11mar 12

Prenons nos dispositions pour le 18 mars !

L’insurrection c’est maintenant

Ce billet a été lu 120  939 fois.
Cette vidéo a été consultée 25 193 fois

Vous êtes dorénavant trente mille chaque jour à passer me rendre visite sur ce blog ! Je me sens donc un devoir encore plus fort de renouveler mes publications, même si le passage ici va dans toutes les rubriques et pas seulement à la une. Le Webmestre assure fidèlement le service de mise en page et l'écrasante gestion des milliers de messages qui sont postés. Cette note réjouira ceux qui me demandent souvent d'écrire plus brièvement. Mais je ne promets pas que ce soit plus simplement. Car j'écris de retour d'une grosse journée de présence studieuse. D'abord à la réunion du Front de Gauche des sports. Ensuite à la réunion nationale de l'association des associations. Un jour comme les autres : beaucoup de travail et de fraternité militante. Le service de protection rapprochée est parmi nous mais les camarades mettent leur point d'honneur à m'entourer comme avant. Hier j'ai reçu au courrier un cadeau hors du commun venant d'un camarade électeur. Il s'agit d'une plaquette de poésie de Paul Eluard : « Corps mémorables », édition achevée le 24 septembre 1948. La merveille est aussi que l'exemplaire comporte une signature manuscrite de Paul Eluard lui-même. Depuis je suis sur un petit nuage.

Le 18 mars prochain, avec l'appel du Front de Gauche à une marche sur la Bastille, un événement d'un genre nouveau va avoir lieu. Un genre tout à fait nouveau. A quand remonte la dernière manifestation politique, à l'appel d'une organisation politique, sur un mot d'ordre politique ? Je n'en ai pas de souvenir. Mais si je devais fouiller, je me reporterais aux plus chaudes heures de notre histoire : mai 1968, mai 1958. Une autre nouveauté doit être prise en considération. C'est la première fois qu'une campagne électorale se donne un tel moyen d'expression. C'est donc que cette campagne ne ressemble à aucune autre jusque-là. Et s'il en est ainsi c'est parce que jamais une campagne électorale n'a eu lieu dans un tel contexte. L'ampleur de la crise économique et financière en fait une crise politique. La preuve qui le montre et le résume est que, précisément, cet appel à la marche sur la Bastille connaît un grand succès d'enthousiasme. De partout il y a mobilisation, et les initiatives les plus diverses y préparent avec ardeur. De tous côtés, bien au-delà des cercles militants la date est connue et fait parler ! Cela montre qu'il y a une perception au niveau du grand nombre du caractère spécial du moment et que cela doit se traduire par des méthodes d'action qui y correspondent.

Le contenu de la marche est révolutionnaire. Il s'agit d'affirmer notre volonté de tourner la page des institutions actuelles et de passer à une nouvelle République. Une République sociale qui élargisse le champ de la démocratie en France. En ce sens il s'agit d'une insurrection citoyenne. Pacifique, calme, organisée, dirigée vers un objectif respectueux de la règle démocratique du vote au suffrage universel pluraliste. Une insurrection dont le rendez-vous opérationnel est le vote à l'élection présidentielle. Mais une insurrection. En quoi en est-ce une ? Le but et le moyen nous l'indiquent. Le but : le changement institutionnel. Le moyen : l'action du peuple lui-même se dressant contre un ordre inique. S'il en est ainsi c'est que nous partageons le constat de dangerosité du cadre actuel pour régler les problèmes urgents que le pays doit traiter. Le partage des richesses, la démocratie dans l'entreprise, la parité dans toutes les instances de représentation, la souveraineté populaire sur le parlement et de celui-ci sur toutes choses, ne peuvent être réalisés dans le cadre des institutions actuelles. Pire, celles-ci y font obstacle. Cette question ne concerne pas seulement le cadre national. Au contraire notre insurrection civique vise le pouvoir autoritaire qui s'impose à nous depuis les institutions actuelles de l'Union Européenne et contre lesquelles nous sommes rendus impuissants du fait de notre monarchie quinquennale. La gravité particulière et actuelle de la situation résulte de la signature du nouveau traité européen le premier mars dernier. Le gouvernement du pays consent  un renoncement à la souveraineté budgétaire du pays sans même l'excuse de la transférer à une autre instance démocratique. Cela permet de bien comprendre la légitimité de notre insurrection. La constitution de 1793 l'exprime bien : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

A vrai dire, la conduite de notre campagne fait de cette marche une étape à l'intérieur d'une séquence maîtrisée de longue main. Le Front de Gauche a été constitué comme l'instrument politique d'un projet. Je ne parle pas du contenu du programme « L'Humain d'abord » qui en est l'expression à une étape du parcours, celle qui commencerait concrètement avec notre gouvernement. Ce projet c'est d'assumer le sens du refus de 2005 face au projet de Constitution européenne devenu depuis le Traité de Lisbonne sous l'empire duquel nous vivons. C'est le projet d'un changement profond de la règle d'organisation de la société. L'actualité et l'importance d'un tel projet est démontrée par le sort subi par ceux qui ont accepté la règle du jeu actuelle. Il s'agit de la Grèce ! Mais aussi du Portugal, de l'Italie et de l'Espagne, pour ne citer que des voisins. Pour le futur de la France, il faut placer côte à côte le fait que les agences de notations veulent frapper notre pays et qu'un plan d'austérité terrible est programmé par le nouveau traité européen signé par Sarkozy. On devine ce qui attend notre pays s'il ne se prépare pas à résister et à contre attaquer, c'est-à-dire à proposer et à s'appliquer une autre règle du jeu.

J'ai promis, quelques lignes auparavant, un résumé de notre plan d'action dont la campagne présidentielle a été le cadre et l'instrument. Jusqu'en juin 2011 nous avons travaillé au rassemblement des forces de la gauche du « Non » autour d'un programme partagé et d'une candidature commune à l'élection présidentielle. Sur la place Stalingrad, le 29 juin dernier, nous avons lancé ce rassemblement. Puis nous l'avons développé jusqu'à la Fête de l'Humanité. Ce fut la période où le contenu du programme partagé a été bouclé et rendu public. Puis, tandis que se déroulait les primaires socialistes, nous avons ancré notre action sur le terrain. Nous avons permis que son contenu s'incruste dans le sol social du pays en organisant une diffusion massive du programme « L'Humain d'abord ». Ce fut le temps des premières assemblées citoyennes et des premiers meetings de popularisation. Nous sentions que la rencontre s'étendait en profondeur, que le discours touchait une masse de gens. Cette période nous a permis de faire comprendre notre différence d'approche avec le programme d'action du PS. Une démonstration argumentée a ainsi commencé à se diffuser. Elle a forgé des liens solides de convictions et de confiance. Nous avons alors avancé dans les esprits alors même que la tenue des primaires socialiste absorbait pourtant tout l'espace médiatique. Nous avons fini l'année avec le sentiment d'une force grandissante dont attestait déjà le niveau de participation à nos réunions et meetings.

En janvier, forts de cet ancrage, aidés par le succès de l'émission « Des paroles et des actes » sur France 2, nous avons lancé toute notre force dans la bataille contre l'extrême-droite. Compte tenu du processus d'extrême-droitisation dans lequel entrait alors l'UMP et son candidat, chaque pierre lancée atteignait deux cibles à la fois. Cette phase du combat nous permit de gagner en autorité et en confiance. L'affluence exceptionnelle à nos meetings, réunions et assemblées citoyennes, les soutiens financiers nous ont vite montré que nous avions franchi un nouveau pallier de mobilisation et de prise de conscience. L'évolution des propos de notre concurrent socialiste, les postures de notre adversaire de droite nous ont prouvé que le mouvement des esprits les conduisaient eux-mêmes à s'adapter et à valider notre tonalité, fusse à leur corps défendant. En se tirant une balle dans le pied sur le plateau de France 2 et en vacillant, puis en se faisant enfermer dans la position cruelle que l'on connaît sur le droit à l'avortement, la famille Le Pen nous a permis de prendre la main sur elle. Ce succès foudroyant sur le secteur où nous avions pris l'offensive et où nous étions pourtant presque seuls en lice nous a propulsé plus avant dans l'opinion. Et cela est depuis, une source supplémentaire de légitimité et de dynamique. C'est avec ces atouts en main que nous lançons l'étape suivante de notre marche. Le 18 mars est à la fois un point d'aboutissement de cette période et le point de départ de la suivante qu'il s'agit de porter à un plus haut niveau politique ! Celui de l'insurrection civique. A vous mes chers lecteurs de multiplier les initiatives de toutes tailles et de tous ordres pour rendre visibles et désirables l'insurrection que le 18 mars va impulser. A suivre ici et sur le site « place au peuple ».

Une fois n'est pas coutume et j'espère qu'il ne m'en voudra pas, je veux compléter le propos que je viens de tenir par un texte qui m'a paru bien résumer ce que j'aurais aimé dire et ce que je voudrais faire comprendre. Il s'agit de l'éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin paru dans « L'Humanité » du jeudi 8 mars dernier. Le titre résume bien le lien avec ce que je viens d'écrire : « Insurrection : acte I ».  Comme il y est question de moi, je prie mes lecteurs de me pardonner l'immodestie qu'il y a  dans ce « donné à voir », ici, au milieu de mes propres lignes. Voici le texte de cet éditorial.

« Nous avons allumé la lumière. » Prise isolément, cette phrase que Jean-Luc Mélenchon distille çà et là pour expliquer la démarche fondamentale et presque fondatrice du Front de Gauche peut paraître présomptueuse. Elle ne l'est pas. Héritiers que nous sommes d'une illustre tradition politique qui a toujours marié la justice à l'égalité et fiers – oui fiers ! – de notre axiome marxien adossé aux piliers des concepts républicains, nous entendons cette phrase du candidat à la présidentielle comme l'un des plus beaux symboles du renouveau "de la" politique. Celui du retour à "quelque chose" d'assez sacré : l'Idée. Mais aussi celui du début "d'autre chose" : une gauche à la main ferme. »

« Le peuple a de la mémoire. Alors que nous vivons le temps des remuements essentiels (la crise, le capitalisme, le développement, etc.), nous connaissons l'histoire contemporaine qui, trop souvent, a vu la gauche s'accommoder du "principe de réalité", provoquant ce que certains pouvaient considérer comme un éternel recommencement : une espérance suivie d'une déception… À moins de sept semaines du premier tour de l'élection présidentielle, cette hypothèque sur l'espoir semble levée par la dynamique et la crédibilité du Front de Gauche. Si nous n'aimons guère accorder trop de place aux logiques des sondages, néanmoins, les toutes dernières enquêtes d'opinion réchauffent le cœur et l'esprit et témoignent que le Front de Gauche vient de gravir une marche importante, comme nous le pressentions. Qu'on se le dise, le citoyen candidat Mélenchon vient en effet de franchir la barre des 10% d'intentions de vote ! La gauche de combat, soutenue par un corps électoral solide, est de retour ! Il était temps. Non ? »

« Ne le cachons pas. La verve et l'intelligence oratoire de Jean-Luc Mélenchon ne sont pas pour rien dans l'accélération de ce processus populaire, dont nous ne mesurons pas encore toutes les possibilités. Lui-même le répète à souhait : "Nous défendons des idées, pas un guide suprême ou un leader." Tous les artisans de la campagne du Front de Gauche présents sur le terrain peuvent en témoigner. Grâce à la diffusion dans le corps social d'un discours de très haute ampleur programmatique, associé à l'élaboration d'arguments offensifs qui ne cèdent plus un mètre de terrain à qui que ce soit, tout devient possible, y compris l'appropriation et la diffusion des idées. On ne s'indigne plus seulement, on propose, on politise. L'ambition est si énorme que nous en tremblons de désir. Pour la première fois depuis des lustres, une grande partie du peuple de gauche, jadis déçu, parfois désespéré parce que trahi par la mise en œuvre systématique d'une véritable pédagogie du renoncement, se sent de nouveau concernée. Ce n'était pas "la" politique qui les avait quittés, mais la confiance dans sa capacité à changer leurs vies. Ils savent désormais qu'ils ont un rôle à jouer… »

« Il y a du bonheur à réinventer l'à-venir. Le Front de Gauche, qui voit plus loin que l'horizon et affranchit ceux qui ont souffert d'années d'humiliations, a pour objectif de réveiller et/ou d'éveiller les consciences. En y parvenant, il redonne aussi de la dignité à tous les citoyens, il les aide à devenir eux-mêmes des acteurs d'idées et des propagateurs du bien commun. "Le Front de Gauche, c'est quelque chose de plus grand que nous", clame Mélenchon. Ce quelque chose porte un nom : la révolution citoyenne. Et une méthode : l'insurrection civique. Nous en vivons l'acte I. Tôt ou tard, par la Raison et le Combat, cette insurrection bousculera puis renversera l'hégémonie de la gauche gestionnaire. Oui, la lumière est allumée ! » Merci pour ce résumé si bien dit de ce que nous pensons tous qui nous assemblons de meeting en meeting, de réunions en réunions, de collages en tractages !

Le PS et le Mouvement de Jean Pierre Chevènement ont annoncé avoir signé un « contrat de législature » qui « fonde leur alliance pour 2012 ». On connaît donc le choix de Chevènement un mois après le retrait de sa candidature. Ce n'est pas un accord de coin de table. En effet cet « accord politique et électoral constitue le contrat de législature entre les deux partis et fonde leur alliance pour 2012 ». La centralité de la question  européenne avait déjà été rangée au magasin des accessoires en 2007. Il en est de même cette fois-ci. Un flot de bonnes et saines pensées contre le capitalisme et les autres malheurs du temps garnissent utilement la capitulation sans condition de l'ancienne sentinelle inflexible. Du refus de l'Europe du Traité de Lisbonne, il ne reste que d'émouvants et dérisoires coups de menton favorables à « une parité monétaire plus juste », « un soutien prioritaire à l'investissement et à la recherche pour les PME » et à « une politique de croissance (…) à l'échelle européenne ».

Bien-sûr le PS et le MRC conviennent que le traité récemment conclu est "inacceptable" et "doit être renégocié". Avec le président François Hollande c'est comme si c'était fait. Il s'est bien gardé de leur préciser que son porte-parole a déjà bien expliqué qu'il ne s'agira pas d'un nouveau traité mais d'un texte additif se prononçant en faveur de la croissance. Mais peut-être les chevènementistes n'avaient-ils pas envie de le savoir ou bien même le savaient-ils déjà. Après qu'ils ont rappelé leur opposition à Maastricht, le document ouvre une nouvelle étape qui gomme la précédente. Il déclare que les deux partis « doivent approfondir ensemble leur vision de l'Europe ». Il est temps en effet "d'approfondir la vision", deux mois avant de gouverner ensemble et après qu'on a passé six ans à cela depuis 2005 ! Mais précisément, c'est tout cela qui est fini. Car le texte se propose "d'approfondir la réflexion" jusqu'à un niveau de profondeur  inouï : « en dépassant les oppositions du passé ». Pour moi l'opposition du passé ne peut se régler que sur une seule base : le respect de la décision du vote des français. Mais Hollande ne veut pas de référendum sur le nouveau traité. Et Jean-Pierre Chevènement, docilement, n'en parle plus. 

L'autre volet des reniements est, par contre-coup pour les alliés écolos du Parti socialiste. Car Hollande et son allié se prononcent « pour une politique énergétique innovante en matière d'énergies renouvelables, et vigoureuse en matière d'économies d'énergie ». Ce qui est excellent, mais ne mange pas de pain. Car le même document précise le point de vue du parti de Jean-Pierre Chevènement. Celui-ci estime « qu'il ne doit pas être porté atteinte à notre industrie nucléaire et à ses capacités, à ses yeux garantes d'une électricité moins chère et moins polluante ». Comment cela est-il conciliable avec un accord de législature qui l'unit par ailleurs à des gens qui pensent exactement le contraire ? Une telle ratatouille est servie à la veille du premier anniversaire de la catastrophe de Fukushima. Nous n'en tirons donc pas du tout la même conclusion. Car un an après avoir commencé, les effets de la catastrophe nucléaire de Fukushima durent toujours. Cela devrait suffire à montrer l'urgence d'un débat honnête en France sur l'énergie et plus globalement sur la transition énergétique. Et il doit être tranché par le peuple souverain, notamment sur le nucléaire, par référendum. Le Front de Gauche est le seul à le proposer. Je déplore que l'UMP, le FN et le Parti socialiste le refusent. Mais je regrette surtout que l'accord de législature entre le PS et Jean-Pierre Chevènement n'en dise mot. L'importance du sujet devrait interdire que des accords politiciens se substituent au débat public sur le fond et au vote démocratique. Je n'en apprécie que davantage la déclaration de Paul Ariès en faveur de la candidature commune du Front de Gauche. Car s'il est vrai que nous ne sommes pas d'accord sur bien des points, il n'en reste pas moins que notre position ne demande à personne de renoncer à ses convictions ni au moyen de les voir l'emporter. 

Au final, cet accord fonctionne comme une caricature de la "Gauche plurielle". Car à l'époque on pouvait penser que l'on avait fait pour le mieux en juxtaposant les programmes. Il est vrai aussi qu'on n'avait guère eu le temps de faire autre chose du fait de la dissolution surprise de l'Assemblée Nationale décidée par Chirac. Mais aujourd'hui on a l'expérience des inconvénients de cette méthode. Recommencer une erreur de méthode de sang-froid c'est seulement signaler qu'on est intéressé à obtenir le même résultat. Lequel ? Donner les pleins pouvoirs au parti qui dirige le gouvernement. C'est d'autant plus pitoyable que cette fois-ci le programme ne prévoit aucune sorte de conquête sociale comparable aux 35 heures ou à la CMU, ni aucune conquête institutionnelle comparable à la parité comme ce fut le cas avec le programme de Lionel Jospin.

Du passage de Nicolas Sarkozy dans l'émission « Des paroles et des actes » mercredi, on ne semble avoir retenu trois jours après que ses regrets d'avoir fêté sa victoire au Fouquet's et passé ses vacances sur le yacht de Bolloré. Pourtant, au milieu de ce numéro de repentance très convenu, Sarkozy a fait plusieurs déclarations et propositions qui méritent d'être prises très au sérieux. Elles dessinent un programme du candidat Sarkozy assez sinistre.  Il a notamment annoncé le plus grand plan social de ce début d'année en programmant une nouvelle hémorragie de 40 000 emplois publics. Mais dans les collectivités locales. Sans que cela n'ait visiblement ému grand monde, notamment chez les socialistes, pourtant concernés au premier chef. Personne ne sait d'ailleurs comment Nicolas Sarkozy compte s'y prendre pour qu'un gouvernement supprime ainsi des postes dans les collectivités locales qui gèrent leur propre personnel. Il a d'ailleurs aussi indiqué qu'il allait plus largement « poursuivre la réduction des effectifs de la fonction publique ». Les 150 000 postes supprimés depuis cinq ans ne sont donc qu'un début.

Sarkozy a aussi prévu de poursuivre sa thérapie de choc libérale en intensifiant sa chasse aux "assistés". Il n'a évidemment pas parlé des fraudeurs du fisc que le gouvernement exonère régulièrement de poursuites pénales, surtout s'ils ont beaucoup fraudé. C'est un des constats inouïs du dernier rapport de la Cour des comptes : plus vous volez le fisc moins vous avez de chance d'être poursuivi pénalement ! D'ailleurs Sarkozy a bien rappelé qu'« il n'y a pas eu de cadeaux aux riches ». Ceux qu'il a désignés comme assistés sont les bénéficiaires du RSA dit "socle ". C'est-à-dire ceux qui ne travaillent pas. Pour une personne seule, c'est 475 euros par mois.  Deux fois moins que le seuil de pauvreté. Pour eux, Sarkozy propose de généraliser un travail forcé dit d'intérêt général de 7h hebdomadaire. Jusque-là, le "travail d'intérêt général" désignait une sanction pénale. Personne ne sait d'ailleurs dans quels secteurs devra s'exercer ce travail forcé, et avec quel encadrement. Les gestionnaires du RSA, c'est-à-dire les départements vont ainsi devoir gérer le travail forcé d'un million et demi de personnes. Et le projet UMP précise que des pénalités de 100 euros par mois seront appliquées à ceux qui refuseront le travail forcé. Avec les suppressions de postes prévues par Sarkozy dans les collectivités locales, cela promet ! A moins que le président candidat n'ait justement prévu de faire exercer certaines fonctions des collectivités par les bénéficiaires du RSA.

Ce soir-là, les immigrés étaient aussi dans le collimateur de Sarkozy. L'extrême-droitisation de son discours est désormais très avancée. Il a d'abord affirmé : « Si on ne maîtrise pas l'immigration, est-ce qu'on ne va pas à la faillite ? » Comme Mme Le Pen, il ignore l'étude que l'université de Lille a réalisée pour son gouvernement en 2009 et qui conclut que les étrangers rapportent 12 milliards par an aux comptes publics. Ils touchent en effet pour 48 milliards de prestations chaque année mais reversent 60 milliards en impôts et cotisations. Sarkozy a poursuivi ainsi : « Nous avons trop d'étrangers sur notre territoire et nous devons en accueillir moins ». Exactement ce que raconte Marine Le Pen. Et pourtant il y a moins d'étrangers aujourd'hui en France (5,8 % de la population) qu'il n'y en avait en 1975 (6,5 %) et en 1990 (6,3 %) ! Mais Sarkozy pense pourtant que « nous devons diviser par deux le nombre d'étrangers que nous accueillons ». Marine Le Pen va encore plus loin et propose de ramener ce nombre à 10 000 entrées par an. Mais ni l'un ni l'autre ne dit comment il compte s'y prendre. 65 000 entrées concernent chaque année des ressortissants européens. Marine Le Pen compte-t-elle interdire aux européens d'entrer en France ? Et ce n'est pas tout. Chaque année, autour de 50 000 entrées concernent des étrangers membres de la famille d'un Français, que ce dernier fait venir. Là aussi comment Sarkozy et Le Pen comptent-ils s'y prendre ? Vont-ils interdire à des milliers de Français de vivre en famille ? Enfin, 50 000 autres entrées concernent des étudiants. Comment y renoncer ? Faut-il rappeler le nombre d'étudiants étrangers qui deviennent des prix Nobel, des médailles Fields ou des médailles d'or du CNRS ? Ont-ils entendu parler du dernier prix Nobel de médecine, Jules Hoffmann, qui était un étudiant étranger avant de devenir français ?

Mais il y a plus odieux encore. C'est la volonté annoncée de Sarkozy de limiter l'accès des étrangers au minimum vieillesse et au RSA. Il a fixé les conditions suivantes : 10 ans de résidence régulière en France et au moins 5 ans de travail. Le caractère universel des droits serait ainsi sabordé. On exigerait des étrangers beaucoup plus que des français pour accéder à des droits sociaux fondamentaux. Les étrangers payent pourtant les mêmes impôts et cotisations que les français. Cette "discrimination", car c'est bien cela que Sarkozy veut institutionnaliser,  est une brèche vers la préférence nationale défendue par le FN. Dès le lendemain Louis Alliot, numéro 2 du FN, s'est d'ailleurs empressé sur « France Inter » de remarquer que Nicolas Sarkozy proposait de légaliser la préférence nationale. Car en effet, celle-ci est aujourd'hui contraire à la loi et même à la constitution qui garantit l'égalité en droits quelle que soit l'origine des personnes.
 


1  138 commentaires à “L’insurrection c’est maintenant”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. bernard hugo dit :

    Comme le chanteur Ridan, des personnalités d’horizons affirment leur soutien au Front de gauche pour la présidentielle dans l'Humanité de ce vendredi spéciale Marche du 18 mars. Maryse Dumas (militante syndicale), Didier Porte (humoriste), Jacques Testart (biologiste), Yves-Marie Le Bourdonnec (boucher et auteur de l'Effet boeuf, éditions Michel Lafon), Annie Ernaux (écrivain), Paul Ariès (directeur de la rédaction Sarkophage) ou Didier Motchane (cofondateur du PS à Epinay), affichent leur ambition d’une VIe République portée par Jean-Luc Mélenchon.

  2. Dunizel dit :

    Bonjour !
    Activité du matin habituelle : tour des médias et prises de positions, venir vous lire (vous allez plus vite à écrire que moi en suivant tous les liens proposés, chapeau ! Une grosse pensée positive pour le webmestre du pied des Pyrénées !).
    Je vous relaie une pétition pour demander un débat avant le 1er tour, entre tous les candidats. Seulement 291 signataires pour l'instant.
    J'ai aussi adressé un petit mail à Daniel Mermet (là-bas si j'y suis) comme ça : "...Il se passe quelque chose. Ici. Là-bas. Partout !
    J'aimerais tant que vous proposiez un (des) reportage(s) sur la reprise de la Bastille le 18/03, pour une VIe République !
    L'espoir renait, avec une vraie possibilité de changer la donne.
    Venez, s'il vous plait, rééquilibrer la visibilité médiatique du seul programme qui remet, au coeur de toute décision, l'humain d'abord, et dont la colonne vertébrale est la planification écologique.
    Merci encore de n'avoir rien lâché, toutes ces années.
    Continuons. Ne lâchons rien ! Bien fraternellement,"

    Et si vous lui demandiez aussi ? (contact en bas de sa page sur le lien)

  3. ventdebout-38 dit :

    @ citoyenne 21,
    "Notre candidat va tant se gonfler d'aise qu'ils ne pourront plus le déboulonner et le score gagnant sera pour nos pommes (d'amour) ! Hum, bien rouges et dodues les pommes (rire). Aux autres, Il leur restera des pains, rassis de préférence (dans la gueule) !"

    J'en ris encore.

  4. ventdebout-38 dit :

    Paul Jorion sur son blog, parle ce matin du Front De Gauche et de la prise de la bastille ce dimanche.
    Allez donc y laisser un commentaire pour faire le buzz.

  5. ginette dit :

    je viens de découvrir ceci.
    La surveillance et le flicage étendu à toute l'Europe! Vivement qu'une voix forte représente la France pour parer à toutes ces dérives liberticides.
    Vive le front de gauche!

  6. Fabrice Leiser dit :

    Citoyennes, Citoyens,
    Ca vient de sortir, c'est tout chaud. Un papier de Frédéric Lordon sur le site du Monde Diplomatique pour passer une bonne journée.
    C'est ici

  7. LaFlandreAussi dit :

    Juste un mot de Flandre, mes chers camarades. Pour vous faire savoir qu'en Belgique néerlandophone aussi, la campagne de Mélenchon suscite beaucoup de sympathies et d'espérance.

    Dans nos contrées qui semblent tellement enfermées dans nos pires traditions clérico-nationalistes, la gauche ne trouve pas toujours de terre fertile. Mais c'est justement pour cela qu'on vous demande de tenir bon. Continuez, s-v-p, à déclencher cette énorme révolte humaine qui s'est préparée depuis des années à travers l'Europe entier. On est avec vous, et on espère pouvoir vous démontrer, un jour, que la Flandre à plus à offrir au monde ouvrier que cet ignoble marionette du capital qu'est le monsieur Van Rompuy!

  8. Louise dit :

    A 75 % les riches partiront ? par Frédéric Lordon

    Mais qu’ils partent donc, ils ne nous manqueront pas. Ils sont très remplaçables, leur fortune est inutile à l’économie, et elle est un trouble à l’ordre public. Ah oui : en partant, qu’ils n’oublient pas de déposer leur passeport à la porte. Avant de la prendre.
    (...)

  9. jeanne dit :

    @ jppl 1005
    Le lien vers Marianne2 est un vrai bonheur : la photo de Barbier vaut vraiment le détour. Le penseur de Rodin, sûr de son charme. La photo est de l'agence Sipa et ils l'ont bien shooté, comme on dit dans les agences de mannequins. Rien que pour un type comme ça, ça fait du bien de prendre la Bastille.

  10. olmaca dit :

    Bonjour à tous,
    Si Jean Luc est en tête et si j'ai bien suivi certains de ses commentaires, il est prêt à discuter avec Hollande pour adapter notre programme. Par contre Hollande a annoncé que ce serait son programme, point barre.
    Vous connaissez la citation "Qui peut le plus, peut le moins".
    Par contre on n'a jamais entendu "Qui peut le moins, peut le plus".
    On est donc obligés d'être dans le 1er cas de figure et d'ailleurs j'y crois de plus en plus.

  11. L. Klein dit :

    Idée de slogan pour samedi:
    Je ne vote pas futile, pour être utile
    Je vote urgent, pour les gens

  12. Colonel Walter Kurtz dit :

    Pendant qu'on laisse les ouvriers d'Arcelor Mittal se faire dépecer, et leur outil de travail disparaître, on apprend que, d'après le rapport annuel 2011 du leader mondial de la sidérurgie, une nette augmentation des bonus réservés aux dirigeants du groupe a été octroyé.
    Les bonus versés au senior management d’ArcelorMittal ont ainsi atteint 17,2 millions de dollars en 2011, contre 7,2 millions l’an dernier, soit environ 138 % de plus.
    Et pour couronner le tout, et toujours selon le rapport annuel, la rémunération de base de Lakshmi Mittal, en tant que président du conseil d’administration du groupe, a atteint 1,739 million de dollars en 2011, contre 1,651 million de dollars en 2010 (+5,3 %). Son bonus personnel a atteint 2,074 millions de dollars, contre 692.000 dollars en 2010 (+199 %).

    Place au peuple, et vite !

  13. Ghislaine A. dit :

    @bernard hugo (com. 16 mars 2012 à 11h08)
    Merci à eux.
    Mais je suis aussi très surprise de constater combien il y a d'artistes, si prompts à soutenir très ouvertement les associations caritatives, qui ont beaucoup plus de difficultés à soutenir aussi ouvertement le Front de Gauche. "A vot'bon coeur, M'ssieurs Dames!", c'est facile à dire et à faire, surtout quand c'est une sacré pub totalement gratuite et efficace! Par contre, soutenir le mouvement politique qui propose la meilleure façon d'éradiquer la pauvreté en attaquant le problème à la base, cela semble vraiment très difficile! Y aurait-il un léger intérêt à ne pas le faire? On a dit quoi au Front de Gauche? Au dessus de 360 000 euros de revenus annuels, on prend tout? Je comprends que ça ne plaise pas à tout le monde mais mon boycott ne va pas s'en arrêter au journal de France2, ni des autres d'ailleurs!"Que le c*l leur pèle", Oh pardon, ça m'a échappé, mes racines gasconnes ont repris le dessus!

    A la Bastille, Camarade. Liberté, Egalité, Fraternité.

  14. GONZALES dit :

    @L.Klein

    Vous ravivez en moi des souvenirs inoubliables passés à San Christobal de las Casas et surtout à Oventic au milieu des Zapatistes dont le combat rejoint pleinement le nôtre ! Il est plus que jamais d'actualité et j'espère que le Sous Comandante Marcos enverra un message de soutien au FdG. I Have a dream...une rencontre entre Jean-Luc et Marcos !

  15. vm dit :

    Oui ! (L. Klein, 0h16 et 11h 06)
    Allez tous lire sur le site du PG la lettre de soutien venue du Chiapas, c'est ici !

    @ gabriella et sergio (1022, 7h37 et 1057, 11h07) : merci pour le lien vers le médiateur de Fce2 pour le JT, cela fait longtemps qu'on voudrait lui dire deux mots, à celui-là ! Je crois que ce serait bien utile de demander encore et encore la rectification (origine : Mélenchon et non Sarkozy !) sur la proposition de taxer les Français qui s'exilent pour payer moins d'impôts. Mensonge éhonté, un de plus, sans parler du reste 8 Et dire que c'est la chaîne "nationale"...

  16. J'ai vu sur le portail militant du Front de Gauche que celles et ceux qui ne pouvaient pour des raisons diverses se rendre au rassemblement de la Bastille, et je me suis faite inscrire pour que mon nom figure à côté des autres, je mettrai aussi une écharpe rouge à mon balcon. Oui je serai à vos cotés, et je visionnerai sur L.C.P. ce meeting auquel je ne pourrai participer pour des raisons de santé. Je chanterai comme vous, j'applaudirai comme vous, et encore un grand merci pour ce moment de rassemblement à Clermont-Ferrand.

  17. Nuno dit :

    Je voulais dire pourquoi le FdG aura mon vote.
    Lors des manifs contre la réforme des retraites le seul homme politique toujours présents dans les manifs (le lui ai serré la main à l'occasion), le seul à tenir un discourt clair sur la retraite à 60 ans c'était Jean-Luc Mélenchon. Pendant que notre président nous faisait un bras d'honneur à nous les manifestants et cela pour que la France conserve soit disant son AAA, qu'elle d'ailleurs perdu depuis.
    A côté de cela quand j'entendais à la télé le discours des principaux éléphants du PS sur le sujet c'était toujours affligeant.
    Ainsi donc avec tout le progrès des connaissances scientifiques et technologiques les gains de productivité gigantesque du à l'automatisation informatique et robotique, et tout ça pour au final reculer l'âge de la retraite.
    C'était donc ça le progrès humain pour l'UMP et la PS, la confiscation de ce surplus de richesse produite non pour améliorer le sort de l'humanité, mais pour augmenter la rentabilité du capital.

  18. Je ne suis pas d'accord du tout de parler de "lynchage" lorsque Jean-Luc dénonce les déserteurs et exilés fiscaux en tout genre. Lorsqu'on dénonce, dans nos conversations, l'oligarchie, on nous dit souvent, à tort d'ailleurs, qu'on serait incapables de définir qui compose cette caste de profiteurs. JL Mélenchon de façon pédagogique, démontre en agissant ainsi, que les hyper privilégiés ne sont pas insaisissables, anonymes et de purs esprits. Ce sont des gens parfaitement identifiables. L'internationale des accumulateurs de fric n'est sont pas composée de fantômes. Les économistes savent parfaitement, (les travailleurs victimes de leurs exactions aussi !) qui ils sont et où on peut les trouver. Il n'y a aucun scrupule à avoir avec des gens qui ne cessent, grâce à leurs chiens de garde,
    d'insulter le peuple et de cracher surr ceux qui le représentent (n'est ce pas Monsieur Barbier ?). Faire la Révolution citoyenne n'est pas compatible avec la tiédeur et la mollesse. Il y a un parti pour ça, suivez mon regard !

  19. je voudrais dire à La Flandre aussi combien son message m'emplit de joie. C'est que la Flandre néerlandophone c'est quelque chose ! chez nous aussi d'ailleurs. Rien n'est jamais perdu.

  20. Menjine dit :

    Les choses avancent !
    Moscovici dit en substance: au deuxième tour "On verra dans quelle configuration la gauche se présentera".
    J'interprète les choses :
    1- Cela veut dire que Hollande (son champion à défaut de DSK) n'est plus pour lui le seul à gauche, ce qu'il y a quelque mois il n'aurait jamais pu dire ni penser.
    2- Qu'on a eu raison de penser qu'un rapport de forces pourrait se créer de telle sorte que le vote au deuxième tour ne serait pas si automatique que cela : il va falloir nous convaincre les gars du PS! et pour cela il va falloir que vous batailliez et veniez à gauche,si par hasard ce n'était pas Mélenchon au deuxième tour.
    3- Ce n'est donc pas la peine d'appeler à voter "utile" ni au premier,ni au deuxième : l'idée que le front de gauche est le vote utile va devenir majoritaire dans un mois !
    A demain à tous !

  21. leleu rené dit :

    En regardant les sondages j'en vois un "ifop fiducial" qui met JL Mélenchon à 10% ensuite je regarde l'analyse faite et je vois qu'ils le mettent en baisse de 0,5 % alors que jamais ils n'ont indiqué qu'il se situait à 10,5 %, c'est comme hier soir sur FR3 ou jamais ils n'ont fait allusion aux meeting de Mélenchon alors que les autres y ont eu droit même les très petites salles des écologistes et de Bayrou. Tout cela pour vous écrire que leurs manipulations sont trop fortes pour ne pas se rendre compte que la vérité est toute autre

  22. d3gl1ng0 dit :

    Quelqu'un aurait-il la piste audio (mp3) du discours de Jean-Luc Mélenchon de Clermont-Ferrand qui figure depuis peu dans la Vidéothèque (que je ne peux visualiser depuis l'endroit où je suis) afin que je puisse l'écouter en rentrant du travail ?
    Merci d'avance.

    [Edit webmestre : Vous avez du observer que la quasi totalité des discours présentés dans cette rubrique, à l'exception des 4 ou 5 plus anciens, sont également servis en "Blogcast". Vous devez également imaginer que pour que ce blogcast existe, il faut que quelqu'un le fabrique. Et là, je vais vous demander un très gros effort d'imagination pour deviner qui le fabrique... Ce genre de commentaire est particulièrement agaçant quand on se décarcasse pour faire tout ce qu'il y a à faire. La prochaine fois, j'essaierai de le mettre en ligne avant le meeting !]

  23. jppl dit :

    @ Jeanne 11h06, @ L Klein 11h23, magnifique contribution venue du Chiapas, quelle substance ! Je le fais suivre à tous mes contacts. Je pense tout de suite à Bartholomé de Las Casas... L'Humain d'abord !
    @ Ghislaine 12h09 c'est une expression que j'utilise aussi"que le c... te pèle.." et j'y ajoute jusqu'à la nième génération selon la gravité du cas ! Bon, d'accord, comme ils pourraient dire dans les "tontons flingueurs" - je ne te dis pas que c'est élégant, je te dis que ça soulage...!-
    L'article de F Lordon dans le monde diplo avec la pertinence et le style corrosif qui est le sien est un puissant argumentaire pour nous, merci fabrice Leiser.
    Antenne 2 ment, Antenne 2 ment ! Namias, Pujadas, incompétence ?...

  24. Malek dit :

    Peinture, banderolles, cartons, dessins, soyons créatifs !
    L'insurrection civique est en marche, qu'il vente, qu'il pleuve, qu'il neige (? peut-être pas quand même).

  25. Lupi jean-claude dit :

    @ à tous
    Plusieurs veulent que les super riches partent en effet qu'ils partent mais qu'ils laissent fortune et passeport car la plupart se sont enrichient non pas par leur travail car les vrais travailleur ne sont pas des super riches mais en spoilant des gens qui travaillent et la société elle même.Si on prend l'exemple des pintades héritiéres carrefour qui ne seraient même pas fichus de mettre une boite de conserve en rayon sans une sévère formation se demandent elles seulement si la caissière ou l'employée d'un magasin peut manger avec le salaire de misère en dessous du smic que son servile encadrement fait verser.Car n'oublions pas non plus que si ces exploiteurs sont si riche sans en ramer une c'est trés souvent parce que des petits chefs ou kapo au choix font régner une terreur telle que la gamine ou jeune femme avec un enfant et qui n'a que cela pour manger n'a pas le choix.Aussi n'oublions pas ces terroristes qui pour la plupart s'en prennent aux plus faibles pour faire en sorte que l'on ne regarde pas de trop prés leur situation.

  26. l'hallebardier_95 dit :

    Jean-Luc Mélenchon à Radio Bleue, ce midi
    à écouter ici
    puis cliquer sur "272072201422.mp3" dans l'invité du jour (16-03-2012)

  27. d3gl1ng0 dit :

    Merci à Louise (1062) pour son lien vers l'article de Frédéric Lordon.
    C'est excellent, clair et précis... C'est du Lordon, quoi !

  28. bernard hugo dit :

    Avez-vous remarqué que Didier Motchane, un des co-fondateur du PS aux cotés de F. Mitterrand soutenait la candidature de Jean-Luc Mélenchon ? Voilà encore une excellente nouvelle de France, dans le flot des soutiens qui nous viennent d'Amérique Latine.

  29. cazabeau dit :

    vm (1069)

    @" gabriella et sergio (1022, 7h37 et 1057, 11h07) : merci pour le lien vers le médiateur de France 2"

    Les médiateurs ne servent à rien. Ils sont payés (bien payés) pour éponger les gens comme nous qui constatons, au quotidien, le non respect de la charte de déontologie des journalistes (voir charte des journalistes, pas des rédactions il n'y en a pas).
    Ils argumentent en fonction du vent: "on aurait du, mais on l'a pas fait, on l'a fait, mais on aurait pas du, mais la concurrence et internet nous obligent...". Bref ils ont toujours raison.

    J'ai écris de trés nombreuses fois. Ma colère s'est ainsi exprimée, la soupape a fonctionné et le site du médiateur a joué son rôle d'éponge. Tout va bien.

  30. Jake B dit :

    Les Amis, je pense déjà à l'étape d'après. Il ne faut que, une fois cette élection passée, la mayonnaise retombe. La pression monte, l'écoute également, les idées progressent, les gens écoutent. Nous avons les arguments pour répondre à toutes les interrogations, à toutes les craintes.
    Même si, par malheur, cette élection n'est pas la bonne, il faudra poursuivre le travail de fond. Dans un tel cas de figure, nous connaissons déjà malheureusement ce qui nous attend ! misère et décadence. Il faut donc s'atteler à continuer le combat.
    Jean-Luc Mélenchon doit être épaulé pour ce travail. On commence à voir poindre d'autres têtes mais c'est encore insuffisant.
    Ne lâchons rien !

  31. Michel Matain dit :

    @ [Edit webmestre : La prochaine fois, j'essaierai de le mettre en ligne avant le meeting !]

    Super génial ! Dans le même genre, est-ce que vous pouvez mettre en ligne tout de suite les résultats du 22 avril ?

    [Edit webmestre : J'ai promis de ne pas les révéler avant le 22 à 20 heures ! En attendant, le blogcast de Clermont-Ferrand est en ligne sous la vidéo...]

  32. ErikleRouge dit :

    Voir le lien - Jean luc à 24% bien sûr il faut relativiser mais ce qui n'est pas contestable c'est sa montée progressive depuis février qui laisse augurer qu'il va y avoir de grosses surprises pour certains au soir du 22 avril ! Au passage merci au Webmestre pour tout le boulot accompli qui grossit inéluctablement au fur et à mesure que Jean Luc gagne en popularité, signe de la bonne santé retrouvée du peuple de gauche.

  33. Genialle dit :

    Un petit sourire pour tous : the lapsus révélateur de P.Moscovici. En voulant annoncer l'ouverture du site de FH "toushollande.fr" il a dit "tout sauf Hollande". Cela me fait rire, pas vous ?
    Courage a tous et merci pour vos liens.

  34. d3gl1ng0 dit :

    Merci Webmestre (ou qui que soit d'autre) pour avoir ajouté la piste audio du discours de Clermont-Ferrand :
    Quelle célérité !

  35. naif dit :

    airvelo (1047)
    " Eteignons toutes les télévisions à l'heure du JT de la 2 à 20H00. Ils auront ainsi des éléments médiamétriques appréciables pour servir d'estimation de Sondages, non ?"

    Faisons un peu de pédagogie:
    NON ! ça ne sert à rien. Nous l'avons déjà écrit une dizaine de fois sur ce blog. Si vous n'avez pas la boite à boutons fournie par Médiamétrie ça ne sert à rien. Vous pouvez l'éteindre si vous le souhaitez, mais sachez que cela aura aucune conséquence.
    11000 personnes sont concernées et 4050 foyers. Voyez-vous, vous avez presque autant de chance qu'au loto d'avoir cette fameuse boite à boutons.

  36. dos santos dit :

    Je suis un militant MRC en Gironde et j'ai annoncé comme Didier Motchane, que je soutenais Jean-Luc Mélechon.
    L'appel de JPC à FH est une faute politique que mettra definitevement le MRC aux oubliettes...
    Dailleurs nombreux sont deja les chevènementistes qu'on choisi Jean-Luc Mélenchon. Oui, sans regrets, c'est le ressemblement de la gauche qu'on avait imaginé, c'est Mélechon que le réalise. Je m'engage pour lui, seul espoir pour reconquérir les droits sociaux...

  37. vm dit :

    @ cazabeau 1083 (13h58)
    Soupape d'un côté, mais clou de l'autre !
    Ne regrettez rien, c'est toujours utile d'enfoncer, et même s'il n'y paraît pas, intérieurement, ça fait mouche.

  38. @1014 lili
    Honteux, cet accueil des Arcelor par les CRS.
    Mais plus honteux encore les propos de Sarko : "je dis aux vrais salariés de Florange, ceux qui travaillent, que je suis à leur disposition", qui sous entend que les représentants syndicaux ne bossent pas et ne sont pas de vrais ouvriers, et de son horrible groupie Morano, alias Nana la Murène : "Il a proposé de les recevoir à l'Élysée, ça ne les intéresse pas. En revanche, venir faire des esclandres devant le QG de campagne, alors ça, ça marche, pour avoir des images"!
    Alors, envoyez-la se ra-habiller (pas au Printemps de Nancy, dont elle fait virer les vendeuses).
    Pas une voix pour Nana.
    En attendant, un lien sur les Lorrains.

  39. Jake B dit :

    @ airvelo
    Moi, j'ai arrêté définitivement la télé. Cela m'évite de faire de l'hypertension, de voir des choses navrantes et insipides, de supporter les pubs interminables, et d'avoir à écouter les commentaires niais de journalistes obséquieux dont le niveau intellectuel s'apparente à celui d'un mollusque de l'ère primaire. Et je ne parle pas des footballeurs grassement payés, incapables de jouer ensemble, et encore moins de faire une phrase correcte.
    Voilà, çà y est, je m'énerve encore rien que d'en parler !

  40. Claude46 dit :

    Qu'il fut drôle Moscovici ce matin sur BFM ! A la première question du médiacrate : les 11% d'intentions de vote pour Jean-Luc Mélenchon ne gêneraient-elles pas FH qui avait appelé lors de l'émission "Des paroles et des actes" au vote utile? Réponse emberlificotée de Moscovici qui explique qu'au premier tour, chacun peut voter pour les idées de son choix, c'est la démocratie, patati et patata et dire tout de suite après : non FH n'a pas appelé au vote utile, mais a simplement indiqué qu'il fallait qu'il soit devant dès le premier tour pour être sûr de l'emporter au second ! Réponse mi-chèvre, mi-choux pour le moins contradictoire d'ailleurs relevée par le journaliste. Séquence pathétique pour Moscovici !
    AAh! que la voie n'est pas royale pour ceux qui pensaient s'appuyer sur le simple rejet de Sarkozy et ramasser la mise lors de la présidentielle. C'était sans compter sur le Front de Gauche, son candidat et le programme "L'humain d'abord" sans concession avec l'ultra-libéralisme et ses représentants.
    Raison de plus pour enfoncer le clou en poursuivant nos explications sur la revalorisation du Smic à 1700€ tout de suite, la retraite à 60 ans à taux plein, pour une école publique digne de ce nom, contre les expulsions locatives, pour la construction de logements sociaux, pour la planification écologique... Et y a de quoi faire !
    Non, non, non, pas de vote futile, le vote de combat pour ceux qui souffrent de la politique Sarkozienne, dimanche 22 avril, c'est le vote Jean-Luc Mélenchon.
    Et dimanche 18 mars, faisons éclater le mur du silence dressé devant le Front de Gauche et son candidat... Faisons du bruit, beaucoup de bruit utile pour la VIe République, Reprenons la Bastille !

  41. LaFlandreAussi dit :

    @ jprissoan (69): merci. Vous avez raison.

    Pour ceux qui auront intérêt à découvrir la Flandre de gauche, il faut p-e commencer par ici.

  42. Vidourle dit :

    Je ne pourrais pas être présent à la Bastille mais je suis de tout cœur avec les camarades qui seront sur place !
    "Je suis de gauche : je vote Front de Gauche !"
    Les lignes bougent, plusieurs personnes de mon entourage, qui avaient tendance à faire dans le "tous pourris" semblent vouloir aller mettre un bulletin "Mélenchon" dans les urnes le 22 Avril. Continuons de convaincre et d'être pédagogues !

  43. Poncet dit :

    Antigone (1093) merci pour cet excellent article, malheureusement inutilement long (c'est du Lordon...).

    L'idée essentielle à retenir :
    les entreprises qui se financent en bourse le font "au marché primaire, guichet de l’émission de nouvelles actions, c’est-à-dire lieu exclusif où s’opèrent les transferts réels de fonds (propres) des épargnants vers les entreprises. (...). Car le marché secondaire, marché de l’occasion où ne s’échangent que des titres déjà émis, met, par définition, en rapport non pas entreprises et apporteurs de fonds nouveaux, mais les investisseurs financiers entre eux, détenteurs de titres anciens désireux de s’en défaire et nouveaux acquéreurs qui leurs transféreront leurs épargnes (...) Par construction, la circulation autocentrée des marchés secondaires n’offre aucune insertion aux entreprises demandeuses de fonds [7] et l’énorme masse des opérations qui s’y accomplit quotidiennement, faisant pour une part écrasante « l’activité de la Bourse », n’emporte aucune contrepartie en termes de moyens de financement supplémentaires de l’investissement productif."

    Qu'ils s'en aillent tous, y compris avec leur masse colossale d'argent qui ne sert à rien !

  44. Alain Tétart (60)(73 ANS) dit :

    Ce n'est pas ici sur ce blog que nous arriverons à convaincre qui que ce soit pour augmenter les voix de Jean-Luc Mélenchon ou alors c'est epsilon ! Non le réservoir c'est les abstentionnistes et surtout les jeunes, à nous de les convaincre de venir voter pour nous. Le 18 avec la masse et l'ambiance cela doit les titiller, quelques paroles de Jean-Luc Mélenchon avec quelques tracs quelques affiches, et surtout notre force de conviction à tous devraient bien enclencher ce fameux processus ! Il faut que tous ces jeunes qui avaient déclarés forfait pour les élections sentent qu'enfin ils vont à leur tour connaître ce climat que nous avions connus en 81 alors qu'ils n'étaient encore que dans l'esprit de leurs parents ! c'est la première fois ou ils vont enfin pouvoir changer notre vie à tous, pour nous les vieux ce n'est pas très important même si comme beaucoup j'en ai une envie folle, mais pour eux c'est pouvoir tout remettre en forme pour leur avenir à eux et à leurs enfants, sans vouloir faire rougir Jean Luc, il faut reconnaître que des hommes politiques de son épaisseur sont rares ! quelques uns dans un siècle ! alors comme cette fois-ci il est de notre bord on va se gaver, et en plus on va le faire pour le bien de l'humanité, car assurément les 400 autres millions d'Européens n'attendent que ça ! pour beaucoup d'entre eux la révolution est un mot barbare, ils n'osent même pas y penser, et ils sont donc tous prêts à nous suivre ! notre défaut réputé, notre grande gueule, notre coté révolutionnaire va être demain notre point fort ! nous avons déjà réussi une révolution hé bien nous allons en réussir une deuxième, et elle se fera pacifiquement dans les urnes !
    Votons et faisons voter pour nous et assurément c'est toute l'Europe qui va en profiter ! A nous les Bastilles !

  45. Michel Matain dit :

    @ 1085 [Edit webmestre : J'ai promis de ne pas les révéler avant le 22 à 20 heures ! En attendant, le blogcast de Clermont-Ferrand est en ligne sous la vidéo...]

    J'habite un village particulier : les résultats électoraux reproduisent toujours les résultats nationaux. Il en résulte que les résultats des bureaux de vote de mon village sont intégrés dans les calculs nationaux pour annoncer à 20 heures les estimations nationales des grands instituts d'opinions. Si ça peut vous intéresser, je vous les enverrai (mais de façon non publique à une autre adresse) vers 18h30/19h00.

    [Edit webmestre : Les commentaires seront fermés sur ce blog entre le samedi 21 à 0 heures et le dimanche 22 à 20h, ainsi que le prévoit l’article 11 de la loi du 19 juillet 1977 modifiée par la loi du 19 février 2002, même s'il ne s'agit pas du site de Campagne. Nous l'avons respecté pour les précédentes élections.]

  46. Jake B dit :

    Alain Tétart (60)(73 ANS)
    Ce n'est pas ici sur ce blog que nous arriverons à convaincre qui que ce soit pour augmenter les voix de Jean-Luc Mélenchon ou alors c'est epsilon

    A un bémol près. Moi, j'y trouve les arguments qui m'aident à convaincre. En discutant entre nous, on se pose beaucoup de questions et on y apporte autant d'éléments de réponse très utiles.
    Donc, on ne se convainc pas entre nous, mais on alimente notre argumentation.
    Et en plus, on partage les mêmes valeurs !

  47. Michèle dit :

    Depuis les rives de la Méditerranée un voile de pinède laisse entrevoir les clins d'oeil scintillants de la mer. Lorsqu'on me demande si j'ai "vue sur la mer" je réponds "Il y a l'éblouissement de la vue et plus précieux peut-être ce qui laisse imaginer, rêver". C'est ainsi que notre Front de Gauche procède qui nous met à contribution, car la solution toute faite nous aurait laissés simples spectateurs démunis de la mise en oeuvre du désir.
    Ce qui se réalise est magnifique. Au bonheur de nous retrouver en route pour la Bastille!

  48. Dunizel dit :

    Salut fraternel à tous,
    Hollande m'a paru l'esprit terriblement brouillon, saccadé (c'est quoi cette façon de parler avec des virgules tous les 3 mots ?), ne maîtrisant qu'en surface ses propositions, facile à déstabiliser, tout en slogan et en surface, même la voix (de gorge et non de ventre)... Ca me fait peur qu'il puisse être président, je le sens incapable de mener un rapport de force. Pas bon de sous traiter le programme à des "think thank" semi privés. Est ce qu'il sous traitera aussi la gouvernance de la France ? Et 60 propositions... Ca vous semble pas décousu ? Ca se présente comme un livre de recettes ?
    Nous on a un manuel de savoir vivre et recevoir alors ! Pfff, on est mal habitués avec toute cette cohérence, cette humanité et ces envolées, tantôt lyriques, tantôt éducatives !
    En écrivant au médiateur de France2 je viens de tomber sur une perle. Ils écrivent au CSA, en groupe, pour cacher leurs partis pris, derrière les règles - certes débiles - édictées par ce dernier. Et pour ce faire, ils utilisent nos nombreux courriers...
    Mais enfin, c'est bien eux qui accordent 2/3 des temps d'antennes politiques à l'UMP et au PS !
    A-t-on un droit de réponse collectif possible ? Et sinon chacun un mail au CSA ? Aux chaines ?...
    Qu'en pensez-vous ?
    Je n'ai toujours pas réussi à lire l'ensemble des contributions, mais comment fait le webmestre ?!
    Bien à vous WM, bien à tous,

  49. erde34 dit :

    @ ErikleRouge 16 mars 2012 à 14h13

    Merci pour le lien, mais comme le rappelait un intervenant sur ce blog ci dessus, il faut rester méfiant face à ce site.
    En effet, il remarquait que Le Pen était passée en moins de deux heures en tête du sondage.
    Une faille certainement possible de voter en utilisant plusieurs adresse IP.
    D'ailleurs avec le nouveau il sera facile de remarquer l'anomalie dans quelques temps...
    Résistons !

    [Edit Webmestre : Donc il faut rester méfiant (dites-vous), mais cela n'empêche pas quelqu'un de proposer toutes les 30 ou 40 minutes un lien vers ce sondage bidon, et d'être chaleureusement remercié quand je passe trop tard pour le virer. Ô tempora, ô mores...]

  50. edouard FANCH dit :

    Je suis content, de voir P; Ariès rejoindre le front de gauche. Cela éclaire un peu mieux ce que JL Mélenchon veut dire par "planification écologique". On nous rebat les oreilles avec la compétitivité, la concurrence, la croissance....(j'usqu'où ?) synonymes de plein emploi et de reconquête des marchés, on nous fait croire que c'est la seule solution pour nos emplois, alors que le chômage et la précarité gagnent la partie et que la potion va faire mourir le malade. Il y a d'autres solutions comme celles que proposent P. Ariès, et les objecteurs de croissance.
    les solutions, ce sont celles qui permettent aux hommes de vivre dignement...de coopérer au lieu de se concurrencer, de vivre ensemble au lieu de se confronter, (le privé, contre le public, les parents d'élèves contre les profs, etc....). J'espère vraiment que le front de gauche arrivera à mettre en oeuvre cette politique, qui met l'Homme au centre de ses priorités.
    J'espère que la marche du 18 sera une belle réussite. Le service d'ordre a intérêt a être vigilant, quand on voit déjà les difficultés avec la sncf, on peut se poser des questions..
    Merci à JL Mélenchon et aux représentants du front de gauche, d'entretenir l'ESPOIR.


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive