13mai 10

Interview publiée dans Libération

L’Europe face à la crise

Ce billet a été lu 1 452 fois.

Dans une interview à Libération jeudi 13 mai, Jean-Luc Mélenchon député européen et président du Parti de gauche (PG) dénonce un contrôle «eurocratique» des Etats.

Les propositions de la Commission vous conviennent-elles ?

Contrôler a priori des Etats souverains par des eurocrates nommés ? Quel régime policier ! La crise est utilisée pour constitutionnaliser le libéralisme. Seule la souveraineté populaire rend légitime une décision. A quoi servent les assemblées qui contrôlent les gouvernements nationaux ? A la limite, ces propositions seraient jouables si les Etats-nations étaient contrôlés par une assemblée européenne souveraine. Ce n'est pas le cas ! La Commission européenne ne se rend pas compte de son insolence.

Mais la crise de l'euro a montré le manque d'intégration économique de l'UE…

Non. Il y a un manque d'intégration politique et citoyenne ! Tant qu'on ne réglera pas ce problème, on n'aura rien réglé. Quel lien économique y a-t-il entre la Creuse et Paris ? Aucun. Ce qui fait le liant, c'est un droit social et des lois uniques. Nous ne sommes pas en train de faire des plans de sauvetage des pays, mais un plan de sauvetage des banques qui se sont gavées de titres qu'elles ont elles-mêmes pourris par leur spéculation.

Qu'est-ce que vous proposez ?

L'Europe libérale à 27 est un piège mortel. Il faut sortir du traité de Lisbonne. L'initiative politique doit repartir de l'intérieur de l'Europe des fondateurs : La France et l'Allemagne, l'Italie et les pays du Benelux. Le peuple doit être consulté et impliqué.

Renforcer la discipline budgétaire des Etats, c'est utile ?

On dénonce le niveau excessif des dépenses mais on diminue sans cesse les recettes en baissant les impôts et les cotisations sociales. Ainsi est encore renforcée une politique dont le coeur est la protection de la rente : monnaie forte, dépenses et prestations publiques faibles. C'est un modèle qui asphyxie notre économie et la ruse du capitalisme, c'est de faire croire que c'est le seul modèle possible.


2 commentaires à “L’Europe face à la crise”

  1. 1
    Pierre dit:

    C'est exactement ce que je crois aussi, j'y ajoute l'évidence du calcul manichéen des euros directeurs qui savent très bien que tous les 30 ans on a renouvelé le parc des électeurs d'ici et d'ailleurs et on peut donc recommencer à leur "vendre" les mêmes théories du pessimisme qui vont les conduire a pédaler plus fort pour augmenter d'autant le "cashflow" des macro-actionnaires multinationaux...
    Entrons en résitance, c'est une urgence...

    Mort à la Banque toute puissante, vive la révolution des pacifistes rouges, verts et multicolores!

    Bravo Jean-Luc Mélenchon pour la force et la ligne signalée!

    Salut!

    Pierre.

  2. 2
    Patrick dit:

    Je me permet de coller un billet que j'ai publié sur notre Blog dimanche dernier
    Le député PS de l'Essonne Manuel Valls a jugé dimanche "incontestablement" nécessaire un contrôle des budgets nationaux des pays de l'Union européenne par Bruxelles si on veut doter l'Europe "d'un véritable gouvernement politique, économique et monétaire".

    "C'est incontestablement l'un des éléments" pour doter l'Europe d'un véritable gouvernement politique, économique et monétaire" même si "ça ne peut pas être le seul élément", a déclaré M. Valls lors du Forum Radio J.

    Si vous pensez, Monsieur Valls, que vous ne pouvez pas remplir le mandat qui vous a été confié par les citoyennes et les citoyens de notre République. Qui consiste pour une part à voter le budget de notre pays, mais que vous préférez qu’il soit élaboré par les technocrates de la commission européenne, alors rendez votre mandat.


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive