17oct 10

Mobilisation, manifestation, gros sous, "la grande regression", Jacques Généreux

On suit la consigne syndicale : on ne lâche rien

Ce billet a été lu 16  867 fois.

C e samedi on était nombreux. Encore. Et mardi on recommence. Il ne faut pas lâcher prise. Ca serait bien si on savait à quelle caisse commune envoyer des sous pour soutenir les petites payes amputées par la lutte. Je ne résume pas ma note parce que je me dis que vous allez la lire. Mais je signale que je parle de notre lutte et d’argent.
Si vous êtes intéressés à connaitre quelque chose du harcèlement dont je fais l’objet de la part de quelques manitous médiatiques, je vous propose en fin de note des liens instructifs.

Sarkozy joue l’usure, la démoralisation, le pourrissement, l’exaspération. En fin de cortège de la manifestation, d’inquiétants groupes circulent tranquillement et organisent des saccages sans aucun rapport même lointains avec l’objet de la manifestation. Ca sent la provocation à plein nez. Auparavant pendant des heures, de nouveau, des centaines de milliers de gens ont pacifiquement défilé, avec cette étrange légèreté et même ces sortes de sourires joyeux que montrent nos cortèges depuis la dernière manifestation, alors même que les pertes de salaires s’accumulent. Cette fois ci tout le monde commentait les cortèges de jeunes, nombreux et enthousiasmant pour les générations suivantes car depuis le CPE c’est la première fois qu’on voit autant de jeunes dans la rue me semble-t-il. Le cortège de l’UNEF était brillant et c’est un signal très important comme celui que donne la force de celui des lycéens de l’UNL.

La manifestation n’était pas partie et déjà on apprenait que le ministère de l’intérieur annonçait une participation à la baisse. Cela fit rire dans nos rangs car maintenant plus rien d’officiel n’est cru parmi nous. Une fois de plus les militants du Parti de gauche tenaient leurs points fixes et c’était pour eux une magnifique occasion de rencontres et de petits débats improvisés comme seuls gens de gauche savent en avoir en toutes circonstances. Mais je vois bien que les traits se creusent et que les camarades fatiguent entre cavalcade familiale, travail et militantisme. Moi aussi c’est mon dixième jour, je crois bien, d’affilé sans pause. Après quatre heures à observer le défilé et toucher la main des camarades qui nous la tendent, nous sommes partis en cortège avec les communistes sous la bannière du Front de gauche. Notre slogan était : « tous ensemble, tous ensemble : Front de gauche » L’accueil a été aussi chaleureux que d’habitude.

Pour autant, l’ambiance est totalement irréelle, entre tensions, fatigues et sourires, et cette incroyable morgue d’un pouvoir qui veut mater un peuple. Le blocage est total. Je vois que Sarkozy pense tenir son épreuve de force avec le salariat de notre pays. Il se voit vraiment en Thatcher du 21 ème siècle. Il avait déjà ramené le scalp du « non » au référendum dans la cour des puissants en Europe pour signer dessus le traité de Lisbonne qui en est la copie conforme. Il se voit bien ramenant le peuple frondeur et rebelle que sont les français, enchainé à son char de victoire jusqu'à la commission de Bruxelles qui vient de recommander dans son « livre Vert » la retraite par capitalisation. A ce propos dans la manifestation à Paris circulait un message résumant un article paru sur le site Médiapart. Il concernait monsieur, frère du roi. Je pense que beaucoup de mes lecteurs en connaissent la teneur puisqu’il circule assez largement je crois. Je le reproduis à mon tour pour que nul n’en ignore.

Guillaume Sarkozy, futur bénéficiaire de la réforme des retraites ? Selon Médiapart, le frère du président vise le pactole du marché de la retraite complémentaire privée. Et prépare pour cela une alliance avec des acteurs semi-publics. Guillaume Sarkozy (AFP). Le site d'information Médiapart affirme jeudi 14 octobre que la réforme des retraites pourrait favoriser les intérêts du groupe Malakoff Médéric, dont le délégué général n'est autre que Guillaume Sarkozy, le frère du chef de l'Etat. Selon Médiapart, la réforme "va conduire à l'asphyxie financière des grands régimes par répartition" et sera donc "propice à l'éclosion de ces grands fonds de pension qui n'étaient pas encore parvenus à s'acclimater en France, à quelques rares exceptions près". Parmi les opérateurs privés d'ores et déjà sur les rangs, figure le groupe Malakoff Médéric. "Il ne s'agit pas que d'une coïncidence. Mais bien plutôt d'une stratégie concertée en famille", écrit Médiapart, "l'un assèche les régimes par répartition tandis que l'autre pose les fondements du système par capitalisation". Le site ajoute : "Guillaume Sarkozy a engagé son entreprise dans une politique visant à en faire un acteur majeur de la retraite complémentaire privée. Et il a trouvé des alliés autrement plus puissants que lui, en l'occurrence la Caisse des dépôts et consignations (CDC), le bras armé financier de l'Etat, et sa filiale la Caisse nationale de prévoyance (CNP). Ensemble, tous ces partenaires vont créer, le 1er janvier prochain, une société commune qui rêve de rafler une bonne part du marché qui se profile." "Cette société n'aurait jamais vu le jour sans l'appui de l'Elysée", écrit Médiapart. En effet, la Caisse des dépôts et consignations est une institution publique présidée par un parlementaire. Pour sa part, la Caisse nationale de prévoyance (CNP) est une filiale de la Caisse des dépôts et consignations, de la Banque postale et du groupe Caisses d'Epargne, lui-même présidé par François Pérol, ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée. En outre, la Caisse des dépôts gère le Fonds de réserve des retraites. "Pourquoi la CDC se lance-t-elle dans pareille aventure pour faire le jeu du système adverse, celui par capitalisation?", demande Médiapart. "Et pourquoi, de surcroît, le faire avec une entreprise dont le patron est le frère du chef de l'Etat?"

L'enjeu n'est pas mince. Le marché pourrait représenter "40 à 100 milliards d'euros" : en fonction de l'aspect final de la réforme, les Français connaîtront une baisse plus ou moins considérable du taux de remplacement, c'est-à-dire du montant de la pension rapporté au salaire, et donc se précipiteront sur les systèmes de retraite complémentaire. Médiapart publie notamment un "business plan" confidentiel, qui fixe pour objectif une part de marche de "17%" d'ici dix ans.

De cette information je tire deux conclusions. La première est que je vais m’abonner à Médiapart car je constate que ce média fait un boulot d’investigation et de veille qui manquait dans nos outils. La seconde est que cette affaire vaut mieux que mille discours pour démontrer ce que nous répétons et argumentons depuis bientôt six mois à savoir que la réforme n’a pas de raison d’être s’il s’agit vraiment de raisons comptables ou démographiques. Ce n’est qu’un épisode de la lutte pour la répartition de la richesse dans laquelle l’oligarchie qui tient les rênes de notre pays veut capter une nouvelle part. Placer les gens dans l’obligation de se payer une retraite par capitalisation représente une ponction considérable sur les ressources des ménages. Une ponction couteuse sur la paye parce que le prélèvement mensuel pour un régime de capitalisation est une dépense bien supérieure à une cotisation sociale ! Et cela pour toucher, le moment venu, une pension  à la fois inférieure et incertaine. Une dépense sans utilité sociale puisqu’elle remplace un bien déjà existant pour un cout supérieur et une efficacité moindre. Une dépense dangereuse car elle va accroitre la financiarisation de l’économie. En effet cet argent placé en capitalisation ne peut qu’être argent spéculatif, placement provisoire, exigence de profits toujours plus rapides et importants au prix d’une précarisation accrue du salariat.

Les naïfs seraient ceux qui continueraient après cela de se torturer la langue à proférer des sottises du type « on doit travailler plus longtemps parce qu’on vit plus longtemps » et les autres blabla de l’argumentaire pour nigauds que débitent les moulins à paroles de la pensée jadis unique. Sur tous les fronts l’oligarchie avance ses pattes cupides. On voit par exemple la  droite reprendre à son compte l'idée perverse avancée depuis plusieurs mois par ces fourbes de centristes du Sénat et leur chef de file Jean Arthuis. Il s'agit d'un côté de donner l'impression d'entendre le peuple en supprimant l'injuste bouclier fiscal. Et dans le même mouvement, il s'agit d'un autre côté de continuer à diminuer l'imposition des très riches, en supprimant l'Impôt sur la Fortune. Ils espèrent que le bruit du nouveau flot d’argent tombant dans les caisses des riches sera couvert par celui des clameurs qui accompagneront la suppression bouclier fiscal.

Car ce serait bien une énorme entourloupe. Elle se solderait par un gros bénéfice pour les très riches et une nouvelle lourde perte de recettes pour l'Etat dont on pourra ensuite dénoncer encore davantage les déficits. Voyons les sommes en jeu. L'Impôt de solidarité sur la Fortune (ISF), créé en 1981, rapporte en effet 3,4 milliards d'euros par an. Il est prélevé sur les 2 % des foyers fiscaux qui possèdent plus de 790 000 euros de patrimoine net. Avec l'impôt sur le revenu, c'est un des rares impôts progressifs en France. C'est à dire que son taux augmente avec la richesse. De son côté le bouclier fiscal coûte 680 millions d'euros par an à l'Etat, qui sont remboursés à 16 000 contribuables. Mais sur ces 16 000, un millier de très riches accaparent 75 % des reversements et touchent un chèque moyen de 370 000 euros par an de l'Etat ! Et 99 % des sommes du bouclier fiscal sont offertes à des personnes assez nanties pour payer l'ISF et qui ont d’ailleurs plus de 1,2 millions d'euros de patrimoine. Bilan final de cette affaire de double suppression ? 2 % des contribuables gagneront 2,7 milliards d'euros !  

Comme vous ne pouvez l’ignorer, compte tenu du barouf,  mon livre « qu’ils s’en aillent tous, vite la révolution citoyenne », est en librairie et grands points de vente depuis le 13 octobre. En même temps est paru le 15 octobre, au Éditions du Seuil, celui de Jacques Généreux, « La grande régression » (277 pages, 18 €). Jacques Généreux a déjà publié plus d’une vingtaine d’ouvrages. Longtemps militant au Parti socialiste, il a participé en novembre 2008 à la fondation du Parti de Gauche., Il était tête de liste du « Front de gauche» aux dernières élections européennes. Il est aujourd’hui Secrétaire national à l’économie de notre parti. Ceux qui veulent mieux comprendre la cohérence de l’orientation de l’équipe nationale des animateurs  du  Parti de gauche doivent savoir que les deux livres se lisent à l’intérieur d’une seule argumentation. En résumé, très sommaire: le capitalisme financier de notre temps déploie une dynamique qui mène le monde à la ruine de l’écosystème et à la catastrophe politique. Il faut en finir avec lui. Nos deux livres expliquent.  L’un (le sien) dit pourquoi, l’autre (le mien) dit comment. Voici comment Jacques Généreux présente son travail. « Durant les vingt premières années de ma vie, j’ai grandi dans un monde où le destin des enfants semblait naturellement devoir être plus heureux que celui de leurs parents; au cours des trente suivantes, j’ai vu mourir la promesse d’un monde meilleur. En une génération, la quasi-certitude d’un progrès s’est peu à peu effacée devant l’évidence d’une régression sociale, écologique, morale et politique, la « Grande Régression « qu’il est temps de nommer et de se représenter pour pouvoir la combattre. »

Sous le nom de «Grande Régression», Jacques Généreux caractérise, un moment charnière de l’histoire moderne, qui s’étend des années 1980 à nos jours. La grande régression c’est « le moment où, à rebours de ce qu’avaient jusqu’alors entrepris toutes les sociétés (primitives, traditionnelles ou modernes), on a commencé d’abolir les limites territoriales, politiques et morales qui limitaient le mobile de l’intérêt personnel et le pouvoir de l’argent. » Cette bifurcation de la civilisation commence avec la victoire des néolibéraux qui livrent le monde à la libre compétition des intérêts et au pouvoir exorbitant des gestionnaires de capitaux. Elle se poursuit par un vaste mouvement réactionnaire qui répond au désordre économique, social et moral engendré par le néolibéralisme. La mondialisation du « modèle » néolibéral était censée diffuser partout les acquis de la modernité occidentale. En réalité elle déconstruit ces acquis dans le monde occidental lui-même. « La promesse du progrès s’évapore dans l’autodestruction du système économique et le saccage des écosystèmes ; la cohésion sociale se dissout dans le culte du chacun pour soi, le communautarisme, l’incivilité, la ghettoïsation ; l’État de droit s’efface devant l’État privatisé au service d’intérêts particuliers ; la démocratie recule au profit d’un soft fascisme mêlant des politiques sécuritaires liberticides, le mépris du suffrage populaire, la manipulation de l’opinion, le gouvernement par la peur, etc.; pour finir, l’obscurantisme, l’addiction aux marchandises ou encore la soumission des travailleurs progressent plus sûrement que l’autonomie des individus. » Jacques Généreux montre comment ces  aspects si divers d’une crise de civilisation « font système ».  « Après la Grande Régression, pourrait donc advenir une « Nouvelle Renaissance ». La seule question est de savoir si, pour cela, il nous faudra d’abord aller au bout de la régression, jusqu’à l’effondrement, ou « si des forces politiques authentiquement progressistes pourront opérer à temps la bifurcation démocratique qui nous sortira de la « dissociété de marché » pour renouer avec le progrès humain ».

J’ai cessé de consulter mes alertes. Les quarante secondes à propos de Pujadas déchainent une hystérie pitoyable des gros bonnets des médias. C’est à peine croyable. En même temps, à la base, techniciens, cadreurs, pigistes, cdd, intermittents du spectacle, maquilleuses, personnel de sécurité, administratifs, en nombre croissant expriment leur sympathie et renseignent nos militants. J’avais dit que nous ferons la révolution citoyenne dans les médias. J’estime que nous avons commencé à en réunir une condition de base : faire craquer la banquise de la résignation des petits, augmenter leur confiance en eux et stimuler leur détestation des chefs arrogants et méprisants qui les dominent et les humilient. Je vois mieux maintenant par quel bout continuer la tâche pour faire avancer l’idée qu’il est possible de réussir la libération des médias. Comme je ne veux ni lasser ni répéter ce qui est dit mieux par d’autres que moi, je vous recommande la lecture de la note de mon ami Alexis Corbière sur le harcèlement dont je fais l’objet. Et je donne un lien pour lire une récapitulation faites sur le site du « Point » des commentaires qui me peignent soit en bête soit en ange qui m’a bien fait grincer des dents et sourire. Le pire c'était cette perruche de Laurence Ferrari pérorant que je n'ai "ni idée, ni programme" et donc que je voulais juste qu'on parle de moi. Mais c'est elle qui en parlait! Et qui aurait osé lui dire, sur ce plateau de fruits de mer, que, précisément, le livre que je viens de publier en est un, à sa façon, et que de toutes façons j'en ai déjà écrit dix autres, des livres, et quelques milliers de pages de blog! On me dira d'accord mais il n'y a avait aucune page à colorier dedans. Je le reconnais. Et ce n'est pas écrit en corps 92 comme sur un prompteur. Tout s'explique! J'ai lu dans Médiapart la réponse que j'aurai aimé faire: "ils creusent….ils vont bientôt trouver du pétrole".


167 commentaires à “On suit la consigne syndicale : on ne lâche rien”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. CLAUDIE dit :

    Camarade Jean-Luc, laisse aboyer la meute, elle essaie de "crever la bête" : toi, pour t'abattre. C'est à nous qui te lisons et te connaissons par tes écrits et tes participations à divers meetings et débats, c'est à nous de faire circuler la vérité.
    Si tu déranges autant, c'est que tu es apprécié de tous ceux qui sont encore debout.
    Bravo aussi à J.Généreux, ce matin sur France Culture.

  2. VERGNES dit :

    Des manifs massives à répétition, un gouvernement qui reste droit dans ses bottes et un Parlement qui continue le fondement confortablement installé sur du velours rouge quand la population bat le pavé.

    Des directions syndicales qui s’enorgueillissent du soutien populaire, alors que ce devrait être le contraire, à savoir que ce sont les directions syndicales qui devraient soutenir l’action déterminée de ceux qui savent que seul le blocage du pays peut faire reculer ce gouvernement.

    La mobilisation et le soutien populaire est massif, mais les directions syndicales semblent ne pas quoi savoir en faire et n’ont de cesse de proclamer qu’elles n’appellent pas à la grève générale parce que c’est dur financièrement pour les salariés, et qu’elles laissent les salariés décider de leurs modes d’actions.

    Aujourd’hui ce sont les salariés des secteurs énergie et transport qui sont le fer de lance pour bloquer l’économie et faire reculer le gouvernement.
    C’est une grève par procuration, dans la mesure où tout le monde ne peut pas faire grève.
    Ce serait la moindre des choses que ce soit les directions syndicales qui lancent un appel national à la solidarité financière avec ceux qui paient de leur personne et de leur porte-monnaie.

    Un tel appel serait non seulement un soutien financier concret aux grévistes, mais serait la démonstration concrète du soutien populaire et de la volonté des directions syndicales de gagner ce bras de fer sur le long terme avec le gouvernement en soutenant ceux qui de par leur secteur d’activité peuvent effectivement bloquer la machine.

    Il ne me semble pas avoir encore entendu les directions syndicales évoquer ce mode d’action.
    Pourquoi ?

    Il y a des moments dans l’Histoire du mouvement social, où il faut savoir sortir des chemins battus. La lutte de classe ce n’est pas un long fleuve tranquille, nos anciens l’ont montré et soyons à la hauteur des luttes qu’ils ont mené et dont nous profitons encore un peu maintenant, car demain il nous faudra reconquérir toutes les avancées sociales grignotées chaque jour. On ne peut se permettre une nouvelle reculade, ce serait insulter nos anciens.
    Et aujourd’hui, à moins qu’elles ne changent de cap, on ne peut se contenter de suivre les directions syndicales majoritaires (à ne pas assimiler aux syndicalistes sur le terrain)

  3. TCHOO dit :

    Je viens d'apprendre/voir que vous vous en prenez encore à un journaliste (cette fois-ci de Canal+)
    Décidément vous êtes incorrigible, garnement!

  4. PORTELLA dit :

    "Ils creusent, ils creusent...ils vont finir par trouver du pétrole". Soit. Mais que vont-ils en faire puisque les raffineries sont à l'arrêt et que les dépôts fonctionnent en pointillés ! Ce week-end, ils étaient partout. Tous les ministres sont montés au front dans les médias, TOUS les médias pour dire ceci : " il n'y aura pas, il n'y aura jamais de pénurie d'essence en France". 24 heures plus tard, Brice Firewall monte dans l'urgence une cellule de crise ! Comme disait Christophe Aleveque : "on se doutait qu'ils nous prenaient pour des cons, mais là, on en est sûr !"
    J'habite un petit village dans l'Isère, autour de moi, personne ne parvient à trouver de l'essence, à moins de parcourir parfois des dizaine de kilomètres; la Bretagne est à sec, l'Ile de France, pas loin, etc, etc...mais à part cela, il n'y a pas de pénurie...
    Allez, camarades, tenez bon.
    Post scriptum : Jean-Luc, je me suis encore engueulé avec des gens et des amis ce week-end à cause de toi. Si je continue à te défendre bec et ongles, je vais me retrouver seul ! Tiens bon toi aussi. Bon courage.

  5. Michel matain dit :

    102
    PORTELLA dit:
    Post scriptum : Jean-Luc, je me suis encore engueulé avec des gens et des amis ce week-end à cause de toi. Si je continue à te défendre bec et ongles, je vais me retrouver seul !

    Sur ce blog on n'entend d'habitude que le choeur du fan club du candidat Mélenchon. Mais quand on a un entourage qui n'est pas composé que de militants PG, on a un autre son de cloche, Mélenchon n'est plus forcément vu comme le sauveur suprême. J'ai l'impression que ce blog ne reflète pas la réalité des discussions que j'ai autour de moi. Le candidat Mélenchon ne passe pas bien partout et un certain nombre de gens, y compris des électeurs Front de Gauche, ne sont pas forcément bouche bée devant les interventions du leader maximo. Je rejoins l'intervention de Langue Rouge dont je regretterai l'absence.

    En ce qui me concerne, je m'engage à voter pour le candidat du Front de gauche quelqu'il soit et à faire voter pour lui. Quelqu'il soit : y compris Mélenchon. J'aimerai que Jean-Luc Mélenchon comme André Chassaigne annonce qu'il soutiendra le candidat du Front de Gauche, même si ce n'est pas lui qui est désigné.

    En attendant la présidentielle, à demain à la manif !

  6. izarn dit :

    Que pensez vous de Cohn Bendit qui voudrait arreter la greve et faire une "Grenelle" des gauches pour 2012?
    Je manque d'argumentations... Mais on dirait qu'il encore plus à droite que le PS. Il veut faut un pont avec Bayrou? Il obéit à l'Europe du TCE de la "libre circulations des biens" "de la concurrence libre et non faussée" avec la Roumanie et la Pologne et les paradis fiscaux que sont Malte, Luxembourg, Jersey en Europe?
    Il a peur que l'Europe explose? Que ça donne des idées aux espagnols et aux grecs?
    Bref c'est une torpille du GIEC qui diviser la bio diversité en part de marché? La Green economy?
    Qu'en pense Jean Luc Mélénchon?

  7. Anne dit :

    Ah enfin un homme politique de gauche avec des idées, un programme, des poings sur la table ; qui a l’art de moucher (Aphatie par exemple) avec pertinence et humour, qui a l’art de convaincre et de réveiller, de redonner l’envie d’y croire, de se battre.Je vous suis et vais essayer (essayer car j'ai pas votre art) de convaincre tout ceux à qui j'en parle et j'en parle à tout le monde !
    Bon courage face à la meute déchainée car paniquée.

  8. Saulcy dit :

    Si J. Luc s'abonne à Médiapart parce qu'il constate que ce média fait un boulot d’investigation et nous fournit des outils, il va y avoir un problème car Mediapart n'a vu que 80 000 manifestants Jeudi dernier à la place des 300 000 annoncés par les syndicats. D'ici à ce que Médiapart nous dise qu'à part les militants, les manifestations ne regroupent pas grand monde.....

  9. Didier dit :

    Bonjour Mr Mélenchon,

    Votre note est particulièrement intéressante ! C'est de l'éducation que vous faites là ! Bravo ! J'ai lu avec intérêt ce que vous dites de "la grande dépression", votre compte rendu de manif, et les perspectives d'avenir que vous donnez. Quant à l'affaire Pujadas, ne vous en faites pas ! J'aime votre franc parler qui dénote tant d'une classe politique policée qui ment au peuple depuis des années. Et vous n'êtes pas le seul à dénoncer la collusion des médias et des politiques. Néanmoins je ne comprends pas pourquoi vous voulez associer la France économiquement à la Chine qui travaille pour le grandes multinationales de ce monde et qui ne respecte ni de pres ni de loin le droit des travailleurs ni les droits de l'homme.

  10. Delbrayelle Gilbert dit :

    Y a t-il eu au sénat un amendement similaire au 249 de l'assemblée ?

  11. Pierre66 dit :

    Entendu au journal de TF1: selon Fillon, taxer le capital pour financer les retraites relève de l'escroquerie.
    Et bien mes camarades, ces gens-là sont capables de tout... surtout du pire !

    Demain tous à la manif !
    Hauts les coeurs !

  12. jean-louis dit :

    Plutôt qu'un grenelle des retraites, ce sont les états généraux à gauche qu'il faudrait organiser, pour qu'un projet commun, qui vienne d'en bas, rassemble toutes les gauches. A défaut d'un dessein commun, soyez en sûr, nos divisions feront le bonheur des droites. Que diriez-vous d'un deuxième tour entre Sarkozy et Le Pen ?

  13. bastille dit :

    D’un côté, la mansuétude pour les provocateurs dont vous parlez, de l’autre la violence policière à l’égard des lycéens qui manifestent contre la réforme. Protégeons ces derniers.
    Sarkozy qui a torpillé Chirac et Villepin lors de la bataille du CPE (divergence d’ambition, non de fond, il s’était, au départ prononcé pour) sait très bien ou le mènerait une défaite sur les retraites. Comme les deux précédents, il serait condamné à l’impuissance le reste de son mandat et au même discrédit politique. De plus, il serait difficile, quelque soit le gouvernement qui lui succéderait de faire passer un projet similaire (l’échec gouvernemental de 1995 a fermé jusqu’en 2003 la « réforme » des retraites des fonctionnaires).
    C’est pourquoi, il ne peut que s’accrocher bec et ongles à son projet. Il va tenter d’aller jusqu’au bout d’où la violence et les provocations. Soyons calmes et déterminés.
    De ce point de vue, les manifestations, même bi-hebdomadaires suffiront elles ? En attendant, le « débat » parlementaire avance et se dirige vers sa conclusion plus que prévisible.
    Un nombre croissant de syndicats propose la grève reconductible. L’idée de la montée en masse devant l’Assemblée Nationale reste aussi d’actualité.
    Ne peut-on pas dire que : « Désormais, quand il y a une grève en France, seul le sommet de l’état fait mine de ne pas s’en apercevoir » ?

  14. michel82 dit :

    Cela me conforte dans le seul point de désaccord que j'ai avec vous (on ne peut pas être d'accord sur tout), la révolution par les urnes. Désolé, on ne lutte pas contre la mafia avec des bulletins de vote, allez expliquer ça aux calabrais ou aux napolitains pour les faire rire ou les terroriser. On a voté contre le traité européen et on nous a refilé le traité de Lisbonne, les irlandais avaient voté contre, on les a fait revoter, chaque fois qu'une loi UMP est refusée à l'assemblée on la fait revoter. Maintenant il faut refuser le marché de dupe, et prendre, sans autorisation, par la force s'il le faut car il n'y a plus aucun autre moyen.

  15. orero ramon82 dit :

    @michel82
    Peut-être au PG local ? A bientôt donc. Et demain à la manif !
    Ce qui nous coûté fort cher, c'est la confiance faite à nos élus PS qui on trahi le mandat dont ils étaient dépositaires. J'ai retenu la leçon et ne suis pas prêt d'y revenir !
    La révolution citoyenne ne peut passer que par les urnes et je crois que les conditions pour qu'il en soit ainsi commencent à poindre dans le pays. Il faut continuer le travail de sape entrepris et chercher à convaincre par la démonstration, du bien fondé de nos propositions.Dans le contexte actuel, le vote est le geste de rupture qu'il nous faut accomplir dès la première échéance électorale, et pour certains il s'agira de la première manifestation d'une violence trop longtemps contenue mais dont les prémices sont de plus en plus visibles. Les actes extrêmes, et aventureux, proposés par certains, ne sauraient dans notre pays, entrainer l'adhésion du plus grand nombre. Bien au contraire, elles produiraient le contraire de l'objectif poursuivi. Souvenons-nous de l'assemblée élue au lendemain de mai 68 !

  16. cristof dit :

    Bravo Jean-Luc de nous redonner un peu d'espoir...
    Je vous suis de près depuis un peu plus d'un an : vous m'avez convaincu !
    Je voterais pour vous si vous êtes candidat en 2012, et je l'espère vivement...
    en attendant, j'attends votre livre impatiemment (commandé), et milite pour votre cause dés que c'est possible...
    Vous êtes le leader qu'il nous manquait, enfin !

  17. Hohenheim dit :

    http://blog.mondediplo.net/2010-10-18-Les-politiques-nouveaux-critiques-des-medias

    Le diplo défend Mr Mélenchon. Comme quoi... Encore un journal auquel il faut s'abonner: très engagé, nous imposant parfois quoi penser, mais foutrement bien argumenter et bien sourcer.

  18. BA dit :

    Mardi 19 octobre 2010 :

    La France au bord de la rupture.

    « Cette réforme est essentielle, la France s'y est engagée, la France la mettra en œuvre ». La parole ne peut pas venir de plus haut. Elle est signée Nicolas Sarkozy. Après François Fillon, dimanche soir, le chef de l'Etat a donc porté l'estocade, hier soir, à cette France qui défilera aujourd'hui pour la sixième fois depuis le mois de Septembre.

    Attention à la panne d'essence.

    Face à cette posture inflexible, le conflit sur les retraites, lui, est monté d'un cran hier. Les routiers sont passés à l'offensive avec des opérations escargots et des blocages de dépôts pétroliers, ravivant la crainte d'une pénurie d'essence avec 3500 stations-service à sec.

    http://www.leprogres.fr/fr/france-monde/article/3997196/La-France-au-bord-de-la-rupture.html

  19. AG91 dit :

    Meeting hier soir enthousiasmant, la grande famille de la vraie gauche qui se reconstitue, avec parfois les mêmes et puis des plus jeunes, de plus neufs dans le combat politique, de la fraicheur... le Peuple en marche ?
    Là est mon questionnement, ceux qui assistaient au meeting hier soir sont ils le peuple, celui au nom duquel Jean-Luc Mélenchon et ses amis s'expriment, sommes nous donc le peuple nous cadres, enseignants, élus, représentants d'organisations syndicales ou autre, nous sommes le peuple et l'élite, mais attention à ne pas devenir l'élite au dessus du peuple comme cela se voit tant chez les politiciens, là est peut être le vrai danger populiste non ?
    J'aimerai bien approfondir cela, et je me demande si hier soir place de la République il y a avait les gens de peu, les ouvriers, les employés, les chômeurs en fin de droit etc... et si ils reprennent espoir de reprendre en main l'espace politique et social.
    Et puis aussi sur la notion de patrie évoquée par Jean-Luc Mélenchon dans son discours, est ce la patrie du travail famille patrie, dans ce cas ça me fait peur ou est ce l'espace républicain français inscrit dans l'internationale des peuples et des cultures ?
    A vous lire sur ces sujets mais après la manif,
    On ne doit rien lâcher sur les retraites sinon demain sera un cauchemar sans école publique digne de ce nom, sans sécurité sociale (et pas assurance maladie), tous ensemble.

  20. davi dit :

    http://www.mediapart.fr/club/blog/hendrik%20davi

    Si la gauche réellement de gauche prenait réellement ces responsabilités, Pierre Laurent, Olivier Besancenot et Jean Luc Mélenchon organiserait un meeting samedi prochain à Paris dans un stade et proposerait des élections générales, un candidat commun avec comme mandat l’organisation de débats pour une nouvelle constituante…. On a le droit de rêver. Mais ce schéma est celui qu’on suivit les boliviens, il y a quelques années de cela…

  21. philippe dit :

    Mes enfants lycéens manifestent, du coup je m'inquiète un peu, mais je suis fier.
    Moins joli ces courriers méprisants que m'envoie leur proviseur. Je tape l'introduction sur google et je réalise que c'est du penser pré mâché qui vient de la hiérarchie. Comme c'est petit!
    http://www.neoprofs.org/actualites-f5/a-la-demande-du-ministre-les-proviseurs-ecrivent-aux-parents-d-eleves-pour-couper-court-aux-manifestations-t26040.htm

  22. serge dit :

    bonjour
    devant l'abandon des français par le couple fillon Sarkozy, il y a maintenant une altérnative très claire! le front de gauche.
    personnellement et depuis la dernière consultation éléctorale, je me rends compte que j'ai fait le bon choix !
    le Front de gauche et au coté des français d'en bas ! l'ump est basé au fouquet et le PS se cherche encore (peux être du coté du FMI !)
    bonne journée et la lutte nous soude.

  23. peteuil dit :

    les yeux enfin ouverts
    Mardi 19 octobre, 2010

    C'est quand même une belle période. De l'affaire Woerth-Bettencourt, bien orchestrée dans sa sortie (merci Edwy Penel), dézingant le fringant ministre des retraites en exhibant ses dessous d'argent (femme, et chevaux), puis la honteuse expulsion des Roms pour tenter de faire oublier la couleuvre, manoeuvre devenue serpent qui revient piquer celui qui l'a lâché (les gens n'ont pas cautionner l'écrabouillement des cabanes et le renvoi à pire de ceux qui n'ont RIEN), et enfin la belle jeunesse crieuse sortie des lycées, qui non, ne va pas soutenir ceux qui veulent les “sauver”, n'approuvent pas que leurs parents se tuent au travail pendant qu'eux-mêmes n'ont pas d'autres perspectives que Pôle-emploi, ne veulent pas de tout ça. Cette poudre aux yeux enfin tombée, alors que crève enfin l'écran qui cachait les privilégiés, les 1% confisquant… 10% des richesses.

    Il ne s'agit plus des montants des retraites. Il s'agit du bonheur d'être en retraite. Tous aspirent à peut-être moins, mais mieux. La retraite, et encore la force pour en profiter.

    Les autres pays font autrement? Et alors? La France a seule coupée la tête au roi.

    La jubilation de voir l'intelligence stratégique: les quelques centaines employés des raffineries qui BLOQUENT TOUT! La solidarité autour, pour que tiennent ceux-là, les chaînes humaines, les soutiens.

    Encore un autre retournement: les trains roulent, les métros, les bus, à cause des réquisitions. Les transports des petits, des travailleux, des sans-grade. L'essence, ceux-là peuvent s'en passer encore quelques temps. Rêvons: peut-être même que quand les mamouths de la distribution seront stoppés, on retrouvera à manger et à boire à côté, les producteurs locaux, avec les champignons des bois. Et m**** pour TOTAL.

    Vive le débordement par la base! Les syndicats, les pleutres mous, qui veulent ranger les banderoles en attendant 2012, ouh!

  24. petit chouk dit :

    j'aime bien ce commentaire vu sur le lien de libé "JL Mélenchon est... un diamant brut. A nous de le polir"

    oui çà résume bien la situation, Mélenchon est une personnalité rare dans l'arène politique, ses discours et réactions ne laissent jamais personne indifférent et des fois suscite la polémique, mais la bonne polémique, celle qui emmène les français à réfléchir. Ca change des discours traditionnel du genre "il faut dire la vérité aux français..." Et ce qui fait le plus de tort aux autres c'est qu'il a un programme (contrairement à ce que peut dire Mme Ferrari, alors qu'Arlette chabot tenait le livre de Mélenchon dans ses mains avec les axes du programme...)

    continuez M. Mélenchon à nous nourrir de vos réactions et de vos éclaircissements

  25. izarn dit :

    Pour ceux qui croient encore que la réforme des retraites est "essentielle" voici:
    http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2010/10/retraites-le-ratio-caché-de-léquation.html
    En fait le raisonnement est le suivant:
    Un actif finance les retraités oui mais aussi les jeunes et leur éducation.
    Comme il y a moins de jeunes et plus de retraités cela compense:

    "Son évolution est bien moins forte – quatre fois moins précisément - que celle du ratio de dépendance vieillesse :+ 13,5 % en 40 ans (soit seulement 0,3 % par an). Tout simplement parce que l’augmentation de la proportion de personnes âgées sera, en partie, compensée par la diminution de la proportion de jeunes. Et, contrairement à une idée reçue, le coût «d’entretien» des personnes âgées n’est pas plus élevé que celui des jeunes»

  26. le Prolo (PG 01) dit :

    Nous sommes tous des marins !

    Entendu aujourd'hui au journal de 13h sur France2:
    Woerth a accepté que la retraite des marins soit maintenue à 55 ans et sans décote.

  27. Lullushu dit :

    Au passage à propos de cette vidéo sur Pujadas, je ne sais pas si vous vous souvenez, mais lui même alors qu'il était filmé réagissait à la vision de la retransmission en direct des évènements du 11 septembre en s'écriant "Ouah Génial!", et l'un de ses collègues de rajouter cyniquement « Là, c’est mieux que le Concorde quand même, on est battu là ! »
    Entre une supposée insulte, et le fait de fouler aux pieds la vie de 3000 personnes je ne sais pas ce qui est le plus condamnable...
    Alors au lieu de faire tout un pataquès de cette histoire certains journalistes feraient mieux de balayer devant leur porte.

  28. orero ramon82 dit :

    Sans le dire, ils reculent: malgré leur rigidité de façade des fissures apparaissent dans leur dispositif pour bien sûr diviser le front de la contestation !
    Et qu'est-ce qu'ils ont fait les marins de Marseille? Ils ont arrêté la grève....
    Et bien Non, on est pas tous marins, fort heureusement: la solidarité existe encore comme cela se voit dans la composition des manifs. Alors, oui à une caisse de solidarité pour aider les plus démunis en grève et oui à une grosse montée sur Paris, sans plus attendre !

  29. Jean Claude dit :

    Bonjour

    Que pensez vous de ce montage vidéo ? Zapping sur les retraites avec Mélenchon
    http://www.dailymotion.com/video/xf6j9r_zapping-sur-les-retraites-avec-mele_news
    C'est un lecteur qui a envoyé le lien, et sans être pro-Mélenchon, je la trouve plutôt bien argumentée...
    Mais à travers cette démonstration ma seconde question est la suivante : stop ou encore ?
    Merci

  30. Ne rien lacher...
    Hier opération escargot dans la zone de Brive est, puis rassemblement en ville, ce matin, blocage du dépôt pétrolier de Brive, à 10h manif... 19 000 personnes sous une pluie battante... et on continue...
    la fatigue s'installe, mais la détermination est plus présente chaque jour...

  31. anarchaste dit :

    Que choisir ?

    Oui que choisir ? Les meilleurs ? Non … les moins exécrables.

    Seraient-ce les vils sectateurs de « l’Argent-Produit » qui rapporte bien plus que le produit du travail ?
    Ceux des bonus, des traders, des Bettencourt, des paradis fiscaux ?

    Ou ceux, perfides qui, pour des fins politiques, manipulent les Enfants en agitant le chiffon rouge d’une éventuelle atteinte à une lointaine retraite alors que, bien au contraire, le vrai problème de la jeunesse sera celui de trouver du travail. (1)
    Ceux, qui fondent le bonheur des jeunes sur la vieillesse, le moment du camping-car, de la chimio gratuite et de la maison de retraite plutôt que sur l’amour, la santé, le rire et le travail commettent une mauvaise action.
    Non les Enfants, on vous ment : la retraite n’est pas une victoire, c’est une défaite, Personne ne peut dire à quel âge vous prendrez la vôtre dans 40ans. Que d’événements dans le Monde, que de gouvernements passeront.
    Alors je vous dis : Si vous devez protester, faites le pour lutter contre un Capitalisme féroce, faites le pour plus d’égalité, faites-le au nom de votre droit à une existence agréable, d’un travail plaisant et rémunérateur qui vous permettra de lutiner les filles ou d’affoler les garçons et de boire un coup, au moins tant que la nature vous en donnera le temps.

    1) Moins de chômeurs et le problème des retraites serait quasiment résolu.

  32. bernard dit :

    Ce matin j'étais à la manif à Rouen,les cris changent, au delà du problème des retraites, c'est tout le système capitaliste qui est remis en cause, l'abandon de l'Etat Providence au profit des intérêts particuliers, les médias restent campés sur le thème "la réforme voulue est pédagogiquement juste : il faudra bien passer par là"
    Jean-Luc Mélenchon continue, je suis derrière toi et avec toi.

  33. le Prolo (PG 01) dit :

    A mon humble il serait temps maintenant de commencer à étendre les mots d'ordre au-delà de la contre-réforme des retraites.

    Pour ne pas s'enfermer dans un seul sujet.
    Les retraites ne sont qu'une partie du problème, et si l'on gagne ce ne sera pas la fin du combat.

    Il y a encore des gens (très bien...) qui se laissent avoir par ex. par l'argument de la démographie, et qui restent indécis et ne s'engagent donc pas dans le combat actuel.
    Mais qui par contre commencent à comprendre tout ce qui cloche dans le système économique et politique en général : corruption, avantages pour les plus riches, licenciements boursiers, système vicié dans son principe même, etc...
    On peut continuer à leur expliquer le problème des retraites, mais on peut aussi les mobiliser sur d'autres sujets.
    Histoire de donner un second souffle à la contestation, et de l'élargir.

  34. LENAIK dit :

    Je suis étonnée, vous ne faites aucun commentaires sur ce que "trame" guillaume sarkosy concernant la création et la validation dès janvier 2011 de boîtes privées pour cotiser des assurances retraites.
    donc ya intérêt à pas lâcher le mouvement ! ces salauds veulent notre peau et foutre en l'air tous nos acquis

  35. Buigues dit :

    Une bonne idée qu'il faut absolument reprendre dans l'argumentaire, c'est de faire payer l'impôt sur le revenu aux français résidant à l'étranger. Ils ont fait leurs études en France, et y reviennent lorsqu'ils se font soigner, il est donc logique qu'ils s'acquittent chez nous de l'impôt sur leurs revenus. Qu'ils soient en Suisse en Belgique ou à Monaco, ils sont français, ils payent. Un autre pays fait cela, et une fois n'est pas coutume on peut suivre leur exemple, c'est les Etats Unis, et oui. Cette idée je l'ai piochée, une fois n'est pas coutume, chez un socialiste, Jérôme Cahuzac. Je la trouve géniale, il faut la reprendre à notre compte, l'inscrire au programme du front de gauche, à chaque fois que j'en parle tout le monde est d'accord.
    Voilà j'espère que ce sera entendu.
    Mig du 47

  36. tchoo dit :

    Certains dénient aux lycéens et étudiants la légitimité de manifester sous prétexte qu'ils ne prendront la retraite que dans 50 ans, et donc que personne ne sait où nous en serons à ce moment là.
    Cela n'empêche pas tous les médias de relater à l'envie toutes les prévisions du COR, dont le fameux déficit de 2 500 milliards en 2050.
    Mais peut-être que nous sommes capables de faire des prévisions fiables à 40 ans, mais plus à 50 ans.

  37. mimike dit :

    Quelques mots concernant les "casseurs", mots que m'autorise mon expérience d'enseignant en Lycée Professionnel, pour le compte d'un bon tiers d'élèves venant tout droit des quartiers dont la politique nationale a cessé de se préoccuper (en bien) et qui constituent la "bombe" dont Sarkozy veut se servir.
    Devant mon établissement, M6 est venu filmer mercredi 13/10 les violences de ces"gamins", et comme ceux-ci n'étaient pas très violents, ils ont promené leur micro, sans enregistrer, en leur indiquant que vraiment "ils n'étaient pas violents". Aussitôt, l'un d'eux s'est saisi d'un gros caillou et a explosé les vitres de l'abri bus voisin. L'interview n'est pas passée à la télé. Le geste, lui, a bien été diffusé, permettant à l'un de ces "gamins" de devenir enfin quelqu'un.
    Comme la police avait accouru en nombre (on ne sait pourquoi), flash ball, matraques et compagnie s'en sont mêlés et les gentils gamins sont devenus de dangereux terroristes.
    Ce sont ces mêmes "gamins", laissés pour compte de la société et menant leur économie parallèle que l'on retrouve autour des manifs, jetant des cailloux, brûlant poubelles et voitures, faisant des doigts d'honneur à la société qui se moque d'eux et les montre enfin.
    Le pouvoir capitaliste n'a pas besoin de payer les provocateurs pour discréditer la volonté du peuple. Il les a en stock et gratis.
    Allez Jean-Luc, la route est longue pour que s'étale la vérité! Toujours à tes côtés!
    Michel, PG32

  38. jorie dit :

    AlG91 et LENAIK. Mélenchon parle de "patrie républicaine", c'est à dire, une reprise en main de son destin par le peuple français, pas par une élite autocrate, en instituant toutes sortes de contrôles démocratiques de l'activité politique, pour remettre la population aux "affaires". La notion de 6e république,n'est pas un leurre. La république française, s'appuyant sur la laïcité, la solidarité et la fraternité, doit reprendre la main sur l'activité bancaire, relancer une économie non spéculative, procéder à la mutation écologique de nos modes de production et de consommation, récupérer les entreprises privatisées dans le secteur public,dès lors qu'elles concernent l'intérêt général (eau, énergie, transports), soutenir la production industrielle et agricole de proximité, récupérer une autonomie par rapport aux diktats de l'europe libérale, négocier avec l'europe les points chauds qui nous concernent directement. Libérer égalemenet les médias de l'emprise des groupes financiers. Notre pays est riche de savoirs, de capacités,ce potentiel sera mis au service de l'intérêt général et non privatisé comme il l'est actuellement. AG91 si tu veux en savoir davantage, il serait intéressant que tu lises M.Généraux (la grande régression) et Mélenchon (2 livres importants que tu vois sur son blog). Nous avions perdu confiance en la possibilité d'agir, de réagir, de refaire de la politique dans le monde qui nous entoure et dans cette économie mondialisée qui écrase tout le monde. Aie confiance.

  39. le niglo dit :

    Bonsoir à tous de l'Aveyron,
    Cet après midi nous étions 1000 à Saint Affrique- record égalé.
    Nous avons décidé avec le collectif syndical et politique de relancer le secours rouge. Nous espérons pouvoir soutenir 100 grévistes sur la région Midi Pyrénées.
    Cet objectif a deux détentes : la première aide et soutien aux camarades en grève. La seconde montrer au pouvoir en place que la solidarité ouvrière n'est pas morte et que nous partons pour un long chemin.
    N'hésitez pas à nous copier.
    Le niglo

  40. Nicolas B. dit :

    Meeting de Paris du 18 octobre :
    J'espère que nous aurons les images par la télé de Gauche, j'ai cherché sur le web, aucune images à ce jour. Seulement une dépêche AFP correcte, reprise plusieurs fois quand même.
    Est il compliqué de diffuser sur le net ou autre le prochain meeting du PG, pour avoir un lien en direct et "participer" en nombre à travers la toile ?
    La salle était trop petite, c'est encourageant, continuons!

  41. jean ai marre dit :

    @ 135 Le prolo,

    Partageant ton humble,,. oui, il serait pertinent de regarder au delà de la mêlée, ne pas focaliser seulement sur la réforme des retraites.
    Devant les difficultés de maintenir les grèves générales, (à cause de la perte de salaire) il serait astucieux de penser à développer des actions de classe en se mobilisant contre les attaques sociales et mettre en évidence l'attitude inqualifiable, pleine de suffisance et arrogante du pouvoir en place,
    Initiative de solidarité, guérilla sociale et citoyenne,

    Un grand rassemblement à Paris, en trains spéciaux serait un événement de masse marquant la solidarité entre tous,
    Retirer l'argent de la banque et régler les achats en liquide, ne laisser sur les comptes que les traites prélevées automatiquement.

  42. petit chouk dit :

    C'est bon le gouvernement commence à lâcher un peu de mou... pour que le mouvement se réduise!

    "les marins de la Société Nationale Corse-Mediterrannée (SNCM) auraient cessé leur mouvement parce que le gouvernement leur a garanti que personne ne toucherait à leur régime spécial de retraite. En fait, l'annonce avait été faite dès dimanche soir."
    http://www.dailymotion.com/video/xfa0os_retraites-les-marins-rassures-sur-l_news

  43. Georges dit :

    A lyon Aujourd'hui, impossible de se tromper d'itinéraire sur le parcours de la Manif les voies perdendicuaires étaient barrées par des flics, nous étions 50 000 selon les syndicats je pense beaucoup plus en fait la plus grosse manif depuis le début du refus du projet de loi de Sarko. Quand on est dans la manif, on ne sait pas ce qui se passe ailleurs, les casseurs ont cassé comme à l'habitude, "dis moi à qui cela protfite et je te dirai qui les commande". Le plus intéressant c'est que le PS était absent ou presque, encore plus intéressant avec mon petit livre " Qu'ils s'en aillent tous" en vantant le livre jai pu constater que Jean Luc Mélenchon monte très fort dans les sondages, Généreux aussi, qui a marqué gros dans sa dernière Radio.
    Amitiées citoyennement Révolutionnaires et bien entendu Partisanes.
    RG

  44. Toto dit :

    Pas de Grand Journal finalement ! Zut...
    Est-ce qu'il existe une caisse de grève au niveau national ?

  45. Lulu dit :

    Les Grecs nous scrutent, les Espagnols nous envient, les Portugais prennent des notes et les Irlandais ne savent plus ou ils habitent.

    Prochaine étape à moyen terme : internationalisation de la lutte.

  46. Catherine Jouanneau dit :

    Pour envoyer des sous aux grévistes de la raffinerie de Grandpuits (77), voir le lien là :
    http://www.raffineriegrandpuits.fr/

  47. clama dit :

    Dans une manif d'hier.
    Lundi déjà !

    Blocage d'une route dans ma région. Je ne donne pas de détails pour ne pas porter tord au personnes que j'ai rencontré.
    Je me trouve donc hier face à un barrage de manifestants.
    Quelques policiers essayaient de réguler le "problème"... ils ont très bien fait leur travail, à effectif réduit.
    Des personnes bloquées par la manif ont commencé à réagir vivement, en criant par exemple "vous n'êtes qu'une bande de trou du cul qui ne veulent pas travailler".
    Il y a eu d'autre formules verbales provocatrices.
    La première personne qui a répondu à ces mots à été un fonctionnaire de police qui lui a répondu directement "Mais Monsieur il défendent leur retraite"...
    Il se trouve que j'étais en première ligne avec les fonctionnaires de police : discussion, aparté...
    "nous nous ne pouvons pas manifester, nous n'avons même pas de le droit de prendre des vacances. etc etc..."

    Sans commentaires, c'est du vécu.

  48. Pierre66 dit :

    Bonsoir camarades,
    à Perpignan, après cinq manifs à 15 000, la sixième était à 25000 !
    En allumant le petit écran, on entend les officiels nous dirent qu'il y avait un peu moins de monde, les reportages sur les casseurs passent en boucle, et on entend des gens se plaindre de la pénurie d'essence.
    L'oligarchie que nous exécrons tient en laisse les medias. Peuvent-ils faire les autruches encore longtemps ?


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive