23juin 06

Interview à Politis, parue le jeudi 22 juin 2006.

Le 6 juin, au bureau national vous vous êtes abstenu sur le projet socialiste?

Jean-Luc Mélenchon :
J’ai commencé la réunion en pensant voter contre. Je mesurais la gravité de ce vote. Mais le contenu de l’avant-dernière mouture était insupportable. Après dix heures de discussions, ce projet se situe assez traditionnellement à équidistance des deux thèses fondamentales qui traversent le parti. Le discours sur la mondialisation est plus lucide, des mesures sont retirées, d’autres ajoutées, comme sur les OGM. Même s’il y manque des choses comme la propriété publique de l’eau, le texte final est d’une facture socialiste plus classique.

Autant que la qualité ou le niveau des propositions ? il y a du bon et du bien moins bon ? mon critère de décision était le suivant : est-ce que, sur la base du projet que le parti va produire, l’union des gauches reste possible ? Cette union eût été impossible, par exemple, si la retraite à la carte était restée dans le texte ou si on avait continué à présenter la mondialisation libérale comme un résultat connexe du progrès technique. Dans ce cas, la distance prise avec la gauche aurait été telle que d’autres alliances auraient été préfigurées. Le texte tel qu’il est permet le compromis avec les autres forces de gauche. Il serait alors absurde de le rejeter. Pour autant, je continue à penser qu’il n’est pas à la hauteur des défis sociaux et écologiques contemporains. Je me suis donc abstenu. Plusieurs propositions phares de Ségolène Royal, sur la sécurité ou l’« ordre juste », n’y figurent pas.

Ni sur la sécurité, ni sur l’éducation, ni sur l’ordre juste, nous n’avons été saisis de la moindre proposition, orale ou écrite, de Ségolène Royal. Nous n’avons donc pas eu à nous prononcer. Sur la sécurité, compte tenu du débat dans tous les médias, il a fallu s’exprimer. Nous l’avons fait clairement contre ce qu’elle avait dit.

Quelles critiques en faites-vous ?

La mise sous tutelle des allocations familiales « à la première incivilité » veut responsabiliser les parents. C’est en réalité une punition collective. Qui est visé ? Uniquement ceux dont les revenus de la famille dépendent de la contribution des allocations familiales. Ce ciblage social est insupportable. Cette mesure est plus brutale que la suppression des allocations familiales. C’est en quelque sorte le FMI à la maison : un contrôle social de la dépense par une personne tiers à l’arbitraire de laquelle toute la famille est soumise pour la faute d’un seul. Et quelle faute ? Elle évoque le « premier acte d’incivilité » pour déclencher la mesure et obliger les parents à aller à l’école des parents ! C’est totalement disproportionné. Autre mesure : les centres « militarisés » pour jeunes délinquants. Ce n’est pas une idée nouvelle ! Ils ont existé de 1986 à 2004. 5 800 jeunes y sont passés. Les résultats sont absolument nuls. Avant de faire une proposition aussi extraordinaire, elle aurait dû consulter le rapport sénatorial qui évalue les résultats. Elle disposait d’une capacité d’expertise auprès d’elle puisqu’il a été signé notamment par Jean-Pierre Masseret, l’un de ses soutiens ! Pour moi, sa proposition est du niveau d’un propos de fin de banquet. C’est la ligne scrogneugneu ! On entendait dire autrefois des jeunes : « Il leur faudrait une bonne guerre ! » Maintenant, on parle de punir toute la famille ! C’est de la gesticulation. Techniquement ça n’a pas de sens !

Et l’« ordre juste » ?

Qui souhaite un ordre injuste ? C’est moins l’adjectif qui me choque que la construction intellectuelle. En politique, le vocabulaire est toujours rattaché à des familles sémantiques. L’« ordre juste » est employé par Ségolène Royal un mois et demi après la parution de l’encyclique du pape Benoît XVI, qui en fait un thème central et confie aux laïcs le soin de prendre en charge l’avènement de cet ordre juste. C’est Mignard, un des proches de Ségolène Royal, qui le rappelait : « Son inspiration à elle, c’est plutôt la doctrine sociale de l’Église que la lutte des classes. » Un récent reportage du journal le Monde confirme sans démenti cette filiation idéologique. Benoît XVI dit que l’ordre juste est celui qui donne « à chacun ce qui lui revient ». Une définition qui est aussi hautement contestable que le fait de parler d’équité plutôt que d’égalité. Je ne conteste pas qu’on ait une filiation intellectuelle, je dénonce qu’on la cache. Pour ma part, je me rattache à la philosophie des Lumières. Quand on est de gauche et progressiste, à l’équité il vaut mieux préférer l’égalité, à l’ordre juste il vaut mieux préférer un ordre émancipateur, c’est-à-dire un ordre où la part qui revient à chacun est celle qui va être construite par le progrès collectif et non par l’état de nature individuel.

Pourquoi vous êtes-vous rendu à Berlin, à l’invitation d’Oskar Lafontaine, considéré comme le diable rue de Solferino ? Par provocation ?

Tout le monde a pu se rendre compte de la faillite du communisme d’État avec la chute du mur de Berlin. En revanche, la faillite de la social-démocratie est masquée. Elle est au moins aussi spectaculaire. Les deux partis matrices de la social-démocratie universelle, le parti anglais et le parti allemand, pratiquent l’un une politique de droite, l’autre une politique avec la droite. Clairement, le mur est tombé entre cette gauche-là et la droite. En ce moment, la moitié des gouvernements de l’Union européenne sont dirigés par des sociaux-démocrates ou les intègrent dans une coalition avec le centre ou la droite. Cela n’a pas le moindre impact, au contraire, sur une évolution progressiste et démocratique de l’Union.

Pourquoi ? Le capitalisme a changé. La social-démocratie est incapable d’appliquer ses vieilles recettes contractuelles à cette forme nouvelle du capitalisme transnationalisé. Elle est alors impuissante. Dès lors, c’est la capitulation en rase campagne, avec l’espoir qu’un redémarrage du capitalisme national finisse par donner mécaniquement des bienfaits aux travailleurs du pays concerné, ce qui ne se produit jamais. D’autre fois, là où les relations politiques sont à leur extrême, c’est la social-démocratie qui prend en charge l’affrontement avec le peuple. J’ai pu en observer les conséquences au Venezuela et en Bolivie, où les deux derniers gouvernements sociaux-démocrates ont fait tirer sur les manifestations populaires. Leurs chefs sont en fuite à l’étranger.

Comment cette faillite atteint-elle le socialisme français ?

Il a toujours été singulier. Par choix assumé il n’a jamais intégré la doctrine de la social-démocratie européenne. Dès lors, il a été en partie protégé de cette faillite dans la mesure où il s’est tenu à égale distance des partisans d’une politique sociale libérale et des partisans d’une politique de rupture avec le système. C’est la ligne de Lionel Jospin. Elle a eu de beaux succès. Et de lourdes contreparties aussi? Celles-ci ont fini par compter davantage. Ce positionnement a d’innombrables inconvénients, mais il nous a protégé de la déchéance qu’ont connue le SPD allemand, le parti italien, le parti anglais. Actuellement, il y a à la tête du PS un groupe habile qui assume son alignement sur la social-démocratie mondiale. C’est le cas de François Hollande. Il le dit dans son livre. En bureau national du PS, il a affirmé, contre moi, un devoir de confiance « par a priori » avec les partis latino-américains dont je viens de parler, au motif que l’étiquette social-démocrate vaudrait label. Nonobstant les fusillades !

Pourquoi cette visite à Oskar Lafontaine ?

C’est grâce au Linkspartei que la droite n’a pas eu la majorité en Allemagne et grâce à Oskar Lafontaine que tous les socialistes ne sont pas impliqués dans la honte de gouverner avec la CDU-CSU. La rupture d’Oskar Lafontaine avec le SPD social- libéralisé est un événement que la social-démocratie européenne a immédiatement recouvert d’une chape de plomb tant elle est accablante pour elle. Ancien ministre des finances de la RFA, ancien président du SPD, Lafontaine est un homme dont toute la carrière a été placée sous les auspices de Willy Brandt, son tuteur et modèle. Son initiative déchaîne donc la même haine que ceux qui, en Amérique latine, ont cherché d’autres chemins. Il n’a pas eu le choix. Ce n’est pas lui qui a quitté le SPD c’est le SPD qui s’est quitté lui-même.

L’Internationale socialiste (IS) s’oppose aux formes politiques nouvelles jusqu’à l’absurde. Elle a tenu à l’écart Lula jusqu’à sa victoire. Encore maintenant, le Parti des travailleurs n’est toujours pas intégré à l’IS. Mais le PS adule dorénavant Lula, surtout pour l’opposer à Chavez. L’Internationale socialiste manifeste une véritable incapacité à penser son avenir de façon neuve et autonome. Pourtant, partout dans le monde, la gauche est en réinvention, surtout quand elle s’appuie sur le mouvement populaire. Là où il n’y a pas de mouvement populaire, la gauche est en panne. Mais partout où l’implication populaire se réalise, on voit des chemins se tracer. Et partout est à l’ordre du jour l’émergence de forces politiques nouvelles. Même si le processus n’est pas linéaire. En Italie, il se déroule au sein de la coalition autour de Romano Prodi alors même qu’il y est contradictoire. En Allemagne, c’est la tentative Linkspartei. En Amérique latine, il n’y a pas un pays où cette poussée n’existe pas.

Et en France ?

La question doit légitimement se poser. Mais de manière particulière car on peut imaginer que le PS lui-même s’insère dans un processus de réinvention globale de la gauche, ce qui est impensable dans les autres pays.

Ces questions ne relèvent pas d’un colloque théorique. Elles mettent en jeu l’existence quotidienne de millions de personnes et des affrontements de classes sociales qui se traduisent par des situations d’extrême violence sociale et politique. Dès lors, la possibilité pour la gauche de contourner la nécessité de sa « réinvention » n’existe pas. C’est la réinvention ou la déroute. La déroute ne serait pas seulement électorale. Elle signifierait que l’option progressiste disparaît du champ des propositions qui sont faites au peuple pour transformer son existence quotidienne. La place serait libre, et partout, pour les solutions d’extrême droite qui peuvent aussi être assumées par des partis de droite drapés dans les options sécuritaires ou libérales sécuritaires. C’est le cas dans de très nombreux pays où les coalitions entre l’extrême droite et la droite sont devenues banales. Après le tollé sur la coalition droite/extrême droite en Autriche, écoutez le silence sur la même chose en Pologne !

Ce qui se joue avec l’appel pour des candidatures unitaires antilibérales en 2007 est-il une des voies possibles de cette réinvention ?

C’est la contribution la plus importante et certainement la plus décisive qui puisse être apportée à la réinvention de la gauche. Certes, le terme « antilibéral » dans ce contexte me pose problème s’il vise à stigmatiser le PS. Ce serait absurde : le PS n’est pas un parti libéral. Si l’autre gauche, que j’appelle « la gauche des ruptures », va en désordre aux élections, elle sera laminée. Le vote utile trouvera, à juste titre, une raison de se concentrer sur le candidat socialiste. Bien sûr, l’ampleur du vote de gauche sera bien moindre, car le PS actuel ne sait pas entraîner à lui seul une majorité populaire mobilisée sur un programme. Dans cette situation, l’effet ne serait pas seulement électoral mais politique.

Si la gauche est absente du deuxième tour, la gauche des ruptures, en miettes, aura démontré la nocivité de ses divisions pour toute la gauche. Et elle aura fait la démonstration de son inutilité ! On aura un large vote socialiste, mais l’autre gauche sera anéantie politiquement. Comment empêcher alors la défaite ou le déplacement de l’axe du PS vers le centre ? Certains, à sa direction, ont déjà annoncé que tout était possible en ce domaine. C’est à la gauche des ruptures de mesurer sa responsabilité à l’égard de la gauche et du pays, et pas seulement à l’égard de chacune des tendances qui la constituent.

Cette responsabilité serait d’aller vers une candidature unique ?

L’intérêt général de la gauche est qu’il y ait, en même temps que la candidature socialiste, une candidature qui unifie la gauche de ruptures. Cela produirait plusieurs résultats : un ancrage de la gauche à gauche parce qu’il y aurait eu un rééquilibrage de celle-ci ; une nouvelle dynamique à gauche qui ne serait pas seulement la dynamique du vote utile. Sans nier son importance, le vote utile est pauvre en implication populaire ! C’est un vote de survie, un vote refuge pour l’opposition à la droite. Il ne contient pas de projet politique. En revanche, avec une gauche équilibrée, on ancre une dynamique positive plus large que les partis qui la constituent.

Comment vous détermineriez-vous si José Bové était ce candidat, ce qui est loin d’être le cas ?

Ou Marie-George Buffet ? Ou d’autres ? Je ne me pose pas cette question. Je travaille à ma place, avec mes amis de PRS, à faire avancer l’union sans exclusive de toute la gauche. J’ai compris que cela passe par la nécessité que le PS et l’autre gauche soient représentés chacun de façon efficace. C’est un travail positif sur des contenus. Pas une man?uvre d’appareil. Au PS, on en mesure les résultats sur des points essentiels comme l’alignement sur le rejet du traité constitutionnel européen ou le refus d’une resucée de ce texte. Mais je sais que rien n’est joué. On verra le moment venu. S’il vient.

Ce candidat unique pourrait-il venir des rangs des socialistes ?

Il y a des configurations qui pourraient y pousser.

Le « non » reste-il un marqueur important ou doit-il être dépassé ?

Par définition, il doit l’être, sinon on en resterait à une division de la gauche. Mais ce dépassement ne peut se faire que sur la base du « non ». Ce n’est pas simple. Pour en arriver aux formules précises du projet socialiste, il aura fallu un an. Mais, pour moi, la meilleure des garanties, c’est d’avoir autour de la table de discussion avec nos partenaires européens un président issu du « non » de gauche. Jusqu’au terme du processus, je vais mener cette bataille. Tout le monde comprend qu’elle est prioritaire. C’est ma part d’utilité au combat de la gauche en général.

Comment voyez-vous la candidature de Laurent Fabius ?

J’ai fait le choix de soutenir sa candidature sur une base politique. Il est le seul candidat issu du « non » de gauche au PS. Il a mis ses propositions politiques en ligne avec ce vote, notamment sur le combat contre la mondialisation libérale et l’affirmation d’une stratégie d’alliance claire. Lui a tenu, en socialiste, le contrat politique qu’il avait pris avec les tenants du « non ».

Propos recueillis par Denis Sieffert et Michel Soudais


Aucun commentaire à “"La réinvention ou la déroute"”

Pages : [1] 2 »

  1. 1
    Didier HACQUART dit:

    La première étape du processus à venir est le 29 juin 2006 à Aubagne avec :

    MEETING UNITAIRE

    " TOUS ENSEMBLE POUR BATTRE LA DROITE, POUR UNE ALTERNATIVE AU LIBERALISME ET POUR DES CANDIDATURES COMMUNES EN 2007"

    Le JEUDI 29 JUIN à 19H00, Centre de Congrès - AGORA à AUBAGNE (ZI des Paluds)

    Avec la participation de :

    Francine BAVAY (Verts), José BOVE, Magali BRACONNOT (Alternatifs), Olivier DARTIGOLLES (PCF), Raoul Marc JENNAR, Alain KRIVINE (LCR), René REVOL (PRS), Yves SALESSE (Fondation Copernic)

    et des acteurs du mouvement social et citoyen dans le département 13.

    Venez nombreux !

    Didier HACQUART

    Adjoitn au Maire PS Vitrolles (13)

    http://didier-hacquart.over-blog.com

  2. 2
    Didier HACQUART dit:

    La première étape du processus à venir est le 29 juin 2006 à Aubagne avec :

    MEETING UNITAIRE

    " TOUS ENSEMBLE POUR BATTRE LA DROITE, POUR UNE ALTERNATIVE AU LIBERALISME ET POUR DES CANDIDATURES COMMUNES EN 2007"

    Le JEUDI 29 JUIN à 19H00, Centre de Congrès - AGORA à AUBAGNE (ZI des Paluds)

    Avec la participation de :

    Francine BAVAY (Verts), José BOVE, Magali BRACONNOT (Alternatifs), Olivier DARTIGOLLES (PCF), Raoul Marc JENNAR, Alain KRIVINE (LCR), René REVOL (PRS), Yves SALESSE (Fondation Copernic)

    et des acteurs du mouvement social et citoyen dans le département 13.

    Venez nombreux !

    Didier HACQUART

    Adjoitn au Maire PS Vitrolles (13)

    http://didier-hacquart.over-blog.com

  3. 3
    Lug dit:

    Je voudrais cependant remercier très sincèrement Mr Mélenchon pour la tribune qu'il nous offre ici sans aucune censure malgré des développements qui ne l'épargnent pas, lui et ses idées.

  4. 4
    Lug dit:

    Je voudrais cependant remercier très sincèrement Mr Mélenchon pour la tribune qu'il nous offre ici sans aucune censure malgré des développements qui ne l'épargnent pas, lui et ses idées.

  5. 5
    Arsenik dit:

    Sur le simple plan des idées, n'y-at-il pas au sein même du PS, une des fractures idéologiques les plus fortes?

    En réalité, la gauche du PS pourrait se retrouver avec les partis de gauche classique. La droite du PS, avec un centre rénové de type lib-dem anglais.

    Mais conserver ce "Parti Frankenstein" a un avantage électoral évident:attirer la gauche, la social-démocatie et le centre. inalement, c'est la même statégie que l'UMP voulant rameuter l'extreme droite, la droite conservatice, les gaullistes (s'il en reste), et le centristes.

    Les gros mouvements informes n'étant plus que des structures à gagner et distribuer des postes sont-elles en fin de parcours?

  6. 6
    Arsenik dit:

    Sur le simple plan des idées, n'y-at-il pas au sein même du PS, une des fractures idéologiques les plus fortes?

    En réalité, la gauche du PS pourrait se retrouver avec les partis de gauche classique. La droite du PS, avec un centre rénové de type lib-dem anglais.

    Mais conserver ce "Parti Frankenstein" a un avantage électoral évident:attirer la gauche, la social-démocatie et le centre. inalement, c'est la même statégie que l'UMP voulant rameuter l'extreme droite, la droite conservatice, les gaullistes (s'il en reste), et le centristes.

    Les gros mouvements informes n'étant plus que des structures à gagner et distribuer des postes sont-elles en fin de parcours?

  7. 7
    fg dit:

    Je ne sais pas encore pour qui je voterai mais je suis sur de ceux pour qui je ne voterai pas : ceux qui ont été pour le oui, ceux qui viennent de voter au parlement européens pour qu'on ne tienne pas compte du vote non (22 députés PS) et je ne crois pas aux sondages qui annoncent Sarkolène à 35% chaque au premier tour alors que personne n'a dépassé 20 aux dernières elections. Que le PS se réveille vite ou la gueule de bois va encore etre violente.

  8. 8
    fg dit:

    Je ne sais pas encore pour qui je voterai mais je suis sur de ceux pour qui je ne voterai pas : ceux qui ont été pour le oui, ceux qui viennent de voter au parlement européens pour qu'on ne tienne pas compte du vote non (22 députés PS) et je ne crois pas aux sondages qui annoncent Sarkolène à 35% chaque au premier tour alors que personne n'a dépassé 20 aux dernières elections. Que le PS se réveille vite ou la gueule de bois va encore etre violente.

  9. 9
    Lug dit:

    Il faut en terminer avec ce terrorisme des extrêmes ! jouer sur le repoussoir le pen pour faire avaler n'importe quelle couleuvre ps ça suffit ! moi je vote positif ! si au 2ieme tour personne n'incarne mes idées (cf. fg) je ne voterai pas, QUELS QUE SOIENT les deux restant... et la honte tombera sur ceux qui auront sacrifié le peuple de gauche pour tenter de garder leur fauteuil à l'assemblée !

  10. 10
    Lug dit:

    Il faut en terminer avec ce terrorisme des extrêmes ! jouer sur le repoussoir le pen pour faire avaler n'importe quelle couleuvre ps ça suffit ! moi je vote positif ! si au 2ieme tour personne n'incarne mes idées (cf. fg) je ne voterai pas, QUELS QUE SOIENT les deux restant... et la honte tombera sur ceux qui auront sacrifié le peuple de gauche pour tenter de garder leur fauteuil à l'assemblée !

  11. 11
    BelgoDocumentaliste dit:

    Petites nouvelles d'un Royaume communautariste :

    Petites nouvelles d'un royaume communautariste :

    http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2006/06/26/article_hermes_447983.shtml

    vous n'y voyez pas un lien de cause à effet ? Moi si. C'est pour ça entre autres que je soutiens Jean-Luc Mélenchon.

    Bats-toi Jean Luc, cher Camaraden, et surtout affranchis-toi de TOUT le monde stp.

    Pierre le Belg

  12. 12
    BelgoDocumentaliste dit:

    Petites nouvelles d'un Royaume communautariste :

    Petites nouvelles d'un royaume communautariste :

    http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2006/06/26/article_hermes_447983.shtml

    vous n'y voyez pas un lien de cause à effet ? Moi si. C'est pour ça entre autres que je soutiens Jean-Luc Mélenchon.

    Bats-toi Jean Luc, cher Camaraden, et surtout affranchis-toi de TOUT le monde stp.

    Pierre le Belg

  13. 13
    jmfayard dit:

    Salut Mélenchon,

    je voulais savoir si le volte-face de Ségolène, maintenant favorable au mariage homo, était également du à sa lecture d'une encyclique de Benoit XVI.

    Bien à toi...

  14. 14
    jmfayard dit:

    Salut Mélenchon,

    je voulais savoir si le volte-face de Ségolène, maintenant favorable au mariage homo, était également du à sa lecture d'une encyclique de Benoit XVI.

    Bien à toi...

  15. 15
    St?phanie dit:

    Moi je suis très décue car je trouve que José coome candidat c'était très bien mais maintenant qu'Olivier est candidat aussi, et Arlette, je crois que Jean Luc va l'âtre aussi, et puis Laurent, et puis Marie Georges, et puis peut être que Chevènement va l'être aussi, et puis Tobira, et même que KRIVINE y va s'y remettre aussi, ça fait déjà 9. C'est sur que y'a du monde à la gauche de la gauche, la vraie gauche, celle qui défend les vrais intérêts du peuple.

  16. 16
    St?phanie dit:

    Moi je suis très décue car je trouve que José coome candidat c'était très bien mais maintenant qu'Olivier est candidat aussi, et Arlette, je crois que Jean Luc va l'âtre aussi, et puis Laurent, et puis Marie Georges, et puis peut être que Chevènement va l'être aussi, et puis Tobira, et même que KRIVINE y va s'y remettre aussi, ça fait déjà 9. C'est sur que y'a du monde à la gauche de la gauche, la vraie gauche, celle qui défend les vrais intérêts du peuple.

  17. 17
    paysan bio dit:

    messieurs Fabius et Mélanchon,

    votre politique basée sur la stratégie électorale (orientée,comme c'est étrange,sur vos personnes)et non sur les idées commence déjà à porter ses fruits: il me semble que la LCR vient de désigner Besancenot pour la présidentielle.

    stratégie électorale oblige.

    il n'y a plus rien à réinventer:vous êtes incorrigibles.

    bravo:la machine à perdre est en route.

    vos magouilles de politiciens:c'est ce qu'on voulait ne plus voir.

    elle vous serviront à quoi ces magouilles quand vous n'aurez plus d'électeurs?

    vous n'êtes plus crédibles car vous avez cassé l'espoir de beaucoup de gens.

    pascal

  18. 18
    paysan bio dit:

    messieurs Fabius et Mélanchon,

    votre politique basée sur la stratégie électorale (orientée,comme c'est étrange,sur vos personnes)et non sur les idées commence déjà à porter ses fruits: il me semble que la LCR vient de désigner Besancenot pour la présidentielle.

    stratégie électorale oblige.

    il n'y a plus rien à réinventer:vous êtes incorrigibles.

    bravo:la machine à perdre est en route.

    vos magouilles de politiciens:c'est ce qu'on voulait ne plus voir.

    elle vous serviront à quoi ces magouilles quand vous n'aurez plus d'électeurs?

    vous n'êtes plus crédibles car vous avez cassé l'espoir de beaucoup de gens.

    pascal

  19. 19
    jos? angel dit:

    Je ne pense pas une seule minute, pour ma part, que la gauche de rupture a une quelconque chance de gagner.

    Je pense par contre, qu'il faut que la gauche de rupture puisse s'allier afin de peser réellement sur la balance. Pour cela, il faut qu'1 seul candidat rallie l'ensemble du vote de gauche. Il pourra ainsi obtenir un score à 2 chiffres (et encore). Cela serait suffisant pour le situer en bonne position (avec même un peu de chance devant la porcherie).

    Auquel cas, le PS sera obligé (!) de composer avec son aile radicale dans le cas contraire, vous lui laissez les mains libres de faire comme bon lui semble, quit à le voir se transformer en un parti centriste (j?entend par là tendance catho-sociale-armée du salut ? l?aile gauche de l?UDF quoi).

    Nous ne pourrons peser sur le gouvernement que SI nous sommes suffisamment fort, autrement, ca ne vaut pas le coup.

    Pour revenir sur la position de LO, PT et autres PCOF, qu'elle qu'est été la situation, ils auraient présenté un candidat, car sinon que feraient-ils ?

    José Angel

    ps : la lecture que nous faisons du projet est axée sur le fait qu'il n'y a rien de rédhibitoire dedans pour que nous ne puissions nous réunir sur cette base (aussi minime soit-elle) alors que si nous n'avions, par exemple pas, trouvé que la France retirerait sa signature du traité, alors là oui, la rupture aurait été irrévocable (ce n'est qu'un exemple, j'aurai pu prendre celui de EDF...)

  20. 20
    jos? angel dit:

    Je ne pense pas une seule minute, pour ma part, que la gauche de rupture a une quelconque chance de gagner.

    Je pense par contre, qu'il faut que la gauche de rupture puisse s'allier afin de peser réellement sur la balance. Pour cela, il faut qu'1 seul candidat rallie l'ensemble du vote de gauche. Il pourra ainsi obtenir un score à 2 chiffres (et encore). Cela serait suffisant pour le situer en bonne position (avec même un peu de chance devant la porcherie).

    Auquel cas, le PS sera obligé (!) de composer avec son aile radicale dans le cas contraire, vous lui laissez les mains libres de faire comme bon lui semble, quit à le voir se transformer en un parti centriste (j?entend par là tendance catho-sociale-armée du salut ? l?aile gauche de l?UDF quoi).

    Nous ne pourrons peser sur le gouvernement que SI nous sommes suffisamment fort, autrement, ca ne vaut pas le coup.

    Pour revenir sur la position de LO, PT et autres PCOF, qu'elle qu'est été la situation, ils auraient présenté un candidat, car sinon que feraient-ils ?

    José Angel

    ps : la lecture que nous faisons du projet est axée sur le fait qu'il n'y a rien de rédhibitoire dedans pour que nous ne puissions nous réunir sur cette base (aussi minime soit-elle) alors que si nous n'avions, par exemple pas, trouvé que la France retirerait sa signature du traité, alors là oui, la rupture aurait été irrévocable (ce n'est qu'un exemple, j'aurai pu prendre celui de EDF...)

  21. 21
    Lug dit:

    "Rien à foutre du vote utile. Je ne voterai pas pour le PS. S'il doit y avoir une Union à Gauche, ça sera sans le PS... ou avec un PS sans *aucunes* prétentions. " Fred.

    Bravo! excellent résumé... mais pourquoi les "gauchistes" du ps restent au ps ? tout simplement parce que leur seul objectif était de gagner le pouvoir au sein du ps... ayant perdu ils restent car quitter le parti c'est être assuré de perdre leur fauteuil de député, voilà tout... ils préfèrent perdre la face

    Donc encore une fois, VIVE LE VOTE POSITIF ! je vote pour MES idées pas pour celles des moins pire de mes ennemis... (donc surement pas pour le ps)

  22. 22
    Lug dit:

    "Rien à foutre du vote utile. Je ne voterai pas pour le PS. S'il doit y avoir une Union à Gauche, ça sera sans le PS... ou avec un PS sans *aucunes* prétentions. " Fred.

    Bravo! excellent résumé... mais pourquoi les "gauchistes" du ps restent au ps ? tout simplement parce que leur seul objectif était de gagner le pouvoir au sein du ps... ayant perdu ils restent car quitter le parti c'est être assuré de perdre leur fauteuil de député, voilà tout... ils préfèrent perdre la face

    Donc encore une fois, VIVE LE VOTE POSITIF ! je vote pour MES idées pas pour celles des moins pire de mes ennemis... (donc surement pas pour le ps)

  23. 23
    FAGUET DANIEL dit:

    Ouf, je pensais être "verolé", et même un peu honteux de penser en voyant et entendant les "chefs" que le PS 2007

    c'est "la course au pouvoir", mais pas la défense des petits.

    Depuis 2002, abstention, vote blanc, vote au PS pour les régionales, non au

    référendum, rien ne les change sur le fond, ils ne pensent qu'à çà! Le pouvoir, les

    lustres, le pognon (pour eux les notables). Le SMIC à 1500? en cinq ans, nous

    passerons de 15% à 20 ou 25% de la population des travailleurs, puisque les autres salaires et retraites suivront le

    fameux indice de la consommation!

    Ce sont des intellos bourgeois, non par définition ou par slogan.

    Non, c'est simplement qu'ils vivent à l'aise, sans préoccupation du quotidien

    (nourriture, loyer, charges, impots revenus et locaux, voiture) Pour eux c'est

    'insignifiant','dérisoire'. Politiques et politicars légiférez pour que nous ayons

    le 20e de ce que vous percevez, et ont votera pour vous!

    Ouf, à vous lire nous sommes pas si minoritaire que çà! Le bas de l'échelle passe

    à 15% (les smicars) patience Mai 2007, c'est pas si loin que çà!

    n'oubliez pas d'être inscrit sur les listes éléctorales et votez, votez bien!

  24. 24
    FAGUET DANIEL dit:

    Ouf, je pensais être "verolé", et même un peu honteux de penser en voyant et entendant les "chefs" que le PS 2007

    c'est "la course au pouvoir", mais pas la défense des petits.

    Depuis 2002, abstention, vote blanc, vote au PS pour les régionales, non au

    référendum, rien ne les change sur le fond, ils ne pensent qu'à çà! Le pouvoir, les

    lustres, le pognon (pour eux les notables). Le SMIC à 1500? en cinq ans, nous

    passerons de 15% à 20 ou 25% de la population des travailleurs, puisque les autres salaires et retraites suivront le

    fameux indice de la consommation!

    Ce sont des intellos bourgeois, non par définition ou par slogan.

    Non, c'est simplement qu'ils vivent à l'aise, sans préoccupation du quotidien

    (nourriture, loyer, charges, impots revenus et locaux, voiture) Pour eux c'est

    'insignifiant','dérisoire'. Politiques et politicars légiférez pour que nous ayons

    le 20e de ce que vous percevez, et ont votera pour vous!

    Ouf, à vous lire nous sommes pas si minoritaire que çà! Le bas de l'échelle passe

    à 15% (les smicars) patience Mai 2007, c'est pas si loin que çà!

    n'oubliez pas d'être inscrit sur les listes éléctorales et votez, votez bien!

  25. 25
    Fred., de L. dit:

    Bonsoir,

    Je continue avec ce qui me fait tiquer dans son intervention là.

    Le vote utile. On peut en faire le constat, mais se dire que ce n'est pas une fatalité. Un peu comme l'an dernier quand tout le monde disait que le OUI, c'était voté d'avance, que tous les médias disaient que c'était la seule solution, on pouvait malgré tout décider de se lancer dans une campagne pour le NON.

    Mais en faire une conclusion, là, comme si de toute façon le vote utile condamnait toutes les vélléités de se regrouper à gauche sans le PS... faire comme si cette sorte d'utopie n'était pas admissible, j'ai plus de mal. Je ressens ce texte comme une agression, comme un règlement de compte par avance.

    Le vote utile, ce n'est pas une fatalité, c'est un outil marketing, une façon de vider le vote de son sens politique, encore une fois, comme tout ce qui nous entoure en ce moment. Et je trouve vraiment triste de voir cet argument réthorique utilisé ici.

    Je dois avoir lu trop vite pour de la sorte faire une fixation. Mais vraiment, ça me fait gamberger...

    Est-ce que Mélenchon, qui a combattu pour le NON au référendum serait prêt à utiliser des non-arguments pour faire comprendre que le PS est incontournable, malgré toutes les casserolles politiques et idéologiques de ce parti ?

  26. 26
    Fred., de L. dit:

    Bonsoir,

    Je continue avec ce qui me fait tiquer dans son intervention là.

    Le vote utile. On peut en faire le constat, mais se dire que ce n'est pas une fatalité. Un peu comme l'an dernier quand tout le monde disait que le OUI, c'était voté d'avance, que tous les médias disaient que c'était la seule solution, on pouvait malgré tout décider de se lancer dans une campagne pour le NON.

    Mais en faire une conclusion, là, comme si de toute façon le vote utile condamnait toutes les vélléités de se regrouper à gauche sans le PS... faire comme si cette sorte d'utopie n'était pas admissible, j'ai plus de mal. Je ressens ce texte comme une agression, comme un règlement de compte par avance.

    Le vote utile, ce n'est pas une fatalité, c'est un outil marketing, une façon de vider le vote de son sens politique, encore une fois, comme tout ce qui nous entoure en ce moment. Et je trouve vraiment triste de voir cet argument réthorique utilisé ici.

    Je dois avoir lu trop vite pour de la sorte faire une fixation. Mais vraiment, ça me fait gamberger...

    Est-ce que Mélenchon, qui a combattu pour le NON au référendum serait prêt à utiliser des non-arguments pour faire comprendre que le PS est incontournable, malgré toutes les casserolles politiques et idéologiques de ce parti ?

  27. 27
    paysan bio dit:

    j'ai jeté un coup d'oeil aux questions au gouvernement aujourd'hui.

    les ministres avaient lu un sondage sur l'effet produit par le fameux projet PS auprès des français:

    ils étaient tout contents les UMPistes,ils avaient même pris des notes tellement le rejet de ce projet par la population est fort.

    je cherchais les bénéficiaires de ce projet:

    je les ai trouvé.ils avaient la banane jusqu'aux oreilles.

    pascal

  28. 28
    paysan bio dit:

    j'ai jeté un coup d'oeil aux questions au gouvernement aujourd'hui.

    les ministres avaient lu un sondage sur l'effet produit par le fameux projet PS auprès des français:

    ils étaient tout contents les UMPistes,ils avaient même pris des notes tellement le rejet de ce projet par la population est fort.

    je cherchais les bénéficiaires de ce projet:

    je les ai trouvé.ils avaient la banane jusqu'aux oreilles.

    pascal

  29. 29
    serge lagrifoul dit:

    Et pour couronner le tout, Lionel revient !

    Décidement, il nous aura tout fait, même pas capable d'assumer ses propos de soirs de défaites.

    Je viens de quitter le PS, laminé par le décalage flagrant entre ce que je cherche à atteindre (une critique résolument antilibérale de notre société et une réflexion pour ramener ce vieux monolhite qu'est devenu le PS sur sa gauche)et les propositions du Projet ! Et que vois je, même mon camarade Jean Luc est en train de manger la soupe, pourquoi ne pas aller au bout de sa logique : quitter ce partis pourris et essayer de construire un nouvelle force respectant les attentes de milliers de gens de gauche ?

    Et non, le camarade Jean Luc s'enferme dans une logique qu'il est le seul à comprendre ! Quand donc allons nous être enfin courageux et éliminer les vieux réflexes de préservation de l'appareil PS ? Pour moi le PS est déja mort à la vrai gauche, et il serait temps qu'un signal fort soit donné par nos chers camarades médiatisés en direction d'un regroupement résolument antilibéral!

    Camarades, on vas droit dans le mur !

    Si ca continu, Le Pen (père ou fille), on l'aura pour de bon !

  30. 30
    serge lagrifoul dit:

    Et pour couronner le tout, Lionel revient !

    Décidement, il nous aura tout fait, même pas capable d'assumer ses propos de soirs de défaites.

    Je viens de quitter le PS, laminé par le décalage flagrant entre ce que je cherche à atteindre (une critique résolument antilibérale de notre société et une réflexion pour ramener ce vieux monolhite qu'est devenu le PS sur sa gauche)et les propositions du Projet ! Et que vois je, même mon camarade Jean Luc est en train de manger la soupe, pourquoi ne pas aller au bout de sa logique : quitter ce partis pourris et essayer de construire un nouvelle force respectant les attentes de milliers de gens de gauche ?

    Et non, le camarade Jean Luc s'enferme dans une logique qu'il est le seul à comprendre ! Quand donc allons nous être enfin courageux et éliminer les vieux réflexes de préservation de l'appareil PS ? Pour moi le PS est déja mort à la vrai gauche, et il serait temps qu'un signal fort soit donné par nos chers camarades médiatisés en direction d'un regroupement résolument antilibéral!

    Camarades, on vas droit dans le mur !

    Si ca continu, Le Pen (père ou fille), on l'aura pour de bon !

  31. 31
    Lug dit:

    Le triste jospin, coupable de désertion devant l'ennemi après le premier tour de 2002, qui n'hésita pas à livrer l'assemblée à l'UMP sans aucune vergogne, se préparait donc à revêtir en 2007 l'habit du zorro de pacotille qu'il voudrait nous voir applaudir en lui...

    Quelle absence de scrupules, quel mépris pour gens de gauche et le peuple tout entier...

    Et dans sa grande fatuité, il faudrait encore que nous l'appelassions au secours, repentants de notre faute, très grande faute de jadis, d'avoir voulu de la gauche au pouvoir, et non ces succès-damnés qui nous menaient par la main à l'abattoir libéral sur l'air de l'Internationale mais sur les paroles de Wall Street...

    le ps aujourd'hui n'est vraiment plus RIEN au niveau des idées...

  32. 32
    Lug dit:

    Le triste jospin, coupable de désertion devant l'ennemi après le premier tour de 2002, qui n'hésita pas à livrer l'assemblée à l'UMP sans aucune vergogne, se préparait donc à revêtir en 2007 l'habit du zorro de pacotille qu'il voudrait nous voir applaudir en lui...

    Quelle absence de scrupules, quel mépris pour gens de gauche et le peuple tout entier...

    Et dans sa grande fatuité, il faudrait encore que nous l'appelassions au secours, repentants de notre faute, très grande faute de jadis, d'avoir voulu de la gauche au pouvoir, et non ces succès-damnés qui nous menaient par la main à l'abattoir libéral sur l'air de l'Internationale mais sur les paroles de Wall Street...

    le ps aujourd'hui n'est vraiment plus RIEN au niveau des idées...

  33. 33
    serge lagrifoul dit:

    et oui, chers camarades ! non seulement le PS n'est plus rien au niveau des idées (je viens d'y passer 2 atroces années à m'arracher les cheveux devant le niveau des débat dans les sections PS), mais on peut se demander aussi s'il peut en produire (des idées)! Vu le formidable déni de démocratie qu'a été l'élaboration du projet : absence de concertation de la base, impossibilité de discuter d'un projet alternatif....

    Que nous reste t'il ? A quoi se raccrocher ? Cela va faire bientôt 15 ans que je milite sous des formes variées et diverses, et suis complétement découragé. Comment puis je encore y croire, alors que même la gauche du PS se met à aller à la soupe ?

    Combien de temps va t'il falloir l'attendre cette arlèsienne qu'est le grand rassemblement de tout les antis-libéraux ? Quand donc les militants de la plate forme 3 de la LCR, de la gauche du PS, du PCF, du mouvement alter, mettront de côté leurs petites différences alors que ensemble on est si fort (cf tout les mouvements unitaires de ces dernières années), pourquoi se déchirer sur des contingences d'appareils ?

    Les attentes de beaucoups de militants vont elle encore une fois être décues ? A force de pratiquer le grand écart, plus personne ne sera la pour quelque mouvement que ce soit, et, si cela doit arriver, cela sera la faute de nos chers dirigeants qui, pour une fois, devrait arréter de penser en terme d'arithmétique électorale, et plutôt se recentrer sur la formidable demande de contenu politique qui a émergé ces dernières années !

    Malgrés tout je serais la dans les mois à venir, sous quelle forme se fera mon engagement désormais ? Nul ne le sait !

  34. 34
    serge lagrifoul dit:

    et oui, chers camarades ! non seulement le PS n'est plus rien au niveau des idées (je viens d'y passer 2 atroces années à m'arracher les cheveux devant le niveau des débat dans les sections PS), mais on peut se demander aussi s'il peut en produire (des idées)! Vu le formidable déni de démocratie qu'a été l'élaboration du projet : absence de concertation de la base, impossibilité de discuter d'un projet alternatif....

    Que nous reste t'il ? A quoi se raccrocher ? Cela va faire bientôt 15 ans que je milite sous des formes variées et diverses, et suis complétement découragé. Comment puis je encore y croire, alors que même la gauche du PS se met à aller à la soupe ?

    Combien de temps va t'il falloir l'attendre cette arlèsienne qu'est le grand rassemblement de tout les antis-libéraux ? Quand donc les militants de la plate forme 3 de la LCR, de la gauche du PS, du PCF, du mouvement alter, mettront de côté leurs petites différences alors que ensemble on est si fort (cf tout les mouvements unitaires de ces dernières années), pourquoi se déchirer sur des contingences d'appareils ?

    Les attentes de beaucoups de militants vont elle encore une fois être décues ? A force de pratiquer le grand écart, plus personne ne sera la pour quelque mouvement que ce soit, et, si cela doit arriver, cela sera la faute de nos chers dirigeants qui, pour une fois, devrait arréter de penser en terme d'arithmétique électorale, et plutôt se recentrer sur la formidable demande de contenu politique qui a émergé ces dernières années !

    Malgrés tout je serais la dans les mois à venir, sous quelle forme se fera mon engagement désormais ? Nul ne le sait !

  35. 35
    Arsenick dit:

    Si Jospin ne fait pas l'unanimité, c peut etre que le projet lui-même est caduque! Sur le fond, Jospin a fait une excellente synthèse des positions des autres candidats, et est en complète phase avec les compromis du Congrès du Mans et du Projet.

    A quand la nécessaire scission du PS?

  36. 36
    Arsenick dit:

    Si Jospin ne fait pas l'unanimité, c peut etre que le projet lui-même est caduque! Sur le fond, Jospin a fait une excellente synthèse des positions des autres candidats, et est en complète phase avec les compromis du Congrès du Mans et du Projet.

    A quand la nécessaire scission du PS?

  37. 37
    paysan bio dit:

    moi je constate que si on enlève les magouilles des chefs et des intellos qui vont apprendre à réfléchir le ventre vide,et qu'on écoute les gens,

    ils ne demandent pas grand chose,et presque tous la même chose:

    qu'on écoute les plus faibles.

    qu'on trouve avec eux des solutions sans essayer de leur en imposer.

    qu'on redonne un sens altruiste à la politique.

    internet est pour ça un fabuleux instrument qui nous permet de comprendre qu'on n'est pas seuls à espérer la justice sociale.

    on passe le filtre de nos "représentants" et les choses deviennent plus vraies.

    pascal

  38. 38
    paysan bio dit:

    moi je constate que si on enlève les magouilles des chefs et des intellos qui vont apprendre à réfléchir le ventre vide,et qu'on écoute les gens,

    ils ne demandent pas grand chose,et presque tous la même chose:

    qu'on écoute les plus faibles.

    qu'on trouve avec eux des solutions sans essayer de leur en imposer.

    qu'on redonne un sens altruiste à la politique.

    internet est pour ça un fabuleux instrument qui nous permet de comprendre qu'on n'est pas seuls à espérer la justice sociale.

    on passe le filtre de nos "représentants" et les choses deviennent plus vraies.

    pascal

  39. 39
    serge lagrifoul dit:

    tout a fait d'accord avec pascal à une petite nuance prés. Internet ce n'est pas la réalitée, et les échanges et la libre parole possible sur la toile ne le sont pas forcément dans la vie réelle ! Alors que faire ?

    A vos neurones camarades il va falloir trouver des alternatives dans la vraie vie !

  40. 40
    serge lagrifoul dit:

    tout a fait d'accord avec pascal à une petite nuance prés. Internet ce n'est pas la réalitée, et les échanges et la libre parole possible sur la toile ne le sont pas forcément dans la vie réelle ! Alors que faire ?

    A vos neurones camarades il va falloir trouver des alternatives dans la vraie vie !

  41. 41
    paysan bio dit:

    c'est quand même bien de savoir qu'on n'est pas le seul dans notre coin à penser ça alors que les médias,les élites,les dirrigeants,tous ceux qui ont ou veulent du pouvoir nous assènent le contraire.

    je ne sais pas quoi faire,mais je trouve que c'est une avancée.

    avant internet,il n'y avait que Coluche qui avait réussi à faire ça.

    si quelqu'un a des idées parce que moi j'en suis juste au stade de la déception(pas encore de la reconstruction),j'ai un mail valide.

    pascal

  42. 42
    paysan bio dit:

    c'est quand même bien de savoir qu'on n'est pas le seul dans notre coin à penser ça alors que les médias,les élites,les dirrigeants,tous ceux qui ont ou veulent du pouvoir nous assènent le contraire.

    je ne sais pas quoi faire,mais je trouve que c'est une avancée.

    avant internet,il n'y avait que Coluche qui avait réussi à faire ça.

    si quelqu'un a des idées parce que moi j'en suis juste au stade de la déception(pas encore de la reconstruction),j'ai un mail valide.

    pascal

  43. 43
    paysan bio dit:

    sur le même thème

    voilà le copié-collé dun post sur "salauds de pauvres"

    "

    HOMMAGE AUX MORTS DE LA RUE

    C'est ce mercredi, en fin d'après midi, au Trocadéro, que se déroule la cérémonie en hommage aux 122 morts de la rue. Cette célébration est organisée par le Collectif "les morts de la rue" qui non seulement rend un hommage aux amis connus ou inconnus mais qui entend interpeller aussi les pouvoirs publics sur les causes de ces morts.

    Un cimetière ephèmère a été dressé pour cette manifestation pacifique sur le parvis des droits de l'homme.Il est visible toute cette journée. En Mai dernier, pour la première fois, une cérèmonie semblable a eu lieu à BRUXELLES.Comme dans la capitale, la mort frappe les sans domicile fixe, l'âge moyen est de 49 ans. Notons, que les personnes de la rue déjà confrontées à de multiples difficultés pour survivre meurent en plus grand nombre l'été ! Ce constat sera rappelé en fin d'après midi, lors de cette célébration qui aura lieu en présence du premier magistrat de la ville de PARIS, M.Bertrand DELANOE

    Rédigé par: DERIOT Daniel | le 28 juin 2006 à 16:56

    "

    vous avez vu des propositions pour eux dans le projet?

    entre 86 000 et 100 000,ils sont les SDF

    et si ils se mettaient à voter eux aussi?,aussi comme les jeunes,

    et tous les laissés pour compte de la politique que veut mener le PS?

    ça finit par faire du monde

    pascal

  44. 44
    paysan bio dit:

    sur le même thème

    voilà le copié-collé dun post sur "salauds de pauvres"

    "

    HOMMAGE AUX MORTS DE LA RUE

    C'est ce mercredi, en fin d'après midi, au Trocadéro, que se déroule la cérémonie en hommage aux 122 morts de la rue. Cette célébration est organisée par le Collectif "les morts de la rue" qui non seulement rend un hommage aux amis connus ou inconnus mais qui entend interpeller aussi les pouvoirs publics sur les causes de ces morts.

    Un cimetière ephèmère a été dressé pour cette manifestation pacifique sur le parvis des droits de l'homme.Il est visible toute cette journée. En Mai dernier, pour la première fois, une cérèmonie semblable a eu lieu à BRUXELLES.Comme dans la capitale, la mort frappe les sans domicile fixe, l'âge moyen est de 49 ans. Notons, que les personnes de la rue déjà confrontées à de multiples difficultés pour survivre meurent en plus grand nombre l'été ! Ce constat sera rappelé en fin d'après midi, lors de cette célébration qui aura lieu en présence du premier magistrat de la ville de PARIS, M.Bertrand DELANOE

    Rédigé par: DERIOT Daniel | le 28 juin 2006 à 16:56

    "

    vous avez vu des propositions pour eux dans le projet?

    entre 86 000 et 100 000,ils sont les SDF

    et si ils se mettaient à voter eux aussi?,aussi comme les jeunes,

    et tous les laissés pour compte de la politique que veut mener le PS?

    ça finit par faire du monde

    pascal

  45. 45
    jos? angel dit:

    Hervé,

    raison de plus de favoriser un candidat unique de la Gauche de rupture.

    Ce n'est qu'ainsi que nous pourrons peser sur un PS.Démocrate

    D'où certains qui le voudront bien comprendront que nous ne pouvons nous permettre de quitter maintenant le PS, car jusqu'à désignation du candidat du PS, il demeure encore un espoir.

    Amitiès,

    José Angel

    Ps : je profite de l'occasion, pour vous signaler que ce soir PRS Essonne organise 2 tables rondes à Viry-Chatillon au restaurant municipale de Du Bellay

    Voici le programme :

    Accueil de Simone MATHIEU, maire de Viry-Chatillon

    19h00 : Quel projet politique pour la Gauche ?

    20h00 : Quelle stratégie pour faire réussir ce projet ?

    21h00 : Clôture des travaux par Gabriel Amard

  46. 46
    jos? angel dit:

    Hervé,

    raison de plus de favoriser un candidat unique de la Gauche de rupture.

    Ce n'est qu'ainsi que nous pourrons peser sur un PS.Démocrate

    D'où certains qui le voudront bien comprendront que nous ne pouvons nous permettre de quitter maintenant le PS, car jusqu'à désignation du candidat du PS, il demeure encore un espoir.

    Amitiès,

    José Angel

    Ps : je profite de l'occasion, pour vous signaler que ce soir PRS Essonne organise 2 tables rondes à Viry-Chatillon au restaurant municipale de Du Bellay

    Voici le programme :

    Accueil de Simone MATHIEU, maire de Viry-Chatillon

    19h00 : Quel projet politique pour la Gauche ?

    20h00 : Quelle stratégie pour faire réussir ce projet ?

    21h00 : Clôture des travaux par Gabriel Amard

  47. 47
    jos? angel dit:

    Très juste, très drôle et si vrai.

  48. 48
    jos? angel dit:

    Très juste, très drôle et si vrai.

  49. 49
    Lug dit:

    Après l'insulte faite au prolétariat avec un programme de clowns voilà l'insulte directe sans atour...

  50. 50
    Lug dit:

    Après l'insulte faite au prolétariat avec un programme de clowns voilà l'insulte directe sans atour...

Pages : [1] 2 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive