28oct 10

"Il faut collectionner les pierres qu'on vous jette, c'est le début d'un piédestal" Hector Berlioz

Ca continue, on ne quitte pas les rangs, ce n’est pas joué!

Ce billet a été lu 10  302 fois.

J’installe cette note avant d’aller à la manifestation. J’espère vous y retrouver tous. Ne me dites pas que vous êtes en vacances ! Si c’est le cas, il n’y a rien qui vous empêche d’aller quand même à la manifestation là où vous vous trouvez ! Pas d’histoires : il faut tenir bon et plutôt deux fois qu’une !

Dans cette note il est question de mes démêlées à propos de l’action de certains policiers dans les manifestations. Parmi le nombre croissant de ceux qui s’expriment sur le sujet j’ai plaisir à vous signaler le blog de mon ami Alexis Corbiere qui nous remet en mémoire une affaire qui prouve combien ce genre de problème n’est pas neuf et ne justifie donc pas les mines indignées de certains bien pensant. Puis j’évoque un sujet qui ne vous prends pas à la gorge tous les matins mais auquel il serait bon de penser plus souvent, celui de la présence des troupes françaises en Afghanistan. J’ai en main un projet de rapport en débat au Parlement européen qui va vous assoir pour quelques heures.

Je dis juste un mot de chagrin à la mémoire de Nestor Kirchner, ancien président de l’Argentine qui jeta le FMI dehors de son pays, rétabli la souveraineté politique du peuple argentin. Il nous a donné un exemple de courage politique qui nous a servi d’inspiration pour mettre au point notre plan d’action « gouverner contre les banques » au cours du forum de notre parti au mois de juin dernier qui se référa explicitement a l’expérience argentine.

Donc, deux syndicats de policiers ont protesté contre ce qu’ils pensent que j’ai dit. Deux seulement. L’un a demandé au ministre de l’intérieur de porter plainte contre moi. Aussitôt plusieurs juristes et policiers de gauche sont venus à ma rescousse pour m’éclairer et me conseiller. Et nous même, nous avons consulté. Mardi, treize heures, j’apprends que le ministre de l’intérieur Brice Hortefeux renonce à me poursuivre en justice « pour ne pas me faire de la publicité, ni me victimiser ». Ha ! Ha ! Comme c’est émouvant ! Il n’avait aucune chance contre moi. Mais, à vrai dire, je suis assez soulagé de pouvoir m’épargner des procédures et leurs frais. Même si je sais que j’aurais gagné, de toute façon. Raison pour laquelle le ministre préfère parler d’autre chose.  Car, il n’y a ni diffamation ni injures dans mon propos. En tous cas dans mon propos tel que prononcé réellement ! Et non tel que transcris dans un certain « journalissime ». Nous avons vérifié auprès des juristes spécialisés.

Mais, par  contre,  les journalistes qui m’ont interrogé auraient eu du souci à se faire, selon ces mêmes experts. Car ce sont eux qui évoquent une possible responsabilité de la police et me demande de m’exprimer à ce sujet et non moi qui ne fait que répondre à leur question. Eux qui parlent de « provocateurs » et non moi qui leur laisse la responsabilité du terme. Eux qui mettent sur la table le nom de Brice Hortefeux et non moi. C’est que je ne suis pas tombé de la dernière pluie ! D’ailleurs, au cours de l’échange, je dis que je connais leur truc pour faire un buzz à partir d’une phrase sortie de son contexte. J’avais eu la même affaire avec ma déclaration sur « ceux qui cassent, roulent pour Sarkozy ». Et je m’en suis expliqué dans ma précédente note. Bon. L’incident est clos. Un point pour moi.

Je note que les deux syndicats de police qui s’en sont pris à moi n’ont pas dit un mot des innombrables reportages qui circulent sur la toile ni de la page entière consacrée par « l’Humanité Dimanche » avec photos à l’appui sur le même thème ! Taper sur moi, ca fait de la publicité pour soi, affronter la toile, c’est une autre paire de manche !  Aucun des deux syndicats (Synergie-officier et FO-Police) n’a demandé à me rencontrer ou à rencontrer le PG après cette émission. C’est donc nous qui prenons l’initiative de proposer à chacun des syndicats de police une rencontre. Et nous leur avons envoyé la transcription littérale de mes propos. Pourquoi cet envoi ? Parce que nous connaissons la vérité. Nous avons des yeux et des oreilles partout, celles de nos adhérents et sympathisants, sans compter celles des amis qui ne veulent pas que nous soyons utilisés dans des manipulations internes ou des surenchères intersyndicales  qui nous dépassent. Voici la vérité : aucun de ceux qui ont écrit contre moi n’a écouté l’ensemble de la séquence mais juste l’extrait vidéo installé par France Inter sur son site. Cet extrait a été réalisé sur la base de la reprise immédiate à ITV, dès la fin de l’émission, d’un résumé sensationnaliste de l’échange. Les trois journalistes se sont concertés pour décider que ce serait ça « l’angle». C’est une pratique professionnelle tout à fait ordinaire. Et aussitôt a été appelé au téléphone un syndicaliste policier. Celui-ci a réagi séance tenante, cinq minutes après la fin de l’émission. A-t-il suivi l’émission ? Non. Bien sur. Il a donc réagi à ce que lui disait la personne qui l’interrogeait, sans avoir lui-même entendu la séquence. C’est tellement amusant à voir fabriquer un évènement!

La ronde s’est mis en place aussitôt, l’un copiant l’autre. Le journal officiel a validé la version. En effet la retranscription « résumé » publiée par le journal « Le Monde » le lendemain colle à cette seule question de la police et ne dit pas grand-chose de la dizaine d’autres sujets évoqués bien plus longuement dans cette émission. Ils voulaient du sensationnel. Je ne le leur reproche pas car j’ai assez dit que cela seulement intéresse la machine médiatique. Il me suffit d’y trouver mon compte. Ce n’est pas l’avis de mes proches qui trouvent que cette fois-ci il n’était pas seulement question de me nuire ni seulement de faire du sensationnel. Il s’agissait de me plomber avec une affaire de diffamation. Peu importe ! Raté Pancho ! Naïf, je pensais qu’on allait plutôt me chercher sur des sujets du genre le revenu maximum ou je ne sais quoi de ce style plus lourd à porter et défendre. J’ai encore passé des heures de travail sur mes fiches pour rien ou presque. Mais ceux qui ont écouté m’ont dit que l’émission était intéressante. Ne soyons donc pas mauvaise langue.

En tous cas, il ne faut pas en rester là. Puisqu’il y a débat, il faut vider l’abcès. Le sujet est trop important. L’emploi de la police dans une démocratie n’est pas une question annexe. Elle seule, la police nationale, a « le monopole de la violence légitime », celle que lui confère la société en lui demandant de faire en sorte que « force reste à la loi » en toute circonstances.  Peut-être me suis-je trompé. Peut-être les témoignages reçus sont-ils fallacieux. Si c’est le cas je l’admettrai de bonne foi et sans réserve. Si j’ai raison qu’on prenne les mesures en conséquence. Parlons-en ouvertement et contradictoirement. On avait fait ça en 1986, avec une commission  d’enquête dans les deux assemblées à propos des violences dans les manifestations et de la mort de Malik Oussékine décédé des suites d’un coup de matraque asséné par un voltigeur-motocycliste, unité de police dissoute à la suite de cet évènement. J'ai été membre de la commission sénatoriale a cette époque. je sais donc que c'est un outil de travail disponible. C’est pourquoi les députés du PCF et du PG ont déposé une proposition d’enquête parlementaire à l’assemblée nationale concernant l’ensemble des mesures d’emploi de la police dans les évènements de ces jours-ci. Il suffit aux syndicats qui me mettent en cause d’appuyer cette démarche et tout sera tiré au clair pour le plus grand avantage de notre démocratie. Et de la police et des policiers qui la composent. Mais cela suppose que le but de la démarche des syndicats en question soit bien de faire la lumière sur la réalité et pas seulement de se montre du doigt un homme politique de gauche. En tout cas le syndicat FO de la police, lui, est lui un syndicat fédéré, non ?  FO a un engagement sur la démocratie parlementaire et s’en est toujours réclamé. Le syndicat FO peut donc appuyer cette demande. On va bien voir.

Ce qui est tout vu c’est l’interview de Bernard Thibault dans « Libération » qui fait les mêmes constats que moi. Et le communiqué de la FSU dans le même registre. Ce sont des poids lourds de la vie syndicale du pays. Donc l’affaire rebondit sans aucune gloire pour ceux qui l’ont déclenchée. Car c’est une chose de me trainer dans la boue en prenant des airs de cigognes outragées et une autre de clouer le bec à la CGT. Autant dire que c’est impossible. Hortefeux va donc faire le petit garçon et ceux qui s’en sont pris à moi peuvent aller en parler au siège de la CGT. Je ne suis pas près d’oublier quel syndicat m’aura, en quelque sorte, protégé dans cette histoire. Ni qui m’a tiré dessus sans précaution de langage ni vérifications d’aucune sorte. Evidemment, comme c’est trop bon pour moi, je publie ici même l’extrait de l’interview de Bernard Thibault et le communiqué de la FSU. Bon appétit les indignés de commande ! Mais je vois qu’on n’entend plus personne ! Puissance de la classe ouvrière !

« Libération » : Comment analysez-vous les sabotages d'hier sur la ligne Paris-Bordeaux?

Bernard Thibault : « Les cheminots les dénoncent vivement. Je note que nous n'avons toujours pas le moindre début d'explication plausible sur les sabotages qui se sont produits après les grèves contre la réforme des régimes spéciaux en 2007. Des commentaires les avaient mis illico sur le dos des grévistes radicaux. Beaucoup d'indices nous laissent penser qu'il s'agit d'actes coordonnés, organisés, structurés par une coordination à une échelle centrale… »

« Libération » : Le gouvernement, donc ?

B.T. : « A une échelle centrale… Seule elle peut faire des actions le même jour, à la même heure, à plusieurs points du territoire. Mais cela ne vient pas des grévistes. »

« Libération » : Comme les violences dans les manifs ? »

BT : « La présence de policiers en exercice camouflés sous des badges syndicaux, à Lyon, à Paris, ne fait aucun doute. Des manipulateurs s'infiltrent et poussent au crime dans des piquets de grèves, des manifestations, des occupations de ronds-points, violentent les situations en fin de manifs pour avoir des images chocs pour la télé et créer un climat de tension. On a vu des policiers avec des badges CGT repérés par les nôtres, qui se réfugient dans un hall d'immeuble, et finissent par se faire exfiltrer par des CRS. Quand on en vient à ce genre de procédés, c'est que l'on ne sent pas très fort de l'autre côté. »

« La FSU condamne le recours à la répression, aux provocations policières et aux réquisitions portant atteinte au droit de grève. Elle demande au gouvernement de s'expliquer sur les conditions d'emplois des forces de l'ordre, notamment à Lyon sur la place Bellecour le 21 octobre ainsi que sur certains sites des raffineries et dépôts pétroliers. »

Et pour terminer mon tour d’horizon sur cette question, je reproduis le papier de Daniel Schneidermann. Parce que j’approuve et partage totalement l’angle sous lequel il pose les questions. De plus seul lui a l’autorité pour égratigner au passage les confrères qui ne s’intéressent qu’au fil AFP. Si je l’avais dit moi je serai déjà mort ! « 09h15 le neuf-quinze Le casseur, le témoin et le journaliste. "Il aura fallu une bonne petite semaine : mais la question a fini par atteindre les oreilles d'Hortefeux. En quoi a exactement consisté le rôle d'infiltration des policiers en civil, dans les manifestations des derniers jours ? Quelles consignes leur ont été données ? Se sont-ils contentés d'infiltrer les groupes de casseurs présumés, pour les identifier et les arrêter plus facilement (ce qui fait partie des légitimes missions de maintien de l'ordre) ou bien les ont-ils parfois excités, voire ont-ils eux-mêmes lancé quelques pierres, cassé quelques vitrines ? Ont-ils poussé le camouflage jusqu'à porter des autocollants CGT ? Quelles consignes précises leur ont été données ? Ont-ils, de retour de mission, rédigé des rapports ?

Ces questions, nous sommes quelques sites de presse à les poser, depuis une semaine, nous appuyant sur de nombreux témoignages de manifestants. Mais elles n'intéressent pas la presse traditionnelle, qui a bien d'autres questions, certainement plus urgentes, à traiter. Pour qu'elle se penche sur la question, il faut qu'un élu politique ou un responsable à mandat l'importe (la question) dans le débat public, et la déverse directement dans l'oreille réticente des journalistes. C'est ce qu'a fait Mélenchon, sur France Inter (en s'avançant un peu sur le cas de Chambéry, dans lequel les images à notre disposition ne permettent pas de conclure à l'implication directe d'un policier dans le lancer de cailloux, comme nous l'ont fait remarquer plusieurs @sinautes). Thibault vient ce matin à sa rescousse, dans Libé, un ton au dessous, à propos de porteurs "bizarres" d'autocollants CGT à Lyon. Les parlementaires du PC et du Front de Gauche demandent une commission d'enquête. Hortefeux et les syndicats de policiers protestent. La question est désormais dans le débat public, portée par un élu politique et un responsable syndical.

L'intéressant, est le cheminement de cette question. Si nous l'avons posée plus tôt que d'autres, c'est parce que les témoignages ont afflué, dans les forums et les boîtes aux lettres, et que nous avons le nez collé en permanence sur les forums et les boîtes aux lettres, alors que les confrères des journaux et des radios ne jurent, hélas, que par le fil de l'AFP (je généralise, je sais, mais c'est pour les besoins de la démonstration). Ainsi, à côté des déclarations officielles, et des fuites de documents judiciaires ou policiers, s'invente un troisième acteur de l'investigation : le témoin direct. S'invente ? Bien sûr que non. Rien de plus ancien, dans la presse, que le reportage ou l'enquête de terrain. Même si elle a un peu tendance à l'oublier, et que le Net lui donne une deuxième jeunesse. Daniel Schneidermann » 

Me voici à mon banc au parlement européen. Commission des affaires étrangères. Un commissaire lit d’une voie monocorde un interminable discours en anglais. Il s’agit de la politique « de voisinage » de l’Union Européenne. Plein d’arrogance et de suffisance, il assène que « la bonne gouvernance et les valeurs de l’Union » ne sont pas une option pour les partenaires de l’Union. Comprenez que la concurrence libre et non faussée et l’antisocialisme sont des passeports obligatoires pour discuter avec sa majesté l’Union Européenne. C’est la fameuse théorie de la souveraineté limitée de Brejnev repeinte aux couleurs de la bonne conscience libérale.  On connait cette arrogance néo coloniale bouffie de certitudes des eurocrates. Evidemment si on faisait le tour des partenaires privilégiés de l’Union il y aurait largement de quoi tousser à propos du « respect des valeurs » avec lequel ce monsieur Commissaire se gargarise ! Et je ne parle pas que d’Israël que le porte parole de la GUE a évoqué. Au passage j’entends dire par ce commissaire que les ONG sont les « meilleurs appuis » pour la politique de l’Union et donc qu’il faut investir dans ces associations. Investir ! Bonjour le respect de l’indépendance des ONG. De toutes façons la société civile dont parle sans cesse l’Union pour désigner les lobbyistes qui pullulent autour de la commission sont a 90 % des organisations patronales. Après ce poulet, mortel d’ennui, divers intervenant lui cirent les pompes en une ou deux minutes selon la règle de brièveté de cette sorte de « parlement » où l’on ne parle guère. Une heure de rapport gouvernemental et deux minutes par groupe de réponses ! Mieux que l’assemblée nationale française sous Sarkozy.

On sait que c’est un français qui sera le chef des bureaucrates du nouveau service des affaires étrangères de l’Union européenne. Il s’agit de Pierre Vimont et son titre sera : « secrétaire général exécutif ». En fait le vrai patron, car cette excellente baronne Ashton est a peu près du niveau de luminosité de son collègue Van Rompuy. Deux néants avec un gros salaire autour.  Pour autant nous n’avons aucune raison de pavoiser. Un français à ce poste, c’est une grosse ruse. Il s’agit d’amadouer les français et leur corps diplomatique, le second réseau du monde. Celui-ci est progressivement détruit avec l’actif assentiment de l’équipe actuellement au pouvoir en France. Déjà, tandis que nos alliances françaises et autres instruments d’influence culturels agonisent d’asphyxie financière, les points de vente de l’union européenne, gras et repus, cajolent leurs clientèles locales anglosaxonisées. Leur détestation des français et de notre républicanisme est leur fond de sauce et il y a toujours des déclinistes dans le coin pour se réjouir de notre abaissement et narguer notre « arrogance ». Je m’amuse de voir que le journal « Le Figaro » se sent obligé de dire que ce diplomate français est connu pour son absence « d’arrogance ». Je pourrai en déduire qu’il doit non seulement parler en anglais mais peut-être même penser dans la même langue. Cependant d’une façon générale les diplomates ont de  bons fondamentaux. Je regrette donc seulement cette réputation qui est faite à monsieur Vimont et je souhaite qu’elle soit infondée. On verra, mais je souhaite être rassuré. Ici de toute façon le risque c’est la lobotomisation. Les eurocrates, gris ternes et mentalement asservis aux Etats Unis radotent leur couplet de la pensée unique comme avant la crise. Il n’y a rien à en tirer.

En France, dans la diplomatie comme dans le reste de l’Etat il y a deux camps : les liquidateurs et les républicains. Les premiers liquident la maison et se vendent cher au passage. Les autres résistent. Souvent trop timidement et avec des précautions de langage qui montrent bien leur désarroi. Il faut qu’ils retrouvent autant de confiance en eux qu’un docker, un raffineur, un cheminot et autres grévistes actuel qui défendent actuellement l’identité républicaine de notre pays sans complexe ! En tous cas, le moment venu, quand il faudra faire la révolution citoyenne dans les grands corps de l’Etat, nous disposerons d’une large base de masse ! Notre travail est d’unir les précaires, les dominés, et les patriotes dans un bloc de défenseurs de l’Etat. Ils seront une aile marchante avancée de la refondation de notre république. Cela fera foule et ce sera peu de choses de marginaliser l’influence des liquidateurs. Et de les virer tous, jusqu’au dernier.

Le pompon de cette séance, pour moi, c’est le rapport sur la situation en Afghanistan. Il circule depuis quelques temps et j’ai déposé mes amendements. Mais ce n’est pas mon intervention que je veux faire connaitre ici. Ce sont les morceaux choisis du rapport. En effet quand les socialistes français ont adopté leur magnifique texte sur la situation internationale j’ai dénoncé leur pleutrerie sur la question de l’Afghanistan. Vous vous souvenez qu’ils se proposent, s’ils arrivent au pouvoir, « d’étudier la situation » et de vérifier si elle est conforme aux motivations de la décision d’invasion, lancée rappelons le sous la houlette et sur décision des Etats-Unis. Les Etats-Unis, eux avaient pris prétexte de l’attentat de tours jumelles le 11 septembre 2001 pour envahir ce pays sous prétexte qu’il aurait été la base arrière d’Al Quaïda. Je ne reviens pas sur le grotesque d’un tel prétexte. J’en reste à la question de ce que la France doit faire à ce sujet dans le cadre d’un gouvernement de Front de Gauche. Quitter l’Afghanistan évidemment ! D’ailleurs les Etats-Unis vont commencer à le faire en 2011. Un an avant que les socialistes commencent à « réfléchir » au problème s’ils gagnent les élections ! Un ou deux microcéphales (cela veut dire « très petite cervelle ») ont raillé mon acharnement contre les socialistes. Ils se sont demandé ce que j’allais encore inventer pour me faire remarquer et parler de moi et bla bla bla. Aucun dossier ne les intéresse. Seule la forme les passionne. Normal il n’y a pas besoin de lire ni de bosser pour faire des commentaires de forme ! Mais les faits en cause mènent leur vie nonobstant la béance mentale de certains qui pensent les contourner en se mettant dans la tête dans l’égout des ragots. Je me propose donc de nourrir le débat public avec des extraits d’un rapport en discussion au Parlement Européen.

Pour éviter les longueurs, et pour vous saisir de stupeur, j’ai sélectionné les paragraphes du texte qui sont les plus parlant. Faites les parvenir aux socialistes qui pourraient les lire et s’épargner d’avoir à « réfléchir » trop douloureusement. Voici donc des extraits sans commentaires du « projet de rapport sur une nouvelle stratégie en Afghanistan Commission des affaires étrangères du rapporteur le députe Pino Arlacchi ». C’est parce que c’est sans commentaire que ça va vous scotcher pour de bon. Attention ça va crescendo !

"(….) vu le rapport des Nations unies sur le développement humain pour l'année 2009, qui classe l'Afghanistan au 177e rang sur 178 pays,

–     vu le rapport d'évaluation nationale des risques et de la vulnérabilité 2007-2008 élaboré par les autorités afghanes, qui estime qu'éliminer la pauvreté en Afghanistan, en amenant au-dessus du seuil de pauvreté toutes les personnes qui vivent au-dessous de celui ci, nécessiterait quelque 570 millions USD,

–     vu le rapport 2008 de l'Agence de coordination de l'aide à l'Afghanistan (ACBAR) intitulé "Falling Short – Aid Effectiveness in Afghanistan", qui met en lumière les sommes gigantesques d'aide qui alimentent les profits des contractants privés (jusqu'à 50 % par contrat), le manque de transparence dans les procédures de passation de marchés publics et le coût élevé des traitements et des indemnités des travailleurs expatriés,

–     vu les recommandations de Peace Dividend Trust, qui prônent une politique qui donne la priorité au marché local afghan pour les marchés publics de biens et de services, plutôt que de recourir aux importations, dans le but d'en faire bénéficier les Afghans avant tout (quel affreux blasphème contre le libre échange ! NDL), (…)

A.    considérant que la communauté internationale a implicitement reconnu que neuf années de guerre et d'engagement international n'ont pas réussi à éliminer l'insurrection des talibans et à asseoir la paix et la stabilité dans le pays,

B.    considérant que la situation en Afghanistan est dans l'impasse: une coalition de forces occupantes en place mais incapable de défaire les talibans et un mouvement d'insurrection incapable de prendre le dessus sur ces forces militaires; considérant qu'aucune fin évidente ne se profile à l'horizon,

C.    considérant que les conditions de sécurité se sont détériorées, parallèlement à l'effritement du consensus populaire qui entourait la présence de la coalition par le passé,

D.    considérant que, conformément au pacte pour l'Afghanistan de 2006, les donateurs ont accepté de canaliser une proportion croissante de leur aide via le budget ordinaire du gouvernement, soit directement, soit via des fonds fiduciaires, si possible, mais que le plan d'action pour l'aide prévoit 77 critères que l'Afghanistan doit respecter et aucun pour les donateurs,

E.    considérant que, concernant l'aide de l'Union européenne apportée à l'Afghanistan, Carld Bildt, en sa qualité de président du Conseil, a déclaré, en décembre 2009, devant la commission des affaires étrangères du Parlement que: "Nous n'avons aucune idée de ce que l'Union, en tant que collectivité, fait en Afghanistan… Nous dépensons plus d'un milliard d'euros par an… et cela quasiment sans la moindre coordination",

F.    considérant qu'entre 2002 et 2009, un montant de plus de 40 milliards USD d'aide internationale a été canalisé vers l'Afghanistan mais que, selon des estimations de l'UNICEF, 59 % des enfants afghans de moins de cinq ans ne mangent pas à leur faim et que cinq millions d'enfants sont dans l'incapacité d'aller à l'école, (….)

L.    considérant que l'Afghanistan est la première source de production d'opium au monde et le principal fournisseur de l'Union européenne et de la fédération de Russie,

N.    considérant que des campagnes d'éradication du pavot ont été menées en Afghanistan en utilisant des herbicides chimiques et que cette pratique a gravement nui à la population et à l'environnement du fait de la pollution des sols et des eaux,(…)

5.    est préoccupé par la détérioration des droits politiques et civiques fondamentaux des femmes en Afghanistan et par les récents changements apportés au code électoral qui réduisent le quota de sièges réservés aux femmes au sein du parlement;

6.    est convaincu que les droits de la femme font partie de la solution aux problèmes liés à la sécurité – il est impossible d'atteindre la stabilité en Afghanistan sans que les femmes jouissent de tous leurs droits politiques, sociaux et économiques; appelle les autorités afghanes à inclure les femmes dans toutes les étapes des pourparlers de paix et des efforts de réconciliation/réintégration;

7.    invite l'Union européenne et la communauté internationale à élever le niveau de financement et d'aide dédié aux femmes afghanes et aux organisations de femmes;

8.    rappelle que le budget combiné de l'Union européenne (Communauté européenne et États membres) affecté à l'aide à l'Afghanistan sur la période 2002-2010 s'est élevé à 8 milliards EUR environ;

9.    constate que, en dépit des injections massives d'aide étrangère, davantage d'Afghans meurent des suites de la pauvreté que des conséquences directes du conflit armé et que, fait choquant, la mortalité infantile a augmenté depuis 2002, que l'espérance de vie à la naissance et le niveau d'alphabétisation ont significativement baissé, et que, depuis 2004, la part de la population vivant sous le seuil de pauvreté a crû de 130 %;

10.  souligne que ces indicateurs décevants ne sont pas compensés par les progrès d'envergure limitée enregistrés du côté des infrastructures, des télécommunications et de l'éducation de base, habituellement cités comme des réussites par les donateurs et le gouvernement afghan;

11.  attire de même l'attention sur les coûts colossaux de la guerre menée en Afghanistan entre 2001 et 2009, estimés à plus de 300 milliards USD et équivalents à plus de 20 fois le PIB afghan, et qui, du fait  du renforcement de la présence militaire annoncé, s'élèveront à plus de 50 milliards USD par an;  

12.  relève que le coût de l'éradication de la pauvreté en Afghanistan est équivalent au coût de cinq jours de guerre;

13.  constate également que le coût de la campagne militaire sur une semaine pourrait financer 6 000 écoles, soit suffisamment pour garantir un futur sans analphabétisme pour tous les enfants d'Afghanistan;

14.  signale que, contrairement à l'idée largement répandue selon laquelle la corruption du gouvernement afghan serait responsable des lacunes des services essentiels fournis aux citoyens, la majeure partie des ressources destinées au développement socio-économique a été canalisée par l'intermédiaire d'organisations internationales, de banques de développement régional, d'ONG, de contractants internationaux, etc., et non via le gouvernement central;

15.  fait observer que, selon le ministre afghan des finances, seuls 6 milliards USD, soit 15 % des 40 milliards USD d'aide, ont effectivement été perçus par le gouvernement entre 2002 et 2009, donnée corroborée par d'autres sources indépendantes, et que, sur les 34 milliards restants, qui ont été canalisés via des organisations internationales, entre 70 et 80 % ne sont jamais parvenus aux bénéficiaires prévus, c'est-à-dire le peuple afghan;

16.  est consterné par l'absence de coordination entre les donateurs internationaux et d'évaluations détaillées de l'impact de l'intervention civile et militaire internationale, par le manque de transparence et par les limites des mécanismes de responsabilité des donateurs;

17.  déplore le fait qu'une part non négligeable de l'aide européenne et internationale se perde le long de la chaîne de distribution, et attire l'attention sur les quatre manières dont cela se produit: gaspillage, coûts intermédiaires et de sécurité trop élevés, surfacturation et corruption; (…)

22.  prône une politique visant, tant que possible, au développement des passations de marchés publics à l'intérieur de l'Afghanistan, plutôt que par l'importation de biens et de services;

23.  remarque que, comme en rendent largement compte la presse et le rapport de la Chambre des Représentants des États-Unis intitulé "Warlord, Inc.", l'armée américaine en Afghanistan fait appel à des prestataires extérieurs privés pour la majeure partie de sa logistique, qui à leur tour sous-traitent la protection des convois militaires à des agences de sécurité afghanes, ce qui entraîne des conséquences désastreuses;

24.  constate que la décision de mettre la chaîne d'approvisionnement de l'armée américaine entre les mains du secteur privé alimente les extorsions et la corruption, étant donné que les chefs de guerre, les figures de la mafia locale et, en bout de course, les commandants talibans finissent par profiter d'une bonne part des 2,2 à 3 milliards USD que représente le secteur de la logistique militaire en Afghanistan; fait observer que cette somme dépasse le montant des fonds qui finissent aux mains des talibans du fait de leur "taxation" de l'industrie des stupéfiants (15 % de leur budget militaire selon des calculs des Nations unies); 

25.  est révolté par le fait que le racket et l'extorsion à tous les niveaux de la chaîne d'approvisionnement de l'armée constitue la source majeure de financement de l'insurrection, comme l'a reconnu, en décembre 2009, Hilary Clinton, secrétaire d'État américaine, lors de son audition devant la commission des affaires étrangères du Sénat;

26.  est également révolté que, étant donné que la logistique des forces américaines et des forces de l'OTAN suit des voies similaires, les contribuables européens soient susceptibles de financer les talibans par l'intermédiaire des entités mêmes qui sont censées les combattre; 

27.  invite donc instamment les forces de l'OTAN et toutes celles de la coalition présentes en Afghanistan à se rediriger, dès que possible, vers une situation où elles sont responsables de leur propre chaîne d'approvisionnement;

33.  est fermement convaincu que les trois conditions préalables de l'Union européenne pour le processus de paix doivent résider en un engagement afghan à bannir Al-Qaïda du pays, en l'élimination de la culture du pavot et en la volonté d'établir le respect des droits de l'homme fondamentaux;

34.  estime également que toutes les autres questions doivent être laissées à la volonté et à la capacité du peuple afghan;

