09avr 12

« groupies », « adeptes », « supporters » : des journalistes conchient les citoyens

En marche pour Marseille

Ce billet a été lu 74  515 fois.
Cette vidéo a été consultée 12 fois

Finalement je n’ai pas eu le temps de faire l’apprentissage de la technique qui m’aurait permis de faire des petites vidéos comme je l’avais prévu. Je reviens donc à mon clavier. Il sera question de ma semaine passée, de notre rassemblement de Marseille, de la semaine où le chiffrage de notre projet a été sur la sellette, et où vous avez été décrits dans la presse quotidienne écrite comme un ramassis de groupies autour d’une rock star de la politique.

En illustration de ce billet des images prises à Toulouse la rouge le 5 avril : un film « time laps » de 13 000 photos de la place du Capitole, prises de 3h du matin à 23h le soir, puis des portraits de participants rassemblés, attentifs et heureux. Film : Eric Delion. Photos : Stéphane Burlot.

toulouse_03Ce que je viens de vivre, c’est sûrement le plus long tunnel d’action de toute ma vie politique. Après un mois sans pause, une semaine qui fila au rythme d’une réunion publique chaque jour du Bataclan à la place du Capitole de Toulouse. Sans oublier le vendredi tout l’après-midi où l’on enregistrait les clips pour la campagne officielle. Je ne fis juste qu’une pause cet après-midi-là pour répondre à l’invitation qui m’avait été faite d’aller saluer les sidérurgistes de Florange sur le Champ de Mars. Si rude que cela soit ce n’est peut-être rien à côté de ce qu’endurent mes proches camarades, garçons et filles de tous âges qui sont sur le pied de guerre nuits et jours. Quand je dis « mes proches », en fait je parle des deux cent personnes qui tiennent à bout de bras la campagne en première ligne, quelle que soit leur tâche. Disons aussi qu’un savoir-faire extraordinaire s’accumule dans cette circonstance. De tous âges, je veux le répéter, ceux qui m’entourent ne sont plus les mêmes qu’il y a quelques semaines. Tout comme moi. Et ce que j’en dis ignore ce que font par millier, et de leur propre initiative, tant de gens qui mènent campagne de tous côtés. Je nous évoque tous ensemble de cette façon parce que c’est selon moi une composante extrêmement significative du moment politique que nous vivons. L’impact de cette campagne sur nous tous, notre transformation comme individu et citoyen à mesure que s’approfondit l’effet que notre action provoque, fait de nous d’autres personnes. De cette mutation nous avions eu un avant-goût avec le référendum de 2005. Que de choses avaient ensuite changé dans nos manières de voir et de penser ! J’en suis une sorte d’illustration puisque ma rupture personnelle avec le PS partit de la brûlure ressentie dans une expérience qui était pour moi comme des retrouvailles avec moi-même. Mais le choc le plus important c’était d’avoir été majoritaires avec 55 % des suffrages. D’un coup, plus rien ne fut pareil. Ni pour nous, ni pour nos adversaires. Nous avons su que « nous on peut ». Et eux aussi, ils ont su que nous en étions capables. Déjà un grand effet d’homogénéisation politique s’était produit entre tous ceux qui s’étaient engagés dans la bataille. Ce que nous vivons aujourd’hui est un multiple en intensité. Cela du fait même de l’objet de l’élection. Maintenant est posée la question du pouvoir. Ceux qui s’impliquent dans la bataille sont conduits à prendre en charge ouvertement toute une vision du monde, un programme et la manière de le faire vivre. A mesure que les discussions ont lieu, que les rassemblements se font, que se diffusent nos idées et que se disent les adhésions à notre bulletin de vote, nous changeons. toulouse_05Un fantastique parti politique se constitue, parti sans murs, sans carte, sans consigne ou presque, infiniment plus discipliné dans l’action pourtant que bien d’autres en ce moment et avant nous. Car qu’est-ce qu’un parti sinon un programme et une action concertée pour le servir ?

Je suis très attaché à notre dispositif de rassemblements de masse sur les trois places, à la Bastille, place du Capitole et à Marseille. J’ai bien noté que les autres candidats nous imitaient. Je les vois maintenant eux aussi occuper les rues et parfois même se risquer sur des places avec des succès souvent mitigés. Dimanche prochain le PS convoque au bois de Vincennes et l’UMP place de la Concorde. Vous allez voir la différence du traitement médiatique ! Et aussi les chiffrages. On va bien rire je crois. Mais rien de tout cela ne se compare à ce que nous faisons. Car nous ne sommes pas engagés dans des opérations de communication. Nous travaillons des répétitions générales de l’insurrection citoyenne. A l’appel du comité du Front de Gauche, lucidement, à leurs frais, et sans aucun avantage à prévoir, dans un inconfort souvent notable, des dizaines de milliers de gens se mettent en mouvement. Pas un abribus de cassé, pas une poubelle renversée. Le rassemblement et la dispersion se font sans anicroche. Et pour quoi faire ? Soutenir l’idée d’un changement de régime, d’un changement de république. Ce n’est pas une petite affaire. Tant mieux, finalement, si l’adversaire en est encore à jouer au PMU politique, si tous ceux que nous affrontons dans cette partie croient à leur propre propagande à notre sujet. Plus longtemps toulouse_06nous avançons à couvert, plus tranquillement et plus profondément se font notre maturation politique collective et notre apprentissage organisationnel pour les tâches que nous avons à accomplir pendant et après l’élection.

Le rendez-vous de Marseille est pour nous un point d’orgue dans les rassemblements pour la sixième République. Il se pourrait que ce soit la plus importante des trois mobilisations. Elle est placée sous la protection de tous les marseillais. Quelles que soient leurs opinions ils savent que tout le pays va regarder de leur côté. Marseille, dans ces conditions, devient une sorte de phare politique. Le lendemain auront lieu les rassemblements parisiens du PS et de l’UMP. On va voir ce qu’on va voir. Sur place, s’il n’y a pas de risques liés aux lieux ou aux intempéries, je pourrai aller plus loin que la conclusion du cycle des discours sur la nouvelle république que j’ai entrepris de faire d’un rassemblement à l’autre depuis la Bastille pour définir notre projet. La forme ramassée de mes discours et les effets poétiques que je me fais un devoir d’y introduire sont destinés à faciliter le travail politique de tous nos amis quand ils doivent ensuite expliquer autour d’eux ce qu’est la sixième République. A la Bastille, j’ai évoqué lestoulouse_08 principes fondamentaux de liberté individuelle et de responsabilité écologique de notre projet de changement. A Toulouse je suis entré plus avant dans la question de la souveraineté du peuple telle qu’elle se pose aujourd’hui. A Marseille je vais sans doute passer au thème de la République sociale nouvelle que nous voulons établir. Mais le discours que je prononcerai après ceux de mes camarades, encore une fois, ne sera qu’une partie de ce que qui se jouera ce jour-là. Le premier enjeu reste notre nombre et notre capacité à nous mobiliser pour marcher ensemble. Car la démonstration de force, comme vous le savez dorénavant, renforce la force et fait partie du rapport de force. Une semaine avant le vote ce n’est pas secondaire s’il s’agit bien, comme nous le disons, de faire du vote une étape à l’intérieur d’un parcours plus long dont la révolution citoyenne est l’objet et non le changement des personnes aux mêmes fonctions. Après ce rassemblement, notre campagne de premier tour se conclura à Paris au parc des expositions de la Porte de Versailles. J’en parlerai bientôt car c’est un moment très particulier dans mon esprit et dans la stratégie de campagne

Les quinze jours qui arrivent sont la période des grands rapides. L’espace-temps politique se contracte. Bruits, rumeurs et effets de surprise ont une intensité et un impact d’une force qu’ils n’ont à aucun autre. Chaque semaine, c’est bien normal, l’angle d’attaque contre nous se déplace et varie ses arpèges. Dans la presse quotidienne écrite bien sûr, le fond d’hostilité aveuglée reste le même. Et davantage encore le mépris. Cette semaine, c’était celle du chiffrage catastrophiste contre le programme du Front de Gauche. De bonne guerre même si la charge n’est pas de bonne facture. Mais il y avait aussi plus croustillant, c’est-à-dire plus personnel. C’était la semaine « Mélenchon super rock star ». Insultant à souhait contre nous tous qui nous voyons réduits au rôle de troupeau de bétail électoral stupide. Ce n’est qu’un avant-goût peut-être. Car cette semaine j’ai noté une recrudescence des mails qui m’attribuent des revenus immenses, campagne à l’initiative de l’extrême-droite mais relayée par d’autres avec complaisance comme nous l’avions découvert quand, dans les Yvelines, fut prise la main dans le sac une élue socialiste qui édifiait ses camarades avec ! Et puis autour de chez moi et autour de l’Usine continuent à rôder les « espions » photographes et divers personnages interlopes que notre service d’ordre parvient toulouse_09parfois à dissuader, et la police à intercepter. Mais pas toujours. Evidemment ces voyous disposent d’une carte de presse qu’ils exhibent au moment où ils se font intercepter et, bien-sûr, ils hurlent que la liberté de la presse est menacée par les amis de Cuba et de la Chine. Donc, cette semaine c’était le chiffrage de notre programme qui occupait enfin l’espace. Huit mois après sa publication, il était temps ! Je crains bien que ce soit complètement raté, une fois de plus. Car l’angle d’attaque est donné par un fumeux « Institut de l’entreprise », bidule complètement bidon lié au Medef par une corde d’amarrage géante.  

« Le Figaro » a publié le 5 avril un article sur le « coût faramineux » du programme du Front de Gauche. L’argumentaire proposé par cette propagande a été repris en boucle dans maintes émissions et articles de presse sans imagination ni recul. Jean-Michel Aphatie a ouvert son interview d’Eric Coquerel sur les chiffres ainsi colportés sans aucune précaution d’usage. En fait « le Figaro » et Aphatie prolongent directement les élucubrations de « l’Institut de l’entreprise », un think-tank patronal créé en 1975 et très lié au MEDEF. Jugez plutôt. Il est constitué, et financé, par cent vingt grands groupes adhérents, parmi lesquels les piliers du CAC 40. Dominée par les grandes entreprises, cette officine poursuit ouvertement des buts de propagande patronale. Son projet est de promouvoir auprès du plus grand nombre l’idée que « l’entreprise » joue un rôle fondamentalement positif dans la société et de « porter les préoccupations des dirigeants d’entreprise dans le débat électoral ». Le Conseil d’orientation de l’Institut de l’Entreprise est dominé par des dirigeants du Medef et des grands patrons dont les payes dépassent le million d’euros annuels. Tous seraient donc touchés par le revenu maximum. Quelques clics permettent de connaître la composition de cette superbe équipe d’intellectuels. Qu’on en juge. Le président du conseil d’orientation de l’Institut de l’entreprise est Xavier Huillard, PDG de Vinci. Il est entouré d’un cénacle de philanthropes bien connus : Ernest-Antoine Seillière, ancien président du Medef, Frédérictoulouse_10 Saint-Geours, président de l’UIMM, Henri de Castries, PDG d'Axa, Gérard Mestrallet, PDG de GDF-Suez, Henri Proglio, PDG d'EDF, Pierre Bellon, président de Sodexo, Alain Bénichou, président d'IBM France, Antoine Frérot, PDG de Veolia Environnement, Françoise Gri, présidente de ManpowerGroup France, Jacques Richier, PDG d'Allianz-France (assurances). Rien que cela aurait mérité un peu de mise à distance critique de la part des journalistes. Il n’en a rien été. On se demande pourquoi.

S’il restait un doute sur la façon de penser de ces grands esprits, il serait vite évacué par la lecture du rapport qu’ils ont déposé en janvier dernier. Le titre est tout un programme : « Pour un choc de compétitivité en France ». On devine qui doit recevoir le choc en pleine figure. L'Institut de l'entreprise proposait, dans une folle originalité, de « faire preuve d'un engagement résolu en faveur de la réduction des dépenses publiques ». Et aussi de « de transférer les cotisations sociales vers la fiscalité pesant sur les ménages. ». Enfin, sur le mode de François Hollande, il demandait de « donner force de lois aux engagements contractuels ». Que tout cela ait disparu des commentaires de ceux qui se sont appuyés sur les élucubrations de ce prétendu institut en dit long sur l’état d’abaissement de ceux qui s’y sont abandonnés.

D’autant qu’ils ne sont guère servis ensuite par la qualité scientifique du travail dont ils se font les répétiteurs. En effet le chiffrage proposé est malhonnête et absurde. Il est construit pour grossir artificiellement le coût du programme du Front de Gauche. Pour gonfler les chiffres, l’Institut de l’Entreprise fait des estimations de coût annuel supposé en 2017. Pour parvenir à cette évaluation du futur, il ajoute aux coûts annuels actuels des hypothèses arbitraires de croissance des dépenses. Et surtout il n’est tenu aucun compte de l’application du programme lui-même. Par exemple, en matière de santé, « l’Institut » projette la croissance actuelle des dépenses de santé pour arriver en 2017 à une estimation de 76 milliards pour le remboursement à 100 % par toulouse_15la Sécurité sociale que nous proposons. Outre la part d’affabulations des hypothèses de départ cette estimation ne tient aucun compte de nos changements de politique de santé, notamment pour réduire drastiquement les prix des soins notamment grâce à la création du pôle public du médicament.

La rigueur des estimations proposées est aussi plombée par les références et méthodes de calcul. Ainsi pour la menace bidon de 800 000 suppressions d’emplois liée au passage du SMIC à 1700 euros combiné avec la fin des allégements de cotisations sociales ! Evidemment il est fait comme si la fin des exonérations était immédiate alors qu’elle sera progressive et conditionnée aux politiques d’emploi et d’investissement des entreprises. « l’Institut » n’hésite pas à prétende que « la pertinence et l’efficacité » de ces exonérations « sont démontrées ». Il ne cite pour cela que deux études émanant du gouvernement. A l’inverse il ne mentionne même pas les rapports de la Cour des comptes qui disent exactement le contraire. Enfin, pour prétendre que le SMIC à 1700 euros supprimerait des emplois, l’Institut de l’entreprise est allé chercher une étude de l’INSEE datant de 2000 sur l’évaluation des causes du chômage. Ce n’est jamais qu’un document qui a donc déjà onze ans. Mais cette étude d’il y a onze ans s’appuyait sur des données de 1997. Au total quel peut bien être la valeur d’une évaluation sur des bases qui ont 15 ans pour calculer l’impact actuel d’une hausse du SMIC toulouse_26?

Dans chaque vague d’attaques contre nous, il y a toujours une dimension personnelle offensante. La semaine passée j’étais « au bord de la crise de nerf » et menaçais de « partir en vrille ». Un quarteron de journalistes frustrés de connivences en avait décidé ainsi répandant la rumeur que l’on me tiendrait à distance de la presse pour cette raison. Que mes journées ne me permettent plus les bavardages qui les occupent et que je réponde chaque jour à plusieurs entretiens avec la presse quotidienne régionale, thématique et internationale ne leur semblait pas un motif suffisant pour ne pas répondre instantanément à leur inquisitions si souvent quasi exclusivement provocatrices. Cette semaine, le refrain, parti des mêmes prétendus observateurs bien placés pour savoir, c’était ma transformation en « super star » entouré d’un public de groupies qui s’évanouissent. Ces idioties insultantes pour les milliers de gens qui participent à nos meetings sont naturellement destinées à vider de sens ce que nous faisons. Rien de tout ceci n’a donc à voir avec de l’information. C’est une bataille politique. Les méthodes de combat à appliquer sont donc celles de la bataille toulouse_28politique sans aucune des exceptions et circonstances atténuantes pourtant sans cesse exigées par ce type d’adversaires.

Une bataille politique ? Voyons. Que « Valeurs Actuelles » titre à mon sujet « L’enragé » est légitime de la part d’un journal de droite extrême. Que notre rassemblement à Toulouse soit ridiculement sous-estimé par le Figaro est dans l’ordre des choses. La rédaction de ce journal a elle-même fait des résolutions contre le grossier alignement du titre sur la propagande de l’UMP. La suite est plus affligeante. Une photo légendée dans « le Monde », en tout et pour tout. Le titre de centre droit réserve son admiration et ses enthousiasmes pour la réunion dans le bois de Vincennes du PS et la place de la Concorde de l’UMP la semaine prochaine. Là aussi c’est dans l’ordre des choses. « Libération » a une rédaction qui a regretté publiquement l’alignement sur le Parti socialiste. La preuve par Toulouse. Nous sommes relégués à la page douze sans aucune accroche à la une. Nous ne sommes pas l’événement. Nous ne le serons jamais pour ceux-là. Pour ce quotidien l’événement à annoncer en une c’est une interview de Valérie Trieweiler où elle déclare, avec beaucoup de justesse de ton… qu’elle n’a rien à déclarer. Devant ce spectacle, ma consolation intellectuelle, c’est de me souvenir comment Joffrin, alors patron de cette rédaction, titra en une à mon sujet : « L’homme qui veut faire perdre Strauss-Kahn ». Venant d’un proche de Strauss-Kahn, on devine à présent quelle part de duplicité ce titre contenait. A l’heure où j’écris, il est le patron de l’autre organe de toulouse_23presse des sociaux-libéraux, le prétendu « Nouvel Observateur ». Sous sa houlette et haine recuite, l’hebdomadaire  se prépare à me vomir dessus. Bien-sûr tout cela est vulgaire, brutal, blessant. La cause est entendue entre nous ici. C’est également stupide de la part de gens qui se préparent à mendier nos voix entre les deux tours d’une élection qu’ils pensent avoir gagnée d’avance et dont ils ont déjà en vue les juteux dividendes de carrière. Car bien sûr Laurent Joffrin, c’est Hollande en ligne directe, tout le monde le sait. Nous savons à quoi nous en tenir ? N’empêche ! Il fait partie de l’exercice auquel nous travaillons, de le souligner, de le donner à voir et de l’enseigner autour de nous, spécialement aux nouveaux arrivants dans le combat. J’insiste pour que mes amis ne l’oublient pas dans leur activité. Faire des ateliers de lecture critique est une activité d’éducation populaire très importante. Car il est impératif de ruiner l’autorité que de tels adversaires acquièrent le reste du temps en prenant la mine d’impartialité que l’on connaît et qui fonctionne comme un appeau. Les esprits capturés par ces leurres de « gôche » forment les zones de crédulités qui permettent ensuite les manœuvres d’appareil les plus vicieuses. Il est donc très utile d’expliquer, le journal à la main, et de faire la démonstration sur pièce et sur place. C’est autant de gagné pour la suite des événements qui nous attendent. Car de tels organes seront toujours des tireurs dans le dos très actifs contre notre combat. Nous l’avons vu en 2005, quand ils se sont tous mobilisés pour le « Oui » et ont agoni le « Non » d’injures avant et après le vote. Ils recommencent à chaque grand rendez-vous. Cette élection en est un, d’envergure majeure.


680 commentaires à “En marche pour Marseille”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. marc dit :

    France inter ce matin: chapeau bas monsieur Mélenchon, vraiment très convainquant.

  2. Jacquelinou dit :

    Un grand merci Jean Luc pour tes billets qui nous redonnent de l'énergie pour continuer le combat et nous donnent les arguments nécessaires pour convaincre autour de nous.
    Ils peuvent vociférer leur mépris, leurs sacarsmes autant qu'ils veulent, nous pendant ce temps nous continuons
    à avancer, soyons le plus nombreux possible dans les urnes mais peu importe le résultat nous ne nous arreterons pas là ! on ne lachera plus rien ! jusqu'à la victoire ! meme si le chemin est parsemé d'embuches de toutes sortes ! Résistons et nous gagnerons !

  3. morancy freddy dit :

    Tout ce qui est dit dans ce billet est comme d'habitude très juste et donne l'envie d'un grand souffle pour balayer cette société moribonde.toutes ces attaques, quelles soient personnelles ou portent sur le programme du Front de gauche, portent un nom : LA LUTTE DE CLASSES

  4. Meline13 dit :

    Excellentissime, Jean-Luc, ce matin à FI! Du lourd, du très fort, du pugnace; ils en sont restés cois à plusieurs reprises! Merci mille fois de nous représenter si bien.

  5. albireve dit :

    M.Mélenchon c'est pas bien d'avoir déchiqueté M.Cohen de france inter comme vous venez de le faire. Je suis sûr qu'il va en souffrir. Vous êtes méchant avec les journalistes.

  6. jonopap dit :

    Je viens de prendre connaissance de cette info. Quelqu'un peut il fournir des explications? http://lestemoinsdutemp.canalblog.com/archives/2012/04/09/23969038.html :"Mr le président des français, Mr Nicolas Sarkozy mais que faites-vous à la France là? Qu'est-ce que ces basses manœuvres financières qui livrent tous les français, oui du dernier né, au vieillard qui se meurt à la vindicte financière? C'est cela votre amour de la France?
    Autoriser cela à 6 jours du premier tour de l'élection présidentielle revient à organiser un attentat financier sur la France. C'est vraiment indigne d'un président et son gouvernement."

  7. jmrr dit :

    Bonjour

    Vous faites exprès de ne pas mettre la date dans le titre ?

    Cordialement !

  8. olivier dit :

    Selon un sondage exclusif publié par la Marseillaise portant sur les intentions de vote à l'élection présidentielle dans la commune d'Aubagne (46 000 habitants) ce dernier crédite Jean Luc Mélenchon de 24% le plaçant en tête au premier tour de scrutin. Le candidat du front de gauche que certains "donnent troisième au plan National" confirme ainsi sa forte ascension. Dans l'enquête il est talonné par Nicolas Sarkozy (UMP) 23% lui même suivi de François Hollande (PS) 23% !.
    En 2007 Sarko : 32 %
    Royal : 21 %

  9. mathias95 dit :

    Sur LCP à politique matin encore, discussion entre un sondeur d'opinion way (qui appartient à P.Buisson) le journaliste du Figaro, un centriste et un journaliste qui souhaite assurer sa réélection à la chaine en plaçant Sarkozy au "Top" et Jean-Luc Mélenchon au Flop ! en sans oublier l'animateur UMP. Incroyable mais vrai, c'est l'information à la mode "république bannanière", une véritable caricature de l'information !

  10. Fischer Gilles dit :

    Ô la réponse de Mr Mélenchon à Mr Cohen, ce matin sur France-Inter, qui visiblement n'avait pas lu ce billet, concernant l'"étude" de l'institut de l'entreprise et le sourire de ce journaliste, très audible, très sarcastique et hautain, enfin éteint. On l'entendait sourire jaune !

  11. Marie 46 dit :

    Trop fort sur France Inter !
    Comme il les a pliés, les Clark, Cohen et Guetta !
    Les poseurs de questions qui n'écoutent pas les réponses, les coupeurs de parole, les ironiques condescendants !
    Chapeau bas, Monsieur Mélenchon, vous nous épatez un peu plus chaque jour !

  12. pascale71 dit :

    A l'instant sur BFM, présentation des "spots" courts des candidats. La journaliste présente les propostions des candidats : Jean-Luc Mélenchon est pour la régularisation de tous les sans papiers. Il faut monter au créneau, de quelle manière, j'en sais rien (tractage ou autres moyens) pour affirmer sans cesse que ce sont les travailleurs sans papiers qui seront régularisés. Encore beaucoup trop de gens sont sensibles à ce thème.

  13. JM77 dit :

    Je n'ai pu écouter le début de l'itw ce matin sur France Inter mais à partir de 8h25 ce fut tout simplement grandiose : du grand art.
    De Guetta à Cohen : ils ont tous pris, avec humour, sans agressivité mais aussi et surtout avec une grande maîtrise des sujets... Chapeau !

  14. Nicolas VDR dit :

    Bravo pour votre intervention de ce matin sur France Inter !
    J'essaie d'imaginer la patience infinie dont il faut faire preuve pour affronter ces speakers (terme sciemment employé) pour ne pas sortir de ses gonds. Cohen ne savait plus où se mettre lorsque vous lui avez mis le nez dans ces "sources autorisées" dont lui même ne connaissait même par leur origine, leur véracité.
    Ils essaient d'entretenir le suspens avec leurs chiffres de sondages effectués sur 900 et quelques personnes, histoire de malaxer les esprits, nous disant que de nos jour, lorsqu'on est jeune et rebelle, on penche et pense FN.

  15. Lilly54 dit :

    Bravo vraiment Jean-Luc ! Tous KO sur Inter (assis je suppose) ! Excellente prestation ! Quel oxygène la présence de Jean-Luc sur cette radio ce matin ! Bonne journée à tous !

  16. Denys 54 dit :

    Rock star après avoir été Pol Pot, meilleur allié de Sarkozy, meilleur allié de Hollande, le candidat de la terreur, le cabinet noir de Sarko, Stalinien toujours, pire que Le Pen, adepte de Castro, Chavez à la Française, soutien de la Chine, voilà quelques uns des qualificatifs dont on accable Jean Luc Mélenchon. Cela devient un peu lassant, c'était déjà idem du temps de Georges Marchais. Alors entrons dans leur jeu, donnons-leur des idées:
    Moi, rien que lire les pages du blog, je guéris de mon angoisse, j'ai moins de boutons, mes cheveux repoussent, alors imaginez si on pouvait le toucher, je suis sûr que les paralysés remarchent, les sourds entendent, les aveugles retrouvent la vue...
    Ah! ça fait quand même du bien des les voir perdre leur sang froid!

  17. super!
    ça va nous changer de ces pourris ump de la Mairie qui augmentent les impots de 14 % chaque année pour aménager le front de mer alors que la Canebière n'a jamais été aussi sale! surtout Jean-Luc attention ou vous mettez les pieds! et encore bravo! a samedi! Genial la plage, vous verrez, un bel écrin pour votre beau coeur et vos paroles si belles!

  18. j-jour dit :

    Je trouve heureux d'avoir pu lire les propos de Max_Linder que cet article corrobore, malgré la perspective très sombre sur laquelle ils ouvrent si Hollande et non pas Jean-Luc Mélenchon était élu.

  19. GH18 dit :

    Merci encore une fois, cher Jean-Luc, de nous écrire pour nous faire part de votre point de vue qui nous éclaire sur l'évolution de la situation. J'apprécie tout particulièrement votre suggestion d'expliquer par ses textes, le rôle de la presse écrite. Dans ma province, le journal Berry Républicain, très lu, parce qu'il parle du local (les avis mortuaires arrivent en tête du palmarès) est totalement dans la mouvance de cette presse nationale fielleuse et bien-pensante dont vous parlez, qui méprise ses lecteurs. J'ai cessé mon abonnement en septembre de l'an passé (préférant donner au Front de gauche pour financer la campagne) et plusieurs fois dénoncé le contenu politique souvent masqué de ce journal qui a, depuis quelques années, le monopole de l'"information" dans le Cher.
    J'ai également résilié mon abonnement à Télérama, suite à deux articles (n°3237 et 3238 de janvier) dont l'un, qualifiait Mme Le Pen de "Madame-tout-le-monde". Ces actions individuelles sont de peu de portée, j'en conviens. L'explication de texte est bien supérieure car plus efficace.
    Les conceptions que vous apportez, au nom du Front de gauche, ont changé ma vision du monde et éclairé ma vie. Je la fais partager autour de moi autant que je peux.
    Une grand-mère "groopie" de la VIe République qui aime partager le bonheur.

  20. génial la façon dont vous rivez leur clou à tous ces journalistes tv à 60000 euros par moi et le tout emballés avec intelligence, sans violence, avec poésie meme et un beau sourire à la fin! quel talent! je suis accro!

  21. paloma dit :

    Enorme Jean-Luc Mélenchon sur france Inter...!
    Comment fait-il pour être si patient... ?
    moi, perso, je trouve vraiment que c'est des têtes à claque, toute la clique d'Inter...
    Ghetta avec son Hollande, Cohen avec ses fifiches, Clark avec son grand air, et sans parler du journal en général calamiteux... dire que j'étais fidèle auditrice! je peux même plus écouter 5 minutes tellement ils me paraissent malhonnêtes!

  22. naif dit :

    Concernant les jeunes de 18/24 ans qui seraient à 26 % pour MLP (étude du mois de mars) ne se confirme apparemment pas dans le panel représentatif des meetings du FN.
    Soit, c'est des jeunes cachés ou bien ils ont peur des vieux réactionnaires qui eux sont bien présents dans les meetings séparés par des chaises vides. Mais j'imagine lorsque ces deux populations vont s'apercevoir que ce qui les unit à MLP c'est la remise en cause de l'accord sur les prix des endives ! ça va leur faire de belles jambes aux accros des NTCI. "Nouvelle Technologie de Communication et d'Information"

    Souvenez vous au début de la campagne c'était les ouvriers qui s'étaient fourvoyés. Puis 1 mois aprés ce n'était plus vrai.
    Demain je vous fou mon billet qu'un sondage sur les artisans, TPE et chauffeurs de taxi sortira en faveur de la "dédiabolisée".
    Ah, ces Médias, ils adooooorent MLP. Jamais un mot dérangeant, il la regarde comme une madonne sorti d'un tas de fumier Comme en 40 !
    Le Cohn Bendit, dés qu'il pète c'est une référence pour France inter. Ce monsieur a un fauteuil permanent sur cette radio (vérifiez, sur le site de FI tapez son nom dans la case recherche et vous verrez !)
    Jamais la maxime" plutôt le faschisme que le bolchévisme" n'a été autant démontrée !

  23. GH18 dit :

    Nouvelles de la Révolution citoyenne chez des Français à l'étranger.
    Hier soir par téléphone, un petit écho par ma nièce qui s'est expatriée au Canada, il y a plus de dix ans, et que j'ai convaincue sans beaucoup d'effort.
    De fervents partisans diffusent là-bas les informations sur les meetings et les interventions de Jean-Luc Mélenchon.
    Mais le Consulat français aurait utilisé les adresses mails de ses ressortissants pour leur faire parvenir en priorité les messages de Sarkozy et de Le Pen.
    Hier soir encore (9 avril), rien n'était parvenu à ceux-ci en provenance de Jean-Luc.
    A suivre par les responsables pour faire respecter la légalité.

  24. Michel Berdagué dit :

    Maintenant ils savent à qui ils ont à faire,en réalité ils le savaient,c'est pour cela que tout a été orchestré pour empêcher Jean-Luc de développer notre Alternative de réalités concrêtes, à savoir notre Programme et tous les points d'Urgence examinés,réfléchis,et discutés,contestés avec intelligence car ce n'est pas à prendre et à laisser mais cela constitue le seul avenir à vivre.
    Ils le savent et la bataille a été gagnée,certainement pas le domptage des finances pathologiques des passages à l'acte criminels à chaque seconde,car et quel que soit le résultat des attaques de grandes evergures genre guerres éclaires de triste mémoire vont se produire.
    A y réfléchir grâce à toutes et tous les Camarades,seul le Front de Gauche avec le Prolétariat et le Peuple debout mobilisés peuvent gagner et mettre sous contrôle Public cette déferlante mortifère des finances privées et pour les uniques 1%.
    Vive Marseille avec notre Marseillaise, l'Internationale, le Drapeau Rouge et le Tricolore où le Rouge toujours au coeur et généreux pour nous sauver des manoeuvres crasses de qqs puissants dogmatiques.
    Avec la plage et le sable,le Prado,les calanques, les pavés symboliques ne sont jamais loin.
    Sur F1ter les compteurs de comptabilité et de chiffres des dépenses toujours mis en avant avec la dette et ses intérêts crapuleux vont pouvoir faire l'addition libératrice des recettes à milliards d'euro. Oui nous sommes un pays très riche et d'Humanités.

  25. olive dit :

    Si vous ne me croisez pas samedi dans le rassemblement et sur les plages, comptez-moi tout de même. Je me dois à une obligation. Mais la langue gardant sa liberté, je parlerai de vous tous et pour nous tous.
    En route pour des législatives heureuses.

  26. paul dit :

    info du 10 h sur France inter : après la brillante intervention de JL Mélenchon, qu'est-ce qui est retenu ? Mélenchon aime la voix de Carla Bruni ! arrrgggg retenez-moi je vais exploser !

  27. Cathar(31) dit :

    thème: Français de l'étranger (post de GH18 9h48)
    11 députés pour les français de l'étranger! Inutile de dire qu'il y a là un réservoir de voix pour la droite et de quoi faire basculer une assemblée en cas de victoire ric-rac de la gauche; et que le clientélisme règne en maître dans nombre de pays, les représentants de la droite grenouillant autour des ambassades et consulats dont les personnels n'ont parfois pas toute l'objectivité et la neutralité requises (les sirènes des représentants de grands groupes -Total, Carrefour, banques françaises, etc...- sont bien plus audibles auprès des ambassades que celles du citoyen lambda expatrié, car en ces périodes de coupes franches dans les crédits publics et donc de diminution du nombre de personnels consulaires, le mécénat et la contribution de ces entreprises sont les bienvenus).
    Nul doute que le travail est à faire pour que le tout jeune FdG se fasse une place dans -ou à côté- d'associations comme l'ADFE (Association démocratique des français de l'étranger, longtemps -et toujours?- "courroie de transmission" du PS à l'étranger) et ait des élus à l'AFE (Assemblée des français de l'étranger, qui élit les sénateurs).
    Personnellement j'arrose d'infos (références de blogs -Jean-Luc Mélenchon, Raquel Garrido-, articles sur le FdG, etc...) les connaissances que j'ai dans quelques pays d'Amérique latine.

  28. sylvie02 dit :

    Flash de 10H sur F Inter : c'est vrai qu'il n'y avait rien d'autre à retenir de la prestation de J-L M ce matin que son goût pour la voix de Carla Bruni-Sarkozy !

  29. Louise M. dit :

    Excellente prestation ce matin sur France Inter… et votre dernière explication sur le Mes, le traité européen et tout ce qui nous attend était très convaincante.
    Seulement voilà, à 10 heures, quelle est la petite phrase que France inter a retenue ? Que vous appréciez la voix de Carla Bruni qu'il ne faut pas confondre avec son mari et blablabla…
    Ecœurée ! Bon, allez, on lâche rien… c'est tellement grossier !
    Vive l'intelligence collective !

  30. Jose Gomez-Valades dit :

    Je vous souhaite, Mr. Mélenchon, a vous et au peuplue français qui souffre des politiques au service des puissants, le meilleur. Le Front de Gauche, represente l'espoir pour des millons et millons des travailleurs en Europe et bien aude-là. Je lis avec passion vos billets car ils sont une source inepuisable d'arguments dont les travailleurs ont besoin pourt affronter l'inhumain.
    Vive la Republique Sociale, Libérté, Egalité,Fraternité.
    Que vivent tous les enragés de la planète

  31. j-jour dit :

    L'émission de France Inter est là.
    "C'est moi qui suis réaliste, c'est eux qui sont de doux rêveurs, enfin, dangereux." Jean-Luc Mélenchon

  32. ErJiEff dit :

    Et ce matin, sur France Inter, Bernard Guetta trouve moyen de s'engluer dans le rapport de l'Institut de l'Entreprise... Le pauvre n'a même pas pris la précaution de lire ce blog la veille au soir ?
    A noter également que rien, absolument rien à propos du positionnement géopolitique de la France en Europe et dans le Monde pour les années à venir...
    Les journaleux commentent à tant-que-veux-tu sur l'absence des grandes perspectives nationales dans cette campagne... mais eux-mêmes se gardent bien d'aborder ce sujet dérangeant es nous faisant délibérément regarder ailleurs...

    Il y a comme une impression qu'en France, le vote Front de Gauche ne fait que commencer...

  33. Catherine dit :

    Merci pour tout ce que vous faites, ton équipe et toi. Ils ont déjà perdu les chiens de garde qui plutôt que d'ignorer la montée du FdG s'emploient à lui cracher dessus. Les Français ne sont pas si bêtes. C'est fini le temps de la politique de l'enfumage, de la tambouille en novlangue.

  34. Lévêque Jean-Pierre dit :

    Bonjour,
    J'aimais bien Yves Calvi et son émission "C dans l'air"...mais il vieillit mal, Yves. Je l'aimais bien parce qu'il invite des gens intelligents sur un tas de sujets, et même quand il tapait sur la CGT, je restais quand même en pestant. Et puis, il se met depuis quelques temps à faire le pitre pour ne faire rire que lui. Dernière blague : sujet : Naufrage du Titanic. Il a réussi dans cette émission de lundi de Pâques éminemment non politique, à glisser une vacherie à l'égard de JL Mélenchon. Il s'agissait de donner quelques explications sur le naufrage, dont certaines sur le travail des radios du bord, qui diffusaient des messages sur les cours de bourses qui interessaient certains passagers et qui noyaient dans leur masse les messages d'autres bateaux prevenant le Titanic de packs de banquise dans le secteur. Blague de Calvi : Mélenchon serait là (en gros, je rapporte les mots de mémoire) il dirait encore que c'est la faute aux capitalistes si le Titanic a coulé ! Evidemment, ce n'était qu'un bon mot, mais voilà, C'dans l'air a une forte audience.
    Bon, C'est une petite chose, mais elle s'ajoute à tout ce que nous constatons sur les chaînes publiques ou non.

  35. MICHILS franz dit :

    Jean-Luc Mélenchon se dépense sans compter. Espérons qu'il tienne le coup jusqu'au bout. Quelques jours de repos ne seraient pas un luxe. La révolution citoyenne est lancée et continuera après les élections présidentielles. Il devra mener la campagne des législatives, non pas parce qu'il est'l'homme providentiel', mais parce qu'il est un tribun exceptionnel.
    Nous comptons sur lui.

  36. Une dépêche AFP de 8h20 confirme, s'il en était besoin, que nous ne sommes plus dans une démocratie qui respecterait le peuple souverain, appelé à decider de son destin. Titre de la dépêche : " Hollande talonne Sarkozy au premier tour et l'emporterait au second, selon un sondage". Le sens de la dépêche est clair : ne vous fatiguez pas, les dés sont jetés. Inutile de vous casser la tête. On vous mâche le travail. Qu'est ce que vous souhaitez ? Nous on le sait : ce que vous voulez c'est du tout cuit, du prêt à penser, du "prêt à voter". Et par dessus tout vous ne voulez pas passer pour un imbécile, c'est à dire pour celui qui aurait parié sur le mauvais cheval. Donc laissez vous guider, on s'occupe de tout !
    L'énorme "hic", c'est qu'à la fin de l'article, figure cette phrase : " 66% des personnes interrogées disent que leur choix est définitif pour le premier tour". Pourquoi ne pas dire : " 34% des personnes interrogées disent que leur choix n'est pas définitif " ? Parce que si on ajoute les 32% de personnes suceptibles de s'abstenir aux 34% dont le choix n'est pas vraiment arrêté, le rouleau compresseur médiatico-sondagier serait obligé de renoncer à sa vocation, à ce pour quoi il existe : laver le cerveau des gens. Avant le Front de Gauche, ils ont fait croire qu'il n'y avait qu'un système possible, maintenant il faut faire croire que seuls peuvent être élus ceux qui ne veulent rien changer !

  37. CAMPS Gaëtan dit :

    Salut camarade,
    Quelques suggestions pour aider à la représentation de nos idées.
    Il y a 40 ans se produisait le 1er choc pétrolier et notre pays entrait dans une crise économique génératrice de chômage, dans la quelle nous sommes encore. 40 ans, cela signifie que les quadras d'aujourd'hui n'ont jamais connu la France du plein emploi; notre difficulté est de les convaincre que cet espoir actuel, nécessaire et impérieux, qualifié d'utopique, fût une réalité de notre temps.
    Autre remarque, il y a 5 ans, nous assistions à une imposture, un détournement de l'histoire en entendant Sarko évoquer la mémoire de nos camarades Jean JAURES et Guy MOQUET! Ce fait pourrait être évoqué (rappelé) à la sauce Jean-Luc Mélenchon...!
    Solidarité, justice et dignité sont les valeurs de l'organisme dans lequel je travaille, elles devront participer à la consolidation de nos principes républicains.
    Bon courage, No pasaràn!

  38. redline69 dit :

    ce Matin, sur France Inter, Jean-Luc Mélenchon nous à envoyer un message !
    il nous dis clairement ! au moment du vote souvenez-vous du MES !
    c'est ce qu'il faut retenir. pour Carla. Jean-Luc Mélenchon est un homme poli et c'est très classe de sa part d'avoir dit un mot sympa pour cette femme.
    mais le fond c'est le MES !
    c'est le MES qui doit orienter notre vote, car là il y a le plus grand des danger.
    Tous aux Urnes pour la Meilleur des France !

  39. limousin dit :

    Bonjour à tous,
    La tactique de la flatterie suivie du dédain a refait son apparition (flatter l'ascension du front de gauche dans les médias puis chercher et mettre en évidence les failles) mais nous savons que seul celui qui sait les cacher "n'a pas de failles". Le niveau de discussion est élevé, la pédagogie et l'instruction civique pragmatique depuis que M. Mélenchon a pris la parole. Nous sommes nombreux à fuir la manipulation des enthousiasmes et des craintes comme il se doit, comme la peste. Et c'est avec un leader intellectuel, qui assume une fonction d'information et de défense du peuple, ridiculisant les dialectiques fascistes que nous gardons le coeur plein de confiance. Inutile de risquer de perdre la foi, en plus de son temps, à débattre d'aspects organisationnels en cas de victoire, quand l'enjeu est de mettre la société des hommes au coeur de la vie économique donc sociale (tous les conflits sont économiques, les idéologies et religions ne sont dans ces cas que des outils de mobilisation). Réaliste le projet l'est puisqu'il s'appuie sur la péalité de l'oppression, des besoins et de la légitimité des êtres humains à ne pas vivre comme des animaux terrés. Si l'animal devient sauvage, l'homme atteint la barbarie, notre responsabilité est donc tout autre. Victoire ou défaite aux élections, le pli est pris. Bon courage dans les débats

  40. AUTIER dit :

    continuez sans vous préoccuper des commentaires de tous ces journalistes qui dévoient depuis si longtemps ce qui devrait être un vrai travail d'information. On sait malheureusement ce qu'ils valent, et il est plutôt amusant de les voir se "casser les dents" lorsqu'ils vous interrogent car vous ne leur laissez jamais l'occasion de rabaisser le niveau et la qualité de vos interventions solidement argumentées.Ces dernières font appel font appel à l'intelligence de chacun plutôt qu'à la facilité et à la médiocrité. Vous avez su vous adresser au peuple avec respect et pédagogie et non comme à un troupeau décérébré. Grâce à tout le travail que vous et tous les militants ont entrepris l'espoir renaît et balaye le fatalisme! Merci à vous tous

  41. limousin dit :

    Les attaques faites à l'architecture du front de gauche nous rappellent que le renard n'est jamais loin et que notre détermination ne s'appuie pas sur la reconnaissance médiatique. Avec Internet, nous pouvons exercer la liberté de la presse. "l'interview de Mélenchon à Médiapart" est un beau débat, mais même ici, le journalisme semble néanmoins esclave de sa logique de ligne éditorialiste qui justifie certaines dialectiques pour en proscrire nombreuses autres... Décidément, la liberté (notamment de la presse) est souvent prétextée lorsqu'elle est bafouée. La morale: un débat tellement glissant qu'il vaut mieux miser sur la conscience individuelle : une des rares qualités fiables, davantage encore pour notre engagement collectif de coeur. Dans "Nous on peut", J.Généreux expose le développement économique et financier désastreux de nos pays, le programme découle donc des nécessités de réparation et de réorientation de la politique européenne, en passant par la France, vu que le scrutin s'y déroule. Toute décision courageuse s'accompagne d'un gros travail et de risques inhérents à la position d'opposant et de résistant. En espérant que nous serons très nombreux à comprendre, le plus rapidement possible, que nous défendons l'immense majorité de nous-même. Reconnaissant à notre porte-voix. Place à l'homme et à son esprit.Soutenons le front de gauche

  42. Sylvette Le Moal dit :

    Gros titre du Monde aujourd'hui, relayé hier soir par tous les médias dans tous les journaux télévisés : "Marine Le Pen pourrait arriver en tête chez les 18-24 ans ; 26 % d'entre eux seraient prêts à voter pour elle au premier tour de la présidentielle, selon une étude de l'institut CSA fondée sur un cumul de trois vagues successives d'intentions de vote réalisées du 12 au 28mars."
    Sans vouloir accorder trop de crédit aux sondages, je suis quand même allée voir les 4 sites des instituts pour lire leurs dernières enquêtes. qu'y apprend-on ?
    CSA dans sa dernière enquête en avril n'a pas travaillé sur la répartition des votes par âge
    IFOP dans son enquête du 9 avril, donne 17% des 18-24 ans pour Mélenchon, 27% pour Hollande, autant pour Sarkozy et 16% pour Le Pen
    SOFRES n'a rien publié de récent
    LH2 dans sa dernière enquête des 30 et 31 mars donne 26% des 18-24 ans pour Mélenchon, 23% pour Hollande, 20% pour Sarkozy et 11% pour Le Pen
    On est donc très loin des "prédictions" du Monde. Mais après la une de libé qui, en janvier, avait décompté pour Le Pen, dans un grand ensemble les 18% qui avaient répondu voter "certainement" et"probablement" avec les 12% ayant déclaré "probablement pas", on peut s'attendre à tout !
    Visiblement, les grands médias ont fait très ouvertement le choix d'une jeunesse raciste et toute imprégnée des thèses d'extrême droite.
    Allez, on ne lâche rien !

  43. Cineux Cyril dit :

    On lâche rien. Il reste 2 semaines pour bousculer le politiquement correct et le politiquement prévu.
    Faisons leur une surprise le 22 avril.

  44. Baptiste dit :

    Le mouvement du Front de Gauche est passionnant vu de l'étranger (Belgique en ce qui me concerne). On aimerait pouvoir passer aux urnes pour le soutenir.
    Il faudrait que le mouvement puisse s'approcher de tous ceux qui sont isolés chez eux, car ils sont uniquement informés, et depuis longtemps, par les médias conventionnels. Deux semaines, c'est peu pour faire basculer et expliquer à tout le monde en quoi consiste le mouvement. Car c'est juste cela qu'il faut faire, en profitant de l'élan politique qu'il y a en ce moment dans les foyers.
    Si ce n'est pas en 2012, ce sera en 2017 que le mouvement se concrétisera au niveau de la présidentiel.
    Mais d'ici là, l'existence de ce rassemblement important au sein du Front de Gauche est des plus encourageant et enthousiasmant pour s'assurer que les français ne se laisseront pas faire.
    Bravo amis français. Sortez, toquez aux portes, allez vers les gens, entamez la discussion et allez voir vos voisins pour en parler avec eux. N'ayez pas peur de l'enthousiasme qui est en vous !

  45. airelle dit :

    J'étais à Toulouse et parce que je suis handicapée en ce moment, pensais en rester là, mais le traitement médiatique de notre mouvement me révolte tellement, que je viens de m'inscrire pour aller à Marseille. handicapée ou pas. Ca ne peut pas continuer comme ça.

  46. Louis St O dit :

    Comme toujours un papier qui nous touche et dont votre sensibilité à fleur de peau nous fait crier de rage contre les bassesses de vos (nos) adversaires.
    Mais nous sommes là, et qu’ils se le disent bien, nous serons de plus en plus nombreux et nous ne partirons plus, si ils pensent se débarrasser de nous, qu’ils se méfient, ce sera sûrement nous qui nous débarrasserons d’eux.

    Sur LCP il est passé hier soir un documentaire sur la City: « La City : La finance en eaux troubles » qui explique la puissance de cette entité et comment les entreprises peuvent, grâce à la loi, détourner des milliers de milliards, (oui des milliers) c’est fou, à voir absolument et à diffuser sans retenue. Il faut savoir contre quoi et comment on va se battre « la finance ».
    Je n’ai pas pu le retrouver sur LCP mais sur une autre adresse.
    Le combat ne s’arrêtera plus - Louis

  47. JOS 37 dit :

    Quand "les chiens de garde "(les journalistes) mordent, c'est bon signe!..mais nous avons du répondant,à travers les réunions les gens s'expriment et revendiquent!...cela doit nous renforcer dans notre engagement jusqu'au bout de cette campagne..jusqu'aux législatives..il nous faut un groupe de députés qui pèse et qui portera plus loin les idées mises en avant- dans la campagne...et là je veux dire un rapport de force suffisant à l'assemblée nationale,qui amènera les liberaux de tout poil à nous respecter...et surtout à remettre en causes les directives européennes qui vont à l'encontre des peuples!.
    El pueblo unido,jamas vencido!

  48. girard dit :

    Je ne comprends pourquoi certains disent que le clip de campagne est mauvais ? Je le trouve bien et il vaut largement ceux des autres candidats. A marseille le 14 avril à toutes et à tous pour la révolution citoyenne.

  49. Raphaël Tissot dit :

    Vraiment Merci beaucoup Jean-Luc Mélenchon et toute l'énergie derrière. Merci pour ces mots que je bois, car enfin en résonance... Oui c'est une résonance avec l'univers, c'est pourquoi c'est impossible à arrêter ; on a que peu idée de la force que contient le gland qu'on met simplement en terre et qui devient un si grand chêne... Et les chênes ne demandent rien pour pousser et être toujours un peu plus beau et vivant, chaque jour.
    C'est la lumière qui défait l'ombre... Alors merci de nous permettre de rentrer de nouveau en relation avec la vie créative, la vie sans peur car de l'instant, d'un sourire. Merci de remettre la France en vie, en amour ; nous en avions tellement besoin, voilà pourquoi plus rien ne pourra arrêter ce fleuve.


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive