16fév 11

Pseudo anti sémite et vrai archaïque, Le Pen, le Parlement européen

Deux façons de combattre la droite extrême

Ce billet a été lu 23  209 fois.

mimizan

Dans cette note j'évoque une nouvelle discussion sur les révolutions du Maghreb menée avec madame Leila Shahid en séance de mon groupe, la Gauche Unie Européenne au parlement européen. Je dis un ou deux mots de mon débat avec madame Le Pen et des manières de combattre la droite extrême car je veux me mettre à distance de la méthode nulle de la baston socialiste avec Jacob à propos de Strauss Kahn. Je vous tiens au courant des avatars de ma journée à Strasbourg à propos d'un nouveau rapport sur la directive Bolkestein qui continue son œuvre malfaisante. Vivement la semaine prochaine ! Mardi prochain je serai en vacances !

Merci à Jean-Lou Bouffault pour les très belles photos qui illustrent de ce billet.

Madame Leila Shahid, représentante de l’autorité palestinienne auprès de l’Union européenne était présente à la réunion du groupe de la GUE pour nous parler des révolutions au Maghreb et au Moyen Orient. Son approche est très intéressante. Elle met en avant des arguments anthropologiques plutôt que géopolitiques. Elle retient donc les caractéristiques communes des sociétés en révolution du point de vue des individus qui les composent. Dès lors ces révolutions perdent tout caractère exotique. Selon elle, ces révolutions partent d’une société civile commune, en dépit des frontières. Avec une langue commune, l’arabe. Des télévisions communes, un cinéma commun, des chanteurs communs, des jeunesses éduquées mais précarisées, des couches moyennes déclassées. Politiquement la situation est commune : d’un côté une oligarchie, de l’autre un peuple dépossédé de droits civiques réels. Economiquement la situation est également commune : le libéralisme éradique toutes les structures de cohésion sociales, quelles qu’en soient les formes. Regardez bien cette liste. Est-ce biaritzque ce ne sont pas les mêmes caractéristiques de départ que celles des révolutions d’Amérique du Sud ? Et puis cette liste est aussi celle de nos propres caractéristiques nationales, en France. Avec en plus deux connexions spéciales entre ces révolutions et nous Français. Cette connexion c’est que nous avons l’usage d’une langue en commun, la langue française. Jamais autant de gens ne l’ont parlée de l’autre coté de la Méditerranée. Et encore une autre caractéristique : des millions de bi-nationaux. Jusqu'à 20% de la population tunisienne est bi-nationale franco-tunisienne a dit Benjamin Stora à Grenoble. Et cela parmi une population immigrée venue d’Afrique du Nord nombreuse, active et impliquée dans la vie de notre pays.

Mais des partis politiques capables de porter les aspirations de cette société civile émergeront-ils à temps pour que la révolution ne soit pas confisquée, lui ai-je demandé ? Elle a répondu en commençant par montrer que la revendication centrale était la constitution d’un Etat de droit. Elle voit deux points d’ancrage à cette aspiration. D’une part une Constituante qui abroge les dispositifs confiscatoires de la démocratie. D’autre part un mécanisme de responsabilisation des pouvoirs en place et de contrôle permanent sur eux. Tout cela c’est ni plus ni moins que le contenu et la méthode de la révolution citoyenne. Dès lors, elle pense que la « forme parti » n’est pas celle qui s’impose à ce moment de la révolution. Car elle diminuerait l’ampleur de l’implication populaire dans la révolution. Je crois que cela vaut la peine d’être réfléchi. Certes, dans les processus révolutionnaires, qui de surcroit détruisent des partis-Etat, la forme parti n’est pas l’outil de la révolution. Notons que cela n’a jamais été le cas nulle part et dans aucun cas de révolution, incluse celle de 1917. Celle-ci engendre ses propres organes. Aujourd’hui ce sont des comités de quartier ou de village, principalement. Mais les syndicats jouent un grand rôle. On l’a bien vu en Tunisie où l’UGTT a fourni tout l’encadrement de l’action dans les campagnes par l’intermédiaire des travailleurs syndiqués qui y vivent. Pour autant la structuration en partis se produit mécaniquement sitôt que la conduite des objectifs révolutionnaires donne lieu à des oppositions de points de vue et même d’intérêts entre les catégories de population impliquées. Mais, bien sûr, la forme que prend cette structuration peut être de mille et une sortes différentes. Sans aller plus avant sur le sujet, ne serait ce que parce que je manque de tant d’éléments et de savoirs pour en parler, j’en reviens à mon intuition de départ. Les révolutions de la Méditerranée ne se contentent pas de nous concerner. Elles nous impliquent et elles doivent nous instruire.

Je ne vais pas beaucoup parler du débat avec madame Le Pen. Il a déjà tellement été commenté. Je pense qu’il était probant. Je ne parle pas de la question de savoir qui a eu le dernier mot. Je ne crois pas que cela soit le véritable enjeu, même si j’ai de bonnes raisons d’être assez satisfait de ce que j’ai fait si j’en crois les commentaires et les messages reçus aussi bien du monde médiatique que des citoyens téléspectateurs. Ce qui me plait, c’est que l’on ait pu écrire commela rochelle à la Une de France Soir : « Le Pen – Mélenchon : enfin un débat ! » Madame Le Pen était sans surprise. Elle n’a rien dit de plus ni de moins que d’habitude. Au passage on s’est aperçu qu’en moins d’une semaine elle a recentré son discours sur les fondamentaux du FN contrairement au bla bla selon lequel elle aurait abandonné tout cela. La surprise est en proportion des efforts fournis par tant de gens pour dire qu’elle et moi c’était du pareil au même. Ce qui était une surprise, c’est que quelqu’un lui tienne tête, sans reculer ni tergiverser, sur les principes de gauche. Il y a longtemps, longtemps que personne ne l’avait fait clairement sans demi-teinte ni euphémisation, sans dramatisation ridicule ni diabolisation moralisante. J’ai donné mes arguments clairs et nets. Et elle l’a fait aussi directement que d’habitude. Sur les sujets de fond : immigration, laïcité, peine de mort, monnaie européenne, j’ai assumé de bout en bout ma totale différence à gauche. Mes arguments sont ceux de la gauche historique et non les embrouillis sociaux démocrates frileux ou les capitulations à la Manuel Valls. J’ai incarné la gauche décomplexée. C’est à dire toute la gauche. Ce qui a tant plu aux gens de gauche c’est de se sentir représentés dans cette circonstance ! Rien de plus, je le sais bien, mais c’est déjà tant ! Même quand ils ne m’apprécient pas. Et dès fois, ça m’a fait apprécier par des gens qui ne me connaissaient pas ou qui croyaient me connaitre. Pour nous, pour notre équipe et notre parti c’est une charge politique de plus. Nous nous sommes portés en première ligne sur de nombreux thèmes en adoptant une ligne de combat frontal. A présent et à partir de cette émission nous devons aussi porter la représentation frontale de la laïcité et celle de l’immigration assumée.

Partant de là on devine ce que je pense de la récidive de madame Elkrief me comparant pourtant le jour même aux collabos Doriot ou Déat, « sauf pour l’immigration » précise-t-elle. Ou du journal « Libération » qui relègue le débat en page 15 et me renvoie dos à dos avec Le Pen sous les dehors mielleux d’un compte rendu « objectif ». Sous titre fielleusement froid : « La présidente du FN et le leader du Front de Gauche se sont affrontés hier. Chacun se revendiquant le plus proche du peuple ». Qui sait lire, et que ça intéresse de lire une telle réduction à l’eau tiède d’un débat qui fut aussi brûlant, voit dans ce compte rendu les petites giclées de fiel qu’il contient. Mais ce n’est pas ce qui compte dans la circonstance. Ce qui compte c’est qu’un journal de gauche consacre trois pages, deux interviews et un édito à une indignation politicienne de commande sur une déclaration de Christian Jacob et presque rien à une lutte réelle, argument contre argument, qui a fait réellement événement. Je dis qu’elle a fait événement parce qu’en témoignent audimat et le douhetretransmissions sur tant de sites internet de journaux ou de réseaux. J’en profite pour dire que la façon de surévaluer deux phrases de Christian Jacob sur un tel thème, dans ce registre, de cette façon, aggrave le mal qu’elle prétend dénoncer. Qui a intérêt à incriminer d’antisémitisme dans une déclaration de cette sorte ? Pour menacer tous ceux qui s’opposeraient à Strauss Kahn d’antisémitisme ? La ficelle est grosse ! Surtout que l’accusation est particulièrement vicieuse. Ils n’affirment aucunement qu’il s’agit d’antisémitisme mais que cela pourrait en être et cela que Christian Jacob « le veuille ou non » (Philippe Lançon), qui adopte « plus ou moins consciemment les thèses du théoricien de l’action française sur l’identité nationale » (Laurent Joffrin). Sachant que l’antisémitisme n’est pas une opinion mais un délit en France grâce à la loi Gayssot (PCF), on voit quel procédé inquisitorial et venimeux est ainsi mis en scène. Si le papier d’analyse d’Alain Auffray est extrêmement prudent et factuel on ne peut en dire autant des titres et questions « La chasse au DSK est ouverte », « A gauche certains ont vu des relents antisémites dans les propos de Jacob. Qu’en pensez vous ? ». Cette méthode d’insinuation et d’inquisition sur des « relents » et autres apparences est celle qui nous a enfoncés face à Le Pen dans le passé. La préférence donnée à l’invention d’un combat contre un pseudo antisémite est une faute politique totale. Mon débat avec Madame Le Pen procède d’une toute autre méthode : des faits, rien que des faits mis en débat sous la lumière de la raison. Si l’on doit critiquer Monsieur Jacob ce n’est pas pour des « relents » ni au nom de fumeuses stigmatisations gratuites mais pour le fond de ce qu’il dit. Quelle est cette France « des terroirs » dont il parle ? Monsieur Jacob n’aime pas la France urbaine ? Il n’aime pas les gens qui y vivent et qui n’ont pas de « terroir » ? Cette France-là pourtant c’est celle du Vingt et unième siècle dans laquelle vivent quatre vingt cinq pour cent de notre population. Christian Jacob n’est pas un antisémite. C’est juste un gros agrarien archaïque !

Ces références obsessionnelles aux années trente, par des gens qui n’en ont visiblement tiré aucune leçon autre que moralisante, est totalement contre performante. Pierre Moscovici traite Jacob de pétainiste. La belle affaire ! Mais le caractère politicien de l’incrimination saute aux yeux comme le prouve cet amalgame pourri qui lui surgit au détour d’une phrase. Car il conclut fielleusement son entretien par « cette manœuvre, qui vise à salir et discréditer, rejoint certaines attaques populistes. C’est un front curieux qui se met en place ». Tel est le fond de commerce des Strauss-kahniens contre nous et donc contre moi, nommément désigné dans l’éditorial de Laurent Joffrin, pour faire un exemple. Huchon, Valls, Cambadélisnormandie pensent arranger les affaires de leur candidat en m’intimidant parce qu’ils croient que je crains leur pouvoir de stigmatisation. On voit mieux avec ce genre de méthode ce qu’est le clan des Strauss-Kahniens. Quiconque n’est pas d’accord politiquement avec eux est aussitôt traité de suppôt du fascisme. Nous sommes censés baisser les yeux ? Ni en rêve. A l’intolérance et au sectarisme ils ajoutent ainsi un clanisme qui repousse. Les interviews volontairement sibyllines de son épouse, les bavardages ineptes de l’armée des grands prêtres qui les décryptent, les aboiements des serre-files tout cela provoque une infantilisation de la gauche atterrante ! Non décidément, ce candidat ne peut pas rassembler la gauche ni au premier ni au deuxième tour. Ni lui, du fait de son bilan au FMI et non de sa personne, ni son clan, ne le peuvent du fait de leur méthode dans cette phase de la campagne. Je ne tends pas la joue gauche et je ne pratique pas le pardon des offenses. Et les gens de gauche informés non plus, qui n’aiment guère être traités de cette façon si j’en juge par ce que j’entends.

Je pense que cette meute de gardiens du fétiche Strauss-Kahnien s’énerve parce qu’elle est très inquiète. En fait, leur candidat n’en a rien à fiche d’eux et de leurs projets de carrière, occupé qu’il est par la sienne.  Et puis maintenant, il y a trois autres candidats socialistes que les enquêtes donnent possibles vainqueurs de Sarkozy. A quoi bon alors s’encombrer d’un homme en baisse et qui est autant rejeté par toute l’autre gauche, se disent plus d’un. Et puis, tout accusés que nous soyons d’être « complices de la droite et des pétainistes », la véritable complicité avec la droite est de son côté dès qu’il s’agit de politique réelle et de gestion concrète. C’est madame Lagarde qui a vendu la mèche sur le plateau des Quatre Vérités de France 2. Elle complimente le travail du directeur du FMI et leur totale convergence de vue. Ce même mardi où pérore Pierre Moscovici sur le « curieux Front qui se constitue », elle en avoue un autre autrement plus réel et lourd. Elle déclare : "Il a été nommé directeur général du FMI, tout le monde s'accorde et j'en fais partie, pour dire qu'il fait un très bon travail au FMI. Il soutient les thèses françaises pour ce G20 donc nous, nous avons besoin de lui là où il est." Et l’enthousiasme finit par griser la malheureuse qui ajoute : "c'est un partenaire de travail de grande qualité comme directeur général du FMI. Il soutient nos thèses, il soutient en particulier tous les travaux que nous engageons pour éviter les excès sur le système monétaire international". Erreur madame ! Le directeur du FMI estime que l’idée française de taxation des transactions financières présentée par Sarkozy est "simpliste" et "inapplicable". Dommage que sous le gouvernement Jospin les « irréalistes » du groupe socialiste et communiste aient voté, contre l'avis de DSK, le principe d’une telle taxation « inapplicable » !

Je ne sais comment vous décrire ce que je ressens quand j’entends parler la novlangue européenne. J’ai une boule de nausée qui me monte de l’estomac comme lorsqu’on a avalé par mégarde quelque chose de répugnant. Au moment où je l’évoque, ici devant mon clavier dans l’hémicycle, monsieur Barroso est en train de parler. Il enrobe de mielleuses paroles creuses la réforme du traité de Lisbonne pour rendre possible le mécanisme de coercition dit « de poitiers-tisonsstabilisation financière ». Tout ça va se faire sans consulter les parlements nationaux ni les peuples, d’aucune façon. Dans la langue des eurocrates ça donne "nous sommes tous d’accord pour monter dans le train des réformes en vue de lever les obstacles pour libérer les potentialités d’une pleine croissance durable. Mais alors se pose la question de savoir sur quel rail faire rouler ce train des réformes positives". Nous savons tous que le mécanisme de stabilité est celui qui convient et ainsi de suite. Comparaison pour petits enfants (le train et le rail), ruses sémantique à deux balles (« nous savons tous »), et bonne conscience en béton armé. C’est insupportable. Mes chers lecteurs sachez que le Traité de Lisbonne va être modifié sans votre avis. Alors qu’on vous avait dit que c’était impossible d’en toucher une ligne. Et maintenant voici l’orateur du groupe « socialiste et démocrate ». « Nous saluons la création d’un mécanisme de gestion permanente des crises financières. Mais comment va fonctionner ce mécanisme ? Est ce qu’il va fonctionner comme un mécanisme communautaire ou bien encore un renforcement intergouvernemental et du pacte franco allemand ?». Voila tout. Les peuples ? Ce grand « socialiste et démocrate » s’en moque. Son problème c’est de savoir comment vont se répartir les pouvoirs entre la commission, le parlement et le conseil. Un noir bureaucrate de plus ! Un nationaliste anglais lui demande si ça lui parait plus important que l’avis des chômeurs que le mécanisme va créer ! Beuark ! Le « socialiste et démocrate » dit qu’il faut respecter le traité et ses procédures. Roule bouboule ! Ce monde est devenu fou ! Le plus pénible ce n’est pas que la droite soit de droite mais juste que la gauche officielle soit aussi d’accord avec elle ! C’est ce sentiment d’être désarmé qui est mortel.

Comme il n’est pas question de Cuba (ennemi affreux) ni du Qatar (ami délicieux), pas d’espions ni personne pour rendre compte de la séance auprès de la concierge quatremérisante du parlement ! Misère ! reDommage. Car il était question des arrivants immigrés sur l’ile de Lampedusa. Quand c’était les refugiés de l’horrible camp de l’est communiste, « l’Europe qui protège » s’est dépêchée de donner à tous les rescapés l’asile amical et bienveillant avec primes, passage à la télé et prix Sakharov extrêmement émouvant. Puis les belles personnes ont promis tout de suite l’adhésion à l’Union sitôt que le mur fut tombé ! Maint feux d’artifices furent tirés en même temps qu’on faisait toute sortes de délocalisations d’entreprises dans la joie et les auto-congratulations. Mais là on a d’abord fait les délocalisations et les belles personnes ont fait de beaux voyages tous frais payés dans l’autre sens. Et quand les régimes autoritaires sont tombés, personne n’a promis l’adhésion à l’Europe. Les réfugiés d’avant et de maintenant ont été parqués comme des animaux et brutalisés de toutes les façons possibles ! Pas de télévision, pas de prix Sakharov ! Et aujourd’hui sur les bancs de madame Le Pen au parlement européen les membres de son groupe ont dénoncé les milliers d’islamistes et de terroristes qui viennent de débarquer à Lampedusa ! J’ai demandé publiquement à ce député comment il savait qu’il s’agissait de criminels, de terroristes et d’islamistes. Et lui m’a répondu que tout le monde le savait. Et ensuite le ronron a repris. Et où était monsieur Quatremer, le rentier de « Libération », pour raconter ça ? Ce n’est pas son truc ? Non. C’est juste qu’il n’était pas là, une fois de plus, et que ses informateurs Verts non plus pendant ce débat pourtant essentiel pour la dignité humaine. Mais celle-ci est-elle intéressante  ailleurs qu’à Cuba ? Pas pour Quatremer. Ce n’est pas tout. Quand l’essentiel est en débat les mondains sont ailleurs.

La directive Bolkestein est revenue ce matin. C’est sur la base d’un rapport social démocrate et c’est avec les voix de ce groupe et celle de la droite que le rapport a été adopté ! La GUE, mon groupe, et les Verts ont voté contre ! Cela mérite une explication. Ce n’est pas Jean Quatremer qui vous parlera. Il est vrai que ce n’est pas un ragot du bar du parlement. Vous vous souvenez de la directive Bolkestein ? Aujourd'hui appelée "directive services", cette directive impose et organise la libéralisation des services au sein du marché unique de « l’Union Européenne qui nous protège ». Elle découle tout droit de l'Accord général sur le Commerce des Services adopté par l'OMC et de la Stratégie européenne dite « de Lisbonne ». Décidément, Lisbonne, quelle ville pour l’Europe libérale ! Il n’en est que plus risible de voir les sociaux démocrates portugais au pouvoir, préférer l’argent chinois au secours de leur chère « Europe qui protège » et son bras armé le camarade Strauss Kahn et les troupes d’occupation du FMI. Cette directive a été adoptée par le Parlement européen en 2006, après une rude bataille populaire qui n’avait pas peu contribué au rejet du Traité Constitutionnel en 2005. Les « socialistes et démocrates » avaient pourtant voté avec entrain, avec la droite, au prétexte que certains services publics seraient désormais exclus du champ de la directive. Il s'agit des fameux "services d’intérêt généraux" dont la définition est laissée aux Etats. Barrage de paille. Car dès que des secteurs privés existent au sein d'une branche de services, l'ouverture à la concurrence est obligatoire. Autant dire que tous y sont voués. Est donc ainsi  spécialement visés st-benoitl’éducation puisqu’il existe des écoles privées, par exemple. Même cas pour la culture ou encore d'autres services publics clés comme les postes, l'énergie, l'eau, les déchets. Concrètement cette directive limite l’intervention de l’Etat et les réglementations considérées comme des entraves à la concurrence dans les secteurs concernés. Ce ne sont pas seulement les choses qui sont visées mais aussi les personnes. Les procédures d’autorisation ou de déclaration imposées aux professionnels des services vont ainsi être allégées voire supprimées. Prenons un exemple. La directive services oblige les Etats à faire sauter des clauses d’exclusivité, de spécialisation ou de compétence imposées dans certains domaines. Pour être agent de voyage par exemple, mais aussi pour être actionnaire d’une société d’exercice libérale – comme les sociétés d’avocats, de conseils juridiques et ainsi de suite. On réduit ainsi les exigences imposées aux professionnels et on diminue d'autant les protections des usagers. En renforçant les acteurs marchands, on accroît la pression pour l’ouverture à la concurrence dans des secteurs où on n’imaginait même pas qu’il en soit question. L’éducation devient ainsi une cible privilégiée. Les opérateurs privés vont pouvoir se renforcer dans le secteur déjà marchand comme la formation professionnelle notamment. Toutes ces merveilles libérales furent adoptées à l’époque par la droite et 137 « socialistes et démocrates » sur 200. Et parmi ces 137, tout le beau linge de cette lamentable équipe comme le président du Parti socialiste européen Poul Nyrup Rasmussen et le président du groupe au parlement européen, Martin Schulz. Les libéraux de la ALDE ont voté pour, y compris Marielle de Sarnez, le numéro deux du Modem.

C'est la deuxième fois depuis que je siège au parlement européen que le sujet est à l'ordre du jour. La première fois c'était en Novembre 2009, quelques jours avant la date butoir prévue pour la transposition effective de la directive dans le droit national des Etats membres. La date buttoir était le 28 Décembre. J’en avais parlé sur ce blog, assez dégouté par la façon de faire en secret. A l'époque comme aujourd'hui, il n’était pas question de revenir sur la directive services. Au contraire il s’agissait d'assurer sa mise en œuvre effective par les Etats membres. Vous trouverez cette question traitée dans la rubrique européenne de mon blog. Le sujet était à nouveau à l'ordre du jour ce mardi à Strasbourg. On y votait en effet un rapport d'initiative de Madame Gebhardt, « socialiste et démocrate » récidiviste endurcie et convaincue sur le sujet. C'est déjà elle qui était la rapporteure lorsque le Parlement européen avait donné son aval à la directive services. Elle est donc de retour pour nuire.

Ce rapport avait un mérite. Un seul. Celui d'« inviter (…) les États membres concernés à assurer une plus grande transparence, notamment au travers d'une meilleure implication des parlements nationaux et de l'élaboration de tableaux de corrélation ». Une invitation à laquelle le gouvernement français ne répondra surement pas ! Toute la transposition de la directive, éparpillée dans toutes sortes de loi, est achevée depuis le 28 décembre dernier. Mais toutes les demandes des parlementaires du Parti de Gauche pour en avoir un bilan sont restées sans réponse. Après quoi le rapport « socialiste et démocrate » n'est que validation et célébration de la vulgate néolibérale. Il se permet de rappeler à l'ordre les gouvernants des Etats membres qui "manquent d'ambition" dans sa mise en œuvre. Berk ! Ce qui n’empêche pas, en fin de texte, un aveu ridicule : le parlement y reconnait être incapable de juger des conséquences de la mise en œuvre de cette merveille ! En effet, il "espère que la directive sur les services aura réellement un impact positif ".  Il précise même que "l'impact de la directive sur l'économie, les entreprises et les citoyens ne pourra être évalué qu'une fois qu'elle aura été transposée de manière complète ". Voilà sans doute qui explique pourquoi il n'y avait pas de vote nominal sur ce texte. Les noms des responsables ne seront donc pas connus. Mais les feuilles de consignes de vote restent. Seul mon groupe, la GUE/NGL et Les Verts ont voté contre ! Les « socialistes et démocrates » ont fait bloc avec la droite ! En route vers « l’égalité réelle » comme disent les habitants de la rue de Solférino !

Quelqu’un sait-il où Sarkozy veut en venir avec cette nouvelle croisade contre le multiculturalisme ? Quel genre de campagne présidentielle est-il en train de mijoter ? On voit laquelle. Il est donc temps de vacciner et de faire vivre de puissants anticorps dans l’organisme républicain parce qu’il va être rudement secoué une fois de plus.
 


255 commentaires à “Deux façons de combattre la droite extrême”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. Cronos dit :

    @ Jean-Luc Mélenchon

    Suite à : Deux façons de les combattre tous !

    Deuxième façon : le constat que Jean-Luc Mélenchon, c'est à dire vous Monsieur, est un vrai tribun tel que nous n'en avions pas connu à gauche depuis bien longtemps, est un avantage certain sur tous nos adversaires de droite comme de gauche ; donc ce serait une folie que de ne pas exploiter ce talent. il faut que le Parti de Gauche prenne l'initiative d'organiser un tour de France complet avec un minimum de 40/50 meetings de 650 à 800 personnes, il est nécessaire de trouver une idée originale pour faire venir les gens à ces meetings, très vite une couverture médiatique nationale se mettra en place au travers de la PQR (Presse Quotidienne Régionale) qui deviendra de fait une tribune supplémentaire pour s'exprimer et faire vivre les comités locaux, une couverture des radios locales et de FR3 région, la venue de Jean-Luc Mélenchon dans une petite ville de province ne passera pas inaperçue, je vous fait confiance pour le contenu et les messages à faire passer.

    Et pour couronner les meetings de l'année, organisation de 5 grandes messes régionales (Rennes, Lille, Toulouse, Lyon, Marseilles).

    Si cela vous intéresse, j'ai quelques idées à proposer, et je suis capable de vous les chiffrer.

  2. Chilihane dit :

    "Quelqu’un sait-il où Sarkozy veut en venir avec cette nouvelle croisade contre le multiculturalisme "

    Contre le "multiculturalisme" ou contre le communautarisme ?

    Une fois de plus il va s'agir de taper sur l'Islam en faisant semblant d'en débattre...

    Dans le même temps ce petit homme, avec 20 de ses ministres (et d'innombrables personnalmités politiques estampillées "de gauche") participe au dîner du CRIF, où il évoque "les racines juives de la France".... C'est pas du communautarisme, ça ?

  3. jean ai marre dit :

    @ Webmestre,

    Bonsoir,
    Est il normal que je ne puisse insérer la suite à mon post 143 ?
    Il s'agit d'une réflexion suite au paragraphe important du billet de JL Mélenchon sur les souvenirs des années 30.
    Salutations

    [Edit webmestre : Oui, c'est normal. Vous posez en fin de commentaire la question de savoir si vous avez franchi la ligne. Vous avez la réponse !]

  4. Marc Archent dit :

    Pour continuer dans le sens de Jorie (147), Gilbert Delbrayelle (149) et Cronos (152), il faut matraquer le citoyen peu ou pas politisé des propositions concrètes du PG/FdG. Tous les canaux sont bons à prendre (y compris les techniques de publicité que par ailleurs nous désapprouvons comme arme du consumérisme)

    - la télé: bien sûr, il faut continuer, mais le format des émissions politiques est peu propice à une présentation exhaustive des propositions (sans parler des problèmes de parti pris et autre censure)
    - un tour de France de meetings: absolument nécessaire, mais ne touchera pas les français vraiment dépolitisés
    - la presse écrite: évidemment, mais nous n'en sommes pas maitre et même remarque que précédemment
    - les campagnes d'affichage (style matraquage) comme par exemple l'idée d'autocollants/affichettes placardés sur tous les murs/feux rouges/panneaux/etc (comme je l'ai exposée au post 34)

    Nos propositions concrètes, dans la plupart des domaines, jouissent d'un ancrage certain dans la population. Ces propositions doivent devenir la base de toute les discussions et débats politiques, entre tous les français d'ici à 2012. Il ne faut plus que la question standard posée à M. Mélenchon par les pseudos journalistes soit "Est-ce que DSK est de gauche ?", mais que la question standard posée à tout homme politique se faisant interviewer soit "Êtes-vous pour ou contre la séparation des banques de dépôt des banques d'affaires comme le propose M. Mélenchon?" (un exemple).

  5. clop dit :

    "Je ne sais comment vous décrire ce que je ressens quand j’entends parler la novlangue européenne. J’ai une boule de nausée qui me monte de l’estomac" Jean-Luc Mélenchon
    L'Europe : tout ce que vous écrivez sur ce travail de sape des technocrates européens qui démantèle et va continuer à démanteler méthodiquement notre service public d'intérêt général, n'est relayé nulle part dans les medias français. Peut-être Marianne ? comme si les medias avaient décidé que l'Europe ne nous intéressait pas, que nous étions incapables de comprendre...
    Comment pouvons nous sortir de cette Europe ? Ce doit être facile puisque nous versons plus que nous ne recevons. Mais il faut en sortir, très vite !
    Cronos (152) parle de la PQR : c'est un bastion à conquérir. Il faudrait une colonne par semaine sur l'actualité du parlement européen, un rendez-vous avec tout le lectorat. Vous ne pouvez pas acheter une colonne d'info dans les journaux ? OUi, je sais, c'est très cher, et je serre les poings en découvrant ce soir un bandeau de pub à la télé du ministère du travail et de l'emploi pour vanter le pôle emploi qui a simplifié la vie du chômeur, un seul guichet ? Une concentration des moyens, mais les ressources humaines n'ont pas suivi. C'est une propagande électorale éhontée !

  6. clop dit :

    "Quelqu’un sait-il où Sarkozy veut en venir avec cette nouvelle croisade contre le multiculturalisme "
    Mais oui, c'est évident : il allume un contre-feu médiatique après les dernières bourdes de Mam

  7. jeannot dit :

    @ 159 ecocolo
    Ne pas se fier aux sondages, surtout sur le FN qui, comme l'a bien expliqué Jean-Luc Mélenchon, sert de diable de service tant à l'UMP qu'au PS. Souvenez-vous des sondages sur Ségolène, en 2006, avant qu'elle ne soit intronisée par les militants PS; elle seule pouvait battre Sarko, ce, avec 10 points d'avance. Une fois candidate officielle du PS, les sondages et la médiacratie l'affublaient des pires noms.

  8. Annie dit :

    A ce propos, la note du secteur études du PG concernant les sondages

    http://www.lepartidegauche.fr/images/docs/notesondages.pdf

  9. Jean-jacques COLIN dit :

    Superbes photos. Bon choix de Jean-Luc Mélenchon. Bonnes vacances on tient le bon bout

  10. dudu87 dit :

    Bonsoir,

    La 1° qualité d'un militant est d'écouter, de tendre l'oreille dans les endroits où il se rend pour entendre ce que peuvent dire leurs compatriotes et pas simplement ce que pensent leurs relations famillialles, amicales et professionnelles.
    Allez sur les marchés le samedi ou dimanche matin. Ce sera le meilleur sondage!
    Je suis dans la Nièvre pourtant le département de feu Mitterrand et Bérégovoy; Les électeurs/res FN existent y compris dans le monde "salarié".
    Le danger FN est bien présent quoi que certains/nes veulent bien le faire croire! Ce n'est pas le SMIC Européen, l'échelle des salaires de 1à20, la géothermie...qui changeront quelques choses!

  11. Gilbert Duroux dit :

    160 Annie
    "A ce propos, la note du secteur études du PG concernant les sondages"

    Toujours à propos des sondages, puisqu'il est question d'Alain Garrigou dans la note du secteur études du PG, on vient d'apprendre que ce dernier vient de gagner son procès contre le sondologue et ancien conseiller de Sarkozy, Patrick Buisson.
    Extrait de la dépêche AFP :
    Le tribunal de grande instance de Paris a débouté mercredi le patron de la société Publifact et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson, qui avait engagé une action en diffamation contre le journal Libération et l'universitaire Alain Garrigou.
    Dans un rapport de 2008, la Cour des comptes avait épinglé la convention confiée sans appel d'offres par l'Elysée à Publifact pour réaliser ses sondages. Une plainte a depuis été classée sans suite par le parquet de Paris mais une nouvelle plainte, avec constitution de partie civile, déposée récemment pourrait relancer l'affaire dite des sondages de l'Elysée.
    Le 6 novembre 2009, dans le cadre de cette controverse, Libération avait publié une interview de l'agrégé d'histoire Alain Garrigou, intitulé "Les sondeurs violent tous les principes déontologiques qu'ils défendent".

  12. JCM31 dit :

    La justice a rendu justice! Une excellente nouvelle pour les 600 journalistes qui ont soutenu Denis Robert qui vient d’être définitivement blanchi par la Cour de Cassation,pour tous les faits imaginaires qui lui étaient reprochés et du même coup reconnaît le méticuleux et talentueux travail d’intérêt général accompli depuis de nombreuses années. Quelle réjouissance aussi que tous ceux qui défendent la vraie information d’investigation dont nous sommes tous friands,à plus forte raison lorsque celle-ci concerne les bankters et la finance douteuse.Quel superbe pied de nez en même temps à tous ces détracteurs,journaleux en responsabilité dans de « grands » journaux, avocats douteux?&responsables de radios&chroniqueurs de pacotille qui ont déversé tellement de critiques et tout mis en œuvre pour que la vérité n’apparaisse pas,sous l’aspect ravageur des spéculateurs et autres délinquants financiers. Et la cerise sur le gâteau, c’est que cette décision fera sûrement jurisprudence. Désormais les informations manquantes vont pouvoir voir le jour et enfin le grand débat public nécessaire sur le sujet va pouvoir avoir lieu, avec toutes les questions et réponses à nos interrogations, que tous les journalistes « libres » se doivent de mettre en évidence dorénavant, du moins, je l’espère. Ce jour Denis Robert en parle sur France Inter dont P. Val et le directeur (sic) Mais dans l’émission de D.Mermet dont le lien suit :
    http://www.la-bas.org/mot.php3?id_mot=243 Il est regrettable,qu’un des soutiens dont il parle,ne soit toujours pas décidé à rejoindre avec son parti,le Front de Gauche,mais qui sait?Nous sommes à quelques semaines des cantonales et à 14 mois des présidentielles.Les choses peuvent évoluer. Alors,je croise les doigts.De plus,en ce moment toutes la gesticulation médiatique autour de DSK le représentant des intérêts de «l’oligarchie Sarkozy» est nauséabonde et insupportable.Le journal Fakir se charge en ce moment de rétablir les choses.La castagne continue.

  13. redline69 dit :

    bonsoir,

    je pense que le vrai sondage en grandeur nature sera celui des cantonales.
    ce test électoral venant dans la foulée des régionales offrira une opportunité au francais d'indiquer un souhait !

    voulons nous d'un système libéral ou social ?

    finalement la question n'est pas tranché, et tout le reste dépendra de cette réponse.
    pour les outils, nous les avons puisque le FdG et le rassemblement qu'il faut pour trancher cette question.

    cordialement

  14. Hold-up dit :

    164 - JCM31

    Tu veux parler de la direction nationale du NPA ? Il y a cependant pas mal d'alliances régionales et c'est déjà pas mal. Je suis personnellement ravi que nous fassions alliance en région avec les militants du NPA. Et puis, il y a des choses qui bougent. Ce n'est facile de toute manière pour personne de revisiter son histoire pour recomposer une force politique démocratique à Gauche digne de ce nom.
    Philippe Marlière : http://www.rue89.com/philippe-marliere/2011/02/18/pourquoi-je-quitte-un-npa-devenu-sectaire-et-trop-personnalise-191224

  15. Pancho dit :

    @147
    "Agriculteurs au bord du désespoir" c'est un reportage (rediffusion d'Olivier Delacroix et Hugo Lopez (2010) 55')
    Je l'ai vu ce soir en 2ème partie de soirée sur France 5, enfin un support qui renvoie ce que je ressens du monde agricole et qui fait que je n'y mets pas les pieds et préfère être payé au lance pierre en usine... Mais j'espère des jours meilleurs.
    La petite note que M.Mélenchon devrait garder dans un coin de sa tête demain au salon, c'est que sur les 5-6 agriculteurs présentés tous ont chialés c'est dire. Merci de ne pas se laisser aller au bon plaisir du moment avec quelques cadres de la FNSEA.
    Adiatz

  16. Gilbert Duroux dit :

    Si vous avez l'intention de participer aux primaires "socialistes" et que vous trouvez que PS s'est suffisamment droitisé sans avoir besoin de DSK, vous pouvez télécharger gratuitement le T'chio Fakir (le 4 pages de Fakir) consacré à DSK.
    À distribuer dans toutes les sections du PS. Y-a pas meilleur argumentaire.

  17. Humaniste dit :

    Enseignement :
    Effarant mais la réalité dépasse la fiction à l’E N : sur un site de petites annonces sur le net on trouve des profs pour pas cher! « Six semaines que des collégiens de Cholet (Maine et Loire) n'avaient pas de cours d'italien faute de prof remplaçant. Alors, le principal adjoint a cliqué sur .fr, puis sur, et a trouvé son bonheur: une italienne qui n'est pas prof de métier mais qui maîtrise bien sa propre langue » Alors que le concours de l’IUFM tout particulièrement Toulousain est totalement décalé par rapport au besoin, mais obéi à la logique capitaliste de rentabilité. J’ai la fille d’une amie qui ne peut avoir ce concours à la sélectivité élitiste aberrante pour enseigner en 1er cycle, mais qui parallèlement se retrouve en Master 2 avec des notes de haute mention alors qu’ on recrute des prof sur petites annonces ! Encore une autre personne de mon entourage qui me fait part de son « écœurement ».
    « Une de mes proches est directrice de maternelle et n'en peut plus alors qu'elle a tjrs enseigné avec conviction et passion. Ce qui est se passe en ce moment la dégoûte de son métier : c'est grave !
    Le livre d'Eddy Khaldi "Main basse sur l'Ecole Publique" est d’actualité. Moi je suis en colère contre tous ces gens qui se démobilisent au moment où il faudrait s’unir. Le 22 janv Manif pour défendre le système éducatif public dans ma cité de 80 000 habitants : nous étions 300 pers. Idem, jeudi dernier. J'ai bcp de mal à faire suivre les parents d'élèves, et l'impression que plus personne ne croit en rien. Du côté des enseignants ils ont le même sentiment et nous nous retrouvons tjrs le même petit noyau dans les actions.
    Il règne un climat délétère. Je siège en CA au collège et nous avons voté contre la DHG*, de plus en plus restreinte, ce qui m'a valu une super engueulade avec le principal qui lui, je pense, est attaché à sa prime de résultat ! Nous ne parlons plus la même langue.
    Je confirme donc : "qu'ils s'en aillent tous"...

  18. clop dit :

    Humaniste (169)
    Ce qui se passe dans l'éducation nationale en ce moment est énorme : un proviseur a été séquestré quelques heures au lycée de la Souterraine en Creuse, voilà 8 jours, jeudi soir, une centaine de manifestants a envahi les conseils d'administration collège lycée*, qui n'ont pas pu se tenir, mêmes révoltes à Bellac en Haute-Vienne, pareil. Le primaire est concerné aussi mais l'administration ne communique aucune info... avant les cantonales. Ce sont les vacances ce soir, mais à la rentrée, cela va bouger à nouveau et très fort... Or, à part la PQR, aucun média national ne parle de cette révolte nationale, qui se déroule partout, une chape de plomb... De grosses actions plus dures sont annoncées, il faudra bien qu'ils enlèvent leurs bouchons dans les oreilles, ces média. Et quand je lis Jean-Luc Mélenchon sur la privatisation de l'éducation, je me dis que tout est calculé pour déshabiller Jules (ferry) pour habiller Charles (pasqua), entre autres, et ses écoles privées et non pas libres (écoles, collèges, lycées, universités...)
    *sauvezraymond.lasout.com (à taper dans la barre de recherche, il n’est pas encore référencé par google)

  19. argeles39 dit :

    @ Humaniste (#169)

    Dans l'enseignement Sarko supprime un poste sur deux parmi ceux qui partent à la retraite.
    Beaucoup de chef d'établissements font appel à du personnel vacataire sans formation et payé "au lance pierre" pour essayer de palier au manque de personnel, toutefois ils sont très limités dans cette infâme pratique à cause des crédits dont ils disposent.
    C'est dramatique et incroyable dans un pays riche comme le notre, mais nous sommes collectivement responsables de cette situation par les choix électoraux que nous avons faits depuis 30 ans.
    Espérons un sursaut républicain en 2012 pour mettre un terme à cette logique mortifère.

  20. Madeleine dit :

    @Julia
    Je partage cet avis. Les cantonales sont un moment important dans la parole de proximité, mais... pour les gens que nous rencontrons c'est quand même les présidentielles qui viennent sur le tapis.
    Lampedusa, petite île au nom si poétique et qui devient depuis quelques années escale de tragédie, parlons-en, tant que la "haine de l'étranger" ne redevienne dans notre cher pays des droits de l'homme, le prétexte à une campgne d'hostilité.
    signé : Madeleine, vous savez cette Marie de Magdala qui a tant aimé Jésus ce "sacré" communiste !

  21. clop dit :

    172 revoilà ma petite madeleine de proust, du samedi matin...
    Bonjour Madeleine... Si si les cantonales sont très importantes, le gouvernement voudrait les cantonner justement, car si la droite prend une nouvelle gamelle (pas sûr) ils pourront dire : ce sont des consultations localo-locales. Je devine dans vos propos la chrétienne de gauche, dangereux ici. Mais je ne crois pas que Jean-Luc Mélenchon soit contre les choix personnels philosophiques, religieux et tout autres, il me semble que pour lui cela relève de la sphère strictement privée. Mais ne parlons pas de religion ni de laïcité aujourd'hui, Sarko a tenté de lancer le débat pour en chasser d'autres. OUi,oui, parlons des cantonales car dès la fin du scrutin, la réforme territoriale va se mettre en place : c'est une vraie gabgie et une reconcentration (donc confiscation) des pouvoirs vers le haut (les conseillers territoriaux (région, département) seront plus nombreux et très éloignés du citoyen lambda), avec des dépenses pharaoniques à la clef, contrairement à ce que l'on nous dit (nouveaux bâtiments, indemnités, cumuls...)
    Ce sont sans doute les dernières cantonnales ! et elles eront un test.

  22. Louis st O dit :

    160 @Annie
    Il y a eu dernièrement une émission sur la 5 (C dans l’air) sur les sondages, ou il était dit qu’ils n’avaient même pas l’obligation d’afficher la question en même temps que les résultats et que par exemple à la question sur l’émission de NS à la TV, à la question :si ils ont trouvé NS convainquant ou pas ils ont pris en compte même ceux qui disent dans le même questionnaire qui n’ont pas vu l’émission.

    Comment on peut ne pas voir l’émission est trouvé NS convainquant dans l’émission…et après ça les sondeurs et le gouvernement (qui est un gros demandeur de sondage) disent qu’ils ne veulent pas nous donner la question et la réponse, je comprend pourquoi !

  23. Wawa dit :

    Pourquoi pas un petit badge du style " Touche pas à mon pote " :
    " La Révolution Citoyenne (FdG) je suis pour! "
    Fraternellement

  24. Didier dit :

    Bonjour à tous
    Deux façons de combattre la droite extrême ?
    Mais il ne faut pas combattre l'extrême droite : il faut la battre !...aux élections !
    Et pour cela il faut être meilleurs qu'eux.
    Les français sont prêts à voter pour sortir du libéralisme économique imposé par l'union européenne, avec la complicité du PS et de l'UMP.
    Ils sont prêts à voter pour une politique tournée vers l'homme et son environnement.
    Il n'est pas trop tôt pour exposer clairement (calmement) vos propositions : Il faudra du temps pour convaincre et expliquer.
    A ce jour, la page projet du site Front de Gauche, nous incite à aller voter le 7 juin aux élections Européennes !
    Sauter à pied joint dans tous les pièges tendus par les journalistes est une réelle perte de temps. Et il est maintenant clair que certains médias cherchent systématiquement le « dérapage » qui sera ensuite bien sûr repris en boucle par tous.
    Une phrase suffirait à balayer ces situations : « Ce n'est pas cela qui intéresse les Français... », et embrayer de suite sur votre programme, le programme du Front de Gauche.
    C'est la qualité du programme et de sa communication (qui doit occuper tout l'espace médiatique disponible) qui déterminera le résultat

  25. Cronos dit :

    Tous les sondages sont pipés, sauf les derniers qui eux sont beaucoup plus rigoureux, car les résultats des urnes sont mis en comparaison, cela serait trop flagrant sinon ; au préalable personne et aucun contrôle ne peut dire s'ils sont vrais ou faux. Les sondages sont des armes psychologiques de destruction massive, et sont utilisés uniquement à cette fin. Il y a des dizaines voir des centaines d'exemples de ce que j'avance, et je crois que je ne suis pas le seul à penser cela, l'énorme majorité de mes concitoyens pensent comme moi, mais le fait est, que le mensonge à force d'être répété en boucle devient une vérité médiatique.

    Le plus important qui soit est d'être le plus visible possible, et que l'on n'arrête pas de parler ou d'écrire sur vous, mon grand-père me disait souvent, étant lui même conseiller local, "le plus important c'est qu'on parle de toi, en bien ou en mal, c'est pas grave, car ton nom finira par être connu de tous, et c'est tes dernières déclarations qui resteront dans les mémoires", il n'avait pas fait l'ENA et avait appris à lire dans le journal, personnellement je préfère qu'on parle de moi en bien, mais ai-je raison ?

    Je vais insister "grossièrement" sur le fait d'organiser un maximum de réunion publique (meeting politique), le maximum n'étant jamais suffisant, les gens on peut les faire venir à ces réunions, il faut qu'ils y trouvent un avantage autre que celui de simplement venir vous écouter, mais on doit surtout aller à leur rencontre chez eux, dans leur cité. tous les militants/adhérants du parti doivent aussi participer à ces réunions non pas en y étant présents, mais en organisant eux même des discutions types "Tupperware" (6 à 8 personnes maxi) chez eux ou chez une personne connue et appréciée dans son quartier, je sais tout le monde sait cela, et c'est l'enfance de l'art, mais on ne le fait jamais.

  26. Yannick dit :

    "Quelqu’un sait-il où Sarkozy veut en venir avec cette nouvelle croisade contre le multiculturalisme ? Quel genre de campagne présidentielle est-il en train de mijoter ? On voit laquelle. Il est donc temps de vacciner et de faire vivre de puissants anticorps dans l’organisme républicain parce qu’il va être rudement secoué une fois de plus."

    Attention camarades, Naboléon 1er cherche à reproduire le schéma de 2002, on parle de sécurité, d'islam de méchants immigrés, et le FN finit au second tour, contre l'UMP.
    Il va bien falloir qu'à un moment la gauche dans sa globalité parle de sécurité, à sa manière et selon ses valeurs, mais il faut qu'elle se fasse entendre sinon les médias seront aise de nous montrer à longueur de temps des hommes de droite nous dire qu'à gauche rien n'est fait dans ce domaine. Il faut non seulement argumenter, mais pour les gens qui se désintéressent de la politique, il faut aussi trouver le moyen de se faire entendre.

  27. Victor dit :

    Et si nous coupions l'herbe sous le pied de tout ce petit monde journalistique qui s'emploie à discréditer les idées de Mr Mélenchon sur des réactions vives et humaines en présentant une gauche unie mais plurielle?
    En défendant JL Mélenchon, je me défends !

  28. Cronos dit :

    @ Madeleine 172 dit:

    signé : Madeleine, vous savez cette Marie de Magdala qui a tant aimé Jésus ce "sacré" communiste !

    Chère madeleine, cet homme, si jamais s'en fut un, a été le premier communiste sur terre, et lui le fut "vraiment" …

    Je rassure tout de suite toute notre communauté, je suis bien athée, mais je n'arrive pas à être matérialiste que voulez-vous !

  29. Rachid dit :

    Un mars et ça repart !
    Voici un lien vers une vidéo de Nice Matin ou Manuel Vals vous fait la leçon et demande au PC de "sévir" en ce qui vous concerne. Vous leur faites peur et les sondages truqués sont sous évalués en ce qui vous concernent.
    http://www.nicematin.com/videos

  30. lionel-pg44 dit :

    Huchon la joie a encore frappé...
    Invité à la revue de presse de Paris Première, il s'en est encore pris à Jean Luc de façon aimable, jugez plutôt :
    “Jospin formidable! Jospin, la lumière de ma vie”, avant d’enfoncer le clou: “Fayot comme il était, vous pouvez pas imaginer”
    Il devrait nous parler de ses ennuis avec la justice, Paul Hochon...

  31. clop dit :

    Cronos (152) le constat que Jean-Luc Mélenchon, c'est à dire vous Monsieur, est un vrai tribun tel que nous n'en avions pas connu à gauche depuis bien longtemps, est un avantage certain
    Monsieur le Tribun, ménagez vos élans,
    Écoutez la fronde qui gronde sous les ondes,
    Laissez vivre votre idéal, fuyez les clans
    Et parlez de nous : à vos pieds s'ouvre le monde,
    Non, pas celui de Beuve-Mery, déconfit,
    Ce monde bariolé, du vrai et du sensible
    Hommes, femmes du peuple, méprisé, trahi...
    Osons ! avez-vous dit... Osez prendre pour cible
    Notre désespoir, et vous gagnerez du temps.
    Au bar de marché, 11h30, samedi

  32. Sébastien dit :

    Même pour une chronique d'album d'un groupe de Pop anglaise, vous en prenez pour votre grade Mr Mélenchon.
    Cf Chronique de l'album de Radiohead sur les Inrocks
    http://www.lesinrocks.com/musique/musique-article/t/60396/date/2011-02-18/article/radiohead-the-king-of-limbs-tout-ca-pour-ca/

    Vous y remarquerez un allez direct de votre "qu'ils s'en aillent tous" vers le totalitarisme en passant par une circonvolution très intéressante... on dirait à vue de nez que cela ressemble à un branle-bas de combat chez tous les bien-pensants qui la voient arriver, la révolte qui gronde. J'encourage nos camarades du PG à aller copieusement arroser le site des Inrocks comme il se doit...

  33. Philippe dit :

    Bonjour,
    J'ai écouté le débat de M. Mélenchon face à Mme Le Pen et je pense que M. Mélenchon n'est pas près de gagner le coeur du plus grand nombre de nos concitoyens avec sa position tranchée sur la régularisation sans condition de tous les sans-papiers. Il me semble que c'est un sujet trop sensible pour dire "il faut que ce soit comme ça et pas autrement". Pensez obtenir une majorité en procédant ainsi, je n'y crois pas une seconde, même s'il est indéniable que M. Mélenchon, sur bien d'autres points, est très convaincant. Comme tout sujet sensible, il conviendrait plutôt, après un débat impartial, de soumettre ce projet à un référendum national. Je ne développe pas davantage. C'est pour moi une question de bon sens, d'efficacité et de démocratie.

  34. de passage dit :

    @169, sur l'Éducation nationale, et surtout les lycées professionnels.
    Cela bouge un peu partout, des blocages, des occupations en Lorraine et ailleurs. Et une photo qui me plaît. On pourrait d'ailleurs aller plus loin : Un Sarko-one acheté, combien de postes supprimés?
    http://www.varmatin.com/article/actualites/blocage-au-lycee-jean-moulin-de-draguignan

  35. LE BRIS RENE dit :

    Huchon va faire rire la terre entière ! Lui qui reste dans ses bottes au PS ose traiter Jean Luc de fayot. Mais qui prend des risques aujourd'hui. Pauvre Huchon qui bientôt sera relayé aux rayons des accessoires. Sitôt le candidat nommé avec le cirque que l'on sait, le programme et le porte parole échapperont très largement à Huchon. C'est le propre de la social démocratie, faire le contraire de la campagne électorale quand on arrive au pouvoir ! Mais comme ils peuvent faire tout et son contraire, parions que cette fois ils reprendront une vieille formule de Rocard... parlons vrai... pour mieux mentir encore ! pendant ce temps là Sarko fait tout sauf du populisme ! Il a caressé les fesses d'une vache, goûter au dernier fromage, affirmé qu'il comprend le monde rural ! Ceux qui vont croire ces sornettes et bah seront toujours les dindons de la farce !
    Plus sérieux est la reprise en main par l'UMP des infos de France 2, le départ d'Arlette Chabot, pourtant pas de Gauche, après une semonce de Sarko en est une nouvelle preuve et aujourd'hui nous avons eu le droit à la censure du 13/15 avec Delafosse pour cause soi-disant de ski en fait pour nous balancer pendant 20 minutes de la pub. C'est vrai qu'après chaque 13/15, souffle d'air de l'info, Delafosse montrait son rictus de crise d'estomac ! Il serait temps une fois de plus d'agir sur le terrain (occupation des ondes) pour dire notre ras le bol de cette caricature de la démocratie !
    En fait d'Huchon à Delafosse, tout est fait pour cadrer le cirque électoral pour préserver les futurs intérêts de la classe capitaliste. L'invitation de DSK fait partie de ce programme et gageons que nous allons en avoir pour une semaine. Mais bon Jean Luc sera en vacances, alors bonnes vacances !

  36. Thaumasios dit :

    @ Cronos 180 :

    @ Madeleine 172 dit:
    "signé : Madeleine, vous savez cette Marie de Magdala qui a tant aimé Jésus ce "sacré" communiste !"

    Chère madeleine, cet homme, si jamais s'en fut un, a été le premier communiste sur terre, et lui le fut "vraiment" …
    Je rassure tout de suite toute notre communauté, je suis bien athée, mais je n'arrive pas à être matérialiste que voulez-vous !

    Je vous rassure tout de suite, cher Cronos : être matérialiste, dans le vocabulaire marxien, signifie seulement partir des conditions concrètes d'une situation, et donc de sa base réelle, pour l'analyser, au lieu de lui appliquer des idées toutes faites, abstraites, qui descendraient du ciel pour diriger le cours du monde comme par magie.
    La revendication de matérialisme, chez Marx, est donc seulement un appel à la pensée critique, pensée qui n'oublie donc pas qu'elle tire son origine d'un être social et historique, fait de chair et de sang. Rien à voir donc avec un culte de la matière au sens physique, ou comme principe métaphysique. Juste une attention sans cesse renouvelée au concret, sans lequel il n'y a qu'une mauvaise abstraction qui nous fait prendre des vessies pour des lanternes, ou des Idées pour des divinités toutes-puissantes.
    J'ai, par ailleurs, moi aussi, une grande admiration pour la figure de Jésus dans le christianisme primitif…

  37. Julien Laval dit :

    Il y a peu, en réponse à certains commentaires sur votre blog, vous déploriez le fait de ne pas pouvoir dire "nous". "Comment le pourrais-je ?" disiez-vous, quand les communistes s'alignent sur un calendrier qui vous oblige à prendre les devant et à vous exposez.

    Je peux comprendre cette position vis à vis du parti communiste. Néanmoins il me semble que vous-même M. Mélenchon faites partie d'un parti, le Parti de Gauche, au sein duquel, vous l'avez assez souligné, résident de nombreuses personnalités de talent. Il serait peut-être temps de leur donner la parole et d'user de l'énergie qu'on vous connaît non-plus pour vous imposer mais pour les imposer. Vous parlez de collectif mais on ne voit que vous. Vous fustigez l'hyper-présidentialisation et le cirque médiatique des élections autour d'un grand homme mais vous incarnez aujourd'hui à vous seul le Parti de Gauche, or ce parti ne se résume pas à vous seul, il est riche et multiple j'en suis sûr, sur des bases communes et solides.

  38. Hold-up dit :

    185 - Philippe - Il faut écouter ce qu'à dit exactement M.Mélenchon et ne pas entendre dans l'oreillette un langage qu'il n'a pas tenu. Il faut revenir exactement sur le moment où Madame Le Pen imitant son père, parlait de renvoyer dehors les " étrangers " bla, bla, bla - Sans faire aucun moralisme dans un sens ou dans un autre, M.Mélenchon n'a fait que soulever le fait qu'il serait plus cohérent qu'on les régularise, comme ça, cela ne coûterait rien à l'État, puisque ce sont les entreprises qui versent les salaires. Les personnes qui ont risqué mille fois leur vie en traversant la méditerranée ou le désert du Sahara, cotisent légalement aux différentes caisses sociales et paient leurs impôts en bonne et due forme; les chasser manu militari aux frais de l'État tandis que les régulariser aux frais des entreprises - puisque ce sont bien elles qui les emploient - est de loin le plus cohérent et le plus économique. C'est cette cohérence là, qu'à voulu signifier, il me semble, Jean-Luc Mélenchon. Ils ont déjà un travail offert par un entrepreneur et les régulariser c'est faire coller la réalité à la loi. Il a aussi rappelé, qu'au delà d'eux mêmes, et tout compte fait, que " les travailleurs étrangers" rapportaient financièrement, chaque année, 12 milliards d'Euros à
    l'État Français. C'était bien de l'entendre dire.

  39. JeanLuc dit :

    @sebastien (184)
    il faut être pervers pour aller chercher une chronique de disque digne de ce nom dans le torchon qu'est devenu les inrocks depuis sa reprise par Mathieu Pigasse (encore une "belle personne"...)

    J'ai trouvé ce lien dans un commentaire sur le blog de Paul Jorion qui mériterait de figurer parmi les archives de la vidéothèque je pense :

    http://www.dailymotion.com/video/xg5vsd_jean-luc-melenchon-pour-une-6eme-republique-forum-fg_news

    et pour les anglophiles un article qui mérite lecture (si quelqu'un a une traduction elle sera bienvenue...) :

    http://www.rollingstone.com/politics/news/why-isnt-wall-street-in-jail-20110216?page=1

    vive la révolution citoyenne.

  40. dudu87 dit :

    Bonjour à vous,

    Si l'est vrai que les sondages peuvent être faux ou pipés, beaucoup pourraient penser que les élections cantonales pourraient nous renseigner. Elles vont, ces élections, surtout nous renseigner sur le taux d'abstentions de nos compatriotes. A un mois des urnes qui parlent de ces élections comme le souligner l'Humanité dans une de ses tribunes? Nos médias, rien à attendre de ce coté! Au contraire, ils retiennent leur souffle, sait-on jamais! UMP et le PS? Ils savent que leurs fidèles bataillons iront voter par discipline et l'ordre établi ne doit pas être bouleversé. D'ailleurs ont-ils confiance dans le peuple souverain au moins pour l'UMP? Rien n'est moins sûr.
    Dans notre camp, le FdG, le PCF va fournir la grande majorité des militants/tes qui mettront les mains dans" le cambouis" et face la cs, qui est capablehape de plomb des "non dit" nous allons vite nous apercevoir que les "bras et les langues" seront insuffisantes tant la tâche est rude et parfois démoralisante. Alors, à la suite du 2° tour, j'entends déjà que le report des voix ne sera pas fait, que sera la faute à ci, à là ect...Mais surement pas à nous FdG!
    Vous dites, "bon article" à Mélenchon... Mais enfin un dirigeant d'un parti, qui veut faire la révolution fusse t-elle "citoyenne", qui fait table rase du rôle de masse des organisations politiques dans de telle circonstance est bien responsable? C'est purement irresponsable.
    L'exemple des pays arabes va nous le prouver. Après la révolte des peuples qui est capable dans ses pays de prendre le gouvernail du bateau? L'armée? Surement pas!
    Alors quel parti politique de masse et structuré avec un projet de société et un programme de gouvernement suffisamment élaboré qui pourrait servir de base à la discussion avec le peuple et faire avancer rapidement le schmilblik pour éviter que les forces conservatrices intérieures et... extérieures puissent se reconstituer?
    Tout est question de stratégie...

  41. marxouri1 dit :

    Membre du PCF, dont j'assume les "retards et embarras", mais dont je suis fier, car il s'agit d'un parti populaire ayant pris les plus grands défis à bras le corps depuis sa création même, et ayant produit des "figures historiques" enrichissant l'histoire du peuple français, classe ouvrière comme intellectuels... Le PCF continue à cligner de l'oeil en disant "pas mort"!...Il continue ses travaux de défrichage d'une "hypothèse communiste" toujours potentiellement utile, au moins pour inspirer un éventuel "front populaire" qui s'avère de plus en plus "attendu"...Mais, bien sûr si j'écris çà ici, c'est que les chemins vers cette "perspective" convergent vers un "pied du mur": S'Il ne s'agit plus du "mur de Berlin", il s'agit de son reflet capitaliste, et ce "reflet" en vérité est plus "matériel" qu'on ne le croyait : la crise systémique promet des dérives totalitaires !
    Alors, même si comme la majorité des communistes encartés, je pense nuisible l'inversion des priorités, qui placent "l'obsession des présidentielles" devant les nécessaires "fronts de lutte multiples", la situation est "surdéterminée" par la question de la "souveraineté populaire", partout !...Ayant lu "qu'ils partent tous", j'ai apprécié, enfin, qu'un citoyen libre déclare la guerre aux ennemis du peuple !..comme les premiers franc-tireurs...
    La question est de savoir à quelle distance est-on exactement du fameux "mur" !
    Comme le refroidissement du canon qui prend "un certain temps", la distance est peut-être plus courte que l'on ne croit !...Alors j'ai signé l'appel des communistes et syndicalistes qui déclarent urgent d'accélérer la "dynamique du front de gauche"...Il me manque plus de "visibilité" quant aux progrès de la "cohérence programmatique", quant aussi à la garantie de la "cohésion du front de gauche" par une "campagne collective" et le "partage" comme pratique du "combat unitaire"...arrivé à ces indices de...

  42. Spawn dit :

    Comment Jean Luc Mélenchon se retrouve dans un article consacré à Radiohead :

    A la sortie du nouvel album du groupe Radiohead et à propos de leur choix atypique de court-circuiter les moyens classiques de promotion et diffusion, Thomas Burgel des Inrock fait une analyse de haute volée qui lui permet de placer dans le même paragraphe "psychopathologique", "Mélenchon", "populistes", "totalitarisme". C'est tellement magistral que je ne m'attarde pas en commentaires et vous livre le paragraphe de cet article et le lien pour pouvoir apprécier à sa juste valeur les envolées lyriques délicieuses de Thomas Burgel :

    Le discours et la posture du groupe porte en germe ce que l’on peut détester chez un Mélenchon, par exemple ; "Qu’ils s’en aillent tous", ces médiateurs entre ma personne et ma paroisse, au sens presque littéral du terme d’ailleurs, ces labels vampiriques, ces capteurs d’héritage, ces critiques qui ne servent plus à rien quand tous les avis se valent. On rappellera la lecture éclairante d’Arendt, on rappellera que cette destruction généralisée, volontaire et programmée des corps intermédiaires peut tendre, philosophiquement, vers le totalitarisme.

    http://www.lesinrocks.com/musique/musique-article/t/60396/date/2011-02-18/article/radiohead-the-king-of-limbs-tout-ca-pour-ca/

    Merci les Inrocks de nous donner l'occasion de lire des talents pareils qui font preuve d'un degré d'analyse philosophique aussi élevé que le niveau de la mer. Ça frôle le point Godwin ! On en redemande...

  43. Cronos dit :

    @ Thaumasios 188

    Concernant le matérialisme marxien je vous remercie, cher ami, pour cet aphorisme, mais voyez-vous, quand bien même s'il s'agissait dans les brumes de ma pensée d'une dialectique matérialiste, le fait d'être ou de déclaré un athéisme convaincu ne peut présumé ou sous tendre un communisme quelconque, car je suis un homme libre et aucunement perverti par une croyance quelle qu'elle soit, et de ce fait j'aime à faire avec, et ne consent jamais à faire comme ; je vous remercie infiniment de votre mansuétude, mais croyez moi ma santé mentale est excellente,et, mon discernement correct, du moins à ce que disent mes amis.

  44. Gilbert Duroux dit :

    À propos de matérialisme, dans le sens "terre à terre", je crois que la source de nos maux est là, dans l’obsolescence programmée des produits qui devraient être faits pour durer. Aujourd'hui, les constructeurs incorporent à leurs marchandises, des puces ou logiciels programmés pour que la machine tombe en panne à un moment donné.
    Je vous suggère de télécharger rapidement ce documentaire, « Prêt à jeter », dont l’obsolescence est programmé, elle aussi.

    Le gros problème, à mon avis, c'est que je ne vois pas comment on pourrait facilement passer à une société où la croissance ne serait plus la règle. Même si les Verts, le PG ou d'autres peuvent partager le constat qu'il faut consommer autrement et surtout moins, aucun parti, à ma connaissance, n'a le mode d'emploi sur la façon d'y arriver en entrainant l'adhésion de la majorité.

  45. Yves Resse dit :

    190 - Hold-up -
    en réponse à 185 - Philippe -
    Il faut écouter, en effet, ce que dit Philippe, qui mets le doigt là où ça fait mal ! La question sur l'immigration telle que présenté par Jean-Luc Mélenchon est certainement le talon d'Achille du programme du PG. Même si la réponse est cohérente et que c'était bien de l'entendre dire. Malheureusement la plupart de nos compatriotes n'analysent pas d'une oreille aussi clémente et ils retiennent pour la plupart qu'il faut régulariser "les étrangers, etc..". De plus rien ne s'oppose à l'arrivée de milliers d'autres. Non, sans être racistes, la majorité des français n'y sont pas prêts.
    Je voterai tout de même FdG.

  46. Descartes dit :

    @Didier (#176)

    Les français sont prêts à voter pour sortir du libéralisme économique imposé par l'union européenne, avec la complicité du PS et de l'UMP. Ils sont prêts à voter pour une politique tournée vers l'homme et son environnement.

    Qu'est-ce que vous en savez ? Plutôt que de décréter que "les français" sont prêts à voter ceci ou cela, il faudrait peut-être commencer par les écouter...

    Il n'est pas trop tôt pour exposer clairement (calmement) vos propositions : Il faudra du temps pour convaincre et expliquer.

    Il faudra surtout avoir quelque chose de plus consistant et crédible à proposer que la régularisation des sans-papiers et le SMIC européen. Les gens sont fatigués des hommes politiques qui promettent tout et n'importe quoi.

    Une phrase suffirait à balayer ces situations : « Ce n'est pas cela qui intéresse les Français... »,

    Encore une fois, je trouve que vous avez une certaine tendance à décider un peu trop facilement ce qui intéresse ou n'intéresse pas les français.

    et embrayer de suite sur votre programme, le programme du Front de Gauche.

    Quel programme ? Pour le moment, il n'y a pas de "programme du FdG", que je sache.

    C'est la qualité du programme et de sa communication (qui doit occuper tout l'espace médiatique disponible) qui déterminera le résultat

    Si c'est la qualité du programme, alors on est morts.

  47. Hold-up dit :

    194 - Spawn - Merci pour ce lien. Il est toujours aussi sidérant de voir en pleine lumière une même coterie marcher au pas cadencé répétant à tue tête les mêmes sottises, feuille de choux après feuille de choux. C'est vraiment incroyable qu'au détour d'un article sur «  Radiohead », le nom de J-L Mélenchon soit cité entre deux tartines de phrases gorgées de ressentiment et de moraline stupide. Thomas Burgel instrumentalise la culture pour régler des comptes à J. Luc Mélenchon, c'est absurde ! Quel rapport entre J. L Mélenchon, Radiohead et le totalitarisme ? Qui détruit actuellement les fameux «  corps intermédiaires » de la république ? Qui a annulé le vote des Français de 2005 sur le TCE ? Thomas Burgel raconte n'importe quoi. Le Front de Gauche, les citoyennes et les citoyens de ce pays veulent au contraire que soit reconstruits et revivifiés ces fameux «  corps intermédiaire » et c'est de refondation républicaine dont il s'agit. Thomas Burgel pêche non seulement par hypocrisie et mauvaise foi, il assomme surtout son lectorat en tentant de l'enfumer à ses dépends, «  comme si de rien n'était ». C'est étrangement bien mépriser celui à qui on s'adresse que de vouloir grossièrement ruser ainsi. Rentier de "la branchitude", faut -il que Thomas Burgel soit inquiet pour occire Jean-Luc Mélenchon au détour d'un article sur un groupe de rock « alternatif ». On se demande bien pourquoi.

  48. Hold-up dit :

    197 - Yves Resse - Je ne suis pas sourd et vous avez sans doute raison d'appuyer sur ce point. En tractant sur un marché ce matin, j'ai entendu que certaines personnes se désolaient que les Tunisiens et les Egyptiens se soient libérés du joug de leurs dictateurs à la solde des USA. De " braves gens " avaient peur qu'ils viennent en masse sur le territoire français (!) Misère, misère.... J'ai des armes pour leurs répondre mais je vois bien que l'outil orthopédique de propagande a fait de gros ravages dans les têtes. Je n'incrimine pas les médias, j'incrimine les médias rachetés par des marchands de canons. Nuance importante. Tous les garde - fous qui préservaient la liberté de la presse d'un point de vue financier qu'avait mis en place le CNR ont sauté et la lobotomie TF1 et consort poursuit son œuvre bien après qu'on ait éteint la télé. Il y a dans ce pays une population irrationnellement apeurée. C'est "nous" qui faisons la guerre en Afghanistan mais c'est ici que les blessés semblent se ramasser à la pelle. La propagande fabrique non seulement du consentement et de la domestication, elle pratique surtout de la peur et de la déraison. Je ne le découvre pas, je m'en désole amèrement car je sais bien qu'il va falloir ramer à contre -courant et que ce n'est pas les Manuel Valls de poche, qui viendront nous épauler. On leur rendra la pareille.


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive