16fév 11

Pseudo anti sémite et vrai archaïque, Le Pen, le Parlement européen

Deux façons de combattre la droite extrême

Ce billet a été lu 23  204 fois.

mimizan

Dans cette note j'évoque une nouvelle discussion sur les révolutions du Maghreb menée avec madame Leila Shahid en séance de mon groupe, la Gauche Unie Européenne au parlement européen. Je dis un ou deux mots de mon débat avec madame Le Pen et des manières de combattre la droite extrême car je veux me mettre à distance de la méthode nulle de la baston socialiste avec Jacob à propos de Strauss Kahn. Je vous tiens au courant des avatars de ma journée à Strasbourg à propos d'un nouveau rapport sur la directive Bolkestein qui continue son œuvre malfaisante. Vivement la semaine prochaine ! Mardi prochain je serai en vacances !

Merci à Jean-Lou Bouffault pour les très belles photos qui illustrent de ce billet.

Madame Leila Shahid, représentante de l’autorité palestinienne auprès de l’Union européenne était présente à la réunion du groupe de la GUE pour nous parler des révolutions au Maghreb et au Moyen Orient. Son approche est très intéressante. Elle met en avant des arguments anthropologiques plutôt que géopolitiques. Elle retient donc les caractéristiques communes des sociétés en révolution du point de vue des individus qui les composent. Dès lors ces révolutions perdent tout caractère exotique. Selon elle, ces révolutions partent d’une société civile commune, en dépit des frontières. Avec une langue commune, l’arabe. Des télévisions communes, un cinéma commun, des chanteurs communs, des jeunesses éduquées mais précarisées, des couches moyennes déclassées. Politiquement la situation est commune : d’un côté une oligarchie, de l’autre un peuple dépossédé de droits civiques réels. Economiquement la situation est également commune : le libéralisme éradique toutes les structures de cohésion sociales, quelles qu’en soient les formes. Regardez bien cette liste. Est-ce biaritzque ce ne sont pas les mêmes caractéristiques de départ que celles des révolutions d’Amérique du Sud ? Et puis cette liste est aussi celle de nos propres caractéristiques nationales, en France. Avec en plus deux connexions spéciales entre ces révolutions et nous Français. Cette connexion c’est que nous avons l’usage d’une langue en commun, la langue française. Jamais autant de gens ne l’ont parlée de l’autre coté de la Méditerranée. Et encore une autre caractéristique : des millions de bi-nationaux. Jusqu'à 20% de la population tunisienne est bi-nationale franco-tunisienne a dit Benjamin Stora à Grenoble. Et cela parmi une population immigrée venue d’Afrique du Nord nombreuse, active et impliquée dans la vie de notre pays.

Mais des partis politiques capables de porter les aspirations de cette société civile émergeront-ils à temps pour que la révolution ne soit pas confisquée, lui ai-je demandé ? Elle a répondu en commençant par montrer que la revendication centrale était la constitution d’un Etat de droit. Elle voit deux points d’ancrage à cette aspiration. D’une part une Constituante qui abroge les dispositifs confiscatoires de la démocratie. D’autre part un mécanisme de responsabilisation des pouvoirs en place et de contrôle permanent sur eux. Tout cela c’est ni plus ni moins que le contenu et la méthode de la révolution citoyenne. Dès lors, elle pense que la « forme parti » n’est pas celle qui s’impose à ce moment de la révolution. Car elle diminuerait l’ampleur de l’implication populaire dans la révolution. Je crois que cela vaut la peine d’être réfléchi. Certes, dans les processus révolutionnaires, qui de surcroit détruisent des partis-Etat, la forme parti n’est pas l’outil de la révolution. Notons que cela n’a jamais été le cas nulle part et dans aucun cas de révolution, incluse celle de 1917. Celle-ci engendre ses propres organes. Aujourd’hui ce sont des comités de quartier ou de village, principalement. Mais les syndicats jouent un grand rôle. On l’a bien vu en Tunisie où l’UGTT a fourni tout l’encadrement de l’action dans les campagnes par l’intermédiaire des travailleurs syndiqués qui y vivent. Pour autant la structuration en partis se produit mécaniquement sitôt que la conduite des objectifs révolutionnaires donne lieu à des oppositions de points de vue et même d’intérêts entre les catégories de population impliquées. Mais, bien sûr, la forme que prend cette structuration peut être de mille et une sortes différentes. Sans aller plus avant sur le sujet, ne serait ce que parce que je manque de tant d’éléments et de savoirs pour en parler, j’en reviens à mon intuition de départ. Les révolutions de la Méditerranée ne se contentent pas de nous concerner. Elles nous impliquent et elles doivent nous instruire.

Je ne vais pas beaucoup parler du débat avec madame Le Pen. Il a déjà tellement été commenté. Je pense qu’il était probant. Je ne parle pas de la question de savoir qui a eu le dernier mot. Je ne crois pas que cela soit le véritable enjeu, même si j’ai de bonnes raisons d’être assez satisfait de ce que j’ai fait si j’en crois les commentaires et les messages reçus aussi bien du monde médiatique que des citoyens téléspectateurs. Ce qui me plait, c’est que l’on ait pu écrire commela rochelle à la Une de France Soir : « Le Pen – Mélenchon : enfin un débat ! » Madame Le Pen était sans surprise. Elle n’a rien dit de plus ni de moins que d’habitude. Au passage on s’est aperçu qu’en moins d’une semaine elle a recentré son discours sur les fondamentaux du FN contrairement au bla bla selon lequel elle aurait abandonné tout cela. La surprise est en proportion des efforts fournis par tant de gens pour dire qu’elle et moi c’était du pareil au même. Ce qui était une surprise, c’est que quelqu’un lui tienne tête, sans reculer ni tergiverser, sur les principes de gauche. Il y a longtemps, longtemps que personne ne l’avait fait clairement sans demi-teinte ni euphémisation, sans dramatisation ridicule ni diabolisation moralisante. J’ai donné mes arguments clairs et nets. Et elle l’a fait aussi directement que d’habitude. Sur les sujets de fond : immigration, laïcité, peine de mort, monnaie européenne, j’ai assumé de bout en bout ma totale différence à gauche. Mes arguments sont ceux de la gauche historique et non les embrouillis sociaux démocrates frileux ou les capitulations à la Manuel Valls. J’ai incarné la gauche décomplexée. C’est à dire toute la gauche. Ce qui a tant plu aux gens de gauche c’est de se sentir représentés dans cette circonstance ! Rien de plus, je le sais bien, mais c’est déjà tant ! Même quand ils ne m’apprécient pas. Et dès fois, ça m’a fait apprécier par des gens qui ne me connaissaient pas ou qui croyaient me connaitre. Pour nous, pour notre équipe et notre parti c’est une charge politique de plus. Nous nous sommes portés en première ligne sur de nombreux thèmes en adoptant une ligne de combat frontal. A présent et à partir de cette émission nous devons aussi porter la représentation frontale de la laïcité et celle de l’immigration assumée.

Partant de là on devine ce que je pense de la récidive de madame Elkrief me comparant pourtant le jour même aux collabos Doriot ou Déat, « sauf pour l’immigration » précise-t-elle. Ou du journal « Libération » qui relègue le débat en page 15 et me renvoie dos à dos avec Le Pen sous les dehors mielleux d’un compte rendu « objectif ». Sous titre fielleusement froid : « La présidente du FN et le leader du Front de Gauche se sont affrontés hier. Chacun se revendiquant le plus proche du peuple ». Qui sait lire, et que ça intéresse de lire une telle réduction à l’eau tiède d’un débat qui fut aussi brûlant, voit dans ce compte rendu les petites giclées de fiel qu’il contient. Mais ce n’est pas ce qui compte dans la circonstance. Ce qui compte c’est qu’un journal de gauche consacre trois pages, deux interviews et un édito à une indignation politicienne de commande sur une déclaration de Christian Jacob et presque rien à une lutte réelle, argument contre argument, qui a fait réellement événement. Je dis qu’elle a fait événement parce qu’en témoignent audimat et le douhetretransmissions sur tant de sites internet de journaux ou de réseaux. J’en profite pour dire que la façon de surévaluer deux phrases de Christian Jacob sur un tel thème, dans ce registre, de cette façon, aggrave le mal qu’elle prétend dénoncer. Qui a intérêt à incriminer d’antisémitisme dans une déclaration de cette sorte ? Pour menacer tous ceux qui s’opposeraient à Strauss Kahn d’antisémitisme ? La ficelle est grosse ! Surtout que l’accusation est particulièrement vicieuse. Ils n’affirment aucunement qu’il s’agit d’antisémitisme mais que cela pourrait en être et cela que Christian Jacob « le veuille ou non » (Philippe Lançon), qui adopte « plus ou moins consciemment les thèses du théoricien de l’action française sur l’identité nationale » (Laurent Joffrin). Sachant que l’antisémitisme n’est pas une opinion mais un délit en France grâce à la loi Gayssot (PCF), on voit quel procédé inquisitorial et venimeux est ainsi mis en scène. Si le papier d’analyse d’Alain Auffray est extrêmement prudent et factuel on ne peut en dire autant des titres et questions « La chasse au DSK est ouverte », « A gauche certains ont vu des relents antisémites dans les propos de Jacob. Qu’en pensez vous ? ». Cette méthode d’insinuation et d’inquisition sur des « relents » et autres apparences est celle qui nous a enfoncés face à Le Pen dans le passé. La préférence donnée à l’invention d’un combat contre un pseudo antisémite est une faute politique totale. Mon débat avec Madame Le Pen procède d’une toute autre méthode : des faits, rien que des faits mis en débat sous la lumière de la raison. Si l’on doit critiquer Monsieur Jacob ce n’est pas pour des « relents » ni au nom de fumeuses stigmatisations gratuites mais pour le fond de ce qu’il dit. Quelle est cette France « des terroirs » dont il parle ? Monsieur Jacob n’aime pas la France urbaine ? Il n’aime pas les gens qui y vivent et qui n’ont pas de « terroir » ? Cette France-là pourtant c’est celle du Vingt et unième siècle dans laquelle vivent quatre vingt cinq pour cent de notre population. Christian Jacob n’est pas un antisémite. C’est juste un gros agrarien archaïque !

Ces références obsessionnelles aux années trente, par des gens qui n’en ont visiblement tiré aucune leçon autre que moralisante, est totalement contre performante. Pierre Moscovici traite Jacob de pétainiste. La belle affaire ! Mais le caractère politicien de l’incrimination saute aux yeux comme le prouve cet amalgame pourri qui lui surgit au détour d’une phrase. Car il conclut fielleusement son entretien par « cette manœuvre, qui vise à salir et discréditer, rejoint certaines attaques populistes. C’est un front curieux qui se met en place ». Tel est le fond de commerce des Strauss-kahniens contre nous et donc contre moi, nommément désigné dans l’éditorial de Laurent Joffrin, pour faire un exemple. Huchon, Valls, Cambadélisnormandie pensent arranger les affaires de leur candidat en m’intimidant parce qu’ils croient que je crains leur pouvoir de stigmatisation. On voit mieux avec ce genre de méthode ce qu’est le clan des Strauss-Kahniens. Quiconque n’est pas d’accord politiquement avec eux est aussitôt traité de suppôt du fascisme. Nous sommes censés baisser les yeux ? Ni en rêve. A l’intolérance et au sectarisme ils ajoutent ainsi un clanisme qui repousse. Les interviews volontairement sibyllines de son épouse, les bavardages ineptes de l’armée des grands prêtres qui les décryptent, les aboiements des serre-files tout cela provoque une infantilisation de la gauche atterrante ! Non décidément, ce candidat ne peut pas rassembler la gauche ni au premier ni au deuxième tour. Ni lui, du fait de son bilan au FMI et non de sa personne, ni son clan, ne le peuvent du fait de leur méthode dans cette phase de la campagne. Je ne tends pas la joue gauche et je ne pratique pas le pardon des offenses. Et les gens de gauche informés non plus, qui n’aiment guère être traités de cette façon si j’en juge par ce que j’entends.

Je pense que cette meute de gardiens du fétiche Strauss-Kahnien s’énerve parce qu’elle est très inquiète. En fait, leur candidat n’en a rien à fiche d’eux et de leurs projets de carrière, occupé qu’il est par la sienne.  Et puis maintenant, il y a trois autres candidats socialistes que les enquêtes donnent possibles vainqueurs de Sarkozy. A quoi bon alors s’encombrer d’un homme en baisse et qui est autant rejeté par toute l’autre gauche, se disent plus d’un. Et puis, tout accusés que nous soyons d’être « complices de la droite et des pétainistes », la véritable complicité avec la droite est de son côté dès qu’il s’agit de politique réelle et de gestion concrète. C’est madame Lagarde qui a vendu la mèche sur le plateau des Quatre Vérités de France 2. Elle complimente le travail du directeur du FMI et leur totale convergence de vue. Ce même mardi où pérore Pierre Moscovici sur le « curieux Front qui se constitue », elle en avoue un autre autrement plus réel et lourd. Elle déclare : "Il a été nommé directeur général du FMI, tout le monde s'accorde et j'en fais partie, pour dire qu'il fait un très bon travail au FMI. Il soutient les thèses françaises pour ce G20 donc nous, nous avons besoin de lui là où il est." Et l’enthousiasme finit par griser la malheureuse qui ajoute : "c'est un partenaire de travail de grande qualité comme directeur général du FMI. Il soutient nos thèses, il soutient en particulier tous les travaux que nous engageons pour éviter les excès sur le système monétaire international". Erreur madame ! Le directeur du FMI estime que l’idée française de taxation des transactions financières présentée par Sarkozy est "simpliste" et "inapplicable". Dommage que sous le gouvernement Jospin les « irréalistes » du groupe socialiste et communiste aient voté, contre l'avis de DSK, le principe d’une telle taxation « inapplicable » !

Je ne sais comment vous décrire ce que je ressens quand j’entends parler la novlangue européenne. J’ai une boule de nausée qui me monte de l’estomac comme lorsqu’on a avalé par mégarde quelque chose de répugnant. Au moment où je l’évoque, ici devant mon clavier dans l’hémicycle, monsieur Barroso est en train de parler. Il enrobe de mielleuses paroles creuses la réforme du traité de Lisbonne pour rendre possible le mécanisme de coercition dit « de poitiers-tisonsstabilisation financière ». Tout ça va se faire sans consulter les parlements nationaux ni les peuples, d’aucune façon. Dans la langue des eurocrates ça donne "nous sommes tous d’accord pour monter dans le train des réformes en vue de lever les obstacles pour libérer les potentialités d’une pleine croissance durable. Mais alors se pose la question de savoir sur quel rail faire rouler ce train des réformes positives". Nous savons tous que le mécanisme de stabilité est celui qui convient et ainsi de suite. Comparaison pour petits enfants (le train et le rail), ruses sémantique à deux balles (« nous savons tous »), et bonne conscience en béton armé. C’est insupportable. Mes chers lecteurs sachez que le Traité de Lisbonne va être modifié sans votre avis. Alors qu’on vous avait dit que c’était impossible d’en toucher une ligne. Et maintenant voici l’orateur du groupe « socialiste et démocrate ». « Nous saluons la création d’un mécanisme de gestion permanente des crises financières. Mais comment va fonctionner ce mécanisme ? Est ce qu’il va fonctionner comme un mécanisme communautaire ou bien encore un renforcement intergouvernemental et du pacte franco allemand ?». Voila tout. Les peuples ? Ce grand « socialiste et démocrate » s’en moque. Son problème c’est de savoir comment vont se répartir les pouvoirs entre la commission, le parlement et le conseil. Un noir bureaucrate de plus ! Un nationaliste anglais lui demande si ça lui parait plus important que l’avis des chômeurs que le mécanisme va créer ! Beuark ! Le « socialiste et démocrate » dit qu’il faut respecter le traité et ses procédures. Roule bouboule ! Ce monde est devenu fou ! Le plus pénible ce n’est pas que la droite soit de droite mais juste que la gauche officielle soit aussi d’accord avec elle ! C’est ce sentiment d’être désarmé qui est mortel.

Comme il n’est pas question de Cuba (ennemi affreux) ni du Qatar (ami délicieux), pas d’espions ni personne pour rendre compte de la séance auprès de la concierge quatremérisante du parlement ! Misère ! reDommage. Car il était question des arrivants immigrés sur l’ile de Lampedusa. Quand c’était les refugiés de l’horrible camp de l’est communiste, « l’Europe qui protège » s’est dépêchée de donner à tous les rescapés l’asile amical et bienveillant avec primes, passage à la télé et prix Sakharov extrêmement émouvant. Puis les belles personnes ont promis tout de suite l’adhésion à l’Union sitôt que le mur fut tombé ! Maint feux d’artifices furent tirés en même temps qu’on faisait toute sortes de délocalisations d’entreprises dans la joie et les auto-congratulations. Mais là on a d’abord fait les délocalisations et les belles personnes ont fait de beaux voyages tous frais payés dans l’autre sens. Et quand les régimes autoritaires sont tombés, personne n’a promis l’adhésion à l’Europe. Les réfugiés d’avant et de maintenant ont été parqués comme des animaux et brutalisés de toutes les façons possibles ! Pas de télévision, pas de prix Sakharov ! Et aujourd’hui sur les bancs de madame Le Pen au parlement européen les membres de son groupe ont dénoncé les milliers d’islamistes et de terroristes qui viennent de débarquer à Lampedusa ! J’ai demandé publiquement à ce député comment il savait qu’il s’agissait de criminels, de terroristes et d’islamistes. Et lui m’a répondu que tout le monde le savait. Et ensuite le ronron a repris. Et où était monsieur Quatremer, le rentier de « Libération », pour raconter ça ? Ce n’est pas son truc ? Non. C’est juste qu’il n’était pas là, une fois de plus, et que ses informateurs Verts non plus pendant ce débat pourtant essentiel pour la dignité humaine. Mais celle-ci est-elle intéressante  ailleurs qu’à Cuba ? Pas pour Quatremer. Ce n’est pas tout. Quand l’essentiel est en débat les mondains sont ailleurs.

La directive Bolkestein est revenue ce matin. C’est sur la base d’un rapport social démocrate et c’est avec les voix de ce groupe et celle de la droite que le rapport a été adopté ! La GUE, mon groupe, et les Verts ont voté contre ! Cela mérite une explication. Ce n’est pas Jean Quatremer qui vous parlera. Il est vrai que ce n’est pas un ragot du bar du parlement. Vous vous souvenez de la directive Bolkestein ? Aujourd'hui appelée "directive services", cette directive impose et organise la libéralisation des services au sein du marché unique de « l’Union Européenne qui nous protège ». Elle découle tout droit de l'Accord général sur le Commerce des Services adopté par l'OMC et de la Stratégie européenne dite « de Lisbonne ». Décidément, Lisbonne, quelle ville pour l’Europe libérale ! Il n’en est que plus risible de voir les sociaux démocrates portugais au pouvoir, préférer l’argent chinois au secours de leur chère « Europe qui protège » et son bras armé le camarade Strauss Kahn et les troupes d’occupation du FMI. Cette directive a été adoptée par le Parlement européen en 2006, après une rude bataille populaire qui n’avait pas peu contribué au rejet du Traité Constitutionnel en 2005. Les « socialistes et démocrates » avaient pourtant voté avec entrain, avec la droite, au prétexte que certains services publics seraient désormais exclus du champ de la directive. Il s'agit des fameux "services d’intérêt généraux" dont la définition est laissée aux Etats. Barrage de paille. Car dès que des secteurs privés existent au sein d'une branche de services, l'ouverture à la concurrence est obligatoire. Autant dire que tous y sont voués. Est donc ainsi  spécialement visés st-benoitl’éducation puisqu’il existe des écoles privées, par exemple. Même cas pour la culture ou encore d'autres services publics clés comme les postes, l'énergie, l'eau, les déchets. Concrètement cette directive limite l’intervention de l’Etat et les réglementations considérées comme des entraves à la concurrence dans les secteurs concernés. Ce ne sont pas seulement les choses qui sont visées mais aussi les personnes. Les procédures d’autorisation ou de déclaration imposées aux professionnels des services vont ainsi être allégées voire supprimées. Prenons un exemple. La directive services oblige les Etats à faire sauter des clauses d’exclusivité, de spécialisation ou de compétence imposées dans certains domaines. Pour être agent de voyage par exemple, mais aussi pour être actionnaire d’une société d’exercice libérale – comme les sociétés d’avocats, de conseils juridiques et ainsi de suite. On réduit ainsi les exigences imposées aux professionnels et on diminue d'autant les protections des usagers. En renforçant les acteurs marchands, on accroît la pression pour l’ouverture à la concurrence dans des secteurs où on n’imaginait même pas qu’il en soit question. L’éducation devient ainsi une cible privilégiée. Les opérateurs privés vont pouvoir se renforcer dans le secteur déjà marchand comme la formation professionnelle notamment. Toutes ces merveilles libérales furent adoptées à l’époque par la droite et 137 « socialistes et démocrates » sur 200. Et parmi ces 137, tout le beau linge de cette lamentable équipe comme le président du Parti socialiste européen Poul Nyrup Rasmussen et le président du groupe au parlement européen, Martin Schulz. Les libéraux de la ALDE ont voté pour, y compris Marielle de Sarnez, le numéro deux du Modem.

C'est la deuxième fois depuis que je siège au parlement européen que le sujet est à l'ordre du jour. La première fois c'était en Novembre 2009, quelques jours avant la date butoir prévue pour la transposition effective de la directive dans le droit national des Etats membres. La date buttoir était le 28 Décembre. J’en avais parlé sur ce blog, assez dégouté par la façon de faire en secret. A l'époque comme aujourd'hui, il n’était pas question de revenir sur la directive services. Au contraire il s’agissait d'assurer sa mise en œuvre effective par les Etats membres. Vous trouverez cette question traitée dans la rubrique européenne de mon blog. Le sujet était à nouveau à l'ordre du jour ce mardi à Strasbourg. On y votait en effet un rapport d'initiative de Madame Gebhardt, « socialiste et démocrate » récidiviste endurcie et convaincue sur le sujet. C'est déjà elle qui était la rapporteure lorsque le Parlement européen avait donné son aval à la directive services. Elle est donc de retour pour nuire.

Ce rapport avait un mérite. Un seul. Celui d'« inviter (…) les États membres concernés à assurer une plus grande transparence, notamment au travers d'une meilleure implication des parlements nationaux et de l'élaboration de tableaux de corrélation ». Une invitation à laquelle le gouvernement français ne répondra surement pas ! Toute la transposition de la directive, éparpillée dans toutes sortes de loi, est achevée depuis le 28 décembre dernier. Mais toutes les demandes des parlementaires du Parti de Gauche pour en avoir un bilan sont restées sans réponse. Après quoi le rapport « socialiste et démocrate » n'est que validation et célébration de la vulgate néolibérale. Il se permet de rappeler à l'ordre les gouvernants des Etats membres qui "manquent d'ambition" dans sa mise en œuvre. Berk ! Ce qui n’empêche pas, en fin de texte, un aveu ridicule : le parlement y reconnait être incapable de juger des conséquences de la mise en œuvre de cette merveille ! En effet, il "espère que la directive sur les services aura réellement un impact positif ".  Il précise même que "l'impact de la directive sur l'économie, les entreprises et les citoyens ne pourra être évalué qu'une fois qu'elle aura été transposée de manière complète ". Voilà sans doute qui explique pourquoi il n'y avait pas de vote nominal sur ce texte. Les noms des responsables ne seront donc pas connus. Mais les feuilles de consignes de vote restent. Seul mon groupe, la GUE/NGL et Les Verts ont voté contre ! Les « socialistes et démocrates » ont fait bloc avec la droite ! En route vers « l’égalité réelle » comme disent les habitants de la rue de Solférino !

Quelqu’un sait-il où Sarkozy veut en venir avec cette nouvelle croisade contre le multiculturalisme ? Quel genre de campagne présidentielle est-il en train de mijoter ? On voit laquelle. Il est donc temps de vacciner et de faire vivre de puissants anticorps dans l’organisme républicain parce qu’il va être rudement secoué une fois de plus.
 


255 commentaires à “Deux façons de combattre la droite extrême”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. fred dit :

    Bonjour Mr Mélenchon.
    Comme d'habitude impeccable analyse. Continuez comme ça.
    Merci.
    Mélenchon ! Présidons!

  2. redline69 dit :

    Bonjour

    La clé de voute du système politique actuel est d'éliminer du jeu le 1er tour.
    Regardons finalement le caractère pervers et nauséeux des journalistes et sondeurs de ne parler que du duo de tête du 2eme tour d'une élection qui sera après les cantonales et ne rien dire du fond des cantonales ! comme si le 1er tour n'avait plus aucune signification.
    Justement à lire les commentaires du blog et en prenant la température je me rends compte que finalement ce 1er tour à une très grosse importance et le second sera clairement sans consistance s'il s'agit de choisir entre un libéral de gauche ou celui de droite.
    il faut que chaque électeur réalise sa "révolution" dans l'isoloir dès le 1er tour car finalement c'est là que son choix sera déterminant.après ce sera terminé ! rideau.
    Le PS plus hypocrite que jamais n'inclus pas le front de gauche dans sa démarche. Ils font tout pour nous ignorer montrant le peu de considération qu'il on pour le peuple de gauche.nous allons nous en souvenir.
    Il y a finalement deux gauches ! une sincère qui sera à terme récompensée de son travail d'idée et une autre un appareil d'égo qui n'attends de l'élection qu'un partage de fauteuil.
    Je regarde de loin les "Hamon, Ségo", ceux qu'on nous désignent comme l'aile gauche du PS ! et plus je les vois, plus je sais que je voterais pas pour eux au 2ème tour.
    C'est vrai que ce que j'attends de ces gens est bien loin de leurs multiples voyages au Maroc, de leur Ryad à Marrakech, de leur salaire plus que scandaleux, que l'attribution "au mérite" de certaines stagiaires".
    Notre chance sera le 1er tour, car après le PS et l'UMP n'auront plus un regard sur le peuple.

    cordialement

  3. ALBERIA dit :

    En accusant Jacob (!) d'antisémitisme sans le dire, le PS nous rejoue l'affaire Freche de l'an dernier. Celui-ci ayant déclaré que Laurent Fabius "n'avait pas une tête bien catholique", il fut accusé aussitôt du même mal. Tant pis s'il était un grand ami d'Israël, le coup était porté...et le PS pouvait présenter une liste aux régionales (avec le succès que l'on connait !).
    Tout est bon pour imposer DSK ! Mais ce sera sans moi.

  4. Thalasrum dit :

    Sur le débat avec Marine le Pen, le Figaro rend un compte-rendu de meilleure qualité que Libé, c'est dire !
    Pour l'attitude de Sarkozy, vous omettez d'inclure la déclaration sur Florence Cassez qui est une véritable relance du discours colonialiste, du mépris pour l'indépendance de la justice, quelle Honte !

  5. Rachel dit :

    Merci pour votre rapport ! Quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi les Verts privilégient des alliances avec le PS et le Centre, alors qu'ils votent plutôt comme nous au Parlement européen ? Ou alors je n'ai rien compris ? Ils m'énervent au moins autant que le NPA non-unitaire...

  6. Gael 65 dit :

    Très cher Jean Luc, heureux de vous savoir au repos la semaine prochaine, ménagez vous, reposez vous, protégez vous et n'ayez crainte, on garde le pont, notre vaisseau pleins feux aux cantonales... amitiés militantes à tous (ps: pour moi, extra avec Marine, impeccable... encore de la bel ouvrage)

  7. de passage dit :

    Et Sarkozy-de-Neuilly-Bling Bling, il l'incarne, le terroir?

  8. Maria dit :

    Juste une idée sur la question a la fin du billet au sujet du multiculturalisme: il me semble que Sarko suit son UK friend Cameron qui a déclare récemment qu'il est temps de mettre fin aux politiques de muticulturalisme car le'multi-culti'était un évident échec. Merkel semble-t-il a eu des paroles pareilles. J'en déduis qu'il il n'est pas impossible qu'on aura des fruits inattendus et pourris en résultat des travaux des dirigeants dans le cadre du G20. Il me semble que le soit-disant échec de "multiculturalisme" va être le prétexte de destruction d'un certain nombre de "dépenses" budgétaires, car le prétexte "crise" est épuisé. J'aimerais bien me tromper.

  9. Christophe Thill dit :

    Cette histoire de multiculturalisme, à mon avis, c'est une tentative pour ne pas être trop à la traîne par rapport à David Cameron qui a fait une déclaration à grand fracas sur le sujet. Bravo Cameron ! Ca lui a valu le soutien ravi de la pire extrême-droite britannique. Et lui qui, après ça, fait le dégoûté et assure que ce n'est pas le genre d'amis qu'il désire...

    Sarkozy, lui, est sûrement plus pragmatique. Il en a assez sans doute d'entendre ce battage médiatique incessant auprès de Marine Le Pen. Donc autant commencer dès maintenant à lui couper l'herbe sous le pied.

  10. colin dit :

    Je ne vois vraiment pas maintenant comment vous pourriez appeler à voter DSK au second tour ? Si ? Quand même ? et le mauvais goût dans la bouche alors ?

  11. paulineàlaplage dit :

    Bravo!

  12. Rachel dit :

    Pour ceux que ça intéresse, on peut regarder en direct les sessions plénières du Parlement européen à Strasbourg ici : http://www.europarl.europa.eu/wps-europarl-internet/frd/live/live-video?language=fr. C'est parfois assez effrayant...

  13. j.lou dit :

    Merci Jean-luc pour ces informations sur la fameuse "directive services".
    Il est clair maintenant que ceux qui prétendent défendre les services publics français et qui dans le même temps votent pour cette directive sont des menteurs. Les français d'en bas ne veulent pas que leurs services publics soient soumis à la concurrence même au travers d'un secteur déjà privatisé. Nos services publics ne sont pas des marchandises. Ils sont les fruits de notre république, donc les fruits de 1789. Ce que les français ont acquis ne doit pas être mis au pilori par cette europe là. Merci de nous représenter dans l'hémicycle européen pour défendre nos services publics. Cela vaut davantage que tous les discours de ceux qui brillent par leur absence à ce niveau.

  14. Sim dit :

    Attention à ne pas inverser le discours du FN sur l'immigration. Ce n'est pas parce que nous sommes en radicale opposition philophique et politique avec les mesures préconisées en matière migratoire par ce parti que nous devons estimer que ce sujet ne pose aucun problème social concret. Si le seul programme des socialistes républicains et patriotes est la régularisation intégrale, inconditionnelle et perpétuelle des sans papiers, il va falloir aller justifier cela auprès de nombreuses personnes des classes populaires, loin des grands centres urbains où l'on vit entre soi, qui vivent mal la gestion anarchique des vagues d'immigration successives sans assimilation. Je suis entièrement d'accord avec l'impératif de régulariser les sans papiers présents actuellement sur le territoire national qui travaillent et cotisent et ceci pour des raisons de justice sociale et d'association entre tous plutôt que de concurrence entre tous. Néanmoins, on peut militer pour cela tout en militant par ailleurs pour une réhabilitation des frontières (cf. Régis Debray) et un contrôle humain des flux migratoires en solidarité avec ces peuples frères.
    Nous ne pouvons donc pas premièrement faire comme si la libre circulation des hommes ne relevait pas de la même logique néolibérale (mis en concurrence / déstabilisation des équilibres socioculturels des sociétés) que le libre échange et la libre circulation des capitaux. Nous ne pouvons pas deuxièmement demander aux plus marginalisés de nos concitoyens (chômeurs, ouvriers, employés) d'être généreux alors qu'il n'ont pas les moyens symboliques de l'être : pour donner encore faut-il avoir reçu. Enfin, comment ne pas voir que l'immigration actuelle ne se fait pas dans le même registre que les vagues précédentes : les institutions familiales et républicaines sont en lambeaux et ne peuvent déjà pas intégrer toutes les populations françaises issues de l'immigration qu'il leur faut s'occuper des vagues nouvelles...

  15. ducono69 dit :

    Colin aura un mauvais goût dans la bouche de voter DSK au 2° tour contre Sarko ? Il n'est pas le seul! mais on aura encore plus mal ailleurs si Sarko repasse !
    Je le redis, contrairement à de nombreux camarades FdG plus anti DSK que anti Sarko, au 2° tour des présidentielles, s il faut voter DSK pour éviter Sarko je le ferai avec des gants de chirurgiens pour ne pas me salir les mains, avec des lunettes de soudeur pour ne pas puer des yeux en lisant son bulletin de vote et en apnée pour ne pas sentir le goût fétide de son bulletin de vote dans l'isoloir...
    A moins que des sondages triomphateurs pour DSK m'éviteront de voter pour lui au 2° tour. Cela fait déjà 10 ans que je vote nul au 2° tour pour ne pas voter pour un candidat PS sûr de l'emporter après les résultats du 1° tour...
    Quand on a voté Chirac au 2° tour en 2002 (et il y en a des millions même au PG, mais pas moi !) pour battre Le Pen, peut on laisser passer Sarko ?

  16. bertgil dit :

    J'ai retenu du débat avec Mlp
    - qu'au 2éme tour le vote républicain serait la régle pour les dirigeants du fdg et du pdg., sauf votre présence au 2éme tour de la présidentielle, je voterai blanc ou abstention. Il n'est pas question de voter pour le PS ou les verts.
    - J'ai retenu également que l'Europe ne se faisait pas contre nous. Il suffit de vous lire ci dessus. Bien entendu elle ne se fait pas contre l'oligarchie européenne et les multinationales. Ou est la démocratie dans ces semblants de vote ? L'Europe est une machine antidémocratique, contre les nations et les peuples européens. Donc l'Europe se fait contre nous, et il faudra en sortir.
    - j'ai retenu que vous ne vouliez pas sortir de cette Europe, parce que vous rêviez d'un smic européen. Autant dire que vous obtiendrez ce smic lorsque les poules auront des dents.Vous êtes dans la même dialectique que les socialistes quand ils disent que l'Europe protège, ou sera sociale.
    - j'ai retenu que vous êtes pour le maintien de l'euro. Par ailleurs vous avez écrit qu'il faudrait sortir du traité de Lisbonne. Je ne comprends plus.
    Ce débat a été utile car au détour d'une réponse ou d'une réplique volontairement ou involontairement vous avez précisez votre pensée.
    Le débat proprement dit:
    MLP est une débatrice redoutable.Ces positions sur les traités européens et l'Europe sont claires et sans ambiguïtés. Néanmoins elle ne sera pas ma candidate.
    Dans les prochains débats, il serait souhaitable que vous ayez une attitude plus calme, moins impatiente, dominante mais pas le montrer, éviter de montrer du doigt. Votre image doit être celle d'un roc, solide.

  17. JM dit :

    @Rachel
    Attention pas de méprises les Verts ne votent pas comme " nous" au parlement européeen : une fois n'est pas coutume ! Ils ont toujours comme leader Daniel CohnBendit, libéral s'il en est (revoir son parcours sur wikipédia suffit à situer le bonhomme sur l'échiquier).
    De plus les verts en tant que tel en france ça n'existe plus : les verts-Europe Ecologie oui et avec eux le "capitalisme vert", Hulot et Jolly.
    Les ex-verts français (Lipietz et même Duflot) ont perdu la bataille idéologique mais gagneront quelques strapotins avec droit de se taire dans les différentes assemblées.

  18. Menjine dit :

    J'ai du mal à comprendre en lisant ce que vous dites de ce qui se passe au parlement européen,comment on pourrait espérer qu'un vote un jour établisse par exemple "un smic européen", condition fondamentale pour proposer d'autres rapports économiques. Mais ceci n'est qu'un exemple, dans tous les domaines de la vie politique, économique les directives européennes pèsent, la hiérarchie des normes juridiques d'ailleurs nous imposent de nous y soumettre vollans nollans.
    A supposer qu'un vrai gouvernement de gauche en France issu de la révolution citoyenne parvienne au pouvoir comment sera-t-il possible de peser sur cette Europe de Maastricht, ses structures, ses directives passées dans notre législation? Car rien ne sera possible dans cette Europe ci qui détruit tout, et bloque tout.
    Pour ma part, je pense, et ceci d'un point de vue de gauche, que seule une rupture avec les traités européens pourra permettre d'envisager que l'espoir d'une révolution citoyenne devienne une réalité.
    La position de Gerin, de Karman et autres du PCF me parait certes sectaire, mais sur ce point cohérente, et plus convaincante que la vôtre, même si contrairement à eux je pense qu'il faut d'abord et avant tout un front de gauche, pour battre la droite.

  19. spartacus dit :

    Pas mal ce débat avec marine Le Pen. de bons arguments de Jean-Luc sur presque tout les sujets. Sauf un, le FN ne sert pas à rien, il sert à détourner des voix, à capter des voix d'électeurs qui pourraient voter à gauche au premier tour. Il sert a cultiver le racisme, l'anti-communisme, l'anti syndicalisme ça fait beaucoup. Donc il ne sert pas a rien Jean-Luc. Il ne sert a rien, oui, pour faire avancer l'amitié entre les hommes, entre les peuples. Bien sur que pendant la campagne électorale tu vas l'entendre souvent, de la part de tes adversaires, te reprocher ton appartenance au PS pendant 30 ans. A toi de trouver la parade et la contre attaque, mais je te fais confiance pour ça. Bon courage et bonne santé Jean-Luc Mélenchon.

  20. Guil dit :

    @Jean-Luc

    Sur l'histoire du multiculturalisme, comme ça a déjà été dit, c'est principalement pour s'aligner sur ses camarades conservateurs Merkel et Cameron.

    L'ironie de la chose est qu'en France, c'est Sarkozy qui était le chantre de ce modèle à l'anglo-saxonne, avec notamment la création du CFCM, la participation d'une bonne partie du gouvernement au diner annuel du CRIF, la nomination au secrétariat à la diversité d'un partisan assumé de la discrimination positive... Bref, le communautariste en chef qui en vient à critiquer le modèle qu'il veut appliquer en France et que personne d'autre à part lui quelques sociaux-démocrates ne défend...

  21. Aubert Dulac dit :

    (Spéciale dédicace aux médiacrates obsédés à leur manière par les années trente, petits maîtres es comparaisons sans raison...: ce début de poème de Paul Éluard, de 1940...)
    « CRIER

    Ici l'action se simplifie
    J'ai renversé le paysage inexplicable du mensonge
    J'ai renversé les gestes sans lumière et les jour impuissants
    J'ai par-dessus terre jeté les propos lus et entendus
    Je me mets à crier
    Chacun parlait trop bas parlait et écrivait
    Trop bas

    J'ai reculé les limites du cri

    L'action se simplifie

    Car j'enlève à la mort cette vue sur la vie
    Qui lui donnait sa place devant moi

    D'un cri »...

  22. Rachel dit :

    @JM Merci de m'avoir répondu. Je n'ignorais pas ce que vous avez écrit (je ne me fais pas d'illusions sur Cohn-Bendit ou des gens comme Duflot qui continuent à affirmer que l'écologie n'est ni de droite ni de gauche), mais on doit aussi reconnaître qu'ils ne sont pas purement libéraux, puisqu'ils votent parfois contre la droite et le PS, comme la GUE, comme dans le cas cité par Mélenchon dans ce billet. Je me demande alors : pourquoi ? Ils sont quand même un peu tordus, ces Verts... Je n'arrive pas à cerner leur ligne politique - peut-être qu'eux non plus. "Nous ne sommes pas de gauche, nous ne sommes pas anti-libéraux, mais nous sommes écologistes et nous ne sommes pas libéraux, mais si, mais non, mais si..." Parfois, j'ai l'impression que c'est un parti de grands naïfs ("il faut que les méchants libéraux se rendent compte que ce qu'ils font, c'est mal, donc il faut discuter gentiment avec eux pour qu'ils deviennent plus gentils ; comme ça, nous "moraliserons la finance".). Ou alors, ils sont peut-être complètement pessimistes, comme Lipietz, et ils pensent que de toutes manières, on ne peut rien faire contre le capitalisme et les catastrophes écologiques en court et à venir, à part limiter ses dégâts. Ou les deux. Ça me dépasse totalement.

  23. marj dit :

    @Descartes

    [...]

    [Edit webmestre : Vous "répondez" à Descartes, alors que celui-ci n'est pas intervenu sur ce billet. Il doit très certainement s'agir d'une petite erreur d'inattention de votre part.]

  24. Cronos dit :

    La directive Bolkestein, revient comme vous dites, elle ne revient pas, elle continue son travail de sape tel qu'il a été conçu dés le départ vis à vis des services, le but étant la privatisation des secteurs étatisés ou pas de la santé, de l'enseignement, de la sécurité, de l'énergie etc… sous toutes leurs formes ; j'en veux pour preuve tous les décrets et ordonnances ministérielles qui ont été passés ces dernières années notamment dans le domaine de la santé, (domaine que je connais bien, mon épouse y travaillant et y étant syndicalisée), sans que le Parlement n'ai eu son approbation à donner.

    En clair cela veut dire qu'une assurance santé étant propriétaire de labos d'analyse peut vous facturer votre adhésion en connaissant parfaitement votre profil santé (faîtes leur confiance pour s'échanger les fichiers clients, les vautours ne se mangent pas entre-eux, ils se rachètent).

    Autre exemple, c'est un docteur roumain qui sévit au village (oui, je sais,il n'y a plus de docteurs français pour s'installer en campagne), je dis sévit, parce que c'est un miracle qu'aucun malade ne soit encore mort, non que je l'espère, je le crains. Ce professionnel de santé travail en France avec un diplôme roumain obtenu en deux ans, il gérait un planning familial chez lui, son diplôme stipulant médecin il est autorisé à pratiquer la médecine en France, en Roumanie son salaire de médecin serait aujourd'hui de 300 euros par mois, ici, il facture 22 euros par patient à raison de 12 à 15 patients jour, je pense que je n'ai pas besoin de vous en dire davantage, si, que les gens sont content qu'il y ai un docteur au village, certains viennent de plus de trente kilomètres à la ronde ; bon, je n'ai rien contre les docteurs venus d'ailleurs de l'Europe, mais je pense qu'il serait indispensable qu'ils aient les mêmes qualifications et possibilités que les français.

    Ceci est une illustration vraie et réelle, malheureusement, de ce qu'est l'Europe Bolkestein.

  25. christophe dit :

    Faire porter le débat sur les classes sociales.

    Opposer l'UMP qui défend les droits et les avantages des capitalistes. (cadeau fiscal, tva sociale, bouclier fiscal, suppression de l'ISF, j'en passe et des meilleurs. l'UMP est la vitrine politique de l'oligarchie "laique" et oui, comme quoi la laicité a aussi ses limites.
    Le Front de Gauche représentant la classe qui a le moins conscience d'elle meme, celle que MARX nomme la classe ouvrière. Qui aujourd'hui englobe, ouvriers, employés, une grande partie des cadres,

    Le débat présidentiel, et le choix que feront les français dans l'isoloir prendra en compte plusieurs données.
    Forcément, la sécurité et l'immigration seront des critères déterminants. C'est pourquoi la droite et l'extreme droite devrait réaliser des scores importants. Donc il est indispensable que le Front de Gauche propose des solutions radicales et rassurantes pour ces francais du peuple qui considere que la sécurité et la premiere des libertés.

    Alors il ne s'agit pas d'annoncer quelques idées, mais vraiment de réfléchir à la question. Les sources du probleme de l'insécurité réside chômage et l'incivilité. Lesquels se règleraient avec de l'empoi et de l'éduction ou de l'instruction. LE dire est important. Cependant cela ne peut pas être la seule solution.
    Alors comment faire pour régler les problèmes d'insécurité quand la droite se casse les dents sur le probleme depuis 15ans. On peut se demander d'ailleurs, si la droite n'a pas intéret a renforcer ce sentiment d'insécurité sachant que sur l'échéquier politique c'est elle représente le mieux l'ordre et la sécurité. Si d'un certain point de vue, les arguments sécuritaires constituent un fonds de commerce pour la droite, elle a donc intéret à renforcer l'insécurité pour y apporter une solution; Dans cette histoire la droite se comporte comme un Pompier pyromane.

  26. Logitor dit :

    J'ai bien aimé le débat avec Le Pen : la gauche était là effectivement.
    Pourtant, deux points ont retenu mon attention et méritent des éclaircissements :
    1) Concernant l'immigration, je suis d'accord pour la régularisation des sans-papiers qui travaillent et la défense des plus faibles au titre de la défense de ceux qui le sont un peu moins. Cependant, que pensez-vous de l'immigration "choisie" de dizaines de milliers de faux étudiants chinois et de la politique de regroupement familial qui consolide les ilots communautaristes ?
    2) Vous expliquez que l'Europe qui protège fait tout l'inverse, mais vous soutenez la pérennité de l'Euro et ses déséquilibres intraeuropéens, au motif d'une défense sociale dont vous nous montrez la fatuité. Expliquez-nous ?

  27. aouichi dit :

    Superbe, comme à votre habitude. Je vous suis, Mme Le Pen sortie de son bla bla habituel, rien de nouveau comme d'hab... Pitoyable FN.

  28. Didier dit :

    Bonjour Mr Mélenchon,

    J'aimerais vous soumettre quelques idées : je trouve que ce serait bien pour la présidentielle si votre site pouvait proposer quelques vidéos sur les grandes propositions que vous allez défendre : laicité, économie, budget etc etc
    De plus, il serait bien que chaque semaine nous internautes nous puissions vous poser 3 questions que vous choisiriez bien entendu vous mêmes. Et ce serait bien que ces questions portent sur votre programme et pas sur la petite sauce politicienne qu'aime tant la médiacratie.

    Voila. Vous souhaitant une très bonne continuation et mes félicitations pour votre débat contre Le Pen.

    Amitié politique.
    Didier.

  29. christophe dit :

    " Si tu n'es pas propriétaire des moyens de production, alors Vote Mélenchon "

  30. Cronos dit :

    @ Bertgil - 16

    Concernant le débat avec Marine Le Pen, je suis entièrement d'accord avec votre analyse. J'ose simplement espérer que nous nous fourvoyons, mais …

    Par contre je n'ai absolument pas compris le positionnement de Jean-Luc Mélenchon sur l'Europe, je dirais même que je souhaite ne rien avoir compris de ses propos, car sinon cela voudrait dire qu'il nous faut abandonner l'idée d'une VI république et encore plus le fait qu'elle soit citoyenne.

  31. dudu87 dit :

    Bonsoir,
    "Ce qui me plait, c’est que l’on ait pu écrire comme la Rochelle à la Une de France Soir : « Le Pen – Mélenchon : enfin un débat ! » "

    D'abord que France-Soir puisse écrire ce titre, je m'inquièterai. Lorsqu'un adversaire te fait un compliment, méfie-toi! Et pose-toi la question: Quelle connerie ai-je fait?
    Ne me dit pas que France-Soir un ami du FdG et toi, Jean-Luc Mélenchon! Je ne croierai pas que tu le puisses penser.
    Alors pourquoi un tel titre à la une? Tout simplement qu'ils ont (France-soir) 2 fers au feu:
    - Sarkozy, lorsqu'il sera candidat et...Marine Le Pen.
    Et pourquoi donc MLP? Tout simplement, ils savent que le réservoir de voix de Sarko est percé et que l'objectif fixé par les grands décideurs du Monde (Bilderberg, U.E, FMI, OMC et Wall-Street..) est encore plus à droite !
    Et MLP fait l'affaire avec son langage populisme et ses 14-18% de voix contre quelques députés à l'assemblée et ministres au gouvernement. Elle n'aura pas peur de mettre les mains dans le cambouis contrairement à Besancenot avec le FdG. Alors pour France-soir, tu sers de "faire valoir" à leur propagande envers le FN.

    "Ce qui compte c’est qu’un journal de gauche consacre trois pages, deux interviews et un édito à une indignation politicienne de commande sur une déclaration de Christian Jacob et presque rien à une lutte réelle, argument contre argument, qui a fait réellement événement. qui pensent que le FN sert à rien, voilà la réponse!"

    Comment peux-tu appeler Libération, journal de gauche? Eux qui envoient régulièrement un ou deux représentants à Bilderberg chaque année! Et bien oui, ils vont soutenir jusqu'au bout Strauss-Khan et ils ne seront pas les seuls, le Monde fera pareil! Si tu es candidat du FdG, ton seul soutien médiatique sera L'Humanité.

  32. marj dit :

    @Sim
    "Enfin, comment ne pas voir que l'immigration actuelle ne se fait pas dans le même registre que les vagues précédentes : les institutions familiales et républicaines sont en lambeaux et ne peuvent déjà pas intégrer toutes les populations françaises issues de l'immigration qu'il leur faut s'occuper des vagues nouvelles... "

    A parce que tu crois que les "vagues" d'immigration se sont faites de tout temps dans la joie et la fraternité ?
    Eh ben je te conseille de reprendre tes livres d'histoire, tu y verras que l'immigration se fait sans problème et même s'encourage lors des phases d'expansion mais que dès que le système est en crise, le bouc émissaire est vite trouvé...qu'il soit immigré de deux jours ou de 2 ou 3 générations ! D'ailleurs si c'était pas lui, ce serait le voisin parce qu'il a pas de cheveux ou la voisine parce qu'elle a une gueule qui revient pas !

  33. Hold-up dit :

    4 - Thalasrum -
    " Pour l'attitude de Sarkozy, vous omettez d'inclure la déclaration sur Florence Cassez qui est une véritable relance du discours colonialiste, du mépris pour l'indépendance de la justice, quelle Honte ! "

    C'est quoi ce message ? Souvenez-vous de 2006 quand le peuple Mexicain a manifesté dans tous le pays parce qu'il fut dépossédé de l'élection présidentielle qui a vu M.Caldéron le candidat de la droite voler la présidence à Andrés Manuel López Obrador, le candidat de Gauche arrivé en tête. Celui-ci a été exclu de force et le peuple mexicain nié dans ses droits démocratiques. Florence Cassez subit les assaut d'une dictature mexicaine qui ne dit pas son nom et son procès a été truqué de bout en bout. Une machination médiatico-policière l'a jeté en pâture à une population terrorisée par la guerre des maffias de la drogue. Quand on sait, grâce au livre d'Anabel Hernandez, que celui qui a truqué l'arrestation de notre compatriote Florence Cassez, le ministre de l'intérieur M.Genaro Garcia Luna, est en réalité en cheville avec le cartel de la drogue de Sinaloa, on garde son sang froid et on ne raconte pas n'importe quoi. Lisez cet article sur la réalité du Mexique et réfléchissez bien la prochaine fois à vos paroles : http://www.article11.info/spip/Mexique-La-paranoia-et-la-terreur

  34. Marc Archent dit :

    « Et dès fois, ça m’a fait apprécier par des gens qui ne me connaissaient pas ou qui croyaient me connaitre. » Exactement !

    Il est crucial que les propositions concrètes du FdG soient beaucoup plus largement et plus rapidement connues de tous les électeurs. Je le sens bien lorsque je parle avec quelqu'un de Jean-Luc Mélenchon: immédiatement les sempiternels «populiste-ancien-ps-responsable-comme-les-autres-archaïque–bolchevik-démodé-dépassé», résultat de l'endoctrinement quotidien subi aux sources médiatiques de la pensée unique. Alors que si je présente une des propositions concrètes du FdG (ou PG), j'obtiens beaucoup plus de succès.

    A mon avis, si nos idées sont largement répandues d'ici aux élections de 2011 (présidentielle et législatives), nous ne pouvons que gagner (j'ai retrouvé l'optimisme de ma jeunesse, grâce à vous M. Mélenchon ;o)

    Et à cette fin peut-être serait-il possible de s'inspirer de l'idée (brillante) de l'autocollant « Casse-toi... » en submergeant pendant 14 mois la France d'autocollants ou affichettes listant chacun 2 ou 3 propositions concrètes du programme (ou les points incontournables du futur programme, pour les coupeurs de cheveux en 4). Pour que la technique fonctionne il faut absolument plusieurs modèles d'autocollants. Effet de répétition, psychologie du collectionneur, tactique de la tortue… Exemple d'autocollants/affichettes:

    1/ création d'un pôle financier public pour le financement de l'économie réelle 2/ Abrogation du concordat en Alsace-Moselle 3/ revenu maximum de 350 000 € / an
    1/ constituante pour une VI république parlementaire, sociale et écologique 2/ interdire aux banques françaises toute activité dans les paradis fiscaux 3/ Imposer les transports en commun gratuits pour les sans emploi
    1/ Échelle de salaire de 1 à 20 dans toutes les entreprises 2/ séparation des banques de dépôts, des banques d'affaires et d'investissement 3/ sortie du commandement intégré de l'OTAN

    Bon courage pour la...

  35. jean ai marre dit :

    @ Cher Jean-Luc Mélenchon,vous écrivez :

    " J’ai incarné la gauche décomplexée. C’est à dire toute la gauche."

    La gauche décomplexée ! Fallait qu'elle soit alors complexée.
    Je ne partage pas mais pas du tout votre sentiment. Nous, la base, les cocus de la politique, n'avons jamais été complexés par rapport à la droite. Le seul complexe que j'ai eu a été de croire en 1981 que le PS pouvait changer la vie.
    Les dirigeants du parti de la rose, et les ministres de gauche ont pu être complexé 3 ans après, d'avoir changé de fusil d'épaule.
    Ce sont eux qui effectivement doivent être complexé et ce à deux époques : Sous l'ère Mittérrand et lors de l'échec de L. Jospin.à la présidentielle. Pour la seconde, je fais partie de ceux qui ont boudé et montré le désaccord avec la politique de privatisations..Pas de complexe d'avoir fait cela.

    Comme aujourd'hui, aucun complexe à vous soutenir, restez fidèle à vos idées et à vos perspectives.

  36. David dit :

    Jean-Luc, je ne sais pas si vous étiez au Parlement aujourd'hui (vu que vous êtes à Marseille cet après-midi...), mais il y avait à l'ordre du jour un rapport "Vers des systèmes de retraite adéquats, viables et sûrs en Europe" cet après-midi au Parlement.
    Sur le blog de Quatremer, il y avait un article l'autre jour qui disait que l'UE allait encore inviter les états à repousser l'âge de départ à la retraite à 67 ans ! C'est maintenant qu'il faut faire éclater cette information au grand jour, Jean-Luc !
    Les gens en ont marre, il faut les informer et je suis sûr que les mouvements sociaux repartiront au Printemps.
    Je compte sur vous pour aborder ce sujet.

    Sinon, le débat avec Le Pen a été super, vous l'avez ridiculisée au plan des arguments et du programme. J'espère que le message sera passé auprès des auditeurs de RMC, mais vu les intervenants qui sont passés après à l'antenne, je me dis qu'il y en a qui ne sont pas excusables et qui sont tout simplement des gens d'extrême-droite. Il faudra faire un long travail de combat idéologique et culturel et d'éducation populaire pour faire baisser le réflexe FN, à terme.

  37. Annie dit :

    Vu les énièmes horreurs anti-sociales dont témoigne Jean-Luc Mélenchon au Parlement européïste, je me demande vraiment comment il compte mettre en oeuvre un SMIC européen. En repensant au débat avec MLP, je me souviens juste de son "la France ne doit pas avoir honte de sa grandeur", affirmation de volontarisme républicain que je partage, mais encore faut-il préciser comment concrètement ; il a donné des pistes sur les zones de pays proches et à niveau de vie équivalent à rapprocher à l'intérieur même de l'UE, mais comme la fille de ne faisait qu'interrompre, il n'est pas allé jusqu'au bout. La question reste encore une fois le comment.
    Le sujet qu'il maîtrise le mieux est sans surprise la laïcité. Et c'est à mon avis une des raisons pour laquelle le NPA s'est tiré une balle dans le pieds lors de son dernier congrès. L'affaire Moussaïd a visiblement fait beaucoup de dégâts, et en plus ceux qui sont à l'origine des motions "coupons les cheveux en 4" et elle-même sont partis, pour flinguer le parti, on pouvait pas trouver mieux.

  38. Dim dit :

    Bonsoir,

    Je suis un petit peu moins enthousiasme que vous sur le debriefing du débat, un grand nombre de média a seulement rendu compte des petites phrases ('Yvette Horner" vs "Dracula"). Vous avez bien réussi à lui répondre de manière rationnelle la plupart du temps, argument contre argument. Vous avez ainsi démontrer l'incohérence de ses positions actuelles sur la laïcité notamment mais plus le débat avançait plus elle arrivait malheureusement à vous faire sortir de vos gonds.
    Sur la dernière question de Bourdin, à propos de du dessin de Plantu, elle a eu le beau rôle en faisant mine de le prendre avec humour, alors que vous vous êtes emporté en faisant une allusion difficilement compréhensible pour le téléspectateur n'ayant pas suivi toute l'affaire. Dommage.

  39. Miskiti dit :

    Je viens de "regarder-entendre-lire" sur TéléMélenchon les deux vidéos de Lille (du 9 février dernier). 14 + 18 minutes de grande qualité...

  40. rachid dit :

    Trés bonne analyse encore :-)

    J'ai écouté entre 12 h 30 et 13 h sur l'émission les grandes gueules, Bruno Gaccio qui a uen approche fort intéressante de la révolution. Il a descendu en flamme le PS et je pense qu'il va voter pour vous. Il s'inquiètes sur la longueur de la campagne et craint que par votre caractère vous ne soyez cantonné au rôle d'un clown.

    Voyez plutot
    http://podcast.rmc.fr/channel36/20110216_gg_3.mp3

  41. Hub dit :

    des couches moyennes déclassées.

    Menfin ! Couche, cela sort du vocabulaire de la géologie. On est dans l'ordre naturel des choses auxquelles on ne peut rien. Classe désigne un rapport social, une situation qui n'a rien de naturelle et peut être changée.

    Petite erreur à ne pas reproduire, élève Mélenchon !

  42. Louis dit :

    Analyses percutantes, mais j'ai surtout aimé les photos, magnifique travail d'ambiance et de cohérence graphique: bravo à Jean-Lou, révélation du jour.

    Au sujet du 2e tour (qui préoccupe vraiment beaucoup de commentateurs), une anecdote vraie: j'habite à la campagne et la veille du fameux 2e tour Chirac-Le Pen, un bon copain routier à la retraite et fidèle électeur de gauche prend l'apéro au bistrot avec ses voisins agriculteurs et tous de droite plutôt modérée. Il leur confie ennuyé: "Vous connaissez mes opinions les gars. Voter à droite pour moi c'est dur" (les gars acquiscent, ils le connaissent bien et compatissent) "Mettez-vous à ma place, vous feriez quoi si c'était Jospin-Le Pen, vous voteriez Jospin?" Alors les autres comme un seul homme: "Ah non alors". Mon pote s'est illuminé: "Merci les gars, vous pouvez pas savoir comme çà me soulage". Mon pote est resté chez lui ce dimanche-là, ses voisins sont allés voter Chirac et ne lui ont jamais reproché son abstention: c'était à eux de faire le boulot.

    Je tire de cette anecdote une morale plus générale: un vrai débat politique doit être tranché sur des options claires, pas sur des considérations morales. Actuellement, beaucoup de commentateurs se réfugient derrière ces molles considérations morales pour éviter les options claires. Quand j'arrive à les comprendre (eh oui, je n'arrive pas toujours à suivre les analyses de M. Mélenchon), je trouve que Jean-Luc Mélenchon apporte des options claires, donc il fait progresser le débat politique. Après, il n'aura pas raison tout seul. Le programme du Front de Gauche doit vraiment être partagé, plus il le sera plus il sera crédible...

  43. Albert dit :

    ... jusqu'en Belgique,
    vos paroles réchauffent et tonifient le coeur de beaucoup de militants de gauche !
    Merci et mes amitiés Monsieur Mélenchon.
    Albert

  44. Doudou dit :

    Moi, je n'ai vu qu'une partie du débat, en rentrant du boulot, et j'ai pas trop aimé, désolée de ma fausse note dans ce concert de louanges.
    J'ai eu le sentiment que Jean-Luc Mélenchon ne l'avait pas assez bien préparé, qu'il était trop intello parisien, trop confiant par rapport à la technique de la MLP, qui consistait à casser ses tentatives de démonstrations en faisant du bruit et en l'interrompant...
    Comment convaincre l'électeur de base, quand on est piégé de la sorte?
    J'ai passé, une fois n'est pas coutume, un assez mauvais moment, j'avais l'impression que MLP avait deux fois plus de temps de parole et qu'on n'entendait qu'elle...espérons que je me trompe.

  45. Charbonneur dit :

    La chose qui nous fais le plus default, a mon humble avis, la solidarité, mais pour en comprendre tout le sens, il faut avoir manger son pain noir, c'est de cotoyer la m****, ensemble, qui crée du lien, et en cela la crise aura ete profitable car elle nous aura permis de redonner du sens a ce mot,
    Mr Mélenchon le ciel vous tienne en joie

  46. GdeC dit :

    Comment faire pour réagir face à un billet qui explore tant de sujets différents ? Je suis venu ici pour le titre, et j'en repars un peu déçu : je m'attendais à des recettes. Mais peu importe, j'ai trouvé la mienne : effectivement, répondre point par point aux arguments par des contre arguments plus précis et bien à gauche... Bien que cela ne marche pas toujours face à des gens beaucoup moins policés que Marine le pen et qui se lâchent en se croyant tout permis derrière leur écran... Un jour, je publierai un florilège de perles frontales de ces militants aigris et haineux qui ont déposé leurs immondices sur mon blog....

  47. marco polo dit :

    Vraiment bien ce débat contre MLP, il remet en place des choses et surtout coupe l'herbe sous le pied à des Cohn-Bendit, Huchon, Vals et du "marais" de certains médias avides d'arguments baveux. Cela recentre le débat sur la réalité de ce que propose le FN. Cela dit, il va falloir ramer dur contre la politique de com "sécuritaire" de Sarko. Il ne faudra pas se contenter de ça face à des gens sincères que cette politique aveugle. Autrement dit au FdG quelle politique à propos de l'immigration, liée a la politique d'aide aux pays pauvres. Et démontrer par a+b que nous avons aussi besoin d'eux.
    Dans l'hypothèse d'un 2e tour avec un socialiste, peu m'importe qui ce sera... attention, il ne faut pas se focaliser sur DSK ! Je souhaite vivement que le FdG arrive en tête, mais bon, le combat sera dur, très dur ! Sincèrement, je me dis que pour voter pour un socialo à un 2e tour, cela dépendra comment il s'engagera publiquement, il faudra un minimum vital essentiel, et encore... : retraites, traité de Lisbonne, pôle financier public, retour des services publics (éducation, santé, transports...), planification écologique...
    Je ne pourrai jamais me résoudre à voter pour des gens dont je sais qu'ils vont nous fausser compagnie au premier virage... et comment dans l'avenir se justifier auprès du peuple qui aura fait confiance au FdG, sans hypothéquer définitivement l'avenir... Cet avenir qui comme chacun sait se situe aussi et surtout après 2012 ! la politique de la droite sera toujours là y compris avec les sociaux-démocrates et Europe écologie.

  48. philippe reverdy dit :

    M. Mélenchon, merci pour vos décryptages des décisions prises au Parlement Européen, qui aident à la compréhension pour les simples citoyens de ces directives votées pour le bien commun des peuples
    En ce qui concerne votre confrontation avec l'autre Front, je confirme l'impression d'un vrai débat (enfin!) sur des programmes, totalement opposés, ont en commun une ruptrure avec le système ultra-libéral tel que nous le subissons, un peu plus durement tous les jours.
    Sur le plan de l'immigration, la légalisation de tous les sans papiers anéantissait complètement l'argument de Mme Le Pen, qui voulait voir dans cette mesure un sale coup pour le monde ouvrier. C'est clair, un salaire minimum garanti serait alors garanti pour tous ces travailleurs et il ne pourrait y en avoir de plus bas. Dommage que ce non-sens de votre adversaire ait été dilué dans un certain brouhaha. Cela dit, je partage l'avis d'un autre commentaire présent: cela ne suffit pas sur ce thème, qui risque encore, malheureusement, d'être central. Quelles options sur ces flux migratoires qui se profilent pour les raisons que vous avez si bien évoquées. La France ne pourra accueillir tout cette misère du monde car malgré ces entoushiasmantes révolutions méditerrannéennes, nous ne savons pas encore ce qui va se construire derrière (même si j'en ai un regard optimiste... pas partagé pas tout le monde!) et que d'autre part, le système ne changera pas du jour au lendemain.
    Autre remarque face aux critique de l'ex-socialiste que vous futes, qui aux yeux de votre débatrice, vous disqualifiait dans la cause que vous défendez aujourd'hui, je pense que l'on pourrait aisément lui opposer qu'un homme politique a droit à un cheminement, et que la construction de cette Europe de libre échange ne correspond à l'idée que nous nous en faisions. On ne peut être visionnaire de toutes les dérives que l'on fait subir aux idées.
    Bon repos mérité pour toujours plus d'énergie...

  49. Nicole dit :

    Merci Monsieur Mélanchon d'expliquer tout cela, ce que les médias ne font pas. Comment le peuple peut-il vraiment comprendre ce qui se passe avec toute cette opacité au niveau des décisions européennes ?!
    Je suis très novice, mais je me demande… quel que soit le "gagnant" des élections, ne devra-t-il pas travailler avec une assemblée, des députés, des sénateurs ? attachons-nous à ce qu'elle soit majoritairement de gauche, pour faire obstacle, le cas échéant, à un dirigeant de droite, et au contraire soutenir le président s'il est de gauche. Juste l'inverse de maintenant…Je suis sûre que quelqu'un va me répondre là-dessus.
    J'aimerais aussi que vous parliez des gaz de schiste. Voilà un domaine qui rassemble de plus en plus, et des gens de tous bords, devant le mépris de cette oligarchie qui vend - par derrière - le sous sol français au mépris de la santé de l'environnement et des populations, et qui signe un décret modifiant les conditions dans lesquelles une société peut obtenir des droits de forage (pour leur en facilité l'obtention, si j'ai bien compris) ! Une horreur totale si cela advient !
    Je sais, ça fait un front de plus à ouvrir mais c'est aussi super urgent…
    Merci
    bien à vous

  50. Jean Jolly dit :

    Jean-Luc écrit :

    Quelqu’un sait-il où Sarkozy veut en venir avec cette nouvelle croisade contre le multiculturalisme ?

    Peut être veut-il en découdre avec Arnold Schwarzenegger ? Ah non, ça c'est du multiculturisme mon Sarko et puis même si son bilan de la Californie est aussi désastreux que celui de la France, en pratiquant la même politique, il a au moins le tact de ne pas se représenter... lui.

    En même temps, il faut conserver un brin d'humour sinon on se collerait une bastos dans le cigare à chaque dépêche de l'actualité, qui est riche en rebondissements... en tous les cas plus riche que nous.


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive