10nov 11

Berlusconi, Hollande, assemblée citoyenne et écoutes collectives

Pendant la tempête, la campagne

Ce billet a été lu 34 597 fois.

J’ai été tenu de nouveau à distance du clavier par maints rendez-vous de tous côtés. J’y reviens pour marquer le coup du nouveau plan d’austérité, début de la danse de saint Guy des gouvernements affolés. Puis, je parle assez longuement de la campagne qui me dévore pour donner mon coup d’œil et mes conseils.

© Image Eric Delion

Le plan d’austérité de François Fillon est une erreur en tous points. Erreur économique. L’activité va se ralentir. Donc les rentrées fiscales vont décroître et le déficit augmenter. Tout le monde va souffrir, pour rien. Comme les grecs. Quelle est la cause de deuxième plan de restriction ? C’est le premier plan d’austérité de cet été. A cause de lui et de ses petits frères dans tous les autres pays d’Europe, l’activité a décru. Etc… Deuxième erreur : le budget est à peine voté que le président de la République annule l’hypothèse économique sur laquelle il était construit. Et le premier ministre annonce un plan qui remet en cause toute la construction budgétaire précédente. La démocratie parlementaire n’en finit plus d’être piétinée. Les allemands ont obtenu un débat parlementaire et un vote sur le plan issu du sommet européen. Les français rien. Ni avant ni pendant ni après. Ni ensuite. Troisième erreur, politique. La danse de saint Guy des gouvernements qui prennent des mesures pour « rassurer les marchés » alerte les grands squales de la finance attirés par la bête malade qui se débat. Le tour des grandes puissances économiques de l’Union Européenne est venu après la série des essais sur les économies de second rang comme celle de l’Irlande, la Grèce et le Portugal.  La France, après l’Espagne et l’Italie est désormais dans la ligne de mire. Le plan Fillon en est l’aveu ! Donc la spirale est amorcée. La catastrophe est en vue.

Consternante chute de deux premiers ministres en Grèce et en Italie. On ne les regrette pas. Mais leur chute se fait d’une façon qui est glaçante ! Les « marchés » sont ouvertement plus forts que toute structure et institution politique. Dans le cas de Berlusconi, l’éditorial du journal « Le Monde » leur en donne acte comme d’un exploit dont « la gauche n’a pas été capable ». Etrange satisfecit. Mais la leçon se lit vite : à quoi bon une opposition si les marchés suffisent ? A quoi bon la démocratie ? Vous verrez bientôt comment les tenants de la « seule politique possible » ne se contenteront plus d’accompagner les coups de force de la finance, ni même de les justifier. Ils les appelleront ! La dérive autoritaire de l’Europe, son habituel mépris pour les votes populaires va devenir une culture politique banalisée pour la cohorte des satisfaits de droite et de la gauche social centriste. La nomination du nouveau premier ministre grec fait gagner un pari à l’un de mes proches camarades. En effet il annonçait que le tour d’un ministre « technicien », « économiste reconnu » arriverait désormais très vite en Grèce. Comment le savait-il ? Simple. Cet épisode a déjà eu lieu dans tous les pays occupés par le FMI. C’est un classique. Comme vous le voyez rien de ce qui se passe ne comporte de surprise. La suite n’en comportera pas davantage. Seul le rythme des événements est imprévisible. Pas leur contenu. Amusons-nous de constater que si la Banque Centrale Européenne ne prête pas directement aux Etats de l’Union, elle leur prête gratuitement ses membres pour être gouverné. Les socialistes grecs gouvernent avec la droite et l’extrême-droite. Où sont les protestations des Hollande et compagnie ? L’ami de Zapatero n’a pas de raison de protester. Il est d’accord. Son silence indique qu’il ferait sans doute de même le cas échéant. Ses amis du Parti Socialiste Européen ne lui laisseraient pas davantage de choix qu’ils ne l’ont fait avec Papandréou à qui ils ont fait remballer son référendum et quitter le pouvoir.

Je reviens encore un instant à la Grèce. Pour montrer une des absurdités auxquelles conduisent les montages et usines à gaz inventés pour protéger avant toute chose le cœur du système financier. Depuis des mois, le gouvernement privatise à tour de bras et à vil prix. Le dernier sommet de la zone euro a demandé au gouvernement grec de trouver encore 15 milliards d'euros et de mener fermement le plan de privatisations. Pour mémoire, en juin dernier, le gouvernement grec s'était engagé à vendre ses participations dans la Banque postale fin 2011 et dans la Banque agricole en 2012. Changement de consigne. Si tout doit être privatisé, ce ne sera pas le cas des banques. A l’inverse, le gouvernement grec est mis dans l’obligation de nationaliser les banques qui ne le sont pas ! Papandréou l'avait annoncé au lendemain du sommet : "Il est très probable qu'une partie importante des actions des banques passera sous le contrôle de l'Etat". Car les banques grecques sont les plus « exposées » à la dette grecque. C'est normal. Elles détiennent 44 milliards d'euros d'obligations de l’Etat. Avec la décote de 50% sur la dette du pays, l'autorité bancaire européenne estime qu'elles auront besoin de 30 milliards d'euros pour se recapitaliser. Donc le gouvernement va les nationaliser pour éponger lui-même la somme manquante. Mais il n’a pas cette somme, bien sûr. Il l’empruntera. Vous avez bien compris, le gouvernement grec privatise pour payer sa dette aux banques. Mais pour sauver ses banques il les nationalise. Donc en annulant une partie de sa dette, le gouvernement grec va augmenter sa dette ! L’absurde stupidité de ce système ne s’arrête pas là. La logique du libéralisme est implacable : privatiser les profits et socialiser les pertes. Georges Papandréou ne s'en est pas caché : "Après une restructuration, nous les remettrons sur le marché, comme d'autres pays l'ont fait. C'est une procédure normale et il n'y a aucune raison d'en avoir peur." Encore une fois, l'Etat va payer pour les erreurs du privé puis rendre au privé pour qu'il puisse recommencer à se gaver. Jusqu'à la prochaine crise. C’est très bientôt.
 
La campagne présidentielle du Front de Gauche va son chemin. Au galop. Mes journées ne désemplissent pas. Les équipes au travail « central » sont attelées soir et matin. J’y trouve la dose habituelle de réconfort militant et de problèmes. Côté réconfort le dévouement sans bornes de tous, chacun à son poste. Au siège de campagne l’ambiance est cependant glaciale. Le chauffage est en panne ! Que faire ? Des camarades travaillent avec une couverture sur le dos, tout le monde est en gros pull et écharpe. Le système électrique saute à intervalle régulier. Impossible de brancher les radiateurs. Ça passera. On serre les dents. J’ai attrapé un coup de froid. Je ne suis pas le seul. Les tours de garde nocturnes sont assurés. Les activités ont lieu. Les rendez-vous se tiennent. François Delapierre pilote ce qui peut l’être comme directeur de campagne et tâche d’aider le foisonnement des efforts à rester cohérent. De tous côtés me viennent des récits de moments de fraternité, des fou-rires et des prises de tête. La campagne est une aventure humaine. La vie des femmes et des hommes qui militent campe sur un rivage agité. De là on peut voir monter les eaux de la passion des français pour la politique.

Un aspect nouveau dans la campagne vient, pour moi, du terrain des luttes. Comme on le sait, dans le  comité de campagne, Marie-George Buffet anime le secteur du Front des Luttes. La structure est très active. J’en reçois des rapports quasi quotidiens par Laurence Sauvage qui s’y dépense sans compter. Les déplacements n’ont pas manqué pour moi : Fralib, Fonderies du Poitou, Arcelor-Mittal, et ainsi de suite. Le secteur a bien d’autres interventions et je ne participe qu’à une petite partie d’entre elles, cela va de soi. Ce qui est nouveau dans cette situation, c’est que ce sont les structures syndicales de base, parfois en configuration intersyndicale, qui font les invitations à venir sur place. J’ai noté que très souvent l’invitation est également adressée aux autres candidats. Je comprends que l’intention est d’attirer l’attention sur la lutte et ses enjeux. Les médias jouent le jeu souvent, puisqu’ils suivent les campagnes et les déplacements des candidats. Mais je crois qu’il faut voir davantage. Les organisations syndicales de base ne mélangent pas la politique et l’action syndicale. L’action reste pilotée par les syndicats, sur leurs propres bases et mots d’ordre. Elles ne les confondent pas non plus. Il ne sort de ces sortes de rencontres de soutien aux luttes aucune allégeance politique à l’un plutôt qu’à l’autre. Pourquoi alors ce changement de relation s’observe-t-il ? Les organisations syndicales de base vivent au rythme des esprits qui les entourent. Dans la tête du plus grand nombre, l’élection qui arrive est une occasion de dénouer les problèmes auxquels tous se heurtent. C’est légitime. Une délocalisation vient toujours d’un effet du système dans son ensemble et pas d’une conjoncture locale. Il est normal alors d’interpeler ceux qui prétendent diriger le pays. Cela permet de comprendre quelle déflagration guette notre pays si cette élection tourne à la comédie sans contenu ni perspectives de solutions concrètes.
 
Dans ces sortes d’action, nous trouvons aussi notre compte politique. Non pas, comme peuvent le croire des esprits trop simplistes, parce que nous ferions de « la pêche aux voix », ou bien parce que nous voudrions nous « attribuer le mérite de la lutte ». D’autant que le Front de Gauche, depuis son origine, n’a cessé de dire qu’il ne se mêlait jamais de donner des conseils et encore moins des directives à propos d’action de luttes sociales. C’est son originalité dans la mouvance de l’autre gauche. Cela nous fut parfois reproché, si je me souviens bien des discussions dans la lutte pour défendre les retraites où nous ne voulions pas nous prononcer sur le mot d’ordre de grève générale. Dans une lutte, le Front de Gauche cherche toujours où est l’intérêt général car c’est en son nom que le Front de Gauche veut s’exprimer. Il énonce alors les solutions politiques générales qui correspondent au problème particulier posé par la lutte et les revendications.  En ce sens, le cas particulier vient illustrer politiquement une cause commune qui va plus loin que le combat du moment et de ceux-là même qui le portent. Le Front de Gauche reste dans son registre, lui aussi. Il ne mélange pas les genres non plus. De tout cela peut ressortir du bon pour chacun.

Ainsi quand je suis allé au siège de Randstat, l’agence d’intérim à Saint-Denis. C’est le syndicat CGT de l’entreprise qui m’avait invité à venir pour soutenir la lutte qui commençait. Il insistait pour que je passe dès le premier jour, comptant que l’intérêt médiatique aiderait à conforter le démarrage du combat somme toute assez risqué. Le thème de l’intérim et du précariat est central dans notre programme « L’Humain d’abord », tous ceux qui écoutent mes discours le savent. Participer à ma manière à la lutte permettait de souligner l’actualité de ce que proclament mes discours. Sur place on nous raconta comment un jeune intérimaire de dix-neuf ans, mis trop vite sur une machine qu’il ne maîtrisait pas, se fit happer le bras. On nous décrivit le sort d’un camionneur journalier de 73 ans, ou celui d’un ingénieur payé à la mission comme un tâcheron. Chacun montrait à son tour comment d’innombrables violations du droit du travail se pratiquent seulement du fait de la logique du toujours plus vite avec toujours moins de monde. Je le précise parce que mon intention à cet instant n’est pas de flétrir une entreprise en particulier mais de dénoncer le fonctionnement d’un système. En tous cas cet exposé devant deux personnes en grève de la faim fait plus d’effet qu’une dizaine de discours pour le groupe de médias qui avaient choisi de m’accompagner. Et aux yeux de tous, le précariat commence à prendre un visage politique précis. Il s’agit de deux millions de personnes clouées dans cette condition sociale qui concerne aussi bien le haut des qualifications professionnelles que le bas. Ce déplacement fut particulièrement intense sur le plan humain. Parmi ceux qui luttaient je reconnus des visages que j’avais croisés ailleurs dans les manifestations et avec qui j’avais bavardé. Je retrouvais aussi un camarade qui se présenta à moi comme membre du Parti de Gauche. Une grande chaleur humaine s’exprimait dans les gestes et les remerciements qui m’étaient faits pour être venu si vite. On m’annonça qu’Olivier Besancenot aussi viendrait sur place. Je sortais du hall de l’entreprise quand on vint me dire que la table ronde demandée au ministère était accordée. L’émotion était à son comble. La campagne peut entrer utilement en résonance non seulement avec les thèmes des luttes sociales mais avec leur tactique elle-même.

Je ne laisserai pas mon récit dans une version univoque euphorique. S’il y a beaucoup de succès d’estime et de beaux moments en grands nombres, nous traînons aussi nos problèmes. Des problèmes ? L’insuffisante circulation de l’information. Elle est pour l’heure déléguée à chaque parti pour ses adhérents et réseaux. Je crois qu’il faudrait mettre sur pied un système d’envoi automatique direct de la lettre de liaison que met au point Marie-Pierre Vieu. Ce n’est pas seulement que je ne voudrais pas me voir reprocher une rétention de l’information qui n’est vraiment pas de mon fait. C’est surtout que je ne voudrais pas être privé de tous ceux qui veulent aider concrètement. Car comme dans toute campagne, celle-ci comporte la dose habituelle de donneurs de conseils qui ne font rien et d’actifs qui n’aiment pas se faire mousser. L’autre difficulté est de faire vivre une action vraiment collective. Car entre les déclarations sur le sujet et la réalité, il y a un monde. Je pense que la difficulté, une fois de plus, est très technique. Il s’interpose entre mon action et mon besoin terrible d’aide et de partage des tâches un formalisme qui tient aux mécanismes parfois lourds des structures de parti, à la difficulté naturelle d’information en leur sein et, parfois, aux diversités et aux enjeux de pouvoir qui s’y expriment. Je n’ai pas l’intention de m’en mêler ni d’y participer. D’ailleurs je n’ai pas le temps. Je suis dans l’action en permanence. Pour finir, cela me renforce dans l’idée que seul fonctionne très bien ce qui est fait à partir d’initiatives autonomes. C’est-à-dire ce qui vient de l’invention du terrain et des groupes de personnes qui s’assemblent pour agir d’après leur propre plan de travail. Je répète donc la consigne : « n’attendez pas les consignes ! ». Mon modèle de campagne reste celui de 2005. Chacun agit d’après ce qu’il sait utile.
 
Au demeurant je ne voudrais pas laisser penser que je me plains de l’action des partis du Front de Gauche, car j’en connais la contribution décisive à la mobilisation qui s’engage. Par exemple j’ai découvert avec intérêt le tract de quatre pages édité au niveau national par le Parti Communiste pour populariser le programme « L’Humain d’abord ». Certes, si on m’avait demandé mon avis j’aurais sûrement choisi une photo de moi moins… mouvementée. Mais après tout, le poing fermé et le programme à la main, pourquoi pas ? L’extrait de mon discours qui a été fait est intéressant et la version du résumé du programme est efficace. Certes je préfère la version de ce document qui a été établie collectivement. Mais comment ne pas mesurer le chemin parcouru dans l’intégration du Front de Gauche quand un tract de cette sorte est édité avec un éditorial de Pierre Laurent mais sous le seul timbre du Front de Gauche sans aucune référence partidaire. Ce signe, les contenus des discours, tout montre une intégration idéologique et pratique  croissante, d’autant plus forte qu’elle est choisie. Chacun emprunte aux autres et en fait son miel. Sur le terrain il en va de même. Mercredi soir, à Poitiers, avant la séance des assises internationales du journalisme à laquelle je participais, on fit entre militants une pause photo pour les législatives avec les candidats. Un moment amusé et joyeux où nul ne se souciait d’étiquettes. Cette scène se produit partout où je passe dans une ambiance d’amitié et de complicité qui sont un formidable moteur d’enthousiasme humain !

Cependant je ne crois pas du tout utile que les partis effacent leur identité. Du moins tant qu’il s’agit d’agir et de convaincre autour de soi. La personnalisation dans l’élection présidentielle est très forte. Dans la législative aussi, il faut bien le noter. La présence et l’expression des partis rééquilibre l’expression. Mais surtout elle donne à voir un processus collectif et civique. En le voyant, on comprend qu’il s’agit d’une campagne politique, qui met en mouvement une diversité de motivations et d’approches des problèmes. Ce que je dis là s’applique évidemment avec la même force aux collectifs, groupements et réseaux et personnalités qui sont déjà présents dans notre campagne. Bref, leur pluralité est un atout et non une difficulté ou un  problème. Si chacun explique, de son propre point de vue, ce qu’il fait là, nous sommes tous plus forts. Mais comment empêcher alors, du seul fait de leur force militante, que les organisations politiques n’écrasent la diversité des participations ou ne donne l’impression de vouloir s’approprier le Front de Gauche. Cette question tous les militants se la posent car tous veulent bien faire, je le sais. Tous veulent  élargir l’action tout en restant eux-mêmes, comme je le leur demande instamment. Elle concerne en premier lieux les plus importants partis en nombre de militants et présence de terrain, dans notre coalition, que sont le Parti Communiste et le Parti de Gauche.  Je ne sais pas répondre à leur place et ce n’est pas mon rôle de le faire. Mais ils doivent traiter ce problème. Et de plus ils doivent répondre au problème que posent ceux qui veulent militer et être associés à la campagne sans être membre d’aucune de nos formations parce que tel est leur choix. Ceux-là ne doivent pas être mis en tutelle non plus dans l’action et le débat. Mon conseil, je l’ai donné au secrétariat du Parti de Gauche qui m’avait associé à sa séance d’organisation de la campagne. Les assemblées citoyennes sont l’outil. Comment les constituer ? Il y a mille formules différentes. Ne figez rien. Multipliez les modèles. Surtout, tenez à distance le formalisme de nos anciennes pratiques. Le but est que des gens qui ne l’ont jamais fait s’impliquent, parlent, et surtout agissent.

Une formule très active et simple pour démarrer est l’écoute collective d’émissions politiques. Il faut avancer avec prudence et méthode. Prudence car ce ne sont pas des petits meetings. Une écoute collective peut aussi bien se faire à son propre domicile que dans une salle communale ou dans un bar qui l’accepte. Ce qui compte c’est de faire circuler la parole et de pousser à réagir. Dans cette campagne il faut que les émissions essentielles auxquelles je participerai, mais d’autres aussi, soit appropriées et leur contenu mis en débat. C’est le moyen de contourner la logique superficielle du rapport à la télé qui fascine, domine, puis s’efface de l’espace mental. Nos écoutes collectives font de nous des télé-participants, ce qui est tout autre chose que de la télé consommation. Nous avons fait un premier exercice de ce type avec mon passage à TF1 le 20 octobre. Nous recommençons l’opération écoute collective à l’occasion de mon prochain passage à France 3. J’ai donc confié l’impulsion de cette opération pour le 20 novembre prochain à Eric Coquerel. Eric vous le savez est en quelque sorte mon couteau suisse dans cette campagne. De son plein gré cela va de soi. C’est une sorte de conseiller spécial comme on dit, qui passe d’une mission à l’autre tout en gardant les attributions qu’il exerce au Parti de Gauche que préside Martine Billard et au comité de coordination de campagne qu’anime Christian Picquet. Il me permet de ne pas bousculer sans cesse le plan de travail de François Delapierre le directeur de campagne qui doit lui, organiser la lourde machine du quotidien avec sept formations politiques et la planification de l’action à plusieurs semaines. L’opération d’écoute collective permet une politisation diffuse et percolante en quelque sorte. Un bar où l’on suit une émission de politique aussi naturellement qu’à d’autres soirées on suit un match de foot, change l’ambiance et la perception de la politique dans la population environnante. Pour ceux qui y participent, à la maison, au bistrot, ou en salle, le débat, la parole rompt la glace, enhardit. Je vous signale deux liens qui permettent d’accéder à des vidéos qui racontent deux de ces soirées, en salle. J’aimerais qu’on dispose d’autres vidéos, donnant d’autres exemples. Beaucoup de mes lecteurs sont capables de faire de tels films. Je compte sur vous.

Cette vidéo a été consultée 1 870 fois
Cette vidéo a été consultée 3 938 fois

Peu de gens peuvent s’imaginer ce qu’est la cadence de travail dans de telles circonstances. La mienne, on la devine. Mais celle des camarades qui m’entourent ? C’est terrible. Aucun d’entre nous n’a jamais fait cet exercice. Les journées sont à rallonge pour ceux qui sont là en permanence. Et tout autant pour ceux qui viennent entre leurs heures de travail professionnel. De nouveaux venus sont arrivés qui viennent prendre le relais. Mon ami Christian Marre par exemple. Il fait le chef de cabinet. Bénévole, bien sûr. Il est même venu s’installer provisoirement aux Lilas. Six mois de sa retraite consacrés à la campagne ! Précis, efficace, fraternel. Et combien d’autres, femmes et hommes ! Porté par eux je me sens inépuisable. Les équipes qui sont au travail m’alimentent sans trêve de notes. Mais aussi d’actions que nous menons tambour battant, avec ou sans moi. Et partout où je passe je constate une formidable motivation humaine. La cadence ne faiblit pas. L’inventivité non plus. Lundi l’événement ce sera le lancement de la nouvelle version du site « Place au Peuple ». Un bond en avant. Je n’en dis rien vous irez voir. Nous avons tenu compte des centaines de messages reçus pour critiquer la précédente version. En fait nous savions tous que cette version était provisoire. Par la force des choses. Mais il était intéressant de savoir ce que les utilisateurs militants attendaient.

L’autre événement ce sera le lancement de la web-série ! Pour moi c’est un pari. Pour ceux qui la réalisent c’est un énorme défi. Une web-série en cours de campagne et qui la raconte, cela ne s’est jamais vu, jamais fait nulle part. Même pas « aux-Etats-Unis-dans-la-campagne-d’Obama », cette comparaison tarte à la crème de tous les ébahis de la com. Ceux-là veulent faire modernes et sont incapables de faire mieux que d’imiter ce qui a déjà été fait sans rien inventer de nouveau. Cette invention, voilà le défi, une fois de plus. Après les crieurs du métro, le théâtre de rue, les commandos culturels, en attendant les murales politiques, voici la web-série ! Et pour moi, le pari, c’est que je ne contrôle pas le récit. Ce n’est pas moi qui écrit le scénario, ni qui le relis. Ni le directeur de la campagne. Certes, le grand chef d’orchestre de la web-série, Arnaud Champremier-Trigano dirige la mise en œuvre de la communication de ma campagne. Et c’est un esprit politique engagé. Pour autant ce n’est pas un adhérent d’un de nos partis. Il fait partie de la génération « Front de Gauche ». C’est leur mentalité particulière, diverse par nature que je découvre avec eux et leur façon de faire. La web-série ne fonctionnera sûrement pas autrement, j’en suis certain. Il y aura trente cinq épisodes. Une bonne dizaine de réalisateurs bénévoles différents s’y impliquent. En fait, lundi, je découvre le premier épisode, comme tout le monde. J’ai confiance, bien sûr. Mais je me demande aussi ce que je vais découvrir.

De Gaza, vendredi dernier. Paul Murphy, membre du Socialiste Party d’Irlande, député GUE/NGL se dirigeait vers Gaza à bord d’une flottille irlando-canadienne venue apporter de l’aide humanitaire, des livres et des médicaments notamment, aux assiégés de Gaza. Comme on le devine l’armée israélienne s’y est opposée. On connaît la disproportion des forces. Elle a harcelé la flottille plus de trois heures. Jusqu’à faire entrer en collision les deux navires, le Saoirse et le Tahrir, au risque de les faire couler. La cargaison est bien évidemment endommagée. L’armée israélienne se félicite pour sa part d’un abordage sans blessés, réalisé avec toutes les précautions nécessaires. En toute hypothèse et quoi qu’il en soit, en droit, il s’agit d’un acte de piraterie puisque tout cela a eu lieu dans les eaux internationales. De plus Paul Murphy signale que l’un des passagers canadiens aura des difficultés à marcher à la suite des décharges de taser qu’il a reçu et après avoir été battu comme il l’a été. Les militants et le personnel navigant, dont aucun n’était armé, ont été menottés et privés de leurs effets personnels avant d’être emmenés de force en Israël. D’abord au port israélien d'Ashdod, puis à la prison de Givon. Sur place, il leur a été interdit de passer les appels téléphoniques auxquels pourtant tout détenu à droit. Pourquoi ? Ce n’est que dimanche que notre camarade Paul Murphy a pu donner quelques nouvelles lors d’un entretien téléphonique d’à peine trois minutes. Voici ce que Paul a rapporté : "A la prison de Givon les autorités ont tenté de nous désorienter par des privations de sommeil, le retrait de nos montres et les horloges de la prison indiquant de fausses heures. On ne nous a donné aucun délai sur la durée où nous allons être gardés avant le procès d'expulsion. On nous a nié le droit, prévu par le droit israélien, de contacter nos familles dans les 24h suivant notre arrestation". Pour l’heure, Paul et les autres militants sont toujours en prison. Pourquoi ? Parce qu’ils refusent de signer l’ordre de transfert vers leur pays d’origine. En effet celui-ci stipule qu’ils sont entrés illégalement sur le territoire israélien. De fait ils n’y sont pas entrés illégalement mais sous la contrainte de l’armée israélienne et n’ont jamais eu l’intention de se rendre en Israël puisqu’ils faisaient voiles vers Gaza. Tous ceux à qui j’en parle haussent les épaules. Entre amertume, révolte et indignation.


366 commentaires à “Pendant la tempête, la campagne”

Pages : « 1 2 3 4 5 [6] 7 8 »

  1. 251
    Gerard Blanchet dit:

    @tous les Mari-Noelle
    Mes enfants (46 et 48 ans) pensent comme vous et à Toussaint je n'ai pas réussi à les convaincre. Je remets ça à Noël pour leur dire quoi : si Hollande était sincère il accepterait le débat public que lui propose Jean-Luc Mélenchon et le front de gauche pour qu'ensemble on oriente le bateau gauche dans la bonne direction. Si Hollande était sincère il n'aurait pas réservé sa première visite en tant qu'investi, à Zapatero qui va laisser le pays à la droite. Rappelons-nous aussi que Papandreou est le président de l'Internationale socialiste et que Martine Aubry était allée le féliciter à Athènes. Le même Papandreou avec le PSOC qui laisse le pays à la droite et l'extrême droite ! Est-ce ça que vous voulez pour la France ? Non bien sûr alors il faut arrêter avec ce vote moindre mal (et encore à terme c'est à voir), avec ce vote utile. Si tous les Mari-Noelle de France se disent : eh bien non le vote utile à gauche c'est le vote pour Jean-Luc Mélenchon alors on bascule la majorité à gauche. Et encore je n'ai pas parlé du vote NON en 2005 et de la trahison des socialistes pour le traité de Lisbonne. La majorité à gauche existe. Elle a fait 35% en 2005. Alors tous les Mari-Noëlle de France on compte sur vous. C'est possible pour peu que tous ensemble nous le voulions.

  2. 252
    mouton-garou dit:

    À H_Rv (commentaire n°251),

    Mélenchon a dit de nombreuses fois déjà que sa position personnelle c'est la sortie du nucléaire. La position du PG était claire dès sa création.

  3. 253
    Berdagué dit:

    C'est vrai que certains dits intellectuels et intellectuels nous pompent, mais tous ceux-ci et ceux-là ne sont pas de la trempe et de l'action d'un Sartre qui avec la Cause du Peuple se sont engagés avec la classe ouvrière, et je n'oublie pas Simone de Beauvoir. Et il, elle nous manquent. Et ce n'est pas le prof de philo qui avec son livre assassin contre Freud et maintenant contre Guy Môquet en contestant sa résistance et son appartenance communiste qui va faciliter le regard de classe, du qui est avec qui par les temps qui courent, les corbeaux, les bruns se réjouissent. Comme toujours il faut choisir et c'est sur ne pas compter sur la chemise blanche même cheveux au vent. Plutot les chemises rouges de Garibaldi.
    Pour l'Italie, attention. La ligue du nord ne participe pas, comme ce sera un échec, ils vont se présenter en force alternative.
    Seul un Front de Gauche en Italie et dans chaque pays peuvent construire.

  4. 254
    Jean Louis CHARPAL dit:

    Il est sur le moment jubilatoire de voir Berlusconi quitter le pouvoir sous les huées de la foule. Mais un problème lancinant est toujours là : la pensée unique. Avoir inoculé ce virus mortel dans le cerveau des gens a été un crime contre la démocratie. Sa conséquence désastreuse : empêcher toute véritable alternative, tout changement de cap, même s'il est urgentissime. Quand il est acquis inconsciemment qu'on peut changer les gens au pouvoir, mais pas les politiques suivies qui doivent toutes être ultra libérales, il ne peut y avoir que des alternances bidons, qui souvent d'ailleurs aggravent les choses.
    Il me semble - j'espère me tromper - qu'il n'y pas de formation politique en Italie prête comme le FdG(il ne s'agit absolument pas d'un "cocorico"de ma part), à donner le coup de barre progressiste qui s'impose, après avoir réglé son compte à la pensée unique. Et quasiment toutes les démocraties sont dans cette situation.

    @214 antoniewsky
    Merci. Dans mon message 174 j'ai voulu rendre hommage à nos camarades communistes en resituant certaines choses du passé dans leur contexte historique. Un malencontreux hasard (pour mon égo) a voulu que le message 173 de Cronos soit publié juste une minute avant le mien, qui de ce fait est passé un peu inaperçu. Mais ça n'a aucune importance, car celui de Cronos est remarquable (bravo et félicitations camarade!), lyrique dans la forme (ça change des "gnans-gnans" qui m'énervent, alors qu'il y a le feu au lac), et très juste sur le fond : il s'agit en effet de s'adresser à tous les citoyens.
    C'est pas la distribution des prix mais ton message @239, camarade marechal est très bien aussi.

    @241 Mario Morisi
    ça n'est pas de ta faute, mais ta vidéo au bout de 30 secondes, a fait péter les plombs à mon ordi, il s'est cabré et roulé par terre (j'ignore les termes techniques). Mon ordi est réac ! Quelque coups de pieds aux fesses l'ont remis dans le droit chemin.

  5. 255
    vert pomme dit:

    Si EE les verts acceptent la construction de l'EPR je rends ma carte ben oui à quoi servirait un parti vert dans ces conditions? Bien sûr je resterai à sortir du nucléaire.
    Plus que jamais le seul vote utile au 1er tour sera le vote Mélenchon.

  6. 256
    sergio13410 dit:

    H_Rv
    "Certes le PC est est en train de perdre sa place de meilleur allié du PS, mais bon, ce n'est au final que la traduction des résultats des élections successives..."

    Pour info, avec 12000 élus, le PCF reste la troisième force politique en nombre d'élus.

  7. 257
    vm dit:

    Entre autres austérités rigoureuses et TVA iniques, celle qui touche les livres et la culture est particulièrement significative du mépris des puissants et de leur désir de rabaisser le peuple (jointe à la dévastation de notre Ecole de la maternelle à l'Université).
    Quand ils entendent le mot de culture, ils sortent leur TVA !

    Signez la pétition «Non à l'augmentation de la TVA sur les livres !»

  8. 258
    Menjine dit:

    Il y a bien longtemps quand j'étais jeune, Waldeck Rocher fils de sabotier et maraîcher de profession parlait de Spinoza avec Althusser.
    Qu'est-ce que c'est que cette éruption anti -intello,sur ce site? Depuis quand penser, analyser est-il objet de reproche ? Comment faire de la politique sans connaissances historiques, économiques, etc...?
    C'est une chose d'être un intellectuel au service de sa caste et du capitalisme, autre chose de servir le peuple avec des connaissances, des outils intellectuels que tous n'ont pas pu avoir acquis mais qui viennent se fondre dans l'effort de réflexion collective.
    Que je sache, Mélenchon n'est pas qu'un rigolo, aux formules bien frappées, il est fondamentalement un intellectuel au service de tous, et un praticien de la chose politique aguerri. Sur ce site ses billets nous engagent à cette réflexion et chacun ici qu'il soit agrégé de philo, autodidacte, ou citoyen réveillé a son mot à dire dans la perspective commune: la Révolution citoyenne.
    L'action politique n'est pas que réaction spontanée à une misère vécue, elle est aussi le fruit d'une élaboration collective intellectuelle, elle est aussi le produit de structures d'organisation.
    Mélenchon, les partis qui forment le FdG, nous tous chacun, ici,sur ce site, dans les assemblées citoyennes avons bâti un outil formidable. Ne nous perdons plus dans des oppositions stériles du type: intello ou pas ?.

  9. 259
    Sonia Bastille dit:

    @ Jean-Mélenchon @ Tous

    Les départs forcés de Messieurs Papandréou et Berlusconi sont la conséquence concréte et pratique de la négation des souverainetés des Etats-Nations et des peuples dans la construction européenne. Certes, il y a les "marchés" et les citoyens qui souhaitaient le départ de deux chefs de Gouvernement ! Le couple "Merkozy" bras frappeur du processus totalitaire de l'Union Européenne satisfait à la fois les spéculateurs et les peuples ! Même si pour ces derniers, je pense que se féliciter comme l'on fait les Italiens hier soir en faisant grandement la fête est quand même inquiétant car la suite c'est la cure d'austérité qui s'annonce et les Italiens ne vont plus danser ! La Grèce a hérité d'un ancien Vice-Gouverneur de la BCE, Lucas Papademos et demain un hyper technicien en la personne de l'ancien Commissaire européen Mario Monti sera aux manettes de l'Italie. C'est "l'époque" des gouvernements de l'union nationale ! L'Italie comme la Grèce n'est plus grand chose comme d'ailleurs leur peuple respectif !

    La "révolution citoyenne" débouche sur l'union nationale et la négation des souverainetés car cette "révolution citoyenne" n'a aucun débouché dans la société !

    Autres signes alarmants du processus autoritaire de l'intégration européenne sous hégémonie "germanique" avec les derniers propos tenus par le Ministre des Finances Allemand Wolfgang Schäuble "Sa" proposition de créer des mécanismes de contrôles des Etats encore plus poussés et renforcés notamment en vue du respect des engagements budgétaires selon les critères communautaires ! Le Ministre Allemand n'envisage-t-il pas que la Commission puisse saisir la Cour Europénne de Justice en cas de non respect ? Tout cela n'augure rien de bon pour les Etats-Nations comme pour les peuples !

    De plus le Ministre Allemand propose la fusion des économies, budgets et de la fiscalité de la France et de l'Allemagne bien sûr dans le sens des intérêts allemands !

  10. 260
    Obelix dit:

    Bonjour, @Axel 244, @Marechal 249
    je parle des "intellec" et vous vous sentez concernés ! N'y a t'il pas assez de BHL déjà ?
    Dans ma famille, depuis tout petit j'ai été entouré de profs et d'instits qui pendant des années ont réglé mes problèmes d'ouvrier... sans commentaire ! Sauf que moi je continue de voter à Gauche quand bien d'autres sont allés au FN. J'espère qu'enfin certains vont comprendre...

  11. 261
    Menjine dit:

    @261
    Ce n'est pas la "révolution citoyenne " qui est en cause dans le processus d'intégration, liquidation des souverainetés populaires. C'est tout juste le contraire.
    La "révolution citoyenne" n'a pas eu lieu, encore. Elle est à venir.
    Nous assistons ici à un processus non démocratique (les citoyens en sont exclus, aucun vote n'est possible ni réalisable à court terme, ni referendum, ni élections législatives dans aucun pays sauf à être pliées comme en Espagne), nous assistons aussi à une "non révolution" puisque c'est la continuation de processus technocratiques et purement juridiques, au sens ou on fait jouer des institutions "à vide".
    En Italie, vote de défiance, déjà programmé à condition que...
    En Grèce, nouveau premier ministre, à condition que...
    A condition que quoi? A condition d'accepter un plan décidé ailleurs, en Allemagne pour les bienfaits du capitalisme totalement internationalisé et déterritorialisé comme dit Negri.
    La "révolution citoyenne", que nous devons engager devra nécessairement redonner la souveraineté aux citoyens, elle devra nécessairement s'opposer au capitalisme.
    C'est pourquoi, les alliances ne pourront être des ralliements, ni des allégeances au "moins pire", et que la gestion de la crise par les sociaux démocrates n'est pas le meilleur choix dans le monde possible, mais une trahison des intérêts des peuples.

  12. 262
    marechal dit:

    @obelix
    Ah mais alors c'est que j'ai rien entravé à ton post camarade pas la peine d'en faire une pendule, mais quoi ?
    Rien à voir en ce qui me concerne avec un BHL justement, je me ballade pas en col blanc sur un char libyen pour observer de prés sa mitrailleuse qui à n'en pas douter est plus intelligente que cet animal là et aurait dû faire partie le coup toute seule ! Ce que je veux dire, c'est qu'il n'y a pas "d'intello" de ce genre ici et c'est tant mieux ! (moi je ne m'en réclame pas) : dans ma vie je suis tantôt pseudo intello, prof, ouvrier, etc) je voulais que tu ais une pensée aussi pour les gens qui ont arrêté leurs études trop tôt, les autodidactes qui ne prennent pas pour autant la grosse tête et il y en a, et loin de moi l'idée de te faire la morale comme loin de toi celle de me tirer les oreille c'est que j'ai passé l'âge... mais si ces gens là pouvait remplacer les BHL et autre allumés du cibouleau se serait très bien !
    @ Jean Louis, salutations

  13. 263
    tonya dit:

    24@3Mari Noëlle
    Je sais que tout le monde va me tomber dessus mais... Une militante de 67 ans très basique.

    Non, juste dire que ce n'est pas Mélenchon qui se trompe de cible mais Hollande qui se trompe de politique.
    Une sympathisante de 70 ans très basique aussi ! ;=)

  14. 264
    sourdon dit:

    Mr Mélenchon, puisqu'il est si difficile d'organiser des débats entre les engagés à la présidentielle, vous pourriez les préfigurer.
    Un montage vidéo pourrait engager les débats entre les candidats.
    Prenons des vidéos sur lesquelles les adversaires du FdG font leurs propositions et, filmons Jean-Luc Mélenchon comme s'il leur répondait sur un plateau TV, et cela pour chacun des candidats et chacune des questions sociales clefs.
    Le montage de ces débats virtuels diffusés en ligne, inciteraient d'autant plus chaque candidat à justifier sa position, que la pertinence de vos propos serait habile.
    Ainsi, un montage qui opposerait les déclarations d'austérité de Fillon à vos propositions, soulignerait de façon vivante la nocivité de la position des dirigeants et leur mauvaise foi car eux aussi savent compter...
    Autre chose.
    Au moment où un Etat subi l'agression économique des oligarques, ces derniers ne possèdent-ils pas des moyens de pressoins pour exercer leur racket, ignorés des masses à cause de la panique qu'ils pourraient générer et de l'aveu d'impuissance de nos dirigeants sous-entendu ?
    La précipitation des évènements laisse à penser que des forces, inconnues des peuples, sont à l'oeuvre pour contraindre et soumettre les dirigeants qui retardent le planing des super-couards.
    L'HAARP est-elle en service et en activité, ou n'est-ce qu'un projet?
    L'éjection de Berlusconi a été précédé d'un violent tremblement de terre et d'innondations mortelles en Italie.
    Par hasard, où sommes-nous entrés dans l'ère de la domination des propriétaires d'armes qui controlent le climat ?
    Dans les textes nous nous les sommes interdites. Dans les faits, nous les avons fabriquées et les utilisons...
    Dès lors, qui commande le monde ?! No lo sé. Et, inutile d'essayer de fuir le danger; il peut avoir des sources si multiples (guerres virales ou atomiques..)que le renoncement prévaut sur la lutte.
    Le "sauve-qui-peut" incidieusement étouffe la raison.

  15. 265
    Cathar dit:

    "Capitaine de pédalo par gros temps": lapidaire, efficace et évidemment amplement repris par les médias. Je pense que pour Sarko on devrait trouver quelque chose d'aussi lapidaire vu ses postures, ses attitudes depuis qu'il est au pouvoir. Et les deux seraient ainsi renvoyés dos à dos...

  16. 266
    ydaho dit:

    Moi non plus je n'aime pas ces sentiments anti intellos, anti bobos, anti communistes..
    Anti intello ça veut dire quoi, et intello c'est quoi en fait ? si j'ai bien compris si tu n'est pas une brute épaisse avec un Q.I. de limace, tu serais un intello ?
    Anti bobos, ça aussi ça m'intrigue ! ça me rappelle Descartes, tu aurais un salaire supérieur a 1600 euros, propriétaire a crédit ou non de ta maison, et donc tu serais un de ces affreux bobos de gauche (de surcroit) qui parasiterait la vie politique de ses concitoyens ?
    Et les anti communistes, la c'est le bouquet, des anti communistes bavant a souhait devant la statue de J.L.Melenchon, mais détestant "cordialement" 70% de ses troupes.. Hé oui ! ça c'est pas banal..!
    Et par dessus tout ça, les intellos sont "classés" indifféremment a droite ou a gauche, les bobos plus proches des verts libéraux mais néanmoins prêt a voter FdG pour faire "chic".. Et les communistes agités comme un épouvantail a faire perdre le FdG et pro nucléaire confirmés (par qui ? je sais pas !).. Et pour couronner le tout ces trois "castes" ne s'aimeraient pas du tout non plus entre elles !
    Moi je ne sais pas ce qu'est un intello, pas plus que je ne sais ce qu'est un bobos et si j'ai quelques idées sur ce qu'est un communiste, je me rappelle en avoir croisés de toutes sortes !
    Visiblement certains ici, ont une fâcheuse tendance a disposer de trop de cases pour ranger ces catégories, et se mélangent un peu les pinceaux..
    Perso, je ne dispose que de deux classeurs, dans 1 je dépose les cons, et dans l'autre le reste !
    Et toujours perso, depuis mon plus jeune age j'ai soutenu la gauche, voté pour la gauche, et sur le tard, n'ayant plus de gauche a me mettre sous la dent, je suis resté a la maison ! J'ai pas été déposé un bulletin "d'humeur" dans une urne ne sachant quoi faire de mes dix doigt ! Et par instinct, j'ai bien l'impression que ces "antis" l'ont déjà fait et pas qu'une fois...

  17. 267
    laforcedupeuple dit:

    Le problème du FdG est qu'il reste dans un cadre construit par les 1%. L'un dit résister, l'autre dit indignez-vous, moi, simple citoyen, je dis au Peuple Révoltons-nous! Seuls les gens engagés sur cette voie peuvent véritablement renverser "la table". Le nombre est là, il ne manque que le personnage. Les belles phrases pleine d'enthousiasme n'ont jamais gagner une guerre. Et c'est bien de cela qu'il s'agit!
    Je pleure de voir les Italiens (d'où je tiens mes racines) se réjouir du départ de Berlusconi et en même temps, fêter aussi inconsciemment l'arrivée d'une coalition des 1% + du fascisme, comme du reste en Grèce. Le monde marche sur la tête.
    Le FdG en restant dans ce cadre ne peut espérer qu'une défaite pour le peuple. Je sais désormais où je me situe. Entre la Gauche non combative et les anarchistes. Les premiers voulant gouverner par des structures (ce en quoi j'adhère), les seconds refusant toutes structures, ne laissant la place qu'à un chaos indescriptible. Je suis, dans ce contexte, tout simplement un révolutionnaire. J'ai envie de casser la baraque France et Europe, envie d'euthanasier les 1% et leur système, de me débarrasser de ce cadre qui nous étouffe, de me donner la chance de participer à la reconstruction pour tous, Par Le(s) Peuple(s) et Pour le(s) Peuple(s).
    Taper moi dessus si cela vous amuse, mais pour moi le compte n'y est pas.

  18. 268
    Gerard Blanchet dit:

    Instruments de mesure... suite
    Je vous signale un site intéressant qui vaut bien les "sondages" payés à la Louis Harris Interactive. Ce site peut mesurer la mobilisation des partisans de chacun des candidats ni plus ni moins, mais c'est déjà pas mal et on ne me fera pas croire que l'escouade du net de Jean-Luc Mélenchon ne comporte pas plus de 253 personnes. Si tous et toutes s'y mettent on peut passer devant Bayrou et MLP et ce ne sera pas la voix d'Audile qui va nous faire trembler. En plus c'est bon pour le moral Jean-Luc déjà à 11.35% et si la semaine dernière Hollande l'a emporté au 2e tour à 50.07% il n'est pas évident qu'il l'emporte cette semaine, confirmant ainsi que Hollande n'est pas le meilleur cheval à gauche pour battre Sarkozy. On vote au 1er tour du lundi au jeudi et au 2e tour du vendredi au dimanche.

    [Edit webmestre: j'ai retiré le lien! Nous ne sommes pas sur un site de jeux, mais sur un blog politique.]

  19. 269
    citoyenne21 dit:

    A partir de quels éléments, ces gens jugent-ils donc que notre candidat n'auraient pas la capacité pour diriger ? Quand on voit les propositions et les prestations bas de gamme des autres candidats, ce qui devrait, au contraire, leur sauter aux yeux, c'est que notre candidat à, justement bien plus que les autres, les capacités tant intellectuelles, humaines que stratégiques pour nous éviter d'aller droit dans le mur grrr !

  20. 270
    boris dit:

    Jean-Luc Mélenchon, profitez de vos différents passages sur les ondes télé et radio pour renouveler votre demande de débat(s) (avec Hollande et autres) et interpeller les médias (pour qu'ils l'organise) et les personnalités politiques qui restent cachés à l'Elysée ou rue Solférino. Qui le premier osera organiser un débat Mélenchon-Hollande ? Bourdin pourrait être intéressé...d'autant plus que l'audimat est garanti d'avance, tous les passages de Jean-Luc Mélenchon dans les médias le confirment. Ces sollicitations seront de plus en plus relayées par les médias car elles sont légitimes en démocratie et interpellent directement le fonctionnement de ceux pour qui l'information est le métier. Martelez cette demande qui ne pourra pas rester lettre morte dans cette période tumultueuse.

  21. 271
    le Prolo du Biolo dit:

    FN parti anti-système ?

    Faudra expliquer ça aux Grecs...
    Dans leur pays, sociaux-démocrates, Droite et BCE gouvernent désormais avec l'équivalent grec du FN, tous pédalant dans le même sens face à la tempête populaire qui monte.
    Le système ne s'y est pas trompé lui, il a reconnu les siens...

  22. 272
    Cronos dit:

    @ Tous

    et plus particulièrement à ceux qui soutiennent mon texte "Appel au peuple de France" merci d'aller signer la pétition mise en ligne et de répandre l'information autour de vous.

  23. 273
    Sonia Bastille dit:

    @ Menjine (263)

    "La "révolution citoyenne" n'a pas eu lieu, encore. Elle est à venir."

    Heureuse de vous l'entendre dire. Un retour vers le réel... ! Je m'étais "habituée" aux prédictions permanentes dans les fils de commentaires de l'arrivée imminente de la "révolution citoyenne" qui après avoir donné un cours nouveau la Tunisie et à l'Egypte, allait franchir le bras de la Méditerranée et arriver sur le vieux continent pour tout chambouler et apporter la souveraineté populaire, à commencer par l'Espagne et "ses" "Indignados" !

    Ce que vous semblez oublier ou ignorer, c'est que la souveraineté populaire est indissociable de la souveraineté nationale et aussi que la souveraineté nationale est indissociable de la souveraineté populaire et cela depuis 1789 et surtout depuis l'avènement de la République. Or, l'Europe communautaire est la négation de la souveraineté des Etats-Nations et par la même de la souveraine du peuple qui est composé de citoyens !

    Notre Constitution du 04 octobre 1958 dit dans son article 3 que la souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par l'intermédiaire de ses réprésentants ou par la voie du référendum.

  24. 274
    Jean Jolly dit:

    Pour la seconde fois je vais être d’accord avec Sonia qui écrit : "car la suite c'est la cure d'austérité qui s'annonce et les Italiens ne vont plus danser !" ainsi qu'avec vaillant qui écrit : "Conclusion, cette dette a été voulue".

    Tout est résumé dans ces deux phrases, nul besoin d’être clairvoyant ni même "conspirationniste" pour deviner que l’oligarchie mondiale, composée des institutions mafieuses dont je ne ferais pas la liste de crainte d’en oublier, s’attèle depuis plusieurs décennies à instaurer une gouvernance mondiale ou plus précisément une dictature mondiale.

    Il serait laborieux de tenter ici une démonstration complète et chronologique mais quelques faits sautent aux yeux et devraient frapper les consciences par l’incroyable précision des événements qui se sont déroulés dans le temps et succédés dans un ordre d’une logique implacable concernant l’avènement et la construction de cette dictature.

    (suite dans quelques instants car tout ne passera pas d'un bloc)

  25. 275
    Jean Jolly dit:

    L’exemple flagrant est sans aucun doute la maudite loi du 3 janvier 1973 dite "Pompidou-Giscard-Rothschild" qui ne fit pas de bruit à l’époque puisqu’il était impossible pour le commun des mortels d’en prévoir les dégâts que nous payons aujourd’hui, cette loi qui n’est autre que l’ancêtre de l’article 123 du traité de Lisbonne. Pour mémoire, Pompidou, qui était directeur de la banque Rothschild-France, fut propulsé à la présidence de la République, ce qui nous rappelle étrangement les nominations actuelles des deux pontes de la finance en Grèce et en Italie. Mieux encore, Giscard est l’un des pères fondateurs de l’Europe immonde que nous connaissons présentement avec l’aide de Jacques Delors, seconde coïncidence que l’association de ces deux soi-disant farouches adversaires (UDF-PS) qui ressemble étrangement à celle imposée aujourd’hui en Grèce, sans oublier l’association de ces malfaiteurs pour défendre le « OUI » en 2005 puis finalisé "miraculeusement" par Jack Lang au congrès de Versailles… Ça fait beaucoup de coïncidences non ?

    Comme nous ne sommes plus à une synchronicité près, Jacques Attali, qui fut l’un des proches conseillers de Mitterrand, ne rechigne pas à donner un coup de main à Sarkozy. Ce même Attali qui répète à l’envi et à longueur d’antenne qu’il deviendra indispensable d’instituer une gouvernance mondiale, Sarkozy exposera fermement et avec détermination le 16 janvier 2009 devant un parterre d’Ambassadeurs : "Personne, je dis bien personne, ne pourra s’opposer au nouvel ordre mondial !"

    Faut-il faire un dessin pour nos amis militants et sympathisants socialistes ?

  26. 276
    julien op dit:

    Incroyable quelqu'un parle des ingénieurs payés à la mission ! Je vous conseille le livre de ça Monsieur sur le milieu des cadres du "conseil et ingénierie en informatique" http://revolutionsociale.wordpress.com/about/

    Ce monsieur a écrit un livre qui vous intéresserait, dans le seul secteur ou presque qui offre des emplois aux 25-30 actuellement, dans un secteur qui fait beaucoup d'argent et qui fait tourner la boutique (le CAC 40 ?). Comment on peut y voir que c'est loin d'être rose et que la position de force écrasante du patronat en a fait un laboratoire social.

    Comment un ingénieur payé 2000 euros peut être "loué" 800 euros la journée au CAC40. A quoi ressemble cette droite débridée qui a pris le pouvoir via les managers/commerciaux au diplôme acheté à crédit. Le monde dans lequel je vis me dégoute. Bien que je m'estime privilégié avec mes 2000 par mois à 28 ans ce système me fait gerber. Le fruit de mon travail est ré-investi dans des placements à risque et les primes sont proches du zéro quand mon entreprise fait 100 millions d'euros de bénéfices. Le fric il est ou? Pas la peine de chercher le wikipedia du PIB par habitant y répond: luxembourg, lichtenstein, jersey, andorre.... Ce qu'il faut, c'est démanteler la City et passer la balai sur ces commerciaux et financiers qui sont le cancer de notre époque et de la valeur travail.

  27. 277
    Christian B dit:

    @Marechal
    Salutations fraternelles.
    Oui, tu as raison, espérons que tous les efforts du FdG porteront, il le faut.

    @Cronos
    Merci camarade, pour ton texte.
    Salutations fraternelles

  28. 278
    Menjine dit:

    @299
    La conception que je me fais de la Révolution citoyenne c'est d'abord que c'est une révolution, c'est à dire un changement du tout au tout du système qui nous opprime et nous écrase. La révolution ce n'est ni une évolution, ni un aménagement, ni une réorganisation, c'est un bouleversement qui donne le pouvoir à ceux qui en ce moment ne l'ont pas et fait marcher l'économie pour ceux qui créent la richesse et n'ont de profit en ce moment que pour au mieux survivre.
    Ensuite cette révolution est une révolution citoyenne, c'est à dire qu'elle n'est pas menée par une minorité agissante prétendant agir au nom du peuple, elle est faite non en fonction d'intérêts partisans ou fractionnels elle est faite pour le peuple qui agit comme peuple c'est à dire comme ensemble des citoyens.
    Elle est républicaine et sociale.
    Ce n'est pas encore la révolution communiste que personnellement j'espère et qui arrivera comme je le pense grâce à mon indécrottable optimisme tout aussi communiste (ce dernier morceau de phrase étant ironique).
    Il n'a jamais été question pour moi de rejeter l'idée d'une souveraineté nationale puisque la nation n'est pas autre chose selon nos classiques de la révolution française que "l'ensemble des citoyens exerçant leur souveraineté".
    Une Europe fédérale me paraît suspecte,dangereuse, à combattre mais elle n'est pas le projet du programme partagé.
    Il s'agit de faire de l'Europe une instance démocratique et de redonner la souveraineté aux différents peuples européens, car en soi des instances transnationales peuvent être des tremplins pour réaliser l'internationalisme, je ne vois ici aucune contradiction.
    citation à méditer du PPP:
    "Les pouvoirs de la Commission européenne devront reculer au profit de ceux du Parlement européen et des parlements nationaux dont les pouvoirs d'initiative, de co-décision et de contrôle seront renforcés.".

  29. 279
    steph dit:

    "Les socialistes grecs gouvernent avec la droite et l’extrême-droite. Où sont les protestations des Hollande et compagnie ?"

    Je voudrais rebondir sur ce thème de l'extrême-droite qui s'allie avec la droite en Grèce, de la manière que ce qu'a fait l'extrême-droite italienne avec la droite de Berlusconi. On doit utiliser ces preuves pour s'opposer aux mensonges de Le Pen qui veut faire croire (et elle y parvient !) aux Français que le FN est un parti qui s'opposerait au libéralisme économique ! Le FN n'a d'anti-système que l'anti-immigré et l'anti-républicanisme.
    Il faut informer les gens que le programme du FN de 2007 prévoyait de rabaisser le taux marginal d'imposition à 20%.
    Il faut informer les gens que Marine Le Pen, ainsi que tous les députés européens du FN ont voté pour le grand marché transatlantique en mai 2008. En voici la preuve :
    Vote des députés FN à Strasbourg.
    Et voici le texte adopté lorsw de ce vote avec les voix du FN (je précise que tous les élus de la Gauche Européenne ont évidemment voté contre) :
    Résolution du Parlement européen du 8 mai 2008 sur le Conseil économique transatlantique

  30. 280
    jo93 dit:

    @ydaho - 310
    Disons que je suis candide, oui...la haine des étrangers n'est pas venue toute seule dans la tête des nouveaux électeurs du FN (encore une fois, je ne parle pas des vrais fachos "de souche" - sourire grinçant), mais c'est qu'on les a persuadés chez les Le Pen que tout ce qu'ils subissent viennent d'eux. Ils font un calcul rapide : un étranger de plus = un chômeur Français de plus. Sans compter que ce qu'ils mettent sous le mot "étrangers" sont déjà Français depuis 2 ou 3 générations (mais ça, ils ne veulent pas en entendre parler.) Leur faire comprendre que c'est la mainmise des marchés financiers sur l'économie des pays qui les a menés là où ils sont, et que, comme le montre Steph (316) dans ses liens, Marine le Pen n'a jamais été aux côtés de ceux qui luttaient contre, ne me semble pas tout à fait inutile.

  31. 281
    JM77 dit:

    @cronos
    Débarquant sur le blog, je viens de lire votre pétition. Pourriez vous m'expliquer le but de cet appel - que je viens de lire et auquel j'adhère - et sa finalité.
    Merci.
    @tous
    Je suis surpris de l'indifférence du WM face aux propos d'une nouvelle venue frontiste et des réactions en chaîne des camarades.

    [Edit webmestre : Et moi je suis surpris de vos jugements définitifs ! "Indifférence" dites vous ? Parce que quand je m'absente quelques heures pour aller voir un parent à l’hôpital, je dois vous présenter des excuses à mon retour ? Quand je pense qu'il y a quelques mois, l'un d'entre vous prétendait que ma modération était inutile et que les "citoyens" étaient capables de débattre calmement tous seuls... La prochaine fois que je dois m'absenter, je ferme les commentaires, comme ça vous ne serez pas surpris !]

  32. 282
    steph dit:

    @Jean-Luc Mélenchon
    Est-ce que vous pourriez s'il vous plaît un jour nous reparler des directives libre-échangistes qui sont souvent votées au parlement Européen, et quels partis français votent pour? En particulier, le grand marché transatlantique, ou d'autres sujets aussi importants et peu connus ?
    Je trouve ça très instructif, surtout quand les votes de certains partis au Parlement Européen contredisent les discours en France...

  33. 283
    Cronos dit:

    @ 306 et 309 Jean Jolly

    Très bonne synthèse de plusieurs dizaine de commentaires émis ici sur ce blog dont un bon nombre émanant du "mangeur d'enfant du berry", la marche forcée et l'accélération qui semble se produire en ce moment devrait nous faire réfléchir plus en avant sur le bien fondé d'une contre offensive par les urnes. c'est David Rockefeller l'un des fondateurs du groupe Bilderberg qui a dit "Nous arrivons vers l'émergence d'une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin, c'est de la crise majeure et le peuple acceptera le nouvel ordre mondial".

    Cela fait exactement 12 ans que je réfléchi dans ce sens depuis mon adhésion à ATTAC en 2000 ou j'ai pris conscience que ce que je prenais pour une fumisterie de conspirationistes s'avérait exacte au moins dans une partie du montage en l'occurrence celle du groupe Bilderberg avec ses ramifications que sont "la Trilatérale", "l'IFRI","Le Siècle" en France, et bien d'autres, ainsi que des sous branches techniques que sont le FMI, l'OCDE, l'OMC, l'UE, etc … etc …

    Le but de ce groupe de Bilderberg et bien d'aboutir à une dictature occidentale sous la main du capitalisme archaïque (ici utilisé dans le sens de primitif = des origines) représenté en Europe par la famille Rotschild et aux USA par la famille Rockefeller, mon sentiment et que nous devrions penser à nous attaquer à ces monstes que sont ces gens, mais comment ?

    Jean tu dis "Faut-il faire un dessin pour nos amis militants et sympathisants socialistes ?" ne penses tu pas que nous aurions nous même besoin d'une sacrée leçon de chose afin de savoir vers quoi l'on se dirige afin de ne pas nous fourvoyer stupidement, car "la consigne, c'est qu'il n'y a pas de consignes" de Jean-Luc Mélenchon me laisse un peu sur ma faim, moi je ne sais rien, j'ai seulement envie de sortir du m*****r dans lequel nos dirigeants successifs depuis 30 ans nous ont mis en toutes connaissances de causes, et toi ?

  34. 284
    Menjine dit:

    En Grèce, 40% de tentatives de suicide en plus au premier semestre 2011 qu'au premier semestre 2010. Quelqu'un aurait-il une idée du pourquoi? Croyez-vous que le gouvernement introuvable d'union sacrée va y changer quelque chose ?
    Balayons-les...

  35. 285
    Hold-up dit:

    Je m'incline devant la tactique d'éducation populaire de Steph - 316 - Rien de tel effectivement que la démonstration sur pièce et le démontage par l'argumentation qui montre preuve à l'appui que le FN n'est qu'un "épouvantail à peuple " pour renforcer les marchés financiers et faire descendre la pression populaire contre ces derniers, en désignant l'éternel bouc émissaire : l'Etranger, le "pas-comme-nous ". Le FN a voté pour le Grand Marché Transatlantique Néolibéral qui nous annulera en 2015 économiquement au sein de l'Empire Régressiste et culturellement dans le grand marais américaniste. Voilà qui devrait guérir complètement les citoyennes et les citoyens français tentés par ce vote imbécile qui les ficellera pour plus d'un siècle. La servilité du vote FN est le contraire du vote Front de Gauche qui lui, renoue avec l'audace républicaine et la volonté citoyenne de reprendre en main collectivement notre destin national. Fut -il au sein d'un ensemble européen à transformer. Pour renchérir sur la façon de faire de Steph, dois-je rappeler que sous Nicolas Sarkozy, 500 niches fiscales ont été créées et celles-ci coûtent annuellement 74 milliards d'euros à l'Etat ! Annuellement ! De quoi longtemps méditer.

  36. 286
    ydaho dit:

    Bon courage a toi, Jo93... Et a toi aussi Cronos, pour ma part, je ne vois que "convergences d’intérêts" la ou tu discerne une conspiration mondiale, dans l'histoire des peuples et pour ce que l'on en sait, c'est pléonasme que de dire qu'une crise majeure accouche d'un nouvel ordre mondial, (ou régional selon le degrés de peuplement de la civilisation en cause).. Les conspirations, les ennemis de l’intérieur, le pas "beau" étranger sont l'apanage mystico chrétien de notre civilisation et ça remonte au déluge ou tout du moins a ceux qui prétendent qu'il ait eu lieu.. Les riches, que ce soit des familles ou des individus, ont des intérêts communs et s'il se réunissent, ils en parlent, évoquent comment les préserver, et cela se fait surement autour de bon caviars, champagnes et autres mets savoureux... Si un jour le FdG gagne les présidentielles, il se trouvera surement des gens 30 ou 50 ans après pour clamer dans l'indifférence totale que ce blog fut la "genèse" du complot qui renversa l'ordre mondial.. ce qui sera peut être a moitié vrai, ou a moitié faux (avons nous l'impression de comploter ?)..
    Sais tu aussi cronos, que ces familles ou individus, de part leur puissance financière, ont traversés toutes les épreuves a travers le temps, aucunes révolution ne les a abattus, ni eux, ni leurs séides, les mêmes qui gouvernaient dans l'ombre avant la révolution de 1789, sont là a faire partie de l'establishment qui nous oppresse ! c'est du pareil au même aux états Unis, bien sur, il y eut des pertes, mais l'essentiel fut sauvé : l'argent n'a pas changé de pognes !
    Tout cela pour te dire, que l'ennemi n'est pas une quelconque entité qui comploterait aux 4 coins de la planète, mais qu'il est bien visible, et que c'est le pognon et les mains qui le possèdent.. Je me demande souvent d'ailleurs si nous les "oppréssés", nous ne somme pas nos meilleurs ennemis, car de tout temps le véritable adversaire n'a cesser d'agiter devant nos nez les mêmes épouvantails, et cela a fonctionné !

  37. 287
    collot dit:

    Ta campagne est la plus cohérente de toutes, le programme, l'argumentation sont solides et imparables, pourquoi faut-il que tu te paies de bons mots "carabistouille, pédalo " qui vont un peu plus augmenter le taux d'abstentionnistes et laisser le champ libre aux fachos et droitiers de tous poils? Ne peux-tu te contenter de réagir sur le fond, tu connais tes dossiers par coeur; à la fin que cherches-tu vraiment ? On en reprendrait pour 5 ans que ça ne m'étonnerait pas ! Quant à moi, je m'interroge de plus en plus sur la nécessité d'aller voter, y'a déjà assez du sectarisme du NPA.
    Fraternellement quand même.

  38. 288
    jauresist dit:

    La manifestation de la "province qui monte à Paris" contre l'aéroport de Notre Dame des Landes s'est faite sans Mélenchon, même s'il faut signaler la présence de Marine Billard et Clémentine Autain.
    Certainement, cela est-il dû à un agenda lourdement chargé. Ceci dit, cette "tracto-vélo" est annoncée de longue date.
    Nous sommes nombreux à espérer pouvoir entendre l'opinion de notre candidat, si prolixe sur les luttes syndicales, sur ce sujet d'un aéroport de plus!
    Il ne suffit pas de répéter partout la formule "planification écologique" pour convaincre les citoyens écologistes de voter pour soi!

  39. 289
    Anny Paule dit:

    @ Cronos,
    Merci pour cet appel. Je l'ai signé, mon époux également. Je l'ai transmis à mon comité PG girondin.
    Je formule une double demande : peut-on l'éditer sur papier pour le faire signer ? Comment, dans ce cas, faire remonter pour que ce soit pris en compte ? Peut-on le dupliquer pour le distribuer, sans retour, cette fois, mais pour informer et faire réfléchir ? Je suis en zone semi rurale... comme beaucoup d'entre nous sur ce blog. Bien des gens autour de nous ne possèdent pas d'ordinateurs ou n'ont pas accès à Internet. Aller à leur rencontre, expliquer, ce serait un pas vers une prise de conscience.

  40. 290
    jprissoan dit:

    Menjine (§325)
    Vous trouverez dans l'Humanité-Dimanche datée du 10-16novembre, un article du docteur M. Limousin, centre de santé de Malakoff, membre de la commission santé du PCF, un article documenté intitulé "sachez, Français, que les Grecs meurent de l'austérité". L'auteur exploite notamment les résultats d'une étude sur la santé en Grèce publiée dans le journal médical "The Lancet" étude réalisée par le Dr David Stuckler, prof. à Cambridge

  41. 291
    pierre dit:

    Changer la monnaie reviendrait quand-même très cher, il faudrait réimprimer des francs,couteux en papier et en encre surtout qu'il faudrait repenser les dessins des billets, le plus simple pour reprendre la main sur notre monnaie c'est de garder l'euro, tel qu'il est, et de le déclarer euro français, comme les canadiens et les australiens ont leur dollar à eux. Sur les pièces il y a déjà Marianne, il suffit de rajouter une face française sur les billets et le tour est joué.

  42. 292
    Victor dit:

    A la lecture de certains commentaires, je constate que l’homme « Mélenchon » n’en serait réduit qu’à sa seule priorité, son avenir politique ! Ah bon.
    Lisez ses livres, regardez des débats, écoutez des émissions mais surtout analysez et posez-vous les bonnes questions. Que va apporter l’arrivée au « pouvoir » de la vague socialiste aux couleurs corrompues ? Une alliance de gauche plutôt que la défaite, voilà votre souhait. Hélas, Mr Mélenchon n’est pas de cette trempe, il analyse, il dénonce, il argumente, il prévient, il ose où d’autres s’emploient à de vagues promesses et s’arque boutent sur « l’accompagnement » d’une société où il faudrait recadrer les excès et les dérives.
    Des exemples récents nous confirment que les partis « socialistes » sont sur une très mauvaise pente, mais celui le plus démonstratif mais certainement le plus discret, est celui du Ps belge. Plutôt que de rester dans une opposition constructive afin de défaire les absurdités taxatrices sur ce minuscule état, il rejoint une pluralité de partis « démocratiques » pour négocier ! Résultat, de la compromission et une allégeance aux lois divines de la finance. Mais comme de nombreuses personnes en sont encore à « voter comme leur grand père », il n’est plus évident à ce jour de dire que ce serait « pire » s’ils n’étaient pas dans un gouvernement qui, comme dans un grand spectacle de plus de 500 jours, n’est pas au bout d’abandons et de soumissions.

  43. 293
    Jean Jolly dit:

    @ Cronos.
    Par expérience des divers fora et blogs je sais qu’il est malvenu d’exposer les thèses « conspirationnistes », c’est une sage décision des modérateurs car cela peut très vite déraper, pour ne pas dire dégénérer, sur des sujets plus ou moins ésotériques qui n’auraient plus aucun rapport avec l’actualité et moins encore de la réalité, ce qui contribuerait ainsi à dévaloriser les efforts de chaque concitoyen qui se bat pour survivre contre une oligarchie sans âme (ne parlons même pas de cœur) qui, elle, défend bec et ongles le droit de disposer de l’être humain selon ses besoins les plus vils.

    C’est pourquoi j’évite au maximum les références au groupe Bilderberg, la Trilatérale, les « Youngs leaders » ou autres associations qui existent pourtant véritablement mais dont la médiacratie se servira inévitablement pour discréditer tout un long travail de réflexions que nous aurions construit auprès des laissés pour compte. Sans être parano, n’oublions pas que 90 % des média sont détenus par la mafia financière… nous marchons sur des œufs et au moindre déséquilibre c’est l’omelette assurée (je sais, on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs).

    Tu dis:
    car "la consigne, c'est qu'il n'y a pas de consignes" de Jean-Luc Mélenchon me laisse un peu sur ma faim, moi je ne sais rien, j'ai seulement envie de sortir du m*****r dans lequel nos dirigeants successifs depuis 30 ans nous ont mis en toutes connaissances de causes, et toi ?

    Tout comme moi, c’est pourquoi il faut retourner les armes de nos ennemis contre eux pour qu’ils en sentent l’âpreté et de plus ils deviennent, de fait, les dindons de la farce car ils fournissent la corde pour se pendre ces cons… comme disait Vladimir Ilitch… il me semble.

  44. 294
    ermler dit:

    Que le principe du vote utile n'est plus viable
    Que le moins pire est la porte des compromissions
    Que seul un vote de conviction profonde sauvera la France

    (Extrait de l'Appel de Cronos).

    En tant qu'homme "de conviction profonde", je souscris et applaudis des deux mains !
    Le problème est que - politiquement - la majorité de nos concitoyens n'ont plus de "conviction". Qu'ils se sentent totalement désorientés face au débat politique, tant celui-ci leur apparait confus.
    Quand, ici même, une électrice du FN déclare respecter les choix du FdG, quand, lors de la primaire PS, à la fois Mélenchon, Le Pen et Dupont-Aignan déclarent que Montebourg est celui dont ils se sentent le plus proche puis que le même Montebourg appelle à voter Hollande qui lui même a les mêmes obsessions de "rigueur" que Sarkozy et Bayrou, comment ne pas se sentir "désorienté", comment se forger une "conviction" ?
    Opposer la "conviction" au "vote utile" et à la logique du "moins pire" c'est, certes, plein de noblesse, mais j'ai bien peur que ça reste sans effet sur tous ces désorientés qui (à tort) assimileront cette proposition à la logique du "tout ou rien !"
    Peut-être, au contraire, faudrait-il les convaincre que le seul vote vraiment utile, le seul qui évitera le pire, c'est le vote Front de Gauche ?! Ca fait moins "panache, mais ça me semble, politiquement plus proche de la réalité !
    Désolé, amis et camarades, de jouer un peu le rabat-joie de service, mais parfois, le pessimisme de ma lucidité vient taquiner l'optimisme de ma volonté !
    Il va sans dire que - sur le fond - j'approuve en toute conviction l'appel de Cronos.
    Vive le Front de Gauche !

  45. 295
    Cronos dit:

    @ Anny Paule

    Mais bien sûr que tous vous pouvez diffuser de toute les manières que vous souhaitez, ce texte et tout autant le vôtre que le mien, la seul chose que je souhaite, qu'on lui garde son intégrité. Plus il circulera, plus les consciences s'ouvriront et ainsi plus nous aurons de chance de gagner au 1er et au second tour des élections présidentielles.

    Merci à toutes et tous pour votre engagement citoyen et républicain.

    Je vous le jure nous gagnerons si nous le voulons sans concessions et avec conviction, diffusons donc le plus possible.

  46. 296
    Danielle 17 dit:

    Bonjour à tous,
    Je vous signale juste le lien du site des Sénateurs du groupe Communiste Républicain Citoyen et senateurs du Parti de Gauche.
    http://www.groupe-crc.org/
    Merci à tous et à Jean Luc en particulier,vous m'avez réconcilié avec la politique et pour moi ce sera au 1er et au deuxième tour :Jean Luc Mélenchon.
    Excusez moi si ce lien est deja passé sur le blog.

  47. 297
    Ardéchoise dit:

    Un intellectuel est une personne connue (artiste, créateur, écrivain, philosophe, scientifique...) qui s'engage publiquement pour défendre une cause qu'il considére comme juste (comme Zola pour l'affaire Dreyfus).
    Si des intellectuels se cachent derrière les différents pseudo des commentateurs sur ce blog, qu'ils se fassent connaître. Ils pourraient efficacement contribuer à la campagne de J L Mélenchon.

  48. 298
    Menjine dit:

    @jprissoan
    C'est parce que j'ai lu le même article que je posais cette "fausse" question (je pensais que la réponse était évidente) en fait cette "résolution" de la crise par les "gouvernements techniques", s'apparente à des crimes d'état.
    Les peuples, sont confrontés à la misère,à la maladie et à la mort.
    Répétons-le: "l'humain d'abord", et dénonçons les conséquences criminelles de leurs politiques de profits financiers.

  49. 299
    JM77 dit:

    @webmestre
    Vous êtes surpris par mes jugements définitifs ?
    J'ai juste évoqué ma surprise concernant :
    1° votre absence de réaction par rapport aux propos de cette militante FN - indifférence employé au sens du détachement, de l'absence d'intérêt - et
    2° au contraire, le nombre importants de réponses de camarades que ses interventions ont suscité.
    En aucun cas mes propos à votre égard étaient un reproche, un jugement, ils soulignaient juste mon étonnement.
    De plus j'ignorais que vous modériez seul ce blog et que certains commentaires pouvaient passer sans votre/vos contrôle(s).
    Quant à votre politique de modération, il me semble que vous n'avez de compte à en rendre qu'à l'hôte de ce blog et à lui seul, donc je ne demande, ni ne souhaite rien à ce sujet.

  50. 300
    Cronos dit:

    @ 295 Jean Jolly
    Tout comme moi, c’est pourquoi il faut retourner les armes de nos ennemis contre eux pour qu’ils en sentent l’âpreté et de plus ils deviennent, de fait, les dindons de la farce car ils fournissent la corde pour se pendre ces cons… comme disait Vladimir Ilitch… il me semble

    Entièrement d'accord avec toi pour la première partie de ton commentaire, mais je suis désolé Jean, je ne comprends pas tout à fait ton argumentation concernant les armes de l'ennemi, parlerais tu de l'argent par hasard ? si c'est le cas il nous faut être très imaginatifs, et nous entrons sur ce terrain qu'est la finance internationale, car à mon humble avis la seule arme qu'ils possèdent et l'argent "the money", et ils en possèdent beaucoup, ils peuvent même se le fabriquer sans demander l'avis de personne ! Alors !…

    La seule chose que l'on puisse faire, lorsque nous serons maître de nos décisions, sera de reprendre l'étalon or et interdire toutes monnaies non compensées en Europe, de supprimer les banques centrales pour revenir aux banques d'état, revenir avant 1971 de Reagan/Tatcher, interdire toutes transactions financières qui ne soit pas compensée par une monnaie étalonnée sur la valeur de l'or.

    Mais peut-on encore le faire, avons nous assez de réserve d'or après le passage de N. Sarkozy aux finances ? Pour combien en a-t-il vendu ? Est ce réaliste ?

    Si oui, alors exiger de toutes les nations de mettre leur monnaie en équivalence or et de supprimer toute celle qui n'est pas compensée, nous verrons alors que tout cet assemblage de soit disant richesse n'est que de la poudre aux yeux. Oui mais voilà ! ceci relève du rêve éveillé !… Car nous serions dans les 24 heures envies par l'armada nord américaine, et je n'ose même pas imaginer la suite des événements …

    Alors dit moi tout Jean, Qu'elle est la fameuse arme de l'ennemi que l'on puisse lui retourner ? Et de quelle matière est faite cette corde ?

Pages : « 1 2 3 4 5 [6] 7 8 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive