29oct 10

À bientôt! Je rentre lundi

J’ai fait ma valise et rien ne m’arrêtera!

Ce billet a été lu 31 925 fois.

D'un commentateur de ce blog: "Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles." Sénèque

J e suis rentré de la manifestation du jeudi 28 octobre plutôt content de ce que j’ai constaté comme niveau de mobilisation. Même la menace de Ben Laden n’a pas marché. Pour la suite, le rendez vous est pour le 6 novembre et il va falloir préparer ça soigneusement. Je le répète : ce n’est pas fini, le bras de fer continue car nos syndicats nous appellent à l’action samedi prochain. Cette note sera brève parce que je dispose de peu de temps pour la rédiger. Je vais faire une pause de trois jours et c’est peu dire que j’y cours ! Il y a un mot sur les flots d’injures dont j’ai été accablé. Puis je donne le texte de notre demande de commission d’enquête sur la gestion des forces de l'ordre et les méthodes utilisées dans le cadre des mobilisations sociales de 2010 contre la réforme des retraites. Puis, pour proposer une synthèse des évènements en cours, je publie une tribune lue dans « l’Humanité » sous la signature de Benoit Schnekenburger dans laquelle je me reconnais assez complètement. Peut-être voudrez-vous la faire circuler si vous la ressentez comme moi.

Mes lecteurs qui découvriraient ce blog aujourd’hui savent qu’ils peuvent jeter un œil sur les notes précédentes pour se faire une idée de mon appréciation du moment que nous vivons. Et tous doivent se souvenir qu’il est possible de recevoir la lettre d’information de ce blog en s’inscrivant dans la cadre prévu à cet effet à droite de l’écran.

Je suis rudement traité. C’est bien normal quand on s’avance dans le combat social et politique de gauche. Mais pourquoi faut-il qu’à gauche aussi d’aucuns se mettent aux infamies ? Pourquoi m’injurier de façon aussi blessante. Car le record d’infamie est facilement attribuable à Jean Paul Huchon s’il est bien exact qu’il ait affirmé selon l’express.fr que je serai « pire que  Le Pen ». Rien de moins. Au moins vous saurez que cet honnête homme préfèrera voter Le Pen que Mélenchon au deuxième tour si le cas se  présentait car il sait qui est le moins pire à ses yeux. Avant celui-ci madame Ruth Elkrief avait déjà affirmé qu’elle ne voyait aucune différence entre moi et lui. Supposez un quart de seconde que j’ai dit le dixième de cela au sujet d’une quelconque de ces précieuses personnes. Et pourquoi tout cela ? Parce que j’ai dit ce que je ressentais en écoutant monsieur Pujadas maltraiter l’ouvrier Xavier Mathieu ! Le Parti Socialiste, dont j’ai été membre trente ans et dirigeant pendant quinze ans, Martine Aubry acceptent-t-il que l’on parle ainsi d’un autre responsable de la gauche ? Mais qui suis-je pour oser réclamer le respect de l’engagement politique de toute ma vie ? Pour eux, je ne suis pas à leur niveau, au propre et au figuré. Comment le pourrais-je ? Bernard Henri Levy vient de déclarer que j’ai « le niveau de la classe de cours élémentaire première année ». Pourtant pas un ne s’est risqué au début de commencement d’une critique sur la moindre ligne de mon livre « Qu’ils s’en aillent tous ». A moins que ce soit seulement la réponse au titre.

« Le cri du peuple : le retour de la politique ». C’est le titre du papier de  Benoît Schneckenburger, Professeur de Philosophie à Paris, chercheur en sciences politiques, paru dans « l’Humanité ». Sa lecture permet de placer de façon sérieuse la signification de l’accusation de populisme brandi par les belles personnes chaque fois que parait quelque chose qui dérange leurs privilèges.

«Le choix du chef de l’État d’accélérer la procédure parlementaire pour faire adopter son projet concernant le recul de l’âge de départ à la retraite ne participe pas seulement d’une crainte de voir le mouvement de grève s’enraciner. Il signe le refus d’écouter la parole du peuple, à l’assemblée comme dans la rue. Il montre par là une crainte ancestrale, celle du peuple. C’est une constante dans l’histoire de la domination politique que d’ignorer les messages issus du peuple, que de vouloir lui dénier toute participation directe. Le projet de la majorité gouvernementale, comme tant d’autres depuis des années, a été présenté comme le seul possible, placé sous la double évidence de la démographie et de l’économie. L’appel à une solution consensuelle lancé au lancement de cette contre-réforme entendait là encore faire croire que cette solution tombait sous le sceau de la nécessité, c’est-à-dire à la faire sortir du débat politique. Que n’a-t-on entendu sur la rationalité de cette réforme face à laquelle les opposants figuraient alors pour des fous, des dangereux rêveurs ou des opportunistes. Ne nous laissons pas tromper par les tenants du discours dominant. La politique change de camp. Ce sont précisément ceux qui méprisent le peuple qui entendent lui dicter sa conduite, lui dire sa vérité, et placer leurs intérêts propres sous la caution d’un discours économique par là indiscutable. Pour cela il leur faut aussi dénier que le cri du peuple ait un sens.

Il ne manque pas d’observateurs sérieux pour dénoncer démagogie, archaïsmes et corporatismes portés par les protestataires. Ils entendent rendre inaudible le discours du peuple. Il s’agit toujours de répéter que le peuple qui crie n’a rien à dire, que les vociférations de la foule n’ont rien de raisonnable. D’ailleurs tous les dérapages seront montés en épingle pour renforcer l’idée que le peuple assemblé dans la rue n’est, selon le mot de Bodin, que «la populace qu’il faut ranger à coups de bâtons». Quelques centaines de casseurs masquent bientôt les millions de manifestants et de grévistes, quelques émeutiers cachent la masse immense des salariés. Dans un entretien récent, Gérard Mordillat soulignait combien les images médiatiques tendaient à transformer les revendications populaires en un simple bruit: tambours, slogans à peine audibles, pétards. Tout l’attirail des manifestants retourné contre eux, il devient l’écran de fumée qui masque son expression.

Et pourtant, comme lors du débat contre le traité constitutionnel européen, ces cris du peuple manifestent son retour en politique. Ce retour passe certes par un moment négatif, celui de la révolte contre. Mais comme le soulignait Camus, ce «non», scandé mille fois, est un oui: «Qu’est-ce qu’un homme révolté ? Un homme qui dit non. Mais s’il refuse, il ne renonce pas: c’est aussi un homme qui dit oui, dès son premier mouvement.» Il faut entendre ce que porte le discours de défense du système de retraite par répartition et de l’âge légal de départ à 60 ans. Exemplaire à ce titre l’autocollant «Je LUTTE des classes» que l’on voit à chaque manifestation. Le cri de chacun devient celui de tous. L’atomisation des solidarités à laquelle veut nous contraindre la logique libérale se heurte au sentiment profond de la nécessité d’une réponse collective. Exemplaire également la lente construction d’un mouvement qui aujourd’hui reçoit l’aval de la majorité de la population. Il a fallu que chacun se déprenne de l’évidence sans cesse ressassée de ce projet de loi. Il a fallu sortir peu à peu de la stupeur provoquée par le discours dominant, pour oser crier son refus. Il a fallu que chacun prenne conscience du caractère politique et du choix de société que suppose la question des retraites. Le profond sentiment d’injustice se transforme peu à peu en revendication politique d’autres rapports que ceux portés par des décennies de discours libéral qui en appelaient à la seule logique marchande. L’injustice appelle la solidarité, et celle-ci appelle à son tour des réponses collectives.

Le cri du peuple porte la renaissance du peuple. Car un peuple n’est rien en dehors des combats politiques qu’il mène. Tout l’enjeu des mobilisations consiste à faire entendre ce cri par lequel le peuple prend conscience de lui-même et réclame le droit de s’intéresser à la politique. Le cri du peuple porte le retour de la politique. » 

Voici, à présent, le texte de la proposition de commission d’enquête parlementaire déposée par les parlementaires du PG, du PCF et des Verts. Je le publie parce qu’il propose une forme concrète et républicaine pour répondre aux interrogations qui pèsent sur la question de l’emploi des forces de police dans les mouvements sociaux récents. Je renvoie mes lecteurs à ce que j’en dis dans les deux précédentes notes que je viens de publier cette semaine, à mesure que le problème se précisait. Le contenu extrêmement précis des motifs de saisine de cette commission d’enquête montre que nous n’avons pas l’intention d’être dans le vague et l’insinuation mais sur le terrain très précis des faits vérifiés et pris de la bouche des responsables et témoins. C’est exactement la méthode qui a été appliquée en 1986 pour la commission d’enquête qui avait été constituée dans chacune des deux assemblées à la suite de la mort de Malik Oussékine.

«le projet de loi sur les retraites suscite une forte mobilisation sociale, multiforme et inscrite dans la durée. L'opposition à la dérive sécuritaire du gouvernement et à sa politique envers les résidents étrangers, les revendications de certaines professions telles que les infirmiers-anesthésistes, la défense des mal-logés et bien d'autres causes ont également donné lieu à des actions revendicatives. Ces dernières semaines, face à ces mobilisations, il a été observé une politique répressive en rupture avec les pratiques habituelles. Elle suscite de nombreuses interrogations, quant au respect des libertés individuelles et des droits collectifs, et des principes mêmes qui fondent notre République.

Parmi ces pratiques répressives, il a été relevé notamment :

1) La technique d'encerclement des manifestants sans possibilité de quitter les lieux de la manifestation, et ce, pendant des heures (lors de manifestations place Bellecour à Lyon, lors de l'évacuation d'un squat place des Vosges à Paris…)

2) la présence de policier en civil sans signes distinctifs permettant de les distinguer lors d'actions violentes

3) des agressions contre des manifestations syndicales suivies de poursuites judiciaires contre des syndicalistes et de condamnations (par exemple à Saint-Nazaire)

4) l'utilisation répétée d'armes dangereuses (lanceur de balle de défense – « flash-ball » – à Montreuil, grenades offensives à Lorient…)

5) D'autre part, le recours à la réquisition contre les travailleurs des raffineries, procédure tombée en désuétude depuis 1963, a été décidé dans la précipitation, sur des bases juridiques contestées à plusieurs reprises, avec des décisions de justice invalidant certains arrêtés préfectoraux.

6) Enfin, des journalistes se sont plaints d'entrave à l'exercice de leur profession, voire de violences à leur encontre, alors qu'ils couvraient les manifestations et que leur qualité de journaliste était connue.

La cohérence de cet ensemble de données questionne sur l'évolution des réponses policières et judiciaires apportées aux mobilisations populaires. La commission d’enquête que l’Assemblée nationale aurait pour mission :

De procéder à un relevé aussi complet que possible des faits et à la vérification des témoignages des différentes parties, de déterminer dans chaque cas d'espèce les modalités de décision et les responsabilités des différents acteurs, d'étudier la validité juridique des choix effectués, d’évaluer les conséquences de ces nouvelles pratiques. Et, le cas échéant, de formuler des recommandations pour remédier aux éventuels dysfonctionnements.

Proposition de résolution.
Article unique
. En application des articles 140 et suivants du Règlement, est créée une commission d’enquête de trente membres relative à la gestion des forces de l'ordre et aux méthodes utilisées dans le cadre des mobilisations sociales courant 2010. Elle devra notamment faire le point sur : 1) les techniques, armes et choix tactiques utilisés lors des mobilisations sociales depuis le printemps 2010, envers les manifestants, les passants et la presse, 2) les modalités de décision et les responsabilités des différents acteurs, 3) la validité juridique des choix effectués et les conséquences de ces pratiques, 4) dans ce cadre, un point d'attention particulier sera porté par la commission sur les forces de l'ordre volontairement non identifiées en tant que tel, leurs méthodes, leurs choix tactiques, la chaîne de commandement et les conséquences juridiques et pratiques.

Elle formulera des propositions pour remédier aux éventuels dysfonctionnements qui seraient en contradiction avec le respect des libertés publiques et les valeurs fondamentales de la République. (…) »

Enfin, à l'instant de quitter mon clavier, je découvre une polémique à propos d’un vote négatif au parlement européen du groupe GUE auquel j’appartiens sur une résolution  demandant entre autre chose l’instauration d’une taxe type taxe Tobin. Pour une raison que j’ignore des élus prennent le mors aux dents et en font prétexte pour s’en prendre au Front de gauche. Je ne réponds à rien de ce qui se lance d’agressif qui me parait assez mal venu et plutôt politicien. Je peux expliquer pourquoi nous avons voté contre en publiant l’article 77 qu’il fallait avaler avec cette résolution. Et je vous laisse juge de savoir si une promesse de taxe Tobin valait la peine que nous sous dédions de nos engagements et principes sur la question des retraites. Lisez et jugez : «  77. prend acte de ce que le grand krach éclaire d'un jour nouveau le défi démographique et celui du financement des retraites; considère que le financement des pensions ne peut être entièrement laissé au secteur public, mais doit reposer sur des systèmes à trois piliers, comprenant des régimes de retraite publics, professionnels et privés, dûment garantis par une réglementation et une surveillance spécifiques destinées à protéger les investisseurs; considère en outre que les retraites devront être réformées à l'échelle européenne pour contribuer à financer la solidarité intergénérationnelle; considère que l'allongement de la durée de vie soulève des questions transversales en termes d'organisation de la société qui n'ont pas été anticipées; »


425 commentaires à “J’ai fait ma valise et rien ne m’arrêtera!”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 »

  1. 1
    Pensez BiBi dit:

    BiBi a vu que vos dernières lectures portaient sur Georges Marchais. Eh bien, vous ne l'avez pas imité puisque c'est vous-même qui faites votre valise. Marchais, lui, demandait à Liliane de plier bagage pour rentrer chez lui. :-)
    Reposez-vous bien pendant ces trois jours. Bibien à vous.

  2. 2
    GdeC dit:

    Jean-Luc, t'inquiètes... Huchon ne sais pas ce qu'il dit... et puis, venant d'un mec pareil... :http://gauchedecombat.wordpress.com/2010/10/28/huchon-tete-de-con/

  3. 3
    Guillaume DALLA COSTA dit:

    Ah qu'il est beau l'article 77... on sent que la toute dernière partie, "considère que l'allongement de la durée de vie soulève des questions transversales en termes d'organisation de la société qui n'ont pas été anticipées" est un message d'ouverture, histoire de laisser sur une *bonne note* après le magnifique "serrez les fesses vous allez avoir mal aux amygdales", pardon, "considère que le financement des pensions ne peut être entièrement laissé au secteur public, mais doit reposer sur des systèmes à trois piliers, comprenant des régimes de retraite publics, professionnels et privés, dûment garantis par une réglementation et une surveillance spécifiques destinées à protéger les investisseurs".

    Quand je pense que c'est cet argument (et les conclusions que l'ont connaît grâce à nos amis américains qui ont mis une génération de, amicalement, *vieillards* en recherche d'emploi) qui majoritairement font que mes interlocuteurs prennent conscience du gros problème qui va se poser et pourquoi je marche dans ma modeste ville de Chambéry (qui a fait une manifestation nocturne l'autre soir, c'était malheureusement trop peu annoncé)... eux, ils "considèrent" que c'est normal.

    Je ne vois qu'une conclusion... nous vivons dans des mondes parallèles. Et je trouve ça tellement ridicule et pathétique que je m'excuse pour la forme de mon commentaire, il y a là plus de dépit que de raison.

  4. 4
    CLAUDIE dit:

    Voir sur le site du Monde Diplomatique (les blogs) l'article de Marie Bénilde (18/10) sur les médias dominants où elle analyse finement les pratiques des Pujadas et autres et répond aux détracteurs de Jean Luc Mélenchon.
    Camarade, tu as encore été très bien dimanche sur I.télé et chez Mermet.

  5. 5
    Rahan dit:

    Je conseille à ceux qui ne l'ont pas encore visionné cette vidéo, filmée je crois le 27 octobre 2010, sur la rafinerie de Granpuits qui est encore en grève et en lutte.
    http://www.lesmutins.org
    Voila une belle leçon de courage !
    Merci M. Mélanchon pour votre combat, nous sommes à vos côtés.
    Quant à l'article 77, GUE a eu raison de voter contre.
    "Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles." Sénèque
    Qu'ils viennent avec nous ou qu'ils s'en aillent tous !

  6. 6
    Gilbert Duroux dit:

    Pour rebondir sur le dernier paragraphe, il faudrait renverser l'accusation et reprocher aux PS et aux Verts d'avoir voté une résolution qui va dans le sens des intérêts de Guillaume Sarkozy, frère de l'autre, et dirigeant d'une société d'assurance, Malakoff-Médéric. Le frangin entend bien profiter du démantèlement de la retraite par répartition pour vendre ses fonds de pension. Ce qui est ahurissant, c'est qu'il a monté avec la CNP une société, baptisée Sevriena, pendant les mois de juin et de juillet. C’est-à-dire en même temps qu’était discuté le projet de loi sur les retraites, au sein de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale. Cette société a justement pour objet, nous dit Politis, de se spécialiser dans l'épargne-retraite. Voir les articles de Politis qui expliquent la manœuvre. Ça me semble aller au delà du simple conflit d'intérêt.

    Ce serait intéressant que le PG se penche sur cette affaire. Martine Billard, à l'Assemblée nationale, devrait pouvoir trouver quelques biscuits.

    Mercredi dernier, une action symbolique de Solidaires et de la CNT a été organisée au siège de cette société parasite. Voici le communiqué relatif à cette action.

  7. 7
    jean estivill dit:

    Pauvre Bernard Henri Lévy qui ose parler de culture, et raille Jean-Luc Mélenchon, Pauvre Bernard Henri Lévy lui dont on vend les livres comme des boites de petits pois. J'ai sous les yeux un des 11 numéros du "journal" qu'il s'était cru pouvoir réaliser: "l'imprévu", 4 pages qui font honte d'avoir appris à lire. Une feuille de potache dont un collégien de 3ème refuserait la paternité. BHL est tout là, dans les dernière lignes du dernier numéro: l"Imprévu" aurait dû être et sera Le journal de l'Homme Nouveau. C'était en 1975 : Pauvre Bernard Henri Lévy. Je peux le scanner aux amateurs de rigolade....

  8. 8
    Lionel M dit:

    Bonjoir,
    Pour se donner un peu le sourire,
    Pierre Carles et des ami(e)s étaient présent pour "libérer les journalistes" qui participaient au "Diner du Siècle"
    deux vidéos
    http://www.youtube.com/watch?v=0Y6TcYStHu0

    et la deuxième avec me Arlette Chabot ;o) (pas sur qu'elle ait apprécié le repas !)
    http://www.youtube.com/watch?v=sGQcUletdUE

    reposez vous bien!
    Lionel M

  9. 9
    Vincent dit:

    Bonsoir monsieur

    j'ai fait le rêve naïf, comme beaucoup, d'une Europe des peuples. J'ai voté non, expressément pour des raisons de direction et dérive (pourtant flagrante dans son code génétique) ultra-néo-libérale de ce texte.

    je puis vous assurez que l'Europe ne se fera pas:

    L'Allemagne refusera notre vision francaise de la Res-publica, notamment son financement pour des raisons historique (nazisme).
    Les autres états ont trop d'intérêt divergeant, principalement les pays de l'est traumatisés par l'union soviétique et qui recherchent la seule sécurité "viable" à leur yeux: les USA, qui pour nous Français sont les 7 plaies du monde.
    L'Italie du sud est aux mains des mafias.
    Les britons n'en parlons pas.

    La République Démocratique Laïque Française (tout est public sauf ce qui est privé / intérêt général / école de la république /...) est un modèle et une entité quasi unique dans le monde.

    L'Europe dont rêve la France, n'est pas l'Europe dont veut une majorité (numéraire) de pays l'a composant.

    Nous avons eut un beau rêve généreux, faut être réaliste maintenant: l'échec.

    Je refuse la soumission de notre diplomatie à l'Europe traitresse.
    Je refuse la tutelle programmatique dogmatique institutionnelle toujours de cette Europe.
    Je refuse que la générosité Française soit détournée par l'EU fanfaronnant aider les pays du tiers-monde, affichant le sigle EU alors qu'elle nous oppresse, et que nous perdons notre crédit au yeux de ce pays du fait de ce détournement.

    Les Français en ont mare de Cette Europe d'imbéciles, monsieur.

    J'ai la vanité de croire que la France est encore et toujours l'avenir du monde, car de par notre histoire, nous savons sur quelle voie l'humanité doit être amenée: Liberté, égalité, fraternité. Notre belle Marianne, généreuse, nourricière, révoltée, lutant le poing serré, affranchie donc émancipée, notre belle république... malmené, massacré par quelque naboléon arrogant, complice et traite à sa patrie.

    bien à vous, à vous tous.

  10. 10
    Nuno dit:

    Surtout ne te laisse pas abattre, les coups redoublent de la part de l'oligarchie financière, politique et médiatique. Nos élites, cette oligarchie est rongée par l'avidité, il leur en faut toujours plus, le "tout pour moi et rien pour les autres" tel est leurs devises, cela a l'air caricatural mais c'est malheureusement vrai il suffit d'ouvrir les yeux pour s'en apercevoir. A ces niveaux de revenues à six chiffres et plus, ils sont complètement déconnectés de la réalité et en viennent à penser que leur intérêts correspondent a l'intérêt général, le conflit d'intérêt d'un Woertz ou Copé est normal pour eux, et que ce qui est bon pour eux est nécessairement bon pour le pays. Avec ce mouvement social et ton "qu'ils s'en aillent tous" l'inquiétude commence à monter et les coups vont certainement s'intensifier.
    BHL te critique c'est bon signe et indique que tu es sur le bon chemin, il ne manque plus que la voix d'un Alexandre Adler ou un Christophe Barbier pour être vraiment sûr que tu es sur la bonne voie.
    Sinon j'ai écouté Jacques Généreux dans l'émission les matins de france culture qu'elle bonheur d'entendre sa pensée et comment il atomise ses contradicteurs et leurs habituels discours "TINA" par contre qu'elle malheur qu'on ne le voie presque jamais dans les médias.

    Encore une fois courage dans cette lutte qui ne fait que commencer.

  11. 11
    calsou dit:

    Bravo ! continuez,je vous soutiens sans aucune réserve!

  12. 12
    le Prolo (PG 01) dit:

    Un superbe discours du député Communiste Jean-Pierre Brard sur les retraites et la collusion de ce régime avec les ultra-riches :
    http://www.mediapart.fr/club/blog/julien-thery/281010/magnifique-discours-lassemblee-sur-la-contre-reforme-des-retraites

  13. 13
    Thomas dit:

    Mr Mélenchon, je vous soutiens de tout coeur! Continuez avec vos qualités et vos défauts mais surtout avec votre justesse et votre humanisme!

    El pueblo unido...

  14. 14
    piquecul dit:

    Vous me faites l'impression de l'éléphant dans un magasin de porcelaine. Vos vérité ne sont pas agréables aux oreilles de ceux qui pantouflent joyeusement en toute discrétion. Si vos idées paraissent pour certain farfelues, J'estime que toutes sont dignes de réflexions et pas aussi nulle que certains voudraient nous le faire croire. Parfois les vérités,dit-on, ne sont pas bonnes à dire, mais cela concerne ceux qu'elles mettent en cause. Revenir à une république plus saine et respectueuse de ces citoyens est le moins que l'on puisse demander. Continuer de fouailler dans cette fange pour dégager la bonde. Peut être cela permettra un assainissement de l'ambiance politique de notre pauvre république. Avec mon soutient

  15. 15
    rosay dit:

    Bonjour à tous,
    Je prend la liberté de considérer que ce que nous nommons " oligarchie financière ",ou l'industrie financière,peut être comparable à cette caste de nobles de 1789.
    Ainsi donc,rien ne nous oblige de les respecter d'autant que l'humanité est convaincu du fait réelle,
    par expérience déjà vécue..
    Sans crainte de se tromper nous leurs disons à notre tour "Qu'ils s'en aillent tous "
    Rosay à +

  16. 16
    Lionel-PG44 dit:

    Huchon, Botul Henri Levy et Ruth Machin, c'est pas un désaveux, au contraire c'est de la vraie pub... Et si on rajoute le petit Valls, c'est un appel massif à voter pour Jean-Luc Mélenchon à quelque élection que ce soit !
    Allez les Tartufes, à qui le tour de se faire propagandiste du méchant Mélenchon ?

  17. 17
    Michel 34 dit:

    Concernant BHL, à qui le surnom "ridicule" va à merveille et qui aurait dû fermer les vannes depuis belle lurette, on ne se lasse pas d'écouter les émissions (en public) que lui avait consacré Daniel Mermet :
    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=952&var_recherche=bhl
    le procès en réhabilitation 1 et 2, jubilatoire...

  18. 18
    Lentendant dit:

    Bravo ! continuez !
    Ils commencent tous à trembler de la gauche socialiste à la droite sarkozienne en passant par les corporatistes de tout acabit : c'est un signe !
    Question : pourquoi vous le porte parole de la révolution citoyenne ne faite pas d'allusion encore à la première qui va se dérouler fin mars de cette année.
    Une première occasion de la commencer non cette révolution ?
    Merci à vous et vos camarades pour votre combat qui devient chaque jour un peu plus le mien !
    Que se vayan todos!
    Mais pourquoi est il si dur à trouver ce livre au fait ?

  19. 19
    Air One dit:

    Fédérer contre soi une telle brochette de médiocres, le milliardaire Levy (qui doit sa fortune à l'exploitation de bois africain) en tête de gondole, et les éternels recalés de la gauche molle, c'est un honneur, cher Jean-Luc !

    Certains se sentent visés par vos mesures et vos propositions, d'autres craignent qu'elles "contaminent" de plus en plus d'esprits, alors les coups redoublent, si possible sous forme d'injures, de sorte qu'on n'aborde surtout pas le fond, et votre livre.

    Sentez plutôt l'enthousiasme de vos lecteurs, et de vos camarades de lutte, pour vous ressourcer et revenez gonflé à bloc !

  20. 20
    jp33 dit:

    A propos de cri du peuple, en voici un magnifique modèle du genre, celui du député Brard.
    Régalez-vous les amis, et faites circuler ce petit chef-d'oeuvre.
    http://www.youtube.com/watch?v=YDzUOwiKmpA&feature=player_embedded

  21. 21
    serge dit:

    bonjour,

    Nos socialistes, il faut bien employer le pluriel, tirent le chariot dans des sens opposés ! et ils voudraient représenter les couches sociales de gauche ?
    Exemple :
    Le député-maire socialiste d'Evry (Essonne), Manuel Valls exclut le retour à la retraite à 60 ans pour «tous»
    Allons bon ! Le missile guidé du FMI vient de tomber sur la direction du PS !
    Nous sommes les porteurs de valises de Sarkozy ! voilà c'est clair, net et précis.
    Donc je redis ici devant tout le monde, je soutiendrais le PS si nécessaire à une condition, c'est que Mme Royal soit la candidate. Les autres, à part insulter Jean-Luc Mélenchon pour être dans l'air du temps, n'ont pas plus de programme que çà.
    Ah, des candidats, ils en ont ! Un programme ? Quezako ?
    Où étaient les Hollande, DSK, Julien Dray, Lang et les autres dans le mouvent social?
    L'avantage pour les gens de gauche c'est que maintenant nous avons une super alternative, le Front de Gauche, n'en déplaise à Huchon, BHL, et tous les autres installés dans la naphtaline !

    cordialement

  22. 22
    Michèle dit:

    Dit autrement: Le CE1 est l'âge des grandes découvertes grâce à la conquête du langage écrit. Les élèves ont accès aux savoirs, à la culture, comprennent, interrogent, mettent en oeuvre leur désir de lien avec les autres au-delà de soi. Oui sans doute ce propos de BHL, malgré lui, peut-il être entendu comme un désormais savoir-lire-politiquement décisif qui donne accès à l'émancipation que révèlent les "non" et "oui" des manifestants.

  23. 23
    Fred Barbosa dit:

    Mr Mélenchon
    Comme je l'ai déjà dit c'est parce que vous êtes dans le vrai qu'on vous mène la vie dure. Quant aux socialistes, ils commencent à avoir peur de vous d'où, parfois, des propos agressifs. Et ils ont raison d'avoir peur les pauvres socialos (dont j'étais encore un électeur il n'y a pas si longtemps).
    Et franchement, se faire insulter par BHL ou Huchon, pour moi, c'est un honneur.
    Votre livre est dans le top 10 des meilleures ventes, si c'est pas un signe ça! Félicitation.

  24. 24
    Guillaume Hervier dit:

    Salut Jean Luc,

    Je partage totalement le constat que vous faîtes, le constat d'une répression sans précédent qui s'est abattu sur ce mouvement social durant ce beau moi d'octobre. Cependant tu proposes la création d'un comission
    parlementaire, comment faire confiance aux parlementaires? Comment former cette comission et qui mettre dedan? Quelle sera sa réelle objectivité si elle est composé comme l'assemblée l'est, d'une majorité de députés de droite à la solde du pouvoir?

    Bonne initiative donc mais un gros questionnement sur sa réelle utilité.

    Repose toi bien et reviens nous gonfler à bloc pour ce combat qui est loin d'être terminé!

  25. 25
    Bohlinger dit:

    Parmi ces pratiques répressives, il a été relevé notamment :
    ...
    4) l'utilisation répétée d'armes dangereuses (lanceur de balle de défense – « flash-ball » – à Montreuil, grenades offensives à Lorient…)
    ...
    Auxquelles j'ajouterai le déploiement de fusils à pompe (armes de guerre) comme le 21 octobre 2010, à Lyon, place Bellecour. Voir à ce sujet : Stratégie de la tension : Fusils à pompe face aux lycéens, place Bellecour, Lyon, 21 octobre, article publié par l'excellent site d'information ContreInfo

  26. 26
    Philippe dit:

    Cher Jean-Luc,
    Je t'ai apperçu hier encore au point fixe de la manif, toujours fidèle au poste.
    Quelles insultes que tu dois subir en effet ! Pour Huchon, ce n'est qu'avec le vague à l'âme que j'ai milité pour lui entre les deux tours des régionales. On attend toujours le changement de tarifications des transports du reste.
    Concernant BHL, l'essayiste administrateur du CAC 40, il est aussi teigneux que nul, et je m'amuse toujours des articles que le "Diplo" lui consacre de temps en temps.
    Merci pour ton courage, Jean-Luc.

  27. 27
    vvvv dit:

    BHL trouve que vous avez un niveau de "cours élémentaire".....? Assurément, il sait de quoi il parle!

    En tout cas lorsque les temps se durcissent, les masques et les faux semblants tombent. Tant mieux, nos adversaire avancent désormais à visages découverts c'est déjà ça de gagner.

  28. 28
    Tony Retraité ouvrier metallo 38 dit:

    Bravo ! Tenez bon ! Nous sommes avec vous dans la rue et dans les urnes. Ni l'oligarchie qui nous gouverne, ni leurs chiens de garde qui les entourent n'auront raison d'un peuple qui se met en mouvement. Ceux qui pensaient que la lutte des classes était dépassée en sont pour leurs frais.La classe ouvrière est toujours bien présente prête à reprendre le flambeau des lumières et de la reconquête de justice et le progrès social.
    Encore une fois bravo, Tenez bon nous avons besoin de vous.

  29. 29
    Claude dit:

    Au fameux congrès de Reims, j'avais été déçu de vous voir claquer la porte du PS à la suite des "magouilles" qui avaient entaché ce congrès!
    Depuis quelque temps, j'ai changé d'opinion, j'ai compris que vous aviez vu juste, et je suis avec intérêt vos prises de position dans les médias, et sur votre site. Et je vous dis bravo, malgré les attaques dont vous êtes l'objet, la plupart du temps, de continuer à clamer votre désaccord avec la politique, telle qu'on la subit actuellement. Je ne suis qu'un adhérent de base au PS, un petit " vieux " de 77 ans, qui souhaite pour ses enfants et petits enfants, un autre avenir que celui qui se profile en ce moment. Merci pour votre engagement.

  30. 30
    courstoujours dit:

    J'aime bien cette photo de la manif de Saint-Nazaire, le 28 octobre :
    http://imagesud.wordpress.com/2010/10/29/asterix-manifs-france/

  31. 31
    serge dit:

    Je reviens sur les détails de la demande de commission d'enquête sur les moyens de police
    En effet sur le point n°1 et concernant Bellecour, il faut pas perdre de vue que la prison a ciel ouverte de Bellecour ne comportait que des enfants et adolescents.
    Quand on sait que la justice offre de meilleurs garanties à des enfants lors des garde à vues de mineurs on peut s'interroger sur les moyens outrepassant se minimum de respect qui est du à des gosses.
    Le piège de Bellecour sur des enfants devrait à lui seul faire l'objet d'une plainte pour non respect de la dignité humaine et des droits de l'homme.
    Justice pour les enfants martyrisés de Bellecour !

  32. 32
    La trahison des clercs dit:

    Jean-Luc,
    votre parole est précieuse.
    Ne la gaspillons pas dans des dénonciations qui sont aujourd'hui d'évidence.
    Nous connaissons nos détracteurs, nous savons de quelle classe ils sont les perroquets.
    Il y a belle lurette que ces personnage ont été démasqués.
    Ne perdons pas notre temps.
    Pratiquons la division des taches.
    Laissons à d'autres cette dénonciation salutaire.
    Il serait dommage que votre parole que je considère comme essentielle soit mobilisée dans un corps à corps dont nous ne sortirons jamais vainqueur.
    Aucune volonté de ma part, bien évidemment, de vous donner, Jean Luc, des leçons, quelles qu'elles soient.
    Fraternellement,

  33. 33
    Ghanem dit:

    Bonjour Jean Luc,

    J'ai lu votre livre, j'ai suivi vos discours, j'ai compris votre programme. Mais il y a une ou deux questions que je voudrais que vous m'éclairiez.

    Si vous êtes au pouvoir ; comment orienteriez vous la France dans l'UE ? Quels seront les chantiers à mener ?

    Quelle est votre position sur le traité Schengen et de son article 104 ?

    Merci d'avance pour vos réponses.

    Après un long sommeil dû à la langue de bois de l'UMP et le PS, vous m'avez réveillé...Continuez comme ça je ne crois pas être le seul dans cette situation.

  34. 34
    petit chouk dit:

    Avons nous perdu dans ce combat contre l'injuste réforme des retraites? j'ai le sentiment que oui! nous avons perdu, d'accord le combat n'est pas fini, mais à lire les journaux "presque plus de manifestant", "toutes les raffineries presque ouvertes", "de l'essence partout",...
    Je me souviens des 44 jours de grèves en Guadeloupe il y a 1 an. Et le mouvement était d'une toute autre ampleur : barrages partout, plus d'essence nul part, tous les supermarchés fermés, les écoles, coupures d'eau, d'électricité, à part l'aéroport tout était fermé, un combat contre la "pwofitation" des riches contre les pauvres. Un même combat en sorte, les revendications qu'ils ont obtenu sont certes faibles en regard de leurs exigences, mais un premier pas vers une révolution citoyenne était lancé.
    Ces manifestations et grèves contre les retraites n'ont vraiment pas atteint le niveau de grève atteint en Guadeloupe.
    Dépité oui! Nous n'avons plus que vous Monsieur Mélenchon, et je sais que ce n'est pas sur Aubry, Royal ou qui que ce soit d'autres sur qui je peux compter et je saurais m'en souvenir lors des prochaines élections.
    Tant est si bien que j'ai l'impression que tout va repartir comme avant, le peuple à pu exprimer son mécontentement "à la française" comme disent les étranger sans aucune négociation ou contreparties sur cette réforme. Le gouvernement a réussi à passer sa réforme en force, mais elle est passée. Cela a t'il valu la peine de son combat et de cet investissement lourd en énergie et en temps? Certes vous êtes maintenant bien plus visible qu'auparavant et cette opportunité vous a permis d'affirmer vos points de vue et à beaucoup de français de découvrir qu'un homme politique pouvait pouvait proposer une autre réforme sérieuse, une alternative concrète que les journalistes, tous, on décridibilisé, piétiné, bafoué vos idées même le PS a joué ce jeu de déstabilisation envers vous.
    L'union fait la force, le PS joue l'individualisme, et la droite fortement secoués sur tous les fronts à su rester unie ce qui a fait sa force.
    Je suis vraiment déçu, Alors Monsieur Mélenchon, reposez vous pendant ces quelques jours, et puissiez vous trouver la force, l'énergie pour renverser cette situation pour être à la hauteur des enjeux du peuple français. La France n'a pas mérité d'être autant malmené. Avec vous A FOND.

  35. 35
    bloedbessen dit:

    Un changement de conscience s'opère...

    L'oligarchie financière, maîtresse du monde moderne, a réussie à mettre au pas les gouvernements de notre vieille Europe. Ils ont gravement affaibli nos Nations, pris en tenaille entre le régionalisme et les institutions supra-nationales et internationales. Les états n'ont plus de manoeuvre financière en supprimant ce droit régalien fondamental qui est la création monétaire, renforcé par le traité de Lisbonne.
    Résultat : Il faut bien se rendre à l'évidence, on est fait comme des rats.

    MAIS...

    Cette élan fantastique, cette contestation populaire, cette solidarité retrouvée, nous pousse dans une prise de conscience collective et salutaire. C'est vrai qu'ils ont dépouillé nos états-nations et la démocratie, c'est vrai qu'ils nous ont rendu esclaves du système sans même s'en apercevoir. Mais nos esprits, nos espérances, notre conscience, ils ne l'auront pas car la vague du grand réveil populaire est en marche, c'est une énorme victoire impalpable certes, mais si puissante, si profonde qu'on ne peut plus dire : Je ne savais pas, j'étais endormi.

    M. Mélenchon est notre porte-voix, il porte aussi notre espérance d'un monde plus juste et solidaire. Mais avant, il doit chasser cette hyper-classe de nos frontières pour que la France retrouve sa souveraineté.

    Gardez confiance en vous, ne pensez pas négativement, mais bien au contraire, réjouissez-vous car cette prise de conscience individuelle et collective ne pourra s'éteindre si nous gardons confiance en nos valeurs, en notre avenir meilleur car nos pensées positives ne peuvent être étranglées, il n'existe pas d'arme contre cela.

  36. 36
    Pulchérie D dit:

    Comment Victor Hugo traitait une certaine presse.

    « Dans des journaux vendus, des journalistes prostitués insultaient les proscrits de 1815 ; David n’avait plus de talent, Arnault(1) n’avait plus d’esprit, Carnot n’avait plus de probité … »
    Victor Hugo. Les Misérables, tome I, Livre troisième, chapitre I : « L’année 1817 ».

    (1)L’auteur de Germanicus, interdit par Louis XVIII

  37. 37
    lyes dit:

    Depuis 2007, la France n'est plus cette France qu'on respecte ou qu'on cite comme exemple pour bien de valeurs.
    Aujourd'hui,il semble que tout est cadenassée, tout bouclé par une nouvelle gouvernance, sectariste et outrancière.
    Des dérives people, le dispatching des mérites et les nominations à tout bout de champs, jusqu'au conseil d'Etat, vous vous rendez compte, les vices de fond et de forme ne se comptent plus.
    Le tout, agrémenté d'une justice injuste.
    Les feuilletons qui se succèdent en sont la preuve.

  38. 38
    Gus dit:

    J'étais hier dans la manifestation à Saint-Etienne. Il est vrai que nos rangs ont légèrement dégonflé mais ce qui m'a choqué le plus, c'est la faible mobilisation des jeunes (de 15 à 30 ans) au sein de ce cortège. J'en appelle donc à tous ces jeunes qui pensent que l'espoir est éteint, que toute politique est veine et inutile et que plus rien ne sert de lutter : ne lâchez pas l'affaire, on a besoin de tout le monde ! Si les jeunes veulent être pris au sérieux, ils doivent se mobiliser pendant les vacances au risque sinon de faire croire qu'ils ne manifestent que pour sécher le cours de math. Je précise que j'ai 29 ans, il ne s'agit donc pas du coup de gueule d'un "vieux con" mais d'un message qui vient du coeur : "Face à Sarko et ce régime de nantis, la jeunesse dans la rue !"

  39. 39
    le Prolo (PG 01) dit:

    On avait remarqué entre autres initiatives le soutien au mouvement de groupes d'alpinistes qui partaient escalader les sommets savoyards et y planter les banderoles très symboliques de "Liberté-Egalité-Fraternité".
    Hier certains étaient dans la manif de Lyon, suspendus en rappel sur la façade d'un immeuble autour d'une grande banderole: "la retraite à 67 ans, quel gouffre !"

    Ce qui fait la différence de ce mouvement, ce n'est pas seulement son ampleur et sa longueur, mais aussi cette multiplication d'intiatives de toutes sortes et partout.
    L'engagement personnel de tous, chacun venant avec sa pancarte ou son slogan, les piquets de grève interprofessionnels, les caisses d'aide aux grévistes, etc...
    Et c'est bien pour cela que ce n'est qu'un début !

    Un dernier mot:
    Quel plaisir hier de reprendre possession en masse de la place Bellecour où quelques jours plus tôt des lycéens, qui n'avaient créé absolument aucun trouble, ont été séparés de la manif principale, parqués, matraqués et gazés pendant plus de 5 heures.

  40. 40
    charles dit:

    Pour ma part, je pense que plus les "critiques" seront caricaturales, sans arguments, insultantes, blessantes, diffamatoires, plus tu tiens le bon bout car plus ils dévoilent le vide sidéral de leur(s) idée(s).

    Ce qui est majeur dans les critiques qui fusent sur Jean-Luc, c'est que c'est la course à l'expression la plus blessante, la plus frappante, mais sans aucun souci de justification de ce lynchage (en dehors de tout le monde le dit alors cela doit être vrai !)

    On peut effectivement s'attirer un choeur justifié et unanime de critiques: Pour Le Pen, on a entendu ses mots racistes en boucles et ils ont été condamnés devant un (des) tribunal (-naux). Pour Jean-Luc, ils vont faire quoi à part glapir contre lui dans des attaques Ad Hominem dont le côté grotesque apparait de plus en plus chaque jour, quand ce que dit Jean-Luc relève d'arguments politiques, et donc ne sont pas passibles de tribunaux en terme d'incitation à la haine et/ou au racisme, ils peuvent faire quoi à part annoner, rabâcher, répéter...

    Dire que les médias obéissent à leur actionnaire qui est du côté du pouvoir, que les répressions policières augmentent, que les riches gagnent toujours plus et les pauvres toujours moins, c'est honteux (pour reprendre les propos du ministre Apparu face à Jacques Généreux qui avait l'outrecuidance de rappeler les morts par suicide de Renault et de France-Télécom), et bien vive la honte libératoire.

    Je me revendique des propos de Jean-Luc, de Jacques Généreux, qui dérangent tant cette oligarchie (contrairement à ceux de Le Pen qui outre leur caractère haineux et racistes, permet à l'intelligentsia de se faire une virginité pour pas cher).

    Qu'ils s'en aillent tous ! et qu'enfin on retrouve les vrais sens des mots "justice" et "réforme"

  41. 41
    Yannick dit:

    Les vidéos de la participation des journalistes et politiques au club le siècle sont sur youtube.
    Elles sont une vraie délectation, le peuple a repris la main dans le débat politique, et c'est jouissif. C'est un grand moment, car il met en pleine lumière les agissements de nos "élites", mot tellement beau, et qui grâce a ces gens prend une connotation vomitive.

  42. 42
    Alin dit:

    @ Jean-Luc Mélenchon: reposez-vous bien camarade, il faut des forces pour les semaines et les mois à venir! Ce matin je me disais justement: il n'est pas fatigué? J'apprends avec plaisir que si: vous êtes donc humain ;-) (il faudra pourtant vous entraîner à dormir 3-4 heures par jour comme Fidel, puisque deux mandats présidentiels vous suffiront à peine, tellement la casse est grande).

    @ux autres qui lisent ici: tenez bon, votre détermination fait chaud au coeur, même quand on n'est pas français! Je rêve que mes deux peuples (roumain et belge) se lèvent aussi, comme vous!

  43. 43
    Pierre de Paris dit:

    Voici mon témoignage sur la manifestation du 28 octobre 2010 à Paris :

    Moi et ma copine sommes arrivés vers 15h00 à la manif au niveau du métro Richelieu-Drouot puis on a marché jusqu'à St Augustin, lieu de fin de la manif. Aucun incident, ambiance classique de manif populaire. Comme on avait pas marché beaucoup, on décide de remonter la manif à contre-sens, au niveau des Galeries Lafayettes on croise les anars de la CNT, on les regarde défiler dans le calme puis vers la fin de leur troupe, je vois que les regards se tournent derrière moi sur le trottoir, je me retourne et vois deux ou trois types encagoulés !
    Les anars s'arrêtent, commencent à siffler, à les montrer du doigt, très rapidement un attroupement se forme et les insultes se mettent à fuser du style "cassez vous", très vite plusieurs gars viennent filmer les flics (j'en profite pour gueuler : "souriez, vous êtes filmés"), le ton monte très vite, les flics dont un au moins n'a pas le visage caché essaient de se retirer mais déjà une bouteille de bière vient se fracasser contre le mur derrière les flics puis une deuxième...
    Un gars à côté de moi balance une bouteille de bière qui manque de peu un des policiers taillé comme une armoire à glace qui en cherchant à voir d'où venait le projectile me croise du regard. Là, je me dis qu'il est temps de se barrer, manque de bol, ma copine a disparu, les gens courent dans tous les sens, des CRS arrivent sur le trottoir par la gauche en bataillon de bataille. Tout à coup, je vois que les flics en civils ont choppé un type : des gars s'attroupent autour mais je ne sais si ce sont d'autres flics en civils ou des anars qui tentent de secourir l'un des leurs. Je décide de remonter le boulevard mais là je vois qu'un flic à mis à terre un 2ème gars, un anar courre alors vers lui mais le flic l'asperge de lacrymo et déjà d'autres flics arrivent en courant, j'ai beau être à plus de 20 mètres, je sens la lacrymo. Bref, je retrousse chemin puis retrouve ma copine après avoir pris une rue parallèle (dans laquelle je vois tout un tas de CRS cachés derrière l'angle de la rue).

    Ma copine, elle a eu droit à un petit coup de matraque dans les jambes : quand tout a commencé, on se trouvait au bord du trottoir près des barrières aussi on s'est retrouvé coincé entre les flics en civils et tous les anars qui s'attroupaient pour huer les flics, ma douce et tendre a alors choisi de passer de l'autre côté de la barrière pour pas se retrouver bloquer et c'est là qu'elle s'est chopée un coup de matraque du flic qui essayait de faire le vide autour de lui: heureusement plus de peur que de mal. De son côté elle a vu comment un des gars s'est retrouvé mis à terre et à quelle vitesse cinq ou six flics en civils sont arrivés pour neutraliser le gars : elle a été choqué par la violence et la rapidité de leur intervention.

    Plus tard, quand ça s'est calmé, elle a vu une dizaine de flics en civils repartir et elle me dit être quasiment sûr (mais pas à 100 %) avoir vu un de ces flics retirer un brassard de la CGT.

    Que faut-il en retenir ?

    Qu'il s'agit là sans aucun doute possible d'une provocation policière.

    Je m'explique, j'avais déjà fais ce chemin et tout c'était bien passé et quand je repars en prenant la manif à contre-sens, comme par hasard quand j'arrive au niveau du cortège de la CNT, vers la fin de celui-ci tout à coup apparaissent comme par magie plusieurs individus avec le visage masqué plaqués contre une façade de bâtiment en train de regarder les manifestants : il était évident qu'il s'agissait là de flics en civils !
    Évidemment, ils se sont fait repérer direct et les anars ont commencé à les siffler, puis ça s'est mis à crier, puis immanquablement un excité a finit par balancer une bouteille et après ça ne peut que dégénérer...

    Tout ceci ne serait jamais arrivé si ces flics ne s'étaient pas ainsi affichés les visages masqués...

    Bref, du grand art...

  44. 44
    jean valjean dit:

    Toujours présent dans les manifs Jean-Luc ; encore vu hier 28 octobre. Il tient bon et nous aussi !

  45. 45
    jean ai marre dit:

    @ Cher JL Mélenchon,

    Votre cri de révolte est notre souffle. Rien ne sera comme avant, la colère contre cette réforme autoritaire a fait surgir et mis en exergue la volonté des citoyens de lutter contre ce pouvoir.

    Wody Allen" La dictature c'est ferme ta gueule, la démocratie c'est cause toujours"

    Il va falloir qu'il se détermine ce pouvoir réactionnaire : soit il dicte.. et on l'a ferme, soit il se fige dans la démocratie libérale et on va lui expliquer qu'il existe une vraie démocratie : celle du peuple, pour le peuple, et par le peuple.

  46. 46
    Laurent dit:

    Monsieur Mélenchon,
    ce que j'adore chez vous c'est votre capacité, à travers ce blog et vos interventions chez Mermet, à rendre au peuple français ce qui lui appartient en propre : la fierté d'être. Et par dessus tout, le désir de se libérer, enfin, de l'asservissement dans lequel il est maintenu.
    Pour ça, merci, profondément.

  47. 47
    Assah Irah dit:

    Cher M Mélenchon. On sent passer dans vos discours et dans vos chronique le grand souffle qu'on ressent en relisant les textes des grands orateurs de la Révolution. On se sent transportés sur les bancs de la Constituante ou de la Convention! Merci.

  48. 48
    jameswest dit:

    J'ai bu du petit lait ce matin en vous écoutant sur RTL, face à ce "journaliste". Je suis curieux de savoir quel va être le montage fait sur canal + au grand journal pour démonter vos propos. J'ai remarqué que ce monsieur avait le courage de ses opinions surtout quand ses interlocuteurs ne sont plus en face de lui, le soir ou le lendemain. Je l'ai observé sur canal + face à Segolène Royal pour qui je n'ai pas beaucoup de sympathie et il trouve toujours le moyen de cracher à la figure des gens quand ils ne sont plus là pour lui répondre.

    http://www.rtl.fr/actualites/vie-pratique/article/jean-luc-melenchon-je-demande-la-creation-d-une-commission-d-enquete-parlementaire-sur-la-doctrine-d-usage-de-la-police-7633095338

  49. 49
    Hergè dit:

    Merci de votre soutien, camarde Mélenchon.
    Chez nous non plus le mouvement contre la réforme des retraites à la sauce Sarko ne faiblit pas, même si les lycéens ne sont plus dans la rue.

    Hergè, syndicaliste SUD ASF Brive

  50. 50
    Flo dit:

    @ Pierre de Paris
    je me joins à ton témoignage, j'ai vu exactement la même chose que toi. D'ailleurs, sur le site d'Indymédial IDF, il y a le témoignage du gars qui s'est pris les lacrymos dans la tronche. J'ajoute, qu'en fin de manif, 3 ou 4 flics en civils ont manqué de peu le lynchage par SUD et CNT, ont pris quelques jets de wodka et d'insultes, et ont filé la queue basse ! jubilatoire...

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive