17oct 10

Mobilisation, manifestation, gros sous, "la grande regression", Jacques Généreux

On suit la consigne syndicale : on ne lâche rien

Ce billet a été lu 16  867 fois.

C e samedi on était nombreux. Encore. Et mardi on recommence. Il ne faut pas lâcher prise. Ca serait bien si on savait à quelle caisse commune envoyer des sous pour soutenir les petites payes amputées par la lutte. Je ne résume pas ma note parce que je me dis que vous allez la lire. Mais je signale que je parle de notre lutte et d’argent.
Si vous êtes intéressés à connaitre quelque chose du harcèlement dont je fais l’objet de la part de quelques manitous médiatiques, je vous propose en fin de note des liens instructifs.

Sarkozy joue l’usure, la démoralisation, le pourrissement, l’exaspération. En fin de cortège de la manifestation, d’inquiétants groupes circulent tranquillement et organisent des saccages sans aucun rapport même lointains avec l’objet de la manifestation. Ca sent la provocation à plein nez. Auparavant pendant des heures, de nouveau, des centaines de milliers de gens ont pacifiquement défilé, avec cette étrange légèreté et même ces sortes de sourires joyeux que montrent nos cortèges depuis la dernière manifestation, alors même que les pertes de salaires s’accumulent. Cette fois ci tout le monde commentait les cortèges de jeunes, nombreux et enthousiasmant pour les générations suivantes car depuis le CPE c’est la première fois qu’on voit autant de jeunes dans la rue me semble-t-il. Le cortège de l’UNEF était brillant et c’est un signal très important comme celui que donne la force de celui des lycéens de l’UNL.

La manifestation n’était pas partie et déjà on apprenait que le ministère de l’intérieur annonçait une participation à la baisse. Cela fit rire dans nos rangs car maintenant plus rien d’officiel n’est cru parmi nous. Une fois de plus les militants du Parti de gauche tenaient leurs points fixes et c’était pour eux une magnifique occasion de rencontres et de petits débats improvisés comme seuls gens de gauche savent en avoir en toutes circonstances. Mais je vois bien que les traits se creusent et que les camarades fatiguent entre cavalcade familiale, travail et militantisme. Moi aussi c’est mon dixième jour, je crois bien, d’affilé sans pause. Après quatre heures à observer le défilé et toucher la main des camarades qui nous la tendent, nous sommes partis en cortège avec les communistes sous la bannière du Front de gauche. Notre slogan était : « tous ensemble, tous ensemble : Front de gauche » L’accueil a été aussi chaleureux que d’habitude.

Pour autant, l’ambiance est totalement irréelle, entre tensions, fatigues et sourires, et cette incroyable morgue d’un pouvoir qui veut mater un peuple. Le blocage est total. Je vois que Sarkozy pense tenir son épreuve de force avec le salariat de notre pays. Il se voit vraiment en Thatcher du 21 ème siècle. Il avait déjà ramené le scalp du « non » au référendum dans la cour des puissants en Europe pour signer dessus le traité de Lisbonne qui en est la copie conforme. Il se voit bien ramenant le peuple frondeur et rebelle que sont les français, enchainé à son char de victoire jusqu'à la commission de Bruxelles qui vient de recommander dans son « livre Vert » la retraite par capitalisation. A ce propos dans la manifestation à Paris circulait un message résumant un article paru sur le site Médiapart. Il concernait monsieur, frère du roi. Je pense que beaucoup de mes lecteurs en connaissent la teneur puisqu’il circule assez largement je crois. Je le reproduis à mon tour pour que nul n’en ignore.

Guillaume Sarkozy, futur bénéficiaire de la réforme des retraites ? Selon Médiapart, le frère du président vise le pactole du marché de la retraite complémentaire privée. Et prépare pour cela une alliance avec des acteurs semi-publics. Guillaume Sarkozy (AFP). Le site d'information Médiapart affirme jeudi 14 octobre que la réforme des retraites pourrait favoriser les intérêts du groupe Malakoff Médéric, dont le délégué général n'est autre que Guillaume Sarkozy, le frère du chef de l'Etat. Selon Médiapart, la réforme "va conduire à l'asphyxie financière des grands régimes par répartition" et sera donc "propice à l'éclosion de ces grands fonds de pension qui n'étaient pas encore parvenus à s'acclimater en France, à quelques rares exceptions près". Parmi les opérateurs privés d'ores et déjà sur les rangs, figure le groupe Malakoff Médéric. "Il ne s'agit pas que d'une coïncidence. Mais bien plutôt d'une stratégie concertée en famille", écrit Médiapart, "l'un assèche les régimes par répartition tandis que l'autre pose les fondements du système par capitalisation". Le site ajoute : "Guillaume Sarkozy a engagé son entreprise dans une politique visant à en faire un acteur majeur de la retraite complémentaire privée. Et il a trouvé des alliés autrement plus puissants que lui, en l'occurrence la Caisse des dépôts et consignations (CDC), le bras armé financier de l'Etat, et sa filiale la Caisse nationale de prévoyance (CNP). Ensemble, tous ces partenaires vont créer, le 1er janvier prochain, une société commune qui rêve de rafler une bonne part du marché qui se profile." "Cette société n'aurait jamais vu le jour sans l'appui de l'Elysée", écrit Médiapart. En effet, la Caisse des dépôts et consignations est une institution publique présidée par un parlementaire. Pour sa part, la Caisse nationale de prévoyance (CNP) est une filiale de la Caisse des dépôts et consignations, de la Banque postale et du groupe Caisses d'Epargne, lui-même présidé par François Pérol, ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée. En outre, la Caisse des dépôts gère le Fonds de réserve des retraites. "Pourquoi la CDC se lance-t-elle dans pareille aventure pour faire le jeu du système adverse, celui par capitalisation?", demande Médiapart. "Et pourquoi, de surcroît, le faire avec une entreprise dont le patron est le frère du chef de l'Etat?"

L'enjeu n'est pas mince. Le marché pourrait représenter "40 à 100 milliards d'euros" : en fonction de l'aspect final de la réforme, les Français connaîtront une baisse plus ou moins considérable du taux de remplacement, c'est-à-dire du montant de la pension rapporté au salaire, et donc se précipiteront sur les systèmes de retraite complémentaire. Médiapart publie notamment un "business plan" confidentiel, qui fixe pour objectif une part de marche de "17%" d'ici dix ans.

De cette information je tire deux conclusions. La première est que je vais m’abonner à Médiapart car je constate que ce média fait un boulot d’investigation et de veille qui manquait dans nos outils. La seconde est que cette affaire vaut mieux que mille discours pour démontrer ce que nous répétons et argumentons depuis bientôt six mois à savoir que la réforme n’a pas de raison d’être s’il s’agit vraiment de raisons comptables ou démographiques. Ce n’est qu’un épisode de la lutte pour la répartition de la richesse dans laquelle l’oligarchie qui tient les rênes de notre pays veut capter une nouvelle part. Placer les gens dans l’obligation de se payer une retraite par capitalisation représente une ponction considérable sur les ressources des ménages. Une ponction couteuse sur la paye parce que le prélèvement mensuel pour un régime de capitalisation est une dépense bien supérieure à une cotisation sociale ! Et cela pour toucher, le moment venu, une pension  à la fois inférieure et incertaine. Une dépense sans utilité sociale puisqu’elle remplace un bien déjà existant pour un cout supérieur et une efficacité moindre. Une dépense dangereuse car elle va accroitre la financiarisation de l’économie. En effet cet argent placé en capitalisation ne peut qu’être argent spéculatif, placement provisoire, exigence de profits toujours plus rapides et importants au prix d’une précarisation accrue du salariat.

Les naïfs seraient ceux qui continueraient après cela de se torturer la langue à proférer des sottises du type « on doit travailler plus longtemps parce qu’on vit plus longtemps » et les autres blabla de l’argumentaire pour nigauds que débitent les moulins à paroles de la pensée jadis unique. Sur tous les fronts l’oligarchie avance ses pattes cupides. On voit par exemple la  droite reprendre à son compte l'idée perverse avancée depuis plusieurs mois par ces fourbes de centristes du Sénat et leur chef de file Jean Arthuis. Il s'agit d'un côté de donner l'impression d'entendre le peuple en supprimant l'injuste bouclier fiscal. Et dans le même mouvement, il s'agit d'un autre côté de continuer à diminuer l'imposition des très riches, en supprimant l'Impôt sur la Fortune. Ils espèrent que le bruit du nouveau flot d’argent tombant dans les caisses des riches sera couvert par celui des clameurs qui accompagneront la suppression bouclier fiscal.

Car ce serait bien une énorme entourloupe. Elle se solderait par un gros bénéfice pour les très riches et une nouvelle lourde perte de recettes pour l'Etat dont on pourra ensuite dénoncer encore davantage les déficits. Voyons les sommes en jeu. L'Impôt de solidarité sur la Fortune (ISF), créé en 1981, rapporte en effet 3,4 milliards d'euros par an. Il est prélevé sur les 2 % des foyers fiscaux qui possèdent plus de 790 000 euros de patrimoine net. Avec l'impôt sur le revenu, c'est un des rares impôts progressifs en France. C'est à dire que son taux augmente avec la richesse. De son côté le bouclier fiscal coûte 680 millions d'euros par an à l'Etat, qui sont remboursés à 16 000 contribuables. Mais sur ces 16 000, un millier de très riches accaparent 75 % des reversements et touchent un chèque moyen de 370 000 euros par an de l'Etat ! Et 99 % des sommes du bouclier fiscal sont offertes à des personnes assez nanties pour payer l'ISF et qui ont d’ailleurs plus de 1,2 millions d'euros de patrimoine. Bilan final de cette affaire de double suppression ? 2 % des contribuables gagneront 2,7 milliards d'euros !  

Comme vous ne pouvez l’ignorer, compte tenu du barouf,  mon livre « qu’ils s’en aillent tous, vite la révolution citoyenne », est en librairie et grands points de vente depuis le 13 octobre. En même temps est paru le 15 octobre, au Éditions du Seuil, celui de Jacques Généreux, « La grande régression » (277 pages, 18 €). Jacques Généreux a déjà publié plus d’une vingtaine d’ouvrages. Longtemps militant au Parti socialiste, il a participé en novembre 2008 à la fondation du Parti de Gauche., Il était tête de liste du « Front de gauche» aux dernières élections européennes. Il est aujourd’hui Secrétaire national à l’économie de notre parti. Ceux qui veulent mieux comprendre la cohérence de l’orientation de l’équipe nationale des animateurs  du  Parti de gauche doivent savoir que les deux livres se lisent à l’intérieur d’une seule argumentation. En résumé, très sommaire: le capitalisme financier de notre temps déploie une dynamique qui mène le monde à la ruine de l’écosystème et à la catastrophe politique. Il faut en finir avec lui. Nos deux livres expliquent.  L’un (le sien) dit pourquoi, l’autre (le mien) dit comment. Voici comment Jacques Généreux présente son travail. « Durant les vingt premières années de ma vie, j’ai grandi dans un monde où le destin des enfants semblait naturellement devoir être plus heureux que celui de leurs parents; au cours des trente suivantes, j’ai vu mourir la promesse d’un monde meilleur. En une génération, la quasi-certitude d’un progrès s’est peu à peu effacée devant l’évidence d’une régression sociale, écologique, morale et politique, la « Grande Régression « qu’il est temps de nommer et de se représenter pour pouvoir la combattre. »

Sous le nom de «Grande Régression», Jacques Généreux caractérise, un moment charnière de l’histoire moderne, qui s’étend des années 1980 à nos jours. La grande régression c’est « le moment où, à rebours de ce qu’avaient jusqu’alors entrepris toutes les sociétés (primitives, traditionnelles ou modernes), on a commencé d’abolir les limites territoriales, politiques et morales qui limitaient le mobile de l’intérêt personnel et le pouvoir de l’argent. » Cette bifurcation de la civilisation commence avec la victoire des néolibéraux qui livrent le monde à la libre compétition des intérêts et au pouvoir exorbitant des gestionnaires de capitaux. Elle se poursuit par un vaste mouvement réactionnaire qui répond au désordre économique, social et moral engendré par le néolibéralisme. La mondialisation du « modèle » néolibéral était censée diffuser partout les acquis de la modernité occidentale. En réalité elle déconstruit ces acquis dans le monde occidental lui-même. « La promesse du progrès s’évapore dans l’autodestruction du système économique et le saccage des écosystèmes ; la cohésion sociale se dissout dans le culte du chacun pour soi, le communautarisme, l’incivilité, la ghettoïsation ; l’État de droit s’efface devant l’État privatisé au service d’intérêts particuliers ; la démocratie recule au profit d’un soft fascisme mêlant des politiques sécuritaires liberticides, le mépris du suffrage populaire, la manipulation de l’opinion, le gouvernement par la peur, etc.; pour finir, l’obscurantisme, l’addiction aux marchandises ou encore la soumission des travailleurs progressent plus sûrement que l’autonomie des individus. » Jacques Généreux montre comment ces  aspects si divers d’une crise de civilisation « font système ».  « Après la Grande Régression, pourrait donc advenir une « Nouvelle Renaissance ». La seule question est de savoir si, pour cela, il nous faudra d’abord aller au bout de la régression, jusqu’à l’effondrement, ou « si des forces politiques authentiquement progressistes pourront opérer à temps la bifurcation démocratique qui nous sortira de la « dissociété de marché » pour renouer avec le progrès humain ».

J’ai cessé de consulter mes alertes. Les quarante secondes à propos de Pujadas déchainent une hystérie pitoyable des gros bonnets des médias. C’est à peine croyable. En même temps, à la base, techniciens, cadreurs, pigistes, cdd, intermittents du spectacle, maquilleuses, personnel de sécurité, administratifs, en nombre croissant expriment leur sympathie et renseignent nos militants. J’avais dit que nous ferons la révolution citoyenne dans les médias. J’estime que nous avons commencé à en réunir une condition de base : faire craquer la banquise de la résignation des petits, augmenter leur confiance en eux et stimuler leur détestation des chefs arrogants et méprisants qui les dominent et les humilient. Je vois mieux maintenant par quel bout continuer la tâche pour faire avancer l’idée qu’il est possible de réussir la libération des médias. Comme je ne veux ni lasser ni répéter ce qui est dit mieux par d’autres que moi, je vous recommande la lecture de la note de mon ami Alexis Corbière sur le harcèlement dont je fais l’objet. Et je donne un lien pour lire une récapitulation faites sur le site du « Point » des commentaires qui me peignent soit en bête soit en ange qui m’a bien fait grincer des dents et sourire. Le pire c'était cette perruche de Laurence Ferrari pérorant que je n'ai "ni idée, ni programme" et donc que je voulais juste qu'on parle de moi. Mais c'est elle qui en parlait! Et qui aurait osé lui dire, sur ce plateau de fruits de mer, que, précisément, le livre que je viens de publier en est un, à sa façon, et que de toutes façons j'en ai déjà écrit dix autres, des livres, et quelques milliers de pages de blog! On me dira d'accord mais il n'y a avait aucune page à colorier dedans. Je le reconnais. Et ce n'est pas écrit en corps 92 comme sur un prompteur. Tout s'explique! J'ai lu dans Médiapart la réponse que j'aurai aimé faire: "ils creusent….ils vont bientôt trouver du pétrole".


167 commentaires à “On suit la consigne syndicale : on ne lâche rien”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. Clama dit :

    @mimike

    Les casseurs !
    La vieille machine re-démarre.
    La recette pour désolidariser, détruire, marginaliser.

    Diffuse ton témoignage, sur le net il ne convaincra que les convaincus, mais si tu es témoin direct de ces manipulations, informe !
    Les témoignages sans détours, sans références journalistiques ou "littéraires", sans artifices, sont l'essentiel de notre lutte.

  2. Lionel-PG44 dit :

    Il n'y a, à ma connaissance, aucune caisse de grève organisée, hélas ! A croire que nos responsables syndicaux ont oublié la solidarité ouvrière. Solidarité ouvrière qui a fait le mouvement syndical depuis le 19ème siècle. A croire que le mouvement contre la réforme Sarkozy, c'est trois petits tours et puis s'en vont...
    Il y a un peuple qui souffre, un peuple qui combat, un peuple qui espère. Qu'en faisons-nous ?

  3. Toto dit :

    Que le gouvernement joue le pourrissement, c'est son rôle ! Que les flics jouent le rôle que le gouvernement veut lui faire jouer : C'est normal ! Un flic, il fait de la proximité si sa tutelle le lui dit, il ouvre des camps si une autre le lui dit ! Un flic, sous les ordres, on en fait à peu près ce qu'on veut...Comme la pâte à modeler ! En revanche, ce qui est sidérant, c'est l'acception toute crue sans aucun recul de la part de la marmaille médiatique du discours unique concernant les casseurs ! Ou bien alors,il est à considérer que ceux et celles qui font l'actualité auraient des prédispositions idéologiques au point de souscrire au préalable au discours dominant que les dominant n'auraient même plus à leur imposer ! Incroyable ! Et de ce point de vue, nul ne pourrait les taxer de partialité puisque leurs prédispositions les posent du "bon côté" avant même qu'ils aient à débattre de leur indépendance : Celle-ci leur ait garanti puisqu'elle est au diapason de ce que leurs maîtres attendent d'eux !

  4. jennifer dit :

    Bonsoir

    Je ne sais pas si les gens prennent toute la mesure de ce qui se passe avec ce mouvement de masse sans précédent sur les retraites. On a eu une série de mouvements de masse depuis 1995, voire avant et c'est vraiment une des capacités extraordinaires du mouvement ouvrier français de pouvoir ainsi se mobiliser, si massivement. Mais ce qui a toujours manqué et ce qui m'a toujours choquée c'était le vide politique quand chacune de ces immenses mobilisations posaient en soi la question du pouvoir. Je me souviens bien de ce sentiment que j'ai éprouvé en 1995 n'étant pas organisée et cherchant vainement une voix haute et forte qui pose la chose politique qui semblait évidente. Certainement l'extrême gauche disait ces choses-là mais cela ne sortait pas d'un certain milieu et cela ne touchait pas, n'était pas entendu par la grande partie de la population.

    Or c'est la grande différence aujourd'hui. IL y a une réponse politique à gauche (la vraie) qui dépasse le cercle des initiés. C'est une nouvelle donne (le FdG, Jean Luc sur les medias) et cela change y compris les données de la mobilisation. Je pense que cela donne sa force à la mobilisation. En tout c'est une des composantes qui unit le mouvement. Le peuple ne se sent pas abandonné. Il sait qu'après la mobilisation il y aura quelque chose, que ce ne sera pas la démoralisation. C'est vraiment une donnée implicite de toute cette situation.

    La manif d'aujourd'hui était pour moi celle où les questions politiques, de Sarkozy étaient les plus abordées. Certes les jeunes font la différence car ils vont droit au but: c'est Sarko. Et leur dynamisme est communicatif en plus de leur radicalité à la manif. Là il y a quelque chose d'important qui se passe où le syndicalisme et la politique ne font plus qu'un. C'est d'ailleurs les cortèges de la CGT qui ont le plus applaudi Jean Luc quand ils le voyaient.

    On est en train de vivre une politisation de masse et cela ne va pas retomber, soyez en sûrs.

  5. Clama dit :

    Toto
    Oui et non !
    Les flics, lis mon "post" 149, sont disons à la base très menottés (ce qui leur va bien).
    Je ne n'insisterais pas, je n'irais pas plus loin sur ce sujet, je ne suis pas de le "maison".
    Mais, hier, lors de ma discution avec des fonctionnaires de police, la sincérité était sans ambigüité et m'a encouragé.
    Donc pas de généralités, pas comme sarko qui veut mettre les casseurs et les autres dans une même caisse,
    et souhaite se rallier le complément de la France. C'est un gamin merdique qui n'a pas compris ses cours d'histoire et d'économie.

    Aujourd'hui il est nécessaire de voir qui est le maitre et qui est l'esclave.

  6. Humaniste dit :

    J'ai enregistré le journal de C+ à 19 heures pour avoir Jean-Luc Mélenchon et surprise, j'ai eu le secrétaire d'Etat Tronc et B. Hamon !
    Pourquoi pas Mélenchon comme prévu ?
    Me serais-je trompé de chaîne ?
    Les raisons de ce "faux bon" ?
    Si quelqu'un à la réponse j'aimerais savoir.

    J'ai déjà programmé "vivement dimanche" chez Drucker ! J'espère que ce ne sera déprogrammé !

  7. lemaire dit :

    Et voila ! on nous a prédit la fin du monde pour 2012! film catastrophe etc...et non ce ne sera pas la fin du monde,mais la fin d un monde,celui du capitalisme qui nous aura mis un genou à terre. mais là en ce moment nous combattons et il faut gagner la guerre.,mettons les tous dehors en 2012 reprenons nos droits,il n y a qu un homme qui peut nous en sortir suivons le....lui et son parti

  8. orero ramon82 dit :

    le discours aéré de J_L Mélenchon puis aussi J. Généreux sur Libé: http://www.lepartidegauche.fr/
    Aller tout en bas de la page d'accueil et jouer si nécessaire avec l'ascenseur dans la fenêtre centrale Bonne nuitée assurée après cela !

  9. LENAIK dit :

    Hier dans le Sud Finistère ça a fort bien marché !
    beaucoup de jeunes : ça c'est bien : enfin !
    Demain ça va continuer
    Un bémol dans le Morbihan sur Lorient, plusieurs arrestations et les flics cognaient ces salauds
    Quand je regarde les infos ça pue la manipulation
    Quand j'entends certains politiques s'exprimer : c'est à hurler
    Comment peut-on gober de tels discours - quel cynisme ces tristes personnages sont une honte à l'espèce humaine
    Il faut que cela cesse - j'espère que nos camarades vont tenir bon
    On ne peut plus lâcher sinon c'est une porte que l'on va laisser ouverte et que l'on ne pourra plus refermer

  10. manu dit :

    Pour info, voir aussi le site Arrêt sur images pour l'affaire Pujadas étalée au "grand" journal de C+

    http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3465

  11. GRANGE dit :

    Bonjour, je suis commerçant employeur et à gauche toute,on peut être "patron" et être dégoutté par ceux qui se font du fric sur le dos de leurs salariés on est dans le même bateau employeur employé dépendant l'un de l'autre et quand c'est possible partageons les bénéfices. Je ne suis pas surpris par ce qui se passe depuis quelques années, régression à tous les étages, ceci dit les socialistes avait déjà commencé le boulot et ils souhaiterais le terminer en 2012. j'ai suivi les manifs(retraite) de près et ai participé à l'une d'elle (on fait ce qu'on peut). Concernant la caisse de solidarité pour ceux qui font grève, je suis à fond pour, il suffirait comme pour les opérations d'aides aux catastrophes, que les syndicats mettent en place une caisse commune alimentée par les dons avec un n° de compte ou quelque chose de ce style. Bref ça urge! il faut aider ceux qui se battent pour un avenir qui donnent envie.

  12. Charles dit :

    Bonjour,
    Je suis étudiant et comme vous avez pus l'entendre un bon nombre de fois je suppose, nous les jeunes, avons une certaine crainte quant à notre avenir professionnel. Et ce, par un énorme manque de confiance envers les politiques, et en voyant le déclin dans lequel notre pays plonge.
    J'en viens donc à ma question personnelle, et qui j'ai pus le voir dans certains reportages vous "agace", et je le comprends totalement, est autre que celle-ci : " Présenterez vous à l'élection présidentielle de 2012 ? ". Ne me fusillé pas sur place s'il vous plaît connaissant votre répartis (que j'admire complétement), mais vous êtes aujourd'hui la seule personne politique en qui j'ai confiance, en qui je vois un avenir politique et économique pour notre pays.
    En attendant une réponse de votre part, merci et continuons la lutte !

  13. F.P-A. dit :

    Malakoff Mederic
    Sarkozy Bros.
    Conflit d'intérêts ou corruption ?

  14. Falba dit :

    Bonjour Jean-Luc Mélenchon,
    Juste un mot pour vous parler de mon cousin. Il était parti en préretraite en 2006 à 57 ans puisqu'il subissait des harcèlements diffus dans son entreprise (manifestement sa hiérarchie faisait tout ce qu'elle pouvait pour le faire partir), et en début d'année 2010, il apprend qu'il a un cancer de la plèvre lié à l'amiante. Ca a été un cancer fulgurant. Il vient de décéder aujourd'hui à l'âge de 62 ans.
    Quand parlerons-nous des responsabilités patronales dans ce problème d'amiante ? Quand verrons-nous des patrons passer devant les tribunaux ?

  15. DONZELOT dit :

    Est-ce qu'ils savent pourquoi des hommes tranquilles comme Mao ou d'autres sont sortis de leur cambrousses pour remettre les pendules à l'heure?
    Espérons que l'accouchement d'un monde meilleur se fera avec péridural.

    Concrètement, en plus de nos revendications actuelles, supprimons la 1ère classe là où elle existe encore.

    Vivons et luttons.

  16. Vincent dit :

    Monsieur Mélenchon, vous dites qu'il ne faut rien lâcher. Cependant, j'ai peur que suite au vote du Sénat ainsi que des Vacances, le mouvement ne s'estompe et que suite à l'espoir d'être entendu, se poursuive inexorablement un mouvement d'apathie au sein de la population. Depuis M.Raffarin pour qui "ce n'est pas la rue qui gouverne" (mais le pignon sur rue) force est d'admettre qu'une culture de "l'héroïsme" contre la "foule" s'est profondément enraciner, court-circuitant l'importance des médiateurs sociaux, voir les dénigrant alors même que la possibilité de pratiquer la grève décroît en France.

    A aussi été installer le principe de sacrifice social qui serait une preuve d'altruisme contre un égoïsme qui toucherait notre société en oubliant que la dette publique à bien des égard est en corrélation avec la défiscalisation depuis peut-être 1985 (diminution de l'impôt sur les sociétés). La politique visant a culpabilisé les gens continu de fonctionner.

    J'ai également peur que l'image du parti de gauche soit assimilé à un extrême. On pointe du doigt la taxation du capital comme du populisme (le peuple ne se sacrifie pas mais en profite !) sorti du programme bolchevik en oubliant l'étentendu de la taxation du capital dans les années 1980. N'oublions pas que le minimum social que B.Obama a vu des manifestation contre une déviance communiste, alors qu'avant Reagan, l'Etat providence était encore adéquat.

    Nous ne pouvons que rappeler cette période de "la Révolution conservatrice" de Mme Thatcher et M. Reagan. A ce propos rappelons-nous à ce propos le scandale de 1986 ou la BBC avait été dénoncé pour complaisance à l'égard du pouvoir en place. N'oublions pas aussi les engagements de chacun à l'égard du "problème" de l'endettement publique et de leurs résultat à la fois hilarant et rageant. Aussi, comble de nous, nous ne sommes plus dans le camps des Révolutionnaires mais des Restaurateurs, la République ayant suivi son modèle Romain dans sa phase Augustinienne: Le Principat.

    Je suis aussi déçu que l'entreprise Malakoff Médéric ne soit pas plus que cela objet de scandale. Ce n'est pas la première fois que l'Etat est l'objet des intérêts privées. Pourtant elle va a l'encontre de la res publica comme chose commune que l'on prend décidément pour une gueuse. Autant rétablir une monarchie si ce n'est que pour garder une apparence de république !

    Tout ça pour prêcher des convertis... je suis risible. Bonne continuation. (si il y a un doublet je m'en excuse. Je me suis tromper dans l'écriture de mon courriel)

  17. Domiro 38 dit :

    Nous suivons depuis quelque temps, toutes vos interventions écrites et télévisées sur votre Blog.
    Votre enthousiasme ne diminue pas.
    Quel plaisir à vous écouter,
    quelle clarté et quelle générosité dans le discours.

    Fini la langue de bois. Vous redonnez de l’espoir et de la fierté à tous les gens que cette oligarchie méprise et manipule selon son bon vouloir.
    Il manquait un vrai leader pour exprimer toute cette amertume et changer ce système.
    Vous êtes celui la.

    Mais nous avons peur que de nombreux médias ne s’acharnent sur vous.
    Vous nous faites ressentir, pour beaucoup, leur incompétence et surtout de leur subordination. Ils ne vous le pardonneront jamais.
    A voir le 24/10 à 19h, sur le journal de I-Télé, aussitôt après votre intervention, les paroles fielleuses et pleines de sous entendus sur les casseurs, exprimées par le journaliste qui vous avait pitoyablement interviewé. A croire que c’était le seul sujet important de la soirée, son but étant de toutes façons principalement de vous discréditer).

    Courage, nous sommes de tout cœur avec vous et avec le Parti de Gauche et nous serons de plus en plus nombreux.


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive