07sept 10

Le Front de Gauche mobilisé pour faire reculer le gouvernement

Dans la manifestation retraites aux côtés des salariés

Ce billet a été lu 3 583 fois.

Mardi 7 septembre Jean-Luc Mélenchon était présent aux côtés de Pierre Laurent et des militants et élus du Front de Gauche tout au long de la manifestation parisienne sur les retraites. Voici une vidéo du Front de Gauche qui revient sur cette journée de mobilisation aussi massive que prometteuse. 

 Cette vidéo a été consultée 7 214 fois


25 commentaires à “Dans la manifestation retraites aux côtés des salariés”

  1. 1
    pierre dit:

    Et maintenant on fait quoi ?
    Je n'y connais peut-être rien en négociation syndicale. Mais pourquoi les syndicats attendent-ils le 23 pour se mobiliser de nouveau ? C'est après le vote du 15. Considèrent-ils qu'ils ont perdu d'avance ? J'ose espérer que non. Devant un gouvernement et un président qui ne recule pas d'un pouce (hormis le bricolage), la seule solution n'est-elle pas une grève générale et reconductible ? Si quelqu'un comprend quelque chose....

  2. 2
    Annie pensée libre dit:

    @ pierre
    ben moi aussi j'ai mis du temps à comprendre, ils ont eu des problèmes divers pour se mettre d'accord sur les buts et les manières

    ils se replient sur le 23… sur mon blog je les appelle : TRAÎTRES

    ils cassent notre mouvement chauffé depuis au moins juin

  3. 3
    boboye dit:

    Moi aussi j'espère que les syndicats ne se censurent pas, j'espère qu'ils porteront notre envie d'aller au bout. Mais je me souviens de mouvement arrétés en plein élan. Malheureusement, on n'a qu'eux.

  4. 4
    GdeC dit:

    @méluche : tu as dit une chose très juste, dans ton flot médiatique : la gauche manque d'imagination. la preuve, elle ne sait inventer que des grèves... on passe quand à l'action, la vraie ? Tous à la bastille !

  5. 5
    Toto dit:

    Même les organisations syndicales peuvent être d'Ancien Régime...Une sorte de noblesse de robe qui feint la fronde auprès du peuple mais tient à son rang là où le pouvoir se fait ! Ridicule ce mouvement social à dos d'âne quand l'adversaire joue les Guderian !

  6. 6
    langly dit:

    Il est clair que cette réforme comme je l'ai déjà dit sera un point de non retour. Il y a deux possiblités soit le gouvernement retire son projet. Dans ce cas une nouvelle dynamique d'espoir va se mettre en place et se sera peut-être la fin du sarkozisme ou bien Sarko s'il joue bien et c'est surfer pourrait s'en sortir (je sais c'est moche de dire cela). Soit ce sont les syndicats qui plient. Dans ce cas sera la mort du syndicalisme. Comme la dit en juin Sarko, les syndicats ne servent à rien. Et nous le voyons bien aujourd'hui. La colère commence à monter aussi envers les représentants syndicaux incapables de peser sur la réforme. J'étais à la manif tous le monde demande une grève reconductible seule les sphères syndicales ne bougent pas. Certains (pas tous) cassent la dynamique. La question est pourquoi? Je pense que tous est encore possible.

    Tiens j'ai remarqué que depuis le 4 vous ne parlez plus. Revenez. Votre avis nous intéresse. Ou en tout cas moi. :)

  7. 7
    Didier dit:

    Les syndicats trahissent : on se passe de leurs dirigeants. Le 15 tous à l'Assemblée Nationale ! Et partout, pesez sur les dirigeants syndicaux locaux pour qu'ils déposent des préavis de grève reconductibles dans les entreprises.

  8. 8
    Marie dit:

    Je pense que les syndicats (du moins leurs têtes) sont plus "mou du genou" - restons polie - que le Front de Gauche, aussi imparfait soit-il.
    Exceptés FO et SUD =) je les ai clairement entendus à la manif°.
    Organisation trop pyramidale.

  9. 9
    jeune dit:

    http://www.rue89.com/schneidermann-9-15/2010/09/09/reforme-des-retraites-bataille-terminee-165815

    Presque tout est dit.

    C'est malheureux a dire mais on ne peut vraiment jamais faire confiance aux syndicats, va falloir l'accepter et le dire Monsieur Mélenchon.
    A moins que vous ne cautionniez cela.

    Je ne compte évidemment pas SUD et même éventuellement FO dans le lot.

    Je finirais sur une citation, tiens:


    Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse : renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasement.

    H. Krazucki
    ancien secrétaire général de la CGT

    Hors dans les faits aujourd'hui, force est de constater que nous avons a la tete de la plupart des syndicat des personnes ne faisant pas parti de notre classe, celle de la majorité de la population.

  10. 10
    sylvie boussand - PG 03 dit:

    Le seul mot d'ordre qui valait était : retrait pur et simple du projet de loi.
    Les travailleurs méritent mieux que cette bouffonnerie indécente.
    Nous nous en souviendrons.

    ¡ Que se vayan todos !

  11. 11
    Marie dit:

    Et pourtant, de trés nombreuses personnes s'étaient approprié l'autocollant " Je lutte des classes" : je précise qu'elles n'avaient pas de couteau entre les dents !
    En effet, il reste l'oligarchie, et les autres...le fossé se creuse, sur tous les plans : ce n'est plus un fossé, c'est un gouffre.

  12. 12
    pierre le bloa dit:

    Cher Monsieur Mélenchon,
    Je lis régulièrement votre blog et je souhaite partager avec vous et les autres lecteurs cette vidéo de 20 minutes qui parlent des retraites.Il s'agit d'un spectacle de franck Lepage qui parle de ce sujet et avance des arguments plus que convaincants sur la défense de notre système par répartition.
    http://www.michelcollon.info/Vive-les-retraites.html
    en vous en souhaitant bonne lecture et que vous puissiez y trouver quelques munitions rhétoriques...
    Bien amicalement
    pierre

  13. 13
    thierryjay93 dit:

    Le seul combat valable contre un gouvernement autiste est celui du suffrage universel !

    Si vous gagnez le combat électoral (les Présidentielles en 2012) sur la base d'un projet avec entre autres engagements le droit à la retraite à taux plein à 60 ans accompagné d'autres aménagements, alors vous avez aussi gagné le combat social.

    Le job du Front de gauche est de convaincre le peuple que le Front de Gauche représente la vraie gauche par distinction des autres formations dites de gauche sur la base d'un projet de société qui apporte de véritables changements dans des conditions crédibles.

    La bataille des retraites en est l'illustration.

  14. 14
    jeune dit:

    Ah tiens, le FdG se transforme tout a coup en PS bis thierryjay93?

    "soyez sage attendez 2012 tout ira bien"

    Au moment ou on commence a y croire un peu y'en a toujours pour nous rappeler qu'on ne doit pas, c'est ca?
    Bon puis pour les faits on oublis pas non plus les votes locaux des élu du FdG…

  15. 15
    thierryjay93 dit:

    A Jeune,

    J'aurais du commencer ma phrase par "Au final, le seul combat.."

    Je voulais simplement signifier que la souverainté du peuplue (élections ou référendum) est la plus puissante et la plus incontestable de toutes les formes d'actions lesquelles, grèves, manifestations, sont nécessaires, indispensables et complémentaires.

    Autrement dit, la responsabilité lourde des organisation syndicales est absolument vitale pour mener à bien les luttes sociales. Tout doit être fait pour renforcer le syndicalisme. Lorsque les organisations syndicales sur un sujet comme les retraites mènent leur action dans un cadre intersyndical, c'est un signal très fort et très puiissant qu'il convient dans la mesure du possible de relayer sur le terrain.

    La détermination des salariés, du monde du travail est remarquable.

    Ce gouvernement refuse le dialogue et mène un combat de nature idéologique, dogmatique sur cette question comme sur toutes les autres questions soiales puisque le but est de revenir, progressivement, sur l'ensemble des acquis sociaux et de faire en sorte que nous devenions tous des moutons dociles. L'alternance politique ne posant désormais guère de problème comme on voit en Grèce, en Espagne. La gauche dite raisonnalbe, rocardisée, pasteurisée, adulant le Nouvel Obs, poursuit sagement l'oeuvre libéral !

    C'est pourquoi je disais, en conclusion, qu'au final, la seule façon de mener une vraie politique de gauche, il faut gagner le seul combat qui en démocratie prime sur tout le reste, c'est le combat démocratique, politique de conquête du suffrage universel.

    DSK et d'autres sosies de son espèce prennent un soin particulier à ignorer, Jaurès, Blum, Mitterrand (eh oui ! n'oublions pas que la retraite à 60 ans, les 39h, la 5ème semaine de congés payés, la priorité à l'éducation, le relèvement significatif des minimas sociaux, du minimum vieillesse notamment, le RMI, l'abolition de la peine de mort et des tribunaux d'exception, la légalisation de l'homosexualité, les radios libres, l'Europe y compris celle de Maastricht, tout cela et bien d'auters, c'est lui et on aurait bien d'autres de ne pas revendiquer cette gauche là, la fiereté d'en être).

    Dans la Gauche, il y a désormais ceux qui y croient et nous en sommes et il y a ceux qui font semblant d'y croire et DSK et ses amis en sont.

  16. 16
    4 Août dit:

    Je viens d'écouter Minc venu faire la promo de son livre sur LCI. Il a encore remercié les syndicats pour le bon boulot qu'ils ont fait pendant la crise (traduction: contenir la gronde) et leur demande de ne pas tout casser aujourd'hui.

    La vidéo n'est pas encore en ligne.

  17. 17
    4 Août dit:

    Et là je viens de voir le nouveau billet dans lequel Jean-Luc demande de ne pas taper sur les syndicalistes...

    Désolé !

  18. 18
    Humbert [PG32] dit:

    Bonjour !
    Pour moi, il fdaut de vraies grèves et non pas des promenades.
    Pour cela, compte tenu des difficultés des salariés et autres à envisager plusieurs jours sans salaire, il faut faire un pot commun et y contribueront ceux qui pourront. Ainsi ce sera moins dur. Aussi, dans les negos de sortie de grève, il y aura un moratoire d'un mois pour les remboursements d'emprunts.
    C'est possible et c'est me semble-t-il la solution pour revenir aux grèves et manifestations avec du sens et de l'action.

  19. 19
    vaz jean-philippe dit:

    essayons de garder raison...apportons notre soutien aux syndicats, aux salariés et à tous ceux qui manifestent pour le retrait de ce projet de loi....apportons notre soutien aux députés qui la combattent au sénat. j'ai l'occasion de suivre en partie les débats sur la chaine parlementaire, et je constate que même si les propositions divergent sur le "comment faire la réforme des retraites",l'opposition unie réclame le retrait de cette loi que cherche à imposer le gouvernement. bien sur qu'en tant qu'adhérant au pg(je ne le suis que depuis ce matin...)je souhaite voir adopter la proposition du front de gauche. mais il ne faut pas se tromper aujourd'hui de combat. d'abord obtenir le retrait de cette loi donc combattre la droite et après combattre la sociale démocratie. pour l'instant le poids du front de gauche n'est pas assez important au sein des institutions mais des responsables s'attèlent à ce qu'il progresse. notre job en tant que militant (me semble-t-il)est d'éveiller les consciences de nos concitoyens et de faire connaitre le front de gauche pour que son projet de société puisse enfin s'appliquer..
    donc restons unis et raisonnés dans nos objectifs légitimes.

  20. 20
    jeune dit:

    l'Europe y compris celle de Maastricht

    Si tu trouve qu'on peut etre fière de ca…

    C'est plutot le contraire perso mais bon.

    Pour le reste, bien sur que seul un vote démocratique est valable, mais on peut très bien en organiser en dehors du calendrier prévus, les changements historiques n'y prêtent que guerre attention :)
    Bref, simple question d'efficacité, démerdons nous pour bloquer le pays et donc etre en position de force, apres on verra.
    A l'image de 68 ou la prise de pouvoir etait possible, certains l'ont saboter, je ne dirais pas qui, on le sait…

  21. 21
    thierryjay93 dit:

    A Julien

    Je sais très bien que dire du bien du Traité de Maastricht ici est une provocation mais en 1993, j'ai voté ce traité les yeux fermés et le nez bouché. J'ai voté non au TCE en 2005 pour une seule et unique raison : la règle de l'unanimité pour le modifier interdisant donc la bataille politique (à 27 ou plus, c'est impossible).

    Aujourd'hui et demain, mon vote aux deux traités restera le même.

    Les dérives de l'Europe peuvent être datées de 1993, voire avant (et pour ma part, depuis 1975 et le G5 qui a mis le doigt à l'engrenage au profit de l'économique, marche pied de la finance via la dérégulation, sur le politique).

    Dans une Europe politique fédérale, solidaire, laïque et sociale, la monnaie unique, le marché unique, les règles de concurence libre et non faussées ont un sens si et seulement si on combat ensuite une notion européenne des services publics, une stratégie industrielle, énergétique commune et une harmonisation sociale vers le haut.

    Depuis 1995 (Fin de Mitterrand et extension du venin libéral dans la social démocratie européenne par Blair, Schröder, et autres Zappatero), fautes de combattants, l'Europe est devenue une machine à se détruire.

    Donc, une chose est la force de conviction, une autre est le choix politique des peuples. En dix années, on se retrouve avec Chirac, Sarkozy, Schröder, Merkel, Blair, Berlusconi, Prodi, Zapaterron et Aznar, pour ne citer que les plus influents sans compter Barroso et Trichet. Avec de tels dirigeants, s'effondre toute espérance en l'Europe de Monnet, en des Etats-Unis d'Europe rêvés par Victor Hugo.

  22. 22
    sylvie dit:

    Maintenant ce qu'il faut c'est une greve générale, bloquer l'économie et arrêter le service minimum qui plombe la greve. C'est au peuple de s'organiser et de comprendre que sans cette action on aura rien. Le côté chui bien élevé et je fais où mon dit commence à bien faire ! Je vous rappelle que la greve contre le CPE est avant tout une action des étudiants récupérées par les syndicats.

  23. 23
    Delbrayelle Gilbert dit:

    Et maintenant, on fait quoi ?
    Oui, voilà bien la question. La date du 23 septembre n'est pas bonne:
    > Il fallait faire ça plus vite
    > Le faire un samedi ou un dimanche pour avoir plus de monde
    > Beaucoup vont hésiter à perdre une 2° journée de salaire pour une loi déjà votée
    (Pour les étudiants, ce n'était pas pareil, ils ne perdaient pas de salaire et les gouvernements ont peur des bavures dans les manifs étudiantes)
    > Je crains que la mobilisation soit moins forte le 23 et là, ce sera foutu....

  24. 24
    barda dit:

    Comme préalable, un commentaire parmi d'autres qui me fait sortir de mes gongs :
    Même les organisations syndicales peuvent être d'Ancien Régime...Une sorte de noblesse de robe qui feint la fronde auprès du peuple mais tient à son rang là où le pouvoir se fait !
    Je lis nombre de commentaires attaquant les syndicats. Désolé camarades mais vous vous trompez d'ennemis!
    Évidemment que nous souhaitons aller au bout!
    Évidemment qu'une grève générale aurait un poids indéniable!
    Évidemment que le 23 c'est loin!
    Évidemment que nous rejetons en bloc cette réforme!
    Mais me vient à l'esprit une phrase de Lénine : "Analyser concrètement une situation concrète".
    Cessons de croire que les syndicats jouent un jeu, qu'ils sont de connivence avec le pouvoir... Peut être ont-ils tout simplement analysé la situation et qu'ils estiment que pour l'instant le temps n'est pas venu de décréter un mouvement plus "virulent".
    Combien de personnes suivraient un mot d'ordre appelant à la grève générale? Le citoyen lambda ne risquerait-il pas, alors qu'il approuve plutôt la protestation, de tourner casaque et de hurler à l'extrémiste? Restons calmes et pragmatiques.
    Mon propos n'est pas de dire amen béatement aux décisions syndicales mais de mettre en garde contre des attaques qui font le jeu de nos ennemis... Que demandent effectivement l'UMP et le MEDEF? Que nous nous divisions, que nous nous chamaillions afin de déterminer qui est le plus pur, le plus beau, le plus fier...
    Ainsi concernant le PS : feignions de croire qu'il est sincère et tirons des luttes la légitimité électorale qui nous permettra de peser sur lui.
    La CFDT soutient la réforme Fillion de 2003 et mobilise en 2010?... Et bien soit... nous savons qu'elle a traversé une crise sans précédent en 2003, qu'elle veut faire bonne figure cette fois ci : CHICHE!
    La grève générale ne se décrète pas, aucun parti, aucun syndicat n'a le bouton, la potion qui lui permettrait d'initier un tel mouvement.
    Alors de grâce,
    Cessons de prendre les rêves pour des réalités, de peur de se réveiller avec une gueule de bois.
    Cessons de regarder le camarade de lutte comme un traitre en puissance.
    Cessons de croire qu'il existe une vérité, une méthode.
    Cessons ces commentaires stériles qui, même s'ils font plaisir sur l'instant, ne font pas bouger la situation d'un iota
    Alors, pour revenir sur la citation ci dessus :
    Syndicats = "noblesse de robe"... ridicule historiquement, scandaleux pour les syndiqués (à moins que vous nous preniez tous pour des veaux ^^)
    Syndicats = "qui feint la fronde auprès du peuple"... Sont-ils si éloignés du peuple? NON... il n'y a qu'à droite qu'on feint de croire que les syndicalistes sont tous des feignants qui ont des délégations... laissez moi croire qu'il existe des syndiqués (j'en suis évidemment) qui travaillent et militent sincèrement.
    Continuons de militer, de réfléchir, de penser mais de grâce, ne nous trompons pas d'ennemis !
    Fraternellement

  25. 25
    AG dit:

    Merci Barda,
    J'essaie autour de moi de dire et redire que les syndicats sont ce que les syndiqués en font
    et que à leur taper dessus et les discréditer on ravit les Minc et autres sinistres
    qui s'abreuvent de toutes les bassesses , et se prennent néanmoins pour l'élite.
    Savoir le faire remarquer autour de nous est un devoir,
    Ou est l'aliénation ? critiquer les syndicats ou adhérer et lutter ? quelles peurs
    s'expriment dans la déglingue et la suspicion des syndicats ? de plus nous avons largement
    le choix des organisations syndicales alors ?
    C'est un joli nom camarade,


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive