11mai 12

Entracte au clavier

Ce billet a été lu 92 381 fois.

Lettre au Premier Ministre

Le 15 mai 2012

Monsieur le Premier Ministre, Cher camarade,

L'élection de François Hollande et votre nomination ouvrent une possibilité pour qu'enfin les exigences de notre peuple soient entendues. Composante décisive de la victoire, les nôtres veulent recueillir les fruits du changement.

Je sais que tout ne se fait pas en un jour. Pour l’immédiat cependant je veux attirer votre attention sur la situation intolérable d’une vingtaine d’entreprises emblématiques et de leurs salariés.

Lire la suite »

Cette vidéo a été consultée 16 237 fois

Ici il va être question de mon passage au journal « L’Humanité » pour y être le rédacteur en chef d’une journée. Et du coup, je publie mes textes parus dans ce journal le 10 mai. On y trouve ma façon de voir à propos des quatre millions de suffrage du Front de Gauche, de Florange, de la situation grecque, de la célébration de la fin de l’esclavage et de la valeur de l’argent. Puis j’évoque le feuilleton de ma candidature aux élections législatives. Et je dis un petit mot de mon séjour au parlement européen à Bruxelles.

J’étais au siège du journal « L’Humanité ». Je devais y être le rédacteur en chef d’un jour. En fait je fus davantage un participant parmi d’autres car Patrick Apel-Muller qui menait l’équipe ce jour n’avait pas besoin de moi pour faire son travail. Journaliste est un métier et rédacteur en chef une qualification particulière dans ce métier. Un métier ne s’improvise pas. Je préfère donc parler de ce que j’ai ressenti dans ces lieux. J’ai trouvé l’ambiance joyeuse. Je ne sais pas pourquoi, cela m’a surpris. Peut-être imaginais-je les journalistes de L’Humanité » graves et revêches. Pourquoi ? Non, ils sont plutôt joyeux. En tout cas, ce jour-là, ils l’étaient. On préparait le journal du 10 mai. Je comptais écrire deux mots sur le 10 mai. Celui de 1981. Finalement je n’ai pas eu le temps. J’avais pris ma part d’écriture. Plusieurs pavés de diverses longueurs. Mais je n’ai disposé au total que d’à peine deux heures et demie avant mon départ en catastrophe pour le train qui m’emmenait à Bruxelles pour la mini-session du parlement européen. Comme je me savais pris par le temps je commençai par ce que je ressentais le mieux. Trois mots par sujet guidèrent ma cavalcade sur le clavier. Le lendemain j’attendais comme un petit garçon la publication de ma prose. Un pincement d’angoisse sur ce que serait le résultat et si mécontent de n’avoir pu boucler mon regard sur le 10 mai 1981. Je ne me suis apaisé qu’en réalisant avoir fait une conférence d’une heure sur le sujet qui a été entièrement retranscrite. Puis j’ai mesuré une évidence. Rien n’est plus éphémère qu’un quotidien. Tout est déjà enfui à l’heure qu’il est. Le journal a vécu sa vie. Le suivant est sur les rotatives. Mais pour le bonheur de la lecture, si vous n’avez pas eu le journal « L’Humanité » du 10 mai, je choisis de publier les textes que j’y ai donnés ce jour-là. Finalement ils fonctionnent comme un post politique.

« Sans nos quatre millions de voix… » Sans nos quatre millions de suffrages, la défaite de Sarkozy n'avait pas lieu. Sans nos quatre millions de voix, pas de victoire pour Hollande ! Cette leçon de chose ne plaide nullement pour quelques gestes de reconnaissance que ce soit. Nul n'est assez riche pour nous en payer le prix. C'est un signal. Toute analyse d'un résultat électoral est un enjeu idéologique. La version dominante nous efface du tableau. Elle amplifie l'impact d'improbables et mystérieux humanistes et aux autres martiens. C'est un exorcisme. Voici leur message : « Tout plutôt que le peuple », c'est-à-dire tout plutôt que son ardente exigence portée par nos voix. Peine perdue. Laissons nos adversaires s'abuser avec leurs refrains. Gardons-nous de les aider en intériorisant leurs ineptes discours. La victoire de dimanche dernier est cent pour cent populaire. Et peut-être même cent pour cent de classe ! Le plaisir de la soirée à la Bastille fonctionnait comme un indispensable préliminaire. L'appétit vient en mangeant et tout le monde a encore faim. Une faim de loups ! Exigeante, ardente, gourmande !

« Florange – La politique a-t-elle un pouvoir ? Florange est un cri du peuple : « Agissez » Rude mise au pied du mur. Mais la politique a-t-elle un pouvoir face à l'argent ? Oui ou non ? Il n'y a pas de « peut-être » ou de « mais ». Qui commande ? L'agence de notation qui menace Mittal et provoque l'arrêt des fours ou le peuple français qui a besoin de sa sidérurgie ? Maintenant, il faut que ça change. Le dernier mot doit rester aux sidérurgistes et au peuple qui leur donne raison. »

« Une très nouvelle page d'histoire. C'est l'événement. Il égale en importance avec le résultat de l'élection présidentielle en France. À certains égards, il l'est même davantage. Car, en Grèce comme en France, la politique d'austérité a été désavouée. Mais en Grèce les urnes ont placé notre parti en seconde position du résultat électoral, avec 16,80% des voix, surclassant nettement le Pasok socialiste. L'un des nôtres, Alexis Tsipras, trente-huit ans, est chargé de former le gouvernement. Prenons-nous la mesure de l'événement ? Aux élections précédentes, nos camarades ne recueillaient que 4,6% des suffrages. Trois ans plus tard, ils sont appelés à diriger le pays. Le processus politique sud-américain, dont j'ai si souvent annoncé la réplique en Europe, vient de franchir une nouvelle étape décisive. Après la phase des supplices monétaristes sans fin, voici le commencement de la phase de rejet radical. Le vieux système politique bipartisan s'est effondré et l'alternance ne peut se produire sans alternative.

L'histoire dans cette période n'est pas linéaire, elle ne suit pas les chemins habituels, elle marche par sauts et embardées. À cela on m'objecte que nos amis n'arriveront pas à former un gouvernement. Et alors ? Quelqu'un veut revenir au Pasok ou à la droite ? Non ! C'est nous qui avons la main. Les urnes nous donnerons plus généreusement les moyens dont nous avons besoin. Évidemment, le danger est bien compris par les importants et les belles personnes. Ceux-là s'arc-boutent pour sauver ce qui peut l'être. La piqûre de ciment dans l'édifice en cours d'écroulement est dorénavant partout la même. La peur du diable d'extrême droite ! On ne cesse donc d'en parler pour canaliser et rendre impuissant le mouvement de rejet si fortement engagé. Demain ils imploreront les colonels pour « sauver la démocratie » menacée par « les néonazis et l'extrême gauche » comme titrent déjà dans un même sac certains organes de la bien-pensance française. Assemblez les deux tableaux politiques, le français et le grec, et vous verrez commencer une très nouvelle page d'histoire. Le tour de notre programme approche en France comme en Europe. Je fais le pari que les législatives qui viennent peuvent raccourcir notre chemin. »

« L'argent, cette imposture ! » L'argent a toujours eu une odeur. Il n'est jamais le simple instrument d'échange qu'il prétend être. Car toutes les sociétés qui l'ont utilisé ont été des sociétés de classe, donc des systèmes de domination des uns sur les autres. Il les a durcis. Car la naissance de l'argent a permis que soit accumulée la richesse en dehors de sa réalité matérielle immédiate. Il a permis de différer l'échange. L'argent fait voyager dans le temps les envies et les objets qui les assouvissent. Je mangerai demain les poissons que je peux m'acheter aujourd'hui car il y aura toujours quelqu'un pour le pêcher à ma place si je le paie pour ça. L'argent c'est un frigo. Il stocke en conservant intact le pouvoir de celui qui l'accumule. Et justement parce qu'il a ce pouvoir, il permet d'oser ce qui aurait été inenvisageable sans cela : prendre aux autres davantage que ce dont on a besoin. Dans ces conditions, qu'on en ait beaucoup ou qu'on en manque, l'argent est toujours la mesure de la prédation des uns sur les autres. De là je déduis que de toutes les maladies humaines la cupidité est la plus antisociale.

Les pouvoirs symboliques et culturels sont des denrées périssables dont il faut sans cesse prouver de nouveau les raisons d'être pour reproduire du consentement à son autorité. Le pouvoir de l'argent ne nécessite aucune preuve pour s'exercer. Il vient, il se donne, il prend. Tout le monde consent. La dureté du pouvoir de l'argent résulte de cette nature intime et du consentement universel qui la protège. En ce sens, la richesse individuelle, c'est-à-dire l'accumulation privée de beaucoup d'argent dont on n'a pas besoin, est en soi inhumaine, c'est-à-dire au-delà d'une nécessité humaine. C'est donc un abus de pouvoir et une incitation à tous les abus de pouvoir.

L'argent se présente comme un équivalent entre les moyens de satisfaire nos besoins. En cela il semble postuler notre commune humanité. Il semble même incarner la part la plus humaine de nous, celle qui s'accomplit dans l'échange ! Trompe-l’œil ! Car qu'est-ce qui est fondamentalement humain ? Je veux parler de ce qui distingue un échange humain de tous les autres systèmes d'échanges et de symbioses dans la nature ? Ce qui se donne sans contrepartie. Donc ce qui est gratuit dans l'échange. Sur ce seuil, l'argent est nu comme un ver sans pouvoir. Le carrosse n'est même plus une citrouille ! Mais alors commence le territoire de l'amour et de la fraternité. »

 « Esclavage – Jamais accepté par ses victimes. Pour célébrer utilement l'abolition de l'esclavage, méditons toujours ce fait : il ne fut jamais accepté par ses victimes. L'histoire de l'esclavage est aussi, et peut-être surtout, celle du marronnage, esclave enfui construisant des sociétés en résistance frontale contre la sauvagerie sans bornes des propriétaires. Ne sommes-nous pas tous encore des nègres marrons dès que nous résistons aux droits des propriétaires d'entreprise qui disposent de nos vies sans même connaître notre prénom ni rien de ce qui fait de nous des personnes humaines ? Le marronnage est la meilleure nouvelle que reçoit l'humanité à son propre sujet. Il y aura toujours des femmes et des hommes têtus, éclaireurs courageux pour faire de cet instinct individuel si puissant un projet d'accomplissement collectif. Après la première abolition, les « negros franceses » furent la terreur des Caraïbes. Ils étaient si contagieux ! Tout noir ayant mis le pied en terre française était interdit de séjour dans les environs. Eux armèrent trois bateaux et prirent d'assaut le Venezuela pour y établir « la loi des Français : abolition de l'esclavage et instauration de la République ». Projet intact. »

Pour ce 10 mai j’ai eu l’avantage de participer à l’émission « Complément d’enquête » sur France 2. Le lieu du tournage était sublime. Le Panthéon. J’y avais fait le discours d’hommage pour le soixantième anniversaire de l’acte de résistance de Jean Moulin. Les allemands avaient exigé de lui qu’il fasse une déclaration flétrissant le comportement des troupes sénégalaises qui cantonnaient dans la ville dont il était le préfet. Il refusa. C’est le 16 juin. L’appel du général De Gaulle n’aura lieu que deux jours plus tard. Moulin est battu et jeté au cachot. Mais non c’est non. Il refuse toujours. On le bat de nouveau. Il casse un carreau et se coupe les veines. Juste pour l’honneur et par esprit de résistance. Et cela alors que nous venons d’être vaincus, qu’il est seul, sans témoin de ses refus et que la résistance n’a pas commencé. Quand je reviens dans la crypte je pense à cet homme et au choc que me procura la méditation sur le sens de son acte. Puis le reportage me concernant se présente. Plutôt aimable. Subjectif, bien sûr. C’est le propre de cet exercice. S’il me met mal à l’aise c’est seulement parce qu’il m’oblige à me regarder vivre. Un moment cependant est spécialement désagréable. L’ancien maire de Massy m’y insulte. Que pouvait-il bien avoir contre moi pour dire des choses aussi grossièrement mensongères ? La journaliste s’est bien gardée de le rapporter. C’est le reproche que je ne l’ai pas soutenu quand il fut aux prises avec les « affaires ». Selon la biographie de Lilian Alemagna et Stéphane Alliès, elles lui valurent une condamnation à un an de prison avec sursis. On comprend mieux alors. Mais pourquoi le reportage ne le dit-il pas ? Un autre témoin est l’ancien sénateur Paul Loridan. Lui prend un air benoît pour dire qu’il ne se souvient pas m’avoir vu défendre un texte pied à pied. Comme c’est aimable ! Mais si peu crédible. Le reportage oublie de dire que cet homme fut candidat contre ma liste aux sénatoriales et qu’il fut battu. Ce dont il me garde une certaine aigreur. Pour ne parler que de cela ! Ainsi vont les reportages et les biographies !

Un drôle de feuilleton est commencé avec un suspense assez artificiel sur ma possible participation aux élections législatives. Les commentaires de ce blog ont été aussitôt envahis par un nombre exagéré d’observations que je trouve globalement très inutilement verbeuses. Et surtout contre-productives. S’agit-il de démolir d’avance des décisions que nous aurons à prendre en donnant des arguments à ceux que nous aurons à combattre ? Ai-je souhaité ce « débat » ? Ces sottises me contraignent à mettre les points sur les « i » politiques. Au contraire de maints stratèges en chambre, nous ne pouvons travailler que sur des réalités et à partir d’elles. Nous avons fait une liste de circonscriptions marquées d’une  double caractéristique : la nécessité d’y porter le discours sur le partage des richesses et le besoin de renouveau de la gauche. Les deux aspects sont inséparables en général et ils prennent une acuité spéciale à certains endroits qui, de ce fait, sont emblématiques. Puis il nous a fallu consulter les camarades et les candidats au niveau local. Car les décisions de cette nature ne peuvent être prises sans l’avis des animateurs du terrain. Surtout, elles ne peuvent être prises contre leur gré. Ceux qui réfléchissent comprennent que cela demande des délais et de la discrétion, certes incompatibles avec l’impatience des petits enfants. Ensuite il faut du tact car je ne pourrai aller partout à la fois. Donc il faut permettre aux camarades qui auront demandé ma présence de reprendre le cours de leur campagne si je ne prends pas la relève. Et il faut aussi permettre à ceux qui ne retiennent pas l’idée de ne pas en être pénalisés par des ragots et rumeurs. Tout cela va à son rythme propre. Voilà pour la méthode. Quatre options au moins ont été sur la table : deux dans les Bouches-du-Rhône, une dans l’Hérault, trois dans la région parisienne, une dans le Pas-de-Calais. Quand tout cela sera décanté je dirai mon avis personnel aux dirigeants du Front de Gauche. Et nous prendrons la décision.

Vient la question du Front National. Elle est évoquée à propos de plusieurs des circonscriptions concernées par notre tour d’horizon. Elle est traitée dans les commentaires de ce blog parfois pour regretter que je donne l’impression d’une « fixation » sur le sujet ! On croit rêver ! C’est l’argument de la Le Pen elle-même ! Quoi ? L’extrême-droite est en progrès partout en Europe et la bonne réponse au problème posé serait de parler d’autres choses, et si possible ailleurs que là où la bête veut faire son nid ! Et ce serait ainsi qu’on ménagerait « l’autorité » des porte-paroles de notre cause ? Quand on n’ajoute pas en plus cette injonction que je ne dois pas être battu ! Les chefs dans les circonscriptions gagnées d’avance, ce n’est pas notre culture. Je suis allé mener combat avec les camarades du grand sud-ouest dans une circonscription européenne où nous n’avions pas d’élu. Si j’avais été battu c’est tout le pari du Front de Gauche naissant qui était atteint. Mais nous l’avons fait. Parce que nous faisons du suffrage universel l’arbitre de nos luttes et de nos choix. La planque et les « pousse-toi de là que je m’y mette » sur le mode de barons socialistes nous paralyseraient. Se ménager, ce n’est pas du tout notre façon d’aborder les problèmes qui s’annoncent. Pas du tout ! Et surtout pas la mienne. Il n’y a pas d’un côté la lutte contre le Front National et de l’autre la bataille pour le partage des richesses, la protection des travailleurs et la 6ème république. C’est la même affaire ! C’est exactement comme de dire que la lutte contre la droite et pour le partage des richesses c’est la même chose. Pourquoi ce qui est évident s’agissant de la droite devient moins certain quand il s’agit de l’extrême-droite ? La lutte contre l’extrême-droite serait seulement une lutte « morale » ? Une « fixation » particulière, comme on le dirait d’un thème trop étroit ? L’extrême-droite est le rempart du système quand celui-ci ne parvient plus à se maintenir avec ses forces et moyens traditionnels. L’extrême-droite est en train de fournir les thèmes qui restructurent idéologiquement la droite. Elle n’est donc pas à la marge de la bataille ! La lutte contre le capitalisme et la lutte pour la représentation politique de cette lutte sont une seule et même chose !

Voyons à présent un deuxième aspect du problème qui justifie d’intervenir. Dans les cas que j’ai cité, Bouches-du-Rhône et Pas-de-Calais, n’est-il pas évident que l’atout numéro un de l’extrême-droite c’est la décomposition du PS local ? Faut-il faire un dessin ? Le renouveau à gauche est alors la condition qui permet à une masse de gens de sortir de l’atroce tenaille qui les condamne à devoir choisir entre les vociférations de l’extrême-droite et les casseroles d’une certaine gauche ? Quand je parle de casseroles je ne parle pas seulement des « affaires » qui, ici où là, défraient la chronique locale et nationale. Les juges et les policiers s’en chargent parce que c’est la règle dans une société civilisée. Et les citoyens se font vite une idée sur le sujet. En fait les « affaires », c’est aussi les luttes à mort entre des personnalités locales qui prennent à témoin tous les électeurs de gauche et les impliquent de force dans des chiquayas et des intrigues qui les révulsent. Une longue discussion mardi avec René Revol, à propos de la situation dans l’Hérault, m’a permis de bien mesurer la profondeur des dégâts que provoquent dans la gauche les situations de pourrissement local des luttes de personnes au PS. 

Mercredi et jeudi j’étais donc à Bruxelles. Hervé Poly, secrétaire du PCF du Pas-de-Calais, est venu y dîner avec moi pour me faire savoir par lui-même que lui et ses camarades du comité de la onzième circonscription du Pas-de-Calais s’étaient prononcés pour que je vienne y être candidat. Nous avons fait le point ensemble en même temps qu’on faisait connaissance mieux que cela avait été le cas jusqu’à présent dans les cadres formels où nous nous sommes croisés. Je lui ai exposé notre dispositif et la méthode de travail retenue. Puis le lendemain j’ai repris mes feuilles de vote et suivi la litanie des décisions de cette assemblée européenne si bizarre. Cent pages de votes à émettre en deux heures. A la file. En chaîne. Soit. Nous y avons consacré un temps fou en travail d’équipe et avec l’assistante du groupe GUE pour recouper les avis car je ne vote pas toujours comme mon groupe. Vous trouverez tout cela sur mon blog européen où je rappelle que se trouve une documentation et un résumé du sujet pour chaque vote.

Le bon moment fut le défilé des camarades de toute l’Europe de l’autre gauche et même de la gauche molle venus me féliciter. J’ai mesuré alors quel intérêt nous a accompagné dans de nombreux pays ! Apparemment le meeting de la Bastille, celui de Toulouse et celui de Marseille sont désormais comme des sujets de légendes pour toute notre gauche. De même que notre technique d’assaut contre l’extrême-droite a été beaucoup commentée et reproduite, notamment en Grèce où nos camarades sont allés déloger leurs ennemis au cœur même de leurs tanières. Cette approche et ces regards venus de l’extérieur de nos frontières est précieux. Il nous permet de mieux prendre la mesure de la portée de ce que nous faisons. Nos militants traducteurs, femmes et hommes patients et appliqués, ont édité sept revues de la presse internationale à notre sujet. Je pense la publier bientôt sur ce blog accessible par un nouvel onglet. Car c’est aussi un moyen formidable pour comprendre notre propre réalité que de lire ce regard que les autres portent sur nous sous des angles inhabituels.


692 commentaires à “Entracte au clavier”

Pages : « 13 4 5 6 7 [8] 9 10 11 12 1314 »

  1. 351
    Red@rt (13) dit:

    @marj @Tous
    Gerard Filoche n'a pas l'air si perdu que cela. J'ai plutôt l'impression qu'il travestit la réalité et qu'il s'est donné pour mission de convaincre nos sympathisants de rejoindre le PS. Ses tentatives sur tweeter sont récurrente. Je commence à être sérieusement agacé par certaines affabulations. Nous serions 27% à ne pas avoir voter pour Hollande, nous maudissons les 30% d'électeurs qui ont été influencé par le vote utile, nous sommes dépité par notre score et j'en passe.
    Je suis particulièrement agacé par une certaine forme de déni de réalité ainsi que part une obsessionnelle tendance à ne pas tenir compte des positions que prennent nos représentants.
    Son article cherche clairement à démonter notre interprétation politique au profit d'une alliance avec le PS.
    J'ai décidé de répondre à son article mais je ne sais quel support utiliser. Il me semble qu'il serait souhaitable que l'un de nos porte parole fasse cette même démarche en répondant point par point à certaines d'affirmations qui travestissent le sens de notre démarche politique.

  2. 352
    mercure40 dit:

    Dans Libé aussi :
    "La première secrétaire du PS, Martine Aubry, a estimé dimanche que la circonscription d’Hénin-Beaumont, «n’a pas besoin d’un match médiatique», mais d’un «élu de terrain», vantant les mérites du candidat PS, Philippe Kemel ".
    Comme Bernard Davoine en son temps, dans la cinquième circonscription du Nord Mme Aubry

  3. 353
    Gilles Duval dit:

    Quelques mot au sujet du journal L'Humanité. Une contribution suite au dernier billet publié sur ce blog nous dit, en gros : L'Huma c'est bien, mais il n'y a pas que ça, il faut diversifier ses sources, et de citer Politis, Le Monde Diplo... Je partage cet avis. On pourait d'ailleurs compléter cette liste par d'autres titres. Toutefois, il me semble important de remarquer que les autres titres nesont pas ceux de quotidiens. Or à l'allure où évolue notre environnement, la lecture d'un quotidien - au moins - me paraît indispensable. Le journal L'Humanité est parfois victime d'une image qui lui colle injustement à la peau: "organe central d'un parti politique" (ce qu'il n'est plus), "sectaire" ou "caricatural", ce qu'il fut parfois par le passé. On peut comprendre historiquement d'où provient cette image négative. Mais je maintiens qu'elle mérite d'être restaurée. Le "sectarisme" que l'on a pu attribuer au journal dans le passé a trop souvent occulté son rôle majeur dans l'histoire des peules, au cours des périodes noires des oppressions, ou glorieuses des résistances. La censure dont le journal fut frappée régulièrement nous le rappelle. Aujourd'hui, l'Humanité ouvre ses colonnes à de multiples expressions, y compris à celles qui sont réservées, critiques quant à l'idéal communiste (...auquel perso je crois). C'est une bonne chose. Mais il reste 1 journal de luttes, d'infos, d'expressions contradictoires, et de culture. Un quotidien...

  4. 354
    GANIER charles dit:

    Bonjour Jean Luc Mélenchon,je tiens à vous assurer que votre choix courageux est le bon. Je vous soutiens à cent pour cent ! Je suis admiratif, la façon dont la réflexion, le calme des discutions, ont abouti à ce choix. Je trouve très enthousiasmant votre façon de ne pas hésiter à "aller au charbon" ! Tenez bon, nous sommes avec vous ! Vive le Front de Gauche ! Amicalement. C. G.

  5. 355
    STRATÈGE dit:

    Jean Luc a raison de s'attaquer dès maintenant au FN, car le PS va échouer comme il a échoué ailleurs, ouvrant ainsi un boulevard au FN comme en Grèce, et beaucoup d'ouvriers déçus se jetteront dans ses bras par désespoir, comme à Hénin-Beaumont justement.
    MLP doit être battue dès le premier tour. Si les petits jeux politiciens des socialistes faisaient élire MLP, le PS le paierait très cher dans toutes les élections qui suivront. Nous le lui ferons payer. Il faut qu'ils le sachent que c'est fini de nous prendre pour des cons. Qu'ils se mettent bien ça dans la tête les socialistes à la godille du Pas-de-Calais.

  6. 356
    Suticos dit:

    De l'audace, toujours de l'audace, du panache, du courage...
    Ce dont il est question est la révolution citoyenne. Ce dont il est question c'est place au peuple. Ce dont il est question c'est d'abattre les dogmes ultra libéraux et leurs bras armés d'extrême droite.
    Pas question de s’aplatir face aux tièdes. Bravo Jean Luc et tous au combat...

  7. 357
    libre62 dit:

    @ Claude Andrée à 8h09
    et @ Tous les amis
    J'ai suivi le lien pour la Voix du nord et en indiquant "Mélenchon" dans leur moteur de recherche : j'ai parcouru les derniers articles sur le sujet: et oh surprise des pro Le Pen oui bien sûr, mais aussi des pro Mélenchon!
    Alors j'ai écrit un commentaire par article, même si j'ai un peu répété la même chose, tant pis: le tout, c'est de montrer que tout le monde n'est pas d'extrême-droite ! Surveillez aussi tous les articles des différentes parutions...
    On lâche rien!

  8. 358
    calcium dit:

    Ce matin à la Gare du Nord impossible de trouver l'Humanité Dimanche dans les 3 Relay de la gare...
    Et des piles de Figaro magazine.. Je le signale aux vendeurs qui bien sur n'y sont pour rien...'"cest les NMPP "
    A signaler au responsablede la distribution de l'Huma... Nous nageons dans la démocratie et l'information équilibrée...

  9. 359
    Chloé dit:

    Bon, cela mérite qu'en même d'être souligné. Cette phrase de Joffrin (j'ai bien dit Joffrin) qui critique le refus du PS de se désister en faveur de Mélenchon (et Bayrou) :
    "Un seul souhait désormais : que Bayrou, courageux héraut de l’humanisme centriste, soit élu malgré les socialistes, aussi bien que Mélenchon, qui défie avec panache la présidente du Front national."
    Espérons que le Nouvel Obs continue sur cette ligne. Ce sera toujours ça de gagné !

  10. 360
    Gilbert Delbrayelle dit:

    Maurice dit:
    J'ai entendu aussi ces espèces d'arguments comme quoi le Front de Gauche n'avait que le FN comme fixation… Encore hier à l'émission de Ruquier, ce dernier justifiant son désintérêt pour le discours Front de Gauche parce qu'il lui semblait trop omnubilé par le FN. Comme si il n'y avait que ça dans le programme bref !

    Oui, c'est à dire qu'ils nous reprochent ce qu'ils mettent en scène eux-même.
    Ainsi, La Voix du Nord de ce jour titre "Front contre Front" à la "Une" et une chronique intérieure partisane se permet d'écrire, associant une nouvelle fois Le Pen et Mélenchon : "Ils éructent et admonestent ils sermonnent et ils dénoncent ils sont plus à l'aise dans l'imprécation que dans la précision" Une fois de plus, le journaliste délaisse le fond et s'en tient à l'écume. Nous lui avons répondu.

  11. 361
    Patrice dit:

    D'abord soucieux de l'extrême difficulté de son entreprise à Hénin, les propos de Jean-Luc Mélenchon m'ont convaincu de la justesse de son engagement !
    Tous mes voeux l'accompagnent. Puissent tous les gens de gauche et autres humanistes de la circonscription en faire autant !

  12. 362
    ChrM2012 (2B) dit:

    Un lien très intéressant concernant la malfaisance du fascisme par l'historienne Annie Lacroix-Riz - Résistance à tous.

  13. 363
    bernard hugo dit:

    (Gilles Duval - 353)
    Merci de le souligner. L'Huma est un quotidien remarquable, documenté, reflet de la réalité sociale quotidienne souvent invisible des gens, des ouvrier(è)res et de leurs luttes,mais aussi des dessous de tables, ouvert sur le monde, les cultures, propice à la réflexion et au débats, un journal d'opinion politique, qui n'a pas d'équivalent en France. Je n'ai pas les moyens de m'y abonner ne serai-ce que pour en soutenir l'existence. Je l'achète quand je peux, car il est presque impossible à trouver chez les distributeurs de journaux.

  14. 364
    Pierre de Marseille dit:

    Bonsoir
    Un document de ATD Quart Monde qui sera utile à tous les militants
    Vive la 6ème République! Vive La Sociale! Fraternellement

  15. 365
    Gerard Blanchet dit:

    A mon avis se joue aussi dans la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans la 11e du Pas de Calais la question du leadership du groupe front de gauche à l'assemblée nationale entre les participationnistes à un gouvernement socialiste et les autres.
    C'est aussi toute la question de l'importance du groupe front de gauche. Si le PS a la majorité absolue à lui tout seul, il appliquera n'en déplaise à Gérard Filoche le programme social-libéral du PS et le FdG ne participera pas au gouvernement. Mais si le groupe FdG atteint, se rapproche ou dépasse le seuil des 45 député-e-s que j'évoquais dans un précédent commentaire, la tentation chez certains va être grande d'y aller pour peser de l'intérieur du gouvernement pour appliquer les quelques mesures que nous pourrons arracher.
    Ou alors d'ici là la ligne Syrisa sera gagnante et légitimera la "traversée du désert" que Syrisa s'est imposée pendant 3 ans (voir dernier billet de Jean-Luc).

  16. 366
    Véro dit:

    Attention à ne pas donner une impression de machisme. J'ai suivi toute la campagne du FdG, visionné tous les meetings, vibré et même pleuré...bref, j'adhère à tout. Je suis d'accord avec la nécessité de lutter en priorité contre le FN. Et j'ai bien compris la stratégie des mots forts pour attirer l'attention et se faire inviter dans les médias.
    Une seule chose m'a dérangé: je suis une femme donc plus sensible à ce qui nous concerne. Marine Le Pen en est une aussi (malheureusement) et, dans les débats (à mon esprit défendant), je n'ai pas pu m'empêcher de ressentir une certaine empathie pour cette femme, pas très cultivée, qui se jette dans la mêlée. Évidemment, je n'excuse en rien ses positions mais je me dis que si, moi, avec mes convictions acquises au biberon, je réagis comme cela, que doit-il en être pour beaucoup d'autres femmes? Donc Oui aux mots forts mais pas au féminin : un "programme semi-dément" vaut mieux qu'"une semi-démente" (qu'elle n'est surement pas). Je ne crois pas qu'il s'agisse là d'un point anecdotique si on en croit les statistiques sur les votes du FN et aussi de réflexions entendues chez des voisins, collègues, amis etc..
    J'imagine déjà les commentaires mais il s'agit de ne pas faire d'angélisme, le machisme, même inconscient, imprègne toute la société et existe à droite comme à gauche (juré!, je ne dis pas que Jean-Luc Mélenchon est machiste)

  17. 367
    bernard hugo dit:

    [...] Ce n’est surement pas le lieu le plus approprié pour des discussions sur la stratégie ou la tactique, sans parler de la ligne politique.[...]

    [Edit webmestre : En effet ! Merci d'en tenir compte. Je n'ai ni l'intention, ni la possibilité de changer la ligne de ma modération.]

  18. 368
    Mylène dit:

    Martine Aubry m'énerve trop. Le FdG est le seul parti à essayer de combattre le FN. En même temps, c'est pas étonnant qu'elle reprenne les arguments de MLP. Le FN sert trop bien aux socialistes. Sans eux, ils ne seraient même pas arrivés au second tour. C'est fini je ne voterai plus jamais PS pour virer qui que se soit. Peu importe les consignes! Je ne veux plus entendre parler de ces tricheurs et manipulateurs qui sont toujours en train pleurnicher et d'implorer le vote utile. Leur seul et unique "argument" pour se faire élire! J'attends désormais, leur déchéance avec impatience afin de permettre au FdG de reprendre le pays en main. Martine Aubry n'a rien à voir avec ma région non plus, pourquoi se permet-elle de parler?

  19. 369
    Yes We Can JLM ! dit:

    Oui Jean-Luc Mélenchon nous sommes avec toi pour cette nouvelle campagne !
    Il faut qu'elle ai moins d'électeurs qu'à la présidentielle, et je sais que tu vas y arriver quitte à visiter tous les électeurs personnellement. Il faut que tu lui prennes le maximum d'électeurs, et le summum sera si tu as plus de voix qu'elle au premier tour. Oui, moi j'y crois !
    [...]

  20. 370
    marechal dit:

    @ Vinnie
    les gens sont toujours surpris quand je leur explique combien les victimes des crimes capitalistes à cause de la spéculation, sont infiniment plus nombreuses que celle du stalinisme et du communisme !
    Salut camarade, excuse moi par avance si tu me trouves rude... en ce moment je tache d'apprendre la politesse et l'âge de raison.
    Dis-moi : de Staline ou Trotski qui a assassiné l'autre ?
    Le communisme au sens marxiste du terme n'a jamais fait aucune victime autant que je sache, puisqu'on applique pas par exemple le partage des richesses dans une autocratie...
    Or les sociétés ou nations qui se sont prétendues "communistes" à certain moment du 20 ém siècle furent des ersatz du stalinisme, c'est à dire qu'elles furent dans le camp des fasciste rouges et autres chien galeux...
    Cela se vérifie assez facilement sur une carte avec des repères historiques.
    Pour ce qui est du triangle rouge, (et pour ceux que ça intéresse) pour le trouver je te souhaite bon courage. Sur internet il faut passer par un envoi de Belgique ou peut-être par "ras l'front" à Paris, mais ceux là semblent éteints par les temps qui courent...
    Sinon appelle le mémorial de la Shoah qui te guidera vers une institution voisine, dont le rôle sociétal est dévolu à la mémoire des prisonniers politiques.
    Salutations Fraternelles.

  21. 371
    vm dit:

    Red@rt 14h53
    Je suis d'accord avec ta caractérisation de G. Filoche.
    Ce curieux personnage n'admettra jamais que son parti à lui, G. Filoche, non seulement n'est plus socialiste, mais, tout en continuant à se dire de gauche, a adopté les thèses de la droite européenne concernant les "contraintes" financières et se prépare donc, avec l'austérité, à pratiquer une politique de droite.
    Il ne veut pas comprendre que l'union de la gauche autour d'une politique de droite, on en a soupé et on n'en veut plus.
    Les sacrifices toujours pour les mêmes, les services publics dévastés, on n'en veut plus.
    Mais non. G. Filoche veut défaire ce que JL Mélenchon a fait en remettant la gauche sur les rails.
    Il essaye de débaucher les hésitants, les anciens qui ont plus ou moins déjà copiné, ou les nouveaux qui ne connaissent rien à l'histoire et qui voient encore en le PS l'antidote de Sarko.
    G. Filoche est un habitué du double langage, réclamant la retraite à 60 ans "sans un sou de moins ni une année de plus"...et appelant à voter Hollande, dont il sait bien pourtant qu'il n'abrogera pas la loi votée par la droite.
    Il ne fait politiquement que servir d'alibi, de publicité mensongère, à un PS dont les dernières trouvailles (ou premières "boulettes", comme dit l'autre) prouvent qu'il est urgent au contraire de renforcer le FdG, à la fois tous ensemble et chacun sur notre terrain. Montrer, expliquer, argumenter...

  22. 372
    bertgil dit:

    Jean-Luc Mélenchon candidat à Hénin Beaumont
    Jean-Luc Mélenchon a bien le droit de se présenter dans la 11éme circonscription du pas de calais.Mais attention si c'est pour s'opposer frontalement à MLP pour créer du buzz, je pense que c'est trop réducteur et inefficace.Il y a mieux à faire que prendre bille en tête MLP de façon récurrente. Vous avez été le candidat du fdg à l'élection du président de la France.Le résultat que vous avez obtenu s'inscrit dans une tendance je crois profonde. (7% aux élections cantonales, + de 11% à la présidentielle ° on peut prolonger cette tendance.Mais le moins d'effets de manche est souhaitable.C'est la droite et ses complices, leurs politiques anti sociales, les délocalisations, les ouverture des marchés à tous les vents,qui sont vos cibles.Le FN est un parti de droite,mais il n'a jamais été aux affaires.Les électeurs du FN sont des français comme les autres français, qui ont en marrent de l'umps.Je suis certains qu'ils seront sensibles à vos arguments.Je vous souhaite de réussir.

  23. 373
    Noëlle Molinelli (NM38) dit:

    C/Politique : parfait. Merci encore une fois !

  24. 374
    marj dit:

    JL Mélenchon excellent à C/politique remettant les points sur les i de façon énergique et pédagogique comme il sait le faire. Ceci dit, pour une fois, la journaliste, malgré quelques ragots vite balayés par J-Luc, lui a permis de s'exprimer et de s'expliquer.

  25. 375
    marianne du 76 dit:

    Mon mari et moi sommes au PCF et on est avant tout contre le FN et comme on était contre le stalinisme, donc bonne chance Mr Mélenchon !
    On est un peu vieux mais pas sénile !

  26. 376
    NANOU 50 dit:

    Merci Jean Luc dans C/politique! Merci aux Chtis de t'accueillir à bras ouverts! Vous avez du bol, dans le Pas de Calais de pouvoir élire un député exceptionnel !

  27. 377
    hiesel91 dit:

    C/politique, ce soir. Avez-vous remarqué la différence de ton de Mme Muhlmann avec JLM? Pendant la campagne présidentielle, elle ne le laissait pas parler! Encore une fois, Merci M. Mélenchon de rendre accessible ce qui pourrait parfois paraître compliqué!

  28. 378
    Naco dit:

    @Véro(370)
    Que tu ais une empathie pour cette femme à une époque ou les seules femmes qui ne sont pas niées dans les espaces politiques sont des celles qui représentent soit le pouvoir, soit l'argent, soit leur correspondance avec une plastique permettant de vendre n'importe quoi (l'abondance d'un de ces avantages permettant d'en excuser le défaut des autres),... est intéressant. Mais s'il te plait ne te trompe pas de cible.
    Sur ce blog, comme chez les affectionados du Front de Gauche, l'immense majorité est incapable envers cette femme d'un irrespect sexiste.
    Par contre peu s'attachent à un respect spécifique qui devrait lui être du parce qu'elle est une femme.
    Car elle est exactement le contraire d'une féministe. Ce qu'elle désire faire de la femme en la renvoyant à son foyer nous fait repartir directement aux pires heures du Pétainisme. Ses propositions / l'avortement en étant les pires aspects.
    Tu préfèrerais que l'on s'attaque à son programme en le traitant lui seul de semi-dément.
    Mais la démence individuelle, avant d'être rangée par les psychiatres comme déchéance psychique terminale, était ce que l'on appelait autrefois la folie furieuse, à la fois frénésie destructrice, rage animale et perversion.
    Chose excusée depuis les grecs quand elle est passagère, mais condamnée quand permanente, donc système, en mettant en danger la société.
    Et que dire de cette volonté de nuire à notre humanité, si ce n'est exactement une démence très...

  29. 379
    Invisible dit:

    Si Jean-Luc gagne à Hénin-Beaumont, il barre la route à Marine Le Pen, c'est bien ça ? On dirait un jeu de stratégie sur échiquier, comme le jeu de dames.
    Bon, on croise les doigts car l'enjeu est en effet très déterminant et dans le camps FN, ils doivent être énervés comme un nid de frelons. Fasse que tout se passe dans les règles du civisme !

  30. 380
    ermler dit:

    @ tous nos camarades "sceptiques" @ tous ceux qui ont pris un coup de bues ces derniers jours par mal-compréhension de la stratégie "Hénin-Beaumont".
    Regardez sans attendre l'émission C Politique avec JL M, dès qu'elle sera mise en ligne ! Si vous aviez des doutes sur la perte de nos fondamentaux au profit d'une "chasse obsessionnelle" à la "demi-folle", vous serez totalement rassurés. Tout est parfaitement recadré, clair, cohérent.
    C'était du très grand Mélenchon ! Ebouissant ! (Il a même fait craquer madame Muhlman !)
    Allez, on se ressaisit et on se rassemble !

    @ Jean-luc Mélenchon
    Merci ! Plus que jamais "avec" vous !

  31. 381
    Pierre de Marseille dit:

    Bonsoir,
    A propos de Gérard Filoche, il me semble qu'il pense à l'antériorité du travail de D&S (Démocratie et Socialisme) et que le rassemblement devrait ce faire à partir de ce forum la. Sa proposition semble à mots couverts dans son Blog, puisqu'il appelle au rassemblement de la gauche radicale, et, je ne le vois pas entrain de proposer des adhésion au PS aux composantes du Front de Gauche. Mais, je crois me souvenir qu'il lit ce Blog et il pourra nous préciser sa pensée, j'espère.
    Vive la 6ème République! Vive La Sociale! Fraternellement

  32. 382
    anna dit:

    Merci Jean-Luc de continuer le combat avec autant d'énergie ce soir à C/politique

  33. 383
    marianne31 dit:

    Monsieur Mélenchon pensez a vous adresser aussi aux petits commerçants et aux artisans qui ont peur de la gauche .

  34. 384
    PAUL dit:

    Ça bouge, ça bouge en Outre-Rhin.

  35. 385
    Philippe dit:

    Sceptique dans un premier temps sur la pertinence de la candidature de JL, après réflexion... je suis persuadé que c'est une bonne idée, car - par définition - la nature a horreur du vide. Il faut donc pleinement occuper l'espace laissé ou plutôt délaissé à "d'autres". Alors, haut les coeurs avec la victoire du FdG !

  36. 386
    Tonya dit:

    @Véro dit:
    13 mai 2012 à 17h47
    Attention à ne pas donner une impression de machisme

    Vieille militante féministe des années 1970, je te rassure : la cause des femmes est mieux défendue par Jean-Luc Mélenchon que par Marine Le Pen. Et pourquoi devrait-il "épargner" Marine Le Pen, une adversaire politique. Parce qu'elle est une femme ? C'est une idée machiste. Les femmes politiques sont égales aux hommes politiques non ?

  37. 387
    mad dit:

    Le Pas-de-Calais, c'est bien la terre de Robespierre ? Heureux hasard.
    C/politique ce soir, c'est encore du plaisir et de l'espoir.

  38. 388
    Lorraine dit:

    Une fois de plus, j'ai bu vos paroles : C Politique, tout simplement parfait ! Bravo à vous Jean-Luc Mélenchon

  39. 389
    marc2 dit:

    @ gérard blanchet 365
    Quel que soit l'habillage politique, toute participation au gouvernement serait frappée du soupçon de " course à la soupe".
    C'est l'une des conséquences (inattendues) de l'accord EELV avec le PS.
    En Languedoc-Roussillon personne ne croit que les communistes (exclus depuis) qui ont rejoint Frêche, l'ont fait pour de grandes raisons altruistes.
    Il en irait de même demain pour celles et ceux qui s'amuseraient à aller dans un gouvernement PS.
    Certes il reste encore ça et là des réflexes opportunistes mais je suis témoin que de plus en plus, sous l'impulsion de Pierre Laurent et MG Buffet, les choses évoluent très positivement.
    Longue vie au Front de Gauche !

  40. 390
    Nicks dit:

    @Paul
    Malheureusement il semble que Die Linke n'en tire pas profit, ce qui n'est pas une bonne nouvelle.

  41. 391
    PAUL dit:

    Pour ceux qui ont loupé l'émission C Politique tout à l'heure, en attendant qu'elle sorte sur ce blog.

  42. 392
    NatCha dit:

    Bonjour à tous
    Bravo Mr Mélenchon pour votre ténacité votre courage
    Désolante la réaction de Mme Aubry lorsqu'elle parle de parachutage il me semble que Jacques Lang (entre autres) n'était pas originaire de son ancienne circonscription ! Perte de mémoire sans doute.
    Peu importe oui Front contre Front, l'Humain d'abord contre la Haine !
    Et bien moi ça me va ne changeons rien ne lâchons rien !
    Ce soir je suis fière de vivre dans cette belle et noble région, terre de grandes luttes sociales et politiques qu'est le Nord Pas de Calais !

  43. 393
    c'estpret! dit:

    Salut à tous les travailleurs,
    Notre force n'est pas dans des résultats électorau, il est dans notre mobilisation.

  44. 394
    erlea2904 dit:

    Aucun au PS n'a l'intention d'aider Jean-Luc Mélenchon aux législatives pour battre MLP. Par contre, un de plus, Vincent Peillon demande à ce que le PS fasse un geste pour le "pôvre" François Bayrou à Pau. On connait donc les priorités du PS en matière de coup de main...

  45. 395
    marj dit:

    Je voudrais attirer l'attention sur les comparaisons entre pays d'Europe en pleine crise : bienque certains points communs puissent être relevés (montée de l'extrême droite, échec des politiques socio démocrates et libérales), les réactions des peuples diffèrent selon l'histoire tout court et l'histoire politique avec la mémoire qui lui est attachée.
    En Grèce, le souvenir de l'extrême droite au pouvoir encore frais avec les colonnels, empêche semble t-il cette même extrême droite de pointer à des scores trés élevés (même si elle a perçé à 6% aux dernières élections) et cela ouvre un boulevard à SYRISA. Il a fallu cependant qu'un courant communiste/révolutionnaire fort préexiste mais aussi des conditions historiques favorables pr que SYRISA accède à de tels résultats.
    En Espagne, si l'extrême droite a du mal à percer (souvenir de Franco), Izquierda Unida ne fait pas pr autant des scores mirobolants...pr l'instant, même chose au Portugal et en Allemagne ! Peut-être doit on attendre encore un peu ?
    Par contre l'extrême droite est en pointe dans certains pays (Autriche, Belgique néerlandophone, Hongrie, Italie du Nord,pays de l'Est et du nord en général et malheureusement...France) .
    En France, c'est me semble t-il la conjonction de la crise (colère) mais aussi les conditions politiques qui l'ont fait monter : instrumentalisation par le PS depuis les années 80 et porosité avec l'UMP qui a repris le discours et l'a "dédiabolisé".

  46. 396
    zéphir dit:

    Bravo M. Mélenchon pour la prestation dans C/politique. Quelle force de conviction ! Les derniers faits sont encourageants: après la victoire de la gauche la semaine dernière, la progression remarquable de notre parti frère en Grèce, aujourd'hui c'est une défaite cuisante de la CDU en Rhénanie (région fort industrialisée). Reprise du mouvement des indignés en Espagne. Ca bouge partout en Europe. L'insurrection citoyenne est en marche.

  47. 397
    robin des voix dit:

    Ce week-end on a été servi aux petits oignons,que de prestations de notre leader, d'abord dans le berceau du vrai socialisme une étoile est née cela faisait un siècle d'attente.Tous les partis ont raisons d'envier un si fier porte drapeau qui nous fait honneur par sa verve et par sa fougue passionnée de la vérité. Plus de tricheries quand on ne ment pas la force est avec nous.Quel plaisir d'entendre débattre avec ces journalistes perspicaces qui sembleraient se rendre maintenant à l'évidence qu'il au-dessus du lot et qu'aucun puissant ou autres intellectuels ne pourront plus rivaliser avec l'évidence si difficile pourtant à démontrer.Tu as la force celle des opprimés,des indignés contre les injustices,celle des de la vérité contre le mensonge,celle de l'humanité tout simplement servie par une intelligence hors du commun rien ne pourra maintenant et plus jamais t'empêcher d'arrivée.Cette femme il te faut la respecter malgré tout, c'est dur mais penses à St françois contre Nicolas... et là,l'affaire est dans le sac et demain est un autre jour. Bien cordialement un inconditionnel.

  48. 398
    juba dit:

    "Le Parlement européen permet aux USA de contrôler nos données personnelles". Article de JL Mélenchon comme toujours concis et efficace.
    Cette dimension sécuritaire - protection de la vie privée des citoyens - contrôle autoritariste - unilatéralisme états-unien n'a été très peu été abordé dans la campagne électorale. Pourtant c'est un aspect politique de l'UE qui se fait de plus en plus menaçant.
    Pour rappel, l'intervention signal d'alarme de l'ex-président de la CNIL, Alex Turck, dans le cadre d'une Commision parlementaire "droits de l'individu et révolution numérique" en 2010.

  49. 399
    toussaint dit:

    Puisque le propos s'est porté très furtivement ce jour dans l'émission C/politique de france 5 sur les "non-droits supposés" des homosexuels à Cuba, je vous transmets en pièce jointe le compte rendu de la conférence de Mariela Castro, fille du président Raul, à l'université d'Amsterdam en automne dernier. Juste à titre d'information pour que chaque lecteur puisse se faire une idée précise de ce qu'il en est réellement. Les choses bougent là-bas également.
    Mariela à Amsterdam.
    Par ailleurs, bravo pour votre culot d'aller porter le combat dans la tanière de la bête immonde!

  50. 400
    erlea2904 dit:

    Ah! Enfin! Un magnifique article qui fait chaud au coeur! J'espère que Jean-Luc Mélenchon le lira, car dans ce parcourt du combattant à travers les médias et leurs journalistes qui répètent tous les mêmes arguties, posent tous les mêmes questions, il en aura bien besoin!

Pages : « 13 4 5 6 7 [8] 9 10 11 12 1314 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive