23sept 10

Manifestations, banques, Pakistan, duo

Le lendemain du succès

Ce billet a été lu 14 031 fois.

J’ écris en vitesse, retour de la manifestation à Paris. Elle a coulé sur deux parcours sans cesse de quatorze heures à dix huit heures. Les trois prochains jours je ne devrais pas approcher un clavier pour cause de nomadisme intense dans le pays. Je note à la volée donc, après avoir lu les commentaires précédents. Je vous signale notamment que la campagne pour un référendum sur les retraites est dorénavant bien engagée avec l'appel publié cette semaine par Politis. Sur le bord de la manifestation des centaines de gens sont venus me toucher la main et cela m’a beaucoup ému et encouragé. Je voyais bien toutes ces corporations en rangs serrés et les visages mi amusés dans le cortège mi concentrés. La manifestation était ardente. Et sur mon trottoir, au premier rang d’un des six points fixes parisiens du Parti de Gauche, j’analysais en même temps que je bavardais avec les uns et les autres et qu’on m’informait de choses et d’autres. Quoi par exemple ? Le vote des élus de notre Parti au conseil de Paris. On m’informe. Mais c’est chacun qui décide pour la responsabilité qu’il assume.

La bataille du gouvernement pour afficher une baisse de la mobilisation contre sa réforme des retraites nous rend service. C’est un tel mensonge et un tel camouflet pour ceux qui perdent des jours de paye ! Ca rend enragé ! Surtout quand l’Elysée ajoute que cela prouverait  « un progrès de l’adhésion des français à la réforme » ! Une provocation mise au point par un petit malin de communicant, sans doute. Elle nous sert magnifiquement. Les gens qui entendent ça découvrent un cynisme que souvent ils ne soupçonnaient pas. Du côté des directions syndicales tout le monde sait que le mouvement s’est enraciné dans le secteur privé. Et il reste un mois de circuit parlementaire pour la loi ! D’ici là, il s’agit d’agir et de tenir le front uni. Cela non seulement au sommet des organisations mais surtout à la base, là ou les avis divergent entre partisans d’une ligne de lutte dure et ceux qui ne se sentent pas prêts à cela où qui doutent que cela soit possible. De notre côté, notre part des taches consiste à faire du travail d’explication et de mobilisation là où les syndicats ne peuvent pas agir : dans les quartiers populaires, aux portes des petites boites, parmi les retraités et partout où on peut. Encore une fois tout est dans l’action effective et pas dans les poses, postures et spéculations.

Une histoire de Roms. Et plus précisément de roumains. On connait les rengaines sur les roms voleurs de poules. On entend moins parler des mauvais traitements que leur infligent en toute bonne conscience de bons français « de souche » comme disent les ethnicistes qui nous gouvernent. J’ai trouvé le récit de cette histoire dans le journal « Les dernières Nouvelles d’Alsace », un quotidien qui ne me donne jamais aucune place, mais qui est très intéressant et bien documenté tant qu’il n’est pas question de politique de gauche. Quarante quatre roumaines avaient été recrutées en mai 2009 dans leur pays pour cueillir des fraises à Geudertheim en Alsace. On leur promettait cinquante euros par semaine d’argent de poche, transport, nourriture et logement gratuit sur place. Une fois installées l’argent promis se réduit à six euros pour quinze jours. Le logement est un baraquement sans eau chaude ni chauffage et seulement deux WC pour soixante personnes. Les femmes ont interdiction d’en sortir. La nuit, les portes sont fermées à clef. Le plus incroyable est la plaidoirie du patron esclavagiste, un dénommé Rolf Maier. Il affirme que les femmes étaient autant d’entreprises privées allemandes à gérance roumaine. « Un maelstrom de droit européen » note le journal. Et Rolf Maier part dans un examen du résultat des « sociétés » du point de vue de leurs performances à la cueillette des fraises. Tel quel ! Le tribunal a frappé plus lourd que ne le demandait le réquisitoire. Le sieur Maier est condamné à un an de prison ferme et 13200 euros d’amende et sa société écope d’une amende de 56 400 euros. Plus 2000 euros à la CGT. Les mauvais traitements contre les travailleuses, l’exploitation sans limite ni vergogne du travail humain, la tentation de l’esprit esclavagiste connaissent dans ce cas un paroxysme spécialement visible. Mais ce que nous savons tous c’est qu’il s’agit d’une culture de notre temps, très répandue dans tous les milieux du travail même si les formes paraissent mois violentes. Je ne compte plus les cas de copains qui ont choisi le statut « d’auto entrepreneurs », devenant eux-mêmes des « sociétés » et dont le travail à la tache, même très intellectuel, n’est pas mieux protégé ni payé que le sont dans leur domaine ces cueilleuses de fraises roumaines. Mais leurs chaines, leur baraquement fermé à clef par le patron sont dans leur tête.   

Avant la manifestation, la nouvelle de la soirée précédente c’était la taxe sur les banques. Une façon de mettre en scène un gouvernement qui répond au souci des français face à la montée de l’inégalité fiscale. Les sondages venaient en effet de parler. Alors madame Lagarde annonce un prélèvement de cinq cent millions sur les banques collectés pour la caisse de l’Etat. Cette taxe frapperait les placements à risque. On attend avec intérêt la définition sur le sujet. Mais le plus frappant c’est évidemment l’argumentaire. On apprend que ce n’est pas une taxe pour produire du rendement mais pour responsabiliser les banques. On se demande ce que cela peut bien vouloir dire et par quel mécanisme une telle « responsabilisation » se fera. Ce qui est certain c’est que ce ne sera pas le montant de la taxe qui le fera. Jugez plutôt. Elle sera répartie sur vingt banques. Cela signifie une moyenne de vingt cinq millions par banques. Quelle pression représente cette somme dont on attend qu’elle produise une « responsabilisation » ? La seule banque « BNP Paribas » a fait cinq milliards de bénéfice en 2009 ! Le total du prélèvement prévu par madame Lagarde représente donc à peine dix pour cent des bénéfices de cette seule banque ! L’ensemble des cinq plus grandes banques françaises a réalisé onze milliards cette année là ! C’est un poil de taxe dans une tignasse de profits. Si bien que madame Lagarde se sent obligée de mettre bout à bout tout ce que les banques devront financer dans leur propre intérêt pour pouvoir annoncer fièrement un milliard de nouvelles dépenses  à leur charge. Puis elle répond piteusement à la question qui tue : le nouveau prélèvement pourra-t-il être retiré de l’impôt sur les sociétés que payent les banques ? Oui, dit la dame puisque  ce sont des charges ! Vous avez bien lu. Voici donc un impôt dont on retire le montant de la somme imposable. Demandons la même faveur pour les particuliers ! N’est ce pas un cynisme incroyable ?

Je m’en veux d’avoir été trop succinct dans ma précédente note à propos du vote au Parlement Européen sur une proposition de la Commission Barroso-Reeding pour expulser les pakistanais comme de vulgaires Roms. Ca s’appelle un « accord de réadmission ». Les accords de réadmission s’inscrivent dans la vaste stratégie de l’Union européenne en matière de lutte contre l’immigration clandestine. C’est la politique que l’on a appelé politique de « l’Europe forteresse », dure avec les gens, douce avec l’argent et les marchandises. Il s'agit ici de conventions entre deux Etats ou groupes d'Etats pour contraindre l'un d'entre eux à recevoir des immigrés clandestins qui sont ses ressortissants ou qui séjournaient sur son sol avant d'entrer clandestinement sur le territoire de l'autre. Avec cette sorte d’accord, l’Allemagne a transformé quelques zones des balkans en dépotoirs à immigrés clandestins. Car ces accords sont systématiquement inclus comme contrepartie au versement de l'aide au développement que verse l'Union Européenne. Qui paye refoule à l’œil ! Madame Reeding aurait pu en parler aux allemands au titre de ses vocalises et rapprochements historiques injurieux. Car, en plus d’être cyniques et brutaux ces accords de « réadmission » sont contraires à la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme qui stipule clairement en son article 13: "Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays."

Certes ces accords sont soumis au respect de la convention de Genève de 1951. Mais le Pakistan n'en est pas signataire. Ils sont soumis au protocole de 1967 sur le statut des réfugiés. Mais le Pakistan n'en est pas signataire. Et aux traités internationaux relatifs à l'extradition, au transit, à la réadmission des ressortissants étrangers. Et le Pakistan n'est précisément pas signataire de ces conventions non plus! Un record d’hypocrisie donc. Car le Pakistan est signataire d'un nombre très réduit de conventions internationales relatives aux droits de l’Homme. Il n'a, par exemple, pas signé la Convention sur les réfugiés de 1951, ni à la Convention relative au droit des apatrides de 1954. Le Parlement européen lui-même a déjà dénoncé à plusieurs reprises, la situation locale. A présent le pays doit faire face à une catastrophe humanitaire sans précédent depuis les inondations d'Août dernier : 1500 morts. 4 millions de déplacés ! Les attentats sont fréquents. Faut-il rappeler que le double attentat d’avril dans un camp de déplacés au Pakistan a fait 40 morts et une soixantaine de blessés ? A cette ambiance s’ajoute les persécutions des minorités religieuses et des homosexuels, les discriminations et violences faits aux femmes, la détention d'enfants possibles dès l’âge de sept ans, alors même que le Pakistan a signé et ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant de 1989. Rien de tout cela n’a empêché la Commission où siège madame Reeding de le proposer ni le Parlement Européen « bla ! bla ! Droits de l’Homme en Chine et en Russie » de le voter ! Cerise sur ce gâteau, l'accord prévoit la conservation des données personnelles sur les personnes concernées par la réadmission "pendant une durée n'excédant pas celle nécessaire à la réalisation des finalités pour lesquelles elles sont collectées". Dur de faire plus vaste foutage de gueule! Fin de la rubrique « l’Europe qui nous protège propose un autre modèle au monde ».

J’ai vu sur Canal plus, Benoit Hamon et Olivier Besancenot ensemble une fois de plus et c’était sans doute un signal de quelque chose, mais quoi ? Evidemment, Hamon n‘a pu s’empêcher de faire le politicien à mon sujet. Il me reste à préciser que contrairement à ce qu’il a dit je n’ai jamais été membre du même gouvernement que Strauss Kahn pour la raison que celui-ci avait démissionné bien avant du fait de son inculpation par Eva Joly. Ensuite que si j’ai bel et bien dit que le gouvernement de Lionel Jospin était le plus à gauche du monde c’est parce qu’il faut se souvenir de ce qu’était alors le monde, et ce que signifiait le vote de la CMU, l’APA et les trente cinq heures dans un tel environnement, par un gouvernement qui alliait des communistes et des Verts à des socialistes. Un détail.

En fait la logique de Hamon, est : « tu as profité, alors tais toi et laisse faire ceux dont c’est le tour ! » Un détail lui échappe. J’ai fais un livre de trois cent pages d'entretien avec le journaliste Michel Soudais pour faire le bilan de cette période et en tirer les leçons. C’est « En Quête de gauche ». Et ce bilan m’a conduit à quitter le PS et à militer pour une force politique nouvelle à gauche ! Benoit Hamon veut-il discuter avec moi de ce bilan de la sociale démocratie française et européenne au lieu de jouer les chiens de garde de l’allongement des durées de cotisations de retraites ? Peut-il accepter une seule fois dans sa vie une discussion politique sur le fond de la stratégie et des besoins de la gauche en France et dans le monde au lieu de faire ces petits jeux venimeux de leader étudiant des années quatre vingt ? Bof. En réalité quelle importance pour moi? Le PS est un tout.


276 commentaires à “Le lendemain du succès”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 »

  1. 1
    Garance dit:

    Le gouvernement peut raconter ce qu'il veut et la police truquer les chiffres sur le nombre de manifestants, il se trouve que la consommation d'électricité en France a baissé jeudi de 2.200 mégawatts (MW), soit deux fois plus que lors de la précédente journée de grève du 7 septembre. C'est ce qu'a déclaré à l'AFP Patrick Larradet, administrateur CFDT du Réseau de Transport d'Electricité (RTE).
    Ceux qui voudrait en savoir plus peuvent se référer à la dépêche complète ici: http://www.romandie.com/ats/news/100923165149.qkci2uwp.asp

  2. 2
    Michel D. (PG11) dit:

    Excellent, comme d'hab, car cela nous donne de quoi informer autour de nous : le sieur Maier, la dame Lagarde...
    Quelle bande de pourris !
    Merci.

  3. 3
    Laetsgo dit:

    Je précise juste que le patron voyou dont il est question pour l'exploitation des ouvrières/esclaves roumaines est un allemand et non un alsacien ! (bon, l'immoralité n'a pas de frontières quand il s'agit d'exploiter les travailleurs mais qd même...) et ce sont les militants CGT du coin qui se sont émus et emparés de l'affaire et l'ont portée devant les tribunaux. bravo à eux ! Le sieur Maier a mis à profit le flou juridique européen (enfin....flou...pas pour tt le monde !) pour remettre au goût du jour un servage dont on espérait qu'il avait été aboli lors des dernières révolutions ! Il n'en est rien apparemment, et les directives "services" et autres élucubrations neo-libérales bruxelloises sont des atteintes concrètes et réelles aux droits des salariés (serfs) : il est plus que temps d'y mettre fin !

    l'Europe, oui, mais par le haut !

  4. 4
    carlo dit:

    Les propositions du PS sont sans intérêt puisqu'elles ne remettent pas en cause l'allongement de la durée de cotisation dont tout le reste dépend. Le bac ne permettant plus d'accéder à l'emploi; au minimum, deux années suplémentaires sont donc nécessaires, ce qui, dans le meilleur des cas, porte à 20 ans l'âge du 1er emploi. 20+41,5, cela fait presque 42 et 42+5=67.
    Comme pour le TCE, le PS partage les positions de la droite. Quant à BH, que fait-il dans cette galère?

  5. 5
    MASSEI Daniel dit:

    Belle journée
    Nous étions debout ensemble

  6. 6
    Sandeau Patrick dit:

    Savez qu'aux alentours de midi, certains médias annonçaient déjà une baisse de participation aux mouvements sociaux d'aujourd'hui ! Trop fort ! Un peu plus, ils nous auraient même presque annoncé une baisse de participation avant que les manifs ne commencent... C'est vraiment nous prendre pour des benêts !
    Ne vous inquiétez pas, on ne se trompera pas aux prochaines élections, même si à grand renfort médiatique les journalistes au service de Sarkozy nous annoncent avant l'heure perdant au fil de leurs sondages bidons !
    A lire l'excellente déclaration d'aujourd'hui de Pierre Laurent http://www.pcf.fr/spip.php?article5061
    Merci également à vous M. Mélanchon.
    Continuons la lutte !

  7. 7
    Olga Michel dit:

    J'ai voté parti de gauche aux dernières élections, j'en ferai de même aux prochaines.
    Mais là, je regrette, je ne suis pas d'accord. Je n'ai pas envien ce soir, alors que je suis sur les stating blocks pour une grève illimitée, je n'ai pas envie du tout du tout du tout de lire des critiques (même si elles sont justifiées), sur untel ou untel. Ce que je veux, c'est voir un front uni pour abattre cette réforme, m****!

  8. 8
    bub dit:

    Le gouvernement a annoncé le recul du nombre de manifestants, et un net déclin du mouvement quand nous étions encore dans la rue. Déjà, ça ne cadre pas avec cette maigre différence de 120000 personnes donnée au final. Tout cela prouvant qu'il a eu du al à la trouver, sa baisse, malgré beaucoup d'efforts.

  9. 9
    pierre jestin dit:

    Bravo Jean-Luc! tu es le seul chef de parti à avoir l'envergure et une vision à 360° des enjeux ...pour peu que tu t'adresses à 97% des français!
    Petite précision:dans les années 80, Hamon n'était pas leader étudiant;il grenouillait déjà au MJS et dans les clubs rocardiens Avenir, Forum, Essor du capitalisme.Le syndicalisme étudiant, il ne l'a jamais pratiqué.Aujourd'hui, il est fonctionnel au PS et au système, comme il y a 20 ans, c'est tout.
    Tu as raison, le PS est un tout, c'est un poids mort et inutile qui a épousé un monde finissant en raliant l'économie concurentielle à finance déréglementée.PS, vote inutile.

  10. 10
    Henri-Georges NATON dit:

    Bravo pour votre lucidité... Surtout sur l'esclavage volontaire qu'est le statut « d’auto entrepreneurs »...
    Il va peut-être falloir réfléchir là-dessus... Je connais bien ça je l'ai subit pendant cinq ans au pays de Mme Reeding et en plus pour travailler pour un service d'État du Grand-Duché... Pour mon retour en France j'ai opté pour le statut de patron est c'est sociologiquement instructif... Y a pas mal de petits avantages dont on ne parle jamais pour les gérants... Une petite analyse de la loi Madelin de votre part ferait aussi un peu de bien...

  11. 11
    Cédric Tranchant dit:

    Le vrai problème de la retraite, ce n'est pas que la question de la durée... c'est aussi la différence de traitement entre privé et public, c'est tous ces régimes spéciaux... alors bien sûr quand on dit ceci, on est considéré comme un vilain ptit canard de droite... je crois qu'être de gauche, c'est justement vouloir que la société soit plus juste... je n'oublie pas non plus que les gens les plus riches doivent faire davantage d'efforts...

  12. 12
    AG91 dit:

    et après le 23 on va où ? belle manif dites vous, oui c'est vrai, c'était gentil, les politiques ont fait beaucoup de sourires, comme ils sont tous de gauche parfois de gôche, on les aime assez ; bon oui certains plus que d'autres mais pour ma part j'ai trouvé la manif parisienne assez triste, sans âme, peu d'originalité ; rien de bien neuf sauf à Denfert ou une partie de la cnt scandant "au medef au medef " a passé le cordon de crs pour se diriger vers Montparnasse puis le 7ième, direction donc le medef.
    à environ 50 m du batiment abritant le medef et affichant quelques drapeaux bleu blancrouge, le bd était barré par une épaisseur de crs engrillagés, bardés comme si nous étions des malfaiteurs, ils n'avaient pas oublié les photographes.
    Ah il eut fallu être nombreux, très nombreux, avancer tout doucement, sans agressivité et le bastion aurait été atteint,symboliquement touché par les manifestants décidés à gagner et tenir le pavé.
    Et demain on y retourne au taf, et avec la gueule de bois, on dit quoi aux collègues alors que ce soir on n'a rien obtenu, ils n'ont rien laché ; même pire,Woerth explique que il doit nous expliquer encore mais qu'on commence à comprendre !formidables ces dirigeants qui n'ont ni conscience ni émotion ni empathie, ca leur fait pas mal d'être amputé de tout ce bagage humain ?
    Est ce que les radicaux concrets ont des propositions concrètes pour qu'on gagne cette lutte là, même si je sais bien que c'est aux centrales syndicales et à l'intersyndicale de s'y coller mais on ne veut plus se faire ballader sur d'improbables parcours de manifs ne menant nulle part;
    Notre route pour la gagne doit aller sur les lieux de ce pouvoir inique pour le déloger, aller au medef, à l'élysée,
    tenir le pavé la route est à nous, c'est l'espace public,nous ne devons pas être barré par des crs armés.
    Je propose d'aller camper devant le sénat et l'assemblée nationale jusqu'au retrait de la loi,
    de tenir la place, tranquillement mais en nombre, il faut déferler et rester et gagner ensemble.
    Bon courage Mr Mélenchon

  13. 13
    Henri-Georges NATON dit:

    Bon la suite est connue... Comme en 2003... Manif un samedi en famille... Puis Manif nationale à Paris... Puis plus rien... 2003 ça été pour moi la certitude de devoir bosser jusqu'à 73 ans... Bon je suis solidaire encore cette fois pour éviter que d'autres soit obligé de faire 2 ans de plus... Mais Jean-Luc a raison ce sont les années de cotisations qui importent... Revenons au 37 et demi... et pourquoi pas 35 ans !

  14. 14
    Humaniste dit:

    Toulouse du jamais vu, serré comme des sardines sur le parcourt, 120 000 annoncé par les syndicats 25 000 par la police " de l'Elysée" ! Cherchez l’erreur !

    Les médias porteront une grande responsabilité sur l'intox diffusée.

    Comment peuvent-ils se regarder dans une glace, comment peuvent-ils vivre avec une telle conscience (en ont-ils seulement une).

    Pour ma part, je peux vous dire que sur toute la longueur du cortège j'ai trouvé pas mal de connaissances et les discussions sur le PS allaient bon train, alors que M.Aubry venait de balançer sur RTL à 8 h 45 qu'il fallait réformer les retraites et que seuls les citoyens qui ont commencé à travailler très jeune et qui comptaient leur 40 années pourraient prendre leur retraite à 60 ans ; les autres, terminé, taux plein à 67 balais.

    Le "Front de Gauche" avance sûrement et quand je disais à mes connaissances d'aller voir sur Internet le site de Jean-Luc Mélenchon tous m'ont répondu (et je n'exagère pas) "Ah Mélenchon, j'adore" ! Beaucoup d'anciens PS ! Et moi d’ajouter : « diffusez le site à tout va, puisque les médias le boudent, sauf les amuseurs qui font quand même plus d’audience que les « Chabot, Calvi et consorts »

    Rappelez-vous le rôle d'Internet pour le NON à la Constitution Européenne ; alors utilisons la même arme.

    J’ai vu dans la manif une pancarte tenue par un retraité qui a trouvé un slogan de 6 mots qui résume la réforme des retraites à la sauce Sarko :
    « La retraite OUI ; le SARKOphage NON »

  15. 15
    Julien dit:

    Mélenchon, Monsieur Mélenchon, Jean-Luc Mélenchon,

    Si jamais vous ne rangez votre bazooka lorsque vous êtes invité sur les plateaux des médias dominants, le nombre de militants, de sympathisants, d'électeurs du PG ne cessera de croître. J'en fais le pari.

    Amicalement.

  16. 16
    Marie dit:

    Manif ° Paris =) plus de monde que le 7...passée par Opera Bastille, Ledru-Rollin, Austerlitz, Bvd Hôpital et Saint-Marcel, Arago =) Denfert...pas du coté de Jean-Luc Mélenchon semble-t-il....
    Trés bonne ambiance, plus dynamique que le 7...mélange des différentes composantes "à Gauche Toute", sans problème, dans le défilé, avec aplaudissement mutuel à le clef....ça ne pose, en tout cas, aucun problème aux citoyens =) c'est le But qui compte, pas les appareils.
    Formidable "force de frappe", comme toujours de la CGT, organisation ++, et trés beaux chants !
    beaucoup de jeunes fort enthousiastes...de trés vieux militants trés dignes (+ de 80 ans) faisant toute la manif° !
    touchants, car ils pensent aux autres, et non à eux : un profond réflexe de solidarité !
    toutes catégories socio-professionnelles confondues...
    Les derniers à manifester : CFE-CGT sont arrivés à Denfert vers 19 heures...

    La manipulation sur les chiffres est encore plus énorme que la dernière fois !
    La main-mise des medias dominants est tellement grosse, les commentaires si ubuesques, que l'on arrive encore à en être étonnée ! Mentir avec un aplomb pareil relève du chef-d'oeuvre ! Un des dits-journalistes a bien mérité sa laisse d'or ! A défaut de légion d'Honneur !

    ça ne lâchera plus maintenant...

    Un roulement calme autour du Sénat, pendant le temps nécessaire, pour encourager nos Sénateurs à quelques fulgurances...serait un des moyens, parmi tant d'autres.

  17. 17
    Robinoah dit:

    Attention danger! Jean Marc Sylvestre débarque sur I télé et biens sûr, sur Canal plus! Hier midi, dans l'Edition Spéciale, émission animée par Bruce Toussaint, nous avons eu le droit a un joli couplet de Papa Sylvestre, nous expliquant que la mobilisation était moins forte (lui, il est fort car il n'était que 13h!), que la pédagogie (gouvernementale) commençait à fonctionner, car on ne pouvait pas faire autrement et bla bla bla....au secours! tout fout le camp!..même canal!...quelle propagande!...
    Pour ma part, je me sens de plus en plus révolté par ce gouvernement, qu'ils s'en aillent tous!...

  18. 18
    BARDY Dominique dit:

    J'étais au point fixe du Parti de Gauche de Sully. Au bout de 3 h de défilé, nous n'avions pratiquement plus de matériel. Les gens venaient prendre notre livret sur les retraites expliquant qu'une autre politique est possible. On a fini par distribuer le nouveau auto-collant Parti de Gauche membre du Front de Gauche. Les gens nous les prenait des mains.
    Je suis d'accord avec toi Jean Luc sur le fait que le gouvernement fait grandir la colère dans le pays en niant l'évidence d'une augmentation de la mobilisation.
    Il faut que les militants aillent distribuer dans les quartiers le tract sur la demande d'un référendum et expliquer aux gens ce que cela va comporter pour eux et pour leur descendants. Il faut les mobiliser à venir manifester surtout si c'est un samedi qui est choisi par les syndicats comme cela est envisagé.
    Et partout créons des collectifs Front de Gauche sur les retraites et organisons des débats publics ou des meetings sur ce thème.

  19. 19
    langly dit:

    Apparemment le gouvernement aurait reçu les chiffres à... 12h. Ils n'ont compté que le nombre de gréviste. C'es n'importe pas quoi. Et ceux qui on pris un RTT comme moi? Apparemment on ne nous compte pas dedans.
    C’est un tel mensonge et un tel camouflet pour ceux qui perdent des jours paye ! Ca rend enragé !
    Oui hier on se posait des questions. Et après les déclarations de Woerth. Tous le monde est requinqué. J'ai réussi a mobilisé une personne de plus :p rien qu'avec cela. Y a pas dire ils sont forts pour énerver les gens.

  20. 20
    tdmpatou dit:

    En allumant ma radio ce matin, j'y entendais de la musique sur France Inter. J'ai cru au prolongement de la grève... mais non, trois minutes plus tard Dominique Seu nous déblatérait toujours ses mêmes conneries. A quand un débat de fond réel sur le problème (soi-disant) des retraites. A quand l'organisation de rencontres publiques entre syndicats, partis politiques avec les gens. J'habite une petite commune située à 30kms de Bordeaux... rien d'organisée. Nous avons soif de nous rencontrer, de débattre, d'échanger pour faire avancer les choses, nous cultiver. Internet ne suffit pas. Où est le contact humain ?
    Et puis y'en à marre de compter les gens dans la rue durant les manifs. De toute façon les services de la préfecture et des syndicats ne tomberont jamais d'accord. Oui pour l'organisation d'un référendum après avoir bien débattu du problème des retraites mais aussi de tout le reste (emploi, santé, service publique, éducation nationale, environnement, etc.). C'est au peuple de décider aujourd'hui, pas à ses dirigeants corrompus pour la plupart par les lobbys.
    Avançons !

  21. 21
    Pierre34 dit:

    @Cédric Tranchant

    Pourquoi relancer la discussion sur les différences entre public et privé ?

    D'abord sur la forme, relayer la désinformation gouvernementale sur les différences entre public et privé est une erreur importante. Dans ce cas, pour faire une comparaison, prenons aussi ce qui désavantage le public (les salaires par exemple).
    Ensuite sur le fond, les avancées sociales doivent tirer tout le monde vers le haut et non le contraire comme le fait le gouvernement. C'est faire une grave confusion que de suggérer que les fonctionnaires sont des privilégiés, les vrais privilégiés sont les amis de Sarkozy, les 1000 et quelques plus gros bénéficiaires du bouclier fiscal.

    Public ou privé, nous sommes tous victimes de la politique mise en oeuvre par le gouvernement et au dela par cette Europe libérale, nous devons lutter coude à coude !

  22. 22
    Christophe B dit:

    Ayant battu hier le pavé comme tout le monde j'ai pu constater une nouvelle diversité dans les rangs des grévistes par rapport à la manifestation du 7 septembre.
    salariés de Carrefour, pompiers, étudiants... bref, ce fut un réel succès.

    Moi qui ne veux plus regarder la TV je me résous tout de même à risquer un oeil sur les journaux à 20h... ou plutôt à 20:06..
    Sur TF1 on en est déjà à passer un sujet sur l'obésité... la grève ?... Circulez y'a rien à voir !
    France 2 c'est guère mieux avec l'éternel sujet marronnier sur M. et Mme XX qui n'ont pas pu avoir leur train, sur ces gréviste qui "nous prennent en otage"...

    Un bon résumé de la propagande ambiante à laquelle les citoyens sont soumis...
    Vite Jean Luc, on compte sur toi pour que ça change !

    Christophe

  23. 23
    Petit chouk dit:

    Bravo pour votre argumentation sur la stratégie de communication de l'Elysée sur le nombre de manifestants.
    Le gouvernement y va comme un bélier avec sa communication sur le fait que la réforme passera, hier soir encore un sondage sur le figaro demandant "si la réforme irait jusqu'au bout malgré les manifestations". Les forces d'opposition sont présentes à un tel point et le gouvernement tellement aveuglé qu'on peut effectivement se demander comment stopper cette réforme devant la détermination du gouvernement sur ladite réforme. (A ma mémoire les manifestations anti CPE étaient de la même virulence et avait fait retirer cette réforme) Peut être les jeunes sont la clé de l'espoir.

    Par pitié laissez tomber ce M.Hamon, les français se sont déjà bien rendu compte de son inconsistance lors de son apparition sur le plateau de Mme Chabot il y a quelques mois. Il n'apportera rien à votre mouvement.

  24. 24
    vincent dit:

    Grêve générale et reconductible!

    On est légitimement en droit de se poser des questions sur la stratégie des dirigeants syndicaux et des intérêts auxquels ils obéissent réellement...Vous prenez souvent, M.Mélenchon, l'exemple de l'Amérique Latine comme horizon politique souvenez vous de la Bolivie.. où le syndicat ouvrier a trahit ses ouailles..

    Qu'est ce qu'ils attendent que le mouvement s'essoufle comme en 2008?

  25. 25
    Christophe B dit:

    Pour la prochaine action une proposition.

    Mobilisation de masse mais TOUS les manifestants de province montent à PARIS.
    la SNCF avec nous,
    gratuité dans les transports et
    manifestation monstre... Faire une maximum de bruit... Vuvuzella, tambours etc...
    Les médias ne pourront nous ignorer et les politique nous entendront où qu'ils soient !

    S'ils veulent nous voir, ils nous verront !

  26. 26
    Réaliste dit:

    Je ne pensais pas qu’adhérer à une vision plus humaine de la société (généralement considérée comme de « gauche » en France) se rapprochait d’une incapacité totale à comprendre un mécanisme économique, pourtant plus qu’évident :

    Dépense = Recettes

    Or le système de retraite par répartition tel qu’il existe en France ne respecte pas du tout cette simple équation. Je ne rentrerai par ici dans le débat sur les différents régimes de retraites, dont certains sont en grande partie responsables de ce déséquilibre. Néanmoins force est de constater que d’ici quelques années, en l’état actuel du déficit lié au financement des retraites, l’Etat ne pourra plus assurer, les rentes de retraites pour lesquelles nous aurons tous cotisé.

    La retraite par répartition, contrairement à l’idée communément défendue, n’est un acte social qu’au travers son principe de fonctionnement théorique : les cotisations retraites sont calculées en fonction d’un pourcentage du salaire brut, induisant inévitablement un effort supplémentaire de la part des hauts revenus, permettant ainsi la mise en place d’une retraite pour l’ensemble de « l’ex population active » ayant remplie les conditions nécessaires d’ouverture aux droits à la retraite. Dans les faits il ne s’agit que de rendre aux cotisants (les actifs ayant subis les charges sociales, tout au long de leur vie professionnelle) ce qui leur est du. Accepteriez vous que votre banque vous explique qu’à la suite d’une très mauvaise gestion de ses établissements, elle ne soit plus en mesure de vous rendre les fonds dont vous disposiez sur vos compte bancaires?

    En conclusion, à mon humble avis, être de gauche ne signifie pas travailler moins pour gagner plus en taxant les rares « riches » (et je ne rentrerai, là non plus, pas dans le débats de savoir ce que signifie « être riche » en France) qui auront eu le malheur de rester. En mon sens avoir une responsabilité sociale, implique une lucidité suffisante pour comprendre les problèmes auxquels notre pays sera confronté d’ici quelques années, afin de pouvoir y apporter une réponse qui associera réalisme économique et financier, et justice sociale.

  27. 27
    humaniste dit:

    Que le capital rende au secteur public les détournements des 10 points de PNB "volés" depuis dix ans !

    Je fais grâce de la somme "vertigineuse" ! Lisez bien entre les lignes de Jean-Luc Mélenchon c'est très bien expliqué. De plus toutes les privatisations y compris celles de nos anciens sociaux démocrates libéraux ont coupé de fait toutes les recettes publiques ne laissant à la charge de l'Etat que les dépenses ! Cherchez l'erreur dépenses = recettes !

  28. 28
    marco polo dit:

    Après un succès qui montre bien la détermination de retirer ce projet, comment vont faire les syndicats, comment faire désormais ? je pense qu'il faut changer de braquet et permettre des grèves tournantes pendant toute une semaine, départements par départements, tous secteurs confondus, avec des collectifs de salariés, avec plusieurs manifestations festives reliées entre elles par des marches de l'une à l'autre...ou des manifs convergentes, bloquer toute une journée un point central en ville, avec des chants, danses, façon meeting. Fête de la retraite à 60 ans pendant 2 jours, devant les fenêtres à Fillon, Woerth... Enfin que sais-je, il faut capter l'attention des attentistes et les soustraire le plus possible au venin des média; montrer la détermination populaire.

  29. 29
    guillot dit:

    Ce n'est sans doute pas un hasard le choix de Benoit Hamon comme porte parole du PS.Il représente aussi son l'aile gauche et ce choix permet à celui-ci d'éviter voire limiter sur sa gauche une déperdition de son électorat au profit du front de gauche. La direction du PS "colmate" les brêches avec Benoit Hamon en quelque sorte.

    L'"affichage" du porte parole du PS avec Olivier Besancenot hier sur" Canal+" ? Pourquoi le PS de Martine Aubry ne chercherait-il pas à le "coincer" sur l'exigence populaire de rassemblement de toute la gauche en montrant son refus d'aller dans un gouvernement avec le PS ? Alors qu'ils sont ensemble pour "taper sur le même clou" des retraites aujourd'hui ?

    Hier, sur "Canal+", Benoit Hamon a encore rappelé la volonté de Pierre Laurent (la direction du PCF) d'arrriver à un "programme commun" de gouvernement avec le PS. Au monent des discussions préliminaires sur le rassemblement de la gauche de la gauche les régionales, Marie George Buffet avait afffirmé à plusieurs reprises la volonté du PCF de gérer les régions avec le PS. Rien de nouveau par conséquent sur sa volonté

  30. 30
    Pulchérie D dit:

    Jean-Luc,

    Ton billet rédigé à la hâte est un de tes meilleurs.

    Merci de nous avoir détaillé l’exploitation esclavagiste des Roumaines, d’avoir cité Rolf Maier, qui est loin d’être le seul en Europe occidentale (la chasse aux individus qui considèrent leurs ouvriers comme des bêtes de somme va-t-elle enfin commencer ?), d’avoir reconnu la grande précarité des « autoentrepreneurs » (poussés par les banques), et l’accroissement insoutenable de l’inégalité fiscale.

    Et l’excellence des formules, : « un poil de taxe dans une tignasse de profits » ; « la politique dure avec les gens, douce avec l’argent et les marchandises. ».
    C’est drôle ou percutant.

    Bravo,

    Pulchérie

  31. 31
    lou passejaire dit:

    Ce matin, un immense malaise à l'écoute de Bartolone sur France Inter qui parle de ce pouvoir qui : "oppose les salariés et ceux qui détiennent le capital"...
    Bof. En réalité quelle importance pour moi? Le PS est un tout.
    en effet, comme disent les sociaux libéraux "la lutte des classes saymal"...
    Que se vayan todos ! mais quand je dis "todos" c'est bien "todos" !

  32. 32
    Hervé Arnoux dit:

    Bonjour,

    un succès que ces manifs hier. Seulement aujourd'hui il y a de plus en plus de personnes qui veulent aller plus loin. Il faut passer au stade supérieur, c'est à dire bloquer le pays, entre autre la SNCF. A défaut les syndicats, aux yeux d'un nombre croissants de manifestants, apparaissent jouer le jeu des dirigeants, à savoir calmer et canaliser la révolte en organisant des petits parcours santé. Pour beaucoup ces "ballades" coutent trop cher. Envahir les gares, ne serait ce qu'une 1h, pourrait réellement faire réagir les dirigeants... Et ceci pourrait se faire tous les samedis.

    bien amicalement

  33. 33
    4 Août dit:

    Sur LCI, Ferry vient de rappeler que la différence entre aujourd'hui et le CPE, c'est que les étudiants ne sont pas (encore ?) là.

    Va falloir vite leur expliquer ce que la "réforme" va changer pour eux, avant que TF1 ne liquéfie leurs cerveaux...

    PS: il a aussi révélé que le PS avait la trouille de reprendre le pouvoir... clin d'oeil aux Grecs.

  34. 34
    Jean Jolly dit:

    @ Réaliste.

    Je ne pensais pas qu’adhérer à une vision plus humaine de la société (généralement considérée comme de « gauche » en France) se rapprochait d’une incapacité totale à comprendre un mécanisme économique, pourtant plus qu’évident :

    Dépense = Recettes

    La réalité est celle-ci

  35. 35
    jennifer dit:

    Et maintenant on fait quoi pour amplifier la contestation et mettre en échec ce projet?

    Certains veulent vraiment une grève reconductible. La grande majorité, bien sûr, n'est pas prête à cela. Si cela devenait le mot d'ordre central du collectif national, cela casserait le mouvement puisque la majorité ne ferait pas cela et donc ce serait la fin du mouvement. Il faudrait trouver quelque chose au niveau des mots d'ordre et de la forme de lutte qui fédère sans démoraliser les gens et qui fait venir de plus en plus de gens.
    A ce propos j'ai vu que les jeunes, étudiants et lycéens étaient plus nombreux cette fois, selon l'UNEF, ce qui est très important: agréger de nouvelles couches pour que ce soit l'ensemble de la société qui bouge ensemble, même ceux qui ne se posent pas encore la question puisqu'ils n'ont pas encore de boulot et que ce sera le plus gros problème de leur vie: trouver un travail. Donc la retraite n'est pas du tout leur problème vu le chômage. Comme disait le cortège de la FSU: les français ne veulent pas travailler plus, ils veulent travailler tous. Si ce mot d'ordre pouvait s'imposer au mouvement social alors on aurait tout le monde. Il y a du boulot à faire vers ces couches, vers les chômeurs pour faire grossir le mouvement.

    A priori on peut imaginer que certains secteurs partent en grève reconductible mais sans se couper du reste, en restant dans le collectif avec le soutien de la population et on verrait si cela en entraîne d'autres. Cela ne veut pas dire que c'est la révolution mais une forme de lutte de popularisation comme une autre. On en est là et pas encore à la révolution et il faut arrêter qu'il y ait toujours des gens à des km à l'avant et qui se coupent du reste. Il faut être ensemble, unis: c'est notre force! C'est la plus grande force de ce mouvement. Il faut la garder et élargir.

  36. 36
    Sitting Bull dit:

    Qu'est-ce qui préoccupe les médias au lendemain de la manif du 23 septembre?...le nombre...combien étaient-ils ces ringards à arpenter le macadam avec leurs slogans du même métal?
    997 000 selon Hortefeux. 3millions d'après les syndicats...et vas-y que je te ponds des analyses hautement scientifiques à partir de n'importe quoi! La meilleure étant celle de l'Élysée, répétée en boucle sur toutes les fréquences, arrivant à la conclusion que, puisqu'il y avait moins de monde dans la rue et moins de grévistes, les Français, à n'en pas douter, avalisent le bien fondé de la réforme! Faut être gonflé!Ce qu'aucun journaliste ne dit sur les ondes et dans les "étranges lucarnes", c'est que si liberté était donnée aux salariés de faire grève et de descendre dans la rue, nous serions 20 millions à crier notre rejet de cette régression sociale pompeusement baptisée "réforme".
    J'inclus dans les cortèges de toutes les villes de France les salariés qui ne peuvent se permettre de perdre une journée de salaire, les salariés qui vivent sous la menace de se faire virer de leur emploi et les salariés qui ont peur des représailles de leur employeur s'ils osent seulement faire une journée de grève. J'exagère en disant cela? Qu'ils aillent donc plus souvent enquêter dans les boîtes du privé et dans les familles modestes nos commentateurs des matinales d'Inter et d'ailleurs. Ils découvriront un autre monde que celui de leur bulle.
    Ils savent bien tout ça en face...ils ont beau jeu de sortir des chiffres pour asséner des contre-vérités.

    Mais pourquoi donc le regretté 3ème pouvoir ne jette pas à la figure des politiques auxquels il donne la parole ces éléments de bon sens? Avez-vous vu l'interview de Woerth par Pujadas hier soir? C'est à pleurer...merci monsieur Woerth d'avoir répondu à nos questions qu'il dit l'autre journaleux...tu m'étonnes!

    Doit-on en déduire une coalition " argent-pouvoir-presse"? (j'entends déjà le doux qualificatif de "parano" bruisser à mes oreilles)

    Je ne mets pas toute la presse dans ce scénario. En tout cas il est clair que les médias grand public (soit 80 à 90% de la presse télé, audio et papier) sont loin de jouer franc jeu.
    Quant à l'autre presse, celle qui prend en compte toutes les réalités des Français, celle-là il faut aller se la chercher! Elle n'apparaît pas comme par magie dans tous les foyer sur les coups de 20 heures!

  37. 37
    MICHEL S. dit:

    Quelque chose me chagrine, alors que les débats au sénat vont bientôt commencer. Je ne vois personne rappeler qu'il y a des élections cantonales en mars prochain et que ce sera la première occasion électorale pour régler leur compte au maximum de candidats qui se réclameronr de l'UMP, du Centre ou de quelque chose d'approchant du genre "apolitique". Les électeurs qui vont pouvoir s'exprimer doivent savoir que leur vote aux cantonales et donc l'élection des conseillers généraux va décider, non seulement des majorités dans les Conseils Généraux concernés mais aussi par répercussion sur les élections sénatoriales qui suivront. Que l'on ne vienne pas nous dire que ça n'a rien à voir avec la retraite. Les braves sénateurs UMP et centristes en place doivent savoir dès maintenant qu'ils sont les premiers à jouer leur fauteuil comme conséquence du comportement du gouvernement Sarkozyste qu'ils soutiennent. Ce qui veut dire aussi que tous les candidats aux cantonales vont devoir se positionner par rapport à la "réforme" des retraites et que nous ferons savoir lourdement leur engagement aux électeurs. Dès maintenant, nous devons faire savoir publiquement que ce sera notre première motivation et qu'il n'y aura pas de cadeaux. J'attends que les instances du Front de Gauche ou bien le PG au minimum de perdent pas de temps pour le dire.

  38. 38
    VERTPOMME dit:

    la crise quelle crise!pour qui?les banques se sont goinffrees de notre pognon et maintenant elles sont plus puissantes que jamais grace à nous pour surexploiter notre travail au pied du mur quel choix avons-nous?

  39. 39
    spartacus dit:

    elkabach égal a lui même c'est a dire infâme.mais sur le nombre de manifestants,l'écart entre la police et les syndicats est tellement grand qu'il en devient risible.mais enfin depuis qu'il y a des manifs à paris,les journalistes spécialisés ne savent pas combien il y a de manifestants.ont ils besoin de citer les deux chiffres.pourquoi ne citent ils pas le leur de chiffre.quand à la police comment peut elle mentir à ce point. les policiers s'étonnent d'être mal vu par la majorité des français,leurs syndicats son étrangement silencieux sur ce coup la.peut être oublient ils qu'ils sont aussi concernés par la régression des retraites.merci à JL Mélenchon pour la clarté de ses arguments,en si peu de temps c'est énorme.

  40. 40
    Jeandu26 dit:

    @ 27 humaniste, concerne la perte de la part du PIB
    Ce qui est étonnant, c'est que les syndicats n'avancent pas plus cet argument qui dure depuis plus de 20ans.
    Pourquoi ?

  41. 41
    babordage dit:

    .....et la vignette auto !vous vous souvenez de la vignette auto pour les vieux,plus la bagniole est grosse plus tu payes........pas mal non?

  42. 42
    pichenette dit:

    Après ces défilés-promenades plus ou moins joyeux,en fait décourageants, explosions d'analyses.
    Recherche d'efficacité, aboutir à une prise en compte globale de la société française!
    Quels bilans positifs pour le pays, la France, depuis que tous les pouvoirs sont concentrés entre les mains d'un noyau à la solde du "grand patronnat" (patronnage!)?
    Aucune perspective sérieuse pour la France, seuls quelques familles profitent et sont prêtes à se tirer si elles y ont intérêt (financier, c'est le seul qui compte pour elles)!
    Ces personnes sont des dangers pour le pays, elles le trahissent, peut-être qu'un tribunal serait apte à les juger, indignité nationale!

    Des manifs de niais (tous mêmes masques, mêmes tenues) croyant à un monde digne pour tous, où les écarts disons de revenus seraient redevenus "raisonnables", où le partage tant relationnel, que de savoirs et de richesses aurait un sens..oui une manif de benêts utopistes qui comprennent rien (au grand jeu du Capitalisme débridé dévastateur), par delà les syndicats dépassés par les enjeux, les partis pris...

    Qui a donné tous les pouvoirs à ceux qui les possèdent actuellement?
    ....
    Avant l'élection de 2012, les torrents qui déferlent sur la société font des ravages et s'il faut bien sûr y penser (à l'élection), il ne faut pas se laisser entraîner par les journalistes qui n'attendent que du binaire, du simple pour oublier le présent nauséabond.

    Le front de gauche prépare dans une commune de banlieue parisienne une manif avec débat autour des retraites un samedi soir,(une présence charismatik pourrait donner un coup de pouce), contenu argumentaire et culinaire sont prévus...
    Face aux faces à la W.., imagination, convictions, coopérations et beaucoup d'énergie renouvelable..(un coup de pouce à enercoop est nécessaire)!

  43. 43
    Jean Jolly dit:

    @ jennifer.

    A ce propos j'ai vu que les jeunes, étudiants et lycéens étaient plus nombreux cette fois, selon l'UNEF

    Certes j'ai remarqué aussi que nos jeunes étaient plus nombreux que le 7 mais on ne peut pas dire que c'était un raz de marée de la jeunesse. Quelle est la position de l'UNEF sur cette réforme ? Alors que pour le CPE la mobilisation étudiante était massive et que ce fut grâce à elle que le projet fut retiré. Je comprend que le CPE les concernait en premier lieu et que la retraite est une vision lointaine pour eux (je pensais la même chose à leur âge) mais ça vient plus vite que l'on ne croit malheureusement, aussi il est indispensable que les syndicats des étudiants fassent leur devoir.

  44. 44
    jean ai marre dit:

    Unité, Unité, Unité, Rassemblement,
    Tout comme vous, cher J L Mélenchon, j'ai vu le duo B Hamon et O. Besancenot dans l'émission de canal plus, (information-spectacle) le Grand journal.
    Ce qui m'a choqué, c'est le commentaire d'Olivier Besancenot sur une image vous montrant le casque radio sur vos oreilles.
    C'est déplacé et absurde.
    C'est la base, qui obligera à faire l'union, c'est la base qui va leur rappeler le sort de Jospin en 2002 qui se voyait président. Si la Gauche n'est unie, ils se faire laver les pieds.
    Le paradoxe est de voir l'un : B. Hamon, rigide dans une posture de gauche de gouvernement et l'autre, O. Besancenot, dans une posture de gauche d'expression sociale.
    Comment vont ils pouvoir s'unir ?
    Les militants du N P A trancheront.

  45. 45
    AG91 dit:

    à Realiste 26 : est ce de la pédagogie que ta démonstration ? alors pédagogie pour pédagogie il faut en effet du réalisme ainsi il faut dire comment sont alimentés les comptes sociaux, par quelles cotisations,dans quelles proportions, comment ces cotisations sont réévaluées ou dévaluées, et ensuite comment sont gérés les comptes sociaux et par qui et avec quelle représentativité .qui siège au conseil d'administration de la caisse nationale de retraite ? comment fonctionnent les vases communicant (dans un seul sens) entre les différents régimes.
    et puis comparer les modes de gestion de ces comptes. la réalité que tu découvriras est bien inquiétante, par exemple comment est géré cet argent, quelles spéculations il y a avec cet argent de nos cotisations ?
    ces cotisations sont une manne pour les spéculateurs, il faut le savoir, et la réalité est que tout est organisé pour détourner les cotisations des salariés et que les cotisations patronales n'y arrivent pas, et ensuite le mêmes vont venir nous seriner que les comptes ne sont pas équilibrés mais alors qu'ils montrent la réalité de la gestion, la réalité des décisions empêchant un réel controle par les salariés eux même de leur cotisations ?
    ca c'est la réalité la vraie et ensuite on va nous faire avaler qu'il n'y a plus d'argent quand il est capté par ces prédateurs. cette réalité est aussi celle des cotisations de la sécurité sociale : aujourd'hui se sont crées les ARs qui vont gérer le budget maladie de la sécu, or ce qui n'est jamais dit c'est que les ARS ne sont pas des organismes de sécurité sociales, donc ils échappent à tous les controles financiers mis en place par le fonctionnement paritaire de l'assurance maladie : ne serait ce pas là aussi une réalité que l'on nous cache ?
    J'espère d'ailleurs que le parti de gauche y réfléchit bien et aura des propositions pour rétablir une réelle sécurité sociale et non une assurance maladie qui apte l'argetn des cotisants de plus en plus au profit des assureurs !
    A ralité réalité et demi : il y a la réalité qu'o nveut te faire avaler et la réalité réelle et cela les prédateurs ne vont pas te la montrer mais bie nte la maquiller avec leur jolie pédagogie à la woerth.

  46. 46
    4 Août dit:

    A garder dans vos archives, "ce soir ou jamais" du mardi 21: Emmanuel Todd : Sarkozy est « un danger pour notre propre pays »

    Roms, xénophobie, international,...

    « Il y a quelque chose de très très grave, c'est le genre de président que l'on a ! Qu'un système comme le système français arrive à avoir ce machin à la tête de l'Etat,...
    Le coût final du Sarkozysme ce sera des centaines de milliards d'euros et des centaines de milliers d'emplois. C'est ça qu'on ne voit pas.»(E. TODD)

    « On ne parle pas assez quand même de ce profil psychologique de Sarkozy qu'on retrouve là une fois de plus, qui est un type qui a un niveau de maturité affective d'un gamin de 17 ans... » (D. PORTE)

  47. 47
    Humaniste dit:

    @ Jeandu26

    Je ne sais pas pourquoi les syndicats n'avancent pas plus cet argument qui est très bien développé dans les articles de ce site.
    Jean Joly sur son post 34 renvoi sur un lien mise en scène qui explique bien le transfert de ce vol.

    Je ne suis pas dans les hautes sphères syndicales mais je penses qu'ils devraient le prendre à leur compte. Jean-Luc Mélenchon pourrait leur suggérer.

    Je viens de recevoir par mail un tableau explicatif sur les retraites qui est très bien fait en expliquant le doublement de la productivité actuelle.

    Je ne sais pas comment le transmetrre sur ce site car il est en ppt !

  48. 48
    jm turmel dit:

    Mélenchon sur un plateau de télé ravive mes souvenirs, ceux de feu G Marchais, du temps ou le pcf pesé vingt pour cent,et que notre premier secrétaire rassemblé 13 millions de téléspectateurs...Certes,le camarade était un ouvrier,mais vis à vis des journalistes..comme JLuc il ne s'en laissé pas compter.
    JLuc a été ému par les manifestations à son égard. Cela l'encourage,tant mieux,nous aussi! Parce que j'ai l'impréssion que dans nos rangs le moment venu...Mais c'est notre problème,et nous n'en sommes pas là!
    Alors aprés le 23 ? J'ai une conviction,la grève générale serait indispensable! j'ai une certitude,elle serait un échec!
    Je n'ai céssé ces derniers temps d'intèrroger mon entourage et quelques amis actifs,moi je suis retraité sncf.
    Pour des raisons strictement financières ces personnes ne se voient pas dans un long conflit,et je ne parle pas de tous ces travailleurs que j'ai croisé hier en allant à la manifestation qui,à bord de leur camion, ou sur le macadam avec marteau piqueur sans protection auditive...n'avaient pas voulu ou pu arrêter leur travail pour aller au rassemblement.
    Les syndicats peuvent appeler,si cela ne part pas d'une volonté majoritaire c'est le fiasco assuré! Pire,que n'entendrions nous pas sur le peu d'influence et de crédibilité des syndicats...Celà découragerait trop,y compris celles et ceux qui par deux fois sont déscendus dans la rue. L'idée d'un référendum à première vue me séduit.Une autre manif ? Quand? Comment?

  49. 49
    Pulchérie D dit:

    @ 4 Août (# 47)

    Merci infiniment pour ce lien. On sort des habituelles tirades sur Sarkozy pour entrer dans une analyse froide du problème, comme E. Todd sait en faire. C'est un couperet, une lame de guillotine, ses propos.

  50. 50
    jjezfm dit:

    Hamon et il postino ensemble chez Denisot ?

    Moi non plus j'ai pas bien compris ce que pouvait être le message...
    "Tout sauf Mélenchon" ?
    Qui, sait, fréquenter Ségolène entraîne peut-être des risque de contagion!

    Non sérieux, je vois ce que Hamon peut avoir à gagner à brandir OB, c'est l'inverse qui m'échappe. A quoi il joue, Besançenot, qu'espère-t-il ?

    Bon enfin on verra bien, y a d'autres trucs plus importants à observer

Pages : [1] 2 3 4 5 6 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive