23jan 09

Ce samedi 24 janvier, au Sénat, j’ouvre les travaux du Forum sur la planification écologique proposée par le Parti de Gauche. C’est Corinne Morel Darleux et Elodie Vaxelaire, deux secrétaires nationales du PG qui ont préparé ce moment et c’est elles qui l’animeront au fil de la journée. Une série d’intervenants qualifiés vont se prononcer sur un texte qu’a préparé une commission du parti. Il sera ensuite amendé en fonction de ce que la journée aura mis en lumière. Puis nous avons l’intention de mettre en débat le résultat dans les comités du Parti jusqu’au mois d’octobre prochain. C’est le lancement du processus de l’élaboration du programme de notre parti. On commence par l’essentiel. Ce qui est préalable à la vie en société, la vie humaine elle-même et donc son écosystème mis en crise par le mode de production et d’échange des temps modernes. Dans cette note je donne mon point de vue sur la façon avec laquelle j’entre dans ce sujet. En fait le thème soulève en moi deux sortes de réflexions. La première concerne la place de la crise écologique dans le moment présent. La seconde tourne autour de l’idée de planification. Dans les deux cas il s’agit de rétablir des cohérences conceptuelles perdues dans les années où l’apothéose libérale a eu comme corollaire la dilution des visions globales venues de gauche. A présent le terrorisme intellectuel qui prévalait a desserré son poing d’acier en raison de l’éclatement de la bulle des bobards néo libéraux dans la crise du capitalisme. Plus personne n’ose dire que quiconque pense globalement est un pourvoyeur de goulag comme ce fut le refrain des années quatre vingt dix. Profitons-en. Avec, par avance, les excuses qu’exige la formulation d’une pensée en transit qui ne prétend, de plus, à aucune exhaustivité à propos des sujets qu’elle aborde.

LE CORPS INORGANIQUE DE l’ETRE HUMAIN

Je voudrais rappeler que dans l’histoire des idées, la gauche a analysé de longue date le capitalisme comme producteur de barbarie. Ce point de départ est fondateur. Le capitalisme est une forme instable d’organisation du développement humain et il porte en lui des contradictions qui mettent en péril sa cohérence et sa durabilité. C’est un système en crise régulière. La barbarie a donc résulté de la dynamique même des mécanismes que le système a mis en jeu tout au long de son histoire. Les formes de cette barbarie étaient économiques, sociales, sanitaires, culturelles, et bien sûr très directement physiques par l’extension des zones et motifs de violences dans la société et entre les nations. Bref tous les processus humains pouvaient s’y trouver impliqués et leur dynamique spécifique réinvestie et pervertie par leur insertion dans le mode capitaliste de production et d’échange. La forme écologique de cette barbarie est une nouveauté pour la plus grande partie de la gauche. Plus exactement c’est la centralité de la crise écologique qui est une nouveauté pour beaucoup d’entre nous. J’en vois l’une des racines dans une méconnaissance de nos propres fondamentaux théoriques. La dialectique de la nature et des relations des êtres humains à leur écosystème est très présente dans le marxisme initial. Et d’abord dans l’œuvre de Marx. Dans «l’idéologie allemande» texte qui me fit adhérer au matérialisme historique, j’avais vu une belle phrase, aujourd’hui si parlante, mais que j’avais méconnue à l’époque. J’y voyais une banalité convenue, sans pressentir toute sa portée en ce qui concerne la rigueur de la méthode de raisonnement matérialiste. «L’histoire peut être examinée sous deux aspects. On peut la scinder en histoire de la nature et histoire des hommes. Les deux aspects cependant ne sont pas séparables; aussi longtemps qu’existent des hommes, leur histoire et celle de la nature se conditionnent réciproquement.» Et dans le «Manuscrit de 1844», une des lectures de base du petit apprenti marxiste de mon époque étudiante, il y avait aussi une leçon de méthode que nous diluions dans nos méditations sur la dialectique sans percevoir la radicalité du format proposé. Lisez ça si vous en avez la patience. «De même que les plantes, les animaux, les pierres, l’air, la lumière, etc., constituent du point de vue théorique une partie de la conscience humaine, soit en tant qu’objets des sciences de la nature, soit en tant qu’objets de l’art – qu’ils constituent sa nature intellectuelle non-organique, qu’ils sont des moyens de subsistance intellectuelle que l’homme doit d’abord apprêter pour en jouir et les digérer – de même ils constituent aussi au point de vue pratique une partie de la vie humaine et de l’activité humaine. Physiquement, l’homme ne vit que de ces produits naturels, qu’ils apparaissent sous forme de nourriture, de chauffage, de vêtements, d’habitation, etc. L’universalité de l’homme apparaît en pratique précisément dans l’universalité qui fait de la nature entière son corps non-organique, aussi bien dans la mesure où, premièrement, elle est un moyen de subsistance immédiat que dans celle où, [deuxièmement], elle est la matière, l’objet et l’outil de son activité vitale. La nature, c’est-à-dire la nature qui n’est pas elle-même le corps humain, est le corps non-organique de l’homme. L’homme vit de la nature signifie : la nature est son corps avec lequel il doit maintenir un processus constant pour ne pas mourir. Dire que la vie physique et intellectuelle de l’homme est indissolublement liée à la nature ne signifie pas autre chose sinon que la nature est indissolublement liée avec elle-même, car l’homme est une partie de la nature.» De tout ce passage m’était restée en mémoire l’expression «corps inorganique de l’homme», à propos de la nature. Je fis ma recherche à partir de ce mot avant d’écrire ces lignes. C’est dire que dans les choses de l’esprit surtout une belle image fixe aussi parfois une démonstration. A cet instant, ce que je veux souligner, c’est juste ce point de méthode. Un matérialisme aboutit ne part pas de la forme des relations entre les hommes pour les projeter sur la nature mais à l’inverse considère que la forme des relations entre les êtres humains procède de leur radicale dépendance à leur «corps inorganique». Cette dépendance spécifie l’objet de leur relation et elle est donc préalable à la forme historique de société particulière qu’elle peut prendre. Après cela, si tel est bien le cas, alors la première chose à dire à propos de l’histoire humaine n’est pas qu’elle serait d’abord l’histoire de la lutte des classes. Elle est d’abord l’histoire de la socialisation croissante des êtres humains. Et cela du fait que la forme de leur relation à la nature, leur «corps inorganique» est une forme nécessairement socialisée. Pour qu’il y ait lutte pour l’appropriation de la richesse, toute les formes de la richesse, y compris symbolique, il faut d’abord qu’il y ait une société humaine et celle-ci résulte de la dialectique de l’être à son «corps inorganique», bref de la «naturalité» de l’homme. De là un autre point. Ce qui est en cause ce n’est que, – comment écrire «que» à ce sujet!- l’écosystème humain que nous défendons. C’est à dire les conditions de vie propice à l’espèce humaine. Car la nature, en général, la terre, ne s’arrêtera pas de tourner et ses éléments physiques d’inter agir si les êtres humains n’y sont plus. Cette hiérarchie des faits a bien des conséquences selon moi. Elle modifie l’ordre des préalables de l’action politique de gauche. Ainsi ne peut-on pas dire que la question sociale est le préalable, à régler avant de s’attaquer à la crise écologique, par exemple. Il faut dire que la crise sociale doit être réglée d’après les exigences que met en scène la crise écologique.  Et ainsi de suite avec toutes conséquences que cela implique. Notamment le devoir d’examiner ce qui dans la crise sociale n’est pas seulement une revendication liée à la nature productiviste du système et dont la satisfaction revient à en prolonger les effets.

UN FAIT ACTUEL

Il faut bien revenir à l’immédiat. C’est-à-dire à la forme concrète de la crise écologique. La destruction écologique est devenue aujourd’hui le facteur de barbarie le plus violent et le plus puissant résultant du capitalisme et surplombant son propre fonctionnement. Dorénavant quand on regarde les causes de mort violente au niveau mondial, ce sont les cataclysmes naturels multipliés par le dérèglement climatique qui arrivent en tête, passant devant la faim ou les guerres. En 2008, 235 000 personnes sont mortes à cause de catastrophes naturelles dans le monde. Et l’ONU a indiqué fin 2008 que 9 catastrophes sur 10 avaient désormais un lien avec le changement climatique, et donc avec le modèle capitaliste de développement. Et l’on est face à un véritable emballement: 284 tempêtes et inondations majeures en 2008 contre 255 l’année d’avant; 24 vagues de températures extrêmes contre 8 seulement en 2007 … Et non seulement la crise écologique est désormais le principal motif de destruction humaine mais elle attise en chaîne les autres facteurs traditionnels de destruction liés au capitalisme tels que les famines et les guerres liées a l’accès aux ressources naturelles … dans ces conditions, la centralité de la crise écologique, et le préalable qu’elle constitue dans l’ordre de la programmation politique n’est pas un choix idéologique, ni même à certains égards un choix. C’est juste la réalité telle qu’elle se manifeste au moment où il faut décider d’une politique. En vue cavalière, donc, l’épilogue mortel de la crise actuelle pourrait bien être la crise écologique elle-même. Qu’est ce qui va empêcher en effet les voyous qui ont mené le monde jusqu’à la catastrophe économique actuelle de nous amener jusqu’à la suivante, la totale, celle qui a commencé à détruire la planète? C’est là que l’on mesure aussi la gravité de la bifurcation à l’œuvre dans l’histoire du capitalisme. C’est en effet la première fois que le capitalisme crée, de manière maintenant tangible, non seulement les conditions de sa propre destruction mais aussi de celle de la planète et donc de l’humanité elle-même. Cette marche à la catastrophe risque de devenir irréversible non pas dans des siècles ou des décennies mais à horizon de 10 ou 20 ans. Donc, pas de sortie de la crise écologique sans rupture avec le capitalisme. Dans ces conditions le problème revient dans la tambouille politique quotidienne. C’est comme ça. Heureusement. Ça nous donne une prise. L’environnementalisme qui postule l’écologie comme ni de droite ni de gauche, sur le modèle la liste Cohn-Bendit, est une illusion mortelle aujourd’hui davantage qu’hier, alors que le lien est désormais manifeste entre la nature capitaliste du mode actuel de développement et la gravité de la crise écologique. Désolé mais il faut encore s’avancer dans les choses précises. Par exemple pour noter que cela a des conséquences politiques pratiques. Par exemple, on ne peut pas combattre la crise écologique avec le Traité de Lisbonne, qui place les institutions au service de la libre concurrence. La libre concurrence c’est la dynamo du productivisme. Je laisse ce thème à ce point de développement, lui aussi, mais c’est déjà plus facile à prolonger soi-même si besoin est.

La protection de l’écosystème exprime un intérêt général humain

Après le petit tour sur le lien entre le matérialisme historique et l’écologie, puis celui entre critique du capitalisme et critique du productivisme, je veux formuler quelques idées à propos de la façon dont se lient l’idéal républicain et les problématiques de l’écologie politique. Voila. L’unité de destin de l’espèce humaine dans l’écosystème dessine un intérêt général écologique pour les être humains. S’il y a un intérêt général humain qui s’exprime de cette façon radicale, alors tout l’édifice des exigences politiques que contient une politique de gauche est refondé. Il en tire sa légitimité. Il est sa raison d’agir. Il délégitime la proposition de l’individualisme de droite et le mythe de la main invisible par exemple comme celui de n’importe quelle auto régulation du système social humain. Seule la délibération pour définir l’intérêt général est légitime. Tout y est subordonné. Ce n’est pas un détail. En ce sens l’écologie politique de gauche formule une nouvelle entrée dans l’humanisme qui articule le projet de gauche. L’écologique n’a donc rien d’incompatible avec le projet Républicain au sens général. Au contraire. On voit que posé de cette façon c’est le même. En pratique aussi. Pour nous, la République est forcément un projet universel. On ne fait pas la République dans un seul pays si l’on veut un monde de paix et de délibération collective. Ce point de vue épouse donc naturellement la cause écologique. Enfin, je mentionne que pour moi cette approche renvoie aussi à la laïcité. En effet celle-ci postule l’unité du genre humain. Elle affirme donc ainsi par là même qu’il y a un « intérêt général » spécifiquement commun a tous les humains. Et c’est de là que part la nécessité collective de la liberté de conscience qui garantit la libre participation de chacun à la définition de cet intérêt général. Mais ces enchainements là ont été définis cent fois sur ce blog. Je les laisse de côté. Je voulais juste signaler la cohérence des deux problématiques.

la planification écologique modifie la hiérarchie des temps sociaux et politiques

Si l’on applique à l’écologie la vision matérialiste du temps comme construction sociale, on sait que le temps est une propriété de l’univers social et politique et non un arrière plan fixe sur lequel le réel se déroulerait. Comme toute réalité sociale il donc enjeu de lutte de pouvoir. Tout le monde sait ce qu’est un temps contraint, par exemple. La synchronie des temps sociaux est même un enjeu central. Qui la décide? Le travail du dimanche affirme que le temps qui domine est celui de la marchandise et que celui qui est soumis est celui de l’être humain. Bien sûr ces définitions du temps et leur imposition au corps social ne se font pas tout seul. Il y faut des catégories sociales qui en profitent et des lois qui l’imposent. Bref, le temps social c’est de la politique. Il y a mille exemples de cette hiérarchie. De même chaque protagoniste vise a étendre sa propre temporalité à tout le champ social qu’il domine. C’est vrai des individus (!) comme des classes. Et cela se vérifie dans les macros systèmes. Ainsi il y a un temps aujourd’hui dominé et minoré: celui de la planète, le temps long. Il y a un temps aujourd’hui dominant et survalorisé: celui des actionnaires et des médias, le temps court. Tout le pouvoir dans notre société est à structure de temps zéro ou qui s’en approche. Contre l’immédiat, l’instantané, le temps réel, aucun individu ne peut plus rien. Seul le système qui a produit cette sorte de temporalité domine. Au cas précis, pour inverser cette domination du temps de la planète et organiser la bifurcation du développement au service du temps long, il faut une planification écologique. Le mot planification ici exprime le renversement des temporalités mises au pouvoir. Le plan c’est le temps long. Il doit imposer ces exigences en opposition à celles souvent contraires qui nécessitent la dictature du temps court.


68 commentaires à “La planification écologique. Au Sénat”

Pages : [1] 2 »

  1. 1
    bernard01 dit:

    tres bonne reflextion sur le devenir de la planette et des questions que doit imperativement se poser l'etre humain.

  2. 2
    Pierrot dit:

    Très bien. Merci de cet éclairage sur les différents liens à établir avant de s'engager dans l'action vers les décisions urgentes et efficaces pour l'avenir de l'humanité. Ce n'était pas si évident à analyser par soi-même.Encore merci d'avoir tracé ce chemin.

  3. 3
    Simon dit:

    Bonjour,
    il est effectivement primordial, c'est-à-dire urgent, de renverser la tendance "maladie/diagnostic/médicaments"... Le diagnostic est fait et maladie engagée ou pas, -qu'on soit d'accord ou pas sur l'accélération d'un processus irréversible de destruction de la nature donc de la planète-, il faut poser les conditions de prévention pour...demain c'est-à dire tout de suite. La planification écologique doit être le préalable à tout le reste, de l'économie à l'enseignement, car c'est elle et uniquement elle qui doit motiver et régir les décisions à prendre en matière de priorités humaines, et donc naturelles; C'est indissociable. Je suis complètement votre propos même si je reste circonspect sur la prise en compte écologique de Marx qui ne m'apparait pas évidente. Mais peut-être il la subodorait déjà, c'est vrai.
    Continuons le débat !

  4. 4
    Nipontchik dit:

    sur le plan, pas inutile de ressortir "Le plan ou l'anti hasard" de Pierre Massé, haut fonctionnaire gaulliste des années 60 (le plan n'étant pas l'apanage exclusif des marxistes)

    J'avais remarqué ce forum sur le site du PG, mais je crois comprendre qu'il s'agit d'1 truc interne au PG (et je ne saurais m'immiscer dans ses débats de congrès), je suis déjà intervenu par ici estimant qu'on peut être à la fois écoloplanificateur et pronucléaire (ce que sont pas mal de gens au PC, au PG si j'en crois certaines réactions sur ce blog et ailleurs).

    Le débat m'intéresse, aussi vous demanderai-je si vous allez en publier les interventions.

    Par ailleurs ce samedi je suis pris car j'avais promis d'aller au théatre des abbesses voir une pièce écrite par quelqu'un que vous avez peut-être rencontré au début des années 70 (François Goudet, aujourd'hui décédé, qui instituteur membre du PCF en 1956, avait rompu en 1956-la Hongrie...-et formé le premier noyau de l'OCI/PCI à Dijon, quand Pierre Broué était pion à Beaune et que tout ce monde se réunissait en cellule avec L.Jospin). C'est du théatre pour enfants mais "hégélien":

    http://www.manufacturedesabbesses.com/affiche/texte.php?play=80&menu=1

  5. 5
    julie dit:

    "....La forme écologique de cette barbarie (= le capitalisme) est une nouveauté pour la plus grande partie de la gauche."
    Eh oui, que de temps perdu! Mais vaut mieux tard que jamais.
    Bonne révolution culturelle, au PG et ici au blog.

  6. 6
    julie dit:

    pour le débat sur le nucléaire:
    effectivement je pense que le PG ne pourrait pas se passer de ce débat là, vu que la position de Nipontchik en faveur du nucléaire est plus fondé par sa position national-indépendantiste qu'anti écologiste si je bien compris.
    Mais as-t-il (et d'autres) réellement envie de faire ce travail de "révolution idéologique"? That's the question

  7. 7
    Lemarquis dit:

    Planification écologique ?.....

    Et bien que l'Homme disparaisse !... Lui cet invité de dernière minute qui s'est rué au "banquet", jusqu'à en épuiser toutes denrées, ce sans même savoir les partager dignement avec le reste de ces semblables......et en laissant de surcroît, nonchalamment ses déjections traîner partout derrière lui !....

    Et vous verrez, je suis sûr qu'en plus, il partira sans payer !....

    Quoi ?....
    Vous voudriez faire la vaisselle, changer la nappe ?....
    Remettre le couvert ?...

    Bon appétit !
    Mais je crainds bien que d'ici-là, la Cantine ne soit fermée !

  8. 8
    GEORGES 59 dit:

    Curieux téléscopage que je viens de vivre.
    Arrivant du site du nouvel obs où j'ai visionné une vidéo sur le créationisme et la théorie de l'évolution contestée au lycée, il faut le vois pour le croire, je vais sur ton site comme je le fais régulièrement. Quel choc que ton développement sur ton approche de la planification écologique et ce que je venais de voir.
    Je me demande si une fois de plus le capitalisme ne prenait pas une longueur d'avance en déplaçant le curseur des affrontements vers le créationisme, l'actualité des ces jours derniers avec le serment d'Obama sur la bible pourrait confirmer cette thèse même s'il ne s'agit que de perpétuer des rites. Mais dans ce cas nous sommes dans la symbolique et celle ci est révélatrice des valeurs que représentent l'organisation sociale en dépendant.
    Le chantier que tu ouvre le 24 est en effet fondamental, dans notre cercle du Valenciennois où nous travaillons sur l'emploi, le salariat nous sommes remontés comme tu l'as fait aux causalités qui nous amènnent tout naturellement à se poser les questions de productivisme et d'intérêt pour l'homme de fabriquer des choses inutiles.
    La notion de temps court et long m'interpèlle, je n'avais pas formulé les choses de cette manière, il est évident aujourd'hui qu'elle est déterminante du fait de l'urgence écologique.
    Bon travail et merci de nous faire part de tes réflexions éclairées par tes humanités Marxistes.

  9. 9
    Nipontchik dit:

    "La destruction écologique est devenue aujourd’hui le facteur de barbarie le plus violent et le plus puissant résultant du capitalisme et surplombant son propre fonctionnement. "(Jean-Luc Mélenchon)

    je pense plutôt que ce n'en est qu'1 parmi d'autres, le plus menaçant restant l'arme nucléaire,
    à ce sujet, Khrouchtchev puis surtout Gorbatchev (dans ses dernières années à la tête du PCUS) avait développé l'idée d'intérêts concernant toute l'humanité, par dessus les classes, d'où la théorie de la coexistence pacifique et progressivement 1 relativisation de la lutte des classes, la main tendue aux chrétiens et autres Krishna dès les années 50 (en 1952 même Jean-Paul Sartre pensait que le monde était à 2 doigts d'1 guerre nucléaire, ce qui d'ailleurs ne ma'apparaît pas si absurde)
    il y a quelques anées le chefaillon du PRCF, donc dans la tradition du PCF, prof de philo du Pas de Calais, G.Gastaud, avait écrit 1 bouquin au Temps des cerises(souvent confus par ailleurs) où il revenait sur cette question en proposant le concept d'exterminisme (qu'on peut rapprocher du plus à la mode nihilisme nietzschéen)
    nihilisme, exterminisme, barbarie, il y a là à peu près la même idée

    mais alors pour y faire face : union de tous les hommes de bonne volonté ou lutte de classes?

    et sans sous-estimer l'ampleur de la destruction financière en cours...

  10. 10
    sopadeajo dit:

    Des photos de 1,6 Mo, alors que des programmes de retouche de photo gratuits peuvent reduire la taille des photos à 100 ou 80 Ko, soit 2000 fois; cela donne une impression de gâchis ou d´ignorence. Il faut penser à ceux qui ont des connections internet à bas débit, parce que moins chères (des gens qui n´ont pas d´emploi), et qui s´éternisent sur des pages webs très lentes parce que les photos sont innécessairement lourdes.

  11. 11
    B. Samson dit:

    Brillant article! Merci.
    Juste une réserve : le "temps réel", en réalité c'est une fiction.

  12. 12
    dudu 87 dit:

    @Bonjour JLM
    De ton texte, je ne retiendrai que le 2° paragraphe qui me parle concrètement.
    Le "corps inorganique de l'être humain" et "le temps zéro" trop compliqué pour moi. Je l'ai déjà dit ici, les grandes envolées philosophiques ne permettent pas aux ouvriers de participer à de tels débats. Alors, si le PG ne veut pas se couper de cette catégorie importante, son langage devra évoluer vers plus de modestie.
    En effet, le problème écologique est très important puisqu'il nous montre le pouvoir néfaste dans toute son horreur du système capitaliste. Ce système, après s'être attaquer aux moyens matériels des hommes, s'attaque purement et simplement à la race humaine.
    J'ai aussi lu le texte d'orientation pour cette journée du 24. Un volet manque, le financement d'un tel programme: où prendre les capitaux nécessaires?
    Il était nécessaire que le PG ait sa vision du problème mais il me semble qu'il sera important d'engager le débat avec la socièté civile.
    Le débat sur le "nucléaire" qui pointe son nez (voir + haut) sera très animé.
    Fraternellement

  13. 13
    dudu 87 dit:

    "mais alors pour y faire face : union de tous les hommes de bonne volonté ou lutte de classes?"
    Les 2, mon capitaine! Tu le sais bien, la résistance, l'appel aux catholiques...ect...ect

  14. 14
    Lemarquis dit:

    Planification écologique ?.....

    Et bien que l'Homme disparaisse !... Lui cet invité de dernière minute qui s'est rué au "banquet", jusqu'à en épuiser toutes denrées, ce sans même savoir les partager dignement avec le reste de ces semblables......et en laissant de surcroît, nonchalamment ses déjections traîner un peu partout derrière lui !....

    Et vous verrez, je suis sûr qu'en plus, il partira sans payer !....

    Quoi ?....
    Vous voudriez, faire la vaisselle, changer la nappe ?....
    Remettre le couvert ?...

    Bon appétit !
    Mais je crainds bien que d'ici que TOUT le Monde s'y mette, la Cantine ne soit déjà fermée !...

  15. 15
    Christian C dit:

    "La Normalité Rampante" est un processus lent, progressif et irréversible de dégradation puis de destruction qui oeuvre en souterrain sur un temps long sans qu'il puisse être ressenti par la majorité des hommes. Lorsque les effets sont ressentis il est déjà trop tard. Parce que "La Normalité Rampante" s'étire sur un temps long qui ne correspond en rien à celui des hommes. Eux s'activent sur le court, voir le très court terme. De sorte qu'ils agissent dans l'inconscience égoïste et presque candide au regard des générations futures du genre "ça s'arrangera ou après moi le déluge".

    Échec climatique (par Daniel DELESTRE, Membre du RAC, Vice Président de la SEPANSO Gironde)

    La croissance des émissions mondiales de CO2, et l’accélération du réchauffement global, démontrent que les décisions prises à ce jour, n’ont pas permis de réduire le risque climatique, en dépit des alertes des experts climatiques.

    Le dernier livre de J. Diamond, Effondrement, permet d’expliquer cet échec collectif.

    Le chapitre 14 de ce livre « Pourquoi certaines sociétés prennent-elles des décisions catastrophiques ? », propose des raisons, sans doute mêlées, qui contribuent au comportement erroné des individus et des groupes humains, face à la catastrophe climatique annoncée.

    http://www.sepanso.org/pages/dossiers/plan_climat/echec_climatique.htm

    Rapport détaillé du GREP:

    http://www.agrobiosciences.org/IMG/pdf/PDF_changement_climatique_doc_GREP.pdf

  16. 16
    renaudin jerome dit:

    Un article qui fait reflechir et qui donne beaucoup de reponse sur l humanite! Merci de nous faire partager votre analyse et vos reflexions

  17. 17
    dudu 87 dit:

    Bonjour M. Le Marquis,
    Toujours plein d'humour!
    Mais ne s'agit-il pas d'utiliser les grandes qualités de l'être humains plutôt que ses défauts?
    Même s'il a inventé Hiroshima, Nagasaki et...Tchernobyl!

  18. 18
    Christian C dit:

    @Sopadeajo
    Des photos de 1,6 Mo, alors que des programmes de retouche de photo gratuits peuvent reduire la taille des photos à 100 ou 80 Ko, soit 2000 fois; cela donne une impression de gâchis ou d´ignorence. Il faut penser à ceux qui ont des connections internet à bas débit, parce que moins chères (des gens qui n´ont pas d´emploi), et qui s´éternisent sur des pages webs très lentes parce que les photos sont innécessairement lourdes.

    Tout à fait d'accord avec toi. Appel aux décideurs du blog. Nous n'avons pas besoin de photos pour exprimer nos opinions. Nous n'en avons pas envie. Ne créer pas ce besoin qui donne l'envie.
    Tiens cela me rappelle quelque chose.

    L'écologie c'est d'employer l'utilité des moyens au minimum des besoins. Le contraire c'est l'économie libérale que vous désirez comme moi, combattre.
    Alors donnez l'exemple SVP.
    Déjà qu'au minimum du bas débit ça rame alors pensez à des blogueurs comme LILITTE et son bas débit.
    Pensez que tout le monde ne bénéficie pas du H.D.
    Retirez ces photos ou retravaillez les. Merci.

  19. 19
    Hold-up dit:

    " La une du quotidien libanais As Safir l’exprimait on ne peut mieux, hier. En haut, se trouvait la terrible photographie d’un cadavre palestinien boursouflé découvert dans les ruines de sa maison... En dessous, d’un format de moitié, on voyait l’image en provenance d’Israël des dirigeants occidentaux plaisantant avec le Premier ministre israélien.
    Olmert éclate de rire. Silvio Berlusconi, les mains sur ses épaules, plaisante et rit également... et Nicolas Sarkozy arbore son sourire le plus stupide. Seule la Chancelière Merkel semble avoir conscience de cette faillite morale. Pas de sourire Allemand. »
    Robert Fisk, l’un des rares journalistes occidentaux a vivre de l’intérieur les réactions des peuples arabes sur ce conflit, a raison de nous alerter. Ces postures, au milieu de tant de souffrances, sont tout simplement indécentes. Plus encore, elles sont dévastatrices quant à l’image que donne l’Europe au monde Arabe. Ce que dit ce cliché, c’est que la frontière parfois ténue qui sépare la complaisance de la complicité semble avoir été franchie dans l’allégresse. C’est là un message non seulement inconvenant mais aussi fort dangereux que nos dirigeants ont adressé au monde. "

    article en anglais : http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2521

  20. 20
    pas glop dit:

    Bonjour,
    Les textes de ce blog - celui-ci, en particulier - sont doublement intéressants (le fond et le rapport avec la construction politique en cours / PG). Il est réellement indispensable de rendre l'accès et la consultation plus aisés.
    Images ? Poids divisé par 20 ou 30 sans perte visible (avec, par exemple, le programme libre Paintnet).
    Texte ? Qualité réelle des caractères, mais... aération insuffisante. Il est possible d'ajouter, sans toucher à la pensée, des paragraphes, des retours à la ligne etc.

    C'est idiot de parler ainsi de la seule forme "visuelle", mais ça joue énormément.

    Merci, en tous cas de réintroduire de "l'anthropologie" là où elle n'aurait jamais dû disparaitre.

    Amitiés.

  21. 21
    Laurent64 dit:

    Argumenter la crise écologique par les catastrophes liées au réchauffement climatique équivaut à défendre le modèle libéral que vous dénoncez. Les rapports de l’ONU ou de l’Europe sur les catastrophes naturelles ou le réchauffement de notre planète s’inspirent d’idéologies peu scrupuleuses et non de faits avérés. La collecte de données du nombre de tempêtes ou les mesures de la température globale sur terre sont aussi fiables que le nombre de chômeurs recensés en france. Il suffit de changer le mode de calcul ou le nombre de stations météo pour fausser les résultats. D’autre part, les publications scientifiques prouvent l’absence de consensus autour de ces questions et de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer la supercherie mais ces échos n’atteignent ni la une de nos journaux ni d’ailleurs la rubrique des faits divers. Lisez cette incroyable citation d’Haroun Tazieff « Ne croyez pas aveuglément ceux qui annoncent une effroyable montée des eau marines. Ne les croyez pas, quels que puisent être leurs titres académiques. Moi-même je leur avais fait confiance naguère. Jusqu’au jour où je me suis décidé à approfondir la question. »
    Les médias présentent les sceptiques du réchauffement climatique (RC) comme des fanatiques illuminés alors qu’ils ont un parcours et des titres scientifiques aussi honorables que les salariés du GIEC dont certains d’entres eux contestent même les résultats de leur propre employeur mais là aussi l’information reste confidentielle. Une différence significative entre les scientifiques de la pensée dominante et leurs collègues sceptiques est leur age. En effet les sceptiques sont souvent des scientifiques en fin de carrière car professeurs émérites et ont une plus grande liberté de ton et de parole. Tous, nous avons lu des articles, dans des journaux de droite pour lecteurs de droite ou des journaux de droite pour lecteurs de gauche, accusant les lobbies du pétrole ou du nucléaire de financer des projets de recherche pour sous estimer le changement climatique. Or si vous étiez à la place des lobbies, recruteriez vous des scientifiques à la retraite ou bien des jeunes chercheurs en devenir pour diffuser des théories fumeuses ? Et pensez vous qu’un ancien président de l’académie des sciences des USA, Frederick Seitz, soit soudoyé à 85 ans par des multinationales pour débiter des faits inexacts. Pour quelles raisons le ferait il ? Pour assurer une existence confortable à ces petits enfants dans un monde qu’il saurait proche de la catastrophe en raison de son mensonge ! Dans une lettre adressée le 12 juin 1996 au the Wall Street Journal, il écrivait :
    « [But] this [IPCC] report is not what it appears to be -- it is not the version that was
    approved by the contributing scientists listed on the title page. In my more than 60
    years as a member of the American scientific community, including service as
    president of both the National Academy of Sciences and the American Physical
    Society, I have never witnessed a more disturbing corruption of the peer-review
    process than the events that led to this IPCC report. »
    http://lcre.univ-lyon3.fr/climato/AFrenchclimatesceptic.pdf
    Maintenant il ne dérangera plus personne car il est décédé il y a plus d’an, tout comme nous a quitté Marcel Leroux climatologue français depuis 1969 et dont aucun journal n’a cité la moindre référence, le moindre article. Pourtant il s’agissait de l’un de nos climatologues les plus chevronnés.

    L’intérêt économique du réchauffement climatique est énorme et il permettra notamment de fédérer les français autour du projet Européen (adhérer à notre union européenne pour sauver la planète), de limiter l’essor des pays émergents (la Chine et l’Inde détiennent l’essentiel des industries et seront les pollueurs payeurs), de refuser le développement de l’Afrique (après tout, ils n’avaient qu’à naître ailleurs), de faire payer la taxe carbones aux contribuables français, de relancer l’économie par de nouvelles normes écologiques pour imposer un nouveau modèle Sarkozien « gagner moins, travailler plus, consommer moins et dépenser plus » et enfin de développer les nouvelles technologies, dont les usines électriques au charbon avec stockage sous terrain du co2 et un nouveau type de centrale nucléaire commercialisable dès 2013 et qui sortira des usines du pays qui officiellement est le plus hostile au protocole de kyoto mais pourtant sur le point d’alimenter le marché mondial de minis centrales nucléaires (THM) d’une hauteur d’environ 1,5 mètre (donc avec la possibilité de sécuriser l’emplacement), fonctionnant à l’uranium faiblement enrichi (20% d’uranium 235), permettant d’assurer la consommation d’environ 20 000 foyers et d’un coût d’environ 25 million de dollars. Sur ce dossier Obama aura très bientôt le beau rôle car il incarnera le sauveur de l’humanité qui aura permis la signature d’un accord international sur les émissions de co2 pour permettre d’une part la mise en place d’un système de taxes qui profitera au bloc de l’ouest et d’autre part pour assurer la promotion des usines électriques et centrales nucléaires (THM) made in USA.
    http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/physique-1/d/des-reacteurs-nucleaires-miniatures-en-vente-libre_17323/

    Ceci dit la crise écologique est réelle mais là aussi les représentants du libéralisme sont aux commandes.

  22. 22
    Pierre L dit:

    Christian C dit:
    23 janvier 2009 à 22:11
    "Des photos de 1,6 Mo, alors que des programmes de retouche de photo gratuits peuvent reduire la taille des photos à 100 ou 80 Ko, soit 2000 fois"

    Histoire d'étaler ma science, une petite correction :
    1 kilo octet (Ko) vaut 1024 octets, 80 Ko valent 81920 octets.
    1 Méga octet (Mo) vaut 1048576 octets, 1,6 Mo valent 1677722 octets
    1677722 divisé par 81920 donne 20,48.
    Le rapport de réduction est donc de 20, et non pas de 2000 comme vous l'écrivez.

    Ceci étant précisé, sur le fond, vous avez raison.

    Une dernière remarque : le fichier pdf que vous donnez en lien dans votre commentaire du 23 janvier 2009 à 19:01 pèse 1,2 Mo...

  23. 23
    maxou dit:

    Bonjour à tous,
    Bagatelles
    Pour la vie
    Pour le meilleur et pour le pire, cette phrase rituelle prononcée le jour du mariage par l'officier d'état civil va devoir maintenant s'appliquer aussi à l'union entre un patient et son médecin.
    Une union forcée que veut imposer l'assurance maladie. Car demain, le malade qui n'aurait pas, par choix ou par oubli, déclarer de médecin traitant devra payer de sa poche 9,80 € contre 5,40 € aujourd'hui. Comme en amour, il ne faudra pas se tromper. Sauf qu'au rythme auquel la Sécu creuse son trou, il va bientôt être plus facile de divorcer de son conjoint que de son praticien. Alors toubib or not toubib ? Voilà une nouvelle tragédie en train de se jouer.
    Havre libre

  24. 24
    Pulchérie D dit:

    @20 (Hold-up)

    "Avoir un bon copain...tralala"

    Roni Shofer écrit dans Israël News, le 21 janvier 2009,
    que Barack Obama est un vrai ami d'Israël, !
    http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3659548,00.html

    D'autre part, Brzezinsky serait conseiller d'Obama; or,
    il a la réputation d'attaquer sans égards la politique de l'état juif.

    Quid ?

    Wait and see.

  25. 25
    Carol Deby, Liège dit:

    A propos de l’éditorial

    Le corps non-organique…qui devient plus loin corps inorganique !

    Il faudrait voir le texte allemand, pour savoir quel terme était
    utilisé par Marx pour désigner ces êtres conceptuels engendrés par la conscience humaine.
    Aujourd’hui, le terme inorganique n’est plus employé qu’en chimie, biochimie et biologie pour désigner les corps n’ayant pas une structure basée sur des chaînes carbonées.
    On dit de moins en moins chimie minérale pour utiliser l’expression chimie inorganique.
    Marx devait vouloir dire « non matériel » au lieu d’inorganique.
    Gare aux traductions trop rapides.
    Ceci dit, j'apprécie le texte.

  26. 26
    sopadeajo dit:

    "Pierre L dit:
    24 janvier 2009 à 13:30

    Christian C dit:
    23 janvier 2009 à 22:11
    “Des photos de 1,6 Mo, alors que des programmes de retouche de photo gratuits peuvent reduire la taille des photos à 100 ou 80 Ko, soit 2000 fois”

    Histoire d’étaler ma science, une petite correction :
    1 kilo octet (Ko) vaut 1024 octets, 80 Ko valent 81920 octets.
    1 Méga octet (Mo) vaut 1048576 octets, 1,6 Mo valent 1677722 octets
    1677722 divisé par 81920 donne 20,48.
    Le rapport de réduction est donc de 20, et non pas de 2000 comme vous l’écrivez."

    Vous avez raison sur les calculs, mais j´avais simplement oublié de mettre le signe % après 2000. Je voulais évidemment dire que les photos pouvaient facilement voir leur poids être réduit de 2000 %,, soit effectivement un facteur de réduction de 20, ce qui est énorme.

  27. 27
    jennifer dit:

    A Langue Rouge

    Je reprends ta phrase "Et je crois qu’il y a un intérêt à construire un courant anticapitaliste autonome, radicalement indépendant du PS, qui pourrait ponctuellement s’allier politiquement aux antilibéraux (PG, PCF, Fédération…) mais qui ne dépendrait plus d’eux pour exister politiquement et défendre clairement à une échelle de masse ses revendications anticapitalistes et révolutionnaires."

    Oui c'est tout a fait cela pour moi: il s'agit de s'allier ponctuellement sur des batailles communes. Et pour cela il n'y a pas besoin de mettre tous les programmes sur la table et les comparer. Ils seront differents, c'est evident. C'est bien pour cela que ce sont des organisations differentes et non un seul parti. Le PCF est communiste, le PG est republicain et le NPA anticapitaliste. Les differences on en trouvera toujours, mais personne ne demande aux anticapitalistes d'adherer au PG ou aux gens du PG d'adherer au PCF. Ca doit etre clair. Mais on peut faire des actions communes sur des points limites car les 3 ont une approche lutte de classe meme si elle s'articule differemment dans le discours de chacun, les 3 se situent a la gauche du PS. On peut donc s'allier ponctuellement sans pour autant renier son identite.

  28. 28
    sopadeajo dit:

    Jennifer écrivit:
    "Le PCF est communiste, le PG est republicain et le NPA anticapitaliste"

    J´espère que le PG est beaucoup plus que républicain et qu´il est aussi communiste (suffisemment communiste, fortement communiste) et qu´il a une très bonne dose d´anticapitalisme, parce que si non c´est objectivement un parti bourgeois, au service de la bourgeoisie et de la droite.

    Il est fort urgent que vous définnissiez ce que veut dire "républicain", sans ambigüité.

    Ce n´est pas, ce ne peut plus être (republicain) une définition de gauche, et encore moins de la gauche (remarquez l´artricle "la" glissé entre "de" et "gauche").

    Il ne faut point se cacher derrière les mots ou faire croire qu´on est de gauche si on ne l´est pas; le petit et mauvais extrème droitier Sarkozy est, lui aussi républicain, et sans doute plus de 50 % de l´UMP et des gens de droite ou d´extrême droite se définiraient ainsi.

  29. 29
    sopadeajo dit:

    Il faut, à gauche, demander fermement la dévolution des territoires volés par les colonisateurs sionistes d´israel aux Palestiniens, aux frontières d´avant 1967 ou de 1948. Cela doit être un programme ferme de la gauche face au fascisme colonial israelien.

  30. 30
    Jean-Jacques Angot dit:

    Républicain, c'est sûr, mais social !
    Anticapitaliste, ça va de soi, mais cela va mieux en le disant.
    Communiste, sans aucun doute, mais démocratique !
    Et puis écologique, avant tout, ou plutôt en même temps que tout.

    Alors non Jennifer, si nous ne sommes pas dans une même organisation, nous tous de la gauche de transformation sociale, ce n'est pas une question d'étiquette, de choix des mots, encore moins de "territoire idéologique". Soadeajo a raison il nous faut définir ce qu'il y a derrière les mots, mais pas seulement celui de république. Je crois aussi qu'il est question fondamentalement de stratégie. Le mot qui définit pour moi le mieux le Parti de Gauche... c'est Gauche ! Gauche a reconstruire, Gauche a unifier, Gauche qui veut mettre dans un même creuset toutes les cultures de révolte et de réappropriation de notre monde, pour favoriser l'émancipation de chacun.

    Jean-Luc par le texte qu'il nous fournit aujourd'hui, met notre réflexion à la hauteur de celle de Lucien Sève dans son dernier ouvrage "L'Homme", à la hauteur de celle de jacques Généreux dans sa "Dissociété". Si nous savons agir pour unifier la Gauche, en respectant chacun et le temps, et affirmer un réel effort théorique. Le projet du Parti de Gauche ne sera pas qu'une enième tentative de regroupement, mais un bouleversement A Gauche !

  31. 31
    DETRAIT V. dit:

    M. Mélenchon
    et à tous les écologistes et altermondialistes... de Gauche
    je suis du meme avis que Laurent64 (commentaire 22)

    La planification écologique anti capitaliste, je suis d'accord
    mais préparons nous alors à un REFROIDISSEMENT CLIMATIQUE (sans alarmisme pour autant)
    Cela veut dire deja mettre à bas la "théorie" du réchauffement climatique
    (et médiatique) due uniquement au CO2 produit par l'homme et a l'"effet de serre". soyez scientifiques ! renseignez vous... raisonnez et étudiez les FAITS. il n'y a aucun "consensus scientifique" sur les causes réelles des "changements" climatiques et de plus en plus de chercheurs mettent en avant des cycles NATURELS du climat (depuis la nuit des temps)
    C'est notre étoile, le Soleil, combiné au cycle de l'eau sur la Terre (océans, courants marins, taux d'ennuagement), qui est le principal moteur du climat
    (théorie de Swenmark, et d'autres...)
    voir à ce sujet le site exceptionnel

    http://www.pensee-unique.fr/

    et d'autre site des "climat septique" comme je suis
    je suis naturaliste, écolo, éducateur, et avant tout, ma démarche est scientifique : je pense que les "solaristes" ont raison
    la banquise arctique se porte bien, merci... (allez voir les photos satellites, gla gla cet hiver...) on nous aurrait menti?
    Que nous cache les politiques (écotaxes, "grenelle" de l'environnement, depuis quand Sarko fait de l'écologie ?... la puce à l'oreille...) et les multinationales, des lobbyes puissants (nucléaire "propre vis à vis du CO2", agrocarburants, par ex) et les financiers, derrière la "lutte contre le réchauffement climatique" : une élite mondiale (essentiellement occidentale, demandez l'avis des russes et des chinois, et des indiens...) cherche à vous culpabiliser sur le CLIMAT, et à détourner votre attention des vrais défis écologiques (acces a la ressource en eau, agriculture, OGM, agrocarburants et faim dans le monde, déforestation, chute de la biodiversité...) au profit de la diabolisation du "gaz carbonique" (qui n'est pas un polluant, mais la "nourriture" de toutes les plantes pourvues de chlorophylle) Cela profite à la "financiarisation" du carbone, a sa quantification et son entrée dans une certaine "privatisation" (comme a eu lieu celle du pétrole et de l'eau, ressources pourtant communes à l'ensemble de l'humanité et qui devraient etre partagée et gratuite (ou presque), au lieu d'etre monopolisée). Cela sert à retarder l'emergence de certains pays et à imposer des technologies et de nouvelles taxes aux peuples.... et pendant ce temps, les financiers se vendent et se rachetent des droits à polluer, des compensations carbone, investissent "pour le bien de la planete"... bref, se font des c... en or avec des poils en diamant sur le dos de qui? du petit peuple ignorant qui croit à l'apocalypse climatique annoncé à la TV... et va vite acheter une nouvelle voiture... Ouvrez les yeux !

  32. 32
    sopadeajo dit:

    Voilà tout un programme international qui devrait être aussi celui du PG et du NPA et du PC, mais remarquez bien qu´il est à l´opposé de ce qu´a fait le PS ces 30 dernières années. Il faut se séparer totalement du PS qui ne sera jamais de gauche, qui ne sera qu´une mafia politique essayant de gagner le pouvoir coûte que coûte, mais sans idéals, mais sans être de gauche.

    Foro internacional de Beirut

    Traducción: Corriente Roja

    Declaración final:

    Por iniciativa de numerosos grupos de investigación, asociaciones y movimientos políticos o sociales *, tuvieron lugar los días 16-17 y 18 de enero de 2009, los trabajos del Foro Internacional de Beirut, con la presencia de 450 representaciones y personalidades árabes e internacionales venidas de los cinco continentes (66 países).

    Este Foro, en el que estaban ampliamente representadas América Latina, Asia y Próximo Oriente encarnaba el espíritu de la Tricontinetal.

    Dos grandes acontecimientos marcaron este Foro: Por un parte la heroica resistencia del pueblo palestino de Gaza frente a una intensidad de violencia y una barbarie sin precedentes. Por otra, la crisis global del capitalismo, que no es sólo financiera sino también económica, social, cultural y moral que pone en peligro la supervivencia de la humanidad.

    Principios y Derechos

    El Foro afirma que:

    • Los pueblos tienen el derecho a la resistencia y ésta debe ser inalienable, sostenida por el conjunto de la comunidad internacional y reconocida como tal por el derecho internacional.

    • El combate de la resistencia contra el imperialismo es indisociable del combate que mantienen las y los revolucionarios y personas libres del mundo ante el capitalismo globalizado, el imperialismo, la militarización y la destrucción de las conquistas sociales. Productos éstas de más de doscientos años de luchas encarnizadas de las clases trabajadoras.

    • Los pueblos tienen derecho a la soberanía sobre sus recursos naturales. El derecho a la alimentación, a la salud y a la educación prima sobre toda consideración comercial.

    • Toda cultura y los saberes todos deben poder contribuir a la construcción de bienes comunes de la humanidad sobre la base del respeto a la Naturaleza, la primacía de las necesidades humanas y una gestión democrática de las sociedades.

    • El derecho al funcionamiento democrático debe ejercerse no sólo en el plano político sino igualmente en el plano económico y atañe tanto a los hombres como a las mujeres.

    • El derecho a la diferenciación cultural y a la libertad de culto, rechazando cualquier estigmatización cultural y racial.

    Campañas y resoluciones:

    En cuanto a Gaza:

    Los participantes del Foro afirman su apoyo a la resistencia del pueblo palestino de Gaza. Condenan el terrorismo, los crímenes y las violaciones de todas las normas y valores humanos cometidos sobres estas poblaciones por Israel.

    Hacen también un llamamiento por:

    1. La aplicación de sanciones estrictas contra Israel, tales como la ruptura de relaciones y convenios así como la prohibición de toda venta de armas a este país.

    2. Denuncias contra los Estados y firmas que venden armas a Israel.

    3- Un llamamiento a la Unión Europea para que cese toda colaboración económica, política y cultural con Israel y que anule todas las convenios y acuerdos que la unen con este país.

    4- La celebración de una Conferencia internacional para evaluar los crímenes de guerra, contra la humanidad, económicos y ecológicos perpetrados contra la población de Gaza y entregar a la justicia a los responsables de estos hechos, así como de los cometidos en el Líbano en 2006.

    5- La rehabilitación de la resolución de la ONU nº 3379 que asimila sionismo y racismo y la salida de Israel de la ONU.

    6- Lanzamiento de una campaña internacional para la reconstrucción de Gaza, el levantamiento del bloqueo y la liberación de los prisioneros políticos.

    En cuanto a la lucha anti-imperialista y anti-colonial

    1- Los participantes expresaron su apoyo a las dos resistencia, palestina y libanesa, en su lucha contra la ocupación israelí así como a la resistencia iraquí que lucha contra la ocupación norteamericana.

    2- Apoyan los esfuerzo iraquíes para preservar su unidad territorial

    3- Los participantes anuncian su apoyo a la autodeterminación del pueblo afgano y su lucha contra la ocupación norteamericana y atlántica

    4- Los participantes envían un saludo al presidente Hugo Chávez, así como al presidente de Bolivia, Evo Morales, por su apoyo a la resistencia de los pueblos. Y expresan su apoyo total a su luchas contra la ingerencia de los Estados Unidos en América Latina.

    5- Los participantes reclaman el levantamiento del bloqueo a Cuba y la liberación de los prisioneros cubanos detenidos en las cárceles de EE.UU.

    6- Los participantes abogan por la constitución de una liga internacional de parlamentarios para defender los derechos de los pueblos a la resistencia y a la autodeterminación. Y para reactivar los acuerdos relativos a la protección de las poblaciones civiles.

    7- La creación de una red mediática internacional que desenmascare la propaganda mentirosa concerniente a la naturaleza de los crímenes perpetrados por Israel.

    8- La prosecución del trabajo del tribunal de conciencia para juzgar los crímenes de guerra, sobre todo la entrega a la justicia de los responsables de los crímenes de guerra perpetrados en el Líbano en 2006.

    9- Lanzamiento de una campaña para la aplicación del Consejo Consultivo del Tribunal de Justicia Internacional que atañe al muro de separación racial en Palestina.

    10- La fundación de una red internacional con vistas a la coordinación de las representaciones locales en momentos de crisis y de guerras.

    11- Rechazo de las amenazas y provocaciones de los EE.UU. a Irán en cuanto a su derecho de desarrollar su programa nuclear civil en el marco de las normas internacionales. Rechazo igualmente a las amenazas bélicas de EE. UU. a Siria y a Sudán.

    12 Oposición a las tentativas americanas de vaciar la legislación internacional y humana de su contenido bajo el pretexto de la guerra anti-terrorista.

    Los Participantes proponen como alternativas al dictado del mercado:

    1- Sacar la agricultura y los sectores ligados a la alimentación de las negociaciones internacionales para liberalizar el mercado (Gatt, OMC,...)

    2- Rechazar los acuerdos y las políticas internacionales que permiten a las grandes firmas meter mano en la vida.

    3- Crear un Mercado Común Mediterráneo, basado en el principio del comercio equitativo entre consumidores y productores del norte y del sur, así como en el interior de cada país. (Excluyendo a Israel en tanto no resuelva el problema colonial)

    4- Luchar contra la sobreexplotación practicada por la pesca industrial y favorecer la pesca artesanal.

    5- Preservar el patrimonio común de la humanidad y los recursos fundamentales para la vida. Desarrollando la agricultura orgánica y la utilización de las energías renovables.

  33. 33
    sopadeajo dit:

    Les juifs d´ israel continuent à bloquer les frontières de Gaza qu´eux mêmes ont imposé aux Palestiniens. Ils continuent donc à vouloir appauvrir et affamer la Palestine. Il faut exiger à ces fascistes et à ceux qui les aident la levée du blocus sur Gaza. Non à cette terrible et assassine colonisation. Après les avopir bombardé, ils essaient de les faire mourir de faim et de pauvreté, bande de vils salauds !

  34. 34
    sopadeajo dit:

    http://gaetanpelletier.wordpress.com/2009/01/11/gaza-lenfer-meme-avant-cette-guerre/#comment-169

    "Reportage de 2006 montrant la vie à Gaza en 2006.Violence non seulement contre les civils palestiniens, femmes et enfants mais les volontaires internationaux, même les «reporters ».

    Durée 50 minutes, mais il vaut la peine de prendre ce temps. Car dès les premières minutes nous pouvons ressentir le climat existant."

    On comprend qu´ils n´aiment pas les journalistes puisque les journalistes racontent, en général, ce qu´ils voient. Ils font donc tout ce qu´ils peuvent pour qu´il y en ait le moins possible : regardez la vidéo.

  35. 35
    sopadeajo dit:

    http://gaetanpelletier.wordpress.com/2009/01/11/gaza-lenfer-meme-avant-cette-guerre/#comments

  36. 36
    sopadeajo dit:

    Ce qu´ils ont fait à Gaza cela fait 60 ans que les sionistes d´israel le font, avec la complicité de la plupart des médias de France, et beaucoup de médias d´ailleurs.
    Mais en plus israel sert la politique la plus impériale et la plus contraire aux mouvements de gauche dans les continents pauvres. Toutes les dictatures en Amérique Latine ont été appuyées en argent, en armes et politiquement par israel, et par les etatsunis. Parfois même, comme au Nicaragua sous le dictateur Somoza, les etatsunis abandonnaient leur appui officiellemnt (décision du Congrès crois-je me souvenir), alors que la CIA et israel continuaient leur aide intensive à la dictature. Je me souviens même que le FSLN avait dû lancer le mot d´ordre à ses militants de ne pas culpabiliser tous les juifs,mais seulement israel, de cette aide inconditionnelle au dictateur.

  37. 37
    Didier Dupont dit:

    D'accord sur les interprétations philosphiques même si elles manquent encore de leurs présupposées idéalistes métaphysiques. Donc il faudrait adjoindre à ces analyses, des réflexions phénoménologiques éclaicissantes plus précises comme celles proposées par Antonio Négri et Alexandre Matheron.
    Enfin, il ne faut pas être non plus dupe des intérêts réelles que portent les entreprises capitalistiques pour la mode écologique et la protection de l'environnement.
    salut à tous les camarades révolutionnaires de gauche.

  38. 38
    maxou dit:

    Bonjour à tous,
    Au tribunal pour avoir vendu l'Humanité-dimanche dans la rue ! Signez la pétition en ligne

    Il devra se présenter au tribunal le 18 février pour avoir vendu (l’Humanité Dimanche) au marché Dejean, dans le 18e arrondissement de Paris, où il est présent depuis vingt ans. Nous mettons en place un comité de soutien pour dénoncer ce déni de démocratie.

    Lounis est là. Comme chaque dimanche. Bonnet rouge enfoncé sur son visage poupin, la jovialité pétillant dans ses yeux, babillard, c’est un Poulbot mué en homme râblé. Quant à son présentoir, au carré sur un bout de trottoir, l’(HD) bien en vue, c’est comme une borne, un repère dans la fourmillante Goutte-d’Or, ce quartier populaire du 18e arrondissement parisien. Voire beaucoup plus : (C’est un lieu de débat convivial, une tribune utile à la vie du quartier où les gens viennent parler de leurs problèmes), assure Sylvain Soufflet, venu en voisin tailler une bavette. Lounis écoute les uns, tend un tract, affiche la même disponibilité pour tous. Qu’importe qu’il ait quitté son travail à 5 heures du matin la veille. Ouvrier du Livre aux Nouvelles Messageries de la presse parisienne (NMPP), il a charrié des quintaux de papier journal sur les quais du centre de Stains (Seine-Saint-Denis). Dehors, toute la nuit, lui qui traîne des problèmes cardiaques depuis l’enfance. Mais dans son sourire, immuable, aucune trace de lassitude. Voilà vingt ans que Lounis tient ce poste, vend aussi l’(HD) sur un autre marché le samedi matin, colle des affiches, distribue des tracts… « Toujours sur le terrain. Je suis admiratif de son engagement, avoue M. Geoffroy, le poissonnier aux autres,

    du marché. Et puis il est prévenant, d’une grande gentillesse… Alors, qu’on vienne l’emm****r, c’est inadmissible ! » Le fait est qu’il a été interpellé sur ce marché en 2007 par la police pour « vente de marchandises dans un lieu public sans autorisation ». La marchandise en question, c’était l’(HD). « Plusieurs fois déjà, des policiers étaient venus me chercher des histoires. À chaque fois, ils avaient abandonné parce que les gens autour réagissaient. Mais là, ils n’ont pas voulu céder. On était un mois et demi avant la présidentielle… », explique Lounis. À la section du PCF à laquelle il appartient, des camarades lui ont proposé de payer l’amende. Il a refusé : (Il faut se battre pour la liberté d’expression politique, particulièrement aujourd’hui.) Il passera donc devant les juges. (Ça fait partie de la vie militante, prend-il avec philosophie. Quand on défend des valeurs très fortes, il faut s’attendre à de vives confrontations.) Il aura 50 ans et un jour quand il se présentera devant le tribunal. Dont presque trente années au service du PCF. (Le Parti, c’est un peu ma famille, celle qui m’a ouvert au monde), affirme cet homme, qui n’a vraiment connu son autre famille, biologique, qu’à l’adolescence. De problèmes de santé en soucis d’argent, ses parents ont été obligés de placer Lounis dans une famille d’accueil. Comme d’ailleurs quatre autres de ses six frères et soeurs. Puis il s’est rapidement émancipé, commençant à travailler dès 16 ans et s’installant dans un foyer de jeunes travailleurs à sa majorité. (À cette époque, je préférais lire “l’Équipe” plutôt que “l’Huma”, s’amuse-t-il. Jusqu’à ce que, au travail, je rencontre une femme, une vraie battante, qui était syndiquée à la CGT. C’est elle qui m’a fait prendre conscience des enjeux de classe.) Il s’est syndiqué à son tour, a adhéré aux Jeunes communistes en 1981, s’est également engagé auprès du Secours populaire français… Jusqu’à devenir le « militant convaincu et attachant, sur qui on peut toujours compter », que salue Gérald Briand, le maire adjoint (PCF) du 18e. Comme tous ceux qui s’engagent à ses côtés. Au marché Dejean, le poissonnier s’approche : « Vous avez de la chance d’en avoir un comme ça… Il faut le défendre ! »

    FRED GARGAUD
    fgargaud@humadimanche.fr
    Signez la pétition en ligne :

  39. 39
    maxou dit:

    http://www.humanite.fr/Au-tribunal-pour-avoir-vendu-l-Humanite-dimanche-dans-la-rue-Signez-la-petition-en

  40. 40
    jennifer dit:

    @Sopadeajo
    J'ai écrit vite que le PG était républicain car mon propos était différent: montrer que les identités du PG, NPA et PCF étaient différentes et expliquaient pourquoi la question d'un seul parti ne se posait pas mais bien d'alliances tactiques et ponctuelles. Personnellement je n'ai jamais aimé ce mot et l'ai dit depuis longtemps sur ce blog. La république pour moi cela me fait penser à la droite qui le met toujours en avant, et aussi c'est au nom de la belle République française issue de la Révolution qu'on a pu colonisé les peuples barbares au nom des belles valeurs des Lumières qu'on allait leur amener. La colonisation à la sauce des Lumières, il paraît que c'est progressiste!

    Je préfère nettement le mot de socialiste qui semble faire consensus partout: en Amérique latine, dans la gauche antilibérale anglosaxone et sûrement ailleurs. Mais certains ont tellement envie de se différencier du PS qu'il préfère ne plus utiliser ce mot. Franchement moi je préfère me différencier de la droite en n'utilisant pas le mot République. Bon d'aucuns nous expliquent que finalement si on rajoute le mot "sociale" c'est différent. La République sociale ce serait le socialisme. Alors pourquoi pas appeler un chat un chat? Pourquoi ne pas réhabiliter le mot socialisme?

  41. 41
    Renault dit:

    Jean-Luc prépares-toi à être au coeur d'un moment européen plus que difficile, le contexte social dans lequel vont se dérouler les élections européennes ne pourra surprendre que ceux qui sont encore aveugles et sourds :

    "émeutes en Grèce, des émeutes en Islande, en Lettonie, en Lituanie, en Bulgarie"

  42. 42
    jennifer dit:

    Oui Renault
    C'est impressionnant ce que la crise économique provoque: une mobilisation sans précédent chez un peuple si sage habituellement comme les islandais, avec manif violentes, réunions de citoyens après le travail (disait hier Libération) donc une vraie politisation en profondeur.
    N'oublions pas la guadeloupe, où là encore le mur du silence colonial continue.

    Par ailleurs tous les plans de relance se sont écroulés. Ils ont beau renfloué les banques cela ne change rien ou plutôt aggrave la crise. La nationalisation de l'ensemble du secteur bancaire s'impose comme une solution urgente. Il faut prendre en main ces banques qui refusent de prêter aux boîtes, d'investir. Sinon dans 3 mois nous allons vers une crise extrème. La dépression, style 1930, se profile de plus en plus à l'horizon. Il faut changer radicalement de logique économique: planifier, relancer la demande comme moyen de relancer les investissements et la production. Le peuple doit s'attendre dans un très court terme - car les échéances s'accélèrent- à entrer dans une pauvreté sans précédent. On peut tout perdre rapidement: job, appartement, droits sociaux etc... Regardez comment rapidement les islandais ont tous perdu, comment du jour au lendemain on peut perdre son métier. Tout le monde est concerné: aucune profession ne sera épargnée.

  43. 43
    jennifer dit:

    Ca continue en Guadeloupe! 5ème jour de grève générale en Guadeloupe.
    Soutenons-les!

    http://www.liberation.fr/societe/0101314445-la-guadeloupe-toujours-paralysee

    Et nous, mobilisons-nous pour le 29! Dites donc la section locale du PS a même fait un tract pour appeler au 29 janvier. C'est donc que ça bouge!

    Quelqu'un disait que le 29 c'était pas important vu que la suite allait avoir lieu le 2 février. C'est justement l'inverse, à mon avis: les directions syndicales ont décidé que ce ne serait pas une grève de 24h sans lendemain et donc envisagent une poursuite de la mobilisation. Si on rajoute à cela l'appel des appels (parus dans le Monde d'hier et Libé de vendredi) on voit bien le raz-le-bol qui grandit et les gens qui ont commencé à bouger. L'appel des appels est particulièrement intéressant car face à la division que crée la multiplicité des attaques sectorielles du gouvernement qui pousse à des réactions particularistes et sectorielles, les signataires ont décidé de s'unir au-delà de la spécificité de leurs revendications voyant un facteur commun dans le type de société autoritaire, liberticide et niant l'humanité des personnes qu'est en train de créer Sarkozy.

    http://www.appeldesappels.org

  44. 44
    ermler dit:

    Il est fort, Sarkozy, il tape du poing sur la table et tous les banquiers se couchent en renonçant à leur bonus. En voilà un qui sait faire plier les patrons. Que les syndicats en prennent de la graine !

    Il est fort, Hamon. Il occupe les médias à longueur de journée avec un discours presque gauchiste, histoire de dissuader ceux qui seraient tentés de rejoindre Mélenchon. Le PS est à gauche toute ! C'est son porte-parole que le dit. Alors...

    Pour l'instant, le Front de gauche antilibéral, c'est Sarkozy - Hamon !

    Et nous, on fait quoi ?
    Allez, mobilisons-nous pour le 29 ! En attendant, je regarderai Mélenchon sur "Ripostes" cet après-midi. Je suis sûr que ça me fera du bien.

  45. 45
    La mort de l'euro est programmée. dit:

    Économie : l'euroland au bord de la crise.

    Les critères de Maastricht et le pacte de stabilité n'ont pas réussi à rapprocher les économies des pays membres de la zone euro. Les disparités Nord-Sud perdurent et deviennent une véritable bombe à retardement.

    Tout a commencé avec la crise financière. Celle-ci s'est rapidement transformée en crise économique. Elle pourrait maintenant se muer en crise de l'euro. Dix ans après l'adoption de la monnaie commune européenne, force est de constater que les critères de Maastricht et le pacte de stabilité, qui devaient permettre aux Etats concernés d'harmoniser leurs politiques économiques, se sont soldés par un échec total.

    En réalité, les écarts de compétitivité entre, d'une part, l'Allemagne, les Pays-Bas et l'Autriche et, d'autre part, la France, l'Espagne, l'Italie, le Portugal et la Grèce n'ont cessé de se creuser et vont encore s'aggraver sous l'effet de la crise économique et financière.

    Les pays économiquement plus faibles vont devoir financer la relance de leur économie par un nouvel accroissement de leur dette et devront verser encore plus d'intérêts. La Grèce, par exemple, devra payer deux fois plus que l'Allemagne pour rembourser ses emprunts d'Etat. Il n'y a pratiquement aucun espoir d'échapper à ce cercle vicieux.

    Autrefois, la dévaluation de la monnaie était l'arme la plus efficace dans ce genre de situation. Cela est aujourd'hui impossible. Désespéré, le gouvernement italien a tenté de négocier avec l'Allemagne pour lancer un emprunt d'Etat conjoint et s'est naturellement fait envoyer sur les roses. Car les Allemands n'ont pas l'intention de payer pour les Italiens.

    Ces tensions ne retomberont que si la disparité des économies du Nord et du Sud s'estompe. A défaut, il ne restera d'autre alternative que de sortir de la zone euro.

    Source : courrierinternational.com

  46. 46
    Pierre dit:

    Une députée européenne, italienne je crois, avait donnée une définition de ce qui fait la spécificité de l'Europe. Elle précisait que l'Europe était de son point de vue, le seul continent qui avait à la fois une culture forte des luttes ouvrières et une grande passion pour la gastronomie. J'y vois deux faits culturels forts qui sont de bonne augure pour nous faire réussir notre projet de planification écologique, réconciliation entre le corps social et le coprs inorganique de l'homme. Ce sont aussi des grands moments de plaisir, ce qui ne gachent rien !

  47. 47
    Pierre L dit:

    29 janvier.

  48. 48
    maxou dit:

    Un drôle de revers de fortune
    En quelques semaines, Liliane Bettencourt est passé des pages mondaines des revues du gotha à celle des pages judiciaires des quotidiens et hebdomadaires généralistes. Ce n'est pas vraiment une première, car les familles Schueller et Bettencourt ont, par le passé, étaient obligés de s'expliquer sur leur passé trouble pendant les années noires de l'Occupation. Mais Liliane Bettencourt n'avait jamais été mise en cause. La milliardaire, toujours très discrète, a été accusée par sa fille Françoise d'avoir donné un milliard d'euros à François-Marie Banier, artiste photographe et figure du
    Tout-Paris. On évoque des largesses incroyables et des cadeaux tels que des toiles de maître (Picasso, Léger, Matisse, Mondrian...). La fille de Liliane Bettencourt évoque la faiblesse psychologique de sa mère dont aurait profité l'artiste. Liliane Bettencourt s'en est défendue dans une interview où elle confirme être fâchée avec sa fille unique qui voudrait contrôler son empire industriel et sa fortune. Liliane Bettencourt y laisse entendre qu'elle utilise sa fortune comme bon lui semble. Avec 20 milliards d'euros, elle a, en effet de quoi faire...

  49. 49
    maxou dit:

    Bonsoir à tous,
    Attention le post 38 n'est pas une blague !

  50. 50
    commandant P. dit:

    tiens, il y a des pro-Allegre sur ce site, maintenant ?
    posts 22 et 31

    ok, je suis aussi un sceptique, et tous les arguments "scientifiques" ont besoin d'être critiqués, même (ou surtout) quand ils font "consensus"...
    mais, les arguments des posts 22 et 31 sont strictement ceux de Claude Allegre

    en 2 mots : Allegre est surtout un géologue, mais pas un climatologue...

    certes, les variations astronomiques (cycle des tâches solaires, ou ellipticité de l'orbite terrestre) sont réelles et bien connues
    mais, l'augmentation des gaz à effet de serre (NH4, CO2, H2O, CHC, O3...) est un fait mesurable depuis 1850 (avec des effets probable de démultiplication si les hydrates de Méthane submergées et le Permafrost dégazent à leur tour...)

    le CH4 (méthane) a un pouvoir d’effet de serre 20 fois supérieur à celui du CO2

    l'équation "effet Soleil" / "effet de serre" tient en 2 chiffres :
    constante solaire (ramené au sol et nos latitudes) = 345 w / m2
    forçage dû aux gaz à effet de serre = 2 w / m2 (aujourd'hui, mais toujours en augmentation...)

    L’humanité a rejeté 500 milliards de Tonnes de CO2 depuis le début de l’ère industrielle
    et il faudra trouver assez de place pour séquestrer 2 700 GT de CO2 dans les 2 prochains siècles si on ne veut pas modifier les termes de l'équation !

    après, oui, la Terre est un système très complexe, non linéaire, et on peut éventuellement subir quelques contre-cycle de refroidissements, mais transitoires

    après, sur le détournement par les ultra-libéraux : entièrement d'accord !

Pages : [1] 2 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive