07jan 10

Liberté républicaine

Je parle du voile intégral

Je ne m’estime tenu par aucune convention d’écriture, de style ou de sujet sitôt que je m’installe à mon clavier. Cela ne changera pas pour l’année qui vient. Si donc mes antis vœux ont déplu je n’en suis nullement désolé. Je ne regrette surtout le recul du sens de l’humour que certains revêches affichent en commentaires, et  l’idée somme toute assez pauvre qu’ils se font du rôle d’un porte parole politique et d’un blog émancipé. Pour cette fois-ci je vous propose un texte sur le port du voile intégral que j’ai travaillé depuis plusieurs jours. Je le publie ce soir, alors même que je ne l’ai pas vraiment fini comme je le voulais, parce que demain matin je vais être interrogé sur la matinale de Canal Plus et que je veux pouvoir y renvoyer ceux que mon analyse intéresse. Je ne voudrai pas en rester aux quelques phrases nécessairement fugaces d’un entretien télévisé. Surtout que les journalistes du matin sont plutôt toniques ce qui colle mal avec les exigences assoupissantes d’une démonstration léchée ! Je parlerai donc plus tard d’un coup de fil ce matin reçu de Nouvelle Calédonie. J’ai eu José Bové, Jean Désessard et louis Kotra Urégueï. Ils se démènent sur place avec une délégation des Verts pour la mise en liberté de Joddard le secrétaire général du syndicat USTKE qui a été emprisonné. José Bové mène un beau combat constant et persévérant sur cette affaire et je me mets dans son sillage sur ce dossier, avec Martine Billard. De mon côté j’étais avec les Conti à la conférence de presse qu’ils organisaient à la bourse du travail. C’était rude de voir ensuite aussi peu d’images le soir à la télé alors qu’il y avait tant de caméras sur place ! Le 13 janvier je serai à la manifestation de soutien à Amiens. Tous les premiers de cordée de chaque parti de gauche témoigneront au procès en appel, sauf le PS mais il sera représenté par Benoit Hamon ! J’en viens au voile intégral. Je me propose de dire d’abord comment j’entre dans le débat qui a commencé, puis comment je travaille intellectuellement pour formuler une réponse. Si je parle d’entrer dans le débat c’est que je voudrai d’abord en déblayer l’accès.

 LE CONTEXTE 

En effet, je ne suis pas dupe du contexte dans lequel ce débat est mis en scène. Je veux donc marquer ma distance  avec quelques uns de ceux qui ont déjà exprimé une opinion. Ainsi nombre des membres de la majorité parlementaire UMP qui se sont saisis du débat sur le voile intégral et réclament une loi d’interdiction ne sont pas crédibles dans le rôle laïque et féministe qu’ils endossent pour l’occasion. Les mêmes ne se sont jamais émus du recul du droit à l’avortement ou des entorses au principe de parité. J’exagère ? Qui a nommé un héraut de l’anti avortement, condamné pour cela à 18 mois de prison dont 9 fermes, à la tête d’un important établissement de santé publique sinon ce gouvernement ! Qui ferme  trois importants centres d'IVG en ile de france qui accomplissaient le quart des IVG de la région? Qui propose une remise en cause aussi brutale de la parité dans les élections sinon ce gouvernement lorsqu’il veut instaurer le scrutin uninominal à un tour pour les élections territoriales? Et qui a fait l’apologie du retour du religieux dans la vie de la cité et remis davantage en cause la laïcité républicaine que Nicolas Sarkozy avec ses sornettes vaticanes sur « la laïcité positive » dans son discours de Latran par exemple ! Pour finir, je vois bien comment cette affaire est conduite pour fournir du picotin au fumeux débat sur l’identité nationale. Dans ce cadre il s’agirait de refuser le voile intégral au nom l’identité française, puisque selon la définition absurde qu’en a donnée le chef de l’état celle-ci serait « une culture, des mœurs ». A l’opposé de ce cortège d’hypocrites, s’exprime un ethnicisme insidieux souvent blindé de bonnes intentions. Là, on crie que l’interdiction  stigmatiserait une communauté ! On discriminerait une population en lui interdisant une pratique qu’elle aurait choisi de s’appliquer librement. Mais que disent-ils du contenu de cette pratique ? Rien. Et si le voile intégral était bien une atteinte à la dignité humaine ? Il faudrait se taire. Seules celles qui se l’appliquent en seraient juges !  Dans un tel angle de vue il n’y a plus de droits universels de la personne humaine. On ne saurait recréer de façon plus choquante un nouvel indigénat. On déclarerait son humanité limitée puisque dans son cas on admettrait une dispense d’application des droits humains universels. Il y a là une façon de « respecter les différences » qui confine au racisme.

Enfin je n’aurai pas la naïveté de penser le problème posé hors du contexte de l’offensive des religieux que l’on voit se déployer. Dans le monde entier, les agressions politiques des églises catholiques contre le droit à l’avortement, la dérive vers le sectarisme évangéliste des protestants dorénavant scellée en France, les émeutes des fondamentalistes juifs en Israël, l’expansion généralisée de l’islamisme politique sont trop évidents ! La multiplication des voiles intégraux dans nos rues a une origine et une conséquence aussi politique que religieuse. 

Principe

A ces préalables on comprend quels seront mes repères pour réfléchir. D’une part l’universalité des droits de la personne humaine, d’autre part la défense du caractère laïque de la République française. C’est par celle-ci que j’entre dans mes solutions. La république ne se mêle pas de la vie des religions ni des pratiques religieuses. Elle ne permet ni n’interdit rien en la matière. Mais elle garantit l’essentiel : la liberté absolue de conscience ! Une des façons de garantir  cette liberté c’est aussi de s’interdire d’avoir des appréciations sur les pratiques religieuses. Ainsi ce n’est pas à nous de dire si le port du voile intégral est ou non un impératif de la religion musulmane. C’est l’affaire des musulmans d’en connaitre. Ayons la franchise de dire qu’en toute hypothèse cela ne changerait rien. Les témoins de Jéhovah inscrivent dans leurs dogmes le refus des transfusions sanguines. Ils sont légitimement inculpés et condamnés pour non assistance à personne en danger. La liberté religieuse est totale. Tout est permis. Sauf ce qui trouble l’ordre public, contrevient à la loi ordinaire ou porte atteinte aux droits de l’homme. Les droits de l’homme sont préalables et supérieurs à toute autre norme et la loi elle-même doit y être soumise. Le port du voile intégral y contrevient-il ? Voila la question. Son origine religieuse ne change rien à la qualification de l’acte qui consiste à en affubler quelqu’un. La loi dit que certaines pratiques religieuses doivent être considérées comme des délits du fait des maltraitances qu’elles occasionnent. D’ailleurs les membres des  sectes qui crucifient des adhérents ou torturent des nourrissons par exemple sont condamnés pour le crime de droit commun qu’ils commettent sans que leur vocation religieuse soit considérée comme des circonstances atténuantes. Le port du voile intégral est-il un traitement dégradant ? C’est le critère déclencheur de l’action publique, le seul qui soit respectueux des principes au nom desquels on peut être conduit à interdire le port de ce voile. Si une loi concernait cet accoutrement, elle ne devrait donc en aucun cas mettre en cause une religion ou un groupe religieux en tant que tel. En République, il n’est pas de loi particulière, mais seulement des normes générales et impersonnelles, applicables à tous.

UNE PRESSION POLITIQUE

Ce n’est donc pas au nom des usages de nos ancêtres les gaulois, d’une quelconque culture particulière ou de valeurs prétendument occidentales que je combats le port du voile intégral. Mon point de départ est que le port de ce voile est un traitement dégradant pour la personne qui s’y soumet. Mais je n’oublie pas que,  dans les faits, le porter en public n’est en rien une pratique purement personnelle. Il impacte lourdement son environnement. Le voile intégral a une fonction idéologique et politique. La violence symbolique qu’il produit dans l’espace public viole ostentatoirement la norme laïque qui gouverne notre vie sociale commune. Le voile intégral est en effet un moyen pour ses promoteurs d’imposer leur loi « particulière » dans l’espace public, à la place de la loi commune. Dans la logique de ses promoteurs, il s’agit de cette façon de pointer du doigt toutes celles qui ne le portent pas, de jeter sur elles le doute et la suspicion. Le prescripteur se voit par la même reconnaitre une domination particulière, au dessus de la loi. C’est de cette façon qu’ils pensent contraindre un nombre croissant de femmes à une appartenance non consentie et obtenir leur allégeance. Convaincre quelqu’un d’accepter un traitement contraire à son intérêt ou mettant en danger sa personne est un acte de conditionnement qui peut en lui-même être puni. La loi le prévoit.  L’article 223-15 du code pénal, déduit de la loi Picard-About contre les violences des sectes, condamne lourdement la mise en état de sujétion et l’abus de faiblesse pour ceux qui s’en rendent coupables : trois ans d'emprisonnement et 375 000 euros d'amende. Deux condamnations au titre de cet article du code pénal conduisent à l’interdiction de la secte impliquée. Ainsi la loi démontre que notre régime de liberté de conscience absolue n’ignore pas les abus auquel il peut donner lieu et qu’il les réprime.  

Un traitement discriminatoire

Le voile intégral fait de la femme qui le porte un être de seconde zone, susceptible de se voir infliger en public un traitement dégradant. Mais en toute impunité jusqu'à ce jour ! Pourtant la loi en France punit de telles pratiques ! Quand bien même la personne concernée en est satisfaite ! C’est ce qui a conduit à l’interdiction du « lancer de nain » dans une discothèque  de Morsang sur Orge. Le nain était pourtant tout a fait consentant et furieux d’être privé de son job. La loi punit aussi l’exhibition sexuelle. Faut-il que nous lancions la mode de se promener nu dans la rue pour constater qu’il n’est pas admis de le faire ? Promener son propre enfant nu dans la rue est considéré comme une maltraitance punie par la loi. Ainsi, toute voilée serait légale et toute nue prohibée ? Qui ne voit comment deux points feraient alors bel et bien une ligne où le corps de la femme est le motif de son asservissement ? Certains disent ici : ces femmes affirment vouloir porter « librement » le voile intégral. Et alors ? La servitude si elle est volontaire n’en est pour autant ni plus acceptable ni plus légitime. Une société d’êtres libres n’autorise aucune enclave de servitude. Même consentie. Permettrait-on qu’une seule personne se donne librement en esclavage ?  Le désarroi mental de cet esclave volontaire doit-il nous faire admettre que quelqu’un puisse être maitre d’esclave ?  Invoquer la liberté pour tolérer le voile intégral, c’est nier l’égalité des droits ou en réduire infiniment la portée au point de considérer que certains ont moins de droits en raison de leur particularité supposée. J’affirme donc ceci : c’est fondamentalement le port du voile intégral qui discrimine la femme par rapport à ses semblables, et non pas son éventuelle interdiction.  

UN ACCOUTREMENT OBSCENE

Pourquoi le port du voile intégral est-il un traitement dégradant pour les femmes ? D’abord parce qu’il est obscène. Il réduit celle qui le porte au seul statut de proie sexuelle potentielle. Comme on ne propose pas de crever les yeux des hommes, seule la dissimulation permettrait de soustraire l’objet du désir à la concupiscence naturelle, et donc légitime, de tous ceux qui les regardent. Notons combien cela est également injurieux pour les hommes réputés ainsi être nécessairement prédateurs obsédés. Quoiqu’il en soit, un statut humiliant de propriété d’autrui est attaché à la femme voilée. Car quand bien même celui qui la dévisagerait se contenterait de cela, le profit qu’il tire de son seul regard est considéré comme un abus. Il diminuerait en effet l’usage exclusif de regarder, réservé à celui qui affirme avoir des droits sur cette femme du fait même qu’elle est voilée. Littéralement ce dernier à un « droit de regard » exclusif sur la femme concernée. La clôture annonce ici aussi la propriété, avec le droit « d’user et d’abuser » qui s’y attache. Mais une personne humaine ne peut être la propriété d’une autre. Cela est contraire aux droits de l’homme qui proclament que les êtres humains naissent libres et égaux en droit.

UNE NEGATION DE SOI

Ensuite la dissimulation dans le but d’être rendu méconnaissable aux yeux des autres est au sens littéral une annulation de l’identité. Qui est là devant moi ? Non seulement je ne peux pas le savoir, mais je ne dois pas le savoir ! La femme  voilée est niée comme personne particulière, parce que l’originalité physique qui singularise chacun de nous est rendue invisible. Dès lors, le voile intégral annonce que la personne ainsi vêtue n’existe pas. Non seulement parce qu’il est impossible de l’identifier mais parce que le sachant la voilée proclame ainsi qu’elle se nie elle même comme sujet autonome, c'est-à-dire apte au statut d’adulte lequel consiste à conduire personnellement sa vie parmi les autres. Le spectacle donné d’une telle auto-humiliation est un trouble manifeste à l’ordre public. D’ailleurs nous ressentons tous le même malaise en croisant les malheureuses que nous avons déjà observées dans cet accoutrement.

LEGIFERER ? POURQUOI PAS ?

S’il est admis que le port du voile intégral porte atteinte à la dignité de la personne humaine, est-il possible de l’interdire et comment ? Je l’ai dit, il existe déjà en droit français des normes qui encadrent les comportements, les messages et signes et même directement l’apparence physique, afin de préserver l’ordre public et la dignité de la personne humaine. J’ai mentionné l’arrêt du Conseil d’Etat qui a validé l’interdiction d’un spectacle de « lancer de nain », au motif que celui-ci portait atteinte à la dignité de la personne humaine. J’ai rappelé les dispositions de la loi de Catherine Picard et Nicolas About. J’ai dit que le code pénal punit également le délit d’exhibition sexuelle, dans la mesure où celle-ci porte atteinte à la pudeur publique. Il punit de même tous les messages « de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine » qui constituent des contraventions de 4ème classe.

Il n’est donc pas impossible ni contraire aux libertés publiques et droits fondamentaux de légiférer sur les pratiques vestimentaires si la défense de l’ordre public et de la dignité humaine le justifie. La dissimulation complète du visage pose problème de ce double point de vue. Elle empêche toute reconnaissance des personnes concernée, ce qui trouble l’ordre public. Et elle les prive aussi d’existence sociale et porte atteinte à leur intégrité physique et morale ce qui met en cause la dignité de la personne humaine. C’est donc sur cette double base que la loi pourrait affirmer l’obligation d’avoir le visage découvert dans tous les lieux publics. Jean-Marie Le Pen affirme que les dispositions actuelles de la loi suffisent et qu’il n’y a donc pas besoin d’une loi de plus. Quelle hypocrisie ! Si le port du voile est déjà interdit qu’est ce qui empêche alors de le dire de nouveau dans le cadre d’une loi,  qui en rassemblerait toutes les dispositions aujourd’hui éparses, sur le sujet ? La vérité est évidemment que Le Pen ne veut pas d’une loi de plus qui renforcerait le caractère laïque de la république française ! Resterait ensuite à définir l’éventuelle sanction de la violation de cette obligation par la dissimulation complète du visage. Pour respecter la nécessité des peines et ne pas aggraver l’absurde surenchère pénale actuelle, cette violation devrait plutôt relever de la contravention que du délit. Au total donc il ne s’agirait donc pas pour la loi d’interdire en particulier le port du voile intégral, mais d’affirmer le principe général de la non dissimulation du visage dans l’espace public, au nom de l’ordre public et du respect de la dignité humaine. Bien sûr c’est un choix politique. Mais la République n’est pas un régime neutre ! Et puisque nous voici à l’ouvrage, je n’en resterai pas là. 

ETENDRE LE CHAMP DE LA LAÏCITE

Si l’objet de la nouvelle loi est bien de garantir la liberté, l’égalité et la dignité de toutes les femmes qui vivent sur notre territoire, d’autres mesures seraient opportunes dans ce cadre.  Si une proposition de loi est débattue, je pense que les parlementaires de gauche devraient les proposer par amendements. Le but serait d’étendre le champ d’application de l’impératif laïque. Ainsi  faut-il interdire à tout patient de récuser le personnel soignant à l’hôpital et punir les interventions des personnes qui y inciteraient un patient. Je pense aux cas des personnes qui refusent ou font refuser un soignant parce qu’il s’agit d’une personne de sexe opposé. Après cela il est temps aussi d’imposer l’obligation de mixité des lieux publics et services publics. En effet le principe de mixité n’est pas aujourd’hui garanti par la loi, y compris à l’école. Par exemple, on ne peut accepter le maintien et l’extension des horaires de piscine non mixtes, ou bien les heures d’accès au sport réservées aux seuls hommes ou aux seules femmes, chacun de leur côté. Enfin, si législateur voulait afficher la constance de ses principes et la cohérence de sa pensée pour notre pays, il pourrait, pour conclure la nouvelle loi laïque, étendre l’application de la loi de 1905 outre-mer et en Alsace Moselle. Mais je crains que le nombre des républicains conséquents  ne soit pas assez grand dans nos assemblées pour cela !


663 commentaires à “Je parle du voile intégral”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1114 »

  1. 1
    Annie dit:

    De ce long pavé, je ne retiendrai que ça :

    Pour respecter la nécessité des peines et de pas aggraver l’absurde surenchère pénale actuelle, cette violation devrait plutôt relever de la contravention que du délit.
    (...)
    Au total donc il ne s’agirait donc pas pour la loi d’interdire en particulier le port du voile intégral, mais d’affirmer le principe général de la non dissimulation du visage dans l’espace public, au nom de l’ordre public et du respect de la dignité humaine.

  2. 2
    Bernard Samson dit:

    Dans mon quartier, il y a une école catholique. Dans l'école catholique, il y a des religieuses voilées. Pour au moins 2 d'entre elles, venues de Madagascar, je sais de source sûre qu'elles ne sont pas là de leur plein gré. Il y a en face une communauté de religieux en soutane.
    Ne croyez-vous pas que vos arguments pourraient s'appliquer dans ces cas? Et si oui, quelle serait la limite?
    Par ailleurs, le bruit des cloches des églises appelant à la messe n'a-t-il pas "une fonction idéologique et politique. La violence symbolique qu’il produit dans l’espace public viole ostentatoirement la norme laïque qui gouverne notre vie sociale commune". C'est aussi"un moyen pour ses promoteurs d’imposer leur loi « particulière » dans l’espace public, à la place de la loi commune".
    Je suis conscient du jeu des fanatiques religieux cherchant à "grignoter" l'espace public. Mais les combattre ne doit pas nous amener à faire n'importe quoi.
    PS : vos interrogations sur "le port volontaire du voile" pourraient s'appliquer également au port "volontaire" de l'ensemble "minijupe - talons aiguilles de 10 cm - décolleté plongeant" de tant de jeunes femmes "libres" d'aujourd'hui.

  3. 3
    Gaspard dit:

    Admettons que la burqa trouble l'ordre public... mais n'y a-t-il pas plus grave ? plus urgent ?

    Je ne méprise absolument pas les femmes en disant cela, mais j'aimerais qu'on donne la parole à celles qui la porte cette burqa, je ne vois pas au nom de quoi on les priverait de parole, comme on a privé de parole les jeunes filles voilées que l'on a interdit d'école républicaine sous prétexte de les sauver...

    j'ai le sentiment que dans cette affaire, sous le fallacieux prétexte de protéger les femmes, on veut surtout les empêcher de se montrer... un peu comme les Suisses ne veulent plus voir de minarets... par certains aspects, on pourrait remplacer burqa par minaret dans votre démonstration et il ne faudrait que quelques adaptations mineures pour arriver à la même conclusion, faites le test

    qu'adviendrait-il des "malheureuses" (je trouve ce mot humiliant, certes il y a des victimes sous les burqas, mais il y a aussi parfois des militantes) que l'on contraint à se vêtir ainsi si la loi les obligeait à rester cloîtrées...

  4. 4
    Darthé-Payan dit:

    Merci Jean-Luc Mélenchon de ta présente note qui (re)met concrètement en place le problème du voile intégral dans le cadre de la république et de loi commune de laïcité.

    Un super texte républicain à mille lieux du communautarisme et de l'antirépublicanisme ambiant en France et à Gauche.

    Chapeau Bas

    Mon père Gilles serait heureux de lire et de voir ta fibre républicaine et laïque clairement annoncée et précisée.

    Salut et fratenité

    Fabien

  5. 5
    Atlasaltern dit:

    Que M. Mélenchon écoute l'intervention de M. de Béchillon devant la mission Gérin à l'Assemblée nationale http://www.assemblee-nationale.fr/13/commissions/voile-integral/voile-integral-20091014-2.asp et il reviendra peut etre sur sa prise de position très contestable

  6. 6
    rimbus dit:

    Cher Jean-Luc,

    Je me permets de porter la contradiction sur ce long plaidoyer fort bien construit mais dont certains points me dérangent.
    La liberté c'est que des gens qui veulent rabaisser leur dignité puissent le faire si tel est leur désir.
    Des gens se font fesser par plaisir, faut-il une loi pour l'interdire ? Des imbéciles superstitieux portent le cilice discretement, s'infligeant ainsi des souffrances dans un délire masochiste bien catholique, il faut donc une loi pour les protéger d'eux-même ?
    L'argument de la dignité humaine est la porte ouverte à tous les abus. Vous parlez de pudeur publique, mais quelle blague, la pudeur étant une valeur mouvante, artificielle, qui évolue sans cesse et de plus en plus vite. Les adolescents se promènent maintenant en sous vêtement, le pantalon aux genoux, où est la notion de pudeur qu'on nous avait inculqué. Vous proposez aussi une loi contre les petits cons ?

    Enfin, si c'est vraiment le sort de ses femmes qui importe, il est clair que le but à atteindre c'est qu'elle retirent d'elles même leur voile, ce qui serait un signe de leur prise de conscience. La contrainte par force s'apparente plutôt à la manière des conversions coloniales, bible dans une main et fusil dans l'autre. Intolérable pour qui se réclame humaniste. Une loi a toute les chance de procurer l'effet inverse que celui recherché, l'obscurantiste quand il se sent persécuté, renforce ses convictions. Les Massacres des premiers chrétiens n'ont pas découragé ces fanatiques qui ont finit par convertir l'Empereur Constantin malgré plus de trois siècles de persécution.

    Je soupçonne donc, cher Jean-Luc, que votre prise de position est plus politique que vraiment préoccupée de lutter efficacement contre l'intégrisme. Il y a des réformateurs dans l'Islam qui pourraient jouer le rôle, pour le monde musulman, de nos encyclopédistes des Lumières, et leur donner la parole fréquemment, faire connaître leur pensée est un moyen de lutter contre ces fous de dieu. Parce que le seul combat efficace sera celui des idées.

    Cette histoire de loi n'est qu'un coup politique dangereux parce qu'il risque de radicaliser ceux pour qui elle est faite réellement. Ensuite si vous l'appliquiez alors qu'elle serait votée, qui irait dévoiler la contrevenante, et pour le coup créer un réel trouble à l'ordre public ? Vous ?
    Non bien sûr, vous allez laisser le jugement a un pauvre fonctionnaire de police qui serait sans doute bien en mal de distinguer la différence entre un niqab et un tchador. En somme vous réclamez une loi pour 10 cm2 de tissu. Entre nous, je ne suis pas beaucoup plus choqué par l'un des accoutrements que par l'autre. Vous rentrez dans le jeu même de la provocation de ces révolutionnaires religieux. On ne pourrait pas leur rendre meilleur service.

    Voici un résumé de mon point de vue. Je regrette que vous ayez adopté le votre. Je précise que je suis un anticlérical forcené, disciple de Richard Dawkins, et que je mène ma propre croisade contre les religions, ce qui m'attire de nombreuses inimités. Enfin, j'ai vécu 10 ans au Maroc en ayant approché les intégristes d'assez près, et je crois que les français ne comprennent pas bien ce qu'il y a dans la tête des musulmans, c'est pour cela qu'ils les combattent de la mauvaise manière.

    Mes divergences ne m'empêchent pas d'apprécier vos idées en général, j'espère que vous ne offusquerez pas que j'ose vous porter la contradiction.

    ps : si vous avez le temps, vous devriez lire JF Khan qui adopte un point de vue semblable au mien sur son blog :
    http://www.marianne2.fr/jeanfrancoiskahn/Burqa-interdisons-aussi-le-casque-a-pointe!_a13.html

  7. 7
    LAURET Gilbert dit:

    Dans la République universelle où l’on va devoir vivre ensemble, la laïcité sera le premier principe qui devra être partagé par toutes et tous. Tout en garantissant le respect de la croyance de chacun, un référendum sera organisé pour demander au peuple, qu’aucun signe religieux ne sera porté au quotidien à l’exception des grandes fêtes religieuses. La France est une Nation une et indivisible et la devise de la République est, Liberté, Egalité, Fraternité, nous devons apprendre à vivre ensemble sans que nos appartenances respectives ne soient des obstacles à cette unité et il est dans l’intérêt de chacun que ce principe fondamental soit respecté.
    Ce texte fait parti du programme politique que j'ai écrit et envoyé le 11 décembre 2009 suite au discours de Crosne et dont je reproduis ici l'intégralité

    LE PARTI DE LA PAIX, voilà le nom que devrait porter le rassemblement de tous les partis de l’autre gauche. Et voilà ce qu’il faudrait ajouter à tout ce qui a déjà été décidé pour objectiver LA PAIX:

    Mon programme politique pour une République Universelle, pour un socialisme philia-informationnel et pour une civilisation pédagogique planétaire.

    Si Vis pacem, para pacem, si tu veux la paix, prépare la paix. Si j’étais élu Président de la République je ferai de la France le point de départ de la future civilisation pédagogique planétaire: L’intérêt général reprendrait à nouveau le pas sur les intérêts particuliers pour permettre à chacun d’apprendre et de comprendre le nouveau monde qui vient afin d’entreprendre la construction de ce nouveau paradigme. Nous devons inventer une nouvelle philia, un nouveau vivre ensemble pour les générations qui vont naître et pour celles d’aujourd’hui et pour réaliser ce grand dessein voilà le programme politique que j’appliquerai:

    Une politique de l’enfant

    Toutes les mères auront droit à un an de congés maternité pour élever leur nouveau né et prolongé de trois mois supplémentaires pour chaque enfant né d’une grossesse multiple. Elles pourront reprendre leurs activités au bout de 6 mois si elles le désirent et les pères auront le droit de prendre le relais pour continuer jusqu’au terme des droits acquis. Ce droit sera inscrit dans la Constitution.

    L’Education Nationale intégrera en son sein tous les enfants dés l’âge de 1 an jusqu’à la sortie des grandes écoles pour faire de cette grande institution le socle pédagogique où seront formés tous les futurs adultes qui auront la charge de construire les fondations de cette future civilisation pédagogique planétaire. De nouvelles méthodes pédagogiques seront instituées en prenant appuie sur tous les supports existants (le corps, le langage, l’écrit et le numérique) pour que chaque enfant soit formé avec la plus grande égalité possible.
    Le rôle des enseignants sera central dans cette future organisation car la révolution numérique qui impacte l’ensemble des médias disponibles, demandera de nouvelles méthodes pédagogiques afin de donner les moyens à l’Education Nationale de remplir totalement ses missions. Les travaux de Ars Industrialis, une association internationale pour une politique industrielle des technologies de l’esprit crée à l’initiative du philosophe Bernard Steigler sont un exemple que l’on devra appliquer pour réformer les méthodes éducatives afin de faire face aux changements qui nous attendent. Voir le site: http://www.arsindustrialis.org/s%C3%A9minaire-ciem-ai-ecole-et-m%C3%A9dias.

    L’éducation au sein des familles sera l’autre volet de cette politique de l’enfant. les Ecoles du couple et de la parentalité seront développées sur tout le territoire pour offrir aux couples et aux parents les moyens de construire un foyer où il fera bon vivre et s’épanouir tout en faisant face aux aléas de l’existence. Dans un monde où depuis Nietzsche dieu ne gouverne plus nos consciences il nous faut inventer de nouveaux lieux de médiations pour que nous puissions ensemble exprimer tous nos émotions et partager nos sentiments. Les méthodes du psychosociologue Jacques Salomé diplômé de l’école des Hautes Etudes en sciences sociales de Paris seraient de bonnes bases pédagogiques pour ces futures écoles de la famille, ces « oasis relationnelles » pour reprendre sa formule. Voir son site: http://www.j-salome.com/01-info/biographie.php

    Tous les enfants de la République seront pris en charge pendant les vacances avec l’appui de l’Etat qui financera les organismes de vacances pour permettre à tous de partir à la découverte d’autres horizons. Le développement physique et intellectuel de nos futurs adultes demande également une évasion vers d’autres cieux pour que la rencontre et l’échange complètent l’éducation offerte par la famille et l’école.

    Toute la jeunesse à leur majorité sera enrôlée dans une conscription verte et citoyenne sous la tutelle des Forces armées françaises pour une période de 6 mois après leurs études. Le but de cet conscription sera de parachever leur éducation par un engagement citoyen afin de les faire immerger dans la réalité du monde en les faisant participer à des actions pacifiques. C’est à l’intérieur des quatre branches de l’Armée française que se fera cette incorporation. L’armée de terre, de l’air, la marine et la gendarmerie nationale se verront confier de nouvelles missions consistant à prendre en charge respectivement la protection de la terre, de l’air, de la mer et des citoyens. Les forces armées auront pour seconde mission la protection de la biosphère et de l’anthroposphère et les filles et les garçons en seront les messagers de paix.

    Une nouvelle politique économique, écologique et sociale.

    La France doit retrouver son indépendance politique et économique, elle doit reprendre en main son destin en se dotant d’outils lui garantissant la maîtrise de son avenir.
    La nationalisation des grandes banques de dépôts, des grands groupes industriels et des grands services publics de télécommunications, de l’énergie et des transports auront lieu afin de donner à l’Etat les moyens de mener une politique économique garantissant l’intérêt général.
    Tous ces entreprises seront mis en synergie afin de construire un nouveau secteur où seront regroupés les technologies de l’infiniment petit que sont les nanotechnologies, les biotechnologies et les algotechnologies. Ce nouveau pôle irriguera par ses recherches l’ensemble du tissu économique afin que la France devienne le premier pays du socialisme philia-informationnel. Nous devons rentrer dans le XXIème siècle par la grande porte et les technologies de l’infra-monde vont nous donner les codes pour accéder à la civilisation pédagogique planétaire.

    Le cœur de tout ce nouveau dispositif sera la construction d’un nouveau secteur industriel regroupant les technologies cellulaires, filaires et par satellites de l’information et de la communication. La France développera sur tout le territoire métropolitain et outre mer les infrastructures technologiques filaires et cellulaires mobiles, dites à large bande que sont respectivement la fibre optique, le LTE (Long Term Evolution) et le WIMAX (Worldwide Interoperability for Microwave Access) permettant à tous d’accéder au savoir, à la connaissance et à la culture partout et à tout moment.
    La France prendra en charge la construction de nouvelles usines où aura lieu la fabrication des terminaux adaptés pour l’accès à tous les données et des murs de téléprésence, une technologie permettant de faire de la visioconférence indispensable pour la réalisation de la civilisation pédagogique planétaire. La France doit offrir des débouchés à sa population active et ces nouveaux lieux de productions créeront des millions d’emplois directement et indirectement car de ces nouveaux terminaux, de ces lieux de tous les lieux, naîtront une nouvelle économie philia-informationnelle profitable à toutes et à tous.

    Le projet GALILEO, le système européen de positionnement par satellite devra être entièrement réalisé et la France couvrira la totalité des investissements si les autres pays de l’Union ne trouve pas un accord. Ce projet est capital pour permettre la géolocalisation des données et pour que la mobilité numérique issue des technologies cellulaires soit réellement opérationnelle. Nos futurs emplois passeront par ces nouvelles technologies et la France doit investir massivement pour réaliser ce vaste projet.

    Un nouveau service public des technologies de l’information et la communication sera créé afin de coordonner les moyens pour une politique de la création de l’esprit.

    Un nouveau ministère sera créé dont la charge sera confiée à un ministre d’Etat afin de piloter ce nouveau secteur de l’infra monde

    Tous les services publics retrouveront leurs missions première, être au service du peuple et seulement du peuple Tous seront équipés de ces nouveaux outils leurs permettant de remplir totalement leurs missions

    Une politique de paix

    Dans la République universelle où l’on va devoir vivre ensemble, la laïcité sera le premier principe qui devra être partagé par toutes et tous. Tout en garantissant le respect de la croyance de chacun, un référendum sera organisé pour demander au peuple, qu’aucun signe religieux ne sera porté au quotidien à l’exception des grandes fêtes religieuses. La France est une Nation une et indivisible et la devise de la République est, Liberté, Egalité, Fraternité, nous devons apprendre à vivre ensemble sans que nos appartenances respectives ne soient des obstacles à cette unité et il est dans l’intérêt de chacun que ce principe fondamental soit respecté.

    La France pour être respectée de toutes les Nations quittera le commandement intégré de l’OTAN afin de retrouver sa totale souveraineté politique et de parler en toute indépendance car elle doit devenir un médiateur de paix entre les nations. La France doit devenir le lieu où la paix mondiale entre les hommes et entre les hommes et la nature seront discutés et négociés. La France doit devenir le pays de la paix mondiale car elle à tous les atouts en son sein pour offrir au monde cette paix: humain, géographique, historique, politique, institutionnel, économique, social, scientifique, technologique, philosophique et religieux.
    Les départements et territoires Français d’outre-mer situés au quatre coins du monde seront avec la France métropolitaine les lieux planétaires où seront discutés et négociés cette paix mondiale. Pour concrétiser ce projet la France construira sur l’hexagone et sur ses terres ultramarines des lieux où elle installera des murs de téléprésence, ainsi que les technologies mobiles de l’information et de la communication où tous les représentants et les peuples des nations de chaque région du monde se retrouveront pour dialoguer avec les autres régions du monde afin de trouver des solutions pour faire avancer les grands projets politiques et écologiques interdépendants des régions concernées. La Polynésie française, La Nouvelle Calédonie et Wallis et Futuna couvrira la zone pacifique, la Réunion et Mayotte la zone océan indien, la Guyane, la Martinique, la Guadeloupe et Saint pierre et Miquelon la zone caraïbes et atlantique. La France continentale couvrira l’ensemble de l’Europe géographique, la Russie et la zone méditerranéenne.
    La ratification de ces traités de paix aura lieu au siège de l’ONU qui deviendra le nouveau parlement mondial des peuples.

    Dans toutes les communes de France seront installées ces murs de téléprésence ainsi que ces technologies mobiles pour que tous les citoyens puissent dialoguer entre eux pour construire des liens et mener ensemble des projets dans les domaines profitables à tous.

    Une politique de vie

    La France garantira à tous ses citoyens et citoyennes une sécurité de vie de la naissance jusqu’aux derniers jours.
    Elle prendra en charge la construction des lieux de vie pour le grand âge permettant à ceux et à celles qui ne pourront plus être autonome de venir continuer leur vie dans ces lieux en toute sécurité.
    La santé redeviendra un bien public, les hôpitaux de proximité seront construits pour permettre à tous de se faire soigner dans la dignité.
    L’âge légal du départ à la retraite sera fixé à 60 ans pour tous les régimes avec un taux plein à 70% calculé sur les 6 derniers mois de travail. Le travail tel que nous le connaissons aujourd’hui n’aura plus rien à voir avec celui de la nouvelle économie issue des technologies de l’infra-monde. L’entreprise qui était le modèle de l’ère industrielle était également le lieu où se passait toute l’activité. Si demain nous portons avec nous tous les lieux par le truchement de nos visiophones ordinateurs cellulaires mobiles comme la tortue avec sa maison sur son dos, toutes les décisions pourront être prises de n’importe où et avec qui l’on voudra et chacun deviendra son propre décideur. Il y aura un temps pour le collectif et un temps pour prendre du bon temps. Ce nouveau temps choisit chacune et chacun le consacrera à faire ce que bon lui semble mais également à participer aux travers des diverses associations aux multiples actions proposées. Nous aurons tout le temps de nous cultiver pour cultiver le monde. Nous peuples des Lumières nous construirons ensemble un nouveau siècle des Lumières planétaire.

    Une politique du droit

    La France investira dans une grande politique de la Justice et fera de ce service public la cheville ouvrière de la République universelle. Tous les conflits devront être pris en charge et devront aboutir dans un délai qui n’entrave pas la bonne marche de la démocratie. Tous les acteurs de la Justice auront les moyens nécessaires pour accomplir correctement leurs tâches.

    Une police du droit sera constituée et deviendra les éclaireurs de la police de sécurité. Cette police de proximité interviendra sur le terrain pour informer les citoyens sur l’application du droit et des devoirs de chacun.

    Si vis pacem, para pacem. Gilbert LAURET

  8. 8
    Toto dit:

    M. Mélenchon,

    Votre exposé sur le voile intégral est vraiment intéressant et instructif. Je suis d'accord avec vous dans l'ensemble, le voile intégral me dérange non pour des "inconpatibilités" culturelles mais pour les questions que vous soulevez : la remise en cause du respect de la laïcité, des lois de la République, le soucis de l'égalité des sexes et le refus de l'esclavage.
    Je voudrais revenir sur ce dernier point : l'esclavage, fut-il volontaire, est contraire aux droits de l'Homme et aux lois de la République. Je pense également qu'une "société d'êtres libres" ne peut autoriser aucun type de servitude.
    Je discutais voici quelque temps avec un collègue adepte (ou disciple?) de Michel Onfray, qui soutenait l'idée que la servitude sexuelle est affaire de chacun et tout a fait acceptable dans la société si les intéressés sont consentants. Deux exemples étaient avancés : premièrement, les pratiques Sado-masochistes : la société doit autoriser et respecter des choix de vie qui consistent à aller s'enfermer dans des clubs obscurs pour y recevoir le fouet et toutes sortes de sévices, insultes, l'humiliation et l'esclavage volontaire. Peut-il exister dans notre République des endroits de ce genre où l'on abandonne volontairement ses droits, son libre arbitre à un maître esclavagiste?
    La question du voile intégral peut être considéré à mon sens comme une forme de sado-masochisme, d'esclavage volontaire, d'abandon de soi mais dans un cas, on dit que les adeptes du fouet, de la laisse et du collier à clous ont le droit (c'est leur trip, c'est rigolo) et les adeptes du voile intégral humiliant n'ont pas le droit...hypocrisie?
    Autre affirmation soutenue par mon collègue onfrayiste : les prostituées font un choix de vie motivé par le plaisir ou l'argent, c'est un choix respectable comme n'importe quel autre choix de vie. Là encore, je trouve ce raisonnement absurde, la prostitution est également une forme d'esclavage, forcé ou volontaire, souvent porté par une misère économique et sociale, c'est une atteinte à la dignité humaine et aux droits de l'Homme. Comment accepter au sein de la République, le fait qu'un homme ou une femme libre puisse mettre son corps à disposition des désirs
    d'autres, c'est une négation personnelle et sociale au même titre que ces femmes voilées. Pourtant, on ne parle pas d'interdire la prostitution...elle est "tolérée".
    il me semble pourtant qu'on est dans le même ordre d'idée. non?

  9. 9
    Etienne dit:

    L'obligation de mixité dans les lieux publics est une excellente idée, bien plus efficace et républicaine que les lois cache-misère sur la parité.
    Dénoncer le scandale de la non-application de la loi de 1905 sur les territoires cités est aussi une très bonne chose.
    J'applaudis des deux mains.
    Il y a un autre scandale, qui mérite d'être dénoncer : c'est celui de l'appropriation de plusieurs rues du quartier Barbès (Paris) par des pratiquants musulmans (le masculin est de rigueur : il n'y a pas une seule femme dans ces manifestations) qui transforment l'espace publique en mosquée. Voici un dossier dans lequel il y a beaucoup à piocher : http://www.ripostelaique.com/Dossier-sur-les-prieres-musulmanes,3259.html

  10. 10
    Danièle Dugelay dit:

    Il est exact que le port de la burqa est un problème de violation des Droits de l'Homme, et qu'il s'agit aussi d'une discrimination puisqu'il ne concerne qu'un seul sexe. Je fais partie de ces femmes et hommes qui ont passé une grande partie de leurs temps à manifester et agir pour l'égalité des sexes dans les années 70 et je me sens vraiment agressée par la vue de ces uniformes de soumission. C'est la raison pour laquelle je vais toujours discuter avec ces femmes, sans aucune agressivité bien sûr. Leurs explications sont diverses, surtout avec l'âge des personnes, mais le mot "religion" apparaît toujours. A mon avis, la religion sert de prétexte à ceux qui ont intérêt à les convaincre de se séparer ainsi du reste de la société, mais il n'en reste pas moins exact que ces femmes agisse par obéissance à un dogme, religieux ou non. Il me semble que cet aspect du problème concerne les musulmans et eux seuls.
    Aussi, je remercie Jean-Luc pour cette réflexion, à la fois brillante et sans aucune ambigüité, que j'adopte avec enthousiasme.

  11. 11
    Danièle Dugelay dit:

    @ Lauret Gilbert

    Oh là là, que votre projet m'apparaît effrayant ! Il me glace le dos. Je suppose que les brocantes seront supprimées parce que ce sont des nids à microbes ? Le droit de s'amuser sera garanti à condition qu'on ait auparavant satisfait à l'obligation d'activités sociales ou associatives ? Je ressens votre société idéale comme quelque chose de complètement aseptisée, une sorte de vie de caserne avec droits et devoirs bien encadrés. Où placez-vous la poésie, le plaisir de rester en admiration devant une fleur à l'heure de notre choix lorsque le soleil lui donne des pétales de velours ? Et l'humour, l'amour et l'amitié en toute liberté ? Le doigt sur la couture du pantalon, merci bien, ce n'est pas pour moi, d'autant plus que je préfère les jupes... La pax pour la pax, ce n'est pas un truc de militant. Pour le moment et tant qu'il existera des inégalités, un rapport capital/travail, je reste adepte de la lutte des classes. La république sociale idéale, la démocratie achevée seront-elles un jour réalités ? Je pense qu'elles resteront encore longtemps les objectifs de démarches qui ne se feront pas sans résistances et militantisme. Cordialement, mais pas du tout d'accord avec vous.

  12. 12
    Loïc dit:

    Merci Jean Luc pour cette note, c'est l'expression juridique de ce qu'est la laïcité. Une loi réunissant tous ces fragments épars venant complété la loi de 1905 serait la bienvenue. pour les critiques lues plus haut, je voudrais faire remarquer que les notions d'ordre public et de respect de la dignité de la personne humaine sont complexes. Pour bien comprendre ce texte il faut avoir quelques bases juridiques et c'est en ce sens que je vais le qualifier de technique, mais c'est le moyen le plus direct et le plus juste pour répondre à la question de la laïcité.
    N'oublions pas notre devise républicaine qui fait de la liberté un bien commun et non l'apanage de quelque uns.

  13. 13
    Danièle Dugelay dit:

    @ Bernard Samson

    Les prêtres en soutanes et les religieuses ont, normalement, voué leur vie à leur dieu. Pour moi, ce sont des personnes un peu bizarres parce que je trouve incohérents leur voeu de célibat et l'ordre de leur religion "croissez et multipliez"... mais c'est leur droit de porter un uniforme pour ce qui leur sert de profession. De plus, il y a uniforme masculin et féminin comme pour les stewarts et les hôtesses de l'air, donc pas de véritable discrimination sexiste.

    Par contre, en ce qui concerne nos jeunes filles un peu sexy, je ne vois pas qu'elles dégradent l'image des femmes. La mini-jupe n'est pas plus indécente que le tutu d'une danseuse ou un maillot sur la plage. On accepte, souvent avec attendrissement, une mère qui allaite, alors un décolleté plongeant... Ma grand'mère hurlait "Regarde-là, celle-là, qui est presque toute nue.." quand elle voyait une jeune fille en short en 1950. Je ne peux pas m'empêcher de faire le rapprochement. Par contre, je me demande si les hauts talons sont bons pour la colonne vertébrale. Là; cela concerne le ministre de la santé, au même titre que la cigarette. Mais, au fait, que pensez-vous de ces jeunes gens en vacances, torse nu et poitrail bombé, également le plus court vêtu possible ? Nous sommes des mammifères, avec un côté animal,
    le torse nu remplace la belle queue déployée du paon et la séduction fait partie de nos instincts de reproduction, et tant mieux pour la survie de l'humanité.

  14. 14
    Asse42 dit:

    Camarade Mélenchon

    Que de circonvolutions de langage pour nous annoncer que tu serais favorable à une loi avec l'UMP. Ta conclusion cherche à t'en dédouaner l'esprit en procédant par amendement alors que tu as déjà perdu.

    Faire une loi contre le communautarisme religieux c'est absurde et dangereux.
    Absurde parce que la laïcité c'est le respect des libertés religieuses de chacun. Franchement en quoi une burqua me gênerait-elle dans la rue. Je me dirai tant pis pour la femme qui la porte ou je me dirai rien du tout. Si cette femme est discriminée elle a le droit de porter plainte. Si elle est contrôlée par la police républicaine elle devra ôeter son voile du moins sur la tête. C'est la loi française. Et c'est une loi qui s'applique déjà dans la république si l'on veut bien l'appliquer.

    Faire une loi contre le communautarisme religieux c'est une boîte de pandore. Comme le dit Bernard Samson (2) jusqu'où irons-nous? Et n'est-ce pas le début d'une guerre entre communautés? Les unes accusant les autres de manquement à la loi?

    Lutter contre le communautarisme religieux c'est comme lutter contre la connerie. Il faut la regarder en face avec sérénité et lui montrer qu'elle ne nous atteint pas. Alors elle s'éteindra d'elle-même.
    Bien sûr je suis aussi pour l'éducation républicaine, qui reste le meilleur moyen pour lutter contre ces abus. Ce n'est pas en sarkozie qu'on le fera...

    Ne pas céder à la tentation de la force ou de la brutalité de la loi. Ça c'est la droite. Nous, la gauche, on est pour une résistance passive, sereine et non-violente. On luttera par intelligence collective, par l'éducation, par le respect. On s'en sortira camarade Mélenchon. J'ai foi en l"esprit républicain des français et j'aime la France métissée.

    Amitiés socialistes et laïques camarade ^^

  15. 15
    Pascale dit:

    Merci pour ce texte qui parle de ce sujet sur le fond

    Merci encore de cet effort de se démarquer de ces prétendus féministes et laïques qui ne le font qu'à l'égard d'une religion choisissant de la stigmatiser...

    Merci de revendiquer enfin la fin du statut si particulier en Alsace Moselle et en profiter pour étendre la laïcité en faisant en sorte que dans les établissements publics d'enseignement il n'y ait p^lus de représentation d'une religion comme c'est le cas encore actuellement avec les aumoneries...

    Une loi ne peut s'entendre vis à vis d'une catégorie ou d'une religion, ce serait contraire à l'égalité de traitement de tous devant la loi... elle ne peut donc être une loi de la république qu'en se pensant comme une loi pour tous et toutes... donc ce ne peut pas être une loi contre une tenue vestimentaire mais une loi qui dit que toutes personnes doivent pouvoir être identifiées qui renvoie à l'interdiction de porter une cagoule dans les lieux publics... ou qui interdit d'être masqué sauf les jours de carnaval...

    Je sais que certains pensent que le fait de porter ou non le voile intégral est affaire personnelle mais sérieusement leur consentent à leur aliénation ne légitime pas celle-ci.
    selon les mots même de Henri Pena Ruiz devant la commission parlementaire "Il ne s’agit pas de forcer les femmes à s’émanciper. Mais au moins peut-on faire en sorte que les ressorts de l’aliénation ne soient plus consacrés par la puissance publique. "

    et de poursuivre ; "Comprenons-nous bien. Les jugements qui précèdent ne sont pas portés au nom d’une culture contre une autre, d’une nation contre d’autres, mais d’une certaine idée de la liberté d’accomplissement de l’être humain, dont il est permis de penser qu’elle a une portée universelle. Taslima Nasreen, courageuse militante de la laïcité et des droits de la femme au Bengladesh, affirme la validité d’une telle idée dans un contexte culturel pourtant très différent du nôtre."

    Alors merci encore pour cette note

  16. 16
    Joe Liqueur dit:

    M. Mélenchon, plus je vous lis, plus je vous exècre. Ce salmigondis grotesque est une injure à la République.

    1/ L'interdiction du port du voile intégral est contraire à l'article 4 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789. "La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi". Or une personne que je croise dans la rue, et qui dissimule son visage d'une manière ou d'une autre, ne me nuit en aucune façon ; elle ne me dénie en aucune façon la jouissance de mes droits – c’est moi qui lui dénierais la jouissance de ses droits si je prétendais lui interdire de dissimuler son visage.

    J'ajoute au passage qu'il n'en va pas du tout de même pour les mutilations rituelles infligées aux personnes mineures ; je parle ici de la circoncision - l'excision étant (heureusement) interdite. Mais bizarrement, ce sujet tout à fait important est absent du débat… comme de vos élucubrations pseudo-laïques.

    2/ Puisque vous prétendez être "de gauche", je tiens à vous rappeler qu"il y a une condition structurelle à la liberté des femmes : c'est le TRAVAIL des femmes - travail à temps plein, et correctement rémunéré, cela va de soi. Dès le moment où une femme travaille et en retire un revenu suffisant pour assurer sa totale indépendance économique, plus rien ne l'empêche, au moins dans le cadre du droit français, de se séparer de son mari à tout moment. Sans l'instauration d'un véritable droit au travail, la liberté des femmes ne pourra JAMAIS être assurée. C'est un leurre ! L'interdiction du voile intégral n'est rien d'autre qu'un leurre, et elle est par ailleurs anti-constitutionnelle.

    Le chômage (ou la précarité) de masse, politique délibérément mise en œuvre par tous nos gouvernements depuis près de quarante ans (y compris celui de Jospin, ça vous rappelle quelque chose peut-être), est de toute évidence le dernier obstacle à l'émancipation totale des femmes.

    Il est probable que la plupart des femmes portant le voile intégral n'envisagent même pas de travailler. L'essentiel est qu'elles puissent trouver un travail à temps plein dès le moment où elles changent d'avis… Or ce n'est pas le cas aujourd'hui ! Comme tout le monde, elles sont victimes de la politique de chômage de masse. Le véritable enjeu, c'est le droit au travail.

    Mais bizarrement, ce sujet tout à fait important est absent du débat… comme de vos élucubrations pseudo-gauchistes.

    Concernant les trois départements concordataires, vous êtes pour le moins timoré ; car il s'agit d'un véritable scandale. Cette situation est totalement incompatible avec la loi de 1905 : "La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte" (un sommet du génie politique français).

  17. 17
    chab dit:

    J'aime cet argumentaire, qui est aussi valable pour le problème de la prostitution. Certains hommes rétorquent en effet aux adversaires de la prostitution, que les prostituées doivent rester libres de faire ce qui leur plaît. Sans prendre en compte la part de soumission intérieure ou d'autres éléments psychologiques ou matériels intervenant dans la décision de se prostituer.

    Quant aux principes républicains de mixité et d'égalité, ils pourraient servir de barrage à certaines réformes des modes de scrutin.

    Ils ont aussi de l'utilité pour faire condamner toutes les instances sociales et politiques qui ne respectent pas la parité. Les sanctions financières ne semblant pas efficaces, en tout cas en ce qui concerne les partis politiques, sans doute faudrait-il qu'elles deviennent pénales.Et que les condamnations pénales excluent définitivement de la vie politique.

  18. 18
    Annie dit:

    @Rimbus post 6 : tu dis "Enfin, j’ai vécu 10 ans au Maroc en ayant approché les intégristes d’assez près, et je crois que les français ne comprennent pas bien ce qu’il y a dans la tête des musulmans, c’est pour cela qu’ils les combattent de la mauvaise manière" Pourrais-tu développer et faire partager ton expérience sur ce point ? Quand tu dis ce qu'il y a dans un tête d'un musulman, tu veux dire un intégriste ? Et quelles seraient les meilleures manières (de combattre les intégristes, pas les musulmans) ?

    Par contre, il est vrai que l'emploi des expressions "atteinte à la dignité humaine" et "pudeur publique" par Jean-Luc Mélenchon n'est pas heureux, au contraire de "laïcité étendue".
    Je rejoindrais tout de même ceux qui pensent qu'on a bien d'autres chats à fouetter, mais ici c'est la Tour de Babel c'est bien connu, Jean-Luc Mélenchon peut aussi bien aborder Raf Correa que les grévistes de la faim en passant par les non-voeux de Noël.

    Sinon, pour ce que dis Joe Liqueur post 15, je trouve que tu caricatures le billet de Jean-Luc Mélenchon ; que tu sois déçu qu'il ait finalement donné son avis sur ce qui est agité par l'UMP dans le cadre du "débat" sur l'Identité Nationale, c'est tout à fait légitime, car tu as l'air de penser qu'il a cédé. Mais il ne parle pas d'interdiction du voile intégral, ni de l'interdiction de la dissimulation du visage, mais d’affirmer le principe général de la non dissimulation du visage dans l’espace public, au nom de l’ordre public et du respect de la dignité humaine (par contre, l'emploi de "respect de la dignité humaine" est à revoir, et "espace public" à préciser). Après, il reste à savoir comment l'appliquer...

    Mais tu as abordé quelques points tout à fait justes : la circoncision, le concordat napoléonien, et surtout la précarité salariale des femmes. Effectivement, les 2 premiers sont bien plus polémiques que le voile intégral, et tu as raison de pointer le fait que les laïcs publics sont beaucoup moins actifs ou bavards sur ces points là ; ainsi, on peut se rendre compte à quel point le corps féminin est une fixation commune à tous, là où la circoncision concerne les hommes, et le concordat une emprise essentiellement masculine.
    Pour la précarité salariale des femmes, il s'agit d'un combat commun à tous, mais il est vrai qu'elles sont plus sujettes à servir de points d'ajustements structurels.

  19. 19
    lola dit:

    Il faudrait bien se garder de tenir des positions oû la langue de l'émancipation devient indiscernable d'une orientation réactionnaire.

    Que le vêtement ou la nudité soient des lieux de contrôle, je le crois...certes, la burqa (et pas le niqab) ne fait pas exception!

    Elle a bien sûr sa spécificité mais le bleu de travail aussi et le vêtement pornographique aussi...

    Alors pourquoi suivre la cohorte de ceux qui chassent des sorcières voilées? Ils veulent des bûchers!

    Ni la burqa, ni même le fondamentalisme musulman, c'est largement l'islam en tant que tel qui est mis en demeure!

    Que les esprits les plus subtils de toutes les façons puissent se trouver dans ces mauvaises eaux serait une mauvaise nouvelle de plus.

    Je relirai donc de près l'argumentaire de l'ami Mélenchon car pour le moment, il m'échappe trop.

  20. 20
    Mario Morisi dit:

    Bonjour,

    Le concept de mixité est un axe essentiel. Une valeur indéniable à partir de laquelle travaillez. L'apport est profond.
    mm

  21. 21
    Gasparini dit:

    Cher Jean-Luc,
    Enfin une vraie contribution laïque, républicaine, féministe sur cette question. Il était temps.
    Il fallait rappeler que le voile intégral est dégradant pour les femmes et les réduit au statut de "proie" et d"objet" parce qu'elles sont femmes précisément.
    Les prêchi-prêcha alambiqués, jésuitiques et culpabilisants (stigmatisation d'une communauté(?), intolérance (xénophobie?), atteinte aux libertés individuelles...) dont une partie de la gauche nous a abreuvés nous ont désespérés (et exaspérés).
    Nous ferons circuler ton texte clair et "libérateur".
    Très bonne prestation sur canal ce matin.
    Amitiés.
    J et W

  22. 22
    hold-up dit:

    @ Gaspard Post 3

    "Admettons que la burqa trouble l’ordre public… mais n’y a-t-il pas plus grave ? plus urgent ? "

    Ensemble tout devient visible :
    http://www.chateaubourg.info/?Ensemble-tout-devient-visible

  23. 23
    Madeleine dit:

    Pourquoi ne pas avouer que de temps en temps il est impossible d'affirmer, impossible de dire : je sais !
    Je livre simplement aujourd'hui ce que je ressens et non ce que j'affirme.
    Oui, j'ai rencontré, j'ai parlé, j'ai défilé en soutien au peuple palestinien avec des femmes qui portaient le foulard, le simple foulard comme nous les "vieilles" des années soixante.
    Oui, j'ai pensé que si leur visage et leurs mains étaient "visibles" il n'y avait aucun signe de soumission.
    Oui j'ai croisé des femmes "invisibles", masquées des pieds à la tête de bleu ou de noir et là j'étais dérangée.
    Si j'ai connu les années soixante c'est aussi que j'ai mené avec d'autres femmes bien des combats difficiles pour une reconnaissance de nos droits, de nos libertés sans gommer nos differences.
    Foulard, j'accepte puisque je peux rencontrer l'autre avec un regard, un sourire, une identification humaine.
    Burka, je ne comprend pas, pire, je n'accepte pas.
    Alors j'ose dire qu'à la question : loi ou pas, je ne sais pas !

  24. 24
    demetrio dit:

    oh ! lala ! oh! lala!

    madame LOLA, post 17, est desarçonnée : l'argumentaire de "l'ami melenchon" lui échappe trop !
    et s'il lui échappait une peu ? beaucoup? voyons !
    Un conseil d'un "ami de l'ami de Mélenchon" : cours vite, Lola, tu finiras par le rattrapper un peu, beaucoup, trop !
    Pour mieux courir il est fort conseillé de s'habiller avec une burqa qui, comme chacun le sait, facilite les sprint final intellecteul !
    Je te souhaite une bonne course, que dis-je? un bon marathon.
    Le gagnant a droit à un prêche du frère Tariq rame d'âne
    demetrio

  25. 25
    GARRIDO dit:

    Mr MELENCHON,
    Au sujet de votre remarque sur les Témoins de Jéhovah, auriez-vous oublié les principes fondamentaux de la loi sur les DROITS DU PATIENT, dans la LOI DU 4 MARS 2002 ?
    Je vous rafraîchis la mémoire au chapitre "Nécessaire recueil du consentement du patient" :

    Toute personne prend avec le professionnel de santé les décisions concernant sa santé.
    Le médecin doit respecter la volonté de la personne après l'avoir informée des conséquences de ses
    choix. Si la volonté de la personne de refuser ou d'interrompre un traitement met sa vie en danger, le
    médecin doit tout mettre en oeuvre pour la convaincre d'accepter les soins dispensés, mais il ne peut
    passer outre son refus.
    Aucun acte médical, ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de
    la personne, et ce consentement peut être retiré à tout moment.

    Merci de vous en souvenir pour ne pas faire d'amalgame coupable.

  26. 26
    Yves 93 dit:

    Salut,
    Sur agora vox :
    "Dans l’affaire Rasul Vs Rumsfeld, après avoir entendu les vibrants arguments de l’administration du ministère de la Justice d’Obama, la Cour suprême des Etats Unis a finalement accédé à la demande direct du Président de conserver en l’état une décision de la court inférieure qui précise que la torture est une conséquence ordinaire et attendu de la détention militaire, tout en introduisant un précédent choquante pour tous les tribunaux à venir : toute personne suspectée d’être « combattant ennemi » par le président ou son administration ne sera plus considérée comme une « personne ».

    Ils cesseront donc d’exister en tant qu’entité juridique"
    Bien cdt

  27. 27
    Pulchérie D dit:

    Cher Député européen,

    Je suis surprise que nulle part on n'ait invoqué la nécessité de l'identification comme élément primaire de sécurité.
    Le port du masque en dehors du jour du Mardi-Gras est interdit dans de nombreux pays pour cette raison.
    Supposons qu'un malfrat s'évade d'une prison et qu'il trouve à l'extérieur des complices qui lui procure une burqua.
    L'évadé n'a pas besoin d'être musulman pour cela. Il pourra se faire accompagner par un pseudo-mari, costumé en musulman appartenant à telle ou telle secte. Même si ce faux mari n'est pas musulman, de faux papiers seront là pour l'attester.
    Et la place pour dissimuler une arme, il y en a sous une burqua ! Voilà, je pense, un argument contre le voile intégral.

  28. 28
    Claude dit:

    @Raphael Q. (287 billet précédent):

    Faut quand même pas abuser : les communistes (une bonne partie tout du moins) sont depuis le début dans le processus unitaire et leur vote du 9 décembre a été interprété - un peu vite, semble-t-il - par leurs directions fédérales comme une volonté de faire alliance avec le PS. La preuve en est qu'ils revotent le 16 janvier, sur des bases claires, cette fois-ci ! Faire l'impasse là-dessus, c'est un peu se moquer du monde et pratiquer une désinformation dont on peut se demander qui elle sert réellement !

    Quant à la prétention du NPA à la tête de liste en Bretagne, au prétexte qu'il était devant en juin... Dis-moi, 0.3% d'avance sur l'ensemble du Grand Ouest, ça représente combien de voix pour la seule Bretagne exactement ? Alors qu'on discute d'égal à égal, soit mais quand l'une des parties a la prétention d'être plus égale que les autres cela fausse un peu la discussion. Surtout quand, dans le même temps, elle monte parallèlement sa propre liste qu'elle annonce dans les médias comme la seule et unique alternative à gauche !

  29. 29
    yves le henaff dit:

    Jean-Luc Mélenchon dit:
    " Si l’objet de la nouvelle loi est bien de garantir la liberté, l’égalité et la dignité de toutes les femmes qui vivent sur notre territoire, d’autres mesures seraient opportunes dans ce cadre."

    oui.
    Mais, aussi, combattre dans le cadre -et de façon urgente -
    le cadre de la culture et du civisme: il y a des comportements et des dérapages
    au-delà de la burka dûs à l'incivisme et au manque de culture

    yves le henaff

  30. 30
    Nipontchik dit:

    Vive la République! Vive la France! Vive le Socialisme!

    Vos développements liminaires sont peut-être un peu longs, et marqués du souci "Père gardez-vous à droite, père gardez vous à gauche" mais ceci est 1 détail (et le contenu de ces circonvolutions n'est pas toujours inintéressant).
    Connaissant vos prises de position sur le fond, un autre positionnement aurait été surprenant (mais la vie politique et le XXème siècle ont banalisé les surprises), donc fidélité à vos combats depuis des décennies.

    Je n'ai que parcouru les commentaires, mais celui d'asse42 a retenu mon attention, c'est 1 commentaire d'essence libérale, antiétatiste "civilocontractualiste", qui entraine le laissez-faire dans des zones dangereuses (mais quand les bornes sont franchies, il n'y a plus de limites), bien significatif des dérives libérales -et d'abandon du volontarisme politique, qui ont amené la gauche (et parfois la droite) au point où elle est arrivée depuis 25 ans.

    Donc sur cette question le (ex)Sénateur Mélenchon ne sera pas sur la même longueur d'onde que B.Hamon, MGB et probablement (à vérifier) M.Aubry et S.Royal. La clarification à gauche ne s'en portera que mieux.

  31. 31
    Anny Paule dit:

    Il est vrai que ces questions de burqa et compagnie constituent la face visible d'un malaise souterrain.
    La proposition de Jean-Luc Mélenchon, d'établir une règle (dans notre république laïque, une et indivisible) consistant à dire que les citoyens (nes) et les personnes vivant sur notre sol ont le devoir de circuler à visage découvert est une bonne proposition.
    Maintenant, il serait bon, peut-être, de nous interroger sur ce qui fait que les singularités religieuses s'affichent ostensiblement, que ces phénomènes prennent de l'ampleur, et que les religions (pas simplement la religion musulmane) s'exposent au grand jour.
    Il serait bon de revenir un peu en arrière et de revisiter notre histoire récente.
    Durant plusieurs décennies, les musulmans entrés sur le sol français, à la demande expresse d'un patronat avide de main d'oeuvre bon marché, ont intégré les valeurs de notre République, ont tendu à se fondre dans notre société. L'école publique a joué un rôle intégrateur, au même titre que le plein emploi.
    C'est au moment où ces deux aspects, (rôle intégrateur de l'école publique, insertion dans la société par l'emploi) ont cessé de fonctionner que les intégrismes religieux sont entrés en scène. Au départ, les cercles religieux ont suppléé aux manques de notre société, ont joué le lien social, ont fait un peu ce que fit, à la fin du XIX° siècle, l'église catholique et sa pratique de la "charité". C'est vers le milieu et la fin des années 80 que l'Islam est devenu visible dans nos sociétés...
    Ceci coïncide avec la montée des intégrismes dans d'autres pays, comme l'Algérie, par exemple.
    Les excès auxquels nous assistons sont le symptome de la misère, de la perte de repères, du désarroi de certaines populations.
    Il est vrai que notre modèle français d'intégration se fait sur le mode de l'assimilation, de l'acculturation, faisant peu de cas des apports du multiculturalisme... Quand il ne peut y avoir assimilation, ou acculturation, il y a recherche de formes intégratives différentes, ou replis communautaires.
    Ce que nous vivons en ce moment est lié, à mon avis, à la crise sociale et économique que nous traversons, à la crise des valeurs.
    Ces questions vestimentaires (qui peuvent mais ne sont pas nécessairement être liées à une forme d'asservissement féminin) devraient s'estomper si nous étions capables de mettre en place un régime différent... et cela rejoint totalement les désirs exprimés par les militants du PG et d'un front de gauche élargi.
    Ce problème est éminemment politique, mais il ne faut pas le cantonner à ces aspects visibles de la burqa et co. Il faut prendre à bras le corps un travail en profondeur sur l'égalité des droits et devoirs dans une société plus juste et équitable.

  32. 32
    azulejo dit:

    Bonjour et Bonne Année et bonne santé à tous d'abord puis j'ai un tout autre sujet que je postes ici mais tout aussi sensible et important que j'espère vous avez déjà transmis à d'autres et à signer. Le lien ici et en dessous le texte que j'ai recu : http://www.pourlasuppressionduministeredelidentitenationale.org/

    Bonjour,
    Nous tenions à vous informer de la mise en ligne du site http://www.pourlasuppressionduministeredelidentitenationale.org où vous retrouverez :

    - Un appel, à signer et à faire circuler ;

    - Des textes de références ;

    - Un film en préparation et une souscription.

    Merci de diffuser ce message auprès de vos réseaux.

    En vous souhaitant une année 2010 offensive.

    Chaleureusement,

    Le collectif

    http://www.pourlasuppressionduministeredelidentitenationale.org

  33. 33
    Bernard Batut dit:

    Merci Jean-Luc de ce travail de cohérence. Je suis à nouveau 100% d'accord avec ta position. Cela commence à m'inquiéter pour ma propre de liberté de pensée.
    Bon courage pour notre combat.

  34. 34
    4 Août dit:

    Que ce soit le voile intégral ou la mini-jupe, on trouve à la source la religion et les rapports non assumés au sexe. C'est pas d'une loi qu'on a besoin, c'est d'une psychanalyse !
    L'Etre Humain est bien l'espèce la plus conne de cette planète, du moins depuis qu'Adam a bouffé la pomme.
    D'ailleurs, j'interdis à tous les dieux uniques et miséricordieux de me réincarner en Humain. Basta.

  35. 35
    Descartes dit:

    @Annie (#323 fil précédent)

    à propos de Séguin : je n’ai pas lu son bouquin, mais j’ai lu celui de Emmanuel Todd qui le range dans toute la cohorte de faux gaullistes :

    C'est toujours un peu rigolo voir Todd décerner des certificats de vrai ou faux gaullisme... J'ai tendance à apprécier les travaux de Todd en matière statistique, mais lorsqu'il parle de politique il a une certaine tendance à dire n'importe quoi. Je crois que le paragraphe que tu cites mérite qu'on s'arrête point par point:

    En 1992, il s’impose comme leader de l’opposition au Traité de Maastricht, héraut autoproclamé de la nation républicaine. Le oui l’emporte d’extrême justesse à son grand soulagement.

    On voit mal pourquoi Séguin aurait été "grandement soulagé" que le "oui" l'emporte. En prenant la tête de l'opposition de droite au traité de Maastricht, Séguin savait qu'il renonçait à toute ambition politique de premier plan. Car on sait la puissance que le lobby fédéraliste a dans le pays, et sa capacité à barrer la route vers les plus hautes responsabilités à tous ceux qui se permettent de le défier. S'opposer à la construction européenne libérale, c'est devenir un paria, et Séguin était un homme politique suffisamment expérimenté pour le savoir. Il n'y a rien à gagner du point de vue carrière à s'opposer au lobby du "oui". Il est donc raisonnable de penser que le choix de Séguin en 1992 (comme celui de Fabius en 2005, d'ailleurs) n'était pas un choix carriériste ou tactique, mais bien un choix idéologique. Pourquoi alors ce soulagement que le "oui" l'emporte ? Qu'avait-il à gagner ?

    Philippe Séguin ne continue pas la lutte, si bien engagée

    C'est curieux que Todd parle d'une lutte "si bien engagée" alors que le référendum avait été perdu par les opposants au traité. "Continuer la lutte" contre Maastricht n'avait dès lors plus de sens, comme l'ont d'ailleurs rapidement compris tous les partisans du "non", qu'ils soient de gauche ou de droite, d'ailleurs: ce fut le cas du PCF par exemple, qui fit disparaître assez vite les références à Maastricht de ses textes. Le seul qui "continuera la lutte, si bien engagée" des années durant à pester contre Maastricht, ce sera le Vicomte...

    mais échange aussitôt la France contre un bureau de tabac, deux plutôt, successifs, la présidence de l’Assemblée nationale en 1993, puis la Cour des comptes en 2004.

    Je trouve très curieux de la part de Todd de réduire la présidence de l'Assemblée et celle de la Cour des Comptes à des "bureaux de tabac". Moi j'avais au contraire l'impression qu'on peut très bien servir son pays en présidant les travaux parlementaires, ou en assurant un contrôle rigoureux de l'utilisation des deniers publics. Mais si l'on croit Todd, ces postes n'existent que pour assurer une rente à ceux qui les occupent. Drôle d'idée de ce qu'est la politique (pour ce qui concerne le "perchoir") et la fonction publique (pour ce qui concerne la Cour des Comptes), tout de même.

    Muet durant le débat de 2005 sur le Traité constitutionnel européen,

    Le contraire eut été une grande faute, puisqu'il était à l'époque premier président de la Cour des Comptes, et que les magistrats sont tenus à un devoir de réserve strict. Faut savoir ce que l'on veut: on a beaucoup critiqué Simone Veil pour avoir pris position sur le TCE malgré ses fonctions de membre du Conseil Constitutionnel, et maintenant on reproche à Séguin d'avoir gardé le silence ?

    il trouve le moyen de garder sa réputation d’homme bourru, colérique et pourquoi pas, intègre. Il a en réalité appris la trahison à une génération politique. Il n’est guère étonnant de retrouver en 2007, autour de Sarkozy, autant d’anciens proches de Séguin : de Roger Karoutchi, qui fut son chef de cabinet à l’Assemblée nationale et son conseiller politique, à Henri Guaino, pourfendeur de la « pensée unique » et antimaastrichtien notoire, sans oublier les anonymes. A tous, Philippe Séguin a démontré par ses actes que la nation républicaine, c’était pour rire, un truc pour monter dans la hiérarchie de la bande RPR.

    Son engagement dans la campagne antimaastrichienne a barré Philippe Séguin de tout poste ministériel. On oublie souvent que Séguin n'a été ministre qu'une seule fois, entre 1986 et 1988, et qu'il ne lui sera proposé par la suite aucun autre poste, ni dans le gouvernement Balladur entre 1993 et 1995, ni dans le gouvernement Juppé (1995-1997). En 1995, il aurait pu prétendre, vu son importance dans le dispositif qui a assuré la victoire de Chirac, au poste de premier ministre. Mais le "lobby fédéraliste" a fait ce qu'il fallait pour qu'il en soit écarté. Alors, on suit mal Todd quand il affirme que "Philippe Séguin a démontré par ses actes que la nation républicaine, c’était pour rire, un truc pour monter dans la hiérarchie de la bande RPR". Par ses actes, Séguin a plutôt montré le contraire: qu'on peut très vite descendre dans la "hiérarchie de bande RPR" lorsqu'on défend ses idées plutôt que se plier aux diktats du lobby dominant.

    Si Todd cherche une personnalité qui a "enseigné la trahison à une génération politique", c'est plutôt Mitterrand (l'idole de Jean-Luc Mélenchon et de tant d'autres...) qu'il devrait viser. C'est lui qui a montré par son parcours à quel point la trahison rapporte. Séguin est un bien piètre maître es-trahison: son adhésion à la "nation républicaine" lui a finalement coûté très, très cher...

  36. 36
    des pas perdus dit:

    Ras le bol des fous de dieu... Il faudrait interdire tous les signes religieux dans l'espace public. Contrairement à un post précédent, tout signe religieux dans l'espace public représente une agression.

    B. TRAVEN : «la foi déplace les montagnes mais c'est l'incroyance qui détruit les chaines des esclaves.»

  37. 37
    Descartes dit:

    @Rollinat (#315 dernier fil)

    Je reformule: Une économie « au service » du bien être de tous serait forcément une économie différente de l’économie capitaliste « au service » de quelques privilégiés ! Est-ce plus clair ainsi ? Tu vas me rétorquer que ça ne veut pas dire la même chose que « une économie au service de l’homme et non l’inverse ». Si ça veut dire la même, chose ! Sauf que la deuxième formulation est plus « elliptique », mais parfaitement compréhensible pour chacun, sauf pour les esprits obsédés par la logique abstraite ou pour les maniaques de la contradiction pour la contradiction !

    Eh non. Si j'insiste sur les questions de terminologie, c'est que derrière la terminologie il y a un problème politique qui me semble fondamental. Comme tu dis, les formulations "elliptiques" sont "parfaitement compréhensibles pour chacun". Seulement, "chacun" peut comprendre ce qui l'arrange. J'ai essayé de te montrer qu'en jouant sur l'ambiguïté des termes "économie" et "homme", on peut donner au slogan "une économie au service de l'homme, et pas l'inverse" à peu près le sens qu'on veut.

    En d'autres termes, les "formulations elliptiques" ne transmettent pas de message (puisque le récepteur ne peut savoir ce que veut exprimer l'émetteur). Ce sont des formules qui servent au contraire de cacher les différences en créant une unité fictive: chacun peut communier dans ces formules puisque chacun y retrouve ce qu'il y a mis. On a l'impression qu'on dit la même chose parce qu'on utilise les mêmes mots. C'est peut-être (pardonne moi la disgression) l'abus des "formules elliptiques qui explique pourquoi le problème des "étiquettes" est si pressant sur ce genre de forums: quand les mots ne veulent plus rien dire, il faut savoir "avec qui" est votre interlocuteur pour pouvoir interpréter son discours...

    Personnellement, je pense qu'un débat politique fructueux implique que les participants échangent des contenus, c'est à dire, des expressions qui ont un sens, et qui sont comprises de la même manière par tous. Autrement, il est impossible de savoir quels sont les points d'accord et de désaccord, et comment ces accords ou désaccords sont construits. Et cela nécessite donc un travail et une rigueur sur le langage, un effort de création et de définition précise des concepts qu'on utilise.

    Je n’ai pas voté Royal pour son « étiquette » mais parce que son programme me semblait un peu moins détestablement réactionnaire et libéral que celui de Sarkozy …. et aussi, parce que certains de mes proches me menaçaient de « représailles » si je ne votais pas « contre » Sarkozy.
    (Je reconnais que ce dernier argument est fort peu politique … et même un peu lâche).

    Surtout un peu absurde, le vote étant secret... Mais je reste songeur devant ton premier argument: tu m'as affirmé ne pas avoir cru que Royal était "moins pire" que Sarkozy, et maintenant tu me dis que le programme de l'une était "moins pire" que celui de l'autre. J'avoue que j'ai du mal à te suivre. Je suis d'ailleurs prêt à parier que si on t'avait donné à lire les deux programmes mis sous une forme neutre, tu aurais été incapable de dire lequel correspondait à quel candidat... (et moi non plus, d'ailleurs!).

    Descartes, je respecte ta culture et tes indéniables connaissances. Débattre avec toi n’est pas inintéressant et, quelquefois, tes arguments tapent juste; Mais de grâce, renonce à ce petit jeu de chicaneries permanentes sur les mots, juste pour le plaisir de paraître mettre tes interlocuteurs en difficulté. Ca rendra le débat plus fécond, crois-moi.

    Je t'ai expliqué plus haut pourquoi ce ne sont pas pour moi des "chicaneries", mais au contraire un point fondamental du débat politique. Si l'on veut sortir de formules du genre "contre tout ce qui est mauvais, pour tout ce qui est bon" (une formule "parfaitement compréhensible par tous", ne trouves-tu pas ?) et construire un véritable programme politique, il faut que les mots aient un sens précis.

    Pleins de soleils qui rient !

    De même... mais de grâce, laissons faire les professionnels: la poésie aux poètes.

  38. 38
    Marie-France dit:

    Bonjour,

    Merci Jean-Luc Mélenchon pour cet exposé bien argumenté et rassurant au milieu de ce discours convenu sur la liberté "à tout prix" de chacun. Il faut mettre des limites à cet envahissement de l'espace public par le religieux et la Loi est l'outil républicain par excellence.
    A titre personnel, j'ai déjà croisé des femmes totalement voilées et cela me dérange très profondément quand je pense à tous ces siècles de combat, pour remettre enfin la religion à sa place et rétablir la femme dans ses droits légitimes. On ne peut rester sans rien faire et votre proposition visant à étendre la Laicité mérite d'être débattue à l'Assemblée.

  39. 39
    langue-rouge dit:

    Je lis certaines choses sur la laïcité et le voile qui me font frémir, d'autant plus que ces choses sont écrites par des gens se réclamant de gauche.
    On ne se convaincra pas et je n'ai pas envie de repartir en "croisade" à chaque fois mais on devrait au moins se mettre d'accord sur une chose: on ne peut pas libérer par la contrainte. Ceux qui rêvent d'établir une sorte de police de l'ordre "laïcard" dans les rues et les espaces publics de ce pays comme les mollahs en Iran cherchent à établir un ordre moral religieux dans les espaces publics se trompent de combat. qJe précise que je n'accuse pas Mélenchon d'aller jusque là mais plutôt certains sur ce blog.
    Je suppose d'ailleurs que ce matin, s'ils m'avaient croisé allant au taffe avec une écharpe remontant jusqu'aux yeux, ils m'auraient considéré comme en effraction avec l'ordre moral républicain.

    Sinon, il y a la Corée du Nord, le paradis "laïcard". Pas de marque, tout le monde en uniforme et une police qui veille au grain pour éviter que des individus osent afficher leur droit à la différence (religieuse, politique ou autre) dans l'espace publique.

    @Claude post 23
    En Bretagne, le NPA a fait 5.40% et le FdG 5.02%. Il se trouve en plus que l'essentiel du pcf (et donc l'essentiel du FdG Bretagne) fait campagne avec le PS et il faudrait en plus que le NPA cède la tête de liste à un autre.

    Petite question Claude: l'unité avec le NPA pour toi, c'est vous devant et nous derrière c'est ça ?
    Parce que en Franche-Comté le NPA a renoncé à la tête de liste (alors qu'il avait fait plus que le FdG), en Pays de Loire aussi. En LR, on a renoncé à demander la tête de liste dans l'Hérault. Et il faudrait qu'en Bretagne, on renonce aussi ?
    On ne va pas non plus s'excuser d'être NPA pour faire l'unité avec vous non plus.

  40. 40
    SAGE Hubert dit:

    Cher Jean-Luc, cher camarde
    Bravo pour ton courage politique sur cette affaire de voile comme sur les autres d'ailleurs
    Face aux néopétainistes des dirigeade la gauche (du PS, du PC, des vert

  41. 41
    Michel Matain dit:

    AFP / Régionales : Mélenchon ne sera pas tête de liste du Front de gauche en IDF

    Le président du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a annoncé vendredi qu’il ne serait pas tête de liste du Front de gauche en Ile-de-France, qui devrait donc revenir au PCF, son partenaire au sein de cette alliance, qui réclame de conduire la liste.

    "Je ne serai pas la tête de liste de l’Ile-de-France", a déclaré le député européen sur Canal+ ne cachant pas que de nombreuses tractations ont abouti à cette décision. "J’ai mis ma candidature à disposition" mais "apparemment ça ne permet pas de régler les problèmes que je croyais qu’on pouvait régler", a-t-il expliqué, faisant état de "beaucoup d’échanges, de bras de fer, de tensions" pour aboutir à cette décision. "Le temps de la cuisine est en train de s’achever, on va passer à table, maintenant je ne serai pas la tête de liste de la région parisienne pour le Front de gauche", a-t-il insisté. "Ce qui compte pour moi c’est pas le sort de ma personne, il est assez enviable, je suis déjà député européen, j’ai la possibilité de m’exprimer", a-t-il assuré. "Ce qui compte pour moi c’est l’avancée du projet politique que j’ai choisi d’incarner" : "le rassemblement de toute l’autre gauche". Le PCF avait adressé lundi soir une nouvelle offre au Parti de gauche pour les régionales en maintenant son souhait de réserver la tête de liste en Ile-de-France à son numéro deux, Pierre Laurent. Il proposait au parti de Jean-Luc Mélenchon la direction de 5 listes régionales (Franche-Comté, Aquitaine, Languedoc-Roussillon, Pays de Loire et Rhône-Alpes) et de 19 listes départementales. M. Mélenchon a par ailleurs indiqué que le Front de gauche était "en accord avec le NPA dans sept régions" pour le scrutin de mars.

  42. 42
    Descartes dit:

    @Jean-Luc Mélenchon... et à ceux qui ont participé au débat sur la burqua il y a deux ou trois fils...

    Bravo Jean-Luc. J'ai été souvent critique de tes positions, mais là je ne peux qu'être d'accord avec toi. Tu reprends d'ailleurs pas mal d'éléments que j'avais évoqué sur ce forum.

    Reste maintenant à faire une proposition législative intelligente, qui évite les différents écueils. D'abord, il faut respecter la règle constitutionnelle, en fondant la règle de droit correctement. Comme tu le signales, il y a deux fondements possibles. Le premier, c'est la question de l'ordre public: la loi pourrait créer un principe selon lequel chacun devrait être à tout moment identifiable dans les lieux publics. Cela ne me paraît pas faisable: en fonction des conditions climatiques particulières, pour se protéger de certaines agressions, ou bien par jeu, certains choisissent de se couvrir la tête ou le visage. Peut on interdire foulards de soi, chapeaux avec voilette ou masques contre la pollution ? Il faudrait truffer la loi d'un nombre d'exceptions tellement important qu'elle deviendrait un monstre.

    Le deuxième fondement, et celui qui me parait le plus raisonnable, c'est la question de l'obscénité et de la dignité de la personne humaine. Ce fondement, se retrouve dans toute la législation contre la nudité publique et n'entraine pas un risque d'inconstitutionnalité. Cependant, il est bien plus subjectif et plus "culturel" si l'on peut dire: après tout, il n'y a pas de critère objectif qui nous permette de décider qu'une fesse est plus "obscène" qu'une main... c'est une question de sensibilité "moyenne" et de tradition culturelle. Légiférer sur ce fondement implique reconnaître à la République le droit de placer ses valeurs et ses coutumes au dessus de celles qui nous viennent d'autres lieux... une véritable révolution pour la gauche pleurnicharde de la "diversité".

    Quoi qu'il en soit, je salue en cette opportunité ton courage de te lancer à l'eau sur un sujet délicat et en prenant une position qui ne t'amènera pas forcément que des amis...

  43. 43
    Alain dit:

    J’y vais de ma petite contribution.
    La burka ! Pour être bref : la droite propose une loi d'interdiction, la gauche PS hésite au nom de la liberté individuelle, chacun a le droit de s'habiller comme il l'entend.
    Certes. Mais cette sacralisation de la liberté individuelle met au même niveau un droit à choisir ses vêtements et le droit d'être libre, de ne pas se soumettre aux ordres d'un religieux ou d'un mari ainsi que l’égalité homme-femme. Ce relativisme est douteux et dévoie volontairement les droits de l'homme. Existe-t-il réellement un droit de s'habiller comme on veut dans l'espace civil puisqu'on y interdit la nudité totale ou partielle dans certaines cités balnéaires ?
    De plus les imposeurs de la burka envoient le message suivant : je vous fais connaître ma religion, je vous impose ma volonté, j'affirme mon point de vue sur les droits de l’homme et la conception que j'en ai même s'ils ne sont pas conformes aux droits universels que vous respectez. Ainsi je vous provoque pour tester vos réactions, votre tolérance, alors que moi je n'en ai pas parce que je ne tolère pas une femme non voilée en public (autrement dit je vous emm****, mes croyances sont prioritaires et je vous les impose !) Mais la liberté de chacun s'arrête où commence celle d'autrui, selon notre Déclaration des droits de l'homme.
    Sinon chacun serait alors fondé à afficher avec ostentation ses croyances : une grande croix sur la poitrine comme les croisés ? un chandelier à sept branches ? des grosses lettres « je suis athée » ou « je suis bouddhiste » ? Cela deviendrait ridicule et contraire à la volonté de vivre ensemble.
    Pour Dounia Bouzar, musulmane anthropologue du fait religieux, la burka est un symbole intégriste. Celui de la reconquête de l'espace public par le religieux.
    Selon Djemila Benhabib, canadienne d'origine algérienne, l'islamisme radical est une dérive de l'islam, à combattre.
    Certains argumentent pour tolérer la burka qu'on doit respecter et défendre la liberté de ceux qui ne pensent pas comme nous. Certes, mais les intégristes respectent-ils nos convictions lorsqu'ils veulent faire apparaître les signes ostentatoires de leur intolérance dans l'espace public civil ? Respectent-ils le droit du citoyen à la singularité et l’égalité des sexes ? En s'inspirant de Saint-Just, peut-il y avoir de la liberté pour les ennemis de la liberté ? Car n'en doutons pas, les intégristes de toute religion ont pour objectif d'imposer leur façon de penser et de croire.
    Les démocraties doivent être conscientes que des forces réactionnaires les balaieraient si elles n'étaient pas prêtes à résister aux « ennemis de la liberté ». (L’histoire récente des pays d’Amérique du Sud chère à Jean-Luc Mélenchon l’illustre parfaitement même si les religions y interfèrent peu)
    Le gros problème en cas d'interdiction : comment la faire respecter ? C’est le travail des législateurs de trouver les solutions.
    La lutte pour l’émancipation n’est jamais terminée : la « résistance à l’oppression » est un droit imprescriptible de l’homme selon l’article 2 de la Déclaration de 1789, elle n’a pas de limites. La lutte contre la dérive de la burka y participe, la liberté de s’habiller comme on veut a ses propres limites, nous sommes dans des hiérarchies de valeurs différentes.
    Pour toutes ces raisons j'adhère aux propos de JLM

  44. 44
    4 Août dit:

    Jean-Luc Mélenchon sur canal + (partie 2, 30'20")

    http://www.canalplus.fr/pid2207.htm

  45. 45
    SAGE Hubert dit:

    Cher Jean-Luc et cher camarade,
    Bravo pour ton courage politique sur cette affaire de voile intégral, face aux attitudes néopétainistes des dirigeants de la gauche (PS, PC, Ecolo, NPA, ) alors que la majorité des militants de gauche se rappellent des combats de leurs parents, grands-parents et autres ancètres pour faire triompher la laicité émancipatrice face à l'obscurantisme imposé de l'Eglise Catholique. La complaisance de certains face à l'Islam radical, mais aussi tout simplement face à l'Islam classique nous rappelle la lache complaisance de nature pétainiste face à ceux qui animèrent au début la Résistance
    De plus il faut savoir 1/que la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH° a rejeté jusqu'à maintenant tout recours des islamistes contre les lois interdisant le port en public ou dans les établissements publics du voile islamique ostensible au nom de l'Orde public et pour la France au nom d'un Ordre Public Laic (nptamment affaire Kervanci), se fondant sur l'alinéa 2 de l'article 9 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme
    2/ que la CEDH exige pour rejeter ces recours une loi explicite,expression de la volonté générale au nom de l'intéret général, (grand principe républicain) ne se contentant pas de décrets ou aures circulaires: une loi est doncnon seulement nécessaire mais indispensable
    3/ Depuis la promulfgation le 2décembre 2009 de la lioi irganique sur l'exception d'inconstitutionnalité du à la révision constitutionnele du 23 juillet 2008, qui introduit une disposition du droit anglosaxon dans notre droit républicain en permettent à n'importe quel justiciable (et pas seulement citoyen ayant le droit de vote de faire lors d'un proces administratif ou judiciaire un recours d'inconstitutionnalité contre une loi meme ancienne (la loi de séparation des églises et de l'Etat n'est plus ainsi protége), aupèrs de juridictions qui peuvent la transmettre au Conseil Constitutionnel, il est indispensable que cette prochaine loi sur l'interdiction du port du voile intégral dans l'espace et les établissements publics fassent référence dans ses azttendus au caractère laic de la Constitution inscrit dans son article premier.
    Hubert SAGE, secretaire du Comité du Voironnais du PG'

  46. 46
    Michel LM dit:

    Les droits de l’homme sont convoqués pour instruire le procès du voile intégrale, pourquoi pas. Les mêmes servent à justifier la guerre que mène l’empire en Afghanistan. C’est au nom de mêmes droits que sont dénoncés tous les jours ceux qui ne font pas allégeance à l’occident riche et dominateur. On est souvent en bien mauvaise compagnie lorsque les invoques mais plutôt que de les jetés avec l’au du bain, profitons des transformations actuelles pour les refondre au profit l’humanité toute entière dépassant ainsi ces textes d’inspiration bourgeoise rédigés à un moment ou cette bourgeoisie était révolutionnaire. Car il faut bien dire qu’il y a dans la déclaration, les droits, qui au non de la propriété justifie le droit du plus fort.

    Il va se soit que je n’ai aucune légitimité pour rédiger un tel texte pas plus que n’importe qui d’autres. J’en ai autant que tous le monde pour m’exprimer sur le sujet.

    Au nom des droits de l’homme je demande :

    - Que l’ONU interdisent toutes fabrication d’objets dont le but est d’asservir, de tuer des êtres humains.
    - Que l’ONU déclare la terre patrimoine de l’humanité et confie son exploitation aux communautés non propriétaires qui en vive.
    - Que l’ONU lève l’impôt sur les riches et s’en sert et le gère pour permettre une vie décente, nourriture et logement à l’ensemble de l’humanité.
    - Que l’ONU modifie l’art 17 de la déclaration des droits de l’homme exclu du droit à la propriété la possession des moyens d’exploitation de la marchandise humaine.
    -……..

  47. 47
    Michel S. dit:

    Pas facile de réagir sans risquer de dire n'importe quoi sur un sujet aussi difficile à appréhender. Par contre,et là je ne me sens pas bien du tout, mais vraiment pas bien du tout, en découvrant que la loi de 1905 ne s'applique pas dans "nos colonies" ? Et que le concordat qui est toujours en vigueur en Alsace/Lorraine interdit que la loi de 1905 s'y applique ? Je savais que les curés étaient payés par l'Etat dans ces anciennes possessions du Kaiser, mais ça va beaucoup plus loin que ça. Quelqu'un pourrait-il nous sortir des archives les principales clauses de ce machin qui pollue la laïcité dans l'est de la république ?

  48. 48
    Philippe dit:

    Magistral. Limpide. Bravo.

  49. 49
    Descartes dit:

    @Joe Liqueur (#15)

    1/ L’interdiction du port du voile intégral est contraire à l’article 4 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi ». Or une personne que je croise dans la rue, et qui dissimule son visage d’une manière ou d’une autre, ne me nuit en aucune façon ; elle ne me dénie en aucune façon la jouissance de mes droits

    Désolé, mais tu as tort: l'interprétation absolutiste de l'article 4 de la DUDHC que tu adoptes n'est pas celle retenue par nos tribunaux, et pour cause. Avec cette interprétation, il serait impossible interdire la nudité publique (en quoi je "dénie la jouissance de ses droits" a quelqu'un en me promenant à poil sur les champs élysées ?), d'interdire la vente d'organes (en quoi je "dénie la jouissance de ses droits" à quelqu'un en vendant un rein, un oeil ou plus simplement mon sang ?), de rendre obligatoires les assurances sociales (en quoi je "dénie la jouissance de ses droits" à autrui en refusant de m'assurer)...

    En fait, on estime que parmi les "droits naturels" de l'homme, il y a le fait de vivre dans une société qui assure l'ordre public. Or, la dignité humaine est un élément de l'ordre public. C'est sur ce fondement qu'on a interdit le "lancer de nain" dans une jurisprudence célèbre (CE, 27 octobre 1995, Commune de Morsang sur Orge), alors même que le "nain" était consentant, et donc que le spectacle ne "nuisait pas à autrui"...

    On peut discuter le fait de savoir si le port de la burqua est in attentat à la dignité humaine ou à la sensibilité publique. Mais si la réponse est positive, alors une interdiction serait parfaitement compatible avec l'article 4 de la DUDHC.

    2/ Puisque vous prétendez être « de gauche », je tiens à vous rappeler qu »il y a une condition structurelle à la liberté des femmes : c’est le TRAVAIL des femmes – travail à temps plein, et correctement rémunéré, cela va de soi. Dès le moment où une femme travaille et en retire un revenu suffisant pour assurer sa totale indépendance économique, plus rien ne l’empêche, au moins dans le cadre du droit français, de se séparer de son mari à tout moment.

    Admettons. Vous ne pouvez pas contester qu'il sera très difficile à une femme portant la burqua de trouver un travail "a temps plein et correctement rémunéré", même en situation de plein emploi. Si vous étiez recruteur, embaucheriez vous une femme qui se présenterait à l'entretien d'embauche revêtue d'une burqua ? Sauf pour quelques postes très spécifiques (gardien de phare ?), la burqua me semble, sans vouloir polémiquer, un sérieux handicap. En d'autres termes, si vous pensez que l'indépendance économique est la condition de la liberté des femmes, vous devriez défendre une législation qui lève un obstacle à l'emploi...

    Il est probable que la plupart des femmes portant le voile intégral n’envisagent même pas de travailler. L’essentiel est qu’elles puissent trouver un travail à temps plein dès le moment où elles changent d’avis… Or ce n’est pas le cas aujourd’hui ! Comme tout le monde, elles sont victimes de la politique de chômage de masse. Le véritable enjeu, c’est le droit au travail.

    Faut pas transformer tout le monde en victime. Trouver un travail est difficile, certes, mais pas impossible. Il y a certes 2 millions de chômeurs, mais à côté il y a quelque 30 millions de salariés. Les femmes qui mettent la burqua réduisent leurs chances de trouver un travail à zéro. Croire que ces mêmes femmes jetteraient leur burqua aux orties si on était en situation de plein emploi, c'est croire au père noël. On l'a bien vu avec le voile à l'école: il a fallu une loi. Et pourtant, on ne peut pas dire que celles qui renonçaient au voile ne trouvaient pas de collège pour les accueillir...

  50. 50
    Michel Teirare dit:

    En résonance parfaite avec votre point de vue, l'article paru dans Parti Pris n°46 :

    http://partipris.info/index.php?option=com_content&view=article&id=68:burqa--quand-la-tolerance-serait-une-lachete&catid=40:actualite-2009&Itemid=55

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1114 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive