08mai 10

La Grèce, les vautours financiers, la social démocratie, la BCE, Swift

Je vais à Bibracte! sur la route d’Athènes

Ce billet a été lu 13 589 fois.

L es jours et les heures qui passent sur nous sentent le souffre et nous le savons d’instinct. La broyeuse du FMI et associés, qui ont déchiqueté l’Afrique pendant une décennie  avant de passer en Amérique latine vient de traverser l’Atlantique et la voici avec ses pompes et ses œuvres se léchant les babines devant le festin qui s’annonce. Dominique, en personne, est venu avec ses outils de boucherie. Ses déclarations dégoulinantes d’hypocrisie sur son « admiration pour l’extrême austérité choisie par le gouvernement grec », – choisie !- sont une forme de sadisme raffiné qui fait froid dans le dos. Ça tombe bien ! Il faut faire peur ! Très peur ! Je pense que tous nos amis ont compris et que bon nombre de français aussi sentent quel prétexte est cette affaire grecque pour l’équipe Sarkozy, et tous les autres gouvernements qui ruminent « un plan de rigueur » qui n’est rien d’autre qu’une accélération du plan de démantèlement de l’Etat commencé avec le quinquennat ! Dans cette note il est question de Grèce et de vote dans les assemblées. Et de certaines bizarreries de la BCE. Et de Swift.

Donc les prédateurs sont là, perchés sur le Parthénon et gloutonnant du regard l’Europe. L’Europe du sud d’abord. Avec quelques fruits spécialement gouteux comme l’Espagne, quatrième économie de l’Union européenne ! La rigolade c’est que le niveau d’endettement de l’état espagnole est inférieur aux normes du pacte de stabilité. C’est assez dire que le coup du « déficit excessif » commence au premier euro ! La main invisible est décidément bien nerveuse, pas vrai. Bon ! A table ! Le Portugal pour l’apéritif. L’Italie, pour se mettre en bouche le gout de la proie. Puis ce seront les bons morceaux plus robustes et juteux : la France ! Ah ! Le vrai bonheur de claquer ces prétentieux et de leur en prendre un maximum pendant que leur chefs se la pètent avec leurs récitations de libéralisme. Et puis, d’une façon ou d’une autre, le moment venu, à son tour, quand elle sera anémiée par la récession de ses voisins qu’elle aura elle-même organisée à coups de bâton: l’Allemagne ! Mais oui ! Il y passera aussi,  le chien de garde lourdaud qui veille sur le poulailler libre ou même le renard libre aura été mangé par la hyène libre. Ce ramassis de pleutres et de marioles, dirigeants sans honte qui insultent leur propres peuple, comme cet ectoplasme de Papandréou, ces socialistes en peau de lapins qui votent dans leurs assemblées le plan de pillage, ces dirigeants de droite qui remplissent eux-mêmes les bons de livraisons, quel  bonheur ! Ces poules mouillées libres s’agitent sans rime ni raison, elles se coupent elles même la gorge et se plument de leur propres pattes ! Ah les braves bêtes ! On comprend que le monsieur qui dirige l’abattoir se déclare « admiratif du plan d’économie des grecs ! ». Sacré Dominique ! Plus personne ne se gène. « Les Grecs sont des enfants qui ont perdu leur jouet » titre « le Monde ». Des enfants ! Un jouet, leur pauvre vie si dure déjà ! La souveraineté des peuples, leur dignité, leurs efforts, tout est méprisé, insulté, foulé aux pieds ! Vous vous souvenez des leçons d’européisme de cette nomenclature ! Maintenant ils ont mis les chaussures cloutées et c’est une guerre éclair contre les peuples qu’ils accompagnent de leurs cantiques libéraux. Ce style arrogant est dorénavant présent partout. J’en parle avec colère et tristesse car je vois bien que tout cela va mal tourner.

Je suis frappé par l’ambiance d’irresponsabilité et de cécité de ceux qui décident. Leurs approximations, le niveau des insultes qu’ils profèrent contre les gens qu’ils veulent faire souffrir pour les guérir de réclamer ! Au point que tout semble prendre l’allure d’une pitrerie. Ainsi de  ce plongeon vertigineux des bourses pendant quarante cinq minutes du fait d’une erreur d’un agent de bourse qui aurait écrit « milliards » au lieu de « millions » à propos d’un ordre de vente. Ou quand, en cadence, les menteurs répandent des heures durant, sur toutes les ondes,  la fable selon laquelle les grecs partiraient à la retraite à 53 ans. Ou bien cette répétition en boucle de la suppression du « treizième et quatorzième mois » des grecs pour abonder la légende d’un peuple qui lézarde au soleil. Comme s’il n’était pas possible de dire que le salaire minimum brut mensuel en Grèce est de 727 euros quand il est de 1343 (1000 euros net) en France ! Et que le salaire moyen net mensuel des fonctionnaires est de 1350 euros, quand il est en France  de 2244 euros (enseignants du supérieur inclus)! Comme personne ne croit que la vie en Euro est moins chère en Grèce qu’en France, cela suffit à expliquer pourquoi tout le monde fait deux travails au lieu d’un dans sa journée pour joindre les deux bouts. Tout cela est noyé dans l’arrogance des donneurs de leçons type d’Alain Minc qui dénonçait, l’autre matin sur RTL, « les fonctionnaires qui quittent leur travail à quatre heures de l’après midi pour aller faire le taxi ». Comme si à seize heures les huit heures de travail n’étaient pas faites et comme si c’était par plaisir qu’on va faire le taxi à seize heures, en général, et, en particulier, sous le cagna d’Athènes !

L’autre visage de cette période où tout va à vau l’eau, c’est celui de sociaux démocrates européens. Si l’on doit leur demander des comptes c’est parce qu’ils sont les plus puissants à gauche et qu’ils pourraient bloquer la machine. Pourtant pas un pays ou ils ne votent le plan d’austérité contre les grecs et les primes pour les pays qui prêtent ! Ils sont aux avant-postes du mauvais coup que les peuples reçoivent ! Le premier ministre grec qui accepte tout sans broncher est le président de l’internationale socialiste. Le directeur du FMI qui lui découpe des bouts de chairs fraiche est le présidentiable favori des socialistes français. Partout ils votent avec la droite, sans états d’âme, la cure la plus violente qui soit imposée à un peuple sans se demander une seule seconde ce qu’ils diront quand le même potage sera servi à leur table ! Comment les socialiste vont-ils s’opposer au plan de rigueur en France s’ils ont approuvée ses prémices et des conclusions bien plus violentes pour les grecs ? Leurs votes sont assortis d’explications de vote si lamentables que la pire punition qui puisse leur être faite serait de les publier pour situer la hauteur de vue à laquelle ils se placent dans ce moment historique !

Ma position d’élu européen me permet de voir les deux bouts de l’horizon socialiste entre la France et le parlement européen. La journée du 5 mai, celle de la grève générale en Grèce et de la manifestation à Paris, souligna cruellement l’évidence. A Bruxelles où j’étais le matin, pas un socialiste au rassemblement de solidarité devant le parlement européen. Dans l’hémicycle où je n’avais pas la parole, c’est Cohn Bendit qui souligna l’absurdité du plan d’austérité pour la Grèce ! Puis quand on passa aux innombrables votes de cette séance, les mêmes qui font du bruit avec leur bouche ici à Paris à propos de la régulation et signent d’émouvantes tribunes de presse pour inviter « l’Europe à se réveiller » restent muets là où est l’Europe et votent en cadence, le même jour, pour une zone de libre échange avec l’Amérique latine et pour une zone de libre échange avec le Canada. Cette incohérence, ce double et triple langage me révulsent d’autant plus que je suis certain qu’ils ne contrôlent plus ce qu’ils font. Chacun fait sa tambouille dans son coin, continuant sur sa lancée sans un instant de réflexion sur la puissance du mouvement de l’histoire qui est en train de se nouer. Ainsi la première force politique de gauche en Europe ne sert absolument à rien à l’heure du combat sinon accompagner le mouvement que le libéralisme impulse. Qui se souvient du discours pendant les élections européennes de cette cohorte de menteurs, apprécie, j’en suis sûr ! « L’Europe qui protège » et « le vote utile socialiste contre Baroso » ! A Paris, même musique ! En dehors du socialiste Christian Martin, aucun autre ne s’est joint à nous devant le siège de la délégation européenne boulevard Saint-Germain. Pourtant il faut noter que ce fut assez chaud pendant un moment ce rassemblement. On a bien vu que Marie-Georges Buffet se faisait sévèrement bousculer par les policiers d’une façon pas du tout admissible si l’on veut bien se souvenir qu’il s’agit d’un député et que la police devrait plutôt saluer que bousculer dans un tels cas. Sans oublier son accompagnateur piétiné au sol ! Je publie donc en illustration de cette note les photos de la scène !  Dans l’hémicycle, avec un cynisme que l’on doit relever c’est au représentant de la gauche du parti socialiste qu’est confiée l’explication de vote du groupe. Par un ancien respect, qu’il ne partagea d’ailleurs jamais, je m’abstiens de commenter ce que tout un chacun peut aller lire de soi-même.

Pas un Vert dans l’hémicycle de l’assemblée nationale à l’heure de la solidarité avec les Grecs ! La politique autrement, pas vrai ! Donc pas un mot. Et comme le scrutin était à main  levée, aucun Vert n’a voté quoique ce soit ! Martine Billard  qui a fait notre explication de vote n’en revenait pas elle-même d’un tel abandon de poste dans des heures comme celle-là. Au Sénat, notre camarade Marie Agnès Labarre, sénatrice de l’Essonne, a fait l’explication de vote du PG et bataillé au coude à coude avec les communistes pour la motion de procédure en vue de rejeter le plan. Les Verts ont compté les points. Et, pour finir, les quatre sénateurs Verts, Marie-Christine Blandin, Alima Boumediene-Thiery, Jean Desessard, Jacques Muller n'ont pas pris part au vote ! Mais Dominique Voynet a voté contre nous. Puis pour le vote global sur le texte, les mêmes n'ont pas pris part au vote et Dominique Voynet a voté pour le plan d’austérité.

Bien sûr le plan grec ne peut pas fonctionner. Comment le budget pourrait-il se remettre à flot quand une telle ponction va être opérée sur l’économie réelle réduisant d’autant les recettes de l’Etat ? J’ai déjà expliqué cela. Je ne suis pas le seul à l’avoir fait. Rien dans ce qui s’est passé n’a démenti si peu que ce soit l’analyse globale que nous avons été plusieurs à présenter aussitôt connus les principaux paramètres de la situation. Je suis amusé, en quelque sorte, de voir dorénavant le thème de l’emprunt direct à la BCE commencer son chemin dans les esprits. J’ai lu dans « Le Monde » que cette mesure serait la bombe atomique de Trichet. C’est exactement mon vocabulaire. Je renvoie aux expéditeurs leurs petits sourires mi navrés mi moqueurs quand je le disais… De même je veux rappeler sans cesse que la « solution de la crise » se lit  aussi comme un nouvel avatar de la ponction croissante du capital sur le travail. Aussi bête que ça, nonobstant la sophistication de la tuyauterie qui l’organise. En effet le financement du « déficit » du budget de l’Etat intègre une part croissante pour les remboursements des emprunts. Sauf erreurs ce sont bien les banques qui glanent ce pécule, non ? Et comme le capital ne sera taxé d’aucune façon…

Une rappel très intéressant est donné dans les commentaires qui ont suivi ma précédente note. On se souvient que je détaillais comment il y avait deux cas prévu par le Traité de Lisbonne pour aider un pays en difficulté selon qu’il est dans ou hors de l’union  européenne. Je relevais qu’en refusant son aide, l’Union avait traité la Grèce comme un pays extérieur à l’union. Non. Ce n’est pas le cas. La Grèce a été traité encore pire. Car en effet il y a un cas ou l’Union a fait intervenir la Banque centrale indépendante en prêtant massivement et directement à une banque nationale pour empêcher l’effondrement du système bancaire ! Ce fut le cas de la Hongrie. Je m’en souviens parfaitement car nous l’avions pointé dans mon équipe à l’époque sans vraiment mesurer ce que cela voudrait dire ensuite dans le cas ou cela serait refusé à d’autres. Donc pour sauver le système bancaire hongrois, la BCE a prêté directement et ans faire d’histoire. Mais pour la Grèce…

Voici le récit de ce cas Hongrois. Carol DEBY: 5 mai 2010.  Message adressé à Monsieur le député européen J-L Mélenchon. D’autres que vous, Jean-Luc Mélenchon, partagent votre colère, votre indignation devant ce qui apparaît de plus en plus comme un acte de banditisme s’abattant, sous couvert de légalité, sur le peuple grec. Mais voici des documents qui transforment cette colère en rage. L’article 123 du Traité de Lisbonne interdit un prêt direct de la BCE à un pays de l’UE, soit. Mais on a oublié qu’en décembre 2008, la BCE mettait 5 milliards d’euros à la disposition de la banque centrale hongroise (Magyar Nemzeti Bank), pour soutenir son système financier. Cette annonce se trouve dans le Figaro de l’époque : elle est donc authentique, même pour la droite.  Un journal marocain s’étonnait : «La BCE, dans un geste sans précédent hors de la zone euro, a octroyé à la Hongrie un prêt de cinq milliards d’euros pour faire face à la crise des liquidités à Budapest, dont les causes seraient à chercher exclusivement, selon les dirigeants et experts hongrois, du côté des spéculateurs et d’un vent de panique.»  Pourquoi cette générosité ? Michel Santi a résumé la crise hongroise fin octobre 2008. La masse globale de prêts consentis en Francs Suisses hors de Suisse étant estimée à 500 milliards d’Euros, une secousse provoquée par le défaut de paiement de ces débiteurs sub-primes « nouvelle vague  » d’Europe Centrale ébranlerait l’Autriche, la Suisse, l’Italie et la Grèce en même temps que l’ensemble de la région d’Europe Centrale et Balkanique« On comprend ainsi la générosité de la Banque Centrale Européenne qui a volé au secours de la Hongrie la semaine dernière en lui prodiguant des facilités de crédit de 5 milliards d’Euros, montant comparable au plan américain de 700 milliards de dollars, proportionnellement à la taille et au P.I.B. Hongrois ! En effet, les banques autrichiennes réalisent 35% de leurs profits grâce aux pays d’Europe Centrale et des Balkans, l’Autriche ayant une exposition à ce marché de l’ordre de 230 milliards d’Euros, suivie par l’Italie dont les banques sont investies dans cette région à hauteur de 160 milliards d’euros. ». Cette première entorse au traité de Lisbonne,  "Le Monde Diplomatique" la constatait en juin 2009  (art. de F. Lordon.) L’article 123, qui interdit à la Banque centrale européenne de prêter « aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques des Etats membres », ne l’a pas retenue d’ouvrir un crédit de 5 milliards d’euros à un gouvernement, hongrois en l’espèce, qui plus est, n’est pas même membre de la zone euro…

Vous souvenez vous de SWIFT ? Cette agence permet à huit cent établissements bancaires européens de communiquer entre eux et d’échanger des données. Les USA avaient décidés de filtrer le tout dans le cadre de la lutte anti terroriste. Le parlement européen s’était rebellé alors que les gouvernements avaient accepté. Un vote solennel avait donc tout bloqué. Toc, c’est fini. Les larbins ont été rappelés à l’ordre par notre bon maitre. La résolution sur Swift cosignée par les groupes centriste, droite et sociaux démocrate au Parlement européen est un véritable acte d'allégeance au suzerain états-unien! Après s'être enorgueilli de rejeter l'accord SWIFT en Février dernier, ALDE, SD, PPE, ECR viennent d'accepter lamentablement sa mise en place. Et de quelle façon! Leur texte commence par des  courbettes en tous genres: "le Parlement européen attache beaucoup de prix à l’indispensable coopération transatlantique »; il "rappelle qu'il voit d'un œil favorable un accord qui permettrait à l'Europe et aux Etats-Unis de renforcer la lutte contre le terrorisme"; il insiste sur  "l'esprit de coopération constructive et de l'honnêteté manifestés par les représentants de l’administration des Etats-Unis ". Certes, le texte insiste sur la nécessité d'une limitation du stockage des données. Bien sur. Mais la hardiesse s’arrête là. Plus un mot de la revendication visant à ne transmettre aux Etats-Unis que des données sélectionnées. En effet vous devez savoir que le système de messagerie financière actuelle ne permet de transmettre que des données "en vrac". C'est-à-dire tout sur vos comptes, d’un coup ! C’est fort, non ?

Le texte couine quand même que ce serait bien d’avoir un engagement des parties à arranger le problème. Bien sur ! L’accord devrait donc pouvoir "être dénoncé immédiatement " si les parties ne tiennent pas leur engagement. Wee ! Bien sur ! On y compte bien, pas vrai ! Le plus dramatique de cette palinodie se trouve à l'article 15. Le Parlement européen y « fait observer que la réciprocité voudrait que les autorités américaines autorisent les autorités de l'UE ainsi que les autorités compétentes des États membres à obtenir et à utiliser des données de messagerie financière et des données connexes stockées sur les serveurs des États-Unis, et ce aux mêmes conditions que celles qui s'appliquent aux autorités américaines » En effet ! Et alors ? Que demandent le parlement et les autres ombres européennes à leur maitre nord américain ? Quoi ? Rien ! Absolument rien. L’Europe qui protège capitule dans condition. Les comptes en banques de tous les européens sont consultables 24 heures sur 24 et sept jours sur sept  par les paranoïaques de la CIA et des dix huit agences de sécurité des Etats unis d’Amérique. Ouf ! Signé « l’Europe qui protège ». Bon pour exécution des socialistes européens unanimes après avoir lu la tribune « Europe réveille toi de ce jour dans Libération sous la plume de Martine Aubry et Poul Rasmussen, le président du parti socialiste européen ! C afait même plus de la colère, une fois rendu à ce point. 

Ce dimanche je vais à Bibracte, dans le parc naturel du Morvan. C'est la colline inspirée où l'assemblée des tribus gauloises élut Vercingetorix, un arverne, à la tête du mouvement de contre offensive contre César et Labiénus son habile second. Le soir même de l'élection c'était déjà le bazar entre gaulois, comme dans une assemblée de l'autre gauche. Donc moi qui n'ai pas un grand père français je viens faire le gaulois. Alors que mes sentiments intimes sont pro-romains comme c'est pas racontable ! Admirables Français ! Nous sommes tous des gallo-romains ! Aucun autre pays n'a inventé une catégorie de classement historique comme ici, nommé "gallo-romain!". Pas d'ibéro-romain ! Et pourtant au moins un des douze premiers César était un ibère de chez ibère ! Pas de germano-romain non plus ! Il faut dire que c'est difficile à imaginer au delà de la Sarre! Que les Lepen s'étouffent : nous avons été fiers de nous nommer du nom de l'envahisseur! Le mélange a payé je crois bien !

Depuis les élections européennes, nous avons décidé à quelques uns, dont les deux premiers initiateurs de la ballade, Hélène Franco et Gabriel Amard, d'y venir le dimanche le plus proche du huit mai (victoire sur les nazis) et du 10 mai, victoire de la gauche. Une ballade, un pique nique, des chansons, des copains. En petit nombre car ce n'est pas une manifestation, ni quoique ce soit de ce style. Un moment entre amis avec nos gosses tant qu'ils sont en âge d'être obligés de nous suivre…


349 commentaires à “Je vais à Bibracte! sur la route d’Athènes”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 »

  1. 1
    estivill.jean dit:

    Il faut rapidement dénoncer l'opération DSK la même qu'avec Royale qui consistait à s'ssurer qu'il n'y aurait pas une véritable alternative (celle porteuse du non).Tous les médias chauffent la place,va-t-on rester les bras croisés sans expliquer tous les jours le rôle du FMI, de son patron et "le contrat "DSK-Sarkozy,un beau deal connu de tous les beaux messieurs informés par métier

  2. 2
    Pierre Robesse dit:

    Cher jean-luc, n'oublie pas d'emporter dans tes bagages, sur ta route pour "l'Odyssé contre la profitation de la finance", tout notre soutien pour le peuple grec. Républicainement vôtre. PR

  3. 3
    Mario Morisi dit:

    Je suis honoré d'être le premier ici à lire ce message.

    Je reviens à peine d'une autre "manifestation", au coeur de la millénaire forêt de Chaux, là où des druides ont forcément sévi...

    C'était à la Vieille Loye, dans le Jura. Le thème du soir en était, tenez vous bien : "LE PEUPLE"

    J'y suis allé d'un de mes petits chapeaux, d'une mise en bouche
    avant l'intervention chaque fois plus puissante de Stéphane Haslé,
    pour une centaine de citoyens de tous les code INSEE...

    Je n'ouvre pas le débat sur le post lui même, la rage chez nous tous est si grande...

    Mais pour ce qui est le gallo-romanité, moi qui supporte la Squadra Azzurra sur tous les terrains,

    qu'est-ce que je suis heureux de lutter "gallo romain" et "République sociale",

    même si je suis moi aussi pro-romain comme pas possible....

    Allez, en avant tous et un peu moins de sexe des anges...

  4. 4
    lemexicain dit:

    Merci pour cet excellent billet !

    « Ou quand, en cadence, les menteurs répandent des heures durant, sur toutes les ondes, la fable selon laquelle les grecs partiraient à la retraite à 53 ans ».

    J'en profite pour signaler à nouveau mon "article" publié il y a quelques jours sur Agoravox, qui s'efforçait de rétablir la vérité sur l'âge moyen de départ en retraite des Grecs : 61 ans pour les femmes et 62,5 ans pour les hommes, ce qui signifient qu'ils travaillent en moyenne deux à quatre ans de plus que les Français ! Et ce sont ces gens-là qu'on a tenté de rendre responsables de la crise ? Ces procédés médiatiques sont tout simplement répugnants !

    Carol Deby, je te félicite pour ton rapprochement avec le cas hongrois, c'est très pertinent... Comme quoi tu avais raison camarade lorsque tu affirmais « ce contact est proche » !

  5. 5
    lemexicain dit:

    En tant qu'étudiant en histoire ancienne je me dois de rajouter un petit commentaire pour signaler que les allusions historiques de ce billet m'ont particulièrement plu ! J'en profite pour signaler à Mario Morisi qu'en plus des origines italiennes nous avons visiblement en commun le fait d'habiter la même région, puisque je réside à Vesontio !

  6. 6
    Mario Morisi dit:

    Alors, cher Mexicain, si tant est que nous ne nous connaissions pas déjà, je te recommande la lecture de'Castor Paradiso", un roman d'atmosphère particulièrement prenant se déroulant à Battant en 1988, et plus particulièrement le jour où des intégristes... catholiques firent sauter le cinéma le Building le jour de la première de La dernière tentation du Christ de Scorsese...

    Mais ce n'est pas le lieu, enchanté...

  7. 7
    Perceval dit:

    Je viens de lire le billet qui est excellent comme d'habitude juste après avoir regardé l'intervention de Jean Luc Mélenchon dans l'objet du scandale sur France 2.

    Merci pour ce cours magistral d'une heure et demi en face d'intervenants qui s'avancent avec tellement de contradictions que ça en devient instructif de les écouter parler. Instructif pour ceux qui savent déjà, et édifiant pour ceux qui n'ont pas encore compris. Je rêve de voir un débat Mélenchon vs Sarkozy, ca serait tellement inégal. Et édifiant.

    Pourquoi ne pas faire tout de suite une différence ultra précise entre les entreprises du cac40 (contrôlées à plus de 40% par les fonds de pension américains) et les toutes petites entreprises, qu'elles comportent 5 salariés ou une personne unique.

    Celles la dont je fais partie, qui ne sont pas les créateurs du problème et pourraient être la solution à ce que vous proposez si en plus des 1000 usines thermiques, on impose (au sens de rendre obligatoire et entre autres..) une connexion en fibre optique pour chacun des français, y compris les français d'outre mer, la Corse (où la freebox n'est toujours pas disponible), jusqu'à Mayotte, comme on a su apporter l'électricité puis le téléphone automatique. Je parle en mon nom mais aussi au nom de tous ceux qui ont envie d'essayer. Créer 1000 usines géothermiques, ca fait un paquet d'emplois. Imposer une connexion gigabit dans chaque foyer très très vite et surtout symétrique, ca peut déclencher la révolution numérique en plus de la révolution verte. et je parle de tous ces petits entrepreneurs locaux qui peuvent survivre).

    Ca veut dire que d'un seul coup dans les conditions qui sont les nôtres, on pourrait voir enfin une explosion de l'offre de service si toute la France est connectée en 100mbits comme toute PME qui se respecte. Au niveau national ca ne coute rien, au niveau local ca apporte tout, et c'est beaucoup moins polluant qu'une autoroute. Seulement 400 millions pour le Finistère.

    Les personnes qui s'investissent en TPE (majoritairement en solo comme moi) qu'ils soient exploitants agricoles, graphistes, programmeurs php, consultants, plombiers ou pâtissiers ou médecins au fin fond de la campagne avec une clientèle vieillissante ne gagnent en général pas beaucoup plus qu'un smic. Et ne réclament que des bons outils.

    Pour ceux qui parlent de la "répétition en cadence" de faits (supposés et assénés), n'oubliez pas que le problème n'est pas seulement ce que nous entendons sur les ondes, du fait de médias de plus en plus nombreux et de plus en plus gratuits mais surtout de ceux qui contrôlent le robinet (AFP, AP, Reuters, les chinois and co.) et qui font que lire le Télégramme de Brest ou écouter CCTV.com ou lire le Figaro ou Libération c'est globalement la même chose.

    Bon weekend en compagnie de vos gosses et de ceux des autres, mr Mélenchon, en ce qui concerne tes lecteurs de ce...

  8. 8
    Demetrio dit:

    @ JLM
    @ MORISI et LEMEXICAIN

    chers camarades, puisque nous sommes tous des gallo-romains,
    et moi plus que vous tous, n'ayant pas un père français mais ayant fait le choix volontaire
    d'être citoyen de la République Française,
    soyons plus que jamais GALLO-ROMAINS- GRECS....
    autrement dit : quand dirons nous au peuple français qu'il faut sortir de l'UE
    et abandonner l'Euro ? Et si je peux me permettre une suggestion, camarade Jean Luc,
    au retour de ton pélérinage à Bribracte tout serait en place, symboliquement,
    pour lancer un appel au peuple français pour sortir de l'UE, libérant ainsi les nations
    d'Europe étranglées par les les vautours financiers ! !

    salutations fraternelles républicaines et socialistes

    demetrio
    greco-rital et... jacobin

  9. 9
    Carol Deby dit:

    Cher Député,

    Vous imaginez le plaisir de constater que mon boulot d'information sert à quelque chose.
    Que dire à propos de ce nouveau papier, sinon ce que j'ai déclaré dans le "fil" précédent
    (message 315), tout le bien que je pense de vos activités.
    Ce billet-ci me semble un pas de plus encore dans la lutte ouverte que vous menez, et c'est bien.
    Merci encore.
    Je remercie aussi le mexicain, étudiant en histoire ancienne.

  10. 10
    Hopfrpg dit:

    Magnifique, ce billet de Jean-Luc Mélenchon. Dans la vaste débandade à laquelle on assiste actuellement, au moins quelqu'un aura été à la hauteur de la situation… À certains égards, nous revivons un nouveau Munich… avec le PS dans le rôle de Daladier !

    Belle (et sinistre) illustration de la "stratégie du choc" analysée par Naomi Klein…

  11. 11
    marco polo dit:

    Bien résumé, vous définissez avec beaucoup de brio toute la politique européenne avec la rapacité des spéculateurs, des banquiers, des politiques ultra libéraux et en particulier celle des socialistes et puis aussi des verts, on se demande où sont les différences...Je vous approuve et vous soutiens à 100 %.
    Ceci dit, comment le parti de gauche envisage-t-il la suite désormais ? Que prévoir comme avenir avec cette gauche somme toute très éclatée (euphémisme). Parce que nous mesurons aussi le désastre économico-politique qui se déroule sous nos yeux à l'aune de notre incapacité actuelle à faire valoir une autre politique, une politique sociale, républicaine, avec la participation de tous les citoyens de ce pays.
    Et ces citoyens ne demandent que ça un vrai changement, il suffit de leur montrer notre capacité à le faire. Simple n'est-ce pas ?
    De la belle envolée du front de gauche avec la place qu'il a prise, conquise à la force du poignet, il me semble encore distinguer la poussière du grand mouvement initié par les européennes et les régionales qui retombe lentement...à plat.
    Dommage parce que tous ceux qui aujourd'hui ont besoin de repères se perdent et s'éparpillent, besoin de rassemblement pour (re)créer cette dynamique qui est bien la seule à pouvoir nous faire gagner.
    Que faire ? un pc et un npa, les frères ennemis, qui s'entre-mordent, des verts perdus dans les méandres des pensées "cohn-benditiennes".... Oui, quoi faire aujourd'hui où plus que jamais nous avons besoin de cohésion, d'espoir ?
    Les autres réseaux comme la fase, alternatifs, pcof, gauche unitaire.... ne devraient-ils pas jouer un autre rôle que celui de force d'appoint ?
    Pourquoi ne pas prendre l'initiative de relancer le front de gauche ou alors de donner au pg la dimension d'un front rassemblant tous ceux qui le désirent sur la base d'un programme de base, l'affirmant et le démontrant publiquement, l'enrichissant par les échanges d'idées, d'expériences ? Ne serait-ce pas la manière de progresser ?
    Plutôt que de maintenir cette logique de parti ? N'est-ce pas une vision dépassée dans la conception d'une démocratie républicaine au 21 e siècle ? Il me semble que la volonté d'union est plus forte chez les sans-parti que chez ceux qui sont acquis à 1 parti. Pire, à terme un parti, fige les idées et donc l'action. Mais le besoin de structures d'organisation et de règles étant impérativement nécessaires, c'est sans doute à cela qu'il faut s'attaquer avec tous les mouvements et patrticuliers qui ne demandent que d'avancer. Une idée peut être bonne, mais mauvaise si elle est seule.
    Et ça urge, non ?

  12. 12
    guillot dit:

    Un pique nique au sommet du Mont Beuvray (900 m), encore un clin d'oeil à Mitterrand et sa roche de Solutré situé dans le même département !

    Je pensais que Bibracte était la capitale des Eduens,la tribu des gaulois qui avait rallié Jule César pour combattre Vercingétorix. Après sa victoire, Rome obligea les Eduens à descendre leur capitale du sommet (900 m). Ils s'intallèrent donc plus bas, sur le site actuel d'Autun (Augustodunum atteignaitt 100000 habitants au 1° siècle))

    Je peux me tromper mais je doute que le pélerinage de Jean-Luc Mélenchon sur le mont Beuvray prenne ici le sens qu'il aurait souhaité.

  13. 13
    guillot dit:

    Un rectificatif sur les Eduens: alliés des Romains depuis déjà quelques temps, ils firent défection à César pour changer de camp mais dans les combats qui virent la défaite de Vercingétorix en 52 av JC. Cette ultime assemblée des tribus gauloises déboucha finalement sur une ultime raclée,due à une stratégie erronnée. Comme quoi se rassembler contre un ennemi commun (aujourd'hui le Capital, sa classe dominante et ses tribus alliées, PS et EE, voire plus si affinité) ne suffit pas. Encore faut-il utiliser une bonne stratégie.

  14. 14
    Thierry dit:

    Bravo et merci pour cette tribune essentielle en ses temps de consternante indigence médiatique et d'agression de nos frères grecs, mais.....pour Bibracte....., j'espère que vous profiterez de votre visite pour découvrir que les Eduens étaient de puissant alliés et "amis" du peuple romain, que leur druide Diviciacos était un proche de Ciceron et que la zone "denier d'argent" facilitant le commerce du vin et des esclaves s'étendait bien avant Cesar sur plus de la moitié de la Gaule Chevelue, que la Guerre des Gaules a réellement eu les dimensions d'une guerre civile dans presque chaque cité et que la révolte de Vercingetorix n'est qu'un soubresaut d'une conception traditionnaliste et féodale en opposition à l'inéluctable émergence de l'empire esclavagiste. Quant à la gallo romanité, c'est effectivement un concept historique navrant qui nous empêche de percevoir toute la richesse et l'originalité d'une civilisation, du coup, très méconnue.

  15. 15
    Bric à brac baroque dit:

    Saluez Bribracte de ma part... Et comme l'histoire ne se répète jamais (si j'en juge par le rappel historique de Guillot), on peut considérer qu'un rassemblement au somment du Beuvray pourrait devenir l'occasion de préparer une victoire!
    Bonne visite en ce lieu magnifique!

  16. 16
    toto dit:

    Allons à Bibracte,

    http://www.bibracte.fr/page.php?langue=fr&rub=02&srub=01

    L'ascension du mont Beuvrey comme un clin d'oeil à l'ascension de la roche de Solutré avec Mitterrand me laisse perplexe. Si François le fourbe devait être une référence pour Jean-Luc Mélenchon ma considération pour le PG en serait quelque peu altérée. Ce n'est pas la première fois que Jean-Luc Mélenchon est dans l'ambiguité et c'est agaçant.

  17. 17
    hopfrog dit:

    « Voilà d’ailleurs la redécouverte que vont bientôt faire, ébahis, les gens qui nous gouvernent, qu’on appellerait à peine "hommes politiques", spécialement au niveau européen, tant ils semblent ignorants des forces fondamentales de la politique : il y a des peuples, en dernière analyse la souveraineté en émane, et passé certains seuils de mécontentement ce sont eux qui se chargent de tout envoyer valser. »

    Ces lignes — qui sans doute ne sont pas pour déplaire à Jean-Luc Mélenchon — sont extraites d'une formidable analyse de Frédéric Lordon (« Crise, la croisée des chemins ») mis en ligne hier par Le Monde diplomatique. Je suis frappé par les convergences entre ce texte et le dernier billet de Jean-Luc Mélenchon. Précipitez-vous pour le lire ! En plus, c'est brillant et très drôle…

    http://blog.mondediplo.net/2010-05-07-Crise-la-croisee-des-chemins#nh7

  18. 18
    ahçaira dit:

    D'accord pour le constat et l'analyse. Après les appels à manifester devant les banques, en forme de prise de conscience, est-il possible de passer à autre chose de concret pour notre pays ?
    La proposition de Dupont-Aignan d'une pétition pour sortir de l'euro me semble positive :
    http://www.mesopinions.com/Sortons-de-l-Euro-avant-qu-il-ne-soit-trop-tard---petition-petitions-83b3b5df6da3d664dae5a26f8f16fa8d.html
    Qu'en penses-tu ?
    Cessons sans délai de payer pour remplir les caisses des banques et les poches des spéculateurs !
    Arrêtons la casse de nos systèmes de protection sociale, l'évasion des emplois et des activités, le renforcement délirant des inégalités : un riche en plus = 42 pauvres en plus, etc.

  19. 19
    Pulchérie D dit:

    Coup d’œil sur le monde extra-européen.

    On n’a pas parlé, cette semaine, d'un article du Courrier International, consacré à la question du nucléaire iranien.

    Il y a eu encore, au début de cette année, des allusions à une intervention possible des Etats-Unis et d’Israël sur les installations nucléaires iraniennes.

    Mais le ton semble changer, outre-Atlantique.
    « De plus en plus nombreux sont ceux qui, à Washington, se résignent à l’idée de voir Téhéran capable de fabriquer une bombe atomique. Et envisagent une politique intégrant un tel développement. » est-il dit dans le Courrier, reprenant un article du Boston Globe, signé H.D.S. Greenway.
    « Tôt ou tard, l’Iran disposera des moyens nécessaires à la fabrication d’armes nucléaires. Pour les Etats-Unis et leurs alliés, le défi est aujourd’hui de composer avec cette réalité, aussi déplaisante soit-elle. Fin avril, The New York Times a rendu publique une note de service confidentielle dans laquelle le ministre de la Défense, Robert Gates, expliquait en substance que les Etats-Unis n’avaient pas de stratégie efficace à long terme pour contrer les ambitions nucléaires de Téhéran. Le gouvernement Obama affirme ­cependant toujours qu’il ne laissera pas l’Iran parvenir à ses objectifs. Le sénateur John McCain s’est empressé de déclarer ironiquement qu’il n’avait pas besoin du document secret rédigé par Gates pour savoir que les Etats-Unis n’avaient pas de politique cohérente sur la question iranienne. »

    Greenway, ex- éditorialiste du B.Globe, avait prédit, le 17 mars, que l’escalade en Irak « était promise à l’échec ».

    Je ne fait aucun commentaires sur cette évolution, sinon qu'elle pourrait s'expliquer par un affaiblissement des USA.

  20. 20
    J-J dit:

    marco polo dit:
    8 mai 2010 à 9h15
    ……………………
    Plutôt que de maintenir cette logique de parti ? N’est-ce pas une vision dépassée dans la conception d’une démocratie républicaine au 21 e siècle ? Il me semble que la volonté d’union est plus forte chez les sans-parti que chez ceux qui sont acquis à 1 parti. Pire, à terme un parti, fige les idées et donc l’action. Mais le besoin de structures d’organisation et de règles étant impérativement nécessaires, c’est sans doute à cela qu’il faut s’attaquer avec tous les mouvements et patrticuliers qui ne demandent que d’avancer. Une idée peut être bonne, mais mauvaise si elle est seule.
    Et ça urge, non ?
    Je suis très proche de ce commentaire mais je me demande si nous citoyens voulons nous investir dans cette démarche. N’est-il pas plus facile de se faire bercer que de participer à un débat citoyen ? En prenant connaissance des abstentions lors de consultations électorales il apparaît que les électeurs se mobilisent davantage pour un match de foot que de tenter de prendre son destin en mains. Pour cela la reconnaissance du vote blanc est essentielle ; En France il n’est pas comptabilisé donc le débat est corrompu. Mes pensées vont également aux valeurs éternelles représentées et + par la GRECE : La DEMOCRATIE. N’est-on pas entrain d’assister à l’attaque de cette valeur universelle ?

  21. 21
    am dit:

    Excellente prestation Face a Touati ! vous l'avez mis KO, HAHAHAHA a quand des debats comme ca sur le le service dit "public"
    bravo continuez, je voterais pour vous aux presidentielles sans hesitation!

  22. 22
    counch dit:

    Encore un billet qui fait froid dans le dos...
    Merci d'être là cher Jean-Luc Mélenchon.
    Il faudra de toutes façons être là quand toute la classe politique, désemparée, se retournera vers nous en nous demandant comment faire maintenant que tout est par terre! A ce moment là, Il faudra savoir faire et ne pas se tromper de chemin!

    A lire une très bonne analyse (encore) dans le bon journal Médiapart sur la situation et surtout qui révèle combien nos chères banques détiennent de titres de dette public Grecs : pas moins de 57 milliards détenus par CA, BNP, Banque Populaire, BCPE.... Autant dire que les défauts de paiement Grecs à venir (c'est sur) accoucheront du tremblement de terre sans précédent encore plus fort que la fois dernière que l'on imagine.

    Quel défaut de paiement sera le prochain domino? Grec? Espagnol? Français? Allemand? Peut-être pouvont nous les y aider en faisant provoquer ces défauts par les peuples eux mêmes! Que sont ces banquiers pour mériter d'être remboursé (avec intérêts insurmontables) de l'argent qu'ils n'avaient pas quand ils nous l'on prêté!.

    L'économie appartient aux peuples! Il est temps que ceux-ci se la réapproprie!

  23. 23
    Descartes dit:

    @Le prolo du biolo (#414 dernier fil)

    « Pour faire simple, je n’ai nulle part écrit « jamais je n’adhérerais au PG » Si tu n’assumes pas et te renie toi-même, alors désolé je ne peux rien pour toi.

    Je n'ai pas à assumer tes inventions. La méthode qui consiste à attribuer aux autres ce qu'on aurait aimé qu'ils disent pour mieux les démolir est un vieux recours stalinien. Je constate qu'il est toujours en usage chez certains écologistes...

    Et le dialogue devient très difficile …

    Il devient impossible si tu utilises ce genre de méthodes.

  24. 24
    le Prolo du Biolo dit:

    Citoyens Résistants d'Hier et d'Aujourd'hui

    http://www.dailymotion.com/video/xd3j77_rassemblement-paroles-de-resistance_news

    http://www.citoyens-resistants.fr/

    Le week-end du 15-16 Mai sur le plateau des Glières en Savoie approche.
    Appel aux camarades PG Rhône-Alpes et sympathisants : pour faire en sorte qu'il y ait encore plus de monde que les années précédentes, passez le message...

  25. 25
    le Prolo du Biolo dit:

    @ 15 - Descartes

    Ne me tente pas, j'ai ton post sur mon disque dur.

  26. 26
    Carol Deby dit:

    La crise grecque est-elle la cause des turbulences financières qui ont provoqué notamment une chute de 11 % du CAC40 ?

    Ou bien est-ce le petit coup de pouce qui amène la deuxième phase de la crise mondiale, annoncée par Frédéric Lordon, dans son livre « La crise de trop » (édit. Fayard, 2009).

    J'extrais notamment de ce bouquin : « (…) la débâcle financière a encore en réserve quelques sérieuses descentes. (…) les convois de mauvaises dettes défilent les uns après le autres…et, de manière non moins prévisible, viennent s’écraser sur le butoir. Celui des crédits immobiliers dits Alt-A promet depuis un moment un très bel amas de ferraille - et voici que les premiers wagons entrent gare. (…) c’est très exactement l’histoire des surprimes qui recommence, avec la séquence défaut des emprunteurs initiaux- transmission du choc aux produits structurés dérivés- annihilation garantie de leurs tranches les plus subordonnées (Equity et Mezzanine)- probables pertes sur les tranches senior pourtant réputées les plus sûres (…) » (pp. 19-20).

    Pour les lecteurs qui ne connaissent pas la nature des Alt-A, voir Wikipédia :
    http://en.wikipedia.org/wiki/Alt-A.

    Qu ‘en pense BA ? Sommes-nous au début d’une deuxième étape de la crise mondiale ?

  27. 27
    Delbrayelle Gilbert dit:

    Marco Polo dit :
    ""Plutôt que de maintenir cette logique de parti ? N’est-ce pas une vision dépassée dans la conception d’une démocratie républicaine au 21 e siècle ? Il me semble que la volonté d’union est plus forte chez les sans-parti que chez ceux qui sont acquis à 1 parti. Pire, à terme un parti, fige les idées et donc l’action. Mais le besoin de structures d’organisation et de règles étant impérativement nécessaires, c’est sans doute à cela qu’il faut s’attaquer avec tous les mouvements et patrticuliers qui ne demandent que d’avancer.""

    Tout à fait d'accord. J'ai eu la tentation d'adhérer au Parti de Gauche et je suis refroidi par toutes les palabres que je lis ici. Jean-Luc Mélenchon dit que le peuple n'est pas représenté dans les médias ou que les décideurs ne vivent pas le quotidien de ce même peuple. J'ai parfois l'impression que c'est la même chose ici.
    Je crois que les partis vont être un frein à la progression.
    Le but est de gouverner (sinon, ce n'est pas la peine de disserter) et donc d'obtenir 51% des voix.
    Jean Luc Mélenchon doit y aller en rassembleur sans se cacher. Les Français sont mûrs pour le suivre... au-delà des partis. Toutes les élections précédentes ont été des fiascos par la faute des chapelles à gauche des socialistes.

  28. 28
    Jean Rigole dit:

    Bonjour,
    il faut rassurer les marchés... mais pourquoi devrions-nous rassuer des moutons qui lorsqu'un des leur confond milloins et milliards entraine tout le troupeau.
    à qui appartiennent les sommes prétées aux états ? les préteurs disposent-ils des sommes qu'ils prêtent ? ne serions nous pas en pleine cavalerie ?
    Si on s'inscrit dans cette règle, le coeur du problème est que la maladie mondiale causée par trop de dette est traitée par encore plus de dettes, ce qui n'est pas du tout la solution.
    Et qui va renflouer les Etats-Unis quand la dette publique pourrait atteindre les 716% du PIB des Etats-Unis dans le scénario alternatif de Bureau du Congrès US chargé du budget ?
    Freddie Mac a besoin de 10 milliards de dollars d'aide supplémentaires de la part du Trésor américain, après avoir publié ses troisièmes pertes trimestrielles. La société de refinancement hypothécaire a enregistré 6,7 milliards de dollars de pertes, contre 9,9 milliards un an plus tôt. Freddie Mac...
    Ne faut-il pas simplement interdire tout nouvel emprunt ? que ferait les préteurs sans emprunteur ?
    Allons nous longtemps jouer à ce "jeu de la mort" ?
    Salut et Fraternité

  29. 29
    ydaho dit:

    Voilà un "super billet" ! Tout ce qui est écrit dans ce texte, non seulement je le pense, mais j'aurais pu l'écrire ! Cela fait parti de "mes" intimes convictions depuis toujours ! Il faut foutre ce monde par terre et trouver le moyen de le faire sans qu'il y ait de la casse.. Je pense cela depuis que j'ai 13 ou 14 ans !

    Et a toi Descartes, je voudrais te dire que tu peux continuer de penser que l'écologie n'est pas une valeur de Gauche, c'est ta conviction a toi, mais quand tu vois l'attitude des "verts" décrite dans ce billet, a moi cela ne fait que conforter mes idées ! Tu peux me répéter qu'historiquement c'est le "romantisme" allemand qui aurait créer ce "concept", hé bien je m'en fout ! Il n'y a qu'a le leur prendre ce concept ! Si nous n'en sommes pas les géniteurs (la Gauche), soyons en la trame ouvrière ! Nationalisons l'écologie !
    Et pour finir : oui ! la droite veut un océan sans poissons ! couvert de pétrole ! et des gosses qui se gavent de beurre "graisses animales" ! Il ne le veulent pas intrinsèquement mais leur "foi" en le libéralisme les aveugle et les conduira immanquablement a cet état de fait ! Parce que la seule chose qui compte ce sont les dividendes sonnant et trébuchant !
    Oui le capitalisme, peut être, au départ, un système de production est devenu un dogme ! un dogme qui poursuit sa "fuite en avant", y compris en dépeçant un peuple comme il dépèce une entreprise, parce qu'il ne peut faire autrement pour survivre ! La spéculation est devenue "folle" parce qu'elle auto nourrit le système ! tout comme un malheureux pris dans le piège du crédit facile, accumulera les crédits pour essayer de payer les crédits... Je ne suis pas "larmoyant" ! je suis réaliste !
    Et a ceux qui pensent que l'on peut encore faire fléchir le P.S. actuel vers une politique plus a gauche, les évènement récents, que ce soit a l'assemblée nationale ou au parlement européen, montre que cela ne sera pas possible.. Ou alors seulement avec la gauche du P.S. et dans ce cas, le P.S. implosera.. J'en suis triste parce que c'est presque toute ma vie en tant qu'électeur, mais cette fuite en avant vers le dogme libéral ou la mondialisation acceptée est intolérable ! Je parle en mon nom, mais je ne peux accepter d'être trahi a ce point !
    J'aime bien l'idée du prolo du biolo, pour le plateau des Glières.. c'est a creuser.. bien qu'il ne reste que quelques jours..

  30. 30
    Mario Morisi dit:

    Le but est de gouverner (sinon, ce n’est pas la peine de disserter) et donc d’obtenir 51% des voix.

    C'est la le hic de ta position. On ne peut pas faire face aux légions romaines de l'ultralibéralisme, de la finance et de leurs sicaires et valets avec une armée Mexicaine ou Gauloise. Le parti est, en République, la seule arme, le seul rassemblement organisé qui peut faire front, qui peut appeler à l'adhésion...

    Car "gouverner" dans une telle tempête, ça ne peut pas s'improviser avec une Mosaïque d'individus et de sensiblités privé d'une idée commune et d'un Alexandre soutenu par des généraux et par un bon conseiller... ne s'appelait-il pas Aristote ?

    Alors je crois qu'il faut choisir son camp et la Résistance organisée

    avant la contre-attaque

  31. 31
    Mario Morisi dit:

    Voilà ce qu'on lit sur un blog relié à la une du monde.fr

    Non, non, je ne ris pas...

    Il est difficile de ne pas ressentir une profonde sympathie pour les responsables européens confrontés a des problèmes qu’ils n’avaient pas vu venir, n’ont pas su gérer, mais ne peuvent pas ignorer. Le dos au mur, ils nous annoncent que chacun des Etats de l’Eurozone va prendre les mesures qui s’imposent pour réduire d’éventuels déficits budgétaires ou un endettement excessif.

  32. 32
    jean ai marre dit:

    @ # 368 Darthé-Payan dit: 7 mai 2010 à 20h44

    à : @ ydaho

    " Non l’écologie n’est pas de gauche. Elle est profondément régressive, réactionnaire, antirépublicaine et fortement contre révolutionnaire. "

    L'Ecologie est : la Science qui étudie les conditions d'existence d'un être vivant et les rapports qui s'établissent entre cet être et son environnement.

    Par conséquent, elle n'est pas de droite, elle n'est pas de gauche.

    C'est son appropriation et son développement qui est catalogué à gauche ou à droite.

    D-P lorsque tu parles de la sainte église tu parles de quoi ? Je ne comprends pas.Pas plus que je ne comprends que tu dises qu'elle est... voir plus haut.

    Tu m'as habitué à des argumentaires, jacobins, robespièrre, universalistes,etc.. plus précis.

  33. 33
    4 Août dit:

    "L’Ecologie est : la Science qui étudie les conditions d’existence d’un être vivant et les rapports qui s’établissent entre cet être et son environnement.

    Par conséquent, elle n’est pas de droite, elle n’est pas de gauche."

    Je rajoute "et elle est de toutes façons incompatible avec l'idéologie de droite".

  34. 34
    ydaho dit:

    Merci, jean ai marre tu "traduis" ma pensée.. si elle n'est pas de Gauche il faut se l'approprier avant que la droite n'en fasse n'importe quoi !

    @ Mario : c'est vrai les "pauvres" il sont tellement a plaindre nos dirigeants.. ;-)

    Franchement, je pense que le P.G. devrait accélérer la "manœuvre", un congrès en novembre.. C'est très, très loin ! Les retraites seront déjà saccagées (entre autre).. Et c'est un peu le problème des partis, de mon point de vue.. A situation extraordinaire, il faut peut être un congrès extraordinaire.. Ne faut il pas se montrer plus réactif devant l'adversité ? ne faut il pas montrer justement a ceux qui sont susceptibles de soutenir le P.G., que ce parti est capable de se "dépasser" pour soutenir ceux dont ils se réclament ? le peuple !
    Parce qu'en 6 mois, le libéralisme et nos dirigeants auront largement le temps de causer encore plus de dégâts ! En novembre on sera déjà sous le "joug" !
    Je "caricature" un peu, mais est ce que ce n'est pas être un peu conventionnel que de s'obstiner a "respecter" un calendrier alors que la "maison brule" ? Et montrer par cet attentisme qu'après tout on reste dans le sérail du politique habituel ?

  35. 35
    Darthé-Payan dit:

    @ Demetrio

    Salut mon frère républicain et jacobin,

    Je viens departiciper avec l'ensemble du Conseil Municipal à la cérémonie du 65ème anniversaire de Libération et de la capitulation de l'Allemagne Nazie.

    J'apprécie ton post et aussi je soutiens ton adresse à JL Mélenchon pour qu'il lance un appel de Bibracte pour que la France, notre patrie républicaine, notre nation universaliste sorte de l'Union Européenne, de la BCE et du Grand Marché Transatlantique. Que la France retrouve son esprit et son idéal de résistance, de souveraineté et d'indépendance en redevant la nation révolutionnaire retourneure et auteure de l'Histoire comme en 1989, comme en 1792, comme en 1793, comme en 1848. Aller Jean-Luc doit franchir le rubicon et profiter du pique nique de Bibracte, sur les hauteurs pour lancer cet appel à la sortie de la France de l'Union Européenne, nouvelle prison des peuples et nations, nouveau fossoyeurs des droits et protections des peuples et nations.

    Redevons,nous aussi républicains socialistes, dans l'idéal de l'esprit et du mouvement jacobin, le parti des patriotes ! Dans l'esprit de 1793 et du CNR.

    Salut à toi mon frère républicain et jacobin

    A très vite de lire ici et ailleurs.

    Pour finir bonne goulée de vin des Allobroges. Ce célèbre vin recherché dès le premier temps de la Rome Antique.

    Salut et Fraternité.

    Aller maintenant c'est l'heure de passer à table.

    Fabien

  36. 36
    Descartes dit:

    @marco polo (#8)

    Pourquoi ne pas prendre l’initiative de relancer le front de gauche ou alors de donner au pg la dimension d’un front rassemblant tous ceux qui le désirent sur la base d’un programme de base, l’affirmant et le démontrant publiquement, l’enrichissant par les échanges d’idées, d’expériences ? Ne serait-ce pas la manière de progresser ?
    Plutôt que de maintenir cette logique de parti ? N’est-ce pas une vision dépassée dans la conception d’une démocratie républicaine au 21 e siècle ?

    Au contraire. Un Front, c'est un rassemblement d'organisations qui arrivent à un compromis sur les projets et visions respectives pour se présenter unis devant le citoyen. Mais il est incapable d'élaborer par lui seul un projet et une vision. Cela, seul un parti politique peut le faire. Or, c'est justement cela qui nous manque: c'est bien beau de vouloir "rassembler sur un programme de base"... mais quel est ce programme ?

    Le point faible de la "gauche radicale", c'est justement sa capacité à formuler une analyse et une vision d'avenir qui soient crédibles. Tous les études d'opinion le montrent: alors qu'une majorité de nos concitoyens jugent sévèrement le capitalisme, ils continuent à voter pour des partis qui affichent clairement leur intention de le consolider. Pourquoi? Parce que les projets alternatifs sont vagues, sans consistance. Ce n'est pas avec des catalogues de bonnes intentions et de "valeurs" qu'on peut convaincre les citoyens de vous suivre. Les citoyens ont beau avoir une vision assez réaliste du capitalisme, ils savent pertinemment que cela pourrait être bien pire. Comment les convaincre que la "gauche radicale" est capable de gouverner le pays et de faire mieux ? Voilà la véritable question.

    A mon avis, ce n'est pas avec le mariage de la carpe et du lapin qu'on arrivera à résoudre ce problème. Il nous faut élaborer des analyses, des projets et des visions d'avenir, et ce travail d'élaboration n'est possible que dans une organisation où tous ses membres partagent un cadre de référence idéologique, c'est à dire, dans un parti politique. Une fois que ce travail sera fait, il sera temps de négocier entre organisations les questions tactiques. Et le "front" est avant tout une question tactique.

    Mais le besoin de structures d’organisation et de règles étant impérativement nécessaires, c’est sans doute à cela qu’il faut s’attaquer avec tous les mouvements et patrticuliers qui ne demandent que d’avancer.

    L'ennui, c'est qu'ils demandent d'avancer dans des directions différentes. Il y a dans la gauche radicale de véritables différences politiques, qu'on ne peut pas effacer par l'opération du saint esprit.

  37. 37
    ydaho dit:

    "L’ennui, c’est qu’ils demandent d’avancer dans des directions différentes. Il y a dans la gauche radicale de véritables différences politiques, qu’on ne peut pas effacer par l’opération du saint esprit."

    Alors on est foutu ! parce que le saint esprit est une valeur de droite !

  38. 38
    jean-jacques dit:

    Au sujet de la sortie de l'euro je signale que Nicolas Dupont-Aignan sur son site a mis une pétition en ligne pour demander la sortie de l'euro et j'avoue l'avoir signée. Il est temps que tous les républicains de ce pays s'unissent contre la fatalité et organisent la résistance ! rassurez-vous camarades, j'ai toujours voté à gauche et je n'ai pas viré ma cuti mais j'ai du respect pour cet homme qui sur son blog défend des positions républicaines.
    Alors Jean-Luc Mélenchon il est temps de prendre rendez-vous avec l'Histoire, le moment est crucial ! des choix clairs et radicaux s'imposent, il faut apporter des réponses au peuple et lui proposer un autre chemin : de Robespierre à Jaurès en passant par le de Gaulle du 18 juin et de la sortie de l'OTAN et l'écrivain qui notait que le capitalisme est frappé d'infirmité, que la résistance s'organise ! et le peuple citoyen suivra ! chaussons les bottes des Soldats de l'an II, des glorieux jacobins ! la France doit montrer la voie à l'Europe !

  39. 39
    Descartes dit:

    @ydaho (#21)

    Et a toi Descartes, je voudrais te dire que tu peux continuer de penser que l’écologie n’est pas une valeur de Gauche, c’est ta conviction a toi,

    C'est surtout une question de faits, que tu sembles ignorer. L'écologie apparaît dans la philosophie romantique allemande, essentiellement anti-humaniste et anti-moderniste. Les premiers à récupérer cette idéologie et ses concepts sont les mouvements d'extrême droite, dont en particulier le nazis-me avec en particulier les lois de protection de la nature de 1935. Alors, si cela te fait plaisir de croire que l'écologie fut inventée par mai 68, à ton aise. Mais historiquement, c'est faux.

    Tu peux me répéter qu’historiquement c’est le « romantisme » allemand qui aurait créer ce « concept », hé bien je m’en fout !

    Je sais bien que tu t'en fous des faits. Mais rappelle toi que les faits sont têtus...

    Il n’y a qu’a le leur prendre ce concept ! Si nous n’en sommes pas les géniteurs (la Gauche), soyons en la trame ouvrière ! Nationalisons l’écologie !

    Enfin, dis toi bien que si la droite et l'extrême droite ont trouvé dans l'écologie un certain nombre d'idées qui correspondent à leur vision du monde, en "prenant le concept" on risque de "prendre" en même temps ce que ce concept traine avec lui. Qui n'est pas joli-joli. L'écologie (avis aux puristes: on utilise ici le terme "écologie" dans le sens d'une position philosophique, et non pas de la science qui étudie les rapports de l'homme à son environnement) traine avec elle des relents d'anti-humanisme qui en font un "concept" assez difficile à intégrer dans une pensée qui se veut humaniste.

    Et pour finir : oui ! la droite veut un océan sans poissons ! couvert de pétrole ! et des gosses qui se gavent de beurre « graisses animales » ! Il ne le veulent pas intrinsèquement mais leur « foi » en le libéralisme les aveugle et les conduira immanquablement a cet état de fait ! Parce que la seule chose qui compte ce sont les dividendes sonnant et trébuchant !

    Va falloir qu'un jour tu te rendes compte que le monde est moins schématique que cela. Tu dirais que pour l'Abbé Pierre "la seul chose qui compte ce sont les dividendes sonnant et trébuchant" ? Et pourtant, c'était un homme de droite...

    Oui le capitalisme, peut être, au départ, un système de production est devenu un dogme !

    Va regarder dans un dictionnaire ce que "dogme" veut dire... et tu verras que ce n'est pas le cas.

  40. 40
    Carol Deby dit:

    A Ydaho, auteur du mess. 21

    Quel enthousiasme, quelle sincérité !
    Bravo !
    Mais il y a un sacré travail de persuasion du peuple à accomplir, au plus vite, sans théories absconses.
    D'ailleurs, le peuple comprendra vite quel rôle capital il peut jouer, surtout si la crise ne s'améliore pas.
    Bon voyage au plateau des Glières !
    De coeur avec toi.

  41. 41
    emma78 dit:

    Counch 14
    qui dit que'Il faudra de toutes façons être là quand toute la classe politique, désemparée, se retournera vers nous en nous demandant comment faire maintenant que tout est par terre! A ce moment là, Il faudra savoir faire et ne pas se tromper de chemin'

    La classe politique a voté les financiers contre les peuples et a organisé de structures en conséquence.ELle se porte très bien, merci pour elle !

    Si le PG n'explique pas que
    - c’est le patrimoine des Français les plus riches qui at le plus progressé : 1% de la population s’approprie 5, 5 % des revenus d’activités, 32 % des revenus du patrimoine, 48% des revenus exceptionnels (plus-values, levée de stock-options…)
    - le poids de l’imposition pour les contribuables les plus aisés est de l’ordre de 25% seulement, en raison des réductions d’impôts et des déductions fiscales.
    - au cours du dernier quart de siècle, la part des salaires dans le revenu national a baissé de près de 10% tandis que les revenus du capital croissaient tout autant.;
    - le manque à gagner au titre des niches fiscales pour les finances publiques atteint 140 milliards d’euros par an.

    Le PG doit proposer des mesures d'urgence
    - la taxation des banques (elles sont à l'origine des dettes renflouées par les Etats et ce sont elles qui s'enrichissement en prêtant aux Etats à des taux spéculatifs) et taxation à la source des flux financiers
    - interdiction de la spéculation à crédit
    - obligation pour la BCE de prêt à 1% directement aux Etats
    - tranche d'imposition pour les plus riches et suppression de toutes les niches fiscales ainsi que du bouclier fiscal
    - réévaluation du SMIG et des minima sociaux (la hausse de la demande doperait l'économie)
    - suppression de toutes les exonérations de charges sociales...

    Faire un simple constat sur l'attitude du PS et d'EE c'est bien mais en face, il faut monter qu'on peut gouverner pour le plus grand nombre !

    Les références à Mai 68 me gavent et encore plus à F. Mitterrand car la gestion par la gauche des crises du capitalisme a dégoûté pas mal d'électeurs qui attendaient une autre politique et qui ne revoteront plus tant qu'une autre direction ne leur sera pas proposée !

  42. 42
    Jean Rigole dit:

    bonjour,
    et si la grèce faisait comme les islandais ?
    Les islandais ont répondu "non" à 93,3% au referendum portant sur le plan de remboursement à la Grande-Bretagne et aux Pays-Bas des 3,5 milliards d'euros de dettes de la banque islandaise Icesave, et seulement pour 3,5 petits millirards.
    Les peuples sont-ils responsables des "erreurs de leurs dirigeants" : en France, les seuls irresponsables devant la justice sont les Présidents, les préteurs (banques, fonds de pensions, etc.) ne sont-ils pas responsables de l'endettement (voire du détournement de richesse) qu'ils ont créé.
    et si les peuples organisaient un super emprunt russe ?
    Il va bien falloir organiser une façon de vivre dans une société de loisirs (tiens au fait qui disait cela ?).
    Que devraient faire les citoyens pour faire crever "les marchés" ?
    salut et fraternité.

  43. 43
    Descartes dit:

    @le prolo du biolo (#17)

    Ne me tente pas, j’ai ton post sur mon disque dur.

    Je tremble de peur, figure toi. De toute façon, tous les posts sont gardés sur ce site, alors il te suffit de donner la date et l'heure de la publication, et tout le monde pourra constater qui de nous deux a raison. Je te mets donc au défi une fois encore d'indiquer où j'aurais dit "jamais je n'adhérerai au PG".

  44. 44
    ydaho dit:

    Je ne suis pas enthousiaste Carol DEBY, sincère oui je crois.. Mais surtout je désespère ! J'ai l'impression que la baraque s'écroule, et que je n'ai (nous) comme alternative que de rester dans la baraque !

  45. 45
    des pas perdus dit:

    Le moment n'est-il pas venu de militer pour sortir de l'Union européenne ? L'Europe peut être sociale mais pas dans le cadre de l'UE...

  46. 46
    ydaho dit:

    Je suis étonné de lire ça et là que JML devrait lancer un appel pour sortir et de l'Europe et de l'Euro, est que ceux qui écrivent ça comme "solution immédiate" pense que Mélenchon est un homme politique irresponsable ? Il me semble, mais c'est aussi que mon avis, qu'une telle solution serait plutôt génératrice d'un nouveau chaos encore plus lamentable ! L'Europe et l'Euro ne me font pas tressaillir comme un cabri, et je pense qu'au final il faudra tout de même en sortir, ou tout du moins reprendre quelques billes afin de ne pas être soumis a un quelconque dictat... Mais en sortir comme ça brutalement, comme si on proposais un "coup d'état" c'est plonger les Français dans une misère encore plus noire ! Et jamais ils ne souscrirons dans leur majorité a une telle proposition, c'est faire fi de leur avis que de proposer une telle démarche ! dans le genre sauvons le peuple "malgré lui" parce qu'il ne "comprends" pas, on a déjà la droite alors n'allons pas lui border le plumard en prime !
    Par contre il y a une solution, qui me semble t'il, a déjà été utilisée, c'est la "nationalisation" de concert de toutes les banques ! ça c'est faisable, même brutalement je pense, au lieu de leur donner du pognon, prenons en le contrôle ? afin d'arrêter la spéculation ? je ne suis pas économiste, mais ça me semble de bon sens ? Fermer les bourses, arrêter les cotations, nationaliser les banques, voilà peut être un concept qui aurais l'assentiment du peuple Français et surement aussi des peuples européens.. Sauf peut être la suisse et le Luxembourg ?
    Je vous laisse répondre a cette éventualité....

  47. 47
    jean-jacques dit:

    YDAHO, je ne suis pas en désaccord avec ton raisonnement mais il a un défaut essentiel qui est de nier la réalité : dans la zone euro et dans le cadre des traités (Maastricht, Amsterdam, Nice, Lisbonne), on ne fait pas ce que l'on veut, la France est pieds et poings liés. La seule et unique solution est la dénonciation des traités européens et la sortie de l'euro, mais ça ne viendra pas d'en haut, ça partira de la base et seul un référendum, donc un débat démocratique devant les français permettra de trancher.
    Le château de cartes va s'effondrer, la campagne de 2012 sera l'occasion de ce débat car de nouvelles perspectives vont s'ouvrir et dans l'hypothèse d'un changement de fond, il faudra s'appuyer sur la pratique référendaire pour avaliser les choix radicaux qui s'imposeront.
    Cela ne sera possible que si Jean-Luc Mélenchon est LE candidat de ce changement, car je n'en vois pas d'autre.
    Le peuple doit être associé au changement et à titre d'exemple je te renvoie à la pratique d'Hugo Chavez qui depuis 1998 n'a jamais été désavoué par son peuple (sauf 1 fois), et par pitié pas de sectarisme !
    de Gaulle en son temps a été le chef d'état le plus respectueux de la démocratie dans la Vème République et un très bon exemple de ce que la volonté politique au plus haut niveau peut faire ! je sais c'est facile de dire ça vu que je n'ai pas connu cette période, mais j'ai lu l'Histoire et fréquenté les cours de droit constitutionnel, c'était peut être la droite mais en regardant dans le rétroviseur ça avait de la gueule !

  48. 48
    jean-marc dit:

    @ydaho

    Sortir de l'europe ou de l'euro c'est différent. Globalement il y en a qui voudrait revenir au monnaies nationales, pour pouvoir modifier les taux de changes, donc les capacité d'import et d'export. Globalement il n'y a pas de politique économique en europe, hormis de maintenir le cours de l'euro et de limiter les déficits des gouvernements. On voit le cas de la grèce (qui n'aurait jamais du entrer dans l'europe, si elle n'avait pas des comptes truqués) il leur faut maintenant faire de la déflation. Pas de politique économique, pas de politique sociale, pas de politique fiscale, pour le moment c'est juste un marché que l'on a ouvert au monde.
    Nationaliser les banques ? il me semble que c'est deja sortir de l'europe c'a non ? surtout toutes les banques vu qu'il faut une concurence libre et non faussé.

    JM

  49. 49
    jean ai marre dit:

    @ 301 Jennifer

    Pour répondre à votre interrogation :

    #
    168
    jean ai marre dit:
    2 mai 2010 à 18h48

    @ tous ceux qui veulent que le cinéma soit source de vérité.

    « Hors le loi »
    Le film de Rachid Bouchared en compétition à Cannes pour l’Algérie, déchaine les passions et deux députés UMP Lionel Luca (06) et Elie Aboud (34) dénoncent un film anti français, financé en partie avec l’aide de la Région PACA.
    Une menace pèse sur la croisette avec le groupe d’extrême droite » Pour une vérité historique – Cannes 2010
    D’ailleurs, des députés UMP viennent de créer à l’initiative dee L. Luca un » collectif des parlementaires pour la liberté d’expression «
    L e collectif entend dénoncer » le pouvoir des Associations et des Juges « citant par exemple le procès d’intention récemment fait à E. Zemmour

    http://www.internationaliste13.org
    http://www.mediapart.fr/

  50. 50
    jean ai marre dit:

    @ LA CRISE GRECQUE,

    Pourquoi la BCE n'a t elle pas acheté directement la dette grecque ?

    Ce refus de passer outre l'interdiction, fait que 'personne'ne croit au plan de de la Grèce, ce pays va faire défaut, et nous voyons que tout le monde cherche à se débarrasser des obligations,
    Ce qui a pour conséquence de faire monter la prime d'assurance dans le but de se couvrir contre le risque de faillite, le fameux CDS,
    Petit à petit le voile se lève et nous percevons les véritables intentions des états européens de participer au plan de sauvetage: les banques seront remboursées sur le dos du peuple grec,

    Et que dire des hommes politiques ? Muets,

    Il serait tant que notre gouvernement prenne des mesures pour anticiper ce qui va se produire chez nous,
    Anticiper pour bloquer la spéculation, par exemple interdire les ventes d'actions à découvert,
    Mesure simple à mettre en place, : obliger les vendeurs à terme à montrer qu'ils possèdent les valeurs qu'ils mettent à la vente, Plus de vente virtuelle,

    Encouragement et remerciement à notre camarade JL Mélenchon de donner des coups de pied dans la fourmilière, et il faut continuer afin que l'on s'en souvienne,

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive