10nov 11

Berlusconi, Hollande, assemblée citoyenne et écoutes collectives

Pendant la tempête, la campagne

Ce billet a été lu 34 594 fois.

J’ai été tenu de nouveau à distance du clavier par maints rendez-vous de tous côtés. J’y reviens pour marquer le coup du nouveau plan d’austérité, début de la danse de saint Guy des gouvernements affolés. Puis, je parle assez longuement de la campagne qui me dévore pour donner mon coup d’œil et mes conseils.

© Image Eric Delion

Le plan d’austérité de François Fillon est une erreur en tous points. Erreur économique. L’activité va se ralentir. Donc les rentrées fiscales vont décroître et le déficit augmenter. Tout le monde va souffrir, pour rien. Comme les grecs. Quelle est la cause de deuxième plan de restriction ? C’est le premier plan d’austérité de cet été. A cause de lui et de ses petits frères dans tous les autres pays d’Europe, l’activité a décru. Etc… Deuxième erreur : le budget est à peine voté que le président de la République annule l’hypothèse économique sur laquelle il était construit. Et le premier ministre annonce un plan qui remet en cause toute la construction budgétaire précédente. La démocratie parlementaire n’en finit plus d’être piétinée. Les allemands ont obtenu un débat parlementaire et un vote sur le plan issu du sommet européen. Les français rien. Ni avant ni pendant ni après. Ni ensuite. Troisième erreur, politique. La danse de saint Guy des gouvernements qui prennent des mesures pour « rassurer les marchés » alerte les grands squales de la finance attirés par la bête malade qui se débat. Le tour des grandes puissances économiques de l’Union Européenne est venu après la série des essais sur les économies de second rang comme celle de l’Irlande, la Grèce et le Portugal.  La France, après l’Espagne et l’Italie est désormais dans la ligne de mire. Le plan Fillon en est l’aveu ! Donc la spirale est amorcée. La catastrophe est en vue.

Consternante chute de deux premiers ministres en Grèce et en Italie. On ne les regrette pas. Mais leur chute se fait d’une façon qui est glaçante ! Les « marchés » sont ouvertement plus forts que toute structure et institution politique. Dans le cas de Berlusconi, l’éditorial du journal « Le Monde » leur en donne acte comme d’un exploit dont « la gauche n’a pas été capable ». Etrange satisfecit. Mais la leçon se lit vite : à quoi bon une opposition si les marchés suffisent ? A quoi bon la démocratie ? Vous verrez bientôt comment les tenants de la « seule politique possible » ne se contenteront plus d’accompagner les coups de force de la finance, ni même de les justifier. Ils les appelleront ! La dérive autoritaire de l’Europe, son habituel mépris pour les votes populaires va devenir une culture politique banalisée pour la cohorte des satisfaits de droite et de la gauche social centriste. La nomination du nouveau premier ministre grec fait gagner un pari à l’un de mes proches camarades. En effet il annonçait que le tour d’un ministre « technicien », « économiste reconnu » arriverait désormais très vite en Grèce. Comment le savait-il ? Simple. Cet épisode a déjà eu lieu dans tous les pays occupés par le FMI. C’est un classique. Comme vous le voyez rien de ce qui se passe ne comporte de surprise. La suite n’en comportera pas davantage. Seul le rythme des événements est imprévisible. Pas leur contenu. Amusons-nous de constater que si la Banque Centrale Européenne ne prête pas directement aux Etats de l’Union, elle leur prête gratuitement ses membres pour être gouverné. Les socialistes grecs gouvernent avec la droite et l’extrême-droite. Où sont les protestations des Hollande et compagnie ? L’ami de Zapatero n’a pas de raison de protester. Il est d’accord. Son silence indique qu’il ferait sans doute de même le cas échéant. Ses amis du Parti Socialiste Européen ne lui laisseraient pas davantage de choix qu’ils ne l’ont fait avec Papandréou à qui ils ont fait remballer son référendum et quitter le pouvoir.

Je reviens encore un instant à la Grèce. Pour montrer une des absurdités auxquelles conduisent les montages et usines à gaz inventés pour protéger avant toute chose le cœur du système financier. Depuis des mois, le gouvernement privatise à tour de bras et à vil prix. Le dernier sommet de la zone euro a demandé au gouvernement grec de trouver encore 15 milliards d'euros et de mener fermement le plan de privatisations. Pour mémoire, en juin dernier, le gouvernement grec s'était engagé à vendre ses participations dans la Banque postale fin 2011 et dans la Banque agricole en 2012. Changement de consigne. Si tout doit être privatisé, ce ne sera pas le cas des banques. A l’inverse, le gouvernement grec est mis dans l’obligation de nationaliser les banques qui ne le sont pas ! Papandréou l'avait annoncé au lendemain du sommet : "Il est très probable qu'une partie importante des actions des banques passera sous le contrôle de l'Etat". Car les banques grecques sont les plus « exposées » à la dette grecque. C'est normal. Elles détiennent 44 milliards d'euros d'obligations de l’Etat. Avec la décote de 50% sur la dette du pays, l'autorité bancaire européenne estime qu'elles auront besoin de 30 milliards d'euros pour se recapitaliser. Donc le gouvernement va les nationaliser pour éponger lui-même la somme manquante. Mais il n’a pas cette somme, bien sûr. Il l’empruntera. Vous avez bien compris, le gouvernement grec privatise pour payer sa dette aux banques. Mais pour sauver ses banques il les nationalise. Donc en annulant une partie de sa dette, le gouvernement grec va augmenter sa dette ! L’absurde stupidité de ce système ne s’arrête pas là. La logique du libéralisme est implacable : privatiser les profits et socialiser les pertes. Georges Papandréou ne s'en est pas caché : "Après une restructuration, nous les remettrons sur le marché, comme d'autres pays l'ont fait. C'est une procédure normale et il n'y a aucune raison d'en avoir peur." Encore une fois, l'Etat va payer pour les erreurs du privé puis rendre au privé pour qu'il puisse recommencer à se gaver. Jusqu'à la prochaine crise. C’est très bientôt.
 
La campagne présidentielle du Front de Gauche va son chemin. Au galop. Mes journées ne désemplissent pas. Les équipes au travail « central » sont attelées soir et matin. J’y trouve la dose habituelle de réconfort militant et de problèmes. Côté réconfort le dévouement sans bornes de tous, chacun à son poste. Au siège de campagne l’ambiance est cependant glaciale. Le chauffage est en panne ! Que faire ? Des camarades travaillent avec une couverture sur le dos, tout le monde est en gros pull et écharpe. Le système électrique saute à intervalle régulier. Impossible de brancher les radiateurs. Ça passera. On serre les dents. J’ai attrapé un coup de froid. Je ne suis pas le seul. Les tours de garde nocturnes sont assurés. Les activités ont lieu. Les rendez-vous se tiennent. François Delapierre pilote ce qui peut l’être comme directeur de campagne et tâche d’aider le foisonnement des efforts à rester cohérent. De tous côtés me viennent des récits de moments de fraternité, des fou-rires et des prises de tête. La campagne est une aventure humaine. La vie des femmes et des hommes qui militent campe sur un rivage agité. De là on peut voir monter les eaux de la passion des français pour la politique.

Un aspect nouveau dans la campagne vient, pour moi, du terrain des luttes. Comme on le sait, dans le  comité de campagne, Marie-George Buffet anime le secteur du Front des Luttes. La structure est très active. J’en reçois des rapports quasi quotidiens par Laurence Sauvage qui s’y dépense sans compter. Les déplacements n’ont pas manqué pour moi : Fralib, Fonderies du Poitou, Arcelor-Mittal, et ainsi de suite. Le secteur a bien d’autres interventions et je ne participe qu’à une petite partie d’entre elles, cela va de soi. Ce qui est nouveau dans cette situation, c’est que ce sont les structures syndicales de base, parfois en configuration intersyndicale, qui font les invitations à venir sur place. J’ai noté que très souvent l’invitation est également adressée aux autres candidats. Je comprends que l’intention est d’attirer l’attention sur la lutte et ses enjeux. Les médias jouent le jeu souvent, puisqu’ils suivent les campagnes et les déplacements des candidats. Mais je crois qu’il faut voir davantage. Les organisations syndicales de base ne mélangent pas la politique et l’action syndicale. L’action reste pilotée par les syndicats, sur leurs propres bases et mots d’ordre. Elles ne les confondent pas non plus. Il ne sort de ces sortes de rencontres de soutien aux luttes aucune allégeance politique à l’un plutôt qu’à l’autre. Pourquoi alors ce changement de relation s’observe-t-il ? Les organisations syndicales de base vivent au rythme des esprits qui les entourent. Dans la tête du plus grand nombre, l’élection qui arrive est une occasion de dénouer les problèmes auxquels tous se heurtent. C’est légitime. Une délocalisation vient toujours d’un effet du système dans son ensemble et pas d’une conjoncture locale. Il est normal alors d’interpeler ceux qui prétendent diriger le pays. Cela permet de comprendre quelle déflagration guette notre pays si cette élection tourne à la comédie sans contenu ni perspectives de solutions concrètes.
 
Dans ces sortes d’action, nous trouvons aussi notre compte politique. Non pas, comme peuvent le croire des esprits trop simplistes, parce que nous ferions de « la pêche aux voix », ou bien parce que nous voudrions nous « attribuer le mérite de la lutte ». D’autant que le Front de Gauche, depuis son origine, n’a cessé de dire qu’il ne se mêlait jamais de donner des conseils et encore moins des directives à propos d’action de luttes sociales. C’est son originalité dans la mouvance de l’autre gauche. Cela nous fut parfois reproché, si je me souviens bien des discussions dans la lutte pour défendre les retraites où nous ne voulions pas nous prononcer sur le mot d’ordre de grève générale. Dans une lutte, le Front de Gauche cherche toujours où est l’intérêt général car c’est en son nom que le Front de Gauche veut s’exprimer. Il énonce alors les solutions politiques générales qui correspondent au problème particulier posé par la lutte et les revendications.  En ce sens, le cas particulier vient illustrer politiquement une cause commune qui va plus loin que le combat du moment et de ceux-là même qui le portent. Le Front de Gauche reste dans son registre, lui aussi. Il ne mélange pas les genres non plus. De tout cela peut ressortir du bon pour chacun.

Ainsi quand je suis allé au siège de Randstat, l’agence d’intérim à Saint-Denis. C’est le syndicat CGT de l’entreprise qui m’avait invité à venir pour soutenir la lutte qui commençait. Il insistait pour que je passe dès le premier jour, comptant que l’intérêt médiatique aiderait à conforter le démarrage du combat somme toute assez risqué. Le thème de l’intérim et du précariat est central dans notre programme « L’Humain d’abord », tous ceux qui écoutent mes discours le savent. Participer à ma manière à la lutte permettait de souligner l’actualité de ce que proclament mes discours. Sur place on nous raconta comment un jeune intérimaire de dix-neuf ans, mis trop vite sur une machine qu’il ne maîtrisait pas, se fit happer le bras. On nous décrivit le sort d’un camionneur journalier de 73 ans, ou celui d’un ingénieur payé à la mission comme un tâcheron. Chacun montrait à son tour comment d’innombrables violations du droit du travail se pratiquent seulement du fait de la logique du toujours plus vite avec toujours moins de monde. Je le précise parce que mon intention à cet instant n’est pas de flétrir une entreprise en particulier mais de dénoncer le fonctionnement d’un système. En tous cas cet exposé devant deux personnes en grève de la faim fait plus d’effet qu’une dizaine de discours pour le groupe de médias qui avaient choisi de m’accompagner. Et aux yeux de tous, le précariat commence à prendre un visage politique précis. Il s’agit de deux millions de personnes clouées dans cette condition sociale qui concerne aussi bien le haut des qualifications professionnelles que le bas. Ce déplacement fut particulièrement intense sur le plan humain. Parmi ceux qui luttaient je reconnus des visages que j’avais croisés ailleurs dans les manifestations et avec qui j’avais bavardé. Je retrouvais aussi un camarade qui se présenta à moi comme membre du Parti de Gauche. Une grande chaleur humaine s’exprimait dans les gestes et les remerciements qui m’étaient faits pour être venu si vite. On m’annonça qu’Olivier Besancenot aussi viendrait sur place. Je sortais du hall de l’entreprise quand on vint me dire que la table ronde demandée au ministère était accordée. L’émotion était à son comble. La campagne peut entrer utilement en résonance non seulement avec les thèmes des luttes sociales mais avec leur tactique elle-même.

Je ne laisserai pas mon récit dans une version univoque euphorique. S’il y a beaucoup de succès d’estime et de beaux moments en grands nombres, nous traînons aussi nos problèmes. Des problèmes ? L’insuffisante circulation de l’information. Elle est pour l’heure déléguée à chaque parti pour ses adhérents et réseaux. Je crois qu’il faudrait mettre sur pied un système d’envoi automatique direct de la lettre de liaison que met au point Marie-Pierre Vieu. Ce n’est pas seulement que je ne voudrais pas me voir reprocher une rétention de l’information qui n’est vraiment pas de mon fait. C’est surtout que je ne voudrais pas être privé de tous ceux qui veulent aider concrètement. Car comme dans toute campagne, celle-ci comporte la dose habituelle de donneurs de conseils qui ne font rien et d’actifs qui n’aiment pas se faire mousser. L’autre difficulté est de faire vivre une action vraiment collective. Car entre les déclarations sur le sujet et la réalité, il y a un monde. Je pense que la difficulté, une fois de plus, est très technique. Il s’interpose entre mon action et mon besoin terrible d’aide et de partage des tâches un formalisme qui tient aux mécanismes parfois lourds des structures de parti, à la difficulté naturelle d’information en leur sein et, parfois, aux diversités et aux enjeux de pouvoir qui s’y expriment. Je n’ai pas l’intention de m’en mêler ni d’y participer. D’ailleurs je n’ai pas le temps. Je suis dans l’action en permanence. Pour finir, cela me renforce dans l’idée que seul fonctionne très bien ce qui est fait à partir d’initiatives autonomes. C’est-à-dire ce qui vient de l’invention du terrain et des groupes de personnes qui s’assemblent pour agir d’après leur propre plan de travail. Je répète donc la consigne : « n’attendez pas les consignes ! ». Mon modèle de campagne reste celui de 2005. Chacun agit d’après ce qu’il sait utile.
 
Au demeurant je ne voudrais pas laisser penser que je me plains de l’action des partis du Front de Gauche, car j’en connais la contribution décisive à la mobilisation qui s’engage. Par exemple j’ai découvert avec intérêt le tract de quatre pages édité au niveau national par le Parti Communiste pour populariser le programme « L’Humain d’abord ». Certes, si on m’avait demandé mon avis j’aurais sûrement choisi une photo de moi moins… mouvementée. Mais après tout, le poing fermé et le programme à la main, pourquoi pas ? L’extrait de mon discours qui a été fait est intéressant et la version du résumé du programme est efficace. Certes je préfère la version de ce document qui a été établie collectivement. Mais comment ne pas mesurer le chemin parcouru dans l’intégration du Front de Gauche quand un tract de cette sorte est édité avec un éditorial de Pierre Laurent mais sous le seul timbre du Front de Gauche sans aucune référence partidaire. Ce signe, les contenus des discours, tout montre une intégration idéologique et pratique  croissante, d’autant plus forte qu’elle est choisie. Chacun emprunte aux autres et en fait son miel. Sur le terrain il en va de même. Mercredi soir, à Poitiers, avant la séance des assises internationales du journalisme à laquelle je participais, on fit entre militants une pause photo pour les législatives avec les candidats. Un moment amusé et joyeux où nul ne se souciait d’étiquettes. Cette scène se produit partout où je passe dans une ambiance d’amitié et de complicité qui sont un formidable moteur d’enthousiasme humain !

Cependant je ne crois pas du tout utile que les partis effacent leur identité. Du moins tant qu’il s’agit d’agir et de convaincre autour de soi. La personnalisation dans l’élection présidentielle est très forte. Dans la législative aussi, il faut bien le noter. La présence et l’expression des partis rééquilibre l’expression. Mais surtout elle donne à voir un processus collectif et civique. En le voyant, on comprend qu’il s’agit d’une campagne politique, qui met en mouvement une diversité de motivations et d’approches des problèmes. Ce que je dis là s’applique évidemment avec la même force aux collectifs, groupements et réseaux et personnalités qui sont déjà présents dans notre campagne. Bref, leur pluralité est un atout et non une difficulté ou un  problème. Si chacun explique, de son propre point de vue, ce qu’il fait là, nous sommes tous plus forts. Mais comment empêcher alors, du seul fait de leur force militante, que les organisations politiques n’écrasent la diversité des participations ou ne donne l’impression de vouloir s’approprier le Front de Gauche. Cette question tous les militants se la posent car tous veulent bien faire, je le sais. Tous veulent  élargir l’action tout en restant eux-mêmes, comme je le leur demande instamment. Elle concerne en premier lieux les plus importants partis en nombre de militants et présence de terrain, dans notre coalition, que sont le Parti Communiste et le Parti de Gauche.  Je ne sais pas répondre à leur place et ce n’est pas mon rôle de le faire. Mais ils doivent traiter ce problème. Et de plus ils doivent répondre au problème que posent ceux qui veulent militer et être associés à la campagne sans être membre d’aucune de nos formations parce que tel est leur choix. Ceux-là ne doivent pas être mis en tutelle non plus dans l’action et le débat. Mon conseil, je l’ai donné au secrétariat du Parti de Gauche qui m’avait associé à sa séance d’organisation de la campagne. Les assemblées citoyennes sont l’outil. Comment les constituer ? Il y a mille formules différentes. Ne figez rien. Multipliez les modèles. Surtout, tenez à distance le formalisme de nos anciennes pratiques. Le but est que des gens qui ne l’ont jamais fait s’impliquent, parlent, et surtout agissent.

Une formule très active et simple pour démarrer est l’écoute collective d’émissions politiques. Il faut avancer avec prudence et méthode. Prudence car ce ne sont pas des petits meetings. Une écoute collective peut aussi bien se faire à son propre domicile que dans une salle communale ou dans un bar qui l’accepte. Ce qui compte c’est de faire circuler la parole et de pousser à réagir. Dans cette campagne il faut que les émissions essentielles auxquelles je participerai, mais d’autres aussi, soit appropriées et leur contenu mis en débat. C’est le moyen de contourner la logique superficielle du rapport à la télé qui fascine, domine, puis s’efface de l’espace mental. Nos écoutes collectives font de nous des télé-participants, ce qui est tout autre chose que de la télé consommation. Nous avons fait un premier exercice de ce type avec mon passage à TF1 le 20 octobre. Nous recommençons l’opération écoute collective à l’occasion de mon prochain passage à France 3. J’ai donc confié l’impulsion de cette opération pour le 20 novembre prochain à Eric Coquerel. Eric vous le savez est en quelque sorte mon couteau suisse dans cette campagne. De son plein gré cela va de soi. C’est une sorte de conseiller spécial comme on dit, qui passe d’une mission à l’autre tout en gardant les attributions qu’il exerce au Parti de Gauche que préside Martine Billard et au comité de coordination de campagne qu’anime Christian Picquet. Il me permet de ne pas bousculer sans cesse le plan de travail de François Delapierre le directeur de campagne qui doit lui, organiser la lourde machine du quotidien avec sept formations politiques et la planification de l’action à plusieurs semaines. L’opération d’écoute collective permet une politisation diffuse et percolante en quelque sorte. Un bar où l’on suit une émission de politique aussi naturellement qu’à d’autres soirées on suit un match de foot, change l’ambiance et la perception de la politique dans la population environnante. Pour ceux qui y participent, à la maison, au bistrot, ou en salle, le débat, la parole rompt la glace, enhardit. Je vous signale deux liens qui permettent d’accéder à des vidéos qui racontent deux de ces soirées, en salle. J’aimerais qu’on dispose d’autres vidéos, donnant d’autres exemples. Beaucoup de mes lecteurs sont capables de faire de tels films. Je compte sur vous.

Cette vidéo a été consultée 1 870 fois
Cette vidéo a été consultée 3 938 fois

Peu de gens peuvent s’imaginer ce qu’est la cadence de travail dans de telles circonstances. La mienne, on la devine. Mais celle des camarades qui m’entourent ? C’est terrible. Aucun d’entre nous n’a jamais fait cet exercice. Les journées sont à rallonge pour ceux qui sont là en permanence. Et tout autant pour ceux qui viennent entre leurs heures de travail professionnel. De nouveaux venus sont arrivés qui viennent prendre le relais. Mon ami Christian Marre par exemple. Il fait le chef de cabinet. Bénévole, bien sûr. Il est même venu s’installer provisoirement aux Lilas. Six mois de sa retraite consacrés à la campagne ! Précis, efficace, fraternel. Et combien d’autres, femmes et hommes ! Porté par eux je me sens inépuisable. Les équipes qui sont au travail m’alimentent sans trêve de notes. Mais aussi d’actions que nous menons tambour battant, avec ou sans moi. Et partout où je passe je constate une formidable motivation humaine. La cadence ne faiblit pas. L’inventivité non plus. Lundi l’événement ce sera le lancement de la nouvelle version du site « Place au Peuple ». Un bond en avant. Je n’en dis rien vous irez voir. Nous avons tenu compte des centaines de messages reçus pour critiquer la précédente version. En fait nous savions tous que cette version était provisoire. Par la force des choses. Mais il était intéressant de savoir ce que les utilisateurs militants attendaient.

L’autre événement ce sera le lancement de la web-série ! Pour moi c’est un pari. Pour ceux qui la réalisent c’est un énorme défi. Une web-série en cours de campagne et qui la raconte, cela ne s’est jamais vu, jamais fait nulle part. Même pas « aux-Etats-Unis-dans-la-campagne-d’Obama », cette comparaison tarte à la crème de tous les ébahis de la com. Ceux-là veulent faire modernes et sont incapables de faire mieux que d’imiter ce qui a déjà été fait sans rien inventer de nouveau. Cette invention, voilà le défi, une fois de plus. Après les crieurs du métro, le théâtre de rue, les commandos culturels, en attendant les murales politiques, voici la web-série ! Et pour moi, le pari, c’est que je ne contrôle pas le récit. Ce n’est pas moi qui écrit le scénario, ni qui le relis. Ni le directeur de la campagne. Certes, le grand chef d’orchestre de la web-série, Arnaud Champremier-Trigano dirige la mise en œuvre de la communication de ma campagne. Et c’est un esprit politique engagé. Pour autant ce n’est pas un adhérent d’un de nos partis. Il fait partie de la génération « Front de Gauche ». C’est leur mentalité particulière, diverse par nature que je découvre avec eux et leur façon de faire. La web-série ne fonctionnera sûrement pas autrement, j’en suis certain. Il y aura trente cinq épisodes. Une bonne dizaine de réalisateurs bénévoles différents s’y impliquent. En fait, lundi, je découvre le premier épisode, comme tout le monde. J’ai confiance, bien sûr. Mais je me demande aussi ce que je vais découvrir.

De Gaza, vendredi dernier. Paul Murphy, membre du Socialiste Party d’Irlande, député GUE/NGL se dirigeait vers Gaza à bord d’une flottille irlando-canadienne venue apporter de l’aide humanitaire, des livres et des médicaments notamment, aux assiégés de Gaza. Comme on le devine l’armée israélienne s’y est opposée. On connaît la disproportion des forces. Elle a harcelé la flottille plus de trois heures. Jusqu’à faire entrer en collision les deux navires, le Saoirse et le Tahrir, au risque de les faire couler. La cargaison est bien évidemment endommagée. L’armée israélienne se félicite pour sa part d’un abordage sans blessés, réalisé avec toutes les précautions nécessaires. En toute hypothèse et quoi qu’il en soit, en droit, il s’agit d’un acte de piraterie puisque tout cela a eu lieu dans les eaux internationales. De plus Paul Murphy signale que l’un des passagers canadiens aura des difficultés à marcher à la suite des décharges de taser qu’il a reçu et après avoir été battu comme il l’a été. Les militants et le personnel navigant, dont aucun n’était armé, ont été menottés et privés de leurs effets personnels avant d’être emmenés de force en Israël. D’abord au port israélien d'Ashdod, puis à la prison de Givon. Sur place, il leur a été interdit de passer les appels téléphoniques auxquels pourtant tout détenu à droit. Pourquoi ? Ce n’est que dimanche que notre camarade Paul Murphy a pu donner quelques nouvelles lors d’un entretien téléphonique d’à peine trois minutes. Voici ce que Paul a rapporté : "A la prison de Givon les autorités ont tenté de nous désorienter par des privations de sommeil, le retrait de nos montres et les horloges de la prison indiquant de fausses heures. On ne nous a donné aucun délai sur la durée où nous allons être gardés avant le procès d'expulsion. On nous a nié le droit, prévu par le droit israélien, de contacter nos familles dans les 24h suivant notre arrestation". Pour l’heure, Paul et les autres militants sont toujours en prison. Pourquoi ? Parce qu’ils refusent de signer l’ordre de transfert vers leur pays d’origine. En effet celui-ci stipule qu’ils sont entrés illégalement sur le territoire israélien. De fait ils n’y sont pas entrés illégalement mais sous la contrainte de l’armée israélienne et n’ont jamais eu l’intention de se rendre en Israël puisqu’ils faisaient voiles vers Gaza. Tous ceux à qui j’en parle haussent les épaules. Entre amertume, révolte et indignation.


366 commentaires à “Pendant la tempête, la campagne”

Pages : « 1 2 3 4 [5] 6 7 8 »

  1. 201
    hêtre_cyprès dit:

    "Les assemblées citoyennes sont l’outil. Comment les constituer ? Il y a mille formules différentes. Ne figez rien. Multipliez les modèles. Surtout, tenez à distance le formalisme de nos anciennes pratiques. Le but est que des gens qui ne l’ont jamais fait s’impliquent, parlent, et surtout agissent."

    J'ai visionné seulement aujourd'hui l'assemblée citoyenne à Juvisy, l'un des deux liens que vous donnez. C'est très encourageant ! Et puis, puisqu'il y était parlé d'un site des assemblées citoyennes du Front de Gauche de la 7em circonscription de l'Essonne sur le net, j'y suis allé voir ! Double bravos pour cette merveille de simplicité fonctionnelle. interactive, juste quatre rubriques : Accueil, commenter le programme, Forum, la librairie.
    Si cela pouvait s'étendre à tous les départements voir dans chaque circonscription je signe de suite pour en avoir un dans le mien à défaut de ma circonscription. Pour les curieux http://www.lhumaindabord2012.fr

  2. 202
    Cronos dit:

    @ 200 Gerard Blanchet

    Concernant mon email sur le blog, je crois que c'est mieux ainsi (qu'il n'apparaisse pas).

    Bien évidemment tu peux le diffuser autant que tu le souhaites tant qu'il ne porte aucune signature et qu'il reste anonyme et dans son intégrité. Toute sa force est dans cet anonymat.
    La galanterie doit et peut être inversée c'est la résultante de notre équivalence et parité.
    Tous les mots utilisés ont été pesés, une porte est un accès à quelque chose qui peut ou pas être empruntée, laissons le choix.
    Enfin il faut faire peu d'effort pour soulever un voile, le déchirer commence à être un geste brutal voire barbare, nous sommes dans la conviction non dans l'agression.

    Voilà, saches que ce n'est pas par pudeur d'auteur que je te demande cela, mais parce que ce texte a été mûrement réfléchi, et qu'il se veut d'ouverture.

    @ 199 jean
    Je n'ai aucune pudeur d'auteur comme je viens de le dire à Gérard, et j'accepte le nous car effectivement il donne plus de poids au message et fait qu'il porte moins d'exaltation qu'un je, ne sommes nous pas UN tous ensemble, et lorsque je parle de NOS idées j'emploie toujours le NOUS, j'aurais dû le faire dés le départ, Gérard a apporté une force supplémentaire à mon texte, et je l'en remercie.

  3. 203
    laforcedupeuple dit:

    Suspendre immédiatement le paiement de la dette, une question de survie pour la Grèce
    http://www.cadtm.org/Suspendre-immediatement-le

  4. 204
    Berdagué dit:

    SB 197
    Vous qui ètes très savantes en histoire, vous oubliez dans ces plans si actuels et devenus les seuls plans de gestion à très long terme les plans d'austérité de Barre premier ministre avec SVP le plan barre 1 et Barre 2 si bien qu'excédée la classe ouvrière, le Livre CGT ont fait une magnifique manif interdite d'Opéra à Palais-Royal, les CRS très excités n'ont pas pu s'y opposer tant notre lutte fut grande,nous scandions dans cette grande avenue "Barre 1, Barre 2, Barre TOI " trois c'était trop, au fait nous en sommes à combien.?
    Votre doc historique laisse à désirer lorsque vous affirmez en faux :"....furent qu'en1982 un premier plan de rigueur touchera...", vos références historiques sont très orientées, et ne sont pas crédibles surtout lorsqe l'on sait que des organisations de hors la Loi ont fait fuir en espèces des milliards de Francs à Londres,alors que le controle de change existait et tous les services de police,de douanes,du fisc et la justice étaient au courant, mème qu'un Chirac a demandé à tous ces milliards de revenir en leur promettant de les taxer à seulement 10%; Il faudrait que là aussi Justice passe.
    De plus le PIB, malgré cette haute trahison du capital a fortement augmenté ce qui prouve que tout le monde du travail a retroussé les manches et sont allés au charbon pendant que ces ultra bourgeois et ultra riches trahissaient, ils en ont l'habitude.
    Avec le Front de Gauche ça va changer, ce ne sera plus une justice de classe mais une Justice de Droit ou ces mafieux milliardaires seront enfin jugés en tout liberté et équité.

  5. 205
    mikey dit:

    Mon cher Chronos, je vous sent fatigué et il y a de quoi, bon courage pour la suite car je pense que nous avons besoin de vous car la nouvelle version de "place au peuple" arrive...
    à suivre

  6. 206
    Yves Resse dit:

    @107 Alexandria
    En quoi l'austérité peut rendre les riches encore plus riches ?

    Merci pour ces explications. Vos réponses me sont connues. Mais ma question sous entendais en quoi cette solution est plus enrichissante (financièrement) qu'une autre. N'est elle pas dangereuse et plus particulièrement contre les plus riches car les risques de révolte sont plus important ? Un peuple pouvant vivre "normalement" n'empêche pas les enrichissements personnels. En fait j'essaye de comprendre pourquoi nos gouvernants font le choix le plus dangereux politiquement et stratégiquement ?

  7. 207
    Hold-up dit:

    202 -Cronos
    Je ne voulais pas intervenir mais sachez Cronos que tout le monde est sur le pont et qu'il y a tant à faire. Vous le savez bien. Vous voulez créer un journal qui s’appellerait Place au Peuple, Le Peuple ou Le Poing que sais-je encore ? Et bien faites-le ! Commencez par un blog pour qu'on vous envoie quelque manne et pour parler hebdomadairement de votre formidable aventure: "Ne regardez plus les médias, soyez vous-même le média !". Commencez par publier votre texte puisque vous l'avez écrit et que visiblement il emporte les suffrages. C'est un appel au peuple ? Parfait ! Cela tombe bien. Vous voulez parler " aux non alignés " de France qui ne sont d'aucun parti du Front de Gauche mais qui ont de la sympathie pour ce pôle politique confédéré ? Fantastique ! Voyez comme les assemblées citoyennes sont faites pour eux ! Vous voulez distribuer partout en France ce journal offensif qui applique cette formidable maxime : "la consigne c'est qu'il n'y a pas de consignes" et qui propagent les idées du Front de Gauche ? Inouï ! Le vendre pour 20 cts d'euros sur les lieux de la résistance quotidienne ou le donner sur les lieux d'exclusion et de misère ? Magnifique ! Je m'engage à vous livrer des dessins de presse dès que je vois le bout de votre blog. Pas de complainte, pas d'explication, foncez !

  8. 208
    laforcedupeuple dit:

    Et si pour 2012 ils nous refaisaient le coup de 2007 (on passe outre la volonté du Peuple)...
    C'est bien ce qui s'est déroulé en Grèce et en Italie. Pas d'élections. Des dirigeants de gouvernement mis en place par "le système", les 1%.

  9. 209
    Gerard Blanchet dit:

    @cronos et à toutes et tous
    Je viens de mettre ton texte en format.pdf sur mon site partie textes. Je l'ai publié sur Initiatives Citoyennes puis fait un tweet sur twitter @dynfdg, publié aussi sur facebook : ma page perso, celle d'IniativesCitoyennes, celle du groupe "pour une dynamique populaire du front de gauche", en invitant chacun à le partager sur son mur.
    Dis-nous si tu souhaites en faire une pétition, on doit pouvoir trouver un site pour héberger le logiciel libre PhpPetitions qui le permet.
    @hold-up oui il faut que chacun et chacune fonce, soit "son propre directeur de campagne" mais il doit aussi compter sur l'ide de chacune et chacun d'entre nous. Nous sommes les partageux!

  10. 210
    Berdagué dit:

    "...pourquoi nos gouvernants font le choix le plus dangereux politiquement et stratégiquement."

    1-Politiq.: dogmatique pour l'unique défense des 1% milliardaires, pour le capitalisme financier,pou les banques privées,pour l'UE,la BCE, la MES,le FMI,l'OTAN,le GMT,l'OMC...etc ?Tu t'y retrouves ? C'est simple: contre l'intéret commun les 99%,les services publics les poles publics bancaires et financiers, l'école publique et laique et gratuite,la Poste,France télécom, les Hopitaux...etc cf Alexandria
    2- le plus dangereux stratégiquement: mais "ils" recherchent cet affrontement et le fait de rejoindre l'otan sans vote en est la preuve,de plus la réunion des forces de polices répressives et de gendarmerie (armée) va dans ce sens,la main mise de tous les médias avec nomination des directeurs par ce pouvoir,la culpabilisation des fonctionnaires, diviser les travailleurs,...la liste est longue du maillage de ce pouvoir ah j'oubliais les fameux sondages....
    C'est donc à la grossse artillerie que nous avons à faire, "ils" tablent sur nos divisions et sur nos incapacités historique de s'nir et qu'une République Sociale voit le jour et balaie tout ce fatras aliénant.
    D'ou l'importance des initiatives allant dans le rassemblement et le projet du Front de Gauche, l'appel de Cronos, les propositions d'Alexandria, les assemblées citoyennes, les échanges de vrais infos sur ce blog.
    "N'attendez pas les consignes" nous sommes majeurs dès 18 berges, actions et bon vote.

  11. 211
    Nicolas G30 dit:

    @212 laforcedupeuple, c'est vrai, comment ce fait il qu'il n'y ait pas eu de nouvelles élections en Italie et en Grèce ? ce doit être l'élection du parlement qui régit cela ? La prochaine échéance pour ces peuples c'est quand ?
    Ta remarque à propos de la France est hélas tout à fait plausible, déjà les marchés et la gouvernance de l"Eurocrature nous ont à l'œil, et nous menaçent avec leur AAA et bientôt AA. A force de nous conditionner avec la crise et la dette et grâce à leur courage, nos gouvernants prennent des mesures impopulaires. Si la crise s'aggrave et tout porte à croire que se sera le cas, ils pourraient bien franchir encore une fois les limites de la république.
    Pour 2012, l'enjeu est vital pour nous tous, jamais il n'a été aussi grand.
    Mélenchon, présidons.

  12. 212
    antoniewski dit:

    @Charpal 176

    Merci et bravo pour tes lignes sur le PC qui synthétisent en quelques mots tout ce que les travailleurs doivent au PC malgré tous les errements staliniens... j'aime pas comme toi les petites mesquineries : on est chacun à sa place avec ses analyses et on lutte contre le libéralisme (social ou autre) point barre!.
    S'il fallait n'avoir jamais failli avant d'entrer dans le P G et le FdG y aurait peut-être pas grand monde (pas le droit d'avoir été PC, ni socialistes !)

  13. 213
    cobalt dit:

    C'est fait, j'ai joint le geste à la parole donnée. J'ai fait un don de cent euros pour le chauffage de l"usine" des Lilas.Que la chaleur des petits soleils s'accumule et l'alizé, porté par tout ces dons, réconfortera les plus frileux. Ne t'enrhume pas Jean-Luc Mélenchon, on a besoin de ta parole claire et nette pour faire vivre la vérité du FdG, la seule qui vaille la peine d'être entendue à l'heure actuelle.

  14. 214
    hêtre_cyprès dit:

    Pardon de l'effet tchat. Sur ton site Gérard Blanchet je suis venu voir, je me suis baladé sur les mutiples rurbriques à me perdre, n'en prenez pas ombrage, il est une des multiples forme du dire "l humain d'abord" et vous y participez.

  15. 215
    Dauphinoise dit:

    Je me permets de poster ce message qui n'a rien à voir avec le sujet du billet. Je veux parler des Indignés de France et du monde entier. Ceux qui se revendiquent des 99%, ce dont nous pouvons nous revendiquer nous aussi. Et je m'interroge. Pourquoi en parlons nous si peu ? Car leur combat est le nôtre. Personnellement, je suis à la fois parmi eux et, entre autre, demain sur le terrain pour le Front de Gauche. Cela n'est pas antinomique. Je sais donc pertinemment que les Indignés ne veulent pas être récupérés mais n'est-ce pas au Front de Gauche de se mettre aussi, un peu à leur service ? La parole, un soutien haut et fort suffirait. Surtout quand je vois ce qui se passe à la Défense, où il ne se passe pas une nuit sans qu'on leur prenne leurs tentes, voire leurs couvertures de survie, il me semble que nous tous devrions dénoncer cela. Certes ils occupent "illégalement" mais à l'heure actuelle on finit par se demander qui est dans l'illégalité. Ceux qui se défendent contre les attaques puissantes du néo-libéralisme ou ceux qui affament les peuples ?
    A lire ce papier très bien expliqué non pas sur les Indignés mais sur ce ce que nous savons et les risques que nous courons tous.

  16. 216
    Gerard Blanchet dit:

    @ hêtre_cyprès
    Si tu parles de mon site dans mon pseudo il est un peu spartiate et pas toujours à jour. Il était au départ destiné à accueillir les textes et vidéos des discours importants. Depuis il me sert à mettre à dispo de tous tout ce qui me tombe sous la main et qui n'est pas disponible sur le coup ailleurs. Et je ne trouve pas le temps de refaire la page d'accueil et de classer.
    Si tu parles du site Initiatives Citoyennes il est surtout très bordélique mais on y travaille pour l'améliorer. Cela devrait arriver assez vite maintenant.

  17. 217
    le Prolo du Biolo dit:

    Débat face à Jean-François Copé sur France 2

    J'ai idée qu'il va avoir du mal à s'expliquer sur la niche du même nom, le Jean-François Copé.

  18. 218
    jacques bonhomme dit:

    Propos de Von Rompuy lus quelque part sur internet: "l'Italie a besoin de réformes pas d'élections!" et pas de commentaires des professionnels français de la politique qui à mon avis sont d'accord avec lui. Ce technocrate non élu, grand prêtre surpayé de l'oligarchie bruxelloise, a lu dans les saintes écritures du néolibéralime féroce qui détruit notre modèle de civilisation depuis trente ans, puis est monté en chaire et a ordonné à un pays souverain d'appliquer des réformes (on sait ce que ce mot signifie pour ces gens-là) et pas d'élections (définition exacte du coup d'état).
    Je pense que de trés graves dangers pèsent sur nous. J'imagine très bien qu'après une belle propagande médiatique sur l'urgence et la gravité de la situation financière de la France, l'oligarchie politiquo-médiatique nous annonce la main sur le coeur, l'air navré, que les élections de 2012 sont réportées à plus tard le temps d'appliquer les "réformes- indispensables-pour-sauver-la-France".
    Suis parano ! J'aimerais beaucoup qu'on me le prouve : cela me rassurerait.

  19. 219
    le Prolo du Biolo dit:

    "Les socialistes grecs gouvernent avec l'extrême droite. Où sont protestation de Hollande et compagnie ?"

    "Hollande, capitaine de pédalo dans la tempête" :
    http://www.lcp.fr/actualites/politique/20972-melenchon-depeint-hollande-en-capitaine-de-pedalo-dans-la-tempete

  20. 220
    Berdagué dit:

    Résistance:
    Assemblées citoyennes:contact,écoutes collectives aussi,ateliers législatifs de méme,distributions de tracs normal,boites aux lettres efficaces,porte à porte un par un,vente de masse PPP,lire l'Huma,manifs,soutiens grèvistes,écrits sur blog, paroles alternatives, désirs de changer, de vivre,de justice,du travail en plein emploi,des loisirs, des congés payés,des voyages pour soutenir les 99% aux states et ailleurs, facilite le vote FdG,parle aux indignés ées impose aux médias une éthique d'intewieus,surtout la télé,signe les pets, les appels, et actions diverses à envisager en favorisant les Poles Publics,défenseurs enragés des statuts CDI,fonctionnaires,vise les banques privées,les qualifient de mafieux,et un de ceux qui ne croit pas,laic,contre tous les corbeaux de sinistre augure déferlant sur la plaine...
    Bon je peaufine ma fiche signalétique en favorisant le taf aux anti-républicains-démocrates qui pullulent.
    Résistance.

  21. 221
    cogito dit:

    Carabistouille ! Si l'auteur de la photo intitulée "en marche" pouvait remettre rapidement notre candidat préféré à l'endroit alors pourrait-il lever le poing gauche et non pas le poing droit... Sic !

  22. 222
    JR84 dit:

    Nous venons de vivre une semaine riche en révélation de ce que le "Marché" est capable de faire sur notre continent Européen. L'Europe qui protège et son traité de Lisbonne n'y pourront rien. Les Politiques ne sont plus les décideurs! ainsi cette semaine deux coups d'Etat viennent de se produire : L'un en Grèce et l'autre en Italie...la main invisible du marché vient bel et bien de chasser du pouvoir, les politiques, qui ne sont plus en phase avec leurs exigences de rigueur et d'austérité. Les nouveaux dirigeants viennent d'ailleurs des rangs de la finance et ne sont pas désignés par la vox populis, donc non élus. Chez nous, en France, notre tour arrive...le marché porte tous ses espoirs sur le prétendant social démocrate, F.Hollande, pour infliger au peuple les mêmes mesures infâmes. Sachant que la droite gouvernementale a définitivement perdue l'élection, la finance du Siècle et de Bildelberg a changé son cheval. Soyons vigilants...ne nous laissons pas dépossédé de notre démocratie. Le Peuple est souverain...lui seul est en capacité d'élire ses représentants...alors, votons massivement pour le Front de Gauche et son représentant, Jean Luc Mélenchon, pour une nouvelle République Citoyenne, une nouvelle éthique gouvernementale, et pour un espoir de solidarité et d'humanité collective. La France, la Belle, la Rebelle fera Place au Peuple!

  23. 223
    Obelix dit:

    bonsoir,
    @ JR84
    Quelle belle envolée,mais c'est sans compter sur la connerie du peuple français beaucoup sous estimée et surtout à ne pas négiger.
    J'interviens de moins en moins sur ce blog, mais c'est peu être par clairvoyance. Et tous les "intellects" d'intervenants me fatiguent.

  24. 224
    Genialle dit:

    Exact le Prolo @221 et je laisse ici une émission de LCP. Très bien faite et surtout qui pourra servir a Jean-Luc Mélenchon. "De leurs ennemis les sages apprennent bien des choses"

  25. 225
    vaillant dit:

    @à propos de la gravité de la situation financière de la France
    Un article du journaliste Laurent Mauduit de Médiapart repris partiellement par Politis démontre que les dix derniéres années de cadeaux fiscaux(aux plus riches) ont ruiné la France. Sans cela, "la dette publique serait environ 20 points de PIB plus faible aujourd'hui qu'elle ne l'est en réalité,générant ainsi une économie annuelle de charges d'intérèt de 0,5 point de PIB".
    Autrement dit, la France, malgré la crise, serait en quasi conformité avec les critèrs de Maastricht (la dette ne doit pas dépasser 60% de sa richesse nationale) et n'aurait pas besoin d'un plan d'austérité. Le journaliste s'est basé sur une étude du directeur général de l'INSEE.
    Conclusion, cette dette a été voulue, niche Copé, bouclier fiscal, dernière réforme ISF, pour amener la liquidation du programme du CNR et un transfert encore plus rapide des richesses vers les nantis. Moderniser la France nous a dit Sarkozy pour se faire élire. J'espère que Mr Mélenchon va lui clouer le bec au Copé jeudi prochain !

  26. 226
    Deckboy dit:

    Bonjour M. Mélenchon et à tous les visiteurs de cette page,

    Je remarque beaucoup de commentaires sollicitant une sortie "brutale" de l'Euro, voire de l'Europe. Je pense personnellement que cela ne serait pas bon, en soit, pour la France qui une fois isolée aura de la peine à défendre ses intérêts sur la scène internationale. Par contre il est indispensable, urgent et prioritaire de rendre l'Europe plus sociale et démocratique.
    Les citoyens européens doivent se plier en 4 pour être informés de ce qui se fait au Parlement Européen. Les institutions et les représentants semblent tellement distants et sont tellement méconnus qu'il n'y a pas d'implication démocratique directe. Ce qu'il nous faut donc c'est refondre l'Europe. Oserait-je prononcer le mot? Une fédération. Pourquoi pas? Mais bien sûr dans les conditions du peuple, pas celle des quelques technocrates qui savent tout mieux que tout le monde (soit-disant).
    C'est parce qu'il veut redonner sa voix au peuple que je soutiens le Front de Gauche et M. Mélenchon, dans une approche pragmatique mais jamais défaitiste. Je ne suis pas militant, juste un jeune homme de 24 ans qui désire être un citoyen aussi éclairé que possible. J'ai très peur de ce vole de souveraineté galopant en Europe et je donne donc ma voix au Front de Gauche qui ne l'étouffera pas par la suite.
    Je vous souhaite beaucoup de courage M. Mélenchon et à tous les militants !

  27. 227
    Genialle dit:

    Berlusconi est parti, et les Romains fêtent cela avec humour : "Un orchestre s'est installé près du palais présidentiel pour jouer l'Alleluia du Messie d'Haendel." pour dire ciao a ce dernier.
    Du courage pour les Italiens.

  28. 228
    jnsp dit:

    @ cogito
    À propos du poing de JL Mélenchon sur la photo, je ne suis pas sur que ce soit le sien, la photo a été détourée ou retouchée et il y a un truc qui me semble ne pas aller sur le dos de Jean-Luc Mélenchon.
    Je n'en suis pas sûr.

  29. 229
    Cronos dit:

    @ 211 Gerard Blanchet
    Merci encore Gérard pour ton soutien et ton action, c'est formidable d'avoir des gens comme toi qui agissent, tu as mon feu vert pour diffuser, exploiter et faire connaître ce texte par le plus grand nombre, encore merci de ton appui.

    @ Hold-up
    Merci camarade, cela va son chemin, et j'ai pris bonne note de l'offre de service (dessin de presse) et des conseils, effectivement, le plus important est le contenu le contenant sera plus facile à faire lorsque je posséderais (dans le sens de la maîtrise) correctement le contenu, et bien sûr les futures pages de ce journal sont grandes ouvertes aux plumes y amenant du grain à moudre et des compte-rendu journalistique digne de ce nom, nous devons faire un organe de presse à double lames et ses lames seront tranchantes, nul ne pourra se permettre d'y tricher et c'est à ce prix que nous aurons l'écoute et l'assentiment du plus grand nombre qui croyez moi ne s'y trompe jamais, il n'y a que les fats qui se l'imaginent.

  30. 230
    Dodo30 dit:

    Réponse à Laurence 54
    Elle me vient de mon fils. L'argument qu'il donne pour éviter le vote soit disant utile pour Hollande est celui-ci.
    Si les personnes proches des idées FdG votent utile non par conviction mais pour le "moins pire que", le FdG fera un petit score, résultat qui ne reflétera pas son influence réelle mais peu importe. Cela confortera Hollande dans l'idée que le FdG ne représente pas grand monde et confortera encore plus sa ligne d'accompagnement du système.
    Cela conduira aussi, après de nouvelles déceptions à des "indignés" renvoyant dos à dos les hommes politiques de droite comme de gauche.

  31. 231
    jacques bonhomme dit:

    @obelix
    Ton message doit absolument attirer notre attention.
    1- La tentation de baisser les bras est notre pire ennemi ! Bien plus redoutable encore que le système néolibéral féroce qui nous étrangle lentement depuis trente ans. Quel cadeau extraordinnaire à leur faire que de se résigner, d'accepter, de baisser la tête. Bat toi autour de toi, essaie d'en convaincre ne serai-ce qu'un, et ce sera une victoire et crois-moi la plus petite des victoires redonne l'envie de se battre et une sacrée dignité,celle de citoyen.
    2- Moi aussi le côté "intellect" de certains intervenants me fatigue souvent,parce que nous sommes des gens simples et sincères (excellente définition du mot peuple donnée par Jean-Luc Mélenchon). Se faire reprendre pour une orthographe incorrecte quand le FMI vire des chefs d'états élus et envoie une administration d'occupation.

  32. 232
    Menjine dit:

    "Tutti a casa"! crie la foule en attendant la démission de Berlusconi, et après celle-ci j'ai vu une petite pancarte tenue par un homme écrite à la main sur une petite feuille de papier et disant "je me sens déjà mieux ! ".
    Soulagement et joie.
    Après,dès demain cela va être plus compliqué, car quelles alliances?
    L'Italie ne me semble pas avoir de voie à gauche à emprunter, au mieux un centre et un mesclun technique, aux ordres des marchés et du capitalisme des petites entreprises, moins à ceux de la mediacratie.
    Tout à l'heure sur ce site je voyais que certains avaient du mal à accepter les organisations politiques disant qu'elles empêchaient le déploiement des forces spontanées.En lisant la presse italienne ce soir,je pense que nous avons cet avantage par rapport aux italiens d'avoir encore des organisations politiques de gauche, qui permettent aux idées anti-capitalistes de pouvoir espérer l'emporter, nous avons des forces historiques et nouvelles suffisamment éduquées,conscientes et habituées au militantisme de lutte, avec aussi des bastions, ce qui nous donne plus de choix, si nous savons y faire, qu'aux Italiens.
    C'est un bien précieux que le front de gauche, et que les organisations,comme les hommes qui le composent, c'est grâce à eux que nous allons peut-être pouvoir sortir du piège que nous tendent les instances européennes: changement de personnels politiques au profit des marchés, alliances au profit du développement du capital, alternance de partis aux étiquettes contraires et aux finalités identiques.
    Pour une rupture, heureusement que nous avons ces organisations. Pour une convergence des luttes, un débat fécond, un développement de nos idées sans antagonisme, tous avec Mélenchon.
    Et on peut espérer avoir sa peau à ce foutu système capitaliste.
    Mais Bravo encore au peuple italien !

  33. 233
    Zapping dit:

    @cogito @jnsp
    Cette photo choisie pour la web-série est en réalité un arrêt sur image du film réalisé par deux camarades du Parti de Gauche lors du discours de Jean-Luc Mélenchon à la Fête de l'Humanité.

    Ce film où souffle le vent de l'Histoire en train de s'accomplir et où le porte-parole du Front de Gauche et ses camarades semblent sur le pont d'un navire dans la tempête - regardez les rampes de projecteurs qui bougent comme s'il s'agissait de mats - est visible ici :
    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2011/09/18/discours-a-la-fete-de-lhumanite/

    Le poing levé est bien sûr celui de Jean-Luc Mélenchon, comme chacun peut le constater à partir de la minute 13 jusqu'à la fin.

    "Haut les coeurs ! Ardents à la lutte !"

  34. 234
    Mylène dit:

    "émissions politiques"
    la crise politique actuelle a définitivement installé un sérieux climat de méfiance du peuple français vis a vis de ces émissions qui offrent un déballage de pipolage plutôt que de repenser la politique... perso, je zappe, je zappe et je zappe, désolée pour la formule mais je n'ose même plus ouvrir mon post télé à moins de tomber sur des documentaires sur les animaux.... c'est vous dire si ma déception est grande ! L'intox bat son plein, ces animateurs d'émissions politiques ne se remettent même pas en question sur la qualité des débats proposés, ils oublient totalement que le net a supplanté ces espaces de paroles vidées de sens ! Je suis peut être réac, mais il me semblait qu'à une époque, les émissions politiques faisaient moins dans la "monstration"... Jamais de référence au peuple français, jamais une référence sur ce qui mine le français, jamais de référence à des projections rationnelles.... le mot à la mode c'est austérité, et un autre fléau qui ne dit pas son nom ! La preuve, quelle bonne nouvelle cet extrême droite qui s'installe en Grèce sans même l'avis du peuple Grèce ! On invite des économistes a deux balles pour dire quoi, que la crise de 29 est là ? mais çà on le sait déjà !

  35. 235
    Christian B dit:

    Après avoir tenté de faire travailler les "salauds de pauvres au RSA", voici l’assaut "courageux" du chevalier Philippe Bertrand qui veut sanctionner les arrêts maladie abusifs, en faisant payer les salariés.
    Mais oui, cadenasser l’économie, flinguer la planète, faire des cadeaux aux riches, aux banques par coup de milliards d’euros n’est pas suffisant, il faut pratiquer la saignée aux petit peuple, peu importe la manière, même la plus abjecte, il faut rassurer les marchés !
    Serviles et plein de zèle devant la finance et impitoyable avec le faible, "les misérables" de Victor Hugo sont bien vivants.
    Cette droite extrême dite "républicaine", mais de façade, renoue avec l’idéologie du 19eme siècle (qu’ils n’ont jamais abandonné), celle de Monsieur Thiers qui doit être satisfait de sa descendance.

    Bref, chers camarades, tout cela est proprement immonde. Cette Monarchie républicaine permet d’agir ainsi, agir au détriment de ses semblables les plus faibles, sous couvert de choix politiques, sous couvert qu’on est élu pour cinq ans, on peut faire cela, et bien pire, sans avoir de compte à rendre, aucun.

    Que se vayan todos
    Place au peuple, place à la 6eme République.

  36. 236
    Berdagué dit:

    Italie: ce n'est pas nouveau, aprés avoir adulé un despote on lui coupe la tète ainsi va une partie du peuple,c'est classique,entendu ce matin sur France -inter: " Basta, j'ai cru en lui,j'ai voté pour lui, là basta", ben voyons, fastoche, ce sont les financiers qui lui disent de laisser la place à qui? : à un cireur de pompes du système capitaliste, en quelque sorte ce milliardaire sert de soupapes, à jeter au peuple en pature pour la curée: Vivement un Front de Gauche en Italie...
    Grèce : les bruns-roses gouvernent avec la bénédiction des financiers de la commission de l'UE ; de l'Elysée du locataire actuel et de la chancelière réclamant plus plus plus de serrage de ceintures pour les peuples appauvris, et si la Grèce bouge un peu, pas de pognon et sortie, exclu le dernier de la classe, Vivement un Front de Gauche en Grèce...
    A remarquer qu'en Histoire deux empires grecs et italiens sont mis au pas par les financiers non élus en 2011!
    Je comprends Obélix 225 sur" la connerie du peuple français", et pourtant nous sommes encore, et pour combien de temps la résistance du petit village France face aux Empires plus dangereux que ceux de la Grèce et d'Italie.
    A ne pas douter c'est la France,notre République,nos Révolutions,la Commune,la Résistance et le Front de Gauche qui est visé, les forces en face sont prètes à l'assaut final pour nous mettre en esclavage, il va y avoir du sport!
    Car avec la résistance de 2011 construite pas à pas nous, le peuple et en France,ne sommes pas si en "connerie" que ça.

  37. 237
    marechal dit:

    @ Christian B 3h04
    Salutation fraternelle
    Je tombe sur ton texte et tu peux imaginer quelle rage me hante.
    Le pire de tout cela c'est l'ironie qui se rajoute à la rage : tous le monde le sais ici, et c'est pas faute de le répéter à qui veut (ou peut) l'entendre, c'est l'acquiescement du petit peuple; c'est cela le pire je voulais dire.
    D'où le texte ci-dessous pour contribuer au travail de destruction de sa camisole de force mentale dont abuse le genre de chien galeux que tu dénonces.
    J’espère que le webmestre laissera passer:
    Le changement du monde est dans les révolutions citoyenne d'Amérique du sud, le changement du monde est dans le printemps arabe,le changement du monde est qu'à Wall Street il y a des gens qui veulent qu'il change et c'est urgent, le changement du monde est dans la spoliation de la révolution libyenne par l'Otan (pétrole quand tu nous tiens) le changement du monde est bientôt en Iran (toujours pétrole quand tu nous tiens, et là les oligarques comptent bien s'en mettre plein les fouilles) le changement du monde est dans le déni de démocratie Merkozy à l'égard du peuple grecque qui doit subir la spéculation financière sans referendum, le changement du monde est absent de la tête des gens qui ne le voit pas parce qu'ils ne veulent pas le voir, le changement du monde est absent de la tête des gens qui veulent conserver un système où ils se font flouer par une oligarchie qui spécule sur leur dos, mais faut croire que ces gens là aiment ça. C'est vrai que les bœufs apprécient l'herbe avant l'abattoir, et c'est vrai aussi que demain il n'y aura plus d'herbe nulle part, et cela n'est qu'une allégorie pour l'instant, mais le manque de révolte populaire est peut-être dû à l'absence de vision des gens, peut-être.
    Et enfin le changement du monde est en cette prise en otage soudaine des peuples juste par des triples A

    (précision,texte de ma facture que j'ai envoyé sous un pseudo à 20 minutes)

  38. 238
    Sans terre dit:

    Pendant la tempête, la campagne ! «Capitaine de pédalo dans la tempête», le langage fleuri de Jean-Luc Mélenchon me comble d’aise !

    « Il y a deux grammaires de l'action politique. Dans une période de grand calme, il faut des gestionnaires qui tiennent la barre doucement. Dans une période de grand chaos, il faut des caractères », affirme Jean-Luc Mélenchon.

    « Si c'est l'heure des caractères, vous avez besoin de moi. Si ce n'est pas l'heure, surtout passez-vous de moi parce que c'est mieux d'avoir des gens plus tranquilles qui vont vous arranger ça, des François Hollande et tous les autres fromages lyophilisés que vous pouvez trouver », ajoute-t-il.

  39. 239
    Mario Morisi dit:

    Une pastille vidéo de bonheur en Italie !

  40. 240
    Blanqui2012 dit:

    @ Mario Morisi
    L'heure est grave... Enfin de la joie et de l'enthousiasme !

    Mélenchon, partageons !

  41. 241
    Mari Noëlle dit:

    Bonjour,
    Je sais que tout le monde va me tomber dessus mais...
    S'il est bien sur évident que seule une vraie politique anti libérale pourrait sortir l'Europe du bourbier dans lequel elle est plongée êtes vous tous assez peu réalistes pour croire que Jean-Luc Mélenchon a vraiment une chance d'être au second tour ? Je voterai pour lui sans état d’âme si le Front de gauche cessait de se tromper d'ennemi ! Pensez vous vraiment que traiter Hollande de capitaine de pédalo va faire reculer Sarkozy dans les intentions de vote ? Cela amuse certes mais cela décrédibilise la candidature socialiste... Je n'aime pas Hollande, centriste et pas de gauche, mais à le démolir ainsi nous aurons ce que nous avons eu en 2007. Ne pensez vous pas que Sarkozy donne suffisamment d'arguments dans ces actes et ses paroles pour nous occuper tous. Ne faites pas à Hollande ce que la gauche a fait à Ségolène Royal avec le résultat qu'on a vu et qui est un drame pour les petites gens. Ou alors avouez que vous préféreriez le pire au moins mal. Je ne pense pas que ce constat fait par de nombreux électeurs vous apportera beaucoup de voix au premier tour. En continuant l'anathème et les petits mots contre Hollande vous favorisez le vote utile dés le premier tour ne le voyez vous donc pas !
    Une militante de 67 ans très basique.

  42. 242
    Axel dit:

    A Obelix, qui reproche des "interventions d'intellectuels" :
    A quoi s'attendre d'autre sur un blog où on a le plaisir de ne pas se faire insulter à chaque post, comme on peut le voir sur les forums des quotidiens Libération et Le Figaro, par exemple ?
    Ce blog est un bel espace de réflexion, où des idées sont données en pâture par son auteur et où nous avons tous loisir de commenter et d'apprécier leur valeur, et peut-être apporter une contribution modeste. Depuis que j'y interviens, j'ai pu partager des idées sur les nationalisations, sur la démocratie par tirage au sort, sur les méthodes nous permettant de convaincre autour de nous, etc...
    On a encore le droit de réfléchir, dans ce pays, où bien doit-on tout faire aux tripes ?
    Ce blog ne peut être qu'un espace de réflexion. Et c'est cela qui nous met à l'écart du populisme et de la démagogie.
    Une fois cela dit, nous agissons ou cherchons tous un moyen d'agir pour que Jean-Luc Mélenchon et le Front de gauche soient élus et majoritaires dans le pays. Mais il serait dommage de ne pas approfondir ici - notamment - les idées qui nous animent.
    Cordialement.

  43. 243
    vaillant dit:

    @Mylène à 1H38
    Contrairement à vous, j'avale tout ce que je peux d'infos, d'émissions politiques pour ne pas être prise au dépourvu quand les gens me disent Mélenchon "un rigolo", Marine "c'est bien " etc.. afin de comprendre pourquoi ils en sont là.
    Vous avez raison, avant c'était moins contestable.
    Si l'info est parcellaire (beaucoup d'omissions sur ce qui est compromettant pour le pouvoir) la programmation pédagogique des documentaires semble vouloir combler ce manque. Un Reagan sur la 5 montre comment cet ultra a été contacté par les nantis pour en faire leur candidat, comment il a enrichi les riches en appauvrissant les classes moyennes et comment ses héritiers (Tea-party) croient toujours que sa politique ultra libérale a protégé les classes moyennes. Un Hitler sur la 2 montrant qu'il a été nommé Chancelier sans avoir de majorité et qu'avant son arrivé au pouvoir son discours était très policé.
    Sarko remonte dans les sondages. 40% d’opinions favorables? Mais avec 110 experts en com. (le Canard du2/11) il devrait mieux faire, non ?

  44. 244
    Anny Paule dit:

    Excellent texte Maréchal...
    J'ai des difficultés à admettre que certains s'offensent du côté intellectuel de nombreux posts...
    Ce n'est pas parce qu'on est un "intellectuel" qu'on n'est pas capable de comprendre et de vivre avec ceux qui ne le sont pas ! Nous sommes tous sur la même galère. On a longtemps opposé les intellos et les autres. Il semble que ça continue !
    On devrait se réjouir au contraire que ceux qui ont acquis la faculté de s'exprimer la mettent au service de tous et fassent éclore les idées ! Cet ostracisme anti-intellos a quelque chose de dangereux, il s'apparente à celui du FN qui oppose les gens entre eux sur d'autres critères (migrants / autochtones, milieux populaires entre eux...).
    Le PG se veut un parti creuset, le FdG une fédération d'idées de gauche. La gauche, c'est le don, le regard sur l'autre comme un autre soi-même, sans calcul (le calcul froid, la haine de l'autre, surtout si l'autre est le peuple, c'est la droite !).
    Excellent, l'appel au peuple de Chronos (je crois)... J'ai envie de le dupliquer pour le distribuer avec la permission de l'auteur. Je l'ai transmis à mon comité.

  45. 245
    Eve37 dit:

    @ Mario Morisi
    Espérons qu'il y ait la même ferveur lorsque Sarkozy sera dégagé par la révolution citoyenne en 2012, mais je ne suis pas sûr que le marché, le FMI et l'oligarchie partageront cet enthousiasme.
    Je ne suis pas sûr non plus qu'il y ait beaucoup d'allelouiah non plus.
    Place au peuple
    Mélenchon présidons

  46. 246
    JR84 dit:

    @Obelix
    je comprends complètement ton désarroi, moi même, à certains moments, il m'arrive de douter de l'effet de notre action sur les gens. Mais j'utilise cette baisse de conviction pour renforcer ma combativité et reconquérir la gagne.
    L'heure n'est certainement pas à tout laisser tomber, bien au contraire, les rapaces tournent déjà au dessus de nous.Nous devons être les dignes successeurs du CNR. Nous, le Front de Gauche, avons le devoir de rendre à la France son indépendance vis à vis de la finance. Le Peuple français l'a montré à plusieurs reprises, sa capacité à se dépasser et à faire triompher les valeurs républicaines est au coeur de chacun-e des citoyen-e-s de ce pays.

  47. 247
    marechal dit:

    @ Anny paule
    Merci, je reprends à ta suite si tu me le permets. Amitiés militantes.

    @ obelix
    Petite précision, la plupart des "intellos" ici ont sans doute payer leurs études aux jus sanglants de leur coude, sans pouvoir forcément aller au bout d'eux-même pour des raisons souvent sociales (manque d'argent pour aller plus loin dans les études etc...) C'est en cela que ta "considération" des intellos me blesse, et et sans doute blessante pour d'autres qui se sentent viser, merci d'y penser camarade.

  48. 248
    Rachel dit:

    @Mari Noëlle
    Je sais, c'est horrible, mais c'est ainsi : Hollande ne fera pas mieux que Sarkozy ou Papandréou sous la pression de la finance internationale qui va nous tomber dessus. Si elle nous tombe dessus et que le PS nous dirige, ne soyez pas surprise de ce qui va se passer. Nous sommes en pleine crise, ne l'oubliez pas. Le vote utile ne peut être pour un libéral pendant cette crise. Pourquoi ? Parce que même s'il existe incontestablement des différences entre Hollande et Sarkozy, entre ce PS/Modem et l'UMP, elles s'effaceront d'un coup sous la pression du diktat financier. Ce sera le chaos.

    @JLM
    Tenez bon ! J'attends avec impatience votre débat avec Copé ! Bon courage pour sa préparation !

  49. 249
    H_Rv dit:

    Mr Mélenchon,
    J'entends ce matin votre critique sur les carabistouilles Verts/PS qui échangeraient circonscriptions contre centrales nucléaires. Je suis assez triste d'entendre dans votre bouche une critique similaire à celle effectuée par Copé dans la semaine. Certes le PC est est en train de perdre sa place de meilleur allié du PS, mais bon, ce n'est au final que la traduction des résultats des élections successives... Cela ne devrait pas donner lieu à de la rancoeur et des tiraillements comme je les vois. Bref.
    Mais sur le fond, quelle est votre position personnelle sur le nucléaire ? Il me semble que vous avez infléchi votre position vers un referendum (probablement du fait de l'alliance avec le PC) sur la question. OK.
    Que voteriez vous, Jean-Luc Mélenchon, une fois la question posée ?

  50. 250
    MALFANT Richard dit:

    Au sujet du triple A et de l'atroce idée d'en perdre un.... mon dieu !
    J'aimerais même qu'on perde les deux autres A et qu'on passe à DDD (Dégraissé, Découenné, Dénervé comme pour le jambon... voire Décérébré.) Ce système sans âme doit s'effondrer. Nos vies ne doivent pas être de simples supports à de perpétuelles évaluations qui ne sont que de pures inventions d'un système qui veut maintenir les peuples sous la domination d'une oligarchie.

Pages : « 1 2 3 4 [5] 6 7 8 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive