que le front populaire.

  46. DAVID JV dit :

    @ Bernard HUGO - 15h30
    Tout à fait d'accord avec toi sur le PS et Jean-Luc Mélenchon a bien raison de s'inquiéter sur les reports de second tour... c'est loin d'être acquis, moi, ce sera niet (sauf si le FN avait une réelle chance de passer).

  47. rabat-joie dit :

    @jeannine
    Supporteriez-vous, vous, que quelqu'un vous serine tout le temps pour vous faire voir les choses comme lui ? Non! Il faut être soi-même, c'est tout et être sûr que les autres n'attendent pas plus de vous que vous n'attendez d'eux quand il y a un tel écart de ressenti! C'est beaucoup plus facile à faire dans des villages ou petits bourgs quand tout le monde plus ou moins se connait, mais cela concourt à une ambiance détendue et, c'est cela qu'on veut non?

  48. Rachel dit :

    @ Thierry 90
    La pensée FN est une pensée brutale. Le mépris n'est pas le meilleur des arguments, pourquoi pas, on peut se poser la question. Mais j'ai le souvenir pas si lointain d'un temps où ce parti était méprisé ouvertement par l'ensemble de la société française et où ses électeurs rasaient les murs. A cette époque, je n'entendais personne oser lancer à la cantonade dans des lieux publics des propos racistes, des invectives ou des menaces à l'encontre des noirs, des arabes, des femmes un peu trop indépendantes ou même des pauvres..... Insultes, avez-vous dit. Les temps changent..... et la morale que l'on tient tant à imposer aux uns fait pourtant cruellement défaut aux autres.

  49. Hichem Mahé dit :

    Il faut ramener l’extrême droite à sa portion congrue, chacun ici en est bien d’accord… Mais il faut aussi à l’AN une majorité de gauche réellement pluraliste, ce qui interroge d’emblée l'avenir du FdG en tant que tel. La vocation du FdG était de faire entendre, dans la rue et les médias, une gauche alternative au PS, déterminée, responsable et renouvelée, c'est plutôt réussi jusqu'à présent... Elle est donc aussi -c'est indissociable- de lui redonner un poids électoral capable de dessiner les contours d’un nouveau « rapport de force » à gauche. Mais par-delà, le FdG doit avoir pour ambition de transcender le simple agglomérat électoral d’appareils et d’ambitions, pour donner un sens durable à une aventure voulue citoyenne et collective… Qu’en est-il dans l’immédiat, puisque c'est l'actualité, du nombre de sièges gagnables à l’AN reflétant et surtout promouvant la diversité politique du FdG ? Il y a des aspirations nouvelles, ou revivifiées ; il faut leur donner tout l’espace nécessaire, remiser les réflexes boutiquiers, concevoir les termes d’une refondation durable inventant une nouvelle histoire et une nouvelle pratique politique… Ripoliner l'existant serait un peu court au terme de cette aventure... Amitiés

  50. JPP dit :

    quelques remarques par rapport à cette belle prose :
    - Le PS méprise également le Front de Gauche pour le moins utopiste dans ses idées.
    - Soutenir Sylvie Andrieux qui a détourné à son profit 400.000€ me parait douteux, c'est vrai que ce sont des pratiques courantes dans le Sud - Est de la France où même la mafia calabraise fait des affaires!
    C'est quand même choquant pour un fonctionnaire français normal qui a vu son salaire, qui est loin d'atteindre une telle somme, bloqué depuis 5 ans pour éviter la faillite de la France!


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive