11fév 12

La droite s’extrémise, le Front de Gauche rassemble.

Le peuple solidaire ne se laissera pas faire

Ce billet a été lu 80 898 fois.
Exporter ce billet au format pdf Envoyer ce billet à un ami Imprimer ce billet

OLYMPUS DIGITAL CAMERACette semaine aura été celle de l’annonce de l’axe de campagne de l’UMP. Les déclarations de Claude Guéant, l’interview de Nicolas  Sarkozy forment un tout. C’est l’extrême-droitisation de la droite. Anti-immigrés, anti-chômeurs, la division et la haine partout pour tous. Réplique : le peuple solidaire ne se laissera pas faire ! La preuve visible est donnée par l’affluence dans les meetings du Front de Gauche ! Je parle assez de tout cela dans ces meetings !  Et je vais encore en parler autant dans les émissions auxquelles je vais participer ! Je vais donc consacrer cette note à des coups d’œil de campagne.

En illustration de ce billet des images de l'installation technique du meeting de Villeurbanne mardi dernier. Merci à Marilou Mula pour ces photos.

Cette semaine je n’ai guère eu le temps nécessaire pour passer devant ce clavier. Je l’ai payé d’un manque de fluidité dans la partie technique de mes discours à Villeurbanne et à Montpellier. Ne souriez pas ! Car écrire ici me prépare quand je travaille à formuler aussi simplement que je le peux les argumentaires que je vous présente par écrit. Mais il n’y a eu aucune pause. Ni jour, ni soirée. Les temps passés à voyager en train pour rejoindre mes deux rendez-vous étaient consacrés à la préparation des "partitions" pour mes deux discours. Auparavant, j’avais dû relire plusieurs autres entretiens de presse qui devaient paraître ou qui vont le faire bientôt. Le temps médiatique le plus fort, c’était évidemment la rencontre avec le journal « Libération » publiée le mardi dans un ensemble de neuf pages qui m’étaient consacrées. C’était pour nous au Front de Gauche un événement, et je crois que cela le fut aussi pour les lecteurs qui achetèrent largement le journal, si ce qu’on me dit est vrai. Pour moi, c’était un joli moment de voir les lieux et l’équipe d’un journal qui occupe une telle place dans notre imaginaire de gauche. Avant ça Jean-Jacques Bourdin m’avait cuisiné une heure sur RMC et BFM. J’avais donc bien chauffé tous les muscles du cerveau. Par conséquent j’étais à l’aise devant tous ces gens car une interview de cette sorte à Libération se fait devant toute la rédaction, une partie assise, les autres debout. L’art de lire sur les lèvres et sur les visages m’a OLYMPUS DIGITAL CAMERAappris que tous ces gens sont davantage partagés qu’il y paraît de l’extérieur. Il y a ceux qui me détestent et le cachent très mal. Et il y a ceux qui écoutent et partagent tout ou partie de ce que je dis. Ils sont plus nombreux que cela se voit en lisant les pages politiques du journal. Ce n’est pas le seul journal où il en est ainsi.

Parmi tous les moments si forts que j’ai vécus cette semaine, un d’entre eux reste avec une force spéciale. Pourtant, les trois meetings de la semaine, les heures passées en route avec mon équipe, les retrouvailles avec les militants locaux, les milliers de gens vus, ceux à qui j’ai parlé et serré la main, tout cela est comme une grande symphonie de contacts humains qui ont imprimé mille marques sur mon esprit et mes sentiments. N’empêche. Ma tête est restée scotchée sur ce sofa où j’étais assis en compagnie de ces jeunes femmes d’un foyer d’accueil près de la place de la Bastille. Jeunes femmes battues, pourchassées, bref : réfugiées ici pour une escale dans la vie avec le projet de reprendre son existence en main. Il s’agissait d’une rencontre autour du thème des luttes des femmes et de la signature d’un pacte pour l’égalité. C’est une chose de connaître un problème par des discussions et des lectures. C’en est une autre de le lire sur de jeunes, si jeunes visages. Ces femmes en savent bien davantage que moi sur la vie, je crois, quoique je sois leur aîné et de très loin. Quelques-unes d’entre elles ont fait un film qui fonctionne comme un message collectif. Sa force d’expression doit aux registres qu’elles ont de nouveau utilisés devant moi. C’est une parole sans effet de dramatisation ni misérabilisme. Juste un art de dire les choses simplement et clairement de sorte qu’on ne puisse pas refuser de les entendre. Dès que j’ai le lien, soit avec ce film soit avec celui qui aura été fait de mon passage dans ce foyer je le placerai ici et ailleurs dans le blog. Ces instants sont restés gravés en moi. Ces images de la rencontre me rattrapèrent encore au Blanc-Mesnil tandis que je parlais à la tribune. Elles me suggérèrent toute une phase imprévue du discours. Je me mis à donner alors la déclinaison pour les femmes de tout ce que j’évoquais dans le programme « L’Humain d’abord ». EtOLYMPUS DIGITAL CAMERA j’expliquai alors pourquoi la révolution citoyenne serait d’abord le fait des femmes. Ce ne sera pas la dernière fois. Vous savez, le lendemain de cette soirée dans ce foyer, on m’apprit que la jeune femme enceinte qui était là avait perdu les eaux le soir même après la fin de cette petite assemblée. Je souhaite bienvenue à la nouvelle petite personne. Préparons-lui un monde meilleur. 

Mardi, avant le meeting du soir à Villeurbanne, je me suis rendu à l’usine Arkema de Saint-Fons dans le Rhône. Je n’ai malheureusement pas pu visiter directement les ateliers. En effet Thierry le Hénaff, le PDG d’Arkema, a refusé que je sois accompagné par les délégués du personnel ! Mais j’ai pu rencontrer les salariés et discuter avec eux avant de m’exprimer devant leur assemblée. Leur situation est tellement caricaturale qu’on la croirait tout droit sortie d’un manuel anticapitaliste. Arkema est le premier groupe français chimique. Organisé en trois branches, Arkema cherche à se débarrasser de ses activités vinyliques. C’est-à-dire de la production du PVC. Tout le monde connaît ça. Le PVC est un matériau indispensable pour tout le secteur de la construction. On en fait aussi bien des fenêtres que des tuyaux et bien d’autres choses. De l’emballage aussi c’est-à-dire des bouteilles, des films plastiques, et ainsi de suite. Cette branche vinylique produit l’essentiel du PVC français et du chlorure de vinyle, le principal composant du PVC.  Tout est menacé d’être rayé de la carte.

Aujourd’hui, les salariés d’Arkema se battent contre un projet de vente. Une vente au tarif incroyable. A lui seul ce prix est une offense. On devine en l’entendant la combine. Car il s’agit d’un euro « symbolique » ! Oui, un euro ! Voilà le prix demandé pour acquérir six sites industriels, leurs 1 800 salariés et leur immense savoir-faire. Et l’entreprise vendeuse ajoute cent millions de prime au repreneur. On devine la manœuvre. Car le repreneur est un vautour de belle espèce, un financier américain basé en Suisse. Le monsieur s’appelle Garry Klesch. En 1997, cet homme a racheté Myrys, un OLYMPUS DIGITAL CAMERAfabricant de chaussures. En 2000, il a fermé l’ensemble des usines et revendu tous les magasins. En 2007, Garry Klesch s’attaque à la fonderie d’aluminium de Vlissingen aux Pays-Bas. 14 mois plus tard, 140 salariés étaient licenciés. Même scénario en 2008, avec la fonderie de Delfzijl aux Pays-Bas. Cette fois-ci ce sont 185 licenciements après le rachat par ce même Klesch. En 2010, c’est une raffinerie de Heide en Allemagne qui fera les frais de la méthode : 80 licenciements un an après le rachat. En fait, Garry Klesch n’est pas un investisseur mais un « dépeceur ». Il achète des entreprises pour les liquider et faire sa marge sur l’immobilier. Les salariés d’Arkema ont donc de bonnes raisons d’être inquiets. La situation d’Arkema me rappelle tout à fait le scénario que décrit dans son livre Jean-Louis Beffa, l’ancien PDG de Saint-Gobain avec qui j’ai débattu dans l’émission Des paroles et des actes. Jean-Louis Beffa explique comment les grands groupes déclarent aujourd’hui vouloir se recentrer sur leur « cœur de métier », comme ils disent, et se débarrasser des branches les moins « profitables ». C’est exactement ce qui se passe ici. Arkema a tout d’abord été sortie du groupe Total. Puis aujourd’hui, c’est l’activité vinylique qu’on cherche à sortir du groupe Arkema. La concentration sur le « cœur de métier » est le joli mot qui permet qu'une méthode de management et de spécialisation des activités entraîne ou bien le contrôle le plus étroit par « le  marché »  ou bien le dépeçage le plus efficace pour maintenir le niveau de profit d’un investissement. Vu ?

En fait, les grands groupes sont prêts à tout pour augmenter leur « profitabilité ». Alors qu’une rentabilité de 5% était jugée tout à fait correcte il y a encore quelques années, les financiers qui dirigent aujourd’hui l’industrie revendiquent une « profitabilité » à deux chiffres. Ils sont prêt à licencier des centaines de personnes, à exercer une énorme pression sur les salariés restants, pour atteindre une rentabilité de 15% voire de plus de 20%. Pourquoi ? Qui exerce cette pression ? Les fonds de pensions et d’investissement qui placent leur argent dans les entreprises. On voit ce que vaut le mythe de la « main invisible » qui saurait correctement « allouer la ressource ». L’ère des fonds de pension est celui de la prédation pure. Leur présence est un signe avant-coureur de mort et de souffrances. Evidemment, le premier actionnaire du groupe Arkema, est le fonds spéculatif Greenlight Capital. Il exige une rentabilité moyenne de 22 % pour ses placements. Mais à Arkema, les salariés résistent. L’ensemble des organisations syndicales ont refusé le projet de reprise du dépeceur. Point positif dans cette lutte : Garry Klesch a une phobie absolue de la grève. Il a ainsi refusé de racheter une raffinerie suisse car celle-ci était alimentée par un pipeline en provenance de Marseille et « peut donc éventuellement être affectée par une grève » comme l’a déclaré Garry Klesch dans une interview duOLYMPUS DIGITAL CAMERA "Bulletin de l’Industrie Pétrolière". Il va être servi le monsieur ! Les gars étaient tous sur la scène de notre meeting le soir ! Et en tenue de travail par-dessus le marché !

Le soir à Villeurbanne, j’ai consacré la partie centrale de mon discours à expliquer ce que serait la nouvelle hiérarchie des normes sociales dans notre pays dès que passerait la loi Sarkozy sur « les contrats compétitivité-emploi ». C’était assez long comme ça déjà ! J’ai donc passé du temps sur la question de la modification du contrat de travail décidée par l’assemblée l’autre nuit et qui est directement liée à cette question !  Car l'offensive générale de l'UMP contre la durée légale du travail s’est durcie. Le programme de l'UMP pour 2012 prévoit de renvoyer la discussion sur la durée du travail à des accords de branche ou par entreprise, là où le rapport de force est le plus favorable au patronat. Dimanche 29 janvier, Nicolas Sarkozy a annoncé la généralisation et l'institutionnalisation de ce qu'il appelle les « contrats compétitivité-emploi ». J'en ai déjà parlé sur ce blog et j’y ai consacré un long moment de mon discours à Villeurbanne. Pour que le contrat de Nicolas Sarkozy fonctionne, il fallait d’abord lever un verrou. C’est ce qui a été fait. Si je vous en parle de nouveau, c'est parce que l'UMP l’a fait voter à l'Assemblée dans la nuit de mardi 31 janvier à jeudi 1er février. C'était au détour d'une proposition de loi apparemment anodine sur la « simplification du droit » déposée par le député UMP Jean-Luc Warsmann. Il s'agit de légaliser l’obligation pour les salariés d'une entreprise de renoncer à une partie de leurs droits au nom du chantage à l'emploi. Avec les salaires, le temps de travail sera en première ligne de ce nouveau dispositif.

De quoi s'agit-il ? L'article 40 de cette proposition de loi indique que  « la mise en place d’une répartition des horaires sur une période supérieure à la semaine et au plus égale à l’année prévue par un accord collectif, ne constitue pas une modification du contrat de travail ». Il s'agit donc de sortir la modification des horaires de travail, du contrat de travail. C'est technique mais cela a une conséquence directe. Ce qui ne relève pas du contrat de travail peut être modifié sans l'accord du salarié. Alors que pour modifier un contrat de travail, il faut « l'accord exprès » du salarié comme l'a encore réaffirmé la Cour de Cassation le 28 septembre 2011. La proposition Warsmann vise à annuler cette jurisprudence protectrice pour les salariés. Car la Cour de Cassation avait jugé que « l’instauration d’une modulation du temps de travail constitue une modification du contrat de travail qui requiert l’accord exprès du salarié ». Or, pour que la logique OLYMPUS DIGITAL CAMERAdes « accords compétitivité-emploi » s'applique totalement, il faut qu'un accord d'entreprise défavorable puisse s'imposer à tout salarié, même sans son accord, et avec toute la sécurité juridique pour l'entreprise.

Un changement d'horaires de travail peut avoir des conséquences très importantes pour la vie des salariés. C'est ce qui justifie que cela fasse jusqu'à présent partie intégrante du contrat de travail. Par exemple, c'est en fonction des horaires de travail que s'organise toute la vie de famille, notamment pour les femmes. Mais des horaires de travail dépend aussi la possibilité pour un salarié d'aller travailler, surtout s'il emprunte les transports collectifs. On voit donc bien qu'obtenir l'accord du salarié avant tout changement n'est pas seulement une question de politesse. Aujourd'hui, il peut refuser de changer son contrat de travail. Bien sûr, ses relations avec son employeur seront plus difficiles mais il ne peut juridiquement pas être licencié pour ce seul motif. Dorénavant, ce sera tout autrement. Si les nouveaux horaires ne lui conviennent pas, il aura deux possibilités. Soit le salarié refuse l'accord collectif et il se retrouvera sans emploi, sans indemnité, et sans allocation chômage car cela équivaut à une démission. Soit il accepte l'accord collectif mais ne l'applique pas et il pourra être licencié pour faute, c'est-à-dire sans indemnités mais avec allocation chômage. Voilà le monde que prépare la nouvelle offensive de l'UMP !

Vous avez été nombreux à réagir sur le titre de la une du journal « Le Monde » qui reprend la vieille assimilation dans le « populisme » de ma candidature et de celle de Marine Le Pen. Ce n’est pas un cas isolé.  Ainsi sur RTL, jeudi 2 février. Jean-Michel Aphatie recevait Marine Le Pen. Après plusieurs questions sur la retraite, Jean-Michel Aphatie lui dit : « Mélenchon dit : "Du coup, elle me pique toutes mes idées. Marine Le Pen me copie tout le temps." ». Bien sûr nous n’avons jamais dit cela. Nous avons ironisé sur le fait qu’elle empruntait nos expressions telles que les « invisibles », le « pistolet à bouchons » et ainsi de suite. Mais l’interjection de Jean Michel Aphatie laisse penser qu’il y aurait en quelque sorte certaine communauté de vue, donc des idées OLYMPUS DIGITAL CAMERAinterchangeables. Selon moi, ce sont les derniers remugles de la « ligne Plantu ». Vous vous souvenez du dessin infâme de l’homme qui me montrait en uniforme nazi braillant le même discours que Marine Le Pen tandis qu’en arrière-plan Jean-Marie Le Pen jetait une larme d’émotion ? Plantu est un faux naïf. Avide d’argent il a accepté et reçu un prix de la liberté de la presse de 10 000 euros payés des mains du sultan du Qatar ! Le Qatar est un des pays qui a envoyé des troupes et du matériel pour réprimer la révolution au Bahreïn. Bref, c’est ce Plantu qui créa une mode qui dura plusieurs semaines, et jouissait de m’insulter après avoir appris que cela m’affectait. Je fus d’abord désemparé. Mollement défendu par ceux qui dans la presse savaient l’infamie du procédé, je repris pied en menant la charge avec mes amis. Dans le même registre, cette semaine, il y a eu aussi Alain Duhamel. Il est monté en ligne contre moi, avec la violence boursouflée qui est la sienne quand il s’agit de moi. Les chroniqueurs de RTL ont sans doute des consignes. Ce gars n’est vraiment pas un aigle. Juste un bouddha content de lui-même qui radote depuis le règne de Léonid Brejnev les mêmes refrains auto-satisfaits. A la veille de la précédente présidentielle il s’était fait remarquer par un ouvrage pédant sur les présidentiables avec une liste de candidat sur lesquels il faisait des arpèges rococos. Avec son flair imparable et sa grande capacité de connaissance des vraies vérités, il avait juste oublié Ségolène Royal. On voit le genre. Le machisme parfumé. N’empêche qu’il n’y a plus grand monde pour croire que cette sorte de manœuvre ait une chance de fonctionner. D’ailleurs, si l’on met de côté le titre du journal « Le Monde » qui assimile Le Pen et le Front de Gauche au sein du même terme improbable de « populisme », on constate que l’article dit et décrit tout autre chose. C’est-à-dire qu’il explique les différences fondamentales entre les deux programmes. La seule cotisation rédactionnelle à l’air du temps chez les belles personnes qu’on y trouve, est cette mention vague que les programmes se rejoindraient sur la méfiance à l’égard de la finance et le SMIC notamment. Deux erreurs. Nous ne nous « méfions » pas de la finance. Nous voulons lui briser les reins. Pas elle. Quant au SMIC, il est faux de dire que Marine Le Pen soit sur notre position à 1700 euros ! C’est tout le contraire. Elle dit ne pas croire à l’augmentation du SMIC et dit même que c’est à l’Etat d’augmenter les salaires!  Impossible de comprendre comment deux journalistes informés ont pu se tromper à ce point. Ni pourquoi ils ne mentionnent pas une divergence aussi terrible que celle qui nous sépare sur le remboursement de l’IVG ! Passons. Je ne leur en veux pas. Pour l’essentiel, le papier vise à montrer les différences et c’est déjà bien mieux que le titre. Ce n’est pas le seul journal où je note une différence croissante d’approche entre la base qui écrit et enquête et le sommet qui vit entre soi, va sur les plateaux de télé et dicte les titres. Dans la presse, c’est-à-dire dans les professions intellectuelles, il y a aussi un bouillonnement, des questions, des angoisses sociales, qui ne trouvent pas leur compte OLYMPUS DIGITAL CAMERAdans l’auto-satisfaction permanente et moralisante des nomenclatures rentières de la crème médiatique. Voir la chronique de Pierre Marcelle dans « Libération » ce vendredi. Il y a des failles dans la muraille du système. Je m’attends à ce que cela se voit un jour ou l’autre bien davantage qu’aujourd’hui.

Comme le tableau qui se met en place est celui de 2005, et comme la répétition n’existe pas en politique, c’est une étape qui va être franchie au moment où les mêmes mécanismes de verrouillage se mettent en place. Déjà il est clair qu’un vaste réseau de contournements de la sphère médiatique officielle s’opère par internet. Emerge alors un véritable contre-circuit qui a sa propre puissance et qui rayonne d’après d’autres normes, charriant ses effets en grappe et par rebonds d’un réseau social à l’autre. Certes il n’est pas encore en état de lutter face à la télévision. Quoique la technique du streaming ne tardera pas à faire bientôt ses preuves. Non pas tant seulement en audience. La marche est haute en effet. Mais en capacité de prise à revers des mensonges et petits arrangements qui sont le ciment du corporatisme audiovisuel. J’ai bien repéré l’impact des meetings diffusés en streaming. J’ai encore mieux noté la reprise de volée que la campagne du « Petit Journal » contre mes amis et moi vaut à l’émission de divertissement sur les réseaux où circulent vidéo-décryptages et humour décapant.  Mais face à la presse papier, la messe est dite. Les blogs et les OLYMPUS DIGITAL CAMERAsites pèsent aussi lourd en influence que les catéchismes permanents de la presse quotidienne. Surtout face aux monopoles gris, monocolore et souvent sectaire de la presse régionale.

Reste que la plus grande puissance de feu adverse se concentre dans l’audiovisuel. L’incroyable abus de pouvoir qui donne tout aux mêmes dans la presse papier y est tout aussi violent. Mais il est mis à nu par le travail du CSA. Comme il y a des règles il est possible d’y faire appel et d’interpeller quand elles ne sont pas respectées. C’est ce qui se passe en ce moment. Sur la base des pointages que publie le CSA, nous l’avons saisi pour savoir quelle suite serait donnée aux incroyables écarts constatés. 75% du temps radio et 70 % du temps télé est attribué au deux mêmes : l’UMP et le PS. Nous, le Front de Gauche sommes réduits à l’état de traces, en dépit de l’impression que font mes passages télé. La technique pour nous réduire est simple. Elle vient de se durcir. La quasi-totalité des chaînes semblent n’accepter que moi. Comme cela est tout bonnement physiquement impossible d’être à deux endroits en même temps chaque matin, chaque soir et chaque samedi dimanche, des choix sont faits par l’équipe de campagne. Ces choix éliminent évidemment les traquenards organisés du PAF dont le but exclusif est l’humiliation des invités et la glorification des animateurs militants médiacratiques.  Mais le reste du temps les refus sont seulement le résultat d’un exercice d’ajustement du calendrier. Car je dois aussi pouvoir faire des meetings, des réunions de travail et même des pauses. Puis, lorsque mon emploi du temps a été rempli, mon bureau de presse a dû refuser les invitations. Mais nous proposons toujours d’autres noms pour répondre à l’invitation. Car le Front de Gauche ce n’est pas une seule personne. Nous sommes riches de diversité et de talents. Commence alors un petit jeu très spécial. Les invitants hélas non satisfaits, nous demande de signer des feuilles où nous déclarerions refuser de venir. Ces déclarations sont OLYMPUS DIGITAL CAMERAdestinées au CSA pour prouver que la disproportion de temps d’antenne est de notre fait. Vous suivez ? Sachez donc que nous adjoignons une liste de propositions de noms de camarades après chaque refus concernant ma participation. Tous les autres ont droit de faire défiler leurs porte-paroles. Apparemment pas nous. Ça changera j’en suis certain.

En tous cas on ne lâche rien. Ainsi quand j’ai été accroché par « Le Point » qui m’accusait de « mentir » à propos de la couverture médiatique du meeting de Besançon. Aussitôt la caste corporative s’est jetée sur cette importante affaire. D’une façon curieuse puisque nul ne releva que le papier du « Point » accusait aussi les stations de France 3 d’être des « bastions de la CGT ». Les mêmes que le déséquilibre de notre temps d’antenne et de parole n’émeut d’aucune façon ont aussitôt sauté sur l’occasion de se donner des airs de victime. Le papier de la rubrique « désintox de Libération » a été spécialement odieux. Il fut publié comme une provocation le jour même où le journal me recevait pour faire ce numéro spécial paru mardi dernier. Une semaine où la rubrique me tomba dessus avec une égale mauvaise foi à deux reprises, signe de l’agacement de la droite social-libérale du journal à propos de mon passage. Le papier avait en fait une fonction corporatiste claire : nier le bien fondé de nos protestations contre le sort qui nous est réservé en régions selon l’humeur des rédactions locales de France 3 et selon le degré de sectarisme des journaux locaux. La preuve en a été rappelée à l’occasion de mon passage à Montpelier. J’y ai été invité pour une interview dans « le Midi libre ». Et j’ai été accueilli dans le 19/20 de France 3  Languedoc-Roussillon puis, nous avons enregistré l'émission « La voix est libre » diffusée ce samedi. J’en déduis que pour ces médias la campagne électorale mérite du soin et une information diversifiée. A Lyon la caste ne m’aime pas et n’est pas gênée de le montrer. Pas d’invitation à France 3, ni au « Progrès » ni au « Dauphiné ». Aussitôt « Libération.fr » glapit : « Mélenchon se plaint encore… gna gna gna ». C’était tout le sens de la manœuvre : « Quoi ? Vous vous plaignez encore, alors que nous savons bien que vous mentez ! » Vous voilà fixés. « Le Progrès » lui n’a pas besoin du masque que s'offre avec telle rubrique parisienne « ma corpo est sacrée ». Il assume. Quand on demande pourquoi il ne propose pas un entretien comme souvent ailleurs en région, la réponse est OLYMPUS DIGITAL CAMERAclaire : « C'est notre choix éditorial et nous n’avons pas de compte à vous rendre ». C’est un journal sans complexe. Il m’avait accusé d’un « lourd passif germanophobe », je ne sais pas pourquoi. Mais il ne passa jamais mon droit de réponse après avoir pourtant accepté de le recevoir.

Pour défendre ses confrères, le journaliste de « Libération » explique que ceux-ci bouclent à 22 heures. Et à cette heure, j'étais encore en train de parler. C'est vrai. Mais les 4 500 personnes étaient présentes depuis 20 heures et ce nombre constituait à lui seul un événement politique de grande ampleur pour la région. Ensuite, « Libération » explique que « L'Est républicain » a rendu compte de ma visite à Peugeot scooter de Mandeure avec une photo en une et un article en page deux. C'est vrai. Pour autant le journal ne dit pas une ligne du meeting. C'est « Libération » qui le dit : « Certes, le journal n'a pas fait de compte-rendu strict du meeting ». C'est un doux euphémisme puisqu'il n'a pas fait de compte-rendu du tout, ni strict, ni léger. « L'Est républicain » s'est donc bien livré à un acte de "négationnisme médiatique" contre le plus grand rassemblement politique de gauche organisé à Besançon depuis au moins 40 ans. Une paille ! Mes amis su place s’en sont bien expliqués. J’en ai retrouvé la trace sur un blog au nom exotique. Preuve de la diffusion dont est capable le net !

Enfin, pour bien montrer que ce black-out n'est pas seulement une question d'horaires mais bien une décision éditoriale, je vous livre la brève qui figurait sous l'article de « L'Est républicain » au sujet de mon passage à Mandeure. Voici ce qu'écrit « L'Est républicain » : « Que ses aficionados se rassurent, Mélenchon s’en est aussi pris à la presse. Sans raison, il s’est au beau milieu de son discours déchaîné contre ces journalistes qui disent de lui « qu’il tonne, qu’il éructe, ce qui veut dire cracher ». Il gerbe ces déclarations à chacune de ses sorties. Mais pour le coup, on le trouve sacrément hypocrite le camarade Mélenchon. Car hier, il éructait, et le mot n’est pas faible, sur tous les grattes-papiers dont son équipe de campagne a elle-même organisé le déplacement en terre comtoise. » Vous avez bien lu du « L'Est républicain » qui n'a ni le temps ni la place de parler d'un meeting de 4 500 personnes ! Mais il trouve le temps et la place de se livrer à une bordée d'injures contre moi. Il ne se le permettrait avec aucun autre candidat. « L'Est républicain » trouve normal de m'appeler "Mélenchon" alors qu'il ne se permettrait pas, par exemple, d'appeler le candidat socialiste autrement que "François Hollande" OLYMPUS DIGITAL CAMERAou "Monsieur Hollande". « L'Est républicain » trouve normal de dire du candidat du Front de Gauche, d'un parlementaire, qu'il « gerbe ces déclarations », c’est-à-dire qu’il vomit, sans que la rubrique « désintox de  Libération » n'y trouve rien à redire ! Même promo ? Même école ? Même club de golf ? Va savoir !

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a publié ses premiers résultats sur la répartition du temps d’antenne pour la période dite de « l’équité ». Depuis le premier janvier, les chaînes de télévision et de radio doivent en effet veiller à garantir « une présentation et un accès équitables à l’antenne » aux différents candidats présumés ou déclarés à l’élection présidentielle. Cette année, le CSA a choisi de publier quatre rapports d’étape pendant cette période de « l’équité ». Nous avons donc étudié en détail le premier relevé des temps d’antenne qui concerne la période du 1er au 27 janvier. Déjà durant toute l’année de 2011, de graves dysfonctionnements avaient été constatés par le CSA. La commission a même dû effectuer des rappels à l’ordre publics, les chaînes de télévision et de radio ne semblant toujours pas prêtes à garantir le pluralisme d’opinion. OLYMPUS DIGITAL CAMERAAu mois de janvier, Nicolas Sarkozy et François Hollande se sont partagés à eux deux plus de 70% du temps d’antenne sur les chaînes de télévision et plus de 75% du temps à la radio. Au lieu de garantir le pluralisme indispensable dans tout régime démocratique, les télévisions et radios nous imposent le paysage du bipartisme.

Ainsi, le Front de Gauche n’a eu que 6% du temps d’antenne à la télévision. A la radio, la situation est encore plus dégradée pour le Front de Gauche. Nous n’avons eu que 4% du temps d’antenne. C’est à dire moins encore qu’Europe-Ecologie-Les-Verts. Sur certaines chaînes, le Front de Gauche a été complètement marginalisé : 3,7% du temps d’antenne sur TF1, 2,7% sur France Inter ou encore 1,8% sur Europe 1. La pire chaîne étant M6 qui n’a accordé que 1% de son temps au Front de Gauche tandis que le Front National a pu bénéficier de 60% du temps politique de la chaîne ! Ce traitement médiatique réservé au Front de Gauche n’est pas admissible. Surtout si l’on se souvient que le temps d’antenne est une entité qui désigne n’importe quel moment où il est question de nous. Ainsi les montages du « Petit Journal » contre nous sont du temps d’antenne mis à notre crédit. C’est dire où nous en sommes.

Le CSA dit tenir compte de plusieurs critères pour  apprécier « l’équité ». Il s’appuie notamment sur les réunions publiques organisées, les résultats aux dernières élections ou encore les enquêtes d’opinions. Chacun de ses trois critères montre une réelle progression du Front de Gauche : nous organisons des meetings de plusieurs milliers de personnes OLYMPUS DIGITAL CAMERAdepuis le mois de juin ! Aux dernières élections, nous sommes devenus la deuxième force de gauche du pays ! Le Front de Gauche progresse régulièrement dans les sondages depuis plus de 6 mois ! Le traitement médiatique qui nous est réservé est donc profondément injuste. Tout au long de l’année 2011, nous avions déjà subi un véritable “ ostracisme audiovisuel ”. Je vous renvoie à ce que j’en ai écrit.

Le mois de janvier confirme cette tendance. Il est urgent que le CSA rappelle fermement à l’ordre les chaînes de télévision et de radio. Je lui ai écrit pour le saisir. On va donc pouvoir observer le résultat. Car la tendance qui semble s’annoncer n’est guère favorable. En effet, loin de vouloir s’amender et de faire preuve d’imagination ou d’inventivité, c’est à dire de professionnalisme, certains médias et non des moindres ont eux aussi saisi le CSA. Mais c’est pour lui demander de changer la règle qu’ils ne respectent pas. Et même pire. Ils lui demandent de renoncer à la règle de l’égalité qui devrait prévaloir à partir du 22 mars. Mauvaise ambiance. Pour l’instant, ce qui est aussi en cause au fond c’est l’utilité des « commissions » et d’une certaine façon, des autres « hautes autorités ». Je n’en ai jamais été très partisan. Mais puisqu’elles sont en place, alors qu’elles fassent appliquer la loi comme c’est leur mission et comme la loi elle-même le prévoit. Sinon la loi a-t-elle un sens ou bien en sommes nous déjà au règne de l’arrangement de gré à gré ?


892 commentaires à “Le peuple solidaire ne se laissera pas faire”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1118 »

  1. 1
    ariane Walter dit:

    Il faut s'en tenir à l'éclatante victoire que constitue après un black-out grossier et trop visible, les premiers reportages dans la presse main-stream. Votre progression est immense,malgré ce silence malhonnête et volontaire. Lorsque vous pourrez, enfin, parler sur les chaînes les plus regardées, votre progression deviendra irrépressible. On a vu quels ont été les résultats de votre passage à "des paroles et des actes." Et ce n'est qu'un début.
    Quelle chance pour nous d'avoir, avec vous, bien plus qu'un orateur,une conscience qui éveille et conforte les nôtres.

  2. 2
    Vincent dit:

    Bonjour et bon Week End Monsieur JL Mélenchon !

    Entrepreneur, je peux vous assurer que le discours et les idées que vous défendez ne restent pas à la porte d'une partie du patronat. Petites et moyennes entreprises en tout cas. Je peux constater autour de moi que de nombreux dirigeants manifestent un vif intérêt pour l'analyse et les combats que vous menez. La vie nous à mis là, dirigeants, mais aussi citoyens. Une partie de ceux que je connais et moi de même sommes en voie de vous apporter nos voix dans cette élection.

    On en a plein le cul de tous ces pieds nickelés incompétent bouffis d'auto suffisance à la tête du monde économique et politique. Y en a marre de cette destruction du système social ! Cette pression économique qui méprise l'Homme et la nature nous sommes bien placés pour savoir qu'elle devient intenable et totalement absurde. Oui au rétablissement de la retraite à 60 ans pour tous, des retraites dignes, d'autres conditions de vie, aux congés, à la baisse du temps de travail, ne lâchez pas, ne lâchez jamais.

    Merci, vos discours, vos meetings, vos interventions sont de vrais bol d'air, continuez, ménagez vous, votre santé, et encore une fois MERCI. Vous interpellez avec la raison ! Bravo !

  3. 3
    jeanmarc dit:

    A propos du MES; dans mon département, on n'a que des députés UMP; j'ai envoyé l'information à 20 personnes et déjà on me demande l'adresse des députés; il y en aura au moins 2 qui vont recevoir la lettre

  4. 4
    Elisabeth_29 dit:

    Bon, ben finalement, je n'étais hors sujet...
    Quant à la réponse du CSA, malheureusement elle ne laisse présager rien de bon !

  5. 5
    Menjine dit:

    Vous devriez suivre les conseils de Platon et faire "un long détour philosophique", pour incorporer ce que vous avez à nous dire et ne pas vous user par trop de décryptage des émissions TV et des journaux, mais lisez encore et toujours Victor Hugo, Montaigne, La Boëtie. Vous gagnez nos esprits, nos coeurs, par votre flamme et votre lucidité. Les barrages qu'ils vous font qu'ils nous font, nous allons les briser tous ensemble.
    Ménagez-vous, votre équipe de campagne, tous les militants peuvent abattre le "sale boulot" de la lutte contre ces médiocres hargneux. Vous, éclairez la route du peuple, et encore une fois ménagez -vous !

  6. 6
    cazabeau dit:

    @ariane Walter (1)
    "On en a plein le cul de tous ces pieds nickelés incompétent bouffis d'auto suffisance à la tête du monde économique et politique."

    Non, ne laissons pas croire au peuple que ces belles personnes parfumées sont incompétentes. Elles sont les bras armés des théories économiques de l'école de Chicago: Max Weber "l'anti Marx"; Joseph Schumpeter; Milton Friedman "l'anti Keynes" dont la politique économique a été mise en laboratoire au Chili; Friedrich Hayeck "le croisé du libéralisme" et bien d'autres encore. Non, ce ne sont pas des crânes d'oeufs, ils sont élevés dans nos grandes écoles à cette bouillie. Et ils diffusent et infusent. Ils faut les combattre avec d'autres théories et il en existe: Les économistes attérés en font partie. Ils ont aussi leurs théoriciens à nous de les faire connaître: Il n'y a pas que Marx, il y a aussi ses disciples !

  7. 7
    Vincent Nonnenmacher dit:

    Vous le faites si élégamment et a demi-mots, mais je ne prendrais pas les même précautions oratoires, qui démontrent le réel pouvoir de nuisance de ces "nouveaux chiens de garde", à regarder entre la rencontre de Grenoble, l'ancien reportage sur la conférence des journaliste et cette rencontre avec la rédaction de libération, il me semble évident a ses attitudes pendant que vous parlez que Mr Demorrand vous déteste "visiblement".
    C'est bien sur subjectif, il faudrait une expertise pour le confirmer, mais il regarde ailleurs, manifeste son inattention voir une pointe d'ennui, pour moi c'est une démonstration d'hostilité "ouverte"
    Loin de moi l'idée de généraliser (quoique :-)), mais n'est-ce pas la une marque de fabrique née du creuset France Inter : "L'indifférence" ou "La déférence" c'est au choix, qui sous un même masque affiché de liberté, pratique le déni et la ré-écriture systématique de vos interventions, ne gardant que ce qui pût être retenu à charge ou caricaturé facilement.
    On retrouve exactement la même opération de distorsion de la réalité comme subie lors du TCE de 2005. Ces mêmes dénégations offusquées de leur objectivité face à la critique, grâce soit rendue à Daniel Mermet qui fait œuvre de salubrité dans cette maison.
    Face à ces distorsions, la seule parade que nous essayons tous avec vous c'est de montrer les faits "de la vrai vie" et le côté "illogique" de leurs positions en contradiction avec cette indéniable réalité, la notre!
    Votre humour est pédagogique et imparable en ce domaine, soufflez bien tout de meme, vous etes plus percutant detendu et continuons tous ensemble.

  8. 8
    pascalgauche dit:

    Cette invitation place de la Bastille le 18 mars est une très bonne idée! Une grande journée militante et politique. On va voir notre vrai nombre, on va pouvoir se compter vraiment!
    Et le masque des sondages et des médias va tomber!(le vrai media c'est nous!)
    Ensuite, un peu plus tard, tombera le mur de la finance.
    Que ce 18 mars soit une démonstration de force, un rassemblement monstre (gentil, le monstre car solidaire !)
    bises

  9. 9
    Mariano dit:

    Quel plaisir de retrouver votre plume, c'est toujours un moment de bonheur de vous lire mais aussi de découvrir les commentaires de tous nos amis. Votre blog c'est notre "Libé" à nous. Malheureusement, toutes ces entraves au pluralisme ne sont pas un scoop pour qui suit la campagne de près et cherche à comprendre les enjeux. Je n'ai plus de télé depuis belle lurette et m'apprête à débrancher la radio définitivement. Il n'y a rien à espérer de ce côté-là, si ce n'est peut-être une colère grandissante ! Je ne sais plus qui disait que la liberté dépend de la longueur de la chaine. J'ajoute que chaque jour on nous enlève un maillon. Que se vayan todos y arriba el Front de Gauche !

  10. 10
    pascalgauche dit:

    A propos des médias et de la radio: Télérama qui titre "France Inter radio libre !" avec le beau sourire de Mr Val ! Mieux vaut en rire.

  11. 11
    Arnold Lane dit:

    « Chaque homme, chaque femme, se demande quoi faire de juste, quoi faire de droit, pour le pays et pour tous les autres. Car la classe sociale la plus nombreuse, la classe sociale la plus nombreuse c’est celle des salariés, celle des travailleurs. Et eux, ils n’ont pas de patrimoine à protéger, qui guiderait avant toute chose leur choix de bulletin de vote. Ils ne votent pas d’après leur compte en banque, leurs comptes d’épargne. Ils votent d’après leur cœur et d’après l’idée que ce qui doit être fait. Ce qui est juste, c’est ce qui est bon pour tous. En cela la classe ouvrière est la première classe d’intérêt général du pays et c’est la classe républicaine ! C’est elle qui porte l’intérêt général ! »

    L'intervention du Blanc-Mesnil, bien que moins médiatisée, élargie encore un peu plus le propos !
    J'adhère pleinement à ce passage introductif et me retrouve totalement dans la lettre de Jean-Pierre du TGV.
    Vincent a raison. Les idées que vous défendez sont universelles. Nous ne somme plus dans le discours catégoriel. Il est illusoire de croire à son petit bonheur au milieu du malheur généralisé (et à un Etat de plus en plus policier pour maintenir le couvercle sur la marmite qui bout). Ce n'est pas de la naïveté, mais du simple bon sens. En cela, nombre de "favorisés" peuvent nous (vous) entendre ! Et nous rejoindre !
    C'est d'ailleurs ce qui est en train de se passer.
    L'Humain d'abord !

  12. 12
    jp dit:

    Au prochain "référent d'hommes", nous serons des millions à te remercier !

  13. 13
    Poing rouge dit:

    Pour nous internautes qui avons suivi cette extraordinaire semaine "d'Assemblées" à Villeurbanne puis à Montpellier : nous étions presque déçus qu'il n'y ait pas de retransmission le jeudi au Blanc-Mesnil :-(... c'était de grands moments d'éducation populaire. Et on jetait un coup d’œil sur le compteur des connections : 1500, 1800, 2700, 4500 ! Pouvoir vivre en direct cela. Il faut absolument poursuivre l'expérience du streaming.

  14. 14
    mimi24 dit:

    Dans l'audiovisuel,c'est le service publique,Mr Mélenchon,qui domine et ces radios et télévisions publiques sont controlées par le chef de l'état qui s'est arrogé le droit de nommer lui- mème les directeurs de ces médias.
    Dans le programme du Front de Gauche je n'ai pas vu de réformes pouvant éviter cela à l'avenir.Hors,l'indépendance des journalistes est une condition indispensable à la démocratie.Aux USA,c'est écrit dans le 1er article de leur constitution.Ce qui explique par exemple que les journalistes"osent" poser x fois la mème question à un homme de pouvoir récalcitrant.En France aucune loi ne les protège et ne garentit leur indépendance

  15. 15
    Thierry dit:

    On fait le boulot. On continue. Nous sommes lucides, nous voyons bien les forces en présence, et jusqu'au soir du 1er tour, nous ne changerons rien.
    Prenez soin de vous !

  16. 16
    Marie dit:

    Bonjour Monsieur Mélanchon !
    Un grand merci pour le travail que vous effectué auprès de nous, le bon peuple ! Merci d'être aussi bon pédagogue. Merci pour vos cours d'histoire qui nous éclairent. Merci d'être le porte-voix des silencieux, des soumis, des indignés. Merci pour nous redonner espoir. Merci de réveiller notre histoire de gens de gauche. Merci de nous faire cadeau de votre humanité, elle est si contagieuse !
    Surtout ménagez-vous. Bon week-end à vous et toute votre équipe !
    ¡No pasaràn!

  17. 17
    Francis dit:

    Bonjour M. Mélenchon,
    Bravo pour vos meetings ! Ils sont d'une clarté remarquable. La mise à disposition des vidéos (et maintenant les vidéos en direct), constitue vraiment un outil précieux pour diffuser le contenu du programme, le faire comprendre par le détail et tout cela avec beaucoup de pédagogie. Encore merci, car pour nous aider et prendre le relais sur le terrain nous avons vraiment besoin de ces explications et de cette énergie.

    Je serai plus réservé sur le temps que vous passez à démonter (à juste titre) les comportements de tant de médiacrates (à ce propos, je conseille à tout le monde d'aller voir le formidable film "Les nouveaux chiens de garde"). Il est évident qu'ils en tirent avantage ; cela fait parler d'eux (cela fait du "buzzzz" !) mais surtout cela vous coûte de l'énergie et du temps. Je pense que le temps joue pour le Front de Gauche car la montée en puissance de son message fera bientôt taire tous les mal-disants.
    Bon courage !

  18. 18
    gabriela dit:

    Je vous remercie du fond du cœur la partie que vous dédiez dans votre billet aux femmes. La lecture de cette parti c'était émouvante. Avoir de la profondeur idéologique, de la force du caractère et en plus, de l'humanité sincère que vous avez ce n'est pas facile à trouver. Cela dit, je crois que ce que la presse fait est déjà bien claire pour tout le monde. En effet, cela ne va pas s'arranger, comme vous bien le dites. Mais il y a une chose à faire pour obliger à parler de nous: être chaque fois plus nombreux. Imaginez vous les images qu'ils devront afficher lorsqu'on prendra la Bastille.
    Croyez vous que au Venezuela en Équateur, en Bolivie, etc était différemment? Je vous invite a regarder ou lire l'exposé de Correa au CELAC, il a parlé exactement de cela avec preuves à l'appui et je me permet de signaler qu'il est président et que les attaques qu'il subit son encore pires que ceux faites à votre encontre. Comme quoi, même après avoir gagné c'est toujours compliqué.
    Je sens que vous êtres très affligé pour le traitement que la presse vous resserve, je ne le serais autant. Ça vous prend de l’énergie, à un coût trop élevé pour vous. Ne vous laissez pas vampiriser. Je crois que si vous, chaque fois que vous le pouvez, continuez à parles aux gens comme vous le faites, comme les minutes qui vous avez sont si précieux, vous profitez mieux que d'autres. Nous montons malgré eux, et cela continuera comme cela.
    Hasta la victoria compañero

  19. 19
    j-jour dit:

    J'apprends dans cette vidéo sur le blog du Mexicain mis en lien que l'Est-Républicain a fini par se fendre d'un petit article où il vous assimile à un "bateleur".
    Monsieur Mélenchon, même si leurs intentions étaient sans doute loin d'être emphatiquses, le Bateleur c'est la carte numéro un du Tarot de Marseille, celle au chapeau en forme d'infini, une carte, éminemment positive, signe du commencement de choses nouvelles.

  20. 20
    Lupi jean-claude dit:

    @ Vincent
    Il est vrai que des petit patron, des petits entrepreneurs sont sensible aux thèses du FdG mais êtes vous près à vous faire connaitre et à soutenir publiquement le mouvement de reconquete sociale et économique que Jean-Luc Mélenchon et toutes les équipes FdG mènent en provocant des rèunions dans vos reprsentations du type capeb ou autres. Les salariés de vos entreprises sont souvent vos clients et ainsi va la vraie économie. Si vous croyez en ces idées humanistes n'hésitez pas à le faire savoir montrez vous dressez vous aupres de vos ouvriers et montrez vous.

  21. 21
    Gérard TRECANNE dit:

    Comme beaucoup je suis inquiet des attaques faites aux derniers droits des salariés. Je le dis et le redis aux jeunes de l'entreprise où je travaille. Sans votre participation tout ce que nous et nos ainés ont conquit va disparaitre. Par petit bout on nous enlève tel ou tel avantage qui pris séparément semble dérisoire. Mais l'employeur tire sur le fil, défait avec application la pelote. Je suis un "sénior" et on me demande de travailleur comme à 30 ans et même plus sans utiliser toute la richesse de mon expérience. Et les collèges disent "A quoi ça sert de vouloir travailler mieux" a être un homme digne jusqu'au bout.
    J'étais au meeting de Montpellier. J'y ai apprécié deux choses : que jl Mélenchon parle à notre intelligence et qu'il se présente pour des idées et non pour sa personne.
    Merci !

  22. 22
    bertrand dit:

    La Bastille le 18 mars, j'ai hâte.

  23. 23
    Phil68 dit:

    Nicolas Sarkozy s'est dit opposé à la légalisation de l'Euthanasie active (alors que 92% des français seraient pour, Source ici). Et vous ?
    Christine Boutin à déclaré sur France 5 que son ralliement à Nicolas Sarkozy en 2007 a été conditionné à son refus du mariage gay et de l'euthanasie active. Visiblement, le scénario se répète en 2012.

  24. 24
    LR dit:

    Merci pour tout, pour vos meeting, pour votre énergie, votre pédagogie cette belle et grande campagne. Tous ces efforts payeront, soyez en sûr.
    Bon courage et prenez soin de vous!

    L.R.

  25. 25
    jean 76 dit:

    Non on lache rien, c'est ce qu'on as dit a devant Bernard Thibaut secretaire conféderal de la cgt devant Petroplus ce vendredi ! oui nous étions peut etre 2000,2500 ! un vrai metting en plein air sous le gel et dans la neige!
    Le referendum sur les chomeurs, faut demonter l'idée, car combien de salariés aimeraient faire une formation avant d'etre licencié, de façon a esperer retrouver un boulot!
    Et puis le fait que sarkosy annonce lui méme des reprises de boites, c'est inquiétant, éléctoral !
    Et oui faut le dire sous le front des luttes çà chauffe, rendez vous pour les normands et picards au Zenith de Rouen,Jean-Luc Mélenchon y vient le 6 mars à 18h30! On peut acceuillir 4000 personnes osons!

  26. 26
    polnareve83 dit:

    Bravo pour le magnifique travail que vous menez. Quel combat !
    De toute facon vous etes vraiment le meilleur.
    Quel talent! Quelle force! Continuez a parler haut et fort.
    Courage tout va exploser ce n'est pas possible que la societe continue comme cela, sur des bases aussi injustes. Alors simplement un mot: merci de nous faire revivre et recroire.

  27. 27
    anna dit:

    Afin d'intéresser plus d'enseignants au programme du Front de Gauche ne pourriez-vous insister sur quelques mesures qui changeraient l'école. Merci infiniment de l'énergie et de l'espoir que vous communiquez.

  28. 28
    Elmalan dit:

    Aujourd'hui 11 février 2012, le journal Le Progrès qui a observé un mutisme assourdissant (j'aime l'oxymore) sur le meeting de Villeurbanne nous offre une séquence de rattrapage. Certes bien modeste mais quand même. Décidément il se passe vraiment quelque chose d'important en profondeur dans la société. Au point que les plumitifs qui sont persuadés de faire l'opinion, se trouvent bien maris. Le fantôme de 2005 revient les tirer par les pieds.Hasta la victoria siempre.

  29. 29
    Dany dit:

    Et sur France Inter, chez Pascale Clark, un chroniqueur vous a qualifié de "phénomène de foire" ! Et l'émission s'appelle : "Comme on nous parle". Ben, tiens....
    Pendant ce temps, Sarkozy mène la même campagne qu'en 2007.
    C'est à dire (à mon humble avis) : dire n'importe quoi (referundum sur les chômeur, du délire...), choquer, créer de la polèmique et occuper l'espace médiatique et mobiliser ses chiens de garde qui ne manquent évidemment jamais de relayer la voix de son maître. Et la classe politique de réagir en boucle sur les plateaux, et de servir de vaseline à sa stratégie, etc.
    Stragégie politique Sarkozy très... adroite !

    Depuis deux ans, je passe beaucoup de temps à vous lire et vous écouter. Mon choix de vote est fait depuis belle lurette : je voterai pour vous. Pour qui d'autre ?

  30. 30
    OdP dit:

    En ce qui me concerne c'est la situation grecque qui me désespère.
    Bien sûr le peuple et les élites locales ont une responsabilité considérable dans la situation lamentable dans laquelle se trouve ce pays, ce qu'on leur inflige ressemble tout de même à une punition bien sévère.
    Ils n'auront pas d'autre choix que de passer par des ajustement drastiques - tout simplement parce que le pays est en faillite, mais ne peut-on pas organiser un mouvement de solidarité financière via, par exemple, une souscription à l'échelle de l'Europe.
    Evidemment, cela ne résoudra pas leur problème mais leur montrera un autre visage que celui, particulièrement sévère, de la troïka. Que fait le FdG pour ces pauvres Grecs?

  31. 31
    Arnaud dit:

    Jean-Luc, tu gères graaave !

  32. 32
    Malène dit:

    Merci pour "tout ça", c'est bon de retrouver l'espoir !
    Je te signale une "coquillette"...
    "l'UMP l’a fait voter à l'Assemblée dans la nuit de mardi 31 janvier à jeudi 1er février." : ça fait une nuit un peu longue, non ?
    Allez, on lâche rien ! bon courage

  33. 33
    ugolin dit:

    A noter que ces particulièrement tordus de France info s'associe au monde pour annoncer, sur l'antenne même de radio france, un Mélenchon voisin de Le Pen. Autre pas droit M.Barthes qui annonce un mensonge du candidat du Front de gauche à propos des temps d'antenne, avec une réthorique de menteur éhonté. Les exemples de la sorte pleuvent et je ne suis pas d'accord avec notre candidat quand il attribue cette mauvaise foi aux seuls dirigeants des médias. Les journalistes n'auraient plus d'éthique et de courage?

  34. 34
    jmdest62 dit:

    Les Grecs se révoltent. Attention au retour des "Colonels" car le budget de l'armée n'a semble-t-il pas souffert du "problème de la dette". Méfiance, ils sont capables de tout, surtout du pire.
    @+

  35. 35
    Sergio dit:

    @ Jean-Luc
    Reprends des forces en acceptant de te reposer. Ton travail est admirable et tu es en train de faire renaître la Gauche et l'Espoir en France pour une bonne période. C'est vrai que la fatigue rend moins "fluide" pour te citer sur Montpellier et que l'on, compense alors par des interpellations parfois un peu crues du public : "vous comprenez?".
    Bref : Bravo à toi et à tous les militants du Front de Gauche ; on va peut-être tourner une page après des décennies de cauchemar.

    @arnold lane
    Deux remarques : lorsque tu rappelles cette vérité que l'on ne peut être dans "son petit bonheur" dans un océan de malheurs, je voulais simplement rajouter que même le petit bonheur devient difficile. En-dehors de la conscience morale des favorisés comme tu les nommes, il y a l'impossibilité la très grande majorité des hommes (et des femmes, cf le témoignage de JL au foyer de Bastille) d'être pour des raisons matérielles à peu près tranquilles, sereins et heureux.
    Pour le discours dépassant le "catégoriel" aussi, je pense qu'il faut être prudent. Le discours de JL est universel, républicain, rassembleur pour sauver l'économie réelle et les sociétés, mais c'est, comme il l'explique lui-même parce qu'il est un discours de classe. L'intérêt général est porté par la classe ouvrière, prolétaire, travailleuse ou salariale, parce qu'elle vise l'émancipation et l'amélioration des conditions de vie de tous.
    La lettre de "jean-Pierre-du-tgv" qui vend et rachète des sociétés est étonnante parce qu'elle montre une question morale mais aussi sociale concrète que l'on croit à tort toujours hors de sa caste :"l'avenir de mes enfants". C'est bien celle que se pose sans complexe en revanche toute la classe ouvrière.

  36. 36
    Charles dit:

    @ugolin (33)
    Sur l'éthique et le courage, va faire un tour sur Libé, voir ce qu'ils disent de la manif anti-ACTA de cet après-midi, et tu l'auras, ta réponse! C'est une honte, deux lignes pour décrire vaguement de quoi il retourne, et le reste pour insister sur les masques anonymous, au point que l'un des commentaires était: j'ai rien compris, il veulent quoi ces gens-là qui protestent !
    Merci m'sieur Mélenchon, et ménagez la monture, qu'on puisse aller le plus loin possible!

  37. 37
    Michel S. dit:

    Il est devenu maintenant indispensable que des explications pratiques extrêmement précises soient faites par J.L.Mélenchon sur les conséquences et les moyens envisagés pour faciliter le passage à 1 700 € bruts pour les petites entreprises. Il faut absolument tranquiliser ces petits patrons qui sont tout autant écrasés que leurs salariés par les donneurs d'ordre ou les grandes surfaces qui les prennent à la gorge sur les prix. C'est aussi le problème des petites et moyennes exploitations agricoles. Il est urgent de diriger le tir sur ce terrain là, les réactions seront certainement plus spectaculaires qu'on ne le croit.

  38. 38
    cogilles dit:

    Bonjour Monsieur Mélanchon
    Superbe campagne d'explications pedagogiques comme c'est bon a entendre vos discours.
    Je viens encore de vous ecouter sur France 3 Herault.
    Vous parlez des legislatives, il est certain que le resultat des élections des representants du peuple a l'assemblée nationale est aussi primordial pour la suite et la concretisation du programme du Front de gauche fait partie du rapport de force a créer au même titre que les luttes sociales cela permet de graver les acquis dans la loi.

  39. 39
    Aab dit:

    "Mais puisqu’elles sont en place, alors qu’elles fassent appliquer la loi comme c’est leur mission et comme la loi elle-même le prévoit."

    M.Mélenchon semble être un grand naïf (je l'ai été moi aussi), il semble croire que les lois sont respectées, et ce de manière égalitaire, pour tout le monde. La vérité est que les lois institutionnelles sont constamment bafouées, surtout en faveur des notables, bourgeois et autres acteurs économiques, et en défaveur des chômeurs, précaires et autres individus ne valant rien aux yeux des notables qui font la justice, et qui sont souvent aux ordres des orientations politiques et budgétaires des "élites" gouvernantes, qu'ils ont eux-même adoptées comme référents à leur propre pratique judiciaire. Et oui, c'est triste à dire, à lire et également à entendre et à écrire, mais il n'y a aucune justice donc aucune solidarité dans cet enfer extrémiste et d'ignorance aveugle qu'est cette fantasque démocratie aux allures de dictature d'opérette. La révolution française est morte en 1789, corrompue dans ses fondements mêmes. Nous en récoltons aujourd'hui les fruits bien amers, ainsi que la faibless et malhonnêteté intellectuelle, qui est aujourd'hui au coeur de notre société.

  40. 40
    Bilou dit:

    Bonsoir M. Mélenchon,
    Je suis avec intérêt votre courageuse campagne. Je remarque comme vous les espaces et les vrais-faux journalistes qui ne vous sont pas favorables. Les résultats des sondages qui ne sont que partiellement repris par les médias, le front de gauche est oublié. C'est probablement la preuve qu'il dérange. Une journaliste de France Inter Claire Servagent a donné "votre score" 8,5% dans son journal de 13 heures, un jour de cette semaine, c'est rare. A la hausse.
    Comme vous le suggère un précédent intervenant ne dépensez pas trop d'énergie à répondre à tous ces détracteurs, manipulateurs, journalistes serviles. Laissez-les baver. Défendez vos idées, votre programme, c'est l'essentiel.
    Adoptez parfois un ton un brin plus souple, il rendra votre propos plus audible par certains électeurs potentiels. Il suffirait de peu chose pour vous faire mieux entendre.
    J'apprécie tout particulièrement toutes ces informations de terrain qui sont présentées sur votre site. La vie des entreprises, la vraie. Celle que les journaux télévisés, soporifiques et manipulateurs, ne raconte jamais.
    Je vous soutiens de tout coeur. Bon courage et tenez bon.

  41. 41
    JCM dit:

    @ Odp 30 17h54
    Pour ces pauvres Grecs, le FdG se bat pour ne pas être éliminer au 1er tour et être élu au 2 ème. Le FdG pourra aider le peuple grec à retrouver sa dignité.

  42. 42
    parrot franck dit:

    Monsieur,
    Je partage complètement l'essentiel des idées que vous défendez, que ce soit sur le plan économique et social ou sur le plan humain, et je pense que le témoignage de Jean-Pierre, cet avocat d'affaire, révèle, en dehors de son caractère émotif, que la conscience doit être celle du coeur...

  43. 43
    Un libertaire dit:

    J'ai déjà regardé votre discours de Villeurbanne, magnifique. La citation des Misérables, magistrale. Dans les prochains jours je regarderais celui de Montpellier. La Révolution arrive, nous le sentous tous. Nous connaissons déjà ses deux prochaines étapes: demain 12 février, en Grèce, le peuple fera tomber Papademos et la Troïka, et après c'est le 18 mars, à la Bastille. Interdiction de tous les licenciements !
    Vive la Commune ! Vive la Révolution socialiste !

  44. 44
    Arnold Lane dit:

    @ Sergio
    Nous sommes bien d'accord.
    Lorsque je parlais de discours catégoriel, je ne visais pas spécialement JL, mais plutôt ces partis qui travaillent, tels des Chefs de Produits, une clientèle (l'affaire Terra Nova en est une bien belle illustration). Je constate d'ailleurs avec satisfaction que, depuis quelque temps, notre candidat s'adresse aussi aux cadres, quand d'autres cherchent à les opposer aux employés et ouvriers. Même si, effectivement, toutes les conquêtes sociales sont toujours venues de ces derniers. Au prix fort.

  45. 45
    citoyenne21 dit:

    @JCM (41)
    Oui il n'y aura pas que le peuple français qui verra son sort considérablement amélioré si le Front de Gauche l'emportait et sans doute le peuple grec espère beaucoup de cette issue positive pour la France et qui nous permettrait de les sortir de là. Déjà rien qu'aux dires des citoyens belges qui passent ici et qui regardent avec attention en direction de la France, on peut sentir très fortement qu'ils nous envient notre digne représentant. Imaginez la contagion dans tous les pays malmenés si nous gagnions ces élections !

  46. 46
    jean ai marre dit:

    @ JL Mélenchon
    Anti-immigrés, anti-chômeurs, la division et la haine partout pour tous. Réplique :

    Jean-Luc, vous portez bien haut le drapeau de la France, la belle, la rebelle. Cette France de demain qui veut mettre l'humain au centre de ses préoccupations, innovante, créative, respectée. Cette France qui veut résolument tourner le dos à la France d'hier, fait de mercantilisme, d'individualisme. C'est vous, qui avec le Front de Gauche représentez l'avenir, l'espoir et la modernité. Nous sommes avec vous, à vos cotés, derrière on ne voit rien. La France d'hier, le vote d'hier, la peur d'hier a vécu. Vouloir opposer les français entre eux, classe moyenne contre classe populaire, sur fond de référendum démagogique sur le chômage. Choix de société nullement consenti par la discussion démocratique, mais imposée par l'idéologie dominante de la pensée unique.
    Vive la VI République et ses valeurs démocratiques.

  47. 47
    Antigone34 dit:

    Les médias ou les chiens de garde, le sont : du capital et des capitalistes et ils sont très bien payés pour. N'oublions jamais ça. Eux sûr, ils ne lâcheront jamais. Voir, le chili d'Allende, la presse lui a savonné la planche tout du long jusqu'au coup d'état, voir Chavez ou Correa ou Morales; la presse tous les jours les attaque avec des chaînes de télé, des radios et des journaux. Sans compter les satellities étasuniens. Voilà pourquoi Chavez a dû créer Telesur pour contrer CNN. Chavez répétait : Qué paciencia ! qué paciencia con ellos! alors que la presse et la télé montaient en pression et appelaient ouvertement au coup d'état et "al magnicidio", à le tuer,
    Alors JL Mélenchon et nous tous, nous allons êtres dénigrés et plus nous monterons, plus nous seront divisés par eux, salis et je vous raconte pas, si on gagne, ça va être terrible.
    Donc Il faut développer nos médias. Attactifs, intelligents, quand JL Mélenchon, nous lit les misérables (Chavez faisait pareil d'ailleurs) il ouvre une brêche et montre la voie, si on s'élève, ils ne nous atteindront plus. Streaming pour s'informer, et le net, et les liens que vous postez tous et les rencontres, multipliez les universités populaires, Avec Chavez les gens allaient plus aux cours du soir gratuits ou aux réunions (très) nombreuses en démocratie participative (certaines femmes avaient carrément déserté le foyer tous le soirs, pour les mutiples tâches qu'elles avaient à faire pour leur communauté). Enfin c'est ça la révolution, on ne reste plus enfermés à écouter un journaliste nous monter comment vivent les autres : on vIt soi même !

  48. 48
    Nafissatou dit:

    MES: pour une lettre type à envoyer à votre député, UMP, PS, autres, quelle importance? Les UMP ne sont pas très farauds ces temps-ci.

    Rassemblement 18 mars: je renouvelle mon appel aux contrôleurs SNCF pour une grève du zèle qui permettrait aux provinciaux de monter à paname à peu de frais...

    JL: vos 3 meetings furent passionnants. J'étais à Villeurbanne, dans la "soute". Émotions très fortes au milieu de tous vos supporters, aux origines sociales beaucoup plus variées que vous ne le pensez. Vous êtes un féministe hors pair, continuez dans ce registre!
    En revanche, votre blog trop orienté contre les médias m'a un peu ennuyé. Je pense que l'actualité grecque à laquelle il est difficile de comprendre grand-chose illustrerait beaucoup mieux les forces du programme du FdG.? S'il m'intéresse, c'est justement pour une alternative réaliste à l'austérité. Je pense aussi que la solidarité vis à vis du drame grec est la moindre des choses. Le peu de couverture télé dont il bénéficie (et là, cela me parait grave), me pzaarait suspecte§
    Bien à vous tous

  49. 49
    lepierrot dit:

    Ne manquez pas ce soir à 19 h sur canal + dans "salut les terriens" Alexis Corbière.

  50. 50
    marianne du 76 dit:

    Opposer les chomeurs, les imigrés, c'est jouer dans la cour du Front national, a coté de çà nous on se bat pour un salaire minimum de 1700 euros, pour 35h, un service public de qalité, un retour à la securité sociale de 1945! Et oui si on le dit pas personne le dira!
    Il faut demander l'abrogation des reformes faite sous sarkosy, (retraite a 62ans, niches fiscales, privatisation de la poste, edf gdf, ouvertures des frontières.)
    Puf on a notre meeting a Rouen le 6 mars à 18h30. Venez nombreux,on doit faire mieux que mme Le Pen (1000) et on doit faire un bon score au 1er tour et en juin 2012, il y urgence!

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1118 »

Blog basé sur Wordpress © 2009/2013 INFO Service - V4
Générateur de miniatures