35.  reconnaît que les talibans ne constituent pas une seule entité uniforme: il existe au minimum 33 hauts responsables, 820 responsables de niveau intermédiaire/inférieur et de 25 000 à 36 000 "combattants de base" répartis dans 220 communautés, certains luttant par idéologie, d'autres pour l'argent; (…)

42.  invite l'Union européenne à encourager les États-Unis à s'éloigner de leur politique consistant à contourner les institutions locales dans la fourniture de l'aide internationale et à abandonner la privatisation de la sécurité, ainsi que leur tentative parallèle et apparemment contradictoire (avec le processus de paix) de "décapiter" l'insurrection en utilisant des drones et des forces spéciales américaines, dont le statut légal est douteux et qui font régulièrement des victimes civiles;

43.  fait observer que la présence militaire des États membres de l'Union européenne en Afghanistan a pour objectif de combattre la menace que constitue le terrorisme international et de lutter contre la culture et le trafic de stupéfiants;

44.  souligne que cette présence est sans lien aucun avec les projets récents du gouvernement afghan d'exploiter son industrie minière potentiellement prometteuse;

45.  souligne également que ces ressources appartiennent exclusivement au peuple afghan et que leur "protection" ne peut en aucun cas servir d'excuse à une présence permanente de troupes étrangères sur le sol afghan; (…)

50.  constate que, selon des chiffres de la Force internationale d'assistance à la sécurité de l'OTAN (FIAS), sur les 94 000 hommes engagés dans la police nationale afghane, presque 90 % sont analphabètes, 20 % sont des consommateurs de drogue et plus de 30 % disparaissent après un an, sans mentionner les quelque 1 000 agents tués en service chaque année;

51.  estime que l'un des principaux facteurs responsable de l'inefficacité globale de la formation réside en la pratique, principalement adoptée par les États-Unis, de s'en remettre à des contractants privés pour la formation de la police; 

52.  constate que, bien que l'Union européenne et ses États membres ne partagent pas l'approche américaine, leur engagement en faveur de la création d'une force de police afghane professionnelle risque d'être compromis par la prédominance de pratiques telles que l'approche ultra-rapide (enquêtes de sécurité insuffisantes lors du recrutement, six semaines de formation sans support écrit du fait de l'analphabétisme des participants, entraînement minimum sur le terrain, après quoi les recrues reçoivent un insigne, un uniforme et une arme et sont envoyées en patrouille) mise en œuvre par quelques grandes entreprises de sécurité américaines;

53.  est également préoccupé d'apprendre le peu de contrôles financiers imposé à ces entreprises privées et cite un rapport conjoint de 2006 du département de la défense et du département d'État américains, qui a établi des faits qui valent encore aujourd'hui, et qui révèle que la police en Afghanistan était incapable de mener à bien des opérations de répression de routine et qu'il n'existe aucun programme efficace de formation sur le terrain; salue les tentatives du général McChrystal, durant son commandement, d'imposer un certain degré de contrôle aux milices privées étrangères opérant avec impunité sur le sol afghan; (…)

57.  rappelle que l'Afghanistan est la source de 90 % de l'opium illégal mondial et que, pourtant, quand les forces de la coalition sont entrées à Kaboul en 2001, pas un seul plan de pavot à opium n'était cultivé en Afghanistan, du fait du succès rencontré par les Nations unies, qui avaient obtenu des talibans qu'ils interdisent sa culture dans les 90 % du pays qu'ils contrôlaient;

58.  affirme qu'une force militaire nombreuse et disposant de ressources suffisantes n'aurait dû rencontrer aucun problème pour maintenir ultérieurement cette situation par le biais de projets locaux de développement agricoles placés sous la protection de ses troupes contre les talibans et les chefs de guerre locaux;

59.  constate cependant que l'administration Bush n'a pas considéré que le problème de l'opium figurait parmi les priorités et qu'elle a préféré coopérer avec les chefs de guerre au nom de la lutte contre le terrorisme;

60.  relève que, du fait de l'impunité donnée aux cultivateurs et aux trafiquants, la culture a rejoint en deux ans les niveaux constatés avant 2001, un petit nombre de chefs de guerre puissants gérant un immense cartel; 

61.  signale que, malgré une baisse des prix enregistrée précédemment du fait d'une production excessive, le commerce des stupéfiants a atteint, en 2009, un montant de 3,4 milliards USD et que la valeur brute potentielle des exportations d'opium représentait 26 % du PIB afghan, alors que 1,6 millions d'Afghans (soit 6,4 % de la population) ont déclaré être mêlés à l'industrie illégale des stupéfiants;

62.  attire cependant l'attention sur les révélations d'un récent rapport de l'ONUDC qui indiquent que les talibans ne captent que 4 % du commerce annuel de stupéfiants, 21 % allant aux fermiers locaux et 75 % à des fonctionnaires du gouvernement, à la police, à des intermédiaires locaux et régionaux et à des trafiquants; constate que les alliés de l'OTAN se taillent en réalité la part du lion des profits liés au trafic de stupéfiants;

63.  constate que les États-Unis et la communauté internationale ont dépensé, entre 2001 et 2009, 1,61 milliard USD pour financer des mesures de lutte contre les stupéfiants, et ce sans impact retentissant sur la production et le trafic, et rappelle que Richard Holbrooke, représentant spécial des États-Unis pour l'Afghanistan et le Pakistan, a décrit les efforts de lutte contre les stupéfiants déployés à ce jour en Afghanistan comme étant le programme le plus ruineux et le plus inefficace qu'il ait eu l'occasion de voir, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur d'un gouvernement;

64.  regrette le manque d'efforts déployés pour supprimer progressivement la culture d'opium en Afghanistan, notamment en procurant d'autres sources de revenus viables;

65.  relève les tentatives fructueuses d'élimination de la culture de l'opium au Pakistan, au Laos et en Thaïlande, grâce son remplacement par d'autres cultures; prend également note de l'émergence en Afghanistan de nouvelles cultures prometteuses, telles que celle du safran, qui est susceptible de générer des revenus bien plus élevés que le pavot à opium;

66.  constate qu'un processus similaire d'élimination progressive de la culture du pavot à opium pourrait être envisagé pour l'Afghanistan pour un coût de 100 millions EUR par an en dédiant 10 % de l'aide annuelle que l'Union européenne verse au pays sur une période de cinq ans; (….)" 

Cette lecture est terrible, n’est-ce pas ? Quel désastre ! Quelle honte pour nos armées et nos pays que d’être associé à cette pantalonnade ! Et pour finir l’article 71 « charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil et à la Commission, au Secrétaire général des Nations Unies et au Secrétaire général de l'OTAN, et aux gouvernements et parlements des États membres, ainsi que de la République islamique d'Afghanistan. » L’idée de la tête que vont faire les susdits en recevant ce rapport me ferait presque oublier que notre République laïque est engagée dans une guerre pour protéger une « République islamique ». En tous cas tout cela n’a pas ému outre mesure la baronne Ashton, creuse et vaine au delà du racontable, dans son intervention devant la commission des affaires étrangères. Comme elle n’a l’air au courant de rien, elle répond a qui l’interroge sur la situation des femmes en Afghanistan oui, oui,  il faut absolument renforcer le rôle des femmes en Afganistan, ce qui est énorme, en effet. Et pour cela, selon la baronne travailliste, il faudra sans doute rester là bas très longtemps. Pauvre baronne ! Qui va lui dire que les américains s’en vont ! Sachant qu’avec trois cent cinquante mille hommes l’Europe a déployé dans cette circonstance son plus fort contingent de troupe hors d’Europe depuis la seconde guerre mondiale, on mesure la claque que les européens reçoivent en fin de parcours, non seulement du fait du désastre mais par la vacuité de la personne qui les représente dans cette affaire.


111 commentaires à “Ca continue, on ne quitte pas les rangs, ce n’est pas joué!”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. Alin dit :

    Non, ce n'est pas joué, c'est maintenant qu'il faut intensifier le mouvement. Je sais que beaucoup de travailleurs commencent à arriver au bout des ressources, ce n'est pas facile, pourtant il faudra trouver encore de l'énergie et des moyens financiers.

    Le gouvernement crie victoire, alors qu'il sait pertinemment que ce n'est pas fini.

    Je vous soutiens depuis la Belgique. L'Europe entière est avec vous!

  2. Nicrus dit :

    Un reporter de France 2 atteste aujourd'hui de la présence de policiers portant des badges de la CGT lors de l'intervention des forces de l'ordre à Lyon pour vider un lycée. Et selon le porte parole du Syndicat Synergie, "c'est une pratique courante et bien connue"... Ha bon! Alors pourquoi avoir hurlé avec la caste médiatique et menacé de porter plainte contre Jean-Luc Mélenchon, il y a quelques jours?
    La démonstration du coup financier, de la gabegie, de l'inutilité et du désastre humain et démocratique de la présence militaire occidentale et notamment française en Afghanistan est édifiante.
    Voilà, un traitement de l'information, un angle que l'on aimerait voir "tourner en boucle" dans nos médias et voilà un vrai sujet de politique à porter à la connaissance du plus grand nombre de nos concitoyens... J'ai comme l'impression qu'on va pourtant attendre longtemps, un article, un papier, un sujet radio ou JT sur le sujet, abordé de cette façon...
    Bonne manif à tous demain, là où vous serrez.

  3. chabrol dit :

    C'est sérieux, oui demain on ira. Il faudrait dégraisser ton discours, je suis fatigué à trois heures et demi de la nuit !

  4. Il sera intéressant de voir si Hortefeux et les syndicats de policiers auront la même réaction quant à la constitution ou non d'une commission d'enquête parlementaire.

    Au passage, quand il y a une enquête de police pour n'importe quel fait divers, je remarque que les médias interrogent systématiquement des représentants syndicaux de policiers plutôt qu'un représentant du ministère de l'intérieur ou de la préfecture de police. C'est rarement le cas dans des "actualités" mettant en prise des sociétés ou des usines... puisque dans ces cas-là les médias interrogent les patrons ou la DRH que les syndicats ouvriers...

  5. Sandeau dit :

    Les 9 duperies qui ont perdu la droite à propos de la réforme sur la retraite :
    En martelant son message, la majorité pensait convaincre de la justesse et de l’inéluctabilité de sa réforme. Mais le catéchisme néolibéral ne résiste pas à l’examen des faits.
    http://www.humanite.fr/25_10_2010-les-9%C2%A0duperies-qui-ont-perdu-la-droite-456441
    A tout à l'heure dans la rue pour continuer la lutte !

  6. tdmpatou dit :

    Solidaires pour une grève efficace ! Faites un don !
    http://www.bizimugi.eu/grevesolidaire/comment-faire
    N'oubliez pas d'aller manifester tout à l'heure, on continue !

  7. marc dit :

    Le point 12 sur l'Afghanistan est un des plus horribles, je trouve...

  8. Michèle dit :

    La cueillette des cèpes dans les châtaigniers Annotains attendra.
    Parmi toutes les diversions orchestrées, les vacances sont le met de choix, de luxe plus exactement.
    Et cette fois, cette fois je ne suis pas partie, mon badge est resté sur ma veste, parce que l'heure est là, il n'y a rien d'autre à faire qu'à rester mobilisé et je suis enchantée de le lire sur votre blog en premier lieu.
    Une question: comment se fait-il qu'il soit si difficile d'avoir votre livre en librairie? Avez-vous le chiffre des ventes?
    Dans vos écrits comme dans vos discours vous avez l'art de rendre les choses accessibles et intelligibles, de rendre intelligence, valeur et dignité à l'humain, de ranimer l'espoir et le désir en redressant la tête d'admirer l'horizon et comme c'est beau...

  9. lambda dit :

    Allez ! Tout le monde dans la rue !

  10. carlo dit :

    Merci d'exprimer aussi clairement votre position sur l'Afghanistan: "quitter l’Afghanistan évidemment".

    A noter que la Commission européenne relance une procédure d'infraction contre la France sur le bouclier fiscal au motif que ce dispositif'est discriminatoire pour les personnes qui ne sont pas domiciliées fiscalement en France. Le principal argument de NS en faveur du boucler fiscal (dissuader les plus fortunés de quitter le sol national) est en train de s'effondrer.

  11. sinziana dit :

    Le désastre afghan est beaucoup plus qu'une pantalonnade! C'est, au détriment du peuple afghan, le détournement de milliards et de milliards d'euros/dollars au profit d'entreprise privées de guerre, de sécurité, de conseil, de reconstruction etc., exactement comme en Irak.

    J'ai honte pour notre pays, moi aussi, j'ai honte pour nous tous, européens, qui avons par nos votes et notre apathie au moins cautionné ces ravages hallucinants, mais à quoi bon avoir honte pour nos armées? Les soldats font leur boulot: tuer. Dans le socialisme tel que j'espère le vivre un jour, ils seront inutiles.

  12. D3gl1ng0 dit :

    Un article très intéressant (comme toujours) d'Acrimed : Jean-Luc Mélenchon et les vaches sacrées du journalisme

  13. Timothée dit :

    Bonjour,

    Je viens d'écouter le podcast du 27 octobre de "la bas si j'y suis" dans lequel j'ai mieux appris à vous connaitre. Je tenais à vous dire que je vais faire les démarches nécessaires pour m'enregistrer sur les listes électorales et ainsi pouvoir voter en 2012. Mon vote sera pour vous, se sera la première fois que je voterais de ma vie, parce que c'est la première fois que que je crois en un candidat. Si vous devenez président je reviendrais peut être vivre en France, pays que j'ai quitté il y a 8 ans.

    Je vous souhaite une très bonne continuation.

  14. pierolab dit :

    La grève prend de l'ampleur et les syndicats belges se mobilisent:source indymédia
    http://paris.indymedia.org/spip.php?article3786

    URGENT Appel à bloquer Grandpuit à partir de 13 h
    mercredi 27 octobre 2010

    Appel à bloquer Grandpuit

    Le gouvernement et les medias veulent nous faire croire que le mouvement est en train de mourir pourtant les grèves et les blocages continue partout en France, les centrales syndicales jouent leur jeu en se dissocient des blocages voir des grèves dures.

    On nous dit que les pompes à essence sont « remisent en état de fonctionnement », que 3 sites sur les 12 raffineries ont été débloqués. Mais le gasoil qu’ils ont tant de mal à trouver il vont le chercher en Belgique ces derniers jours, et ce dont on entend pas parler c’est que les raffineurs belges, eux, ont décidé de bloquer ces camions qui partent vers la France, qu’ils ont appelé à un grand rassemblement jeudi 28 devant l’ambassade française, de leur côté car ils ne veulent pas participer à la casse du mouvement de contestation, qu’ils soutiennent, en France.

    La grande majorité des raffineries et des dépôts sont toujours bloqués, et leurs ouvriers sont bel et bien toujours en grève. Ces sites sont pour la plupart vides en carburant, et l’on vient d’apprendre aujourd’hui qu’à Grandpuit, du gasoil commence à arriver par pipeline. Les raffineurs appellent donc largement à venir sur le site de Grandpuit (……………….) pour bloquer ces camions qui veulent sortir approvisionner les pompes.

    La solidarité avec les travailleur de Grandpuit ne peut certainement pas se résumé à aller manifester dans la ville d’a coté, l’enjeux des raffinerie c’est de bloquer l’approvisionnement en carburant, entre les transports et les industries la pétrochimie est au cœur de l’économie.

    Pour que le mouvement continue, les raffineries doivent tenir

    Tous à la raffinerie de Granpuit à partir de 13h afin de bloquer les camions de gasoil

  15. AG91 dit :

    L'article 12 est terrifiant et l'ensemble de tous les articles aussi ; tout cela est peut être long à lire mais il faut le lire et je vous remercie de nous poster tout cela, ce sont des éléments importants pour continuer à nous forger nos opinions, nos arguments ; chacun de nous à son rôle à jouer dans la révolution citoyenne, expliquer, s'affirmer, convaincre que nous pouvons organiser la société dans laquelle nous vivons en participant aux décisions, en donnant d'autres points de vue contre les sinistres qui relaient des " travailler plus car on vit plus longtemps " etc...non on ne vivra pas plus longtemps car le stress au travail est chaque jour plus intense et en relation directe avec leurs pratiques de l'individualisme et de l'amélioration continue, les "nous devons tous nous améliorer", au mépris des métiers des uns et des autres, on nous demande de mutualiser, de produire, de fournir des indicateurs, de mesurer l'efficience etc. Il est urgent que chacun s'investisse à rétablir un mode relationnel de solidarité et d'engagement pour être en mesure de gagner de meilleures conditions de travail, de remettre de l'humain partout, surtout à l'Ecole, l'hopital etc...
    Aujourd'hui se rendre à la manifestation est important, on y sera, malgré l'ambiance au " ça ne sert à rien la loi est votée " mais non elle n'est pas votée tout à fait et pas appliquée et si le pression continue elle ne s'appliquera pas.
    Ce matin on entend sur les radios nos ministres,sur le pont médiatique à défendre encore la réforme nécessaire soit disant pour ne pas creuser le déficit, Mme Lagarde grande préteresse du soutien à la finance internationale, qui valorise le fonctionnement anglais,dont on sait les dégats et la grande pauvreté induite, ils doivent partir tous. A tout à l'heure donc, qu'ils comprennent qu'on tiendra,tous ensemble, pour les bouter hors des circuits des décisions qui concernent nos vies ? pour la démocratie.

  16. Anne Roux dit :

    Et soi-disant Ben Laden qui soi-disant menace la France 24h avant la manif, c'était pas triste^^ Faudrait quand même faire semblant d'y croire, sinon y'en a qui sont foutus de faire un attentat pour de vrai ! (mais on les attend au tournant). Plus de 50% des Américains ne croient plus à la version officielle sur les attentats. (pas trop tôt)

    Impressionnant, le rapport sur l'Afghanistan ! Grand merci Jean-Luc, car on comprend (enfin) clairement ce qui se passe ! Perso, je fais circuler parmi mes proches.

    Pour Hortefeux, la raison citée ("ne pas faire de la pub pour JL Mélenchon") est sûrement sa 2ème vraie raison de ne pas le poursuivre, mais, à mon avis, très loin derrière la 1ère raison, à savoir le risque... que la lumière soit faite !

    Bonne nouvelle : j'ai lu quelque part que notre Jean-Luc avait pris +5% de popularité entre septembre et octobre, soit de 29% à 34%. A ce rythme-là, on comprend qu'ils soient verts !

    Question: Est-ce qu'une demande d'enquête parlementaire peut être refusée ?
    J'imagine que oui (par qui ?), et dans ce cas, je parie qu'elle le sera.

    Par contre, je crois peu à la solution de l'IGS/IGPN, car comme écrit sur Wiki :
    "Bien que ce service ait pour mission de traquer et dénoncer les dérives de la police nationale, l'IGPN remet rarement en cause les comportements parfois illégaux de certains policiers. Le service est en effet victime de fortes pressions de l'autorité supérieure (ministère de l'intérieur), qui fait tout pour que les bavures policières soient couverte afin de préserver au mieux l'image de la police. Ainsi, le 15 mai 2004, à Cannes lors d'une manifestation, un journaliste fut frappé par des CRS. Celui-ci porta plainte, mais c'est ensuite lui qui fut accusé d'avoir attaqué les CRS. Mais des vidéo prouvèrent le contraire. Les CRS ne furent toute fois pas inquiétés."

    Il faudrait d'ailleurs travailler avec Amnesty France, ils sont sûrement sur le coup eux aussi, et j'imagine qu'ils connaissent bien ces sujets...

    Bonne manif ! et qu'ils s'en aillent tous.

  17. yan dit :

    Tous dans la rue aujourd'hui!
    ps: quelqu'un aurait le lieu pour voir l'intervention de J.Généreux hier, sur BFM?

  18. turmel jm dit :

    Je vais aller à la manif, avec comme d'habitude mon sigle cgt,celui du pcf,et un slogan édité par le pg. Et si j'en trouvais un:" faites l'amour pas la guerre", je le collerais
    Plus inquiétant,les débats du comité national du pcf sur la stratégie du fdg. Cette peur irraisonnée de voir le pcf perdre son identité dans une forme de nébuleuse, ça frise la parano,sur fond,pour certains,de procès d'intention à l'égard de Mélenchon. Les choses sont simples, certainement injustes eu égard au talent de Chassaigne, mais nous devrons nous rendre à l'évidence pour ce type d'élection, que je considère, anti démocratique.

    Une candidature émanent de nos rangs ne sera jamais considérée comme étant une candidature fdg, mais spécifiquement pcf ! Et faites confiance aux médias pour le rappeler en temps voulu..
    Heureusement, je connais mon parti, à la base ce n'est pas ce sentiment qui domine, et encore plus auprès du peuple.
    Ce matin je vais en parler sérieusement avec mes camarades. Nous avons eu parfois par le passé un congrès de retard. Mais je suis bien décidé à éviter que l'erreur se reproduise, par la faute d'un esprit boutiquier complètement déconnecté des aspirations populaires.

  19. de heurtaumont dit :

    Bonjour, amies et amies

    Je suis abasourdi par la nouvelle qui se répand de minutes en minutes. Une fois de plus le gouvernement prend des décisions contraires à la revendication populaire. Mais, je ne vais pas m'étendre sur un sujet largement débattu si ce n'est pour rajouter à la peine générale, ma lassitude.
    Maintenant, que faire ? Continuer la lutte, elle coûte cher aux lutteurs et sûrement finira t-elle par retourner le prix de la bataille gagnée de l'opinion.
    Mélenchon, propose sans mot d'ordre, un mouvement national sur le thème tous à Paris. Bonne idée, sauf que le TGV pour venir de Montpellier vaut plus qu'un jour de salaire en moins. Pas de mouvement de foule à prévoir dans ce cas, surtout si l'opération doit se répéter jusqu'à ce que la promulgation de la loi ne soit pas prononcée.
    Alors que faire ? J'ai eu une petite idée, que je ne peux poser qu'ici, mais qui doit atteindre les leaders de la lutte.

    Organisons le "tous à Paris" avec des déplacements en train massifs vers Paris, pendant lesquels nos amis contrôleurs se mettent en grève, mais pour lesquels ils seraient payés par la caisse de solidarité, chacun des voyageurs ne payant que 5 euros son billet vers Paris.
    Si vous pensez que c'est une option qui vaut la peine d'être proposée, merci alors de la relayer vers les organisateurs.

    A.
    Paris

  20. Alexandria dit :

    Ce rapport européen sur l'Afghanistan est véritablement de la dynamite ! Chacun de ses attendus, chacune de ses conclusions vont à l'encontre d'à peu près toutes les préconisations de la Commission européenne, pourtant autorité de tutelle des rapporteurs.
    La privatisation de la guerre en Afghanistan procède, comme toutes les privatisations de prérogatives régaliennes, de la volonté de l'oligarchie décisionnaire de privatiser les bénéfices qu'en tirent leurs concessionnaires. Ils prennent le fric et ils ne font pas le job (éducation, formation, etc.).
    « Ils prennent le fric et ils ne font pas le job » pourrait être le slogan pour toutes les privatisations : nos retraites en route vers la capitalisation, le juteux gâteau de la formation, notre Sécu devenue la proie des assureurs, l'école publique dépouillée de ses moyens au profit du privé, etc. Ce détournement de l'argent public est, sous le masque de la « sauvegarde » dans la novlangue des oligarques, devenu la règle de fonctionnement de toute économie.
    Je serai dans la rue, comme d'hab', tout-à-l'heure.
    Merci Jean-Luc, pour ces précieux extraits du rapport européen sur l'Afghanistan...

  21. Alin dit :

    @ turmel jm:

    Le PC ne pourrait se retrouver que renforcé. En aucun cas, si Mélenchon était désigné comme candidat, le PC n'aurait à souffrir, bien au contraire. Certes, le PC n'est pas le parti de Mélenchon, mais il a tout le respect pour ce parti.

    Je veux voir le PG plus important et je suis content de savoir qu'un PG plus grand et plus solide sera accompagné dans la lutte par un PC renforcé et solide.

  22. Tenshu dit :

    Donner la liberté au monde par la force est une étrange entreprise pleine de chances mauvaises. En la donnant, on la retire. - Jean Jaurès 1910

  23. vaz jean-philippe dit :

    Allez, hop, tous dans la rue déterminés, ca continue...

  24. Pulchérie D dit :

    @ J-LM

    Bravo d’avoir rouvert la discussion sur l’Afghanistan.
    Il y a longtemps que je voulais attirer l’attention sur les malheurs de ce pays, malheurs venant principalement de son occupation, à laquelle participent de nombreux pays européens, dont la France.
    Les articles qui m’ont particulièrement frappée sont les deux suivants :

    62. attire cependant l'attention sur les révélations d'un récent rapport de l'ONUDC qui indiquent que les talibans ne captent que 4 % du commerce annuel de stupéfiants, 21 % allant aux fermiers locaux et 75 % à des fonctionnaires du gouvernement, à la police, à des intermédiaires locaux et régionaux et à des trafiquants; constate que les alliés de l'OTAN se taillent en réalité la part du lion des profits liés au trafic de stupéfiants

    64. regrette le manque d'efforts déployés pour supprimer progressivement la culture d'opium en Afghanistan, notamment en procurant d'autres sources de revenus viables;

    L’art. 62 confirme ce que les sources sérieuses nous ont appris dès le début : les talibans avaient interdit la culture du pavot, qui n’a recommencé qu’après l’occupation ; continuer celle-ci pour freiner la production d’opium est un leurre, puisqu’en réalité « les alliés de l'OTAN se taillent en réalité la part du lion des profits liés au trafic de stupéfiants ».

    L’article 64 souligne « le manque d’efforts déployés pour supprimer progressivement la culture d'opium en Afghanistan. »

    La réalité pourrait être toute autre, si l’on en croit certaines opinions russes.

    L’opium et ses dérivés (morphine, héroïne) sont surtout exportés, clandestinement il va sans dire, vers la Russie dont la jeunesse s’intoxique de plus en plus. La puissance qui veut encercler la Russie aurait manigancé cette infamie et ne devrait pas envisager un ralentissement. Les milices privées qui achèvent de corrompre l’occupation ne feront qu'amplifier cette véritable industrie.A quand l'installation d'usines de traitement du latex opiacé ?

    Merci encore d’avoir rouvert le débat sur un comportement occidental abominable

  25. loiis dit :

    Les violences policières à l'époque :
    Malik Oussekine

    Et je me souviens d'un reportage de l'équipe de TAxi qui montrait comment la police semait le désordre dans les manifestations. les policiers portaient une écharpe jaune en brassard pour se reconnaître.
    Si quelqu'un peut confirmer et sait où trouver un extrait.

    Le site de l'ina est une mine d'or...

  26. Pazmany dit :

    Il faut bien reconnaître que la partie est pliée pour l'instant, les manifestants ne feront pas reculer le gouvernement. Les étudiants, de même que les transporteurs routiers ou transports en communs ne sont pas rentrés complètement dans le mouvement voir trop tardivement. Il faudra attendre le Conseil constitutionnel et les élections de 2012.

  27. Pulchérie D dit :

    @ J-LM

    Une nouvelle guerre de l’opium.

    C’est le titre d’un long article canadien dont je tire quelques passages édifiants :
    « Il apparaît clairement que la culture de l’opium est un des objectifs de guerre des Etats-Unis. »
    « Selon les Nations Unies, 95% de l’opium afghan sont transformés en héroïne, donnant ainsi 80 tonnes d’héroïne pure. Près de la moitié, soit plus de 35 tonnes, fut introduite en 2009 en Russie (selon des sources convergentes de l’ONU et de la police des stupéfiants russe). On peut supposer – car il n’existe pas de données concrètes – qu’une bonne partie est transportée plus loin, notamment dans les centres urbains de la République populaire de Chine. »
    « Il est donc déposé, rien qu’en Russie, trois fois autant d’héroïne qu’aux Etats-Unis, au Canada et en Europe. »

    Pour les sceptiques voir l’original, qui est écrit en français :
    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=19038

  28. anarchaste dit :

    La France est prise dans les mors d’un étau :
    D’un côté son irrépressible envie d’un Etat Providence, laquelle, devenue addiction, aboutit désormais à un besoin irréversible stimulé pas les exigences sociales de l’immigration et de la vieillesse.
    De l’autre un vrai déficit de l’aptitude à tenir sa place dans la compétition économique internationale.
    Pour preuve, d’une part le trou chronique des comptes sociaux, de l’autre le déficit permanent de la balance commerciale nourrissant un chômage qui, à son tour, pèse sur les comptes sociaux.

    Un temps la France s’est gargarisée de sa culture et de son génie pour pallier les dégâts de son effritement industriel. Finis les soucis des troubles sociaux et des coûts salariaux. A nous les bienfaits de l’intelligence et de la consommation. Alors le « Made in France » s’est réduit comme peau de chagrin.
    Après les Charentaises, après l’Automobile (Renault, symbole industriel Français, fabrique 80% de sa production à l’étranger), voici que peu à peu l’externalisation se poursuit. Des TGV seront construits au Kazakhstan et des Airbus en Chine.

    Cependant tout n’est pas négatif : la consommation reste élevée induisant un nombre important d’emplois de services, la recherche, l’engineering, les bureaux d’études jouent encore dans la cour des grands. Les banquiers, les multinationales et les investisseurs se portent bien. Il n’en est pas de même des classes moyennes inférieures et des employés qui voient leur pouvoir d’achat régresser, bon nombre passant du statut d’employés à intérimaires et d‘intérim au chômage.
    Nos Politiques (de Droite comme de Gauche), au nom des principes sacrés de leur propre intérêt, Europe et Mondialisation, feignent de confondre les causes et les effets : Par exemple, le problème des retraites est certes dû à l’allongement de la durée de vie, mais aussi, et bien plus, au déficit de recettes engendré par le chômage d’où un défaut de cotisants auquel s’ajoute le coût social. Par les mesures qui viennent d’être prises on s’attache évidemment surtout aux effets plutôt qu’aux causes et la solution de Mme Aubry n’y déroge pas.

    Tant qu’il est possible de compenser la partie des recettes manquantes par un recours à la dette, dans des conditions d’intérêt très avantageuses, il n’y a pas de péril immédiat. L’éventuel report de cette créance sur les générations qui viennent ne touche pas l’opinion publique d’autant que cette éventualité, relève pour eux de l’irréel

    S’il advenait que la source d’abondance venait à se tarir, il faudrait alors compenser par la réduction drastique des déficits budgétaires et l’augmentation des impôts. Ce seraient alors les classes moyennes et ouvrières qui seraient, encore une fois, les plus durement touchées. Raison pour laquelle nos élites s’en soucient finalement assez peu.

    A moins que… A moins que par un extraordinaire courage politique on introduise une part de protectionnisme plus ou moins déguisé...

  29. jean valjean dit :

    j'ai rencontré J-L Mélenchon au cours d'une des dernières manifestations ; j'ai pu lui dire de ne rien lacher face au pouvoir médiatique qui essaie de nous lobotomiser (Pujadas, Lapix et autres...). Restons attentifs à ce qui est dit et écrit et bien sûr... continuons les manifs !

  30. Alin dit :

    Bernard Henri-Lévy insulte Mélenchon et insulte les sympathisants du PG:

    http://www.lepost.fr/article/2010/10/28/2284220_bhl-melenchon-nous-prend-pour-des-cons_0_4773279.html#reaction_4773279

    Venant de lui, on ne peut que rigoler. Si, si, rigoler. Je suis sûr que Mélenchon va éclater de rire en l'entendant, ce n'est pas possible de tomber si bas (quoi que, la preuve!).

  31. Laurent dit :

    Bonjour,

    J'ai écouté la seconde partie de votre entretien avec M Mermet. Outre vos démonstrations sur l'état du monde, on constate qu'un entretien politique au delà de la "petite phrase" est autrement plus intéressant et didactique que les habituels "débats" et autres interventions médias habituelles. Bien que NPA, je crois que je vais lire votre livre et œuvrer,à ma modeste place, pour un pragmatique élargissement du Front de Gauche. Bon, ici la manif c'est 14:30 ! En espérant que nous y soyons nombreux !

    Cordialement.

    Laurent.

  32. Avant de lire les commentaires des internautes, j'ai été moi aussi, sidéré par l'article 12, même si les autres articles sont terrifiants.

    Autre motif de "sidération", concernant l'Europe qui n'est plus qu'un immense champ de bataille offert aux prédateurs et barbares de la finance : je viens de lire sur le site d'information d'Orange, que la Commission Européenne veut "aligner" la France car elle ne rembourse pas au titre du bouclier fiscal les impots payés à l'étranger !

    Les bras m'en tombent ! Lagarde fait figure dans cette affaire de révolutionnaire gauchiste ! Elle fait mine de s'étonner, alors qu'elle connait par coeur et approuve toutes les orientations ultra réactionnaires de la commission. Elle envisage de faire un recours et va bientôt adhérer au NPA...

    Jean-Luc, si tu en as le temps matériel, ça serait bien que l'on ait ton avis sur ce sujet, car là, j'y perd mon latin !

  33. Mehdi Sadoun dit :

    Le constat d'anarchaste était merveilleusement ciselé et argumenté jusqu'à... la dernière ligne. Dommage !

  34. Cyril dit :

    Un article de Rue 89 "Policiers infiltrés à Lyon : le préfet lance une enquête" sur l'ouverture d'une enquête concernant les manifestations de Lyon : ICI.

  35. simon dit :

    @anarchaste
    Le terme " état providence" est couramment utilisé par les libéraux pour assimiler les dépenses sociales à des
    subventions, accordées généreusement, aux frais de la collectivité, à une population dépendante.Vous écrivez même
    le terme "addiction".En somme, une population sous perfusion qui se contente d'allocations et d'aides sociales diverses, peu disposée à chercher un vrai boulot rémunérateur.....
    De plus, " le déficit (pour la France) de l'aptitude à tenir sa place dans la compétition internationale" est la cause
    des déficits sociaux, compensés par le recours à la dette, "source d'abondance".
    Voila une belle grille d'analyse de la situation économique que l'on trouve exposée en permanence dans les médias
    principaux, merci de nous la rappeler.

  36. lorenzo dit :

    M. Mélenchon vous venez d'obtenir une promotion gratuite et significative grâce aux déclarations éclairantes du grand philosophe français qui est la risée de tous, aussi bien en France qu'à l'étranger. L'héritier plein aux as vous délivre un certificat en insultants vos électeurs, vos soutiens et vos sympathisants. Un grand merci à lui. Je suis pris d'un bon fou-rire, excellent pour la santé. Ce n'est pas important mais c'est un signal fort encourageant et gageons que la révolution citoyenne se fera aussi (!) dans la bonne humeur et parfois le rire.

  37. David dit :

    Bonjour M. Mélenchon,

    Regardez ce lien, c'est posté par le syndicat CGT Police, il y a ensuite un pdf à ouvrir.
    Implicitement, il s'agit d'un soutient à votre cause d'un syndicat policier (CGT).
    Même chez les policiers ils se posent des questions !
    http://www.police.cgt.fr/spip.php?article502

    Continuez le combat !

    David

  38. JMB dit :

    @ Alin (post 30)
    Prenez la peine de vérifier avant de vous échauffer et d'écrire des grands mots.
    Je trouve BHL (au vu de ce seul extrait de 1"30') étonnamment prudent, mesuré dans son jugement, et assez exact dans son propos, pour le coup, n'en déplaise aux fans de Mélenchon.
    De plus BHL n'insulte en aucune façon Mélenchon.
    Moi ce sont plutôt certains de ses supporters qui m'inquiètent, ceux qui donnent crédit à la parole de ses détracteurs.

    A bon entendeur.

  39. Jean Jolly dit :

    Voici une note de Jean-Luc qui me réconforte et me conforte sur la position que j'ai depuis fin 2001 en ce qui concerne l'invasion des forces américaines et de l'OTAN sur les territoires de l'Afghanistan et de l'Irak dont les résultats, nous le voyons, sont catastrophiques non seulement en perte de temps, de fortunes colossales inutilement investies mais le pire étant le massacre de près d'un million et demi d'êtres humains entre ces deux pays et rajouté à cela les centaines de soldats des forces occupantes tués ou mutilés pour strictement aucune utilité, donc des millions de familles brisées à travers la planète.

    Aucune utilité ? Pas pour tout le monde. Tout d'abord des profits gigantesques pour les marchands d'armes et puis surtout la main mise des USA sur les ressources énergétiques et minières (connaissance de ces ressources depuis la fin des années 80 par des géologues russes et américains) de ces deux pays en installant les bases militaires US que cite Jean-Luc. Et enfin les profits générés par la reconstruction de ces pays.

    Il faut être complètement stupide pour croire une seule seconde que le but de ces invasions était de combattre le terrorisme ou même pour démocratiser ces régions et encore moins d'améliorer le sort des femmes. Le "terrorisme" et le "croque-mitaine" Ben Laden n'ont pas fini de sortir du chapeau magique de l'oncle Sam car telles des sauterelles ravageuses les forces destructrices du capitalisme insatiable passeront à d'autres pays pour en vider leur substance vitale et ainsi de suite.

    Quant aux violences et provocations policières, actuellement dans nos manifestations légitimes, nous avons un échantillon de la démocratie tel que l'imagine et le souhaite ce régime dit "libéral".

    Tous aux manifs aujourd'hui avec caméras et appareils photos, il est hors de question de baisser les bras devant les esclavagistes.

  40. Ericalin dit :

    Un grand merci pour ces informations révoltantes sur l’Afghanistan !
    Une pensée pour nos déjà cinquante (?) militaires français tués sur ce terrain de guerre et pour leurs camarades actuellement en mission sur ce grand terrain de jeu militaire.

    Et que penser des excellentes relations qu’entretiennent nos dirigeants français et européens avec nos voisins maghrébins ? Le royaume du Maroc – principal producteur mondial de hachich et premier fournisseur de l’Europe – et l’Algérie qui continue à se servir de la terreur « islamiste » au quotidien pour lobotomiser son peuple ? Un jeune algérien vient d’écoper de 2 ans de prison ferme pour n’avoir pas jeûné durant le dernier ramadan.

    Pour l’heure, osons et restons motivés pour la mobilisation de ce jour contre cette oligarchie eurocrate fossoyeuse de notre modèle social.

  41. izarn dit :

    Que la police ou les RG infiltrent les manifs et meme participent aux violences est une vieille méthode archi connue.
    L'hypocrisie des médias et des ministres sur le sujet est évidente.
    Sans revenir à des témoignage récent on peut remonter déja en mai 1968.
    L'Express de mai 1969, No 950 "Les policierd parlent"
    "...On était partout, on était meme derreire les barricades, on tapait sur nos collégues qui étaient en tenue.Et on passait des nuits entieres. On est meme restés trois ou quatre jours sans rester chez nous. Completement dégeulasse.
    -Vous tapiez sur les gardiens?
    -Parce qu'on était du coté des manisfestants. Non pas pour nos idées, mais pour prévoir les mouvements de troupes. C'est à dire que nous étions du coté des manifestants dans la tenue qu'ils avaient, en blueèjeans, en chandails, et nous cherchions à savoir, en étant avce eux, quelles étaient les grandes lignes de leurs manoeuvres. De manière que nos collégues en tenue puisssent savoir la manoeuvre d'avance et puis prévoir les effectifs.
    -Et en meme temps vous reperiez les meneurs?
    -C'est ça, oui.
    ...
    -Vous avez lancé des pavés?
    -Bien sur.
    Enquete faite par Michèle Manceaux en 1969.

    L'infiltration des manifs par la police est une évidence a peu prés partout, meme aux USA.
    Les droites ont tendance à s'en servir pour provoquer le désordre et donc justifier la repression.
    C'est tellement évident, que ceux qui nient cela nous prennent visiblement pour des imbéciles.
    Mais les ministres et les presidents mentiront toujours face a cette "diffamation".
    Les médias sont au dessous de tout! Ils répudiraient pére et meres, leurs anciens collégues pour rester à leur poste et toucher leur paye tranquille. La paye de leur prostitution.

  42. Pierre34 dit :

    @JMB

    Parce que dire que Jean-Luc Mélenchon défend un socialisme de CE1, un socialisme pour les imbéciles c'est être très prudent, mesuré dans son jugement !

    Vous devriez lire les écrits de Jean-Luc Mélenchon et les textes du PG, dans le détail, ce serait plus facile pour se faire une idée de leurs vision concrete du socialisme républicain et écologique qu'ils proposent.

    Je vous dis cela très à l'aise, je n'ai aucune carte de parti. Le mieux est toujours de se renseigner à la source plutôt que de fonctionner par oui-dire.

    Mais d'où sortez-vous ?

  43. izarn dit :

    "Ont-ils poussé le camouflage jusqu'à porter des autocollants CGT ? Quelles consignes précises leur ont été données ? Ont-ils, de retour de mission, rédigé des rapports ?"
    Mais bien sur que oui, mon pauvre Daniel Schneidermann.! Ca te suffit pas comme preuves? Tu veux un constat d'huissier pour ne pas etre accusé de diffamation?

    Y-a-t-il un gogo dans la salle qui croient que Sarkozy-Hortefeux ne l'ont pas voulu?
    Oui chers camarades interrogeons-nous, cela est-il possible dans notre sainte Vieme République?
    Ce serait sans précédent! Incroyable! Mais qui l'eut cru?
    Histoire de faire du scoop, de se monter le bourrichon et de s'indigner fastoche face aux naifs de l'info.
    Comment ils portent un badge CGT?
    Incroyable madame Michu!
    Tiens, je me marre....
    Devant la presse Mélenchon semble dire l'innommable, l'indicible!
    La presse s'extasie: Kouaaa! Mais c'est de l'imprécation!
    Plus larbins tu meurs ces journaleux. Ca rappelle le journalisme sous le ministre de l'information avec De Gaulle.
    Aprés ils disent: Nous sommes indépendants!
    Non jamais Bolloré n'intervient, non jamais Dassault, non jamais Arnaud, non jamais....
    Ha!ha!ha! N'importe quoi....

  44. Alin dit :

    @ 38 JMB: Vérifier quoi avant d'écrire? Que Henri-Lévy dit que Mélenchon fait du socialisme pour les ignares ? Que Mélenchon fait du socialisme de CE1 ? Que Mélenchon est populiste et que le populisme est une autre forme de socialisme ? (la dernière m'a fait explosé de rire:-)))).

    Allons... Je finirai par vous offrir un livre de Finkielkraut si vous continuez :-) (puisque je suppose que les livres de Mélenchon vous les avez déjà lus).

    Si certains "supporters" de Mélenchon vous inquiètent (pour rester dans votre vocabulaire sportif que vous appliquez à la politique, alors que nous ne sommes pas des "supporters" mais des compagnons de lutte), profitez de l'un des voyages imaginaires de Bernard Henri-Lévy (désolé, je ne peux pas l'appeler BHL, on est loin d'être amis) pour trouver refuge ailleurs?

  45. Carol DEBY dit :

    A tous.

    Un état est toujours providentiel, mais pour qui ?

    Il y a l'Etat-Providence de la classe riche, lorsqu'étant sous contrôle des néo-libéraux, il stabilise les cotisations patronales, impose au pays un bouclier fiscal, un allongement de l'âge de la retraite, une privatisation des services publics etc.
    C'est l'Etat-Providence des grands fortunes.

    Mais il existe, heureusement, l'Etat-Providence des classes travailleuses,qui lutte contre l'exploitation de celles-ci, qui empêche les injustices sociales, qui prend en main les services publics, qui assure aux vieux travailleurs une pension leur permettant de vivre sans devoir continuer à travailler au-delà de 60 ans, limite au-delà de laquelle commencent les ennuis physiques propres à ceux qui ont turbiné leur vie durant dans un métier purement manuel.
    Providence des prolétaires, cette forme d'Etat leur permet de se soigner comme n'importe quel Crésus.C'est pour le retour à cette forme d'Etat que l'esprit de lutte gagne l'Europe.

    Quand aux addictions, celle au fric pour le fric n'est-elle pas une plaie sociale aussi nuisible que les toxicomanies ?

    Avant la carrière de chercheur universitaire, j'ai pratiqué durant 7 ans la médecine de banlieue. Je connais la question de manière pratique.

    Carol DEBY, de Liège.

  46. serge dit :

    bonjour

    @44
    peut être que BHL à peur que Jean-Luc Mélenchon propose une autre vision vis à vis d'Israël. Donc il se réveille.
    Personnellement je n'ai pas besoin d'un philosophe milliardaire en contrat avec Israël pour faire mes choix électoraux.
    Le Front de Gauche est notre mouvement, celui que l'on a choisi et le personnage de BHL n'y changera rien.
    Je suis donc un ignare, mr Onfray qui soutient le Front de gauche doit être un ignare, etc...
    Il me fait rire notre donneur de leçon à 3 balles.
    J'ai plus de respect pour un Emmanuel Todd, un Onfray qui au moins prennent le temps d'entendre les couches sociales "inférieures". Et eux prennent au moins le risque de réalisé un vrai travail. Ils bossent pas pour une puissance étrangère.

    cordialement

  47. martin daniel dit :

    Élu démocratiquement avec 53% des votants ce qui constitue environ 30% des inscrits en tenant compte de l abstention, Nicolas SarkoZy a passe les 3 premières années de son quinquennat a renier la quasi totalité de ses promesses :
    - le grenelle de l environnement foulé au pieds (abandon des avantages lies aux économies d'énergie, recul sine die de la taxe carbone dont auraient été de toute façon exemptées les entreprises les plus polluantes au seul détriment des particuliers etc..)
    - reniement de sa promesse concernant la retraite a 60 ans, volonté quasi affichée de déliter le régime par répartition favorisant la mise en place d un régime par capitalisation au profit de ses amis et en particulier son frère guillaume Sarkozy patron de Mederic
    - abandon du secteur industriel en laissant faire les délocalisations et les licenciements boursiers au profit des seuls actionnaires
    - reniement de toutes ses promesses concernant les sdf (il n'y aura plus de sdf dans les rues en 2010....!)
    - politique de reconduite a la frontière des immigrés sans papiers (même les enfants scolarises y ont droit !)
    - stigmatisation des vieux démons du FN par sa politique " d'identité nationale"
    - collusion du pouvoir avec les puissances d argent - ses amis du Fouquets et du cac 40 sont ravis -
    - mise en place du bouclier fiscal, nombreuses affaires impliquant des politiques (Pasqua, Chirac, Woerth-Bettencourt etc) ou la corruption manifeste est éludée par la lenteur et le laxisme des autorités judiciaires grâce aux hauts magistrats dont certains se déterminent eux mêmes comme ses amis et font obstruction a la procédure en usant d'arguties juridiques plus que spécieux.
    - politique de démantèlement et de destruction des services publics (poste, hôpitaux, police, enseignement)
    - non moralisation du secteur boursier contrairement a ses engagements formels (on va voir ce qu'on va voir ! et on n'a rien vu !)
    - mépris du peuple, forfanterie, vulgarité ("casse toi pov con! "de triste mémoire) bling bling, étalage de sa vie privée et de ses problèmes personnels, dépenses outrancières (toilettes a 250000 euros, voyages -les siens et ceux de ses ministres-, nouvel avion etc !)
    - lois inutiles, promesses non tenues, cumul des mandats et des retraites parlementaires, parachutes dores, nomination de pdg surpayés a la tète d'entreprises nationales, corruptions de toutes nature, parlementaires a la botte et sans velléité de dialogue,etc etc,.....et a nous,on nous demande de bosser de 2 a 5 ans de plus ? d'accepter sans sourciller toutes les hausses successives de tarifs publics, les déremboursements de soins et de médicaments ? en gros de payer pour tous ces nantis (je suis poli, ce n'est pas le terme que j'aurais pu utiliser) et de la fermer ?
    monsieur le Président, vous avez été élu pour protéger le peuple de France et veiller au respect des principes fondamentaux de la démocratie, de la liberté, l'égalité et la fraternité...et toutes vos actions ont engendré un très lourd sentiment de frustration, d'injustice et de mépris envers la classe dirigeante cette soi-disante élite que vous représentez, et je ne peux que regretter une chose :être oblige d'attendre 2012 pour vous voir faire vos valises (vers l'ile de Mme Bettencourt ou ailleurs).
    En ce sens j'adhère aux propose de mr Mélenchon : qu'ils s'en aillent...tous !

  48. toto dit :

    Pour ceux qui cherchent des vidéos avec Jacques Généreux notamment sur BFMTV

    http://minuit-1.blogspot.com/2010/10/livre-et-videos-la-grande-regression-de.html

  49. bernard dit :

    "Ici règne une réaction royaliste..Cependant le volcan de la révolution n'a jamais été aussi près d'une éruption colossale que maintenant à Paris"K Marx à F Engels,Correspondances,7 Juin1849
    Relire aussi le 18 Brumaire de Louis Bonaparte,K Marx.
    pour mieux comprendre la situation actuelle (rédigé il y a151 ans)

  50. Jocelyne De Ruytter dit :

    Bonjour,

    J'en viendrais presque à souhaiter la scission de la Belgique et le rattachement de la Wallonie à la France rien que pour pouvoir voter pour vous ! Il faut reconnaître qu'en Belgique, nous sommes particulièrement gâtés en matière politique, comme si les problèmes sociaux liés au libéralisme délirant n'étaient pas suffisants, mais nous n'avons personne qui soit porteur d'un projet d'envergure tel que le vôtre. Hélas...
    Bref, c'était juste un petit mot d'encouragement pour vous et vos compagnons de lutte. Bon courage !

    J. De Ruytter, de Liège


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive