04nov 11

Tribune publiée dans Les Echos du 4 novembre 2011

Le mythe du modèle allemand

Ce billet a été lu 3 940 fois.

Le « modèle allemand » est la nouvelle coqueluche. Nicolas Sarkozy s'enthousiasme : « Tout mon travail, c'est de rapprocher la France d'un système qui marche, celui de l'Allemagne. » Une fascination partagée par l'entourage de François Hollande.  Test : les investisseurs font-ils davantage confiance à l'Allemagne  qu'à la France ? Non. La France est largement devant l'Allemagne pour  les investissements directs étrangers : plus de 1 milliard de dollars en  France contre 674 millions en Allemagne, selon les statistiques  publiées par la Cnuced. Les Allemands sont-ils meilleurs que nous en  matière de dette ? Non. En 2010, l'Allemagne avait une dette de 83,2 %  du PIB contre 81,7 % pour la France, selon Eurostat. L'Allemagne est  donc tout autant que la France en dehors de la limite des 60 % du PIB  exigée par le Pacte  de stabilité. La croissance allemande est-elle meilleure que chez nous ?  Non plus. Sur la dernière décennie, elle a été inférieure à celle de la  zone euro et moindre qu'en France. D'ailleurs, le « modèle allemand »  n'a pas protégé ce pays de la crise : avec une chute de 4,9 % du PIB, il  a subi en 2009 une récession deux fois plus importante qu'en France.  L'embellie en 2010 est donc un rattrapage. Au final, par rapport à 2008,  l'Allemagne marque encore un retard de croissance plus grand qu'en  France.

Le taux de chômage en Allemagne est-il vraiment plus  faible que chez nous ? Non. Officiellement de 6 % contre 9,9 % en  France, il a été facialement dégonflé grâce à la réforme  sociale-démocrate. Elle a rayé des comptes 1,5 million de sans-emploi.  Cela correspond exactement à la baisse du chômage affichée depuis 2002.  En septembre dernier, le journal « Die Welt » a aussi révélé que 200.000  chômeurs âgés avaient été radiés. Le ministère allemand du Travail a  reconnu que 57 % des seniors chômeurs n'étaient plus comptés. Autre  artifice : la généralisation du chômage partiel, invisible dans les  statistiques. Ainsi, en 2010, selon Eurostat, il concernait 26,2 % des  salariés allemands contre 17,8 % des salariés français.

La  croissance allemande basée sur les exportations est-elle un modèle  généralisable ? Non. 65 % des exportations allemandes sont destinées à  la demande des autres pays européens. Si ces derniers imitaient le «  modèle allemand » en contractant leurs achats, l'export made by Germany  s'écroulerait. De plus, ces exportations ne révèlent pas une plus grande  performance technique. Selon Eurostat, 16 % de celles-ci concernent des  produits de haute technologie. En France, c'est 26 % des exportations.  L'OCDE note que les Français travaillent 154 heures de plus par an que  les Allemands. Et la productivité des travailleurs français est la plus  élevée d'Europe. Elle a progressé sur la dernière décennie deux fois  plus vite qu'en Allemagne.

Peut-on importer le « modèle allemand »  ? Non. La démographie allemande est trop différente de la France. Le  taux de fécondité allemand est moitié moindre qu'en France. Depuis  trente ans, il y a donc davantage de décès que de naissances outre-Rhin.  Le pays est donc poussé à privilégier une économie de rente. La France a  un besoin vital d'activité. D'ici à 2060, la population allemande  devrait passer de 82 à 65 millions d'habitants. Celle de la France  devrait passer dès 2050 à 73 millions d'habitants.

On ne peut donc  pas transposer le « modèle allemand » en France. D'ailleurs, est-ce  souhaitable ? Les Français veulent-ils vraiment aller plus loin dans la  contraction des salaires et la précarité de l'emploi ? Car c'est là  l'unique secret qui distingue l'Allemagne des autres pays depuis dix  ans. Ce bilan d'une décennie d'application des lois sociales-démocrates  sur l'emploi est un désastre social. 20 % des salariés sont des  travailleurs pauvres. 5 millions de travailleurs doivent se contenter de  mini-jobs à 400 euros par mois, sans protection sociale. Faute de SMIC,  2 millions de salariés gagnent moins de 6 euros par heure, alors  qu'aucun salarié ne peut gagner moins de 7,06 euros net de l'heure en  France. En dix ans, l'intérim a augmenté de 130 % et les CDD de 22 %.  Résultat de cette politique de compression salariale : selon l'OCDE,  c'est une baisse record de la part du travail dans le PIB allemand : de  76 % à 67 % en sept ans. Neuf points de PIB pris aux travailleurs. Et un  taux de pauvreté de 20 % plus élevé en Allemagne qu'en France.

Pour  moi, chez nous, la priorité est au contraire de rallumer le moteur de  l'activité en rendant aux salariés les 10 points de la richesse produite  qu'ils ont perdus au profit du capital depuis trente ans. Le « modèle  allemand » est un leurre. Etendu à l'ensemble de l'Union européenne,  il mènerait tout droit à la récession. L'intérêt général nous appelle à  en finir avec cette fascination morbide pour l'Allemagne. Il faut  soutenir le coeur vivant et productif de notre économie.
 



Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive