31août 12

Au secours, le MEDEF revient !

Ce billet a été lu 37 940 fois.

Dans cette note je reviens sur la visite de Jean-Marc Ayrault au MEDEF. J’explique sur le fond pourquoi il a commis une erreur de portée plus large qu’il n’y paraît. Le MEDEF n’est pas représentatif des entreprises. Ni syndicalement ni par nature. Il ne sert à rien de le flatter ni de le cajoler. Il est dangereux et stupide de n’avoir installé aucun rapport de force avec lui avant d’aller faire cet exercice à supposer qu’il faille le faire. Avant cela je dis un mot de mon emploi du temps récent.1

J’espère que vous avez commencé à prendre vos dispositions matérielles pour la manifestation nationale contre le traité européen le 30 septembre prochain. C’est le bon moment pour organiser sérieusement le co-voiturage et les réservations au meilleur barème. Il faut agir comme nous l’avons fait pendant la présidentielle : « N’attendez pas les consignes ». Chaque personne ou groupe est son propre média et la sphère de conviction de chacun d’entre nous fournit un socle solide. J’attends de voir sur les réseaux sociaux comment vous répercutez tout cela. Je pressens qu’il va y avoir encore une sacré créativité ! 

Ce billet est illustré par les portraits de quelques ouvrières de Sodimédical auxquelles Jean-Luc Mélenchon est venu apporter le soutien du Front de Gauche dans leur usine jeudi 30 août. Photos : S. Burlot.

Je suis allé dans l’Aube, 12 000 euros de la caisse de solidarité du PG en poche, bras dessus bras dessous avec Martine Billard et Laurence Sauvage. Notre but : rendre une visite de renfort et réconfort aux ouvrières de Sodimédical. Sur place les camarades avaient tout organisé dans les détails, exactement comme nous aimons faire les choses dans notre parti. Convoi, escouade, tout impeccable. Mireille Brouillet et ses camarades savent faire. En chemin j’ai senti ce que serait l’automne par là-bas car ils ont des forêts de feuillus. Les feuillus disent beaucoup de choses. Ici ce sont de beaux arbres, un peu trop bien rangés à mon goût. L’automne sera splendide. Les arbres tournent doucement leur couleur déjà. Comme elles sont là les ramures montrent un feuillage qui a beaucoup bu de soleil. Il est tout mou et blanchissant. Ça va pousser tout ça au bout de soi et de ses couleurs quand ça va tourner à la feuille morte. L’automne sera rouge, sang et or, dans les branches. D’ici là profitons des dernières heures d’août. Car c’était alors encore le mois d’août. Comment est-ce possible ? Seulement le mois d’août ! Je me croyais bien plus tard. D’abord à cause du rythme de travail que j’ai déjà. Ensuite à cause du niveau de fréquentation de ce blog. Enfin à cause du degré d’usure déjà visible du système politique sorti des urnes il y a à peine quatre mois.  

Cette vidéo a été consultée 9 182 fois

Sodimédical est la honte des hontes. Je ne raconte pas toute l’histoire. Je m’en tiens au point présent. Les ouvrières ont gagné trente deux procès. Le dernier a condamné le patron du groupe allemand à payer les salaires et à relocaliser l’activité. Le patron ne veut rien savoir ! Le tribunal a ordonné une astreinte de 1000 euros par salarié(e) et par jour, tant que l'usine n'a pas de relance d'activité, auxquels s'ajoutent 400 euros par salarié(e) et par jour au titre d'amende pour non paiement des salaires. Soit 1400 euros par salarié(e) et par jour. C’est clair, net et précis. Une décision de justice de la même clarté que celle au nom desquelles on expulse séance tenante un camp de Roms ! Mais là, pas besoin de changer la loi pour faire cesser la barbarie et les mauvais traitements. 10C’est le contraire : il faut l’appliquer. Pas besoin de désavouer des décisions de juges. Au contraire il faut les faire respecter. Facile ? Non. Le ministre du redressement productif qui tenait là une magnifique occasion d’élever la voix en faveur d’une relocalisation d’activité, de la démondialisation concrète, en quelque sorte, qu’a-t-il proposé ? Rien. Le ministre du travail, Michel Sapin, l’homme de « la gauche qui agit » et surtout pas de la « gauche tonitruante, la gauche d’Amérique du sud » ? Rien non plus. Ou plutôt si : une honte de plus. Il a nommé un « médiateur ». Vous avez compris ? Une personne est victime d’un vol. Le voleur est condamné à rendre son butin mais il ne veut pas. Que faire ? Un médiateur entre la victime et le voyou, « un médiateur » entre une décision de justice et son exécution. Elle n’est pas belle la « gauche non tonitruante » en action ? Et le procureur qui devrait donner suite aux procès-verbaux de l’inspection du travail constatant que les salaires n’ont pas été versés. Déclenche-t-il la procédure pour infliger au patron voyou les 1400 euros d’amende par salarié ? Non. Le procureur ne fait rien non plus. Ou plutôt si : il fait quelque chose ! Il classe « sans suite » ! Incroyable mais vrai. La justice a décidé, mais elle se fiche de savoir si ce qu’elle a décidé est appliqué ou non. Et que fait la ministre garde des sceaux dont c’est le devoir de donner des instructions sur la politique que doivent appliquer les procureurs ? Rien, comme ses autres collègues. Ou plutôt si, elle fait déclarer par son cabinet : « On ne peut rien pour vous ». Le patron voyou de Sodimédical nargue les ouvriers et refuse d’appliquer la décision de justice, mais « on » ne peut rien pour vous. Vraiment rien. Pendant que j’étais là parmi ces femmes, Jean-Marc Ayrault caressait le MEDEF. Sans contrepartie, sans un mot pour exiger que cessent ces comportements patronaux, ni un mot pour les syndicalistes ouvriers réprimés ou bafoués. D’ailleurs il n’y a pas eu de loi d’amnistie pour eux. L’urgence gouvernementale2 était ailleurs : auprès du MEDEF.

Jean-Marc Ayrault est allé ouvrir l'université d'été du MEDEF, le 29 août. Pourquoi ? En commençant son discours, il a ironisé : « Je m'étonne de l'étonnement que suscite ma présence parmi vous ». S’il fallait prolonger cette sorte de déclaration à tiroir, on pourrait répliquer que nous nous étonnons de son étonnement devant notre étonnement. En effet sa présence n’avait rien de naturel ni même de légitime. Car c'est bien la première fois qu'un premier ministre en exercice prononce le discours d'ouverture. Cela n’a donc rien de « normal ». Quand Jean-Marc Ayrault compare cette situation avec celle du maire de Nantes qu’il a été et qui fréquente les « chefs d’entreprise de sa commune », il se moque du monde. La République a des exigences que la localité ne connaît pas. Enfin, l’honneur d’être la figure de proue du premier gouvernement de gauche depuis dix ans créé un devoir particulier. Sa présence à cet endroit et son caractère exceptionnel fonctionne évidemment comme un symbole ! 3Lequel ?

Pourquoi est-il là ? Pour appeler à une mobilisation ? Pour expliquer le seuil franchi avec la défaite de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle ? Pour fixer les nouvelles règles du jeu que la toute puissante organisation patronale devra respecter dorénavant ? Pour inviter au respect des syndicalistes maltraités depuis dix ans ? N’est-ce pas là la condition de base de ce dialogue social avec lequel il fait à tout propos et hors de propos des vocalises ? Non rien de tout cela. Il est venu pour montrer la patte blanche de ses bonnes intentions et même pour insister assez lourdement sur ses convergences de fond avec cet organe central d’un certain patronat. Les paroles douces n’ont pas manquées. Ainsi quand il affirme: « Je suis attentif à vos propositions ». Lesquelles ? Mais surtout en déclarant: « Vous pouvez compter sur le soutien du gouvernement ». Le soutien, carrément ! Imaginons la même phrase à l’endroit d'un syndicaliste salarié ! Comme si tout était possible en même temps : « soutenir » le MEDEF et les revendications des salariés ! Ces déclarations contre-nature pour le chef d'un gouvernement de gauche ont conduit Bernard Thibault à demander le jour même au gouvernement de choisir entre les demandes du MEDEF et celles des salariés. Et 4plutôt que de répondre sur le fond, Jean-Marc Ayrault a ironisé sur ces critiques.

Cette façon de parler a évidemment un contenu politique. C’est une façon de reconnaître au MEDEF son rôle de cache-sexe. Le Medef représenterait « les entreprises ». Il ne serait pas un mouvement politique. Et c’est aussi une amnistie. Le MEDEF n’aurait aucune responsabilité dans la période Sarkozy. Pourtant c’est l’ensemble de son programme que celui-ci a appliqué. Martine Billard a publié un livre sur le sujet et chacun peut s’y rapporter ! A entendre ce discours, on pourrait même se demander si les salariés jouent encore un rôle dans l'économie. Voyez plutôt : « Je veux mettre l’entreprise au centre de nos politiques économiques » ou encore : « C’est l’entreprise qui est au cœur de processus de croissance et de création d’emplois. » Ou bien : « Le gouvernement que je dirige veut encourager la France qui entreprend parce que c’est la condition de la croissance, de création de valeurs et d’emplois ». On se rend compte avec de telles déclarations que le premier ministre a adopté le point de vue de classe qui est habituellement celui de la droite : le moteur de l'économie serait le capital et non pas le travail qualifié des salariés. Ce n’est pas tout.

On pourrait se dire que tout cela n’est que « parole verbale ». Mousse sur un os trop rude à avaler d’un coup. Pas du tout. C’est au contraire l’énoncé de la prémisse des vieilles rengaines éculées de cette sorte de patronat. Les convergences de vue avec le MEDEF ne se sont donc pas arrêtées aux généralités. Elles ont aussi porté sur des points concrets de la doctrine patronale, que l'on retrouve habituellement dans la bouche de l'UMP. On a ainsi appris de Jean-Marc Ayrault que « la réforme fiscale visera à améliorer la compétitivité des entreprises ». Ou encore que le système éducatif devrait « favoriser l’acquisition de compétences ». Les « compétences » ! Le mot est connoté à la fois dans le vocabulaire de l’enseignement professionnel et dans celui des conventions collectives. Nous sommes les défenseurs des « qualifications » ! Un concept beaucoup plus large qui vise un mode d’apprentissage et de savoirs beaucoup plus larges et durables que les « compétences » 5étroites et périssables dont le MEDEF considère que les jeunes peuvent se contenter. La différence entre les deux termes entraîne en cascade la question de la hiérarchie des salaires dans les conventions collectives. 

Je veux revenir sur ce blanc-seing donné au MEDEF de représenter « les entreprises » en général et non un mouvement très particulier. Dès le début de son discours, Jean-Marc Ayrault s'est adressé « aux chefs d'entreprises » en général comme si le MEDEF les représentait tous. Tout au long de son discours, il a fait comme s'il s'adressait aux entreprises en général, et même à l'ensemble de l'économie, en parlant au seul MEDEF. Or le MEDEF ne représente pas « les entreprises » en général, et encore moins l'économie du pays. En fait, le MEDEF usurpe régulièrement la représentativité patronale en s'arrogeant le droit de parler au nom de l'ensemble des chefs d'entreprises et même des entreprises tout court. C'est un point que j'ai déjà eu l'occasion d'aborder pendant la campagne présidentielle, en particulier dans mon discours de Vierzon, le 3 avril. J’y suis revenu à plusieurs reprises dans un silence médiatique qui est une véritable signature. J'y reviens. Des pans entiers de l'économie ne sont pas représentés par le MEDEF. Par exemple, l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie n'est pas membre du MEDEF. De même, l'Union des industries alimentaires qui emploient 500 000 salariés s'est désaffiliée du MEDEF en 2010. Elle était le cinquième contributeur du MEDEF. Pourquoi l'industrie agro-alimentaire a-t-elle quitté le MEDEF ? Parce qu'elle considérait qu'elle manquait de visibilité et d'influence face à d'autres branches puissantes du MEDEF comme la métallurgie. Elle s'estimait aussi mal défendue 6face à d'autres secteurs patronaux comme la grande distribution. Enfin, elle jugeait insuffisante la prise en compte des intérêts des PME alors même que Laurence Parisot vantait la "PME attitude". Car 92% de l'industrie alimentaire est constituée de PME. Du coup, l'industrie alimentaire trouvait excessif le niveau de sa cotisation au MEDEF.

Il y a aussi les chefs d'entreprises qui s'affilient à d'autres organismes considérés comme représentatifs. C’est le cas par exemple de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises ou de l'Union professionnelle des artisans. Ainsi, Jean-François Roubaud, le président de la CGPME a déclaré le 15 mars 2012 dans Le Figaro que « La vérité est que nous avons des points de divergence avec le Medef qui ne peut pas représenter et les grandes entreprises et les TPE/PME. Il n’est donc pas illogique qu’il y ait plusieurs organisations patronales, comme il y a plusieurs types d’entreprises dont les intérêts sont souvent communs mais parfois différents ». J'ajoute que deux secteurs sont complètement exclus de la représentativité patronale et ne peuvent participer aux négociations interprofessionnelles. C'est le cas des professions libérales qui constituent pourtant le quart des entreprises de France. C'est aussi la situation des 800 000 entreprises de l'économie sociale et solidaire. Elles emploient 2 millions de salariés dans les associations, coopératives, mutuelles, etc. Les employeurs de l'économie sociale ont présenté leur propre liste aux élections prudhommales de 72008. Ils ont obtenu 19% des voix. Mais ils sont exclus des négociations interprofessionnelles. Pourquoi ? Comment le MEDEF peut-il avoir obtenu un tel privilège de représentation que Jean-Marc Ayrault est venu cautionner sans précaution de langage ?

S’il en est ainsi c’est grâce à l'UMP qui a protégé le MEDEF lors de la réforme de la représentativité syndicale en 2008. La représentativité des organisations de salariées est désormais assise sur le résultat aux élections professionnelles dans les entreprises, les branches et au niveau national. Cela crée certaines difficultés. Mais cela s’applique aux syndicats de salariés. Les salariés choisissent les organisations qui les représentent. Par contre, l'amendement du rapporteur UMP Jean-Philippe Poisson prévoyant la négociation d'un accord sur la représentativité patronale a été retirée sous la pression du gouvernement et du MEDEF. Et la réforme de la représentativité patronale promise par François Fillon en 2010 n'a jamais été présentée. Les organisations patronales représentatives continuent donc de disposer d'un privilège. La représentativité patronale est une zone de non-droit. C'est l'Etat qui reconnaît arbitrairement trois organisations représentatives (MEDEF, CGPME, UPA) en dehors de toute règle légale et de tout critère de représentativité. Ces trois organisations se partagent 700 000 mandats dans les organismes sociaux, sans aucune élection.

On comprend pourquoi. En octobre 2011, la très libérale "Fondation Concorde" a publié une étude intitulée « Renforcer la voix du monde de l'entreprise : projet pour moderniser la représentation patronale ». On y apprend que le « taux moyen d’adhésion à une organisation syndicale [patronale] (Medef, CGPME, UPA) » ne dépasse pas… 8% ! C'est-à-dire autant que la proportion de salariés syndiqués. Pourtant si l'on entend souvent des attaques contre la représentativité des organisations de salariés, on n'en entend rarement contre celle des organisations patronales. Pourtant, les8 premières font régulièrement la démonstration de leur capacité à mobiliser des millions de salariés. Le MEDEF prouve-t-il autre chose que sa capacité à avoir le bras long et à bénéficier d’une étrange omerta sur ce qu’il est vraiment ?

Tout cela est conforme à la doctrine « démocrate » constante de François Hollande depuis 1984 et cette tribune parue dans « Le Monde » sous le titre : « Pour être moderne soyons démocrate ». De cette ligne d’action, de son contenu et de son contexte, j’ai fait le sujet d’un livre : « En quête de gauche ». L’un des points de la « méthode » démocrate est l’effacement de la conflictualité sociale dans le discours. Les « démocrates » situent leur point de vue « entre les intérêts de l’entreprise et ceux des salariés ». Ce qu’ils résument en se disant « à l’écoute des unes et des autres ». Le tour de passe-passe est dans l’énoncé. Car si l’on voit qui sont « les salariés », on ne voit pas dans ce genre de formule que le mot entreprise et le mot patronat sont sous-entendus comme équivalents. Pourtant « entreprises » et patronat ne sont pas équivalents. Loin de là. L’entreprise est un collectif de production. Cette idée englobe les machines, les processus de production, la qualification des travailleurs, la nature et la qualité du produit. Cet ensemble est pertinent quelle que soit la nature de la propriété de ladite entreprise. La concurrence des produits et de leur valeur d’usage finit toujours par établir un standard de production imposé à tout producteur. Le patronat par contre est une classe sociale. Ses intérêts sont distincts de ceux de l’entreprise. La meilleure façon de le vérifier est de constater comment certains patrons ou certaines familles patronales peuvent être conduits à liquider leur entreprise dans le seul objectif de maximiser le profit qu’ils en retirent. Un point de vue de gauche est donc à la fois « favorable à l’entreprise » et hostile au patronat organisé sur ses intérêts de classe. Mieux : dans la période du capitalisme 9financier transnational on ne peut pas « être favorable à l’entreprise » sans être hostile aux organisations de classe du patronat. La qualification, la stabilité de l’entreprise, le développement des produits innovants qui ont une utilité sociale et écologique avérées, tout cela impose des stratégies de long terme et de faible taux de profit qui sont incompatibles avec la cupidité et le court-termisme ordinaire du capitalisme de notre temps. En brouillant tous ces repères Jean-Marc Ayrault n’a rendu service à personne. Et même pas à lui. La preuve.

A peine sortie de sa rencontre à caractère municipal avec le MEDEF, Ayrault s’est fait mordre la main qui caressait. La madame Parisot s’est dite en attente et les autres chefs de clan ont dit qu’ils étaient perplexes et je ne sais quoi selon la grande tradition du « toujours plus » de cette bande. Bel aveu involontaire que cette phrase de madame Parisot disant « nous ne faisons pas semblant d’aller mal ». Bref, une visite pour presque rien. Le lendemain, Montebourg se faisait huer sur place. Voilà ce qu’il en coûte d’aller au contact sans rapport de force. Le MEDEF a parfaitement analysé la faiblesse du gouvernement et il en tire aussitôt profit.


271 commentaires à “Au secours, le MEDEF revient !”

Pages : « 1 [2] 3 4 5 6 »

  1. 51
    turmel jm dit:

    Oui Jean-Luc, Ayrault chez le MEDEF, au lieu de travailler à faire appliquer la loi pour que les ouvrières de Sodimédical puissent toucher leur salaire c'est une faute politique. Oui Jean-Luc, Sapin, et même le bouffon du roi, le fringant Montebourg sont tous des démocrates sauce Américaine. Ton livre que j'ai acheté à l'époque, (En quête de gauche, très révélateur sur ta sincérité politique, et oui je suis communiste) fait cette démonstration. Tu montres que Hollande a repris à la virgule près un discourt du fumeur de cigare, Clinton, et qu'il a orienté le PS vers la stratégie des démocrates Américains. C'est véritablement édifiant. Sachant tout cela, comment as tu pu rester aussi longtemps?
    Oh je sais, pas toujours facile, combien de fois ai-je eu envie de partir (mais ou ?), et puis des camarades honnêtes m'ont amené à la raison, et puis nous avons bataillé et gagné le FdG, et puis Bastille, Toulouse, Marseille, et puis nous avons eu 11,1%, et puis.... autre chose.
    C'est vrai, le MEDEF n'est certainement pas représentatif du patronat Français dans sa diversité. Mais j'ai envie de dire : qu'es que ça change? A part, les 800.000 entreprises de l'économie sociale et solidaire (et encore je voudrai vérifier), pour l'instant dans notre système les intérêts des salariés tôt ou tard rentrent en conflit avec ceux des dirigeants.

  2. 52
    FLEURY dit:

    Nous n'avons pas attendu en effet pour tenter de mobiliser sur les réseaux sociaux, tout en sachant que le travail de mobilisation est ailleurs. Mais pourquoi se priver d'un outil comme celui là, sous le prétexte qu'il serait les oreilles de l'Oncle Sam. Il nous faudra un jour savoir dépasser ces réticences à tisser des liens sur la toile. Retrouvons-nous donc sur cet évènement créé pour l'occasion sur Facebook dès dimanche soir
    Non à la ratification du pacte budgétaire par le parlement français. Exigeons un référendum populaire !
    2000 d'entre nous ont déjà répondu, 18000 sont invités et ne tarderons pas à nous rejoindre. Des co-voiturages s'organisent, des ressources s'échangent, des idées fusent. Nous jouons en effet gros, mais on ne lâche rien !

  3. 53
    le Prolo du Biolo dit:

    pour Denis F et d'autres, au sujet de la participation du P.G. et du PCF à l'aide financière versée au Sodimedical : 12 000 E + 30 000 E

    http://www.humanite.fr/social-eco/journee-de-solidarite-avec-les-sodimedical-503012
    http://www.humanite.fr/fil-rouge/le-pcf-et-ses-elus-apportent-10-parrainages-de-lutte-aux-salariees-de-sodimedical

  4. 54
    SYL dit:

    @38 j moll
    Exact si nous n'avons pas concrétisé l'élan des dernières élections c'est que je crois aussi qu'une des raisons est d'avoir "négligé" toute une catégorie sociale qui est le travailleur ayant créé sa structure, entreprise, commerce, cabinet,etc. Dommage car c'est gens la sont un maillon de communication direct, un vecteur essentiel apportant au débat d'autres arguments et proposant d'autres solution que celles habituelles venant des syndicats et ouvrier/salariés

    @Stefie 1
    Oui il nous faut inventer des actions d'image qui restent imprégnée dans les mémoires et que l'on ne puisse gommer à coup d'intox.
    Au 30.

  5. 55
    naif dit:

    France Inter innove: Dans l'émission « Le journal de la semaine politique » à 8h45 un nouveau "grosniqueur" est associé à Laurent Joffrin. Ce petit nouveau a de l'avenir je suppose qu'il doit son intronisation à FI à F.Hollande : il s'agit d'un certain Christophe Barbier ! Inconnu "des lèvres et des dents". Le connaissez-vous? Il a l'air brillant mais il ne connait pas le FdG. Ni Joffrin apparemment. 15'sans citer le FdG concernant le TSCG. Mort de rire.

  6. 56
    François Dubreuil dit:

    @11, @17, @18, et à tous les autres qui pensent à pousser le bouchon plus loin, le 30 septembre
    Organisons-nous sans attendre les consignes! Rendez-vous sur un réseau social encore méconnu, mais libre et discret pour mettre ça en place. Il faut un peu de monde quand même. Et puis quoi ? Nourriture, couvertures ? A tout de suite, les rouges, les verts, les noirs, les autres!

  7. 57
    Ouilya dit:

    Denis F dit :
    "Il ne s'agit pas de servir ou non la désunion, arrêtez avec ce hochet à la noix les cocos, mon com ne sert qu'a dire la vérité les 12 000 euros en question c'est pas le front mais le parti de gauche qui les allongent, point barre. Tirez de la gloire de ce que vous faites, pas de ce que font les autres, je n'ai pas vocation a être un faire valoir du PCF ou des autres organisations du front, chacun sa misère, chacun sa gloire.".

    Pardon camarade, mais vos propos sont choquants. Le FdG est l'union de plusieurs partis de gauche. Tout en gardant chacun sa propre caractéristique, nous sommes tous unis par un programme, toutes les décisions sont communes et ce qui touche l'un de ces partis, qui forment un unique Front, touche les autres. Jean-Luc, contrairement à vous, se dit content de travailler avec les communistes. Personne ne sert de faire valoir à personne, nos forces ne sont pas en concurrence mais en symbiose. Je suis très attristée par votre état d'esprit, j'espère que notre front se montrera plus solide que ça.

  8. 58
    Michel Berdagué dit:

    Ah,la vérité mise en avant a quelque chose de pathétique, les religieux s'en réclament, et au cours de l'Histoire nous avons appris leurs dérives criminelles, et ça continue aujourd'hui, au Nom de l'inconnue je dis la vérité et tu dois t'y soumettre, bientôt il sera interdit de ne pas croire au religieux et le reste, déjà que toute dialectique est suspecte alors le matérialisme dialectique,avec l'historique,diable et rouge.
    Cet écrit nous informant de la solidarité, en vérité, financière de soutien concret aux ouvrières et employées de Sodimédical du PG s'inscrit dans ce qu'est le FdG ¨, actions et réponses concrêtes de soutien sans bla-bla aux luttes du monde du travail, et comme l'indique le Prolo du Biolo d'autres composantes aident. A ce propos des caisses de solidarité doivent se remplir au vu des luttes qui vont être, là c'est du vrai, entreprises à ne pas douter, donc renforcer le FdG et quelque soit ses composantes, le choix est pléthorique. Quand on sait que pour Montebourg, certains n'ont pas hésité à refiler 1 euro, jeté dans les méandres contradictoires des paroles et des actes.
    " Nous on peut ". et vrai de vrai on fera et là c'est tellement vrai que les attaques ont été très violentes pour nous empêcher de débattre sur nos propositions.
    Jean-Luc Mélenchon précise la différence entre la notion d'entreprise et son accaparement par la propriété qui est là privée et le patronat de grands groupes stratégiques qui gérent les créateurs de richesse en flux tendus comme les objets/marchandises pour augmenter la trésorerie de l'entreprise qui dégouline dans les bas de luxe de quelques privés nantis. Le Front de Gauche dans son programme propose des nouveaux droits du labeur ayant des pouvoirs décisionnaires pour orienter,inscrire les entreprises dans la Planification écologique.
    Ce passage culturel a été combattue,en vérité, avec une telle violence parce qu'il nécessite une transformation révolutionnaire dans la gestion et la création des produits avec l'intervention constante de la citoyenneté du mondu du travail, des politiques, de la populaton, mettant au rencard tout profiteur financier récupérant les sur-values,la plus -value et les gigas-bénéfs pour les moins que rien 1%.
    Ce matin les 3 médaillés du profit maxi sont : Or : Total, normal pas d'impôts payés des champions dopés, Argent : B.N.P. normal une banque, Bronze : Sanofi les molécules pour soigner le désordre. Tous en crise?

  9. 59
    lilitte dit:

    Merci pour ce billet qui analyse très bien le sens de la venue de Ayrault et de 11 ministres aux universités du medef. Chers amis allez voir sur internet l'émission du très libéral Calvi c dans l air du 31 aout 2012 "patrons gouvernement je t'aime moi non plus". Maryse Dumas de la CGT était invitée miracle ainsi que le très réputé Soubie. Maryse Dumas a tenu la dragée haute a tous ces beaux messieurs de la pensée unique et son analyse medef est la même que celle de M. Mélenchon. La présence de Ayrault en ouverture au medef est un choix politique et idéologique. C'est clair. Si on ne se bouge pas on va a la catastrophe. Il suffit de voir agressivité de l'UMP qui malgré ses petites divisions de personnes ne se trompe elle pas d ennemis et sera unie le moment venu. Quand allons nous faire comprendre autour de nous que la droite et le medef sont unis comme les doigts de la main et le PS s'en fait le complice comme d hab. Nous le FdG sommes sur la bonne voie si nous continuons comme en 2005, comme pendant les campagnes de 2012. Assemblées citoyennes, pedagogie, etc. C'est déjà commence dans beaucoup de villes et villages. Continuons sans désespérer. Dans le 14eme a Paris nous avons une feuille de route bien remplie !

  10. 60
    Invisible dit:

    Je n'ai pas lu tous les commentaires. Je vais peut-être redire des trucs déjà dits. Je trouve que d'aller frayer avec l'ennemi est une bêtise. Tous les humains sont attachants une fois qu'on les connaît personnellement, alors si Hollande, Ayrault, Montebourg vont plutôt déjeuner avec les gens du MEDEF qu'avec les salariés dans la détresse, ils auront fatalement une empathie avec ceux qu'ils auront côtoyé davantage et ils se sentiront liés à eux. C'est un signe terrible et imparable.
    Quant à la déception des personnes qui ne pourront pas se rendre à Paris, il faut raisonner là-dessus. Si on veut vraiment faire du bruit à Paris, il ne faut pas diluer ailleurs. Il faut que toutes les forces disponibles se concentrent. Peut-être que des gens resteront chez eux, mais la limitation obligée par ce règlement intérieur poussera peut-être certains à s'organiser pour covoiturer ou réfléchir à une ultime solution pour s'y rendre qui fera qu'ils se retrouveront à Paris alors qu'ils n'auraient jamais oser en rêver.
    Ce qu'il faudrait, c'est une marée humaine. Même si seulement 10% des potentiels manifestants de chaque grande ville peut se déplacer, c'est mieux que si on a tout le monde mais éclaté de partout. Je comprends cette stratégie.
    Si je reste chez moi, je tacherai d'être en pensée dans l'élan général. J'ai fait Bastille, Le Capitole, Le Prado, j'ai même dormi dans la bagnole. J'encourage toute personne à faire ce "pèlerinage" unique une fois dans sa vie. (Quel mot laïc à la place de pèlerinage ?)
    Ce sera de plus une façon de tester notre véritable existence. Oulala, quel suspense !

  11. 61
    Jean Louis CHARPAL dit:

    Concernant la " lèche- bottes party " au MEDEF, les sociaux libéraux se mettent bigrement le doigt dans l'oeil. Le socialisme de mesurettes qu'il propose font bien rigoler les patrons ultra libéraux. Les socialistes de salon, élevés en batterie à l'ENA, n'auront jamais aucun merci pour leur collaboration empressée, mais au contraire un solide mépris. Partisans de la brutalité qui va si bien à l'époque actuelle, ces patrons ne respectent que les forts et en maîtres chanteurs accomplis, ils ne seront jamais satisfaits des reculades consenties et en demanderont toujours plus. Ce qu'ils ont en point de mire c'est le "nirvana" américain qui est incarné par le candidat républicain ultra réac Romney. Celui-ci, devenu milliardaire par la pratique de 3 activités très utiles à l'Humanité (la spéculation, les délocalisations et l'évasion fiscale) se propose ni plus ni moins, de supprimer l'Etat (ou plutôt ce qu'il en reste après des décennies de mollesse et de trahisons démocrates). Il faut absolument à ce sujet, lire le court mais cinglant éditorial de Serge Halimi dans Le Monde Diplomatique de septembre (" Tentation du pire"). L'apprenti sorcier de la sauvagerie économique veut tout bonnement abandonner au privé et par défaut à la charité, les missions civiles de l'Etat. Ne nous y trompons pas, les ultra libéraux européens et le MEDEF ne seront tout à fait contents que lorsque cet objectif sera atteint : détruire tout ce qui peut servir l'intérêt général, créer des solidarités et réduire, même très modestement, leurs hyper profits. Dans l'attente de cette extase suprême, et de la future alternance bidon avec leurs copains de droite, ils engrangent, en riant sous cape, les "avancées" concoctées par les sociaux libéraux qui sont autant de reculs pour le peuple.

  12. 62
    Denis F dit:

    @ 53 le Prolo du Biolo dit:

    pour Denis F et d'autres, au sujet de la participation du P.G. et du PCF à l'aide financière versée au Sodimedical : 12 000 E + 30 000 E

    Merci à toi camarade de nous avoir communiqué les informations concrètes émanant de l'humanité, si langoureau m'avait donné ces mêmes informations qu'il détenait, je n'aurais bien sûr pas envoyé de commentaire de ce genre, quoique il est bon de rappeler les choses de temps en temps, je n'ai pas vocation à agresser gratuitement les gens.

    @ 59 Ouilya dit:
    Pardon camarade, mais vos propos sont choquants. Le FdG est l'union de plusieurs partis de gauche.

    Bonjour camarade, je suis croyez moi sincèrement désolé de vous choquer avec mes propos, mais sachez qu'ils ne choquent pas les camarades qui côtoient et se frottent aux organisations et partis lors de diverses réunions et notamment celles qui ont précédé les élections. Par ailleurs d'où tirez vous le fait que toutes les décisions soient communes ?
    Que nous soyons réunis sous une même bannière qui est le Front de Gauche, personne n'en disconvient, mais je crois que nous avons chacun notre libre arbitre et autonomie, je suis pour des actions coordonnées, je ne suis pas pour le mélange des genres, et ceux qui rêvent de faire un seul parti de l'ensemble des composantes du Front doivent cesser de rêver, le Front de Gauche ne sera jamais un parti politique à part entière.
    Je pense que vous aurez compris que je suis un militant encarté du Parti de Gauche, et ensuite un soutien fervent et actif au front de gauche tant que mon parti le décidera ainsi.

  13. 63
    Kevin dit:

    Steffie a raison (commentaire n°1) : faisons un sit-in au parlement le 30 septembre, une manif ne suffira pas.

  14. 64
    marechal dit:

    @ux camarades communistes; ah ça va, on a compris les propos de Denis sont choquants, et patati et patala... mais regardez les chiffres et admettez que le partie de Gauche fourni le gros de l'effort, que vous vous solidarisiez à cet effort (somme tout relativisable si l'on compte les 12000 euros en carambar et qu'on divise par le nombre de salariés) est une chose, qu'il ne soit que secondé dans la même optique par le parti le plus important en nombre de militants en est une autre, non?
    Bon eh puis quoi... :j'en ai un peu assez à vrai dire de voir ici quelques camarades ressembler à des moine tibétains qui agitent une boite à prière vide dés qu'un cocotier est un peu secoué par Denis.
    Il y a plus important en fait vous le savez tous, c'est ce que fiche la justice Française à propos du patron voyou de sodimédical, il devrait être traité en tant que "délinquant financier" ou en tant que "criminel de la guerre économique". Cette fichue guerre que les nantis mènent contre les hommes et les femmes de bonnes volonté, qui gagnent leur vie honnêtement quand ils peuvent la gagner...
    On s'aperçoit qu'il n'en est rien, qu'il y a de quoi fulminer, (et je crois que notre camarade Denis enrage à juste raison, c'est cela que je lis entre ses lignes...)
    On s'aperçoit aussi que son nom n'est pas trainé dans la boue par les médias, que sa trombine n'est pas sur la une des journaux, que sa famille n'est même pas dérangée...
    Pour les délinquants de tout acabit, du petit larcin à l'escroquerie, il y a des portraits robots pleins les commissariats, pour les criminels il y a les demandes d'extradition quand ils sont en planque... oui je sais mes propos ressemblent à un mauvais film, mais là c'est la réalité. Et là il n'y a rien de tout cela, d'ailleurs j'observe que même sur ce blog son nom n'est pas cité, sans doute par crainte d'un procès, je n'en sais rien....
    (tout le monde aura observé que mes propos n'ont pas grand chose de politique, j'en suis même gêné aux entournures...le plus dure en écrivant ces lignes aura été de rester poli pour qualifier ce patron voyou, ce fumier qui a sans doute le droit de circuler librement comme s'il était pacifié par une justice inique : la nôtre.
    @u prolos du biolo, merci camarade, mais tu vois bien que le chiffre que tu avances pose un problème : n'est ce pas à nous les militants de pousser nos dirigeants afin qu'ils aillent plus loin ?

  15. 65
    marj dit:

    @naif

    Christophe Barbier...un petit nouveau...quand j'ai entendu ça, j'ai cru m'étouffer ! Quelle innovation France Inter !
    C'est le directeur de la rédaction de " l'Express" après être passé par "Le point" et "Europe 1", médias dont on connait l'orientation droitiste...
    Cet individu en plus de ses activités à l'Express squatte "ç dans l'air " sur la 5 (en 2010, il représente à lui seul 4% des invitations de cette émission), le "Grand journal" de Canal +, I Télé etc
    Voilà, donc comme malgré tout ça, la direction de France Inter jugeait qu'on ne l'entendait pas assez, elle nous le colle maintenant dans la combien célèbrement révolutionnaire émission "Le journal de la semaine politique"...n'en jettez plus!
    Pour tout dire, je trouve assez naif de penser que ces personnes (Joffrin, Barbier and Co) allaient parler du Front de Gauche, d'ailleurs qd j'ai entendu l'arrivée du "nouvel invité", j'ai tourné le bouton...
    Comptez surtout pas sur eux pr faire campagne contre le traité Européen et le pacte budgétaire (même pas pr en débattre), comptez pas sur leur esprit autocritique pr remettre en cause cette Europe qu'ils ont voulu, eux qui ne sont justement que "Les chiens de garde" du MEDEF !

  16. 66
    Laurence dit:

    @denis, @47langoureau,...
    Sodimédical : le parrainage a été lancé via voie de presse mercredi matin par Maître Brun et Maître Campagnolo, Avocats. Aussitôt, les composantes du Front de Gauche ont commencé à y répondre, le PG, le PCF, et d'autres organisations, soit par le versement d'une somme globale, soit par le biais de parrainages. Conclusion : pas de querelles d'orgas mais de la solidarité et de la présence pour ces salariés angoissés, et craintifs pour leur avenir.
    Juste pour info, François Hollande, en visite hier matin à la foire de Chalons, leur a crié, de loin "j'irais"... Il n'a pas fait deux mètres pour venir les saluer ! Honteux !
    Toutes et tous, dans la mesure de nos possibilités, continuons à participer à la solidarité Sodimédical : Solidarité Sodimédical - Mairie de Plancy l'Abbaye - Rue Pierre Lavande - 10380 Plancy l'Abbaye. D'autre part, comme les salariés sont quotidiennement dans l'usine, une petite visite, un échange, un partage,...

  17. 67
    j-jour dit:

    A propos de Sodimedical, de la visite de Jean-Luc Mélenchon et du Front de gauche et le soutien financier, un article dans l'Est Eclair mentionne aussi la "contre-attaque" de Lohmann et Rauscher France! Extrait; "(...)Ils veulent mettre en œuvre « une procédure de tierce opposition » au motif que l’obligation faite à leur maison mère, L et R Allemagne, de payer les salaires et de donner du travail aux salariées de Sodimédical menacerait la survie de leur entreprise(...)"

  18. 68
    jeannine dit:

    En constatant les derniers échanges, vifs certes (mais c'est un signe de bonne santé) entre PG et PC, militants parlant, pourquoi s'effaroucher ? C'est la vie quotidienne du front de gauche point barre, mais comme le dit si bien Denis nous avons notre libre arbitre et autonomie, nous sommes tous vraiment a gauche, mais pas coulés dans un moule unique (heureusement). C'est ce qui fait notre richesse et les coups de gueule ça fait vachement du bien. Je sais de quoi je parle croyez-moi Je suis fervente du front de gauche, persuadée que c'est la solution, je suis PG et sûre de mes idées et cependant, la coqueluche de mes copains du PC et pourtant la spécialiste des coups de chaud. Sur mon coin de terre, voila, on fonctionne comme cela, et on a mené André Chassaigne la ou il est !

  19. 69
    j-jour dit:

    Rapport à mon post précédent: A la réflexion, je regrette d'avoir repris ce terme de "contre-attaque" servi dans le journal d'Est-Eclair sans plus de précaution, comme si la firme était une victime des ouvrières! Un renversement sémantique quelque peu déformant.

  20. 70
    Jean Louis CHARPAL dit:

    Ce que dit le camarade maréchal à propos de sodimédical (@ 64 marechal - 10h55) confirme ce qui a été dit à la suite du billet précédent. Si un rapport de force s'instaure dans l'appareil judiciaire ou si celui-ci n'est tout bonnement pas saisi, alors qu'il devrait l'être,cela ne signifie pas du tout que l'infraction n'est pas constituée, ou qu'il n'y a pas un dysfonctionnement de la justice, mais que le plus fort l'emporte, non parce qu'il a raison, mais parce qu'il est le plus fort.
    Le tout est très bien résumé par le camarade La Fontaine (pas Oskar, mais l'autre pote à Jean-Luc - lol) : " Selon que vous serrez puissant ou misérable, les jugements de Cours vous ferons blanc ou noir " (" Les animaux malades de la perste" on pourrait ajouter pour actualiser " de la peste ultra libérale " !). Il est certain, par exemple, au regard du droit constitutionel, que mettre à la poubelle une décision du peuple souverain, suite à un référendum, relève de la haute trahison et du coup d'Etat, puisqu'au niveau des principes juridiques (même s'ils ne sont pas respectés, ils n'en existent pas moins) aucune autorité, quelle qu'elle soit, ne peut avoir une force supérieure à celle du peuple se prononçant au suffrage universel. Et ça n'est pas parce que, pour des raisons politiques, aucune juridiction ne sera saisie, que les éléments constitutifs de l'infraction ne sont pas réunis. A défaut d'avoir la suite judiciare que de tels faits comportent, au moins peuvent -ils avoir une suite politique, car rien n'interdit aux citoyens d'appeler un chat, un chat et de crier sur les toits certaines vérités.Si ça ne fait pas de bien, ça ne fait pas de mal. Un exemple effarant et révoltant de "dérapage judiciaire" : l'assassin de Jaurès, Raoul Villain, ne sera jugé qu'en 1919 ! Alors que sa culpabilité ne faisait aucun doute, il sera acquitté par un jury de "patriotes" complètement déjantés ! Villain, peu fier de lui, va se cacher en Espagne. En 1936,le 15 septembre à Ibiza, il sera démasqué par des républicains espagnols et qui le fusillerons sur le champ. Voilà comment parfois les choses se terminent, lorsque les notions élémentaires de justice sont foulées aux pieds par ceux- là même qui devraient les mettre en oeuvre.

  21. 71
    mgarand dit:

    En fin de compte, comment être étonné de la prestation de Jean Marc Ayrault au MEDEF ? Elle est dans la droite ligne de celle de Hollande à la City de Londres en janvier, souvenez-vous "I'am not dangerous".
    Jean Marc Ayrault est venu le redire au MEDEF, qui l'avait pourtant déjà bien compris. Voilà un gouvernement qui en trois mois s'est couché sans combattre et s'est tout de suite déclaré prêt à collaboré... avec l'ennemi connu, puisque désigné par Hollande lui-même au Bourget, ce jour où quelque peu bousculé par le candidat du FdG il lui sembla opportun de donner un petit coup de menton purement tactique. Hollande ne connaît que le rapport de force, il faut le bousculer encore plus fort, lui faire encore plus peur que la Finance et ses sbires. Ses convictions ne sont pas si profondes qu'il ne puisse pas en changer s'il a plus à craindre des forces sociales mobilisées que des puissances de l'argent. Il faut donc lui foutre la trouille. Sinon ? Hé bien d'une certaine manière nous voilà reparti "comme en 40", même défaitisme, même esprit collaborateur...
    L'appel du 30 septembre doit être entendu et doit raisonner très fort.

  22. 72
    Michel Berdagué dit:

    Ce Villain aurait eu des choses à révéler dans le cadre d'une Justice qui aurait pris en compte quelles étaient les intérêts à assassiner un Jaurès faisant tout pour que les peuples Allemands et Français ne se massacrent pas au seul bénéfice des puissants capitalistes qui voyaient progresser les forces de Libération, socialistes et communistes et anarchistes.
    Nous nous savons qu'ils ne nous feront aucun cadeau, précarité et précariat,avec insécurité totale, soumission au seul systême exploiteur,flexi et rareté des postes en allongeant le tempsde travail et le retard du départ à la retraite tout en nous accusant d'être assisté,de ne pas entreprendre passifs.
    Merci Jean-Louis pour cette info.

  23. 73
    gray dit:

    Ah ce billet ! A chaque fois quelle clarté, quelles justesses d'analyses. " I have a dream". Si Jean-Luc pouvait avoir accès à un vrai "Prime time",quel impact cela aurait sur "les masses populaires" comme disait Georges ! Je suis tout à fait d'accord avec 1 (Steffie),11 (Dominomus),17(Ventdebout),18 (Lecanu) 24 (Denis F) 27 (Lily 54) et tous les autres à venir ! Il faut que ça bouge vraiment ! J'ai 60 balais, en 74 au siècle dernier; en grève, j'occupais des agences du Crédit Lyonnais,on les obligeait à fermer, si Pompidou n'était pas mort, du coup élection on arrête tout, ça, j'en ai voulu aux syndicats (et tout ça pour l'autre crane d'oeuf de Giscard soit élu !) je me demande jusqu’où serions nous allés ? J'arrête; ça fait ancien combattant, mais au moins,nous on combattait, on pleurait pas, pas besoin de cellule psychologique !h ! Donc il faut vraiment radicaliser cette manif, marre de ces chansonnettes à trois sous,une manif, c'est pas une promenade (ça, ils s'en foutent) il faut que ça gueule, là ou je diverge de Ventdebout, c'est sur le nombre. 200 même déterminés, c'est de la rigolade,place de la bourse(tiens comme en 74), à l'Assemblée Nationale,devant les sièges des TF1, France Télévision,Europe 1 et " cons sorts" ? nous devons être 10, 20,30 000,et la, ça sera vu, entendu des sociaux démocrates(pourquoi sociaux d'ailleurs c'est comme pour les plans sociaux, ça veux rien dire cette appellation) Si on est une telle masse,ils ne pourront rien et les flics non plus, bon sang mais c'est dingue que les salariés ne se réveillent pas.Il faut qu'à le Fête de l'Humain, on cristallise et coordonne tout ça !. Qu'ils s'en aillent tous !

  24. 74
    Romain dit:

    Au secours, la rentrée va être tout sauf reposante !
    Bon courage !

  25. 75
    MinutePapillon34 dit:

    Jean-Luc tu nous as dit au second tour votez Hollande ce sera toujours moins pire... Maintenant je me demande si tu y croyais vraiment, ou si le but n'était pas qu'on ait encore plus la haine a posteriori. Parce que franchement, quand je vois tout ça, et quand je pense que j'ai voté pour ces imbéciles comme un petit militant bien discipliné, j'avoue que ma colère ne fait qu'augmenter de jour en jour.
    Je partage totalement les nombreux commentaires qui proposent de terminer la manif du 30 devant le parlement. Suis pas sûr de supporter l'idée de me ruiner à traverser une nouvelle fois la France juste pour faire une gentille manifestation sans aucune conséquence et qui sera aussitôt enterrée médiatiquement. Déjà que je dois choisir entre manifester ou aller à la fête de l'huma...
    Alors certains disent oui mais c'est pas encore l'heure, ça sera quand, l'heure du rapport de force ? Si on regarde les Grecs on voit bien qu'on peut attendre longtemps. Pas envie d'attendre que nos salaires soient divisés par deux et que nos grands parents se suicident en masse, désolé. Que Valls nous envoie ses CRS et ils montreront une fois de plus leur vrai visage. Les gens doivent comprendre que ce qui se joue, ce n'est pas juste une question "d'augmentation du pouvoir d'achat".

  26. 76
    jacques bounoume dit:

    Moscovici vient de filer un bon gros fromage bien crémeux, en même temps qu'un bon gros morceau de pouvoir sur les affaires du pays à ses copains de la banque Lazard (chai pas l'orthographe exacte de ces banksters parmi d'autres),en leur donnant les clés de la banque publique d'investissement , ces gars là n'ont vraiment aucune honte ! motif invoqué : c'est leur métier,compétence, savoir-faire...bla bla...ça pour savoir faire on peut en effet leur faire confiance...! pour ce qui est de d'agir dans le sens du bien de la nation, là chui plus réservé!

  27. 77
    EV dit:

    Diogène a raison.
    Il faut que les boîtes mail de nos députés soient submergées (TSCG, Sodimedical, Thalès, Fralib...)
    Ne laissons rien passer. A bientôt le 30 septembre.

  28. 78
    Bernard SAUVAT dit:

    J'appuie vigoureusement le post de SYL (54) :
    "Exact si nous n'avons pas concrétisé l'élan des dernières élections c'est que je crois aussi qu'une des raisons est d'avoir "négligé" toute une catégorie sociale qui est le travailleur ayant créé sa structure, entreprise, commerce, cabinet,etc. Dommage car c'est gens la sont un maillon de communication direct, un vecteur essentiel apportant au débat d'autres arguments et proposant d'autres solution que celles habituelles venant des syndicats et ouvrier/salariés"
    Kinésithérapeute libéral, j'ai noté l'absence dans le programme "L'humain d'abord" de tout projet et de toute perspective concernant les professions libérales et particulièrement les professionnels de santé libéraux. Exemple : blocage absolu des tarifs professionnels des professions paramédicales depuis une douzaine d'années (qui dit mieux ?), ayant forcément pour conséquence une dégradation du service rendu(temps disponible réduit, multiplication des actes, etc...). De toute évidence, l'exercice de ces professions ne peut qu'en souffrir. Je suis disponible pour en débattre au sein du Parti de Gauche.

  29. 79
    Michel Berdagué dit:

    Puisque les Caisses de Solidarité, et elles doivent fleurir, sont à l'ordre du jour, pourquoi ne pas mettre des urnes transparentes à la Fête de l'Humanité - avec gestion FdG- pour soutiens actuel et à venir des Luttes.
    D'engager des mouvements c'est aussi prévoir un volet de numéraires de matériels,de nourriture et autres, de logistiques pour que se développent les revendications qui tiennent la route et au long terme - nous n'avons pas 5 ans pour continuer à s'épuiser dans des actions défensives - l'Urgence saute aux yeux : conquêtes et actions collectives..
    Donc urnes Rouges transparentes du FdG et listes des hébergements militants des FdG d'I.D.F. pour les Camarades des régions ; et inversement pour les villes des régions.
    Suivant ses moyens pour les besoins qui s'avèrent de jour en jour vers l'infini
    En effet une coordination efficace du FdG doit continuer au-delà des séquences électorales -sans les nier- qui n'ont qu'un temps, la vie est pleine et à plein temps, aucun répit du quotidien entre ces votes.

  30. 80
    Jean-Claude dit:

    Bonjour à tous,
    Ah ben tiens je crois bien que M. Mélenchon a raison sur la soit-disant surcapacité de nos raffineries. C'est ballot pour M Aphatie dit le donneur de leçons!
    Salut fraternel

  31. 81
    Degorde dit:

    Excellent billet comme d'habitude. Cette affaire Sodimedical est tellement révélatrice. Elle se résume ainsi : la loi ne s'applique à ceux qui le veulent bien; évidemment quand on est puissant c'est plus aisé de s'y dérober. Est il dans nos sociétés modernes plus sûr symbole de la décadence ? Du dépérissement du vivre ensemble ? Je ne crois pas. Surtout si l'on se souvient de la fameuse maxime si juste des siècles après "la loi est l'expression de la volonté générale".
    Ou celle d'un Conventionnel "il n'y a pas de République en France si un seul homme échappe à la loi".
    Je voudrais profiter de ce mot pour une mise en garde amicale. J'en lis beaucoup, de plus en plus ici et ailleurs qui comme alternative à la manif du 30 septembre proposent soit un sit-in (formule soft) soit d'occuper voire de prendre d'assaut les lieux de pouvoir comme l'Assemblée Nationale ou le MEDEF. Je voudrais les en dissuader. Très mauvaise idée; tout pouvoir protège ces lieux là. Et de plus Valls est un dément (il se prend pour Clémenceau et prend des poses; hélas comme sa culture est limitée c'est le Clemenceau de 1906 qui réprimait les grèves - fusillade de Draveil en 1906 - pas le Grand Clemenceau du temps de la Commune qui voulait arrêter les Versaillais) qui n'attend que ça; vous imaginez l'occasion qu'on lui offrirait ? Faut pas lui faire ce cadeau là. Donc plus que jamais ordre et discipline.
    Petit message personnel pour Dominominus qui voudrait offrir du bonheur avant de crever; faut pas penser à la mort mon pote, faut se battre. Chasse cette idée là.
    Amitié fraternelle à Tous.

  32. 82
    Denis F dit:

    Concernant Sodimédical et la maison mère Lohmann et Rauscher, dites moi camarades, si parmi vous il y a des gens qui travaillent ou connaissent des personnes travaillant dans les hôpitaux et cliniques françaises, n'y a t-il pas moyen de boycotter les produits fabriquer par cette société austro-allemande, les aides-soignant(e)s, les infirmiers et infirmières vous pouvez faire quelque chose, non ?
    Appel à boycott !
    Si en France, en Belgique et ailleurs, tous s'y mettent, croyez moi cela sera beaucoup plus efficace que de traîner pendant des années dans des tribunaux, ces pourritures de capitalistes de "m...." ne vont pas aimer ça,il y a qu'un truc qui les concernent ces cupides, leur sale fric, c'est la bonne manière de les prendre aux couilles.
    Concernant les BAL des députés, gardez votre énergie pour autre chose, les adresses email que vous communique l'assemblée nationale ou le sénat ne sont jamais lues, chaque député ou sénateur à sa propre adresse personnelle et celle là vous n'êtes pas près de l'avoir, le mieux c'est la bonne vieille lettre envoyée à leur permanence, mais il faut la timbrer.

  33. 83
    Fred dit:

    Que cela va être dur et long pendant ces 5 ans...
    A voir le début de cette présidentielle, le temps va être long, décevant pour ne pas dire rageant.
    Avant la déception était là mais bon, c'était la droite au pouvoir donc pas grand chose à espérer.
    Nombreux sont ceux qui ont voté Hollande pour ne plus avoir Sarkozy aux manettes mais aujourd'hui cela devient dur de voir Hollande aux commandes si loin de nos attentes.
    Alors il semble que cela va être encore 5 ans en attendant de pouvoir vite se debarrasser de Hollande, mais le front de gauche pourra t'il^sortir en tête dans 5ans.
    Hollande à bénéficié de votant qui aurait voté Mélenchon de coeur mais par peur d'un Fn au second tour ont préféré voter Hollande.
    Sera t'il envisageable que dans 5 ans cela ne se reproduise pas?
    Est il possible d'envisager une droite faible dans 5 ans?
    Qu'en sera t'il du Fn dans 5 ans?
    Perso, j'ai trouvé la campagne du front de gauche de ces précédentes élections très réussie mais lorsqu'au discours de Marseille Jean luc Mélenchon à parler des pays méditéranéens, du lien fort... je me suis dit que cela allait favoriser le vote front national et c'est ce que j'ai pu constater.
    Sans demander au front de gauche de renier ses valeurs, je pense que face à cette grande tendance en France de voter Fn, il est neccesaire de tenir un discours tres precis, à la fois humain et juste sur l'immigration en France.
    Je pense que dire que l'immigration n'est pas un probleme en France ne suffit pas à faire changer d'avis ceux tentés par le vote contestataire front national. Il faut je pense aussi donner des objectifs, des directions précises sur la politique à mener en terme d'immigration. Avoir une immigration maitrisée, qui se passe bien mieux, une insertion de meilleure qualité... (ne plus concenter les immigrants et la misere dans des zones en France... partenariat avec les pays d'origine... exiger des personnes qu'elles maitrisent la langue Francaise et ce dans l'interet de tous en priorité.... le sujet est vaste, mérite reflexion) mais voilà comment je pense couper l'herbe sous le pied du Fn et peut être permettre au front de gauche de reunir assez de votant dans 5 ans pour passer au pouvoir.

  34. 84
    jean ai marre dit:

    Dans le cadre de l'opération de charme distillée par Ayrault et Moscovicci pour séduire le patronat, le ministre, député du Doubs a dit aux échos : Les biens professionnels ne seront pas taxés. Ils ne seront pas inclus dans l'assiette de l'impôt (I S F) Vidée la promesse de campagne d'Hollande d'annuler le relèvement de la taxation de l'I S F c a d de la porter de 790 000 € à 1,3 millions d',€
    Liliane peut continuer à caresser son magot. Elle qui est assujetti au titre de l'I S F à payer que sur un patrimoine de 2,2 milliards, alors qu'elle dispose de 17 milliards d'€ de patrimoine.
    Sarko - Hollande : cherchez l'erreur !

  35. 85
    ouax dit:

    La dynastie PS et ses satrapes ont tous les pouvoirs en France depuis 3 mois, situation idéale pour appliquer « le changement c’est maintenant », et n’auront aucune excuse s’ils n’y parviennent pas.
    Le FdG est le seul caillou dans la chaussure du PS. Les autres cailloux potentiels sont les actuels partis politiques d’opposition, discrédités et chacun pour des raisons différentes, les journalistes courageux qui maitrisent les sujets qu’ils ont la prétention de traiter, mais nous sommes en France et cette population a disparu, et les syndicats de salariés.
    Le silence de ces derniers est assourdissant, notamment sur le « pacte budgétaire européen », où une majorité de Français (sondage, avec toutes les réserves habituelles) souhaite un référendum. Il est pourtant clair qu’un tel pacte va conduire les Français (salariés, travailleurs non salariés et retraités) à une situation proche de celle des Grecs, Portugais, Espagnols, Italiens…
    Les syndicats de salariés ne peuvent ignorer que les enjeux de ce pacte sont bien la « flexibilisation » du marché du travail et la remise en cause des acquis sociaux, qui sont précisément l’objet de leur existence.
    Ce manque d’engagement et d’union des syndicats contre ce pacte est une faute et n’améliorera pas le taux de syndicalisation des Français (#8%).

  36. 86
    Denis F dit:

    Pour rejoindre bon nombre de camarades qui se sont déjà exprimés au sujet du TSCG, en effet, il est hors de question que nous montions à Paris pour seulement se promener d'un endroit à l'autre.
    Oui, la manifestation doit s'achever dans un endroit symbolique où nous resterons jusqu'à ce que l'on nous en dégage, cela peut durer longtemps si nous en avons la conviction, mais il faut y être très nombreux, le cortège doit avoir un minimum de 500 000 manifestants.
    Oui aussi, le "seeting" de fin de manifestation doit se faire soit à l'assemblée nationale sur son pourtour si possible envahissant la place de la concorde bloquant toute circulation, soit rue du faubourg Saint-Honoré bloquant l'Élysée et le ministère de l'intérieur, la deuxième solution me semble plus facile à faire et surtout beaucoup plus visible pour les médias, et symboliquement c'est bien F. Hollande que l'on veut faire plier.
    Pour nous prémunir des idées noires de "Degorde post 82" qui sont à prendre en considération, car il n'a pas tout à fait tort, nous devons exiger que nos élus de gauches députés, maires et tout porteur d'écharpe tricolore soit en masse au devant de la manifestation jusqu'à sa finalité, après tout ce sont nos représentants, que tous les drapeaux au devant du cortège de la manifestation soient des drapeaux français et non ceux de nos partis politiques qui eux doivent se retrouver en fin de manifestation, nous verrons alors si Valls ordonne à ces troupes de tirer sur les élus de la France et sur le drapeau français.
    Tous les partis politiques de France sont conviés à cette manifestations, toutes les organisations syndicales aussi, toutes les associations de quelque cause que ce soi sont appelées à y participer car c'est la vie de toutes les françaises et de tous les français qui est en cause par la signature de ce Traité inique.
    Toutes et tous doivent s'exprimer urgemment, avec force et virulence, nous verrons bien si ces cyniques qui occupent la présidence et le gouvernement français peuvent nous bâillonner et nous ôter la démocratie à leur guise, nous voulons la parole !…
    C'est un appel national qu'il faut faire pas un appel partisan, comme cela a été fait en 2005.

  37. 87
    le canut dit:

    Le 22 novembre 1831 éclate sur la colline de la Croix-Rousse, au nord de Lyon, la révolte des canuts. La révolte se propage dans tous les quartiers ouvriers de la métropole. Les insurgés prennent pour emblème le drapeau noir et la devise : «Vivre en travaillant ou mourir en combattant».
    Faisons nôtre cette devise le 30 septembre prochain et jusqu'à la victoire finale.
    Union, Action, Révolution !
    A la fin c'est nous qu'on va gagner !

  38. 88
    jean ai marre dit:

    @ 86 Denis F
    Tous les partis politiques de France sont conviés à cette manifestations, toutes les organisations syndicales aussi, toutes les associations de quelque cause que ce soi sont appelées à y participer car c'est la vie de toutes les françaises et de tous les français qui est en cause par la signature de ce Traité inique.

    Et bien moi, je ne me vois pas dans le même cortège que le F N et que l'U M P

  39. 89
    Ouilya dit:

    @ Denis F
    Merci de votre réponse.
    Nous sommes unis autour d'un programme que nous souhaitons tous porter à sa mise en place. Il ne devrait donc pas y avoir de petites phrases inutiles et qui nuisent à notre union pour un projet magnifique. Tous ensemble, nous le crions avec notre coeur alors commençons pas l'appliquer. Quel importance que vous soyez Parti de Gauche ou communiste puisque nous oeuvrons dans un même but. L'Humain D'abord ! Il n'y a pas de sous-parti dans le FdG, tous égaux. Il n'est nul besoin de vouloir comparer les uns aux autres sinon pour créer des tensions qui feraient le régal des libéraux et de leurs chiens de garde. Mes soutiens financiers au PDG ne m'autorisent rien. Ne comptez pas les efforts des uns et des autres, ce n'est pas constructif. Il nous faut aller de l'avant tous ensemble, sans regard en biais ni calcul d’apothicaire.

    "Par ailleurs d'où tirez vous le fait que toutes les décisions soient communes ?"
    De la bouche de Jean-Luc Mélenchon.
    Tous ensemble camarade Denis, tous ensemble.
    Fraternellement.

  40. 90
    alinber dit:

    Hollande dans son discours ce Vendredi "Mon devoir est de dire la vérité aux Français" il faut l'interpeller jusqu'à ce qu'il dise ce que signifie la ratification du TSCG et en quoi il engage les Français.
    Pour le 30 Septembre puisqu'un consensus semble se dégager pour une "grosse manif Parisienne" un rassemblement/départ place Charles De Gaulle, anciennement étoile, tombeau du soldat inconnu, me semblerait assez symbolique d'un mouvement de résistance Européen, on pourrait se diriger place et pont de La Concorde pour finir à l'Assemblée Nationale. N'en déplaise à Valls. C'est réciproque.

  41. 91
    Juju dit:

    Encore une fois merci pour ce billet éclairant sur un sujet sur un thème difficile à aborder s'il en est. Concernant la représentativité patronale, je suis surpris de voir le chiffre de 8%. Seules 8% des entreprises seraient affiliées à une fédération ! Ce chiffre mériterait d'être diffusé. De manière générale, notre démonstration doit s'appuyer des chiffres, seuls garants de l'objectivité de notre discours. Mais comment convaincre les gens, sans donner la source, sans permettre aux gens de vérifier par eux-mêmes ?
    A l'avenir, serait-il possible de mettre un lien vers les sources de ces statistiques ?
    Je comprends bien que ce travail est difficilement faisable dans le cadre d'un blog (parlons du fond, pas du reste), je me permets toutefois de faire part de cette requête au webmaster.
    Toute solution est bonne à prendre et je suis sûr que les lecteurs du blog ont de l'imagination.
    Pourquoi ne pas créer notre propre base de données, notre propre référentiel, une sorte d'"observatoire des statistiques" ?

  42. 92
    sergio dit:

    Bravo et merci à Jean-Luc pour ses nouvelles déclarations et publications toujours aussi claires et solides face à l'actualité.
    J'espère que les autres personnalités du PG, PCF et FdG vont bientôt l'aider en saisissant et provoquant toutes les possibilités d'intervention dans les médias face aux multiples urgences sociales et politiques de la rentrée : TSCG, licenciements massifs, maintien de la RGPP sans le dire, pas de hausse réelle du smic, poursuites judiciaires contre des milliers de syndicalistes, etc.
    Certes il y a eu les Estivales, les législatives, les présidentielles, mais plus que jamais un militantisme à tous les niveaux s'impose en vue du dimanche 30 septembre.
    Accessoirement, je constate et déplore la même agressivité et le même harcèlement creux qui reviennent chez bien des journaleux avec Jean-Luc sauf sur l'émission trop courte de RFI. Bravo Jean-Luc de supporter tant de bêtises et de hargne ; je ne le pourrais personnellement pas.
    Enfin j'attends impatiemment des réactions des comités locaux que j'ai conctatés hier pour préparer cette manif nationale et républicaine du 30-09 et faire de ce rassemblement du "NON au TSCG" une réussite totale aux conséquences irréversibles, soit un référendum précédé par un débat réel et public.
    Permettez ce clin d'oeil : "la rentrée de la Gauche et des citoyens, c'est maintenant !"

  43. 93
    toussaint dit:

    Hola Mr Mélenchon ! Enfin de retour ! Voila juste quelques lignes. Le pétrole... il me semble que nous sommes allés faire la guerre en Lybie. Notre armée a participé à la vraie ou fausse libération du peuple libyen ! donc y a une petite chose que je comprend pas bien, peut-être allez vous m'éclairer. L'armée française ainsi que notre diplomatie on fait le ménage lol alors comment se fait-il aujourd'hui que : 1/ Ou est le pétrole Lybien ? 2/ Comment se fait-il que Total (a qui on a donné ELF) boite privée soit l'interlocuteur privilégié de la france en Lybie et qu'on soit obligé de le carresser dans le sens du poils pour faire baisser le prix a la pompe ! en résumé on envoie nos forces armées avec nos impots, on envoie notre diplomatie avec nos impots et on baisse le prix de l'essence artificiellement avec nos impots ! on serait pas triplement marron ! Dernière chose Mr Mélenchon, l'Or que Sarkozy et toute sa clike ont détournés (600kg) ou est l'argent ? Ca doit quand mème se voir, ca disparait pas comme ca 600kg d'or ! et pourquoi vu la situation, on irait pas extraire l'or nous mème ! programmé, étudié, écologique etc. pour nos jeunes, notre soit disant dette et pour le bien de la France et des Francais !

  44. 94
    boris dit:

    Steffi et les autres
    Il faut effectivement investir des lieux symboliques : la bourse, les banques...et les médias eux même en utilisant des formes vraiées (sitting...). Il n'est pas nécessaire d'être des milliers pour faire du bruit : s'inviter cordialement et à l'improviste pendant le journal de Ferrari ou de Pujadas avec un message clair et compréhensible par tous : Nous exigeons un référendum sur le traité Européen.

  45. 95
    Josepha dit:

    Sur le mot "entreprise" et son ambiguïté, c'est un peu la même chose pour le mot "pays". Quand on entend dire "c'est bon pour le pays", est-ce bon pour les gouvernants, bon pour les patrons, bon pour les travailleurs, bon pour les citoyens ? Il y a une grosse confusion et ceux qui emploient ce terme partent du principe que si c'est bon pour les uns, c'est bon pour les autres. Ce qui est très souvent faux.
    Concernant le MEDEF, il est comme un enfant capricieux : à satisfaire ses moindres désirs, il n'a aucun scrupule à n'être aucunement reconnaissant et à en réclamer toujours plus et de manière de plus en plus exigeante. Mais franchement, bien naïf ceux qui s'étonnent du comportement du gouvernement actuel. C'était couru d'avance. Evidemment, vous savez cela.
    Vous avez été génial au grand journal : calme, posé, précis et c'était (comme d'habitude) un régal de vous voir faire un cours d'économie à un "expert" auto-proclamé. Merci de faire ce que vous faites.
    Bien à vous.

  46. 96
    Jean Jolly dit:

    @ toussaint.

    Tout d'abord Jean-Luc Mélenchon ne te répondra pas personnellement puisque le but de ce blog n'a jamais été de dialoguer avec lui. Je ne pourrais donc pas répondre à sa place mais en ce qui concerne la résolution de l'ONU sur la Lybie, celle-ci était claire, interdire l'espace aérien du territoire libyen.
    Qu'a fait l'OTAN ? Envahir cet espace aérien pour lâcher leur stock de bombes à la limite de préemption sur les civils... ça se passe de commentaire ou alors il faut y aller franco sur les résolutions de l'ONU bafouées dans la majorité par l'OTAN.

  47. 97
    pit dit:

    Hors sujet, mais en rapport avec la clôture de Grenoble. J'ai l'impression que le médias préparent l’opinion à la rafle de J Assange, sur FI (violente charge cette après midi)avec l'aide de telerama, mediapart dont je n'ai pas lu il est vrai l'article etc....vigilance.

  48. 98
    chantal charles dit:

    L'automne en avance c'est bon signe à cette vitesse là on repart en campagne, du beau travail Mr Mélenchon, que ferions nous sans vous ? Votre campagne était une "répéte" à présent c'est du sérieux et vous pouvez compter sur nous tous 4 millions d'amis c'est vraiment une belle force, à bientôt sur tous nos fronts.

  49. 99
    Jean Jolly dit:

    Il n’est jamais simple de savoir comment devenir citoyen, excepté de se rendre périodiquement devant les urnes quand l’élite a décidé quand et pourquoi.
    Il y a cependant un moyen simple et pour faire suite au commentaire de Diogene (du 31 août 2012 à 21h01), je recommande à tout un chacun d’effectuer cette démarche citoyenne et gratuite, donc pourquoi se gêner alors que les députés sont élus pour écouter et servir le peuple.
    Pour ce faire, voici la liste des députés actuels dont il suffit de cliquer sur « l’heureux élu » pour faire apparaître son pédigré ainsi que l’adresse mail pour le contacter en cliquant tout simplement sur « Contact » (je conseille de ne pas utiliser « outlook express » mais de copier l’adresse et de se servir de son serveur mail habituel).
    Vous connaissez la consigne « il n’ y a pas de consigne »… alors chacun prend sa plume (c’est plus simple désormais avec le clavier).

  50. 100
    Dim dit:

    Je suis d'accord avec l'idée exprimée plus haut, il ne faut pas que la manifestation du 30 septembre, soit une énième ballade entre la place de la République et la Bastille. Sur ce trajet, il n'y a ni siège d'une représentation démocratique (Sénat, palais de l'Elysée, Assemblé nationale), ni grand ministères, ni siège d'une grandes banque ou d'une agence de notation. En refusant toute forme de violence il faut que, à l'image de ceux devant le siège de Standar and Poor's du printemps dernier, nos rassemblements publics aient un contenu insurrectionnel, une manifestation qui se terminerait par un un seeting devant l'assemblé nationale pour réclamer une référendum aurait une sacrée gueule.

Pages : « 1 [2] 3 4 5 6 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive