02mar 11

Le remaniement, le Front de Gauche et l'autre gauche, la révolution citoyenne ici et là-bas, la Lybie.

Retour en force

Ce billet a été lu 23 389 fois.

Cdiv-insousciance03ette note tardive prouve qu’il est aussi dur de partir en congés que d’en revenir sur tous les fronts où l’on a sa place. Dans une semaine criblée de déplacements et de débats, s’installer au clavier n’est pas simple. Ici, je parle du mouvement des idées à gauche, du remaniement, des cantonales, de la Libye vue d’Amérique latine. Et d’Europe, juste un peu, car je prépare des lignes sur le sujet pour une prochaine occasion très proche.

Un grand merci à Insousciance qui illustre aujourd'hui ce billet.

Dans le champ des idées, à gauche, les nôtres avancent. Nos mots, notre vocabulaire, nos slogans progressent. Je le constate par exemple quand je vois Martine Aubry reprendre l’idée du salaire maximum. Bien sûr ce n’est pas vraiment la même chose, c’est limité au secteur public « pour commencer ». Bien sûr, bien sûr. Mais peu importe ! Personne n’y voit que du feu. Le mot d’ordre reste et il infuse dans toutes les têtes. La logique des partageux remplace alors petit à petit le chacun pour soi libéral. Quand les Verts retirent la signature d’Eva Joly du « manifeste de la diversité » c’est le signe que les idées confuses sur la laïcité différencialiste ne peuvent plus être assumées à gauche. Surtout quand au même moment la droite croit battre en retraite en passant du débat sur la place de l’islam à un débat sur la laïcité. Pseudo reculade qui va aggraver sa positidiv-insousciance02on car elle nous permet de passer à l’offensive avec notre proposition de loi générale sur le thème. Qui à gauche pourra continuer, contre nous, à être dans l’entredeux qui a facilité tous les désastres sur le thème dans la période précédente ? Tout concourt à présent pour que nous nous installions dans le paysage et que notre alternative soit non seulement entendue mais un point de passage obligé. Selon moi le pic strauss-kahnien est passé. Ce n’est plus autour de ce corpus idéologique que va se construire le discours dominant à gauche. Notre bagarre a payé. La brèche va s’élargir.

Le remaniement est déjà si largement commenté qu’il est possible de n’en retenir que l’essentiel. C’est un aveu de faiblesse terrible et un formidable mauvais départ. La faiblesse c’est de devoir remanier trois mois après l’avoir déjà fait et pour toucher au cœur du dispositif puisque les ministères régaliens sont en cause. La faiblesse c’est de montrer qu’on n’a plus en réserve que les vieilles barbes de l’ancien régime chiraquien pour faire face. Aucun talent nouveau et une femme de moins. Les chaises musicales sont des chaises roulantes, en quelque sorte. Le mauvais départ c’est d’avoir à faire cet aveu de faiblesse pour commencer une séquence. C’est aussi d’avoir pour projet un règlement de compte interne visible comme le nez au milieu de la figure. Juppé super star est là pour ringardiser Fillon devenu un suppléant qui menace le titulaire président. Donc ils vont se battre. Ca ne va rien arranger. Mais le vrai mauvais départ c’est d’avoir pour horizon une baston entre soi quand il faudrait une nouvelle feuille de route avec un calendrier. Au prochain choc il faudra tout recommencer. Donc au lendemain des élections cantonales, peu ou prou, il y aura de nouveau du mouvement. Car les cantonales vont être un désastre pour l’UMP. Alors la situation sera la suivante : pour surnager dans une raclée électorale, un équipage de radeau de la méduse : un président au fond des sondages, un premier ministre pas vaillant et bien marqué à la culotte, des députés UMP démoralisés et rageurs préparant des reclassements professionnels. Sans oublier les coupe-jarrets en embuscade, dont les rangs se grossissent à présent des ministres éjectés. Dans n’importe quel pays, à n’importe quelle période tout cela ne mène pas loin. Mais dans le contexte dépressif du moment c’est tout bonnement intenable. Le système tout entier « tient par la peinture » comme on le dit des bâtisses délabrées.

Voyons notre situation. Le premier tour des élections cantonales aura lieu pour nous aussi dans un mois. Nous avons dit que nous voulions en faire une répétition générale du premier tour de l’élection présidentielle. C’est une autre façon dediv-insousciance06 dire que nous voulons politiser le débat. Il n’est pas dit que nous y parvenions. On voit bien la difficulté. Pour l’instant l’esprit critique de la masse de la population s’exprime par une défiance et un lâcher prise général à l’égard de cette élection. Ce n’est pas seulement qu’elle est très mal connue, peu annoncée et peu animée par la droite et par le PS. En fait, ce que l’on appelle « la politique » a beaucoup souffert des dernières frasques gouvernementales et des épisodes de communication, vides de sens, du candidat surnaturel du PS et de son « parti-qui-travaille ». Je ne crois pas non plus qu’à cette heure nous ayons créé le mouvement, en dépit du fait que les nôtres semblent souvent être les seuls en campagne sur le terrain. Comment le pourrions-nous, seuls contre tous ceux qui ont intérêt à ce que cette élection ait le moins de sens possible. Reste que c’est un enjeu pour nous que cette élection. Donner un coup de massue à la Droite est essentiel. De là peut partir la débandade qui peut emporter ce système devenu cette fois-ci si bancal et si mal ancré au sol. Mais comme notre objectif est de plus longue portée, l’essentiel est d’être là, repérable comme une alternative, inspirant de la confiance et de la force. Car si le vent tourne de la résignation à l’action, tout ira vite. Très vite et très fort !

D’où l’importance de présenter un maximum de candidatures sous le timbre du Front de Gauche. Notre objectif affiché d’un score à deux chiffres n’est réaliste que dans ce cadre politique ! C’est ce qui se passe. La discussion a été parfois tendue ici ou là, mais en vérité, pour l’essentiel, tout a été bien plus simple qu’on nous l’avait annoncé. Une fois de plus il n’y a pas eu de drames irréparables. Au contraire. Plus de 1600 candidats porteront les couleurs div-insousciance01du Front de Gauche pour 1976 cantons renouvelables en France métropolitaine. C'est-à-dire 81 % des cantons concernés. Pour toute la France il n’y a que sept cantons où il y aura à la fois un candidat du PCF et un candidat du PG. La proportion d’accords réalisés est donc supérieure même à celle que nous avions constatée pour les élections régionales. Pourtant la difficulté aurait pu être bien plus grande. En effet contrairement aux régionales, en raison des statuts du PCF qui renvoient toutes les décisions concernant ces élections à l’échelle départementale et parfois même cantonale, rien ne pouvait être réglé par un accord national, ni par l’intervention de la coordination nationale des trois partis. Le résultat est quand même là. Deux raisons expliquent cela. D’abord ce fait qu’après trois élections, la stratégie du Front de gauche est devenue « naturelle », c'est-à-dire évidente pour les militants des partis qui le composent. Ensuite dans la plupart des cas, nos comités locaux ont su faire les compromis nécessaires pour boucler des accords. Mes camarades du PG y ont leur part, et ce n’est pas la moindre. Le secrétaire national chargé de ce déploiement, Eric Coquerel, a accompli un travail de couture fine, autant que de besoin. Autre aspect très positif de ce dispositif: le Front de Gauche s’est élargi. Sur 85 à 88 départements où il devrait y avoir des candidatures Front de Gauche on note 40 départements à alliance avec des partis et mouvements qui étaient nos alliés aux Régionales : FASE, Alternatifs, Mpep… et même le MRC ! Mieux et plus spectaculaire : dans 19 départements il y a des alliances avec le NPA. Grand progrès par rapport aux élections régionales. Plusieurs d'entre eux s’inscrivent dans la lignée de « Limousin terre de Gauche », formule magique de l’union générale de toute l’autre gauche : Creuse, Corrèze, Haute Vienne bien sûr mais aussi Alpes de Hautes Provence, Hautes Alpes, Alpes Maritimes, Marseille Centre, Vosges, Yonne, Haute-Loire, Loire nord, Aude, Territoire de Belfort. Et partiellement l’Hérault. La ligne de splendide isolement de la direction du NPA se heurte sur le terrain à une puissante volonté d’unité de l’autre gauche.

En se tenant à l’étiquette politique des titulaires, on arrive à la répartition prévue au début du processus. 70 % des candidats sont proposés par le  PCF : 1150 environ. 13 % le sont par le PG : 207 candidats titulaires répartis sur 78 départements ce qui atteste de la bonne implantation de notre parti après deux années seulement d’existence. Le reste est proposé soit par  la Gauche Unitaire, la FASE, les Alternatifs et, comme dit, par le NPA. On compte également trois titulaires du MPEP, deux République et Socialisme et deux MRC. Trente titulaires viennent de mouvements et partis locaux. Quatre vingt sept titulaires sont des syndicalistes sans appartenance de parti qui s’ajoutent au nombre de ceux qui sont candidats et déjà membres de nos organisations. Enfin nous avions prévu en organisant notre travail en septembre dernier qu’ildiv-insousciance05 pourrait y avoir des exceptions possibles à la stricte indépendance avec le PS et Europe Ecologie – Les Verts. Notre Conseil National avait délibéré sur le sujet et réservé cette possibilité à des situations locales exceptionnelles.  Au final, il y aura des alliances avec EE-LLV dans 25 cantons, dont 7 avec des titulaires EE-LLV. Et, bien sûr, il y aura des candidatures communes de toute la gauche dans 10 cantons, là où il faut empêcher un deuxième tour catastrophe entre le FN et la droite.

Ces nouvelles détonnent sans doute dans une note de blog comme celui que j’anime puisque je refuse qu’il soit, de quelque façon que ce soit, une sorte d’organe officiel. Mais je les donne avec le souci du détail pour attester du travail patient et tenace que nous accomplissons, au Front de gauche. Nous construisons pour de bon une alliance sérieuse et durable, une offre politique cohérente et enracinée. Dans le même temps où tout cela se discutait sur le terrain, tandis que les campagnes se mettaient en place dans les cantons, les forums sur le programme se déroulaient en bon ordre. Ensemble, nous participions aussi à toutes les mobilisations sociales et politiques du moment. Et, par dessus le marché, chacun de nos partis tenait son propre calendrier de travail. Tout ceci est à prendre en considération par chacun de ceux qui s’interrogent. Je crois que notre sérieux et notre application au travail se lisent dans ces résultats. La discrétion de nombre d’épisodes, construits hors des projecteurs doivent nous permettre de rencontrer l’estime et les soutiens des gens sérieux qui savent ce que tout cela implique et signifie de constance et de détermination. Nous méritons la confiance que nous sollicitons et l’engagement que nous proposons. L’objectif de la construction d’un pôle de rassemblement unitaire de l’autre gauche progresse. J’entends déjà la liste de tout ce qui ne va pas. Soit. La perfection n’est pas dans nos moyens. Mais nous avançons. C’est cela qui compte. Reste à faire un résultat électoral marquant. Tous nos amis sont sur le terrain, sans barguigner, et se donnent sans compter pour y parvenir. Ensuite, si tout va de ce pas, nous bouclerons la trame du programme partagé et nous règlerons alors bien plus facilement la question de nos candidatures communes aux élections présidentielles et législatives. La tâche sera alors bien avancée et nous pourrons entrer dans l’arène flamberge au vent ! Si seulement le NPA voulait en être !

Car le fond de l’air est au « populisme » comme disent les belles personnes médiatiques qui n’ont rien vu venir et continuent à ne rien voir venir. M’insulter n’a rien donné. L’ambiance maghrébine et moyen orientale avec ses cohortes populistes qui commencent par des slogans aussi peu raffinés que « dégage » se prolonge par de nouvelles div-insousciance10mobilisations pour finir le travail de nettoyage des écuries d’anciens régime sur un air de « qu’ils s’en aillent tous ». La contagion maghrébine se fera. Elle a commencé. Ainsi de cette pétition à France télécom. A son initiative une équipe de bolchéviques hirsutes : la CFE-CGC-UNSA. Lisons son titre : « Lombard dégage !» Populistes ! Mélenchonistes ! Rappel : Didier Lombard fait partie des patrons pointés par mon livre « Qu'ils s'en aillent tous ! », page 61, pour ses 1,7 millions d'euros de salaires en 2009, soit 100 ans de SMIC. Une brutalité que bien des âmes délicates avaient jugée excessive. Lisons la présentation de cette initiative sans en perdre une miette.

Pétition "Lombard dégage !" « Le maintien de Didier Lombard au poste de "Conseiller du Président" provoque une vive émotion parmi l'ensemble du personnel. La CFE-CGC/UNSA dénonce les artifices juridiques utilisés par Monsieur Lombard pour se maintenir à l'intérieur du Groupe. En effet celui-ci a été recruté en tant que salarié par Thierry Breton en avril 2003 en charge de la "mission Technologies, partenariats stratégiques et nouveaux usages". 
Lorsqu'il a été nommé mandataire social (PDG), son contrat de travail a été suspendu. Didier Lombard l'a fait réactiver à l'issue de la fin de son mandat social afin de percevoir de nouveau son salaire… L'âge de mise à la retraite d'office (depuis le 1er janvier 2010) étant de 70 ans, Monsieur Stéphane Richard ne peut même pas s'y opposer. Le plan de stocks options prévoit explicitement que tout mandataire social n'a que deux mois pour faire valoir ses stocks options (or actuellement le cours est inférieur aux valeurs d'émission). En faisant réactiver son contrat de travail, il espère bénéficier de la clause dite de "départ à retraite" réservée aux salariés qui lui permet de les conserver jusqu'en 2017. Devant le comportement indécent de celui qui a précipité une entreprise de 130 000 personnes dans une crise sociale sans précédent, la CFE-CGC/UNSA a décidé de lancer une pétition "Lombard dégage !" afin d'exiger son départ.
»

C’est cette ambiance le fond de l’air politique de notre pays. Une situation où les cadres, hier bons joueurs de la partie libérale en viennent eux aussi à recracher un système dont l’immoralité leur saute aux yeux et leur signifie leur propre déchéance. Le pays où les juges, les diplomates, les préfets, les CRS, les officiers d’active constituent pour ladiv-insousciance07 première fois de leur vie des cercles de résistance non pour leurs intérêts catégoriels mais pour prolonger dans l’Etat et contre ses chefs, l’intérêt général et l’idée républicaine.

Vous ne l’avez pas su mais votre chère « Europe qui protège » s’est solidement occupé de vous nuire. Une nouvelle étape se franchit dans la dictature du néolibéralisme. Je dis ces mots tant j’enrage de voir le peu d’espace médiatique accordé aux questions que soulèvent les dernières conclusions du conseil des ministres ECOFIN du 15 Février  dernier sur le « Semestre européen ». Conclusions qui sont passées depuis dans les petites pattes des divers niveaux de cette chère Union et jusqu'à ce pauvre monsieur Van Rompuy. Ce gars est le président de l’Union, pour le cas où vous l’auriez oublié. Mais la vérité est que nous payons le pacte de fer entre l’UMP et le PS depuis le «  oui », puis l’adoption en commun du Traité de Lisbonne. Leur consensus politique sur ce thème fait peser une chape de silence anti démocratique sur toute question venant d’Europe. En voici l’énoncé. Considérant d’une part que tout est bien par principe en Europe et considérant d’autre part que les mesures qui poseraient problèmes ne peuvent être discutées à Paris vu qu’elles ont été approuvées par les compères à Bruxelles, il suit d’une façon générale qu’il n’y a rien à signaler ni à discuter. Les socialistes ont voté contre notre proposition de loi qui s’opposait à l’instauration du contrôle préalable de budgets nationaux par la Commission div-insousciance08européenne. Ils se cachent sous les cailloux au moment où parait « le pacte de compétitivité »  qui en est le cadre. Pour la justice, notons cependant que si Henri Emmanuelli au PS n’est pas parvenu à convaincre un seul des députés de son courant  de voter avec lui notre proposition de loi, il est arrivé à les convaincre de lancer une pétition contre le "pacte de compétitivité". C’est déjà ça. Et ce n’est pas rien car la défection de la gauche du PS dans ce vote n’a pas été un hasard mais l’expression d’une authentique démobilisation. Le thème est considéré par maints protagonistes comme compromettant pour l’avenir ministériel des impétrants. La reprise en main d’Emmanuelli est donc la bienvenue. Naturellement ça n’aura aucune conséquence sur la ligne du Parti Socialiste. Mais cela permet de maintenir ouverte la plaie européenne dans une organisation qui semble être surtout pressée de ne plus y penser quoiqu’il arrive. Alors même que sur cette question se joue l’avenir de la gauche sur tout le vieux continent. De plus, en France, la crédibilité du programme socialiste se joue sur la façon dont il traitera le rapport aux accords européens en vigueur tous approuvés par le Parti socialiste européen. Or la gauche du PS a fétichisé les engagements du texte sur « l’égalité réelle ». Si modeste qu’il soit, ce texte est impossible à appliquer dans le cadre du « pacte de compétitivité » présenté par Herman Van Rompuy, qui  en est la négation.  Le bureau national du PS a donc rédigé une contribution, certes très gentillette, pour la réunion du PSE du début du mois de mars. Le titre montre toute l’audace du contenu. Il s’agit d’adopter un "pacte de compétitivité et d’emploi". Waou ! J’y reviendrai.

Je reviens sur les évènements en Libye. Le déroulement de la révolution prend là-bas une dimension nouvelle du fait du pétrole qui s’y trouve et qui excite ou motive beaucoup de monde chez les puissants. Mais, à l’inverse, dans notre camp, nous avons été consternés et attristés par les prises de positions des dirigeants cubains et vénézuéliens. Nous avons dit que nous n’étions pas d’accord avec leur grille de lecture des évènements. Pour eux todiv-insousciance11ut est dans la géopolitique et le rapport de force avec l’empire des nord américains. Nous savons nous aussi à quoi nous en tenir à ce sujet. Notre opposition à l’Empire est constante et universelle. Pour autant dans la révolution méditerranéenne ce qui compte d’abord c’est le peuple en mouvement. C’est à lui que va notre solidarité sans faille. C’est une erreur de ne pas comprendre que ce mouvement populaire est la première difficulté que redoute les USA. Eux n’ont aucune intention d’avoir à faire avec. Donc notre désaccord avec nos camarades est complet. Pas tactique. Il porte sur le fond de l’analyse des mouvements populaires au Maghreb et au Moyen Orient à ce moment. Nous soutenons les révolutions « arabes » pour les mêmes raisons qui nous conduisent à soutenir les révolutions sud américaines. L’un ne pourrait aller sans l’autre. Je pense que nous avons eu raison de le dire tout haut et aussitôt. Car dans tous les réseaux européens de soutien aux révolutions de l’Amérique du sud et à l’ALBA, progressivement tout le monde s’y est mis pour faire savoir, jusqu’au plus haut niveau, notre façon de voir. Je crois que nous avons été entendus. Mais bien sûr nous avons vu que tous les gouvernements de gauche ou réputés tels sur le sous-continent américains ont marqué beaucoup de froideur pour l’insurrection populaire en Libye. C’est un sujet qui va mériter examen approfondi. Nous avons besoin de comprendre.

Pour être francs nous ne pensions pas une seconde que les analyses de Fidel Castro sur le risque d’intervention militaire avaient le moindre début de réalité. Ce serait tellement stupide et dévastateur pour les USA de s’y risquer que nous pensions l’idée totalement improbable. Il faut bien admettre à présent que ce n’est pas vrai. Fidel Castro a vu juste sur ce point. Je dis sur ce point car je ne crois pas que sa façon de voir sur la nature des mouvements en cours soit juste pour autant car il n’en perçoit pas la dynamique révolutionnaire et son potentiel progressiste. Il n’en reste pas moins qu’alertés dorénavant sur le risque d’intervention militaire, nous y affirmons notre opposition totale. J’ai commencé à div-insousciance09défendre cette position face à monsieur Jacob, le président du groupe UMP mardi soir dans mon débat avec lui sur I-Télé. Et j’ai senti combien la droite n’est pas franche du collier sur ce thème. Vigilance mes amis !

Post Scriptum : Je signale aussi à votre vigilance un message que l'extrême droite fait circuler sur internet concernant mes indemnités d'élu. Ce message mensonger prétend que je cumulerais les indemnités de député européen, de sénateur, ainsi que des retraites d'élu local. Comme vous le savez je ne suis plus sénateur depuis mon élection comme député européen et je ne touche donc aucune indemnité de sénateur. Je ne touche pas non plus de retraite au titre de mes anciens mandats locaux. Je ne perçois que l'indemnité correspondant au mandat de député européen, la même que les autres députés européens. Nous sommes entrés en campagne et ce genre de messages montre que certains sont prêts à tout dans cette bataille, y compris avoir recours aux mensonges les plus grossiers. Je forme le voeu que chacun ait la discipline civique de couper court à ce genre de calomnie. Bien sûr en ne les répercutant pas lui-même sans réfléchir, mais aussi en y répliquant systèmatiquement. Sans notre vigilance, comme le disait Léon Blum en 1936 "il n'y a pas d'antidote contre le poison de la calomnie. Une fois versé, il continue d'agir quoiqu'on fasse dans le cerveau des indifférents, des hommes de la rue comme dans le coeur de la victime."


268 commentaires à “Retour en force”

Pages : « 1 2 [3] 4 5 6 »

  1. 101
    pedro dit:

    Les choses font leur chemin...
    Où un sondage CSA crédite J.-L. Mélenchon de 19 % au premier tour :
    http://www.csa-fr.com/dataset/data2011/opi20110218-l-image-et-le-potentiel-electoral-de-jean-luc-melenchon-et-de-marine-le-pen.pdf
    Bravo pour la prestation sur Canal+

  2. 102
    JM dit:

    Un grand moment ce soir à canal +, mais peut-être plus pour les convaincus que pour les à convaincre !
    Du lourd, du très lourd: républicain, laic, socialiste au sens premier du terme, cultivé, compétent, du qui stimule et qui donne envie de convaincre. Seul petit bémol : la position sur Cuba est intenable en 30 secondes. Cuba =démocratie : inconcevable et rédhibitoire pour le citoyen lambda même pas vraiment de droite - déjà moi, j'ai bcp de mal même si je comprends la position de principe.
    .

  3. 103
    Papa dit:

    C'est que nous dirons tout simplement un KO technique!
    Votre intervention de ce soir à Canal+ restera dans les annales!
    Il n'était que de voir la tête de Denisot et de ses affidés! Vous les avez déshabillés avec élégance et justesse.
    Un grand moment en ce qui concerne les prises de positions de Sarko! Impossible pour Aphatie de contrecarrer votre argumentaire. Le pauvre,il doit ruminer...

  4. 104
    Doucien dit:

    Alors là, quelle leçon ! Ils ont bien fait de vous inviter sur Canal, ils ont mangé ! Les vacances n'ont pas été de tout repos mais il est quand même gonflé à bloc notre Jean-Luc ! En même temps c'est une nouvelle occasion de vérifier que toutes ces grandes scènes de la médiacratie sont formatées pour empêcher la pensée politique de s'exprimer ! Mais on ne peut bien sûr les ignorer car le peuple est devant ! Bravo Jean-Luc pour avoir occupé l'espace qu'on t'a laissé avec brio et intelligence.

  5. 105
    Alin dit:

    J'ai rarement entendu le plateau de cette émission aussi silencieux. Vous avez occupé l'espace parfaitement et vous avez pu développer bien les idées.
    Le repos vous a été bénéfique, quelle forme ce soir! ;-)
    La lutte ne fait que commencer, mais nous vaincrons.

  6. 106
    Michèle dit:

    Au grand journal vous avez fait école et Denisot a avoué qu'il avait beaucoup à apprendre avec sa timide protestation sur son ignorance mais pas sur tout - protestation à propos d'un défaut qu'il s'est lui-même attribué en conclusion.
    Le mot de la fin en hommage aux journalistes grévistes était magnifique, vraiment magnifique.
    Il a ridiculisé et balayé leurs pitreries par un jeu de miroir.

  7. 107
    Descartes dit:

    @ermler (#89)

    Lorsque vous égrénez pêle-mêle des faits divers tels que la marseillaise sifflée, les voitures brûlées, les agressions dans les transports, les paroles imbéciles de certains rappeurs, vous voulez dire quoi ? Que ces faits sont choquants, voire inacceptables ? Et alors ? Qui vous dit le contraire ?

    Ceux qui les acceptent. Parce que "les paroles imbéciles de certains rappeurs", tu vois, je ne me souviens pas d'avoir entendu beaucoup de voix à gauche pour les condamner. Ces voix d'habitude si attentives aux "appels à la haine" quand ils viennent de l'extrême droite sont frappées de mutisme - quand elles ne les soutiennent pas - quand l'appel à la haine vient des "minorités victimes".

    Parce que certains de ces faits sont commis par des immigrés ou des gens "issus de l'immigration ? Et alors ? Vous savez ausi bien que moi que - quand bien même - ce n'est qu'une toute petite minorité d'immigrés qui se comportent ainsi.

    Si c'est le cas, cela devrait être facile de mettre cette "petite minorité" hors d'état de nuire. Qu'attend-t-on pour le faire ? Et qu'attend la gauche pour prendre clairement position sur le fait que ces actes sont inacceptables et injustifiables ? Au lieu de chercher toutes sortes d'excuses "victimistes" ?

    C'est cette globalisation qu'il faut combattre, pas parce qu'elle serait "politiquement incorrecte" ou même "immorale", mais tout simplement parce qu'elle est fausse et donc d'un point de vue républicain inacceptable. N'êtes vous pas d'accord avec celà ?

    Non. Faire de "la globalisation" la coupable de tout revient à déresponsabiliser les gens. Arrêtons le discours "victimiste" qui finit par justifier n'importe quoi: si l'on brûle des voitures, on prie dans la rue et on siffle la marseillaise, c'est pas la faute à "la globalisation". Qu'il faille combattre la globalisation, on est d'accord. Mais on ne peut pas se contenter de ça.

  8. 108
    remy deveze dit:

    Très bonne prestation chez "le grand journal" (oxymore total) ce soir, Jean-Luc. Les voir te détester si ouvertement tout en t'invitant pour booster leur audience, un vrai délice. Leur connivence surjouée, leurs tentatives d'agression maladroites.., et Cuba et Chavez... Les grosses ficelles et l'affichage Colgate de Yann Bartès, leur “branchitude" se heurtant à un discours argumenté auquel personne ne semblait apte à répondre. Aphatie, totalement apathique sur le coup.., la blonde jappant dans son coin... Bravo.

  9. 109
    Meligh dit:

    @Descartes

    Si c'est le cas, cela devrait être facile de mettre cette "petite minorité" (les rappeurs anti-républicains) hors d'état de nuire.
    Tant que leurs CD se vendent et peuvent rapporter de l'argent, je ne vois pas pourquoi on devrait les empêcher de pratiquer leur art...

    Pour être plus sérieux, Wagner, lui même antisémite notoire, était très apprécié de Hilter et pourtant on l'écoute toujours.

    Je te donne le lien pour cette vidéo ou Jean-Luc Mélenchon dénonce le clip nauséabond de Stress du groupe Justice : http://www.dailymotion.com/video/x5hjm1_melenchon-les-fumiers-du-groupe-jus_news

    Après je pense qu'ils sont conscient du problème mais je ne crois pas que cela soit le problème principal. Des paroles horribles on en trouve dans énormément dans les "chansons" d'aujourd'hui.

  10. 110
    Humaniste dit:

    Que dire après tous ces posts élogieux auxquels j'adhère.
    Si peut-être une petite remarque de com sur l'humour: Montrer un peu moins que vous êtes affecté par quelques caricatures des humoristes droitiers même si quelques fois elles sont lourdes, dures et surtout faites pour vous faire sortir de vos "gongs". De temps en temps uniquement dans le domaine de l'humour même agressif un petit sourire les déstabilisera encore plus. je dis que dans certains cas surtout télévisés. Les téléspectateurs aiment bien une forme de "fair-play".

    Le reste vous dominez superbement les sujets, et quel plaisir de vous suivre sur vos émissions, trop peu à mon goût. Chapeau pour votre conclusion sur les sois-disant "défenseurs" de la presse..

  11. 111
    ermler dit:

    @descartes (107)

    Non. Faire de "la globalisation" la coupable de tout revient à déresponsabiliser les gens.

    STP, fait l'effort de relire mon paragraphe. Je ne parlais pas de la"globalisation" au sens mondialisation, mais de la tendance à globaliser (généraliser) des faits minoritaires.
    Tu es trop pressé. A force de vouloir contredire tout le monde sur tout, tu oublies de lire la moitié des phrases et tu t'égares dans des faux-sens.

    Si c'est le cas, cela devrait être facile de mettre cette "petite minorité" hors d'état de nuire. Qu'attend-t-on pour le faire ?
    Que veux-tu signifier ? Avec ton "si c'est le cas" ? Que ce n'est pas une petite minorité qui commet des délits ou appelle à désobéir aux lois de la république ? Si c'est ça que tu penses assume-le et argumente !
    - Pour les délits pénaux, que la police et la justice fassent leur travail et adresse toi au pouvoir en place si tu estimes qu'on ne leur donne pas assez de moyens.
    - Pour les sifflets dans les stades et autres paroles de rapeurs on est dans la cadre de l'expression libre - aussi haîssable soit-elle. Si tu accordes à Zemmour le droit de vomir sur les "barbares qui nous envahissent"(les immigrés), tu dois aussi accorder à certains rapeurs le droit vomir la France. Même si toi et moi ça nous choque et qu'on a le droit de le faire savoir. Ca s'appelle la liberté d'expression. C'est comme ça ! L'expression démocratique est comme la république : indivisible. A moins que tu veuilles remettre ça en question...?

  12. 112
    Jean Jolly dit:

    @ Meligh.

    Ils ont voulu vous faire passer pour un pro-Khadhafi en passant par Chavez mais ça n'a pas marché.

    Surtout qu'il est impossible, à l'heure actuelle, de certifier l'origine des raids aériens en Libye. Kadafhi est un monstre à éliminer comme tous les copains dictateurs des dirigeants occidentaux, reçus comme des "messies", depuis tant d'années.
    Au delà des "infos" répétées en boucle, comme ce fut le cas le 11 septembre 2001, j'aimerais comprendre comment il est possible de certifier que Kadhafhi soit celui qui envoie ces avions destructeurs ? Il doit forcément rester des traces de commandement.
    Ils nous ont déjà fait le coup des "Armes de Destruction Massives", en envoyant Collin Powell, secouer une fiole de farine, en plein milieu d'une assemblée de l'ONU, pour forcer l'opinion publique mondiale à soutenir l'hécatombe que nous connaissons.
    Ils ont même été jusqu'à plagier une thèse d'un universitaire britanique, par l'intermédiaire du "socialiste" Tony Blair, pour justifier le massacre irakien (un million d'êtres humains) tout en laissant penser que le but était d'éliminer Saddam Hussein, un pote de longue date.
    Dès lors, il ne me surprendrait pas que, les Ben Ali, Moubarak et autre Kadafi, vont servir de boucs émissaires après avoir servit d'"exemples" de "perfection démocratique" aux yeux de nos dirigeants "démocratiques"... Depuis plus de trente ans.

  13. 113
    Hold-up dit:

    Je rappelle à certains ici que le groupe de rap "Justice" se définit comme étant un groupe de "musique chrétienne"- Oui qui l'eut cru, hein ? Faites gaffe à ne pas avaler toutes les hosties qu'on vous sert à table vautré et flippé sur le canapé. Regardez bien la posologie avant de faire n'importe quoi. Média rime avec Médiator ne l'oubliez pas. Ceci étant dit, je souhaite une bonne nuit à "Descartes" : (n'oublie pas de prendre ta Ritaline ce soir, car décidément je te trouve bien agité. Tu regardes trop TF1, c'est très mauvais pour la réflexion).

  14. 114
    Did 44 dit:

    Merci Holdup pour ton mot sympa suite à mon intervention de ce matin.

    Je viens de visionner Jean-Luc sur Canal : Magnifique effectivement. Cela fait plaisir de voir Aphatie se faire rabattre le caquet par le représentant de la classe sociale des gens d'en bas.
    ... "Et la blonde qui jappait dans son coin" (cette expression n'est pas de moi, elle est de remy deveze, mais elle me plaît bien, aussi je me permet de la reprendre. Tant pis pour les droits d'auteur !)
    ... Le pire c'est qu'ils n'ont même pas honte de ne pas soutenir leurs confrères.
    Il est clair que ces journalistes là ont clairement choisi leur camp. De ce fait, ils ne sont même plus journalistes. Ils sont devenus de simples (mais dangereux) "idéologues" professionnels ayant placé leurs compétences au service du grand capital, tout comme nombre d'économistes, de sociologues, et autres philosophes ou qui se disent tels.
    Je voudrais rajouter combien je trouve l'analyse de Doucien juste et bien écrite lorsqu'il écrit (si bien) combien "toutes ces grandes scènes de la médiacratie sont formatées pour empêcher la pensée politique de s'exprimer !" Ces mots sont d'une grande justesse.
    Ce type d'inteview est effectivement étudié, non pas pour permettre à l'invité de faire connaître son programme aux électeurs (sauf quand c'est un invité qui ne remet pas en cause l'ordre établi bien sur), mais au contraire pour le fustiger par rapport aux idées dominantes, de l'enfoncer, et de le discréditer vis à vis de la popolation.
    En tous les cas : Merci à Jean-Luc pour son excellente prestation de ce soir.

  15. 115
    AkZo dit:

    Moment pénible lors du "Petit journal" de Barthés. Sa petite historiette moustachue en forme de morale, avec la musique-du-film-qui-va-bien pour appuyer la démonstration, c'était d'autant plus lourd qu'on voyait bien que vous accusiez le coup. Dur dur.
    Ce petit Barthés est un bouffon redoutable, avec sa tronche d'enfoiré sympa. Alors la prochaine fois, je plussoie à ce que dit Humaniste 110: ne leur donner pas ce qu'ils attendent (même si ça doit être assez insoutenable, j'imagine..), mais tenez bon!
    Pour le reste, encore de l'intelligence, de vrais questions, et la cerise: "In cauda venenum", si pertinemment placé.
    Donc, encore une fois, spéciale dédicace à Aphatie et toute sa clique: Que se vayan topos !

    PS: si le petit Barthés était beau joueur il ferait un petit arrêt sur image demain sur leurs propres visages juste aprés que vous les ayez mouché avec les grévistes de Prisma Press. Tordant.

  16. 116
    KARIM dit:

    La journée aura été ardue. Je dois avouer que j'ai été choqué et surtout déçu par le comportement de certains blogueurs-militants se comportant tels des retraités irascibles, des "indésirables" supposés tels que moi ayant "empiété" sur leurs plates-bandes. Ces personnes doivent savoir que le FdG n'est ni leur apanage, ni leur propriété et qu'ils n'en ont pas le monopole. Les nouveaux -très nombreux- séduits et conquis par le discours et le programme de Jean-Luc Mélenchon ne doivent pas être cloués au pilori car porteurs d'idées ou de débats nouveaux faisant pousser de l'urticaire à quelques militants figés dans un passé forcément anachronique, occultant totalement l'actualité. On débat, on discute, et on essaie d'apporter le meilleur pour notre mouvement, pour notre candidat. On ne jette pas l'anathème de manière aussi frivole, à la simple lecture d'un post, Heureusement, beaucoup ont saisi la portée de mon message.
    Comme d'habitude, Jean-Luc m'a totalement comblé sur Canal. C'était un grand baume au coeur. Je ne regrette pas d'être à ses côtés.

  17. 117
    Hold-up dit:

    115 - KARIM

    D'abord bienvenue à toi. Karim, saches aussi que tout le monde ici n'est ni au PG, ni au Front de gauche, ni même "à Gauche". Plein de personnes le sont mais pas tout le monde. Si le webmaster ne me dément pas, il suffit de respecter la charte pour poster un message. C'est mieux en le disant. Bien le bonsoir.

  18. 118
    jjda dit:

    En ce qui concerne la planification écologique, ne serait il pas judicieux pour un sujet aussi important d'essayer d'organiser une réflexion avec les verts et surtout M. Bové qui me semble le plus proche des verts actuellement et des idées du Front de gauche !
    Une question que je me pose en ce moment, comment peut on être écologiste et accepter tous le gaspillage énergétique que provoquent les compétitions de sport professionnel et l'excès de dépense en protéine pour participer à ces compétitions (je pense bien sur à Mr Cohn-Bendit qui se dit fan de foot pro). Enlevez au sport pro et le foot notamment, la drogue, les paradis fiscaux et les fonds mafieux et voyons ce qui reste ?
    musicalement

  19. 119
    kontarkhosz dit:

    Quand cessera t-on, ici où là d'employer le terme de français issus de l'immigration ? Et jusqu'à quand nos compatriotes devront être assujettis, stigmatisés et renvoyés à leurs origines ? Il faudra combien de temps et combien de générations pour ne plus entendre ces qualificatifs "globalisants" à connotation péjorative et qui dans d'autres domaines pourrait s'apparenter à de la ségrégation ?
    Pourquoi ne dit t-on pas, des Français ont sifflés la marseillaise ? des Français ont brulé des voitures ? des Français ont commis tel ou tel délit ? est ce que quelqu'un ici pourrait me l'expliquer ?
    A force de les renvoyer à tout jamais à leur origine,voir à leur religion, n'en fait t-on pas des citoyens de seconde zone peu aptes à se considérer comme partie prenante de la république et que je peux concevoir leur amertume, ou leurs griefs à nos glissements sémantiques clivants, montrant ainsi notre peu d'empressement à les voir embrasser ce peuple issu des "lumières" et que pour eux, celle ci sera toujours éteinte..!
    L'effet "Dracula" cher à Jean-Luc Mélenchon ici, prend tout son sens...

  20. 120
    Christian dit:

    Je veux confirmer ce qu'ont déjà dit certains : impossible pour moi de convaincre mon entourage même proche de voter Mélenchon en 2012 si est maintenu tel quel le projet de régularisation aveugle de tous les sans-papiers. Dire que cela va permettre de forcer le patronat à payer correctement les immigrés ne suffira pas tant il leur paraît de bon sens d'affirmer qu'avant de faire venir des travailleurs étrangers, il faut d'abord fournir un travail décent à tous les français (quelle que soit leur origine) et qu'en régularisant en masse, on ne fera qu'attirer toujours plus d'immigrants illégaux très difficiles à intégrer. Je veux bien défendre quand même cette idée mais je n'ai pas encore entendu d'argument vraiment clair pour répondre efficacement à toutes ces objections "de bon sens". Il m'aurait semblé plus sérieux de défendre une ligne républicaine : naître en France donne la nationalité, mais pas le simple fait d'y poser les pieds ! Si le principe d'une régularisation "au cas par cas" a montré ses limites, il y a certainement un intermédiaire à trouver pour valoriser ceux qui veulent vraiment contribuer au bien commun. Il y a une exaspération d'une grande partie de la population sur cette question. Dire, comme Jean-Luc Mélenchon, que tous les étrangers qui viennent en France sont des anges parce qu'ils aiment leurs enfants va contre l'expérience directe d'énormément de gens. Cela mérite plus qu'une prise de l'opinion à rebrousse-poil sans argument clair qui nous mènera tout droit à un score inférieur à 5%.

    En plus, l'idée d'une régularisation aveugle donne à la droite en général (y compris donc le PS) un outil facile pour faire passer le FdG pour irresponsable et dangereux, tout en s'en servant comme écran de fumée pour éviter les questions qui la gênent : les vraies causes du chômage, le pouvoir dictatorial du capital, la grave menace pour la santé et l'écologie que constitue le modèle néolibéral, productiviste et...

  21. 121
    Nicolas B. dit:

    Bravo pour ce grand journal, Canal+ doit vous dire merci, j'ai apprécié du début à la fin, Aphatie en était pathétique.
    Il faut rappeler que vous battez la campagne en ce moment, l'air du Gard vous a réussi.
    Le soleil y'a rien de tel et c'était pas des vacances, le 2 forum à Nîmes avec Pierre Laurent et C Piquet, le 3 passage à Roquemaure pour les cantonales et vous voilà frais comme un gardon, comme on dit chez nous, Encore Bravo !

  22. 122
    kontarkhosz dit:

    @ karim #115

    Soit le bienvenu, il toujours préférable de réfléchir à plusieurs que seul dans notre coin, et si certains ici t'apportent la contradiction,elle ne peu qu'enrichir le débat, nous ne sommes pas dans la joute oratoire tu l'as bien compris,et de toute façon le fond et la forme y gagnerons à la mesure du temps qui passe, tant que nos interventions seront didactiques, au plus près du réel,et des aspirations légitimes de nos contemporains.

    Je te renouvelle fraternellement la bienvenue!

  23. 123
    Michèle dit:

    La régularisation des personnes sans papiers s'oppose à leur expulsion xénophobe, sauvage et inhumaine et je me réjouis à ce titre, du remaniement qui a dégagé son auteur. Elle signe tout autant une reconnaissance qu'une responsabilisation de la part des accueillants comme des accueillis. Elle contribue à la régulation de l'immigration.
    Qu'à fait le gouvernement à ce sujet? des coups d'éclat honteux et indignes sans traiter ni résoudre le problème.
    Il y a beaucoup à développer sur cette question qui ne peut se résumer à être pour ou contre. La question de la rivalité "fraternelle" et du sentiment d'injustice n'est pas la moindre. Elle fait appel au "père" pour y mettre de l'ordre, de la raison, de la loi.

  24. 124
    baillet gilles dit:

    Bonjour,
    Je crois que sur la question de la régularisation des travailleurs clandestins, il sera nécessaire que Jean Luc Mélenchon argumente clairement pour casser la confusion dans laquelle l'extrême droite et la droite extrême plonge les salariés.
    1 Régulariser des travailleurs clandestins ce n'est pas leur donner la nationalité française, c'est leur donner des titres de séjour, un cadre légal, qu'ils n'ont pas même si ils travaillent voire paient des cotisations en France pour certains.
    2 Si la situation des travailleurs clandestins est améliorée, par répercussion, celle des autres travailleurs le sera aussi. C'est le moyen pour sortir par le haut et de casser la chaîne de l'exploitation. La position de Mélenchon est celle de la CGT pour les raisons que je viens d"énoncer. Dans certains secteurs, le patronat se sert de cette main-d'oeuvre exploitée pour faire pression sur les autres travailleurs.
    3 L'expulsion massive est un leure qui ne remet pas en cause les filières patronales de recrutement des clandestins.

  25. 125
    Jérémie dit:

    @ 110, Humaniste,
    "Montrer un peu moins que vous êtes affecté par quelques caricatures"

    Je me faisais sur le moment du visionnage en différé du Grand Journal la même réflexion (surtout au moment de la caricature moustachue dans la séquence de Barthes). Ce décalage entre la bouffonnerie, pas drôle pour un sou, pathétique même, et, en encadré, le visage de Jean-Luc qui - c'était patent- n'était pas en train de passer un bon moment, ce décalage donc provoque le malaise chez le téléspectateur.
    Et finalement c'est là tout l'intérêt, le malaise provoque l'interrogation, et la remise en cause de la réelle drôlerie de la séquence. C'est la lutte contre le divertissement qui se déploie ici, qui veut que tout soit drôle, que tout soit égal à tout et que in fine, rien n'en vaut la peine.
    Peut-être qu'un Hollande aurait là souri, et peut-être aurais-je alors trouvé la séquence "plutôt drôle", et d'oublier Hollande dans l'insignifiance.

  26. 126
    marj dit:

    @Karim et les autres...

    T'inquiètes pas Karim, certains sont là pour te "protéger" dont le Webmaster...Pourquoi ? Bonne question car c'est un peu infantile comme façon de procéder et à ta place j'en serai trés véxée, en effet, tout se passe comme si tu n'étais ni assez grand ni assez fûté pour répondre et argumenter tout seul !D'ailleurs, c'est infantile en général de décider pour les autres, je pense que chacun ici à la capacité de se faire seul, un jugement.
    D'autre part, vouloir à tout prix râtisser large et ne perdre aucun électeur et pour cela, accepter n'importe quel argument sans broncher, fût-il ouvertement raciste, je ne vois pas en quoi cela va aider Mélenchon et le Front de Gauche.
    Lequel Mélenchon serait d'ailleurs le premier à réagir trés vertement devant ce type d'interventions !Soyez un peu cohérent au PG parce qu'à vouloir tout, on n'a rien !
    Pour ma part, j'ai, à pls reprises, et dans la vraie vie,eû à discuter avec des connaissances qui se sont laissées aller à répéter des discours du FN (souvent sans le savoir) parce que ces préjugés et discours st de plus en plus véhiculés par les médias et les politiques, banalisés sans réactions claires sous prétexte de ménager les uns et les autres,moi j'y réagis tjs vivement et je continuerai, ça ne m'empêche nullement de continuer le débat et de suciter l'intérêt de mes interlocuteurs.
    La droite est complètement décompléxée, et vous n'avez pas compris que c'est elle qui a raison (enfin si Mélenchon l'a compris...).Les gens n'aiment pas le mi chèvre mi choux !Ils ont besoin de clarté.
    Sur cette mise au point, bonne journée !

  27. 127
    citoyenne21 dit:

    émission de canal plus du 3 mars 2011,
    1ère partie : http://player.canalplus.fr/#/433091
    2ème partie : http://player.canalplus.fr/#/433098
    3ème partie : http://player.canalplus.fr/#/433102

    Excellente prestation de Jean-Luc, bravo !

  28. 128
    ducono69 dit:

    Félicitations à jlm par sa dernière saillie à la fin de la 1ère partie du Grand journal chez Denisot hier:
    Après une interview bien orientée de l'inénarrable Aphatie, après un sketch soit disant comique de "petit journal" sur Jean-Luc Mélenchon, ce dernier demanda une dernière fois la parole pour apporter son soutien aux journalistes de Prisma presse dont la fine équipe de Canal n'avait pas eu le temps de parler tout en l'accusant lui d'être un anti-journaliste primaire !
    Le caméraman filma alors les têtes d'ahuris d'Aphatie et de sa petite bande de fayots incapable de répondre à cette mise au point...

    Abonné depuis 25 ans à Canal, je ne regarde plus cette émission depuis plus d'un an, émission ou mis à part jlm peu d'hommes et de femmes politiques ont droit à un tel manque de respect.
    Par contre ce sont courbettes affligeantes pour les gens du PS, de l'UMP, des ministres (reçus en permanence...), des écolos de la dernière heure, de Cohn-Bendit...

  29. 129
    Air One dit:

    J'ai regardé cette émission sur Canal + en m'attendant au pire, cela m'a conforté dans l'idée qu'elle est faussement drôle, réellement sinistre et vide de fond. Questions stupides, provocations grossières, c'est une sorte de tribunal médiatique où est jugé ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas à partir de montages vidéos supposés à charge, avec un droit de réponse de 30 secondes par accusation...
    JL Mélenchon s'en est bien tiré et le mot de la fin fût une balle en argent qui cloua les clowns au plafond.

  30. 130
    Achelle dit:

    Une remarque sur vos arguments au "grand journal"

    Je pense que l'argument selon lequel on prie dehors rue Myrrha aussi par manque de lieu d'autres lieux de culte n'a pas à être refusé de façon péremptoire : d'abord parce que cela n'affaiblit pas votre explication générale qui n'a pas besoin de cela pour se tenir, et ensuite parce que cela n'est pas forcément vrai (à défaut d'enquêtes sociologiques sur cette question). Vous n'avez pas l'habitude de rabattre la diversité du réel pour le profit d'un argument : j'espère que vous pourrez continuer à faire passer les choses dans leur diversité, et à réfléchir à partir de là.

  31. 131
    Roland011 dit:

    Petit plus sur "les média" qui confirme la positionde JL M, il est ou le soutienn des journal... midiacrates ?
    ça bouge, bravo

    Précarité : les journalistes du Monde manifestent
    http://www.rue89.com/2011/03/03/precarite-les-journalistes-du-monde-manifestent-193283

    Sans plus de commentaire

  32. 132
    Descartes dit:

    @ermler (#112)

    STP, fait l'effort de relire mon paragraphe. Je ne parlais pas de la"globalisation" au sens mondialisation,

    C'est pas moi qui doit "faire un effort", c'est toi qui doit faire un effort pour utiliser les mots dans le sens qu'ils ont couramment, ou de les mettre entre guillemets lorsque ce n'est pas le cas. Tu dois avoir l'habitude de discuter avec des devins, toi...

    Que veux-tu signifier ? Avec ton "si c'est le cas" ? Que ce n'est pas une petite minorité qui commet des délits ou appelle à désobéir aux lois de la république ? Si c'est ça que tu penses assume-le et argumente !

    Pourquoi ? Tu affirmes que c'est "une petite minorité" sans la moindre argumentation. Pourquoi faudrait-il alors que j'argumente pour mettre en doute ton affirmation ? Quand tu auras argumenté ton affirmation, alors tu pourras me demander d'argumenter la contre-affirmation.

    - Pour les délits pénaux, que la police et la justice fassent leur travail

    C'est un peu contradictoire de demander la régularisation des sans-papiers qui travaillent avec des faux papiers, et par ailleurs de demander que "pour les délits pénaux la police et la justice fassent leur travail". A ma connaissance, l'usage de faux documents est un "délit pénal".

    Je constate seulement que lorsque la "police fait son travail" et flingue en légitime défense un voyou, les "bonnes âmes" organisent des marches et publient des protestations. Il y a trois jours un CRS se prend un pavé sur la tête, il est toujours dans le coma... et personne à gauche n'a un mot à dire. C'est ce genre d'asymétrie qui rend le discours de la gauche illisible.

    - Pour les sifflets dans les stades et autres paroles de rapeurs on est dans la cadre de l'expression libre (...)

    Soit. Mais la liberté n'empêche pas la condamnation claire des propos tenus. Lorsqu'on invite à la fête de l'Huma certains groupes de rappeurs, faut se poser des questions.

  33. 133
    chat dit:

    "la Marseillaise sifflée lorsque l'Equipe de France de foot rencontre une homologue maghrébine"

    Karim, peut-être ne connaissez-vous pas la différence entre républicain et patriotard ?
    Je chanterai l'hymne national quand la France aura cessé de puer le racisme.
    Vous vous focalisez sur ce fait, cas typique des frontistes.
    Mettez-vous à la place de ceux qui subissent la discrimination de père en fils depuis quarante ans. Tout le monde n'est pas capable de tendre l'autre joue. Ces gens sont poussés à la violence par notre chère patrie.
    Les émeutes de 2005, "ambiance de guerre civile ?" Mais enfin Karim ! C'étaient des enfants qui jouaient avec les robocops ! Oh, détendez-vous ! C'étaient des citoyens ! C'était une ambiance de révolution citoyenne ! Quoi, ils ont cassé des vitrines, de la pub, bref, du capitalisme ? Et alors ? Nous aurions dû tous nous y mêler ! Ils nous avaient ouvert la voie !

  34. 134
    jorie dit:

    J'en appelle à la fraternité à tous les blogueurs,en leur rappelant que le dogmatisme n'est pas forcément gage de pureté. La politique, vivre ensemble, c'est pas facile. Personne ne peut être "impeccable" et les doutes sont permis. Quand Jean-Luc Mélenchon soutient Castro, il ne soutient pas pour autant son "régime", il tente de déplacer le curseur de la pensée correcte, de la bonne conscience "democratique" qui, dans son tri sélectif, oublie de rappeler que Cuba, depuis l'effondrement du soutien URSS, souffre dans sa chair d'un embargo dénoncé par les Nations Unies. Quand Karim soulève le pb de l'immigration, il ne s'agit pas forcément d'un "fasciste" déguisé qui viendrait polluer le blog. D'ailleurs, Karim, essaie d'écouter les arguments intelligents qui te sont opposés au lieu de crier à l'ostracisme! J'ai vécu dans 1 banlieue dite "sensible" et j'en suis repartie aussi vite que possible. Cela étant, je reconnais comme Jean-Luc Mélenchon que le racisme monte quand la République échoue dans son projet d'émancipation sociale (école,travail etc) d'où l'essentiel de notre lutte. Dans les années 60, j'avais 8 ans, je vivais dans un quartier où cohabitaient des harkis, des portugais, des espagnols, des tchèqueset des pieds noirs!. Tous ouvriers, tous au boulot. Le racisme "ordinaire" existait, on ne se faisait pas de cadeau (langage post colonial etc...) néanmoins, tous les gosses se mélangeaient avec bonheur !Pas un jour où les gosses n'étaient pas invités pour manger les spaghettis chez l'un, le couscous dans le bistrot arabe d'à côté, la morue chez les voisins du dessus etc...Personne, dans mon quartier, n'aurait émis le moindre doute raciste sur ce mélange des genres. On se confiait les gosses mutuellement et je peux en attester, on s'en foutait pas mal de nos appartenances raciales ou religieuses et c'était pourtant des années difficiles sur le plan historique. Comme quoi c'est possible! et l'intégration marchait à plein tubes! Quand la république...

  35. 135
    Yves Resse dit:

    Tout à fait d'accord avec Christian #121
    Ne pas confondre les principes et la réalité !
    Ce point sur la régularisation, si on peut le comprendre tel que le présente Jean-Luc Mélenchon, reste pour nos compatriotes indigeste surtout en cette période où la situation va encore s'empirer, où chacun se fait de plus en plus de soucis pour son avenir. La plupart de mes interlocuteurs attendent des propositions plus terre à terre, pas des leçons de morale !

  36. 136
    Fred dit:

    Merci à Karim et à Emma C pour leurs argumentations et descriptions détaillées (cf. page précédente). Leurs propos me semblent constructifs.

    Le sujet abordé par Karim est à considérer avec doigté pour éviter de rebuter plein de gens très attachés aux valeurs de partage et de fraternité entre les individus et les peuples, mais tout autant attachés au parler vrai et à ne pas se faire embobiner et envoyé de Charybde en Sylla (les médiacrates le font suffisamment bien).

    Ce sujet, je pense qu'on peut le résumer comme ça : "attention à ne pas idéaliser/sacraliser une catégorie de personne donnée - les gens, vivant en France, et qui, du fait de leur couleur de peau, leur culture ou leur religion, ont eu à y souffrir ou risquent d'y souffrir du racisme - au risque d'effrayer/dégoûter/décevoir les autres".

    Attention à ne pas donner l'impression de faire deux tas : à gauche, les gens de cette catégorie, ce sont des victimes du système par nature, il faut donc leur donner plus de droits qu'actuellement, donc plus de droits qu'aux autres, sans rien leur demander en échange, un point c'est tout. A droite : les autres, qui doivent applaudir et ne pas avoir l'impression de se faire maltraiter, sinon c'est qu'ils sont racistes. Le risque : que ce soit interprété par les gens n'estimant pas appartenir à la 1ère catégorie comme : "eux sont OK par nature, pas vous par contre". On est là dans le risque de créer le sentiment que le FdG veut promouvoir une société à deux vitesses, deux vitesses inversées certes par rapport à la situation actuelle, mais finalement une situation tout aussi injuste que celle qu'il condamne actuellement... avec la différence que les victimes de la nouvelle situation seraient ceux qui, actuellement, ne sont pas victimes, mais veulent aider ceux qui le sont.

    Qui nie que ce risque existe ? Qui estime que ce risque existe mais qu'il peut être négligé ? Et qui pense qu'il existe, qu'il est sérieux, mais croit savoir...

  37. 137
    toto dit:

    Notre champion gagne par KO au troisième round chez Denisot mais il y en a marre! Chacun s'attend au pugilat et c'est bien le pugilat qui a lieu, le débat d'idées est a la marge.
    A qui la faute? On a envie de dire: "aux seuls journalistes" qui cherchent le buzz. En réalité les choses se sont mal engagées quand notre poulain a voulu lui-même créer le buzz en mouchant proprement un journaliste apprenti. Depuis lors les rapports sont faussés, il ne reste que la politique spectacle et je ne vois pas comment en sortir. Au final c'est la portée de la voix de Jean-Luc Mélenchon qui est édulcorée irrémédiablement.

  38. 138
    Nicolas B. dit:

    Tout à fait d'accord avec @125 baillet, pour la régularisation des travailleurs sans papier, ce n'est pas une porte ouverte à une immigration sauvage et incontrôlée. Mais simplement le respect des principes de la République, l'égalité entre tout les travailleurs, et l'abolition du chantage à l'emploi des employeurs véreux.
    Pour en revenir au grand journal, la séquence sur le marché, comme Jean Luc, j'ai été surpris, mais après réflexion je trouve cela très sympathique, comme au temps du moyen âge (on n'en est pas loin) un petit théâtre ambulant pourrait participer à ouvrir le débat et marquer les esprits. la pièce de théâtre mise au point pourrait être jouée à travers le pays par des acteurs ou bénévoles, sur les places publiques, et suivi d'un débat citoyen.

  39. 139
    Pulchérie D dit:

    C’est donc ça, canal + !
    Journalistes médiocres, esprit potache, et questions d’Aphatie stupides.

    J-LM les a bien possédés, sur toute la ligne.

    Ses vacances ont achevé de le transformer en un tribun maître de lui, mais laissant sentir qu’il ne faut pas espérer le titiller sans encourir une contre-attaque à la mesure de l’agression.
    J-LM m’apparaît être de plus en plus prêt pour la lutte finale, et ses chances de devenir président me semblent croître rapidement ; et il nous reste 15 mois...

    Bravo pour cette prestation, J-LM, et merci d’avoir enduré cette médiocre assemblée.
    Il faut faire connaître au plus grand nombre possible de Français votre personnalité.
    Quelle différence de tenue, de solidité, lorsqu’on compare la prestation de Jean-Luc à celle de Martine Aubry, qui est en dessous de tout.
    Mélenchon, présidons !

  40. 140
    YB dit:

    Tout était pourtant parfait ! Le timing était le bon ! Vous vous étiez imposé comme LE candidat du Front de gauche, ayant acquis la résonnance médiatique nécessaire pour "exister".

    Vous vous êtes d'ailleurs peu à peu installé dans le paysage des candidats qui comptent pour 2012.

    Malheureusement, vous vous laissez enfermer dans le rôle que le système a bien voulu vous attribuer :
    - porte voix d'une certaine gauche (comme un peu le NPA en 2002 et 2007), donc incapable de rassembler au-delà, trublion et grande gueule (celui qui gueule sans arrêt contre les journalistes : ça devient lourd... La dernière sortie chez Denisot est à mon sens de trop...).
    - et surtout le candidat des "communistes", le nouveau Georges Marchais. Et quand on sait ce que renvoie chez nos concitoyens l'image du communisme, on ne peut pas dire que cette stratégie sera payante !

    La Vè République, c'est l'idée d'un homme qui incarne des valeurs, qui porte un projet et qui définit la place que notre pays doit occuper dans le monde (grande et insoumission chez De Gaulle, peu à peu soumis à l'européisme chez Mitterrand, petite et soumise chez Sarkozy, un peu à son image d'ailleurs...)

    Et la réalité de la 5è, il faut ou l'accepter ou rester chez soi. Ceux qui ont gagné sont ceux qui l'ont mieux compris. Les candidats qui ont fait campagne à reculant ont toujours perdu.

    Mélenchon doit se positionner comme le candidat du compromis gaullistes/communistes d'après guerre (type CNR), c'est-à-dire hautement républicain, patriote et décomplexé à gauche... et non comme un candidat d'extrême gauche. Au diable Besancenot. C'est le peuple qu'il faut viser, sans exclusive...
    Sur l'UE par exemple, les Français ne peuvent entendre le discours du SMIC européen. On les a assez enfumé comme cela. Il faut porter le discours du protectionnisme, de la défense de nos territoires... un espace parfaitement occupé par Marine Le Pen.

    Il faut changer le cours de cette campagne...

  41. 141
    charlie dit:

    La prochaine fois que vous rencontrerez le formidable jean-michel Aphatie, vous devriez lui offrir ce livre : " Cuba, ce que les médias ne vous diront jamais", de Salim Lamrani, prologue de Nelson Mandela, aux éditions Estrella.
    Introduction : " Les élites mondiales, grâce au contrôle qu'elles exercent sur les transnationales de l'information, imposent à l'humanité une vision de la réalité minutieusement régie par un cadre idéologique.Les barrières doctrinales mises en place sont destinées à écarter toute pensée alternative qui risquerait de remettre en cause le bien-fondé de l'ordre mondial actuel.Ainsi, le rôle des médias n'est pas de fournir une information objective aux citoyens mais de défendre l'ordre politique,économique et social établi, par divers moyens efficaces, tels que la propagande, la désinformation et la censure"...
    Peut-être cela l'amènera-t-il a réfléchir plus loin que le bout de son nez.

  42. 142
    Descartes dit:

    @YB (#143)

    Mélenchon doit se positionner comme le candidat du compromis gaullistes/communistes d'après guerre (type CNR), c'est-à-dire hautement républicain, patriote et décomplexé à gauche... et non comme un candidat d'extrême gauche.

    Oui, oui, mille fois oui! Tout à fait d'accord avec votre analyse. C'est dommage que Jean-Luc Mélenchon, qui a certainement en lui de quoi assumer le type de candidature que vous proposez, se fourvoie en épousant le discours gauchiste. Faut dire qu'il n'est pas aidé: entre le PCF devenu le parti des classes moyennes bienpensantes, radical dans le discours mais dans les faits obsédé par la défense de ses bases électorales, et un PG qui rassemble les anciens gauchistes égarés au PS, pas facile de trouver sa voie.

    Oui, il faut que le candidat "porte un projet et une vision de la France dans le monde". Il faut donc avoir un "projet" et une "vision" à porter. Et ces deux éléments ne vont pas apparaître par l'opération du saint-esprit. Il faut arrêter de croire que le charisme et l'intelligence d'un homme seul peuvent suffire. Pour qu'un candidat puisse tenir un discours crédible et cohérent, il faut que derrière lui une équipe travaille en permanence les sujets de fonds et l'alimente. Sans une équipe qui fasse ce travail souterrain, ingrat mais absolument indispensable, le candidat en est vite réduit à reprendre les vieilles lunes gauchistes (eg. la "régularisation de tous les sans-papiers"), à se prendre les pieds dans le tapis de propositions qui ne sont pas sérieuses (eg. "la géothermie remplaçant le nucléaire"), aux formules creuses (eg. "planification écologique") et en dernière instance, à attaquer le journaliste pour dissimuler le fait qu'on n'a pas grande chose à dire.

    Les applaudissements des groupies acquis à la cause ne devraient pas dissimuler le fait qu'on n'a toujours pas de programme digne de ce nom, et que Jean-Luc Mélenchon n'a toujours pas une équipe qui réfléchisse autour de lui.

  43. 143
    Theodoric dit:

    Bonjour,
    j'interviens ici pour la première fois, à la suite de ce que j'ai vu hier soir sur Canal+. Je "connais" Jean-Luc Mélenchon en tant que Ministre de l'enseignement professionnel, où, pour la première fois depuis Savary, j'ai vu quelqu'un qui proposait du neuf, savait s'entourer pour le promouvoir, et trouvait les financements; je veux parler de l'Education Civique juridique et Sociale qui a été mise en place au début des années 2000. J'ai assisté, avec d'autres responsables de cet enseignement, à des réunions où le ministre est intervenu; j'ai compris (hormis le brillant orateur) quel républicain il est. Il me semble que c'est la source de son engagement.
    L'émission d'hier soir m'a scandalisé, par la bêtise des questions "êtes-vous socialiste?" par une A.Massenet qui n'a jamais entendu parler de la différence entre parti et pensée, et surtout par le procès en règle tenté par Aphatie qui, au-delà de son habituel numéro, s'est fait le chantre vindicatif d'une droite envers qui il n'oserait pas ainsi avancer l'insulte et le sous-entendu. Il faut savoir que tous ces gens de Canal, qui dès le début des années 90, ont migré vers Neuilly, n'arrêtaient pas de parler de "Nicolas", voulaient à tout prix faire partie du cercle des proches de Sarkozy, n'ont jamais eu la moindre culture politique. Pour les avoir vus de près, professionnellement, on peut même dire que le cynisme et l'intérêt individuel les rapprochaient objectivement de ce qu'il y a de plus opportuniste à droite. Celui qui m'attriste le plus, c'est Ali Baddou: être agrégé de philo et normalien pour en arriver là....
    Bref, cela pour dire que Jean-Luc Mélenchon vient de gagner un ex-électeur du PS à sa cause.

  44. 144
    Aubert Dulac dit:

    Grang Journal de Canal +, troisième partie... Infecte séquence crapoteuse supposée rigolarde mettant en scène un « Jean-Pierre Méchanlon »... D'où visage légitimement consternée de Jean-Luc... Devant des indignités provocatrices de cet accabit, mais que fait la police,...je veux dire que fait Alain Finkielkraut, si prompt à déplorer l'abaissement médiatique, aux mains des « plaisantins » ?... Comme disait Raymond Devos, quand il n'y a plus de valeurs, il n'y a plus de quoi rire !...

  45. 145
    redline69 dit:

    bonjour

    Canal+ est devenue une station de spectacle. Le jeu scénariser des pseudos journalistes n'a comme objectif que faire du buzz.
    Jean-Luc Mélenchon, vous devez plus que tous rester sur l'ojectif initial de valoriser le programme partagé (cela intéresse les électeurs).
    Les pièges en eaux troubles de Aphatie n'ont plus aucune importance et il le sait lui même en validant votre vision des futurs mouvement d'ampleur (la Révolution).
    Plus que tout vous devez montrer les éléments du programme et en appeler aux militants PS et EE pour qu'ils réfléchissent sur les errements de leur parti respectif.

    on voit nous téléspectateurs le piège dans lequel certain animateurs TV veulent vous emmener.

    cordialement

  46. 146
    Nicolas B. dit:

    143 Yb et 144 Descartes : la critique fuse, est ce qu'elle est bien fondée ? que vous le voulez ou pas le Front de Gauche a une base solide, le parti communiste avec ses valeurs, la gauche unitaire, et le parti de gauche. Vous faites comme A.Massenet sur canal, << êtes vous trop à gauche ?; utopiste ? avez vous un programme ?....>> Au lieu de dire sans cesse qu'il n'y a pas de programme, critiquez précisément le programme partagé point par point ce sera plus constructif. Si l'aspect groupies de certains commentaires vous agacent, c'est simple ne les lisez pas. Ce blog est vivant ! pas sclérosé, mais ouvert à tous, pour peu d'être sincère. "il faut changer le cours de cette campagne", moi elle me va bien cette campagne, on verra le résultat des cantonales et après on pourra en rediscuter. La remise en place des journalistes est nécessaire, surtout devant une grande audience publique, le passage sur canal a été parfait dans ce sens, bien que l'émission ne s'y prête pas. Pour finir la critique quand elle est constructive est efficace, le dénigrement est critiquable.

  47. 147
    lionel-pg44 dit:

    132 chat

    Halte au bagnolisme et brûlons les, ben voyons !
    Monsieur l'universitaire parisien, la bagnole est, certes, une grande source de pollution, mais c'est aussi pour beaucoup de gens, qui n'habitent pas le centre des grandes villes, le seul moyen d'aller bosser.
    Sans doute, avez-vous des horaires réguliers et un métro à porté de pieds pour rentrer chez vous.
    Vous devriez essayer de changer de vie et devenir ouvrier dans une petite ville dont les transports en commun sont quasi inexistants. Si votre boulot se trouve à quinze kilomètres de chez vous et que vous travaillez en 2/8 (ça existe, vous savez?) c'est la bagnole qui vous y conduit en 15 minutes. Si vous cherchez des transports en commun, vous rajouterez 2 à 3 heures à votre journée de travail.
    Quant aux voitures brûlées dans les banlieues, ce sont, pour la plupart, de vieux machins très polluants... mais les "pauvres" sont idiots et ne savent pas se payer des Toyotas hybrides.
    Imaginez que vous gagniez 1200 ou 1300€ par mois, qu'on foute le feu à votre chère bagnole... vous pleureriez, mon cher, parce que vous n'auriez les 1500 ou 2000€ nécessaires pour racheter une autre poubelle roulante.
    La prochaine fois, tournez sept fois vos doigts autour du clavier avant d'écrire de pareilles fadaises, et je suis poli...
    Marre des bobos écolos bien pensants ! L'écologie mérite mieux que ça.

  48. 148
    Nina dit:

    Désolée mais j'émets des réserves quant au Grand Journal d'hier soir.
    1. Denisot présente JL M comme le président du PG : si les médias ignorent systématiquement Martine Billard, il ne faut manquer de les reprendre.
    2. L'utilisation du je au lieu du nous est systématique (cf "j'ai publié un communiqué de presse" à propos de Chavez" : non ! Nous le parti de gauche, nous avons)
    3. A propos justement de Chavez...il n'a pas commis seulement une "grave erreur de jugement" dû au prisme latino américain : il donne un vrai coup de poignard dans le dos du peuple libyen
    3. la façon de parler aux journalistes, si criticables soient-ils ("du côté des CRS"..."vous ne comprenez pas le latin", etc) est parfaitement contre productive même si par ailleurs les réponses de fond sont données (sur la laïcité, sur Cuba, sur le Tibet).
    4. Pas une seule mention du Front de Gauche de gauche, des cantonales....
    Attention au discours qui s'enraye; attention à ne pas casser la dynamique collective en marche.

  49. 149
    marj dit:

    Juste rajouter un petit commentaire suite à certains propos de Descartes et en lien avec Karim...
    Si ce dernier est effectivement ce qu'il dit, ce que je crois questionnement légitime à mon sens puis mise au point (comme l'a relevé LR, le discours est bien celui de l'extrême droite).
    Ce discours banalisé est, contrairement aux sous entendus de Descartes, celui de la "bienpensance" et des classes moyennes dt ils font partie. Il part de la droite qui s'en sert, le légitimise et diffuse jusqu'à la gauche, surtout celle qui n'est pas trés claire et peu politisée.
    Or, certains immigrés de la classe moyenne,soucieux de se différencier des autres,les classes dangereuses, sont les premiers à relayer de tels propos.Ils fantasment aussi la peur du déclassement.
    Donc plus que des différences ds l'origine ethnique, il s'agit ici de différences de classes...

    Enfin, je ne vois pas pourquoi nous devrions prendre des gants avec ce type de discours (que je différencie de celui qui le porte) tandis que ce discours met en cause lui-même des populations entières, les plus fragiles,sans essayer de comprendre les mécanismes qui amènent par ex des jeunes à se comporter comme ils le font.
    Apparemment difficile pour certains d'aborder la question sociale, les 40% de chômeurs ds certains quartiers, bien plus simple de crier avec les loups et de surtout ne pas remettre le système en question.

    Partant de ce constat, personne ici, ni Mélenchon ni le PCF et ni la GU, ne conteste le bien fondé de la laïcité et de la légitimité de tous à vivre en sécurité.Comprendre ne veut pas dire accepter (cette règle est vraie pour tous).
    Ce qui est de moins en moins le cas car, entre le discours et les actes, il y a un monde...et notre gouvernement joue de tout cela en stigmatisant d'un côté et en abandonnant totalement certains quartiers de l'autre.
    Voilà, cette fois, je pense que j'ai à peu près dit ce que je souhaitais dire..

  50. 150
    Tony dit:

    Je suis consterné par les prises de position de Chavez face à la révolte populaire en Libye, il appelle maintenant à une médiation entre Kadhafi et les insurgés, autrement dit : il cherche une porte de sortie pour que son ami Kadhafi puisse rester au pouvoir ! c'est donc un contre révolutionnaire !
    Je viens également d'apprendre qu'il existait un "prix Kadhafi des droits de l'Homme"(!), décerné entre autres à Fidel Castro et Evo Morales... c'est pas possible, on marche sur la tête...

Pages : « 1 2 [3] 4 5 6 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive