11mai 12

Entracte au clavier

Ce billet a été lu 92 381 fois.

Lettre au Premier Ministre

Le 15 mai 2012

Monsieur le Premier Ministre, Cher camarade,

L'élection de François Hollande et votre nomination ouvrent une possibilité pour qu'enfin les exigences de notre peuple soient entendues. Composante décisive de la victoire, les nôtres veulent recueillir les fruits du changement.

Je sais que tout ne se fait pas en un jour. Pour l’immédiat cependant je veux attirer votre attention sur la situation intolérable d’une vingtaine d’entreprises emblématiques et de leurs salariés.

Lire la suite »

Cette vidéo a été consultée 16 237 fois

Ici il va être question de mon passage au journal « L’Humanité » pour y être le rédacteur en chef d’une journée. Et du coup, je publie mes textes parus dans ce journal le 10 mai. On y trouve ma façon de voir à propos des quatre millions de suffrage du Front de Gauche, de Florange, de la situation grecque, de la célébration de la fin de l’esclavage et de la valeur de l’argent. Puis j’évoque le feuilleton de ma candidature aux élections législatives. Et je dis un petit mot de mon séjour au parlement européen à Bruxelles.

J’étais au siège du journal « L’Humanité ». Je devais y être le rédacteur en chef d’un jour. En fait je fus davantage un participant parmi d’autres car Patrick Apel-Muller qui menait l’équipe ce jour n’avait pas besoin de moi pour faire son travail. Journaliste est un métier et rédacteur en chef une qualification particulière dans ce métier. Un métier ne s’improvise pas. Je préfère donc parler de ce que j’ai ressenti dans ces lieux. J’ai trouvé l’ambiance joyeuse. Je ne sais pas pourquoi, cela m’a surpris. Peut-être imaginais-je les journalistes de L’Humanité » graves et revêches. Pourquoi ? Non, ils sont plutôt joyeux. En tout cas, ce jour-là, ils l’étaient. On préparait le journal du 10 mai. Je comptais écrire deux mots sur le 10 mai. Celui de 1981. Finalement je n’ai pas eu le temps. J’avais pris ma part d’écriture. Plusieurs pavés de diverses longueurs. Mais je n’ai disposé au total que d’à peine deux heures et demie avant mon départ en catastrophe pour le train qui m’emmenait à Bruxelles pour la mini-session du parlement européen. Comme je me savais pris par le temps je commençai par ce que je ressentais le mieux. Trois mots par sujet guidèrent ma cavalcade sur le clavier. Le lendemain j’attendais comme un petit garçon la publication de ma prose. Un pincement d’angoisse sur ce que serait le résultat et si mécontent de n’avoir pu boucler mon regard sur le 10 mai 1981. Je ne me suis apaisé qu’en réalisant avoir fait une conférence d’une heure sur le sujet qui a été entièrement retranscrite. Puis j’ai mesuré une évidence. Rien n’est plus éphémère qu’un quotidien. Tout est déjà enfui à l’heure qu’il est. Le journal a vécu sa vie. Le suivant est sur les rotatives. Mais pour le bonheur de la lecture, si vous n’avez pas eu le journal « L’Humanité » du 10 mai, je choisis de publier les textes que j’y ai donnés ce jour-là. Finalement ils fonctionnent comme un post politique.

« Sans nos quatre millions de voix… » Sans nos quatre millions de suffrages, la défaite de Sarkozy n'avait pas lieu. Sans nos quatre millions de voix, pas de victoire pour Hollande ! Cette leçon de chose ne plaide nullement pour quelques gestes de reconnaissance que ce soit. Nul n'est assez riche pour nous en payer le prix. C'est un signal. Toute analyse d'un résultat électoral est un enjeu idéologique. La version dominante nous efface du tableau. Elle amplifie l'impact d'improbables et mystérieux humanistes et aux autres martiens. C'est un exorcisme. Voici leur message : « Tout plutôt que le peuple », c'est-à-dire tout plutôt que son ardente exigence portée par nos voix. Peine perdue. Laissons nos adversaires s'abuser avec leurs refrains. Gardons-nous de les aider en intériorisant leurs ineptes discours. La victoire de dimanche dernier est cent pour cent populaire. Et peut-être même cent pour cent de classe ! Le plaisir de la soirée à la Bastille fonctionnait comme un indispensable préliminaire. L'appétit vient en mangeant et tout le monde a encore faim. Une faim de loups ! Exigeante, ardente, gourmande !

« Florange – La politique a-t-elle un pouvoir ? Florange est un cri du peuple : « Agissez » Rude mise au pied du mur. Mais la politique a-t-elle un pouvoir face à l'argent ? Oui ou non ? Il n'y a pas de « peut-être » ou de « mais ». Qui commande ? L'agence de notation qui menace Mittal et provoque l'arrêt des fours ou le peuple français qui a besoin de sa sidérurgie ? Maintenant, il faut que ça change. Le dernier mot doit rester aux sidérurgistes et au peuple qui leur donne raison. »

« Une très nouvelle page d'histoire. C'est l'événement. Il égale en importance avec le résultat de l'élection présidentielle en France. À certains égards, il l'est même davantage. Car, en Grèce comme en France, la politique d'austérité a été désavouée. Mais en Grèce les urnes ont placé notre parti en seconde position du résultat électoral, avec 16,80% des voix, surclassant nettement le Pasok socialiste. L'un des nôtres, Alexis Tsipras, trente-huit ans, est chargé de former le gouvernement. Prenons-nous la mesure de l'événement ? Aux élections précédentes, nos camarades ne recueillaient que 4,6% des suffrages. Trois ans plus tard, ils sont appelés à diriger le pays. Le processus politique sud-américain, dont j'ai si souvent annoncé la réplique en Europe, vient de franchir une nouvelle étape décisive. Après la phase des supplices monétaristes sans fin, voici le commencement de la phase de rejet radical. Le vieux système politique bipartisan s'est effondré et l'alternance ne peut se produire sans alternative.

L'histoire dans cette période n'est pas linéaire, elle ne suit pas les chemins habituels, elle marche par sauts et embardées. À cela on m'objecte que nos amis n'arriveront pas à former un gouvernement. Et alors ? Quelqu'un veut revenir au Pasok ou à la droite ? Non ! C'est nous qui avons la main. Les urnes nous donnerons plus généreusement les moyens dont nous avons besoin. Évidemment, le danger est bien compris par les importants et les belles personnes. Ceux-là s'arc-boutent pour sauver ce qui peut l'être. La piqûre de ciment dans l'édifice en cours d'écroulement est dorénavant partout la même. La peur du diable d'extrême droite ! On ne cesse donc d'en parler pour canaliser et rendre impuissant le mouvement de rejet si fortement engagé. Demain ils imploreront les colonels pour « sauver la démocratie » menacée par « les néonazis et l'extrême gauche » comme titrent déjà dans un même sac certains organes de la bien-pensance française. Assemblez les deux tableaux politiques, le français et le grec, et vous verrez commencer une très nouvelle page d'histoire. Le tour de notre programme approche en France comme en Europe. Je fais le pari que les législatives qui viennent peuvent raccourcir notre chemin. »

« L'argent, cette imposture ! » L'argent a toujours eu une odeur. Il n'est jamais le simple instrument d'échange qu'il prétend être. Car toutes les sociétés qui l'ont utilisé ont été des sociétés de classe, donc des systèmes de domination des uns sur les autres. Il les a durcis. Car la naissance de l'argent a permis que soit accumulée la richesse en dehors de sa réalité matérielle immédiate. Il a permis de différer l'échange. L'argent fait voyager dans le temps les envies et les objets qui les assouvissent. Je mangerai demain les poissons que je peux m'acheter aujourd'hui car il y aura toujours quelqu'un pour le pêcher à ma place si je le paie pour ça. L'argent c'est un frigo. Il stocke en conservant intact le pouvoir de celui qui l'accumule. Et justement parce qu'il a ce pouvoir, il permet d'oser ce qui aurait été inenvisageable sans cela : prendre aux autres davantage que ce dont on a besoin. Dans ces conditions, qu'on en ait beaucoup ou qu'on en manque, l'argent est toujours la mesure de la prédation des uns sur les autres. De là je déduis que de toutes les maladies humaines la cupidité est la plus antisociale.

Les pouvoirs symboliques et culturels sont des denrées périssables dont il faut sans cesse prouver de nouveau les raisons d'être pour reproduire du consentement à son autorité. Le pouvoir de l'argent ne nécessite aucune preuve pour s'exercer. Il vient, il se donne, il prend. Tout le monde consent. La dureté du pouvoir de l'argent résulte de cette nature intime et du consentement universel qui la protège. En ce sens, la richesse individuelle, c'est-à-dire l'accumulation privée de beaucoup d'argent dont on n'a pas besoin, est en soi inhumaine, c'est-à-dire au-delà d'une nécessité humaine. C'est donc un abus de pouvoir et une incitation à tous les abus de pouvoir.

L'argent se présente comme un équivalent entre les moyens de satisfaire nos besoins. En cela il semble postuler notre commune humanité. Il semble même incarner la part la plus humaine de nous, celle qui s'accomplit dans l'échange ! Trompe-l’œil ! Car qu'est-ce qui est fondamentalement humain ? Je veux parler de ce qui distingue un échange humain de tous les autres systèmes d'échanges et de symbioses dans la nature ? Ce qui se donne sans contrepartie. Donc ce qui est gratuit dans l'échange. Sur ce seuil, l'argent est nu comme un ver sans pouvoir. Le carrosse n'est même plus une citrouille ! Mais alors commence le territoire de l'amour et de la fraternité. »

 « Esclavage – Jamais accepté par ses victimes. Pour célébrer utilement l'abolition de l'esclavage, méditons toujours ce fait : il ne fut jamais accepté par ses victimes. L'histoire de l'esclavage est aussi, et peut-être surtout, celle du marronnage, esclave enfui construisant des sociétés en résistance frontale contre la sauvagerie sans bornes des propriétaires. Ne sommes-nous pas tous encore des nègres marrons dès que nous résistons aux droits des propriétaires d'entreprise qui disposent de nos vies sans même connaître notre prénom ni rien de ce qui fait de nous des personnes humaines ? Le marronnage est la meilleure nouvelle que reçoit l'humanité à son propre sujet. Il y aura toujours des femmes et des hommes têtus, éclaireurs courageux pour faire de cet instinct individuel si puissant un projet d'accomplissement collectif. Après la première abolition, les « negros franceses » furent la terreur des Caraïbes. Ils étaient si contagieux ! Tout noir ayant mis le pied en terre française était interdit de séjour dans les environs. Eux armèrent trois bateaux et prirent d'assaut le Venezuela pour y établir « la loi des Français : abolition de l'esclavage et instauration de la République ». Projet intact. »

Pour ce 10 mai j’ai eu l’avantage de participer à l’émission « Complément d’enquête » sur France 2. Le lieu du tournage était sublime. Le Panthéon. J’y avais fait le discours d’hommage pour le soixantième anniversaire de l’acte de résistance de Jean Moulin. Les allemands avaient exigé de lui qu’il fasse une déclaration flétrissant le comportement des troupes sénégalaises qui cantonnaient dans la ville dont il était le préfet. Il refusa. C’est le 16 juin. L’appel du général De Gaulle n’aura lieu que deux jours plus tard. Moulin est battu et jeté au cachot. Mais non c’est non. Il refuse toujours. On le bat de nouveau. Il casse un carreau et se coupe les veines. Juste pour l’honneur et par esprit de résistance. Et cela alors que nous venons d’être vaincus, qu’il est seul, sans témoin de ses refus et que la résistance n’a pas commencé. Quand je reviens dans la crypte je pense à cet homme et au choc que me procura la méditation sur le sens de son acte. Puis le reportage me concernant se présente. Plutôt aimable. Subjectif, bien sûr. C’est le propre de cet exercice. S’il me met mal à l’aise c’est seulement parce qu’il m’oblige à me regarder vivre. Un moment cependant est spécialement désagréable. L’ancien maire de Massy m’y insulte. Que pouvait-il bien avoir contre moi pour dire des choses aussi grossièrement mensongères ? La journaliste s’est bien gardée de le rapporter. C’est le reproche que je ne l’ai pas soutenu quand il fut aux prises avec les « affaires ». Selon la biographie de Lilian Alemagna et Stéphane Alliès, elles lui valurent une condamnation à un an de prison avec sursis. On comprend mieux alors. Mais pourquoi le reportage ne le dit-il pas ? Un autre témoin est l’ancien sénateur Paul Loridan. Lui prend un air benoît pour dire qu’il ne se souvient pas m’avoir vu défendre un texte pied à pied. Comme c’est aimable ! Mais si peu crédible. Le reportage oublie de dire que cet homme fut candidat contre ma liste aux sénatoriales et qu’il fut battu. Ce dont il me garde une certaine aigreur. Pour ne parler que de cela ! Ainsi vont les reportages et les biographies !

Un drôle de feuilleton est commencé avec un suspense assez artificiel sur ma possible participation aux élections législatives. Les commentaires de ce blog ont été aussitôt envahis par un nombre exagéré d’observations que je trouve globalement très inutilement verbeuses. Et surtout contre-productives. S’agit-il de démolir d’avance des décisions que nous aurons à prendre en donnant des arguments à ceux que nous aurons à combattre ? Ai-je souhaité ce « débat » ? Ces sottises me contraignent à mettre les points sur les « i » politiques. Au contraire de maints stratèges en chambre, nous ne pouvons travailler que sur des réalités et à partir d’elles. Nous avons fait une liste de circonscriptions marquées d’une  double caractéristique : la nécessité d’y porter le discours sur le partage des richesses et le besoin de renouveau de la gauche. Les deux aspects sont inséparables en général et ils prennent une acuité spéciale à certains endroits qui, de ce fait, sont emblématiques. Puis il nous a fallu consulter les camarades et les candidats au niveau local. Car les décisions de cette nature ne peuvent être prises sans l’avis des animateurs du terrain. Surtout, elles ne peuvent être prises contre leur gré. Ceux qui réfléchissent comprennent que cela demande des délais et de la discrétion, certes incompatibles avec l’impatience des petits enfants. Ensuite il faut du tact car je ne pourrai aller partout à la fois. Donc il faut permettre aux camarades qui auront demandé ma présence de reprendre le cours de leur campagne si je ne prends pas la relève. Et il faut aussi permettre à ceux qui ne retiennent pas l’idée de ne pas en être pénalisés par des ragots et rumeurs. Tout cela va à son rythme propre. Voilà pour la méthode. Quatre options au moins ont été sur la table : deux dans les Bouches-du-Rhône, une dans l’Hérault, trois dans la région parisienne, une dans le Pas-de-Calais. Quand tout cela sera décanté je dirai mon avis personnel aux dirigeants du Front de Gauche. Et nous prendrons la décision.

Vient la question du Front National. Elle est évoquée à propos de plusieurs des circonscriptions concernées par notre tour d’horizon. Elle est traitée dans les commentaires de ce blog parfois pour regretter que je donne l’impression d’une « fixation » sur le sujet ! On croit rêver ! C’est l’argument de la Le Pen elle-même ! Quoi ? L’extrême-droite est en progrès partout en Europe et la bonne réponse au problème posé serait de parler d’autres choses, et si possible ailleurs que là où la bête veut faire son nid ! Et ce serait ainsi qu’on ménagerait « l’autorité » des porte-paroles de notre cause ? Quand on n’ajoute pas en plus cette injonction que je ne dois pas être battu ! Les chefs dans les circonscriptions gagnées d’avance, ce n’est pas notre culture. Je suis allé mener combat avec les camarades du grand sud-ouest dans une circonscription européenne où nous n’avions pas d’élu. Si j’avais été battu c’est tout le pari du Front de Gauche naissant qui était atteint. Mais nous l’avons fait. Parce que nous faisons du suffrage universel l’arbitre de nos luttes et de nos choix. La planque et les « pousse-toi de là que je m’y mette » sur le mode de barons socialistes nous paralyseraient. Se ménager, ce n’est pas du tout notre façon d’aborder les problèmes qui s’annoncent. Pas du tout ! Et surtout pas la mienne. Il n’y a pas d’un côté la lutte contre le Front National et de l’autre la bataille pour le partage des richesses, la protection des travailleurs et la 6ème république. C’est la même affaire ! C’est exactement comme de dire que la lutte contre la droite et pour le partage des richesses c’est la même chose. Pourquoi ce qui est évident s’agissant de la droite devient moins certain quand il s’agit de l’extrême-droite ? La lutte contre l’extrême-droite serait seulement une lutte « morale » ? Une « fixation » particulière, comme on le dirait d’un thème trop étroit ? L’extrême-droite est le rempart du système quand celui-ci ne parvient plus à se maintenir avec ses forces et moyens traditionnels. L’extrême-droite est en train de fournir les thèmes qui restructurent idéologiquement la droite. Elle n’est donc pas à la marge de la bataille ! La lutte contre le capitalisme et la lutte pour la représentation politique de cette lutte sont une seule et même chose !

Voyons à présent un deuxième aspect du problème qui justifie d’intervenir. Dans les cas que j’ai cité, Bouches-du-Rhône et Pas-de-Calais, n’est-il pas évident que l’atout numéro un de l’extrême-droite c’est la décomposition du PS local ? Faut-il faire un dessin ? Le renouveau à gauche est alors la condition qui permet à une masse de gens de sortir de l’atroce tenaille qui les condamne à devoir choisir entre les vociférations de l’extrême-droite et les casseroles d’une certaine gauche ? Quand je parle de casseroles je ne parle pas seulement des « affaires » qui, ici où là, défraient la chronique locale et nationale. Les juges et les policiers s’en chargent parce que c’est la règle dans une société civilisée. Et les citoyens se font vite une idée sur le sujet. En fait les « affaires », c’est aussi les luttes à mort entre des personnalités locales qui prennent à témoin tous les électeurs de gauche et les impliquent de force dans des chiquayas et des intrigues qui les révulsent. Une longue discussion mardi avec René Revol, à propos de la situation dans l’Hérault, m’a permis de bien mesurer la profondeur des dégâts que provoquent dans la gauche les situations de pourrissement local des luttes de personnes au PS. 

Mercredi et jeudi j’étais donc à Bruxelles. Hervé Poly, secrétaire du PCF du Pas-de-Calais, est venu y dîner avec moi pour me faire savoir par lui-même que lui et ses camarades du comité de la onzième circonscription du Pas-de-Calais s’étaient prononcés pour que je vienne y être candidat. Nous avons fait le point ensemble en même temps qu’on faisait connaissance mieux que cela avait été le cas jusqu’à présent dans les cadres formels où nous nous sommes croisés. Je lui ai exposé notre dispositif et la méthode de travail retenue. Puis le lendemain j’ai repris mes feuilles de vote et suivi la litanie des décisions de cette assemblée européenne si bizarre. Cent pages de votes à émettre en deux heures. A la file. En chaîne. Soit. Nous y avons consacré un temps fou en travail d’équipe et avec l’assistante du groupe GUE pour recouper les avis car je ne vote pas toujours comme mon groupe. Vous trouverez tout cela sur mon blog européen où je rappelle que se trouve une documentation et un résumé du sujet pour chaque vote.

Le bon moment fut le défilé des camarades de toute l’Europe de l’autre gauche et même de la gauche molle venus me féliciter. J’ai mesuré alors quel intérêt nous a accompagné dans de nombreux pays ! Apparemment le meeting de la Bastille, celui de Toulouse et celui de Marseille sont désormais comme des sujets de légendes pour toute notre gauche. De même que notre technique d’assaut contre l’extrême-droite a été beaucoup commentée et reproduite, notamment en Grèce où nos camarades sont allés déloger leurs ennemis au cœur même de leurs tanières. Cette approche et ces regards venus de l’extérieur de nos frontières est précieux. Il nous permet de mieux prendre la mesure de la portée de ce que nous faisons. Nos militants traducteurs, femmes et hommes patients et appliqués, ont édité sept revues de la presse internationale à notre sujet. Je pense la publier bientôt sur ce blog accessible par un nouvel onglet. Car c’est aussi un moyen formidable pour comprendre notre propre réalité que de lire ce regard que les autres portent sur nous sous des angles inhabituels.


692 commentaires à “Entracte au clavier”

Pages : « 12 3 4 5 6 [7] 8 9 10 11 1214 »

  1. 301
    gp91 dit:

    juste ce sondage d'une télé grecque de jeudi dernier :
    Syriza 27.7% (128 seats)
    New Democracy - 20.3% (57 seats)
    Pasok 12.6% (36 seats)
    Independent Greeks 10.2% (29 seats)
    Communist Party 7% (20 seats)
    Golden Dawn 5.7% (16 seats)
    Democratic Left 4.9% (14 seats)

  2. 302
    GH18 dit:

    13 mai 2012
    C'est le 54e anniversaire du renversement par putsch de la IVe République, celle qui était issue de la Libération et de la Résistance, celle de la Sécu, des droits sociaux, de tout ce que l'immense majorité de la population française a perdu depuis sous la Ve République.
    C'est l'anniversaire d'un attentat d'extrême-droite réussi contre la démocratie parlementaire pour l'établissement d'une république monarchiste, inégalitaire et anti-démocratique qui vient de montrer avec le quinquennat du dernier président jusqu'à quels excès les puissants sont encore capables de se livrer.
    La Résistance est bien à l'ordre du jour et Jean-Luc nous donne l'exemple. Être avec lui est le meilleur des remerciements. Vive la VIe République!

  3. 303
    MARTINE CAPDEPONT dit:

    Les dirigeants du PS en France n'ont qu'un but: asseoir leur pouvoir bien confortablement afin d'emmagasiner un maximum de richesses personnelles! Voilà ce qui se confirme jour après jour pour ceux qui auraient encore eu quelques doutes sur leur honnêteté politique...Et ils n'hésiteront sur aucune bassesse, toute la pré-campagne présidentielle, la campagne elle-même et le début de la mandature du nouveau président (après que nous ayons sabordé Sarkozy) ont mis en évidence leur mépris du Front de Gauche et de son illustre représentant.
    Bien sûr que nous n'avons aucune complaisances à attendre d'eux, et encore moins d'une aide quelconque pour battre la droite ou même l'extrême-droite!
    Jean-Luc, nous sommes tous derrière toi en rangs serrés même si tu ne nous vois pas toujours (pour ma part je suis petite de taille mais je n'ai jamais été aussi grande que depuis que je porte notre drapeau, il m'élève jusqu'au ciel!)
    Quelle bataille magnifique, exaltante, que la notre, combien nous sommes heureux de t'avoir rencontré et de pouvoir t'accompagner fièrement le plus longtemps possible jusqu'à la victoire qui, tôt ou tard, arrivera nous en sommes certains
    On lâche rien! on lâche rien! Et nous cueillerons des cerises bien mûres d'ici quelques jours très très proches...

  4. 304
    mbretagne22 dit:

    Bonjour à vous tous.
    Vous voilà tous rasssuré(e)s après avoir entendu la conférence de presse sur la candidature de JL Mélenchon à Henin-beaumont.
    L'écho en sera national et aidera tous les militants et sympatisants dans la bataille des idées.
    nous sommes en luttes pour mener la bataille jusqu'au bout. vu la conjoncture actuelle nous n'avons jamais été aussi près de pouvoir faire que notre programme l'humain puisse voir le jour.
    On ne lache rien, on ne doute pas, on combat avec nos moyens et notre conviction.

  5. 305
    Jean Louis CHARPAL dit:

    Concernant la Grèce, j'espère que Syriza va tenir bon et que de nouvelles élections vont avoir lieu. Il serait bien que les économistes "attérés" du monde agissent en synergie avec ce parti et tous les anti libéraux. A titre d'exemple, Jacques Généreux dans " Nous on peut" propose à la Grèce un mode d'emploi de sortie de crise qui consiste en 4 mesures (page 86 de son livre): 1° Suspension de tout règlement de la dette. 2° L'ouverture d'une négociation sur l'annulation partielle de la dette avec les seuls opérateurs qui continuent à refinancer les emprunts grecs à des taux réduits. 3° L'annulation pure et simple de la dette pour les investisseurs qui refusent les conditions de négociation susdites. 4° La réquisition de la banque centrale grecque pour racheter une part de la dette excessive et refinancer
    l'Etat.
    Si on ajoute à ces mesures une lutte effective contre l'évasion et la fraude fiscale, la Grèce a les moyens de relancer la machine et d'en finir avec les "saignées qui tuent". Manque juste la volonté politique. Syrisa a cette volonté. Espérons qu'une majorité du peuple grec va pouvoir s'émanciper de la désinformation massive qui le maintient sous le joug. La victoire est à portée de sa main mais de nombreux citoyens ne le savent pas encore ! Qui tient les médias, tient le pouvoir !

  6. 306
    airvelo dit:

    @ marj - 292
    Les médias du Service Public (radios comprises) ont le même carburant que les autres : la pub... (bagnoles, banques, assurances, etc...) et l'info en particulier reflète la pression de ses clients qui payent.
    Mais il est utile ou temps de provoquer les militants du PS, maintenant en responsabilité, sur nos terrains respectifs, pour en débattre (rappel CNR), pour que des nouvelles règles démocratiques s'instaurent, pour que l'objectivité et l'honnêteté intellectuelle soient de mise, pour ne pas vouloir abuser le public, pour que ça change, pour que ça ne sonne pas comme les médias privés. Des règles ! Disons leur : "Il faut avoir le courage de réformer le Service public d'information"
    Le concept " L'Humain dabord", car c'en est un, n'est-il pas - je l'ai déjà écrit - un peu incompréhensible/innaccessible pour certains états de conscience ?! Est-ce que cette formule est entendable et suffisamment porteuse de notre projet pour le commun des mortels?! Je me le demande. Nous, on pense partage, générosité, gratuité, solidarité, écologie, du travail pour tous, hausse du seuil de pauvreté, logement, formation... est-ce entendu dans " L'humain dabord" ? Posons la question, je crois ? Et posons nous la ?!

  7. 307
    Maurice dit:

    J'ai entendu aussi ces espèces d'arguments comme quoi le Front de Gauche n'avait que le FN comme fixation… Encore hier à l'émission de Ruquier, ce dernier justifiant son désintérêt pour le discours Front de Gauche parce qu'il lui semblait trop omnubilé par le FN. Comme si il n'y avait que ça dans le programme bref !
    Ne vous laissez pas endormir. C'est une gangrène qui nous prend. Le corps doit réagir ! Il faut créer la confrontation pour faire réfléchir tout le monde… que chacun soit en face, au sein des familles, des collègues de travail, des amis, et mettent en avant leurs arguments… que tous soient en mesure d'entendre leurs propres mots et comprennent leurs portées. Après les législatives, il y aura très peu d'occasions où les gens tenteront de s'écouter.

  8. 308
    ansart dit:

    Si le PS retire son candidat, droite et extrème droite sont battus au premier tour ! Et quel signal envoyé à la Finance et aux peuples qui souffrent.

  9. 309
    Barousset dit:

    @Veronique P.
    Myriam Martin, c'est à Toulouse qu'on l'attend!

  10. 310
    nerawi dit:

    Salut à toutes et tous,
    je sors du métro shangaïen, truffé d'ecrans qui diffusent en boucle des informations nationales, internationales et autres spots. L'une d'entre elles, qui a du passer 4 fois en 20 minutes, est un diagramme montrant les intentions de vote des Grecs si des élections avaient lieu maintenant: à côté d'une grande photo d'Alexis Tsipras souriant, les graphiques donnent Syriza à 22%, largement en tête devant le deuxième, 14%, suivi des autres... Il y a eu aussi un discours de Chavez et des images de grandes manifestations en Amérique du Sud. Bientôt le FdG, c'est sûr.
    Je remets le lien vers l'article de la Repubblica qu'avait posté Menjine a propose de la manifestation du FDS (Federazione della Sinistra) à Rome, mais qui ne semblait pas fonctionner pour moi a partir de son message. Pourvu qu'ils parviennent à vite créer des dynamiques avec les grands sindicats de combat (CGIL-FIOM). Forza compagni!
    Détermination et unité.

  11. 311
    STRATÈGE dit:

    Jean Luc
    Adresse - toi aussi, comme tu sais le faire, aux ouvriers qui soutiennent le FN pour leur dire qu'ils se trompent de route, et que le FN n'est pas l'avenir. Je pense qu'une partie de ces ouvriers sont récupérables si on sait leur parler.

  12. 312
    Max Linder dit:

    @ DOMINIC
    La radio FdG est née depuis quelques jours, elle ne diffus e pour l'instant que de la musique, mais la ligne éditoriale, la technique, les infos, etc...tout cela suit son cours, et les créateurs annoncent un "vrai" démarrage sur 1 à 2 mois. Il va être très important que cette web-radio deviennent "incontournable" grâce à nous.
    Hasta la Victoria Sempre !

  13. 313
    Stéphane59 dit:

    Petit message au blogueur amoureux des mots qu'est le résistant candidat aux législatives à 40km de chez moi.
    Bon toutes ces élections m'ont ouverts l'appétit! Et j'en ai acheté des bouquins pour essayer de comprendre. Dès le lendemain des élections, je les lis! Yes. Je vais avoir le temps. Mais les lire dans quel ordre? Auriez-vous un conseil? J'ai donc acheté, sans encore les avoir lu : L'état de Pierre Bourdieu, 1984 de Orwell, Histoire de l'esclavage aux États-Unis de Claude Folhen, Quatre -Vingt-treize de vous savez qui, La deuxième guerre mondiale de John Keegan, L'essence du christianisme de Ludwig Feuerbach, Nexus d'Henry Miller, Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir.
    La guerre des personnes n'est pas la politique. Élus de gauche, rassemblez-vous! Sur des Valeurs de Gauche, sur le front de gauche.
    L'humain d'abord!

  14. 314
    Ydaho dit:

    Bonjour,
    Je dépose mon "grain de sel" du dimanche : arrêtez de "réclamer" a tout vent, un Média de gauche", c'est quasiment impossible !
    - Il faudrait un "créneau" (bande) qui soit dédié.. Et il n'y en a plus ils ont tous été accordés déjà..
    - Il faudrait un groupe "financier" qui soutienne ce projet.. Et je doute que cela soit disponible pour un parti de gauche
    - Il faut énormément d'argent, et ça, je crois pas que le FdG en ait..
    - Et il faut des "spectateurs", et je doute fort que même avec les autres conditions réunies miraculeusement, un "média politique" attirent les cerveaux disponibles écroulés dans leurs canapés a s'abreuver de "trash télé"...
    Enfin, en résumé, c'est pas possible !
    La seule solution est d'investir les Médias existant, et d'y faire entendre la "voix" du FdG, en étant "incontournable", parce que de toutes façons, ils ne le feront jamais d'eux mêmes.. En ça, pour le moment c'est un bon début, hier, les images de Jean-Luc Mélenchon ont tournées en boucles sur les écrans, et on a vu quelques leaders du front de gauche pouvoir s'exprimer a ce propos.. La candidature a Hénin-Beaumont, n'est pas "forcément" médiatique... Mais elle a pour premier effet de les attirer..c'est l'histoire "éternelle" du bourgeois avide, de la corde, et du pendu !

  15. 315
    christian houpin dit:

    Regardez moi ces journaleux : Jean-Luc Mélenchon "parachuté" à Henin Beaumont. Sur les terres de MLP bien sûr ! Tout le monde sait que Neuilly est un petit village de cette circonscription. Aujourd'hui il y a eu "des dizaines de milliers de manifestants en Espagne" (200 000 rien qu'a Barcelone) presque rien à côté des 100 000 de la place du Trocadéro où se tenait le rassemblement de Sarko sur une place qui ne peut même pas en tenir la moitié ! Et c'est à chaque journal télévisé la même propagande officielle. Vraiment qu'ils s'en aillent tous!
    On ne lâche rien !

  16. 316
    Véronique P. dit:

    Merci Max Linder, je prends note du lien !
    Pourtant, à mon sens, un (des) médias ciblés FdG ne peuvent avoir d'influence que sur les déjà convaincus.
    Le travail à faire est beaucoup plus compliqué et lent. Il s'agit de faire progresser nos idées au sein des rédactions des grands médias (qui ne sont JAMAIS clairement intitulés voix d'un parti, même s'ils sont très souvent identifiés comme étant soit "de droite" soit "de gauche").
    En attendant : internet est un outil formidable pour véhiculer nos idées et, les grands médias ayant tous des sites internet comprenant des forums de discutions plus ou moins facile d'accès et plus ou moins "modérés", les électeurs ne devraient pas se gêner pour y aller apporter la contradiction et la remise en perspective des propositions réelles du Front de Gauche.

  17. 317
    Martine dit:

    Bravo ! J'habite le Pas de Calais et je suis super contente que vous vous présentiez dans la 11ème circonscription!.....un vrai bonheur et une vraie chance !
    Vos billets sont toujours un bol d'air frais et d'espoir et très justes dans l'analyse,ce qui me permet d'y trouver à chaque fois des arguments pour ne plus rester muette lorsqu'on me parle d'utopie et de provocation au sujet du Front de Gauche et oui,à mon grand désespoir je n'ai pas hérité de votre rapidité d'analyse et d'élocution et vos billets sont une source de vérités et d'utilité publique! Merci Jean-Luc Mélenchon, et bienvenue chez les Ch'tis!

  18. 318
    PAUL dit:

    @JLM
    Cela fait plaisir de vous voir chaque jour maintenant dans une émission télévisée. Beaucoup ne connaissent du Fdg et de vous que ce que les médias ne veulent bien leur transmettre - il faut que les gens vous entendent, et cela même après les législatives. Expliquer, convaincre, encore et encore, avec acharnement, jusqu'à la prochaine présidentielle. Vous le faites très bien, donc exploitons au maximum cet atout.
    Courage et ne lâchons rien.

  19. 319
    lemetayerv dit:

    La lutte des législatives est incontournable. A Hénin Beaumont comme partout ailleurs certes mais Hénin Beaumont est un symbole qui permet de faire tâche d'huile. Pour faire connaître notre programme et expliquer la manière de le réaliser collectivement. Mais dans une région qui souffre d'un manque de perspective politique forte depuis quelques années, je pense qu'il faudrait avant le 1er tour faire connaître notre mouvement et nos idées par un grand meeting à Hénin Beaumont comme ceux de Lille, Clermond Ferrand, Toulouse, marseille, paris... Afin de montrer que la Région Pas de Calais est aussi importante que le reste de la France. En plus ça galvanise, ça mobilise, ça intéresse et ça nous donne envie d'en être et de participer entièrement et avec fierté dès qu'on sert de quoi il en retourne. Beaucoup de gens ne savent toujours pas ce qu'est le Front de Gauche et donc s'en desintéresse.

  20. 320
    Ydaho dit:

    Ensuite, il y a cette "affaire" de parachutage.. J'aimerais vous rappelez a tous, que les "mots" en France ont plusieurs sens, on peut faire des "raccourcis clavier" pour résumer, mais quand même il ne faut pas "ré-écrire" les sens, comme beaucoup ont ré-écris l'histoire, ce qui est a la mode, par les temps qui courent..
    Un "parachuté", c'est un candidat investit "en force", par un parti, sans se soucier le moins du monde du candidat du même parti qui est déjà en place, et qui a sa "ré-élection" assurée ! (ou presque).. c'est profiter honteusement du travail des autres et en recueillir les fruits ! (vous avez un bon exemple avec Guaino...).. Je vous rappelle aussi que beaucoup des députés ne sont pas issus de la circonscription ou ils exercent, mais se sont seulement bien implantés.. si tous les députés de notre pays habitaient a "la cambrousse", ça se saurait..
    Alors c'est pas la peine que tout a coup, certains deviennent des "fans" du parachutage de Jean-Luc Mélenchon, et par conséquent de "tous les autres" avec la formule consacré, comme quoi on est "partout chez soi", la désignation de de Mélenchon a Hénin-Beaumont est très éloigné de la notion de "favoritisme" !
    Les nuances dans la langue et les expressions Française (très riches) ça existe et il faut essayer de les "ingérer"..

  21. 321
    j-jour dit:

    @Marj "..'Aussi je comprends trés bien la réaction de JL Mélenchon à propos de certains messages (qui se multipliaient) et n'aidaient en rien notre objectif. N'oubliez pas que n'importe qui peut lire ce blog et s'en servir contre nous, ça paraît évident mais c'est bien de le dire !"

    Nous avons besoin d'unité sans doute mais pas d'uniformité; c'est toujours délicat à garder, l'équilibre entre critiques pour approfondir et rester en mouvement et critiques dévastatrices semant la division. Attention toutefois à ne pas fermer le cercle entre gens de même conviction sans nuances. L'intérêt vient étymologiquement de la différence.

  22. 322
    LAFORCE JEAN-LUC dit:

    Pour entrer dans le débat des députés qui ne sont pas de leur circonscription. Il faut connaître l'histoire de France. Après la révolution française et pendant bien longtemps, un candidat pouvait se présenter dans plusieurs circonscriptions à la fois et être élu dans plusieurs circonscriptions, il avait alors le choix d'être le représentant d'une d'entre elles. Si je me trompe, je veux bien volontiers que l'on rectifie mes propos.

  23. 323
    Donato DI CESARE dit:

    L'émission de France Inter de ce dimanche matin "Interception", signalée par marj à 9h59. France : la roue de l'infortune. Enquête sur ces milliards qui échappent à l'impôt. ici.
    Les émissions, les informations sur les paradis fiscaux et l'évasion fiscale se multiplient dans les médiats... ça commence à sentir bon, on lâche rien !

  24. 324
    dominic dit:

    Bien sûr que c'est primordial d'avoir sa radio et sa TV pour le Front de Gauche. Pour la radio, je viens d'apprendre que c'est fait avec l"Oreille Gauche" ! Génial. A nous de faire connaitre ce média dans tous nos réseaux et tracts s'adressant ainsi à tous les citoyens. Notre dynamique deviendra de la dynamite!
    DD à Rueil Malmaison

  25. 325
    Ydaho dit:

    @jnsp
    Il y a une "télé" sur internet, ça s'appelle la "télé-libre". Qui la regarde ? Fais un sondage autour de toi et qui sur ce blog la regarde ? Pour le reste, ce ne sont pas des millions d'Euros, qui sont nécessaires pour créer un média "populaire", mais des milliards. Tant que j'y suis, pour les nombreux qui connaissent pas jetez un œil sur la "http://latelelibre.fr/". Et voici aussi leur "raison sociale"...
    Allez, bon dimanche !

    P.S. : Et pour revenir a la candidature de Jean-Luc Mélenchon qui serait soi-disant un "épiphénomène", j'apprends que le FN aurait hier distribué 50 mille tracts personnalisés pour "dénoncer" cette candidature". Si vous connaissez une autre circonscription ou un "phénomène" comme ça s'est si instantanément passé, vous le faite savoir. Ils sont "réactifs", ils ont de l'argent en pagaille, et ils vont y mettre le paquet !

  26. 326
    erde34 dit:

    @Véronique P. à 11h41
    Entièrement d'accord avec vous ! Internet est l'outil le moins onéreux pour la pédagogie.
    Au risque de me répéter sur le site du FdG et sur d'autres d'ailleurs, ils se trouvaient pour la présidentielle, les " on va vous faire une dessin". C'est simple, percutant et accessible pour le plus grand nombre et chacun d'entre nous pourrait en réaliser des petits CD à diffuser largement. Cela permet d'attirer l'attention sur les vrais problèmes et mettre en avant nos idées et donner envie à ceux qui sont "accrochés" de lire le programme "l'Humain d'abord". Le travail de pédagogie consiste à vulgariser les problèmes complexes tels que l'économie, la finance, la mondialisation, les méfaits du libéralisme.
    Pour avoir testé ces petits dessins animés envoyés par mail, ou dans les forums de discussion, j'ai pu ainsi sensibilisé pas mal de personnes. Les autres, car nous, nous sommes convaincus.
    Nous sommes dans un monde où tout va vite, dans la culture du "zapping", il est donc nécessaire d'avoir des outils précis et marquants. C'est un moyen adapté pour convaincre, un parmi tant d'autres.

  27. 327
    Lepatoo dit:

    Tout mon respect pour votre engagement face au FN.
    Bravo pour votre courage face à ces brutes.
    Assez de ces commentaires douteux, seuls les actes comptent.
    Assez de ces révolutionnaires de salon qui ne quittent jamais leur canapé.
    Chapeau bas, Monsieur Mélenchon.

  28. 328
    juba dit:

    Cher Jean-Luc, alors que dans les prochains jours les enjeux européens vont certainement porter davantage l'actualité politique au-delà de nos frontières et des seules problématiques franco-françaises, du fait notamment des nécessités diplomatiques du nouveau gouvernement, il serait percutant que vous puissiez également dessiner l'image de la coalition d’une (vraie) Gauche européenne, par le rassemblement entre autre du jeune leader de la gauche radiale grecque, Alexis Tsipras, et d’autres comme des leaders irlandais, allemands, belges, espagnoles, portugais, islandais…
    Que vous puissiez aller à la rencontre de certains serait probablement d’un grand soutien pour eux. Néanmoins, de manière à contourner les contraintes matérielles, temporelles, voir écologiques qui pourraient vous en empêcher, pourquoi ne pas organiser une sorte de sommet à mi chemin, au centre géographique de cette nouvelle Europe de l’Ouest, en France ?
    Groupons-nous et demain un nouvel idéal européen sera le phare de l’humanité fraternelle…

  29. 329
    sylvie dit:

    bonjour Mr Mélenchon
    J'apprécie votre "recadrage" mais comprenez, comme vous le dites les enfants" dont je fais partie : la découverte de cette nouvelle gauche multi-parti, l'acharnement de cette presse subjective contre l'homme que vous êtes et ceux que vous représentez, et l'envie, au fond, qui emerge de cette frustration que le fdg ne soit pas au pouvoir. cela suscite forcément de l'impatience, de l'inquiétude face à d'éventuelle division au sein du fdg après les legislatives car l'espoir que vous avez soulevé est énorme. je reste accrochée au projet l'humain d'abord que je défends régulièrement auprès de mes amis ou collègues alors que je ne suis pas encartée mais j'y crois.
    Por Henin-beaumont cette circonscription n'appartient pas à mme Le Pen et c'est bien de le relever. Je crois en une victoire FdG. Bon courage!

  30. 330
    la belle rouge ! dit:

    Merci Ydaho et voici une petite interview sympa (ça change!) de Jean-Luc Mélenchon réalisée par "La télé libre" après le meeting de Versailles.

  31. 331
    Chloé dit:

    Pour reprendre ma réflexion d'hier, je crois que pour que notre combat contre le FN soit constructif, il nous faut absolument mettre en avant nos idées car elles manquent vraiment de visibilité. [...] Je crois que la meilleure manière de convaincre les gens est de faire connaître nos idées. Notre programme est notre force. Répéter que le FN est dangereux n'a malheureusement aucune prise sur les gens. C'est un peu comme dire à un fumeur que fumer provoque le cancer. Il le sait, mais ça ne l'empêche pas de continuer à fumer. Car il se dit que le danger n'est pas pour maintenant. (Désolée pour ce parallèle, j'espère que personne ne sera choqué ou blessé) Bref, j'ai été plutôt rassurée par ta conférence de presse, Jean-Luc, et j'espère sincèrement que tu vas continuer dans cette voie. Il faut travailler à ce que les médias retiennent nos propositions, même si ce sera dur. Il faut renoncer aux annonces du type "on va taper du FN" qui conforte les gens dans l'idée qu'il s'agit d'une revanche personnelle. Notre défi à relever pour l'instant, on le voit bien, c'est de convaincre, à gauche (d'abord) mais aussi les déçus de la droite dure de Sarkozy, que le combat contre le FN est crucial et qu'il ne s'agit pas d'un compte à régler entre Mélenchon et Le Pen.

  32. 332
    Vincente dit:

    Vous dites « Parler à l'intelligence des gens »..... Peut-être la plus grande difficulté de la campagne présidentielle et de la campagne à venir !
    Non, ce n'est pas du mépris, c'est du réalisme. Simple ouvrière ou employée depuis trente ans, je sais la misère intellectuelle qui sévit, je la rencontre chaque jour depuis tout ce temps. L’éducation est responsable de cela, d’abord l’éducation parentale puis l’éducation nationale car lorsque l’éducation parentale ne permet pas à l’enfant de s’enrichir de curiosité et de culture, de grandir intellectuellement, de s’épanouir, c’est parce que la propre éducation de ces parents ne s’est pas faite auparavant et que l’école n’a pas su y remédier, n’a pas réussit à construire son désir d’épanouissement intellectuel. Les enseignants n’en sont pas responsables, ils ne sont plus ni écoutés, ni considérés. Ces parents sont abrutis par des médias dont le rôle et le but est de rendre le peuple médiocre pour le maintenir dans son ignorance et mieux le manipuler !
    Alors oui, il faut parler à l’intelligence des gens. C’est un travail ardu, long et difficile, il faut expliquer, argumenter et casser les certitudes que les manipulateurs ont fait pénétrer dans leur conscience et éveiller celle-ci vers la réalité de leur condition, ne pas les laisser dans l’illusion.

    Merci pour votre courage et votre force.
    « Comme le front de gauche, tous d'accord.L'humain d'abord »

  33. 333
    marechal dit:

    Le FdG aura toute ses chances de remporter la victoire lorsque les gens aurons compris que nous ne sommes pas le supplétif du PS.
    Ce qui est triste dans cette histoire de la 11em du pas de calais, c'est qu'il faille compter sur les tambouilles des sôces locaux afin de passer devant ce fichu parti... et qu'on ne puisse pas comparer les programmes une fois pour toute.
    Le PS avec sa fable de vote utile nous a en quelque sorte volé nos minaudiers à nous... et ça y a pas moyen ça m’énerve. Qu'il se fasse dézinguer au passage par la vraie vague de gauche dans le 11 ém est à prendre comme une répétition à échelle réduite de ce qui l'attend si ce parti ne redevient pas "socialiste" au sens plein du terme... et il ne l'est plus depuis bien longtemps...
    Quand Jean-Luc Mélenchon disait à propos du FN ça se terminera entre eux et nous, et tous le reste se cachera sous la table, je commence à en être certain, et pas que depuis les dernières élections en Grèce. J'observe ce qu'il y a sur le terrain : et même des militants LO tiennent un discours à dormir debout : soit-disant qu'en attaquant la Le Pen, le FdG sert les intérêt du PS et gnagnagna...
    La machine médiacratique à brouiller les esprits fait toujours autant son office, certes, mais il n'y a pas que ça...il y a de la peur aussi de nous voir arriver au pouvoir par nos propres moyens. De la peur et de la haine : ça va ensemble...

  34. 334
    mimi dit:

    C'est avec honneur et plaisir que j'accueille votre arrivé dans la 11e de mon département. J'habite une commune de la 10e mais bientot 8e si je ne me trompe, et qui ne sait que trop ce qu'amène les dérives politicienne qui a fini par tomber aux mains d'un monarque sans étiquette (comme ci ça existait) divers droite (que l'on surnomme prince sarko),et qui n'a de cesse,sous couvert de dette héritée de dilapider le patrimoine communal au moins offrant à des sociétés privées sorties d'on ne sait où malgrés la colére des élus de l'opposition qu'il méprise et n'hésite pas a attaquer personnellement.Un maire qui a laissé s'installer un nid du FN sous les cris d'alerte de ces même élus et dont les soldats (fort de leur 3eme place) me semble en quête sur les lieux publics.Enfin bref commune a l'avenir noir que l'on pourrait surnommer petite France.Sinon resistance !

  35. 335
    Cathar(31) dit:

    Entendu ce matin sur France-Info un argument selon lequel Jean-Luc Mélenchon remettrait Marine Le Pen sur le devant de la scène médiatique alors qu'on aurait pu la laisser dans l'ombre. Manque pas d'air ce journaleux quand on sait que les idées nauséabondes du FN ont été distillées méthodiquement pendant 5 ans depuis le pouvoir UMP Sarkozyste et par l'indifférence du PS; en gros le discours bien-pensant se résume à "ne touchez pas à notre épouvantail"

  36. 336
    Harry dit:

    La campagne FG de 2012 est une répétition de la campagne communiste de 81, un PC qui par sa gouaille, la puissance de ses rassemblements, la force et la cohérence de ses propos, idées, et programme est persuadé mener la danse au 1er tour, et un PS qui le snobe, qui n'avance pas un début de proposition cohérente et qui malgré tout garde l'ascendant dans l'opinion publique. La déception des militants sincères, et puis le ralliement au PS au second tour.
    Si le FG veut un jour prendre l'ascendant sur le PS, il n'y pas d'autre solution que de rompre définitivement les liens avec le PS.

  37. 337
    Pierre de Marseille dit:

    @WM
    Serait-il envisageable que le blog soit présenté avec moins d'aplats blancs, sur les cotés par exemple? La fatigue oculaire est vite présente et un fond plus neutre serait meilleur pour les économies de la Sécu! Merci.

    [Edit webmestre : Non, ce n'est pas envisageable. Il y a sur votre écran un bouton (ou un réglage) "luminosité". Utilisez-le.]

  38. 338
    mercure40 dit:

    Bonjour à toutes et à toutes et à toi Camarade Jean Luc,
    Ce matin sur FI : Alain Touraine avait fait le pronostic de la victoire de la gauche aux Présidentielles. Mais qui aussi met en garde: la France est inquiète, l'Europe est en crise, et face au monde financier globalisé, les Européens doivent se construire une ligne de défense. Ici.
    Après le bon constat ! Les bonnes décisions ?
    Vive la 6ème République ! Vive La Sociale ! et vive le Front de Gauche !.

  39. 339
    flo dit:

    A tous les contributeurs de liens, merci !
    Militer sur le terrain et continuer de s'instruire. A ceux qui aiment le temps long de la lecture, de Samir Amin : "Sur la crise : sortir de la crise du capitalisme ou sortir du capitalisme en crise".
    Un éclairage instructif de ce que nous vivons.

  40. 340
    Démocrate Motivé dit:

    Après le FN qui fulmine et les Verts qui jaspinent, voici Martine Aubry, la naguère parachutée à Lille, qui trouve beaucoup à redire à la candidature Mélenchon à Hénin-Beaumont!
    Décidemment, plus on avance et plus on voit que c'est une très bonne idée.

  41. 341
    marj dit:

    @j-jour322
    Mais tout à fait d'accord avec toi, il faut des débats et de la diversité biensûr et il m'est arrivé de ne pas être d'accord avec Jean-Luc Mélenchon et même de me faire squizzer par le webmestre, je sais que ça n'est js trés agréable... seulement, sur ce sujet là et à ce moment de la campagne, je suis totalement d'accord avec JLMélenchon et j'ai trouvé déplacé certaines remarques. J'ai expliqué pourquoi, voilà tout.

    Sinon je rejoins Vicente @333, surtout que la désindustrialisation, le chômage de masse et "l'assistanat" (je sais c'est pas un joli nom) qui forcément a pris le relais, permet le développement d'un sous-prolétariat (lumpenprolétariat) et le clientélisme. Ces gens là n'ont alors que la télé pour s'abreuver, plus d'influence des réseaux sociaux, des syndicats, un PCF affaibli et voilà un terreau fertile pr le FN.

  42. 342
    J-jour dit:

    Quelqu'un sait-il pourquoi le site http://www.placeaupeuple2012.fr/ ne semble plus être bien mis à jour depuis le résultat des élections? Ca manque comme point de ressources et de ralliement sur la toile!

    [Edit webmestre : Le site donc vous parlez était le site de campagne. A ce titre, tous les frais étaient couvert par le compte de camapagne. Depuis le 22 avril, le Front de Gauche ne participe plus à la campagne présidentielle et ne peut plus engager de dépenses. A terme, ce site a vocation à être fermé, sauf si quelqu'un prend à sa charge les frais d'hébergement, ce qui serait surprenant compte tenu de la puissance du serveur.]

  43. 343
    mercure40 dit:

    Aprés la Mairie de Lille, Martine Aubry s'est essayé au parachutisme dans 5éme circonscription du Nord, en évinçant un élu du cru indéboulonnable, une circonscription imprenable qui est pourtant tombée dans l’escarcelle de la droite avec S Huyghe. Les militants, les électeurs n'avaient pas apprécié ce parachutage qu'ils avaient dénoncé. A Hénin cela se fait dans l’approbation générale des élus et des Militants, Rien à voir.

  44. 344
    Vinnie dit:

    Ce qui s'appelle faire d'une pierre 3 coups :
    - manipuler les médias : en allant affronter MLP, Jean-Luc sait qu'on va parler du FdG et il lui sera + facile de faire passer les axes de notre programme "L'Humain d'Abord" ;
    - précipiter la décomposition du PS local, déjà bien gangréné par ses affaires : d'ailleurs, Aubry n'est pas du tout contente, ça se comprend !
    - et surtout, le + important à mon humble avis : empêcher que M Le Pen entre à l'AN. MLP vise à reformer une droite dure, fascisante, sur les débris de l'UMP, elle compte sur les désirs de certains de revenir sur le devant de la scène - tous les fachos de l'UMP et la Droite Réactionnaire, lesquels sont prêts à franchir le pas vers le FN. Sa présence dans l'hémicycle la rendrait incontournable d'un point de vue médiatique (qui ont intérêt à la maintenir à flot car elle est le "diable de confort", un mal nécessaire pour eux, ne l'oublions pas).
    De toutes façons, comme je dis toujours : si l'on veut que quelque chose soit bien fait, il vaut mieux le faire soi-même. Car s'il fallait compter sur le PS pour partir en lutte contre le FN, on pourrait attendre longtemps (ça fait 20 ans !) et on en voit le résultat.
    Un seul est capable de faire échouer MLP dans ses projets, et c'est Jean-Luc. Je le trouvais déjà très rusé, mais là, je crois qu'il est encore plus courageux que rusé ! C'est tout dire.

  45. 345
    Valérie Soria dit:

    Bonjour et encore merci pour ta candidature. Je pense que le plus urgent est de reconquérir l'électorat ouvrier dont le vote a été usurpé par l'OPA de Marine Le Pen. Et aussi de réfléchir à un argumentaire nourri pour balayer l'accusation inepte de " populisme ". Car le Front de Gauche ne l'est pas, si l'on admet que le populisme consiste en une instrumentalisation démagogique du peuple. Il faut, je pense, remettre à l'honneur le concept de souveraineté du peuple et insister, comme tu l'as fait, sur l'action politique au service de l'humain mais aussi et surtout insister sur le caractère populaire et non populiste de ton engagement.

    Bravo et encore merci pour ton courage.

  46. 346
    Lilly54 dit:

    Bonjour Amis, On le sait bien, rien à attendre du côté des dirigeants du PS. Espérons que les citoyens socialistes aient le réflexe de s'informer comme nous et soient en mesure d'écouter d'autres raisonnements à gauche. Aujourd'hui je décerne la palme à Peillon et Aubry qui considèrent, à l'unisson de tous les éditocrasses, comme médiatique le combat mené par Jean-Luc contre le FN à Henin. Bravo pour la conscience républicaine de ces gens que je finirai bien un jour par mépriser. Allez Résistance ! Nous écouterons Monsieur Mélenchon tout à l'heure avec beaucoup de plaisir car nous avons besoin de profondeur d'âme et de hauteur de vue.

  47. 347
    Vinnie dit:

    Au fait, le petit triangle rouge que Jean-Luc portait si souvent à sa veste, comment on peut en avoir ? A chaque fois que je le voyais avec sur sa veste, je ne pouvais m'empêcher de songer que ça pourrait aussi être utile comme approche. De plus, c'est aussi une façon de démantibuler les critiques sur les communistes et leur sang sur les mains blablabla - les gens sont toujours surpris quand je leur explique combien les victimes des crimes capitalistes à cause de la spéculation, sont infiniment plus nombreuses que celle du stalinisme et du communisme !

    Comme Maréchal @ 14h11, je serai d'accord pour en porter un. Je milite au FdG sans être encartée dans l'une de ses composantes. Mais je pense que ce serait un bon moyen d'attirer l'attention, les questions et ainsi de suite, pouvoir engager la discussion sur le FdG et "l'Humain d'Abord".

    Alors ?

  48. 348
    mercure40 dit:

    Grèce. Un accord a été conclu entre trois partis. Conservateurs, socialistes et un petit parti de gauche se sont mis d'accords pour un gouvernement intérimaire de deux ans.
    "Trois partis se sont accordés sur un plan pour un gouvernement de deux ans afin d'appliquer l'accord sur le prêt [de sauvetage de la Grèce]. Ils ont 168 députés au nouveau Parlement, ils ont la majorité", a déclaré Alexis Tsipras, leader du parti Syriza, après des pourparlers de crise avec les conservateurs et les socialistes autour du président Carolos Papoulias.

  49. 349
    elgaucho dit:

    C'est dans Libé du jour :
    "Pino, plaquiste, est content de voir arriver le candidat du Front de Gauche. Il a voté pour lui au premier tour de la présidentielle. « ça fait du bien de mettre un coup de pied dans la fourmilière ». Il parle des haines intestines chez les socialistes? « Non, ça on s’en fout un peu. Ce que les gens voient surtout chez les socialistes, c’est qu’on dirait des commerciaux qui cherchent à nous vendre un truc ». Ses parents sont arrivés clandestinement de Sicile, en France. Il est inquiet de la montée de l’extrême-droite. « Avant, les gens ne pensaient pas comme ça ici. Ils étaient de gauche, c'était dans les gènes. Tout ça a disparu »."

    Et si on réinventait ensemble le mot de bénéfice ? Hasta la victoria siempre !

  50. 350
    Ouilya dit:

    Ydaho à 12h12
    "...j'apprends que le FN aurait hier distribué 50 mille tracts personnalisés pour "dénoncer" cette candidature" !... Ils sont "réactifs", ils ont de l'argent en pagaille, et ils vont y mettre le paquet !

    Bonjour cher camarade, oui, ils ont de l'argent mais ils n'ont pas pas d'argument face à J.L. Mélenchon. Et puis cette réactivité est très significative : la crainte ? je pense plutôt à "la panique", hé oui, face à Jean-Luc, nous avons appris qu'il fallait avoir un sacré répondant et des billes et ça, je parierais qu'il (fn), n'en a pas, du moins pas de sérieuse ni de défendable politiquement et humainement parlant. Reste la haine, pour ça il n'y a qu'un remède, l'amour, le savoir, la solidarité et le "NOTRE", à tout ce qu'il faut. Autre avantage, face à Le Pen, (sans majuscule), les médias seront OBLIGES de parler de Monsieur Mélenchon, même pour le discréditer. J'en bave déjà de plaisir.
    Fraternellement
    J'apprécie vos interventions.

Pages : « 12 3 4 5 6 [7] 8 9 10 11 1214 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive