11mar 12

Prenons nos dispositions pour le 18 mars !

L’insurrection c’est maintenant

Ce billet a été lu 120  939 fois.
Cette vidéo a été consultée 25 193 fois

Vous êtes dorénavant trente mille chaque jour à passer me rendre visite sur ce blog ! Je me sens donc un devoir encore plus fort de renouveler mes publications, même si le passage ici va dans toutes les rubriques et pas seulement à la une. Le Webmestre assure fidèlement le service de mise en page et l'écrasante gestion des milliers de messages qui sont postés. Cette note réjouira ceux qui me demandent souvent d'écrire plus brièvement. Mais je ne promets pas que ce soit plus simplement. Car j'écris de retour d'une grosse journée de présence studieuse. D'abord à la réunion du Front de Gauche des sports. Ensuite à la réunion nationale de l'association des associations. Un jour comme les autres : beaucoup de travail et de fraternité militante. Le service de protection rapprochée est parmi nous mais les camarades mettent leur point d'honneur à m'entourer comme avant. Hier j'ai reçu au courrier un cadeau hors du commun venant d'un camarade électeur. Il s'agit d'une plaquette de poésie de Paul Eluard : « Corps mémorables », édition achevée le 24 septembre 1948. La merveille est aussi que l'exemplaire comporte une signature manuscrite de Paul Eluard lui-même. Depuis je suis sur un petit nuage.

Le 18 mars prochain, avec l'appel du Front de Gauche à une marche sur la Bastille, un événement d'un genre nouveau va avoir lieu. Un genre tout à fait nouveau. A quand remonte la dernière manifestation politique, à l'appel d'une organisation politique, sur un mot d'ordre politique ? Je n'en ai pas de souvenir. Mais si je devais fouiller, je me reporterais aux plus chaudes heures de notre histoire : mai 1968, mai 1958. Une autre nouveauté doit être prise en considération. C'est la première fois qu'une campagne électorale se donne un tel moyen d'expression. C'est donc que cette campagne ne ressemble à aucune autre jusque-là. Et s'il en est ainsi c'est parce que jamais une campagne électorale n'a eu lieu dans un tel contexte. L'ampleur de la crise économique et financière en fait une crise politique. La preuve qui le montre et le résume est que, précisément, cet appel à la marche sur la Bastille connaît un grand succès d'enthousiasme. De partout il y a mobilisation, et les initiatives les plus diverses y préparent avec ardeur. De tous côtés, bien au-delà des cercles militants la date est connue et fait parler ! Cela montre qu'il y a une perception au niveau du grand nombre du caractère spécial du moment et que cela doit se traduire par des méthodes d'action qui y correspondent.

Le contenu de la marche est révolutionnaire. Il s'agit d'affirmer notre volonté de tourner la page des institutions actuelles et de passer à une nouvelle République. Une République sociale qui élargisse le champ de la démocratie en France. En ce sens il s'agit d'une insurrection citoyenne. Pacifique, calme, organisée, dirigée vers un objectif respectueux de la règle démocratique du vote au suffrage universel pluraliste. Une insurrection dont le rendez-vous opérationnel est le vote à l'élection présidentielle. Mais une insurrection. En quoi en est-ce une ? Le but et le moyen nous l'indiquent. Le but : le changement institutionnel. Le moyen : l'action du peuple lui-même se dressant contre un ordre inique. S'il en est ainsi c'est que nous partageons le constat de dangerosité du cadre actuel pour régler les problèmes urgents que le pays doit traiter. Le partage des richesses, la démocratie dans l'entreprise, la parité dans toutes les instances de représentation, la souveraineté populaire sur le parlement et de celui-ci sur toutes choses, ne peuvent être réalisés dans le cadre des institutions actuelles. Pire, celles-ci y font obstacle. Cette question ne concerne pas seulement le cadre national. Au contraire notre insurrection civique vise le pouvoir autoritaire qui s'impose à nous depuis les institutions actuelles de l'Union Européenne et contre lesquelles nous sommes rendus impuissants du fait de notre monarchie quinquennale. La gravité particulière et actuelle de la situation résulte de la signature du nouveau traité européen le premier mars dernier. Le gouvernement du pays consent  un renoncement à la souveraineté budgétaire du pays sans même l'excuse de la transférer à une autre instance démocratique. Cela permet de bien comprendre la légitimité de notre insurrection. La constitution de 1793 l'exprime bien : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

A vrai dire, la conduite de notre campagne fait de cette marche une étape à l'intérieur d'une séquence maîtrisée de longue main. Le Front de Gauche a été constitué comme l'instrument politique d'un projet. Je ne parle pas du contenu du programme « L'Humain d'abord » qui en est l'expression à une étape du parcours, celle qui commencerait concrètement avec notre gouvernement. Ce projet c'est d'assumer le sens du refus de 2005 face au projet de Constitution européenne devenu depuis le Traité de Lisbonne sous l'empire duquel nous vivons. C'est le projet d'un changement profond de la règle d'organisation de la société. L'actualité et l'importance d'un tel projet est démontrée par le sort subi par ceux qui ont accepté la règle du jeu actuelle. Il s'agit de la Grèce ! Mais aussi du Portugal, de l'Italie et de l'Espagne, pour ne citer que des voisins. Pour le futur de la France, il faut placer côte à côte le fait que les agences de notations veulent frapper notre pays et qu'un plan d'austérité terrible est programmé par le nouveau traité européen signé par Sarkozy. On devine ce qui attend notre pays s'il ne se prépare pas à résister et à contre attaquer, c'est-à-dire à proposer et à s'appliquer une autre règle du jeu.

J'ai promis, quelques lignes auparavant, un résumé de notre plan d'action dont la campagne présidentielle a été le cadre et l'instrument. Jusqu'en juin 2011 nous avons travaillé au rassemblement des forces de la gauche du « Non » autour d'un programme partagé et d'une candidature commune à l'élection présidentielle. Sur la place Stalingrad, le 29 juin dernier, nous avons lancé ce rassemblement. Puis nous l'avons développé jusqu'à la Fête de l'Humanité. Ce fut la période où le contenu du programme partagé a été bouclé et rendu public. Puis, tandis que se déroulait les primaires socialistes, nous avons ancré notre action sur le terrain. Nous avons permis que son contenu s'incruste dans le sol social du pays en organisant une diffusion massive du programme « L'Humain d'abord ». Ce fut le temps des premières assemblées citoyennes et des premiers meetings de popularisation. Nous sentions que la rencontre s'étendait en profondeur, que le discours touchait une masse de gens. Cette période nous a permis de faire comprendre notre différence d'approche avec le programme d'action du PS. Une démonstration argumentée a ainsi commencé à se diffuser. Elle a forgé des liens solides de convictions et de confiance. Nous avons alors avancé dans les esprits alors même que la tenue des primaires socialiste absorbait pourtant tout l'espace médiatique. Nous avons fini l'année avec le sentiment d'une force grandissante dont attestait déjà le niveau de participation à nos réunions et meetings.

En janvier, forts de cet ancrage, aidés par le succès de l'émission « Des paroles et des actes » sur France 2, nous avons lancé toute notre force dans la bataille contre l'extrême-droite. Compte tenu du processus d'extrême-droitisation dans lequel entrait alors l'UMP et son candidat, chaque pierre lancée atteignait deux cibles à la fois. Cette phase du combat nous permit de gagner en autorité et en confiance. L'affluence exceptionnelle à nos meetings, réunions et assemblées citoyennes, les soutiens financiers nous ont vite montré que nous avions franchi un nouveau pallier de mobilisation et de prise de conscience. L'évolution des propos de notre concurrent socialiste, les postures de notre adversaire de droite nous ont prouvé que le mouvement des esprits les conduisaient eux-mêmes à s'adapter et à valider notre tonalité, fusse à leur corps défendant. En se tirant une balle dans le pied sur le plateau de France 2 et en vacillant, puis en se faisant enfermer dans la position cruelle que l'on connaît sur le droit à l'avortement, la famille Le Pen nous a permis de prendre la main sur elle. Ce succès foudroyant sur le secteur où nous avions pris l'offensive et où nous étions pourtant presque seuls en lice nous a propulsé plus avant dans l'opinion. Et cela est depuis, une source supplémentaire de légitimité et de dynamique. C'est avec ces atouts en main que nous lançons l'étape suivante de notre marche. Le 18 mars est à la fois un point d'aboutissement de cette période et le point de départ de la suivante qu'il s'agit de porter à un plus haut niveau politique ! Celui de l'insurrection civique. A vous mes chers lecteurs de multiplier les initiatives de toutes tailles et de tous ordres pour rendre visibles et désirables l'insurrection que le 18 mars va impulser. A suivre ici et sur le site « place au peuple ».

Une fois n'est pas coutume et j'espère qu'il ne m'en voudra pas, je veux compléter le propos que je viens de tenir par un texte qui m'a paru bien résumer ce que j'aurais aimé dire et ce que je voudrais faire comprendre. Il s'agit de l'éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin paru dans « L'Humanité » du jeudi 8 mars dernier. Le titre résume bien le lien avec ce que je viens d'écrire : « Insurrection : acte I ».  Comme il y est question de moi, je prie mes lecteurs de me pardonner l'immodestie qu'il y a  dans ce « donné à voir », ici, au milieu de mes propres lignes. Voici le texte de cet éditorial.

« Nous avons allumé la lumière. » Prise isolément, cette phrase que Jean-Luc Mélenchon distille çà et là pour expliquer la démarche fondamentale et presque fondatrice du Front de Gauche peut paraître présomptueuse. Elle ne l'est pas. Héritiers que nous sommes d'une illustre tradition politique qui a toujours marié la justice à l'égalité et fiers – oui fiers ! – de notre axiome marxien adossé aux piliers des concepts républicains, nous entendons cette phrase du candidat à la présidentielle comme l'un des plus beaux symboles du renouveau "de la" politique. Celui du retour à "quelque chose" d'assez sacré : l'Idée. Mais aussi celui du début "d'autre chose" : une gauche à la main ferme. »

« Le peuple a de la mémoire. Alors que nous vivons le temps des remuements essentiels (la crise, le capitalisme, le développement, etc.), nous connaissons l'histoire contemporaine qui, trop souvent, a vu la gauche s'accommoder du "principe de réalité", provoquant ce que certains pouvaient considérer comme un éternel recommencement : une espérance suivie d'une déception… À moins de sept semaines du premier tour de l'élection présidentielle, cette hypothèque sur l'espoir semble levée par la dynamique et la crédibilité du Front de Gauche. Si nous n'aimons guère accorder trop de place aux logiques des sondages, néanmoins, les toutes dernières enquêtes d'opinion réchauffent le cœur et l'esprit et témoignent que le Front de Gauche vient de gravir une marche importante, comme nous le pressentions. Qu'on se le dise, le citoyen candidat Mélenchon vient en effet de franchir la barre des 10% d'intentions de vote ! La gauche de combat, soutenue par un corps électoral solide, est de retour ! Il était temps. Non ? »

« Ne le cachons pas. La verve et l'intelligence oratoire de Jean-Luc Mélenchon ne sont pas pour rien dans l'accélération de ce processus populaire, dont nous ne mesurons pas encore toutes les possibilités. Lui-même le répète à souhait : "Nous défendons des idées, pas un guide suprême ou un leader." Tous les artisans de la campagne du Front de Gauche présents sur le terrain peuvent en témoigner. Grâce à la diffusion dans le corps social d'un discours de très haute ampleur programmatique, associé à l'élaboration d'arguments offensifs qui ne cèdent plus un mètre de terrain à qui que ce soit, tout devient possible, y compris l'appropriation et la diffusion des idées. On ne s'indigne plus seulement, on propose, on politise. L'ambition est si énorme que nous en tremblons de désir. Pour la première fois depuis des lustres, une grande partie du peuple de gauche, jadis déçu, parfois désespéré parce que trahi par la mise en œuvre systématique d'une véritable pédagogie du renoncement, se sent de nouveau concernée. Ce n'était pas "la" politique qui les avait quittés, mais la confiance dans sa capacité à changer leurs vies. Ils savent désormais qu'ils ont un rôle à jouer… »

« Il y a du bonheur à réinventer l'à-venir. Le Front de Gauche, qui voit plus loin que l'horizon et affranchit ceux qui ont souffert d'années d'humiliations, a pour objectif de réveiller et/ou d'éveiller les consciences. En y parvenant, il redonne aussi de la dignité à tous les citoyens, il les aide à devenir eux-mêmes des acteurs d'idées et des propagateurs du bien commun. "Le Front de Gauche, c'est quelque chose de plus grand que nous", clame Mélenchon. Ce quelque chose porte un nom : la révolution citoyenne. Et une méthode : l'insurrection civique. Nous en vivons l'acte I. Tôt ou tard, par la Raison et le Combat, cette insurrection bousculera puis renversera l'hégémonie de la gauche gestionnaire. Oui, la lumière est allumée ! » Merci pour ce résumé si bien dit de ce que nous pensons tous qui nous assemblons de meeting en meeting, de réunions en réunions, de collages en tractages !

Le PS et le Mouvement de Jean Pierre Chevènement ont annoncé avoir signé un « contrat de législature » qui « fonde leur alliance pour 2012 ». On connaît donc le choix de Chevènement un mois après le retrait de sa candidature. Ce n'est pas un accord de coin de table. En effet cet « accord politique et électoral constitue le contrat de législature entre les deux partis et fonde leur alliance pour 2012 ». La centralité de la question  européenne avait déjà été rangée au magasin des accessoires en 2007. Il en est de même cette fois-ci. Un flot de bonnes et saines pensées contre le capitalisme et les autres malheurs du temps garnissent utilement la capitulation sans condition de l'ancienne sentinelle inflexible. Du refus de l'Europe du Traité de Lisbonne, il ne reste que d'émouvants et dérisoires coups de menton favorables à « une parité monétaire plus juste », « un soutien prioritaire à l'investissement et à la recherche pour les PME » et à « une politique de croissance (…) à l'échelle européenne ».

Bien-sûr le PS et le MRC conviennent que le traité récemment conclu est "inacceptable" et "doit être renégocié". Avec le président François Hollande c'est comme si c'était fait. Il s'est bien gardé de leur préciser que son porte-parole a déjà bien expliqué qu'il ne s'agira pas d'un nouveau traité mais d'un texte additif se prononçant en faveur de la croissance. Mais peut-être les chevènementistes n'avaient-ils pas envie de le savoir ou bien même le savaient-ils déjà. Après qu'ils ont rappelé leur opposition à Maastricht, le document ouvre une nouvelle étape qui gomme la précédente. Il déclare que les deux partis « doivent approfondir ensemble leur vision de l'Europe ». Il est temps en effet "d'approfondir la vision", deux mois avant de gouverner ensemble et après qu'on a passé six ans à cela depuis 2005 ! Mais précisément, c'est tout cela qui est fini. Car le texte se propose "d'approfondir la réflexion" jusqu'à un niveau de profondeur  inouï : « en dépassant les oppositions du passé ». Pour moi l'opposition du passé ne peut se régler que sur une seule base : le respect de la décision du vote des français. Mais Hollande ne veut pas de référendum sur le nouveau traité. Et Jean-Pierre Chevènement, docilement, n'en parle plus. 

L'autre volet des reniements est, par contre-coup pour les alliés écolos du Parti socialiste. Car Hollande et son allié se prononcent « pour une politique énergétique innovante en matière d'énergies renouvelables, et vigoureuse en matière d'économies d'énergie ». Ce qui est excellent, mais ne mange pas de pain. Car le même document précise le point de vue du parti de Jean-Pierre Chevènement. Celui-ci estime « qu'il ne doit pas être porté atteinte à notre industrie nucléaire et à ses capacités, à ses yeux garantes d'une électricité moins chère et moins polluante ». Comment cela est-il conciliable avec un accord de législature qui l'unit par ailleurs à des gens qui pensent exactement le contraire ? Une telle ratatouille est servie à la veille du premier anniversaire de la catastrophe de Fukushima. Nous n'en tirons donc pas du tout la même conclusion. Car un an après avoir commencé, les effets de la catastrophe nucléaire de Fukushima durent toujours. Cela devrait suffire à montrer l'urgence d'un débat honnête en France sur l'énergie et plus globalement sur la transition énergétique. Et il doit être tranché par le peuple souverain, notamment sur le nucléaire, par référendum. Le Front de Gauche est le seul à le proposer. Je déplore que l'UMP, le FN et le Parti socialiste le refusent. Mais je regrette surtout que l'accord de législature entre le PS et Jean-Pierre Chevènement n'en dise mot. L'importance du sujet devrait interdire que des accords politiciens se substituent au débat public sur le fond et au vote démocratique. Je n'en apprécie que davantage la déclaration de Paul Ariès en faveur de la candidature commune du Front de Gauche. Car s'il est vrai que nous ne sommes pas d'accord sur bien des points, il n'en reste pas moins que notre position ne demande à personne de renoncer à ses convictions ni au moyen de les voir l'emporter. 

Au final, cet accord fonctionne comme une caricature de la "Gauche plurielle". Car à l'époque on pouvait penser que l'on avait fait pour le mieux en juxtaposant les programmes. Il est vrai aussi qu'on n'avait guère eu le temps de faire autre chose du fait de la dissolution surprise de l'Assemblée Nationale décidée par Chirac. Mais aujourd'hui on a l'expérience des inconvénients de cette méthode. Recommencer une erreur de méthode de sang-froid c'est seulement signaler qu'on est intéressé à obtenir le même résultat. Lequel ? Donner les pleins pouvoirs au parti qui dirige le gouvernement. C'est d'autant plus pitoyable que cette fois-ci le programme ne prévoit aucune sorte de conquête sociale comparable aux 35 heures ou à la CMU, ni aucune conquête institutionnelle comparable à la parité comme ce fut le cas avec le programme de Lionel Jospin.

Du passage de Nicolas Sarkozy dans l'émission « Des paroles et des actes » mercredi, on ne semble avoir retenu trois jours après que ses regrets d'avoir fêté sa victoire au Fouquet's et passé ses vacances sur le yacht de Bolloré. Pourtant, au milieu de ce numéro de repentance très convenu, Sarkozy a fait plusieurs déclarations et propositions qui méritent d'être prises très au sérieux. Elles dessinent un programme du candidat Sarkozy assez sinistre.  Il a notamment annoncé le plus grand plan social de ce début d'année en programmant une nouvelle hémorragie de 40 000 emplois publics. Mais dans les collectivités locales. Sans que cela n'ait visiblement ému grand monde, notamment chez les socialistes, pourtant concernés au premier chef. Personne ne sait d'ailleurs comment Nicolas Sarkozy compte s'y prendre pour qu'un gouvernement supprime ainsi des postes dans les collectivités locales qui gèrent leur propre personnel. Il a d'ailleurs aussi indiqué qu'il allait plus largement « poursuivre la réduction des effectifs de la fonction publique ». Les 150 000 postes supprimés depuis cinq ans ne sont donc qu'un début.

Sarkozy a aussi prévu de poursuivre sa thérapie de choc libérale en intensifiant sa chasse aux "assistés". Il n'a évidemment pas parlé des fraudeurs du fisc que le gouvernement exonère régulièrement de poursuites pénales, surtout s'ils ont beaucoup fraudé. C'est un des constats inouïs du dernier rapport de la Cour des comptes : plus vous volez le fisc moins vous avez de chance d'être poursuivi pénalement ! D'ailleurs Sarkozy a bien rappelé qu'« il n'y a pas eu de cadeaux aux riches ». Ceux qu'il a désignés comme assistés sont les bénéficiaires du RSA dit "socle ". C'est-à-dire ceux qui ne travaillent pas. Pour une personne seule, c'est 475 euros par mois.  Deux fois moins que le seuil de pauvreté. Pour eux, Sarkozy propose de généraliser un travail forcé dit d'intérêt général de 7h hebdomadaire. Jusque-là, le "travail d'intérêt général" désignait une sanction pénale. Personne ne sait d'ailleurs dans quels secteurs devra s'exercer ce travail forcé, et avec quel encadrement. Les gestionnaires du RSA, c'est-à-dire les départements vont ainsi devoir gérer le travail forcé d'un million et demi de personnes. Et le projet UMP précise que des pénalités de 100 euros par mois seront appliquées à ceux qui refuseront le travail forcé. Avec les suppressions de postes prévues par Sarkozy dans les collectivités locales, cela promet ! A moins que le président candidat n'ait justement prévu de faire exercer certaines fonctions des collectivités par les bénéficiaires du RSA.

Ce soir-là, les immigrés étaient aussi dans le collimateur de Sarkozy. L'extrême-droitisation de son discours est désormais très avancée. Il a d'abord affirmé : « Si on ne maîtrise pas l'immigration, est-ce qu'on ne va pas à la faillite ? » Comme Mme Le Pen, il ignore l'étude que l'université de Lille a réalisée pour son gouvernement en 2009 et qui conclut que les étrangers rapportent 12 milliards par an aux comptes publics. Ils touchent en effet pour 48 milliards de prestations chaque année mais reversent 60 milliards en impôts et cotisations. Sarkozy a poursuivi ainsi : « Nous avons trop d'étrangers sur notre territoire et nous devons en accueillir moins ». Exactement ce que raconte Marine Le Pen. Et pourtant il y a moins d'étrangers aujourd'hui en France (5,8 % de la population) qu'il n'y en avait en 1975 (6,5 %) et en 1990 (6,3 %) ! Mais Sarkozy pense pourtant que « nous devons diviser par deux le nombre d'étrangers que nous accueillons ». Marine Le Pen va encore plus loin et propose de ramener ce nombre à 10 000 entrées par an. Mais ni l'un ni l'autre ne dit comment il compte s'y prendre. 65 000 entrées concernent chaque année des ressortissants européens. Marine Le Pen compte-t-elle interdire aux européens d'entrer en France ? Et ce n'est pas tout. Chaque année, autour de 50 000 entrées concernent des étrangers membres de la famille d'un Français, que ce dernier fait venir. Là aussi comment Sarkozy et Le Pen comptent-ils s'y prendre ? Vont-ils interdire à des milliers de Français de vivre en famille ? Enfin, 50 000 autres entrées concernent des étudiants. Comment y renoncer ? Faut-il rappeler le nombre d'étudiants étrangers qui deviennent des prix Nobel, des médailles Fields ou des médailles d'or du CNRS ? Ont-ils entendu parler du dernier prix Nobel de médecine, Jules Hoffmann, qui était un étudiant étranger avant de devenir français ?

Mais il y a plus odieux encore. C'est la volonté annoncée de Sarkozy de limiter l'accès des étrangers au minimum vieillesse et au RSA. Il a fixé les conditions suivantes : 10 ans de résidence régulière en France et au moins 5 ans de travail. Le caractère universel des droits serait ainsi sabordé. On exigerait des étrangers beaucoup plus que des français pour accéder à des droits sociaux fondamentaux. Les étrangers payent pourtant les mêmes impôts et cotisations que les français. Cette "discrimination", car c'est bien cela que Sarkozy veut institutionnaliser,  est une brèche vers la préférence nationale défendue par le FN. Dès le lendemain Louis Alliot, numéro 2 du FN, s'est d'ailleurs empressé sur « France Inter » de remarquer que Nicolas Sarkozy proposait de légaliser la préférence nationale. Car en effet, celle-ci est aujourd'hui contraire à la loi et même à la constitution qui garantit l'égalité en droits quelle que soit l'origine des personnes.
 


1  138 commentaires à “L’insurrection c’est maintenant”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. Basbousa dit :

    Bravo à Jean-Luc Mélenchon ! Quel orateur, quelle sincerité,quelle assurance,tout ça parcequ'on sent la vérité,chèr Jean-Luc Mélenchon c'est un plaisir de vous écouter et vous voir à travers les radios et tv.et pourtant les médias,à la botte du monarque,de crainte qu'il les licencie,ne vous accorde pas autant d'heures d'antenne que les autres. Maintenant je suis fière d'être Française, j'attends avec impatience hélas vos rares passages à la tv,en me demandant à quelle sauce allez-vous "manger"vos détracteursJ'aimerais adhérer à votre parti et quelle somme dois-je envoyer car j'enverrai le triple

  2. Invisible dit :

    Merci webmestre pour cette règle du jeu sur les pseudo. M'étant fait éjectée à un moment donné, j'ai eu recours à un changement de pseudo, mais je suis contente de voir que de nouveau, un certain nombre de mes commentaires réussissent à franchir le filtre.
    Un truc que je me demande : serait-il possible que vous vissiez les commentaires s'écrire avant même que nous ayions cliqué sur la toucher Valider ? Souvent j'ai l'impression que mon message se volatilise du fait de son contenu. Ma fais-je des imaginations ?

  3. J-jour dit :

    Entièrement d'accord avec vous, Dunizel, c'est comme s'il nous donnait à voir l'image d'un puzzle bientôt complète. Et l'écoute du public auvergnat a été exceptionnelle, comme il a été déjà souligné ici, de même que le dévouement et travail de combien pour rendre tout cela audible et visible.
    Merci pour le petit mot répondant à certains angoissés dont j'étais. :-)

  4. Tiago_Jaïme dit :

    @cultive ton jardin 849
    Il n'y a pas 56% de français qui spéculent sur l'immobilier. Ce chiffre est beaucoup, beaucoup plus bas.

    Moi je n'ai pas dit que les 56% de propriétaires de leur résidence principal spéculaient. mais c'est un fait presque effrayant... pour acheter il faut presque déjà être propriétaire. Un peu comme Nicolas Sarkozy qui essaie de nous dire que pour être président de la France, il faut déjà l'avoir été!
    Je soulignais l'écart grandissant de richesse entre celui qui est propriétaire,qui a du capital et celui qui n'a rien.
    Il va falloir arrêter de faire l'autruche parce que c'est au nom des planteurs de patates à l'ile de Ré qui ne peuvent pas payer l'isf que l'on ne taxe pas les plus values monstrueuses des spéculateurs sur l'immobilier, en plus souvent bénéficiaires de niches fiscales.
    Parce qu'il faut faire court ici. Voici l'exemple que je donne depuis des années(2005)
    En 1995 nous sommes voisins de palier, travailleurs au smic à 1000€ net, on se lève tot et on bosse dur.Et toi tu as cent mille euros que je n'ai pas, que tu investis dans l'achat d'un appart.
    En 2002 ton appart acheté 100mille vaut 200 mille. Notre écart de richesse a doublé.
    Que représentent ces 100 mille € que tu as gagné disons en 8ans (et dont tu n'as pas vraiment vu la couleur mais qui sont bien là) ET bien c'est comme si l'on t'avait versé mille € par mois tous les mois pendant 8 ans, c'est dire l'équivalent chaque mois de notre smic mensuel de mille...

  5. hallaiwa dit :

    Je suis enthousiaste sur le programme du Front de gauche et je veux dire merci pour cet espoir rendu aux gens qui sont vraiment de gauche et se désespèrent depuis longtemps d'entendre parler des "socialistes" comme seuls représentants de la gauche dans les médias audiovisuels en particulier. D'où la nécessité de voter massivement pour vous, et peut-être plus encore pour les candidats du Front de gauche aux Législatives. Effectivement le Parti Socialiste est loin d'offrir la moindre garantie de politique de gauche s'il arrive au pouvoir. Il faut qu'ils aient besoin du Front à l'assemblée. Mais je vois les réticences de certains de mes amis pourtant bien de gauche quand à votre agressivité, votre "colère", même si je considère qu'elle représente bien ce qui se passe dans le pays chez ceux à qui on donne si peu la parole. Par contre, j'ai été quand même choquée de vous entendre dire "je hais les gens qui" (au sujet des évasions fiscales) alors que par ailleurs vous appelez de façon si heureuse à la solidarité, la coopération, la fraternité, etc. J'ai vu que vous avez été prof de philo et journaliste, alors pourquoi utiliser de tels mots comme candidat? Y a t-il place pour une quelconque haine? C'est à mon avis de docteur en sciences de l'information une grande erreur que de se laisser aller à de tels termes. Mais merci de votre engagement et de la façon dont vous rappelez que vous êtes avant tout le représentant d'un Mouvement.

  6. aae dit :

    Origine du "Je jetterai la clé de l'Élysée..."
    http://presidentielle-2012.lesinrocks.com/2012/03/11/melenchon-je-jetterai-la-cle-de-lelysee-dans-la-seine/
    Où on voit qu'il s'agit plus d'une attitude vis-àvis du pouvoir et de l'ambition personnelle qu'un programme politique défini...

  7. Yaltane dit :

    @ 785 - jeanmarc
    Si on veut le faire (un accès ciblé par thème aux vidéos où M. Mélenchon explique), il ne faut pas attendre.
    Si le webmestre de placeaupeuple en est d'accord je pense que c'est sur ce site qu'il sera bon d'ajouter une page où trouver les "bouts de vidéo" voire les bouts de texte, qui traitent précisément de tel ou tel thème.
    Ce sont ces prises de position, claires et aux antipodes du baragouin politicofumigène qui a dégouté l'immense majorité d'entre nous en quelques décennies, qui finiront de convaincre. Mais tout le monde n'a pas le temps de visionner des heures et des heures de vidéos - et encore faut-il les trouver, les vid'-
    Je propose que tous ceux qui se sentent de participer, en visionnant et/ou en développant (programmant) se fassent connaitre à cette adresse que je viens de créer pour l'occaz :
    [... Edit webmestre : Pas d'email sur ce blog !]
    Si on est suffisamment nombreux c'est jouable.
    Je rejoins Paris samedi et je ne sais pas encore comment je reviendrai.
    Sauf à trouver d'autres développeurs/développeuzes il faudra donc attendre la fin de la semaine prochaine pour avoir l'appli (je pense qu'en deux jours c'est plié).
    Résistance !

    [Edit webmestre : Je ne comprends pas de quoi vous parlez, ce que le webmestre de "placeaupeuple" a à voir avec ce blog ni ce que vous avec en tête, mais ne perdez pas votre temps. Ce blog n'a pas vocation à accueillir vos bidouilles]

  8. Michel Berdagué dit :

    Notre Programme prend tout son sens dans ce qu'il a de plus ouvert et dynamique.Ce n'est pas un Programme à mettre dans sa poche avec un mouchoir dessus et attendre les prochains délires des promesses : il est révolutionnaire de citoyenneté donc en permanence à améliorer et ajuster au plus près du réel de la réalité.
    Oui l'articulation de la Planification écologique ne peut que se concevoir avec la Révolution Citoyenne et permanente pour un -des passage-s culturel-s.
    Parmi ceux-ci :le fétichisme de la marchandise,se placer face à l'objet et lequel ?-qualité,utilité,beau et écologique, le fétichisme de l'argent déifié à tel point que les valeurs sont faussées, le fétichisme de l'image stratosphérisée mondialisé dans une uniformité confondante où la pensée unique se bloque en fin d'histoire en travaillant plus pour ne plus penser, Hier soir au Zénith notre Porte-Parole,Candidat/Camarade a offert une perspective d'engagement de notre Humanité dans notre espace que ce n'est pas seulement la population de l'Hexagone qui est concernée,mais les milliards d'êtres humains à être déterminés et responsables et impliqués à prendre la Parole Debout.
    Bravo à tous les Fronts de Gauche qui vont s'épanouir sur notre si belle planête débarassée des spéculateurs véreux,individualistes,mortifères et contre les plus de 99,999%

  9. Nicolas VDR dit :

    Les médias, par leur silence sur la progression évidente de notre mouvement et notre campagne aggravent leur cas de jour en jour et j'espère que nous sauront tous nous en souvenir en temps utile et faire le ménage qui s'impose car la situation démocratique de notre Pays est gravissime.

  10. CN46400 dit :

    @ 856

    Ton raisonnement est bon sauf que si tu possède, et habite, un logement dans une région économiquement sinistrée, t'es guère plus avancé que ton voisin locataire!
    Au passage, je suis surpris que personne ne rappelle qu'en 2007, Sarko et Ségolène avait promis l'introduction des prêts hypothéquaires en France.

  11. vnr dit :

    Mouarf Sarko sur TF1 proposait la même chose que vous en matière d'évasion fiscale tout en faisant croire que c'est son idée et pas celle du FdG. Pas mal, on avance :-)
    Rdv dimanche !

  12. JaB dit :

    Je lisais une harangue libérale outrée de la course à l’impôt qui serait contre productive. Etaient prises en exemple des paroles de salariés, en particulier de commerciaux disant : "A quoi ça sert de se démener si c‘est pour que ça parte aux impôts ?". Hum ? Voilà le cœur de l’affaire ! Le sentiment bien ancré, que l’impôt est une confiscation. C’est vrai qu’à sa sonorité chacun d’entre nous s’enfuit Je ne nous blâmerai pas, vu la manière dont sont aujourd’hui détournées nos contributions. Il est grand temps que la VIe et sa nouvelle constituante puissent remettre de l’ordre dans tout çà avec un regard et des décisions populaires pour une planification écologique ! Bref, mais cela n’empêche pas le ressenti de ce mot. J’en recherche ses synonymes pour le remplacer par un mot plus en correspondance de sens à ce qu’il permet dans la construction d’une société ! Et magique, dans ses synonymes j’y découvre : Acquit ! Un acquit c’est un reçu, un mot qui donne une toute autre symbolique puisqu’il est une acquisition, un bien que l’on possède en retour, une construction. Une des premières décisions de la VIe serait de changer cette appellation mortifère d’impôt, par Acquit. C’est pas grand chose.. mais çà peut faire beaucoup ! C’était ma réflexion du matin. Qu’en pensez-vous ?

  13. redline69 dit :

    Malgré les magouilles journalistes et des sondeurs, les résultats montrent une progression net de l'écoute du programme du FdG.
    l'important reste la dynamique. en continuant à renforcer la télé de gauche comme outil de communication direct avec l'opinion, on démontre notre capacité à développer les thèses de gauche inédites et crédibles.
    j'ai appris que 40 millions auraient maintenant internet ! il est arrivé le temps ou le média populaire va pouvoir parler directement et sans passer par les essoreuses à salade que sont les barbier and co...
    l'important pour chaque électeur est d'avoir le courage de dire basta aux partis classiques qui les entrainent dans la même soupe politique du libéralisme de copains et de coquins.
    beaucoup ont ouvert les yeux sur le tripatouillages de miss Duflot avec Hollande sur le dos de Mme Joly (une femme pour lequel nous avons du respect) mais trop c'est trop ! les militants du socialisme sont en train d'être manipulés par hollande et ses amis pour verser dans un système européiste fédéral oubliant la démocratie et le vote ! çà parfaitement été dit dans l'émission de Ardisson avec ce spécialiste de l'europe qui montre les usages en cours pour contourner la démocratie.
    petit à petit, on instille le fait que plus rien ne pourrait être changer sous pretexte que mme Merkel ne veut rien d'autres que des salaires à 1 euros de l'heure...cette europe est une honte ! cette europe fabrique la précarité ! elle finira par produire des guerres...
    Vive le FdG comme vision révolutionnaire remettant l'Humain d'abord !

  14. Menjine dit :

    Les copains,
    Il ne me semble pas qu'il faille opposer "propriétaires" et locataires.
    Quand on rembourse son crédit on est locataire de la banque et parfois quand on a fini de le payer on a "doublé" le prix d'achat par la somme des intérêts.
    Ensuite on paye la maison de retraite qui vous coûte parfois le double de votre pension et si vous étiez propriétaire de votre logement vos enfants remboursent ce qui a été avancé.
    Donc au bout du compte le locataire et le propriétaire recommencent tous deux à zéro ! en tous les cas aucune spéculation, ni aucun profit indu, car pour faire du profit il faudrait que la maison n'ait qu'une valeur d'échange sur le marché de l'immobilier et pas de valeur d'usage, or pour la plupart d'entre nous, on a l'usage et uniquement l'usage d'une maison : on y vit, on l'entretient, on en paye les charges etc...
    Le statut "juridique" locataire ou propriétaire, l'opposition locataire/propriétaire, est un leurre de plus: la maison satisfait des besoins pour nous tous,il n'y a que pour certains en très petit nombre qu'elle n'est qu'"une marchandise", et elle ne l'est pour nous que quand on a besoin de déménager pour se loger ailleurs.
    Entre moi, propriétaire de ma maison et mon voisin locataire de la sienne pas de grande distance. Entre nous et le promoteur une distance incommensurable.

  15. redline69 dit :

    "En meeting à Strasbourg, la candidate EELV a assuré mercredi qu'elle irait jusqu'au bout"

    mais jusqu'au bout de quoi ! d'un ralliement au thèse de FH sans pouvoir tenir une politique clair sur l'écologie (le sujet abordé dans le dernier meeting de notre candidat). en effet, Jean-Luc Mélenchon est beaucoup plus clair dans son offre écologique et cela en adéquation avec la plupart des écolos du moment.
    d'abord l'articulation de l'écologie dans l'ensemble du programme permet de définir des objectifs !
    celui de mme Joly n'est limité qu'a l'offre bien pauvre de FH dans les accords qu'ils ont signés pour ce partager les fauteuils et ensuite continuer comme sous sarko.
    les écolos qui voteront massivement pour FdG seront assurés qu'il y a bien plus dans l'Humain d'abord que sur le morceau de papier de mme Duflot.
    les sondeurs ayant peur de passer pour des guignols semblent présenter des chiffres en progression ! on monte dans l'opinion ! les gens nous entendent, ils ont confiance par le sérieux de la politique l'humain d'abord et c'est très bien !
    Rassemblement à Gauche sur le Front de Gauche ! le Vote utile est une supercherie pour manipuler les électeurs et les maintenir sous pression.
    Libérez-vous de vos chaines ! et osez votez pour un programme ambitieux et valable...

  16. Dauphinoise dit :

    Ayéééé je viens de regarder le meeting de Clermont-Ferrand (dont je regrette de ne pas avoir vu l'intervention de André Chassaigne mais peut-être sera-t-elle mise en ligne par le PC).
    Épatant de clarté et de pédagogie, comme toujours, mais aussi d'humour. J'y peux rien mais j'ai beaucoup ri avec le débat dans les cantines au sujet des frites molles !
    Plus sérieusement, j'ai beaucoup apprécié le thème sur la recherche fondamentale indispensable. C'est un combat que j'ai mené, avec beaucoup d'autres à) l'époque [mais ce n'était pas relayé par les médias] en 1998 suite au plan Allègre et au rapport Attali. Déjà, il était question de favoriser la recherche appliquée aux entreprises au détriment de la recherche fondamentale. Ce qui montre bien ce qu'était déjà le PS !
    Dimanche je regarderai avec grand plaisir la transmission du meeting place de la Bastille et j'attends avec grande impatience celui de Marseille !
    On lâche rien ! (c'est depuis des mois ma sonnerie de téléphone ce qui amuse beaucoup ceux qui connaissent et me connaissent)

  17. CN46400 dit :

    @ 863

    Evidemment, l'atlantisme du PS est incommensurable, il n'est même pas sûr qu'en 2003, Jospin, s'il avait été élu en 2002, aurait refusé l'aventure irakienne de Bush? Pourtant, pas besoin de Nostradamus pour prévoir que l'OTAN risque de nous entrainer dans des aventures "merdiques".

    Mais que penser du vote des parlementaires PS (Hollande compris) contre la réintégration décidée par Sarko, si Hollande ne propose plus la sortie?

  18. Alexandre Karell dit :

    Cher Monsieur Mélenchon,
    Universitaire, homme de l'ombre dans certaines campagnes du passé et ayant exercé des fonctions
    de gouvernance à l'université, j'ai été extrêmement choqué par la brutalité avec laquelle le pouvoir actuel a dramatiquement détruit notre système d'enseignement supérieur et de recherche ces quatre dernières années, en provoquant un gâchis financier et humain total. En opposition avec cette politique imposée par le pouvoir central, qui n'avait jamais ainsi étranglé les universités par le passé, dans ce qu'il appelle non sans une certaine ironie déplacée "autonomie", qui consiste à donner les plein pouvoirs aux services administratifs au mépris total des enseignant-chercheurs, dans une logique libérale absurde en contradiction avec l'esprit même de l'indépendance et la mission de l'universitaire, n'ayant pas pour ma part les moyens d'empêcher cette évolution stupide, j'ai finalement démissionné de mes mandats.
    Mr Sarkozy se félicite de sa réforme des universités, et tout semble indiquer que Mr Hollande la reprendrait bien à son compte à lui, ce qui se passe de tout commentaire.
    En passant hier soir devant une station "Total" et voyant le prix de l'essence affiché, scandaleusement élevé, je me suis dit d'abord que les moins aisés qui n'ont pas d'autre choix que d'utiliser leur véhicule pour aller travailler, devaient avoir d"énormes difficultés, et donc qu'il serait grand temps de nationaliser cette entreprise. En effet, les bénéfices nets réalisés par cette compagnie correspondent à eux tout seul en une année au budget alloué par le grand emprunt aux universités sur 4 ans, dont la méthode de re-distribution est un non sens totalement absurde.
    Voilà en vrac quelques éléments de réflexion.

    Bien...

  19. thery dit :

    Bonjour
    868 redline 69
    C'est vrai qu'internet va ouvrir les yeux de beaucoup car info direct sans trop de manip politicarde ? bien que méfions nous parce-qu’en face c'est des bons dans le domaine du passe,passe,ni vu ni connu embrouille et a ce sujet j’appréhende le vote (électronique) là j'ai une réticence énorme! celui qui est au pouvoir fera pression sur le créateur du programme car le problème du verrouillage c'est du pipo aucune garantie, aucune !

  20. JR84 dit :

    Pour être le plus crédible possible, les entreprises sondagières se doivent d'être plus proche de la réalité au fur et à mesure de l'avancement de la campagne. C'est pourquoi, hier nous passions le cap fatidique du score à deux chiffres (10%) et qu'aujourd'hui ça grimpe à la vitesse du TGV (11%). Pour mon compte personnel, je pense qu'on est bien en deçà des scores annoncés. N'oublions pas que l'oligarchie ne souhaite pas faire savoir qu'elle perd chaque jour un peu plus, alors pour enfumer on balance des résultats qui confortent le bi-partisme afin de rassurer les marchés. Ne nous laissons pas aveugler, les foules nombreuses à nos meetings sont notre seul point de repère et nous sommes de plus en plus nombreux à rejoindre les rangs du Front de Gauche. Nous devons devancer le PS et devenir la 1ère force à Gauche. " Prenons le Pouvoir ! "

  21. Michel matain dit :

    Depuis septembre, les sondages nous augmentaient d'un pour cent par mois. Péniblement nous avons grimpé de 5 à 9 %. Nous venons de passer au rythme d'un pour cent d'augmentation par semaine. Nous sommes à 11 % et il reste cinq semaines...

  22. sergio dit :

    Encore un rassemblement réussi magnifiquement !
    Sauf, que, comme le dit "de passage-54", les médias étouffent et minorent au maximum les vrais chiffres et événements créés par le FdG. Il y a un martèlement de chiffres bidon, ceux des sondages-enfumages ridicules -11 % - qui conditionnent, ainsi que des commentaires qui dénigrent, mais il y a aussi une censure tenace des chiffres de mobilisation écrasante en faveur de notre candidat à chaque fois, sans parler des idées.Tout se tient chez TéléBouygues et rouleau-Hersant et sofres-parisot.
    Pour la planification écologique, un petit bémol : quand Jean-Luc donne l'exemple pour le rejet du "productivisme", des deux voitures par couple, ou trois par famille, son raccourci peut inquiéter des millions de gens vivant dans des régions enclavées et faiblement urbanisées. Les voitures ne sont plus un choix mais un "outil" de travail et un "moyen" de vie pour chacun : les emplois du temps ne se superposent pas ni les activités hors boulot.
    On disait de René Dumont qu'il refusait de conduire mais était ravi qu'après une réunion politique le soir, on lui propose de le ramerner en voiture. Covoiturage sympa mais aussi limites des positions écolos aussi.
    Que plus tard, dans une campagne réhabilitée par l'agriculture patiente et rehabitée par les multiples métiers connexes, les déplacements et les motivations évoluent, d'accord, mais il faudra du temps
    Offrir à chacun ou à chaque ville, un matériel technologique correct, performant n'est pas anti-social. L'énergie nucléaire, en revanche, l'est ! Il y aura donc des nuances à apporter dans nos contacts ; c'est normal.
    Jean-Luc a en tout cas donné un nouveau souffle à la campagne par cette ouverture écologique. Bravo à lui et à l'équipe politique du Front de...

  23. Denys dit :

    Attention ! Gare à l'emballement! Ce n'est pas parce que les sondages nous donnent de meilleurs résultats que la suite coule d'elle même. Méfions nous toujours des arrières pensées de nos adversaires (et de nos concurrents). Continuons le grand débat que nous avons installé dans notre pays. Même si un "miracle" se produit le 22 avril, le combat sera encore rude! Et souvenons nous de Chevènement en 2002, donné à un moment à 17% et terminant à 5,3%...

  24. georges dit :

    Notre Dette est Verte, notre règle d'or est Verte, le printemps est à notre porte il annonce du beau du bon et le meilleur. Toutes et tous ensemble pour forger un avenir meilleur.Clermont ferrand nous a gratifié hier soir avec cette belle assemblée et nos trois orateurs de charme merci ! La marche a commencé la révolution citoyenne est à notre porte, "Allons...

  25. Dunizel dit :

    @ Alexandre Karell
    Bienvenue à vous ! Je pense que vous trouverez dans le front de gauche de très nombreuses têtes dures qui sont aussi choquées que vous ! Mais qui sont sorties de la torpeur médiocratique !

  26. Claude DELORME dit :

    L'écologie politique c'est : la planification écologique, la règle verte, le référendum pour sortir du nucléaire
    Quant aux écologistes EEV, ils ont été à la soupe, ils vont boire le bouillon...

  27. steph dit :

    Lisez Tiago_Jaïme 857. Il a tout à fait raison ; je me tue moi-même à répéter la même chose autour de mois depuis des années.
    Je reprends son exemple en le complétant pour pexpliciter encore plus.
    En 1995 nous sommes voisins de palier en région parisienne, travailleurs au smic à 1000€ net, on se lève tot et on bosse dur.Et toi tu as cent mille euros que je n'ai pas, que tu investis dans l'achat d'un appart. Moi je reste locataire.
    En 2002 ton appart acheté 100mille vaut 200mille. Tu le revends. Nous sommes de nouveau tous les deux locataires de notre logement, mais tu as épargné 100000 euros sans rien faire et moi presque rien. 100000 euros en 7 ans, cela fait une épargne de 1000 euros par mois en dormant ! Qui peut économiser 1000 euros par mois par son travail ?
    Oui, cette affaire est proprement scandaleuse et mérite l'attention des personnes de gauche.

  28. à JR84 je dirai que nous avons un autre point de repère, outre l'affluence aux meetings, c'est l'accueil des "gens" aux boitages et aux tractages.. nous avons des refus, certes, mais enfin combien d'accueil complices et d'autres à bras ouverts... Il y a des signes qui ne trompent pas. Les veux militants savent bien ce qu'est une campagne qui marche et une campagne qui ne marche pas.

  29. ddmm dit :

    Parcourant le site 20minutes.fr, un lien me renvoie sur une vidéo de JL.Mélenchon de 2009.
    Ce lien dirige sur le site de l’UMP (désolé). Bien entendu cette vidéo n’a pas pour l’UMP d’autre but que de nuire à F.Hollande.
    Dans cette vidéo Jean-Luc Mélenchon parle des « façons de faire » de F.Hollande.
    Cela conforte bien l’impression que beaucoup ont déjà sur lui, avec tous les flous artistiques qui entourent le personnage.
    L’UMP espère qu’avec ça, certains électeurs tentés par FH voteront finalement Sarko.
    Je pense que d’autres tentés par le vote à gauche, voteront finalement pour Jean-Luc Mélenchon. Les socialistes sont au Front de Gauche !

  30. claude wallart dit :

    Les camarades d'Arcelor Mittal sont à Paris ce jour : contre eux les CRS, portes fermées du QG de Sarkozy....
    J'aimerais les voir ce dimanche avec nous, leur place est parmi nous.

  31. Antigone 34 dit :

    @882 Denys
    Vous ne pouvez pas comparer la candidature de Chevènement en 2002 et aujourd'hui le FdG. Les conditions étaient radicalemnt différentes et nous n'avions pas un rassemblement de la gauche antililérale. Il y a avait un Bensancenot très médiatique et beaucoup n'avaient pas encore compris que le PS était un parti démocrate libéral comme cela s'est vérifié avec le vote au NON et la capitulation de Versailles. Les Verts n'avaient pas encore été satellisées pas le PS. Et le PS n'avait pas un candidat aussi peu charismatique et par défaut comme Hollande . Jospin faisait malgré ses grandes erreurs, encore illusion, il avait l'air moins traitre que Hollande. Donc toutes ces voix se sont éparpillées à l'époque. Ici ce qui est radicalement nouveau, c'est que par nos options et la clarté des positions défendues par JL Mélenchon, nous rassemblons la gauche, les abstentionnistes et au- delà. On peut parfaitement aujourdhui, non seulement maintenir notre base, mais l'amplifier. Redescendre semble tout simplement impensable. On est en route pour passer devant le PS comme la première force de gauche ce qui est logique après tout.

  32. henri dit :

    Nous pénétrons dans tous les foyers et parfois nous n'en sommes pas conscients. Hier soir mon épouse est allée rendre visite à une ancienne collègue de travail qui est en invalidité pour dépression nerveuse comme mon épouse et travaillant dans la même entreprise. Au cours de la discussion alors que nous n'avons jamais abordé les questions politiques avec ce couple, le mari a dit que Jean Luc Mélenchon était un homme intéressant ainsi que ses idées, mon épouse lui a proposé de lui apporter le programme du Front de Gauche et il a accepté.
    En ce qui concerne le discours de Clermont Ferrand et le montant du revenu de solidarité active, il vaut mieux connaître les bons chiffres même si chaque cas est particulier, ma fille avec un enfant à charge et du fait du changement de sa situation professionnelle a perçu en octobre, novembre et décembre 2011, 351,00 € et depuis janvier 2012, 451,00 €, de quoi bien vivre, n'est-ce-pas "les belles gens". Heureusement, la famille est là.
    Je ne pense pas mis à part notre Front de Gauche que les autres candidats et les autres partis ont une véritable vision du quotidien des Françaises et des Français et de nos amis étrangers clandestins ou pas qui vivent sur notre territoire. J'espère enfin que notre progression sera déterminante d'ici le 1er tour et que nous enclencherons un processus qui mettra fin à cette vie difficile pour des millions d'humains.

  33. Poncet dit :

    Tiago_Jaïme (857) tu commets deux erreurs de raisonnement :
    1) la première, c'est de faire comme si les "propriétaires" de leur logement possédaient réellement du patrimoine. En fait, ils ont surtout des dettes, d'autres l'ont déjà rappelé ici ;
    2) la seconde c'est de penser que l'accroissement des prix de l'immobilier était un phénomène constant et durable, voire infini. Or, ce n'est pas le cas. Une petite fraction des 56% s'est certainement enrichie au cours de ces dix dernières années. La très grande majorité vont bientôt comprendre qu'ils sont toujours pauvres.
    En fait, pour ne pas commettre d'erreur de raisonnement en économie, il faut toujours garder à l'esprit deux règles importantes :
    1) tous les agents économiques ne sont pas à égalité sur un marché : certains ont du pouvoir sur les prix (ceux qui possèdent une fraction importante du bien échangé sur ce marché), d'autres n'en ont aucun (les "petits") ;
    2) les agents de la première classe ont intérêt à toujours faire en sorte de garder leur avantage sur les seconds.
    Avec ces deux règles en tête, il est évident qu'affirmer "les petits se sont enrichis" est impossible et repose donc sur une erreur de raisonnement.

  34. Charles dit :

    Salut, juste une question: la FCPE, qui a fait l'évaluation la plus favorable de notre programme a invité "les candidats" à la présidentielle pour sa journée du 17 mars à la Bellevilloise consacrée aux questions sur l'éducation aux candidats... Jean-Luc Mélenchon n'y sera pas (cf son agenda), mais y envoie t-on quelqu'un quand même?
    Ça me semble très important dans la mesure où un soutien de la FCPE ne serait pas anodin-Un gros réseau établi sur tout le territoire, avec près de 50% des sièges des parents d'élèves dans les CA d'établissements scolaires...
    Quelqu'un est-il au courant?
    Deux liens (à noter qu'apparemment ils n'ont pas eu de réponses à leur courrier de notre part, ce qui explique pourquoi je poste à ce sujet, ce truc est-il passé entre les mailles du filet, s'agit-il d'un oubli?) Ce serait vraiment dommage de rater un tel rendez-vous!
    Analyse fcpe des propositions des candidats
    la journée du 17 mars à la Bellevilloise

  35. J-jour dit :

    A propos du montant de solidarité active:
    Ce que je trouve extraordinaire et enthousiasmant, même si cela ne se remarque peut-être pas, ou plus, c'est qu'une jeune femme reprennne à haute voix Jean-Luc Mélenchon avec spontanéité sur le chiffre. Vous voyez ce genre de chose arriver dans les grandes messes pompeuses et taillées au cordeau de l'Ump ou même? Signe d'un lien dans l'instant, entre l'orateur et l'assemblée, vivant.

  36. claude wallart dit :

    L'insurrection c'est maintenant,
    Les ouvriers d'Arcelor Mittal sont à la tour effeil !
    C'est au delà des discours.....
    Je suis des leurs.

  37. Remarquable article des Pinçon-Charlot (le Président des riches) dans le Monde daté du jeudi 15 mars.
    Un slogan pour la route (et la déroute de NS)
    Président du pouvoir d'achat? Non, du pouvoir déchu.
    Gare à la chute.

  38. jnsp dit :

    Pour ce qui concerne l'enrichissement par l'acquisition d'une maison, il y a un truc que je ne comprends pas, tu achètes une maison, tu la payes avec les intérêts au bout de 15 ans plus tard ta maison vaut 2 fois plus, qu'as-tu gagné, rien, parce que si tu en achètes une autre tu paieras deux fois plus cher.
    Deuxième point, à l'époque où j'ai acheté une maison tu pouvais la payer sur 10 ans ou 15 ans même en étant payé au SMIC, pour un coût un peu supérieur à celui d'un loyer, ce n'est plus le cas maintenant.
    À mon avis un des problèmes, en tout cas en zone rurale, est l'organisation de la rareté des terrains constructibles qui permet aux propriétaires terriens d'écouler régulièrement des terres agricoles rendues progressivement constructibles à des prix largement au dessus de la valeur qu'elles auraient si ces terrains étaient plus nombreux.
    Il y aurait beaucoup d'autres choses à dire là dessus mais personnellement ce qui est curieux c'est que certains gagnent pas beaucoup et deviennent propriétaire de leur maison et d'autres qui gagnent parfois plus restent locataires, donc c'est sûr qu'il y a un problème de revenus mais il y a aussi des choix individuels.
    Donc reprocher à quelqu'un la valeur d'une maison pour laquelle il s'est souvent privé de vacances ou d'autres achats je trouve ça un peu nul.

  39. bernard hugo dit :

    18 Mars, pluie ou soleil, les communards se sont lancés à l'assaut du ciel. Nous aussi.

  40. Jonathan dit :

    "Il faut ralentir la vie!". Quelle proclamation! Quelle rupture avec le culte de l'urgence qui dévore maintenant nos vies!
    Le temps s'est d'ailleurs presque arrêté hier le temps d'un meeting qui, comme partout en France, à rassembler une foule extrêmement nombreuse, enthousiaste, mélangée, attentive (au point de reprendre notre candidat sur un chiffre) et qui a eu l'honneur de recevoir deux des plus brillants orateurs de notre mouvement (en la personne d'André Chassaigne et de Jean-Luc). Quel moment mes amis! (n'est-ce pas Gérard Blanchet et tous les autres?). Cet espoir qui se lit dans chaque regard, ces gorges qui se déploient pour crier leur envie d'un avenir meilleur, dans lequel "la règle verte" et L'Humain d'abord supplantent leur trop célèbre "règle d'or".
    Ce meeting réussi (et de quelle manière!), nous nous donnons maintenant tous rendez-vous à la Bastille le 18 mars prochain, afin de faire trembler les murs de la capitale aux sons de nos revendications.
    Vive la VIème République sociale, écologiste, laïque, féministe et métissée!

  41. bibi dit :

    905@jnsp :
    Complètement d'accord avec toi !
    Qu'est ce que c'est que ce discours imbécile qui consite à opposer, toujours opposer...
    Alors voilà que maintenant, on opposerait les propriétaires aux locataires ?. Voilà que le programme du FdG interdirait l'achat d'une maison ?
    Si l'ambition de certains est qu'il n'y ait plus de propriétaires, alors je me serais trompée totalement de voie !
    Si on suit ce raisonnement, nous devrions tous être locataire d'un puissant bailleur ?
    NON : notre ambition c'est que chacun est le droit, en bossant, d'acquérir un toit pour ses vieux jours... un morceau de sécurité !
    Ne confondez pas spéculation immobilière et acquisition immobilière.
    Les premiers sont des avides d'argent facile et rapide, les seconds sont des travailleurs qui épargnent au travers de leur logement !
    Je ne pense pas que le FdG soit opposé à la propriété.

  42. Naco dit :

    @895 naif
    A propos des penseurs pré-écologistes du 19ème siècle, il y avait deux courants, l'un essentiellement philosophique, et qui se chargeait de comprendre les rapports que l'homme devait entretenir avec la nature pour mériter sa liberté, et l'autre celui de Marx et Engels, qui montraient comment cette nature était exploitée dans la dynamique d’accumulation du capital.
    Il est toujours intéressant de jeter un œil à ce qu'ils disaient, car eux au moins ne passaient pas leur temps à se prendre la tête avec des rendements énergétiques.
    Voici un petit mot sympa de Bakounine :
    Pour se réaliser dans la plénitude de son être, l'homme doit se reconnaître, et il ne se reconnaîtra jamais d'une manière complète et réelle tant qu'il n'aura pas reconnu la nature qui l'enveloppe et dont il est le produit. À moins donc de renoncer à son humanité, l'homme doit savoir, il doit pénétrer par sa pensée tout le monde réel, et, sans espoir de pouvoir jamais en atteindre le fond, il doit en approfondir toujours davantage la coordination et les lois, car son humanité n'est qu'à ce prix.... afin qu'il puisse comprendre sa propre nature et sa mission sur cette terre, sa patrie et son théâtre unique, afin que dans ce monde de l'aveugle fatalité, il puisse inaugurer son monde humain, le monde de la liberté.
    A noter, que Proudhon, ce soi-disant père de l'anarchisme, mais en réalité parfaitement réactionnaire, n'évoquait jamais ces sujets, malgré ses origines parfaitement rurales.

  43. Pratiquement dès sa création, le PCF s'est prononcé pour "la propriété, fruit du travail et de l'épargne". Qu'est-ce que c'est que ces fausses questions ?

  44. rodolphe dit :

    @ Naïf 911
    On pourrait aussi faire un détour du côté d'Elisée Reclus (Le si bien prénommé et si bien nommé !)
    Extrait Wikipédia : Reclus ne désapprouvait pas l'action de l'homme sur la nature, mais cette dernière devait répondre à des critères sociaux, moraux et esthétiques.
    Je vous laisse éventuellement le soin de découvrir ce géographe, humaniste, pré écologiste et... communard !

  45. steph dit :

    @Poncet 898
    Ouah! Alors là bravo, je suis scotché par votre raisonnement ! SVP, relisez mon propos 890, il n'y a aucune erreur de raisonnement dans ce qu'affirme Tiago_Jaïme ! Si même au FdG, on n'arrive pas à admettre que le triplement du prix des logements (région parisienne) entre 1995 et 2012 est une injustice pour ceux qui n'ont rien, alors on est vraimant mal barrés. Désolé, mais il y en a plusieurs qui ne trouvent pas ça choquant ici, et ça me choque de voir ça sur le blog de Jean-Luc Mélenchon.
    Sans rancune
    "une tête dure"

  46. rêve général 69 dit :

    "qui paie l'orchestre, choisis la musique".
    Concernant l'obstruction des médias, et la lettre du Front de Gauche au CSA, je voudrais faire de la pub ici au "modèle allemand" que chérit Monsieur Sarkozy (lorsque cela l'arrange):
    Il existe, dans la loi allemande, "Le tabou Hugenberg" au nom duquel l’adossement des médias à l’industrie est prescrit; loi non écrite, mais non moins contraignante, elle interdit à tout capital industriel de prendre une quelconque participation dans les médias : le ‘tabou Hugenberg’ vise à prévenir toute collusion d’intérêts : Alfred Hugenberg avait constitué un empire médiatique sous la République de Weimar. Cet industriel (président du directoire de Krupp), député nationaliste, fut le levier de l’accession au pouvoir d’Hitler. Cela explique pourquoi, depuis la constitution de la RFA, tout capital issu des médias (et non de l'industrie) a systématiquement la préférence, fût-il étranger.
    Imaginons le paysage médiatique différemment:
    Martin Bouygues SANS TF1, Arnault Lagardère + Claude Perdriel SANS Le monde ;Edmond de Rotschild +Claude Perdriel SANS Libération; Dassault:sSANS le Figaro, L'Express, L'Expansion, - La Voix du Nord, Le Progrès, Le Dauphiné Libéré -, TV magazine; Bernard Arnault SANS " La Tribune, Connaissance des Arts, Investir, Le Monde de la musique. Et... j'oublie surement des industriels possédant nos médias.
    Les Français auraient ils la religion de "TINA"= there is no alternative?
    Le mot "hallal" serait il sorti des mosquées ?
    Bref, tout ça pour dire que les cocktails: "amis du Fouquet + industrie+presse et médias" y seraient illégaux.
    C'était ma contribution du jour à la lutte contre la farce médiatique français.
    Merci à vous, en tout cas de porter le..."rëve général" si intelligemment!

  47. Fred Barbosa dit :

    Bravo aux salariés de Florange. Immense respect pour leur démarche.
    Que peut faire le Front de gauche pour les soutenir concrètement?

  48. Ydaho dit :

    Steph, la "région Parisienne" c'est pas la France entière.. Les loyer triplent peut être a Paris de cette façon, mais c'est pas le cas en "province".. et 50 millions de Français ne vivent pas a Paris.. (a la louche)
    Le raisonnement incriminé c'est le doublement de la valeur d'une maison en huit ans.. Rien que ça c'est déjà de la connerie.... Ici, et a peu près partout sur le territoire, un smicard qui achètent un "bien" a 100 000 euros, remboursera 600 euros tous les mois, ce qui le met a peu près au même niveau que s'il avait un loyer a payer ! Évidemment les "charges" sont différentes ! 8 ans après, sauf miracle ou "nouvel euros", sa maison ne vaut surement pas deux cent mille euros, il en paye toujours le crédit (comme un loyer fixe par contre) et ses charges ont lourdement augmenté, et d'ailleurs il gagne pratiquement pareil qu'il y a 8 ans... et peut être moins si son entreprise a connu des difficultés.. S'il vend, il y a fort a parier qu'il vendra guère plus cher qu'il a acheté, sauf a avoir fait énormément de travaux, ce qui est peu probable vu son salaire.. Il ne pourra pas racheter une autre maison, parce qu'au bout de huit ans, s'il vend, c'est "qu'il n'en peut plus" la plupart du temps, et que le "bénef" aura été bouffé par le remboursement du crédit en cours (le plus souvent maintenant : au moins 12 ans, et au plus 17 ans ans) et surement les quelques crédits a la consommation qu'il aura du faire pour survivre... Par exemple les deux bagnoles qu'il lui fallait, une pour aller bosser a 20 bornes, et l'autre pour sa femme emmener les gosses a l'école, qui est rarement au pied de la maison..

  49. claude wallart dit :

    @ fred barbosa.
    Merci de penser à eux. Les aider, c'est voter F de G et surtout de parler de l'exemple qu'ils nous donne.
    Ils viennent de recevoir en paroles, tout le mépris de N.S.

  50. @918
    Ceux qui sont à Paris peuvent aller les soutenir.


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive