28fév 12

Hollande, TF1, Le Pen.

Le jour où j’ai recueilli 9,99 % dans les sondages !

Ce billet a été lu 80 219 fois.

00J’ai écrit cette note face à la Manche, sous un ciel bas et gris mais soyeux comme une étoffe. Ecrire ne m’a rien coûté, sinon du temps. Au repos, j’ai plus de temps pour regarder autour de moi et dans la presse. La passion est intacte, je peux vous le dire. C’est à peine si la lecture de mon ami Jean-François Robredo et de son si captivant « Les Métamorphoses du ciel » arrive à m’arracher durablement de l’accroche du moment. J’ai laissé pour cet été le livre d’Henri Peña-Ruiz sur Marx. Car je connais l’art d’Henri ! Si je m’y mets maintenant, mes discours vont être à nouveau farcis de références trop sulfureuses pour notre époque. Ici, il sera question du passage de François Hollande à l’émission de TF1 et de ce que j’en ai retenu. Car je l’ai suivie avec attention. J'ai relevé deux points précis dans son intervention. Une annonce surprise qui, même improvisée et mal fagotée, avance symboliquement dans le bon sens en matière fiscale. Et une confirmation déplorable concernant l'OTAN. Ensuite il va être question de ma prochaine émission sur TF1 où je suis traité fort mal. Puis je reviens sur la famille Le Pen.

Les travailleurs de l'usine Fralib de Gemenos (13) en lutte contre la multinationale Unilever ont organisé un meeting à La Bourse du Travail à Paris vendredi 24 février. Merci à Moland Fengkov pour les photos en illustration du billet.

Hollande a donc promis par surprise une tranche d'imposition à 75 %. L’effet d’annonce est très intéressant car on y voit un mouvement dans notre sens. Comme une réponse aux progrès de nos thèses dans l’opinion de gauche. Je veux donc l’encourager dans cette nouvelle voie. Mais il faut bien maitriser le dossier pour s’y hasarder. En effet pour convaincre d’une massive réorganisation de la répartition de la richesse il faut avoir une cohérence globale du projet. Les mesures doivent toutes se lier les unes aux autres. Ce n’est pas encore le cas dans le projet Hollande, je crois bien. Voyons cela. Sa mesure s’applique, si on a bien compris, pour la tranche de revenu au-delà d'un million d'euros de revenus. Ce serait une belle intention si elle n'était pas déconnectée du reste de son projet fiscal. Car jusque là le projet de François Hollande défendait la création d'une tranche supplémentaire d'imposition à 45 % au dessus de 150 000 euros de revenus par an. J'ai déjà dit ce que je pensais de cette proposition qui taxe moins les riches que ne le faisaient 02Chirac et Villepin (48,09 %) et surtout beaucoup moins que Jospin (52,75 %) et Mitterrand (65 %). Plaquée sur ce projet fiscal très timide, la nouvelle tranche à 75 % est un ajout bizarre du point de vue de ce qu’ont dit jusqu’à présent les dirigeants socialistes.

Elle va entraîner un effet de seuil très important ! Car elle crée un énorme trou dans la progressivité de l'impôt entre 45 % et 75 %. Les forts taux d'imposition ne sont légitimes que quand ils grimpent graduellement. Pour cela il faut créer de nombreuses tranches. Comment justifier chez Hollande qu'un euro gagné par quelqu'un qui a 990 000 euros de revenus par an soit taxé à 45 %, alors que l'euro gagné par quelqu'un qui aura 1 million de revenus sera taxé à 75 % ? C'est justement pour éviter ces à-coups dans l'imposition que nous proposons, au Front de Gauche, la création de 9 nouvelles tranches pour aller des 41 % actuels au taux de 100 %. Et ce taux ne s’applique  que d’après un indicateur qui peut être lui-même discuté et non d’après un chiffre choisi au hasard. Notre tranche à 100% intervient au-delà de 20 fois le revenu médian, soit 360 000 euros par an. La proportion de 20 fois est choisie en parallèle du chiffre de l’écart maximum autorisé dans une entreprise entre le plus haut et le plus bas salaire dans notre plan! Pour nous c’est un tout que les proportions à appliquer dans tous les domaines sur un sujet aussi symbolique.

Le caractère improvisé et du coup assez symbolique de la nouvelle tranche 75 % de Hollande se vérifie quand on examine le nombre de contribuables concernés. A peine 0,02 % des contribuables seraient touchés, soit environ 4 000 foyers fiscaux. Cela rapporterait au mieux 1,6 milliards d'euros. Alors que la proposition du Front de Gauche de créer 9 nouvelles tranches progressives jusqu'à 100 % rapporterait plus de 20 milliards d'euros. Et rien que notre dernière tranche à 100 % au-delà de 360 000 euros par an toucherait 0,2 % des contribuables, soit environ 40 000 foyers fiscaux très riches. 10 fois plus que la tranche de Hollande. On est ainsi face à deux logiques différentes. François Hollande affiche une mesure symbolique sans impact majeur sur le plan fiscal. L’intention est louable mais la méthode très hasardeuse ! L’alternative est d’organiser une véritable révolution fiscale qui modifie en profondeur la répartition des richesses avec le Front de Gauche.

L'autre annonce qui m'a frappé concerne l'OTAN. François Hollande a déclaré qu'« il ne s'agit pas de dire que nous allons sortir du commandement intégré de l'OTAN ». Ah bon ? Alors pourquoi avons-nous voté contre la décision de Sarkozy quand j’étais au PS ? Surtout que François Hollande lui-même rappelle  que c'était « une mauvaise décision » de Sarkozy. Pour donner une tournure plus positive à ce renoncement,01 son directeur de campagne Pierre Moscovici avait indiqué un peu auparavant qu’« il faudrait donner du sens à la présence de la France au sein du commandement intégré de l'OTAN ». Cela rappelle la volonté de François Hollande de « donner du sens à la rigueur ». Au moins, sur cette question de l'OTAN, la déclaration de Hollande sur TF1 n'apporte pas de nouveauté. La dernière proposition du projet de François Hollande indiquait en effet : « Je m’attacherai à ce que l’OTAN retrouve sa vocation initiale : la préparation de la sécurité collective. » François Hollande confondait ainsi l'ONU et l'OTAN. La "sécurité collective" est l'objectif de l'Organisation des Nations Unies tel que le définit l'article 1 de la Charte de San Francisco : « Les buts des Nations Unies sont les suivants : 1. Maintenir la paix et la sécurité internationales ». A L'inverse, selon l'article 5 du Traité de l'Atlantique Nord, l'OTAN a pour mission d'« assurer la sécurité dans la région de l'Atlantique Nord », c'est-à-dire la sécurité des Etats-Unis d'Amérique essentiellement. L'OTAN n'a jamais eu pour mission d'assurer la "sécurité collective". Et sa "vocation initiale" à laquelle fait référence François Hollande était de protéger les Etats-Unis d'Amérique et leurs alliés européens contre l'Union Soviétique dans le cadre de la guerre froide. La seule chose qui ferait que "l'OTAN retrouve sa vocation initiale" serait que l'URSS réapparaisse… Hé ! Hé ! François, est-ce bien raisonnable ? De tout cela il ne reste qu’une chose : avec François Hollande on reste dans l’OTAN. Avec le Front de Gauche on quitte l’OTAN. C’est clair, non ?

TF1 a fait son choix politique pour sa grande émission de l'élection présidentielle. Trois « prime time » à droite : Bayrou, Le Pen, Sarkozy, un à gauche : François Hollande. Au total six heures pour la droite, trois pour la gauche ! C’est la période de « l’équité » ! Je suis « invité » moi aussi. La gloire ! Mais je passe en soirée, juste après madame Le Pen ! Laquelle dispose d’une heure trente ! Quel symbole donne la chaîne ! Excellente remise à niveau pour ceux qui aurait cru autre chose à son sujet ! Bref, on ne me verra pas avant vingt-deux heures trente. Bien sûr, il y a aura des débordements horaires de la madame qui boude. Je risque de passer beaucoup plus tard. Naturellement les responsables, le moment venu, prendront leur impayable tête d’épagneuls tristes pour le regretter. En privé. On ne me verra seulement que quarante minutes. Vous avez bien lu : une heure et demi pour les fachos, une heure et demi pour Bayrou, quarante minutes pour nous ! Car telle est selon la chaîne « l’équité » qui s’impose ! C’est tellement énorme que peut-être même le CSA va faire les gros yeux, entre deux siestes lucratives. Pas grave. Tout le monde s’en fout dans la profession de ce que raconte le CSA ! Il n’y a qu’à voir quelle suite a été donnée à ses précédentes admonestations. Ainsi va la période de « l’équité » ! Une suite d’abus honteux, sans limite ni sanction, encadrée par des recommandations et de pontifiantes déclarations d’organismes impuissants qui servent de bonne conscience au système. Car cette magnifique commission a déjà fait le coup de « constater » fin janvier que l’équité avait signifié que 7O% du temps de l’audiovisuel avaient été affectés aux seuls UMP et PS. Et ensuite ? Que s’est-il passé ? Rien ! Elle a constaté, c’est tout. Et maintenant elle prévoit de faire un bilan fin mars, c’est-à-dire quand ce sera trop tard ! Car à ce moment-là ce sera la période de l’égalité. Et cette période que vaudra-t-elle quand on sait que plusieurs médias et non des moindres ont annoncé que cette « égalité » était impraticable ! Tel quel ! Il faudra vous 03souvenir de tout cela chaque fois que vous entendrez tous ces précieux défenseurs de la liberté de la presse faire leur numéro sur les médias au Venezuela et bla bla bla. La seule liberté qu’ils réclament c’est celle d’être tous d’accord pour faire parler en abondance qui ils veulent, faire taire les autres, mentir eux-mêmes sans pouvoir être repris, et biaiser ainsi tous les débats.

Une telle liberté ne nous concerne en rien, cela va de soi. Ni sa défense. Ni davantage celle des olibrius qui mènent cette comédie. Le moment venu va falloir libérer les médias des chaînes qui les enferment dans ce rôle ! Le programme du Front de Gauche le prévoit. Et moi j’en ai la ferme et inflexible volonté. Surtout après avoir observé ce qui s’est passé face aux révolutions citoyennes de l’Amérique du Sud. Partout les lobbies médiatiques ont été sur la brèche contre-révolutionnaire. J’y ai même lu des appels au meurtre des présidents de gauche, des propos racistes et ainsi de suite. Fous ceux qui croient qu’il y a des limites. Rien ne fera jamais oublier que le grand journal du soir au Chili, le « Mercurio » a reconnu trente ans après les faits avoir été payé par la CIA pour attaquer sans relâche Salvador Allende et justifier le coup d’état !  Ne croyez pas que ce genre de vilenie soit réservé aux autres. Voyez dans les télégrammes de Wikileaks qui défile à l’ambassade des Etats-Unis et vous aurez une idée de la permanence de certains procédés. Donc si vous le pouvez, n’hésitez pas à faire savoir de tous côtés votre avis sur ces manières de faire. J’ai déjà dit dans ce blog pourquoi il importe qu’à chacune de ces circonstances nous approfondissions la compréhension par le grand nombre de ce qu’est en réalité la « liberté de la presse » dans notre pays. Et combien il est précieux pour nous qu’augmente sans cesse autour de nous le nombre de ceux qui comprennent la situation et n’ont aucune confiance dans le système médiatique et ses figures de proue.

La préparation de l’émission  de TF1 est elle-même un exercice qui fait froid dans le dos comme un grand oral de l’ENA ou de HEC d’où sortent toutes ces belles personnes. Pour mes quarante minutes il y a douze thèmes possibles, en « général ». Comme je n’ai que ça à faire il est vraisemblable que je vais passer mon temps à les potasser. Bien sûr que non ! Surtout que ce genre de panel est un non-sens absolu. Impossible d’y donner une vision d’ensemble qui explique votre angle d’entrée sur un problème. On commence tout de suite par les « détails » soit disant « concrets ». D’ailleurs le mot « concret » est répété cent fois par l’animatrice socio-culturelle de la soirée. Elle n’a pas hésité à demander à François Hollande « concrètement » quel serait le prix de journée « concret » qu’il envisageait « concrètement » dans les maisons d’accueil des personnes âgées dépendantes. Je pense qu’il faut se préparer concrètement à avoir un avis concret sur la taille concrète des mailles des filets de pêche à la berlue d’eau douce ! Sinon quelle preuve serait aussitôt donnée de mon incompétence révélée par le « panel de vrais français » concrets et leurs « problèmes concrets » ! Le plus lamentable dans cette pantalonnade est qu’elle relègue, avec leur accord, les journalistes au rang de potiches spécialisées dans la politique politicienne ! Entre deux vagues de questions « concrètes » sur le prix de journée des maisons de retraite, ils sont autorisés à poser de pauvres questions sur les alliances de deuxième tour hors de tout contexte et de tout contenu. Ils n’en ont que 04aplus de mérite à avoir obtenu de François Hollande quelque chose de neuf avec sa nouvelle tranche d’impôt à 75 % que personne pourtant ne songea à analyser « concrètement ». Il est vrai qu’il faudrait avoir des connaissances concrètes en dehors de celle qui consiste à répéter en boucle le mot « concret ». Concours pour lundi soir : combien de fois le mot « concret » et ses variantes seront utilisés.

Nicolas Sarkozy refuse un référendum sur les traités européens. Il argue qu’il ne sait quelle question serait posée compte tenu de la complexité du sujet et du nombre de pages des traités. Comme preuve du contraire il estime que le traité pour ou contre la monnaie unique avait un sens par sa simplicité. Tout cela est affligeant de puérilité politique. Il n’y a jamais eu de vote pour ou contre la monnaie unique. Le Traité de Maastricht qui contient cette question était déjà un document touffu et interminable en longueurs. Le Traité constitutionnel européen soumis au référendum en 2005 était incroyablement long et complexe. La complexité d’un sujet ne pourra jamais être un sujet d’empêchement en démocratie. Ou alors il faut renoncer à l’idée que le peuple tout entier est souverain. Le régime où quelques-uns sont réputés savoir mieux que les autres par ce qu’ils sont meilleurs porte un nom depuis l’antiquité où il fut imaginé : c’est le gouvernement des aristocrates. Comment peut-il l’ignorer. Ceux qui lui préparent ses réponses et ses argumentaires, eux, le savent bien. J’estime qu’en usant d’un tel argument il ne s’agit pas seulement d’une sottise d’enfummeur. Il est question d’une offense pour l’esprit républicain. Je crois que celui qui est censé incarner le cœur du système républicain doit avoir à cœur d’être toujours très clair sur l’énoncé des fondamentaux du régime républicain. Au risque du malentendu, je parle à ce sujet de « religion républicaine » dont l’énoncé doit être sans cesse rappelé.

Quand une question est formulée très simplement et porte sur un objet unique est-elle pour autant une question simple ? Tout dépend du sujet et non de la forme de la question. Si l’on faisait un référendum réduit à la seule question « pour ou contre la monnaie unique » ce ne serait pas un sujet aussi simple que l’énoncé de la question. En effet serait en cause tout l’arrière-plan économique du choix et les nombreuses conséquences de ce choix dans des dizaines de domaines. Un exemple encore plus frappant est celui qui se constaterait si un référendum « pour ou contre la peine de mort » était organisé. Qui oserait dire qu’il s’agit d’une question simple en dépit de la simplicité de l’énoncé ? On voit qu’elle renvoie à de multiples présupposés moraux, idéologiques, empiriques et ainsi de suite. La valeur d’un référendum ne tient donc pas à la simplicité du sujet du sujet à trancher mais à l’intérêt de ce qui est mis en débat. Cet intérêt s’évalue en fonction de ce qu’il modifie dans la vie de tous. Et aussi du caractère plus ou moins irréversible de la décision à prendre. Le régime des inscriptions à Pôle emploi n’a aucune légitimité à être tranché par le souverain convoqué en assemblée générale pour un référendum. Une loi suffit et dans l’absolu une autre loi 05bpeut tout défaire quinze jours plus tard. Les délégués, c’est-à-dire les députés, peuvent décider sans problème : ils peuvent consulter avant de voter et ils rendront compte de leur vote le moment venu. Il en va tout autrement d’une délégation de souveraineté comme celle que contient un traité européen. Par définition l’engagement est censé être irréversible. Par définition il modifie le souverain lui-même en lui retirant des pouvoirs qui le définissaient. Tels sont les raisons pour lesquelles le référendum sur les traités européens est non seulement légitime mais nécessaire.

Je suis conscient qu’une telle exigence est à des années lumières des préoccupations étroites des favoris du PMU de la présidentielle. La misérable défausse des socialistes noyés dans l’abstention en atteste. Ce vote n’a aucun sens d’intérêt général. Il n’est pas question de l’intérêt du pays ni d’aucune préoccupation de ce type. Juste un arrangement entre soi. Cette vérité pitoyable du sens du vote des socialistes sur le MES est avouée par Richard Yung sénateur socialiste des français de l’étranger sur son blog, noir sur blanc. C’est bien ce que j’en disais dans ma note de blog sur le sujet. Il s’agit d’un simple arrangement interne entre courants du PS. « Pourquoi s’abstenir, position peu glorieuse et peu compréhensible ? Parce que la gauche du parti s’est déchaînée sur cette question, essayant de refaire le scénario du Traité constitutionnel. Il était clair qu’il n’y avait pas – à mon grand regret – au sein du groupe PS à l’Assemblée nationale, une majorité sûre pour le voter et que les défections auraient été nombreuses (une vingtaine finalement lors du vote). La situation est différente au Sénat, où une majorité favorable aurait été trouvée. Mais il nous a semblé au Sénat que la division entre les deux groupes socialistes desservirait François Hollande et offrirait un argument d’attaque à Nicolas Sarkozy. Voilà les raisons de notre choix, qui est partagé par le groupe des Verts ». Donc l’abstention socialiste au Sénat est exclusivement destinée à ne pas laisser voir une opposition entre socialistes. Et cela avec l’argument risible de ne pas donner prise à Nicolas Sarkozy… au moment même où l’abstention lui permet de faire passer son traité ! Tel est l’état de déchéance intellectuelle et politique de cette équipe, face à la terrible métamorphose austéritaire de l’Union européenne. Naturellement la manœuvre ne règle rien entre eux. A preuve la prise de position du MJS contre le MES. Sans oublier le fait que ni leur bureau national ni le groupe à l’Assemblée n’aura voté sur le sujet. Hollande a décidé, les autres ont appliqué. Mais qui se soucie encore de tels détails dans cette organisation ? Tel est l’actuel PS. Un décor autour de l’escalier qu’emprunte la nomenclature pour rejoindre ses prébendes. Au Sénat, trois socialistes ont voté non05a sur plus de cent vingt ! L’appel au vote d'abstention a été fait dans la bonne tradition : c’est Jean-Louis Carrère, le bras droit d’Henri Emmanueli dans les Landes, un des animateurs du « Non » en 2005 qui a été nommé pour faire la salle besogne. Huit sénateurs verts sur dix ont voté contre. Cohn-Bendit a sa réponse.

Dès l'investiture de Marine Le Pen à la présidence du FN en janvier 2011, nous avons compris que la bataille avec le FN changeait d’époque. Bonne occasion d’en finir avec la stratégie du reproche moral qui a été non seulement inefficace mais aussi contre-performante. Nous avons alors opté pour une stratégie de « réplique argumentée ». Un changement d’époque pour nous aussi, hier partisans de la lutte pour l’interdiction du Front National. Nous nous sommes bien vite mis au travail. Nous avons décidé de lui tenir tête et de ne rien laisser passer à chacune de ses déclarations et propositions. C’est ce que nous appelions entre nous la ligne « Front contre Front » ! La première étape visible de cette stratégie d'affrontement fut le duel organisé le 14 février 2011 sur BFMTV et RMC entre elle et moi. Nous l’avons considéré comme un banc d’essai approfondi et travaillé dans une préparation minutieuse et fouillée. La rencontre a eu lieu. Elle fut honteusement méprisée par la bonne presse. « Match nul » avait titré « Libération » en page dix-huit. « Le Monde » avait fait un bref compte rendu renvoyant, lui aussi, tout le monde dos à dos. Tous les autres n’en tinrent aucun compte.

Ce fut une double leçon. D’abord celle du bilan du choc lui-même. Comme nous l’avions minutieusement préparé, nous étions en état de faire un bilan précis sur chaque point. Nous avons eu la conviction que madame Le Pen était très mal préparée et que ses faiblesses en économie et repères historiques lui joueraient des tours. De même nous avons clairement perçu chez elle une volonté de contourner les thèmes centraux de l’extrême-droite. Il est devenu évident que la dédiabolisation qu’elle visait affaiblissait l’impact du discours du Front National davantage qu’elle ne le renforcerait. On se promettait le moment venu d’y revenir. S’agissant des médias, c’était une surprise. Nous pensions qu’ils s’intéresseraient à l’approche nouvelle, c’est à dire argumentée, de notre combat.  Nous avions tout à fait sous-estimé leur fascination pour la 04bdame. Et encore moins une plus ou moins secrète banalisation de la haine des arabes et des musulmans qui infeste nombre de rédactions, plus ou moins consciemment. C’est là que se trouve la racine de la sidération, au sens littéral, qui a abaissé les défenses naturelles de l’organisme anti-raciste et républicain. Il culmina parfois avec des pics de grossièreté.

C’est dans « Télérama » du  7 janvier 2012, page 24, que j’ai trouvé l’illustration la plus éclatante de cet état d’esprit, sous la plume de Christine Angot. La rédaction de ce journal, pourtant loin de la réaction à gros sabot, n’a pas éprouvé le besoin de se mettre à distance des relents nauséabonds de cette prose. Lisez mes amis ! « J'aime son sourire, écrit Christine Angot. Ses petites dents bien rangées qui apparaissent sous les lèvres fines lui donnent une expression qui, c'est la définition du charme, n'appartient qu'à elle, même si, à y regarder de plus près, on dirait que ce sont les mêmes dents que son père, qui n'apparaissent que dans les rires. La spécialité de la famille, ce n'est pas le coup de gueule, c'est l'éclat de rire. Les yeux qui pétillent, le regard qui brille, de faire d'aussi bonnes blagues en empathie avec le public. Son père a toujours aimé emmerder le bourgeois, elle le reconnaît. Au Parlement européen, la fille rit encore des plaisanteries du père, elle ne peut pas se retenir. Les dimanches en famille ça ne devait pas être triste. Ce que les gens veulent en France, c'est ça, rigoler. Un débat à la télé avec Marine Le Pen on ne s'ennuie pas. La mode est aux humoristes féminines, aux clichés détournés, les codes ont changé, Marine Le Pen est de son temps, plus encore que la tradition familiale, elle suit le mouvement. Florence Foresti ose dire qu'elle s'ennuie au square quand elle y emmène sa fille, le nouveau code c'est inverser l'ancien, avec une seule constante : continuer d'éradiquer les nuances. Elle suit le mouvement : vous vous êtes trompés, c'est le contraire, le contraire absolu, je ne suis pas anti-juive, je suis anti-arabe, l'extermination était une abomination, point d'exclamation. Son père, tout le monde s'accorde maintenant à le 06ctrouver lourd comparativement, comique troupier, moins dangereux, les pères ne font plus peur quand on a compris leur dialectique. Il ne nous faisait pas peur, il nous faisait honte. Or, elle, elle veut le respect. Elle est « extrêmement » attachée à sa réputation, « extrêmement » fait trembler les murs tellement elle insiste. » Consternante prose. Et sans réplique, je veux le rappeler.

Au fond, le FN relooké par la séduction et les bonnes manières féminines de Marine Le Pen, c’était devenu un objet fréquentable et peut-être même profitable pour la bonne société et ses bouffons déjantés. Frédéric Joignot dans « Le Monde magazine » de cette semaine, fait une révélatrice récapitulation de ce qu’a été cet état d’esprit, sous le titre : « Je ne pense qu’à ça ». En commençant par citer « Libération » où l’on a pu lire « Allons au nœud du problème, au plus dur : la sympathie qu’inspire Marine Le Pen » Et de citer Patrick Besson qui la décrit : « Elle m’attendait lente et patiente ses longs cheveux blonds encadrant son visage d’une beauté sévère, carrée, presque militaire ». Joignot conclut : « Tous, fin janvier, semblaient rêver de danser avec elle à Vienne au bal des néo-nazis du FPÖ, l’extrême-droite autrichienne ». Je le voyais bien, en effet. Coté mâle, la sidération n’a pas hésité à s’habiller de prétextes plus lourdingues. Ainsi quand, selon Joignot qui le rapporte, Régis Jauffret écrit : « C’est exactement le genre de fille qu’on a envie de sauter entre deux portes ». Cette version féminine érotisée du fascisme n’est pas un hasard. Le journal « Marie-Claire » a fait une superbe enquête sur ce thème pour constater comment dans toute l’Europe et dans le nouveau monde, l’extrême-droite a mis en avant des visages féminins pour donner au mal la force rendue banale de la suavité féminine. C’est d’ailleurs dans ce registre qu’a été organisée la ligne de défense du lendemain de la déroute télévisée de Marine Le Pen face à moi sur France 2. Sur internet, les trolls et les partisans ouverts, ont lourdement chargé sur mon agressivité masculine et ainsi de suite. Ce n’est pas un hasard si le père Le Pen a fait mine de s’étrangler dans le même registre en m’accusant d’être « un voyou » qui « s’attaque  une femme ». Et Jean-Michel Aphatie, sans innocence, aussi relaya l’offensive en dénonçant ma « mysoginie » révélée selon lui par ma boutade sur la « semi-démence » de la madame. Naturellement rien ne révèle mieux la distance qui sépare tous ces gens du féminisme que leurs réflexes de protection à l’égard des « faibles femmes », un classique du machisme ordinaire.

Ce qui me paraît remarquable depuis que tout ceci a eu lieu c’est l’extrême décalage que j’ai observé dans les réactions. Décalage des réactions des sommets et ceux de la base. Les retours de terrain sont très clivés. Ils nous parlent d’un choc entre l’enthousiasme des nôtres et du désarroi des autres. Les gens sont très nombreux à nous témoigner de la sympathie et à venir vers nous. A l’inverse, au sommet, dans les commentaires médiatiques l’essentiel va du côté d’un renvoi dos à dos, sur le mode « match nul entre nuls ». La croûte n’est pas percée. Le registre dominant reste la mise au même sac des populismes. Plantu est passé par là et il a réitéré ses saletés dans le dernier numéro de l’Express. Celui-là même où une brève interroge : « Marine Le Pen, nouvelle icône féministe ? » AAAAH ouiii ! Ça, c’est du journalisme ! La garde est totalement baissée. Au prix d’une incroyable cécité. Ainsi quand le père Le Pen en appelle à la solidarité des journalistes avec leur « confrère » Brasillach ! Pas une réaction. Consternant. Mais réagir aurait 10obligé à tout reconsidérer depuis le début. Me donner raison si peu que ce soi est, pour certains, plus répugnant qu’être assimilé à un criminel antisémite ! On connaît ! C’est la ligne « Plutôt Hitler que le Front populaire » qui fut le slogan de la droite anti-communiste avant la débâcle de 1940.

De tout cela nous avons tiré les leçons de longue main. En examinant le bilan de notre assaut sans effet de janvier dernier, j’ai imaginé comment je m’y prendrais pour recommencer sitôt que nous en aurions les moyens. Deux raisons à cela. D’abord ne pas renoncer à vouloir stopper la promenade de santé du Front National sur sa ligne soit disant « dédiabolisée ». Ce n’est pas le plus dur à imaginer. Mais pour le faire c’est l’occasion qui ferait le larron, je le savais bien. Cette dédiabolisation n’est pas une tactique qui résiste au choc, compte tenu de comment est faite la composition de cette mouvance. La victoire de Marine Le Pen au congrès du FN de janvier dernier est une apparence trompeuse. Sa ligne et sa candidature ne l’ont emporté qu’au prix d’une grosse, très grosse brutalisation du Front National réel. Le pari de Marine Le Pen serait un pari perdu d’avance selon moi sitôt qu’une résistance sérieuse se ferait jour. Mais elle s’y cramponnera car elle a tout misé là-dessus. Le deuxième objectif était d’obliger le large espace de  l’opinion progressiste et anti-raciste à se réveiller, bon gré mal gré. Comme il ne fallait rien attendre du système médiatique et des belles consciences, la partie se jouerait autrement. L’idée était qu’aussitôt atteint un point de crédibilité, la force acquise serait projetée sur la cible pour provoquer la bagarre qui l’obligerait à sortir de sa coquille. Ce que je n’imaginais pas c’est qu’elle se cramponnerait à la stratégie de la « respectabilité outrée » jusqu’au point de s’enfermer dans la bouderie absurde de l’autre soir. Notre offensive a commencé dès le lendemain de l’émission de France 2 en janvier. Dès que nous avons constaté, avec le succès imprévu du meeting de Nantes, que nous tenions le bon bout, j’ai attaqué dans tous mes meetings. A Metz et Besançon ce fut la grosse artillerie. Mais une seule étincelle : « semi démente », mis le feu à la plaine médiatique. Vous connaissez la suite jusqu’à cette semaine.

Depuis un an, nous n'avons cessé de travailler à mettre au point les munitions de la bataille. La réplique par le débat argumenté a fait l’objet de nombre de séances de formation et d’escarmouches bien analysées ensuite. Un grand nombre de dirigeants et militants du Front de Gauche se sont mobilisés pour décrypter les positions et les propositions de Marine Le Pen. Parmi mes proches deux responsables de premier plan se sont mis au travail le stylo à la main. Il s’agit d’Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de gauche et de mon directeur de cabinet Laurent Maffeïs. Mafféïs a opéré la collecte systématique de nos arguments et en a présenté une version clef en main dans un livre d’accès facile : « Les cinq mensonges du Front national – Réplique à Marine Le Pen », publié en septembre dernier aux éditions Bruno Leprince. Fort de ce travail minutieux de décryptage, ce livre démonte méthodiquement les principaux rayons du fond de commerce lepéniste. On y découvre comment le "tournant social" mis en scène par Marine Le Pen n'est qu'un simple vernis sur un programme dont le fond reste particulièrement libéral. Au point de dessiner un véritable programme commun de l'UMP et du FN. La dernière proposition de Nicolas Sarkozy de baisse des cotisations salariales pour augmenter le salaire net étant d'ailleurs un copié-collé d'une proposition de Marine Le Pen. Ce livre démonte enfin quelques refrains médiatiques sur lesquelles le FN surfe depuis un an. De la dynamique électorale très relative de Marine Le Pen à son pseudo ancrage ouvrier du FN en passant par sa dimension de "femme" candidate. Ce livre ne s'arrête pas au démontage argumenté des propositions du FN. Il leur oppose à chaque fois les propositions alternatives portées par le Front de Gauche. Il porte un message d'optimisme de combat : il n'y a pas de dynamique Le Pen qu'une gauche claire et décomplexée ne puisse stopper et faire reculer. Dans les têtes et dans les urnes.

« Le Parti de l’étrangère. Marine Le Pen contre l’histoire républicaine de la France », a été publié début janvier par Alexis Corbière aux Editions Tribord. Alexis est professeur d’histoire. Il est aussi un des orateurs nationaux du Front de Gauche. C’est, durant cette campagne, un de mes conseillers politiques, aux côtés de Laurent Maffeïs sur toutes les questions qui concernent le Front National. Conseiller de Paris et Premier adjoint de la Maire du 12e arrondissement, il sera candidat du Front de Gauche aux élections législatives de juin 2012 dans la 8e circonscription de Paris. Il a relevé la longue liste de toutes les figures de la gauche, de la République ou de la résistance, dont se réclame depuis deux ans Marine Le Pen par voie d’affiche, dans ses discours ou lors d’émissions télévisées : Roger Salengro, Jean Jaurès, Victor Schoelcher, Charles de Gaulle ou Georges Marchais, etc…  Peut-on rester silencieux devant de telles appropriations, demande Alexis ? Elles se construisent le plus souvent sur des manipulations assez frustes, quand ce n’est pas du révisionnisme historique. Les engagements de chacun de ces personnages n’ont bien sûr rien à voir avec le discours actuel ou passé du Front National. Bien au contraire. S’ils étaient encore vivants, ils en seraient des adversaires résolus. Mais ces manipulations historiques doivent être pointées et comprises. Elles ont essentiellement pour but de masquer où sont les vraies racines historiques du Front National. Pourtant elles plongent dans le temps profond, depuis le long combat des penseurs contre-révolutionnaires, des adversaires de la République et des idées des Lumières. Même si le vocabulaire et la stratégie de l’extrême-droite ont beaucoup changé dans la vie politique de 2012 par rapport aux années 30, il n’en reste pas moins que bien des références et des slogans du FN ont pour origine des expériences de l’entre-deux-guerres. En ce temps-là aussi, certains se présentaient comme « Ni droite, ni gauche, Français ! ». Les principaux historiens s'accordent pour considérer qu'il y avait là une tentative de bâtir un parti « fasciste à la française ». La source d’inspiration intellectuelle de la direction du FN est là. Corbière vient de le montrer de nouveau dans sa dernière note de blog en partant de ce qu’a révélé le dernier coup de gueule du père Le Pen venant à la rescousse de sa fifille. Reste que son livre est une mine pour comprendre le présent des luttes du FN. En 192 pages, dans un style  clair, le livre d’Alexis apporte des éléments de réflexion et de réponse pour comprendre les impostures de Marine Le Pen. Il éclaire en quoi la filiation historique du Front national est étrangère à l’histoire républicaine de notre pays. C’est le paradoxe de cette famille de pensée : s’il y a quelque chose d’étranger à la France telle qu’elle s’est réellement construite, telle qu’elle est vraiment, c’est au FN que cela se trouve.

L’onde de choc de l’émission « Des paroles et des actes » n’a pas cessé de produire ses effets. Trois jours plus tard, le père Le Pen a désavoué sa fille en proposant le débat avec moi. Les grossièretés qui entourent cette offre ne font pas perdre de vue l’essentiel du propos. C’est un désaveu de la fille. Et un démenti à l’information relatée le soir même par les amis plus ou moins avoués du clan selon lequel le père aurait appelé sa fille dès le soir pour la féliciter. Je note que la réplique de ladite fille n’a pas tardé. Dès le lendemain aux « 4 Vérités » elle a pris ses distances avec lui à propos de ses déclarations sur le collabo antisémite Brasillach. Le feuilleton commence.


719 commentaires à “Le jour où j’ai recueilli 9,99 % dans les sondages !”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1115 »

  1. 1
    polnareve83 dit:

    Bravo mr Mélenchon, on compte sur vous, on est derriere vous. Le combat est dur et ardent mais la gauche est de retour. Continuez le combat haut et fort !

  2. 2
    Hervé (PG29) dit:

    Le peuple irlandais est il plus intelligent que le peuple français ? C'est la question qu'il faudra poser à Sarkozy, car les irlandais, eux, auront un referendum sur le pacte budgétaire !

  3. 3
    Thalasrum dit:

    Les médias défendent leur caste, la médiacratie, et leur idéologie : le libéralisme ! Il n'est qu'à voir comment Aphatie a fait la vierge effarouchée quand Emmanuel Todd l'a remis à sa place...

  4. 4
    Jacques Defranchi dit:

    Bonsoir Jean Luc.
    Un bonsoir d'Ajaccio, je n'ai pas pu vous voir à Bastia et je le regrette bien sur, énormément, j'avais même l'espoir d'un dédicace sur : "Qu'ils s'en aille tous"... ce sera pour votre visite avant le deuxième tour.
    Pour une fois que j'arrive juste après votre "post", j'en suis ravi...je le lirai après, mais je sais d'avance qu'il sera aussi passionnant et enthousiaste que tous les aures.
    Je me dépêche...votre temps est prècieux.
    Continuez Jean luc... c'est peut-être mon dernier scrutin présidentiel (je plaisante, mais je suis quand même votre ainé de quinze ans)
    Economisez vous, beaucoup vous le disent... pour rentrer à l'elysée vous devez être au mieux de votre forme et vous donnez tellement pour le peuple, pour l'humain.
    Allez. Bon courage Jean Luc et merci du plus profond du coeur.
    Comme on dit chez nous : Fratelanza

  5. 5
    Nora dit:

    Monsieur, merci et bravo! Courage à vous, et courage à tous! Résistance :)

  6. 6
    Noël38 dit:

    Bonsoir,
    C'est un vrai scandale que TF !
    Par hygiène, je n'appuie jamais sur le touche 1 de ma zapette ! Sauf bien sûr quand Jean-Luc Mélenchon est annoncé ce qui n'est pas souvent le cas ! Ce que vous nous apprenez sur votre traitement à venir sur la chaîne de Bouygues le grand copain du candidat UMP me révolte mais ne m'étonne pas. Ils n'ont pas intérêt à vous donner la parole car ils savent, au fond d'eux, que vous seul avez raison. Courage, il se passe quelque chose autour de votre candidature. J'ai beaucoup d'amis (y compris au PS) qui déclarent qu'ils voteront pour vous. Je pense que vous serez au premier tour de la présidentielle ce qu'Arnaud Montebourg a été à la primaire citoyenne : la bonne surprise !
    Fraternellement
    Noël

  7. 7
    Pascal Reymond dit:

    Bonjour Mr. Mélenchon!
    Bravo pour votre tenacité. Personnellement je vais vous regarder sur TF1, même si vous passiez à 4h du matin. Pour le reste de leurs programmes, ils peuvent se les garder. Ce n'est pas les chaines Française non-faschistes qui manquent!
    Je suis membre de la Gauche Vaud en Suisse. Et sachez que nous sommes nombreux à suivre votre campagne!
    Pour ma part je vous admire beaucoup et ce serai trop beau si vous deveniez Président de votre pays. Je pense que cà changerai le visage de la scène politique pas seulement en France! Cà doit être celà qui fait peur aux faschos! Bonne continuation avec tous mes voeux pour votre réussite!
    Amitiés de Gauche!

  8. 8
    Thierry dit:

    Excellent titre, j'en parlais il y a 30 min avec un ami : 9,5 % ce soir (entendu sur Inter). Je lui disais "ils vont bientôt le situer à 9,9 % ". Vous avez été plus précis encore. Je préfère désormais en rire. Réponse le 22/4. D'ici là, vivement le 18 mars, quoiqu'en pense Bertrand.

  9. 9
    Fred Barbosa dit:

    A longueur de journée, sur les ondes, on a du Sarkozy (beaucoup) et du Hollande. Cela me donne la nausée. Les grands médias n'ont aucune honte. Le 18 mars il faudra montrer que le Front de Gauche est là et bien là!

  10. 10
    lisa dit:

    Cher M. Mélenchon,
    J'ai juste lu le passage de votre billet sur la liberté de la presse, n'ayant pas pour l'instant le temps de le lire dans son intégralité, et je voudrais juste attirer votre attention sur ce point, car j'ai eu moi-même à me casser les dents sur cette question avec quelqu'un qui vous est hostile : je comprends fort bien vos réticences à l'égard de ce qu'est ladite "information" aujourd'hui, et ses "journalistes", cependant, à partir du moment où vous vous en prenez à la "liberté de la presse", vous risquez fort de vous voir imputer une tendance à autre chose qu'à la démocratie. C'est pourquoi il me semble qu'il vaudrait mieux défendre la liberté de la presse, non pas en prônant l'interdiction, la sélection selon des critères obscurs de ceux qui pourraient s'exprimer et d'autres non au motif de leur bêtise, autrement dit la défendre inconditionnellement, mais en défendant son indépendance et en prenant toutes les mesures destinées à favoriser cette dernière voire à la garantir. En défendant une liberté de la presse libre d'intérêts financiers notamment, et en prônant son extension, toujours plus, car c'est bien plutôt le pluralisme qui fait défaut actuellement. En outre, ces gens sont plutôt des gens qui suivent le sens du vent, et à partir de là, la démocratie étant ce qu'elle est, en cas d'élection, il se trouveraient devant l'obligation d'accepter comme les autres citoyens ses résultats. Ce serait donc en favorisant un réel pluralisme, voire en inventant des médias participatifs, en laissant les journalistes faire leur travail aussi, en étendant cette liberté de la presse plutôt qu'en la restreignant que vous serviriez les intérêts du pluralisme démocratique. Qu'en pensez-vous ?

  11. 11
    fora dit:

    Bravo Jean Luc, continuez ainsi, la baudruche Le Pen vacille.

  12. 12
    feedy92 dit:

    Vous etes bien au delà des 9.99% le front de gauche a le seul programme crédible. Ce qui me plait le plus c'est que l'humain est au centre de tout. Après tout l’élément essentiel dans le système c'est bien nous et non l'argent qui détruit tout.
    Je vote Mélenchon au 1er et au 2nd tour !
    Nous nous battrons ensemble pour inverser cette tendance qui ne vise qu'a nous détruire.cela m'insupporte chaque jour un peu plus. l'homme a t il perdu la tête a ce point ?
    ça commencera par les urnes le 22/04 c'est tout ce que nous possédons encore, tout le reste n'est que manipulation par les médias a la botte des puissants! Marre d’être la vache a lait des puissants qui nous sucent jusqu’à la moelle! Oh oui, j'ai un boulot, je loue un appart, j'ai une voiture et des factures. J'ai l'impression de n'exister que pour payer payer en encore payer ! je ne sers donc qu'a ça ici bas?
    Certains diront que c'est une chance pour moi de travailler et avec un cdi s'il vous plait ! tu parles!
    Le combat sera rude, les puissants portent bien leur nom,et en plus ils ont des experts en tout qui nous disent comment penser, pour qui voter, etc., marre d’écouter leurs bobards pour défendre ce système honteux, abjecte, mais nous devons gagner ce combat et sortir de cette spirale infernale!
    Voila ou nous en sommes, j’espère que le "peuple" se réveillera enfin pour aller dans une autre direction.
    Mélenchon, avec nous en représentant du peuple!

  13. 13
    Régis de Nimes dit:

    Les positions du PS trouvent leurs origines dans le traité de Maastricht et la préparation du terrain (le tournant 1984).Les communistes avaient quitté le gouvernement, ont combattu le dit traité et pourtant depuis,ils prennent revers électoraux sur revers électoraux... Faut - il être fâcher contre le PS qui depuis a la voie libre ou bien contre le peuple de gauche ?...

  14. 14
    crussolrouge dit:

    Je voudrai ajouter à la présentation magistrale de JL Mélenchon sur l'utilisation du mot "concrètement" dans nos modernes medias, un spécimen étonnant David Pujadas. Je pense qu'une analyse systematique de ses présentations du journal de 20h de France 2 révélerait la fréquence ahurissante de l'emploi par lui meme de ce terme ! Iil s'agit du "parler vrai" ? de notre mediacratie...
    Mais votre didactique triomphera de ces artifices. Comme toujours le pédagogue aura le dessus et pourra faire passer ses idées et programmes.

  15. 15
    Thierry Draco dit:

    Titre tout à fait adapté, car TNS Sofres vous indique, aujourd'hui même, non pas à 10%, mais à 9,5%, juste à un point de François Bayrou qu'ils donnent désormais à 10,5%

  16. 16
    jlb dit:

    Bonjour Jean-Luc.
    Nous ne te remercierons jamais assez pour tout ce que tu fais, qui fait renaître l'espoir et la fierté dans ce pays.
    Nous sommes de plus en plus nombreux à nous poser la question suivante, au sujet de la stratégie de communication du FdG : afin de sortir d'un positionnement perçu (bien qu'absurde) de tribun "agressif", n'est-il pas temps de déployer dans les grands médias les arguments économiques du FdG ? A y réfléchir, nous avons là des arguments très forts, clivants (relance, BCE, mise à distance de la finance,...) qui pourrait aussi être portés par des gens aussi brillants (et "crédibles" pour le système en sa qualité d'économiste et enseignant à science Po) que Jacques Généreux... (qui à fait récemment une série de petites vidéos remarquables).
    Chaque personne à qui j'ai détaillé ces mesures a été très impressionnée, en reconnaissant ne pas savoir qu'elles provenaient du FdG, dont trop peu nous attribue une image de "sérieux économique" (aussi absurde que soit cet argument).
    Nous avons là un programme économique visionnaire et très mur, confirmé par un nombre grandissant de prix Nobel (Krugman, Stiglits,...), qui porte une stratégie brillante de contagion européenne par l'intérieur,... Rien n'est plus crédible, intelligent, visionnaire,... et si peu de gens le connaisse !
    Alors que nous convaincrions y compris même jusqu'aux centristes, qui croient s'attacher à la supposée "crédibilité" de leur programme en vérité simplement libéral...
    Encore une fois, merci infiniment Jean-Luc, nous sommes ensemble avec toi.

  17. 17
    jargenty dit:

    Bravo Jean-Luc Mélenchon, je suis des nombreux qui sont revenus en politique grâce au FdG et à vous. Je boycotte la TV et les grands média en général depuis pas mal de temps déjà, je préfère choisir mes sources moi-même sur internet et vos meetings sont tous parmi celles-ci et me redonnent du courage. Je suis très inquiet de ce qui est en train d'arriver à notre pays, à l'Europe, au monde et cette lutte d'aujourd'hui à vos côtés me semble être la lutte de la dernière chance. Si seulement je pouvais me tromper !

  18. 18
    Franc-Tireur dit:

    C'est essentiel de montrer la tromperie fondamentale dans le maquillage de M. Le Pen en Jeann d'Arc du petit peuple. Le PG avance des arguments de fond qui diluent la cosmétique d'apparât.
    Néanmoins il me semble encore plus important, à deux mois des élections, présidentielle et législative, de faire ressortir l'enfumage constant d'un parti socialiste décidé à se prosterner devant le capitalisme effréné de la city.
    Nos amis "journalistes", en réalité des apprentis sorciers d'une com'politique au service d'un système qui les rémunère grassement, auront beau jeu de ressortir leur éternelle rengaine sur le populisme de l'extrême gauche. Ils ont déjà décidé du vainqueur, ils sont payés pour mettre en scène sa victoire éclatante, et ils savent qu'ils peuvent perdre leurs prébendes s'ils n'enferment pas les français dans le bipartisme, s'ils ne leur apprennent pas à se résigner au merkozysme à perpétuité.
    Ce qu'il faut montrer, c'est que l'extrémisme, ce n'est pas le PG et Mélenchon, mais c'est l'UMP et le PS! Ce sont eux qui nous entraînent dans l'ère post-démocratique de la dictature obscure des finances et de l'économie de casino. Vendus à l'économie du jackpot, ils créent le risque d'une catastrophe sociale, médicale, éducationnelle, écologique, culturelle. Laquelle ne manquera pas de déboucher sur un conflit, une explosion, des épidémies.
    Ce n'est pas cultiver le paradoxe que de dire que l'UMP et le PS sont de dangereux extrémistes.

  19. 19
    JM77 dit:

    @JLM
    "Huit sénateurs verts sur dix ont voté contre".
    Il me semblait que 2 avaient voté contre et que 8 autres n'avaient pas pris part au vote. Non?
    Avec mes excuses si je me trompe.

  20. 20
    gaucher dit:

    Monsieur Mélenchon, merci de redonner de belles couleurs à la gauche et de taper fort et avec talent sur l'ignominie faciste.

  21. 21
    Rodionoff dit:

    Bravo M Mélenchon on est derrière.
    Résistance.

  22. 22
    Silvie dit:

    Je m'efforce de convaincre certains de mes collègues qui disent "droite ou gauche c'est la même chose, tous pourris" que le front de gauche et votre candidature peuvent vraiment apporter la justice sociale que nous réclamons. Au départ ma façon d'afficher mes convictions déstabilisait ou agaçait, puis parfois je sentais une crispation, mais depuis quelques temps ça change, je sens l'adhésion au bors des lèvres de quelques uns.
    Tenez bon et vive la lutte !

  23. 23
    Maurice dit:

    Bravo

  24. 24
    bruneau dit:

    Eh bien si je compte sur vous, vous pouvez aussi compter sur moi. J'en suis certain je ne serai pas le seul.

  25. 25
    JM77 dit:

    @Jean-Luc Mélenchon
    Je me corrige, d'après un lien donné sur le dernier billet, 2 ont voté pour et 8 n'ont pas pris part au vote? Peur du vote contre? de l'abstention? Sujet sans intérêt ? Pêche à la ligne?

  26. 26
    arrighi dit:

    Une nouvelle fois une analyse magistrale qui permet une comprehension "au delà du réel" et surtout à la portée de tout le monde et même de nos adversaires. Il y a de quoi les alerter, les préparer, encore faut il qu'ils en soient capables. Toutefois ma confiance est totale dans ta capacité à faire face à tous ces manipulateurs,faussaires et autres suppots de la pensée unique qui occuppent le terrain médiatique. Dans ma confiance j'englobe tous les militants qui t'entourent de même que ceux que les médias rendent invisible malgré leur activité débordante (je pense à tous les rsponsables engagés dans la campagne qui composent le FdG)

  27. 27
    Yann dit:

    Bonjour Monsieur,
    Je me permet de vous ecrire pour vous dire que je soutiens a fond votre candidature. Je fais mon militantisme a mon niveau en exposant aux gens que je rencontre les arguments que vous developpez si brillament et avec une pedagogie impressionante.
    Je voudrais vous dire aussi qu'en tant que candidat, vous avez le droit d'acces aux courriels de tous les expatries qui se sont inscrit aux ambassades. J'ai en effet recu un courriel du president actuel. Je me disais que vous pourriez utiliser ce moyen pour faire passer votre message aux expatries qui ne doivent pas entendre beaucoup parler de vous, du au blocage mediatique dont vous souffrez.
    Espoir, Amour et Resistance.
    Yann, un expat qui vous veux du bien et qui voudrait bien rentrer en France quand les impots francais serviront a autre chose que payer les banques.

  28. 28
    Pascal397 dit:

    Bonsoir Jean-Luc,
    1/ plus la TV cachent l'existence du FdG, plus cela motive pour convaincre autour de soi.
    2/ vous répétez sur les plateaux " qu'habituellement les gens de gauche soutiennent au second tour celui de gauche qui est le mieux placé", mais il me semble, qu'ici même, beaucoup d'intervenants ne sont aucunement prêts à soutenir le PS plus tard, considérant celui-ci au centre de l'échiquier politique.
    Le PS est "irréparrable", c'est un vieux raffiot dont certaines pièces importantes à son fonctionnement ont été poussées, bien malgré elle, à partir. Ce sont celles-ci qui sont utiles ailleurs, c'est-à-dire ici au FdG!
    Merci et à bientôt.

  29. 29
    Yohan dit:

    "Il en va tout autrement d’une délégation de souveraineté comme celle que contient un traité européen. Par définition l’engagement est censé être irréversible. Par définition il modifie le souverain lui-même en lui retirant des pouvoirs qui le définissaient. Tels sont les raisons pour lesquelles le référendum sur les traités européens est non seulement légitimes mais nécessaires."

    Comme le disait si bien Mr Philippe Seguin - qui n'est pourtant pas ma tasse thé - lors de son discours dans l'assemblée nationale lors de la discussion du traité de Maastrich: "ce que le peuple a fait, seul le peuple peut le défaire".
    Toute modification de la constitution devrait passer uniquement par référendum, de sorte que le souveraineté du peuple ne peut jamais être mise en péril que par le peuple lui-même.

  30. 30
    Faraday3 dit:

    Cette plume-là donne du courage. Merci Jean-Luc Mélenchon !

  31. 31
    Michel Berdagué dit:

    Votre précision des analyses et actions contre cette extrême-droite qui manipule les consciences par toutes les peurs et par ce qui est des plus obscurs dans chacun d'entre nous,cette précision de votre écrit est remarquable. Eh bien encore deux livres à lire,celui d'Alexis Corbières et de Laurent Maffeis, je ne pourrai cependant pas les lire étant très occupé pour Notre Victoire à l'élection Présidentielle et celles qui suivront,mais là la dynamique sera telle que les majorités à l'AN du FdG seront tellement éclatantes que nous pourrons appliquer tout notre Programme ambitieux,réaliste,de libération et d'émancipation. Les livres seront lus avec intérêt et attention et avec satisfaction après la Victoire pour la Sixième République avec la Révolution Citoyenne dans la Planification écologique.Mais d'ici là y a un sacré taf,labeur,boulot à se coltiner pour que Mélenchon soit le dernier Président de cette cinquième obsolète...et...la Constituante avec dès la Victoire des mesures justes,républicaines et de respect de la Souveraineté Populaire la seule Liberté que chaque compatriote a pour l'instant pour une Aternative de L'Humain d'abord avec la finance assagie dans le Pôle Public financier et bancaire.
    Depuis longtemps je crois et pense que nous sommes à un nombre à deux chiffres,allez retrouvons les 30/35 % du NON de 2005 et pourquoi pas au delà dès le premier tour tant vos interventions sont vraies justes,collant aux attentes et ne laissant pas la place à l'amateurisme et dangerosité d'insécurité de tous les autres prétendants.liés enchainés aux libéralismes mutés aux ultra et néo.
    Vive la Victoire du Front de Gauche,Votons Toutes et Tous Mélenchon.

  32. 32
    dominominus dit:

    Mélenchon, présidons maintenant, ou jamais !

  33. 33
    blondin dit:

    Merci monsieur Mélenchon.
    La gauche de retour. En espérant que le peuple de France va se lever. On est la !

  34. 34
    l'hallebardier_95 dit:

    "Le jour où j’ai recueilli 9,99 % dans les sondages !"
    Excellent titre pour votre blog du jour...
    A ce prix là, mettez m'en deux!
    Ce pourrait bien être, aussi, le titre de votre prochain livre.
    Oui, celui sur ce "point charnière" de la marche des "têtes dures" pour un "prenez le pouvoir".
    Revenez nous donc, chargé d'iode, tel un "corsaire" en surfant sur la vague qui vous porte.
    Nous serons au RDV avec vous, demain, sur le pavé ("le meilleur symbole du peuple") à l'appel des syncdicats européens.

  35. 35
    redline69 dit:

    Cher Jean Luc Mélenchon,
    Nous sommes sur le tournant, vous avez avec vos partenaires créer une dynamique formidable et l'Humain d'abord nous donnes cette énergie qu'il faut pour supporter ceux qui à gauche, ou au nom de la gauche trahissent le peuple comme sur le MES. ils payeront en temps et en heure.
    Nous voyons que la campagne du Front de gauche est une campagne d'adhésion où autour des points marquants du programme, il y a une formidable cohérence qui entraine les jeunes comme les anciens.
    Même Delanoé à du recevoir ces consignes pour commencer à nous chercher des poux dans la tête à propos du 18 Mars....
    Les journalistes, comme Aphatie sont devenus la risé des conseillers du PS comme Todd ! en effet, ces journalistes à se coucher devant les Daltons ont finis par devenir les "pantins" du système des Médias comme certains politique sont les pantins du système politique en place basé sur le bi-partage du pouvoir UMP/PS.
    Le vote AN + Sénat m'a ouvert les yeux et ce Parti disparait instantanément de ma grille de lecture.
    Malgré tout le travail d'Aphatie pour nous démolir ! y compris avec le renfort du vieux Duhamel qu'on nous ressort comme garantie "médiacratique". franchement ils me font rire par leur impuissance à nous exclure !
    Et oui cher Jean-Luc Mélenchon, vous êtes toujours là ! et en bien meilleur posture qu'il l'imagine. Les électeurs de EELV, du PS commencent à ce poser les vraies questions ! Celles que les journalistes essayent de leur cacher !
    9.99%, on va l'avoir notre sondage ! le vrai à deux chiffres !
    Allez ! à la santé d'Aphatie...journaliste astrologue à ses heures. On pousse ! et on invite loyalement les militants EELV et PS pour un vote cohérent pour le 1er tour, et plus si affinité !
    Que du bonheur...

  36. 36
    PATRICK F 32 dit:

    Bon d'accord le cas Le Pen est plié... tournons la page.
    On doit être réellement à 13%, Hollande à 28%; si on lui pique 8% on est en finale.
    Faut il en avoir honte? Qui est la vraie gauche?

  37. 37
    E;FANCH dit:

    Bien que je n'ai aucune confiance dans la fiabilité des sondages (qui sont dans la main de ceux qui nous gouvernent). Si ils sont obligés de vous mettre à 9,50% d'intentions de vote c'est que cela devient bon....
    Quand on écoute et on regarde faire N. Sarkozy, on se rend compte qu'il est capable de tout. Même de faire, si cela se trouve, chauffer les banlieues,et provoquer quelques débordements (sans qu'il en soit responsable, bien entendu !) pour que le bon peuple se jette dans les bras du sauveur de la France (suivez mon regard). Pour la manif du 18 Mars, on a interêt à avoir un service d'ordre super bien organisé.....
    Bon courage Mr Mélenchon, continuez, j'ai écouté votre intervention sur FR3 corse, ça donne la pêche......

  38. 38
    renardchenapan dit:

    @ Pascal397
    Je suis tout à fait d'accord avec toi sur le constat pathétique du social-libéralisme mais, dans le cas PS-UMP au 2nd tour il faut aller voter Hollande, non par soutien pour lui mais car des populations souffrent terriblement de la politique actuelle (sans-papiers devant les écoles, camps de Rom au bulldozer, Rmistes), et ils souffriront quand même moins avec la girouette qu'avec le nabot ;)
    CDT

  39. 39
    lepierrot dit:

    Sarkozy a déclaré à Montpellier "c'est par le travail que vous serez libres" et hop encore une provocation plus que douteuse. C'est la devise écrite à l'entrée du camp d'extermination d’Auschwitz "arbeit macht frei" Décidément cette époque a des relents très nauséabonds.

  40. 40
    Menjine dit:

    Pour faire la différence entre la justice et l'équité, Aristote usait d'une comparaison: il parlait de deux "règles" celle d'Athènes rigide comme nos bons vieux double- décimètres qui permettent de tracer de belles figures géométriques (la justice), l'autre souple, celle de l'île de Lesbos qui permet d'épouser les contours, comme le mètre ruban de la couturière qui convient bien mieux pour mesurer les tissus (l'équité). Le bon juge disait-il doit être équitable, c'est à dire qu'il doit interpréter la loi hors de toute rigidité. L'équité chez TF1 c'est plus que de la souplesse c'est de la courbure d'échine, non seulement elle n'a rien de juste mais même elle sert à courber, recourber et modifier l'opinion des citoyens.
    Reposez-vous et lisez bien, si Marx vous paraît devoir être trop prégnant, je me permets un conseil : Aristote, plus décalé en notre temps, il est pourtant la référence à chaque page du début du "Capital".
    Que le ciel vous reste soyeux et ne vous pèse pas comme un couvercle ! Quand à la Manche, Victor Hugo a su s'y ressourcer et sa voix au retour n'en a été que plus écoutée et entendue.

  41. 41
    Siamy dit:

    Mr Mélenchon, je suis 100 pour 100 sur la longueur d'onde qui consiste à dire avec vous, s'agissant des médias
    "La seule liberté qu'ils réclament c'est celle d'être tous d'accord pour faire parler en abondance, qui ils veulent, faire taire les autres, mentir eux-mêmes sans pouvoir être repris, et biaiser ainsi tous les débats." Bref de la désinformation à l'état brut. Vous parlez des révolutions de l'Amérique du sud, mais plus proche de nous (dans le temps), nous avons droit à la même désinformation concernant deux révolutions donnant lieu aux mêmes discours sans cesse rabachés sur les ondes, y compris récemment par FH. Voici une réponse à ce "péroquisme" désolant:

  42. 42
    Steph dit:

    Repose toi bien Jean-Luc, les dernières semaines vont être harassantes et tu as déjà tellement donné !
    On est là, derrière toi, c'est immense ce qui se produit, on rêve tous du deuxième tour, et il est accessible, c'est certain. Ma modeste participation consiste a informer et à convaincre mon entourage. Et ça marche ! Avec un programme pareil, c'est du gâteau. Il faut tous s'y mettre, un par un, et convaincre son entourage. Le temps passe vite. Encore bravo et merci pour votre abnégation ! Votre enthousiasme et votre intelligence illumine cette campagne qui serait tellement terne et lamentable sans le front de gauche.

  43. 43
    Sansebar dit:

    @Régis de Nimes
    Tu as tout à fait raison : le virage de 83, puis Maastricht, puis la suite....
    Le peuple de gauche, dès 81 a délégué, fait un chèque en blanc et ne s'est plus battu, le PS a géré "loyalement" les intérêts de la finance, le PC assis entre 2 chaises n'a cessé de morfler, même quand il était le seul à être dans le vrai.... et les citoyens déçus, désemparés, dégoûtés qui votent FN ou s'abstiennent.....
    Il faudrait tirer les leçons de tout ça, courageusement et lucidement... car savoir d'où vient le mal, ça doit aider.... à le combattre.
    Plus jamais de chèque en blanc, la lutte sur le terrain, partout, même avec un vrai gouvernement de gauche (autre rappel historique : jamais le Front Populaire n'aurait donné tout ce qu'il a donné sans les travailleurs en grève dans toute la France)
    Et dénoncer les méfaits de Maastricht, convertir les gauches européennes à lutter pour construire une autre Europe.....

  44. 44
    Gilbert Duroux dit:

    J.-L. Mélenchon : "C’est tellement énorme que peut-être même le CSA va faire les gros yeux, entre deux siestes lucratives. Pas grave. Tout le monde s’en fout dans la profession de ce que raconte le CSA ! Il n’y a qu’à voir quelle suite a été donnée à ses précédentes admonestations. Ainsi va la période de « l’équité » !"

    Je ne suis pas si sûr que tout le monde se foute du CSA. J'ai l'impression que ses membres font peur aux journalistes. Ainsi, une des membres les plus éminentes du CSA, Françoise Laborde, a été prise la main dans le sac pour avoir plagié un bouquin. Les preuves livrées par Acrimed sont incontestables. Et malgré ça, personne n'ose reprendre l'information. Quand on pense au nombre d'articles consacrés aux plagiats de Macé-Scaron, il y a de quoi s'interroger.

  45. 45
    JOURDAN dit:

    Mr Mélenchon,
    Grâce à vous, j'ai retrouvé l'envie de lutter et de me battre. Je suis de tout cœur avec vous et j'ai retrouvé en vous l'homme juste que j'imaginais. Continuez, ne lâchez pas nous sommes tous derrière vous et vous pouvez compter sur moi pour vous soutenir. Merci à vous. Une espérance en France existe et vous l'incarnait ! Qu'ils s'en aillent tous.

  46. 46
    citoyenne21 dit:

    Le MES n'intéresse personne, à part les clairvoyants ! Le sujet de "C dans l'air" concerne les oscars. c'est tellement plus fun ! Pour continuer dans le nauséabond : 40 mn pour le candidat du Front de Gauche contre 1h 30 pour la candidate du FN dans la prochaine émission politique ! Il faut vraiment s'accrocher très fort pour encore être en mesure de rêver, malgré tout, d'atteindre l'inaccessible étoile...

  47. 47
    carlo dit:

    Tels sont les raisons pour lesquelles le référendum sur les traités européens est non seulement légitime mais nécessaire.

    Entièrement d'accord. Il faut maintenant mettre la pression sur FH pour qu'il s'engage à organiser un référendum dans le cas où il serait élu.

  48. 48
    çA vA pAs dit:

    A propos de l'injonction permanente à être "concret", je vous recommande la lecture d'un ouvrage intitulé La tyrannie de la réalité, de Mona Chollet (qui écrit notamment au Monde diplomatique). Un bouquin qui permet de se défendre contre cette violence qui nous est faite en permanence de ne pouvoir réfléchir de manière élargie sans se voir infliger cette fameuse réalité.

  49. 49
    Dominique C. dit:

    Bonsoir !
    Beaucoup de travail, énormément de pression pour tous, mais sur le terrain, on avance, on avance !
    De l'avis général des militants, si la violence a monté d'un cran au FN, l'accueil des citoyens français est plus facile, plus souriant. Bravo d'avoir avec force et humour fait prendre à MLP sa pâtée... de campagne.
    Le FdG dérange, mais ne semble pas encore trop "dangereux", avec ses "9,9%" ! Nous ne sommes pas dupes des medias. L'inégalité des temps de parole nous sert aussi, puisque chaque intervention compte davantage pour les français qui en ont plus que marre de voir toujours le(s) même(s). Et la censure est de plus en plus évidente.
    De nos désavantages faisons nos atouts, et quels que soient les obstacles, de nombreux citoyens sont résolus à partir de toute la France pour prendre à nouveau la Bastille.
    Nous, le Peuple des têtes dures et des cœurs vaillants, on ne lâche rien !

  50. 50
    steph dit:

    Mr Mélenchon, d'où vous et Marie-Noëlle Lienemann (qui dit la même chose sur twitter) tirez-vous cette info que 8 sénateurs verts sur 10 auraient voté contre le MES. Sur le site officiel du Sénat il est écrit que 8 sénateurs verts sur 10 n'ont pas pris part au vote et que deux ont voté pour ! Ils ont renié leur vote de l'Assemblée Nationale en une semaine ! Ou alors peut-être le site du Sénat fait une erreur, ce qui est possible.

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1115 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive