11mar 12

Prenons nos dispositions pour le 18 mars !

L’insurrection c’est maintenant

Ce billet a été lu 120  939 fois.
Cette vidéo a été consultée 25 193 fois

Vous êtes dorénavant trente mille chaque jour à passer me rendre visite sur ce blog ! Je me sens donc un devoir encore plus fort de renouveler mes publications, même si le passage ici va dans toutes les rubriques et pas seulement à la une. Le Webmestre assure fidèlement le service de mise en page et l'écrasante gestion des milliers de messages qui sont postés. Cette note réjouira ceux qui me demandent souvent d'écrire plus brièvement. Mais je ne promets pas que ce soit plus simplement. Car j'écris de retour d'une grosse journée de présence studieuse. D'abord à la réunion du Front de Gauche des sports. Ensuite à la réunion nationale de l'association des associations. Un jour comme les autres : beaucoup de travail et de fraternité militante. Le service de protection rapprochée est parmi nous mais les camarades mettent leur point d'honneur à m'entourer comme avant. Hier j'ai reçu au courrier un cadeau hors du commun venant d'un camarade électeur. Il s'agit d'une plaquette de poésie de Paul Eluard : « Corps mémorables », édition achevée le 24 septembre 1948. La merveille est aussi que l'exemplaire comporte une signature manuscrite de Paul Eluard lui-même. Depuis je suis sur un petit nuage.

Le 18 mars prochain, avec l'appel du Front de Gauche à une marche sur la Bastille, un événement d'un genre nouveau va avoir lieu. Un genre tout à fait nouveau. A quand remonte la dernière manifestation politique, à l'appel d'une organisation politique, sur un mot d'ordre politique ? Je n'en ai pas de souvenir. Mais si je devais fouiller, je me reporterais aux plus chaudes heures de notre histoire : mai 1968, mai 1958. Une autre nouveauté doit être prise en considération. C'est la première fois qu'une campagne électorale se donne un tel moyen d'expression. C'est donc que cette campagne ne ressemble à aucune autre jusque-là. Et s'il en est ainsi c'est parce que jamais une campagne électorale n'a eu lieu dans un tel contexte. L'ampleur de la crise économique et financière en fait une crise politique. La preuve qui le montre et le résume est que, précisément, cet appel à la marche sur la Bastille connaît un grand succès d'enthousiasme. De partout il y a mobilisation, et les initiatives les plus diverses y préparent avec ardeur. De tous côtés, bien au-delà des cercles militants la date est connue et fait parler ! Cela montre qu'il y a une perception au niveau du grand nombre du caractère spécial du moment et que cela doit se traduire par des méthodes d'action qui y correspondent.

Le contenu de la marche est révolutionnaire. Il s'agit d'affirmer notre volonté de tourner la page des institutions actuelles et de passer à une nouvelle République. Une République sociale qui élargisse le champ de la démocratie en France. En ce sens il s'agit d'une insurrection citoyenne. Pacifique, calme, organisée, dirigée vers un objectif respectueux de la règle démocratique du vote au suffrage universel pluraliste. Une insurrection dont le rendez-vous opérationnel est le vote à l'élection présidentielle. Mais une insurrection. En quoi en est-ce une ? Le but et le moyen nous l'indiquent. Le but : le changement institutionnel. Le moyen : l'action du peuple lui-même se dressant contre un ordre inique. S'il en est ainsi c'est que nous partageons le constat de dangerosité du cadre actuel pour régler les problèmes urgents que le pays doit traiter. Le partage des richesses, la démocratie dans l'entreprise, la parité dans toutes les instances de représentation, la souveraineté populaire sur le parlement et de celui-ci sur toutes choses, ne peuvent être réalisés dans le cadre des institutions actuelles. Pire, celles-ci y font obstacle. Cette question ne concerne pas seulement le cadre national. Au contraire notre insurrection civique vise le pouvoir autoritaire qui s'impose à nous depuis les institutions actuelles de l'Union Européenne et contre lesquelles nous sommes rendus impuissants du fait de notre monarchie quinquennale. La gravité particulière et actuelle de la situation résulte de la signature du nouveau traité européen le premier mars dernier. Le gouvernement du pays consent  un renoncement à la souveraineté budgétaire du pays sans même l'excuse de la transférer à une autre instance démocratique. Cela permet de bien comprendre la légitimité de notre insurrection. La constitution de 1793 l'exprime bien : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

A vrai dire, la conduite de notre campagne fait de cette marche une étape à l'intérieur d'une séquence maîtrisée de longue main. Le Front de Gauche a été constitué comme l'instrument politique d'un projet. Je ne parle pas du contenu du programme « L'Humain d'abord » qui en est l'expression à une étape du parcours, celle qui commencerait concrètement avec notre gouvernement. Ce projet c'est d'assumer le sens du refus de 2005 face au projet de Constitution européenne devenu depuis le Traité de Lisbonne sous l'empire duquel nous vivons. C'est le projet d'un changement profond de la règle d'organisation de la société. L'actualité et l'importance d'un tel projet est démontrée par le sort subi par ceux qui ont accepté la règle du jeu actuelle. Il s'agit de la Grèce ! Mais aussi du Portugal, de l'Italie et de l'Espagne, pour ne citer que des voisins. Pour le futur de la France, il faut placer côte à côte le fait que les agences de notations veulent frapper notre pays et qu'un plan d'austérité terrible est programmé par le nouveau traité européen signé par Sarkozy. On devine ce qui attend notre pays s'il ne se prépare pas à résister et à contre attaquer, c'est-à-dire à proposer et à s'appliquer une autre règle du jeu.

J'ai promis, quelques lignes auparavant, un résumé de notre plan d'action dont la campagne présidentielle a été le cadre et l'instrument. Jusqu'en juin 2011 nous avons travaillé au rassemblement des forces de la gauche du « Non » autour d'un programme partagé et d'une candidature commune à l'élection présidentielle. Sur la place Stalingrad, le 29 juin dernier, nous avons lancé ce rassemblement. Puis nous l'avons développé jusqu'à la Fête de l'Humanité. Ce fut la période où le contenu du programme partagé a été bouclé et rendu public. Puis, tandis que se déroulait les primaires socialistes, nous avons ancré notre action sur le terrain. Nous avons permis que son contenu s'incruste dans le sol social du pays en organisant une diffusion massive du programme « L'Humain d'abord ». Ce fut le temps des premières assemblées citoyennes et des premiers meetings de popularisation. Nous sentions que la rencontre s'étendait en profondeur, que le discours touchait une masse de gens. Cette période nous a permis de faire comprendre notre différence d'approche avec le programme d'action du PS. Une démonstration argumentée a ainsi commencé à se diffuser. Elle a forgé des liens solides de convictions et de confiance. Nous avons alors avancé dans les esprits alors même que la tenue des primaires socialiste absorbait pourtant tout l'espace médiatique. Nous avons fini l'année avec le sentiment d'une force grandissante dont attestait déjà le niveau de participation à nos réunions et meetings.

En janvier, forts de cet ancrage, aidés par le succès de l'émission « Des paroles et des actes » sur France 2, nous avons lancé toute notre force dans la bataille contre l'extrême-droite. Compte tenu du processus d'extrême-droitisation dans lequel entrait alors l'UMP et son candidat, chaque pierre lancée atteignait deux cibles à la fois. Cette phase du combat nous permit de gagner en autorité et en confiance. L'affluence exceptionnelle à nos meetings, réunions et assemblées citoyennes, les soutiens financiers nous ont vite montré que nous avions franchi un nouveau pallier de mobilisation et de prise de conscience. L'évolution des propos de notre concurrent socialiste, les postures de notre adversaire de droite nous ont prouvé que le mouvement des esprits les conduisaient eux-mêmes à s'adapter et à valider notre tonalité, fusse à leur corps défendant. En se tirant une balle dans le pied sur le plateau de France 2 et en vacillant, puis en se faisant enfermer dans la position cruelle que l'on connaît sur le droit à l'avortement, la famille Le Pen nous a permis de prendre la main sur elle. Ce succès foudroyant sur le secteur où nous avions pris l'offensive et où nous étions pourtant presque seuls en lice nous a propulsé plus avant dans l'opinion. Et cela est depuis, une source supplémentaire de légitimité et de dynamique. C'est avec ces atouts en main que nous lançons l'étape suivante de notre marche. Le 18 mars est à la fois un point d'aboutissement de cette période et le point de départ de la suivante qu'il s'agit de porter à un plus haut niveau politique ! Celui de l'insurrection civique. A vous mes chers lecteurs de multiplier les initiatives de toutes tailles et de tous ordres pour rendre visibles et désirables l'insurrection que le 18 mars va impulser. A suivre ici et sur le site « place au peuple ».

Une fois n'est pas coutume et j'espère qu'il ne m'en voudra pas, je veux compléter le propos que je viens de tenir par un texte qui m'a paru bien résumer ce que j'aurais aimé dire et ce que je voudrais faire comprendre. Il s'agit de l'éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin paru dans « L'Humanité » du jeudi 8 mars dernier. Le titre résume bien le lien avec ce que je viens d'écrire : « Insurrection : acte I ».  Comme il y est question de moi, je prie mes lecteurs de me pardonner l'immodestie qu'il y a  dans ce « donné à voir », ici, au milieu de mes propres lignes. Voici le texte de cet éditorial.

« Nous avons allumé la lumière. » Prise isolément, cette phrase que Jean-Luc Mélenchon distille çà et là pour expliquer la démarche fondamentale et presque fondatrice du Front de Gauche peut paraître présomptueuse. Elle ne l'est pas. Héritiers que nous sommes d'une illustre tradition politique qui a toujours marié la justice à l'égalité et fiers – oui fiers ! – de notre axiome marxien adossé aux piliers des concepts républicains, nous entendons cette phrase du candidat à la présidentielle comme l'un des plus beaux symboles du renouveau "de la" politique. Celui du retour à "quelque chose" d'assez sacré : l'Idée. Mais aussi celui du début "d'autre chose" : une gauche à la main ferme. »

« Le peuple a de la mémoire. Alors que nous vivons le temps des remuements essentiels (la crise, le capitalisme, le développement, etc.), nous connaissons l'histoire contemporaine qui, trop souvent, a vu la gauche s'accommoder du "principe de réalité", provoquant ce que certains pouvaient considérer comme un éternel recommencement : une espérance suivie d'une déception… À moins de sept semaines du premier tour de l'élection présidentielle, cette hypothèque sur l'espoir semble levée par la dynamique et la crédibilité du Front de Gauche. Si nous n'aimons guère accorder trop de place aux logiques des sondages, néanmoins, les toutes dernières enquêtes d'opinion réchauffent le cœur et l'esprit et témoignent que le Front de Gauche vient de gravir une marche importante, comme nous le pressentions. Qu'on se le dise, le citoyen candidat Mélenchon vient en effet de franchir la barre des 10% d'intentions de vote ! La gauche de combat, soutenue par un corps électoral solide, est de retour ! Il était temps. Non ? »

« Ne le cachons pas. La verve et l'intelligence oratoire de Jean-Luc Mélenchon ne sont pas pour rien dans l'accélération de ce processus populaire, dont nous ne mesurons pas encore toutes les possibilités. Lui-même le répète à souhait : "Nous défendons des idées, pas un guide suprême ou un leader." Tous les artisans de la campagne du Front de Gauche présents sur le terrain peuvent en témoigner. Grâce à la diffusion dans le corps social d'un discours de très haute ampleur programmatique, associé à l'élaboration d'arguments offensifs qui ne cèdent plus un mètre de terrain à qui que ce soit, tout devient possible, y compris l'appropriation et la diffusion des idées. On ne s'indigne plus seulement, on propose, on politise. L'ambition est si énorme que nous en tremblons de désir. Pour la première fois depuis des lustres, une grande partie du peuple de gauche, jadis déçu, parfois désespéré parce que trahi par la mise en œuvre systématique d'une véritable pédagogie du renoncement, se sent de nouveau concernée. Ce n'était pas "la" politique qui les avait quittés, mais la confiance dans sa capacité à changer leurs vies. Ils savent désormais qu'ils ont un rôle à jouer… »

« Il y a du bonheur à réinventer l'à-venir. Le Front de Gauche, qui voit plus loin que l'horizon et affranchit ceux qui ont souffert d'années d'humiliations, a pour objectif de réveiller et/ou d'éveiller les consciences. En y parvenant, il redonne aussi de la dignité à tous les citoyens, il les aide à devenir eux-mêmes des acteurs d'idées et des propagateurs du bien commun. "Le Front de Gauche, c'est quelque chose de plus grand que nous", clame Mélenchon. Ce quelque chose porte un nom : la révolution citoyenne. Et une méthode : l'insurrection civique. Nous en vivons l'acte I. Tôt ou tard, par la Raison et le Combat, cette insurrection bousculera puis renversera l'hégémonie de la gauche gestionnaire. Oui, la lumière est allumée ! » Merci pour ce résumé si bien dit de ce que nous pensons tous qui nous assemblons de meeting en meeting, de réunions en réunions, de collages en tractages !

Le PS et le Mouvement de Jean Pierre Chevènement ont annoncé avoir signé un « contrat de législature » qui « fonde leur alliance pour 2012 ». On connaît donc le choix de Chevènement un mois après le retrait de sa candidature. Ce n'est pas un accord de coin de table. En effet cet « accord politique et électoral constitue le contrat de législature entre les deux partis et fonde leur alliance pour 2012 ». La centralité de la question  européenne avait déjà été rangée au magasin des accessoires en 2007. Il en est de même cette fois-ci. Un flot de bonnes et saines pensées contre le capitalisme et les autres malheurs du temps garnissent utilement la capitulation sans condition de l'ancienne sentinelle inflexible. Du refus de l'Europe du Traité de Lisbonne, il ne reste que d'émouvants et dérisoires coups de menton favorables à « une parité monétaire plus juste », « un soutien prioritaire à l'investissement et à la recherche pour les PME » et à « une politique de croissance (…) à l'échelle européenne ».

Bien-sûr le PS et le MRC conviennent que le traité récemment conclu est "inacceptable" et "doit être renégocié". Avec le président François Hollande c'est comme si c'était fait. Il s'est bien gardé de leur préciser que son porte-parole a déjà bien expliqué qu'il ne s'agira pas d'un nouveau traité mais d'un texte additif se prononçant en faveur de la croissance. Mais peut-être les chevènementistes n'avaient-ils pas envie de le savoir ou bien même le savaient-ils déjà. Après qu'ils ont rappelé leur opposition à Maastricht, le document ouvre une nouvelle étape qui gomme la précédente. Il déclare que les deux partis « doivent approfondir ensemble leur vision de l'Europe ». Il est temps en effet "d'approfondir la vision", deux mois avant de gouverner ensemble et après qu'on a passé six ans à cela depuis 2005 ! Mais précisément, c'est tout cela qui est fini. Car le texte se propose "d'approfondir la réflexion" jusqu'à un niveau de profondeur  inouï : « en dépassant les oppositions du passé ». Pour moi l'opposition du passé ne peut se régler que sur une seule base : le respect de la décision du vote des français. Mais Hollande ne veut pas de référendum sur le nouveau traité. Et Jean-Pierre Chevènement, docilement, n'en parle plus. 

L'autre volet des reniements est, par contre-coup pour les alliés écolos du Parti socialiste. Car Hollande et son allié se prononcent « pour une politique énergétique innovante en matière d'énergies renouvelables, et vigoureuse en matière d'économies d'énergie ». Ce qui est excellent, mais ne mange pas de pain. Car le même document précise le point de vue du parti de Jean-Pierre Chevènement. Celui-ci estime « qu'il ne doit pas être porté atteinte à notre industrie nucléaire et à ses capacités, à ses yeux garantes d'une électricité moins chère et moins polluante ». Comment cela est-il conciliable avec un accord de législature qui l'unit par ailleurs à des gens qui pensent exactement le contraire ? Une telle ratatouille est servie à la veille du premier anniversaire de la catastrophe de Fukushima. Nous n'en tirons donc pas du tout la même conclusion. Car un an après avoir commencé, les effets de la catastrophe nucléaire de Fukushima durent toujours. Cela devrait suffire à montrer l'urgence d'un débat honnête en France sur l'énergie et plus globalement sur la transition énergétique. Et il doit être tranché par le peuple souverain, notamment sur le nucléaire, par référendum. Le Front de Gauche est le seul à le proposer. Je déplore que l'UMP, le FN et le Parti socialiste le refusent. Mais je regrette surtout que l'accord de législature entre le PS et Jean-Pierre Chevènement n'en dise mot. L'importance du sujet devrait interdire que des accords politiciens se substituent au débat public sur le fond et au vote démocratique. Je n'en apprécie que davantage la déclaration de Paul Ariès en faveur de la candidature commune du Front de Gauche. Car s'il est vrai que nous ne sommes pas d'accord sur bien des points, il n'en reste pas moins que notre position ne demande à personne de renoncer à ses convictions ni au moyen de les voir l'emporter. 

Au final, cet accord fonctionne comme une caricature de la "Gauche plurielle". Car à l'époque on pouvait penser que l'on avait fait pour le mieux en juxtaposant les programmes. Il est vrai aussi qu'on n'avait guère eu le temps de faire autre chose du fait de la dissolution surprise de l'Assemblée Nationale décidée par Chirac. Mais aujourd'hui on a l'expérience des inconvénients de cette méthode. Recommencer une erreur de méthode de sang-froid c'est seulement signaler qu'on est intéressé à obtenir le même résultat. Lequel ? Donner les pleins pouvoirs au parti qui dirige le gouvernement. C'est d'autant plus pitoyable que cette fois-ci le programme ne prévoit aucune sorte de conquête sociale comparable aux 35 heures ou à la CMU, ni aucune conquête institutionnelle comparable à la parité comme ce fut le cas avec le programme de Lionel Jospin.

Du passage de Nicolas Sarkozy dans l'émission « Des paroles et des actes » mercredi, on ne semble avoir retenu trois jours après que ses regrets d'avoir fêté sa victoire au Fouquet's et passé ses vacances sur le yacht de Bolloré. Pourtant, au milieu de ce numéro de repentance très convenu, Sarkozy a fait plusieurs déclarations et propositions qui méritent d'être prises très au sérieux. Elles dessinent un programme du candidat Sarkozy assez sinistre.  Il a notamment annoncé le plus grand plan social de ce début d'année en programmant une nouvelle hémorragie de 40 000 emplois publics. Mais dans les collectivités locales. Sans que cela n'ait visiblement ému grand monde, notamment chez les socialistes, pourtant concernés au premier chef. Personne ne sait d'ailleurs comment Nicolas Sarkozy compte s'y prendre pour qu'un gouvernement supprime ainsi des postes dans les collectivités locales qui gèrent leur propre personnel. Il a d'ailleurs aussi indiqué qu'il allait plus largement « poursuivre la réduction des effectifs de la fonction publique ». Les 150 000 postes supprimés depuis cinq ans ne sont donc qu'un début.

Sarkozy a aussi prévu de poursuivre sa thérapie de choc libérale en intensifiant sa chasse aux "assistés". Il n'a évidemment pas parlé des fraudeurs du fisc que le gouvernement exonère régulièrement de poursuites pénales, surtout s'ils ont beaucoup fraudé. C'est un des constats inouïs du dernier rapport de la Cour des comptes : plus vous volez le fisc moins vous avez de chance d'être poursuivi pénalement ! D'ailleurs Sarkozy a bien rappelé qu'« il n'y a pas eu de cadeaux aux riches ». Ceux qu'il a désignés comme assistés sont les bénéficiaires du RSA dit "socle ". C'est-à-dire ceux qui ne travaillent pas. Pour une personne seule, c'est 475 euros par mois.  Deux fois moins que le seuil de pauvreté. Pour eux, Sarkozy propose de généraliser un travail forcé dit d'intérêt général de 7h hebdomadaire. Jusque-là, le "travail d'intérêt général" désignait une sanction pénale. Personne ne sait d'ailleurs dans quels secteurs devra s'exercer ce travail forcé, et avec quel encadrement. Les gestionnaires du RSA, c'est-à-dire les départements vont ainsi devoir gérer le travail forcé d'un million et demi de personnes. Et le projet UMP précise que des pénalités de 100 euros par mois seront appliquées à ceux qui refuseront le travail forcé. Avec les suppressions de postes prévues par Sarkozy dans les collectivités locales, cela promet ! A moins que le président candidat n'ait justement prévu de faire exercer certaines fonctions des collectivités par les bénéficiaires du RSA.

Ce soir-là, les immigrés étaient aussi dans le collimateur de Sarkozy. L'extrême-droitisation de son discours est désormais très avancée. Il a d'abord affirmé : « Si on ne maîtrise pas l'immigration, est-ce qu'on ne va pas à la faillite ? » Comme Mme Le Pen, il ignore l'étude que l'université de Lille a réalisée pour son gouvernement en 2009 et qui conclut que les étrangers rapportent 12 milliards par an aux comptes publics. Ils touchent en effet pour 48 milliards de prestations chaque année mais reversent 60 milliards en impôts et cotisations. Sarkozy a poursuivi ainsi : « Nous avons trop d'étrangers sur notre territoire et nous devons en accueillir moins ». Exactement ce que raconte Marine Le Pen. Et pourtant il y a moins d'étrangers aujourd'hui en France (5,8 % de la population) qu'il n'y en avait en 1975 (6,5 %) et en 1990 (6,3 %) ! Mais Sarkozy pense pourtant que « nous devons diviser par deux le nombre d'étrangers que nous accueillons ». Marine Le Pen va encore plus loin et propose de ramener ce nombre à 10 000 entrées par an. Mais ni l'un ni l'autre ne dit comment il compte s'y prendre. 65 000 entrées concernent chaque année des ressortissants européens. Marine Le Pen compte-t-elle interdire aux européens d'entrer en France ? Et ce n'est pas tout. Chaque année, autour de 50 000 entrées concernent des étrangers membres de la famille d'un Français, que ce dernier fait venir. Là aussi comment Sarkozy et Le Pen comptent-ils s'y prendre ? Vont-ils interdire à des milliers de Français de vivre en famille ? Enfin, 50 000 autres entrées concernent des étudiants. Comment y renoncer ? Faut-il rappeler le nombre d'étudiants étrangers qui deviennent des prix Nobel, des médailles Fields ou des médailles d'or du CNRS ? Ont-ils entendu parler du dernier prix Nobel de médecine, Jules Hoffmann, qui était un étudiant étranger avant de devenir français ?

Mais il y a plus odieux encore. C'est la volonté annoncée de Sarkozy de limiter l'accès des étrangers au minimum vieillesse et au RSA. Il a fixé les conditions suivantes : 10 ans de résidence régulière en France et au moins 5 ans de travail. Le caractère universel des droits serait ainsi sabordé. On exigerait des étrangers beaucoup plus que des français pour accéder à des droits sociaux fondamentaux. Les étrangers payent pourtant les mêmes impôts et cotisations que les français. Cette "discrimination", car c'est bien cela que Sarkozy veut institutionnaliser,  est une brèche vers la préférence nationale défendue par le FN. Dès le lendemain Louis Alliot, numéro 2 du FN, s'est d'ailleurs empressé sur « France Inter » de remarquer que Nicolas Sarkozy proposait de légaliser la préférence nationale. Car en effet, celle-ci est aujourd'hui contraire à la loi et même à la constitution qui garantit l'égalité en droits quelle que soit l'origine des personnes.
 


1  138 commentaires à “L’insurrection c’est maintenant”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. vicmarnin dit :

    je ne crois pas trop aux sondages mais je les regarde (je ne sais pourquoi).

    Jean-Luc Mélenchon est à 11% cliquez ici

  2. naco dit :

    Je suis fils et petit fils d'Auvergnat.
    Mon grand-père paysan fut un socialiste convaincu. Il détestait les boches, mais il avait de bonnes raisons. Il donna 8 années de sa vie à l'armée française. Cavalier chargé des transmissions (déjà dans la comm), il vit 3 fois ses chevaux mourir sous lui par les mitrailleuses ennemies. Le dernier s'appelait d'Artagnan, et il le ramena de la guerre 14-18. Et il me raconta cette histoire à 10 ans.
    Mon père fut cet ingénieur des mines émérite, gaulliste bien sûr, mais qui travailla 40 ans à construire la France ou nous vivons. Il m'appris bien sûr beaucoup de choses, comme le fait que les mains ne peuvent rien sans la tête et réciproquement.
    Et moi, je rêve de pouvoir terminer un jour ma vie la-bas, dans la ferme de mes ancêtres, si les mauvaises années de cotisation retraite pour avoir créé des entreprises, dont 2 scops ou j'ai trouvé plus intelligent de ne pas me payer pour qu'elles puissent survivre, ne me conduisent pas à travailler jusqu'à 90 ans pour gérer la circulation à la sortie des écoles, ou faire gardien de musée.
    Alors, le Dédé Chassaigne, pour moi, ce soir c'était que du bonheur. Rien que de voir qu'avec ses grosses moustaches et sa taille de géant, comme il se prenait d'affection pour le Front de Gauche et Jean-Luc, c'était que du bonheur.
    Et puis ça me fait dire que ce soir, il n'y plus un communiste du nord au sud, de l'est à l'ouest, qui puisse faire la gueule devant ce mouvement là, et plus un écolo qui puisse ignorer cet immense appel de l'Auvergne, ce poumon vert de la France, et donc de toute l'Europe.

  3. Malek dit :

    Les sondages...
    Je me demande où peut bien tremper cette "sonde" en question, si ce n'est dans quelques petites flaques ici et là, parfois avec un petit coup d'arrosoir quand le terrain est aride. Il faut bien qu'ils existent ses gens là; les sondeurs...
    Les Shadoks pompaient, eux ils sondent, et après ?
    Personne n'est dupe. Aussi sous-médiatisés que nous soyons, nous serons présents, en dur ! en vrai !
    Demain, après-demain, dimanche, et encore et encore !

  4. jppl dit :

    @ Dauphinoise 787
    Bravo pour avoir déniché cette pépite de plus d'un siècle ! Savoureuse en effet, qui vient confirmer que les mêmes causes produisent les mêmes effets. il faut donc les combattre sans cesse... Chapeau les auvergnats !
    Une fois de plus les Daltons clopinant vont essayer de rattraper Jean Luc avec la règle verte !
    Je ne pourrai malheureusement pas être à la Bastille dimanche, mais j'irai à Toulouse !

  5. Sylvain dit :

    Bonsoir! Je veux revenir sur quelques chiffres qu'il faut absolument relativisés du fait que la télévision ne diffusait pas le meeting du Front de Gauche ce soir. Ce sont les chiffres de vues de dailymotion/

    1. Meeting du Front de Gauche à Clermont-Ferrand: 116 982 vues.
    2. Meeting Sarkozy à Villepinte: 47 446 vues.
    3. Meeting François Hollande à Marseille: 803 vues...Je serais socialiste, je me poserais quelques questions quand même, non?

  6. nath35 dit :

    Pour les inquiets de la VIème et du départ du président Mélenchon, y'a cours magistral spéciale VIème et surement plein d'autres choses dimanche à la Bastille. C'est Jean Luc qui l'a annoncé à Clermont.
    Je crois que c'est à partir de 17h le cours

  7. Damien dit :

    J'y vais de mon apport dans ce concert laudatif: sublime réunion ! Excellent André Chassaigne également, que du bonheur !

    J'avais incité un ami auvergnat à se rendre à cet événement (sa première réunion politique, à 40 ans), il y est allé et vient de m'appeler: il votera pour le Front de Gauche le 22 avril !

    En attendant: Bastille, dimanche.

  8. Menjine dit :

    Pour Naco, si délicieusement chauvin auvergnat une petite phrase de Vialatte en écho à Mélenchon et Chassaigne:
    "... l’Auvergne est pascalienne. Son vent nous souffle les pensées en pleine figure, et, quand il balaie l’herbe rase entre les genévriers bas, on sent passer un goût de gentiane dans son alcool, je ne sais quoi de tonique et d’amer, une sévérité qui saoule."
    Le vent de l'esprit et du Bon dieu noir de Saint-Flour soufflait ce soir, en attendant la tempête de la Révolution citoyenne qui va tout nettoyer !

  9. Dauphinoise dit :

    @819 jppl

    Merci mais je dois avouer que cette petite trouvaille n'est, hélas !, pas de mon fait. Cependant je ne pouvais décemment ne pas la poster ici !

    @Sylvain 820
    Merci pour ces précisions. Moi aussi à leur place je me poserais des questions. D'autant que lui, FH, à Marseille était devant 5 à 6000 personnes, ai-je entendu. Marseille n'est-elle pas la troisième ville de France ? Vi z'ont du soucis à se faire. Bien que, en fait, je m'en fous puisque le principal est que le FdG monte, monte, monte (je viens d'entendre 11 % sur France 3). Et dire que je doive attendre demain pour voir Clermont-Ferrand que je n'ai pu regarder en direct grrrr.
    J'en profite pour demander au webmaster si le meeting du 12 avril à Marseille sur la Canebière (désolée pour les Marseillais si je l'ai mal orthographié) est bien prévu ? Ne pouvant "monter" à la Bastille j'espère "descendre" à Marseille !

  10. Hold-up dit :

    820-Sylvain
    9000 au zénith de Clermont -Ferrant pour le Front de Gauche, 9000 à Marseille pour le PS le même soir. Si le second est à 28 % dans les sondages, on doit être largement au dessus de ce chiffre dans la réalité, non ?

  11. Lecabestan dit :

    Pour les amateurs de sondages (bidons), un clic là où il faut !

    J'ai pu suivre le meeting de Clermont sur le site de l'Huma, mais j'ai manqué le début. Pourra-t-on revoir le discours d'André Chassaigne dont tout le monde parle (je sais, on devient exigeants) ?

  12. gabriela dit :

    @801 Ydaho: hier on a dépassé les 40 000 j'aime mais moins de 24heures après nous sommes à 41 155, une progression que personne d'autre n'en a. Mais nous ne sommes pas de tout que des jeunes, au contraire le site FB de Jean-Luc Mélenchon est à l'image du Front de Gacuhe: varié, très varié.
    Le meeting de cesoir était brillante. J'aiavait "travaillé" une amie écolo pendant plus d'une semaine par mail, et voilà que Mélenchon me donne tout ce qui me manquait! Une voix de plus pour nous!
    J'ai un ami ici à Montevideo qui prend l'avion ers Paris vendredi. Il sera à la Bastille aussi, et me portera moi dans sa pensée, donc, un tout petit peu, j'y serai aussi!

  13. Menjine dit :

    Sur ce blog au moment des débats à l'intérieur du PCF pour la candidature, des Mélenchonautes avaient proposé un "ticket Mélenchon/ Chassaigne", c'est vrai qu'ils font un beau tandem.
    Idée à réactiver dans l'avenir proche.

  14. Lilly54 dit :

    Superbe meeting ! Chapeau bas et félicitations aussi à Chassaigne !
    Vous avez sûrement entendu parler du buzz "melenchon" ce soir. La vidéo qui circule sur le net et dont BFMTV s'est déjà fait le relais ce soir. Plus intéressant de parler de ça que du meeting à Clermont-Ferrand, mais bon. Nous commençons à être habitués à ces médias crasses. La vidéo a commencé à circuler il y a quelques heures et a été diffusée sur twitter par des sympathisants FN qu'on repère facilement si on est habitué à twitter. Le journal 24hactu qui a repris cette vidéo est un journal que je qualifierai de droite droite à la lecturre de ses articles. Je ne saurais dire s'il faut répondre ou pas. J'aimerai que ce truc fasse pschitt ! Ceux qui en parlent n'analysent pas la vidéo qui met plutôt en évidence la franchise de Jean-Luc. Ils se délectent à le descendre en flèche et surtout à faire circuler, circuler, circuler. On en verra sûrement d'autres d'ici le premier tour. On n'a pas encore touché le fond.
    Mais ils ne nous auront pas ! Bonne nuit à tous !

  15. l'ergonomiste dit :

    @820 Sylvain

    Désolé mais tu fais une confusion entre les chiffres du direct de Jean-Luc Mélenchon à Clérmont et le chiffre de la vidéo mise en ligne après-coup du meeting PS de Marseille.
    Le live de Marseille : 275 233 (http://www.dailymotion.com/video/xnfrcv_le-live-de-francois-hollande_news)
    Le live de Clérmont: 121 186 (http://www.dailymotion.com/video/xpez2u_direct-meeting-front-de-gauche-de-clermont-ferrand_news).
    Ça prouve que les débats intéressent la population !
    Bien à toi.

  16. nath35 dit :

    A Lilly54 23h54
    Une explication supplémentaire de Jean Luc du 16/09/2009, en vidéo.
    La réponse vient de twitter. Ca fait toujours du bien
    http://www.france24.com/fr/20090910-jean-luc-melenchon-president-parti-gauche-politiques.

  17. Comme quelque 9000 personnes ce soir au meeting de la capitale Arverne : Clermont-Ferrand, j'ai été subjuguée par l'intervention de notre député André Chassaigne, qui a défendu la terre auvergnate becs et ongles, puis nous a donné lecture de quelques beaux textes de littérature, puis par l'étincelante démonstration de Jean-Luc Mélenchon sur ce qu'est le Front de Gauche et son programme, expliqué comme jamais encore.
    Une assistance représentative de tous les âges, de toutes les tendances de notre mouvement. Attentive, montant au créneau, Enfin une ambiance chaleureuse. La fête s'est terminée par une Internationale vibrante et une MAarseillaise aussi. Il est grand temps, que l'on se réapproprie notre chant national. Il ne faut pas qu'il soit l'apanage de la droite traditionnelle ou extrême ! Un grand moment pour mes 66 printemps. Résistance !

  18. ErikleRouge dit :

    pour tous ceux qui militent avec ardeur... et les autres bien sûr = http://www.legrandsoir.info/le-programme-de-melenchon-en-8-mn-chrono.html

  19. l'ergonomiste dit :

    @820 Sylvain
    Et j'ai oublié de signaler qu'ayant suivi le début du live de FH et ensuite la totalité du live de Jean-Luc Mélenchon qu'en réalité environ 10000 personnes étaient connectés sur le live de Jean-Luc Mélenchon et 9000 sur celui de FH. Ce sont les chiffres réels.
    La différence c'est que DailyMotion compte chaque visiteur qui se pointe sur la page, y compris si c'est le même visiteur qui revient 20 fois durant le live ou qu'il y a une coupure - du coup le visiteur se reconnecte, etc... et ça additionne les vues sans discernement.

  20. J'y étais au meeting de Clermont-Ferrand et j'y serai dimanche à la Bastille.
    Jamais on a connu ça à Clermont. Tellement serrés dans les travées et dans la fosse, debouts. Sûrement pas loin de 9500 personnes. Tellement bien que je n'ai pu voir que Jonathan parmi tous les auvergnats de ce blog. Je n'ai même pas pu déployer le petit coucou que je vous avais préparé au dos d'une affiche.
    Tous les écolos, et ils sont nombreux en Auvergne sont sortis enthousiasmés de la pédagogie de Jean-Luc sur la planification écologique, la dette verte dans la constitution génial. Et Dédé a été formidable. J'ai crié "Dédé 1er Ministre" quand il a pris la parole. Des sections entières du PS étaient là aussi. Un public de toutes les générations à la fois chaud et attentif quand il le fallait. Des gens que je n'avais pas vu depuis des années, étonnés de me voir là et moi étonné de les voir. Je ne sais pas si je vais dormir cette nuit. Mais tant pis un tel bonheur, un telle fraternité, un peuple en marche, Vraiment c'est bon!
    Et ce n'est pas fini dimanche on remet ça, le 10 avril à Montluçon et le 22 avril oui on est en-tête de la gauche comme l'a dit Jean-Luc ce soir.

  21. COLLONGE Madeleine (Maddy) dit :

    A Gérard Blanchet, et oui, la Montagne Thiernoise était bien présente un car de 32 places avec les habituées de ce blog Jeanine et moi (entre autres). Un pur moment de bonheur comme tu le dis. Mais dans mon post au dessus du tien, j'ai oublié une chose ESSENTIELLE : MERCI A TOUTES CELLES ET CEUX QUI SE SONT DEVOUEES POUR FAIRE DE CE MEETING UNE REUSSITE ! Merci aussi à toutes les participantes et participants, dont certains d'un âge respectable qui ont tenu le coup, DEBOUTS contre vents et marées.

  22. zora dit :

    @citoyenne21 (751)
    "Hollande reviendrait déjà sur sa proposition de tranche à 75%....."
    Paroles d'un expert en Socialisme, F. Engels (copain de Marx) :
    "Un socialiste est plus que jamais un charlatan social qui veut, à l’aide d’un tas de panacées et avec toutes sortes de rapiéçages, supprimer les misères sociales, sans faire le moindre tort au capital et au profit."
    Mise à jour 2012 : le programme solférinien = "I am not dangerous"

  23. Gégé dla Peug dit :

    Jean-Luc,tu as réconcilié beaucoup de français avec la politique...dont moi! Chapeau,j'espère que tu vas continuer à grimper dans les sondages mais surtout dans les urnes...non je ne voterais pas utile,car le PS "tiédasse" que l'on nous propose ne me convient pas.Avec toi on découvre un mec qui en a(excuse moi avec tout le respect que je te dois) et qui ne mâche pas ses mots.Je suis juste un petit ouvrier dans l'automobile,mais alors toi tu me plais. Bonne chance.

  24. jeannine dit :

    moi aussi j'y etais au meeting Gerard, j'ai regardé les parkas rouges'mais figurez -vous que le rouge etait a la mode ce soir, et le vert aussi.je n'ai jamais vu une telle foule dans un meeting, ovationant Chassaigne et Mélenchon etpuis Mélenchon et Chassaigne bravo p g et pc, c'est comme cela que nous vous aimons.....le front de gauche,,celui qui nous conduit vers la Vérité, vers la victoire par cette lumière dont nous parle jean- luc Mélenchon
    je n'ai pas sommeil ce soir, la lumière est trop vive.......
    devant le zenith, un jeune groupe de musiciens jouant le chant des partisans, a la fin du meeting l'internationale suivie de la marseillaise reprise au frond national,par une foule de 9500 personnes,non ce soir je ne dormirai pas......

  25. langoureau dit :

    Quelqu un a t il des infos sur l'émission "des paroles et des actes" ? Pourquoi Hollande passe t il pour la deuxième fois a cette émission ? Mélenchon aura t il le même traitement ?...

  26. Tiago_Jaïme dit :

    Après m'être farci le meeting de FH presque 2 fois, je suis sur celui de Clermont. Deux minutes seulement, mais ya pas photo. Désolé pour FH, si tous les français sont comme moi, il leur suffit d'oser! Tu as raison Jean-Luc Mélenchon ce n'est pas un spectacle. FH éructe petit bras et Jean-Luc Mélenchon martèle sur l'enclume pour forger inéluctablement la bonne pièce.
    En revanche ya pas une personne sur dix qui comprend que la sixième république c'est que Jean-Luc Mélenchon se barre au bout d'un an. Est ce bien nécessaire et personne ne comprend.
    T'est trop bon mon Jean-Luc Mélenchon. Je vais poursuivre l'écoute de Clermont A+.

  27. Nafissatou dit :

    Le meeting de ce soir à Clermont-Ferrand, un sondage montrant FdG et Modem au coude à coude, la proximité de la reprise de la Bastille, marquent une nouvelle étape de cette campagne, décidément haletante. Chaque jour marque un évènement toujours plus favorable au Front de Gauche. Même la diatribe haineuse du Barbier servile rassure par la peur qu'elle dissimule bien mal. Mais pour cet éditocrasse, combien d'articles sinon louangeurs, du moins admiratifs du progrès incessant de nos idées?
    La Fraternité est en marche, et l'on sent bien qu'elle dépasse largement la classe ouvrière, celle des salariés, des précaires et fonctionnaires. C'est désormais une fraternité des consciences!
    Mais attention, à ce niveau-là, les coups vont pleuvoir. Jean-Luc Mélenchon, préservé jusque-là par l'intérêt bien compris de ses adversaires, deviendra bientôt l'Ennemi Public No 1; Seul Sarko a intérêt à ce qu'il progresse encore. Ce soir, il me parait certain que nous le porterons au deuxième tour, avec joie et enthousiasme!

  28. Lesver dit :

    Et bien, bosser tard m'aura appris un truc cette nuit... L'équité, c'est de passer le meeting complet du FdG à Clermont-Ferrand à 2h30 du matin sur iTélé, déjà qu'on passe pas beaucoup, voilà 2h de moins à nous passer en journée ! On se fiche de l'électeur, 3 chaînes en prime time pour FH, sans compter l'omniprésence de NS, la nuit et une chaîne pour nous, erf...
    Je commence à me dire que même l'égalité qui suffirait à amener pas mal de votes sur le FdG sera pipeautée... Tous les candidats pestiférés la nuit ou aux heures de boulot, les 3-4 autres qui servent (chacun à leur manière) l'oligarchie entre 19 heures et 23 heures. A pleurer ce marasme dans lequel sont tombées nos démocraties dites "modernes". :(
    Reste la rue et la Bastille pour expliquer le prgm ! Si peu et tant à la fois... Un sursaut démocratique dans les urnes, vite ! ^^

  29. Tiago_Jaïme dit :

    Je ne me suis pas ennuyé ne serait ce qu'une minute.
    "une révolution qui éclate c'est une idée qui passe son examen de passage devant le Peuple"
    Victor Hugo
    Même si je ne partage pas 100% de ce que dit Jean-Luc Mélenchon, j'ai vraiment conscience que nous vivons quelque chose que je n'ai jamais vu. Cela mérite reconnaissance.
    Je ressens encore, à nouveau que la Victoire est possible
    1 il faut que tu y croies comme le charbonnier "clin d'oeil"
    2 il faut s'adresser à tous les français. Les militants et les sympathisants sont déjà tous convaincus.
    3 toute personne qui t'écoutera et conclura Mélenchon trop agressif Mélenchon intolérant il prend tout,cela ne doit plus exister...
    Dis donc Jean Luc, je ne souviens pas t'avoir souvent entendu parler de l'immobilier 56% seulement des français propriétaires et qui sans rien faire voient leur capital doubler en 8 ans ou moins et l'écart de fortune avec les 44% qui ne possèdent pas , doubler de la même manière. Enfin on dit que 80% des espagnols et 95% des grecs sont propriétaires ce qui n'a rien à voir avec 56%.... j'ai peur que l'austérité si elle est mise en place soit insupportable pour les 44% qui économisent peu et font marcher la machine en consommant tout.
    Je suis bien déçu et je ne comprends pas que Chevènement ne soit pas capable de te soutenir. C'est impensable.
    Résistance!

  30. Axel dit :

    A propos de la VIème République.
    Après la victoire aux élections de Jean-Luc Mélenchon, et du Front de Gauche aux législatives, le nouveau Président de la République (la Vè!) convoque une constituante. Comment ? Par le biais d'une élection, pardi !
    Cette constituante sera amenée à élaborer la constitution de la VIè République. Cette constitution sera mise au vote des Français. Si les Français l'approuvent, on organise dans la foulée les premières élections de la VIè République.

    Autrement dit, on va beaucoup voter !

    C'est don dans ce sens qu'il faut comprendre les propos de notre candidat. Il estime qu'au bout d'un an environ, la constituante aura réalisé son boulot. On sera alors passé d'un régime présidentiel (la Vè, le monarque quinquénnal. Le constitutionnaliste Jacques Georgel parlait de "démonarchie".) à un régime parlementaire. Il est donc normal et logique que Jean-Luc Mélenchon annone qu'il rentrera chez lui au bout d'un an, comme l'empereur Cincinnatus. Il dirait le contraire que ce serait inutile au mieux (quel pouvoir pour le nouveau Président de la République dans un régime parlementaire ?), incohérent au pire (le premier président de la VIè ne sera pas le dernier de la Vè.
    Personnellement, je pense que tout cela prendra plutôt 2 ans qu'un an, mais bon...

  31. renouard dit :

    Cher Jean-Luc Mélenchon,

    Vous avez une chance sérieuse de remporter la prochaine présidentielle, les sondages ne disent pas la vérité. D'ailleurs le nombre d'associations qui vous soutiennent est désormais très important.
    Il ne reste que quelques semaines avant que vous ne preniez vos fonctions. Celles-ci, vous les exercerez non pas en votre nom personnel mais au nom de la volonté générale qui vous aura choisi.
    Devenir Président de la Vème République française est en effet une responsabilité ultime et de grand investissement de millions de citoyens. Nous en sommes à un aboutissement, fruit du travail sur le terrain depuis 2005 après le vote du NON au Traité constitutionnel européen.
    Pour nous, l'heure n'est plus à une future insurrection civique, nous la vivons déjà.
    Durant les semaines qui viennent nous resterons concentrés sur les thèmes de fond comme la planification écologique.
    Par ailleurs et dans cet esprit reconstruire de fond en comble une constitution intitulée VIème République ne nous paraît pas d'une urgence absolue. La Vème a le mérite de rassembler tous les principes fondamentaux de la République récoltés en un tout depuis la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789.
    Mais il est souhaitable sur ce socle d'améliorer la dialectique nécessaire entre le peuple et son Président élu au suffrage universel en instituant des consultations démocratiques, notamment des référendums d'initiative populaire.
    Peu importe alors le numéro de la nouvelle Constitution.
    Recevez nos meilleures encouragements.

    Coordonne6

    [Edit webmestre : Le principe des commentaires est que même si on adopte un pseudo, l'honnêteté vis à vis des autres commentateurs est que l'on conserve ce pseudo de façon à assumer l'ensemble de ses intervention. Or, depuis toujours, vous utilisez la case "pseudo" pour "titrer" vos commentaires. J'ai rectifié les derniers, et celui-ci en reproduisant un des premiers pseudos que vous aviez utilisé.
    Si vous deviez persévérer dans cette méthode, je me verrai contraint d'y mettre un terme.]

  32. marj dit :

    J'ai suivi le meeting d'hier sur le net, super ! Il me tarde celui de la place du Capitole à Toulouse. Au PS, on s'affole et on agite de plus en plus le vote F-utile.
    Ce matin, ne pas oublier Clémentine Autain sur Canal entre 8h et 9H http://www.humanite.fr/fil-rouge/le-front-de-gauche-dans-les-medias

  33. Pierre Lemay dit :

    Dépendance
    Lu dans le quotidien du médecin :
    Sarkozy, qui avait mis entre parenthèses la réforme de la dépendance – une de ses promesses de campagne en 2007 –, a déclaré lundi sur TF1, lors de l’émission « Parole de candidat », qu’il envisageait désormais d’en « poser les bases » en 2013 en cas de réélection à l’Élysée.
    Il a expliqué qu’il « assumait ses responsabilités » sur ce dossier. Il y a cinq ans, Il s’était engagé à remettre à plat les aides existantes et à impulser une vaste politique pour améliorer prévention et prise en charge de la dépendance. « J’ai pensé à un moment qu’on pouvait s’en sortir avec la dépendance en rendant l’assurance obligatoire et puis je me suis rendu compte qu’il n’y a aucun assureur qui était prêt à assumer », analyse-t-il a posteriori, concluant : « Donc la question de l’assurance privée pour faire face à cela, ce n’est pas possible. »
    Le candidat de l’UMP a remis sur la table « la question des successions » en s’interrogeant : « Si la société prend en charge une personne âgée d’une famille, est-ce que la société ne doit pas se rembourser sur le patrimoine de la personne âgée lorsque celle-ci a disparu ? »

    C’est quand même une forme de solidarité assez étrange que se rembourser sur la bête qui n’a pas fait exprès d’être malade !

  34. Un ton nouveau: ce matin, et hier déjà: la radio (France Info), parle de Mélenchon "normalement", genre un candidat comme les autres à la présidentielle. Admis dans la cour des grands, quoi... On dirait qu'en passant le mur des sondages, il a aussi passé le mur du son. Et de l'image?

  35. Gene dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Dommage que j'habite Marseille car j aurais bien aimé prendre la bastille moi aussi.
    C est clair qu il faut une révolution dans ce pays car y en marre qu on nous presse jusqu a la moelle et que les riches soient épargnés et oui on paye plus d'impots qu eux et on a pas les memes revenus !
    Mr Mélenchon, continuez à vous faire entendre et voir car j adore votre façon très simple mais juste de répondre à toutes les questions de journalistes (parole de candidat par exemple ou vous m'avez convaincue) et venez à Marseille car vous avez beaucoup de supporters !
    Faites vous entendre encore plus car il y a plein de gens comme moi qui en ont marre et vous représentez celui qui peut mettre le coup de pied dans la fourmillière pour tout changer.
    Je suis sure que vous pouvez arriver au 1er tour
    On croit en vous

  36. Invisible dit :

    Monsieur Mélenchon, si vous êtes élu, profiterez-vous de l'amnistie présidentielle pour désengorger les prisons et si oui, avez-vous déjà réfléchi au "public" concerné par cette amnistie ?

  37. olivier dit :

    Pour Marseille normalemnt c'est le 12 Avril.

  38. Malek dit :

    Ma mère, ancienne institutrice à la retraite, votera Front de Gauche aux prochaines élections.
    Il y a un mois, le PC portable sur la table, quelques vidéos de meeting de Jean-Luc Mélenchon, le programme du FdG dans les poches. Elle invite 4 copines, dont 2 ex-travailleuses de la Sagem (où NS est allé faire son coq l'autre fois), et on débat en comparant ce qu'on nous propose dans la sphère politique.
    Bref... toutes s'accordent à dire, n'ayant pas internet pour les 3/5ème, ou pas le reflex de visionner des vidéos, aller sur des sites etc... que les dés médiatiques traditionnels sont vraiment pipés (une certaine presse et TV). Elles découvrent un programme qui va bien plus loin que ce qu'elles avaient imaginé. Elles qui vont si souvent dans les quartiers animer des club de lecture pour les petits, qui continuent à lutter contre les fermetures de classes, qui sont toujours là pour aider... bénévolement, à fond... et bien toutes seront derrière le FdG pour les prochaines élections, et peut-être même plus encore (plus que moi sûrement :))... bref, trop fier de ces femmes là, pour tout ce qu'elles ont traversé, ce qu'elles font au quotidien pour les autres, trop content qu'elles soient convaincu par cette nouvelle force : l'humain d'abord !

  39. Le Dule 39 dit :

    Magnifique! Monsieur Mélenchon est exta-ordinaire: Un discours de haut vol sur l'écologie sans employer une seule fois les mots éolienne, photovoltaîque, etc...Il a tout compris! on a tous compris.
    Je propose que dans notre prochain gouvernement, juste après le premier ministre, soit nommé un ministre de la planification écologique ou de la règle verte, auquel devrait se référer tous les autres ministres pour valider leur décision.
    Vive la règle verte!
    Vive l'humain d'abod!

  40. renouard dit :

    Désolé-e-s mon cher Webmestre, mais les renouard sont extrêmement nombreux, et donc votre objectif n'est pas atteint.

    [Edit webmestre : Cette remarque n'a pas de sens. Je n'ai aucun "objectif". Je veille seulement à ce qu'une personne qui s'identifie au moyen de la même adresse de messagerie utilise le même pseudo de manière à ne pas se créer des identités multiples qui cachent parfois de mauvaises intentions. Changez de pseudo si celui-ci ne convient pas, mais tenez-vous-y.]

  41. sinnaz dit :

    @cultivetonjardin 837
    Je ne suis pas tout à fait convaincu de la "normalité" de la radio publique, dans la mesure où dans différents journaux que j'ai pu écouter ce matin, on déclamait à l'envi le "grand meeting" de FH à Marseillle avec 10000 personnes, les annonces d'Eva, le projet de FB...., sauf le meeting du FdG (Fculture,Fip).
    Pour l'équité y'a encore du boulot, ç'a reste quand même confidentiel, et pour le plus gros, il n'existe que 2 candidats réels.S'ils le font, c'est du bout des lèvres, où pour "casser".
    On verra l'effort réel qu'ils feront pour Jean-Luc Mélenchon à la Bastoche! Allez les titis, tous à Paris
    De toutes les façons le meilleur média, c'est nous!

  42. Odette dit :

    Heu !
    Il m'a semblé entendre quelques "moi-je" de ta part, Jean-Luc.
    C'était plutôt du "nous", jusqu'ici, non?
    Alors un mot en passant: On t'aime toujours bien, mais... gaffe à la grosse tête !

  43. Chantal Catherine dit :

    Ha quel meeting ! Génial, super !
    Je suis contente d'avoir pu entendre André Chassaigne pour la 1ère fois. Je comprend pourquoi le PC était tenté pour le présenter comme candidat pour le Front de Gauche. Quel punch !
    Avec Jean Luc Mélenchon ils font la paire !
    J'ai vraiment compris la planification écologique, mais il va falloir que je regarde (et écoute) encore et encore ce meeting pour bien m'imprégner de cette explication.
    D'ailleurs, je me demande s'il est possible d'enregistrer tous les meetings de Jean Luc Mélenchon parce que chacun développe clairement nos objectifs. Et mes parents ne maîtrisant pas internet, j'aimerai leur faire cadeau d'un DVD de toutes ces interventions.
    Ce soir je remet ça avec un meeting à Nanterre et comme représentants : Clémentine Autain, François Delapierre et Pierre Laurent.
    Citoyennement

  44. le métayerv dit :

    Jean Luc, pour agrandir la visibilité du programme pourquoi ne pas l'élargir dans la communication culturelle autre que le livre, par exemple en dessin d'animation comme lors du meeting de clermont ferrand mais qui colle trait pour trait avec le livre (qu'on mettrait en ligne), en bande dessinée, en chanson, en documentaire. C'est peut être un peu tard, mais je pense que cela est aussi agréable d'apprendre en rigolant ou de façon ludique (ce qui manque en général à l'éducation nationale). Des amis sont d'accord avec ce que nous proposons, je leur ai donné le programme mais je sais qu'ils ne le liront pas (ils n'aiment pas la lecture).

  45. le métayerv dit :

    Ce matin, j'écoute la radio et ça recommence sur l'immigration. Pourrai-t-on être plus explicatif sur le fait que ce soucis devrait être plutôt dirigé sur ce que nous pourrions faire dans les pays pauvres en ce qui concerne la coopération et ainsi éviter la migration. Par exemple : faire en sorte que ces pays puisse produire par eux-même des produits écologiques (fours solaires, barbecues, vélos, centrales solaires, voitures économies d'énergie...) au travers d'un lien étudiants étrangers qui viendraient se former ici (éventuellement) puis l'étudiant pourrait rentré chez lui faire profiter de ses connaissances, chercher des partenaires pour monter une entreprise dans son pays aidé par des fonds publics français par exemple qu'il rembourserait 2 ans après que son entreprise fasse des bénéfices. Et faire ainsi comprendre que les gens ayant du travail et de meilleures conditions de vie resteraient dans leur pays car on aime le pays de notre naissance. Les entreprises on le sais fait vivre la population autre que par le travail direct (boulanger, services publics, écoles, paysans...)

  46. @ Tiago_Jaime 832:
    "56% seulement des français propriétaires et qui sans rien faire voient leur capital doubler en 8 ans ou moins et l'écart de fortune avec les 44% qui ne possèdent pas, doubler de la même manière.":

    Pas tout à fait exact, ceux qui ne possèdent que leur résidence principale ne voient leur capital doubler que virtuellement. S'ils doivent vendre, ils rachètent au même niveau. Leurs héritiers seront peut être plus riches, mais c'est même pas sûr, car une augmentation "virtuelle" peut s'effondrer, et s'effondrera si on se met à construire des logements selon les besoins. Ce qui ne changera rien à la valeur d'usage du logement, mais modifiera substantiellement sa valeur spéculative.
    Il n'y a pas 56% de français qui spéculent sur l'immobilier. Ce chiffre est beaucoup, beaucoup plus bas.

  47. ydaho dit :

    Hier soir a Clermont les premiers mots de Jean-Luc Mélenchon a propos du fait que "nous" ayons été seul pendant très longtemps ont du être très émouvants pour beaucoup.. Bien sur, "nous" savions que nous n'étions pas seul, "nous" savions que cette force existait en grand nombre, mais il fallait cette dynamique du FdG pour "nous" réunir, que ce soit aux avant postes, ou moins nombreux, ou "oubliés" dans un coin, on ne peut rien faire d'autre que de se concentrer sur le cercle proche.. Et ne faire que ce que l'on peut.. C'est pas de l'individualisme, je ne le crois pas, même si la société prônait ce fameux individualisme, "nous" n'en étions pas, "nous" étions simplement en "réserve" avec nos convictions toujours bien vivantes ! Il faut toujours un "catalyseur ! c'est dans les loi de la nature et nous n'y échappons pas...
    "Nous" étions vivant, replié sur l'essentiel mais bien vivants ! La meilleure preuve est que nous sommes encore là, et que nous avons essaimés, sinon ces meetings magnifique, ces réunions sur le web, ne serait qu'un amalgame de "momies" ! Et maintenant vient le moment du réveil !
    Je serais a la Bastille, bien vivant et bien réveillé, (15 ou 20 ans de sommeil ça repose) et avec moi sera présente la "relève" !

  48. Antigone 34 dit :

    C'est une grande date car pour la première fois un pont est jeté entre les productivistes ou PC et les antiproductivistes décroissants et écologistes. Qu'il était difficile de faire comprendre la necessité de se recentrer sur une production utile et sobre en énergie et peu ostentatoire et là...wuiff ! c'est passé tout seul.Il va falloir que je prévenienne mes copains de la décroissance l'anticapitalisme et l'antiproductivisme s'allient enfin depuis le temps que nous attendions cette prise de conscience. Vous imaginez notre future asemblée constituante avec des gens du calibre de Paul Ariès, mais aussi des gens engagés dans des actions de terrain au sein de leur territoire comme il y en a tant dans ce domaine qui sont fin prêts pour proposer des alternatives au malheur et au désastre écologique ? Il faut comprendre comme pour le projet Yasuni ITT que seul une majorité anticapitaliste comme avec Correa en Equateur peut faire aboutir un projet antiextractiviste dans un pays pauvre par exemple. Il faut redoubler d'énergie et gagner ce premier tour face à la droite sociale libérale de Hollande. Pour ceux qui veulent aller plus loin dans la réflexion sur ces questions ici site Entropia qui travaille sur ce sujet depuis des années et bien entendu lire: " Vers une société d'abondance frugale "de Serge Latouche exactement ce qu'a décrit hier JL Mélenchon. Constituons!

  49. ydaho dit :

    56% des français propriétaires voient leur "capital" doubler en 8 ans ? On est propriétaires pour la plupart de notre crédit ! La plupart n'avons que notre maison ! et franchement ma "maison", j'ai pas vu son prix doubler en 8 ans, même virtuellement ! par contre le crédit lui, prend de plus en plus de "place" au regard du salaire, même s'il est fixe, il y a bien des échéances qui sont particulièrement difficiles a honorer.. surtout en hiver, et l'hiver c'est très long ! En hiver, ici, dans cette maison, les fins de mois c'est aujourd'hui ! Bon, je ne m'étends pas sur le sujet, mais Tiago_Jaïme réfléchi un peu avant d'écrire ce genre de conneries, et ne confond pas les propriétaires de leur maison (crédit), avec les spéculateurs immobiliers qui étranglent les locataires par le jeu artificiel de l'offre et de la demande, ceux là ne sont en définitive que 1% ! Ils sont d'ailleurs inclus et désignés de par le monde par les 99% d'indignés..

  50. Dunizel dit :

    Salut fraternel à tous.
    Clermont Ferrand est le meilleur des meetings à mon sens, parce que Mélenchon y fait le lien entre tout, et tout autour du pilier central : la planification écologique.
    Concernant la VIe république. On en saura plus dimanche. La façon dont le front de gauche imagine la procédure notamment. Mais Mélenchon ne peut pas dire qu'il sera président de la VIe, puisqu'elle n'est pas encore écrite et votée.
    Il a dit qu'il jetterai les clefs de l'Elysée quand la nouvelle constitution serait en place. On sait que, s'il reste un président, il servira en gros de porte parole vis à vis des autres pays, il aura très peu de pouvoir puisqu'on souhaite se diriger vers un régime parlementaire et républicain, où les referendums seraient plus fréquents. Il a dit aussi (je ne sais plus où, dans une vidéo de place au peuple sur daily motion) qu'il est OK, si la nouvelle constitution s'organise comme ça, pour diriger le nouveau gouvernement, en tant que 1er ministre. Et qu'il n'abandonnera pas la politique parce que ça fait partie intégrante de lui, de sa vie. Si vous avez les liens des vidéos, n'hésitez pas !
    Rassurez-vous les amis, je le vois mal lâcher l'affaire avant que TOUT soit en place pour une vraie démocratie, et face aux pressions européennes et américaines ;) Pas son genre !


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive