25avr 12

Après le premier tour, un moment de pause clavier

Ce billet a été lu 97 317 fois.

1er-mai-capitalismeRetrouver le temps d’isolement, de silence et de pause qu’est l’accès à mon clavier aura été ce petit bonheur dont j’étais le plus avide depuis ces heures de tumultes qui ont suivi l’annonce des résultats. Désir qui venait après, bien sûr, cette irrésistible envie de dormir qui tenaillait tout un chacun dans nos équipes à bout de force. Penser, le mot à la main, c’est comme respirer après une apnée. Dans l’action politique davantage que dans n’importe quel art de réalisation, il ne faut pas se contenter d’attendre que la poussière retombe. Ces milliers d’émotions, de mots, de rencontres, de paysages qui font le vécu d’une campagne électorale diffuseront, des jours et des jours durant, dans les méandres de l’esprit, en veille ou éveil, rêves ou souvenirs surgissant impromptus. Cela se fera tout seul. Des sédiments nouveaux de culture et d’apprentissage s’accumuleront ainsi et j’en ferai un nouveau terreau. Mais on ne peut différer de s’impliquer dans la suite des événements comme dans un présent urgent. Le moindre retard à l’allumage prend d’ailleurs une signification que les vautours prennent pour une invitation au festin. Ici, à cette heure, je jette sur l’écran quelques balises pour vous faire connaître comment je fixe mes repères. J’en profite pour souhaiter qu’on fasse connaître ma position dans les termes exacts que je lui donne. Je suis déterminé à militer pour convaincre le plus de monde possible de voter pour rejeter Nicolas Sarkozy en utilisant le bulletin de vote François Hollande. Ceci posé sans ambiguïté je désapprouve toute utilisation de mon nom pour m’associer à je ne sais quel rassemblement autour du candidat et du programme des socialistes. Ceux qui croient bien faire en agissant de la sorte font en réalité une terrible erreur. Il faut convaincre et non contraindre. Pour moi, il ne s’agit pas de convaincre du programme de François Hollande, ce n’est pas le nôtre. Je veux convaincre de voter pour battre Sarkozy. Cela suffit. Au deuxième tour on élimine. C’est au premier que l’on pouvait choisir. Dans cet état d’esprit, je parle donc de l’action d’abord. Je n’aborde notre résultat qu’à la fin de mon propos. C’est le meilleur. Le dessert.

Pour illustrer ce billet des images et des affiches de 1er mai, jour de manifestations et de luttes derrière les syndicats, prises dans l'histoire passée du mouvement ouvrier et dans le temps des revendications et des combats d'aujourd'hui.

Je suis donc remonté sur le cheval, trompette de combat sonnante et sabre au clair, dès lundi soir, au journal de France 2. Nous n’avons pas d’énergie à perdre dans les regrets quand bien même il est juste et normal d’en éprouver et de souffrir au spectacle du pays défiguré par l’extrême-droite. Non pour s’auto-flageller. Nous avons fait notre devoir et nous nous sommes sentis bien seuls à le faire. Nul ne nous fera bastillejamais oublier comment la presse socialiste a préféré consacrer son énergie à nous accabler d’injures plutôt que de combattre Le Pen. Mais cela ne doit pas aller au point de perdre conscience de notre force et de nos responsabilités. Dans la lutte qui s’engage, les tensions sont démultipliées par l’extrême-droitisation de toute la droite. D’autant que la machine à salir et à mystifier s’est immédiatement remise en mouvement. Notre cas, celui du Front de Gauche, est vite réglé : nous avons « la gueule de bois » et nous sommes en échec puisque madame Le Pen est devant nous au classement. Point final, à des variantes de détails près. Parfois l’utile rejoint l’agréable quand le journaliste, comme à « L’Express », est lui-même lié au Front National. Mais, dans cette affaire l’utile rejoint surtout l’utile. On va voir ça. Depuis dimanche soir avec « l’irrésistible percée du Front National », le chœur des bouffons a retrouvé son couplet favori. Que mes lecteurs l’apprennent s’ils ne le savent déjà : l’analyse d’un résultat électoral est un enjeu idéologique. Contrairement aux apparences, un chiffre ne vaut que par comparaison : tout est dans la comparaison. Et la comparaison ne vaut que1er-mai-2002-2 par la référence que l’on choisit. Je prends le risque d’être saoûlant en rappelant, pour ceux que l’histoire des idées intéresse, qu’un chiffre ne décrit jamais une qualité intrinsèque mais un rapport entre des quantités. Les premiers chiffres égyptiens servaient à calculer la différence de superficie des terres cultivées à taxer car celle-ci changeait d’une année sur l’autre en fonction de l’ampleur de la crue du Nil. Mais en commençant la soirée électorale par un bobard tel que l’annonce de Le Pen à 20 %, l’odieuse machine médiatique à fabriquer du spectacle et de l’effroi, au mépris des faits et de l’intelligence, nous apprend que la connaissance de la réalité du résultat lui-même peut être un enjeu. Au-delà de l’intrinsèque aveuglement des agitateurs médiatique concernés, il faut tenir compte de l’intérêt idéologique de la manœuvre.

L’enjeu pour la bien-pensance est de détruire ce que nous avons essayé de construire : le retour de la question sociale et du partage des richesses qui se trouvent dans leurs poches. Rien n’est plus urgent pour les nantis et d’abord pour leur crieurs publics que d’en revenir aux bonnes grosses questions qui ne coûtent rien au portefeuille : la sécurité, l’immigration, les musulmans. Bref il est urgent de Lepéniser en rond. Et en cadence. Ainsi madame Le Pen aurait la clef du scrutin. Au point de voir « Libération » titrer avec François Hollande qui déclare : « A moi de convaincre les électeurs du Front National », comme si c’était sa priorité alors que dans l’interview il dit au 1er-mai-nbrougecontraire qu’il veut d’abord parler à la gauche. Il le dit à bon escient car s’il se risquait si peu que ce soit à donner des gages aux beaufs, Hollande se couperait d’amples secteurs des quatre millions d’électeurs du Front de Gauche qui sont tout à fait décisifs pour le résultat final ! Sale besogne, mille fois recommencée, et qui risque de nous coûter très cher. Car en clouant le débat sur ce terrain, c’est toute la construction de la campagne de Sarkozy qui serait validée. Légitimer la centralité de Le Pen, c’est légitimer ses thèmes et nous ramener loin en arrière, au temps de la valse-hésitation entre le préchi-précha moralisant et la « prise en compte des vrais problèmes posés ». Le Pen ne pose aucun « vrai problème ». Elle impose à force de répétition un discours de droite alternative. Une construction idéologique. Un rideau de fumée. C’est pourquoi, valider comme des « vrais problèmes » la mystification lepéniste est un poison mortel sans autre signification que de lui servir la soupe. Tel est le seul résultat prévisible de l’action de ces curieux « observateurs ». Il ne faut jamais perdre de vue ce point de cgt-2009repère pour apprécier les diverses « analyses » qui nous sont proposées. Toutes celles qui ont en commun de proposer des débats de substitution à la question du partage des richesses, ou bien qui réservent à Le Pen l’exclusivité de l’expression de la colère populaire sont destinées à aveugler plutôt qu’à éclairer.

Une question qui risque de se perdre en route, si on accepte les bavardages sans fin à propos du Front National, c’est évidemment celle de la méthode pour parvenir à battre Nicolas Sarkozy. Car contrairement à ce qui pourrait se croire trop facilement, voilà qui n’est pas joué d’avance. Il faut donc bien se souvenir que cette étape doit être franchie pour que n’importe quelle autre puisse être envisagée positivement. La révolution citoyenne est mieux nourrie par la victoire sur ses adversaires que par l’inverse. La défaite de Sarkozy est notre tâche urgente. Celle qui donnera de l’air à l’action sociale dans notre pays, bien sûr. Cela élèvera le niveau d’exigence des salariés qui auront construit cette victoire. Tout cela est indispensable pour que se développe ce que nous avons commencé à construire. Mais aussi, c’est ce qui est attendu de nous par la gauche de toute l’Europe pour briser le directoire actuel que l’on a résumé à juste titre sous le nom de « Merkozy ». Si je fais ce bref rappel des raisons de voter pour battre Sarkozy c’est que je suis bien conscient du fait que si cet objectif est partagé par tous, 1er-mai-cgtil existe entre nous une divergence sur le moyen d‘agir. Pour êtreplus clair, je sais qu’un nombre non négligeable de nos électeurs ne sont pas prêts à voter pour François Hollande.

On nous dit que ce serait le cas de 15 à 20 % de nos votants de ce premier tour. Ce pourrait être décisif. Les gesticulations de « Libération » et des autres organes socialistes hostiles au Front de Gauche sont donc totalement contre-performantes. Je connais les raisons qu’ont tant des nôtres de refuser de donner leur voix. Ils n’ont pas l’habitude de la donner sans donner aussi leur confiance. Il n’y a rien à dire contre leur honnête sincérité. Mais je voudrais les convaincre que leur résistance prend toute sa dimension s’ils ne vivent pas le vote Hollande comme une allégeance mais comme le moyen d’une action autonome et conquérante de plus longue haleine. La nôtre. La marche vers la révolution citoyenne. Cette marche est un processus vivant et non pas une formule déclamatoire. Elle passe par des étapes concrètes. Des rapports de forces qui se transforment en prises de conscience, qui s’élargissent en qualité, et en quantité de personnes que chaque succès partiel finit par entraîner avec nous. Le renversement de Sarkozy est le préalable 1er-mai-cgt-fo-1999de tout changement. Cela ne suffit pas, cela va de soi. Mais ce serait un événement considérable en Europe. C’est l’étape à franchir. Le comble serait que l’on fasse dépendre de l’adhésion à François Hollande le soin de pouvoir continuer le déploiement de notre stratégie. A l’inverse, si Nicolas Sarkozy se maintenait, il ne faudrait pas croire que la dramatisation de la situation, le choc qu’il prépare avec les travailleurs et la défaite subie suffirait à provoquer un meilleur niveau de mobilisation et de confiance en soi des travailleurs et de la jeunesse. Toute l’expérience historique prouve le contraire. La défaite ne fait naître aucun sursaut. Elle brise l’énergie collective, abat les courages naissant, durcit la résignation de la masse compacte de ceux qui hésitent. Le combat repart ensuite de plus bas. Je souhaite que chacun prenne en compte cet argument avant de fixer définitivement le choix de son attitude. Bien sûr nous allons en reparler assez souvent, je le devine, d’ici au 6 mai prochain. D’ici là, nous mènerons notre propre campagne pour battre Nicolas Sarkozy. Deux dates nous rassembleront au moins. Le 1er mai dont je vais parler. Et, en région parisienne, le 4 mai Place Stalingrad une nouvelle fois, mais ce sera peut-être ailleurs, pour conclure notre campagne de deuxième tour. Pour ma part je ne crois pas utile de participer à un meeting commun avec les socialistes et les radicaux de gauche et Robert Hue. Précisément parce que je respecte leurs choix qui ne sont pas les miens. Qu’irais-je faire ? Dire la vérité ? A savoir que j’utilise un bulletin de vote 1er-mai-2002mais que pour le reste je ne suis pas d’accord sur le programme ? A quoi cela pourrait-il bien servir ? Je recommande à mes amis de faire comme moi. Tous dans l’action, personne dans l’illusion. Mais bien sûr, il faut être dans l’action pour convaincre. Il y a urgence selon moi.

Il me semble qu’un aspect important de cette bataille du deuxième tour est la date du 1er mai. En décidant de venir chercher un bras de fer avec les syndicats, Nicolas Sarkozy entre dans une logique de compétition avec l’extrême-droite, nous dit-on puisque celle-ci se réunit tous les ans à quelques poignées d’énergumènes autour de la statue dorée de Jeanne d’Arc. C’est en effet un acte de compétition. Mais pas avec l’extrême-droite. Dans le sens de l’extrême-droite. Ce n’est pas pareil. Le bras de fer qui est organisé l’est contre les syndicats. C’est-à-dire contre les salariés organisés sur leurs revendications. C’est sans précédent. Mais c’est la suite logique du discours contre les « corps intermédiaires » qu’il avait prononcé à Marseille. La logique d’affrontement, déjà manifeste tout au long du quinquennat, franchit un seuil. Ce n’est pas un « coup de com' ». C’est une orientation politique de fond. C’est la ligne de Viktor Orban en Hongrie. Ce chef du parti libéral d’abord battu aux élections est revenu au pouvoir mai-1968sur une ligne d’extrême-droite. Parcours qu’avait laissé à mi-chemin ce paillard de Silvio Berlusconi. Nicolas Sarkozy essaie de sauter l’étape de la sanction du libéralisme en passant directement à la case politique suivante, avec les méthodes et les mots d’ordre qui y correspondent. Le danger est extrême. La réorganisation de la droite se fait sur un centre de gravité extraordinairement violent et frontal. C’est la raison pour laquelle le Front de Gauche fait de la mobilisation pour ce 1er mai une affaire centrale. Nous devons être derrière nos syndicats. Je dis bien derrière et pas à leur place car cela diminuerait la portée de leur action. La question posée en définitive dans ce bras de fer est de savoir quelles questions sont mises au centre du deuxième tour, comme problèmes que l’élection doit trancher. Qui est en cause ? Le banquier ou l’immigré ? Le 1er mai est donc un concentré du moment politique. On se souvient que dans mon discours à Marseille j’avais appelé de mes vœux à un 1er mai unitaire. Il l’est. Pour moi c’était l’occasion de souhaiter que cette place centrale soit donnée à la question sociale. A présent la question sociale est devenue une question politique, non du fait de notre propagande mais du fait de celle de l’adversaire. Il faut faire du judo politique et retourner contre lui la force du choc qu’il veut provoquer. Le 1er mai nous appelons donc tous ceux qui partagent notre combat à aller manifester avec les syndicats, dans le cortège de leur choix. Le Front de Gauche tiendra des « points fixes » dans toutes les villes où ses militants en ont les forces. Et après le passage des syndicats, si c’est la tradition des lieux ou bien si on l’a décidé en bonne compréhension 1er-mai-1909-megissiersavec les syndicats, on marchera nous-mêmes en cortège après le passage du dernier groupe syndical.  

Si l’on revient au champ général de l’observation, avant l’action, il faut étudier les résultats électoraux. Pour avancer de façon conquérante, il faut avoir une vision lucide du résultat global en ce qui concerne le rapport de force entre la droite et la gauche dans le pays. Il s’agit de se guider dans l’action en étant lucide sur nos chances, et donc de pouvoir saisir à point nos occasions d’agir. Je suis bien conscient du fait que cet indicateur ne dit pas tout, loin de là, s’il s’agit de compter ceux qui acceptent le système et ceux qui le rejettent. Si l’on met bout à bout tous ceux qui le rejettent, même quand leurs raisons sont diamétralement opposées, on peut dire que le régime actuel repose sur une tête d’épingle sociale. C’est bien là le cœur de la crise de régime qui mine tout l’ordre en place. Mais la connaissance du rapport de force électoral doit être faite en ayant en tête la comptabilité de tout ce qui nous aider à atteindre nos objectifs. S’il s’agit de chasser Sarkozy, il faut additionner d’un côté tous les bulletins de vote de la gauche politique, de l’autre tous ceux de la droite. Et voir les évolutions pour comprendre les dynamiques en cours. Cela s’apprécie par comparaison. Voyons.

Si l’on totalise les voix de toutes les droites, il faut constater qu’elles sont en recul. En 2007, les votes pour Le Pen, Villiers et Nihous ajoutés à ceux de Sarkozy et Bayrou, cela faisait 23 342 364 suffrages. En 2012 les mêmes catégories recueillent 19 550 966. C’est 16 % de moins. Et de notre côté ? En 2007 le total des voix pour Schivardi, Besancenot, 1er-mai-2011Laguiller, Buffet, Voynet, Bové, Royal faisait 13 377 032. En 2012 cela fait : 15 701 071. Une progression de 17%. Et l’autre gauche ? Il faut bien sûr tenir compte du fait que le Front de Gauche n’a pas été assimilé seulement à l’extrême-gauche. Mais la comparaison peut-être faite puisqu’elle m’a été sans cesse opposée pour minorer toutes nos réussites. En 2007, Besancenot, Schivardi, Laguiller et Marie-George Buffet recueillaient 3 300 254 suffrages. Cette fois ci en 2012, Poutou, Arthaud et moi nous recueillons 4 599 038. Nous progressons donc de 39 %. De ces quelques chiffres que conclure ? Je vois que les deux camps se radicalisent. Le processus est très largement engagé à droite. Au point que madame Le Pen est à deux doigts de parvenir à réorganiser le camp de la droite autour d’elle. C’est son objectif avoué et annoncé. En toute hypothèse, sa victoire idéologique sur son camp est faite. Sarkozy parle comme elle. La presse de droite suit le goût de sa clientèle et l’amplifie en agissant de cette façon. Elle a commencé, elle aussi, son extrême-droitisation. C’est ce que montre par exemple, de façon spectaculaire, l’évolution de « L’ Express » où la ligne éditoriale de type « Minute » s’accompagne de recrutements dans cette mouvance idéologique. Si je l’évoque ce n’est pas seulement parce que j’ai eu à en connaître du fait de l’acharnement aveuglé dont j’ai été poursuivi par ce journal. Mais parce que cela me semble être la pente prise par une partie des élites de la pensée de droite. La digue républicaine a cédé sur de larges pans de la droite mondaine. C’est un très mauvais signe quand on se souvient du passé calamiteux des expériences de ce type. Les Drieu La Rochelle commencent par être des « couv-revue-n-68-1er-maiChristophe Barbier » avant de devenir des Brasillach. Rien ne sert de se cacher, par respect de je ne sais quelles bonnes manières, la pente prise par les événements, ni la difficulté vers laquelle nous allons.

Le cœur de la droite, c’est-à-dire l’UMP, est dans l’impasse. Sa dilution est engagée. Nicolas Sarkozy perd 1,8 millions d'électeurs par rapport à 2007. L'analyse géographique de ses résultats montre que son électorat le plus fidèle et mobilisé est celui de la grande bourgeoisie. Il n'y perd quasiment aucun suffrage : il réalise par exemple 46,5 % à Versailles contre 47 % en 2007 et parvient même à améliorer son score dans le 7ème arrondissement de Paris où il se hisse de 56 à 58 %, où encore à Neuilly où il obtient 72,64 %. Les grandes fortunes ont donc fait bloc autour de leur homme de main. Mais c’est un échec terrible, car les beaux quartiers ne peuvent gouverner que si les quartiers populaires se laissent séduire. Or le recul de Sarkozy est spectaculaire dans la partie plus populaire de l’électorat de droite. Il perd 50 000 voix dans le Pas-de-Calais. Dans les fiefs de piliers de l'UMP, la chute est particulièrement forte : à Saint-Quentin dans l’Aisne chez Xavier Bertrand, Sarkozy passe de 31 % à 25 %. Et à Marseille, à Perpignan en milieu populaire ou à Meaux chez Jean-François Copé, Sarkozy passe de 34 % à 27 %. Cette perte se fait au seul profit de l’extrême-droite. Le processus en cours qui se lit dans les chiffres c’est celui de l’extrême-droitisation accélérée de la droite populaire.

70 % de la progression de Marine Le Pen vient du recul de Sarkozy. Une transfusion. A Marseille, Sarkozy perd 30 000 voix et Le Pen gagne 28 000 voix. A Lyon, Sarkozy perd 11 000 voix et Le Pen gagne 8 000 voix. A Lille, Sarkozy perd 6 000 voix et Le Pen en gagne 3 000. C’est ce transfert qui s’accélère plutôt qu’une percée de Marine Le Pen chez de nouveaux électeurs populaires. Par exemple à Florange, commune qui vit des hauts-fourneaux d'Arcelor-Mittal, Sarkozy perd 606 voix et Marine Le Pen en gagne 636. C’est presque du populaires-solidaires-fdgpile poil. Les vases communicants à droite entre Le Pen et Sarkozy sont particulièrement marqués dans le Nord et l'Est de la France où le FN réalise ses meilleurs scores. Le Pen ne doit ses percées en terres ouvrières que grâce à l'effondrement de Sarkozy : ainsi à Tourcoing dans le Nord, Sarkozy perd 4 000 voix et Marine Le Pen en gagne 3 000. On observe le même phénomène à Vaulx-en-Velin dans le Rhône, où 71 % de la population est ouvrier ou employé : Sarkozy y perd 800 voix et Marine Le Pen en gagne 700. Dans sa course poursuite avec Sarkozy, Marine Le Pen atteint ainsi quasiment le même score que lui dans plusieurs régions : Picardie, Lorraine, Nord-Pas-de-Calais, mais aussi Languedoc-Roussillon. Sans les efforts du Front de Gauche pour endiguer la montée du FN, le scénario d'une élimination de Sarkozy par Le Pen n'était donc pas très éloigné. Le FN dépasse en effet les 20 % dans 11 régions (une sur deux) et dans 43 départements. Mais sa dynamique n'est pas homogène et se heurte dans de nombreux endroits à la percée du Front de Gauche. C'est le cas à Marseille où Marine Le Pen réalise 21 % là où son père et Bruno Mégret totalisaient 27 % des voix en 2002. Elle perd ainsi 1 200 voix par rapport au record réalisé dans cette ville par l'extrême-droite en 2002. Et par rapport à 2007 ? Elle ne récupère que 28 000 des 30 000 voix perdues par Sarkozy. Pendant ce temps, le Front de Gauche gagne au contraire 42 000 voix !

Cette radicalisation ne s’opère pas au même rythme de notre côté. Il est vrai que nous ne sommes à l’œuvre que depuis trois ans. Le Front de Gauche ne domine pas idéologiquement la gauche. La preuve selon l’IFOP, 30 % des électeurs de François Hollande ont hésité à voter pour nous. Cela ferait neuf points de plus pour nous s’ils avaient choisi de ne pas se laisser effrayer par les affolés de la vingt-cinquième heure qui les ont ramené au prétendu « vote utile ». Leur niveau de politisation est donc resté bas. Nous ne leur avons communiqué aucune énergie politique. Le chemin à 1er-mai-1960parcourir se nourrira des épreuves que notre camp va vivre et de notre capacité à nous en saisir pour tirer les événements du bon côté. C’est le moment de dire que notre affaire est bien engagée. Très bien engagée. Avec près de quatre millions de voix (11,11 %), le bulletin de vote du Front de Gauche a gagné trois millions de voix depuis notre première campagne électorale aux européennes, il y a trois ans, où nous avions rassemblé 6,5 % des suffrages. La conquête réalisée est désormais bien répartie sur l’ensemble du territoire. C’est le signe qu’il s’agit bien d’une force politique nouvelle qui ne reproduit pas simplement la carte du passé des organisations qui le constituent. Le Front de Gauche fait plus de 7 % dans tous les départements sans exception en métropole. Il recueille 10 % des votes ou plus dans 70 départements et plus de 13 % dans 20 départements. De grandes villes sans tradition communiste forte ont ainsi voté à plus de 15 % pour nous comme Grenoble, Toulouse, Lille, Besançon ou Montpellier. De spectaculaires progressions sont aussi enregistrées là où nous avons assumé des clivages politiques forts. Ainsi en Alsace. Nous avons milité à visage découvert pour l’abolition du Concordat. Nous avons augmenté notre score de plus de 300 %. Nous y sommes passé de moins de deux pour cent à plus de sept ! A Marseille aussi, le discours clair et décomplexé sur la valeur du métissage a rencontré un écho populaire de masse en hissant le Front de Gauche à près de 14 % sur la ville et à plus de 20 % dans plusieurs arrondissements populaires des quartiers nord. Sarkozy y perd 30 000 voix et Le Pen en gagne 28 000. Le PS en gagne 1000 mais le Front de gauche en rassemble 42 000 de plus. Là aussi c’est la stratégie de combat Front contre Front qui a permis de tenir tête et de percer. Vaulx-en-Velin est un autre bon exemple de percée du Front de Gauche en milieu populaire et ouvrier. Souvenons-nous que dans cette ville, 71 % de la 1er-mai-drome-horizpopulation est faites d’ouvriers ou d’employés. Le Front de Gauche y gagne plus de 2 000 voix. Il est la deuxième force de la cité avec près de 19 % des voix.

Dès lors on peut constater que le score élevé de Marine Le Pen ne se fait pas à notre détriment. Nous avançons en face à face. Là où le FN progresse, le Front de Gauche progresse aussi. Ce sont donc les dynamiques respectives qu’il faut comparer pour voir qui prend l’ascendant dans la société. Car c’est autant une radicalisation de la société que celle des espaces politiques. Cela se vérifie spécialement en terres ouvrières. Elles sont loin de se donner à Marine Le Pen. Ainsi à Petit-Couronne en Seine-Maritime où la fermeture de la raffinerie Petroplus menace 900 ouvriers et où tous les candidats à la présidentielle se sont rendus. Sarkozy y perd 249 voix, Hollande en gagne 114, Le Pen 436 et le Front de Gauche 693. Nous sommes ainsi la plus forte progression. Enfin, un exemple montrant la place que peut se tailler le Front de Gauche face à la droite. Les deux départements 1er-mai-2007où Sarkozy réalise ses plus mauvais scores – la Seine-Saint-Denis et l’Ariège – sont aussi ceux où le Front de Gauche obtient ses meilleurs résultats, avec près de 17 % et des pics à 25 % dans de nombreuses communes à composition sociale populaire. Notons que contrairement aux regards trop rapides, à Florange, le Front de Gauche gagne 654 voix, quand Le Pen en gagne 636, manifestement arrachées à l'abstention. A Audincourt, où résident 3 000 ouvriers qui travaillent sur les sites de PSA Sochaux-Montbéliard, Sarkozy perd 439 voix et Marine Le Pen en gagne 376, tandis que nous en gagnons 740 ! La conséquence est que nous sommes bel et bien en train de constituer la relève de la gauche traditionnelle. Que le processus ne fasse que commencer n’y change rien. Le mouvement est engagé. La puissance actuelle mille fois célébrée de Marine le Pen ne doit pas empêcher de regarder son évolution dans le temps long pour la mettre en regard de notre dynamique actuelle. C’est un fait et il est alarmant : Marine Le Pen gagne 2,6 millions de voix par rapport au score de son père en 2007. Avec près de 18 %, elle dépasse le score historique du FN en 2002. Mais elle ne parvient pourtant pas au niveau cumulé des scores de son père et de Mégret qui était de 19 %. C’est le contraire de ce que disait le résultat annoncé en début de soirée électorale ! Notre résultat se lit dans le sens inverse. C’est une percée pure. Elle donne le ton du changement qui a commencé à gauche.

Je le rappelle, le total des voix de gauche augmente fortement par rapport à la dernière présidentielle. Il passe de 13,3 millions (36,4 %) à 15,7 millions (43,7 %). C’est le meilleur score global de la gauche à une présidentielle depuis 1988. Mais le score de François Hollande n'est responsable que d'une petite partie de cette progression. L’essentiel, les trois-quarts, vient de la percée du Front de Gauche. Hollande n’ajoute que 770 000 voix par rapport à Ségolène Royal. Dans les fiefs de ses visibles lieutenants, aucune dynamique 1er-mai-drapeaun'est détectable. A Montbéliard chez Pierre Moscovici, le nombre de voix pour François Hollande est en baisse de 105 voix par rapport à Ségolène Royal au 1er tour de 2007. Le Front de Gauche y gagne plus de 1 000 voix à la gauche en terre ouvrière. A Nantes, chez Jean-Marc Ayrault, François Hollande ne recueille que 78 voix de plus que Ségolène Royal. Nous permettons à la gauche de rassembler 15 000 voix de plus par rapport au score du PCF en 2007. De même à Argenton-sur-Creuse, la ville de Michel Sapin, François Hollande ne gagne que 67 voix par rapport à Ségolène Royal. A Evry chez Manuel Valls le nombre de voix PS stagne. A Lille chez Martine Aubry, il perd même des voix. Conclusion : l'essentiel de la dynamique de la gauche vient de la percée du Front de Gauche. Nous apportons les deux tiers des voix supplémentaires comptées à gauche. Cet apport à la gauche est très perceptible dans les terres populaires les plus touchées par le vote FN. Ainsi à Cavaillon où 64 % de la population est ouvrier et employé, François Hollande n'engrange que 13 voix de plus que Ségolène Royal. Mais le Front de Gauche gagne 1 200 voix ! A Marseille, que j’ai déjà évoquée, c'est le Front de Gauche qui permet à la gauche de passer de 36 % en 2007 à 45 % en 2012.

J’achève cette note en vous faisant connaître la lettre que j’ai reçue d’Allemagne que m’ont adressée nos amis de Die Linke. « Cher camarade Mélenchon, cher Jean-Luc, nous t’adressons nos vœux les plus cordiaux pour ton très bon résultat au premier tour des élections présidentielles en tant que candidat du Front de Gauche. Votre résultat montre que les électrices et électeurs français en ont assez d’une politique qui sert avant tout les intérêts des gens aisés et du capital financier. Toi et les militants du Front de Gauche, vous avez réussi à leur montrer des alternatives sociales et de gauche, et à les convaincre, dans des conditions difficiles, que ces alternatives sont éligibles. Ce résultat des élections montre en même temps combien vous avez eu raison de vous battre de façon offensive contre toutes les tentatives de monter les victimes de la crise les unes contre les autres, et d’exacerber la xénophobie et le nationalisme.

Ce résultat est important au-delà de la France. L’un des porte-drapeaux de la politique anti-crise européenne, antisociale a été sanctionné par les électrices et les électeurs, et sera, espérons-le, définitivement chassé du Palais de l’Elysée dans deux semaines. Le duo Merkozy serait ainsi brisé.

A l’avenir, nous espérons qu’il ne sera plus aussi facile d’imposer à toute l’Union Européenne des « mesures de lutte contre la crise » à l’allemande. Cher Jean-Luc, nous te souhaitons ainsi qu’aux camarades du Front de Gauche d’arriver à imposer l'influence sur la politique française que révèle ce résultat, et en particulier que vous réussissiez à renouveler et à renforcer votre succès aux élections législatives. La LINKE allemande, la gauche dans toute l’Europe, compte sur vous. Salutations cordiales. Klaus Ernst et Oskar Lafontaine »


1 459 commentaires à “Après le premier tour, un moment de pause clavier”

Pages : « 16 7 8 9 10 [11] 12 13 14 15 1630 »

  1. 501
    Michel Berdagué dit:

    Au message non supprimé à 19h22 : Le Rouge est là et "Nous nous sommes retrouvés" (les différentes familles de pensée très proches, historiques) et il risque de s'étendre si tout le NPA et la totalité structurée des Camarades de Lutte Ouvrière viennent rejoindre l'Union des travailleurs vrais et véritables travailleuses.
    Dès que ces 2 organisations très luttes de classe verront que le Front de Gauche fidèle à ses engagements et analyses ne va pas à la soupe gouvernementale pour cautionner une politique austéritaire, ça va pas trop peur ?.
    Ne comptez pas sur des Communistes de se flageller avec des quelconques cilices, car ça fait longtemps que les plus graves critiques et condamnations de la bureaucratie soviétique ont été établies et comme dans tout Parti à veiller à aucune dérive dès l'accès au pouvoir. Relisons notre " L'Humain d'abord " à faire encore connaître et là ceux qui se sont égarés dans des votes contre leur classe peut-être nous appuieront aux prochaines élections. Même après le 22 nous avons le meilleur programme et cela va se vérifier sous peu. Ah la Planification écologique c'est presque à en pleurer que notre Peuple par trop d'intox ne s'est pas en masse porté sur son avenir :le seul possible. Là,j'entends braghi en binôme avec le prétendant déjà élu nous inonder de croissance :mot magique à faire tourner les machines pour des produits invendables que l'on ne veut plus : le fétichisme de la marchandise.
    Vive le FdG

  2. 502
    CF74 dit:

    D'abord merci, merci et encore merci pour la clarté, l'espoir, la dignité et la fierté. Merci pour le personnage mais aussi pour toute l'équipe et la formidable dynamique qui s'est créée. Ma plus grosse surprise c'est qu'aujourd'hui 1/4 de la population (score Sarko) n'accorde plus aucun intérêt aux idées de France, de solidarité, de service public, de fraternité ou simplement de culture commune. 40% des français résident en Suisse ont voté S : leur seule motivation est clairement l'argent et l'individualisme. C'est atterant !
    Reste que le 6 mai et pour la première fois de ma vie, je vais voter "socialiste" (je vote depuis 78 !) et c'est bien parce que je veux croire à l'espoir qui s'est levé avec cette campagne que je vais le faire. Mais bon sang, que c'est dur !. On lache rien

  3. 503
    xavier dit:

    Discussion prolongée avec une voisine qui apprécie le FN. Elle me sort un argumentaire du type FdG sur la spéculation, sur la "troïka", sur le scandale du salaire minimum européen par branches, et quand je lui parle de la question des immigrés elle me dit qu'elle veut plus de laïcité (car les intégristes musulmans la gonflent). En gros j'en étais réduit à lui dire que le FdG était plus crédible que le FN sur tous ces points.
    Est-ce que qq'1 a une liste des lois que les parlementaires européens FN ont soutenues qui permettraient de lui prouver que le FN fait le contraire de ce qu'il dit...

  4. 504
    dudu87 dit:

    @jean ai marre dit:
    25 avril 2012 à 19h25

    Nous sommes d'accord et nous venons de commémorer l'arrêt de cette sale guerre d'Algérie. Notre gouvernement n'a pas voulu de cérémonie officielle. Lui si prompt à s'emparer de la lettre de G.Moquet, une petite leçon dans les collèges et les lycèes n'aurait pas fait de mal.
    Bien sûr que je me souviens des Italiens, des Espagnols, des Portugais... Tant qu'aux massacres des Juifs, la ratonnade des Algériens en octobre 58 (erreur de date?), la manif de Charronnes (9 communistes tués), Shabbra et Shatila au Liban sont encore plus près de nous. A croire qu'àprès le Veld-dhiv, la barbarie n'était pas extirpée!

  5. 505
    brière lydie dit:

    C'est vraiment "contraint forcé" pour moi le vote Hollande, car il y a eu bien des trahisons au PS et le programme n'est pas du tout celui auquel j'aspire, mais vous m'avez avec mon entourage convaincu qu'on ne peut faire autrement...... Je sais que lors du vote Le Pen contre Chirac je n'ai pas pu voter Chirac, cela était au-dessus de mes forces..... Mai là il est nécessaire de balayer Sarkozy du paysage et voir plus loin ent penser aux législatives avec l'espoir chevillé au corps que nous obtiendrons un bons nombres de sièges. Donc je ne lâche rien, sauf le bulletin Hollande le 6 Mai..... dans l'urne

  6. 506
    Walter79 dit:

    Bravo pour cette excellente analyse !
    En avant pour la révolution citoyenne

    Continuer votre travail d'éducation populaire.

  7. 507
    Chaboche Claude dit:

    Bonjour Jean-Luc,

    Je voudrais apporter mon modeste témoignage sur cette élection et la campagne du Front de Gauche. D'abord te remercier (vous remerciez) pour ce qui a été fait. Ton analyse des résultats est fort juste et tranche de celle que font les médias qui répétent tous le même discours, tel des perroquets bien dressés. J'ai voté pour ta candidature en raison du fait que tu as (que vous avez) mis l'accent sur un aspect qui à mon sens est crucial pour la planète : le partage des richesses. Le partage est la clé de tout : si nous voulons réellement la fin de la pauvreté, de la misère en France, en Europe et partout dans le monde, nous devons partager équitablement les richesses. Si nous voulons la fin de toute forme d'insécurité qui ronge les collectifs humains, si nous voulons la paix ; dans notre pays et dans le monde, nous n'avons pas d'autre choix que de partager. Le partage est la clé de tout, la clé de notre avenir.

  8. 508
    Lyendith dit:

    @ 508 xavier à 20h44
    Est-ce que qq'1 a une liste des lois que les parlementaires européens FN ont soutenues qui permettraient de lui prouver que le FN fait le contraire de ce qu'il dit...

    Il me semble bien que la Le Pen a voté un texte en faveur du Grand Marché Transatlantique en 2006 ou 2007, même si apparemment elle n'a pas récidivé depuis…

  9. 509
    Michel dit:

    En 2002, j'ai voté Chirac pour faire barrage à Le Pen.
    En 2012, je voterai Hollande plus facilement que Chirac, mais sans illusions, uniquement pour barrer la route à Sarkozy qui est aussi dangereux que Marine Le Pen, il n'y a qu'à l'écouter.
    Bravo et merci à tous les militants du FdG
    Rendez-vous pour le 1° mai et pour les législatives.

  10. 510
    Jacques dit:

    On n'a pas d'autre choix que voter Hollande contre Sarko(na)zy le 6 mai. C'est notre devoir de Républicains.
    J'ai voté Mélenchon le 22 avril, par conviction, avec plaisir de soutenir un homme aussi remarquable et un parti très riche d'idées novatrices.
    Ensuite, il y a les législatives, et le combat permanent contre le FN, qui doit nous occuper tant que ce cancer ronde la démocratie française.

  11. 511
    Séverine dit:

    D'accord avec Idaho, 20h38
    Je pense qu'il ne faut pas avoir tiré le gros lot à la loterie des neurones pour voter FN. Par contre il va falloir d'urgence trouvé comment leur mettre des idées un peu plus altruistes dans la tête.

  12. 512
    HYBRIS dit:

    @Régis Chamagne 435

    Correctif sur 496:
    ....ou variante sur les seuls votants....

  13. 513
    yohann dit:

    xavier dit:

    25 avril 2012 à 20h44
    Discussion prolongée avec une voisine qui apprécie le FN. Elle me sort un argumentaire du type FdG sur la spéculation, sur la "troïka", sur le scandale du salaire minimum européen par branches, et quand je lui parle de la question des immigrés elle me dit qu'elle veut plus de laïcité (car les intégristes musulmans la gonflent). En gros j'en étais réduit à lui dire que le FdG était plus crédible que le FN sur tous ces points.
    Est-ce que qq'1 a une liste des lois que les parlementaires européens FN ont soutenues qui permettraient de lui prouver que le FN fait le contraire de ce qu'il dit...

    Es ce que la strategie du front contre front est la bonne?A ce jeu là nous allons perdre

    je n'ai pas envie de voir des affrontement entre nationaliste et communiste....L'AFFAIRE EST GRAVE il ne faut pas se tromper de strategie

  14. 514
    Sylvie dit:

    Une soirée de dimanche un peu triste... Mais pour nous remettre en forme revoilà des lendemains qui chantent avec les billets de Jean-Luc Mélenchon qui reprennent
    Bien, il ne faut pas faiblir. Portons dans l'urne le bulletin FH, sans état d'âme. Ainsi nous continuerons la lutte derrière le Front de Gauche. Il reste encore des élections où nous pourrons nous exprimer sans complexes et dans la joie afin de construire un pays laïque et fraternel.
    Résistance !

  15. 515
    ch dit:

    bonsoir a tous les amis,j'ai mal au ventre de voter fh mais je vais le faire car j'ai confiance en le fdg,jean luc c'est battut contre tous, il a fait et de loin la meilleur campagne,on lui doit bien ça,ils nous a donné tant d'espoirs,et j'ai confiance en lui pour obliger fh si il est élu a faire une politique plus a gauche,car si c'est sarko c'est le néan,je vous demande de bien y réfléchir 5 ans de plus c'est long.merci encore

  16. 516
    Jean Emmanuel dit:

    Je vais probablement voter Hollande pour finir contrairement au vote blanc annoncé ici-même le jour des résultats et ce uniquement pour faire barrage au FN,en aucun cas par mon vote je cautionne l'action d'Hollande et sa bande. Le choix avec comme candidate aurait été plus simple. En revanche est-ce qu'il ne fera pas du Chirac en niant le fait qu'il a remporté grâce au autres partis de gauche ?

    Je suis dans la 13ème circonscription de Lyon où le vote FN fait un score de plus important à chaque élection. Je crains que le second tour des législatives va encore falloir voter contre ses idées pour faire barrage au FN. Rien de transcendant encore une fois

  17. 517
    NANOU 50 dit:

    Merci ! Jean Luc! J'ai ravalé mes larmes ! Dur, dur ! Mais ce soir les nouvelles de l'infâme Draggi à la tête de la BCE me donne du peps ! Tu as raison, on a raison. Petit à petit on y vient ! Moi qui m'étais juré de mettre ton bulletin dans l'urne le 6 Mai. Retournement de veste ? Non! Je dégage Sarkozy ! On défile le 1° Mai ! On se retrouve le 4 et aux législatives FdG aux 2 tours. Ici dans la Manche, le PS nous a déjà contactés pour un rassemblement autour de Marilyne Lebranchu ! Nan mais ! hors de question ! On nous a méprisés, on les méprise ! Ils ont leur programme, on leur laisse. Nous, on a le nôtre : "l'humain d'abord". Ils n'en veulent pas, très bien. On lâche rien (wallou)

  18. 518
    j-jour dit:

    Question : Les discussions sur le bien-fondé d'un bulletin Hollande sont-elles de mise au NPA et à L0? Sinon, c'était bien la peine de refuser de rejoindre le Front de gauche!

  19. 519
    LAFORGUE JACQUES dit:

    J'attendais une analyse politique de M. Mélenchon après les résultats du 1er tour: la voilà, et franchement ça va nettement mieux! C'est vrai qu'on a eu comme un coup de mou dimanche soir: après tout c'est humain, on est pas des boeufs! On continue..hasta la victoria, siempre!

  20. 520
    Ecolo-belge dit:

    Cher Monsieur Mélenchon,
    Sachez que bon nombre de Belges francophones suivent votre action et celle de tous les militants du Front de gauche.
    Votre campagne et votre stratégie nous réchauffent le coeur.
    Votre résultat est ma-gni-fi-que!
    C'est le moment de faire dégager Sarko, c'est bien plus qu'une miette, c'est une gigantesque percée, qui ouvre un cycle politique long en Europe. Si seulement je pouvais voter à votre place! Mobilisez-vous jusqu'au dernier, les Européens ont besoin de vous!
    Merci à vous tous
    Ecolo-belge

  21. 521
    Philippe Jouary dit:

    « Plus le niveau d’instruction est bas, plus la probabilité de vote pour le Front national est élevée » Nonna Mayer dans Libération du lundi 23 avril

    « Si vous trouvez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance ! » Abraham Lincoln

  22. 522
    Lilly54 dit:

    Avez-vous entendu Mazerolles sur BFMTV commenter la joute entre Sarko/Hollande qui se jetaient à la figure leurs alliés potentiels ? Oh cela n'a pas duré très longtemps, le temps d'une parenthèse, mais comme cette minute m'a fait du bien. Pour la toute première fois depuis des mois j'ai entendu un journaliste dire qu'on ne pouvait pas comparer le FN et les communistes. Que les communistes restaient dans le coeur des français pour les valeurs de fraternité qu'ils ont apporté. Oh la la ! j'ai cru rêver ! Mais merci Mazerolles !

  23. 523
    le/peintre dit:

    salut à toutes, à tous
    merci pour ce que chacun et chacune réalise à son niveau... j'ai moi-même pu m'apercevoir des effets positifs d'échanges convaincus en faveur du Front de Gauche... pour ce qui est du vote du 6 Mai, j'ai décidé pour ma part de voter Hollande, pour une seule raison qui, je crois, devrait tous nous guidés, puisque nous sommes tous embarqués vers le même horizon: Le capitaine du bateau a donner le cap... je suivrai ses consignes qui n'en sont pas, car il ne s'agit pas là de suivre, à l'ancienne, les directives du parti, mais de décider, en conscience de ramer en cadence et dans la même direction...
    ... la galère, dans la lumière matutinale brouillée d'un voile aux franges rouges, semblait un galion superbe brisant la houle brunâtre, mauvaise...

  24. 524
    GIUNTA Nadia dit:

    Merci pour l'analyse, je la partage en tout point, une petite remarque cependant le score en Seine St Denis pour remarquable qu'il soit n'est pas homogène. Les villes à tradition communiste, les villes au potentiel militant important font une percée d'un haut niveau: 25% à Bagnolet, 22% à Saint Denis, 21% à St- Ouen. Montreuil et l'Ile St-Denis autour de 20% avec une action militante trés forte et Epinay 15 % à mettre à l'actif de ce corps militant.
    Au delà de la Seine St Denis les scores d'Ivry dans le Val de Marne, de Gennevilliers dans les Hauts de Seines confirment cette poussée. Continuons tous ensemble.

  25. 525
    Loïc dit:

    Un gros merci au Front de Gauche qui m'a redonné goût à la politique à 40 ans, moi qui m'y intéressais beaucoup étant jeune, sympathisant de gauche depuis toujours, mais dépassionné au fil du temps par un discours mou que je ne perçevais pas comme tel et qui finalement me conduisait à penser que mon âge avançant j'avais perdu mon intérêt, mes rêves. En ouvrant une autre porte à gauche, vous m'avez permis d'y entrer et de connaître aussi un peu les composantes historiques qui s'y trouvent sur lesquelles j'avais bien des a priori! J'ai aussi appris à regarder le syndicalisme d'un autre oeil en ayant entendu dans vos discours à quel point ils sont importants ces hommes et femmes qui oeuvrent avec autant d'engagement personnel. La campagne m'a ouvert, ouvert aux autres, au monde, aux idées, aux mouvements politiques mondiaux, j'ai creusé les thèmes abordés, je me suis investi à l'écoute de vos blogcasts si précieux pour ceux comme moi qui ont peu de temps hors de leur vie familiale et professionelle. Oui un grand merci pour m'avoir aidé à faire renaître mon intérêt pour la politique et aidé à faire une synthèse dans mon esprit de mes valeurs profondes qui ont trouvé maintenant un support.

  26. 526
    Stasica dit:

    M. Mélenchon,
    Merci pour ces rassemblements que vous avez réussi à recréer cependant le combat continu. Il nous faut continuer à prodigué la bonne parole "Raus Sarkozy" et pulvériser le Front National. Il faudra des ressources mais quand on a des convictions profondes, on ne remarque pas les souffrances. RÉSISTANCE.

  27. 527
    jnsp dit:

    A ceux qui se réjouissent des positions sur la "croissance" de M Draghi, je leur conseille de voir que ce qu'il propose
    C'est une nouvelle couche d'endettement au niveau de l'Europe (les eurobonds) du même type que celle imposée aux états avec les mêmes bénéfices pour la finance (je ne suis même pas sûr qu'il faille encore parler de banques parce que à mon avis il y a de plus en plus de groupes financiers ou d'individus "délocalisés" qui ont un pouvoir financier supérieur à celui des banques).
    Enfin dernier point que j'ai déjà évoqué sans intéresser personne: une banque avec un milliard de capital peut créer 30 ou 50 milliards de prêts qui correspondent à autant de monnaie non permanente.
    Ce n'est pas le cas d'un état même s'il emprunte à la banque centrale du pays ou de l'Europe.
    C'est un petit point mais j'aimerais savoir si "j'ai juste".
    Pour ce qui concerne le 6 mai, il n'est pas très difficile de voter contre Sarkozy, à mon avis, je n'ai qu'à penser à son sourire le 6 mai s'il était réélu.

  28. 528
    bob dit:

    "Je n'ai pas d'illusion : Merkozy ou Merkollande, ce sera la même chose. C'est pour cela que je ne choisirai pas."

    C'est un tort. On ne peut confondre appareils, électeurs et militants. Si 30 p. 100 des électeurs PS sont favorables au PS : ça compte.
    Vous sentez-vous plus proche des électeurs PS ou bien des électeurs FN ou Sarkozy? Posez-vous la question.
    Il y a une dimension "dynamique de crise" et de risque politique majeur, et c'est plus crucial qu'aux élections antérieures.
    Avec une victoire du PS obtenue grâce au FdG, il sera plus difficile à un certain nombre de médias d'écarter le FdG.
    La victoire de la Sarkozy aura l'effet inverse. Les tractations inévitables entre le FN et la droite assoiront définitivement le FN dans les médias. La victoire de Sarkozy viendra confirmer, aux yeux des électeurs de droite et d'extrême-droite que la France "demeure à droite". Et même aux yeux des électeurs des pays étrangers. Si Sarkozy obtenait 50,1 p. 100, vous allez voir la joie avec laquelle les éditorialistes publieront leurs dizaines de billets grotesques disant que les "Français ont besoin de sécurité". Même si MLP n'appelle pas à voter pour Sarkozy, elle s'en réjouira. Cela donnera une pêche infernale à toute les droites. Ils diront : "voyez la claque à la gauche : la gauche n'est plus une alternative."
    Lisez les blogues de droite : c'est très instructif : leurs lecteurs sont mobilisés pour Sarkozy, à l'exception d'une frange des lecteurs...

  29. 529
    Gerard Blanchet dit:

    Moi aussi Gilbert 21h09 et c'est pourquoi je prends au mot une autre partie de son discours au CN du PCF : "Donnons à nos slogans de « révolution citoyenne » et de « pouvoir au peuple » une réalité palpable dès aujourd’hui."
    Dans mon village où 147 personnes ont voté Jean-Luc Mélenchon sur 763 exprimés soit 19.27% et où 175 soit 22.94% ont voté MLP j'ai pris l'initiative, sans attendre les consignes, de convoquer ces 147 résistants pour mardi 1er mai à 18h pour créer un comité local front de gauche en leur demandant d'aller nombreuses et nombreux à la manifestation du 1er mai à Montluçon, puis de se rassembler le soir même :
    → Soyons les actrices et les acteurs de la révolution citoyenne et engageons nous dans les étapes suivantes notamment les élections législatives de juin.
    → Mettons nous à la disposition de la population en organisant sur notre localité des réunions publiques à l'image des rendez-vous de l'Allier organisées par le conseil général.
    → Créons concrètement les assemblées primaires prévues par la constitution de 1793 et mettons en œuvre la démocratie active et participative sans attendre la 6e République pour aider, interpeller notre député Luc Bourduge lorsqu'il sera élu."
    Dans chaque localité il doit bien y avoir un ou une électrice du front de gauche capable de retenir une salle municipale, faire un communiqué, des affichettes.
    Voilà la meilleure réponse prendre à bras le corps l'avenir du front de gauche à la base.

  30. 530
    moignard marlène dit:

    J'aime bien cette notion de cercles vertueux.... les premières pierres fondatrices commencent à immerger dans cet océan de confusion. Naturellement cela dérange, cela perturbe, cela chamboule! Alors oui il y a de l'hostilité dans le camp adverse. Et pour ceux qui aiment - notre candidat sortant et consort- rajouter de la confusion à la confusion comme un sport favori, là où on attendrai de art! est née, ce que j'appelle cette initiative quelque peu fumeuse du "vrai travail". Improvisation ? Qui pourrait le croire, tant nous connaissons le refrain de la pêche à la division et ce pour quel composition de bouquet! Donc oui, pas vraiment flambant neuf, ces surfs sur la vague frontiste, celle là même qui prétendrait se relooker en "bleu vert marine ", et pourquoi pas océane, comme pour mieux nous bercer de sottise, sur un air louche d'un "rassemblement plus vrai que nature"....Après la Jeanne, c'est au tour du 1er mai, et pourquoi pas du muguet! Tout cela est grotesque, quelque peu attristant, mais rira bien qui rira le dernier, les grosses ficelles sont de plus en plus grosses, personne ne s'y trompe, donc oui je serai là, avec encore de belles ressources, et de l'humour dans les cortèges de ceux pour qui cercles vertueux ont un tout autre écho et aussi une toute autre vibration! Bien à vous mes vrais amis de coeur et de combat.

  31. 531
    laurent otin dit:

    Bonjour Mr Mélenchon j'ai été déçu dimanche comme nous tous de notre résultat mais plus de voir le FN devant nous que du score que nous avons réalisé car pour un parti assez ressent 11,11 % est tres encourageant pour les années a venir et surtout des législative qui arrive. Alors oui le 6 mai prochain je voterai Hollande ainsi que tous nos camarades je l'espère. 1) pour casser l'axe Merkozy c'est essentiel 2) pour la dérive de Sarkozy vers l'extreme droite pour récupérer des voix en vue du second tour est très inquiétante nous ne sommes pas loin d'une alliance entre ces deux-là ce qui serait une catastrophe pour notre pays. Je vous adresse Mr Mélenchon ainsi qu'a vos plus proches camarades un grand merci et une énorme admiration pour la campagne que vous avez si ben menée.

  32. 532
    charlotte dit:

    Belle analyse qui donne du baume au coeur. on y va,on continue, toujours on est là !

  33. 533
    Marc dit:

    Bonjour,
    Contre le père, je n'ai pas hésité à voter Chirac qui avait pourtant poussé le FN sur le devant de la scène.
    Ne nous laissons pas aller à notre coeur et écoutons notre raison : c'est tout de même possible de voter Hollande !
    Ne perdons pas de vue les progrés accomplis et puis, qui nous interdit de redescendre dans la rue ? Vigilants et sans confiance pour le PS peut-être mais regardons l'histoire et la montée du parti nationnal-socialiste en Allemagne alors votons PS même si, comme beaucoup, je le ferai sans espérance ni aucune illusion !
    Marc

  34. 534
    anonyme dit:

    Voter blanc, renforcerait la notion du vote Le Pen, qui s'en revendique la "maternité".
    Monter sur les planches avec F.Hollande affirmerait notre allégeance au PS.
    Sortir du PS par la grande porte, pour y revenir par la petite, non merci.
    Sarkozy se fait souffler la bataille idéologique. Celle qui en prends le flambeau est bien plus menaçante, après avoir siphonné l'ump, regardez qu'elle nous sort des discours que l'on pourrait presque entendre de notre côté du Rubicon.
    C'est une guerre de tranchée qui nous attend. Ne laissons passer aucune dérive individualiste dans les conversations, les comportements. C'est la mère de toutes les batailles, le reste viendra naturellement.

  35. 535
    Beaujean dit:

    Chers camarades, cher Jean-Luc,
    Pour qu’une intense déception passagère ne brise l’élan d’une force qui va, je me suis posé, en cette nuit de 23 avril 2012, quelques questions afin de guérir la blessure de la colère.
    On sait depuis longtemps que la suzeraineté du capital assure grassement pitance et prébendes aux vasseurs et vavasseurs médiatiques relayant la parole pragmatique et réaliste qui lui sert d’hypnose sonore. (Austérité et compétitivité sont les deux mamelles, etc.) Mais depuis un an, la montée en puissance d’un Front de Gauche enrayant la fabrication du consentement a inquiété les barons du Quatrième Pouvoir et leurs braves métayers numériques. Du fond de leur cuisine, en leur âme et conscience, ils ont repris les bonnes vieilles recettes et se sont remis à engraisser la Bête Brune qui jamais ne sommeille, cette Fumisterie Nationale avide de se saisir de toutes les frustrations, de dévoyer toutes les souffrances, de déposer le sel de la haine sur toutes les plaies contemporaines.
    Voici pourquoi, de l’éditocrate hystérico-express au philosophe rebelle mais néanmoins hédoniste, aucun de ces petits servants du capital-risque n’a cru bon de poser cette question inscrite au programme de l’urgence : « Comment en finir avec le Front National ? » Ne soyons pas faussement naïfs : toute ressemblance avec de douloureux événements passés sera volontairement fortuite.

  36. 536
    ermler dit:

    Imaginée : lettre à FH

    Monsieur le candidat,
    Le dimanche 6 mai, nous déposerons un bulletin dans l’urne. Votre nom y sera écrit.
    Ce vote n’a qu’un but, un seul : chasser monsieur Sarkozy du pouvoir. En aucun cas il n'exprime une adhésion à votre programme, à votre politique.
    Le soir de votre victoire, nous ne vous applaudirons pas, nous ne vous « remercierons » pas, pas plus que vous n’aurez à nous remercier pour « la confiance accordée », car nous ne vous accordons AUCUNE confiance.
    Nous n’avons rien oublié de ce que vous êtes, vous et votre parti. Rien de ce que vous avez fait, ni les trahisons, ni les capitulations, ni les double-discours et les faux-semblants. Nous serons, dès le lendemain de votre élection, des adversaires bien plus bruyants, plus encombrants, plus déterminés que vos faux-ennemis de l’UMP. Votre ligne social-libérale, votre logique d’austérité, nous la combattrons. Nous ne laisserons rien passer, nous ne lâcherons rien !
    Monsieur le candidat, vous voulez - vous en rêvez depuis si longtemps ! - être président de la république ! Vous le serez peut-être et, en partie, grâce à nous. Mais ne vous réjouissez pas trop vite. Aucun « état de grâce » pour vous, aucun répit. La révolution citoyenne est en mouvement et elle viendra troubler, plus tôt que vous ne le croyez, le sommeil du vainqueur. En tous cas nous, nous ne nous endormirons pas.
    Recevez, monsieur, nos salutations citoyennes.
    Vive la VIe République !

  37. 537
    Isabelle Feroux dit:

    Je vis à Tahiti et dimanche nous étions un groupe d'amis réunis pour un petit déjeuner élections. Il fut morose. J'ai du me contenir pour ne pas pleurer.
    Une sorte de ferveur me prenait depuis quelques jours, où j'imaginais possible la présence du Front de Gauche au 2nd tour.
    A l'annonce du résultat des deux finalistes, première déception.
    Au vu du score du président sortant, incompréhension ! Comment se fait-il qu'il ait obtenu tant de suffrages ? Le peuple n'en peut plus, il est étranglé, et il continue à voter pour Sarkozy ! On entend partout que son résultat est un échec cinglant, notamment parce qu'il arrive second. Je ne suis absolument pas d'accord avec cette analyse. Sarkozy a au contraire réalisé un score énorme, au vu de son bilan, au vu de la manière dont il traite et muselle les français ! Serions-nous masochistes ? Tout comme le vote FN relève de la bêtise, désolée si je fais partie de ceux qui stigmatisent ses électeurs, le vote Sarkozy ne vaut pas mieux ! On est dedans jusqu'au cou mais on aime ça et on en veut encore !
    Par contre, je me demande si la campagne anti-FN n'a pas été trop agressive et n'a finalement pas desservi le FdG.
    Les sondages prévoient un écart d’une dizaine de points entre les finalistes ! Je n’y crois pas, le match sera bien plus serré qu’on ne le dit, rien n’est joué.
    Le FdG doit continuer sur sa lancée, le peuple a besoin d'espoir. Merci d'être là.
    Continuons la lutte et dimanche mobilisons-nous contre Sarkozy !

  38. 538
    Pascal-Oberson Gilbert dit:

    Question: à qui appartiennent les instituts de sondages ? Réponse : à des fonds d’investissement ou bien à des potes à Sarko.
    Avez-vous remarqué la manipulation des quinze derniers jours avant le premier tour ?
    1/ On annonce que Mélenchon passerait devant Le pen
    2/ On annonce qu’il y aurait une forte volatilité faisant que des électeurs oscilleraient entre le Front de Gauche et le Front National ? Personnellement j’ai du mal à le croire.
    3/ Juste au dernier moment Le pen repasse devant Mélenchon avec 2 ou 3 points d’avance
    4/ résultat : 7 points d’écart !
    On est plus dans la marge d’erreur et je n’arrive pas à croire à l’énorme écart annoncé entre Hollande et Sarkozy. Donc mobilisation maximale le 6 mai pour virer Sarko !

  39. 539
    Gerard Blanchet dit:

    Bravo ermler.

  40. 540
    catalan isabelle dit:

    Lire le blog de Jean-Luc Mélenchon m'a fait du bien et si Dimanche soir fut difficile nous restons fort motivés pour ne pas lâcher
    Je pense que même si c'est parfois un peu violent nous devons aller à la rencontre des électeurs du FN pour aller chercher où se niche la haine
    La souffrance est très souvent le terreau de cette agressivité et c'est pour eux plus facile de l'attribuer à plus en difficulté qu'eux
    En tout cas j'ai repris l'entrainement du militantisme qui pour nous maintenant est absolument nécessaire
    Merci à Fanfan et au jeunes militants qui l'accompagnait pour le collage de l'avant meeting de Metz du 18 janvier
    Il y a des dates qui marquent
    Bien fraternellement

  41. 541
    Maignial dit:

    Philippe Jouary à 21h11
    « Plus le niveau d’instruction est bas, plus la probabilité de vote pour le Front national est élevée » Nonna Mayer dans Libération du lundi 23 avril
    « Si vous trouvez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance ! » Abraham Lincoln

    Entièrement d'accord! Les résultats de la présidentielle vont dans ce sens: en moyenne, le FN a été bien moins haut dans les grandes villes (où les militants de gauche ont fait un travail magnifique) que dans les campagnes où les médias sont souvent réduits à la télé et où il y a moins de monde pour militer. C'est pourquoi avant les législatives, je vais aller engager des discussions avec les habitants des communes voisines, qui ont voté Le Pen non par racisme mais par ignorance et déception (heureusement dans mon village, les électeurs ont voté majoritairement à gauche et le FdG a fait 19%, peut mieux faire. 15% pour le FN et 16 pour Sarko).

  42. 542
    BA dit:

    Bonjour.
    Merci pour toutes ces analyses qui pointent des progrès encourageants. Je transmets ces éléments à un maximum de personnes et comme pour le premier tour ça devrait aider notre entourage à se positionner.
    En regard des résultats à la campagne, je pense qu'il ne faut pas renoncer à développer l'histoire des métissages mais revenir aussi aux questions du pouvoir d'achat, des impôts (les feuilles d'impôts déboulent en ce moment dans les boîtes aux lettres): 1700E, écart de 1 à 20, les mesures pour les PME, les circuits courts entre production agricole et distribution reliant à la fois les producteurs et les consommateurs), les services publiques, la défense de l'école publique, l'éloignement des lieux culturels, la question des transports...en lien avec la question de l'Europe (animations sur sur Place au Peuple. Cela ramènera l'attention vers le FdG sur le terrain.
    Le 1er Mai sera là pour rappeler les revendications (les gens de la campagne et de la ville vont retrouver ce qui les a rassemblés lors des grandes dernières manifs) et sera le rdv pour parler en grand de "L'humain d'abord".
    Je fais le maximum pour que mes proches retrouvent le chemin des rassemblements du 1er Mai ou y aillent pour la première fois. Sur toute la France, ce sera une magnifique démonstration.
    J'aimerais que toutes les électeurs du FdG utilisent le bulletin de vote FH. Les candidats du FdG aux législatives seront boostés.
    Et puis,si NS est balayé, quelle fête! Même à la campagne on étouffe.

  43. 543
    Pascal dit:

    Reynier dit : "Nous ne signons pas un chèque en blanc à FH, nous exorcisons l'ideuse parenthèse de NS. "

    A l'évidence, Mélenchon signe un blanc seing à Hollande. En effet, ne rien demander au PS, c'est conforter Marine le Pen qui affirmait que Mélenchon est un rabatteur du PS.
    Or, rien n'empêche Mélenchon de mettre en garde le PS, ne serait-ce que vis à vis des électeurs du FdG ! Car nous le savons, nous allons devoir nous battre contre la politique d'austérité que mènera le PS au gouvernement. Tout chèque en blanc au PS ne fera qu'affaiblir et démoraliser les salariés, et au final renforcera le FN dans son rôle d'opposant à la gauche.
    Nous allons inévitablement vers une confrontation avec la droite et son extrême. Appeler à voter Hollande sans mettre en garde le PS, c'est conduire les salariés à des défaites. Voici ce qu'il impératif de dire.
    Oui, nous appelons à voter Hollande pour dégager Sarkozy mais uniquement pour cela ! Nous appelons les citoyens, les salariés, les retraités, les chômeurs à se préparer à se battre contre le futur gouvernement qui ne manquera pas de mener des attaques contre notre niveau de vie pour servir les banquiers et financiers. Oui, nous avertissons Hollande qu'il sera étroitement sous le contrôle des électeurs de gauche et les forces que nous avons mobilisé ne sont qu'une répétition générale, oui nous mobiliserons à nouveau si jamais Hollande est tenté de poursuivre même de manière timoré la politique MerkelSarkozy.

  44. 544
    bob dit:

    En ce qui concerne le vote FN en campagne, l'explication est relativement simple, j'habite la cité de la batellerie dans l'oise et les mariniers chez nous ont voté en masse pour le FN comme les ruraux, la bonne raison c'est que ces gens là travaillent loin du mélange du peuple contrairement aux habitants des villes,(ouvriers d'usines, de TP, des transports etc) et c'est la peur de l'étranger défendu et développé par la marine le pen qui a attiré sur elle le vote de ces gens apeurés qui ne sont pas tous les jours avec nos gamins de banlieue qui ne sont pas tous des bandits ou des dealers notoires, mais nous nous le savons par expériences et malheureusement les ruraux comme les mariniers n'étant pas bien avertis se sont fait avoir par le FN et la peur ! à nous de leur expliquer le contraire
    C'est très juste mais très difficile, car on observe une "peur de la ville" dans beaucoup de petits villages : pour eux, dans une ville de plus de 20 000 habitants, on se fait tuer à tous les coins de rue. Merci qui ? Mrci les médias et le JT faits-divers!
    Cela s'ajoute aux effets des vols réels qui augmentent en situation de crise. nb. d'entrées par effraction dans les maisons de pauvres, car les riches ont des services de sécurité, des systèmes de sécurité ultra-perfectionnés et d'excellentes assurances.

  45. 545
    Dorothée dit:

    J'irai glisser un bulletin pour FH dans l'urne le 6 mai. Pourtant je n'adhère en aucun point au programme du "PS"
    Mais je veux que Sarkozy tombe, je veux qu'il puisse enfin être jugé pour toutes les sales affaires qu'il traine derrière lui.

  46. 546
    flo ben dit:

    Quel bonheur ce fut pour moi que d effectuer un vote d adhesion pour votre programme pour vous pour votre equipe clementine autain pierre laurent marie georges que j ai toujours beaucoup appréciée etc...
    depuis longtemps je votais par raison,par calcul,pour éviter que la droite ne gagne,que le pen ne gagne,etc
    là ce fut différent enfin !
    Magnifique discours du Prado et appel à la fraternité quel souffle !
    J avais déjà voté front de gauche pour gérard Piel à je ne sais plus quel scrutin
    aux législatives rebelote en attendant je vais au premier mai comme en 2002 pour dire non à la bete immonde que sarko vient de légitimer, pour défendre le "faux" travail (fruit en creux) de l'hyperbolique discours de l'encore président
    dégage dégage ont dit les peuples des révolutions
    Faisons le dégager lui et son avion spécial
    Marre d écluser ses multiples complexes
    On n en peut plus Vite un président normal pas un malade à soigner
    Chers amis du front de gauche vous ne vous renierez pas en votant hollande vous soulagerez d autres amis du front de gauche; faites le pour ceux d entre nous qui n en peuvent plus
    Recevez toute ma gratitude mr mélanchon ainsi que tous les militants
    Notez que je suis une nicoise (de souche comme la salade) et que l alternance n arrive jamais jusqu'à nous quand elle a lieu : je suis entourée de ump (et FN) dans la bonne ville d"estrosi et là il nous téléphone pour nous inviter aux réunions publiques... Y a le feu à la barraque

  47. 547
    lio dit:

    Félicitation pour le score bien sur! plus que la dernière fois a gauche du ps! j'hesite a mettre un bulletin pour des idées dont je ne porte pas les valeurs en tant que militant du front de gauche.J'hesite mais la mort dans l'ame je voterai a gauche, enfin je mettrai un bulletin Hollande. c'est pourquoi que quel que soit mon vote le 6 j'ecrirai un courrier a l'elu régional(ps) pour lui signifier que ce n'est pas un vote de soutient pour Hollande du tout. J'invite toutes les personnes ayant la démarche de battre Sarkozy sans etre supporter de Hollande a faire de meme.Cela fera fonctionner la poste, service public en perdition.je n'ai pas reçu la lettre de Sarkozy voyez vous et d'autre par j'invite aussi les personnes toujours dans cette démarche de service public a renvoyer la lettre que le PS, semblerait il, pense envoyer aux français, avec la meme technique du refusé ou pas disponible sur commande inscrit sur l'envelloppe,et hop retour a l'envoyeur. Que de millions dépensés entre l'ump et le ps pour une non-campagne,de non-positionement, d'évitement. Enfin le peuple achète encore de la brioche chez lidll, il n'est surement pas encore assez écrasé, c'est surement que ça va encore. En tout cas j'ai encore un bulletin Mélenchon a disposition au cas ou mr Hollande se mettrait aprés avoir joué les suffisant a vouloir racler la fange contenue dans le discour de la représentante de l'extrème droite française!

  48. 548
    Goulvent dit:

    Jean-Luc, puisque tu as déclaré dans un de tes billets que tu t'inspirais parfois des commentaires laissés sur ton blog pour tes formules lancées en meeting, je t'en propose une, en rapport avec l'analyse des résultats du scrutin que tu livres:
    "Après le feu de paille du Front National, viendra bientôt le feu de joie du Front de gauche !"
    Un peu présomptueux diront certains, mais nous sommes nombreux à y croire.
    Merci encore et la lutte continue !

  49. 549
    christian dit:

    Je tiens à vous féliciter, vous Mr Mélenchon ainsi que toute l'équipe du front de gauche pour cette extraordinaire campagne électorale que vous avez memé avec quelques fois poésie, rudesse mais toujours avec sincèrité. Quelle formidable campagne d'éducation vous avez mené là, cela a été pour moi un vrai régal de vous entendre. Un vent de fraîcheur et d'espoir est passé sur le peuple, il y Encore un grand merci à vous l'équipe du front... de gauche.

  50. 550
    Roger dit:

    Sans être un fin analyste, il me semble que depuis les années Mitterrand, la présence du FN dans les élections favorise plutôt le PS ? D'ou l'on comprendrait mieux la mollesse de ses attaques envers le FN.

Pages : « 16 7 8 9 10 [11] 12 13 14 15 1630 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive