23nov 11

Le bois dont on fait les flûtes

Bien faire et laisser braire

Ce billet a été lu 23 784 fois.

00L’actualité qui m’a percuté m’a poussé à reporter la publication de ce que j’ai déjà écrit sur l’actualité internationale. J’y viendrai demain ou après-demain. Quand à la politique de la droite UMP ou de la Marine Le Pen, cette fois-ci je réserve mon analyse au déplacement que je vais faire trois jours durant en Bretagne en fin de semaine. Ici donc, il est question de Danielle Mitterrand. D’une nouvelle composante de l’autre gauche qui intègre notre campagne. De l’accord Vert-PS, cette grande réussite humaine et politique de notre « prochain président ». Puis de la politique économique que Michel Sapin a révélé. Notez qu’il n’a pas fait couler un gramme d’encre des commentateurs ni des bonnes consciences de « gôche » qui nous ont régalé de leurs appréciations sur mon entretien au JDD. Il est vrai qu’aucun ne l’avait lu. J’en reste à une bonne vieille maxime : « Bien faire et laisser braire ». Voilà pourquoi, en fin de note, je parle de la campagne que nous menons avec application, méthode et inventivité. Puis je vous dis un mot de ce blog et du coup de main que je vous demande.

Ecoutes collectives le 20 novembre, à Montreuil par Insousciance et à Paris 20ème sous le regard de Stéphane Burlot.

Finalement c’est Martine Billard qui aura dit des mots d’hommage pour Danielle Mitterrand à l’Assemblée Nationale. Elle a profité d’une prise de parole en séance plénière pour dire ses mots et nous faire honneur. Les socialistes auraient pu profiter de la séance de questions au gouvernement pour le faire. Peut-être en interrogeant Fillon sur la question 01de l’accès à l’eau potable en France puisque c’était le dernier combat de Danielle. Non, ils avaient la tête ailleurs. Une femme à la mer ? Plouf ! On passe à l’ordre du jour. Au PS d’aujourd’hui votre trou dans l’eau se referme vite. Mais il est vrai que Danielle Mitterrand n’était pas membre du PS, même si elle y avait de très nombreux amis fidèles. Politiquement proche du Front de Gauche, elle vomissait les tièdes. La dernière fois que je l’ai rencontrée, c’était à Latché, en compagnie de Gabriel Amard, le militant des régies publiques de l’eau. Elle se fichait bien de savoir ce que les convenances dictaient. Elle nous instruisit avec méthode et application une heure et demie durant. C’était son style. Celui d’une militante et d’une autorité morale que nous lui reconnaissions tous. Elle a donc longuement défendu son thème de prédilection, la défense des biens communs de l’humanité comme l’eau. Sans oublier son sujet entre tous, la définition de ce qu’est la vraie richesse. Ce n’est pas celle que mesure l’argent, vous le devinez. Je vous dirais volontiers que pour elle c’était « l’Humain d’abord ». Mais si son combat nous englobait en effet, il nous dépassait aussi comme le tout dépasse la partie. C’était un modèle féminin de fidélité à soi, résistante toute sa vie, existant par elle-même nonobstant l’ombre immense du grand homme qu’elle accompagna toute son existence. Nous l’aimions.

Une bonne nouvelle. Elle vient d’ADS, Alternative Démocratie Socialisme, dont la figure la plus connue du grand public militant est celle de l’ancien ministre communiste Marcel Rigout. ADS a décidé de soutenir ma candidature à l’élection présidentielle. C’est un fait peu ordinaire concernant cette organisation qui n’avait soutenu aucun candidat en particulier au cours des précédentes élections présidentielles. Dans le Limousin, où cette organisation politique est influente, le rassemblement de l’autre gauche sur une candidature commune est donc pratiquement02 achevé. Reste bien sûr le NPA, unitaire dans cette région, qui soutient évidemment son candidat. Je publie donc le texte qui annonce cette décision. « Lors de son assemblée générale, ADS  a décidé d'apporter son soutien au candidat d'union du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon. Tout en gardant son originalité et fidèle à ses valeurs pour la construction d’une gauche forte, efficace et de transformation sociale, ADS entend ainsi appuyer une dynamique globale et être utile au rassemblement pour construire un projet alternatif susceptible de battre la droite. Il s'agit, plus que jamais, de répondre efficacement à l'attente de tous ceux qui souffrent des politiques d'austérité qui se mettent successivement en place. L'échec des politiques conduites au Royaume Uni, en Grèce, en Italie, en Espagne rejoint celui de la politique conduite en France par Nicolas Sarkozy. Dirigeants politiques et milieux financiers tentent au niveau européen de mettre en place une véritable machine de guerre contre les peuples afin de réduire à néant tous les droits et acquis sociaux. Il n'y a pas de fatalité. D'autres choix, d'autres ressources sont possibles…. en frappant à la bonne porte avec les bons outils. Pour les élections législatives qui suivront les présidentielles, ADS se prononce pour un soutien aux candidats présentés et soutenus par le Front de Gauche. »

De l’autre côté de la gauche, là où règne le PS c’est la pagnolade permanente. Avec de tels stratèges à la manœuvre, comme on l’a vu dans le cas de l’accord PS-Verts, avec de tels débatteurs comme on l’a vu avec Jack Lang face à Copé, avec un tel programme comme on l’a vu avec celui annoncé par Michel sapin au nom de François Hollande, on peut se demander si ces dirigeants socialistes ont réellement envie de gagner la prochaine élection. En une semaine, ils ont tué l’idée de rassemblement libre et enthousiaste à gauche, le goût du débat frontal et le moindre espoir de changement économique. Mais avec l’arrogance 03et le nombrilisme qui sont désormais leur marque de fabrique, les dirigeants socialistes sont déjà en train de pleurnicher que c’est de la faute des autres s’ils ne convainquent personne ! Avec de tels adversaires Nicolas Sarkozy est tranquille.

L’accord PS-Verts a provoqué un tremblement de terre chez les Verts. Eva Joly a un cran d’enfer. Non seulement parce qu’elle n’a pas accepté de renier ses convictions et déclarations. Mais surtout parce qu’elle n’a pas eu peur de le faire publiquement. Aussitôt la meute s’est déchaînée. Non seulement les pitbulls socialistes ont été lâchés mais les tireurs dans le dos se sont déployés. Record de perversité atteint par le pétulant Daniel Cohn-Bendit qui injurie tout le monde à la fois en exigeant d’Eva Joly qu’elle ne « fasse pas du Mélenchon, super Mélenchon ou du sous Mélenchon ». Puis la menue piétaille des écorcheurs s’est déployée. Selon l’inimitable tactique classique de la nomenclature socialiste, on envoie les clients devant. Les prochains députés du « prochain président » ont donc été priés d’aller défendre leurs prochaines picorées. Les socialistes n’ont eu qu’à attendre la fin de la04 battue qu’ont organisée ses propres « amis » pour tirer le gibier à découvert. Pourtant Joly ne cédera pas, je crois. Dorénavant elle est bien prévenue de ce que sont tous ces gens. Cet épisode est entièrement imputable à la méthode nombriliste et arrogante des dirigeants socialistes.

A moins qu’il s’agisse d’un sabotage délibéré. Car comment imaginer qu’un tel accord passe sans provoquer de dégâts ? Il n’y avait pas besoin d’être très grand politique pour le prévoir. Dès lors, le premier devoir de gens préoccupés de réussir n’était-il pas de lisser et border les plus grandes rugosités de l’opération au moins sur le plan humain ? Mais tous ces nomenclaturistes vivent dans le cynisme le plus complet. Pour eux, ce que disait Eva Joly n’était qu’une posture, juste un moyen de « faire monter les enchères » comme ils disent. Personne ne s’est donné le mal d’en tenir compte d’aucune façon. Ils comptaient sur ses « amis » pour la ramener à la raison, leur raison. Arrogance totale, mépris des gens, intimidation injurieuse, voila les nouvelles méthodes avec lesquelles se construit le « rassemblement » que veut « le prochain président ».

Dans tout cela elle n’a qu’un tort. Accepter d’aller dans la matinale de RTL avec Jean-Michel Aphatie. Un vrai traquenard, comme d’habitude. Celui-là n’était là une fois de plus que pour faire de la provocation et mettre son invité dans l’embarras. Avis aux amateurs ! Il a donc réussi à lui créer un problème qui n’existe pas pour elle ni pour aucune personne de gauche, à savoir : quel sera son vote au deuxième tour. Aphatie sait parfaitement quelle est la difficulté pour répondre à cette question. Il se garde bien de la poser à François Hollande ou à l'un de ses compères. Car celui qui répond est immédiatement placé dans la situation du perdant d’avance et qui le reconnaît. Pour Eva Joly ce matin-là, cela revenait à déclarer l’inutilité de sa candidature. Le rêve des repentis du PS du genre d’un Aphatie : un militant politique s’humiliant devant un « journaliste », le premier tour réduit à une comédie convenue, la gauche rabougrie sur la veille branche vermoulue du social-libéralisme et lui, pérorant et jubilant : « Est-ce que vous ne faites pas le jeu de la droite en maintenant votre candidature ? ».

C’est une affaire entendue : l’accord Verts-PS a soulevé de nombreux débats sur la toile entre les divers points de vue chez les adhérents de ces deux partis. Tout le monde analyse la signature de ce document comme une concession des Verts au PS. D’où notre surprise en découvrant l’interprétation de la situation que fait un grand titre du journal « le  Monde ». Pour lui, ce sont les écologistes qui ont réussi à « décrocher » les socialistes du nucléaire. Ce titre étonnant barre toute la page au-dessus d’un long papier consacré à cette mutation du PS. Si c’est le cas, alors il faut bien reconnaître que rien n’est plus curieux. Comment ! Il suffit de fermer les centrales en fin de vie qu’EDF a déjà décidé de fermer, de continuer à produire du carburant nucléaire recomposé et enfin de 10continuer le chantier du réacteur le plus controversé pour « décrocher du nucléaire » ! Je ne le crois pas. Fermer 24 réacteur d’ici 2025, c’est suivre la pente d’âge des centrales. Cela n’implique d’ailleurs concrètement qu’une seule fermeture d’ici 2017, fin du prochain quinquennat, comme l’a déclaré Michel Sapin lui-même, le bras droit de François Hollande. Et en bout de course, dans quatorze ans, la moitié du parc nucléaire serait encore en activité. Cela n’a pas de sens. En ce qui concerne le nucléaire on ne peut pas couper la poire en deux. Ou bien le nucléaire est un problème ou bien il ne l’est pas. Et dans les deux cas, une fois la question tranchée il y a encore deux manières de répondre à la gestion de la situation qui correspond à ces choix. Une logique marchande et une logique publique. On imagine que tout cela sera traité dans la « loi-cadre sur la transition énergétique soumise à la discussion parlementaire avant l’été 2013 » que mentionne l’accord. Le tout précédé d’un « grand débat public ». Un débat public ? Mais alors si c’est un débat sérieux, et s’il y a une loi sur la transition énergétique, pourquoi ne pas le conclure par un vote de tous ? C’est-à-dire par un référendum ?

A mon avis Eva Joly va manger bon pour son insolence. On se souvient que c’est dans Le Monde qu’elle a prononcé une appréciation d’une exceptionnelle gravité. « Le Monde : « N'est-il pas normal, dans une démocratie qui fonctionne, qu'Areva fasse connaître son point de vue, et ce publiquement ? » Eva Joly : « Faire connaître un point de vue est une chose. S'immiscer dans la vie démocratique pour réécrire un paragraphe d'un accord entre partis en est une autre. Au moins, agissent-ils désormais à visage découvert. Pour moi, il y a là une arrogance qui témoigne d'un certain sentiment d'impunité. Que les commentateurs n'aient pas davantage été choqués en dit long sur l'accoutumance à ces mœurs délétères. Mesurons la gravité de ce qui s'est passé. Il pèse désormais sur les socialistes le soupçon d'être du bois dont on fait les marionnettes, et on ne me fera pas croire que c'est bon pour la politique. ». Après de telles paroles, on a vu les molosses « en bois dont on fait les marionnettes » se déchaîner. Mais le registre est resté étroit. Du Vichinsky première manière. Un procès politique baclé. Les dirigeants socialistes ont plus de mépris que de répartie.

C’est donc avec prudence que j’ose vous faire connaître une nouvelle qui pourrait vous intéresser en vue de la présidentielle. Si je dis « j’ose » c’est parce qu’il s’agit de François Hollande. Tout ce qui pourrait être vécu comme une critique du « prochain président », comme il s’est lui-même nommé à la une du journal « Libération », est, vous le savez, la preuve d’une « convergence avec le cabinet noir de Sarkozy et Marine Le Pen », ainsi que l’a très bien asséné Jack Lang. Ce qui suit est donc juste une information tirée d’une dépêche de l’agence Reuter. Elle nous permet de savoir de quelle faveur nous gratifiera notre « prochain président » en matière de finances publiques. Vous ne pouviez pas le savoir puisque malheureusement il n’a pas eu le temps d’en parler avant son investiture aux primaires. Ce sera merveilleux. Jugez-en vous-même en préparant votre bulletin de « vote utile ». François Hollande envisage, pour 2012 et 2013, les deux premières années de son « prochain » quinquennat, un « effort » de 50 milliards d'euros de redressement budgétaire. Cette coupe claire s’ajoute  aux saignées déjà réalisée par les plans d’austérité de Fillon. Elles ne seront donc pas remises en cause. François hollande approuvera donc rétrospectivement le moment venu la politique qui s’applique sous la droite et son cabinet noir. A quoi bon alors les critiquer ? Le but annoncé est de « réduire le déficit public à 3%, en 2013 a déclaré, à l’agence Reuters, Karine Berger. Cette personne est économiste, conseillère du prochain « prochain président bien aimé » comme dirait Jack Lang, ancien délégué spécial de Nicolas Sarkozy pour la Corée du Nord et actuel « représentant spécial » de François Hollande. Ne plaisantons pas. C’est du sérieux et le prochain président est déterminé. "Quand François Hollande dit 3% du PIB en 2013 et tendre vers zéro déficit à la fin de son quinquennat, c'est un élément intangible", déclare son économiste.

Il y a aura donc un très grand changement avec le gouvernement actuel. Qu’on en juge : "Notre ligne est qu'il faut évidemment continuer un contrôle des dépenses extrêmement strict." Comment ? « Pour ramener le déficit à 3%, l'évolution des dépenses sera fortement contrainte. » Fortement, vous avez bien lu. « Le nombre de fonctionnaires n'augmentera pas », donc 12toutes les suppressions de l’ère Sarkozy sont validées. « Les 60.000 emplois supplémentaires prévus dans l'Education Nationale étant compensés par des départs en retraite ailleurs. » Cela signifie donc soixante mille postes de moins dans le reste de la fonction publique. Une vraie révolution, comme dirait Jack Lang, également un temps délégué de Nicolas Sarkozy pour Cuba. "On fera tout pour conserver la note 'triple A' et si, par malheur, on devait la perdre, on s'engage à tout faire pour la rétablir", a précisé l’économiste de François Hollande. Elle reproche donc au gouvernement d’avoir une austérité saccadée au lieu du bon coup sur la tête qui rassurerait les marchés : "Avoir deux plans d'austérité de moins de 10 milliards d'euros à deux mois d'intervalle n'est pas la bonne solution pour faire comprendre ce qu'on veut faire aux marchés financiers." Voyons le détail.  Deux tiers du plan Hollande viendraient de mesures fiscales. Parmi elles l'annulation du "paquet fiscal" de 2007. Un tiers viendrait d'économies, la répartition définitive pouvant aller jusqu'à moitié-moitié, a précisé l'économiste. « On parle de 50 milliards", a-t-elle déclaré. « L'accent sera mis sur le redressement des comptes de santé, avec un objectif de progression des dépenses d'assurance maladie nettement inférieur au 2,5% par an désormais prévu par le gouvernement, en mettant notamment les consultations médicales à contribution » précise Reuter. Pour prévenir un emballement des comptes sociaux, " il y a aura des13 propositions fortes sur la façon de limiter l'évolution des dépenses de santé » a dit Karine Berger. Mais, bien sûr, comme c’est le gouvernement Hollande, ce sera « de manière socialement juste". Evidemment !

Michel Sapin, l’homme du programme du prochain président, décrit la méthode générale du gouvernement Hollande: « Lorsque la gauche arrivera au pouvoir, ce ne sera pas pour donner pendant deux ans pour ensuite reprendre pendant trois ans ». « Cela peut être l'inverse : être extrêmement sérieux pendant deux ans pour pouvoir distribuer un peu plus pendant les trois ans qui suivront. » Fascinante, n’est-ce pas cette gauche-là. Non ? « Une fois le déficit ramené à 3% du PIB fin 2013, le PS mènera une politique de croissance et équilibrera les comptes publics d'ici 2017, consolidant la note "triple A" de la France auprès des agences de notation, ou permettant de la retrouver si elle est dégradée », a ajouté Karine Berger à Reuter. Vous êtes prévenu. Le vote utile est servi.

C’est certainement le plus pénible de ce qu’il faut subir dans une campagne nationale. L’injure. Celle à laquelle on ne peut répondre. La pire, l’insidieuse, celle qui ne dit pas son nom et cherche à passer pour de la bonne blague entre gens de bonne compagnie. Ainsi quand « les guignols de l’info », qui jusque-là me brocardaient sans méchanceté, me montrent en pochard qui s’enivre au bistrot. Révolutionnaire de comptoir, toujours entre deux vins, c’est la grande tradition des caricatures des journaux de droite de l’avant-guerre. Au début du mouvement ouvrier, les journaux de droite, c’est-à-dire tous les journaux, 14représentaient toujours l’ouvrier syndiqué comme un alcoolique paresseux et vociférant. Jaurès aussi, à son tour, était dessiné avec une bouteille de vin dans la poche par la presse qui le pourchassait. Comme je ne bois aucun alcool, c’est donc une invention davantage qu’une caricature. Mais c’est pour rire, bien sûr. Entre Le Pen et Mélenchon il faut savoir choisir son populisme. Même état d’esprit quand le journal « le Parisien », qui a fait depuis longtemps son choix entre Le Pen et moi, commente en direct le duel avec Copé. S’agissant de lui, « il s’amuse », il «plaisante ». Moi, dans ce compte-rendu, « j’éructe ». Ce mot signifie roter. Vous comprenez ? Moi, je rote mes arguments. C’est délicat, non ? Rien à voir avec mon style de brute pas vrai ? Protester ce serait une nouvelle fois « s’en prendre à la presse ». Il faut donc se taire. D’ailleurs, au premier mot de réplique la horde des conseillers spontanés en communication qui pullulent à gauche vous mettent en garde contre la « politique des petites phrases » et « l’agressivité ». Ainsi va toute cette société. Sous le fouet des injonctions comportementales des dominants chacun est poussé à être conforme. Nous passons donc à côté de gens qui mendient et couchent dehors mais nous ne faisons rien car « sinon on n’en finirait pas », nous nous faisons cracher au visage mais « il vaut mieux laisser dire, sinon on en finit plus ». Tous nos reflexes normaux, les plus humains et les plus sains, sont ainsi bridés, reformatés, défigurés par l’odieuse règle du jeu de cet ordre « globalitaire » qui enjoint en toute chose les comportements individuels qui le protège. La « force banale du mal », celle qui laisse passer les trains, est déjà à l’œuvre.

Ce qui m’amuse, par contre, ce sont les boucles d’informations bidons. Comme celle sur les « recadrages » que m’auraient fait subir mes « alliés du PCF ». Lesquels ne sont pas mes alliés puisque je suis leur candidat ce qui ne produit pas le même genre de rapport. Evidemment ce sont les communistes les premiers embarrassés. Le rôle de gardien des bonnes15 manières à l’égard du PS n’est pas un rôle très goûté au PCF. Qui choisirait cet habit serait bien mal vu. En toute hypothèse, qui me connait ou me devine sait de quelle portée seraient de tels « recadrages ». J’ai tenu tête à François Mitterrand et à Lionel Jospin. Lesquels ne se mêlèrent jamais de vouloir me recadrer. Donc depuis que cette « information » tourne, je ne manque pas de demander ici et là si quelqu’un à quelque chose à me dire. Personne !  La vérité est que la division au Front de Gauche donnerait un formidable point d’appui à nos adversaires. Il suffit de voir leur gourmandise et leur excitation dès que court une rumeur sur le thème. Martine Aubry a d’ailleurs été très claire en bureau national du PS en réponse à une question de Marie-Noëlle Lienemann qui s’inquiétait de la place du Front de Gauche dans la stratégie « unitaire »  du PS.  Elle a dit : « Le Front de Gauche et le PG, jamais. Mais ma porte est toujours ouverte au PC ». C’est clair. Leur rêve c’est le retour de la gauche plurielle et la domestication de toute la gauche sur le modèle du PRG et, dorénavant, des Verts. Au point d’un sectarisme sans bornes. Ainsi quand elle déclare que nous n’avons pas à « demander des circonscriptions » après avoir si mal parlé de François Hollande. Pour quelqu’un qui l’a traité de « gauche molle » et même « d’homme du système » cela ne manque pas de sel. Mais le plus fort est que nous n’avons jamais rien demandé. Les seules discussions commencées portaient sur les circonscriptions où la gauche serait menacée d’être expulsée par la droite et le Front National.  Même là, la discussion n’avait pas lieu d’être. Après quoi les chiens de garde viendront expliquer que je fais le jeu de l’extrême-droite.


J’ai évoqué dans une précédente note « les écoutes collectives »
que le Parti de Gauche a décidé d’organiser à l’occasion de mes passages significatifs dans des émissions de télé. L’idée est de « s’approprier» une émission TV. Devenir « 16télé participant » plutôt que « télé spectateur ». La marche est moins haute pour passer du quant à soi à une discussion autour d’une télé que pour passer du chacun chez soi à un meeting. En résumé, il s’agit d’utiliser un outil de masse qui favorise l’implication citoyenne. Nous avions fait un premier brouillon centré en Ile-de-France à l’occasion de mon passage à "Parole Directe" sur TF1. Cette fois-ci la demande était partie en région. Le Parti de Gauche qui a initié cette action avait confié sa mise en place à Eric Coquerel, secrétaire national. Son rapport figure sur le site « Place au Peuple ». J’en reprends des extraits dans cette note. « Ces écoutes publiques, environ 80 au total, ont revêtu des formats très différents : plusieurs dizaines dans des appartements et domiciles et plus d’une trentaine répertoriée, plus ambitieuse, dans des salles publiques et des restaurants. Ces dernières ont regroupé chaque fois 30 à 70 personnes. Il s’agit d’un vrai succès si l’on veut bien considérer le jour et les lieux de ces buffets : quartiers populaires des grandes villes, petites et moyennes communes, des villages parfois. Aux côtés des militants du FDG, on remarque beaucoup de nouveaux venus n’appartenant à aucune des formations du Front de Gauche. Mais aussi la présence de militants des Verts et du PS venus, souvent du fait de la position du candidat socialiste et de l’accord PS/Europe-Ecologie Les Verts. Enfin la presse quotidienne régionale s’est quasiment à chaque fois déplacée. »

« Quelques exemples montrent la variété et la diversité des débats sur ses écoutes. A Aubenas (Ardèche), une trentaine de participants, plus une dizaine de clients habituels du Bar Le Panorama, ont suivi ensemble l’émission. Le débat général s’est poursuivi en petits groupes au gré des différentes tables du restaurant. A Ytrac dans le Cantal, autour du maire et candidat aux législatives et de Manuel Bompard, secrétaire national du Parti de Gauche, ils étaient 40. C’est beaucoup au regard du nombre 11d’habitants dans la petite ville. Le débat a porté sur le nucléaire, la rigueur, les salaires. Plus de 40 participants au lieu-dit « le Morlay » en Saône-et-Loire avec Christophe Ventura : des militants politiques (PG et PCF dont la secrétaire fédérale Nathalie Vermorel et le responsable de la section mâconnaise Noël Vouillon) mais aussi associatifs, notamment ATTAC, et syndicaux. A noter plusieurs militants des Verts, dont un membre du bureau départemental d’Europe Ecologie, déboussolés, pour ne pas dire plus, par l’accord entre leur parti et le PS. Les interrogations : comment mettre en place le smic à 1 700 euros, quelles propositions pour les TPE, PME et les artisans ? Au Mans ils étaient 70 personnes… Un mélange entre des inconnus non encartés et des militants PG et PCF plus habitués à se retrouver. La planification écologique, l’aéroport Notre-Dame-des-Landes, les salaires et la consommation sont au centre des discussions, et les luttes avec la présence de Laurence Sauvage du Front des Luttes. Les animateurs du Front de Gauche avait choisi à Rennes d’organiser leur buffet-citoyen dans le quartier populaire de Maurepas. Sur 35 personnes réunies avec Catherine Jouanneau (SN PG) et François Rubion, on compte une vingtaine de têtes nouvelles non "encartées" ! Une réussite incontestable. Les échanges ont tourné autour des constats et analyses de la situation sociale et de ses causes, des propositions du programme du Front de Gauche. Pour finir, plusieurs ont dit qu’il voulait continuer à rendre présent le Front de Gauche dans ce quartier. A Reims se sont également attablés trente personnes dont des militants socialistes en rupture de ban. On y a beaucoup discuté des rapports avec le Parti Socialiste et son orientation. A Toulon, la cinquantaine de personnes présentes constitue « une réussite pour un dimanche » note Luc Léandri, conseiller régional Front de Gauche. « L’intervention de Jean-Luc Mélenchon a été suivie d'un débat de plus d'une heure et quart avec plus d'une vingtaine de personnes qui ont pris la parole. Un débat de qualité qui a abordé les principales questions : la redistribution des richesses, la planification écologique associée à la question énergétique et la 05relocalisation de l'activité, le rôle des médias, l'immigration comme chance pour le pays, la relance de l'activité par la consommation tout en refusant le consumérisme du système… Chacun a souhaité  renouveler ce type de manifestation en y associant plus de nos concitoyens ».

« A Auvers sur Oise, la commune où mourut Van Gogh, il y avait également une trentaine de personnes, militants PC, PG, GU et non-encartés du Front de Gauche autour de Jean-Michel Ruiz 1er fédéral du PCF, Alexis Zakarevitchv de Gauche Unitaire, Patrice Lavaud co-secrétaire du Parti de Gauche. En Ile-de-France, les écoutes publiques ont souvent été organisées volontairement à l’échelle des quartiers donc réduites en nombre de participants quitte à en faire plusieurs par ville. Exemple à Montreuil (93) où à côté d’une écoute en appartement organisée par des enseignants du Front de Gauche à destination de leurs collègues, une quinzaine de personnes étaient au Huit Bar pour un « apéro-discussion » qui a permis de retrouver des personnes pas vues depuis longtemps et désireuses de se réinvestir à l'occasion de la campagne. »

« A Paris, dans le 14ème arrondissement, ils étaient une quarantaine de personne dans une écoute publique animée par Leila Chaibi. Dans la salle, en plus des militants PG et PCF, on trouve des citoyens non-encartés. La discussion a beaucoup tourné sur les accords entre Europe Ecologie-Les Verts et le PS, l'impossibilité de faire un accord de gouvernement avec ceux qui appliqueront la rigueur de gauche, etc. Sur le nucléaire, la proposition de référendum a rencontré un large consensus. Dans le 20ème arrondissement, on comptait une trentaine de convives au café Lou Pascalou au cœur du quartier très populaire des Amandiers. Compte-tenu de la préparation très rapide, c’est jugé positif. D’autant que six seulement étaient des militants politiques ! Danielle Simonnet, conseillère de Paris, du Front de Gauche, anime un débat foisonnant : les mouvements des indignés en Espagne et à Wall street, l'enjeu d'une06 gauche radicale qui porte la révolution citoyenne pour sortir du non choix entre rigueur et sens à la rigueur, les médias, le référendum sur le nucléaire, la bataille pour l'inscription sur les listes électorales. »

Des nouvelles de la vie de ce blog. Nous approchons du million de visiteurs uniques différents qui sont venus une fois au moins sur ce blog depuis janvier dernier. Au total nous avons reçu ici plus de trois millions de visites. Le compteur signale entre dix et seize mille visiteurs quotidiens selon les jours. La nouveauté est que ces visiteurs se répandent sur toutes les entrées du blog et pas seulement ou uniquement vers la note du jour. La diffusion du « Petit Courrier » du blog poursuit sa progression. Nous en sommes au soixante-deuxième numéro, déjà. Je croyais que nous avions quarante mille inscrits ! Erreur. Il n’y en avait que trente mille quand j’ai lancé mon appel. Nous venons d’atteindre les quarante deux mille destinataires. Pour arriver à cent mille fin décembre comme je l’espérais, la marche est vraiment très haute. Le webmestre pense que c’est possible. On va voir comment vous rendez ça possible ou non. N’empêche que ce « Petit courrier » se métamorphose petit à petit ! L’objet prend progressivement de l’autonomie par rapport au blog lui-même en contenant des informations spécifiques tel que l’argumentaire de la semaine. Avec l’insertion de documents prêts à reproduire et donc « mis en page », il prendra même un petit air d’outil d’agitation-propagande. En fait ce sera le plus souvent des mises en page d’entretiens de presse. Ceux-ci sont en effet souvent un gros travail pour le ou la  journaliste qui l’a réalisé, et pour moi aussi qui l’ai préparé et dont j’ai toujours validé la forme. On peut facilement faire un tirage papier de ces documents et les donner ici ou là. On peut aussi faire un mini tirage papier, entre cinq et dix ou vingt exemplaires, et les distribuer dans tout ou partie de la rangée de boites aux lettres de sa cage d’escalier. Ce système de la diffusion « diffuse », par micro zone, est un exercice extrêmement performant. Je l’ai moi-même testé il y a plusieurs années. Je suis donc très demandeur d’un coup de main pour élargir la diffusion de ce « Petit Courrier » d’où partira la fourniture de matériel à reproduire soi-même. Les listes de diffusion, les carnets d’adresses sont donc sollicités. Encore une sollicitation. Il s’agit des photos qui illustrent ce blog. Comme vous le savez nous avons ouvert un compte de réception pour les clichés que veulent bien nous proposer nos amis lecteurs dont nombre sont des amateurs très avancés. La diversité des thèmes qu’abordent leurs photos est un enchantement. Mais à présent je me décide à orienter mes demandes pour tenir compte de mes thèmes de campagne. Je souhaite donc recevoir des images d’ouvriers et ouvrières, de machines, de gens au travail, de gestes de travail. Et bien sûr tout ce qui montre « le peuple » en marche, en action. Mon objectif est de rendre « visible » les invisibles. Et d’esthétiser leur image. On comprend donc qu’il ne s’agit pas seulement de montrer le travail mais de faire sentir qu’il est une œuvre. Donc pas de misérabilisme ici, ni de compassionnel. Juste la beauté de la dignité. Au moins sur ce blog. 


269 commentaires à “Bien faire et laisser braire”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 »

  1. 1
    Albert dit:

    J'ai demandé plusieurs fois à reçevoir du matériel de campagne pour le distribuer. Je n'ai jamais été contacté (j'habite à l'étranger mais je suis Français, entouré de compatriotes).

  2. 2
    laogong dit:

    Je serais un peu plus nuancé quand même sur le nucléaire. C'est vrai qu'il ne promet pas une sortie du nucléaire mais il enterre Penly et il renonce au prolongement des centrales existantes à 60 ans (qui était déjà entériné officieusement par EDF). On ne peut pas dire que c'est ce qui était déjà prévu par EDF, au contraire pour l'électricien c'est un véritablé électrochoc, aussi minime que ça puisse paraître. Si l'accord est respecté (50% en 2025) il débouchera assez naturellement sur une sortie du nucléaire et il sera probablement accéléré. Mais la vraie décision ayant lieu en 2017, ça c'est décevant.

  3. 3
    Sylvain dit:

    Bonjour! Quand on voit l'hommage que rend Jean-Luc Mélenchon à Danielle Mitterand, on comprend vraiment ce veut dire le programme du Front de Gauche: "L'Humain d'abord !".

    Dans un tout autre registre, j'en appelle à la connaissance qu'ont certains de la chose économique pour poser une question. Nicolas Sarkozy va visiter l'usine Isover-Saint-Gobain dans la Drôme. Cette visite, qui se déroulera vendredi, sera axée sur le thème de l'énergie, alors que ce thème, avec le nucléaire, fait une entrée en force dans la campagne présidentielle. On voit que Sarko est entré en campagne au nom du contribuable! Il visitera tout d’abord l’entreprise Isover-Saint Gobain à Orange, où la production de laine de verre, production électro-intensive, est "fortement dépendante de la disponibilité et du prix de l’électricité".
    Voici ma question: Saint-Gobain, n'est-ce pas l'entreprise que cherche à acquérir Goldman Sachs?

  4. 4
    aaa dit:

    Le Front de Gauche doit à tout prix redonner un sens à la Gauche.
    Si l'on y arrive pas, la politique française prendra le même chemin que celle de la Grèce, de l'Espage ou de l'Italie.

  5. 5
    olivier dit:

    Concernant la campagne du Front de gauche, des personnes me disent : "C'est bien ce que Mélenchon propose, mais c'est impossible, ça coûte trop cher". Même après la lecture du programme (à part un peu dans le chapitre 2) j'ai quelquefois du mal à répondre. Il faudrait mettre en face de chaque propositions :
    * Combien ça coûte.
    * Où et comment on prend l'argent avec un peu plus de détail.
    Le message de la droite commence hélas a rentrer dans certains crâne : "y a pu de sous, faut se serrer la ceinture"

  6. 6
    avionnette dit:

    @ olivier
    Une bonne révolution fiscale de l’impôt sur les revenus et un alignement du taux de taxes sur le capital sur celui de travail nous rapporterait au moins 150 milliards. C'est plus qu'il n'en faut me semble-t-il !
    http://www.revolution-fiscale.fr/ pour une simulation le IRPP

  7. 7
    ALAIN LE VOT dit:

    Merci Jean Luc une nouvelle fois pour cette note.
    J'espère que tout le monde a remarqué qu'à chaque critique du "programme" Hollande, d'où qu'elle vienne, le PS nous oppose :"vous voulez faire réélire Sarkozy" ! Bonjour le débat !
    Essayons de renverser cet "argument". Si le candidat socialiste avait une volonté d'alternative, avant même de parler de son programme, il pourrait commencer par dire toutes les lois "scélérates" qu'il abrogerait. Il s'est bien gardé de le faire.
    En dehors de la loi sur la réforme territoriale, François Hollande (s'il est élu) gardera donc toutes les autres.
    Et pour plagier Victor Hugo lorsqu'il écrivait cette merveilleuse phrase : "vous voulez le misérable secouru, je veux la misère supprimée"
    Vous voulez Sarkozy remplacer, nous voulons le Sarkozysme éradiquer.

  8. 8
    Bartosaure dit:

    Je suis d'accord avec Olivier.
    Non seulement l'UMP remonte mais ainsi que le Front National qui n'arrête pas de piquer l'électorat ouvrier d'après ce que j'entends. Et franchement ça me fout vraiment la trouille ce parti.
    Entre ceux qui bourrent le crâne en disant il faut faire des économies (pas la ou il faut bien sur) et ceux qui voient tous les étrangers comme responsable de tous les maux, ca m’angoisse.
    C'est pour cela que pour la première fois je vais sur ce blog, j ai besoin de me remonter le moral pour entendre (lire) des personnes qui ont les mêmes sensibilités que moi. Surtout qu'en ce moment j'entends autour de moi des gens parler de peine de mort, de feignants, de bougnoules et je ne supporte plus.

  9. 9
    Lyendith dit:

    En tout cas continuez de ne pas prendre de gants que ce soit avec la droite ou avec le PS, c'est très bien comme ça ! Encore un très bon billet.
    En revanche, je vais faire écho à un des commentaire de la précédente note : il est vrai que vous parlez un peu trop des seuls travailleurs et négligez les chômeurs, étudiants et retraités dans vos discours. La fin de la note va dans ce sens. Bon courage !

  10. 10
    Sac dit:

    Merci pour cette note très agréable a lire :) Je m'en vais de ce pas poster quelques photos.

  11. 11
    avionnette dit:

    Cher jean Luc,
    C'est bien d'oser rapporter le détail du programme de notre ami des Pays-Bas, même si c'est grave un peu, car tu révèle des choses terribles. N'est-il pas ton meilleur ami à toi aussi ? Alors moi, j'aimerais que tu oses dire aussi qu'un tel programme, par les dégâts sociaux qu'il va engendrer, prépare le terrain du fascisme. Sarkozy avec son programme économique entre en guerre contre le peuple et provoquera la guerre civile. Hollande, par un autre type d'austérité, celle de l'accompagnement du système, nous mènera au même endroit. Hollande n'est pas de notre famille. La France entière doit le savoir

  12. 12
    PATRICK F 32 dit:

    @ JLM
    - que Danielle Mitterrand soit "marraine d'honneur" du FdG
    - que Eva Joly nous rejoigne vite
    - que Martine Billard, Jacques Généreux et Co montent au créneau
    - qu'un collectif d'artistes pro FdG lancent un appel
    - que Aphatie et Co soient oubliés, boycotés
    - que les écoutes collectives deviennent des meetings participatifs locaux
    Mélenchon avançons!

  13. 13
    JMS66 dit:

    @ Olivier
    Un petit bout de réponse : Y'a déjà ça pour comprendre la dette publique. Ça donne une idée du volume de pognon qui pourrait servir à financer autre chose... le pgm du FdG par exemple.
    Plus sérieusement, on voit dans cette vidéo, que le cumul des intérêts de la dette depuis 1973 s'élève à 1.408 M€, et que la croissance de la dette publique sur la même période est de 1.348 M€. Rapprocher ces deux chiffres devrait mettre la puce à l'oreille de vos interlocuteurs et puis faites le pour eux 1.408M€/(2011-1973) ans = 36 M€/an (on en fait des choses avec ça !).
    Là où je veux en venir : Tant pis si ce n'est pas rigoureux, je ne suis pas Jacques Généreux. Pour ma part, en général je me raccroche à quelques concepts simples sur lesquels je garde un peu de maîtrise, et qui suffisent souvent à marquer les esprits. On trouve quand même pas mal de chiffres "simples" à exploiter dans les profondeurs du blog, et je vous rejoints sur le fait qu'une compilation serait peut-être utile.

  14. 14
    Cronos dit:

    Ce billet est, comme d'habitude, une analyse subtile et terrible de l'évolution des mœurs qu'ils soient politiques ou autres, mais je la trouve cette fois emprunte d'une ironie désabusée, et je vous pense, Jean-Luc, blessé quelque part dans votre dignité et votre intégrité, il ne le faut pas.

    Ces salauds, car on peut difficilement les nommer autrement, ne vous arrivent pas à la cheville, oh ! Ce n'est pas en flagorneur que je vous dis cela mais en observateur critique ; ce monsieur qui sévit sur RTL le matin n'est rémunéré que pour sa perfidie et son égotisme d'onaniste patenté, ses persiflages journalistiques sont d'une indigence qui laissent pantois la plus part des auditeurs, ils ne peu satisfaire que les aigris de la vie, un bien triste public.

    Pour revenir aux mœurs politiques, Europe Ecologie Les Verts à fait la démonstration écœurante de la stupidité de la loi de financement des partis politiques, loi particulièrement anti-démocratique qui consiste à accorder des subsides en rapport à : la quantité d'électeurs, de sièges et du fait de constituer un groupe à l'assemblée nationale ; cette loi devrait être abrogée, elle compromet d'une part l'égalité des chances de chaque parti politique, et surtout elle suscite des compromis qui deviennent très vite des compromissions pour l'argent, nous en avons encore eu un terrible exemple cette semaine.

    Les partis politiques devraient être financer et fonctionner grâce aux cotisations des adhérents, aux dons des sympathisants, à ceux qui voudraient me dire "mais c'est impossible", je répondrais par un exemple exemplaire oserai-je dire la Franc-maçonnerie, voilà une organisation philosophique qui fonctionne depuis des siècles et des siècles sans ressources autres que celles de ses membres, du plus riche au plus humble ; pour les campagnes électorales chaque organisation politique présentant des candidats seraient financée par l'état à égalité, petit ou grand avec le même budget.

  15. 15
    jorie dit:

    OLIVIER 6
    Je vais te donner des idées pour l'argent, ces restitutions de fric suffisent largement à financer le programme et réduire la dette.
    1) audit de la dette.Certainesparties de dette sont illégitimes(lesinterêts de la dette) et peuvent être renégociées. Sur les 1700 milliards de dette cumulée, 1200 sont des intérêts...
    2) taxation du capital égale à la taxationdu travail = 100 milliards € an.
    3) récupérer l'évasion fiscale 40 milliards au moins
    4) suppression des niches fiscales qui nous font perdre 75 milliards€/chaque année. Certaines niches sont favorables à l'emploi (environ 25 milliards) mais le reste n'a aucune utilité économique
    5) récupération des 14% de TVA offerts sans contrepartie à la restauration (4milliards €/an)
    6) taxer les grandes entreprises au même tarif 30% que sont taxées les PME. Et diminuer de moitié la fiscalité des petites TPE. Il faut savoir que les groupes du cac40 nepaient que 8% d'impôt sur les sociétés.
    Idée simple : la meilleure répartition de la richesse produite au plan national,voilà ce que signifient ces "récupérations" de fric qui part inutilement dans des fumées spéculatives. Enfin, relancer l'activité par desinvestissements massifs dans la mutation écologique de notre appareilproductif.
    Pour avoir une idée générale des détournements d'argent opérés depuis 10 ans : environ 195 milliards €/an offerts aucx actionnaires. Cet argent, "avant", était réinjecté dans l'investissement et dans les salaires. Voilà où on en est dans le pillage de notre travail et de notre pays

  16. 16
    jean-michel.labonne dit:

    Promis, j'ai pas copié l'article de Jean-Luc Mélenchon avant de publier le billet mis en lien plus haut on y retrouve la même notion de nomenclature (nomenklatura, j'ai fait exotique), et la démonstration de l’arrogance, et l'outrecuidance du PS. Avantage du militant lambda, je peux me lâcher un peu plus dans la caricature. Pégiste de base, donc, et vigilant quant au culte du chef, je te dis " continue, frappe et cogne comme il faut, là où il faut". Bref, ce billet m'a fait super plaisir. Quant au second tour, si d’aventure tu n'y figurais pas (on sait jamais), tu peux donner les consignes que tu veux...il faudrait au "finaliste" faire d'énormes efforts sur son programme pour qu'il ait ma voix, et encore...

  17. 17
    AG91 dit:

    Je mesure la gravité de votre billet ; nous sommes déterminé à lutter pour un monde plus humain et à faire vivre l'idée que la richesse ce n'est pas l'argent. Vous décrivez un totalitarisme de la pensée et des actions du ps, c'est ce à quoi nous assistons partout, jusque dans les associations investies par eux dans les communes. Engendrant ainsi un large trouble chez les électeurs, je suis persuadé qu'ils cherchent à entretenir l'abstention.
    Votre appel à témoignages photographiques me fait penser à l'exposition de cet été en Arles de Chris Marker, appelée je crois Métro ; les travailleurs sont aussi devant les préfectures par centaines à faire la queue. Et puis il faut bien expliquer encore et toujours que nous résistons face à un pouvoir financier monstrueux, qui capte tout à son profit, organise la mondialisation uniquement au profit d'une sorte d'élite, la super classe mondiale. C'est une violence sociale qu'ils entretiennent, ce sont eux qui mènent la lutte des classes ; nous avons nous notre force d'humains pensant qui ne ramperons jamais et irons la tête haute.

  18. 18
    avionnette dit:

    @ Bartosaure
    C'est le moment de rentrer en résistance en venant te ressourcer ici-même pour ensuite aller moucher un par un tous ceux qui racontent les énormités de la télévision. Plutôt que vivre l'angoisse de la solitude dans le milieu déboussolé que tu décris, mieux vaut assumer cette solitude en la revendiquant. ça donne du sens, ça renforce. tu rencontreras aussi d'autres personnes dans ton cas qui pour l'instant se taisent.

  19. 19
    Gerard Blanchet dit:

    1) la lettre 7 actu de campagne est parue
    2) pourquoi ne pas faire aussi chaque lundi autour d'un ordinateur connecté à Internet, chez des amis à tour de rôle, une vision collective du Web feuilleton.
    3) Les productions photos amateurs à développer et à partager mais aussi les productions vidéos amateurs dans les manifs, les meetings pour en faire profiter tous. A ce sujet tu te rappelles Jean-Luc le meeting du 19 mai 2005 à la Maison du Peuple de Clermont-Ferrand, avec Claude Debons, Martine Billard, Olivier Besancenot, André Chassaigne et toi avec 1000 personnes dans la salle qui en tient 800 et 1000 à l'extérieur. Eh bien un copain avait filmé ça. Il vient d'en faire un montage de 25mn et cela va être disponible dans les prochains jours sur le web mais aussi en DVD. C'est d'une actualité brûlante : 2012 3e tour du référendum de 2005.

  20. 20
    brig11 dit:

    @olivier @Bartosaure
    De l'argent il y en a et même beaucoup. je vous conseil le livre "Nous, on peut !" chez Seuil, de Jacques Généreux. C'est l'économiste du parti de gauche. ou même ces vidéos.
    http://www.dailymotion.com/video/xl8z8q
    http://www.dailymotion.com/video/xday9w

  21. 21
    Guilloux dit:

    Bonsoir,
    Je viens de visionner l'émission C dans l'air. J'admire Jean-Luc Mélenchon, dont la supériorité intellectuelle et morale est tellement évidente, de garder son calme face à cette bande de pitres pitoyables. Etre obligé de subir la lourde ironie de ces personnages ; nous sommes au bord du gouffre et ces gens là tournent tout en dérision. Incroyable bêtise à front de taureau.

  22. 22
    jnsp dit:

    @jorie
    "Il faut savoir que les groupes du cac40 ne paient que 8% d'impôt sur les stés"

    Tu es dessous de la réalité c'est 3.3%: Voir article sur Marianne...
    "Plus inquiétant, le député Gilles Carrez constate que deux groupes parmi les entreprises du CAC40, se distinguent. Les gros contributeurs, et les autres. Et devinez quoi, ce groupe de gros contributeurs composé de EDF, France Telecom et GDF disposent d’un singularité : l’Etat en est actionnaire. Ensemble ces 4 entreprises fournissent 40 % de l’IS...
    Petit exemple pour l’exercice 2009 (un des pires, puisque en pleine crise). Cette année là, le CAC40 réalise 1151 milliards d’euros, pour 72 milliards de bénéfices avant impôts. Si l’on exclut à présent les quatre entreprises comprenant des représentants de l’état à leur conseil d’administration, cela donne respectivement 926 milliards et 60 milliards d’euros. Bref 2 milliards pour 60 milliards de bénéfices, soit un taux de 3,3%."

    ... que je n'aime pas spécialement.
    Je pense qu'il faut être vigilant et ne pas utiliser les données de l'adversaire.

  23. 23
    JMS66 dit:

    @Bartosaure
    Voilà pourquoi MLP est tant aidée.
    "La démocratie libérale est la forme de gouvernement de la bourgeoisie quand elle n'a pas peur, le fascisme quand elle a peur. " Che Guevara

  24. 24
    Philippe Grangeray dit:

    @jean-luc
    J'ai vu le sketch des "guignols de l'info", rien de grave, ils ont dit que vous aviez "l'alcool gentil". Cool... Ce ne sont que des satiristes (certes avec une grande audience).
    Sinon, continuez à essayer de nous sortir de cette logique exclusivement marchande, nous en avons besoin.
    Prenons du sens.

  25. 25
    Thersite69 dit:

    A propos des éructations de notre candidat.
    J'ai choisi justement comme pseudo le nom de Thersite, ce personnage de l'Illiade qui prit la parole pour inciter les guerriers grecs à rentrer chez eux, plutôt que de suivre les chefs dans cette razzia pour un butin qu'était, dit-il, la guerre de Troie. Il est décrit dès Homère comme difforme, et couard. Depuis toujours pour les " belles personnes" de la littérature bien pensante ce qui n'est pas noble est ignoble, vulgaire. Tout tribun défenseur des pauvres, ces moches qui sentent mauvais, est décrit comme un poivrot, un bossu, un boiteux. Il éructe, depuis toujours. Il faut qu'il soit le personnage d'une risée convenue, qu'on bastonne, comme la marionnette de Jean-Luc aux guignols de l'Info, sur Canal+ (la chaîne qui produit des cerveaux disponibles aux propagandes du marché).

  26. 26
    henri dit:

    Cohn Bendit est le penseur des Ecolos-Verts, c'est lui qui dit que leur parti ne peut vivre que par un groupe de députés à l'Assemblée Nationale au mépris de tout honneur. Eva Joly est une femme d'honneur, elle a démontré dans d'autres circonstances. Pour ma part, j'ai quitté le PCF en 1989 à la suite d'une décision pour une élection municipale prise par le Comité de Section du PCF de Sète contredite devant les militants par le Secrétaire Fédéral de l'époque un certain Eric Massia qui a fini au côté de Georges Freche au mépris de toute démocratie. Depuis, je rigole bien de tous les accords électoraux entre partis qui n'ont qu'un seul but, profiter du plus faible, Pour ma part, la politique c'est d'abord des convictions, l'élection est un temps de la vie politique et rien d'autre, il est difficile de connaître profondément les humains en particulier dans la période que nous vivons mais beaucoup de personnes sont sincères.
    Il est difficile pour une grande majorité de Françaises et de Français de vivre quotidiennement et ils sont assommés par tout le discours officiel qui n'est remis en cause en fait que par le Front de Gauche, mais l'espoir existe que l'audace l'emporte.
    En ce qui concerne les députés, je préfère que l'on ne vende pas notre âme au diable et que nos députés soient élus dans la transparence et l'honnêteté,même si leur nombre en est réduit.

  27. 27
    charles dit:

    Je pense que les socialistes n'ont pas grand chose à proposer au peuple français puisqu'ils refusent la sixième république. A partir de la, la partie est jouée. Pour moi monsieur Hollande ne me donne pas non plus l'impression de vouloir le poste de président de la république. Avec vous Monsieur, les objectifs sont claire votre discours nous redonnent espoirs à un vrai changement. Alors merci et bravo.

  28. 28
    Humaniste dit:

    Décu, tellement déçu de la position des écolos qui ont vendu leur âme pour quelques sièges et avoir un groupe à l’Assemblée Nationale.
    Ils ont trahi la vraie force de gauche et de qui plus est écologique en s’accolant au PS. Ils se sont éloignés de facto, des autres partis qui ont constitué avec le Front de Gauche un projet de combat progressiste.
    Mlle Duflot, que j’appréciais aux côté de JL. Mélenchon dans les meetings toulousains, elle faisait « corps » dans cet espoir humaniste de renverser tous ensemble la financiarisation qui va continuer de piller la planète.
    Chers ami(e)s « purs écolos », vous savez que, seule une plus juste répartition des richesses est incontournable à une réelle politique écologique.
    Croyez-vous que le parti socialiste avec sa formule de « mieux faire comprendre la rigueur » sera le projet que vous espériez avec un rassemblement à Gauche ?
    Papandréou out, Zapatero out, Hollande même politique. Out !
    L’expérience du PC des années PS ne vous a-t-elle pas servi de leçon ? Vous subirez le même sort ! Même Eva Joly a du mal à se remettre de votre accord.
    Dommage de manquer une telle occasion qui ne se représentera que peut-être plus tard.
    Si votre allégeance pour 2012 sans le Front de Gauche vous mène au pouvoir et que vous ne réussissiez pas politiquement, alors aux prochaines élections de 2017, vous porterez une grande responsabilité d’avoir infligé au peuple français 5 ans de souffrance supplémentaire et accroitre encore plus les tragédies des plus pauvres.
    Alors, rejoignez-nous et œuvrez avec nous pour une nouvelle société centrée sur "l’humain d'abord" dans son environnement.

  29. 29
    Fatima Benomar dit:

    Danielle a sa part d’histoire de France qui se passe de nom de famille. La résistance ! Elle sera agente de liaison à l’âge de 17 ans cependant que ses parents abritaient des maquisards. Elle rencontrera François et l’aidera à fuir vers la Bourgogne. Elle l’épousera et s’occupera de la commission pour la répartition des subventions aux orphelins quand il sera ministre. En 81, François devient président, Danielle rétorque « Je ne suis pas une potiche ! » (véridique !). Séduite par l’engagement tiers-mondiste, elle soutiendra Castro, les guérilleros salvadoriens, les zapatistes mexicains, les indépendantistes Sahraouis, les Kurdes, les peuples indiens d’Amérique latine etc. Elle créera la Fondation France-Libertés et soutiendra le NON lors du référendum de 2005. Son dernier combat fut celui du droit d’accès à l’eau. Je dirai aussi, pour finir, que je n’ai eu le plaisir d’échanger deux mots avec elle qu’une fois, à la fête de l’Huma de 2010, grâce à toi Jean-Luc qui a eu la gentillesse de m’appeler près d’elle comme je la dévorais des yeux de loin :-)

  30. 30
    martin dit:

    22 Guilloux
    (Mélenchon et les pitres de C dans l'air).

    Je l'admire aussi, et il a fait mieux que garder son calme: il les a gentiment matés. D'ailleurs j'ai l'impression qu'en général, on le laisse un peu plus terminer ses phrases. Peut-être encore un effet bénéfique des fameux "bons sondages"? Je pense surtout qu'il est solide, convaincant, humain, et que ça finit par s'imposer. Certains de ces animateurs se rendent bien compte qu’ils n’ont pas le niveau.

  31. 31
    Hiram de Sor dit:

    L'humain d'abord, nouveau drapeau du peuple.
    « Amis, sortez de l’ombre, prenez la place de celui qui est tombé, entrez dans la lutte, car elle vous rend libres, dignes et humains. »

    Voila c'est tout ! C'est le seul mot d'ordre qui doit primer sur les autres !

  32. 32
    marc dit:

    Il ne faut pas se faire une montagne des injures, intimidations qui ne visent qu'à te faire taire.
    Ils ne nous combattent pas de front ils biaisent, ils éludent, esquivent les vrais sujets de débat.
    La classe dominante a choisi son candidat, les laquais se sont mis au travail : les 2èmes couteaux de Hollande, les sbires de Sarkozy, les laquais médiacrates.
    Il se passe un peu la même chose avec Eva Joly et en plus, ses propres amis la poignardent dans le dos pour un bol de soupe !
    Ne gaspille pas ton énergie à leur répondre, ce serait stérile, ils n'attendent pas une réponse rationnelle, ils ne cherchent qu'à te détourner de ta mission et à t'avoir à l'usure. Ils ne méritent que dédain et indifférence. Ignorons-les.
    Il est vrai que ce doit être humainement dur. Le combat de classe passe aussi par la pression psychologique.
    Jean-Luc ne te prend pas la tête avec ces enfoirés, ils n'en sont pas dignes.
    La seule réponse consiste, pour nous tous à faire une campagne de fourmi sur le terrain et de vendre beaucoup de programmes " l'humain d'abord". Nous avons déjà bien commencé. Les assemblées citoyennes se multiplient.

    Et tout à coup notre travail de sape produira son effet, leur haine tournera à vide. Comme en 2005.

  33. 33
    vibus dit:

    S'il vous plait quand vous parlez d'une émission " genre c'est dans l'air " donnez le liens car je vois pas de Jean-Luc Mélenchon dans cette émission !

  34. 34
    jnsp dit:

    Dans son texte Jean-Luc Mélenchon est très chaleureux avec Danielle Mitterand ce qui est bien compréhensible, malheureusement ce respect et cette affection s'étendent trop souvent à son mari et c'est une des raisons de la faible progression du front de gauche.
    Beaucoup ont à tord ou à raison l'impression d'avoir été berné par F. Mitterand.
    N'oublions pas qu'il a quand même nommé ministre de la ville B. Tapie, couvert de son silence l'activité trouble de l'armée française au Rwanda, accepter l'assaut dans la grotte d'Ouvéa, l'affaire du Rainbow Warrior..
    Jje terminerai cette liste un peu disparate par une remarque que je me suis fait: en lisant le livre de J. Généreux; on remarque qu'il cite souvent les années 80 comme la période de l'explosion de la financiarisation en france, nous savons tous qui était au pouvoir dans les années 80.
    Mis à part Tapie c'est souvent la fameuse "raison d'état" qui l'a "détourné du droit chemin".
    Lorsque Jean Luc Mélenchon parle de ses rapports avec le PS il assure que tout se fera au grand jour. J'espère qu'il en ferait de même si " la toujours fameuse raison d'état",toujours très proche du aussi "fameux secret défense", était en cause.

  35. 35
    whiteh dit:

    C'est vrai : il suffit de lire google news. RTL, Le Parisien, Le Figaro, Europe1. Tous donne une posture dramatiquement orienté des propos de Eva Joly. Et pour dire vrais j'aurais presque envie de voter pour elle, quand je vois une telle intransigeance. Ou du moins, me mettre a rêver d'un ticket Mélenchon - Eva Joly. Ca aussi ça aurait de la figure.

  36. 36
    ActuAlex dit:

    @ Pour ceux qui "s'émerveillent" du fait que Jean-Luc Mélenchon passe sur pas mal d'émissions, que les journalistes lui coupent moins la parole, etc.
    Ne soyons pas trop naïfs non plus, nous sommes les premiers à savoir que les principaux médias sont à la botte de Sarkozy, et cet homme, ça l'arrange bien que Jean-Luc Mélenchon passe à la télé (les voix de gauche se répartissent sur FdG et PS).
    Mais bien sur, la stratégie de Sarkozy est basée sur le fait que le FdG ne sera pas au second tour, et l'idéal pour lui serait que le PS soit aussi absent (en fait, la finale rêvée pour lui, c'est lui contre le FN, comme pour Chirac en 2002).
    En plus, le gros couac entre EELV et le PS peut l'arranger (mais là je doute qu'il y soit pour quelque chose!), car parmi les électeurs EELV écoeurés par ce couac, tous ne sont pas foncièrement écolos ni fortement politisés, donc s'ils assimilent PS et FdG dans la même gauche, ils risquent de s'abstenir voire de voter à droite ! (je pense toutefois que ce genre de report sera faible).

    Nous devons bien sur tout faire pour que ce scénario ne se produise pas, mais en refusant bien sur ce satané vote "utile" PS (sinon rien ne changera).
    Voilà pourquoi il est primordial que les électeurs PS de gauche (mais les autres sont les bienvenus aussi), les EELV déçus, les indignés/indécis/résignés votent FdG, c'est la seule solution pour avoir une vraie politique de gauche : L'Humain d'abord.

  37. 37
    red@rt dit:

    @ PATRICK F 32
    - que Danielle Mitterrand soit "marraine d'honneur" du FdG
    Trés belle idée!
    - que Eva Joly nous rejoigne vite
    Ca ne dépend malheureusement pas de nous. Mais voila une occasion pour elle de donner une belle leçon!
    - que Martine Billard, Jacques Généreux et Co montent au créneau
    Que les membres du FdG prennent plus souvent la parole. Créons des occasions pour que celle-ci leur soi donnée.
    Celle de Jacques Généreux est forte. Si il pouvait s'exprimer plus souvent!
    - qu'un collectif d'artistes pro FdG lancent un appel
    Les artistes sont ils encore éblouis par les lumières de Jack Lang? Ou peut-être celles de Frédéric Mitterrand?
    - que Aphatie et Co soient oubliés, boycotés
    Que Jean-Luc Mélenchon continue de les affronter est d'utilité publique. Il est l'un des rares à mettre en lumière les dérives de cette machine à penser, qui plus est avec forces, exemplarité dans l'argumentation, humour accrocheur, parfois même jubilatoire. Personnellement je suis pour qu'il continue de leur taper sur la tête avec toujours plus d'ardeur. Continuons de combattre le "politiquement correct" et continuons à nous démarquer, dans le fond et dans la forme. Montrons que nous avons des idées et des personnalités fortes. Démontons ces mécanismes et les idées préconçues qu'ils véhicules, dénués d'argumentation, qui ont pour objet de nous faire avaler que la seule alternative à la droite dure et une chose mole qui n'a de gauche que le qualificatif. A quoi bon ménager la chèvre et le chou?
    (Je ne parlais pas de l'autre pays du fromage, ni en parlant de la chèvre, ni en parlant du chou).

    Je suis lecteur de ce blog depuis plusieurs année, je m'y exprime pour la première fois. Jean-Luc Mélenchon m'a appris le sens du politique. Ces convictions, la force de ses prises de positions et les réponses frontales qu'il impose me représente parfaitement. Ses interventions (écrites, audiovisuelles) sont en résonance avec mes propres ressentis. Je le remercie d'être, au sens noble, mon Porte Parole.

  38. 38
    le Prolo du Biolo dit:

    Il n'a pas l'air pressé de nous présenter son programme Cap'taine Hollande.

    Il est vrai qu'avec les quelques premières perles qui ont filtré des grands esprits surchauffés de Solférino, il semble qu'elle sera difficile à vendre la camelote... La rigueur et les marchés, comme Sarkozy, mais avec du "sens", sonnez trompettes ! Comme si la rigueur pouvait avoir du sens dans une économie déjà anémiée.

    Sans être soupçonneux de trop, je me demande même parfois s'il ne souhaiterait pas qu'il soit disponible le plus tard possible ce programme. Tiens, par exemple en Juin, histoire que personne n'ait la possibilité de le lire avant d'aller voter... Courageux, mais pas téméraire "l'homme normal", normal.

    Quand même, c'est marrant un candidat sans programme. Candidat, absolument, c'est sûr, mais juste un détail : ne sait pas encore pour quoi faire... Sans doute une vieille ambition enfantine à réaliser coûte que coûte, comme d'autres à 4 ans souhaitent être pompier ou docteur.

    L'objectif essentiel serait "le rendez-vous d'un homme avec les Français", comme il vient encore de le rabâcher avec des airs de Jeanne d'Arc. Toujours la même vieille bonne vision monarchique et archaïque de la République donc, que du moderne. Je peux me tromper, mais j'ai idée qu'en guise de rendez-vous beaucoup vont lui poser un lapin au gars. Comme à Jospin en 2002. Même programme, même déphasage (comme disait Danielle Mitterand), même résultat.

  39. 39
    Pat dit:

    @ Patrick F 32
    Bonne idée ! Ok pour un collectif d'artistes pro-FdG. Idée à travailler.
    Coluche disait des journalistes, qu'ils se croyaient honnêtes, ces cons là... De vrais toutous qui répètent en chœur la voix de leurs maîtres...

  40. 40
    guilloux dit:

    @vibus33
    Désolé erreur de ma part, l'émission en question est C à vous, le lien est donné par Jérémie1.
    Cordialement

  41. 41
    jprissoan dit:

    Toujours aussi intéressant. Très heureux de l'entrée d'ADS du Limousin dans le Front.
    Mais si on faisait un recensement, on s'apercevrait que les mots-clés du forum sont : nucléaire, écolo, dette...
    Un peu ras le bol. Quand parlera-t-on de politique industrielle et de lutte contre le chômage ?
    Bonne nuit à tous.

  42. 42
    graine d'ananar dit:

    Très touché par le passage où JL Mélenchon évoque l'injure. Et son " il faut donc se taire". Terrible, en effet...
    Quand on voit que cette boue vient des Guignols de l'info (entre autres) on se dit qu'ils ont bien changé, et n'ont plus rien à voir avec les vrais Guignols, ceux du début. Il y a encore pire (c'est toujours possible) hélas : Eric Emptaz par exemple. Editorialiste. Pour lui aussi Mélenchon "éructe". Même vocabulaire que Le Parisien donc. Mais cet éditocrate gribouille au Connard Enchaîné...
    Ce passage de JL m'a fait penser à Karl Kraus, qui emploie quasiment les mêmes mots. Je suggère à Jean-Luc Mélenchon de rencontrer Jacques Bouveresse, professeur au Collège de France et grand connaisseur de KK et de son journal ("Die Fackel", Le Flambeau) il me semble que ce serait d'un grand réconfort.
    Et par temps d'injure, de boue mediatique, Kraus et donc Bouveresse (lire son "Schmock ou le triomphe du journalisme, La grande bataille de Karl Kraus, Seuil, 2001.") sont de bons décapants*

    *Sinon lire les numéros de PLPL et Le Plan B. Journaux aujourd'hui disparus mais que j'offre volontiers à Jean-Luc Mélenchon si ça lui dit...

  43. 43
    Hold-up dit:

    25- Philippe Grangeray
    " J'ai vu le sketch des "guignols de l'info", rien de grave "

    Mais si bien sûr que c'est grave et même gravissime ! Comme l'a très bien rappelé M. Jean - Luc Mélenchon, voici revenu toute l'imagerie fascisante des années 30 qui remonte à la surface. Tout est fait pour nous salir et salir M. Mélenchon. Vieille tactique. N'oubliez pas que Canal + est la chaine Sarkozyste par excellence. On flatte la masse en la méprisant souverainement tout en la faisant rire à ses propres dépens. Seul le 1 % gagne à ce petit jeu là. La caricature d’extrême-droite cela existe aussi, hélas. Réfléchissez bien. Depuis que les démagogues s'illustrent sans complexe en France et à visage découvert depuis 2007 et qu'il n'y a pas un jour où une brève de comptoir ne soit votée à l'assemblée nationale par la chambre bleue-moribond, comment se fait-il alors que M. Sarkozy, Besson, Guéant, Guaino, Mariani ou Copé n'aient jamais été caricaturés en gros poivreau bien c** ? Étrange, non ? Pourtant les bourrés du Fouquet's ce sont eux ! Et à côté des vilénies et des canettes qu'ils débitent, ils font aussi vraiment n'importe quoi ! Songez que l'ivresse mauvaise qui anime les soulards de l'Elysée leur font pourchasser 24 heures sur 24, le pauvre, le misérable, le vieux, le sans-papier, le nègre, l'arabe, l'affamé, la femme au foyer déshéritée avec trois enfants, le tri-thérapiste, l'étranger, l'écolo, le chômeur, le jeune, le SDF, le Rsiste, l'étudiant, l'éclopé... alors quoi ! Pourquoi les guignols de l'Info ne caricaturent-ils pas les UMPiste du goulot ? Guignol aurait -il viré flic ? Posez la question aux actionnaires majoritaires, ils ont depuis longtemps la réponse.

  44. 44
    Billduv dit:

    Bonjour,
    De sensibilité communiste, sans carte, je dois dire que la lecture ou l'écoute de J-L Mélenchon me ravit, et que je suis heureux de participer à cette campagne du FG. Je viens d'offrir autour de moi le quinzième exemplaire du petit livre que vous savez, et la période des cadeaux approchant, je m'apprête à passer une nouvelle grosse commande (pour une fois qu'on a l'occasion d'offrir un cadeau pas con, utile et pas cher...).
    Je reviens d'un déplacement en Basse Bretagne et je me suis fait franchement mal recevoir par plusieurs de mes amis alors que je faisais part de mes convictions en faveur de la candidature du FG. "Voter Mélenchon, pas question". Il s'agit de connaissances qui en général s'abstiennent ou votent communiste. Les raisons invoquées pour justifier cette position apparemment sans appel tiennent au contenu d'un texte dans lequel J-L Mélenchon malmènerait les langues'régionales'ou'minoritaires', comme on veut. Je m'en excuse: je n'ai pas vu ce texte, d'où le conditionnel. Je ne sais s'il s'agit d'un texte jauni, sorti de dessous les fagots par quelques uns de nos "amis politiques", je ne sais s'il s'agit d'une petite dose de venin injecté sur le net...et je n'ai pas le temps de chercher. Quoi qu'il en soit, cette question me tient également à coeur, comme tout ce qui touche au respect des droits culturels (textes de l'Unesco - signés par la France ! -, Déclaration de Fribourg, etc). Si ce point a déjà été abordé dans le blog, inutile de perdre du temps pour une nouvelle réponse: le renvoi à une discussion référencée me suffira. Si ce n'est pas le cas, je veux bien quelques précisions. Et je profite de l'occasion pour proposer ici à celles et ceux que cela intéresse, la lecture d'un article paru en page 22 de l'Humanité du 18 nov sous la plume de Marie-Jeanne Verny (Enseignante à l'université de Montpellier - Réseau Langues et cultures de France) : "Comment les langues du peuple ont été rendues...

  45. 45
    graine d'ananar dit:

    Bouveresse, sur "la détresse lamentable des des honnêtes gens face aux gens culottés " lire cet entretien

  46. 46
    Annie dit:

    J'en reste sans voix, tant la vôtre est juste, bonne et intelligente ! Humaine. Bravo, courage et droiture vous façonnent. Que ça fait du bien cette voix là !
    Oui, faut qu'on s'y mette tous et par tous les moyens. On est en résistance, nom d'une pipe !
    Et ne jamais se laisser traîner dans la boue, de la dignité bordel. Alors, faut réagir. Non, on ne rentre pas dans le moule médiocre des bien-pensants et des bas-fonds. Chacun sa personnalité, l'important c'est l'argumentaire, "la petite phrase", c'est de la poésie. N'en déplaise à ces imbéciles qui nous calomnient. Vous avez suffisamment de verve pour remettre à chaque fois le marteau sur l'enclume. Et hop là !

  47. 47
    brelge dit:

    Votre quatrième paragraphe sur le PS est une merveille d'analyse, de concision, d'humour et d'efficacité polémique. En huit lignes, vous clouez le bec au renard et aux corbeaux — et cette leçon vaut bien un Hollande. Mais ce que vous rapportez sur l'ébauche du programme économique du PS est terrifiant. Je ne comprends pas que cette bouillie néo-sarkoziste ne provoque pas une crise politique majeure à l'intérieur même du PS. Politiquement, Hollande a tous les défauts de Royal (le centrisme mou) sans en avoir aucune des qualités (s'adresser au peuple).
    A part ça, ce qui est très curieux pour nous, lecteurs passionnés de ce blog, c'est le divorce complet entre l'homme que nous découvrons à travers vos textes (vos convictions fortes, votre humanisme, votre ironie, votre intelligence, votre goût pour l'écriture, pour la pédagogie, pour la confrontation d'idées) et les pauvres caricatures et injures qu'on vous jette à la tête (comme "clown", que je tiens plutôt pour un compliment, mais qui me semble l'antithèse parfaite de ce que vous êtes). Vous comprenez ce que je veux dire ? Il arrive que la caricature, sous ses excès, exprime l'essence d'un être ; chez vous, cela semble être le contraire. Vous faites bien de citer Jaurès et sa bouteille, car c'est peut-être l'explication de ce mystère : à travers vous, c'est le populo au comptoir, la plèbe et les pue-la-sueur que l'on calomnie et insulte. C'est donc aussi paradoxalement le signal d'une première victoire de votre campagne : vous avez réussi votre fusion charnelle avec le peuple de gauche français. Vos idées, nos idées avancent, et vous en êtes un formidable ambassadeur. Ne vous souciez pas d'avantage des perruches et des girouettes médiatiques : elles finiront par tourner avec le vent... et se souviendront même qu'elles vous avaient toujours soutenu!
    Enfin, l'idée de Billvid/48 me semble excellente : "L'humain d'abord" sous le sapin. Tournée générale : faites tourner les rotatives !...

  48. 48
    JULES IMPRÉCATEUR dit:

    Aphatie, il est plus un militant de la "Connivence Néo Libérale" qu'un journaliste politique soucieux de l'Information des auditeurs.
    Mais c'est un travers dans lequel versent nombre de commentateurs, chroniqueurs, éditorialistes des médias, qui mènent campagne "contre" en isolant le bout de phrase qui leur convient pour dissimuler le reste de l'entretien.
    La méthode est la même avec Eva Joly sur RTL, reprise au "Grand journal" par Aphatie, qu'avec Mélenchon et son entretien au JDD.
    Il convient de décortiquer la méthode des tenants de la "Connivence Néo Libérale", pour en souligner la malignité, plutôt que de prêter le flanc à une polémique traquenard qui occulte l'essentiel.

  49. 49
    Claudius dit:

    Aphatie, tel Javert poursuivant Jean Valjean de sa haine implacable, s'est montré odieux envers Eva Joly. Plus flic que journaliste, enfermant son invitée dans le carcan de ses questions binaires, une horreur. On attendait l'instant ou il allait commencer à lui virer des mandales. Eva, elle, a mis pile poil le doigt là ou ça fait mal, en plein dans les petites combines entre amis et dans l'arrogance des lobbies qui ne se cachent même plus de leur fornication totale des politiques. Du coup nous avons eu droit à une insurrection spontanée et unanime du petit monde des petits magouilleurs, tous aussi hargneux contre Eva qu'impatients d'arrêter le débat qui s'enflamme sur le carriérisme des uns et la servilité des autres. J'espère de tout cœur qu'Éva ne mollira pas. En attendant la "marionnette" du "capitaine de pédalo" qui navigue sur Duflot se trouve rhabillée pour l'hiver. Aphatie hurle, l'hypocrite, à l'avantage servi à Sarko, mais pourquoi faudrait il servir un PS qui n'aspire qu'à faire du Sarkozysme tout en discréditant la gauche?

  50. 50
    JC dit:

    Bonjour tous le monde, c'est moi le jeune !
    Tout d'abord sachez que je soutiens le FdG et qu'il aura ma voie, j'espère même mes deux voie en 2012 !
    Depuis quelques temps, je pose une question à de nombreux vieux.
    Mais pas n'importe quels vieux, ceux qui ne voteront pas Front De Gauche,ceux qui se sont accordés la retraite à 60 ans, les 35 heures, 5 semaines de congé payés et qui se permettent de qualifier les plus jeunes de paresseux ; eux qui doivent travailler pour assurer à leurs aînés leurs retraites, tout en sachant qu'ils n'auront même pas le droit de s'arrêter à 75 ans et devront bientôt rêver de vacances.
    La question est: êtes-vous sûr de vous battre pour que "nous" héritions des "acquis" sociaux ?
    Rendez-vous compte que personne n'est capable de me répondre ! (Ou bien ils n'osent pas...)

Pages : [1] 2 3 4 5 6 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive