09avr 12

« groupies », « adeptes », « supporters » : des journalistes conchient les citoyens

En marche pour Marseille

Ce billet a été lu 74  514 fois.
Cette vidéo a été consultée 3 fois

Finalement je n’ai pas eu le temps de faire l’apprentissage de la technique qui m’aurait permis de faire des petites vidéos comme je l’avais prévu. Je reviens donc à mon clavier. Il sera question de ma semaine passée, de notre rassemblement de Marseille, de la semaine où le chiffrage de notre projet a été sur la sellette, et où vous avez été décrits dans la presse quotidienne écrite comme un ramassis de groupies autour d’une rock star de la politique.

En illustration de ce billet des images prises à Toulouse la rouge le 5 avril : un film « time laps » de 13 000 photos de la place du Capitole, prises de 3h du matin à 23h le soir, puis des portraits de participants rassemblés, attentifs et heureux. Film : Eric Delion. Photos : Stéphane Burlot.

toulouse_03Ce que je viens de vivre, c’est sûrement le plus long tunnel d’action de toute ma vie politique. Après un mois sans pause, une semaine qui fila au rythme d’une réunion publique chaque jour du Bataclan à la place du Capitole de Toulouse. Sans oublier le vendredi tout l’après-midi où l’on enregistrait les clips pour la campagne officielle. Je ne fis juste qu’une pause cet après-midi-là pour répondre à l’invitation qui m’avait été faite d’aller saluer les sidérurgistes de Florange sur le Champ de Mars. Si rude que cela soit ce n’est peut-être rien à côté de ce qu’endurent mes proches camarades, garçons et filles de tous âges qui sont sur le pied de guerre nuits et jours. Quand je dis « mes proches », en fait je parle des deux cent personnes qui tiennent à bout de bras la campagne en première ligne, quelle que soit leur tâche. Disons aussi qu’un savoir-faire extraordinaire s’accumule dans cette circonstance. De tous âges, je veux le répéter, ceux qui m’entourent ne sont plus les mêmes qu’il y a quelques semaines. Tout comme moi. Et ce que j’en dis ignore ce que font par millier, et de leur propre initiative, tant de gens qui mènent campagne de tous côtés. Je nous évoque tous ensemble de cette façon parce que c’est selon moi une composante extrêmement significative du moment politique que nous vivons. L’impact de cette campagne sur nous tous, notre transformation comme individu et citoyen à mesure que s’approfondit l’effet que notre action provoque, fait de nous d’autres personnes. De cette mutation nous avions eu un avant-goût avec le référendum de 2005. Que de choses avaient ensuite changé dans nos manières de voir et de penser ! J’en suis une sorte d’illustration puisque ma rupture personnelle avec le PS partit de la brûlure ressentie dans une expérience qui était pour moi comme des retrouvailles avec moi-même. Mais le choc le plus important c’était d’avoir été majoritaires avec 55 % des suffrages. D’un coup, plus rien ne fut pareil. Ni pour nous, ni pour nos adversaires. Nous avons su que « nous on peut ». Et eux aussi, ils ont su que nous en étions capables. Déjà un grand effet d’homogénéisation politique s’était produit entre tous ceux qui s’étaient engagés dans la bataille. Ce que nous vivons aujourd’hui est un multiple en intensité. Cela du fait même de l’objet de l’élection. Maintenant est posée la question du pouvoir. Ceux qui s’impliquent dans la bataille sont conduits à prendre en charge ouvertement toute une vision du monde, un programme et la manière de le faire vivre. A mesure que les discussions ont lieu, que les rassemblements se font, que se diffusent nos idées et que se disent les adhésions à notre bulletin de vote, nous changeons. toulouse_05Un fantastique parti politique se constitue, parti sans murs, sans carte, sans consigne ou presque, infiniment plus discipliné dans l’action pourtant que bien d’autres en ce moment et avant nous. Car qu’est-ce qu’un parti sinon un programme et une action concertée pour le servir ?

Je suis très attaché à notre dispositif de rassemblements de masse sur les trois places, à la Bastille, place du Capitole et à Marseille. J’ai bien noté que les autres candidats nous imitaient. Je les vois maintenant eux aussi occuper les rues et parfois même se risquer sur des places avec des succès souvent mitigés. Dimanche prochain le PS convoque au bois de Vincennes et l’UMP place de la Concorde. Vous allez voir la différence du traitement médiatique ! Et aussi les chiffrages. On va bien rire je crois. Mais rien de tout cela ne se compare à ce que nous faisons. Car nous ne sommes pas engagés dans des opérations de communication. Nous travaillons des répétitions générales de l’insurrection citoyenne. A l’appel du comité du Front de Gauche, lucidement, à leurs frais, et sans aucun avantage à prévoir, dans un inconfort souvent notable, des dizaines de milliers de gens se mettent en mouvement. Pas un abribus de cassé, pas une poubelle renversée. Le rassemblement et la dispersion se font sans anicroche. Et pour quoi faire ? Soutenir l’idée d’un changement de régime, d’un changement de république. Ce n’est pas une petite affaire. Tant mieux, finalement, si l’adversaire en est encore à jouer au PMU politique, si tous ceux que nous affrontons dans cette partie croient à leur propre propagande à notre sujet. Plus longtemps toulouse_06nous avançons à couvert, plus tranquillement et plus profondément se font notre maturation politique collective et notre apprentissage organisationnel pour les tâches que nous avons à accomplir pendant et après l’élection.

Le rendez-vous de Marseille est pour nous un point d’orgue dans les rassemblements pour la sixième République. Il se pourrait que ce soit la plus importante des trois mobilisations. Elle est placée sous la protection de tous les marseillais. Quelles que soient leurs opinions ils savent que tout le pays va regarder de leur côté. Marseille, dans ces conditions, devient une sorte de phare politique. Le lendemain auront lieu les rassemblements parisiens du PS et de l’UMP. On va voir ce qu’on va voir. Sur place, s’il n’y a pas de risques liés aux lieux ou aux intempéries, je pourrai aller plus loin que la conclusion du cycle des discours sur la nouvelle république que j’ai entrepris de faire d’un rassemblement à l’autre depuis la Bastille pour définir notre projet. La forme ramassée de mes discours et les effets poétiques que je me fais un devoir d’y introduire sont destinés à faciliter le travail politique de tous nos amis quand ils doivent ensuite expliquer autour d’eux ce qu’est la sixième République. A la Bastille, j’ai évoqué lestoulouse_08 principes fondamentaux de liberté individuelle et de responsabilité écologique de notre projet de changement. A Toulouse je suis entré plus avant dans la question de la souveraineté du peuple telle qu’elle se pose aujourd’hui. A Marseille je vais sans doute passer au thème de la République sociale nouvelle que nous voulons établir. Mais le discours que je prononcerai après ceux de mes camarades, encore une fois, ne sera qu’une partie de ce que qui se jouera ce jour-là. Le premier enjeu reste notre nombre et notre capacité à nous mobiliser pour marcher ensemble. Car la démonstration de force, comme vous le savez dorénavant, renforce la force et fait partie du rapport de force. Une semaine avant le vote ce n’est pas secondaire s’il s’agit bien, comme nous le disons, de faire du vote une étape à l’intérieur d’un parcours plus long dont la révolution citoyenne est l’objet et non le changement des personnes aux mêmes fonctions. Après ce rassemblement, notre campagne de premier tour se conclura à Paris au parc des expositions de la Porte de Versailles. J’en parlerai bientôt car c’est un moment très particulier dans mon esprit et dans la stratégie de campagne

Les quinze jours qui arrivent sont la période des grands rapides. L’espace-temps politique se contracte. Bruits, rumeurs et effets de surprise ont une intensité et un impact d’une force qu’ils n’ont à aucun autre. Chaque semaine, c’est bien normal, l’angle d’attaque contre nous se déplace et varie ses arpèges. Dans la presse quotidienne écrite bien sûr, le fond d’hostilité aveuglée reste le même. Et davantage encore le mépris. Cette semaine, c’était celle du chiffrage catastrophiste contre le programme du Front de Gauche. De bonne guerre même si la charge n’est pas de bonne facture. Mais il y avait aussi plus croustillant, c’est-à-dire plus personnel. C’était la semaine « Mélenchon super rock star ». Insultant à souhait contre nous tous qui nous voyons réduits au rôle de troupeau de bétail électoral stupide. Ce n’est qu’un avant-goût peut-être. Car cette semaine j’ai noté une recrudescence des mails qui m’attribuent des revenus immenses, campagne à l’initiative de l’extrême-droite mais relayée par d’autres avec complaisance comme nous l’avions découvert quand, dans les Yvelines, fut prise la main dans le sac une élue socialiste qui édifiait ses camarades avec ! Et puis autour de chez moi et autour de l’Usine continuent à rôder les « espions » photographes et divers personnages interlopes que notre service d’ordre parvient toulouse_09parfois à dissuader, et la police à intercepter. Mais pas toujours. Evidemment ces voyous disposent d’une carte de presse qu’ils exhibent au moment où ils se font intercepter et, bien-sûr, ils hurlent que la liberté de la presse est menacée par les amis de Cuba et de la Chine. Donc, cette semaine c’était le chiffrage de notre programme qui occupait enfin l’espace. Huit mois après sa publication, il était temps ! Je crains bien que ce soit complètement raté, une fois de plus. Car l’angle d’attaque est donné par un fumeux « Institut de l’entreprise », bidule complètement bidon lié au Medef par une corde d’amarrage géante.  

« Le Figaro » a publié le 5 avril un article sur le « coût faramineux » du programme du Front de Gauche. L’argumentaire proposé par cette propagande a été repris en boucle dans maintes émissions et articles de presse sans imagination ni recul. Jean-Michel Aphatie a ouvert son interview d’Eric Coquerel sur les chiffres ainsi colportés sans aucune précaution d’usage. En fait « le Figaro » et Aphatie prolongent directement les élucubrations de « l’Institut de l’entreprise », un think-tank patronal créé en 1975 et très lié au MEDEF. Jugez plutôt. Il est constitué, et financé, par cent vingt grands groupes adhérents, parmi lesquels les piliers du CAC 40. Dominée par les grandes entreprises, cette officine poursuit ouvertement des buts de propagande patronale. Son projet est de promouvoir auprès du plus grand nombre l’idée que « l’entreprise » joue un rôle fondamentalement positif dans la société et de « porter les préoccupations des dirigeants d’entreprise dans le débat électoral ». Le Conseil d’orientation de l’Institut de l’Entreprise est dominé par des dirigeants du Medef et des grands patrons dont les payes dépassent le million d’euros annuels. Tous seraient donc touchés par le revenu maximum. Quelques clics permettent de connaître la composition de cette superbe équipe d’intellectuels. Qu’on en juge. Le président du conseil d’orientation de l’Institut de l’entreprise est Xavier Huillard, PDG de Vinci. Il est entouré d’un cénacle de philanthropes bien connus : Ernest-Antoine Seillière, ancien président du Medef, Frédérictoulouse_10 Saint-Geours, président de l’UIMM, Henri de Castries, PDG d'Axa, Gérard Mestrallet, PDG de GDF-Suez, Henri Proglio, PDG d'EDF, Pierre Bellon, président de Sodexo, Alain Bénichou, président d'IBM France, Antoine Frérot, PDG de Veolia Environnement, Françoise Gri, présidente de ManpowerGroup France, Jacques Richier, PDG d'Allianz-France (assurances). Rien que cela aurait mérité un peu de mise à distance critique de la part des journalistes. Il n’en a rien été. On se demande pourquoi.

S’il restait un doute sur la façon de penser de ces grands esprits, il serait vite évacué par la lecture du rapport qu’ils ont déposé en janvier dernier. Le titre est tout un programme : « Pour un choc de compétitivité en France ». On devine qui doit recevoir le choc en pleine figure. L'Institut de l'entreprise proposait, dans une folle originalité, de « faire preuve d'un engagement résolu en faveur de la réduction des dépenses publiques ». Et aussi de « de transférer les cotisations sociales vers la fiscalité pesant sur les ménages. ». Enfin, sur le mode de François Hollande, il demandait de « donner force de lois aux engagements contractuels ». Que tout cela ait disparu des commentaires de ceux qui se sont appuyés sur les élucubrations de ce prétendu institut en dit long sur l’état d’abaissement de ceux qui s’y sont abandonnés.

D’autant qu’ils ne sont guère servis ensuite par la qualité scientifique du travail dont ils se font les répétiteurs. En effet le chiffrage proposé est malhonnête et absurde. Il est construit pour grossir artificiellement le coût du programme du Front de Gauche. Pour gonfler les chiffres, l’Institut de l’Entreprise fait des estimations de coût annuel supposé en 2017. Pour parvenir à cette évaluation du futur, il ajoute aux coûts annuels actuels des hypothèses arbitraires de croissance des dépenses. Et surtout il n’est tenu aucun compte de l’application du programme lui-même. Par exemple, en matière de santé, « l’Institut » projette la croissance actuelle des dépenses de santé pour arriver en 2017 à une estimation de 76 milliards pour le remboursement à 100 % par toulouse_15la Sécurité sociale que nous proposons. Outre la part d’affabulations des hypothèses de départ cette estimation ne tient aucun compte de nos changements de politique de santé, notamment pour réduire drastiquement les prix des soins notamment grâce à la création du pôle public du médicament.

La rigueur des estimations proposées est aussi plombée par les références et méthodes de calcul. Ainsi pour la menace bidon de 800 000 suppressions d’emplois liée au passage du SMIC à 1700 euros combiné avec la fin des allégements de cotisations sociales ! Evidemment il est fait comme si la fin des exonérations était immédiate alors qu’elle sera progressive et conditionnée aux politiques d’emploi et d’investissement des entreprises. « l’Institut » n’hésite pas à prétende que « la pertinence et l’efficacité » de ces exonérations « sont démontrées ». Il ne cite pour cela que deux études émanant du gouvernement. A l’inverse il ne mentionne même pas les rapports de la Cour des comptes qui disent exactement le contraire. Enfin, pour prétendre que le SMIC à 1700 euros supprimerait des emplois, l’Institut de l’entreprise est allé chercher une étude de l’INSEE datant de 2000 sur l’évaluation des causes du chômage. Ce n’est jamais qu’un document qui a donc déjà onze ans. Mais cette étude d’il y a onze ans s’appuyait sur des données de 1997. Au total quel peut bien être la valeur d’une évaluation sur des bases qui ont 15 ans pour calculer l’impact actuel d’une hausse du SMIC toulouse_26?

Dans chaque vague d’attaques contre nous, il y a toujours une dimension personnelle offensante. La semaine passée j’étais « au bord de la crise de nerf » et menaçais de « partir en vrille ». Un quarteron de journalistes frustrés de connivences en avait décidé ainsi répandant la rumeur que l’on me tiendrait à distance de la presse pour cette raison. Que mes journées ne me permettent plus les bavardages qui les occupent et que je réponde chaque jour à plusieurs entretiens avec la presse quotidienne régionale, thématique et internationale ne leur semblait pas un motif suffisant pour ne pas répondre instantanément à leur inquisitions si souvent quasi exclusivement provocatrices. Cette semaine, le refrain, parti des mêmes prétendus observateurs bien placés pour savoir, c’était ma transformation en « super star » entouré d’un public de groupies qui s’évanouissent. Ces idioties insultantes pour les milliers de gens qui participent à nos meetings sont naturellement destinées à vider de sens ce que nous faisons. Rien de tout ceci n’a donc à voir avec de l’information. C’est une bataille politique. Les méthodes de combat à appliquer sont donc celles de la bataille toulouse_28politique sans aucune des exceptions et circonstances atténuantes pourtant sans cesse exigées par ce type d’adversaires.

Une bataille politique ? Voyons. Que « Valeurs Actuelles » titre à mon sujet « L’enragé » est légitime de la part d’un journal de droite extrême. Que notre rassemblement à Toulouse soit ridiculement sous-estimé par le Figaro est dans l’ordre des choses. La rédaction de ce journal a elle-même fait des résolutions contre le grossier alignement du titre sur la propagande de l’UMP. La suite est plus affligeante. Une photo légendée dans « le Monde », en tout et pour tout. Le titre de centre droit réserve son admiration et ses enthousiasmes pour la réunion dans le bois de Vincennes du PS et la place de la Concorde de l’UMP la semaine prochaine. Là aussi c’est dans l’ordre des choses. « Libération » a une rédaction qui a regretté publiquement l’alignement sur le Parti socialiste. La preuve par Toulouse. Nous sommes relégués à la page douze sans aucune accroche à la une. Nous ne sommes pas l’événement. Nous ne le serons jamais pour ceux-là. Pour ce quotidien l’événement à annoncer en une c’est une interview de Valérie Trieweiler où elle déclare, avec beaucoup de justesse de ton… qu’elle n’a rien à déclarer. Devant ce spectacle, ma consolation intellectuelle, c’est de me souvenir comment Joffrin, alors patron de cette rédaction, titra en une à mon sujet : « L’homme qui veut faire perdre Strauss-Kahn ». Venant d’un proche de Strauss-Kahn, on devine à présent quelle part de duplicité ce titre contenait. A l’heure où j’écris, il est le patron de l’autre organe de toulouse_23presse des sociaux-libéraux, le prétendu « Nouvel Observateur ». Sous sa houlette et haine recuite, l’hebdomadaire  se prépare à me vomir dessus. Bien-sûr tout cela est vulgaire, brutal, blessant. La cause est entendue entre nous ici. C’est également stupide de la part de gens qui se préparent à mendier nos voix entre les deux tours d’une élection qu’ils pensent avoir gagnée d’avance et dont ils ont déjà en vue les juteux dividendes de carrière. Car bien sûr Laurent Joffrin, c’est Hollande en ligne directe, tout le monde le sait. Nous savons à quoi nous en tenir ? N’empêche ! Il fait partie de l’exercice auquel nous travaillons, de le souligner, de le donner à voir et de l’enseigner autour de nous, spécialement aux nouveaux arrivants dans le combat. J’insiste pour que mes amis ne l’oublient pas dans leur activité. Faire des ateliers de lecture critique est une activité d’éducation populaire très importante. Car il est impératif de ruiner l’autorité que de tels adversaires acquièrent le reste du temps en prenant la mine d’impartialité que l’on connaît et qui fonctionne comme un appeau. Les esprits capturés par ces leurres de « gôche » forment les zones de crédulités qui permettent ensuite les manœuvres d’appareil les plus vicieuses. Il est donc très utile d’expliquer, le journal à la main, et de faire la démonstration sur pièce et sur place. C’est autant de gagné pour la suite des événements qui nous attendent. Car de tels organes seront toujours des tireurs dans le dos très actifs contre notre combat. Nous l’avons vu en 2005, quand ils se sont tous mobilisés pour le « Oui » et ont agoni le « Non » d’injures avant et après le vote. Ils recommencent à chaque grand rendez-vous. Cette élection en est un, d’envergure majeure.


680 commentaires à “En marche pour Marseille”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. Annie Huet dit :

    Bravo Jean-Luc, on va y arriver.
    Eh vous les groupies, dont je suis ! ah ah, renvoyez les vidéos, les textes à vos boîtes mails, ça marche ! Faites des commentaires persos à vos potes, à vos collègues de bureau, à vos amis en province et mêmes à vos "ennemis politiques", ça ébranle. Faut faire tourner les idées, ça fait partie de l'éducation populaire. Informez informez et sourions de leurs coups bas, ripostons avec humour, ça les rendra fous ! Et nous plus forts ! Non mais !

  2. Nuno dit :

    C'est vrai le travail accompli par le FdG est impressionnant surtout avec tout "establishment" médiatique contre nous.
    Mais je voulais revenir sur l'attaque spéculative qui semble se dessiner contre la France après les élections. La droite aux affaires en est parfaitement consciente et notre monarque quinquénnale a en préparation tout un tas de mesure pour rassurer les requins de la finance: démantèlement du droit du travail, réductions des aides au logement, MES, etc... En effet ces messieurs de la finance nos nouveaux maîtres si on laisse faire, ont été abreuvés sans aucune contrepartie de 1000 milliards d'euros par la BCE il disposent donc d'un avantage comparatif gigantesque par rapport aux autres domaines de l'économie et que croyez vous qu'il vont faire de cette manne de toute ces munitions, surtout que cette bonne vielle Europe s'est ouverte à tout les vents de la déréglementation de la mondialisation et il y a tant d'opportunités a saisir sur les dettes souveraines, sur les entreprises à dépecer par le mécanisme de LBO via les paradis fiscaux, et encore tant de services publiques a privatiser, ils en salivent d'avance. Et bien pour affronter la tempête qui s'annonce je préfère mille fois un Jean-Luc Mélenchon qu'un Hollandreou.

  3. Arthur 78 dit :

    Bonsoir, merci pour ce billet, c'est toujours aussi bon de lire du beau français, surtout pour porter d'aussi belles idées, d'aussi beaux combats.
    Monsieur, et votre merveilleuse équipe,tenez, tenez bon. Plus qu'un homme, c'est une france qui souffre et lutte qui ont besoin du FdG.
    Si notre "tête de liste" est belle, charismatique, douée, c'est des idées.J'admire l'homme, la force qu'il faut à un humain pour supporter de telles attaques, pour porter de telles idées, mais j'adhère surtout à une idée de la France.Merci de continuer ainsi à la representer.

  4. Martine lacour dit :

    Merci, Jean-Luc, pour tout ce que vous êtes et ce que vous faites. En fait, votre secret, ceux que les autres, vos ennemis, voire vos adversaires, ne pourront jamais vous ravir, il est là : vous incarnez dans vos actes, dans votre verbe, votre audace les valeurs que vous portez !
    Il n'y a qu'à vous que je peux dire que j'ai rêvé de...vous !
    N'en déplaise, à ceux que vous dénoncez qui nous et vous tournent en ridicules, nous qui serions des groupies, des hystériques, "au bord de la crise de nerfs", vos suivistes, groupistes, moutonnes et compagnies.
    Dans mon rêve, nous étions à l'Usine, c'était comme une grande cour de récréation et nous échangions sur des arguments politiques pour rendre à l'éducation tout ce qu'elle a de plus populaire et de plus noble : celle qu'on appelle la pédagogie nouvelle...la vieille (plus de 100 ans !) et si belle pédagogie du "Front de l'Enfance" qu'avait imaginé Célestin Freinet en 1935, celle inscrite dans le plan de Langevin et Wallon en 1945.
    Alors prête à s'évanouir la p'tite dame ? Non ! Rebelle et surtout fière que vous soyez là, vous, sur les estrades, dans les réunions, partout à incarner les valeurs et les pratiques que je porte avec et comme des millions d'autres.
    Alors, dans cette dernière ligne de combat avant le 22 avril, prenez bien soin de vous ! Surtout qu'il nous faudra encore d'autres forces après, quoiqu'il arrive...
    Merci, Monsieur Mélenchon, merci Camarade.

  5. Michel79 dit :

    Je ne pensais jamais revivre leurs insultes de 2005 et bien si ! Sans le formidable soutien populaire des meeting, je crois que j'aurais déjà raccroché le seau et le pinceau. Je rentre de Limoges et Toulouse alors dès demain nous reprenons les marchés de la campagne Deux Sèvrienne. Tenons bon. Fraternel salut.

  6. claudine schlenius dit :

    il ne faut pas trop mal prendre le qualificatif de " rock-star de la politique " ça contre balance de façon moderne et ça annule les jugements précédents " d'archa¨ique " et de "dépassé" faits par d'autres concurrents . Aucun politique n'aurait cru possible de rassembler autant de monde que les stars en concert et vous vous le faîtes avec des discours très politiques et lyriques en même temps et cela attire la jeunesse moins politisée que les vieux soixante huitards ça n'est pas vous réduire à étre seulement un show-man . je pense que vos adversaires doivent en crever de jalousie parce qu'en plus l'assemblée écoute réagit et comprend tous vos mots ::c'est magique et bien sûr que je n'oublie pas l'immense travail intellectuel de votre part et de la part de toutes les équipes autour de vous mais votre engagement total dans les discours a une force d'attraction telle que c'est cela qui galvanise tout le monde c'est votre talent : et on a envie d'avoir un président talentueux

  7. Geneviève Toulouse dit :

    A Marseille, doublez, triplez l'union toulousaine... Mais aussi, prenez soin de vous... Nous sommes des millions à vous aimer, vous, également, même si nous ne tombons pas dans le piège de l'idolâtrie, nous vous aimons pour votre courage, pour votre force, votre enthousiasme, et votre talent à porter haut la rouge couleur d'un programme qui ne laisse pas le Vivant sur le bas-côté de l'économie capitaliste...

    Dans l'après-midi, j'ai écrit une lettre (un mail) à tous ceux que j'aime, qui ne vous connaissent pas forcément beaucoup… Je leur ai expliqué comment le programme du Front de Gauche correspond parfaitement à ce qu'ils attendent depuis toujours. Je le leur ai envoyé, ainsi que quelques liens vers le discours de Toulouse, la réponse aux associations de protection des animaux et de la nature, le chiffrage du programme, l'interview à propos de l'écologie politique… Des éléments essentiels qui confortent leur intérêt à vous élire Président.

    J'ai hâte de découvrir votre silhouette sur tous les écrans, au soir du 6 mai.

    On lâche rien !

  8. frédéric dit :

    Je croyais être fou, je finissais par croire que les valeurs humaines défendues aux prix de maintes vies n'étaient qu'un brouillard du passé. La nuit qui s'annonçait, promettait d'être terrible. C'est avec la plus grande des joies que je vois le peuple se lever,c'est aujourd'hui que je me sens citoyen, c'est aujourd'hui que je revis. Merci Jean-Luc,merci à tous ceux qui se réveillent afin que nous ne soyons plus seul dans cette lutte contre les perfides titans.

  9. langoureau dit :

    Copiez collez partout çà :

    Clip officiel de Mélenchon ! smic: 1700 €, écart de salaires de 1 à 20, et pas de revenus supérieurs à 360 000€ par an http://dai.ly/HniuQu ou http://dai.ly/HELpO4

  10. Denise Gendron dit :

    Bonjour a vous du Québec, Jean-Luc Mélanchon,que je découvre depuis tout juste une semaine. Comme votre parole et vos actions sont porteurs d'espoir! Ici aussi au Québec, nous affrontons les mêmes règles du jeu tenu par les grands prédateurs capitalistes.
    Votre président.le petit Nicolas a décoré notre premier ministre provincial Jean Chares tqui n'a de cesse de brader nos ressources, de tout faire pour privatiser la santé et l'éducation. Il aussi décorer M.Desmarais de Power Corporation qui contrôle une bonne partie des médias. Je te décore, tu me décores, et on fait des affaires en or.

    Au niveau du Canada, le gouvernement Harper vient d'alléger les règles des évaluations gouvernementales des projets (entre autre les sables bitumineux) et de reculer l'âge pension de vieillesse a 67 ans.

    Mais, ici aussi au Québec, ça brasse,les étudiants sont dans une grève historique, on a fait reculer le gouvernement sur l'exploitation des gaz de shiste et le 22 avril a Montréal, on se prépare un printemps québécois.

    Bonjour et courage, amour et résistance a vous tous et toutes que je ne connais pas mais qui luttez ensemble, simplement pour l'être humain (et notre belle planète)!

  11. FroG dit :

    Je viens de voir le premier clip de la campagne officiel... J'aimerais savoir qui a eu l'idée de faire lire son texte à Jean-Luc ! Ou comment ne pas tirer parti des qualités naturelles d'un candidat. Disparus l'aisance, la force de conviction et le naturel qui font le charisme de Mélenchon !
    Si les autres films sont du même calibre, on pourra vraiment parler de sacré gâchis.

  12. Nuno dit :

    Merci Langoureau, et bien moi il me plait bien ce clip de campagne.

  13. Monique Ben dit :

    Laissons les braire..oui ! Même si parfois la rage monte de tant d'insolences, de vulgarité et de mépris !
    Nous avons une grande tâche devant nous quel que soit le résultat de l'élection.
    Nous nous sommes mis en marche et rien ne pourra plus nous arrêter. Beaucoup d'entre nous attendions cette prise de conscience... et de confiance des citoyens, quand nous tentions désespérément d'expliquer et de convaincre ceux qui, enfumés par les pouvoirs médiatiques, nous traitaient de "paranos", de "pervers" ou, au mieux, de doux rêveurs!
    Jean Luc, tu as pu catalyser ces énergies par ta force de conviction, ton charisme, ta pédagogie...Alors je dis merci à toute cette équipe de campagne, à tous ceux qui ont levé la tête et retroussé les manches, partout dans tout le pays !
    Je serais à Marseille pour le grand rendez vous...comme j'étais à la Bastille ! Parce que Nous sommes le Peuple et nous nous devons de reprendre le pouvoir qui nous est confisqué depuis si longtemps !
    Nous saurons quoi en faire !
    Et nous resterons des sentinelles des droits de l’Homme et de la justice !

  14. Bracam dit :

    Eh oui, Jean-Luc, c'est vrai que vous insistez beaucoup pour faire de votre campagne l'avènement d'un programme, et non plus celui d'un omni-président. Mais enfin, vos qualités personnelles portent si haut ce programme et son message qu'en effet, j'aime à sourire de vous savoir rock star pour les commentateurs extérieurs. C'est tout de même plus intéressant, plus moderne en effet, que pitbull en un sens supposé élogieux...

    Sinon, quelle rancoeur contre cette presse aux ordres :(On ne peut, sans glisser dans l'incantation, croire que la caravane passe sans souffrir des chiens qui lui mordent les mollets. Je trouve très préoccupant au contraire de constater dans quel rebut sont cantonnés les comptes rendus d'une magnifique manifestation comme celle de Toulouse, quand on les retrouve dans les journaux. Comment peut-on mépriser ainsi le désir de justice et d'avenir (pardon) du peuple, sa fatigue extrême sous le joug du libéralisme sans entraves ? Allez, amis, vers la victoire, avec courage et cette dignité que je ne vois guère ailleurs.

  15. Auener dit :

    Bonjour à tous! Il est 1h40, en Puisaye profonde...en campagne...J'ai l'impression d'être sur une île...Sacré boulot à faire dans la région! Le Toucyçois, vous connaissez? Il reste peu de temps, mais j'y crois plus que jamais, je suis sure que nous serons au deuxième tour! Merci de prendre le temps de nous écrire! Je ne suis,en aucune façon, étonnée du comportement des medias à l'égard du Front de Gauche! Restons attentifs et réactifs pour dénoncer leurs exactions ! Jean Luc, c'est sur qu'on vous aime, pour votre adorable petite gueule, mais aussi et surtout, parceque vous nous faites vibrer, parceque l'on sent votre sincérité, votre enthousiasme! On sent que vous aimez le peuple, que vous le respectez, que vous lui faites confiance...Vous êtes brillant et déterminé à changer le système en profondeur... Je n'aurais jamais espéré qu'un homme tel que vous nous arrive, qu'un homme tel que vous arrive à la France...Merci...prenez grand soin de vous...Bien à vous pour très longtemps!

  16. meyronneinc dit :

    Cher Jean Luc, par votre pédagogie, vos explications vous redonnez un sens à la politique. J'étais au meeting de Clermont Ferrand et j'ai eu souvent les larmes aux yeux quand vous avez si bien parler de la France. Continuons tous ensemble pour virer Le Pen et sa clique ainsi que Sarko. Deux personnages dangereux et vulgaires qui font honte depuis trop longtemps a la France. Résistance !

  17. pierre robine dit :

    Aujourd'hui lundi, en boucle sur france inter, l'"info" du jour, comme quoi Marine le Pen arriverait en tete chez les 18-24 ans.
    Evidemment je ne peux croire une telle info, mais on sent bien leur panique dans le traitement de l'info
    ils publient beaucoup moins de sondages, ceux qui paraissent sont complètement bidonnés pour nous rabaisser. Paradoxalement ça me donne un espoir inoui, je sens leur panique, et je me dis qu'ils doivent avoir des infos que l'on n'a pas, et je ne serais pas étonné qu'on finisse par gagner cette élection. et même si on ne gagne pas cette fois ci, je sais qu'on est déja en train de gagner la bataille des idées, qu'il faudra continuer sans relâche, et que notre force va devenir incontournable.
    vive la vie, la solidarité l'amitié et l'amour entre tous les humains, à la fin c'est nous qu'on va gagner!

  18. Michel 01 dit :

    Nous ne dormons jamais. La preuve ? Sitôt diffusé un billet est commenté.
    Nous sommes les petites fourmis... rouges ! Nous sommes nombreuses, actives et nous piquons chaque jour dans les commentaires des articles de presse qui sont destinés en nous dénigrant à proteger des politiques rétrogrades et conservatrices.
    Nous sommes le futur ! N'en doutez pas messieurs et médames les "groupies" du capitalisme.

  19. philippe reverdy dit :

    Félicitations pour le "passage de ce long tunnel" qui ressemble à une montée en puissance qui galvanise tous les rassemblés, prêts à jeter toutes leurs forces et leur intelligence à convaincre les indécis, les résignés, les égarés. Je ne suis pas un militant, mais un simple rallié à ce beau programme et qui suit le mouvement depuis de très long mois. Et moi aussi, comme vous le dites si bien de votre entourage, je ne me sens plus le même. Je suis redevenu un citoyen qui me sent investi de défendre et de partager du mieux possible ce qui me semble le meilleur choix pour mon pays et les valeurs qu'ils représentent, pour l'avenir de mes enfants mais aussi celui de l'humanité. Oui, tout se tient, et il est possible de changer cette société si le peuple le décide. Dans deux semaines, nous serons plus de 20% à nous lever du pied gauche, conscient que notre voix individuelle vaudra le même poids que celle des plus nantis et qu'elle s'additonnera à tous les camarades des meetings et des rassemblements populaires que j'ai vu les yeux rivés sur le même espoir (et non pas la rockstar). Il sera alors temps pour la deuxième peau de ce système éclaté de prendre du recul et de chercher à comprendre... Ils sont tellement pitoyables!

  20. Donato DI CESARE dit :

    vous a t'on dit que vous aviez les plus beaux yeux de cette campagne électorale ? j'arrête avant de m'évanouir, comme ils disent ! Odile
    Le dentifrice est sorti du tube! Oui, je sais, c'est un peu moins poétique que la métaphore de la rivière, mais je préfère: une rivière peut toujours revenir dans son lit après la crue; alors que faire rentrer du dentifrice dans un tube, vous avez déjà essayé? Cécile 63
    (Vraiment, drôle.)

    Pour ce qui est de la presse et des médiats, il est inutile de pleurnicher sur le sort qui est réservé à notre idéale totalement différent du leur. Notre travail, le plus urgent, doit consister à convaincre les indécis.Et quel fierté quand on y parvient! En tout cas, j'ai encore réussi, cette mission, ce soir et ça, ça décuple ma motivation...inversement au stock dans ma cave à vin ! Bravo à vous qui collez et tractez, nous sommes tous utiles et dévoués à cette belle cause.
    Vite la VI° république !

  21. kris973 dit :

    Mr Mélenchon, je vous ai écouté sur le net et lu aussi, ainsi que les commentaires de mes camarades, de France et d'ailleurs... toute cette misère sociale, toute cette exploitation humaine, tout cet esclavagisme moderne et toléré... et j'ai éteint ma télé ; comme si ce média passait son temps à travers ses programmes a nous hypnotiser et à nous résigner à accepter les magouilles et dérapages qu'on nous balançait avec arrogance, de surcroît ; vous avez réveillé cette flamme en nous que nous avons hérité de nos anciens, qui étaient solidaires et unis (après la guerre par exemple... oui ça remonte mais c'est l'idée que j'en ai, ce que je ressens) ! je rêve depuis longtemps que quelqu'un arrive et donne un coup de pied dans ce panier de crabes et nettoie au karcher cette société rendue moribonde par tous ces malfrats endimanchés qui se permettent de dilapider sans compter l'argent qu'ils volent ouvertement au peuple ! cette France c'est pas la notre et on n'en veut pas ! on veut une égalité, une justice, on veut être écoutés... on veut vivre en paix et en fraternité ; quelques soient nos origines, la couleur de notre peau, notre culture : on a tous le même point commun ; nous sommes des humains ! je vis en Guyane où il y a aussi bcp de choses à mettre en place ! la France appartient à son peuple ! je veux me battre pour elle à vos côtés avec nos camarades ! on ne lâche rien ! rv bientôt dans les urnes ! leur débâcle sera grandiose tant ils s'obstinent à...

  22. lentendu dit :

    Un sondage c'est bien mais une attaque nauséabonde d'Aphatie - le Figaro c'est mieux.
    En effet, au plus les attaques sont basses, au plus nos scores doivent être beaucoup plus haut dans les sondages que ce que l'on veut bien dire. Si seulement, encore plus de gens pouvaient ouvrir les yeux sur toutes ces pratiques.
    Résistance !
    Que se vayan todos !

  23. Alain Tétart (60)(73 ANS) dit :

    Je vais finir comme les autruches la tête dans le sable et le c... en l'air, tellement ça m'énerve de lire ou de voir toutes les bêtises dites, et mon vieux cœur en prend un coup !
    A mon âge on est un peu moins naïf quand même, mais je n'imaginais pas à quel point les attaques pouvaient être aussi basses
    J'ai hâte de voir votre tête sur la télé le soir du 6 mai et si c'est le cas j'aimerais que vous teniez dans vos deux mains, d'un coté la tête de sarko et dans l'autre la tête de parisot, au bout d'une perche cela va sans dire ! les guignols vont prêteront bien ce matériel nécessaire !
    Nous avons encore 12 jours les amis ce n'est pas le moment de baisser les bras !
    Résistons, résistons, et résistons encore !

  24. A.Caporale dit :

    Les voila ce matin qui tentent de remettre Marine en selle. Pitoyable !

  25. BJ dit :

    Ça bouge à la gauche de gauche. Jacques Cotta, responsable du site « La Sociale » avec son complice Denis Collin, vient de déclarer qu'il votera pour JLM. C'est important, parce que ce site, tenu par d'authentiques socialistes, était jusqu'alors partisan du vote utile pour faire échec à Sarkozy. Cet article est la preuve qu'ils ne croient plus en F. Hollande pour battre Sarko, et surtout que la qualité de la campagne du Front de Gauche a fini par les convaincre. Extrait : « La question est donc la suivante : comment se saisir des élections présidentielles pour aider la résistance, rendre plus difficiles les agressions qui s’annoncent ?
    C’est pour répondre à cette question que j’ai décidé de voter Mélenchon. Non qu’il soit plus que quiconque un sauveur suprême. Mais pour la dynamique, l’appel d’air, le réveil, le mouvement…
    »

  26. Bonjour, en ce qui me concerne et étant aussi du 79 comme mon camarade Michel que je salue également j'avais déjà raccroché le seau et le pinceau depuis 1981. Maintenant je travaille sur internet pour diffuser la campagne, et c'est un véritable plaisir, quelque soit le résultat que j'espère grandiose nous nous serons battus,afin que nos idées circulent. Toutefois je pense qu'il sera important de placer des scrutateurs du FdG dans chaque bureau de vote. On lâche rien, il est à nous, le deuxième tour. Merci M. Mélenchon !

  27. citoyenne21 dit :

    A ceux qui disent comme pour mieux se rassurer, "Jean-Luc Mélenchon de toute façon, il ne sera que troisième, voir quatrième" (forcément donc pas ceux qui s'apprêtent à voter Front de Gauche et qui sont allergiques aux valeurs de gauche parce que le mot "partage" leur fait horreur depuis toujours), je leur rétorque que rien ne serait terminé pour autant et que le combat continuera et que nous demeurerions de toute façon une force indispensable pour lutter contre les politiques de rigueur qui ne manqueraient pas d'être mises en place, si Jean-Luc Mélenchon, pas élu !
    Mais comme Jean-Louis Charpal et bien que je n'ai pas de boule de cristal, je pense aussi qu'on a de fortes chances d'y être !
    Je ne veux plus entendre de la bouche de méprisants égoïstes (quand on se risque à aller les titiller sur leur terrain), toujours cette même rengaine, que ce serait grâce à eux les "gagnants" que les autres, dans leur esprit, "les perdants", boufferaient et que les meilleurs forcément dont ils font partie, n'auraient pas à rendre du pognon qui leur appartient, leur si cher pognon ! Je veux voir ces gens perdre leur bel optimisme à l'annonce de notre score que je souhaite souhaite explosif !

  28. yann Guérin dit :

    Jean-Luc, enfant des lumières, le peuple est avec toi. n'oublie jamais cela. Nous savons tous les blessures que peut (veut) provoquer la bourgeoisie quand elle veut se débarasser d'un danger. Nous avons tous en mémoire Roger Salengro sous le front populaire, pris pour cible par ceux là même qui criaient "plutôt Hitler que le front populaire" et qui a craqué sous le poids des insultes et des calomnies. Nous savons tous les petites blessures que provoquent des reflexions, des regards de haine lors d'une distribution de tracts sur un marché, les petites agressions des militants du FN ou de l'UMP. Et ces attaques iront grandissantes, suivant ainsi la courbe de notre progression. J'imagine très bien ce qu'on put subir des gens comme Morales, Lula, Chavez ou Castro depuis qu'ils sont au pouvoir, les insultes et calomnies subies. Mais, cher Jean- Luc n'oublie jamais que nous sommes là, des millions à vibrer avec toi pour notre 6ème république, anonymes, inconnus, mais amis plus fidèles que n'en auront jamais des Sarkozy, Hollande ou Le Pen.
    vive la sociale, on ne lâche rien! Fraternité

  29. Bénédicte dit :

    Enfin, nous nous sentons vivants.. nous pouvons regarder nos enfants et leur dire que c'est possible qu'enfin le peuple ne sera plus spectateur / payeur mais acteur de sa vie, de sa citoyenneté.. Et nous nous prenons à rêver.. Le 14 nous y serons avec le coeur et que vos pas, que vos rires, que vos cris et vos regards échangés soient les nôtres aussi..

  30. yann guérin dit :

    Je voudrais apporter une petite reflexion sur le FN. J'ai lu hier un article du monde qui disait que beaucoup de jeunes se retrouvaient dans le vote FN car ce parti était, à leurs yeux, le plus anti-système. S'il ne s'agit pas encore d'un article de propagande mensonger, je pense qu'il serait bon de rappeler que, lorsqu'elle gère les affaires (Grèce, Hongrie, mais aussi Vitrolles, orange, marignane Toulon, etc), l'extrême droite est à fond dans le système, et y est tellement, que ça se termine toujours en catastrophe : promesses non tenues (hausse des impôts, projet d'un complexe de loisirs remplacé par l'installation d'un supermarché, travaux de réhabilitation de centre ancien reportés), divorce avec la communauté des pieds noirs, endettement important,croisade "contre une culture élitiste" et pour une culture provençale (l'affaire Chateauvallon et celle de la Fête du Livre), détournements des fonds du service jeunesse, discrimination à l'embauche, propos diffamatoires, affaires politico-judiciaires et surtout endettement très important de la ville de Toulon.
    Et je parle pas de la collaboration pendant la seconde guerrre mondiale etc. la liste des méfaits de l'extrême droite est longue. Mais il me semble que les évènement les plus récents sont de nature à rafraichir quelques mémoires et là, on ne peut plus nous accuser de faire des procès d'intention, ce sont des faits avérés.

  31. Jocelyne Geraud dit :

    Encore un merci, Monsieur Mélenchon,
    Merci pour la démonstration des basses et grotesques intrigues tous azimut. Merci de si bien leur dire que nous ne sommes pas dupes de leurs turpitudes.
    Vos convictions sont les nôtres, nous sommes fiers de vous avoir pour tribun, oui, "le tribun de la plèbe".
    La plèbe, c'est nous tous qui vous disons merci.
    Tous avec vous, la victoire est si proche!

  32. grosha dit :

    La déontologie du journaliste est un mythe, il lèche la main qui le nourrit, celle du financier qui le possède ! Ami journaliste, rejoins nous pour retrouver ta propre dignité !

    Sur le blog de sarkofrance un article aujourd'hui sur l'usine à gaz des 45 milliards d’impôts qu'il nous a mis sur le dos !
    « Bonjour, je m'appelle, Nicolas Sarkozy, je suis candidat à ma réélection à la fonction suprême. Et j'ai décidé d'augmenter les impôts de 45 milliards d'euros en 5 ans. »

  33. arlette jaegly dit :

    On m'a toujours fait le repproche de ne pas être assez politique dans mes engagements, ceci pour que mon commentaires soit situé. Si le comportement des médias m'agace, je me dis aussi que ce comportement à des aspects positifs. Il doit bien y avoir des gens pour s'interroger sur le traitement réservé au front de gauche un jour à 15 % dans les heures qui suivent descente à 10 / 12 % les commentaires sur les sites ou je me proméne ne sont pas tendre pourtant avec Sarko / Hollande / Le Pen et ce n'est plus que par intermittence et sur le même modéle que s'expriment les ump/fn/ps/vert en tirs groupés.
    Donc les gens ne sont pas stupides puisque, plus ils nous traitent avec mépris, plus pour moi et surement d'autres ils démontrent leurs peurs,et leurs incomptéhension de la détermination qui monte tranquillement mais surement de la rue. Vous savez " la France d'en bas " de Raffarin.

  34. eMmA dit :

    Ne voyez aucune malice, comme vous le constaterez, le ton est plutôt "ami".
    Bon courage et bonne chance !
    eMmA

  35. Lilly54 dit :

    Je suis à l'écoute de France Inter. Depuis 6 h 30, j'ai déjà les nerfs en vrille. Quelle patience il va falloir à Jean-Luc pour affronter ces médiacrasses ! Mais on lui fait confiance à fond !

  36. Gilles Avaullée dit :

    Puisque nos adversaires sont insensibles à la raison humaniste, il nous faut continuer la démonstration de force à laquelle ils vouent un culte.
    Contre la tyrannie sur nos coeurs, nos intelligences, nos actes et nos institutions. Résistance.
    A Marseille !

  37. Pascal397 dit :

    Bonjour,
    Les auteurs et réalisateurs de "les nouveaux chiens de garde" vont avoir de la matière pour faire une série complète! On ressent bien, à la ressemblance des arguments journalistiques, que le Siècle doit faire des réunions extraordinaires ! Je souhaite ré-émettre cette demande: "parlez des sites du FdG!"
    Exemple, il serait plus efficient de répondre "je l'aisse les téléspectateurs se rendre sur les vidéos des sites du FdG pour vérifier vos assertations Mme(Mr) la (le) journaliste" aux affirmations/questions du style "on s'évanouit dans vos meetings". Cela éviterait de répondre "non c'est pas vrai" qui installe subtilement un malaise.
    Voilà, tous mes encouragements et remerciements vous accompagnent.
    Excellente journée.

  38. marj dit :

    France inter, quelle bande de P...es !
    Hollande est sérieux, responsables, nous, nous serions des illuminés. C'est ce qu'ils martèlent partout et c'est pour cela et uniquement pour cela que certaines personnes ne nous trouvent pas crédibles.
    Le tour de force des médias est de faire croire au gens que lorsque l'on répond à leurs besoins, à leur attentes, ça n'est pas crédible. Du coup, on se mord la queue: le peuple dit que les hommes politiques ne répondent pas à leurs vraies questions, à leurs préoccupations mais, quand ils y répondent...ça ne peut pas être crédible !

  39. Michel Giacomazzi dit :

    Sur le coût des dépenses de santé, ils utilisent un autre vieux "truc" : comparer les dépenses financées par la seule Sécu, et non la totalité. Actuellement, chacun cotise à la Sécu ET à une complémentaire ou une mutuelle (pour ceux qui le peuvent). Pour comparer, il faudrait additionner les deux + les dépenses restant à charge des personnes.
    Un des avantages de cotiser à la Sécu plutôt qu'à une complémentaire est que les frais de gestion sont bien inférieurs : 4 à 5 % pour la Séxcu, 20 à 30 % pour les complémentaires.
    Evidement, un autre avantage, qui ne modifie pas la dépense totale, est de faire cotiser selon ses moyens.
    Les chiens de garde utilisent cette technique quasiment à chaque fois qu'il est question de "prélèvements obligatoires", en faisant comme si ce qui n'était pas financé par la solidarité, n'avait pas besoin d'être financé du tout.

    Pour les "groupies" et autres, c'est du même ordre que le vocabulaire utilisé en période de grève : le peuple n'a que des émotions, voire des comportements animaux (grogne, inquiétude,...) ; les "experts" et communiquants ont la raison (expliquer avec "pédagogie"). Acrimed a fait a fait un petit dictionnaire de ces expressions dès les grèves de 1995.

    Quand même, Mr Mélenchon, n'hésitez pas à souffler un peu : la dynamique est en marche et vous y avez plus que largement contribué dans votre rôle. Qui veut voyager loin...

  40. Jean Jolly dit :

    A propos du think-tank patronal " l’Institut de l’entreprise ", il faut se mettre à leurs places les "pôvres". Si le chômage diminue considérablement et que les travailleurs sans papiers sont régularisés ils ne pourront plus puiser dans le vivier d'esclaves qu'ils ont mis tant d'années à créer. De plus, ils ne pourront plus délocaliser ni même s'enfuir dans les paradis fiscaux dénoncés en son temps par le courageux Denis Robert puisque l'impôt différentiel les rattrapera... et puis avec 30 000 euros par mois, comment payer les traites du yacht ?

  41. sebidf dit :

    Curieux pays qui a vu sa jeunesse se lever contre Le Pen père il y a 10 ans et serait massivement prêt à voter pour la fille 10 après....
    Triste pays où des médias qui nous parlent en permanence de liberté, de démocratie, de respect de l'autre, d'anti-racisme font la publicité de la haine et du racisme contre ceux qui luttent de toutes leurs forces contre le FN.
    Ne sous-estimons pas ce pouvoir qu'ils ont. LePen et le FN ne sont pas morts comme certains le chantent, Jean-Luc Mélenchon a d'ailleurs changé de discours sur BFM où il espère être devant (au minimum certes) et j'en ai fait la douloureuse expérience en discutant avec de vieux amis revus récemment. Ils veulent (ou voulaient) voter LePen pour être anti-système (Mélenchon leur était quasi-inconnu de part son absence des médias) et m'ont ri au nez quand j'ai évoqué un "carton" de M.Mélenchon au 1er tour. Eux sont persuadé que LePen va cartonner car c'est "l'impression qui se dégage des médias" et" qu'"ils peuvent virer NS tout de suite comme ça"...
    Donc un score du FN est à redouter... Mais hauts les coeurs, si LePen monte c'est que NS baisse (d'où son appel à l'extrême-droite, (un Président sortant quelle honte, à voter pour nous....) Donc dans un mouchoir de poche, le fdg peut passer...
    La nuit est bien sombre, heureusement qu'un phare inattendu s'est allumé, qu'il éclaire la France le 22 avril, qu'il l'illumine le 6 mai, Mr.Mélenchon Présidons!

  42. Roberto dit :

    Bonjours aux "nuits blanches" et aux "lève-tôt". Vous en faites pas, Jean-Luc est fort, il a sa force et il a la nôtre, on s'en nourrit les uns les autres comme ça. Sur France inter on lui demande si son rire, à la Bastille, était d'incrédulité ?!
    Mais nous on avait bien senti que c'était un rire de joie profonde, celle des retrouvailles avec quelqu'un qu'on aime depuis longtemps. Et qu'elle était partagée par nous tous. Bonne journée à tous et bonne lutte. Fraternellement.

  43. r07 dit :

    Bonjour à tous,
    Merci M Mélenchon pour ce billet.
    Quelques remarques :Les tentatives de discrédit de notre programme par un certain nombre de médias et d'officines, sont aussi paradoxalement une publicité.
    1/Parce qu'ainsi un grand nombre de citoyens connaissent maintenant au moins 3 mesures de notre programme (et souvent d'ailleurs, ce sont les trois écrites sur le clip de la campagne officielle)
    2/En demandant aux différents portes paroles lors d'interviews, des comptes, de justifier les chiffres, ils leur permettent de détailler d'autres mesures et de montrer en quoi l'ensemble du programme est cohérent et partagé.
    3/Comme le programme est disponible depuis sept 2001, cela renvoie aux médias l'absence de sérieux depuis ce temps là. Cela pose la question de savoir si effectivement ils lisent les programmes et en quoi ils prennent le temps de les étudier. Comment eux justifient-ils d'ailleurs cela?
    4/Le décalage avec ce que nous percevons sur le terrain et le traitement qui en est fait renforce d'ailleurs la perception que les médias sont partiaux auprès des personnes qui hésitaient.
    Les commentateurs et spécialistes ne croient pas à la relance...ben alors pourquoi le nombre de drapeaux, tee-shirt, et autre vêtements de couleur rouge vendus explosent dans les rayons ?
    Nous arrivons en passant par Marseille, M Thérard et consorts.
    Encore merci à tous de vos liens écrits et vidéo, ils sont des excellents supports pour convaincre.
    Bien à vous tous

  44. Michel Berdagué dit :

    Redoutable Jean-Luc par la connaissance des dossiers et notamment sur le célèbre 1700 euro brut faut-il le rappeler. C'est incroyable la pensée unique mettant aux oubliettes toute pensée critique et dialectique, de seriner que l'augmentation du minima c'est ça qui nous rendrait malade dans cette société c'est d'éviter de parler ce qui fâche,les dividentes et l'enrichissement des plus riches et la pauvreté qui s'étend.

  45. phil44 dit :

    Le FdG est dans le bon sens (social) de l'histoire ; longue vie au PG et à ses partenaires actuels et à venir...

    Vive la république sociale (il est grand temps !) et vive la vraie gauche !

  46. claudine Girod dit :

    On tient, on continue, on continuera.
    Voir aussi
    Acrimed: les éditocrates contre Jean Luc Mélenchon
    http://www.acrimed.org/article3802.html

  47. GALLAND dit :

    Mon espoir, que le Front de Gauche arrive au pouvoir ne serait-ce que pour amener plus d'humanité dans ce monde pourri par le fric. Au premier et au 2éme tour votons JL Mélenchon !

  48. phil44 dit :

    Jean-Luc Mélenchon et ses proches font une superbe campagne intelligente : pédagogique, instructive, explicative, intelligible, claire, fraternelle, etc....
    Votez utile, c'est uniquement voter pour ses idées et ses convictions ; alors mettons le bulletin de vote FdG dans l'urne afin de mettre la barre à gauche toute !...

  49. On nous bassine depuis quelques jours avec un sondage qui prétend que les jeunes voteraient Front National à 26%. Tiens, bizarre, ya peu, c'étaient les vieux: les plus de 65 ans. Il est significatif que ces fanas des chiffres, des pourcentages, des sondages oublient complètement que, passé 65 ans, les vieux pauvres ont tendance à mourir, tandis que les vieux riches prolongent agréablement leur vie. Donc qu'il y a un fameux biais dans leurs calculs. Mais c'est une constante chez eux de faire oublier les classes sociales au profit des classes d'âge par exemple.

    Pour les jeunes, possible que l'abstention soit le biais. Les jeunes précaires déménagent souvent, et sans doute prennent moins de soin à changer chaque fois leur bureau de vote. Mais surtout, possible que ces 26% soient largement trafiqués, que l'effet recherché soit essentiellement "prédictif": hé, regardez, les jeunes, vos copains sont nombreux à voter FN, si vous faisiez comme eux, hein?

    L'autre effet recherché est, de nouveau (c'est leur obsession) un effet de division: aux jeunes "regardez comme les vieux sont méchants, à vouloir garder pour eux toutes leurs richesses, car les vieux sont riches, c'est une honte". Et, en même temps "Regardez ces jeunes écervelés qui savent même pas lire un programme, qui cassent les vitrines et qui votent FNux".

    Détestons-nous les uns les autres et les vaches grasses des capitalistes seront bien gardées.

  50. lina dit :

    Merci à Jean Luc de se faire le porte parole de tous ceux qui espèrent encore dans la politique et de ne pas prendre les citoyens pour des neuneus. Je me rends au Portugal la dernière semaine d'avril et je compte bien développer auprès de mes amis portugais les arguments qui montrent qu'une autre politique que celle des technocrates financiers de Bruxelles est possible...Au moment même où ce beau pays fête l'anniversaire de la révolution des oeuillets, le gouvernement portugais met en place une politique inique d'austérité budgetaire!..


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive