17nov 09

002Vendredi dernier se discutait à l’assemblée nationale la taxation des indemnités des accidentés du travail. Rien n’a pu convaincre la droite de faire machine arrière.
Les parlementaires de gauche présents, se sont bien battus. Martine Billard a fait éclater la bulle de mépris de la droite. Dans une ambiance glauque.

 

 

 

001Je vous propose de lire un bref moment du compte rendu intégral de la séance à l’assemblée. Le moment où Martine Billard intervient. Spécialement intéressant est ce qui lui est répondu. Tout ça est révélateur d’une ambiance. Ce qui est frappant dans cette après midi parlementaire c’est l’ambiance. Car Martine Billard a déposé une série d’amendements dans ce débat. Ils sont extraits du volet fiscal de la proposition de loi du Parti de Gauche sur la planification écologique. Martine est ainsi l’auteure d’un amendement visant à supprimer un avantage fiscal accordé aux contribuables payant l’Impôt sur la fortune. Devinez lequel. Assoyez-vous d’abord. Les familles payant l'ISF ont une déduction d'impôt à partir de 3 enfants ….pour famille nombreuse. Cette faveur  coute 25 millions d'euros au budget du pays! Humour noir : cet avantage est financé par la ligne budgétaire "aide aux familles vulnérables" !!! On se pince. Le ministre a rejeté l’amendement. Sans donner aucune explication. Un mépris de ccaste à l’état pur. Réplique avant passage au Sénat : un meeting sera co-organisé avec la FNATH, le 1er décembre, salle Jean Dame au métro Sentier à 19h. Sont annoncées les interventions Noël Mamère, Nathalie Arthaud, Martine Billard, d'Olivier Besancenot, Benoît Hamon, Pierre Laurent,

003Mme Martine Billard. « Monsieur le ministre, vous ne voyez pas pourquoi toutes les indemnités journalières seraient fiscalisées et pas celles-ci ? Quant au rapporteur général, il a parlé «d’anomalie fiscale», «d’équité». Eh bien, la raison pour laquelle ces indemnités n’ont pas à être fiscalisées, c’est tout simplement qu’elles sont perçues par des victimes d’accident du travail. Un petit rappel s’impose puisque certains semblent l’avoir oublié : dans l’entreprise, le salarié est subordonné à son employeur. Du fait de ce lien de subordination, il n’est pas responsable de l’accident du travail. C’est l’entreprise qui l’est ! Non seulement il est normal qu’il ait un revenu de remplacement, mais il serait plus juste socialement – même si la «justice sociale» est désormais considérée comme un gros mot sur les bancs de la droite – qu’il conserve son salaire, intégralement payé par l’entreprise. Malheureusement, ce n’est pas le cas et il doit se contenter d’un revenu de remplacement.

Dans ces conditions, puisque l’accident est lié au travail, à l’entreprise, il serait équitable, dès lors que le salarié perçoit un revenu de remplacement de son salaire, que ce revenu ne soit pas fiscalisé. Cela n’a rien à voir avec les indemnités journalières pour maladie ou maternité.

Enfin, il ne faut pas oublier que la réparation du préjudice subi par un accidenté du travail est moindre que celle perçue pour un accident hors champ du travail, notamment un accident de la route. Non seulement le salarié est victime d’un accident du travail dont il n’est pas responsable, mais il perd une partie de son salaire et il est moins indemnisé pour le préjudice subi que pour n’importe quel autre accident hors de l’entreprise ! Je dirais plutôt qu’il y a un manque d’équité au détriment des salariés des entreprises privées.

004Les fonctionnaires, eux, restent payés. Si leur salaire est fiscalisé, au moins le touchent-ils intégralement pendant un certain temps. Quant à la prétendue couverture de tous les salariés par des accords de branche, ce n’est pas vrai. Il reste encore des salariés non couverts, comme ceux qui travaillent dans la sphère des services à la personne. En cas d’accident du travail, ils ne sont pas indemnisés pour l’intégralité de leurs absences. Voilà pourquoi ce que vous proposez n’est pas du tout une mesure d’équité sociale mais, au contraire, d’injustice sociale. (Applaudissements sur les bancs des groupes GDR et SRC.)(….)
 

M. le président. La parole est à M. Jean-François Copé.

M. Jean-François Copé. Comme Gilles Carrez, je pense que c’est un rendez-vous d’équité. (Protestations sur les bancs des groupes SRC et GDR.)

M. Christian Eckert. Quelle honte !

M. Jean-François Copé. Cette proposition n’est pas tombée du ciel, elle résulte d’un certain nombre de suggestions et de recommandations qui nous ont été faites par plusieurs de nos concitoyens, lors des états généraux de la dépense publique que nous avons organisés dans les circonscriptions.

M. Christian Eckert. Nous ne devons pas avoir les mêmes concitoyens !

Mme Martine Billard. Le Conseil économique et social est contre !

M. Jean-François Copé. En particulier, une dame nous a dit que son mari, à l’occasion d’une activité de jardinage le dimanche matin,…

M. Henri Emmanuelli. Une dame du 16e arrondissement ?

M. Jean-François Copé. Arrêtez avec le 16e ! Quand vous aurez compris qu’il n’y a pas les méchants riches et les bons pauvres, que la France est un tout et qu’elle a besoin de chacun de ses enfants, on aura progressé, et vous aussi ! (Applaudissements sur de nombreux bancs du groupe UMP.)

M. Henri Emmanuelli. 73 milliards !

M. Jean-François Copé. Donc, la dame nous disait que son mari, qui s’était fait une entorse en jardinant le dimanche, avait eu deux semaines de congé de maladie sur lesquels il payait des impôts, tandis que son collègue de bureau, qui s’était fait la même entorse au cours de son trajet vers son lieu de travail, avait été arrêté deux semaines et ne payait pas d’impôts sur ses indemnités. Voilà un rendez-vous d’équité. (Exclamations sur les bancs des groupes SRC et GDR.)

005Nous avons pensé, comme le rappelait le rapporteur général, que, puisque c’était le seul revenu de remplacement qui ne donnait pas lieu à impôt sur le revenu, il fallait rétablir l’équilibre. Il ne s’agit en aucun cas de fiscaliser le préjudice – je m’y étais d’ailleurs opposé en tant que ministre du budget lorsque le sénateur Jégou avait proposé un amendement en ce sens. Nous ne fiscalisons que le revenu de remplacement.

Mme Martine Billard. Merci not’ bon maître !


83 commentaires à “Accident de jardinage”

Pages : [1] 2 »

  1. 1
    Paul D. dit:

    Plus de 17 000 signatures sur la pétition en ligne contre cette fiscalisation des indemnités pour accidents du travail.
    A faire circuler

    http://petition.non-taxation-at.net/index.php?petition=2&pour_voir=oui

  2. 2
    azulejo dit:

    Bonjour, à ce que ca interesse l'amérique latine, il y à le discours de Hugo Chavez qu'il fait le jour de la manifestation contre les bases en Colombie il y à deux jours je crois et pour la Paix que vous pouvez voir la premiere vidéo des 7 vidéos est sur youtube ici et cela s'appelle "Le titre" "concentracion por la paz et il y à 7 vidéos en tout pour les gens patients mais les discours sont tres beaux et prenants "il faut comprendre l'espagnol malgré tout et c'est l'occasion de s'y mettre : http://www.youtube.com/profile?user=TVZL#g/u Que lo disfruten.

  3. 3
    4 Août dit:

    "En particulier, une dame nous a dit que son mari..."

    Eh hop, une loi ! Merci la dame !

    Lamentable.

  4. 4
    lou passejaire dit:

    merci pour cette tranche de mépris... qui me rappelle que mon grand pêre regardait les retransmissions des séances de l'assemblée...
    dans le même régistre, on aura la taxe carbone, et son chéque versé aux bénéficiaires du bouclier fiscal (qui eux en plus pourront valoriser leur bien immobilier en demandant à leurs locataires de payer une « Contribution au partage de
    l’économie de charges » que Borloo et sa clique aurait été plus inspiré de nommer "contribution à la valorisation du capital"....
    Oui, Martine Billard... Merci not'bon maître...

  5. 5
    le niglo dit:

    salut a tous l accident du tavail devrait etre pris en charge totalement par l employeur.les soins et le salaire n est il pas le responable?C est la secu qui paie les insecurites sur le lieu de travail.c est un comble!

  6. 6
    lou passejaire dit:

    @le niglo
    c'est l'employeur qui paye "les insecurites sur le lieu de travail" puisqu'il alimente la branche AT de la sécu

    Article L241-5 En savoir plus sur cet article...
    Modifié par LOI n°2007-1786 du 19 décembre 2007 - art. 22

    Les cotisations dues au titre des accidents du travail et des maladies professionnelles sont à la charge exclusive des employeurs. Elles sont assises sur les rémunérations ou gains des salariés.

    aprés, on peut regretter qu'il ne paye pas à hauteur de ce qu'il devrait payer.... ce qui explique le décallage de revenus avant-aprés AT.

    mais le probléme vient, actuellement, bien plus des conditions souvent ignobles dans lesquelles on traite les victimes d'AT ou de Maladies Professionnelles, qui doivent souvent attendre plus de 6 mois pour voir leur dossier déboucher, et sans ressources de remplacement bien souvent, avec un médecin du travail qui conclut à l'inapptitude au poste et un médecin controlleur de la sécu qui lui conclut à l'arrét injustifié puisque non-inaptitude au "travail".

    mais ça... tout le monde s'en fout... ça aurait même un effet bénéfique sur les comptes de la branche AT de la sécu, puisque la seule solution pour ses sans droits et de reprendre le boulot contre l'avis du médecin du travail, parfois en lui mentant...

    et pendant ce temps, on vérifie la place des virgules dans les déclarations des uns et des autres....

  7. 7
    Claude dit:

    @lou passejaire (476 du précédent billet):

    T’inquiètes pas ;) Cependant, le(s) modérateur(s)/trice(s) devrai(en)t peu être s’alarmer du « c’est facile d’identifier les gens plus avec le blog c’est encore mieux et j’ai suffisamment d’informations » qui sous-entend très nettement une « pénétration et maintien dans un système d’information » (le blog) ce qui est également au programme du Code Pénal (aticles 323-1 et suivants) avec les conséquences qui en découlent…

    Bref, comme dit Thaumasios un peu plus bas : laisse courir ;)

    @4 aout : MDR ! crois-tu qu’il prétendra que c’est le succès de sa pétition qui a déclenché cet état second ? :)

  8. 8
    Claude dit:

    @carole G (479 du précédent billet):

    Si tous les maires présents sur LCP ont plus de 50 ans, on peut y voir un vieillissment de la population : tu sais le truc qu'on nous rabache pour justifier la fin des retraites par répartition (et qui ne devrait pas tarder à arriver à AN et au Sénat). Qu'attend donc le NPA * pour présenter ses jeunes militants combatifs (bon, il faudrait aussi que la vieille population consente à voter pour eux.

    Quoiqu'il en soit, il y a un âge minimum pour être éligible : j'ai pas les chiffres en tête et aucune envie de chercher dans la mesure où je n'ai aucune intention de me présenter dans l'immédiat, donc on verra ça quand je serais à la retraite ;)

    * j'ai cru lire ici que le FdG avait une moyenne d'âge plutôt dans ces eaux-là, donc le salut par une cure de rajeunissement ne pourra venir que du NPA contre lequel je n'ai absolument rien :)

  9. 9
    jean (savigny) dit:

    "j'ai besoin de biodiversité intergénérationnelle,et de pluralité des regards", c'est du Duflot,si ce n'est pas du foutage de gu.....! L'ainé de la famille Legrand,celle du canal saint Martin et intime du défunt Lejeune fer de lance de la lutte contre l'IVG sera sur sa liste...Tout ce petit monde sent son Bayrou,main dans la main avec Peillon,on comprend que Royal gêne et qu'elle rame.Comme c'est pour la même politique,amusons nous du spectacle.

  10. 10
    VERGNES dit:

    A tous ceux qui utilisent abusivement l’image du Front Populaire dont le FdG serait le noyau d’un « nouveau » Front Populaire, il serait plus exact de préciser certaines choses et de ne pas cultiver une certaine confusion dans l’emploi du terme Front Populaire.

    D’un coté il y a un mouvement social, des luttes,des grèves durant la période dite du Front Populaire avec des acquis sociaux sans précédent. A ne pas confondre avec la composition du gouvernement de Front Populaire (socialistes + radicaux), le PC refusant de participer à cet exécutif (eh oui !).

  11. 11
    4 Août dit:

    @ lou passejaire

    Désolé pour le café :-(

    @ Claude

    Pétition de Raphaël Q. pour l’unité: 2798 signataires.
    http://www.reussirlerassemblement.org/index.php?petition=1&pour_voir=oui

    Pétition d’Azulero pour la désunité: 3 signataires.
    http://www.petitionduweb.com/Contre_la_cogestion_des_regions_avec_le_PS___le_PC-5480.html

  12. 12
    lou passejaire dit:

    bien daccord avec toi... à preuve, les acquis de 68 l'ont été avec un gouvernement bien gaulliste...
    Mais, je pense que les accords matignon, ou même grenelle sont impensables de nos jours, la peur a changé de camp... on n'est plus dans ces périodes de lutte de classe ou le prolétariat se fache tout rouge et ou les 500 familles prennent peur et lachent des morceaux, on est dans un génocide de classe... parceque bien souvent y compris au sein du prolétariat, l'idée de la défaite est acceptée, même chez les plus combatifs comme les contis...
    Alors, en ce sens, oui, je pense que l'union de la gauche peut aider à effacer ce sentiment d'impuissance... et si le PCF n'a pas participé au gouvernement, il a imposé, par sa force appuyée sur un mouvement populaire fort, des reculs des patrons...

  13. 13
    Pulchérie D dit:

    Un beau site très d'actualité :

    http://www.millebabords.org/spip.php?article12619

  14. 14
    Claude dit:

    @lou passejaire (6):

    Sans oublier que le médecin du travail ayant un avis préemptoire sur celui du médecin traitant, il arrive (j'ai connu un certain nombre de cas) où malgré une incapacité avérée le salarié se voit intimer l'ordre de reprendre son travail : un seul exemple, mon beau-frère : 2 disques tassés, plusieurs fois opéré s'est vu dans l'obligation de reprendre son travail de manutentionnaire alors que celui-ci l'oblige à porter des charges lourdes et à poser/lever des colis en permanence... L'avis du médecin sécurité sociale ? le même que celui du médecin du travail (il n'a même pas examiné mon beau-frère).

    Quant aux accidents en eux-même : en 96, j'étais intérimaire chez PSA Aulnay : les panneaux affichaient (oui, c'est affiché en énorme à l'entrée des atelier) 393 jours sans accidents du travail déclarés => tout est dans le "déclaré"... J'ai eu un collègue qui a eu deux doigts broyés en pliant un container de pièces : il était à peine sorti de la salle d'opération que le chef de service l'appelait pour lui expliquer aimablement que s'il était arrêté, cela aurait de "graves conséquences" sur sa carrière... Mais que s'il revenait, on lui trouverait un poste sympa dans le service informatique. Le lendemain, le lascar était au boulot avec sa main bandée... Je croisais tous les jours des collègues (embauchés, parce que les intérimaires se faisaient virer et PSA portait plainte pour "manquement grave à la sécurité" ou pour "faute lourde dans l'intention de nuire à l'entreprise") qui avec sa minerve, qui avec sa béquille (voire les deux) : ils travaillaient quand même sur la chaîne... A un poste un peu moins contraignant mais avec les mêmes impératifs : la chaîne ne s'arrête jamais (à ce moment-là on tournait en 3X8 = 850 ZX par équipe, 200 pour l'équipe de nuit qui s'occupait aussi de la maintenance des robots).

  15. 15
    VERGNES dit:

    La vraie divergence entre NPA et FG c'est que du coté PG,en s'appuyant sur la méthode Coué, on se déclare avec volontarisme optimiste, ce qui vous fait conclure abusivement que le NPA est défaitiste.
    C'est ce même manichéisme qui vous fait affirmer que vous êtes unitaires et donc que le NPA est sectaire.

    Mais optimiste sur quoi ? sur le fait de faire bouger le PS ? alors que depuis 2002 sa seule actualité politique se résume à ses conflits internes mis sur la place publique et depuis 2007 à savoir qui du PS sera le champion du ralliement au Modem au nom du tout sauf Sarko.
    Et c'est bien pour celà que Jean-Luc Mélenchon a créé le PG.

    Plus les années passent et plus le PS vire à droite, et vous pensez que vous allez pouvoir inverser la tendance.
    Le PC depuis 30 ans a prôné et appliqué ce concept, on connait le résultat....et il faudrait encore en remettre une couche jusqu'à disparition totale du PC.

    De son coté le NPA ne nie pas le manque de mobilisations actuelles à la hauteur des attaques, mais justement ce n'est pas une raison pour s'allier avec ceux qui refusent de centraliser et d'impulser les luttes par crainte d'être dépassé par un mouvement d'ensemble qui les dépasserait.

    Et c'est bien pour cela qu'il faut créer un pôle CLAIREMENT IDENTIFIABLE, comme point d'appui pour tous ceux qui faute d'un mouvement politique radical significatif, se résignent au vote utile ou à l'abstention

    L'optimisme (un peu forcé) du PG pour faire croire que l'on peut "gauchir" le PS mène à la défaite programmée de la classe ouvrière

    Le "défaitisme" du NPA de renoncer à vouloir gauchir le PS, ouvre une vois nouvelle, dans la mesure où cela rompt avec le shéma traditionnel qui aboutira au bi-partisme: une droite dure, une "gauche" molle dans un cadre accepté par les 2 "protagonistes" : le capitalisme.

    Et comme le nom du NPA l'indique, nous avons clairement choisi notre adversaire.

  16. 16
    clara zavadil dit:

    Entre deux cauchemards --caucher et cauchier *

    je regarde la télé l'autre soir:
    chez drucker, on c'est le minsitre "vert ";
    ah, sur l'autre chaine, Mélenchon n'a pas l'air de rigoler
    http://www.last-video.com/melenchon-vs-naulleau-et-zemmour-on-nest-pas-couche-14-11-09
    --si c'est l'autre gauche... -

    c'est ça qu'il appelle entre deux cauchemar(d)s ?

    clara zavadil

    cauchemard
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Cauchemar

    * Cauchemar dérive de cauquemaire, utilisé au XVe siècle. Il est formé de caucher et de mare[1].

    * Caucher dérive de cauchier (presser), qui est un probable croisement entre l'ancien français chauchier (fouler, presser) XIIe siècle, le latin calcare (talonner, fouler aux pieds), et la forme picarde cauquer[2].
    * Mare provient du mot picard mare, emprunté au moyen néerlandais mare (fantôme), avec le même sens en allemand et en anglais[1],[2].La mara ou mare est un type de spectre femelle malveillant dans le folklore scandinave[3].

  17. 17
    azulejo dit:

    @ claude, tu vas arrêter car je vais te signaler au responsable de ce blog car tu continues à m'agresser et tu me saoules par tes sous-entendu et tu es un grand lâche car c'est par post que tu m'agresses et là tu es courageux mais c'est le seul cas où tu l'es ! Et tu vois je restes poli ! Vas te défouler sur quelqu'un d'autre c'est clair ?. Là tu débordes et je te promet que cela ne va pas s'arrêter au blog ! Et là c'est une menace et je ne fais pas de souss-entendu, moi ! Oublie moi ok ! Si tu as des choses interessantes à dire alors fais le mais quand tu agresses les gens, cela n'ibnteresse personne et cela n'est pas positif. Si tu es frustré vas voir un psychologue et c'est tout et fais pas chier les autres car là tu vas trop loin.

  18. 18
    4 Août dit:

    :cry:

  19. 19
    Claude dit:

    @Vergnes (14):

    J'ai dû louper un truc : en quoi créer un rapport de force suffisant pour imposer nos mesures-phares est-il une tentative de "gauchir" le PS ?

    quant à la "défaite programmée de la classe ouvrière", excuse-moi mais là tu retardes un peu parce que la situation actuelle (qui duuuuuuuuuure depuis trop longtemps) c'est quoi sinon une défaite de la classe ouvrière. Alors parler d'une défaite programmée, c'est lui annoncer qu'elle peut encore tomber plus bas. Je dirais bien que ton attitude relève du don quichotisme mais j'ai l'intuition que cela serait interprété (à tort) comme une provocation envers le NPA (que j'apprécie beaucoup par ailleurs pour ses positions, mais pas celle-là).

  20. 20
    Romain Jammes dit:

    Bonjour,

    Au delà des relations unitaires qui semblent aller bon train dans les commentaires je vais m'intéresser simplement à l'article de Jean-Luc qui, dit-on, n'est pas un simple prétexte pour se cracher à la gueule. Quoi qu'on en dise, la possibilité de rassemblement n'est pas un passé révolu, même pour ces régionales, et encore moins pour la suite. C'est ce que nous avons toujours défendu au Parti de Gauche, Cela se fera progressivement peut-être, d'action en action, d'élection en élection puisque incontestablement la démarche du Front de Gauche s'élargit, et nous nous battrons toujours pour cela. Nous avons tous besoin de cela pour transformer la société, vous comme nous.

    Pour ce qui est de l'article donc, nous avons un très beau concentré des logiques qui animent la droite en matière de législation, et pas seulement du travail.

    1 - C'est tout d'abord l'harmonisation par le bas :"la dame nous disait que son mari, avait eu deux semaines de congé de maladie sur lesquels il payait des impôts, tandis que son collègue de bureau avait été arrêté deux semaines et ne payait pas d’impôts sur ses indemnités."
    On a ici l'inversion du schéma marxiste qui veut que chaque salarié s'identifie à ses semblables avec empathie et solidarité et compare son sort à celui des nantis pour revendiquer sans complexe le partage des richesses. En effet, aujourd'hui le travailleur s'identifie aux riches et leur ostentation nauséabonde dans les médias tout en se comparant à ses semblables : allocation pour les uns que l'on ne touche pas, petits fonctionnaires fainéants,...
    Ainsi, le ressentiment des travailleurs est dévié de sa cible légitime.

    2 - À chaque fait divers sa loi. C'est un peu exagérer mais le fait est là, quand Martine argumente avec des valeurs, Copé répond avec un exemple. C'est lamentable comme le disait 4 août, c'est gouverner avec pragmatisme à l'opposé des valeurs et c'est surtout s'appuyer sur l'émotion, la passion que peut évoquer un cas individuel et non la raison et l'intérêt général.

    Bien à toi Jean-Luc,

    Romain

  21. 21
    Curtillat dit:

    @Vergnes J'admire assez ta capacité de résilience faite militant ! A mon avis tu ne vas pas tarder à devenir à ton tour le mouton noir.
    Collomb,Maire de Lyon, membre du PS,pressenti pour être ministre d'ouverture,c'est NON" enfin pas pour tout de suite " Jusqu'oû ils descendront ?

  22. 22
    VERGNES dit:

    @ Claude

    Tu as surement raison je dois être un attardé, un défaitiste
    Et toi un optimiste pour un avenir radieux de la classe ouvriére en faisant alliance avec ceux-là mêmes qui la mettent sous l'éteignoir en lui montrant comme seul chemin possible :la réforme du capitaliste ou sa moralisation.

    Je ne sais si je suis atteint de don quichotisme, mais effectivement je combat les moulins à vent et à parole jamais tenue.

    La classe ouvriére est la seule force qui peut modifiée le cours de l'histoire, encore faut-il quelle est conscience de sa force, et ce n'est surement pas en collant aux basques du PS dans lequel elle se reconnait de moins en moins qu'elle pourra retrouver confiance.

    C'est bien là tout l'enjeu de faire apparaitre une force de gauche radicale CLAIREMENT IDENTIFIABLE et indépendante programmatiquement et organisationnellement dans les institutions actuelles du PS.

    C'est la divergence que nous avons. Toute alliance de gouvernement avec le PS ne peut que faire perdurer la confusion
    entre la gauche d'accompagnement du capitalisme et la gauche anticapitaliste.
    Et cette confusion entretenue et renouvelée à chaque élection permet au PS de maintenir son hégémonie comme seul alternative non pas au capitalisme, mais à la droite....On peut continuer comme çà longtemps et finir de désespérer la classe ouvrière qui en finira peut-être à oublier qu'il existe une autre voie que le capitalisme, jusqu'au jour où dos au mur...Mon optimisme à moi c'est de faire en sorte de ne pas attendre qu'elle soit dos au mur, et dés maintenant créer les conditions pour qu'elle prenne ses affaires en mains sans dépendre du PS.

  23. 23
    ermler dit:

    @ vergnes (post 452 précédent fil)

    On ne peut pas simplement balayer des arguments ou un point de vue en parlant de "procès d'intention" ou "d'attaques" !
    J'assume le mot "défaitisme" quant à la position actuelle du NPA. (Lire la suite...)

    @ myriam (post 466 idem)

    Je ne mets pas en cause la combativité du NPA sur le terrain. Je parle ici de sa position sur la question concrète d'un éventuel exercice du pouvoir dans un conseil régional. Je maintiens que la position : Fusion des listes avec le PS, MAIS opposition de principe à la majorité issue de cette liste est irresponsable et suicidaire.
    Quant au "défaitisme" : que signifient, sous ta plume, des phrases telles que " je ne veux pas prendre le RISQUE de me compromettre etc..." ou encore " Je ne suis pas pour empêcher nos partenaires de se mouiller, s'ils en ont envie ".
    Ca c'est le bouquet ! En résumé : je ne veux pas prendre le risque... mais si nos partenaires veulent le prendre, qu'ils y aillent.... Quelle curieuse conception de l'unité et de la solidarité ! Pensez-vous vraiment que l'alliance de l'autre gauche puisse se construire sur de telles bases ?
    Je ne veux pas être discourtois avec toi, Myriam, car je vois que tu fais l'effort de t'exprimer sans esprit polémique (ce que je n'arrive pas toujours à faire, j'en conviens). Mais trop c'est trop !

    "Allez au charbon, camarades, mais nous nous garderons les mains propres... !" = Défaitisme +absence de courage politique !
    Vergnes me répondra "procès d'intention" et "polémiques inutiles".
    Ben voyons !

    J'espère sincèrement que le NPA fera évoluer cette position.
    Sinon c'est foutu pour le Front et.... un boulevard pour le PS !

    Fraternelllement.

  24. 24
    4 Août dit:

    Ne ratez pas Jean-Luc Mélenchon dans 20 minutes !

    http://www.publicsenat.fr/emissions/le-18h/63608

  25. 25
    le Prolo du Biolo dit:

    @jean (savigny)

    Dire que Cécile Duflot c'est le Modem, ça a l'avantage de rassurer ceux qui n'aiment pas les situations compliquées.

    Mais je me demande si on devrait pas faire preuve d'un peu plus de sens des nuances.
    Même si c'est plus fatigant.

    Je ne sais pas si Cécile Duflot est représentative de tous les Verts, mais je me sens en tous cas très proche de pas mal de choses qu'elle dit sur la justice sociale et sur le système économique libéral, etc...
    Tout autant que de Martine Billard.

    Et il n'est peut-être pas nécessaire de compromettre la possibilité de futurs rapprochements en creusant des fossées imaginaires ou trop systématiques entre les uns et les autres.

    Mais ce que j'en dis...

  26. 26
    VERGNES dit:

    Arrêtons un peu les grandes phrases du style le NPA refuse de mettre les mains dans le cambouis ou d'aller au charbon.

    C'est quoi mettre les mains dans le cambouis? Aller siéger dans des exécutifs PS ? Effectivement çà pue.

    Mettre les mains dans le cambouis c'est les luttes, c'est le syndicaliste qui ne progressera jamais dans son entreprise, c'est celui qui soutient les sans-papiers, milite au plus prés des pauvres, sacrifie sa vie de famille pour la cause, donne son temps sans compter, se confronte à la répression, à la justice....

    Nous devons surement pas parler du même cambouis.

    Mettre les mains dans le moteur du capitaliste pour y effectuer quelques petits réglages pour éviter quelques sous-soubresauts....c'est çà mettre les mains dans le cambouis?

    Il vaut mieux se poser concrètement la question de changer de moteur...on gagnera du temps

  27. 27
    Claude dit:

    @VERGNES (22):

    Je note que là où je parle de divergences d'appréciations sur la situation présente et à venir, tu comprends "défaitisme", que lorsque je parle de "rapport de force suffisant pour imposer nos mesures-phares" tu comprends "compromission"... Dialogue de sourds qui devient lassant, donc j'attendrais le vote des militants de toutes les composantes de "la gauche de gauche" sur ce sujet et ne m'exprimerait plus là-dessus (sauf élément argumenté nouveau ;) parce que j'avais à en dire l'a déjà été et que contrairement à certains, répéter le même discours en boucle ne m'intéresse pas et je soupçonne que les autres lecteurs de ce blog me seront gré de ne pas sombrer dans le radotage.

  28. 28
    Lionel PG44 dit:

    Salut Vergnes, tu charges un peu le tableau en écrivant que le PG cherche à gauchir le PS. Je sais très bien, comme toi sans doute, que le PS n'est pas réformable, ça fait plus de 20 qu'il vire tellement à droite qu'à certains moments je trouverais le Modem ultra gauchiste. Pas d'illusion de ce coté là. Quant au NPA, j'attends bien gentiment que ses militants votent, tout comme PC d'ailleurs, pour voir quelle sera la réponse. Tu n'es pas sans te douter que dans ton orga il y a pas mal de militants pour l'alliance de l'autre gauche et l'appelle de leurs voeux. Et qui se foutent autant que moi des exécutifs. Ceux qui seront dans les exécutifs voteront suivant leur conscience, il n'est pas question de servir la soupe au PS et aux Verts benditisés. D'ailleurs, des élus de l'autre gauche seront une sorte d'oeil de Moscou doublés d'une grande gueule pour dénoncer les orientations néfastes des dits exécutifs.

  29. 29
    ermler dit:

    Comme Claude, je suis lassé d'avoir à argumenter avec certains militants du NPA présents sur ce blog.
    Pour eux la rupture est actée et la NPA fera son cavalier seul. Point !
    Plus la peine de ressasser des évidences. Ca tourne en boucle.

    En effet, attendons la décision des militants.

  30. 30
    S1LV3RSNAK3 dit:

    Alors là c'est du grand n'importe quoi les bras m'en tombe!
    la dame nous disait que son mari, qui s’était fait une entorse en jardinant le dimanche

    à quand la délation ?

  31. 31
    myriam dit:

    A ermler,
    Que ma formulation soit malheureuse, soit, vous avez le droit de me le faire remarquer mais cela s'arrête là,évitez les procès d'intention s'il vous plait,, je croyais avoir assez essayé de discuter jusqu'à maintenant pour éviter ce genre de sous-entendus.

    Je vais mettre donc les choses au point, je ne pense pas que ce soit courageux d'aller dans les exécutifs, que ce soit aller "au charbon", je pense au contraire que c'est céder à certaines sirènes auxquelles d'autres ont déjà succombées et si ma formulation a été malheureuse c'est parce que j'essayais justement d'éviter les polémiques et les termes blessants mais bon apparemment ça ne marche pas, donc je vais clarifier les choses. Je ne pense absolument pas qu'il soit plus facile d'être élu que dans l'exécutif, et il est facile d'opposer à cette rengaine de la pureté et des mains propres celle de la compromission (c'est mieux que "se mouiller" ?)

    Quand je parle de "risque" ce n'est pas pour moi ou mon parti que je crains quoi que ce soit mais pour mes concitoyens et tous ceux qui ayant repris le chemin des urnes ou de l'engagement politique se verraient encore une fois floués... En admettant que des gens nous fasse confiance je ne suis pas prête à brader cette confiance sur un hypothétique gain que l'expérience est loin de mettre dans le domaine du possible - avec des partenaires qui jusqu'à maintenant n'ont de mon point de vue ni briller par leur indépendance ni les acquis qu'ils ont obtenus ni par la mise en place d'une politique de rupture... Pourquoi courrais-je le risque de décevoir et de trahir - ne serait-ce qu'en cautionnement la politique de l'exécutif par ma présence - mes concitoyens alors que je n'ai pour ma part aucune illusion sur ce qu'il nous sera possible d'y faire.
    Ma solidarité est en direction du peuple pas des élus désolée...
    Vous voulez travailler avec les libéraux, faites le, mais ne me demandez pas d'assumer ce choix de vos élus en raison d'une quelconque solidarité... une solidarité avec qui et avec quoi ? (cette formulation est-elle plus claire ?)

    Si je suis votre analyse sur les courageux participants aux exécutifs, décernons donc une médaille du courage et de la bravoure à tous ces élus pc qui comme Hue et Gayssot ne font finalement que chercher à assurer leur poste dans les exécutifs (quelqu'un connaît le salaire d'un vice président de région ?)...

    Ma position jusqu'à maintenant était de me dire que quitte à faire une fusion technique au second tout on pouvait en faire une, somme doute moins schizophrénique, au 1er pour permettre la présentation de liste commune, je commence à penser qu'effectivement cela va être difficilement possible...
    Pour quelle raison, alors que je ne cautionne absolument pas le système en place, devrais-je mettre mes mains dans le cambouis - "si lucratif" au passage - qui permet à ce système de fonctionner?
    Si un jour, le npa ou tout autre force révolutionnaire accède au pouvoir, j'espère bien que ce ne sera pas pas pour accompagner le libéralisme mais pour mettre un autre système en place.....Est-ce possible dans des conseils régionaux sous majorité ps ?

    Une dernière question, que va devenir le front de gauche dans les régions ou le pc part avec le ps dès le premier tour ? Et va faire le pg ?
    Vous avez réussi à me mettre en colère.....

  32. 32
    VERGNES dit:

    @ Claude

    Je ne sais si le débat boucle, mais tu n'a de cesse de réaffirmer le défaitisme du NPA à réussir à peser sur le PS.

    Nous ne sommes pas défaitiste du tout, dans la mesure où nous ne cherchons pas à peser sur le PS, mais à peser sur la situation politique et sociale sans laisser croire que le PS pourrait y prendre une place décisive.

    C'est cela aussi qui différencie le NPA du PG, sinon nous serions probablement dans la même organisation.
    Et d'ailleurs vous avez vous-mêmes de sérieux doutes sur le bien fondé de cette participation aux exécutifs, mais comme le PC en fait une condition....

  33. 33
    myriam dit:

    Une dernière remarque avant arrêt de mes interventions, je faisais parti de celles et ceux pour qui la rupture n'était pas actée...et j'espérai que vous l'aviez compris... mais apparemment ce n'est pas suffisant......

  34. 34
    rosay dit:

    53 %. O.K, Ben mon vieux.Rosay à +

  35. 35
    Claude dit:

    @rosay (34):

    Tu parles de quoi ?

    Sinon, J'ai bien aimé Jean-Luc Mélenchon à Public Sénat ce soir... La tronche du journaliste valait la peine d'être vue.

  36. 36
    4 Août dit:

    @ Claude

    "nous allons parler du PS"... :lol: :lol: :lol:

  37. 37
    Lionel PG44 dit:

    Il est moribond, le PS...

  38. 38
    VERGNES dit:

    @ Camarade Lionel PG44

    Tu penses que je charge un peu le tableau, et dans le même temps tu reconnais que tu te fous un peu des exécutifs et que "D’ailleurs, des élus de l’autre gauche seront une sorte d’oeil de Moscou doublés d’une grande gueule pour dénoncer les orientations néfastes des dits exécutifs."

    Il ne semble pas avoir beaucoup entendu les élus régionaux PC ouvrir leur grande gueule pour dénoncer les orientations néfastes des régions actuelles, et en tirent quasi-tous un bilan plutôt positif.

    Donc par quel miracle, ce qu'ils n'ont pas dénoncés hier le feraient-ils demain?

    Car disons les chose telles qu'elles sont, ce sont les élus PC qui auront le plus d'élus et de membre à l'exécutif au sein du FdG.
    Et que par ailleurs s'ils devaient partager les places au sein de l'Assemblée avec des NPA, çà ne les arrangerait pas trop. Il faut quand même le dire.

  39. 39
    Lionel PG44 dit:

    Je ne vois pas pourquoi le PC aurait le plus d'élus... A vue des scores réalisés à la dernière législative, en 44, personne n'a dépassé les 2%, sauf sur la 8eme circonscription (saint nazaire). Pas de quoi pavoiser... Quant aux sortants, il faut être clair, une bonne partie d'entre eux est out compte tenu de leur opposition à l'union. J'ai comme l'impression que les couteaux s'aiguisent et que le drapeau rouge va rougir un peu plus. Et les sortants qui le veulent peuvent prendre une carte chez Huecoco et aller à la gamelle socialiste, s'ils encore d'eux.
    Maintenant, tu ne crois pas qu'il y aura une redistribution de postes et une négo bien serrée entre les différentes orgas. C'est ça, l'union, me semble-t-il...

  40. 40
    des pas perdus dit:

    Vergnes : justement, ce fut une révolution manquée pour paraphraser A. Guérin..

  41. 41
    le niglo dit:

    @ lou passajaire le fait de mutualiser les cotisations accidents du travail ceci malgre des penalites n entraine aucunement l engagement des patrons sur la securite du travail.En plus toutes ces cotisations sont dans la masse salariale.Cet a dire le revenu brut d un travailleur.

  42. 42
    André dit:

    Je sais que ce n'est pas le bon endroit mais je fulmine après avoir vu le "18h" de Public Sénat !
    Merci Mr Mélenchon d'avoir quitté la table et d'avoir refuser de l'état d'un parti qui n'est plus le votre alors que vous étiez invité à parler de la réforme des collectivité territoriales.
    Je crois qu'il est important de réagir sur le forum du 18h de public sénat pour exiger des explications ! http://www.publicsenat.fr/cms/forum/forum.html
    Ils se servent de Jean-Luc Mélenchon pour faire de l'audimat en le mettant en "tête d'affiche" (http://www.publicsenat.fr/emissions/le-18h/63608) et lui posent des questions qui ne le concernent pas et ne veulent pas l'entendre sur le sujet sur lequel on l'a invité à parler ! Je suis choqué de cette attitude qui ne glorifie ni la chaine, ni la profession.
    En atendant je crois que c'est à nous d'intervenir sur leur forum,
    Encore MERCI Mr Mélenchon pour votre courage et votre implication politique !

  43. 43
    4 Août dit:

    MàJ

    Pétition de Raphaël Q. pour l’unité: 2877 signataires.
    http://www.reussirlerassemblement.org/index.php?petition=1&pour_voir=oui

    Pétition d’Azulero pour la désunité: 3 signataires.
    http://www.petitionduweb.com/Contre_la_cogestion_des_regions_avec_le_PS___le_PC-5480.html

  44. 44
    azulejo dit:

    Une entreprise du café qui fonctionne mal et qui va être nationalisé au vénézuela avant la fin de l'année et c'est trés interessant ici : l'article en francais puis la vidéo :
    http://www.blip.tv/file/2827955 plus la parole des ouvriers ici dans un article mais malheureusement en espagnol : http://www.larevolucionvive.org.ve/spip.php?article503&lang=fr

    CHOSES VUES A CARACAS (ET TUES "non-dites" A PARIS)

    Maxime VIVAS
    Dimanche 8 novembre 2009, aéroport Simon Bolivar, Caracas, Venezuela. Ciel chargé. La saison des pluies n’est pas terminée. Il est 16 H (21H30 « en France).Température :35 °. Il faisait 6° à 6 heures au départ de Toulouse.

    Thierry Deronne, qui représente la puissance invitante (Vive TV) est venue m’accueillir. Ceux qui ont lu mon livre « La face cachée de Reporters sans frontières. De la CIA aux faucons du Pentagone » (Editions Aden) n’ont pas oublié qu’il l’a préfacé.

    Il a prévu de m’emmener assister à un vote de « consejo comunal » dans un « barrio » (quartier pauvre). On fonce sur Caracas en 4X4 (oui, je sais...). Sur le bord de l’autoroute, et parfois sur les voies, au moindre bouchon, des vendeurs de beignets.

    On traverse Caracas, ville dont je dirai seulement, pour ne vexer personne, qu’elle est moins belle que La Havane et que Toulouse.

    On arrive à destination : une rue en pente raide, bordée de baraques faites de bric et de broc. Des petits terrains vagues se sont déguisés en dépotoirs. En haut de la rue, un bar à bière improvisé dans une sorte de garage peu reluisant et bas de plafond. La bière est fraîche et pas chère : 2,5 bolivares (en arrondissant, un euro vaut trois bolivares). Un orchestre est installé dans la rue, sous un abri de plastique. Une télé aussi, à écran plat, dont le son est amplifié par des hauts-parleurs. Elle diffuse un reportage de Vive TV sur le quartier, filmé le matin ou la veille. En bas, des tables pour le dépouillement du vote. Puis, la rue remonte vers les « ranchos », les bidonvilles qui ornent les collines de Caracas.

    Il y a un monde fou. Le vote est une fête et tout le quartier est là. Beaucoup de jeunes, beaucoup de femmes. Les belles se mêlent à celles qui, si j’en juge aux volumes, ont échappé à la terrible anorexie et qui comptent sur leurs habits serrés pour le faire savoir.

    Il y a eu 340 votants qui ont élu, non pas des conseillers qui se seraient portés candidats par ambition, mais des habitants pressentis par leurs voisins. Les conseillers sont appelés « voceros » (littéralement « porte-paroles ») pour bien montrer que l’élection en fait des obligés, pas des chefs.

    Les bulletins de vote sont des feuilles A4 où figurent les noms et les photos couleur des candidats. Les votants les élisent mais, en même temps, leur attribuent des commissions. Il y en a 18 : urbanisme, école, santé, sport, alimentation, logement, transport, eau, énergie, communication, mères du quartier, finances, social, culture, légalité, égalité, sécurité, etc. (il en manque 1).

    Le dépouillement prend un temps fou sous la haute surveillance de la foule tatillonne. On assiste à une protestation virulente pour une erreur d’un bulletin dans le décompte.

    La nuit est tombée. Les tables sont éclairées par des ampoules à basses consommation.

    Thierry Deronne, qui est très connu ici, me présente, et je suis chaleureusement accueilli dans ce quartier où je n’aurais pas mis les pieds seul, surtout la nuit. On boit (et on offre) des bières. Les vendeurs ne veulent pas que Thierry et son ami « el escritor francès » paient. On paie quand même. En France, le premier bistrot qui me dit : « Laisse, c’est pour moi », je lui obéis. Grégoire, un étudiant toulousain en stage à Vive TV questionne les gens et prend des notes. Il apprend que les élus peuvent être révoqués par les électeurs s’ils ne font pas le travail pour lequel ils ont été choisis.

    On est abordé par une électrice entre deux âges qui s’alarme de voir deux touristes (Grégoire et moi) en danger de tomber dans le panneau de la propagande cháviste. Et pour nous sauver, elle nous récite le chapelet de la propagande des télés d’opposition. Rien ne nous est épargné. Chávez offre le pétrole à Castro, à Morales et aux autres. A Grégoire qui parle d’échanges internationalistes, elle réplique que, certes, mais le Venezuela d’abord. Poujade disait : « La Corrèze avant le Zambèze ».

    L’opération Milagro (des dizaines de milliers de Vénézuéliens opérés des yeux par les médecins cubains qui vivent dans les « ranchos » (bidonvilles où ils ont ouverts des dispensaires) ? Pff, les gens deviennent aussitôt aveugles parce que les médecins cubains, en deux ans, hop, ils ont leur diplôme. Des charlatans ! Cependant, elle ne sait pas bien expliquer pourquoi la mortalité infantile à Cuba est la plus basse de toute l’Amérique latine et la longévité la plus longue. Un père de famille accompagné de trois enfants lui raconte comment il peut les faire soigner désormais. Il ne théorise pas, il rapporte du vécu. Du vécu vital, de liberté, donc. Celle de survivre aux maladies.

    Elle vocifère dans la foule pour nous persuader que Chávez a tué la liberté d’expression. Il veut faire de ce pays un autre Cuba où les gens ont peur de parler. Je lui réplique que, dans ce pays où elle n’est jamais allé et qu’elle connaît donc moins bien que je ne connais le Venezuela, j’ai eu avec une Cubaine la même discussion qu’avec elle. Même véhémence, même volume sonore. Et c’était d’ailleurs dans la bibliothèque de la maison Victor Hugo, à La Havane.

    Le plus beau dans son discours, que j’avais entendu, mot pour mot, dans un débat à la télé vénézuélienne il y a deux ans, a été : « Maintenant, Chávez, il veut décider aussi de ce qu’on met dans notre assiette ». La raison de cette indignation gastronomique est la suivante : le gouvernement distribue des repas gratuits aux pauvres. Je raconte à cette victime du bourrage de crâne des médias vénézuéliens qu’en France, pays riche, pays connu pour être la patrie des droits de l’homme, on distribue aussi des repas aux pauvres et que cette opération fait l’objet d’un consensus national.

    Thierry lui énumère tout ce que les prédécesseurs de Chávez ne faisaient pas avec l’argent du pétrole et qu’ils ne feront pas s’ils reviennent au pouvoir parce que des pauvres comme elle regardent trop la télé des riches.

    Autour de nous, les gens mènent leurs propres discussions, en général moins tranchées. La rue sait que son pays fait une révolution d’un type nouveau et qu’elle y participe.

    J’ai repensé aux rues de Paris en mai 68. Nostalgie.

    J’ai remis à Thierry trois exemplaires de mon dernier livre :« Victor Hugo à La Havane » qu’il fera envoyer au Palais (présidentiel) de Miraflores le lendemain matin. Chávez est un amoureux de Hugo (et de La Havane). Il a fait éditer en masse « Les Misérables », vendus à un prix dérisoire. Moi qui croyais, pour avoir été attentif aux médias français (qui lisent les journaux vénézuéliens), que le président du Venezuela était un « singe bolivarien » inculte, contrairement au nôtre dont le livre de chevet est « La princesse de Clèves » !

    Ah oui, dernière chose ! Le vote et le dépouillement ont attiré une télé : Vive TV, bien sûr.

    Ils ont des moyens techniques modernes. Le documentaire est envoyé directement de la caméra aux studios. Ainsi, le Vénézuéliens pourront apprendre presque en temps direct quel type de démocratie participative se construit pour et avec le peuple.

    Mais le répétez pas à nos médias afin qu’ils puissent continuer à expliquer que le Venezuela est en marche vers la dictature derrière « un gorille en chemise rouge ».

    Lundi 9, 14H30, avec une équipe de Vive TV : rendez-vous devant Fama de America, une usine de torréfaction et d’emballage de café que les travailleurs veulent faire nationaliser sous des prétextes futiles comme répression, détournements de stocks, ruptures volontaires des approvisionnements afin que la population soit mécontente et se révolte contre le « macaque » (c’est ainsi que les bourgeois blonds parlent ici des basanés. Un dirigeant politique a même écrit : « Chávez doit mourir comme un chien ». En d’autres temps, l’industriel Ford soutenait que les ouvriers qui soulèvent des « gueuses » de fonte sont semblables aux animaux).

    La bourgeoisie vénézuélienne, plus forte que les états-uniens avec leur blocus contre Cuba, a inventé le « blocus de l’intérieur ».

    J’aurai l’occasion de reparler de ces luttes si Internet, espace de liberté continue à m’accueillir. Elles laissent pantois un Français qui voit que, dans son pays, on privatise les services vitaux.

    Serait-il possible de terminer ce billet par un cri de parti pris du genre : « Vive la Révolution bolivarienne ! » ? La brave opposante du barrio nous ramènerait à la réalité en faisant remarquer que, « Chávez, bientôt, il nous dira aussi ce qu’on doit avoir dans la tasse ! ».

    Maxime VIVAS
    Caracas

    --------------------------------------------------------------------------------

    Une première victoire pour les travailleurs du café. Décision gouvernementale prise dans la soirée.
    "Fama de América" nationalisée !
    Depuis trois mois, face à l´accaparement et à la spéculation sur les prix du café au détriment de la population, le gouvernement bolivarien a décidé l`occupation temporaire de deux quasi-monopoles privés de la torréfaction “Café Madrid” et “Fama de América”. Il a finalement décidé de faire de Café Madrid une entreprise mixte, et de nationaliser Fama de América avant la fin de l´année. Vive TV accompagne les travailleurs de Fama de América dans leur combat pour une véritable participation des travailleurs (voir le court-métrage diffusé en permanence sur la chaîne, qui diffuse régulièrement des reportages sur la lutte, ou l´article : Rencontre avec les travailleurs de Fama de América.). Cette premiére victoire ouvre la voie á l´organisation de véritables conseils de travailleurs au sein de l´entreprise.

    Le ministre du Pouvoir Populaire pour l´Alimentation Félix Osorio, a rappelé lundi que pendant tout le mois d´octobre le gouvernement a étudié ces decisions. Faute d´accord définitif l´occupation temporaire avait été prolongée de quelques semaines.

    "Dans le cas de Café Madrid le rachat de la compagnie permettra de créer une entreprise mixte, mais les accords ne sont pas finalisés. La majorité des actions appartiendront à l´État afin d´éviter les situations irrégulières et nous sommes disposés à prendre toutes les mesures nécessaires. Il ne s´agit pas de manque de matière première, en aucun cas.”

    Le ministre a rappelé que la volonté de briser le monopole qui écrase les consommateurs comme les producteurs, s´applique aussi dans le cas des raffineries sucrières “Venezuela” et “Cazta”, respectivement situées dans le Zulia et dans le Táchira. Cazta est déjà entrée en action. le sucre est distribué à la population dans les états de Táchira, Apure, Barinas et Trujillo, tandis que la raffinerie Venezuela va démarrer ses opérations dès cette semaine.

    Prolonger l´occupation temporaire de ces entreprises permet de poursuivre l´évaluation avec les travailleurs pour améliorer leurs conditions de travail, ainsi que les traitement, distribution et transformation du produit et de cette manière, offrir à la population la sécurité d´accès au produit sans restrictions, aux prix légaux.

    Source :Agencia Bolivariana de Noticias

  45. 45
    Pulchérie D dit:

    @ Azulejo (2)
    Pas facile à déchiffrer, ton site.
    Pourrais-tu nous aider ?
    Merci d'avance.
    Pulchérie

  46. 46
    azulejo dit:

    Les vidéos de chavez sont sur la 4eme rangée en partant du haut de la page et il y à 7 vidéos et pour trouver la 1ere tu dois faire monter la page avec l'ascenseur qui est sur ta droite de celle-ci en face de la 4eme rangée et Chavez à un veston gris clair et on devine un tee-shirt rouge en dessous. Voilà je penses que c'est ce que tu voulais savoir.

  47. 47
    VERGNES dit:

    @ Loinel PG44

    Personnellement je ne suis pas persuadé qu'il y aura une négociation équitable, dans la mesure où le PG (récent) ne pourra arguer d'aucun résultat électoral différencié, et que par ailleurs dans de nombreuses régions le PC a déjà désigné les têtes de listes du PC,...euh pardon du FdG.

    Mais à vrai dire cela ne concernera le NPA que si il y a unité, et là, nous avons des précédents électoraux souvent supérieurs au PC (présidentielles, ou même en PDL pour les Européennes devant le FdG (sourire amical)). Et de même sur le 44 pour les législatives 2007 où dans 8 circonscriptions sur 10 nous sommes devant le PC

  48. 48
    bellotero dit:

    J’aime bien ce titre culturel, cependant la réalité est bien navrante concernant cette nouvelle mesure dont nous connaissons l’étalon depuis fort longtemps. En réponse à cette décision il me semble que la seule réponse serait de proposer l’imposition de toutes les indemnisations des élus…pour commencer ! La solidarité des hommes publics à l’effort républicain, me semble indissociable d’une image de probité. Qu’en pensez-vous ? Nous entendons parler en permanence de compétitivité et de rentabilité, fardeau souvent endossé par les strates les plus nombreuses des couches humaines. J’évite volontairement de parler de classe !

  49. 49
    Annie dit:

    @Miriam post 31, ce n’est pas la peine de s’énerver pour si peu, ce que dit Claude à propos de la perception de la réalité est tout à fait juste ; il met juste en avant son expérience passée constellée de défaites, ça ne dénigre pas forcément la tienne.
    Je suis novice dans un parti (ici le PG), avant je n’avais jamais adhéré à quoique ce soit, je ne sais pas comment « ça » marche dans le sens où je ne sais pas vraiment la différence entre élu et exécutif (merci d‘ailleurs de m‘expliquer).

    Je me situe juste sur le plan des idées, et je n’arrive personnellement juste pas à comprendre pourquoi, si j’ai bien interprété ton raisonnement, la participation aux exécutifs s’accompagnera forcément de « corruption à venir » ou de déresponsabilisation. Les composantes de l’autre gauche sont d’accord sur les 1er ET 2ème tours, et sont optimistes sur la mise au point d’un programme commun, donc c’est à ce PROGRAMME qu’il faut penser et conditionner la participation aux exécutifs (il y a eu des pistes évoquées comme la gratuité des transports, le refus de subventionner les écoles privées, faire de la désobéissance civile face aux directives de la Commission Occulte de Bruxelles, etc). Et pourquoi ceux qui seraient élus et/ou dans les exécutifs ne pourraient-ils pas témoigner au moins (cf comment Jean-Luc Mélenchon nous parle de son expérience au Parlement Européen, et des directives anti-sociales, afin que nous relayons l’info) dénoncer les magouilles qu’ils verraient, servir de garde-fous aux majoritaires, éduquer, pour se montrer digne de la confiance de ceux qui ont mis un bulletin de vote à leur avantage dans l’urne ? Tu fais très bien de mettre en avant la responsabilisation devant ses électeurs, mais on peut en faire montre même si on est dans des exécutifs dominés par les sociaux-libéraux, non ?

    Il y a juste des problèmes de communication entre nous, à cause de la rhétorique utilisée par certains concernant le « puritanisme » qu‘ils vous attribue, mais je remarque que les récalcitrants ne réagissent jamais sur l’évidence des gamelles à venir (d’où le fait que Claude demande de regarder la Grande Réalité), comme par exemple :

    Post 454 de claude du précédent billet http://www.jean-luc-melenchon.fr/2009/11/entre-deux-cauchemars/all-comments/#comments :

    « D’ailleurs, avec la révision de la loi électorale, c’est notre dernière chance de participer à une élection à deux tours : après, ce sera le règne du bi-partisme et nous serons définitivement rayés de la carte électorale. Je veux bien être optimiste et croire qu’un jour les citoyens se lèveront comme un seul homme pour dire « stop », (…) tu disait que tu as bonne mémoire, moi aussi : la dernière révolution victorieuse en Europe, c’était Octobre 17. »

    Je rappelle l’accélération du temps : Traité de Lisbonne imposé chez nous en 2007, élections européennes 2008 à abstention massive, régionales 2010, présidentielles 2012, cantonales 2014 (dernières à 2 tours), et Grand Marché Transatlantique prévu en 2015, si on veut mettre un grain dans cette machine infernale, autant le faire maintenant.

    Le post 457 de Raquel Garrido dans le même billet sur la candidature de Jorge Arrate m’a remplie de joie pour ce qui est du Chili, mais m’a encore une fois enragée sur notre situation en France qui me semble si frileuse. Comme tous les exemples latino-américains que j’ai brièvement résumés post 435 (ceux de l’Alba VS cas argentin qui a pourtant déjà subi une crise en 2001 et où les luttes sociales héroïques n’ont toujours pas trouvé de débouché politique), c’est un mouvement associant plusieurs organisations parties ensemble, qui n’étaient pas d’accord sur tout, qui a amené des ruptures progressistes. Claude te parlait de « sa » réalité, les différences entre l’Argentine (encore empêtrée dans le social-libéralisme malgré énorme crise de 2001 et piqueteros) et les principaux pays de l’Alba qui affrontent rien moins que l‘Empire (réappropriation du bien commun, refonte citoyenne entre autres) montrent des exemples très concrets, qui se sont faits par les urnes et les luttes sur le terrain.

    Je viens de voir l’émission de Ruquier, avec Jean-Luc Mélenchon VS l’arrogante tête-à-claques Naulleau, qui fait tout pour rabaisser son envie d’unir l’autre gauche, et lui reproche même de taper sur le PS !

    @Vergne post 10 : j'ai moi-même utilisé le terme de Front Populaire (suite à d'autres qui ont suggéré l'idée de Nouveau Front Populaire pour donner un nom à l'autre gauche), et non je n’ai jamais prétendu que le FdG est le Phénix decelui de 1936. J’ai toujours dis que je voulais voir émerger un nouveau front populaire dans le sens du « mouvement social, des luttes, des grèves durant la période dite du Front Populaire avec des acquis sociaux sans précédent » comme tu dis, et pour redonner le goût de reconquête de la souveraineté populaire aux gens. Ces acquis sociaux sont en train de nous filer sous le nez à vitesse grand V (là où à l'époque, ils n'existaient tout simplement pas), de même que ceux de la grève de 1968, ou le programme du CNR. Il ne s’agit pas de fétichiser le FP, mais d’une part de le préserver puis de l’approfondir.
    Ce rassemblement populaire extraordinaire fut suivi par… Pétain quelques années plus tard.

  50. 50
    Hold-up dit:

    - (Désolé je ne résiste pas) -

    "Pourquoi une transfuge de Danone pour s’occuper de la santé publique ? Parce que Rose-Marie est très douée pour transformer les travailleurs en yaourt ".

    "D’ici à 2012, 20 000 emplois doivent disparaître dans les hôpitaux publics" :
    http://www.solidariteetprogres.org/article6017.html

Pages : [1] 2 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive